Navigation – Plan du site
L’unification allemande face à l’opinion publique européenne

Images et représentations de la réunification de l'Allemagne en Espagne - le journal 'El País'

Jesús Alonso Carballés

Résumé

L’objectif de notre travail est l’étude de la réception de la réunification de l'Allemagne en Espagne pendant le processus politique qui a conduit à la disparition de la RDA et à la naissance de l’Allemagne actuelle. Sans perdre de vue la position du gouvernement espagnol de l’époque, nous nous sommes intéressé plus particulièrement aux réactions et aux opinions des milieux intellectuels et universitaires exprimées dans la presse de l’époque. Nous nous sommes ainsi particulièrement concentré sur les articles de fond parus dans différents dossiers du journal El País, qui a suivi de près le processus d’unification. Il ne s’agit donc pas ici d’analyser les réactions au jour le jour, mais plutôt de s’intéresser aux problématiques présentées dans ces dossiers à un public en quête d’analyses approfondies sur les questions d’actualité.

Haut de page

Entrées d’index

Aires géographiques :

Espagne, Allemagne

Périodes :

1989-1992
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Avant l’unification, les parlementaires Petra Kelly et Gert Bastian, ont pris part aux commémoratio (...)
  • 2 Pilar Ortuño Anaya. Los socialistas europeos y la transición española, Madrid, Marcial Pons, 2005, (...)

1Avant d’entrer dans cette étude, il nous a semblé pertinent d’évoquer brièvement l’évolution des relations diplomatiques entre l’Espagne et l’Allemagne. Contrairement aux pays voisins, qui ont subi de plein fouet les conséquences de l'expansionnisme allemand dans la première moitié du XXe siècle, l’Espagne n’a été touchée que ponctuellement par la question allemande. Certes, l’intervention de l’armée d’Hitler dans la guerre d’Espagne, et plus particulièrement les bombardements par la Légion Condor de la population civile, ainsi que la collaboration postérieure entre les nazis et le régime franquiste ont laissé des traces profondes chez les républicains. Mais à la fin des années 80, l’importance historique et symbolique des bombardements comme celui de Guernica en 1937 ne comptait plus guère dans les relations entre les deux pays. Pour sa part, l’Allemagne avait initié, avant l’unification, de timides gestes que l’on qualifierait de symboliques, et qui deviennent davantage institutionnels par la suite1. D’ailleurs, dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne Fédérale a maintenu de bonnes relations avec la dictature franquiste, notamment pendant la longue période des gouvernements de droite allemands, entre 1949 et 1966. Cette situation a changé modérément avec l’arrivée au pouvoir du social-démocrate Willy Brandt. À partir de 1969, Brandt mène une politique ambivalente envers l’Espagne. Officiellement, le gouvernement allemand a maintenu les relations avec la dictature, tandis qu’en coulisse, il a soutenu et financé une partie de l’opposition intérieure au régime par le biais de fondations – notamment grâce au rôle joué par le parti social-démocrate allemand (SPD) et la Fondation Friedrich Ebert, devenue « le moteur allemand de la démocratisation espagnole »2.

  • 3 Walther L. Bernecker. « España y Alemania en dos momentos decisivos de sus historias : la transició (...)
  • 4 ABC, 9 novembre 2009, « Kohl supo ser agradecido con Felipe González ».
  • 5 Bernecker, op. cit. p. 163.

2En outre, dans les années 1980, l’Allemagne, plus particulièrement sous l’action du chancelier Helmut Kohl, a appuyé et soutenu fermement l'intégration de l’Espagne au sein de la Communauté économique européenne, et la position allemande a été déterminante dans l’entrée de l’Espagne dans la CEE en 1986. Par la suite, l’Allemagne est devenue, à la fin des années 1980 et tout au long des années 1990, le principal allié de l’Espagne au sein des institutions européennes. En ce qui concerne la position de l’Espagne, il existait, selon l’expression du secrétaire général de Politique étrangère espagnol de l’époque, une « sensibilité différente » face à la question allemande3. Selon Walther L. Bernecker, l’Espagne – pour des raisons historiques et géographiques – n’avait pas les mêmes réticences que les États voisins concernant la vitesse du processus d’unification. La seule crainte exprimée clairement par le gouvernement espagnol concernait le fait que l’unification pouvait s’interposer dans le processus de construction européenne et retarder ainsi le calendrier établi concernant l’union économique et monétaire. Mais, après que le chancelier Helmut Kohl eut confirmé son attachement à l’Union monétaire et à la construction européenne, le Président du gouvernement espagnol Felipe González s’est montré clairement favorable à l’unification allemande. De son côté, Kohl s’était engagé à respecter le fonds de cohésion au sein de la nouvelle l’Union européenne. En mars 1990, lors du sommet hispano-allemand, le président espagnol a soutenu explicitement la position du gouvernement allemand de Kohl concernant les modalités du processus d’unification qui devaient être décidées et mises en place par les Allemands eux-mêmes4. Cette position du gouvernement espagnol en faveur de l’unification allemande, Felipe González a été presque le seul dirigeant européen de taille à la défendre aussi explicitement, sans parvenir cependant à cacher certaines inquiétudes. Ces réserves concernaient notamment l’utilisation des fonds communautaires pour le développement, dont l’Espagne était l’un des bénéficiaires directs, la crainte d’un désengagement de l’Europe de la part de l’Allemagne, ainsi que l’inquiétude de voir partir de nombreux touristes allemands vers d’autres destinations, et notamment en Europe de l’Est. Ces appréhensions exprimées par certains responsables politiques et économiques en Espagne n’étaient néanmoins pas partagées par une grande partie de la société espagnole. En février 1990, un « macro-sondage » réalisé dans les pays européens sur l’unification allemande montrait un appui social très fort en Espagne. Face aux peurs exprimées par les Anglais, les Français et surtout les Polonais, 73% des Espagnols interrogés se sont montrés clairement favorables à l’unification, derrière les Italiens (78%), tandis que seulement 6% d’entre eux se sont prononcés contre le processus d’unification5. Dans un entretien publié dans El País le 18 mars 1990, l’ancien ministre socialiste de l'économie Miguel Boyer (1982-1985) défendait ouvertement l’atout d’avoir une Allemagne forte, démocratique et ancrée en Europe dans un monde de plus en plus global.

