Navigation – Plan du site
Perspectives géopolitiques

Les représentations de la réunification allemande dans l’ex-Yougoslavie

Laurent HASSID

Résumé

La réunification allemande a été perçue de manière différente dans les États de l’ex-Yougoslavie. En Serbie, république la plus peuplée de la Fédération et où se trouve le pouvoir central, elle est crainte comme le symbole d’une possible désintégration. En Croatie et en Slovénie s’est ainsi répandue l’idée que « si l’Allemagne peut se réunifier, la Yougoslavie peut bien se désintégrer » (Entretien avec Vladimir Radomirovic, ancien rédacteur en chef du quotidien serbe Politika et fondateur en 2009 de Pistaljka, site Internet qui dénonce la corruption dans les Balkans - www.pistaljka.rs).
Au risque de provoquer une crise au sein de la CEE, l’Allemagne a poussé les autres grandes puissances du continent, dont la France, à reconnaître rapidement les indépendances des deux républiques. Pour comprendre les différentes représentations de la réunification allemande dans les Balkans, il est nécessaire d’étudier également les perceptions de la chute du Mur de Berlin, un an plus tôt. Symbole d’un communisme qui n’est pas tombé partout dans l’ex-Yougoslavie à partir de 1991, il a néanmoins grandement participé à la désintégration de la Fédération. Vingt ans après, l’Allemagne reste un acteur majeur dans la région, mais a abandonné une partie de son influence économique et politique au profit de l’Union européenne, notamment à partir de l’introduction de l’euro qui prend la place du mark, ancienne devise de référence.

Haut de page

Entrées d’index

Aires géographiques :

Yougoslavie, Balkans, Allemagne, Slovénie

Périodes :

1990-2011
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La réunification de l’Allemagne a été l’un des principaux événements depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, et a suscité des réalignements diplomatiques dans de nombreux pays. Dans le cas de l’ex-Yougoslavie, elle a symbolisé une opposition majeure et presque simultanée qui se perçoit dans la syntaxe par les préfixes : l’Allemagne s’est (ré)unifiée, la Yougoslavie est devenue un État du passé (ex).

  • 1 A la tête de l’armée à l’époque communiste se trouvait aussi bien les Croates et les Slovènes que l (...)

2Créée en 1918, sous le nom de Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes, cette association de nations slaves voulue par les Alliés prend le nom de Yougoslavie dès 1929 (le pays des Slaves du Sud). Le triomphe des forces communistes emmenées par Tito pendant la Seconde Guerre mondiale reconfigure l’État en une structure officiellement décentralisée et fédérale, mais où tous les pouvoirs restent aux mains de Tito. Sa disparition en 1980, après avoir fait de la Yougoslavie l’un des fers de lance du non-alignement et développé une économie plus diversifiée que dans les autres pays communistes, marque un tournant. Les républiques réaffirment leur pouvoir politique légitimé par la dernière Constitution fédérale de 1974 et s’engagent dans une surenchère nationaliste avec un poids prépondérant à la Serbie, république de loin la plus peuplée et qui domine le commandement de l’armée1.

  • 2 LEVY/LUSSAULT, Dictionnaire de la géographie, Belin, 2003, Paris.

3Les représentations de la réunification allemande dans les différentes républiques yougoslaves questionnent l’idée de nation. Comme le rappelle Michel Lussault dans son Dictionnaire de géographie, le « but recherché est la caution d’un espace antécédent à toute polémique qui imposerait sa marque2 ». En somme, à l’heure où l’Allemagne retrouve son espace national, chaque république yougoslave s’interroge sur son futur au sein de la Fédération et se cherche des représentations géographiques et historiques qui légitimeraient une proclamation d’indépendance. De notables différences apparaissent : si, en Serbie, le mouvement nationaliste est fort et expansif (comme le rappelle le Mémorandum de l’Académie des Sciences de 1985), il est résolument indépendantiste en Croatie et anti-Milošević en Slovénie, l’accès à un régime démocratique étant en tête des revendications des autorités de Ljubljana. Mais certains textes comme la Déclaration d’Izetbegovic en Bosnie-Herzégovine, le Manifeste politique de Tudjman en Croatie ou l’œuvre de la revue Nova Revija en Slovénie rappellent également l’existence de revendications nationalistes plus ou moins affirmées.

