Navigation – Plan du site
Qui gouverne au Canada ?

La Participation des minorités agissantes au politique ; inéluctables jeux de pouvoir ?

Philippe PESTEIL

Résumé

Le jugement de la duplicité des habitants porté tant par les observateurs extérieurs que par les historiens de la Corse, présente une certaine récurrence. De la Sérénissime, à la République française, en passant par la royauté anglaise, et l’indépendance de Pascal Paoli, les différents pouvoirs se sont plaints de la difficulté à gouverner une île où chacun revendique honneurs et fonctions de prestige tout en négociant sa fidélité. Cette pérennité d’attitude se perpétue encore avec la montée de la gouvernance qui fait la part belle aux réseaux intervenant dans la conduite des affaires publiques. Servir l’État ou se servir de l’État permet à des individus ou à des groupes plus ou moins formels de devenir des interlocuteurs influents et discrets. En réponse les institutions et leurs représentants peuvent adopter des attitudes très pragmatiques, non conformes aux obligations légales et aux idéaux qu’ils sont sensés défendre. Ce constat invite à réviser notre analyse du politique en la réinvestissant de la part de savoir-faire employée par les minorités au sein des minorités.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Hermet G., Badie B., Birnbaum P., Braud Ph. Dictionnaire de la science politique et des institution (...)
  • 2 Voir par exemple les analyses de Marc Abéles sur la question, qui après une mise en perspective du (...)

1La question des minorités agissantes, à distinguer des avant-garde, demeure d’actualité et prend une tournure nouvelle à la lumière de la gouvernance qui décentre les actions de la politique publique. Ce terme « désigne l’ensemble des procédures institutionnelles, des rapports de pouvoir et des modes de gestion publiques ou privés formels aussi bien qu’informels qui régissent notamment l’action politique réelle »1. Selon ces auteurs, les organisations et institutions gouvernementales ou publiques perdent le monopole de la conduite des affaires publiques pour s’ouvrir sur la complexité du social et ses revendications au partage du pouvoir. Si cette redistribution du pouvoir peut sembler aller dans le sens d’une démocratie en action, il faut constater l’apparition de nouvelles zones d’ombres qui se construisent sur les modes classiques d’autorité. En plus d’être liée au phénomène appelé mondialisation ou globalisation qui tend à relativiser les États-nation en faveur de modèles supra nationaux2, le lien entre société néo-libérale et accession des contre-pouvoirs (mouvements associatifs, ONG, institutions religieuses, organisations représentatives…) aux décisions peut sembler troublant.

  • 3 Cette approche en terme de durabilité d’une singularité imprégnant représentations et comportements (...)

2La question de la protection des minorités pose souvent problème dans un cadre institutionnel ou réel. La critique de leur pouvoir occulte est fréquemment désignée comme théorie du complot où l’on dénonce la technique du bouc émissaire. Il demeure que l’on ne peut évacuer l’idée que des formes de lobbying, solidarités (mécaniques ou organiques), existent qui viennent relativiser l’application des lois ou leur esprit. Nous prendrons pour expliciter nos propos le terrain corse qui, selon de nombreux auteurs, met à mal le modèle républicain français. La question semble pourtant récurrente depuis des temps précédant largement l’instauration de la Corse française. Nous donnerons un éclairage permettant de saisir la continuité des attitudes construites sur des éléments socio-économiques ancrés dans la logique des communautés agro-pastorales insulaires3. Puis, à la lumière de l’actualité politique et des évènements récents, nous mettrons en perspective le rôle d’organisations furtives et influentes, d’individus mais aussi celui de l’Etat et de ses agents. Nous conclurons par une réflexion plus générale touchant au fond même de l’action politique et les manières de l’exercer.

I- Quelques données historiques et analyse économique d’une récurrence

  • 4 Bourde Paul, En Corse : l’Esprit de clan, les mœurs politiques, les vendettas, le banditisme, Paris (...)
  • 5 Werner, Karl Ferdinand. Naissance de la noblesse, L’essor des élites politiques en Europe, Paris, F (...)
  • 6 Chefs de clan.
  • 7 3 Ravis-Giordani, Georges. Article « Ethnologie », in Corse, Paris, Encyclopédie Régionales, 1984, (...)
  • 8 Ceccaldi, Marc Antonio. Histoire de la Corse 1464-1560, (trad.. et notes A.-M. Graziani), Ajaccio, (...)
  • 9 Condottiere, colonel sous les ordres de François I, il sert les intérêts du roi Henri II visant à a (...)
  • 10 Filippini, Anton Pietro. Chronique de la Corse 1560-1594, (trad. et notes A.-M. Graziani), Ajaccio, (...)

3Les anthropologues de la Corse insistent généralement sur les aspects du clientélisme qui poussent les partisans d’un parti ou d’un chef à suivre fidèlement celui-ci dans les vicissitudes de ses combats. Ils s’appuient sur la célèbre référence de Paul Bourde citant un notable : « jadis, ils nous auraient suivi à la guerre ; aujourd’hui, ils nous suivent au scrutin »4, formule décrivant un comportement idéal-typique pour le groupe des affiliés. N’oublions pas que l’ancien modèle de comportement de l’homme libre est le choix d’un chef que l’on entoure et à qui l’on jure fidélité et soutien jusqu’à la mort en contrepartie d’un équipement, de l’entretien et d’une part du butin. Que l’origine en soi germanique (Gefolgschaft à la fois allégeance et escorte) ou romaine (le commendatio : se confier, se recommander ou le « buccellariat » : compagnonnage militaire) l’existence du lien personnel entretenu entre un puissant et ses partisans, et sa fidélité inébranlable (inlesam fides), puisent leurs origines dans les temps antiques5. Mais l’affirmation de la règle ne permet pas de prédire une conduite intangible vis à vis ou même de la part des capi partiti6 : Ravis-Giordani signale les « revirements d’alliance vertigineux »7, destinés à atteindre la majorité absolue dans un contexte où l’important est de gagner. Les chefs de partis, de clans, sont donc soumis à une autre logique : celle d’appréciation des rapports de force, d’évaluation des intérêts en jeux, en somme ce qui relève de la stratégie qui peut s’avérer évolutive. Les premiers historiens de la Corse font état d’un manque de constance dans les engagements, une versatilité au gré des évènements et pointent volontiers ce trait de caractère dont ils se désolent. Marc Antonio Ceccaldi dans son Histoire de la Corse achevée en 1561, insiste sur l’inconstance et la mobilité de caractère faisant « qu’ils ont une peine extrême à rester fermes dans le parti qu’ils ont embrassé »8 causé par un irrépressible goût pour la nouveauté et de « l’habitude qu’ont les sujets de se plaindre sans cesse du gouvernement présent » ainsi que l’appât du gain et des honneurs. Ces dispositions suscitent évidemment la plus grande méfiance chez les Génois qui savent ne pas pouvoir compter sur une fidélité à toute épreuve. Ils peuvent néanmoins en bénéficier comme lors de l’épisode de Sampiero9, allié des Français et des Turcs, où en fonction des revers de fortune, les populations, et en particulier les personnages d’importance, négociaient pour revenir dans le giron de la République génoise après avoir pris les armes contre elle. Même appréciation chez Filippini en 1594 dans ses Chroniques de la Corse (1560-1594) où par exemple, Achille de Campocasso est, malgré sa vaillance, jugé trop disposé à changer de parti. Antoine-Marie Graziani note que l’auteur emploie la formulation latine mutare spes soit changer d’espérance, ou d’opinion et en l’espèce de parti10. Outre le fait que les alliances matrimoniales nouées avec les hautes personnalités pouvaient ramener dans le giron de la Sérenissime des gentilshommes rebelles, il faut également trouver des raisons plus structurales à ce que l’on ne peut traiter trop rapidement comme un stéréotype.

