Navigation – Plan du site

Des partages coloniaux aux frontières culturelles : (ré-)unifications et marginalisations au Cameroun méridional (1954-1961)

Mélanie Torrent

Résumé

À la croisée des fins des empires britannique et français en Afrique, la « réunification » camerounaise est simultanément idéal culturel et stratégie politique, pilier et contrainte de la construction nationale post-coloniale. Si l’unification politique confère au Cameroun une position internationale unique, au carrefour des héritages français, britannique et africain, le discours de la réunification sert également à masquer deux grandes marginalisations politiques et culturelles: celle de l’Union des Populations du Cameroun, contre lequel l’état colonial et son successeur mènent une guerre sans merci ; et celle de l’ancien Cameroun méridional, qui ne représente qu’un cinquième de la surface et de la population du nouvel État. Entre janvier 1954, date à laquelle le Cameroun méridional cesse d’être entièrement subordonné au Nigeria, et octobre 1961, lorsqu’il devient partie intégrante du Cameroun fédéral, l’espace politique du Cameroun méridional est l’objet de redéfinitions capitales, où les interprétations du fait colonial soulignent les complexités identitaires des fins d’empires. Les conceptions de l’auto-détermination, de l’indépendance et de la réunification qui se confrontent au Cameroun méridional entre 1954 et 1961 éclairent ainsi les paramètres du « fait colonial » à l’heure des indépendances et l’impact de l’état colonial tardif sur les stratégies identitaires des nouveaux États.

Haut de page

Texte intégral

Introduction 

  • 1 Le Cameroun britannique septentrional est intégré à la Fédération du Nigeria, indépendante depuis l (...)
  • 2 Selon les estimations, dans les années 1950, les locuteurs francophones représentent moins de 10 % (...)

1À la croisée des fins des empires britannique et français en Afrique, le Cameroun contemporain naît en deux temps : l’indépendance du mandat français, qui devient la République du Cameroun, a lieu le 1er janvier 1960 ; l’indépendance du mandat britannique du Cameroun méridional, par intégration avec la République qui prend alors une structure fédérale, est actée le 1er octobre 1961 suite au plébiscite organisé par l’ONU en février 1961. Le territoire camerounais retrouve alors en partie les frontières de la période allemande du grand Kamerun (1884-1916)1. La stabilité politique de l’État camerounais, que seuls deux présidents, Ahmadou Ahidjo (1960-1982) et Paul Biya (depuis 1982), ont pour l’instant dirigé, s’est faite au prix d’un régime autoritaire fort, dans un État unitaire depuis 1984 où les Francophones2 conservent un rôle dominant. Des débats sur le multipartisme aux revendications actuelles des groupes sécessionnistes dans l’ancien Cameroun méridional, les identités françaises et francophones, britanniques et anglophones, ont marqué durablement le paysage politique et culturel camerounais. Au cœur de ces questions est la « réunification » camerounaise, idéal culturel et stratégie politique, pilier et contrainte de la construction nationale post-coloniale. Bien plus que la rhétorique de la libération, ou même celle de l’indépendance, c’est le leitmotiv de la réunification qui domine le discours politique officiel camerounais à l’heure des transferts de pouvoirs. De fait, sur la scène continentale et internationale, la réunification confère au Cameroun une position unique, au carrefour des héritages français, britannique et africain. Mais à l’échelle nationale, le discours de la réunification sert également à masquer deux grandes marginalisations politiques et culturelles: celle de l’Union des Populations du Cameroun (UPC), premier grand mouvement nationaliste fondé en 1948 au Cameroun français, contre lequel l’état colonial et son successeur post-colonial mènent une guerre sans merci ; et celle de l’ancien Cameroun méridional, qui ne représente qu’un cinquième de la surface et de la population du nouvel État.

  • 3 L’assemblée est alors composée du Commissaire britannique pour le Cameroun, de 13 membres élus, 3 m (...)
  • 4 Formé en août 1944 et regroupant les mouvements les plus actifs du territoire, comme la Cameroons Y (...)

2Pour le Cameroun méridional, l’année 1954 représente un tournant majeur. Si la Constitution Clifford de 1923 ne prévoyait pas de représentation du Cameroun méridional au conseil législatif du Nigeria, la Constitution Macpherson de 1951 avait séparé le Nigeria en trois grandes régions, septentrionale, occidentale et orientale, et inclus le Cameroun méridional au sein du Nigeria oriental. Le Cameroun méridional avait obtenu 4 des 34 sièges alloués à la région à l’assemblée fédérale, et 13 des 80 sièges réservés aux membres non-officiels (c’est-à-dire non réservés à des officiels de l’administration britannique) à l’assemblée régionale. Suite à une forte mobilisation en faveur de la séparation du territoire de la région orientale du Nigeria, galvanisée par la crise politique de 1953 à l’assemblée régionale, la Constitution Lyttelton de 1954 confère au Cameroun méridional un statut quasi-fédéral. Le territoire est désormais doté de son propre gouvernement, de sa propre assemblée et de son propre conseil exécutif, même s’il demeure lié au système administratif du Nigeria, dont il n’est pas totalement séparé3. Si le Cameroun méridional n’a pas de premier ministre et de ministres, mais un leader of government business et des membres du conseil, symboles de sa subordination continue au sein du Nigeria, les formations politiques sont néanmoins parvenues à faire valoir l’identité distincte de leur territoire. Et si les principales figures politiques au Cameroun méridional, du Dr. Emmanuel M. L. Endeley à John Ngu Foncha ou Nerius Mbile, ont d’abord fait leurs preuves au sein du National Council of Nigeria and the Cameroons4, les victoires électorales du Kamerun National Congress (KNC), formé en juin 1953, aux élections de décembre 1953 et novembre-décembre 1954 démontrent très clairement la distance prise vis-à-vis du Nigeria.

  • 5 Victor Julius Ngoh, Southern Cameroons, 1922-1961 : A Constitutional History, Aldershot, Ashgate, 2 (...)

3Entre 1954 et 1961, toutefois, deux disjonctions essentielles sont notables au Cameroun méridional. La première concerne le décalage entre changements constitutionnels et négociations politiques. Alors qu’initialement, les options politiques du Cameroun méridional demeurent en apparence ouvertes – indépendance séparée, unification avec le Cameroun français, union avec le Nigeria – l’avenir constitutionnel du Cameroun méridional demeure étroitement lié au calendrier nigérian. Comme le souligne l’historien camerounais Victor J. Ngoh, la conférence constitutionnelle de 1957 n’offre au territoire aucune avancée « qui faciliterait sa sécession ultime du Nigeria et/ou son indépendance comme entité séparée » – et certainement pas la pleine autonomie. De même, les négociations de 1958 aboutissent à la création d’une fonction publique distincte pour le Cameroun méridional – mais ouverte aux ressortissants nigérians.5 La deuxième disjonction s’opère entre le calendrier souhaité par les élites du Cameroun méridional et les impératifs des autres acteurs sur la scène internationale. Entre 1954 et 1961, l’avenir politique du Cameroun méridional est un sujet de débats bien au-delà de ses seules frontières : Grande-Bretagne, France, Nigeria, Cameroun et ONU, notamment la Quatrième Commission, exercent une influence très forte à son égard, alors que la Guerre froide a un impact de plus en plus marqué sur les stratégies d’indépendance en Afrique.

4Entre janvier 1954, date à laquelle le territoire cesse d’être entièrement subordonné au Nigeria, et octobre 1961, lorsque le territoire devient partie intégrante du Cameroun fédéral, l’espace politique du Cameroun méridional est l’objet de définitions et redéfinitions capitales, où les interprétations du fait colonial soulignent les complexités identitaires des fins d’empires. La décolonisation du Cameroun en 1961 est en partie limitée par la cristallisation des identités coloniales, françaises et britanniques, réelles et imaginées, dans les négociations pour l’indépendance et par leur instrumentalisation dans le rapport de forces qui s’instaure alors au sein de la Fédération. Si le Cameroun n’eut jamais le statut de colonie, l’étude des critiques nationalistes au Cameroun méridional démontre l’influence du fait colonial au moment même des transferts de pouvoirs et les contraintes que la dualité des tutelles européennes a pu faire peser sur une critique à la fois globale et précise des gouvernements coloniaux. Au Cameroun méridional, les transferts de pouvoirs marquent certes l’indépendance du territoire vis-à-vis de la Grande-Bretagne mais cette indépendance, dans le cadre de la réunification, doit en réalité engager un double processus de décolonisation, à la jonction des pratiques coloniales britanniques et françaises. Au cœur de la construction de l’espace politique au Cameroun méridional se trouve une double marginalisation : si les élites politiques du territoire rejettent dans leur majorité l’approche upéciste de la réunification, le Cameroun méridional lui-même entre très tard dans le débat politique public en Grande-Bretagne. C’est en croisant ces deux sphères, trans-camerounaise et anglo-camerounaise, elles-mêmes inscrites dans le contexte géopolitique de l’époque, que les cristallisations identitaires des indépendances, les limites des critiques nationalistes et les contraintes politiques et géostratégiques des anticolonialismes peuvent se comprendre. Les conceptions de l’auto-détermination, de l’indépendance et de la réunification qui se confrontent au Cameroun méridional entre 1954 et 1961 éclairent ainsi les paramètres du « fait colonial » à l’heure de l’émergence du Cameroun contemporain et l’impact de l’état colonial tardif sur les stratégies identitaires des nouveaux États.