4Pendant que l’Allemagne se réorganise sous forme d’État unifié dans ses frontières héritées d’après-guerre, les différentes nations yougoslaves, convaincues peu à peu au cours des années 1980 du caractère inexorable de l’implosion de la Fédération, cherchent ainsi à légitimer le plus grand territoire possible à partir d’éléments historiques (bataille du Champ des Merles de 1389 en Serbie).

Le contexte politique du début des années 1990

Le contexte international

5Au moment où l’Allemagne, un des principaux acteurs européens s’est réunifiée (3 octobre 1990), la Yougoslavie, État multinational créé en 1918 sous l’impulsion des Alliés s’est désagrégée (juin 1991). La construction d’une entité européenne réunie avec le retour d’un État allemand fort se trouve remise en cause par ce qui devient vite une guerre dans l’ex-Yougoslavie. La spectaculaire et soudaine fin des régimes communistes en Europe de l’Est a été perçue comme un appel à la réunification du continent européen, symbolisé par la rapide réunification allemande, pourtant crainte par la France. Mais les bonnes relations de l’époque entre le tandem Kohl-Mitterrand et l’acceptation en contrepartie par le chancelier allemand de l’écu, monnaie commune du continent au centre du traité de Maastricht, ont dissipé les hésitations de la diplomatie française. Ainsi, la France, le Royaume-Uni et les États-Unis ont accueilli avec surprise la chute du communisme sans s’opposer à la réunification allemande. La division de l’Allemagne en deux États est apparue comme une situation artificielle, tout comme la constitution d’un État yougoslave composé de plusieurs nations. Pour autant, lorsqu’en juin 1991, Slovénie et Croatie déclarent leur indépendance, ces trois mêmes États soutiennent l’unité de la Yougoslavie, sans doute pour des raisons différentes. La France a une conception centralisatrice de l’État et considère que le pouvoir émane de Belgrade. Le Royaume-Uni cherche un équilibre européen en évitant un poids surdimensionné de l’Allemagne dans une Europe balkanique émiettée et les États-Unis craignent une instabilité entre les différentes ethnies.

6La situation en Yougoslavie n’est pas comparable avec celle des États du pacte de Varsovie puisque Tito, mort en 1980, a dirigé un régime se voulant plus ouvert et accordant une certaine initiative à l’entreprise privée. Le communisme « à la yougoslave » a pu laisser croire que ce système était plus opérationnel qu’ailleurs : en réalité le manque de leadership à la tête de la Fédération dans les années 1980 a fait renaître des rivalités ethniques qui avaient été étouffées sous le communisme.

7En France, certaines représentations sur la Yougoslavie sont sujettes à débat. François Mitterrand estime dès le début du conflit yougoslave que la France ne peut prendre parti contre la Serbie, car cela remettrait en cause « l’amitié historique » entre les deux nations. Face à cette représentation s’oppose l’Allemagne, prête à reconnaître immédiatement les indépendances slovène et croate. Les quotidiens français au moment des indépendances prennent fait et cause pour le maintien de l’unité yougoslave, la Slovénie et la Croatie étant perçues comme des républiques sécessionnistes comparées à la Corse, à la Bretagne ou au Pays Basque.

8Le but de ce texte est de montrer la complexité des représentations de la réunification allemande dans l’ex-Yougoslavie sur la période-clé (1989-91). On peut ainsi s’interroger sur les liens de cause à effet entre la réunification allemande et la désintégration yougoslave.