4Lors de l’autre grande période de l’histoire Corse que fut le XVIIIe siècle avec la libération de l’emprise génoise, et l’indépendance (1755-1768) précédant l’achat et la conquête par la France, le Général Pascal Paoli va déplorer l’absence d’esprit public et la prégnance de l’esprit factieux. Son énergie s’émoussera en partie à correspondre par lettres avec les principaux chefs Corses pour les convaincre à la cause nationale et surtout d’y rester fidèle, à régler des différents entre principali où se mêlent les guerres privés et les enjeux publics.

5Durant l’éphémère royaume Anglo-Corse (1794-1796) et la brève souveraineté britannique sur l’île, les commentaires désabusés du vice roi de Corse Sir Elliot sont éclairants, quant à l’idée que pouvait se faire la haute aristocratie anglaise sur un peuple dont le comportement lui paraissait hautement illégitime :

« Les prétentions de tout Corse, noble ou non, sont poussées à un degré partout ailleurs inconnu… non seulement on a comme dans tous les autres pays à lutter avec la vanité et l’égoïsme des gentilshommes, mais il faut ici tenir tête à une population entière. Pas un berger qui ne se reconnaisse le droit de dire qu’il a servi la patrie et qui ne croie mériter le rang d’officier dans les troupes corses ; pas un gentilhomme qui ne se considère comme négligé s’il n’a pas le commandement d’un bataillon. Malheureusement, le pays ne possède aucune industrie et on ne connaît pas d’autres moyens d’arriver à la fortune que celui d’obtenir une place quelconque dans une carrière civile ou militaire. Comme il nous est impossible de salarier une nation ou même une forte partie de cette nation, nous sommes obligés, à notre grand désavantage de mécontenter la masse des habitants ». (lettre de Sir Elliot au Duc de Portland, Bastia le 31 juillet 1795, p. 49)

6Après le renvoi du comte Pozzo di Borgo trop impopulaire il déclare :

« je n’aurai pas plus tôt nommé les titulaires aux postes aujourd’hui vacants que j’aurai à encourir de nouvelles inimitiés et si, d’un autre côté je ne faisais pas de nouvelles nominations, je blesserais tous ceux qui ont provoqué ce changement dans l’unique but d’avancer en grade… »

7Ainsi le portrait présente une permanence en termes d’instabilité dans les comportements traduisant une attitude ambivalente quant aux choix accompli sur lesquels on peut revenir si la fortune ne sourit pas comme espéré. Comme les ego et les prétentions ne peuvent être satisfaits socialement par une équivalence économique, la frustration des élites et de ceux qui aspirent à les rejoindre est le lot auquel tous les gouvernements vont devoir faire face.

  • 11 « L’esprit public n’a aucune chance de l’emporter sur ce principe invétéré de la confédération priv (...)

8Inconstance n’est pas duplicité ou du moins pas uniquement. En effet si le double jeu est nécessaire pour celle-ci, celle là implique une chronologie où l’on peut passer d’un état à l’autre sans l’avoir prémédité. A y regarder de près, c’est-à-dire en mêlant les histoires familiales avec celles, évènementielles, voire l’histoire socio-économique, on constate que si les engagements sont souvent réalisés de façon sincère, les stratégies à plus long terme sont construites de manière à toujours laisser une échappatoire. La force des liens familiaux et la division propre à un fonctionnement segmentaire, permet d’avoir un contact dans le camp adverse, offrant ainsi une possibilité dormante qui sera activée en cas de besoin11. Les principes de la solidarité de sang font que même combattant dans des factions opposées on se doit d’apporter le soutien sollicité. Rares sont donc les parcours linéaires et les hommes illustres n’ayant pas adopté de biais sont singuliers et objets d’une vénération particulière : voués à une cause et souvent mûs par une haine intarissable, ils étoffent par leur exemplarité un panthéon de héros dont le public insulaire est friand. Ils demeurent pourtant non paradigmatiques d’un comportement marqué par une haute idée de ses intérêts.

  • 12 Au sens définit par Fernand Braudel : « Pour nous, historiens, une structure est sans doute assembl (...)
  • 13 Le Moyen Age Corse alterne les époques de trouble et de calme relatif articulant les épisodes relié (...)

9Une lecture plus structurale12 permet de mieux cerner ce qui est interprété en termes de caractère ou de comportement. Toujours sous domination plus ou moins sévère, la classe dirigeante locale a dû composer ou prendre les armes13.

  • 14 On sépare classiquement la Terre des Seigneurs (Pumonte,, Deça des Monts, actuellement : Corse du S (...)

10Cette dernière mesure, outre les risques évidents, doit aussi tenir compte des alliances possibles, des hommes que l’on peut mobiliser. Une dimension économique intervient alors de façon essentielle. La noblesse corse n’avait sans doute pas les moyens de ses prétentions et devait se résoudre soit à s’allier à l’extérieur soit à languir dans un honorable dénuement seulement compensé par un sens de l’honneur tatillon. L’épuisement contre Gênes dans le Sud, les coups de la révolution du commun dans le Nord, qui abat la féodalité14, vont réduire le rôle de la classe dirigeante et lui ôter toute possibilité d’asseoir clairement sa domination sociale. Réduits à être des chefs de clan à la fortune diverse et fortement dépendant du territoire contrôlé, aucune alliance de classe ni projet commun ne portera la bourgeoisie à assumer une révolution agricole et encore moins industrielle.

11Cette faiblesse qui se solde soit par un comportement ambigu, soit par des choix successifs contradictoires, explique à notre sens en grande partie non seulement les échecs des tentatives d’indépendance qui s’égrènent dans l’histoire mais également l’investissement social hors champ directement économique en direction de deux destinations principales :

  • 15 Selon Vergé-Franceschi pour une population représentant 0,75% de la population française, la Corse (...)

12- vers les carrières militaires15

13- vers les rênes du pouvoir : le politique.

  • 16 Ceccaldi Francesca-maria, “Les Corses dans la Fonction publique. Contribution à l’étude de dynamiqu (...)
  • 17 Pesteil Ph., « République maltraitante/île souffrante : le thème de la marâtre dans la presse régio (...)

14Ces options expliquent le haut niveau de participation aux affaires de l’État du haut en bas de l’échelle administrative et du fonctionnariat16 Le recours à l’État à la fois pour asseoir sa position sociale mais aussi pour s’imposer comme intermédiaire incontournable est une constante de ce pacte qui va assurer la participation des élites et du peuple à la République. L’épisode crucial de la construction de l’Empire français par les armes et l’administration assure aux Corses la gloire et la sécurité d’emploi. L’acculturation qui en résulte n’inquiète qu’une minorité dont les arguments n’auront finalement de prise que lorsque les effets de la décolonisation et de la libéralisation commenceront à se faire sentir sur l’île17.

  • 18 En plus des évènements déjà cités (révoltes, tentatives de libération contre Gênes, rivalités seign (...)
  • 19 Gil, José. La Corse entre la liberté et la terreur, Paris, La Différence, 1991.
  • 20 Ta mort, c’est ma vie. Cf. : Cirese Alberto M. « Du jeu d’Ozieri au numerus clausus des Bienheureux (...)
  • 21 Aristote considérait la science politique et la prudence comme un seul et même mode d’être même si (...)
  • 22 On se souvient du célèbre bombage dans le hall d’entrée de l’ARC, mouvement dirigé par Edmond Simeo (...)
  • 23 Pesteil, Philippe. L’émotion identitaire en Corse ; un territoire au cœur, Paris, l’Harmattan, 2010

15L’insécurité qui traverse l’histoire de la Corse et à laquelle aucune famille ne peut échapper, soumet la vie des individus, des familles, des communautés villageoises aux multiples aléas de la conjoncture18. La recherche d’une protection ou d’un protecteur hante donc les réalités quand bien même c’est un discours de liberté qui est proclamé. l’Appui du chef de clan, de parti, de Gênes, de l’État français mais aussi la recherche de l’emploi sûr, si possible honorifique, mobilise les énergies et oriente les tactiques. Le tout réalisé sur fonds de tension sociale larvée même si non avoué où les analystes dégagent principalement deux moteurs : la lutte des envies19 et l’idéologie des biens limités, selon le principe du mors tua vita mea20. La prudence (phrόnēsis) est donc de mise dans un univers mouvant et polymorphe tel que celui du politique21. Elle se déploie dans un contexte de suspicion où chacun peut légitimement envisager un décalage entre les prises de position, mobilisatrices, les intentions réelles, nettement plus stratégiques, et les accointances plus ou moins avouables22. C’est pourtant la maitrise des différents niveaux, la capacité à mobiliser des réseaux opposés, à interférer dans le déroulement légitime des processus administratifs, à savoir créer ou saisir les opportunités et d’en faire profiter « les siens » et à savoir satisfaire les sollicitations, qui caractérise un bon chef de clan et lui assure crédibilité et pérennité. Le jeu avec la loi exercé du haut en bas de la société, à la fois dénoncé et pratiqué par tous dans un contexte permissif et incitatif, crée un entre soi intégrateur23.

