Navigation – Plan du site
Poétisation en images et en twitt

Auratiser Twitter: Dominique de Villepin politicien, rhéteur et poète

Noémie Suisse

Entrées d’index

Mots-clés :

poésie, idéologie

Aires géographiques :

France

Périodes :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Pierre Jouyet, Nous nous sommes tant aimés ou la chanson d'une génération, Paris, Robert Laffo (...)
  • 2 Françoise Boursin, « Dominique de Villepin et Colin Powell : deux rhétoriques face à face », Nec pl (...)
  • 3 André Malraux, Le Miroir des limbres, Paris, Gallimard, 1976, p. 682.

1Il peut paraître curieux de proposer une communication dont l'intitulé est celui qui figure au haut de cet article. Un constat, tout d'abord : le média Twitter n'entre pas naturellement dans le cadre d'une analyse littéraire. Sans ignorer que M. de Villepin est l'auteur de pièces poétiques et d'essais dans lesquels il exerce régulièrement sa plume alerte, on connaît surtout l'homme pour son parcours politique. Enfin, associer celui que Jean-Pierre Jouyet décrit comme un « soldat perdu de la politique », « à mi-chemin entre d'Artagnan et Cyrano de Bergerac1 » à une pratique fort prosaïque à première vue, celle du micro-blogging, peut surprendre. La rhétorique de Dominique de Villepin a été l'objet de notes ou d'études ponctuelles, à l'instar de cet article de Françoise Boursin qui compare la rhétorique de D. de Villepin à celle de Colin Powell2. Ce n'est pas un hasard : on se souvient du discours altier du représentant de la nation française qui tient tête à l'Amérique, aux Nations Unies, le 14 février 2003. Parce que le support n'est pas extérieur au message qu'il véhicule, il nous faudra définir et analyser ce nouveau format, ce nouveau format qu'offre Twitter pour le lecteur et l'utilisateur lambda, et pour l'homme politique en particulier. Les propriétés techniques de cet outil virtuel et l'usage moyen qui en est fait le rendent apparemment rétif à toute velléité de poétisation. Mais D. de Villepin compte peut-être Twitter au rang de ces « chimères » évoquées par André Malraux : « On ne fait rien de sérieux si on se soumet aux chimères, mais que faire de grand sans elles ?3». D. de Villepin n'emprunte pas seulement à Malraux l'enflure de sa prose, il partage sa conception de la politique, cet « art de mettre les chimères à leur place » (je cite à nouveau André Malraux). Passe pour Twitter, donc. Et quitte à froncer les sourcils devant l'écran de son smartphone, autant aiguiser sa plume.

  • 4 La Timeline ou TL correspond à l'ensemble des tweets postés et classés du plus récent au plus ancie (...)
  • 5 Pour une analyse approfondie de ce phénomène, voir : Thomas Beauvisage, Jean-Samuel Beuscart, Thoma (...)
  • 6 Un DM ou Direct Message est un message envoyé à un destinataire unique, qui est le seul lecteur pos (...)