La spécificité yougoslave

9À l’instar de la RFA, puis de l’Allemagne réunifiée, la Yougoslavie est un État fédéral. La dernière constitution de 1974, qui donne des pouvoirs toujours plus étendus aux six républiques, reconnaît – par rapport à la première constitution rédigée en 1945 – l’existence de plusieurs nations avec trois langues officielles (serbo-croate, slovène, macédonien), un Parlement dans la capitale de chaque république et une Constitution pour chacune d’entre elles. Les économies sont elles aussi plus ou moins autonomes : si les orientations fédérales sont décidées à Belgrade par la Ligue des communistes, de larges parties sont spécifiques. Les systèmes bancaires diffèrent (la Ljubljanska Banka est l’institution la plus connue), les grandes entreprises représentent la vitalité des économies des républiques (Gorenje en Slovénie, INA en Croatie), les compagnies aériennes symbolisent les territoires (Adria Airways pour la Slovénie).

Fig.1 Panneau publicitaire à Belgrade commémorant les dix ans de présence de la Raffeisen Bank (avril 2011)

Fig.1 Panneau publicitaire à Belgrade commémorant les dix ans de présence de la Raffeisen Bank (avril 2011)

Les représentations vues de Belgrade

10Vu du reste du monde, Belgrade a été la capitale de la Yougoslavie, l’un des centres politiques du mouvement des non-alignés entre les États-Unis et l’Union soviétique. Elle est aussi la capitale de la république de Serbie.

Les Serbes, « Robin des Bois » des Slovènes et des Croates

  • 3 VODOPIVEC Peter, De Herder à Hegel, les Slovènes ou l’indépendance imprévue, Historiens et géograph (...)

11En dépit d’une relative proximité avec Zagreb et d’une langue commune, il faut attendre 1918 pour voir Belgrade dans le même État que les Slovènes et les Croates. En 1905, le quotidien Slovenec publie une série de reportages sur Belgrade, présentant la ville comme un lieu lointain et peu connu des Slovènes3. À cette époque-là, les Serbes sont perçus comme les Robins des Bois des Balkans, les seuls à avoir pu résister durablement aux Turcs. Au contraire, Slovènes et Croates ont dû composer avec la tutelle des Habsbourg, cet état de domination politique renforçant leur admiration vis-à-vis des Serbes, autre peuple slave, qui a su se défendre dans la durée face aux redoutables adversaires qu’étaient les Ottomans. En 1918, à l’issue de la Première Guerre mondiale est fondé, avec l’aval des Alliés, le royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes. Cette unité des Slaves est d’abord favorablement accueillie : en Serbie, il s’agit de réunir tous les Serbes vivant dans les différents États des Balkans, si possible sous leur houlette, la Croatie y voit une solution pour se défaire de l’emprise hongroise et la Slovénie considère ce nouvel État comme une garantie pour la défense de ses intérêts territoriaux (Carinthie et Trieste). Or, dès l’année suivante, l’Italie annexe l’Istrie et Trieste sans que Belgrade n’intervienne. Et en 1920, la Carinthie est intégrée dans la nouvelle république d’Autriche après un plébiscite qui dans l’historiographie slovène est présenté comme biaisé par la politique planifiée par Vienne de germanisation de la province depuis le milieu du XIXe siècle.

La réunification allemande et la politique serbe

  • 4 Entretien avec l’auteur.