  • 6 Né en 1976, six mois après la mort de Franco, El País, dirigé alors par Juan Luis Cebrián, devint l (...)

3Comment le processus d’unification de l’Allemagne a-t-il été présenté et interprété dans le journal espagnol El País, quotidien de référence durant la Transition6 ? L’un des premiers effets de la chute du Mur de Berlin et du début du processus de l’unification allemande a été la naissance d’un intérêt croissant pour cet événement et ses conséquences. Le journal a ainsi fait appel à des spécialistes allemands, mais aussi américains et français entre autres, pour compléter et élargir le regard porté par les auteurs espagnols sur la Wende en Allemagne. Ce phénomène a permis d’offrir aux lecteurs espagnols de nombreuses études et analyses sur l’histoire contemporaine de l’Allemagne et son devenir comme État national au sein de l’Europe. Néanmoins, contrairement à ce que la position favorable des Espagnols pouvait laisser entendre, ces articles n’ont pas été toujours très enthousiastes vis-à-vis du processus.

L’heure allemande

  • 7 « Los cambios en el centro y el este de Europa, reto para la construcción de la nueva Europa. »
  • 8 El País, 15 mars 1990. Cette idée de vitesse sera très présente tout au long du processus dans les (...)

4El País a publié en 1990 quatre grands numéros spéciaux dédiés intégralement à l’unification allemande. Le premier d’entre eux est paru le 15 mars 1990 à l’occasion de l'élection imminente d’un nouveau parlement en RDA destiné à négocier le processus d’unification. Dans la section « Temas de nuestra época » (Questions de notre époque), El País proposa un cahier intitulé « La hora alemana » (L’heure allemande) avec le sous-titre « Les changements dans le centre et l’Est de l’Europe, un défi pour la construction de la nouvelle Europe7 ». Le dossier était destiné, selon les propos annoncés en première page, à éclairer le débat sur la nature de la nouvelle Allemagne qui mettait en jeu le devenir de la nouvelle Europe. L’objectif affiché était de mieux entrevoir les dangers et les avantages de ce futur qui approchait à grande vitesse8. Ce premier dossier composé de plusieurs articles de fond, dont certains écrits par des auteurs allemands et d’autres par des spécialistes espagnols et français, était illustré à profusion par des œuvres d’art, dessins et peintures. Sur la couverture, l’œuvre La novia (Pandora) (La mariée -Pandore) de l’artiste dadaïste Hannah Höch ouvrait le cahier. À l’intérieur, pas moins de huit dessins et tableaux des dadaïstes Raoul Hausmann et Johannes Theodor Baargeld, et du peintre expressionniste George Grosz.

Fig. 1 EL PAIS, « La hora alemana » (L’heure allemande), 15.03.1990

Fig. 1 EL PAIS, « La hora alemana » (L’heure allemande), 15.03.1990
  • 9 Il faut aussi reconnaître qu’à cette époque le Musée d’art contemporain Reina Sofía de Madrid avait (...)

5Le choix de ces artistes, notamment les dessins et les lithographies de Grosz, n’était pas anodin. Les caricatures caustiques contre la bourgeoisie et la société allemande de la période de l’entre-deux-guerres de George Grosz, dans lesquelles le capitalisme sort toujours triomphant, cherchaient à établir un parallélisme avec la situation allemande après la chute du Mur de Berlin. Ces images plongeaient le lecteur dans l’une des périodes les plus critiques de l’histoire contemporaine de l’Allemagne qui allait déboucher sur la montée du nazisme au pouvoir en 1939. Le premier article de la série intitulé « Ilusiones ópticas » (Illusions optiques), reproduisait le discours prononcé par l’écrivain Günter Grass lors du Congrès du SPD à Berlin le 18 décembre 1989. Dans ce texte, l’auteur du roman Le tambour, dénonçait avec amertume les souffrances des Allemands de la RDA pendant et après la Seconde Guerre mondiale et demandait des compensations en faveur de la RDA, car :

  • 10 « Son ellos, no nosotros, los que han soportado hasta límites insospechados el peso de la II Guerra (...)

« Ce sont eux, et pas nous, qui ont supporté jusqu’à l’indicible le poids de la défaite de tous les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale10. »

6Grass faisait aussi appel à la générosité des Allemands de la RFA en demandant une négociation sur un pied d’égalité vers une confédération de deux États et le renoncement explicite à l’unification tant redoutée par les voisins européens. Le texte était illustré par une lithographie satirique de Grosz extraite du portfolio Gott mit uns (Dieu est avec nous) intitulée « Die Kommunisten fallen - und die Devisen steigen » (Les communistes tombent – Les devises montent) dans laquelle il dénonçait l’alliance entre le capitalisme et l’armée contre le peuple allemand11.

