Navigation – Plan du site

Présentation

Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain. Cahiers du MIMMOC est une revue électronique en libre accès proposée par le groupe de recherche MIMMOC (Mémoire(s), Identité(s) et Marginalité(s) dans le Monde Occidental contemporain) de la Maison des Sciences de l'Homme et de la Société de l'Université de Poitiers. Les grands axes et la thématique de MIMMOC s'inscrivent dans les structures créées à l'époque moderne par les bouleversements de la fin du XVIIIe siècle : mémoires des traditions multiples après l'effondrement d'une tradition fondée sur le divin ; identités fondées sur la reconnaissance de la subjectivité et de l'autodétermination de l'être humain ; marginalités résultant de l'effondrement des sociétés traditionnelles d'Ancien Régime. Crises, ruptures et continuité de la fin du XVIIIe siècle à nos jours constituent l'objet de nos recherches.

Dernier numéro en ligne
16 | 2016
Le 11 septembre dans le monde : politiques, cultures, identités

Événement planétaire par excellence, « le 11 septembre » a été très diversement perçu à travers le monde. Longtemps après, les images ont saturé les médias du monde entier. Les commentaires regorgent encore de descriptifs hyperboliques et 9/11 ne cesse d’alimenter querelles et conflits − au sein de la société et dans le discours politique américains, mais également bien au-delà. Nombreux sont les États en Europe et ailleurs, qui ont été amenés à revoir radicalement leur politique américaine, voyant dans l’effondrement des tours jumelles une symbolique de l’implosion de l’empire américain, la fin de l’ « hyperpuissance » des États-Unis. D’autres reculent devant l’image d’un monde « post-américain », toujours séduits par l’idée, par le besoin, d’une hégémonie atlantiste. Ils alimenteront un discours et une pratique − politique, économique, militaire − contribuant à l’émergence d’un nouvel « Autre », d’une nouvelle polarisation. Mais quel est, plus précisément, le caractère de la « rupture » du 11 septembre ? Lorsqu’on tente de dépasser l’excès et le débordement, l’omniprésent superlatif, comment faut-il prendre la mesure de l’événement ? Quels ont été la nature et le degré de son véritable impact − géopolitique, économique, social et culturel − dans le monde ? Quels parallèles peut-on établir ailleurs avec d’autres événements du même type à l’échelle planétaire ?

Le dossier coordonné par Christèle le Bihan et Saïd Ouaked rassemble ici des analyses montrant à quel point 9/11 n’a jamais été autant d’actualité, plus de quinze ans après les événements.