Le « fait colonial » au(x) Cameroun(s) : expériences partagées et pratiques spécifiques

  • 6 Pour l’Afrique française, voir notamment Tony Chafer, The End of the Empire in French West Africa : (...)

5L’idée de la réunification trouve ses origines dans le partage du Cameroun allemand lors de la Première Guerre mondiale, finalisé lors du long processus de paix qui s’achève en 1922. Mandats de la Société des Nations, puis Territoires sous Tutelle dans le système onusien après 1945, les territoires camerounais sont intégrés au système colonial des empires français et britannique, aux divisions raciales, aux hiérarchies politiques, économiques et culturelles, qui les structurent. Certes, jamais l’expérience de la domination européenne ne correspond à une réalité ou à une mémoire unique, quelque soit l’État colonial ou post-colonial considéré. L’occupation prend des formes locales et régionales variables tandis que du côté des populations colonisées, les stratégies d’alliance et de résistance varient en fonction de multiples paramètres, géographiques, économiques ou sociaux. Les regroupements territoriaux à l’époque coloniale ou au moment des indépendances ne sont pas non plus singuliers. L’histoire des fédérations, plus ou moins temporaires, au sein des empires français et britannique, le souligne6. L’indépendance par intégration a aussi lieu ailleurs –intégration du Togoland au Ghana en 1956 ou du Bornéo septentrional (Sabah) et du Sarawak à la péninsule malaise en 1963. Au Cameroun cependant, le projet d’unification concerne des territoires qui appartiennent à deux empires bien distincts, et dont la différence opère à deux grands niveaux : le rapport de chaque territoire au cadre impérial global ; et l’expérience quotidienne et locale de la vie coloniale.

  • 7 Victor T. Le Vine, The Cameroons: From Mandate to Independence, Berkeley, Los Angeles, University o (...)
  • 8 De fait, Nigeria et Gold Coast sont les seuls territoires, avec le Kenya, l’Ouganda et le Tanganyik (...)
  • 9 TNA, CAB 129/93, Overseas Information Services, Memorandum by the Chancellor of the Duchy of Lancas (...)
  • 10 TNA, CAB 129/98, Africa : The Next Ten Years, Memorandum by the Secretary of State for Foreign Affa (...)

6Il ne s’agit pas ici d’adopter une approche purement comparatiste de l’histoire de la période franco-britannique au Cameroun, mais de considérer dans quelle mesure les échanges, croisements, variations d’échelle au sein de chaque ensemble et entre les deux ensembles ont pu influencer les objectifs politiques et évolutions sociétales. Ainsi, le Cameroun français est étroitement lié à la métropole et à ses institutions – représentation à l’Assemblée nationale pendant l’Union française de 1946 à 1958, utilisation du Franc CFA créé dans l’après-guerre, place stratégique entre Afrique occidentale et Afrique équatoriale7. Par opposition, le Cameroun britannique est doublement à la marge de l’empire britannique. D’une part, en Afrique de l’Ouest, le Cameroun est périphérique par rapport au Nigeria, seul territoire qui compte réellement pour Londres dans les années 1950, avec la Gold Coast. En 1955 encore, seuls le Nigeria et la Gold Coast ne font pas partie des petits territoires pour qui l’indépendance n’est pas envisageable.8 D’autre part, l’Afrique de l’Ouest ne présente pas pour les Britanniques les mêmes intérêts stratégiques que l’Afrique orientale, centrale et australe, bloc quasi continu de territoires où la présence de colons blancs exerce une influence déterminante. En 1958, les inquiétudes britanniques quant à une possible subversion communiste en Afrique sont surtout centrées sur la Corne de l’Afrique et l’Est du continent9. Un an plus tard, alors que la gestion des transitions en Afrique équatoriale et occidentale promet de garantir une présence pro-occidentale forte à travers la présence française post-indépendances, les enjeux politiques, stratégiques et économiques dans le reste du continent conservent pour le gouvernement et l’administration britanniques une importance majeure10.

  • 11 Victor J. Ngoh, op. cit., p. 104.
  • 12 Sur les différences entre les administrations française et britannique au Cameroun, voir Emmanuel C (...)
  • 13 TNA, CAB 128/35, Cabinet Conclusions, 29 juin 1961.
  • 14 Voir par exemple TNA, CAB 129/107, Southern Cameroons, Memorandum by the Secretary of State for For (...)
  • 15 Il s’agissait d’un bataillon des Grenadier Guards et d’un détachement de la Royal Air Force ; TNA, (...)

7Les divisions des structures macro-impériales sont renforcées par les pratiques locales. Au Cameroun méridional, l’influence des autorités indigènes, ou Native Authorities (NAs), instances locales de pouvoir essentielles dans le système de gouvernement indirect instauré sur le modèle nigérian, le mélange de Common Law et de droit coutumier, le rôle prépondérant des missions religieuses dans l’enseignement, l’acceptation des langues locales et d’une version pidgin de l’anglais n’ont pas d’équivalent côté français. En 1957 et suite aux demandes répétées d’une large partie des élites du territoire, la conférence constitutionnelle de Londres modifie les institutions législatives du Cameroun méridional, abolissant les sièges réservés aux autorités indigènes à l’assemblée, élargie à 26 membres, mais créant parallèlement une Chambre des Chefs, composée de 20 membres11. Les négociations éloignent ainsi davantage les institutions du Cameroun méridional des pratiques du Cameroun sous tutelle française. Cela ne signifie pas nécessairement que politiquement parlant, la réunification est marginalisée. Mais si réunification il y a, les dynamiques constitutionnelles en jeu dans l’état colonial tardif sont de nature à rendre les négociations inter-camerounaises plus délicates, en soulignant davantage les spécificités institutionnelles de chaque territoire. De même, le recours à la gendarmerie et à une police armée n’ont pas d’équivalent au Cameroun méridional12. Certes, la présence de militants de l’UPC, notamment après 1955, et du One Kamerun Party (OK Party)13, qui soutient la lutte upéciste pour la réunification après sa fondation en juin 1957, est identifiée comme une menace « terroriste » au sein du territoire et les craintes d’une infiltration communiste en cas d’implosion de l’administration après le retrait britannique sont clairement énoncées dans plusieurs rapports au sein du cabinet et de l’administration à Londres14. Mais les forces britanniques sont bien moins présentes que les Français ne le sont de l’autre côté du fleuve Mungo, et la fin de la tutelle s’accompagne d’un retrait total des troupes jusqu’alors stationnées dans la zone15.

Les multiples visages de la « réunification » : limites et frontières d’une révolution trans-camerounaise

  • 16 J. Achille. Mbembe, « Introduction : l’État historien », in Ruben Um Nyobè, Écrits sous Maquis, Par (...)
  • 17 Ruben Um Nyobè, « Intervention au Congrès de Kumba (14-17 décembre 1951 », in ibid., pp. 66, 76.
  • 18 Ruben Um Nyobè, « Rapport présenté au Comité Directeur de l’UPC, 7 septembre 1954 », in Ruben Um Ny (...)

8Dans ce contexte, la « réunification » est conçue et interprétée de façon fort diverse, et le terme usuel cache de multiples projets politiques – et personnels. Pour l’UPC, la réunification est, au départ, un projet révolutionnaire, destiné à bousculer l’ordre colonial européen et ses divisions arbitraires de l’Afrique. C’est Ruben Um Nyobè, leader de l’Union des Populations du Cameroun et penseur d’une attaque de l’État colonial comme « rapport de force matérielle [et] théodicée »16, qui en formule le premier les objectifs lors de débats aux Nations Unies en 1948. Il met en place au Cameroun méridional des « comités de base [du] mouvement de libération nationale » dès la fin de l’année 1949 et appelle à la formation d’un « Comité de l’Unité Camerounaise » ou « Kamerun United National Committee » fondé sur un triple programme : « unification immédiate du Cameroun ; fixation d’un délai à la durée des accords de tutelle ; révision desdits accords sur les propositions qui seront élaborées par les populations elles-mêmes »17. L’indépendance, écrit Um Nyobè en septembre 1954, « pose une condition préalable ou simultanée, mais jamais exclue : ‘l’unification immediate du cameroun’ » et demande un référendum sur la question auprès de l’ensemble des populations camerounaises, qui soit fondé sur « une campagne orale [et] une campagne de presse » qui « porter[ont] le débat en tous les milieux, dans les villes, dans les villages, dans les rues, dans les chantiers, dans les cases, etc. »18. Les administrations et les gouvernements français et britanniques, aux Camerouns et en métropole, sont eux-mêmes alors opposés à un concept qui joue sur leurs rivalités, souligne les écarts entre les deux modes de gouvernement colonial et s’inscrit dans un anti-colonialisme radical.

  • 19 TNA, CO 554/1054, Welcome address by Endeley to the Right Honorable Alan Lennox-Boyd, Secretary of (...)
  • 20 Victor Bong Amazee, « The “Igbo Scare” in the British Cameroons, c. 1945-61 », Journal of African H (...)
  • 21 Emmanuel Chiabi, op. cit., p. 114. Les « Francophones » du Cameroun méridional comprennent, selon l (...)