Fig. 2 EL PAIS, « La hora alemana » (L’heure allemande), 15.03.1990, p.3

Fig. 2 EL PAIS, « La hora alemana » (L’heure allemande), 15.03.1990, p.3
  • 12 L’auteur soulignait néanmoins une avancée significative pour la démocratie : « La transformación de (...)
  • 13 Cet auteur publia en avril 1990 un article dans la revue Claves de razón práctica avec un titre on (...)

7Dans un registre similaire, Agapito Maestre, philosophe au CSIC – l’équivalent espagnol du CNRS –, dénonçait lui aussi l’inévitable et imminente annexion de la RDA par la RFA. Dans son article intitulé « El tiempo vuela » (Le temps passe vite), Maestre manifestait clairement son opposition à la solution de l’annexion, imposée non par un vieux nationalisme du « sol et du sang », mais par un nouveau nationalisme bancaire12. Cet auteur dénonçait ainsi la possibilité d’un futur État allemand dominé par la Deutsche Bank et les grandes entreprises liées à l’industrie de l’armement qui pourrait aller jusqu’à demander même le rétablissement des frontières de la grande Allemagne de 1937, voire au-delà. À terme, ce qui était en jeu dans l'unification, toujours selon cet auteur, c’était de savoir si la bourgeoisie et la banque allemandes allaient maîtriser le marché européen, si le grand capital allait devenir ainsi finalement le vainqueur de la Seconde Guerre mondiale13.

8Le dossier comprenait également un article de Jacques Poulain, professeur de philosophie à l’Université de Paris 8, intitulé « El autismo nacionalista » (L’autisme nationaliste). J. Poulain saluait la lutte en faveur de la liberté dans les pays de l’Est, et notamment en RDA, mais en même temps, il mettait en garde contre les conséquences négatives d’une adoption sans retenue du capitalisme par ces mêmes peuples.

Démocratie ou unification ?

9Un autre article du philosophe espagnol Reyes Mate intitulé « Democracia o reunificación » (Démocratie ou réunification) était illustré par le photomontage de Haussmann Dada siegt (Dada vainqueur). L’auteur dénonçait la débandade communiste, la fin de l’histoire proclamée par les néoconservateurs même s’il était contraint de reconnaître que la chute du Mur de Berlin était pour lui la preuve irréfutable de l’absence d’alternative au système capitaliste. D’où le choix du tableau dont le sous-titre était « Un seso burgués de precisión provoca un movimiento mundial » (Un cerveau bourgeois de précision provoque un mouvement mondial).

10L’intérêt de l’article de Reyes Maté résidait néanmoins dans l’opposition exprimée par le titre de son texte : « Démocratie ou réunification ». Pour lui, la démocratie était étroitement liée à l'autodétermination et à la possibilité de choisir librement la configuration d’une nouvelle démocratie interne et d’une politique étrangère, y compris dans la question de l’unification. Le philosophe espagnol ne croyait pas en cette issue. Le seul espoir qui lui restait était la création d’une nouvelle Europe généreuse et éloignée des nationalismes qui par le passé l’avaient fait sombrer dans le chaos.

11Le dernier article de ce dossier intitulé « La máscara del narcisismo » (Le masque du narcissisme) était un texte écrit à quatre mains par le psychiatre allemand M. Zeug et le philosophe espagnol José Antonio Gimbernat. À partir d’une perspective psychanalytique, les auteurs proposaient une interprétation de la façon dont l’unification était en train d’être conduite. De nouveau, le danger d’un nationalisme allemand triomphant apparaissait comme toile de fond. Selon ces auteurs, le nationalisme qui était en train de renaître brusquement semblait indiquer que les Allemands n’éprouvaient pas de sentiment de culpabilité ni de honte vis-à-vis du passé nazi, mais qu’ils se sentaient plutôt blessés et offensés par les Alliés.

12Les sentiments exprimés par l’ensemble des auteurs des articles de ce premier dossier prétendaient dénoncer la dynamique de la RFA, visant à provoquer le démantèlement économique, politique et social de la RDA. Des offres alléchantes et des aides économiques versées aux migrants allemands n’avaient pour but que d’anéantir la RDA afin de l’incorporer à la RFA sans opposition ni résistance. Les gestes de solidarité et de générosité de la part de l’Occident et de la société capitaliste envers les frères pauvres cachaient à peine les desseins de mener à terme une annexion sans condition. Toujours selon ces auteurs, le harcèlement idéologique et la prétention d'imposer des solutions unilatérales laissaient apparaître clairement l’agressivité croissante de l’Ouest envers l’Est.

La hantise d’une Grande Allemagne

  • 14 El País, 18 mars 1990.

13Outre les informations destinées à rendre compte des enjeux des premières élections libres en RDA en mars 1990, le journal publiait à peine trois jours plus tard dans sa rubrique internationale un nouveau dossier spécial de quatre pages sur le devenir de la grande puissance européenne14. Le titre du dossier « La Gran Alemania que viene » (La Grande Allemagne qui arrive) laissait entendre une certaine inquiétude face au nouveau géant émergent. L’image choisie pour illustrer la Une du dossier, un dessin de Ramiro Pareja, ne laissait pas de doutes sur le devenir de cette future unification : l’annexion pure et simple de la RDA par l’Allemagne occidentale.