2Pour les moins technophiles d'entre nous, présentons en un mot l'outil Twitter. Ce média permet d'envoyer sur le Web de courts textes, depuis un ordinateur, un téléphone portable ou tout autre support connecté à internet. Beaucoup moins utilisé que Facebook, cet outil compte de nombreux journalistes parmi ses utilisateurs réguliers. Le politique a recours à Twitter pour diffuser en temps réel son agenda, ses humeurs, ses réflexions, auxquels ses followers auront accès. On appelle followers l'ensemble des personnes qui se sont abonnés au compte de tel ou tel twittos, le twittos étant le nom donné aux utilisateurs de Twitter. En Août 2008, Libération titrait : « Twitter, la nouvelle arme des politiques ». La formule est marquante mais dans les faits la plupart des politiques se contentent encore aujourd'hui de signaler sporadiquement leurs apparitions médiatiques. « Je serai demain l'invité de Patrick Cohen sur France Inter » : voilà l'exemple-type des messages que peuvent lire les followers d'un responsable politique. Bien plus qu'un agenda virtuel public, Twitter apparaît comme un espace de médiation, de mise en scène voire de construction identitaire. À la frontière entre l'informationnel et le communicationnel, le microblogging donne au politique la possibilité (et sans doute l'illusion) de s'adresser directement aux citoyens sans passer par le filtre des journalistes. Twitter apparaît comme le médium qui se passe des médias. Pour comprendre ce statut paradoxal de Twitter, il faut caractériser le dispositif d'énonciation sur lequel cet outil repose. Nous venons d'indiquer que le destinataire était parfaitement identifiable, puisque limité au cercle des followers. En réalité, le lectorat ne se limite pas aux seuls abonnés, puisque le réseau social offre à chacun d'entre eux la possibilité de retwitter le message qui s'affiche sur leur Timeline (ou TL)4. Plutôt que de « bouche à oreille », la parole du politique glisse de TL à TL. Le nombre d'abonnés au compte d'un politique témoigne certes du caractère plus ou moins large de son audience mais, même restreint, ce cercle a vocation à s'élargir, en vertu de ce phénomène de viralité5. Il en résulte que Twitter évolue dans un espace social public et non privé. Il existe certes la possibilité de poster un DM (« Direct message »)6, soit un message à caractère privé, destiné à un usager particulier. Encore faut-il ne pas diffuser par erreur ce message, en confondant un DM et un tweet classique, comme l'a fait Éric Besson, dont les followers ont pu lire ces trois phrases :

Quand je rentre je me couche. Trop épuisé. Avec toi ?

3Après avoir rapidement décliné les caractéristiques du dispositif d'énonciation, intéressons-nous à présent aux propriétés du message lui-même. Je retiendrai trois traits définitoires du tweet : sa brièveté, son instantanéité, sa discontinuité – les trois traits étant étroitement liés. Le tweet est nécessairement un message bref, étant donné que la longueur du texte est contrainte : 140 signes, soit l'équivalent d'un SMS. Pour le scripteur, la concision est donc obligatoire ; on pourra dire, selon le point de vue duquel on se place, que cette contrainte favorise l'esprit de synthèse, ou qu'elle est propice à ce que l'on appelle couramment aujourd'hui « la petite phrase ». Nous avons eu quelque idée de l'art de la pointe de Dominique de Villepin en redécouvrant ses répliques (avérées, nous dit-on) dans la bouche de Samuel Labarthe grâce à Xavier Durringer. Moins de 140 signes pour une confidence de Villepin à ses conseillers à propos de Nicolas Sarkozy : « Ce nain va nous faire une France à sa taille ». La deuxième propriété du tweet est son instantanéité. La pratique du micro-blogging annule l'écart temporel entre l'émission d'un message et sa réception. On repère ici ce qui le différencie de l'écriture diariste ou de celle des Mémoires. Le troisième trait définitoire retenu est celui de la discontinuité. Les messages brefs, instantanés, s'accumulent et n'ont pas vocation à demeurer. Sur une Timeline, l'ordre est anté-chronologique. Il est certes techniquement possible de rechercher un tweet ancien – ce que fait le journaliste ou l'universitaire qui nourrit son analyse de cette archive – mais pour l'utilisateur moyen, le message une fois lu, éventuellement commenté ou retwitté, se dissout pour ainsi dire dans le flux continu des messages. Les twitts ne font pas système. Leur contenu propre pas plus que leur lecture cumulative (successive) ne relèvent du discours, même au sens fort large que Pierre Fontanier prête à ce mot.

  • 7 Pierre Fontanier, Les Figures du discours, Paris, Flammarion, 1977, p. 279.

D'abord, qu'entendez-nous ici par Discours ? Non pas un ouvrage entier, si court d'ailleurs qu'on le suppose ; non pas même une suite, un enchaînement de phrases ou de périodes sur un même sujet ; mais une phrase ou une période exprimant une pensée à-peu-près à d'autres pensées qui précèdent ou qui suivent7.