9Pour les élites politiques du Cameroun méridional, toutefois, la réunification n’a jamais le caractère révolutionnaire du modèle upéciste. Lors de la première rencontre avec l’UPC, en 1949 à Kumba, la Cameroons National Federation milite pour une réunification graduelle, de même que le Kamerun United National Congress (KUNC) en 1951. La séparation de 1954 n’est pas tant une première étape vers la réunification que le résultat des évolutions de l’administration du territoire sous tutelle britannique, des conférences constitutionnelles au Nigeria et, par conséquent, l’affirmation de l’identité spécifique du Cameroun britannique méridional. Lors du séjour du ministre des Colonies britannique, Alan Lennox-Boyd, à Buea en mai 1955, le Dr Endeley, au nom du gouvernement du Cameroun méridional, évoque l’avenir « glorieux et prospère » des Camerounais qui aspirent à « un lien continu avec la Grande-Bretagne et le Commonwealth »19. De même, lorsque John Ngu Foncha, enseignant de Bamenda, crée le Kamerun National Democratic Party (KNDP) en 1955, il s’agit tout autant d’une réaction à l’influence continue du Nigeria, à une époque où la surreprésentation des Nigérians dans les postes à responsabilité du territoire génère un mécontentement grandissant,20 qu’un engagement absolu pour une « réunification » dont les chemins pratiques demeurent incertains, au-delà des principes formulés dans les discours. Au Cameroun méridional, la question des droits politiques des populations francophones, estimées à environ 20 000 en 1955, est, de fait, le sujet de dissensions très vives21, qui soulignent les complexités des identités camerounaises imaginées et des pratiques politiques réelles.

  • 22 Des réunions communes avec les hommes politiques du Cameroun britannique avaient eu lieu en 1949 et (...)
  • 23 Le terme « transnational » semble ici plus difficilement applicable à des initiatives qui postulent (...)
  • 24 Ruben Um Nyobè, Cahiers Internationaux 64, mars 1955, in ibid., p. 297.
  • 25 Ruben Um Nyobè, « Observations présentées devant la 4ème Commission, décembre 1954 », in ibid., pp. (...)
  • 26 Ruben Um Nyobè, Cahiers Internationaux 64, mars 1955, in Ruben Um Nyobè, Le problème national kamer (...)

10Seul l’UPC propose un projet de réunification qui tente d’établir des liens personnels directs avec les Camerounais méridionaux,22 d’opérer dans les deux territoires simultanément et de s’appuyer, ainsi, sur un réseau transfrontalier23. Les dirigeants upécistes se rendent au Cameroun méridional du 15 septembre au 3 octobre 1954, organisant des rencontres avec le Kamerun National Congress24. Um Nyobè suggère, lors de son intervention devant la Quatrième Commission de l’ONU en décembre 1954 l’institutionnalisation d’un dialogue trans-camerounais à travers la création de trois institutions élues au suffrage universel : des assemblées locales à l’échelle des subdivisions et districts dans les Camerouns français et britannique ; une assemblée législative et constituante, commune à tous ; et un conseil exécutif élu par l’Assemblée et placé sous l’égide de l’ONU, « assisté[e] d’un représentant de la France, d’un représentant de la Grande-Bretagne et des représentants autochtones désignés par l’Assemblée Législative »25. En février 1955, l’UPC transmet au Haut-Commissariat britannique de Buea la version anglaise de ses statuts26.

  • 27 Achille Mbembe, La naissance du maquis dans le Sud-Cameroun (1920-1960), Paris, Karthala, 1996.
  • 28 In Victor J. Ngoh, op. cit., p. 95.
  • 29 Ibid., p. 112.

11Lorsque la guerre contre l’UPC débute réellement suite aux émeutes de mai 1955, à l’interdiction du parti en juillet 1955 puis au passage à la lutte armée en décembre 195627, la création d’un mouvement pour la réunification qui soit à la fois résolument anticolonial et réellement transcamerounais subit un dur revers. Si au Cameroun méridional, le Kamerun National Democratic Party de John Ngu Foncha devient progressivement le promoteur de la réunification, la réunification elle-même devient autant instrument que projet et est en réalité indissociable d’une stratégie politique liée à la vie politique interne au Cameroun méridional, et un moyen de se distinguer des cercles d’Endeley, des élites côtières plus proches des Britanniques. La victoire du KNDP lors des élections de janvier 1959 doit être lue avant tout comme un rejet d’une association avec le Nigeria, et non comme un engagement décisif en faveur de la réunification, aux contours encore incertains. La réunification s’envisage alors comme le résultat d’une négociation de parti à parti, « accomplie par des sections indépendantes plutôt que dépendantes, sous autorité britannique ou française »28 et conditionnée à une période d’indépendance temporaire. La réunification initiera ainsi, plutôt qu’elle ne couronnera, le rapprochement entre les communautés des deux Camerouns. Elle apparaît sous un double jour, élitiste et incertaine, que laissait déjà entendre le One Kamerun Party en novembre 1958, lorsqu’il avait appelé l’ONU à « réunifier unilatéralement les Cameroun français et britannique »29. La réunification ainsi conçue présente le défi considérable de dépasser les frontières coloniales tout en respectant les héritages respectifs, y compris coloniaux, des deux partis concernés.

Le « fait colonial » à l’épreuve de la guerre et du référendum onusien : vers une essentialisation des identités au Cameroun méridional

12Dès 1948, l’UPC soulignait que la réunification serait un défi considérable pour celui qu’elle identifiait comme le peuple camerounais. En réalité, les rapports de force, politiques et armés, qui se nouent dans l’état colonial tardif dans les deux Camerouns contribuent à distinguer davantage les pratiques coloniales françaises et britanniques – et, par conséquent, les expériences constitutives du quotidien des deux populations camerounaises. Au Cameroun méridional en particulier, les débats sur l’avenir du territoire, sur les formes, les moyens et le calendrier de l’indépendance, essentialisent les identités coloniales à partir de laquelle la réunification est tour à tour crainte et rêvée.

  • 30 Ruben Um Nyobè, « Venant au secours des colonialistes français le gouvernement britannique vient de (...)
  • 31 Voir également Hansard, House of Commons Debate, 27 June 1957, vol. 572, c. 398.
  • 32 Victor J. Ngoh, op.cit., p. 19.
  • 33 Voir par exemple ibid., p. 109.
  • 34 Ibid., pp. 73, 100.
  • 35 Ibid., p. 93.
  • 36 Ibid.

13La guerre sanglante menée contre l’UPC se déroule essentiellement en pays Bassa et Bamiléké, mais l’UPC opère également à partir de plusieurs bases arrières au Cameroun méridional. La guerre a alors un double impact sur le Cameroun méridional. Les Britanniques accordent, malgré des réticences marquées face au sort réservé aux militants upécistes, leur soutien à la France au-delà des simples échanges de renseignements, interdisant l’UPC en juin 1957 et procédant à la mise en résidence surveillée et à la déportation de plusieurs militants, dont Félix-Roland Moumié, Abel Kingué et Ernest Ouandié qui étaient passés en zone britannique en mai 195530. Pour les partis politiques du Cameroun méridional, la lutte armée ne saurait être un moyen de libération, et seule la voie constitutionnelle suivie par la Gold Coast, le Nigeria ou la Sierra Leone, est envisageable31. Dès 1951 à Kumba, Dibongue et Mbile avaient rejeté la possibilité du recours à la violence, suggérée par les leaders upécistes, pour atteindre le but de la réunification32. Ce rejet s’intensifie après 1955, tandis que le gouvernement Endeley adopte des mesures contre l’UPC à partir de 1957 et que l’instabilité au Cameroun sous tutelle française forme un des piliers majeurs de la politique du KNC contre l’unification33. L’opposition, de même, prend très nettement ses distances vis-à-vis de l’UPC au cours des mêmes années34. Jamais le KNDP n’a été, comme l’ont démontré Victor Ngoh ou Edwin Ardener, « un parti révolutionnaire ou radical » mais bien un mouvement à l’image « hautement traditionnaliste et conservatrice »35. Seul le One Kamerun Party (OK Party) soutient la lutte de l’UPC, mais il n’obtient jamais, avec ses 1200 à 2000 sympathisants36, le poids politique du KNDP de Foncha, du KNC d’Endeley ou de la Cameroon People’s National Convention (CPNC), qu’Endeley fonde en mai 1960 et qui maintient les principes de non-violence. Les options politiques et militaires de l’UPC influencent ainsi la conception de la réunification au Cameroun méridional, confirmant rythme graduel et moyens constitutionnels mais brouillant simultanément l’identification de partenaires dans ce projet. Les upécistes ne sont plus alors envisagés comme des alliés, ni potentiels ni réels, mais comme des forces subversives.

  • 37 A/RES/1352 (XVI), Avenir du Territoire sous tutelle du Cameroun sous administration du Royaume-Uni, (...)
  • 38 Voir par exemple Nicolas Happy Nya, La coopération franco-africaine : le cas du Cameroun de 1958 à (...)