Fig. 3 EL PAIS, « La Gran Alemania que viene » (La Grande Allemagne qui arrive), 18.03.1990

Fig. 3 EL PAIS, « La Gran Alemania que viene » (La Grande Allemagne qui arrive), 18.03.1990

14Dans l’illustration, l’aigle surpuissant de la RFA tient dans ses griffes à droite de nombreux billets et pièces de marks allemands. De l’autre côté, un petit aigle ensanglanté avec une petite tête de poussin représentait la RDA, victime de la puissante RFA. Comme légende de l’image, un texte à caractère informatif qui mêlait l’admiration pour le processus, mais aussi une certaine crainte du géant économique qui allait surgir de la future unification :

  • 15 « Cuando concluya la reunificación, un país de 80 millones de habitantes y un producto interior bru (...)

« Lorsque l’unification sera achevée, un pays de 80 millions d’habitants et un PIB semblable à celui de la France et de la Grande-Bretagne réunies verra le jour en plein cœur de l’Europe15. »

15À l’intérieur, des éléments pédagogiques relatifs à l’histoire séculaire de fragmentation et d’unification, accompagnés de trois cartes et une chronologie essentielle illustrée avec les images de Bismarck, Hitler et Adenauer. De nombreux graphiques montraient les différences entre les deux Allemagne, mais aussi le résultat de la future union dans un contexte mondial. Le texte, dans un style plus journalistique et moins idéologique que les articles de fond précédents, évoquait par contre les enjeux militaires de l’unification, la question de la démilitarisation de la RDA et les conditions imposées par l’URSS pour donner son aval à la réunification.

16Selon l’article, la grande puissance allemande allait devenir aussi une puissance de la neutralité après avoir été pendant des décennies en première ligne de l’affrontement Est-Ouest. Le texte, rédigé par les journalistes Enric González et Jose Martí Font, responsables de la section internationale du journal, insistait néanmoins sur la puissance économique allemande. Il se faisait ainsi l’écho de la croissante internationalisation de son économie, de la santé insolente du deutsche mark, et du rachat de la plupart des anciennes entreprises de la RDA par les géants de la RFA. Pour les auteurs, c’était un retour dans le temps, comme si après la disparition des frontières les eaux avaient repris leur cours, soulignant que seule l’entreprise Alcatel avait réussi à s'infiltrer dans ce « goûter  d’Allemands » (« merienda de alemanes »). Néanmoins, les deux auteurs rapportaient aussi les nombreuses difficultés liées à l’unification telles que la méfiance sociale entre le nord et sud, la question de la parité du mark et le sacrifice des deux côtés pour réussir à trouver un niveau de vie égalitaire. Malgré toutes ces contraintes immédiates, l’avenir dessinait à court terme une puissance sans contrepoids au cœur de l’Europe. La dernière page de ce dossier spécial présentait les visages des personnalités allemandes appelées à jouer un rôle capital dans le futur immédiat de la nouvelle réalité politique. Outre les politiques tels que Lafontaine, Kohl, Willy Brandt ou Hans Dietrich Genscher, apparaissaient également des économistes, mais aussi des personnalités du monde de la culture telles que Günter Grass ou Christa Wolf par exemple. Un dernier article sur le nouveau Berlin qui s’annonçait en perspective complétait le dossier. La ville semblait appelée à devenir la capitale de l’Europe, mais aussi la colonne sur laquelle articuler l’avenir du continent.

L’avènement de la Super Allemagne Démocratique

17Quelques mois plus tard, à l’occasion de la cérémonie d’unification, l’intérêt montré par les médias espagnols a atteint son paroxysme. Les dix chaînes de télévision ont diffusé la cérémonie, et neuf d’entre elles ont envoyé un correspondant à Berlin pour suivre et rendre compte en direct des festivités. Pour El País, la réunification définitive a été l’occasion de revenir à nouveau longuement sur la question du futur de la nouvelle Allemagne avec plusieurs dossiers spéciaux. Le plus important a été sans doute celui du 3 octobre consacré dans une large mesure aux enjeux immédiats pour les Allemands. La Une de ce jour historique était presque entièrement consacrée à l’unification sous le titre « Nace la súper Alemania democrática » (La super Allemagne démocratique vient de naître), signalant que l’unification mettait fin à la Seconde Guerre mondiale.

18Outre les douze pages destinées à rendre compte des festivités, le journal offrait sur le sujet allemand un éditorial, un article d’opinion et, surtout, un supplément de seize pages. Ce cahier spécial affichait sur sa couverture un caractère festif, éloigné des premières craintes exprimées six mois auparavant. La photo de deux jeunes femmes en train de fêter l’unification avec la Porte de Brandebourg en toile de fond était bien éloignée du dessin de l’aigle publié en mars.

Fig. 4 EL PAIS, « Alemania », 03.10.1990, supplément spécial de 16 pages

Fig. 4 EL PAIS, « Alemania », 03.10.1990, supplément spécial de 16 pages
  • 16 Hölderlin, Friedrich. Hiperión o el eremita en Grecia, traduction de Jesús Munarriz, Madrid, Edicio (...)
  • 17 Hölderlin, Friedrich. Hypérion, traduction de Philippe Jacottet, Paris, Gallimard, 1973 [1797]).