II- Garder le contact comme impératif stratégique

16Le développement à partir des années 1970 d’un mouvement revendicatif culturel puis politique voire clandestin en Corse va amener l’État et les gouvernements successifs à adopter des politiques tour à tour conciliantes ou répressives. Une lecture approfondie des évènements, un travail de terrain et la lecture des témoignages des différents acteurs, font apparaître que malgré les diverses péripéties parfois violentes et les prises de positions officielles complaisamment avancées par les protagonistes, le contact n’est pratiquement jamais rompu. Maintenir le lien sera selon François Santoni, le mot d’ordre du Ministère de l’intérieur y compris durant l’ère Chevènement :

  • 24 Rossi, Jean-Michel, Santoni, François. Pour solde de tout compte, (entretiens avec Guy Benhamou), P (...)

« … si la place Beauvau ne reçoit plus d’émissaires de la clandestinité, la porte de la rue des Saussaies, juste derrière, ouvrant sur les locaux des Renseignements généraux, leur est toujours ouverte »24.

  • 25 Poggioli, Pierre. Derrière les cagoules ; Le FLNC des années 80, Ajaccio, DCL, 2004, p. 106.
  • 26 Rossi, Santoni, Pour … (op. cit) p. 159.

17En janvier 1982 un statut particulier est voté par l’Assemblée nationale. Lors des élections locales qui doivent décider des membres qui doivent y siéger la CCN (Consulta di i Cumitati naziunalisti) proche du FLNC décide de ne pas y participer en prenant comme slogan le thème de a trappula (le piège). L’appel à l’abstention sera faiblement suivi, beaucoup de militants se reportant sur l’UPC (mouvement autonomiste) qui obtiendra 7 élus. La décision a en fait été prise en amont par le mouvement clandestin qui manifeste son opposition à la nouvelle Assemblée en organisant la veille de la première session une nuit bleue spectaculaire avec plusieurs dizaines d’attentats sur toute l’île. La CCN révisera sa position lors des municipales de mars 1983 en participant aux élections dans une volonté d’occuper désormais tous les terrains. Les nouvelles élections d’août 1984 pour la seconde Assemblée territoriale voient le MCA (successeur de la CCN dissoute) participer aux élections. Ici encore le FLNC a décidé de cette participation ; la liste obtient 3 élus à la surprise générale. Franchissant la barre des 5% le 19 août, dans une ambiance survoltée, les militants décident en assemblée générale réunie à Cateraghju de ne pas avoir de contact avec les autres élus et de boycotter les commissions de l’Assemblée de Corse. Comme le signale P. Poggioli un des trois élus nationalistes, cette décision s’avèrera insoutenable et irréaliste25. En plus de ces raisons, il convient de préciser que, conscient du risque de durcissement, un élu nationaliste appartenant à la franc-maçonnerie et en accord avec celle-ci, avait dès le mois de septembre fait campagne auprès des militants avec pour but de les faire revenir sur leur décision. Ce revirement par la suite entériné dans les comités locaux du MCA, en surprendra plus d’un et fera prendre conscience d’une dimension cachée et de l’existence de réseaux d’influence au delà même de la mouvance clandestine. Jean-Michel Rossi confirmera dans un ouvrage l’investissement programmé de certains militants clandestins en lien étroit avec des militants socialistes au sein de la franc-maçonnerie principalement du Grand Orient au début des années 80. Il considère que, par la suite, on hésite à voir dans la démarche une politique concertée visant à œuvrer à une évolution statutaire de l’île ou des initiatives personnelles quand « patriotisme et carriérisme font désormais bon ménage »26.

18L’épisode sans doute le plus cocasse des rapports FLNC-État fut la tenue d’une conférence de presse « clandestine » le 11-12 janvier 1996 à Tralonca. Cette nuit là, environ 600 militants armés déclarent une trêve de 3 mois. Le 29 octobre 1996, François Santoni est interviewé par l’Est Républicain, il déclare :

« Le rassemblement de Tralonca a été négocié avec le gouvernement dans les détails tant au niveau de la démonstration que sur le discours politique. On nous avait demandé, à cette occasion, de montrer le maximum de militants pour prouver que l’ensemble du mouvement adhérait à la thèse du dialogue. Le gouvernement de Juppé ne voulait pas se trouver confronté à la situation dans laquelle s’était retrouvé Pierre Joxe qui, lui, avait négocié uniquement avec les dirigeants nationalistes. Cela avait abouti à la scission du FLNC. Le gouvernement a donc demandé à ce qu’il y ait le plus grand nombre de militants pour ce rassemblement. C’est M. Roulet (préfet chargé des affaires intérieures et de la sécurité à Matignon) qui avait formulé cette demande. Le rassemblement de Tralonca s’était négocié en pleine période d’attentats, c’est-à-dire en décembre 1995. » à propos du texte de la conférence de presse il ajoute : « Ce texte avait été transmis à Alain Juppé. Lorsque le ministre de l’Intérieur, Jean-Louis Debré, est venu en Corse au lendemain du rassemblement, il avait vu ce texte et son discours a été fait en fonction […] Nous n’avions rien demandé au gouvernement […] qui nous a demandé de faire de la Cuncolta un véritable parti politique pour s’asseoir à la table. Ces négociations devaient nous conduire à aller aux élections en étant un vrai parti politique, organisé et crédible. Si Juppé a décidé de mettre fin aux discussions, et donc au processus de paix, c’était pour lui le moyen de s’affirmer en rompant avec l’attitude de ses prédécesseurs, notamment Charles Pasqua ».

19Comme le confiera Claude Erignac qui sera nommé Préfet de Corse quelques jours après la conférence de Tralonca :

  • 27 Libération, 16 nov. 2007.

« (…) Le seul problème sérieux est que j’ai clairement conscience de partir vers une mission impossible, faite de contradictions éclatantes entre le discours public du gouvernement, les négociations plus ou moins secrètes, les intentions réelles des uns et des autres… »27.

  • 28 Par exemple : « Le passage des signes qui dissimulent quelque chose aux signes qui dissimulent qu’i (...)

20La trêve annoncée par le FLNC sera rompue en septembre par un spectaculaire attentat à la mairie de Bordeaux dont Alain Juppé est le maire. La pratique du terrain corse permet de donner des précisions qui teintent parfois les évènements les plus graves de colorations burlesques. Par exemple, la conférence a été non seulement autorisée par les autorités mais pratiquement encadrée par la gendarmerie. En outre pour réunir 600 militants le FLNC a fait appel à des sympathisants non membres de la structure clandestine qui ont accepté de jouer le rôle de figurants pour l’occasion. C’est ainsi que des infirmières de l’Hôpital d’Ajaccio ont posé cagoulées, vêtues de treillis rembourrés aux épaules et munies de M-16. Le terme de simulacre prend ici toute son expression28.