14La guerre coloniale au Cameroun est centrale pour interpréter le plébiscite sur la réunification qui a lieu sous l’égide des Nations Unies le 11 février 1961 au Cameroun méridional37. Au Cameroun français, la combinaison entre répression de l’UPC et formation d’alliances avec les élites modérées a mené à l’indépendance du Cameroun en 1960 sous le gouvernement d’Ahidjo, qui signe alors avec la France une série d’accords de coopération dans de nombreux domaines, dont la défense38. La guerre contre l’UPC se poursuit ainsi après l’indépendance, et à l’étranger – l’assassinat de Félix Moumié, empoisonné à Genève en novembre 1960, marque un tournant de la lutte contre l’UPC. Au sein du Cameroun même, l’alliance des troupes françaises et camerounaises au lendemain de l’indépendance permet au gouvernement d’Ahmadou Ahidjo d’allier manœuvres militaires et répression politique tout en replaçant la réunification au cœur de son projet de construction nationale et étatique.

  • 39 Hansard, House of Commons Debate, 1 May 1957, vol. 569, c. 185.
  • 40 Hansard, House of Commons Debate, 17 November 1959, vol. 613, c. 111W.
  • 41 Kenneth Berrill, The Economy of the Southern Cameroons under United Kingdom Trusteeship, Cambridge, (...)
  • 42 Mélanie Torrent, Diplomacy and Nation-Building in Africa: Franco-British Relations and Cameroon at (...)

15Les plébiscites sont certes présentés à l’ONU comme l’application du principe d’auto-détermination, mais une double violence est au cœur du processus au Cameroun méridional qui doit choisir entre l’union avec le Nigeria et la réunification. Est ainsi refusée aux Camerounais méridionaux une troisième option, celle de l’indépendance séparée, tandis que la violence militaire, couplée à la répression politique, se poursuit en République du Cameroun. Dès 1957 à la Chambre des Communes, le ministre des Colonies Alan Lennox-Boyd rejetait l’idée que le Cameroun méridional puisse choisir entre indépendance, union avec le Nigeria et union avec le Cameroun39. La résolution 1352 (XIV) de l’Assemblée Générale de l’ONU limite très clairement le choix des électeurs, à savoir toute personne âgée d’au moins vingt-et-un ans « née au Cameroun méridional ou dont le père ou la mère est né au Cameroun méridional », à deux options seulement : unification avec le Cameroun ou unification avec le Nigeria. Si le nouveau ministre des Colonies, Iain Macleod, déclare à la Chambre des Communes fin 1959 que la formulation onusienne reflète les souhaits des principaux leaders du Cameroun méridional40, l’exclusion de l’indépendance séparée correspond en réalité tout à fait aux objectifs britanniques. Deux considérations majeures guident alors les politiques du gouvernement conservateur au Cameroun méridional. Face aux difficultés budgétaires et financières du Royaume-Uni, toute surcharge économique doit être évitée : le rapport Berrill sur la non-viabilité du Cameroun méridional milite ainsi en faveur d’une union avec l’un de ses voisins41. Parallèlement, la politique étrangère britannique exige que soient pris en considération les intérêts de la France, voisin européen, comme du Nigeria, partenaire futur du Commonwealth, tous deux opposés, pour des motifs différents mais également dérivés d’une realpolitik régionale, à une indépendance séparée42.

  • 43 La période allemande, de ce point de vue, a également pu servir de marqueur mémoriel, Nerius Mbile (...)
  • 44 Voir Victor J. Ngoh, op. cit., p. 149 et Victor B. Amazee, op. cit.
  • 45 In Willard R. Johnson, The Cameroon Federation : Political Integration in a Fragmentary Society, Pr (...)

16Dans la campagne électorale de 1960-61, les discours de l’ensemble des partis contribuent à essentialiser les identités, qu’elles soient coloniales ou camerounaises. Les tenants de la réunification, Foncha le premier, mettent en avant une identité camerounaise presque immémoriale, un Grand Cameroun qu’il est du devoir des Camerounais méridionaux de retrouver43. À celle-ci s’oppose une double critique : des Nigérians, et particulièrement des populations ibo, apparentés dans plusieurs discours à des envahisseurs, exploiteurs, quasi-colonisateurs44 ; et des Britanniques, accusés d’avoir sciemment maintenu le Cameroun méridional à la marge de leurs stratégies de développement colonial – négligé, plus encore qu’exploité, d’une certaine manière. Mais la critique du « fait colonial » au Cameroun méridional conduit parfois à une valorisation, implicite du moins, du « fait colonial » français. « Cela fait quarante ans », déclarent certains, « que nous sommes avec le Nigeria sous administration britannique. Nous n’avons pas de routes, pas d’écoles secondaires publiques, rien. Il est grand temps de tenter notre chance de l’autre côté de la frontière.45 » La colonisation à la française à l’est du fleuve Mungo est ainsi présentée comme porteuse d’avantages dont les Camerounais méridionaux pourraient bénéficier a posteriori, dans le cadre d’une unification avec la République du Cameroun indépendante.

  • 46 TNA, FO 371/117430, Lettre de l’UPC à Sir Anthony Eden, Premier Ministre, 24 août 1955.
  • 47 TNA, FO 371/125643, Lettre de l’Association des Étudiants Camerounais, section de Toulouse, au Prés (...)
  • 48 Parmi les travaux les plus marquants, on peut noter les ouvrages suivants : David Anderson & David (...)

17Les opposants à la réunification, dont Endeley, travaillent à l’inverse l’idée d’une distance culturelle fondamentale entre les deux territoires camerounais, symbolisée par une violence propre aux Francophones. Quelques années plus tôt, c’est à l’inverse l’UPC, tenant de la réunification, qui avait tenté de mobiliser le gouvernement et l’opinion britannique en sa faveur en jouant sur la rivalité « traditionnelle » entre France et Grande-Bretagne. Dans une lettre adressée au Premier ministre britannique Anthony Eden, l’UPC avait ainsi comparé,la politique française à une série « de dures atrocités comparables à celles des nazis » et, balayant pour l’occasion l’influence des intérêts stratégiques et économiques britanniques, affirmé que « la Syrie et le Liban [avaient] pu se libérer du joug colonial français » grâce à une Grande-Bretagne « plus libérale et plus réaliste que la France”46. De même, la section de Toulouse de l’Association des Étudiants Camerounais vantait en 1957 « la politique libérale », « la fidélité aux traditions démocratiques dont [la Grande-Bretagne fait] preuve en matière de politique coloniale », « seule constructive pour le bonheur des peuples », et considérait « que le gouvernement de la Grande Bretagne a souvent permis à ses colonies d’accéder à l’autonomie ou à l’indépendance sans opposer comme condition préalable un examen tragique: l’effusion de sang. 47 » À une époque où les états d’urgence demeurent en place au Kenya, à Chypre et dans la péninsule malaise – pour ne citer que les cas les plus souvent analysés dans l’historiographie récente remettant en question le « pacifisme » de la décolonisation à la britannique48 – ces propos sont saisissants.

18Mais au-delà de la réalité des modalités du retrait britannique, la comparaison France / Grande-Bretagne devient un outil politique dans les espaces transfrontaliers et les phases transitoires au Cameroun méridional. Qui plus est, l’UPC, plus, sans doute, qu’aucun autre parti des territoires camerounais, est vivement conscient des exactions, violences et manœuvres sécuritaires de l’état colonial tardif en Afrique britannique. Dans sa préface à l’ouvrage de Félix Moumié, traduit en anglais sous le titre The Rape of the Cameroons, publié en novembre 1959 par le Committee of African Organisations à Londres, Alao Aka Bashorun évoque les très récents scandales au Kenya – massacre d’Hola Camp – et au Nyasaland – où le rapport Devlin qualifie la colonie d’état policier – pour mieux faire ressortir les atrocités au Cameroun français.

  • 49 Archives of the Movement for Colonial Freedom, Box 7, Alao Aka Bashorun, Introduction, London, Nove (...)

Aujourd’hui le Cameroun, à un degré plus fort que le Nyasaland, est un état militaire régi par décrets, où toutes les valeurs modernes sont balayées par un désir fou et aveugle de maintenir la Communauté [française]. La tragédie de Hola devient insignifiante face aux exécutions publiques qui sont maintenant courantes au Cameroun.49 

  • 50 TNA, CO 554/2440, Petition from Mrs Bi Mbong and others, Aghem Clan, Wum Division, 12 mars 1961.
  • 51 TNA, CO 554/2440, Petition from Mrs Bi Mbong and others, Aghem Clan, Wum Division, 12 mars 1961; CO (...)

19Mais si le discours de l’UPC ne minimise pas les violences du gouvernement britannique colonial et des transitions vers les indépendances politiques, les jeux d’influence au Cameroun méridional lui-même conduisent à une lecture parfois très clémente de la présence britannique au Cameroun. Ainsi, au lendemain des plébiscites, les opposants à la réunification redéfinissent une Grande-Bretagne libérale, dont l’image parcourt toute une partie des discours politiques et populaires. Des pétitions envoyées par l’ONU aux interventions de l’opposition à l’assemblée de Buea, divers acteurs en viennent à glorifier le fait colonial britannique, et même à opérer une relecture de l’histoire britannique tout entière, dans une perspective téléologique digne des Whigs. Dans la région de Wum, les femmes du Clan Aghem soulignent ainsi « cette vie paisible où [elles] jouissent, comme toutes les autres personnes, de la liberté »50, à une époque où de nombreux clans et chefferies contestent une lecture globale des résultats du plébiscite qui donne la victoire à la réunification. La résolution signée par les chefs du même clan quelques semaines plus tôt vantait « la liberté et ce système de gouvernement et de justice qu’[ils] ont reçus des Britanniques avec le Nigeria, en conséquence de [leur] association avec le trône britannique51 », et sur laquelle les principes mêmes d’une auto-détermination fidèle car locale sont revendiqués.