12En Serbie, le journaliste Vladimir Radomirović4, ancien rédacteur en chef de Politika évoque des interférences différentes entre la chute du Mur et la réunification. Dans un premier temps, la chute du Mur ne semble pas avoir suscité de sentiments particuliers, ce qui peut étonner car cela signifiait par la même occasion la fin du communisme dans plusieurs pays d’Europe orientale. Mais en 1991, Milošević est encore perçu comme un réformateur par une majorité de Serbes, au contraire d’une grande partie de la classe politique. De plus, la Yougoslavie reste beaucoup plus développée que les autres États communistes et le risque d’implosion n’a pas été particulièrement ressenti à Belgrade, notamment du fait du grand nombre d’étrangers y résidant dans le cadre de programmes internationaux. En revanche, lors de la réunification, les Serbes ont été davantage sensibilisés aux enjeux avec l’idée que si l’Allemagne peut se réunifier, la Yougoslavie peut bien se dissocier. Pour Belgrade, plus que pour toute autre ville yougoslave, une éventuelle fin de la Yougoslavie pose plusieurs questions : sur quelles bases créer un nouvel État serbe sachant que des populations serbes représentent des minorités importantes en Bosnie-Herzégovine, en Croatie, au Kosovo ? Quel serait le rôle de Belgrade, autrefois capitale mondialement connue ?

13Ce contexte d’incertitudes explique aussi la légitimation de Milošević à la tête de la Serbie. Il apparaît comme un compromis dans la défense de la république, en maintenant un système communiste et en jouant sur une fibre nationaliste modérée au regard des discours enflammés de l’ultranationaliste Vojislav Šešelj. Dès 1991, Milošević s’appuie sur deux idées, mais avec un temps de retard : il souhaite une Union soviétique forte, seul contrepoids à l’Allemagne et s’engage contre la perestroïka. En août 1991, il soutient le coup d’État contre Gorbatchev, coupable à ses yeux du mouvement de la réunification allemande, mais surtout d’avoir laissé la Yougoslavie se désintégrer. Cette stratégie d’un pouvoir fort à Moscou ne se dément pas, il envoie même de l’argent à des généraux de l’armée russe et supporte en 1993 le coup d’État contre Boris Eltsine.

La réunification allemande dans la société serbe

  • 5 RTV Sarajevo, Top lista nadrealista, saison 2, metteur en scène : Vuk Janić, scripte : Nenad Jankov (...)

14De 1984 à 1991, TV Sarajevo a diffusé un programme très populaire : Top Lista Nadrealista5. En 1991, le show, dans le contexte de la chute du Mur à Berlin, met en scène la construction d’un mur fictif entre les Serbes et les autres communautés à Sarajevo. D’autres sketchs mettent en scène des familles qui se divisent à cause de leur origine ethnique différente. Ces faits, difficilement imaginables à l’époque, ont donné à l’émission un rôle de prédicateur, d’autant plus qu’il s’agissait d’un des programmes les plus populaires dans toute la Yougoslavie.

15Pour le vingtième anniversaire de la chute du Mur, l’ambassade allemande à Belgrade a dressé un mur blanc sur la place de la république afin que les Serbes puissent y inscrire des messages. Sur l’un d’entre eux, on a pu lire : « si le mur était resté, la Yougoslavie n’aurait pas disparu » (da je zidina ostala, ne bi Juga propala). Cette représentation désormais très fréquente en Serbie, mais aussi en Bosnie-Herzégovine n’a pas été à l’époque automatiquement liée à la réalité politique en Allemagne.

Fig. 2 Affiche de présentation d’une conférence au Cankarjev Dom de Ljubljana en juin 2009 sur la dislocation de la Yougoslavie

Fig. 2 Affiche de présentation d’une conférence au Cankarjev Dom de Ljubljana en juin 2009 sur la dislocation de la Yougoslavie

Les représentations de la réunification allemande vues de Slovénie et de Croatie

16De par leurs liens historiques et leur proximité géographique avec l’Allemagne, la Slovénie et la Croatie ont accueilli avec grand enthousiasme la chute du Mur de Berlin et la réunification allemande. Deux idées dominent alors : le communisme est mort car il ne peut fonctionner sans l’Union soviétique, et si l’Allemagne peut s’unifier, Croates et Slovènes ont aussi le droit de se désengager.

Danke Deutschland et l’indépendance de la Croatie

17Si la chute du Mur de Berlin n’a pas suscité un changement dogmatique à la tête de la Serbie, il en va tout autrement dans les deux républiques du nord de la Yougoslavie.