21Après l’assassinat du Préfet Erignac, le 6 février 1998, un nouveau point d’orgue est atteint lors de l’affaire dite des paillotes. Le Préfet Bonnet est chargé par le ministre de l’Intérieur Jean-Pierre Chevènement, de rétablir l’état de droit. Désespérant de voir les constructions illégalement implantées sur le domaine public rasées par le Génie militaire, il va demander à son directeur de cabinet et au commandant de la gendarmerie de Corse de monter une opération destinées à supprimer une paillote (« Chez Francis »). L’opération déclenchée le 20 avril 1999 ne se déroule pas comme prévu et les soupçons vont rapidement se diriger sur les hommes du commando appartenant au Groupe de peloton de sécurité de la gendarmerie. Dans un livre expliquant les faits et sa prise de position, le colonel Mazières, mis en examen pour complicité de destruction de biens appartenant à autrui par le fait d’un incendie commise en bande organisée, déclare :

  • 29 Mazières Henri. l’Honneur bafoué d’un officier, Paris : Ed. Du Rocher, 2000, pp. 209-21.

« …Gonflé à bloc, j’arrivais après un drame [le meurtre du Préfet Erignac] qui nécessitait la reprise en main énergique d’une île à la dérive. J’ai eu tort de croire, dans un premier temps, que cette situation exacerbée donnait aux représentants de l’État la possibilité de faire enfin respecter les principes de la loi républicaine. C’était sans compter les passe-droits politiques les arrangements entre élus, les petites, les grosses magouilles et le système D qui régissent l’économie locale au point de la paralyser »29.

  • 30 Canioni, Christophe. Dictionnaire de la politique corse contemporaine de 1975 à nos jours, Bastia, (...)

22Les conséquences sur l’opinion publique corse de cet épisode rocambolesque seront de jeter le discrédit sur des hauts représentants de l’État et de mettre fin à une politique de reprise en main orchestrée par le Préfet Bonnet. Condamné à la prison ferme, privé de droits civils et civiques, déchu de ses fonctions et décorations, il ne cessera de parler d’un complot ourdit depuis Matignon30. Loin d’entraîner une rupture, cet épisode va au contraire hâter la mise en place d’une reprise de dialogue qui aboutira au « processus de Matignon » en décembre 1999.

23Un ministre de l’Intérieur, à présent membre du Conseil constitutionnel, organisant un déploiement de force armé d’une organisation clandestine dissoute et donc illégale, un préfet suggérant ou imposant un coup de main à des officiers de gendarmerie, la Corse est un terrain où tout semble possible y compris de la part des représentants de la loi.

  • 31 Pardini, Gérard. L’État et la Corse ; La République à l’épreuve, Paris, l’Harmattan, 2003, p.187.

24Alors même que les attentats, les assassinats, les arrestations et incarcérations cohabitent, des rencontres plus ou moins formelles ne cessent d’avoir lieu en particulier sous la houlette de la franc-maçonnerie. On peut d’ailleurs considérer qu’une action d’envergure signifie une demande de négociation, un « appel à l’État » selon Pardini31 autant qu’elle peut signifier une mise en garde adressée aux fractions clandestines rivales. Mais le double jeu ne se limite pas aux rapports entre institutions et organisations car la solidarité d’appartenance existe tout simplement entre paisani, parents, amis, connaissances etc… L’influence des réseaux s’exerce à plusieurs niveaux ; donnons-en l’étendue à partir de quelques exemples pris dans des évènements politiques majeurs survenus dans l’île.

III- Le pouvoir des appartenances : Réseaux, lobbying, amitiés villageoises…

  • 32 Voir le dossier de L’Express : « Corse, le vrai pouvoir des francs-maçons », 7 décembre 2011.

25Il est à présent de notoriété publique que la franc-maçonnerie est un lieu privilégié de rencontres entre nationalistes, y compris ceux investis dans la clandestinité, et les frères. Ces contacts ont permis de maintenir une forme de dialogue alors même que les trêves étaient rompues et les attentats nombreux. Selon des spécialistes, la Corse compterait en proportion de population trois fois plus de frères que le Continent32. Tous les commentateurs insistent sur le rôle phare joué par Pierre Joxe dans une politique de tractation menée via les loges lors des réformes de 1989-91 qui devait mener au statut qui porte son nom. On peut considérer que ce cadre offert a permis d’éviter des dérives qu’aurait engendré une rupture totale des contacts entre l’État et les clandestins. La peur de voir la revendication nationaliste prendre les voies de la lutte basque ou irlandaise, référence déclarée officiellement par la fraction la plus engagée du nationalisme, a toujours porté l’État, toute tendance confondue, à ne jamais s’engager dans une répression aveugle. Ce choix a pour corollaire une attitude des plus ambiguë régulièrement dénoncée par les tenants d’un respect du rétablissement de l’ordre et de l’état de droit. De même l’incommensurabilité patente entre les valeurs républicaines et internationaliste et le nationalisme participe à troubler le débat interne des obédiences. Pour les militants nationalistes « de base », tant au niveau public que clandestin, et tenus à l’écart de ces tractations dont ne filtrent que des informations qu’ils obtiennent par bribes ou indiscrétions, la suspicion est souvent de mise.

26En 1999, alors que le discours de Jospin à l’Assemblée de Corse semble une fin de non recevoir, des négociations sont entamées avec José Rossi par l’intermédiaire de la franc-maçonnerie. Le parti socialiste crée un groupe de réflexion qui contactera de nombreux insulaires responsables de partis, d’associations, socioprofessionnels… En janvier 2000 quatre membres d’organisations clandestines sont reçus par 4 dignitaires du Grand Orient. Evoquée par des ouvrages nationalistes, cette rencontre est confirmée par le journaliste de Libération Guy Benhamou :

  • 33 Guy Benhamou, politique-autrement.org ; lettre du 24 décembre 2001. Suite à cette rencontre le Gran (...)

« … l’affaire du Grand-Orient du 22 janvier 2000. On retrouve quatre dignitaires du Grand-Orient dont un représentant éminent du Parti socialiste qui nie avoir participé à cette réunion, et quatre nationalistes. Ce n’étaient pas des gens non mandatés, désireux seulement de discuter, comme l’indique le Grand-Orient, mais des responsables militaires du FLNC ; je les connais, j’ai dîné avec eux le soir même. Pour la galerie, on dit : “ Moi, je ne négocie qu’avec des élus ” ; mais on ne se prive pas de quelques contacts avec des chefs militaires. Légitime ou pas, il faut bien négocier avec ceux qui causent soucis. »33.

27Il ne faut pas réduire l’envers du décor à une exclusivité des loges maçonniques, bien d’autres interférences peuvent se produire même les moins soupçonnables ou en réalités les plus simples, comme le sentiment d’appartenance à une même communauté. Les commentaires de François Santoni ancien militant du FLNC abattu le 17 août 2001, concernant Jean-Paul de Rocca Serra, figure de la droite du Sud maire de Porto-Vecchio pendant 47 ans, Conseiller général du même canton durant 39 ans et député 46 ans, sont éclairant d’un fonctionnement de l’entre-soi insulaire.

  • 34 Rossi, Jean-Michel, Santoni, François. Pour solde …, p. 130.

« Le Front a eu véritablement des relations avec lui. Des relations étonnantes que tout le monde essaie de nier en les faisant passer pour personnelle, mais qui ont été bien réelles. Il a toujours maintenu des contacts avec le Front, dans ce lien quasi paternaliste qu’il avait avec les jeunes militants croisés dans un café. C’était du genre : « Ecoutez les enfants, vous n’allez pas venir à Porto-Vecchio me mettre des bombes, hein ? A coté, on s’en fout, mais ici, hein ? on se connaît, alors ? ». Il est très souvent intervenu pour faire libérer des personnes interpellées par la police ou par les gendarmes, pas seulement des nationalistes d’ailleurs. Mais ce n’était pas pour lui une question d’idéologie, il le faisait parce que c’était des gens de son village. C’était un seigneur »34.