Négocier les espaces culturels de la réunification : le fait colonial occulté ?

  • 52 Si la situation du Cameroun méridional mobilise le gouvernement et l’administration de la France, e (...)
  • 53 Voir par exemple Hansard, House of Commons Debate, British Cameroons (French Camerounians), 19 Dece (...)
  • 54 En avril 1956, Brockway évoque l’interdiction de « l’Union Politique Cameroniene », permettant au m (...)
  • 55 Hansard, House of Commons Debate, 1 December 1959, vol. 614, cc. 1006-1011.

20Les ambiguïtés de la critique coloniale au Cameroun méridional se retrouvent également au Parlement britannique52, où le Cameroun occupe une place très marginale par ailleurs. Lorsque le Movement for Colonial Freedom de Fenner Brockway, créé en 1954, oriente les débats sur les territoires camerounais, c’est le Cameroun français qui est la préoccupation initiale des anticolonialistes britanniques. Plus que la politique britannique au Cameroun méridional en elle-même, ce sont les réactions des autorités britanniques face aux réfugiés en provenance du Cameroun français qui mobilisent Fenner Brockway et Barbara Castle53. De fait, des inexactitudes permettent au gouvernement conservateur de garder en partie le contrôle des débats à la Chambre, au sujet de territoires dont peu de parlementaires connaissent la vie politique54. Si en 1959, les libertés politiques et le sort des ressortissants du Cameroun français demeurent des sujets d’inquiétude exprimés par Fenner Brockway, James Callaghan et John Dugdale pour le parti travailliste, ce sont toujours les violences au Cameroun français qui dominent. Le sens britannique de la justice est ainsi présenté comme le guide de la politique à adopter – refuser la déportation des ressortissants du Cameroun français vers leur territoire d’origine.55

  • 56 Hansard, House of Commons Debate, 21 July 1960, vol. 627, cc. 713-4; 26 July 1960, vol. 627, c. 126 (...)
  • 57 Hansard, House of Commons Debate, 10 March 1960, vol. 619, c. 611; 29 March 1960, vol. 620, cc. 118 (...)

21En 1960 et au début de l’année 1961, les débats sur le Cameroun sont initiés par des personnalités travaillistes relativement modérées, comme George Thomson, ou beaucoup plus fréquemment, par les quelques Conservateurs qui ont des intérêts commerciaux dans la région. Si Thomson intervient surtout au sujet des garanties nécessaires pour maintenir la stabilité du territoire après la réunification (présence d’expatriés, gestion de l’insécurité en République du Cameroun, risque de troubles semblables à la guerre au Congo…)56, John Tilney évoque une grande variété de sujets, allant des préoccupations économiques et commerciales (aide au développement, économie des plantations, avenir de la préférence impériale, infrastructures) à des considérations sécuritaires (police des frontières) et politiques (information des électeurs à l’approche des plébiscites57. L’objet n’est alors pas tant, à nouveau, de critiquer le gouvernement colonial britannique pendant les périodes de mandat et de tutelle que de mettre en garde contre violence et domination politique côté francophone.

  • 58 A/RES/1608 (XV), Avenir du Territoire sous tutelle du Cameroun sous administration du Royaume-Uni, (...)
  • 59 Buea (16-17 mai), Bamenda (26-28 juin), Foumban (17-21 juillet) et Yaoundé (10-14 août).
  • 60 L’anthropologue britannique Shirley Ardener, témoin direct des transferts de pouvoir au Cameroun mé (...)

22À la Chambre des Communes, les critiques à l’égard du gouvernement britannique ne se durcissent réellement qu’au lendemain des plébiscites, alors que les négociations pour la création de l’État unifié du Cameroun se mettent très lentement en place. Au-delà d’une indépendance séparée, c’est aussi la possibilité d’une indépendance temporaire, qui permettrait au Cameroun méridional de négocier la réunification avec la République du Cameroun d’État souverain à État souverain, qui est refusée au territoire. Les négociations cruciales pour la réunification ont donc lieu entre avril 1961, lorsque les résultats sont confirmés par l’ONU58, et septembre 1961, quelques semaines avant les transferts. Plusieurs conférences constitutionnelles sont organisées59 mais les acteurs impliqués sont très différents des conférences qui ont alors lieu dans le reste de l’empire britannique. Il ne s’agit plus de négociations entre le gouvernement britannique et les partis politiques du territoire concernés : la République du Cameroun est l’un des acteurs principaux des discussions, aidée par la France avec laquelle elle prépare ses dossiers. Le recours à la traduction et à l’interprétariat, indispensables, marque également une rupture fondamentale avec les processus en cours ailleurs dans l’empire britannique60.

  • 61 Formé en mai 1960 pour cimenter l’opposition au KNDP, le CPNC regroupe le KNC et le Kamerun People’ (...)
  • 62 John Tilney, House of Commons Debate, 20 April 1961, vol. 638, cc. 1382-3.
  • 63 Movement for Colonial Freedom, Box 38, MCF/COU/021, Message from the UPC to the London Annual Confe (...)
  • 64 Movement for Colonial Freedom, Box 7, MCF/04/12, Movement for Colonial Freedom West African Committ (...)

23En avril 1961, John Tilney s’insurge de ce que l’opposition au Cameroun méridional, à savoir le Cameroons Peoples’ National Convention (CPNC) 61 d’Endeley, soit exclue des discussions62, tandis que les mouvements proches de l’UPC, en relation avec le Movement for Colonial Freedom, tentent de mobiliser la classe politique britannique et la population proche des courants anticolonialistes contre la répression qui sévit en République du Cameroun. L’UPC évoque « les meurtres, exécutions et massacres de patriotes kamerunais sur les instructions de De Gaulle » sous le régime Ahidjo et estime que la « lutte violente pour le pouvoir qui a lieu actuellement au Cameroun méridional »63 est le résultat de l’opposition du gouvernement britannique pour une véritable réunification. Le Secrétaire Général du One Kamerun Party, lors de son séjour à Londres, évoque la violence croissante depuis 1955, les arrestations et déportations de ses partisans et dénonce le rôle des « soldats français » dans les exécutions qu’il craint en République du Cameroun64.

  • 65 Il estime qu’entre 1955 et 1959, seuls 2% des postes occupés par des expatriés ont été libérés, et (...)
  • 66 Bate Besong, « Literature in the season of the Diaspora: Notes to the Anglophone Cameroonian Writer (...)

24En août 1961, George Thomson prend la parole sur le sujet du Cameroun méridional pour trois raisons : « la sécurité de nos compatriotes au Cameroun méridional[ ;] le bien-être des habitants du territoire [et] la réputation » des Britanniques, qui souffrirait si un conflit devait survenir suite au transfert des pouvoirs. Son discours évoque de fait la « responsabilité morale » de Londres et il reconnaît le bilan plutôt favorable de la Grande-Bretagne en matière de transferts de pouvoirs. Mais il présente, avant tout, un véritable réquisitoire contre la politique conservatrice au Cameroun. Il ne s’agit plus alors de s’interroger sur les héritages de la tutelle britannique, dans l’absolu ou par comparaison aux autres empires coloniaux, mais de reprocher aux Conservateurs d’abandonner leurs responsabilités de tutelle à la onzième heure, alors même que le Cameroun méridional fait face à trois grandes tensions : des tensions internes très importantes, alors même qu’une partie de la population conteste les résultats des plébiscites ; des tensions inter-camerounaises, où la République du Cameroun a l’avantage d’une indépendance déjà obtenue ; et des tensions internationales, entre Grande-Bretagne, Nigeria et France, dans un système international en plein bouleversement. Si Thomson reproche aux Conservateurs la très lente camerounisation de la fonction publique65, c’est surtout la marginalisation volontaire de Londres dans les négociations pour la réunification qui fait l’objet de ses principales attaques. Suite à la conférence de Foumban et avant la dernière conférence de Yaoundé, Thomson demande ainsi, sans succès, qu’un ministre, pas simplement un haut fonctionnaire, soit envoyé au Cameroun et que des démarches soient faites auprès de l’ONU pour offrir un délai aux négociations. Faisant référence au slogan qui, dit-on au Cameroun méridional, circulerait parmi les Francophones (« Le premier Octobre [sic] on va saisir le Cameroun du Sud »), Thomson dépeint un transfert de pouvoir dans une « obscurité singulière et un péril considérable », susceptible de conduire à l’intervention d’une force des Nations Unies. Des années plus tard, l’écrivain camerounais anglophone Bate Besong évoquera dans son œuvre « les cicatrices de la fraternité », le « chemin lunatique que [le Cameroun méridional] a emprunté à partir de Foumban », la « servitude mentale et psychologique perpétuelle »66 prolongeant la subordination du Cameroun méridional.

  • 67 TNA, FO 371/145256, Record of Commonwealth meeting at the United Nations, 19 février 1959 ; K. J Uf (...)