18En Croatie, dès janvier 1992, la chanson Danke Deutschland interprétée par Sanja Trumbić et composée par Djordje Novković (issu d’un mariage mixte entre son père serbe et sa mère croate) devient très populaire dans les semaines qui précèdent l’indépendance. Reconnue davantage pour ses paroles aux accents nationalistes que pour sa qualité artistique, ce tube devient l’un des symboles de l’indépendance croate, dans un contexte politique très incertain. Le refrain propose les paroles suivantes :

Merci l’Allemagne, mon cœur brûle,
Merci l’Allemagne pour ce merveilleux cadeau,
Merci l’Allemagne, merci beaucoup,
Maintenant, nous ne sommes plus seuls,
Et l’espoir revient dans notre patrie déchirée.

19En dépit de son apparente simplicité, ce refrain manie un paradoxe avec le vers « maintenant, nous ne sommes plus seuls ». La Croatie, l’une des six républiques yougoslaves, s’apprête à quitter la Yougoslavie et à suivre sa propre voie : pourtant ici, la position croate au sein de la Fédération est perçue comme isolée par rapport aux autres républiques, et notamment au pouvoir prédominant de la Serbie.

20De même, le vers suivant qui décrit « une patrie déchirée » doit être compris comme l’état supposé délabré de la nation croate qui n’aurait pas pu se développer au sein de la Yougoslavie. C’est pourtant au sein de cette dernière qu’a émergé l’indépendance de la nouvelle république. Ici le terme patrie fait référence à un État croate millénaire, qui a existé au Moyen-Age et qui reste comme l’un des mythes fondateurs de la nation, même si l’idée nationale en Croatie comme dans les autres pays européens s’est progressivement développée à partir du XIXe siècle. La représentation d’une nation croate opprimée par l’État yougoslave reste très présente dans l’historiographie nationale et s’inscrit dans la volonté de retrouver l’État croate de Tomislav au Xe siècle, présenté comme le premier roi croate et dont la représentation en majestueuse statue fait aujourd’hui face à la gare ferroviaire de Zagreb.

21Le terme de « patrie » est également à relever : dans l’esprit de la chanson, il semble que la référence soit liée à l’existence d’une patrie croate ; or, jusqu’alors, la Croatie fait partie de l’État yougoslave. Ici se superposent deux sens du mot patrie : si on fait référence à la seule république croate, il s’agit du lien avec la nation ; en prenant en compte la Yougoslavie, on touche au domaine de l’État. En somme, ce terme montre le rapport entre la nationalité, c’est-à-dire, le lien d’un ressortissant avec sa nation et la citoyenneté, le lien avec l’État. Cette notion est fondamentale dans les Balkans car l’appartenance ethnique est un élément majeur dans les représentations de la nation. En Yougoslavie, chaque ressortissant a bénéficié d’une citoyenneté yougoslave commune et d’une citoyenneté d’une république, qui n’a pas nécessairement correspondu à l’origine ethnique. L’élément distinctif, tant dans la manière dont un individu a pu être perçu que dans la manière dont il a pensé être perçu, a été son origine ethnique, avec son lieu de naissance et sa langue maternelle. Ainsi, le droit du sang prédomine sur le droit du sol, comme en Allemagne.

22Contrairement à la Slovénie qui a mis en place un processus démocratique lisible, la Croatie semble naviguer à vue : organisation d’un référendum pour l’indépendance le 19 mai 1991 (contre le 23 décembre 1990 pour la Slovénie), sécession de la Yougoslavie à la hâte dans la foulée de celle de la Slovénie afin de prendre de court les autorités fédérales. La non-participation des Serbes de Krajina et de Slavonie orientale, qui représentent près de 25 % de la population totale en Croatie, confirme que Zagreb ne contrôle pas ces territoires dès le printemps 1991.