28François Santoni rappelle que le Front va soutenir J-P. de Rocca Serra lors des délicates élections municipales de 1995, les législatives de 1997 (contre un rival soutenu par deux branches nationalistes rivales), son fils Camille en difficulté dans les élections cantonales de 1993. Bien entendu les consignes de vote, en général scrupuleusement suivies par les militants voire leur famille, sont accompagnées dans le discours véhiculé par le mouvement public, de vives dénonciations quant à la politique claniste menée par cette famille politique. En retour, le « renard argenté » votera en 1988 pour la reconnaissance du peuple corse.

IV- De la République au marché européen

  • 35 Pellegrinetti, Jean-Paul. Rovere, Ange. La Corse et la République ; la vie politique de la fin du S (...)

29Le terme d’île laboratoire, d’ailleurs à l’initiative de la franc-maçonnerie, a été énoncé pour la Corse. On voit qu’elle l’est depuis longtemps ou du moins elle est demeurée une figure originale au sein des autres régions au point de devenir une terre d’expérimentation pour les réformes mais dont on ne sait plus si elle sont destinées à rétablir la paix civile, à contenter une frange sociale en position de prise de pouvoir, ou à se conformer aux évolutions des gouvernances européennes. Car pour certains auteurs35 le double jeu de l’État vis-à-vis de la Corse, et en particulier de la frange armée et clandestine du mouvement nationaliste, est annonciateur du relais pris en terme de souveraineté par les institutions de Bruxelles et d’une libéralisation en marche. Le statut particulier de 1981 instauré par G. Deferre, le statut Joxe de 1991, le processus de Matignon de 2000 sous la houlette de L. Jospin, enfin le projet d’extension de Sarkozy tenté en 2002, furent tous négociés préalablement par des plateformes formées de mouvements divers comprenant des clandestins, des syndicalistes, des associations, des partis politiques… Comme le déclare un juriste favorable à cette évolution et au statut Joxe qui met la Corse en dérogation du droit français et la situe aux prémisses d’une intégration européenne :

  • 36 Demichel, André. « Corse : autour du statut particulier », Hérodote, n°69-70, 1993, pp. 168-169.

« il permet de dépasser les clivages traditionnels majorité/opposition qui minent nos démocraties et de leur substituer des majorités d’idées autour de projets consensuels […] la loi de 1991 a été aux limites du possible, à la fois constitutionnellement et politiquement. En l’état actuel de l’ordre républicain, l’État ne peut offrir à la Corse un degré supérieur d’autonomie »36.

  • 37 Lefevre, Marianne. Géopolitique de la Corse : le modèle républicain en question, Paris, l’Harmattan (...)
  • 38 Ibid.. p. 321-322.

30On assiste donc à « une redéfinition institutionnelle des espaces de pouvoir en cours dans un processus de construction et d’intégration européenne »37. Pas d’exception corse donc mais un alignement qui s’inspire « du modèle des autres îles méditerranéennes européennes et s’accompagn[ant] du recul de l’État-nation allant de pair avec le renforcement des pouvoirs politiques locaux »38. On assiste ainsi à une alliance « objective » entre nationalistes porteurs d’un discours identitaire de reconnaissance de la spécificité, un courant socialiste décentralisateur, et les aspirations libérales d’une droite corsiste.

31Mais il est difficile d’ignorer que cette évolution se réalise sur fonds de gangsterisation, de touristification, de développement encore inconnu jusqu’alors du marché immobilier. L’actualité des faits divers insulaires est ponctuée de règlements de compte entre bandes se disputant des territoires et des influences, et où aussi des hommes d’affaire, des commerçants, des maires tombent sous les balles de tueurs. Ainsi « la dérive de l’île peut devenir mafieuse dans l’indifférence du reste de la République… dans un modèle français républicain à la dérive ». Qu’elle démocratie participative, mue par une logique de projet et la volonté de décloisonnement des énergies, peut-on espérer dans un contexte où règne à présent un sentiment délétère de perte de confiance d’une part grandissante de la population dans la parole des politiques tous bords confondus ? Le partage du pouvoir risque de ne pas relever de l’émergence de forces de proposition mais s’acheminer vers la confiscation par des groupes illégitimes agissant par la force et la corruption mais pourvoyeuses d’emplois, de financements, contrôlant donc les conditions à l’ascension sociale et mues par leurs seuls intérêts privés.

  • 39 Lefèvre, M., Géopolitique… (op.cit.), p.42.

32Un dialogue avec l’État « sur fond permanent de violence »39, des rapports humains débordants les différences idéologiques affichées, ne touche t-on pas avec l’exemple paradigmatique de la Corse à des fondamentaux qui nous rappellent au delà de l’île, quelques principes sur lesquels sont fondés le kratos, c’est-à-dire la domination et le politique comme recherche de privilège et distanciation de la masse.

V- Pour une lecture anachronique de la continuité

  • 40 Machiavel, Le Prince, Ch. XXV, pp. 95-96. Site web: http://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_de (...)
  • 41 Vissing, Lars. Machiavel et la politique de l’apparence, Paris, PUF, 1986.
  • 42 Ecrite en 1705 et republiée en 1714 par Bernard Mandeville cette allégorie politique fait l’éloge d (...)

33On pourrait se référer à Machiavel et au Prince pour rappeler que le seul moyen de concilier deux objectifs à la fois indispensables et contradictoires : gouverner et ne pas être haï consiste, par une claire séparation entre la morale et la politique, à savoir par sa virtù, sa capacité de réaction, à s’adapter à la fortuna c’est-à-dire aux circonstances et donc changer à propos40. L’usage de la ruse s’impose donc car comme le signale Lars Vissing41 le simulacre ne pouvant suffire à la gestion des finances ou pour mener une guerre, la ruse s’emploie prioritairement dans le rapport au peuple. Cette vision cynique, version politique de la fable des abeilles de Mandeville42, peut être modulée par un recul plus sceptique sachant faire la part du feu :

  • 43 Huxley, Aldous. Tour du monde d’un sceptique, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 2005, p. 133.

« Plus il y a d’hypocrisie en politique, mieux cela vaut. L’hypocrisie en soi n’est rien, mais liée à la plus infime parcelle de sincérité, elle sert, tout comme le zéro à la droite d’un nombre, à multiplier tout ce qu’il peut y avoir de bonne volonté sincère […] Sans hypocrisie politique, pas de démocratie »43.

  • 44 Selon Diderot, le bon comédien est insensible ce qui lui permet de jouer tous les rôles. Eloge de l (...)

34Mais en démocratie il n’y a plus de Prince, ou du moins doit-il composer avec le partage des pouvoirs, et les ambitions de la gouvernance ne visent-elles pas à réduire a minima tout recours à la dissimulation, et ambitionner à l’élimination du paradoxe du comédien dans le monde enfin sincère de la chose publique44, que ce soit des puissants ou des structures étatiques. Admettre la légitimité de la ruse suppose celle du secret et de la non circulation de l’information en dehors d’un cercle prédéfini voire de la désinformation dûment distillée.

  • 45 Boyer Pascal. Et l’homme créa les dieux, Paris, Gallimard, 2003, p. 183.
  • 46 Nicolai, Jean-Baptiste. Les Sociétés secrètes en Corse, Ed. Cyrnos et Méditerranée, 1988, p. 11. On (...)
  • 47 La Corse, une affaire de famille, Créativité et folie, Paris, Ed. du Quai Jeanne Laffite, n°2, Oct. (...)

35Rappelons que pour les cognitivistes (reprenant le « groupisme » du journaliste scientifique Matt Ridley) les hommes ont une propension naturelle à former des coalitions et qu’ils ont besoin d’information (sur le monde extérieur) et de coopération (avec les autres membres) pour faire vivre celles-ci. Comme le souligne Pascal Boyer : les membres d’une coalition sont extrêmement soucieux de la loyauté des autres membres45. On comprend que la question de la fiabilité de chacun, du degré d’implication ou de la capacité à faire défection est une information cruciale, fortement chargée en émotion. Les communautés rurales ayant comme fondement un ensemble de foyers, c’est-à-dire des genres et des générations liés ensemble par des liens de sang, on peut considérer la famille comme la première société secrète46. Si la politique demeure une affaire de famille47 alors on ne peut s’étonner de la pérennité d’une mécanique persistante, malgré le changement d’échelle (du macro au micro), des questions d’accès à l’information, de leur fiabilité et de celle des membres du groupe, demeurent essentielles. Elles le sont d’autant plus que, s’agissant de minorités (ethniques, culturelles, religieuses, politiques), voire de minorités au sein de minorités, la prudence et la discrétion sont de mise dans un contexte où la légitimité déclarée favorise la majorité. La capacité d’influence se doit d’être souterraine quand le principe d’inégalité d’accès au pouvoir a été banni.