25En réalité, quatre grands facteurs pèsent sur les négociations. Premièrement, l’engagement marqué de l’ONU pour la décolonisation opère une influence double sur le Cameroun méridional. D’une part, avant même qu’en 1963 l’Organisation de l’Unité Africaine ne pose l’inviolabilité des frontières héritées de la colonisation, plusieurs États post-coloniaux voient avec crainte tout mouvement pouvant être un facteur de désunion ou désintégration. L’Inde et la Malaya, ainsi, estiment qu’accepter et légitimer la sécession de petites entités territoriales risquerait d’ouvrir la porte à de nombreuses revendications séparatistes dans le monde, y compris dans leurs propres pays67. D’autre part, l’Assemblée Générale de l’ONU, notamment au cours de l’année 1960, « année de l’Afrique », et après le vote de la Résolution 1514 de décembre 1960, milite encore plus fermement pour un transfert des pouvoirs rapide, après la tenue des référendums, validés comme gages d’auto-détermination dans les territoires camerounais britanniques.

  • 68 TNA, CAB 129/98, Africa : The Next Ten Years, Memorandum by the Secretary of State for Foreign Affa (...)

26Deuxièmement, la Guerre froide renforce les alliances européennes en Afrique, avec le soutien des États-Unis. Londres voit alors une présence française en Afrique de l’Ouest comme une garantie essentielle des intérêts occidentaux, notamment en matière d’aide au développement68. Dans le cas du Cameroun méridional, la critique des pratiques coloniales et post-coloniales françaises, pourtant clairement exprimée dans de nombreux documents officiels, est d’autant plus tue que la certitude de la réunification après les processus onusiens confère aux solidarités européennes une importance renouvelée. Les négociations camerounaises sont aussi des négociations franco-britanniques par intermédiaires, à l’échelle géostratégique de l’Afrique comme à l’échelle politico-économique de l’Europe, notamment après la candidature britannique auprès de la CEE en 1961.

  • 69 Mélanie Torrent, Diplomacy and Nation-Building, op. cit., pp. 43-44.
  • 70 Foncha, considère J. O. Field à Buea, « joue un jeu malhonnête et dangereux », acceptant en privé d (...)
  • 71 TNA, CO 554/2266, SC Record of Tripartite talks in Yaoundé on August 4-7, 1961, First Session.

27Troisièmement, les impératifs de la construction nationale dans l’ex-Cameroun français ont une influence forte sur les négociations pour la réunification. À une époque où le gouvernement d’Ahidjo s’appuie sur l’appareil sécuritaire de l’ancien ordre colonial pour achever de mater le mouvement upéciste, la constitution d’un État stable – au prix d’un régime autoritaire – et le maintien de relations fortes avec le bloc occidental, devient une priorité aux yeux du gouvernement et de l’administration britanniques69. Enfin, alors que les relations entre Ahidjo et les autorités françaises sont étroites, le manque de confiance grandissant entre Foncha et les autorités britanniques affaiblit davantage la position du Cameroun méridional70. » Ahidjo sait opérer un équilibre entre France et Grande-Bretagne dans ses discours politiques, tout en s’appuyant en réalité sur le soutien très net de la France. Lors de la conférence de Yaoundé d’août 1961, Ahidjo argue que « 40 ans d’administration française rendent la poursuite de l’aide française nécessaire », affirme que les Camerounais sont « reconnaissants à la France pour ce qu’elle a fait et continue de faire » et considère, de même, que « le peuple du Cameroun méridional n’oublierait jamais l’aide précieuse que [les Britanniques] leur avaient apporté.71 » L’indépendance et la réunification sont ainsi présentées comme une renégociation des relations du Cameroun à la France et à la Grande-Bretagne, renégociation dont Ahidjo seul tient à la fois les principes, présentés comme modérés et graduellistes, et les moyens, suite au contrôle franco-camerounais des forces upécistes.

  • 72 TNA, CO 554/2265, Foumban Conference, First Session 11am, 17 juillet 1961.
  • 73 TNA, CO 554/2265, Comparison between draft constitutions for the Federal Cameroon Republic, 1961.
  • 74 Ahmadou Ahidjo, Contribution à la construction nationale, Paris, Présence africaine, 1964, p. 24-25

28Si les partis camerounais s’accordent sur une fédération, juste milieu entre un État « unitaire et centralisé » et « un système confédéral … trop lâche »72, de nombreuses propositions du Cameroun méridional quant à la forme politique de l’organisation étatique sont rejetées au profit des suggestions de la République du Cameroun. Alors que Foncha envisage « un Président constitutionnel de la Fédération[,] un Gouverneur du Cameroun méridional et même de la République du Cameroun [ainsi qu’]un quota de portefeuilles ministériels pour chaque état [fédéré] », Ahidjo « envisage que tous les pouvoirs vitaux appartiennent au gouvernement fédéral » et estime que « le Président de la Fédération [doit pouvoir] déclarer l’état d’urgence et s’arroger lui-même les pleins pouvoirs »73. La proposition d’un système bicaméral, qu’Ahidjo assimile à des « institutions politiques nombreuses, lourdes, complexes et onéreuses », incompatibles avec les exigences de la construction nationale placée sous le signe de l’austérité financière74, est de même rejetée. La concession majeure réside dans la garantie que le Président et le Vice-président de la Fédération camerounaise ne pourront être originaires du même état fédéré. En réalité, les discussions constitutionnelles qui précèdent la réunification font apparaître l’organisation politique du Cameroun réunifié comme le symbole de l’autorité d’Ahidjo sur l’ensemble du territoire. Les négociations, au final, complexes et réalisées selon un calendrier très resserré, n’aboutissent pas à une véritable remise en question des structures coloniales dans les deux territoires, au sein de partis camerounais qui présentent tous une approche nationaliste modérée face aux héritages coloniaux. La réunification est alors fondée deux piliers, l’image d’un Cameroun rêvé et la réalité de la domination francophone, et non sur une critique collective et argumentée des pratiques coloniales profondes.

Conclusion : Transferts et croisements au Cameroun réunifié

  • 75 L’importance de la pluralité linguistique au Cameroun est également mise en valeur par les travaux (...)
  • 76 Voir par exemple Karen Barkey, « Trajectoires impériales : histoires connectées ou études comparées (...)

29À partir de 1962, le Cameroun fédéral fête deux grands évènements chaque année : la réunification le 1er octobre, et l’indépendance le 1er janvier. Pour les populations du nouvel état fédéré du Cameroun occidental, la fin de l’empire britannique correspond à une modification sensible de la vie quotidienne du pays selon les pratiques du Cameroun oriental : on conduit désormais à droite ; le franc CFA remplace les monnaies britanniques et nigérianes ; l’État est officiellement bilingue mais la domination des Francophones dans la vie administrative et politique du pays rend la maîtrise du français indispensable à la réussite politique, économique et sociale ; une police armée et une gendarmerie jusqu’alors inconnue maintiennent une sécurité qui semble à beaucoup fort brutale. Le Cameroun post-colonial est certes un creuset culturel tout à fait innovant – comme peut en témoigner, par exemple, l’usage grandissant du Camfranglais75. Toutefois, la cristallisation des identités au moment de la réunification continue de peser lourdement sur les relations au sein du Cameroun, autour du couple Anglophones/Francophones, dont les connotations sont autant culturelles que linguistiques. Pour l’historien, l’étude de la réunification est rendue plus complexe par deux facteurs pratiques : la difficulté d’accès aux archives camerounaises du tournant des années 1960 ; et les méandres de l’histoire orale, sur une période fort contestée du Cameroun, et qu’on ne peut dissocier des luttes politiques actuelles. L’histoire de la réunification doit alors accorder une place beaucoup plus importante qu’elle ne l’a fait jusqu’à présent au transnational – à la fois comme mouvements qui créent leur logique propre et comme échelle d’analyse76 – et au local. C’est une condition nécessaire pour que soit réellement remise en question l’essentialisation des identités qui a précédé les transferts de pouvoir au Cameroun, et qui a influencé si durablement le rapport de forces culturelles dans la vie nationale et internationale du Cameroun « réunifié ». La domination du Cameroun oriental dans la fédération post-1961 s’est appuyée, outre sa supériorité géographique et démographique, sur une double opportunité : la capacité à maintenir une alliance sécuritaire forte avec la France dans les transferts de pouvoir de 1960 (et donc la convergence des intérêts entre Paris et Yaoundé) ; et la capacité à occulter la critique de ces mêmes pouvoirs dans les transferts de pouvoir de 1961, en jouant sur la pression de l’ONU, la Guerre froide et les divisions entre les partis politiques du Cameroun méridional. Le concept de réunification est alors transformé radicalement, de concept révolutionnaire transfrontalier en instrument de politique conservatrice, servie par la dualité coloniale qui l’a précédée.

Haut de page

Notes

1 Le Cameroun britannique septentrional est intégré à la Fédération du Nigeria, indépendante depuis le 1er octobre 1960, le 1er juin 1961.

2 Selon les estimations, dans les années 1950, les locuteurs francophones représentent moins de 10 % des habitants du Cameroun sous tutelle française tandis que dans les Camerouns britanniques, les langues africaines prévalent encore plus largement.