4À l'échelle du tweet, le nombre de caractères limité autorise un maximum de deux ou trois phrases et privilégie l'asyndète à la subordination. De même, si l'on suit « le fil Twitter » d'un abonné, on s'aperçoit que la structure n'est pas subordonnante mais juxtapositive. Il serait donc absurde de recourir à la notion rhétorique de dispositio pour rendre compte de ces messages qui ne s'inscrivent pas dans une logique systémique ou systématologique.

5Les trois caractéristiques qui viennent d'être listées font que le tweet se prête plus ou moins à un effort de « mise en forme artistique », pour reprendre les termes du présent colloque. Le caractère laconique du tweet favorise la vertu classique de brevitas, oblige à la concision voire à la constriction. Alors que l'emphase est entrée dans une ère de soupçon, que le climat politique invite à une sobriété jugée de bon ton, le twittos renoue avec l'exercice ancien de la chrie, auquel se sont pliés nombre de collégiens. Cet exercice consistait à condenser (ou au contraire augmenter) l'énoncé initial qui leur était fourni. Dans le tweet de D. de Villepin, le caractère fragmentaire du message est le garant d'une surdétermination de la forme. Le twittos Villepin exploite les valeurs poétiques de la brièveté et de la déliaison. Observons ce message posté le 31 août 2011 :

Pauvreté-Chômage : Les Français ne veulent pas seulement de l'argent pour vivre, ils veulent surtout du travail pour gagner leur vie.

6La phrase est construite selon une structure traditionnelle thème / rhème, constaterait le linguiste. Le syntagme qui correspond au rhème, soit au propos, se présente sous la forme d'une assertion binaire, avec une remotivation de la catachrèse « gagner leur vie ». Ce tweet illustre l'idéal de complétude syntaxique propre au micro-blogging. La sobriété de la parole politique mime celle de son objet, en l'occurrence « les Français », auxquels D. de Villepin dénie le statut de cupides ou d'assistés. Quant à la complétude syntaxique à laquelle je faisais référence, elle mime par procuration la complétude à laquelle aspirent ces mêmes Français. L'un des traits définitoires envisagé était le caractère instantané des messages postés sur Twitter. Cette donnée favorise leur force performative. Un exemple simple est le tweet de félicitation, comme celui que D. de Villepin a adressé aux néo-bacheliers l'été dernier. Considérons ce tweet du 3 octobre :

Je le dis sans fard, je me reconnais dans un pôle d'action humaniste... Des robots et des hommes.

7« Je le dis sans fard » : la mise en scène de l'énonciation engage le prisme éthique. L'absence de feintise revendiquée est aussitôt mise en oeuvre dans la seconde partie de la phrase, où le texte se substitue au métatexte : « je me reconnais dans un pôle d'action humaniste ». Ces précautions métalinguistiques sont caractéristiques du discours politique, qui doit donner sans cesse des garanties de son honnêteté. Rappelons toutefois que nous ne sommes pas ici dans une situation de discours. C'est le tweet lui-même qui a valeur de garant, et ce en vertu de deux de ses propriétés déjà énoncées à savoir son instantanéité et sa brièveté. Le caractère instantané du message donne le sentiment que le locuteur s'adresse « directement » au lecteur, sans précaution de langage, sans avoir ou prendre le temps de « peser » ses mots, de s'employer à les « farder ». La brièveté du message renforce ce phénomène. Pour « farder » sa parole, il faut l'entourer d'un arsenal de précautions rhétoriques, de modalisateurs, ce qui est difficilement réalisable en 140 signes. Le troisième trait définitoire du tweet qui a été avancé retenait le caractère discontinu de la parole du politique égrenée au fil des messages postés. Dans celui qui vient d'être reproduit, le syntagme final, « des robots et des hommes » est un lien hypertexte qui renvoie vers un article de D. de Villepin posté sur son blog. L'article en question dont le titre pourrait être celui d'une fable à visée moralisatrice ou d'un chapitre d'un essai, a, contrairement au tweet, le statut de discours – un discours cohérent, inscrit dans une continuité, celle d'un système idéologique. Le lien hypertexte dont le tweet peut être le support permet donc au politique microbloggeur de pallier ce qui, dans l'outil Twitter, peut être considéré comme un manque ou un défaut.