19La simplicité du titre « Alemania » ne cachait pas néanmoins la transcendance de l’événement soulignée par la citation de l’écrivain Friedrich Hölderlin : « El amado suelo de mi patria vuelve a proporcionarme alegría y dolor »16 (Une fois encore, le sol très aimé de la patrie me donne ma pâture de joie et de douleur)17. Au-dessus de l’image, un petit texte avec l'objectif affiché du numéro :

  • 18  « Los alemanes vuelven a vivir desde hoy en un único país. Un país que nace con vocación democráti (...)

« Les Allemands vivent dès aujourd’hui à nouveau dans un seul pays. Un pays qui naît d’une vocation démocratique, européenne et de paix. Se referme ainsi un long cycle historique dans lequel l’Allemagne a vécu divisée en deux États avec des conceptions politiques, économiques et sociales très différentes. Ce numéro spécial analyse les problèmes auxquels elle doit faire face et comment sera la nouvelle Allemagne d’un point de vue historique, politique, constitutionnel, économique et social18. »

20En effet, le cahier comprenait huit longs articles de nature très différente, écrits par des auteurs avec des formations et des horizons culturels et géographiques très divers. Il s’ouvrait avec une analyse historique de William Pfaff, un essayiste américain, collaborateur du journal Los Angeles Times, qui proclamait l’unification allemande comme l’événement le plus important de la décennie, devant la chute du communisme. Selon Pfaff, cette dernière était inévitable tandis que l’unification des deux Allemagnes était inattendue. Dans son article intitulé « La maldición de la historia » (La malédiction de l’histoire), il développait une réflexion sur la fatalité qui avait toujours poursuivi l’Allemagne : le fait d’être trop puissant pour s’intégrer facilement sur l'échiquier européen, mais trop faible pour assumer le leadership mondial. Malgré la persistance de la malédiction, l’apparition de la communauté européenne pouvait servir de levier et permettre à l’Allemagne d’effacer cette destinée tragique. De son côté, dans l’article intitulé « Renana, católica y federal » (Rhénane, catholique et fédérale), José Martí Font présentait l’unification comme le triomphe posthume du Chancelier Adenauer et n’hésitait pas à insister sur l’idée de conquête du sud face au nord de l’Allemagne, du capitalisme face au communisme :

  • 19 « La nueva Alemania, la que enfila el tercer milenio, soulignait Martí Font, es una creación del ca (...)

« La nouvelle Allemagne, celle qui se lance vers le troisième millénaire est une création du catholicisme rhénan. Après quarante années de lutte acharnée, pendant lesquelles presque tous les coups étaient permis, le projet communiste a été vaincu, anéanti. La RDA s’est rendue et s’est livrée pratiquement sans condition à la RFA.19 »

21Dans l’article de Johannes Spiegel-Schmidt, « Un paciente llamado Alemania » (Un patient nommé Allemagne), le pays est représenté comme un malade allongé encore sur le fauteuil du psychanalyste. Seul un nouveau projet commun orienté vers l’écologie pouvait faire face aux chants des sirènes du capitalisme. Le diagnostic sur l'Allemagne unifiée du professeur Heinrich Oberreuter de l’Université de Passau faisait de même appel à des termes proches de la psychanalyse pour rendre compte de la nouvelle réalité. Dans son article « Mayor, pero no distinta » (Plus grande, mais pas différente), Oberreuter insistait, entre espérance et amertume, sur le fait que malgré son agrandissement évident, la nouvelle Allemagne n’était pas fondamentalement différente. Après une longue analyse consacrée à la culture politique et aux problèmes à venir, le diagnostic concluait ainsi :

  • 20 « A la larga, los alemanes unidos serán como los del oeste que ha conocido el mundo en los últimos (...)

« A long terme, les Allemands unifiés seront comme ceux de l’Ouest que le monde a connus pendant ces dernières décennies : démocratiquement purifiés, nationalement refrénés, timides d’un point de vue militaire et économiquement puissants 20. »

Economie, sport et unification

22L’économie a aussi fait l’objet d’une analyse de Jürgen Donges de l’Institut de politique et économique de Cologne. Les opportunités ouvertes par la nouvelle situation – on parlait dans le titre d’ « Un nouveau miracle économique » – étaient traitées par secteurs avec une prévision très positive de l’avenir immédiat. L’auteur avançait :

  • 21  « La revitalización económica de la antigua RDA se conseguirá pronto y abrirá a la economía aleman (...)

« La revitalisation économique de l’ancienne RDA sera bientôt une réalité et ouvrira de nouvelles voies à l’économie allemande occidentale pour augmenter la production et accroître les investissements21. »

23Le professeur Donges rassurait le lecteur espagnol en indiquant que les investissements allemands en Espagne n’allaient pas disparaître du jour au lendemain. Étant donné le caractère de plus en plus global de l’économie, les entreprises allemandes continueraient d’avoir besoin de s’assurer une présence multinationale.