3 L’assemblée est alors composée du Commissaire britannique pour le Cameroun, de 13 membres élus, 3 membres de droit, 6 représentants des autorités coutumières et 2 représentants des intérêts particuliers ; le conseil exécutif comprend également le Commissaire britannique pour le Cameroun, 3 membres de droit et 4 membres choisis parmi les 21 membres non-officiels de l’assemblée.

4 Formé en août 1944 et regroupant les mouvements les plus actifs du territoire, comme la Cameroons Youth League ou la Cameroons National Federation.

5 Victor Julius Ngoh, Southern Cameroons, 1922-1961 : A Constitutional History, Aldershot, Ashgate, 2000, pp. 105, 112. Toutes les traductions des ouvrages et archives en anglais sont de l’auteur.

6 Pour l’Afrique française, voir notamment Tony Chafer, The End of the Empire in French West Africa : France’s Successful Decolonization ?, Oxford, Berg Publishers, 2002. Pour l’Afrique britannique, voir entre autres Martin Lynn (ed.), The British Empire in the 1950s: Decline or Revival?, London, Palgrave Macmillan, 2005 ; et plus généralement John Darwin, Britain and Decolonisation: The Retreat from Empire in the Post-War World, London, Palgrave Macmillan, 1988.

7 Victor T. Le Vine, The Cameroons: From Mandate to Independence, Berkeley, Los Angeles, University of California Press, 1964, pp. 131-139.

8 De fait, Nigeria et Gold Coast sont les seuls territoires, avec le Kenya, l’Ouganda et le Tanganyika, dont l’indépendance est envisagée sans que leur intégration à une fédération soit considérée comme indispensable. TNA, CAB 129/77, Appendix C, Smaller Colonial Territories, Memorandum by the Secretary of State for the Colonies, 27 septembre 1955. Dans le rapport du Général Templer de 1955, la Sierra Leone et la Gambie sont classées dans la catégorie des territoires dont on peut faire abstraction car incapables d’assumer toute responsabilité ; le Cameroun n’est pas mentionné ; TNA, CAB 129/76, General Sir Gerald Templer, « Report on Colonial Security », 23 avril 1955. De même, seuls le Nigeria et la Gold Coast étaient mentionnés dans les projets d’établissement de bureaux d’information dans la région, TNA, CAB 129/64, Overseas Information Services : Report of the Drogheba Committee, Memorandum by the Secretaries of State for Foreign Affairs and the Colonies and the Under-Secretary of State for Commonwealth Relations, 13 novembre 1953.

9 TNA, CAB 129/93, Overseas Information Services, Memorandum by the Chancellor of the Duchy of Lancaster, 8 juillet 1958.

10 TNA, CAB 129/98, Africa : The Next Ten Years, Memorandum by the Secretary of State for Foreign Affairs, 2 juillet 1959. De fait, l’historiographie des indépendances africaines a prolongé la hiérarchie opérée par Londres : les transitions plus tardives et plus contestées de l’Afrique centrale et orientale occupent une place privilégiée tandis qu’en Afrique de l’ouest, les études relatives à la Gold Coast et au Nigeria devancent largement la recherche menée sur les transferts de pouvoirs dans les autres territoires britanniques.

11 Victor J. Ngoh, op. cit., p. 104.

12 Sur les différences entre les administrations française et britannique au Cameroun, voir Emmanuel Chiabi, The Making of Modern Cameroon. A History of Substate Nationalism and Disparate Union, 1914-1961, Lanham, University Press of America, 1997, pp. 11-38.

13 TNA, CAB 128/35, Cabinet Conclusions, 29 juin 1961.

14 Voir par exemple TNA, CAB 129/107, Southern Cameroons, Memorandum by the Secretary of State for Foreign Affairs, 24 novembre 1961.

15 Il s’agissait d’un bataillon des Grenadier Guards et d’un détachement de la Royal Air Force ; TNA, CAB 129/104, The Cameroon under United Kingdom Trusteeship, Memorandum by the Secretary of State for the Colonies, 16 mars 1961. L’administration britannique au Cameroun méridional en 1961 comprend environ 175 officiers ; TNA, CAB 129/105, Memorandum by the Prime Minister, 12 juin1961.

16 J. Achille. Mbembe, « Introduction : l’État historien », in Ruben Um Nyobè, Écrits sous Maquis, Paris, L’Harmattan, 1989, p. 18.

17 Ruben Um Nyobè, « Intervention au Congrès de Kumba (14-17 décembre 1951 », in ibid., pp. 66, 76.

18 Ruben Um Nyobè, « Rapport présenté au Comité Directeur de l’UPC, 7 septembre 1954 », in Ruben Um Nyobè, Le problème national kamerunais, Paris, L’Harmattan, 1984, p. 145, 153.

19 TNA, CO 554/1054, Welcome address by Endeley to the Right Honorable Alan Lennox-Boyd, Secretary of State for the Colonies, 26 janvier 1955.

20 Victor Bong Amazee, « The “Igbo Scare” in the British Cameroons, c. 1945-61 », Journal of African History, vol. 31, n° 2, 1990, p. 287.

21 Emmanuel Chiabi, op. cit., p. 114. Les « Francophones » du Cameroun méridional comprennent, selon les catégories établies par les Britanniques en 1951, quatre groupes principaux : les personnes nées en territoire français et installées au Cameroun méridional de façon permanente ; leurs descendants ; les familles des zones frontalières, faisant de fréquents déplacements ; les travailleurs migrants.

22 Des réunions communes avec les hommes politiques du Cameroun britannique avaient eu lieu en 1949 et 1951, et Ruben Um Nyobè lui-même y avait séjourné en août 1952 et avril/mai 1953 ; Victor T. Le Vine, op. cit., 1964, p. 149, 204 ; et Ruben Um Nyobè, « Observations présentées devant la 4ème Commission, décembre 1953 », in Ruben Um Nyobè, Le problème national kamerunais, op. cit., p. 220.

23 Le terme « transnational » semble ici plus difficilement applicable à des initiatives qui postulent que la « nation » camerounaise est précisément une, dépassant les frontières coloniales.

24 Ruben Um Nyobè, Cahiers Internationaux 64, mars 1955, in ibid., p. 297.

25 Ruben Um Nyobè, « Observations présentées devant la 4ème Commission, décembre 1954 », in ibid., pp. 239-40. Au Cameroun méridional, seul S. A. George publie un équivalent en 1956, intitulé Kamerun Unification: Being a Discussion of a 7-point Solution of the Unification problem, essayant de concilier les intérêts européens aux impératifs camerounais, et donnant à l’ONU une place – idéalement – prépondérante.

26 Ruben Um Nyobè, Cahiers Internationaux 64, mars 1955, in Ruben Um Nyobè, Le problème national kamerunais, op. cit., p. 297.

27 Achille Mbembe, La naissance du maquis dans le Sud-Cameroun (1920-1960), Paris, Karthala, 1996.

28 In Victor J. Ngoh, op. cit., p. 95.

29 Ibid., p. 112.

30 Ruben Um Nyobè, « Venant au secours des colonialistes français le gouvernement britannique vient de consommer un complot contre le mouvement national kamerunais », Maquis, 2 juillet 1957, in Ruben Um Nyobè, Écrits sous Maquis, op. cit., p. 200. Moumié, Kingué et Ouandié sont envoyés à Khartoum ; Thomas Deltombe, Manuel Domergue et Jacob Tatsitsa, Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique, 1948-1971, Paris, La Découverte, 2011, pp. 180-182, 239-242.

31 Voir également Hansard, House of Commons Debate, 27 June 1957, vol. 572, c. 398.

32 Victor J. Ngoh, op.cit., p. 19.

33 Voir par exemple ibid., p. 109.

34 Ibid., pp. 73, 100.

35 Ibid., p. 93.

36 Ibid.

37 A/RES/1352 (XVI), Avenir du Territoire sous tutelle du Cameroun sous administration du Royaume-Uni, organisation du plébiscite dans la partie méridionale du territoire, 16 octobre 1959. Le 12 février, le même plébiscite a lieu au Cameroun septentrional ; A/RES/1473 (XIV), Avenir du Territoire sous tutelle du Cameroun sous administration du Royaume-Uni, organisation d’un nouveau plébiscite dans la partie septentrionale du territoire, 12 décembre 1959. Le 7 novembre 1959, un premier plébiscite au Cameroun septentrional avait vu une majorité de la population voter pour repousser la décision sur l’avenir du territoire à une date ultérieure.

38 Voir par exemple Nicolas Happy Nya, La coopération franco-africaine : le cas du Cameroun de 1958 à 1987, Thèse de doctorat en relations internationales, Université de Lille 3, 1989 ; et Dieudonné Oyono, Avec ou sans la France? La politique africaine du Cameroun depuis 1960. Paris : L’Harmattan, 1990.

39 Hansard, House of Commons Debate, 1 May 1957, vol. 569, c. 185.

40 Hansard, House of Commons Debate, 17 November 1959, vol. 613, c. 111W.

41 Kenneth Berrill, The Economy of the Southern Cameroons under United Kingdom Trusteeship, Cambridge, 1960.

42 Mélanie Torrent, Diplomacy and Nation-Building in Africa: Franco-British Relations and Cameroon at the End of Empire, London, I. B. Tauris, 2012, pp. 24-25, 31.