La Slovénie et ses rapports avec le monde germanique

23Du fait de son Histoire très liée avec celle de l’Autriche (duché de Carinthie au Moyen Age, domination habsbourgeoise), la Slovénie est perçue par les autres républiques ex-yougoslaves comme un territoire liant les Balkans au monde germanique. À Belgrade, la représentation « des vignes slovènes » comme premiers paysages de l’Autriche ou de Slaves germanisés (avec l’idée d’une certaine austérité et rigidité) est souvent avancée. Les Serbes perçoivent les Slovènes comme un peuple plus lointain que les Croates et sans arrière-pensées négatives. Hormis la période de l’indépendance, il n’y a pas d’épisodes conflictuels entre les deux ex-républiques. Dans ce contexte, les rapports entretenus par la Slovénie avec les pays germaniques ont pu paraître beaucoup plus intenses qu’avec les Croates. Il y a déjà la proximité géographique : les villes autrichiennes de Villach, Klagenfurt et Graz ont constitué des lieux d’excursion dominicaux (Maribor n’est qu’à 15 km au sud de la frontière autrichienne). Il y a la proximité historique, avec des populations slovènes en Carinthie qui, en dépit de leur faible nombre, reste un élément marquant dans la conscience nationale slovène. Ce lien physique avec l’Autriche - et par extension avec l’Allemagne - différencie la nature des rapports de véritable voisinage qu’entretient la Slovénie par rapport à la Croatie ou à la Serbie. En témoigne la réaction des médias autrichiens qui, le 25 juin 1991, ont montré des touristes se rendant au bord du lac de Bled à qui les nouveaux douaniers slovènes ont montré le nouveau panneau routier d’entrée sur le territoire slovène et le nouveau drapeau avec l’écusson représentant le Triglav, la mer Méditerranée et les étoiles jaunes du mythe historique des comtes de Celje.

  • 6 Entretien avec Jani Sever, ancien rédacteur en chef de Mladina et à la tête de Vest.si.
  • 7 La chaîne de supermarchés Leclerc s’y est implantée dès 2000, la zone industrielle située dans le s (...)

24Du temps de la Yougoslavie, la Slovénie dominait le marché industriel, produisait et diffusait dans l’ensemble de la Fédération. L’une des représentations les plus répandues a été de dire que la Slovénie contribuait à 20 % du PNB yougoslave alors que sa population était équivalente à 8 % de la population totale. Dans les années 1980, de puissantes entreprises comme Iskra (ordinateurs) étaient très prospères avec une production totalement slovène et diffusée dans toute la Yougoslavie6. Après l’indépendance, le marché slovène s’est fermé à cause des guerres et les pays occidentaux, avec en position dominante l’Allemagne, y ont massivement investi, à l’instar du développement de la zone industrielle de Rudnik à Ljubljana7. À partir du début des années 2000, dans l’optique de l’adhésion à l’UE, mais aussi avec le redémarrage des économies des autres ex-républiques yougoslaves, l’Allemagne a été perçue comme un partenaire commercial, mais aussi comme un concurrent. Les entreprises allemandes, qui produisaient jusqu’alors en Slovénie, ont délocalisé leurs activités vers l’Asie estimant que le coût de travail y est moins élevé. De leur côté, les sociétés slovènes ont massivement délocalisé les leurs vers le reste des Balkans, notamment en Serbie. Cela a créé deux difficultés majeures : les entreprises slovènes sont fragilisées car elles ne peuvent rivaliser avec les plus importantes et le marché du travail slovène s’est considérablement restreint.

Conclusion

25L’Allemagne reste une puissance majeure mais pas hégémonique dans l’ex-Yougoslavie. D’autres pays comme l’Italie ou la France ont autant d’influence qu’elle. Au cours de ces dernières années, les Balkans sont aussi devenus un terrain où les rivalités de pouvoir entre les États-Unis et la Russie ont été exacerbées, notamment sur l’affaire du Kosovo.