24Curieusement, c’est dans le monde du sport que les pronostics étaient les plus pessimistes pour l’ancienne RDA. Selon le journaliste sportif espagnol Santiago Segurola, l’unification allait entraîner la fin de l’Empire sportif érigé en RDA. Sans l’étroite surveillance de l’État et les intérêts liés à la propagande du régime, la plus grande partie des sportifs de haut niveau allaient vivre dans le dénuement total. Selon Segurola, seuls quelques champions avaient obtenu des sponsors étrangers, notamment au sein de l’équipe de l’athlétisme. Néanmoins, le constat était sans appel : la plupart des vieux héros sportifs se trouvaient sans entraîneur, sans centres d’entraînement et sans appui économique.

25Le dernier article du dossier reproduisait les déclarations du ministre des Affaires étrangères de la RFA, Hans-Dietrich Genscher, lors de la signature de l’accord entre les négociateurs « deux plus quatre » à Moscou le 11 septembre 1990. Dans cette déclaration le positionnement pacifiste de la nouvelle Allemagne était le principal leitmotiv.

26Face aux craintes exprimées sur le devenir du nouveau géant allemand seulement quelques mois auparavant, les articles publiés dans ce dossier du 3 octobre 1990 mettaient en avant le caractère démocratique de la nouvelle Allemagne, sa vocation européenne et son engagement en faveur de la paix. Le dossier était aussi largement illustré, mais, contrairement aux images précédentes de Grosz et des dadaïstes, les photographies choisies pour accompagner cette fois les textes montraient une société heureuse et épanouie, très éloignée en tout cas de la vision acide du peintre expressionniste sur les Allemands de l’entre-deux-guerres. Il est indéniable que le succès inattendu d’une réunification aussi rapide avait changé certains esprits. Néanmoins, l’impression d’une domination nette d’une Allemagne sur l’autre était toujours très présente dans ces articles. Ainsi, El País de ce 3 octobre 1990 a publié un article d’opinion d’Ignacio Sotelo, alors professeur à l'Université Libre de Berlin, intitulé « La unificación » (L’unification). Le politologue et sociologue espagnol faisait un bref bilan, après les premiers moments d'émotion, de ceux qu'il appelait les perdants, les groupes sociaux pour lesquels le prix à payer serait fort et le bénéfice escompté très maigre. Sotelo pointait comme le plus grand perdant de l'unification la classe ouvrière allemande et de façon indirecte l'État providence mis à mal par l'intégration massive des Allemands de l'Est, la suppression inévitable des services publics et l'augmentation avérée des impôts, sans oublier le futur de la gauche politique désorientée après la chute du socialisme réel (en italique dans le texte original). Sotelo pointait ainsi le prisme à travers lequel la plupart des journalistes et auteurs espagnols, mais pas seulement, avaient rendu compte de l’unification Allemagne. Le dessin de Raul qui accompagnait le texte était aussi très explicite sur la signification ultime de l’unification.

Fig. 5 EL PAIS, « La unificación » (L’unification), 03.10.1990, dessin de Raul

Fig. 5 EL PAIS, « La unificación » (L’unification), 03.10.1990, dessin de Raul

27Le lendemain de l’unification, le 4 octobre 1990, El País publiait un nouveau dossier, en partenariat avec le journal Libération, destiné à analyser l’influence du nouveau pays sur le futur de l’Union européenne. La question était clairement posée sur la couverture du cahier spécial.

Fig. 5 EL PAIS, « ¿Alemania europea?», 04.10.1990

Fig. 5 EL PAIS, « ¿Alemania europea?», 04.10.1990

28En réalité, il s’agissait d’une version écrite et résumée des interventions de différents dirigeants politiques et représentants de la culture et de la diplomatie européennes réunis le 25 septembre à Paris dans un forum organisé par le journal français autour des deux questions clés : L'Europe, a-t-elle besoin de l’Allemagne ? Et l’Allemagne a-t-elle besoin de l’Europe? Le dossier de seize pages reproduisait entre autres les interventions de François Mitterrand, Jacques Delors, Serge July, du côté français, et Günter Grass, Rita Süssmuth, Lotar Späth ou Daniel Cohn-Bendit, entre autres du côté allemand. Sa publication dans El País est une preuve palpable de l’importance accordée par le journal à cet événement majeur de la fin du XXe siècle. Le dossier comprenait aussi trois articles écrits par des auteurs espagnols, l’ancien directeur d’El País, Juan Luis Cebrián, un ancien responsable communiste espagnol et un haut conseiller diplomatique du gouvernement de Felipe González, Carlos Alonso Zaldivar. Le dossier permettait ainsi au lecteur espagnol de s’ouvrir vers de nouvelles perspectives puisque la question abordée concernait non seulement l’Allemagne, mais le devenir de l’ensemble du projet européen. La contribution de Carlos Alonso Zaldivar évoquait surtout les conséquences que pouvaient entraîner l’unification allemande dans le versant méditerranéen de l’Europe. Face à l’opposition classique Est-Ouest, Alonso Zaldivar défendait l’idée qu’il ne fallait pas négliger l’axe Nord-Sud, puisque selon lui la sécurité de l’Europe allait se jouer de plus en plus dans cet axe. Zaldivar ne voyait pas une menace directe pour l’Europe, mais un défi dans la frontière sud de l’Europe pour l’ensemble de la CEE et appelait dans sa conclusion l’Allemagne à prendre en compte cette réalité méditerranéenne.

  • 22 Bernecker, op.cit. p. 163.