  • 48 Empédocle, DK, fr. 115, correspond à katesphregismenon. Nicole Loraux rappelle le rapport étymologi (...)
  • 49 Detienne, Marcel. Vernant Jean-Pierre. Les Ruses de l’intelligence : La mètis des Grecs, Paris, Fla (...)

36Revenons aux bases de la réflexion sur le politique et la démocratie. La duplicité est une manière de se tenir éloigné de tout lien, de toute hypothèque sur l’avenir : le respect du serment est pour Empédocle un enfermement, une enceinte48. Le goût de la liberté d’agir à sa guise selon les moments impose le reniement du serment (horkos) qui en contexte « civil » peut jeter la honte sur le parjure mais dans le cadre agonistique du politique peut simplement démontrer une meilleure maîtrise de la ruse (métis). Aux individus sans feinte et sans détour (atrekéόs) correspond chez les Grecs anciens le courbe et le souple. Detienne et Vernant49 nous dessinent un profil type à partir d’animaux dotés de cette mètis (poulpe, renard, seiche) de héros (Ulysse) de Titan (Promethée) et des Dieux (Zeus après avoir avalé Mètis, Athéna, Hermès, Héphaïstos). Notre rejet de la duplicité nous fait héritiers de Platon dans sa condamnation de l’intelligence stochastique, réduite à n’être qu’un savoir incertain contraire à la Vérité, une technique comme celle de la rhétorique et des sophistes ? L’attribution de droits naturels, la vertu de l’idéal démocratique, nous empêchent-ils de concevoir le politique comme un savoir-faire, une techne ? L’ambition exclusive du bien public, les valeurs républicaines déclarées, en valorisant la transparence, nous font regarder sévèrement ce qui appartient aux détours, camouflages et doubles discours.

  • 50 (ibid.), p. 302.

37Pourtant Detienne et Vernant nous rappellent, au travers les personnages de Tuché (hasard) et Kairos (occasion propice), que le politique, est un homme prudent (phronimos) possédant un savoir indirect et tâtonnant, tel le pilote du navire sur les flots, et Thémistocle à l’« agilité d’esprit sûreté du coup d’œil, intelligence immédiate d’une situation nouvelle »50, est possesseur de la connaissance conjecturale (eikazein) selon Thucidyde. Mais la question n’est pas réductible à une analyse des comportements, elle relève de la structure même du politique pour Baudrillard :

  • 51 Baudrillard, Jean. A l’Ombre des majorités silencieuses, Paris, Denoel, 1982, p. 113.

« Cela est en quelque sorte le secret du politique : cette duplicité structurelle dans le fonctionnement des sociétés, qui est bien autre chose que celle, psychologique, des hommes au pouvoir. Duplicité qui fait profondément du processus social un jeu où la société pour une bonne part déjoue sa propre socialité, et survit grâce à cette flexibilité des apparences, grâce à ce détachement et à cette stratégie immorale (collective sans aucun doute, mais non visible et non concertée, et déconcertante pour elle-même) vis-à-vis de ses propres valeurs »51.

  • 52 Politique et tribunal sont la ruine du village.
  • 53 Que la politique franchisse ta porte.
  • 54 Les honneurs sont des châtiments.
  • 55 On donne aussi comme conseil : di tempu è di pulitica un ti n’occupà ; ne te préoccupe ni du temps (...)
  • 56 Champeyrache, Clotilde. Sociétés du crime ; Un tour du monde des mafias, Paris, CNRS Editions, 2011 (...)
  • 57 Hirschman, Albert. Exit, voice, and loyalty. Responses to decline in firms, organizations and state (...)

38Ainsi, il ne faut pas réduire le politique à ce qu’il exprime en terme de valeurs, il est aussi un exercice dont l’expression au quotidien fait renoncer les esprits les moins enclins à adopter les savoir-faire nécessaires. Au travers expressions, proverbes, ou au détour de conversations, le recul vis-à-vis du politique est particulièrement présent. Synonyme de l’éris (discorde) redoutée : Pulitica è tribunale só a ruina di u paese52, elle équivaut pour celui qui y entre à un malheur sans limite : chi a pulitica franchi a to porta53 lance-t-on à celui à qui l’on veut jeter une malédiction. L’entrée dans le monde du politique équivaut à une perte de quiétude pour l’intéressé et sa famille. Dans un contexte où les amis se trahissent, où l’on est amené à d’improbables et souvent éphémères alliances, il faut savoir faire preuve d’un pragmatisme à toute épreuve et de solides capacités amnésiques pour prospérer. Il s’agit ainsi d’une entrée dans un contre-monde, inverse de celui des réalités tangibles et souhaitées : ne dit-on pas : onori sò castighi54. Le détachement du politique, déjà fortement ancré dans la pensée populaire55, ne peut que croître face au sentiment de l’indistinction et de symbiose des élites trans-idéologiques et invisibles qui se réalise de fait dans la construction d’un niveau décisionnel non officiel. On peut même tenter un parallèle avec la notion d’isomorphisme institutionnel versus mimétique proposée par Di Maggio et Powell et reprise par Clotilde Champeyrache à propos du comportement des Siciliens vis-à-vis du brouillage des frontières instaurées par la mafia56. Le jeu avec la loi, en usage tant chez les opposants que l’État, joue comme une incitation généralisée à pratiquer le détournement, l’affranchissement des règles sociales et le non respect des Institutions. Pour mieux cerner la part individuelle dans l’engagement collectif, le paradigme d’Albert Hirschman « exit, voice and loyalty »57 permet de rendre compte des formes instables de participation à la vie publique. En cas de mécontentement sur une situation donnée, l’individu peut choisir la défection (retrait, exil,…) qui le soustrait à l’autorité, ou l’expression du mécontentement pour tenter d’amender la conjecture (plainte, lutte interne, propositions…). Nous n’entrerons pas dans les détails de la théorie mais la gamme des possibles explorée par Hirschman nous semble à même d’expliciter l’instabilité des alliances et les phénomènes de la composition des groupes engagés dans les protestations ou l’affiliation. On y voit ainsi le calcul coût/avantage propre à chacun dans une société marquée par l’idéologie des biens limités et un esprit à la fois individualiste et communautaire

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Abélès, Marc. Anthrolopogie de la globalisation, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 2008.

Aristote, Ethique à Nicomaque, Paris, Le Livre de Poche, 1992.

Baudrillard, Jean. A l’Ombre des majorités silencieuses, Paris, Denoel, 1982.

Bourde, Paul. En Corse : l’Esprit de clan, les mœurs politiques, les vendettas, le banditisme, Paris, Calmann-Levy, 1887.

Boyer Pascal. Et l’homme créa les dieux, Paris, Gallimard, 2003.

Braudel, Fernand. La nouvelle histoire, (ss. la dir. de J. le Goff, Bruxelles, Editions Complexe, 2006.

Canioni, Christophe. Dictionnaire de la politique corse contemporaine de 1975 à nos jours, Bastia, Ed. Anima Corsa, 2009.

Ceccaldi, Marc Antonio. Histoire de la Corse 1464-1560, (trad.. et notes A.-M. Graziani), Ajaccio, Ed. Alain Piazzola, 2006.

Ceccaldi, Francesca-Maria. “Les Corses dans la Fonction publique. Contribution à l’étude de dynamiques d’intégration sociale et professionnelle” Thèse de doctorat en Sociologie, Soutenue à l’Université de Poitiers ss. la dir. de G. Ferréol, décembre 2000.