8À ce stade de notre réflexion, il apparaît que Villepin respecte et maîtrise les codes de l'outil médiatique Twitter. Il exploite ses propriétés de brièveté et d'instantanéité et pallie le défaut de cohérence ou de continuité par le moyen que je viens d'indiquer, à savoir le lien vers un discours classique, dont le blog, outil plus ancien et plus familier des responsables politiques, est le support. Pourquoi l'effort de mise en forme artistique, évident dans les discours prononcés ou rédigés par D. de Villepin, est-il maintenu voire accentué quand il s'agit de poster un simple tweet ? Le premier constat est que D. de Villepin se distingue en cela des autres politiques dont les tweets témoignent rarement d'une recherche formelle aussi aboutie. Je procèderai à la lecture de quelques messages pour mettre en valeur les modalités de poétisation dont use le twittos Villepin avant d'envisager les objectifs visés de cette recherche formelle.

Toulouse-Auch quel bonheur de cheminer sur la N124 sous un ciel bleu espoir au milieu de cette France rurale trop souvent oubliée. [30 juin 2011]

  • 8 Jules Michelet, Introduction à l'histoire universelle, Paris, Hachette, 1831, pp. 54-56.
  • 9 Roland Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1970, Avant-propos, p. 9.

9Le tweet reproduit ci-dessus représente un cas intéressant de live-twitting. Cette pratique consiste à énoncer l'activité que l'on pratique, au moment où on la pratique. J'emprunte avec malice cette phrase à l'Introduction à l'Histoire universelle de Jules Michelet : « Dès qu'un homme a fait, vu quelque chose, vite il l'écrit8 », énoncé que l'on pourrait paraphraser ainsi, dès lors que l'écran du téléphone portable se substitue au carnet de voyage : c'est au moment même où cet homme fait, voit quelque chose, qu'il l'écrit. Cette simultanéité est autorisée par le caractère instantané du message. Celui que nous prenons en exemple pourrait équivaloir à une simple géolocalisation, autre outil et tendance remarquable des réseaux sociaux. Mais le contenu référentiel est enveloppé, fardé de poésie. La phrase s'ouvre sur un morceau descriptif, une micro-ekphrasis. Les deux caratéristiques de ce trope épousent singulièrement les traits définitoires du tweet que j'exposais précédemment : l'ekphrasis, ou description, a le statut de fragment, de morceau détachable. L'autre caractéristique de ce trope est sa fonction : l'art de rendre présentes les choses absentes. Or quel est le rôle dévolu au média Twitter ? Les followers sont invités à suivre virtuellement, à « faire comme si » (c'est la magie du verbe et l'atout du support virtuel) ils accompagnaient le twittos dans ses déplacements. L'enveloppe lyrique sert une stratégie politique : D. de Villepin est le politique éternellement nommé, jamais élu. Cette absence de légitimité démocratique et d'enracinement local explique l'importance de se montrer pérégrinant à travers la France profonde. Le message politique est le suivant : c'est la « France rurale » qui est le locus amoenus de D. de Villepin, cette France que l'on parcourt « sous un ciel bleu espoir ». Le twittos ne craint pas d'accumuler les lieux communs poétiques les plus éculés. On peut observer le parcours, le cheminement – pour reprendre le verbe utilisé par D. de Villepin – entre le plan poétique et le prisme idéologico-politique. Un jeu – au sens mécanique du terme – s'instaure entre ces deux perspectives, un jeu entre une réalité prosaïque (« les pieds sur terre » ou plutôt la voiture sur la N124) et une mise en forme poétique qui s'appuie presque de manière caricaturale sur une tradition lyrique (« sous un ciel bleu espoir »). Manière, également, pour D. de Villepin d'éviter de donner prises aux critiques poujadisantes, telles que dénoncées par Roland Barthes, selon lesquelles le représentant de l'élite, l'intellectuel, est de substance aérienne, vide. « L'intellectuel plane, écrit Barthes, il ne ''colle'' pas à la réalité9 ». Le reproche vaut pour le politique, assimilé à cette élite. D. de Villepin s'emploie à désamorcer ce portrait critique en « collant » à la réalité, pour reprendre l'expression de Roland Barthes (« sur la N124 »), tout en sublimant cette même réalité par la force des mots, de leur ordonnancement, de leur musique (« sous un ciel bleu espoir »). De ciel, il en est question dans d'autres tweets, et l'on pourrait mener une étude lexicologique qui mettrait partiellement en cause la qualité de discontinuité attachée au média Twitter.