26Sur le plan économique, le rôle de l’Allemagne a quelque peu diminué depuis l’entrée en vigueur de l’euro : avant 2002, le mark constituait la monnaie de référence sur plusieurs territoires de l’ex-Yougoslavie. Après l’introduction de l’euro, la Bosnie-Herzégovine a conservé le mark convertible comme monnaie officielle, tout en permettant l’usage de l’euro. Au Monténégro et au Kosovo, l’euro est devenu la monnaie officielle. L’euro est également utilisé pour les transactions de la vie courante (immobilier, achat de voiture…) dans tout l’espace ex-yougoslave, permettant ainsi de lutter contre les effets indésirables de l’inflation des différentes devises locales (dinar, denar, kuna). Enfin, rappelons que la Slovénie fait partie de la zone euro depuis le 1er janvier 2007, une première pour un État anciennement communiste.

27Sur le plan politique, l’Allemagne a joué un rôle de catalyseur dans la reconnaissance des indépendances slovène et croate, ce qui l’a, dans un premier temps, considérablement rapprochée de Ljubljana et de Zagreb. Elle reste un acteur impuissant dans la guerre en Bosnie-Herzégovine, notamment pour ne pas créer une division européenne (la France étant résolument opposée à l’envoi de troupes terrestres pour lever le siège de Sarajevo) mais est en revanche active dans les bombardements de l’OTAN sur la Serbie, le Kosovo et le Monténégro en 1999 avec l’envoi d’avions de la Bundeswehr pour des opérations de supervision. C’est une grande première pour l’Allemagne qui, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et suite à l’unification, recouvre ainsi une partie de sa fonction militaire.

Haut de page

Notes

1 A la tête de l’armée à l’époque communiste se trouvait aussi bien les Croates et les Slovènes que les Serbes et au moment de la dissolution yougoslave, le général Veljko Kadijević dont le père fut serbe et la mère croate se trouva à la tête de la JNA ; en tant que le peuple le plus nombreux dans la Yougoslavie, le pourcentage des Serbes dans l’armée était plus important par rapport aux autres nations

2 LEVY/LUSSAULT, Dictionnaire de la géographie, Belin, 2003, Paris.

3 VODOPIVEC Peter, De Herder à Hegel, les Slovènes ou l’indépendance imprévue, Historiens et géographes n°366, 1991, Paris.

4 Entretien avec l’auteur.

5 RTV Sarajevo, Top lista nadrealista, saison 2, metteur en scène : Vuk Janić, scripte : Nenad Janković et les membres de la troupe Nadrealisti (Zabranjeno pušenje).

6 Entretien avec Jani Sever, ancien rédacteur en chef de Mladina et à la tête de Vest.si.

7 La chaîne de supermarchés Leclerc s’y est implantée dès 2000, la zone industrielle située dans le sud de la ville s’est majoritairement organisée autour d’enseignes germaniques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.1 Panneau publicitaire à Belgrade commémorant les dix ans de présence de la Raffeisen Bank (avril 2011)
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/1074/img-1.png
Fichier image/png, 9,1M
Titre Fig. 2 Affiche de présentation d’une conférence au Cankarjev Dom de Ljubljana en juin 2009 sur la dislocation de la Yougoslavie
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/1074/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 502k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent HASSID, « Les représentations de la réunification allemande dans l’ex-Yougoslavie », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 25 juin 2012, consulté le 19 août 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/1074 ; DOI : 10.4000/mimmoc.1074

Haut de page

Auteur

Laurent HASSID

Docteur en géographie. Nation et Etat en Slovénie : la question de la citoyenneté sous la direction de Béatrice Giblin, Institut Français de Géopolitique, université Paris 8.
ATER en géographie, université Paris 13 (2009-2011).
Chercheur-associé à E.E.E (Europe, Européanité, Européanisation), université Bordeaux 3.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page