Champeyrache, Clotilde. Sociétés du crime ; Un tour du monde des mafias, Paris, CNRS Editions, 2011.

Cirese, Alberto M. « Du jeu d’Ozieri au numerus clausus des Bienheureux de Dante ; Essai d’une typologie idéologique », l’Homme, 136, oct-déc. 1995, p. 95-112.

« Correspondance de Sir Elliot, Vice-Roi de Corse,. avec le Gouvernement anglais », Bulletin de la société des Sciences Historiques et Naturelles de la Corse, XII année, janvJANVIER-FÉVRIER-MARS-AVRIL-MAI 1892.

Demichel, André. « Corse : autour du statut particulier », Hérodote, n°69-70, 1993.

Detienne, Marcel. Vernant Jean-Pierre. Les Ruses de l’intelligence : La mètis des Grecs, Paris, Flammarion, 1974.

Diderot, Denis. Le Paradoxe sur le comédien, Paris, Gallimard, 2009.

Di Maggio, P., Powell, W. The Iron-Cage Revisited : Institutional Isomorphism and Collective Rationality in Organizational Field, American Sociological Review, 48, April, p.147- 160, 1983.

Filippini, Anton Pietro. Chronique de la Corse 1560-1594, (trad.. et notes A.-M. Graziani), Ajaccio, Ed. Alain Piazzola, 1996.

Gil, José. La Corse entre la liberté et la terreur, Paris, La Différence, 1991.

Hermet G., Badie B., Birnbaum P., Braud Ph. Dictionnaire de la science politique et des institutions politiques, Paris, Armand Colin, 1998.

Hirschman, Albert. Exit, voice, and loyalty. Responses to decline in firms, organizations and states, Cambridge, Cambridge UP, 1970.

Huxley, Aldous. Tour du monde d’un sceptique, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 2005.

« Correspondance de Sir Glibert Elliot, vice roi de la Corse ». trad. S. de Caraffa, Société des sciences historiques et naturelles de la Corse, n°218, Bastia, 1899.

La Corse, une affaire de famille, Créativité et folie, Paris, Ed. du Quai Jeanne Laffite, n°2, Oct., 1984.

Lefevre, Marianne. Géopolitique de la Corse : le modèle républicain en question, Paris, l’Harmattan, 2000.

Lojkinre, Stéphane. « Dispositif du Paradoxe », Communication au congrès de la société américaine d’étude du XVIII siècle, Albuquerque, 2010.

Loraux, Nicole. La cité divisée, Paris, Payot, 1997.

Mazières, Henri. l’Honneur bafoué d’un officier, Paris : Ed. Du Rocher, 2000.

Nicolai, Jean-Baptiste. Les Sociétés secrètes en Corse, Ed. Cyrnos et Méditerranée, 1988.

Pardini, Gérard. L’État et la Corse ; La République à l’épreuve, Paris, l’Harmattan, 2003.

Pellegrinetti, Jean-Paul. Rovere, Ange. La Corse et la République ; la vie politique de la fin du Second Empire au début du XXIe siècle, Paris, Seuil, 2004.

Pesteil, Philippe. « République maltraitante/île souffrante : le thème de la marâtre dans la presse régionale corse (A Muvra : 1920-1939) », in Souffrance et maltraitance (ss. la dir. de G. Ferréol), Bruxelles, EME, 2012, pp. 63-75.

Poggioli, Pierre. De l’Affaire Bonnet à Matignon, Ajaccio, DCL, 2001.

Poggioli, Pierre. Derrière les cagoules ; Le FLNC des années 80, Ajaccio, DCL, 2004

Ravis-Giordani, Georges. Article « Ethnologie », in Corse, Paris, Encyclopédie Régionales, 1984.

Rossi, Jean-Michel, Santoni, François. Pour solde de tout compte, (entretiens avec Guy Benhamou), Paris, Denoël Impact, 2000.

Vissing, Lars. Machiavel et la politique de l’apparence, Paris, PUF, 1986.

Werner, Karl Ferdinand. Naissance de la noblesse, L’essor des élites politiques en Europe, Paris, Fayard, 2010.

Haut de page

Notes

1 Hermet G., Badie B., Birnbaum P., Braud Ph. Dictionnaire de la science politique et des institutions politiques, Paris, Armand Colin, 1998, p. 114.

2 Voir par exemple les analyses de Marc Abéles sur la question, qui après une mise en perspective du débat, conclut : « En conséquence, si l’Etat survit, il n’en a pas moins perdu ses prétentions à être l’unique centre de toute régulation. Voilà qui sonne le glas de la souveraineté et inaugure l’ère de l’Etat postsouverain, élargi et inscrit dans un processus plus large de la régulation complexe et stratifiée. Et voilà qui renforce le rôle de la société civile. Le lien exclusif entre territoire et Etat a été brisé. Se sont mis en place des niveaux de gouvernance qui s’étendent à l’intérieur et au-delà des frontières. Des nouvelles formes de politique multilatérale et globale ont été établies ». Cf : Anthropologie de la mondialisation, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 2008, p. 121.

3 Cette approche en terme de durabilité d’une singularité imprégnant représentations et comportements peut être rapprochée de la notion de processus historique de spécification (Prägnungsvorgang).

4 Bourde Paul, En Corse : l’Esprit de clan, les mœurs politiques, les vendettas, le banditisme, Paris, Calmann-Levy, 1887.

5 Werner, Karl Ferdinand. Naissance de la noblesse, L’essor des élites politiques en Europe, Paris, Fayard, 2010, pp. 586-587).

6 Chefs de clan.

7 3 Ravis-Giordani, Georges. Article « Ethnologie », in Corse, Paris, Encyclopédie Régionales, 1984, p. 83.

8 Ceccaldi, Marc Antonio. Histoire de la Corse 1464-1560, (trad.. et notes A.-M. Graziani), Ajaccio, Ed. Alain Piazzola, 2006, p. 137. Antoine Marie Graziani y voit « une rhétorique morale traditionnelle » (p. 294), considérant qu’il s’agit d’une réputation que les Génois prêtent aux Corses, alors que c’est un défaut que pour leur part les Français et les Espagnols prêtent aux habitants de la Sérénissime.

9 Condottiere, colonel sous les ordres de François I, il sert les intérêts du roi Henri II visant à affaiblir la maison d’Espagne en attaquant la Sérenissime République de Gênes son alliée. Il parvint à réunir pour un temps les différents chefs militaires corses du Nord et du Sud. Si l’armistice de Vaucelles donne la Corse à la France (exception faite de Bastia et Ajaccio), le traité de Cateau-Cambrésis de 1559 restitue l’île à Gênes. Exilé en France il continue à servir la couronne et de retour en Corse en 1564, il tente à nouveau de soulever les populations. Sans soutien et après que les grandes familles se soient les unes après les autres ralliées à Gênes, il est assassiné en 1567.

10 Filippini, Anton Pietro. Chronique de la Corse 1560-1594, (trad. et notes A.-M. Graziani), Ajaccio, Ed. Alain Piazzola, 1996, p.199.

11 « L’esprit public n’a aucune chance de l’emporter sur ce principe invétéré de la confédération privée. Le pays est tellement petit, les habitants, se mariant toujours entre eux, sont reliés les uns aux autres de tant de manières, qu’il est difficile de faire choix de douze hommes absolument dépourvus d’intérêt dans une cause quelconque » (Lettre d’Elliot au Duc de Portland, Bastia, 26 décembre 1795, Bulletin, Correspondance d’Elliot, v. I, p. 325.

12 Au sens définit par Fernand Braudel : « Pour nous, historiens, une structure est sans doute assemblage, architecture, mais plus encore une réalité que le temps use mal et véhicule très longuement. Certaine structures, à vivre longtemps, deviennent des éléments stables d’une infinité de générations : elles encombrent l’histoire, en gênent, donc en commandent, l’écoulement. D’autres sont plus promptes à s’effriter. Mais toutes sont à la fois soutiens et obstacles. (…) les cadres mentaux sont aussi prisons de longue durée. », Braudel F., La nouvelle histoire, (ss. la dir. de J. le Goff) Bruxelles, Editions Complexe, 2006, p. 110.