Je ne choisis pas mes positions au gré du vent. Je laisse la République des girouettes à d’autres.

10Le politique ne se soumet pas au « vent de l'éventuel », selon la belle formule d'André Breton.

Nous sommes comme des Gaulois les yeux rivés au ciel en attendant qu'il nous tombe sur la tête. Cela a-t-il un sens ?

11Le sens, la saveur de la langue doit s'adosser à un sens, une signification. La quête de sens exprimée dans le message précitée explique que les tweets de D. de Villepin affichent régulièrement un tour aphoristique. Je veux ici m'attarder sur cette écriture gnomique qui est une des formes que prend l'esthétisation de la parole.

La majorité actuelle, souvent par méconnaissance, donne l'impression de mépriser l'État. On ne peut pas mépriser l'État et vouloir réformer.

12L'énoncé d'un constat particulier, circonstancié dans la première phrase est suivi d'une formule qui se présente comme une énonciation de vérité, celle qu'Alain Berrendonner appelle le « On-vrai ». Le politique accuse la majorité de « méconnaissance » et lui oppose une vérité générale. Reprenons les trois traits définitoires du tweet pour les comparer à ceux de l'aphorisme. Le tweet partage avec l'énoncé aphoristique sa brièveté. Le mot « aphorisme » est issu d'un verbe grec qui signifie « délimiter, circonscrire ». La pensée aphoristique s'oppose à la pensée systématologique et se distingue ainsi, comme le tweet, par son caractère discontinu. Enfin, l'aphorisme n'est pas étranger à l'instantanéité qui caractérise le message twitté. C'est ce que note le philosophe Jankélévitch dans une conférence intitulée « l'occasion et l'aphoristique » :

Il nous semble que dans l'aphorisme, l'occasion a trouvé son langage, un langage de l'instant : elle s'est faite elle-même instant.

13De Jankélévitch à Villepin :

Il faut sortir du strip-tease présidentiel auquel nous assistons. Et moi et moi et moi ! Nous sommes dans le temps du nous.

  • 10 Jean Starobinski, Préface aux Maximes et Mémoires de La Rochefoucauld, Saint-Amand, Gallimard, 1964 (...)

14L'aphorisme, à la façon du tweet, consacre l'empire de l'instant ; pour autant il y a bien une inscription dans le temps an-événementiel. Le paradoxe n'est qu'apparent : du point de vue de l'énonciation, l'instant est souverain ; pour ce qui est de l'énoncé, c'est le temps éternel qui prévaut. À la logique de l'effeuillage, du strip-tease présidentiel, de l'hégémonie inconsidérée de l'instant et de la toute-puissance de l'ego, Villepin oppose le temps politique an-évenementiel qui va de pair avec la promotion du collectif. Comme l'écrit J. Starobinski, « dans la maxime, l'événement cherche et trouve l'oubli10». Choisir la forme de la maxime, pour Villepin, c'est s'arracher au tout-évenementiel, à une politique spectacle qui s'éloigne de l'art noble d'organiser le vivre ensemble.

  • 11 Pierre Moscovici, Défaite interdite, Paris, Flammarion, 2012, p. 73.

15Les messages signés D. de Villepin cherchent ainsi à conjuguer le noétique et le poétique et le discours aphoristique se confond souvent avec une expression lyrique. Le risque de cette mise en forme littéraire et de la recherche de poéticité est d'énoncer un discours creux. De faire de la « poésie » au sens connoté le plus négatif que l'on prête à ce terme. C'est Pierre Moscovici, dans Défaite interdite, qui évoque le « flamboiement » du verbe de D. de Villepin « parfois marquant », écrit-il, mais « souvent creux et abscons11 ». En juin 2011, après un discours à la Maison de l'Amérique latine, un an après la création du mouvement République solidaire, D. de Villepin envoie ce tweet :

Merci à tous d'être venus à la maison de l'Amérique Latine. Avec Neruda, Borges, Paz, Glissant, hasta la victoria siempre ?