43 La période allemande, de ce point de vue, a également pu servir de marqueur mémoriel, Nerius Mbile faisant allusion à l’importance de l’orthographe Kamerun pour signifier l’unité du territoire « allemand » divisé ensuite entre Français et Britanniques, voir Claude Welsh, Dream of Unity, Pan Africanism and Political Unification in West Africa, New York, Cornell University Press, 1966, p. 179. Comme l’explique Victor Ngoh, les historiens demeurent divisés sur l’importance de la période allemande dans l’émergence des mouvements nationalistes et marqueurs politico-identitaires au Cameroun.

44 Voir Victor J. Ngoh, op. cit., p. 149 et Victor B. Amazee, op. cit.

45 In Willard R. Johnson, The Cameroon Federation : Political Integration in a Fragmentary Society, Princeton, Princeton University Press, 1970, p.149.

46 TNA, FO 371/117430, Lettre de l’UPC à Sir Anthony Eden, Premier Ministre, 24 août 1955.

47 TNA, FO 371/125643, Lettre de l’Association des Étudiants Camerounais, section de Toulouse, au Président de la délégation britannique à l’ONU, 20 janvier 1957

48 Parmi les travaux les plus marquants, on peut noter les ouvrages suivants : David Anderson & David Killingray (eds.), Policing and Decolonisation : Politics, Nationalism and the Police, 1917-65, Manchester, Manchester University Press, 1992 ; David Anderson, Histories of the Hanged: Britain’s Dirty War in Kenya and the End of Empire, London, Weidenfeld & Nicolson, 2005 ; Caroline Elkins, Imperial Reckoning : the Untold Story of Britain’s Gulag in Kenya, New York, Holt, 2005 .

49 Archives of the Movement for Colonial Freedom, Box 7, Alao Aka Bashorun, Introduction, London, November 1959, in Felix-Roland Moumié, ‘The Rape of the Cameroons’, Conakry, 11 septembre 1959, Committee of African Organisations, 200 Gower Street, London NW1.

50 TNA, CO 554/2440, Petition from Mrs Bi Mbong and others, Aghem Clan, Wum Division, 12 mars 1961.

51 TNA, CO 554/2440, Petition from Mrs Bi Mbong and others, Aghem Clan, Wum Division, 12 mars 1961; CO 554/2439, Resolution from the Chiefs of Aghem Clan of the Wum Division, 7 février 1961.

52 Si la situation du Cameroun méridional mobilise le gouvernement et l’administration de la France, elle n’occupe pas de place significative dans les comptes-rendus des débats dans les instances parlementaires françaises.

53 Voir par exemple Hansard, House of Commons Debate, British Cameroons (French Camerounians), 19 December 1955, vol. 547, c. 274W.

54 En avril 1956, Brockway évoque l’interdiction de « l’Union Politique Cameroniene », permettant au ministre des Colonies, Alan Lennox-Boyd, de rectifier le nom de l’« Union des Populations du Cameroun » et de préciser que le parti n’est pas interdit mais sous surveillance ; Hansard, House of Commons Debate, 17 April 1956, vol. 551, cc63-4W.

55 Hansard, House of Commons Debate, 1 December 1959, vol. 614, cc. 1006-1011.

56 Hansard, House of Commons Debate, 21 July 1960, vol. 627, cc. 713-4; 26 July 1960, vol. 627, c. 126W; 6 June 1961, vol. 641, cc. 875-6.

57 Hansard, House of Commons Debate, 10 March 1960, vol. 619, c. 611; 29 March 1960, vol. 620, cc. 1186-93; 12 December 1960, vol. 632, c.1W ; 13 December 1960, vol. 632, cc. 184-5; 19 December 1960, vol. 632, cc. 866 ; 20 December 1960, vol. 632, cc. 133-4W; 31 January 1961, vol. 633, c. 771.

58 A/RES/1608 (XV), Avenir du Territoire sous tutelle du Cameroun sous administration du Royaume-Uni, 21 avril 1961.

59 Buea (16-17 mai), Bamenda (26-28 juin), Foumban (17-21 juillet) et Yaoundé (10-14 août).

60 L’anthropologue britannique Shirley Ardener, témoin direct des transferts de pouvoir au Cameroun méridional où ses recherches et celles de son époux Edwin l’avaient menée et où elle a œuvré à l’établissement des archives nationales à Buea, insiste particulièrement sur ce point ; entretien avec l’auteur, Oxford, 30 août 2011.

61 Formé en mai 1960 pour cimenter l’opposition au KNDP, le CPNC regroupe le KNC et le Kamerun People’s Party (KPP).

62 John Tilney, House of Commons Debate, 20 April 1961, vol. 638, cc. 1382-3.

63 Movement for Colonial Freedom, Box 38, MCF/COU/021, Message from the UPC to the London Annual Conference, Movement for Colonial Freedom, 1961.

64 Movement for Colonial Freedom, Box 7, MCF/04/12, Movement for Colonial Freedom West African Committee and West African Students Union, Speaker: Mr N. Ntumazah (General Secretary of the One Kamerun Party of the Southern Cameroons), Report of Meeting, House of Commons, 2 May 1961.

65 Il estime qu’entre 1955 et 1959, seuls 2% des postes occupés par des expatriés ont été libérés, et Victor Ngoh souligne également la place importante encore occupée par les Nigérians dans la fonction publique en 1961, voir Victor J. Ngoh, op. cit. , p. 20.

66 Bate Besong, « Literature in the season of the Diaspora: Notes to the Anglophone Cameroonian Writer », in Nalova Lyonga, Eckhard Breitinger, Bole Butake (eds.), Anglophone Cameroon Writing, Bayreuth, Bayreuth University, 1993, p. 16.

67 TNA, FO 371/145256, Record of Commonwealth meeting at the United Nations, 19 février 1959 ; K. J Uffen, Foreign Office, à R.A Browning, Colonial Office, 15 juillet 1959.

68 TNA, CAB 129/98, Africa : The Next Ten Years, Memorandum by the Secretary of State for Foreign Affairs, 2 juillet 1959. Voir aussi Mélanie Torrent, « Whitehall, the French Community and the Year of Africa: Negotiating post-independence diplomacy in West Africa », in Tony Chafer and Alex Keese (eds.), Francophone Africa at Fifty, Manchester, Manchester University Press, 2013.

69 Mélanie Torrent, Diplomacy and Nation-Building, op. cit., pp. 43-44.

70 Foncha, considère J. O. Field à Buea, « joue un jeu malhonnête et dangereux », acceptant en privé des compromis et pensant que « personne n’a à s’inquiéter car il sera à Yaoundé, vice-président, pour protéger les intérêts du Cameroun méridional ; TNA, CO 554/2265, J.O. Field, Buea, à C. Eastwood, CO, 10 juillet 1961.

71 TNA, CO 554/2266, SC Record of Tripartite talks in Yaoundé on August 4-7, 1961, First Session.

72 TNA, CO 554/2265, Foumban Conference, First Session 11am, 17 juillet 1961.

73 TNA, CO 554/2265, Comparison between draft constitutions for the Federal Cameroon Republic, 1961.

74 Ahmadou Ahidjo, Contribution à la construction nationale, Paris, Présence africaine, 1964, p. 24-25.

75 L’importance de la pluralité linguistique au Cameroun est également mise en valeur par les travaux de l’Agence de Coopération Culturelle et Technique (ACCT) dès les années 1970, avec le projet « Atlas linguistique du Cameroun » (ALCAM). Voir, entre autres, Jean Tabi-Manga, Les politiques linguistiques au Cameroun, essai d’aménagement linguistique, Paris, Karthala, 2000 ; André-Marie Ntsobé, Edmond Biloa, George Echu, Le camfranglais : quelle parlure ? Frankurt am Main, Peter Lang, 2008.

76 Voir par exemple Karen Barkey, « Trajectoires impériales : histoires connectées ou études comparées ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2007/5, n° 54-4bis ; Caroline Douki et Philippe Minard, « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2007/5, n° 54-4bis ; Chloé Maurel, « La World/Global History », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2009/4, n° 104 ; ou encore Michael Werner et Bénédicte Zimmermann, « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2003/1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Torrent, « Des partages coloniaux aux frontières culturelles : (ré-)unifications et marginalisations au Cameroun méridional (1954-1961) », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 10 | 2013, mis en ligne le 04 septembre 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/1360 ; DOI : 10.4000/mimmoc.1360

Haut de page

Auteur

Mélanie Torrent

Université Paris Diderot, LARCA EA 4214 Mélanie Torrent est maître de conférences en civilisation britannique et du Commonwealth à l’Université Paris Diderot. Ses recherches portent sur la politique étrangère et la diplomatie britanniques depuis 1945 ainsi que sur l’émergence du Commonwealth des Nations contemporain. Senior research fellow à l’Institute of Commonwealth Studies (Universityof London), elle est également membre du comité éditorial de The Round Table: The Commonwealth Journal of International Affairs. Ses publications récentes comprennent Diplomacy and Nation-Building : Franco-British Relations and Cameroonat the End of Empire(I. B. Tauris, 2012) et British Decolonisation : the politics of power, liberation and influence (Paris, Presses Universitaires de France, 2012).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page