29Les images impressionnantes de la chute du Mur de Berlin diffusées à la télévision et celles de la fête de l’unification devant la porte de Brandebourg, moins d'un an après, ont contribué à créer une image très positive de la révolution pacifique vécue par la RDA. Mais la façon dont le processus a été mené a laissé dans la presse espagnole l'impression d'assister à une annexion de la RDA par la RFA. Toutefois, beaucoup de craintes exprimées dans les articles publiés dans El País se sont avérées finalement très éloignées de la réalité. D’autres analystes ont pointé plus pertinemment des problèmes auxquels les Allemands ont été confrontés dans les années qui ont suivi l’unification. Mais la plupart de ces auteurs ont été submergés dans leurs jugements par leur idéologie, leur vécu et leurs expériences personnelles plus ou moins liées à un engagement politique de gauche. L’humble intérêt de notre contribution peut résider dans l’accession à la vision du monde, la Weltanschauung de toute une génération d’Espagnols. Une génération qui, après avoir vécu sous l’oppression de la dictature franquiste, assistait à la chute du Mur de Berlin avec un mélange de soulagement et d’inquiétude : la joie de partager avec tous ces gens le chemin de la liberté, mais tempérée par l’amertume de voir disparaître en un clin d’œil la possibilité de créer un nouveau projet de société non soumis aux lois du capitalisme. Les aspects qui apparaissent constamment dans les articles, souvent en forme de hantise, sont les problèmes que cette unification pouvait engendrer dans le processus d'unification européenne. La naissance d'une puissance hégémonique, « La Grande Allemagne », seule maîtresse du destin européen, les difficultés économiques susceptibles de conditionner les fonds d'aide aux régions de la CEE étaient des appréhensions très présentes dans les articles. Après avoir constaté l'absence de conséquences négatives immédiates pour l'économie espagnole, la presse tourne une page et s'occupe de rendre compte des problèmes sociaux survenus en Allemagne, de la place de la femme dans la société, du chômage, de la radicalisation d'une partie de la population, du racisme et de l'extrémisme croissant et surtout de l'incompréhension entre l'Est et l'Ouest22.

  • 23 El País, 3 février 1992. « Lo trágico es que ni unos ni otros acaban de entender que los alemanes s (...)

30Lors du premier anniversaire de la chute du Mur de Berlin, le 10 novembre 1990, El País se faisait justement l’écho de l'absence des festivités pour célébrer l'anniversaire. Les Berlinois étaient, selon le journaliste Marti Font, fatigués d'avoir vécu un an de vertige historique et préoccupés davantage par les difficultés quotidiennes. Sa chronique rapportait également que plus de 70% des 172 km du mur du béton qui avait divisé les deux Allemagnes était encore debout. En outre, les embouteillages faisaient que le temps nécessaire pour passer de l’Est à l’Ouest était aussi long que lorsqu’il fallait affronter la machine douanière du régime communiste. Finalement, concluait le correspondant, malgré la patience démontrée par les habitants, il existait un sondage fantôme selon lequel la moitié des Berlinois occidentaux voulait à nouveau ériger le mur. Pour la presse espagnole, les victimes de l'unification étaient surtout, et pour des raisons bien différentes, les Allemands des deux côtés du mur. Le 3 février 1992, El País rendait à nouveau compte des difficultés issues du processus, soulignant notamment l’absence flagrante du sentiment d’appartenance à un seul et unique pays : « Ce qui est tragique, c’est que ni les uns ni les autres ne comprennent que les Allemands sont en train de se regarder eux-mêmes23 ».

Haut de page

Notes

1 Avant l’unification, les parlementaires Petra Kelly et Gert Bastian, ont pris part aux commémorations du 50e anniversaire du bombardement de Guernica. Le 18 avril 1987, ils ont déposé une gerbe de fleurs au pied de l’arbre de Guernica avant de prononcer un bref discours. Dans son allocution, Petra Kelly a dénoncé ouvertement la responsabilité de la Luftwaffe dans la destruction de la ville de Guernica et dans la mort d’un nombre considérable de ses habitants sous les bombes allemandes. Après l’unification, le 27 avril 1997, à l’occasion du 60e anniversaire du bombardement, le président allemand Roman Herzog a adressé une lettre au peuple de Guernica dans laquelle il demandait publiquement pardon pour la participation allemande dans l’attaque contre la ville. El País, 28 avril 1997. Voir aussi Michael Kasper. Gernika y Alemania. Historia de una reconciliación, Bilbao, Bakeaz/Gernika Gogoratuz, 1998.

2 Pilar Ortuño Anaya. Los socialistas europeos y la transición española, Madrid, Marcial Pons, 2005, p. 199.

3 Walther L. Bernecker. « España y Alemania en dos momentos decisivos de sus historias : la transición española y la unificación alemana », in Iberoamericana, nº 26, juin 2007, p. 153-166.

4 ABC, 9 novembre 2009, « Kohl supo ser agradecido con Felipe González ».

5 Bernecker, op. cit. p. 163.

6 Né en 1976, six mois après la mort de Franco, El País, dirigé alors par Juan Luis Cebrián, devint le quotidien de référence pendant la Transition, grâce à la participation de journalistes et de collaborateurs ayant une grande expérience dans toutes les rubriques, ce qui éleva de façon remarquable le niveau de l’information et de la culture proposé alors aux Espagnols. Se situant dans un spectre idéologique de centre gauche, El País joua un rôle fondamental pendant les moments critiques de la transition et la consolidation postérieure de la démocratie en Espagne. Il reste encore aujourd’hui le journal de référence en Espagne avec un tirage moyen de plus de 450.000 exemplaires.