  • 12 Au sens linguistique du verbe.

16Dans ce message, Villepin remotive12 le nom d'un lieu qui a abrité nombre d'événements politiques, la Maison de l'Amérique latine, et convoque les grandes figures littéraires qui se rattachent à ce continent, dans une accumulation lyrique où le jeu des sonorités compte autant que le message. Pour preuve, la formule finale étonnante sous la plume d'un gaulliste, que l'on imagine mal en révolutionnaire... Le plaisir du texte, des mots, l'emporte sur le sens du message politique. Ce dernier sonne, du reste, de manière ironique puisque, pour les observateurs de la vie politique, ce qui marque le rendez-vous-politique à la maison de l'Amérique latine des l'équipe autour de D. de Villepin, c'est la maigreur des troupes. Juin est un mois difficile pour D. de Villepin. Les défections s'enchaînent. Dès lors, convoquer de grandes plumes associées à l'Amérique du Sud, équivaut symboliquement à combler le manque de soutiens effectivement présents ce jour-là.

  • 13 Pierre Laurens, « Memoriae haerent. Matériaux pour une histoire de l'épigramme polémique » dans Gil (...)

17Faire montre d'une maîtrise de l'art du verbe, afficher sur Twitter son éloquence, poétiser sa parole politique, est-ce courir le risque de l'affaiblir ? De la présenter comme creuse, ou de la rendre telle ? Il me semble que D. de Villepin use du tweet comme les gentilshommes à la cour de Médicis accumulaient les concetti, ces traits d'esprit qui n'avaient d'autre but que de faire montre de son ingéniosité. On retrouve ici ce que Pierre Laurens appelle la fonction « essentiellement médiatique de l'épigramme polémique » : il s'agit pour le scripteur de « s'assurer par la démonstration de la supériorité rhétorique, bien au-delà du triomphe de la thèse, la faveur de l'opinion13 ».

Cher Nicolas, vous êtes en train de passer à côté d'un « truc » et ce « truc », c'est la citoyenneté.

18« Nicolas », c'est Nicolas Sarkozy, interpellé par son prénom, mais vouvoyé. L'usage du guillemet implique une mise à distance : le twittos pastiche la parole présidentielle. Voilà un exemple non pas d'une poétisation de la parole politique, mais d'une prosaïsation à valeur ironique. De manière sous-jacente est véhiculé le message suivant : user d'un langage vulgaire, c'est déjà porter atteinte aux valeurs républicaines. Parler « comme » le citoyen, c'est porter atteinte à la citoyenneté. A contrario, donc, mettre en forme sa parole, poétiser son langage, c'est anoblir la politique ou du moins préserver ce qu'il y a de noble en elle.

19Au début de cette intervention, j'insistais sur le caractère asymétrique du réseau Twitter tout en précisant qu'il favorisait tout de même un certain nombre d'interactions. Les deux messages reproduits ci-dessous en donnent un exemple.

Cher @fhollande je vous retrouverai avec plaisir, vous le plus chiraquien des socialistes et moi le plus gaulliste des chiraquiens.

Gageons que nous parlerons de tout, de la Corrèze au Zambèze.

20Précisons le contexte dans lequel ces messages ont été postés. Attendu à Strasbourg pour débattre avec François Hollande dans le cadre d'un forum organisé par le journal Libération, D. de Villepin interpelle son adversaire socialiste. D. de Villepin toise son adversaire, le défie avant la joute vespérale. En parfait rhétoricien, il se rappelle les règles de l'éloquence latine : captatio benevolentiae – amabilités à l'endroit de son « cher » ex-camarade de promotion de l'ENA. D. de Villepin soigne ses chiasmes (« le plus chiraquien des socialistes », « le plus gaullistes des chiraquiens »), verse dans la rime interne (« de la Corrèze au Zambèze »), initie une joute verbale virtuelle – qui n'aura pas lieu – avec la confrontation politique.

21Reprenant les termes du présent colloque, j'ai employé les mots de « mise en forme artistique », ou encore d'esthétisation, pour décrire la manière dont D. de Villepin poétisait le message politique twitté. Le terme d' « auratisation » peut sembler de prime abord excessif ou inadéquat, a fortiori si on le rattache aux thèses de Walter Benjamin qui l'a popularisé. L'outil virtuel Twitter est fondamentalement sous le signe de ce que le philosophe appelait la reproductibilité technique. Les messages émis par Villepin depuis son ordinateur ou son smartphone apparaissent aussitôt sur l'écran de ses lecteurs, sont possiblement retwittés à l'infini par ses followers, les followers des followers, etc. Parce que la parole politique, infiniment reproductible, est instantanément diffusée et à grande échelle, conserver son aura, la poétiser, c'est assurer qu'elle ne s'essouffle pas. Condamné à l'éphémère, le tweet atteint à une forme d'intemporalité grâce à sa poéticité. Voici l'une des définitions de l'aura données par Walter Benjamin :

  • 14 Walter Benjamin traduit et cité par Bruno Tackels dans L’Oeuvre d’art art à l’époque de W. Benjamin (...)

Qu’est-ce en somme que l’aura ? Un tissu original composé d’espace et de temps : l’apparition unique d’un lointain, aussi proche soit-elle14.

  • 15 Évelyne Grossman, La Défiguration. Artaud, Beckett, Michaux, Paris, Les Éditions de Minuit, 2004, p (...)
  • 16 Julien Gracq, Oeuvres complètes, Paris, Gallimard, 1989, p. 181.

22La technique Twitter élude apparemment la distance, abolit le délai entre l'émission et la réception d'un message, donne un sentiment de proximité. Il importe donc de préserver une certaine distance, un lointain. Ce lointain qui nous parle s'incarne dans une voix. L'élocution, le style particulier dont Villepin fait preuve dans l'écriture de ses tweets fonctionnent comme autant de « signe[s] de reconnaissance », « marque[s] d'une appartenance (ceci est ma voix)15 ». Conférer à la parole politique une empreinte poétique, la farder, l'auratiser, c'est maintenir ce que Julien Gracq appelle dans l'écriture d'André Breton « la force communicative électrisante de ''celui qui parle''16 ». Le sujet politique se fait poète au sens étymologique de récitant. C'est D. de Villepin qui écrit dans son dernier essai, Notre vieux pays :

  • 17 Dominique de Villepin, Notre vieux pays, Paris, Plon, 2001, p. 220.

Rien de valable en politique qui ne soit porté et mûri dans la chair (…) Quiconque a assisté à un meeting politique, quiconque a suivi des déplacements de campagne présidentielle comme je l'ai fait en 1995 puis en 2002, mesure l'importance de la pâte humaine, des caractères, de la personne. La voix, dans ces moments-là, ne sert pas tant à transmettre des idées qu'à partager des émotions et à porter un instant une aspiration commune17.

23La présentation de quelques tweets signés D. de Villepin et les propositions de lecture que j'en ai faites nous ont donné un aperçu de la structure énonciative originale de ce média et de la manière dont D. de Villepin maîtrise ses codes tout en imposant une pratique qui le distingue de ses pairs : les notules ponctuelles qu'il poste témoignent toujours d'une recherche formelle, sont souvent nimbées d'une aura poétique qui les distingue, dans le flux continu des messages diffusés sur la Twittosphère. Les contraintes techniques du tweet s'apparentent alors à des codes choisis et non subis – je pense ici aux formes codifiées de l'écriture fragmentaire : genre de l'aphorisme, ou du haïku par exemple où la contrainte ne limite pas la liberté créatrice, mais en est le ferment.

  • 18 Roland Barthes, Oeuvres complètes, Tome I, Paris, Seuil, 2002, pp. 994-996.
  • 19 Ibid., p. 994.
  • 20 Le verbe anglais twitter signifie « gazouiller ».