7 « Los cambios en el centro y el este de Europa, reto para la construcción de la nueva Europa. »

8 El País, 15 mars 1990. Cette idée de vitesse sera très présente tout au long du processus dans les informations quotidiennes concernant l’unification : « Hacia la unificación a una velocidad vertiginosa » (Vers l'unification à une vitesse vertigineuse »), titre de la chronique du 3 octobre 1990.

9 Il faut aussi reconnaître qu’à cette époque le Musée d’art contemporain Reina Sofía de Madrid avait organisé une exposition rétrospective autour de Berlin comme haut lieu des avant-gardes au début du XXe siècle. Certaines des images utilisées par le journal faisaient, en effet, partie de cette exposition.

10 « Son ellos, no nosotros, los que han soportado hasta límites insospechados el peso de la II Guerra Mundial perdida por todos los alemanes. »

11 Site du MOMA [En ligne] http://www.moma.org/collection/object.php?object_id=70002 (consulté le 15 février 2012).

12 L’auteur soulignait néanmoins une avancée significative pour la démocratie : « La transformación del terrorífico y atávico nacionalismo aleman de Blut y Raum (sic) por sencillas y elementales demandas de satisfacción y ansias de felicidad individual. » (La transformation du terrifiant et atavique nationalisme allemand du Blut et Raum (sic) par de simples et élémentaires demandes de satisfaction et envies de bonheur individuel.) On notera que l’auteur fait en réalité ici référence au slogan nazi « Blut und Boden », porteur de l’idéologie ruraliste et raciale du Troisième Reich.

13 Cet auteur publia en avril 1990 un article dans la revue Claves de razón práctica avec un titre on ne peut plus explicite : « Deutschland über alles ». Maestre anticipait ouvertement dans ce texte que la future Allemagne unifiée deviendrait la plus grande menace pour l'intégration politique et économique de la Communauté européenne. Il se montrait ainsi défenseur des pessimistes Allemands et Européens face aux résultats du processus d'unification allemande, notamment à cause du révisionnisme historiographique et du retour d'un patriotisme germanique, basé sur le miracle économique, visant à éliminer de l'histoire allemande les traces du nazisme.

14 El País, 18 mars 1990.

15 « Cuando concluya la reunificación, un país de 80 millones de habitantes y un producto interior bruto equiparable a la suma del francés y el británico emergerá en pleno corazón de Europa. »

16 Hölderlin, Friedrich. Hiperión o el eremita en Grecia, traduction de Jesús Munarriz, Madrid, Ediciones Hiperión, 1976 [1797].

17 Hölderlin, Friedrich. Hypérion, traduction de Philippe Jacottet, Paris, Gallimard, 1973 [1797]).

18  « Los alemanes vuelven a vivir desde hoy en un único país. Un país que nace con vocación democrática, europea y de paz. Se cierra con ello un largo ciclo histórico en el que Alemania vivió dividida en dos Estados de muy distintas concepciones políticas, económicas y sociales. Este suplemento analiza a qué problemas y cómo será la nueva Alemania desde el punto de vista histórico, político, constitucional, económico y social. »

19 « La nueva Alemania, la que enfila el tercer milenio, soulignait Martí Font, es una creación del catolicismo renano. Tras 40 años de lucha sin cuartel en la que ha valido casi todo el proyecto comunista ha sido derrotado, arrasado. La RDA se ha rendido y ha sido tomada prácticamente sin condiciones por la RFA. »

20 « A la larga, los alemanes unidos serán como los del oeste que ha conocido el mundo en los últimos decenios : democráticamente purificados, nacionalmente refrenados, militarmente tímidos y económicamente fuertes. »

21  « La revitalización económica de la antigua RDA se conseguirá pronto y abrirá a la economía alemana occidental nuevas vías para aumentar la producción y ampliar la inversión. »

22 Bernecker, op.cit. p. 163.

23 El País, 3 février 1992. « Lo trágico es que ni unos ni otros acaban de entender que los alemanes se están mirando a sí mismos. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 EL PAIS, « La hora alemana » (L’heure allemande), 15.03.1990
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/1070/img-1.png
Fichier image/png, 148k
Titre Fig. 2 EL PAIS, « La hora alemana » (L’heure allemande), 15.03.1990, p.3
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/1070/img-2.png
Fichier image/png, 101k
Titre Fig. 3 EL PAIS, « La Gran Alemania que viene » (La Grande Allemagne qui arrive), 18.03.1990
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/1070/img-3.png
Fichier image/png, 181k
Titre Fig. 4 EL PAIS, « Alemania », 03.10.1990, supplément spécial de 16 pages
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/1070/img-4.png
Fichier image/png, 109k
Titre Fig. 5 EL PAIS, « La unificación » (L’unification), 03.10.1990, dessin de Raul
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/1070/img-5.png
Fichier image/png, 42k
Titre Fig. 5 EL PAIS, « ¿Alemania europea?», 04.10.1990
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/1070/img-6.png
Fichier image/png, 161k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jesús Alonso Carballés, « Images et représentations de la réunification de l'Allemagne en Espagne - le journal 'El País' », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 08 novembre 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/1070 ; DOI : 10.4000/mimmoc.1070

Haut de page

Auteur

Jesús Alonso Carballés

Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 – EA 3656 Ameriber

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page