24A l'occasion de ce parcours rétrospectif du flux de messages délivrés en temps réel, il est apparu que la conjonction entre esthétique et politique était au centre de notre questionnement. Cette articulation problématique est l'objet d'un article de Roland Barthes intitulé « De Gaulle, les Français et la littérature18». Le politique qui maîtrise l'art du verbe, dénonce Barthes, bénéficie d'une « immunité poétique » : tout se passe comme si « aucun mal, aucune lésion ne [pouvait] venir d'un homme qui se soucie d'écrire bien le français19». Du danger de faire du beau verbe une valeur institutionnalisée. Pour venir à bout de cette équivalence problématique posée entre l'exercice virtuose de la langue et l'exercice de l'état, D. de Villepin use de Twitter comme d’un moyen de donner à lire ou plutôt à entendre une voix singulière, une voix qui se détache du « tumulte » du corps social pour employer une expression de François Bon. On peut revenir ici au logo de Twitter, un oiseau – qui rappelle le rossignol devenu figure du poète depuis la métamorphose ovidienne. L'enjeu est d'imposer une voix, non de s'imposer par un gazouillis20 permanent, aussi poétique soit-il.

Haut de page

Notes

1 Jean-Pierre Jouyet, Nous nous sommes tant aimés ou la chanson d'une génération, Paris, Robert Laffont, 2010, p. 75.

2 Françoise Boursin, « Dominique de Villepin et Colin Powell : deux rhétoriques face à face », Nec plus, n°145, 2005, pp. 95-106.

3 André Malraux, Le Miroir des limbres, Paris, Gallimard, 1976, p. 682.

4 La Timeline ou TL correspond à l'ensemble des tweets postés et classés du plus récent au plus ancien.

5 Pour une analyse approfondie de ce phénomène, voir : Thomas Beauvisage, Jean-Samuel Beuscart, Thomas Couronné et Kevin Mellet, « Le succès sur Internet repose-t-il sur la contagion ? Une analyse des recherches sur la viralité », Tracés. Revue de Sciences humaines [en ligne], N°21, 2001.

6 Un DM ou Direct Message est un message envoyé à un destinataire unique, qui est le seul lecteur possible dudit message. Twitter propose ainsi l'équivalent d'une messagerie interne. Toutefois, pour pouvoir envoyer un DM à une personne, il faut que celle-ci soit abonnée à votre compte et que vous-même suiviez le sien.

7 Pierre Fontanier, Les Figures du discours, Paris, Flammarion, 1977, p. 279.

8 Jules Michelet, Introduction à l'histoire universelle, Paris, Hachette, 1831, pp. 54-56.

9 Roland Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1970, Avant-propos, p. 9.

10 Jean Starobinski, Préface aux Maximes et Mémoires de La Rochefoucauld, Saint-Amand, Gallimard, 1964, p. 25.

11 Pierre Moscovici, Défaite interdite, Paris, Flammarion, 2012, p. 73.

12 Au sens linguistique du verbe.

13 Pierre Laurens, « Memoriae haerent. Matériaux pour une histoire de l'épigramme polémique » dans Gilles Declercq, Michel Murat, Jacqueline Dangel [dir.], La Parole Polémique, Paris, Champion, 2003, p. 145.

14 Walter Benjamin traduit et cité par Bruno Tackels dans L’Oeuvre d’art art à l’époque de W. Benjamin, Histoire d'aura, Paris, L'Harmattan, 1999, p. 53.

15 Évelyne Grossman, La Défiguration. Artaud, Beckett, Michaux, Paris, Les Éditions de Minuit, 2004, p. 51.

16 Julien Gracq, Oeuvres complètes, Paris, Gallimard, 1989, p. 181.

17 Dominique de Villepin, Notre vieux pays, Paris, Plon, 2001, p. 220.

18 Roland Barthes, Oeuvres complètes, Tome I, Paris, Seuil, 2002, pp. 994-996.

19 Ibid., p. 994.

20 Le verbe anglais twitter signifie « gazouiller ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noémie Suisse, « Auratiser Twitter: Dominique de Villepin politicien, rhéteur et poète », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 10 août 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/1078 ; DOI : 10.4000/mimmoc.1078

Haut de page

Auteur

Noémie Suisse

Université Paris VII

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page