13 Le Moyen Age Corse alterne les époques de trouble et de calme relatif articulant les épisodes reliés aux conflits euro-méditéterranéens et locaux internes entre puissants sans compter les multiples vendette interfamiliales.

14 On sépare classiquement la Terre des Seigneurs (Pumonte,, Deça des Monts, actuellement : Corse du Sud) et Cap Corse, de la Terre du Commun (ou Cismonte, Delà des Monts, actuellement : Haute Corse). Cette dernière est le résultat de la révolte paysanne anti-seigneuriale de 1358 menée par un personnage plus ou moins mythique : Sambucuccio d’Alando. Si la féodalité parvient à se maintenir dans le Sud, elle cède la place dans le Nord à des communautés observant les règles des communautés médiévales : a popolo e commune. Ceci n’empêche pas la naissance d’une nouvelle classe dirigeante : les capipopoli (ou caporaux) qui vont asseoir leur domination sur le peuple. Pour éviter le retour de la féodalité les dirigeants des révoltes de 1358 préfèreront faire allégeance à Gênes.

15 Selon Vergé-Franceschi pour une population représentant 0,75% de la population française, la Corse fournit 20% des cadres de la FOM, 22% des troupes coloniales dont 6% d’officiers.

16 Ceccaldi Francesca-maria, “Les Corses dans la Fonction publique. Contribution à l’étude de dynamiques d’intégration sociale et professionnelle” Thèse de doctorat en Sociologie, Soutenue à l’Université de Poitiers ss. la dir. de G. Ferréol, décembre 2000.

17 Pesteil Ph., « République maltraitante/île souffrante : le thème de la marâtre dans la presse régionale corse (A Muvra : 1920-1939) », in Souffrance et maltraitance (ss. la dir. de G. Ferréol) Bruxelles, EME, 2012, pp. 63-75.

18 En plus des évènements déjà cités (révoltes, tentatives de libération contre Gênes, rivalités seigneuriales, vendette …) on peut rajouter les incursions sarrazines puis ottomanes et barbaresques qui s’étalent du VIIIe au XVIIe siècle et qui répandent l’insécurité sur les côtes et les villages proches de la mer. Suite aux razzias, de nombreux Corses sont réduits en esclavage et leur rachat appauvrit considérablement les familles.

19 Gil, José. La Corse entre la liberté et la terreur, Paris, La Différence, 1991.

20 Ta mort, c’est ma vie. Cf. : Cirese Alberto M. « Du jeu d’Ozieri au numerus clausus des Bienheureux de Dante ; Essai d’une typologie idéologique », l’Homme, 136, oct-déc. 1995, p. 95-112.

21 Aristote considérait la science politique et la prudence comme un seul et même mode d’être même si elles diffèrent de par leur essence ; cf. : Aristote, Ethique à Nicomaque, Paris, Le Livre de Poche, 1992, p. 251).

22 On se souvient du célèbre bombage dans le hall d’entrée de l’ARC, mouvement dirigé par Edmond Simeoni : « la canne à pêche ou le fusil », interpellation directe du leader autonomiste accusé par la branche la plus radicale du nationalisme de louvoyer entre deux solutions, voire d’alterner entre un discours « dur » pour tenir les jeunes militants et une attitude « molle » pour ménager un mouvement de masse et les élus.

23 Pesteil, Philippe. L’émotion identitaire en Corse ; un territoire au cœur, Paris, l’Harmattan, 2010.

24 Rossi, Jean-Michel, Santoni, François. Pour solde de tout compte, (entretiens avec Guy Benhamou), Paris, Denoël Impact, 2000. p. 110.

25 Poggioli, Pierre. Derrière les cagoules ; Le FLNC des années 80, Ajaccio, DCL, 2004, p. 106.

26 Rossi, Santoni, Pour … (op. cit) p. 159.

27 Libération, 16 nov. 2007.

28 Par exemple : « Le passage des signes qui dissimulent quelque chose aux signes qui dissimulent qu’il n’y a rien, marque le tournant décisif », Baudrillard Jean, Simulacres et simulation, Paris, Galilée, 1981p. 17).

29 Mazières Henri. l’Honneur bafoué d’un officier, Paris : Ed. Du Rocher, 2000, pp. 209-21.

30 Canioni, Christophe. Dictionnaire de la politique corse contemporaine de 1975 à nos jours, Bastia, Ed. Anima Corsa, 2009, pp. 80-82.

31 Pardini, Gérard. L’État et la Corse ; La République à l’épreuve, Paris, l’Harmattan, 2003, p.187.

32 Voir le dossier de L’Express : « Corse, le vrai pouvoir des francs-maçons », 7 décembre 2011.

33 Guy Benhamou, politique-autrement.org ; lettre du 24 décembre 2001. Suite à cette rencontre le Grand maitre Simon Giovannai sera contraint à la démission du Grand Orient selon la journaliste Hèlène Constanty et Pierre Poggioli (2001, p. 232).

34 Rossi, Jean-Michel, Santoni, François. Pour solde …, p. 130.

35 Pellegrinetti, Jean-Paul. Rovere, Ange. La Corse et la République ; la vie politique de la fin du Second Empire au début du XXIe siècle, Paris, Seuil, 2004, p. 252 sqq.

36 Demichel, André. « Corse : autour du statut particulier », Hérodote, n°69-70, 1993, pp. 168-169.

37 Lefevre, Marianne. Géopolitique de la Corse : le modèle républicain en question, Paris, l’Harmattan, 2000, p. 301.

38 Ibid.. p. 321-322.

39 Lefèvre, M., Géopolitique… (op.cit.), p.42.

40 Machiavel, Le Prince, Ch. XXV, pp. 95-96. Site web: http://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/index.html

41 Vissing, Lars. Machiavel et la politique de l’apparence, Paris, PUF, 1986.

42 Ecrite en 1705 et republiée en 1714 par Bernard Mandeville cette allégorie politique fait l’éloge de l’intérêt personnel et de l’égoïsme, vices privés servant le bien public. L’argument soutien qu’une société ne peut à la fois être vertueuse et prospère.

43 Huxley, Aldous. Tour du monde d’un sceptique, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 2005, p. 133.

44 Selon Diderot, le bon comédien est insensible ce qui lui permet de jouer tous les rôles. Eloge de la distanciation, de la maitrise de soi qui équivaut à la maitrise de l’art qui est une convention, ce paradoxe se constitue sur la construction d’un modèle idéal. Celui-ci est construit par le comédien et devient son écran, son fantôme. C’est cette enveloppe (phantasma) qui lui permet d’atteindre l’intimité de l’espace public, lequel éprouve réellement de l’émotion. Voir : Stéphane Lojkinre, « Dispositif du Paradoxe », Communication au congrès de la société américaine d’étude du XVIII siècle, Albuquerque, 2010 ; et : Diderot, Denis. Paradoxe sur le comédien, Paris, Dodo Press, 2009.

45 Boyer Pascal. Et l’homme créa les dieux, Paris, Gallimard, 2003, p. 183.

46 Nicolai, Jean-Baptiste. Les Sociétés secrètes en Corse, Ed. Cyrnos et Méditerranée, 1988, p. 11. On enseignait aux enfants à ne pas divulguer ce qui se faisait et se disait dans le cercle familial. Aux investigations des curieux ils devaient répondre cette formulette de mise à distance : emu manghjatu pane è pernice, affare di casa un si ne dice (nous avons mangé du pain et des perdrix, les choses de la maison ne se racontent pas).

47 La Corse, une affaire de famille, Créativité et folie, Paris, Ed. du Quai Jeanne Laffite, n°2, Oct., 1984.

48 Empédocle, DK, fr. 115, correspond à katesphregismenon. Nicole Loraux rappelle le rapport étymologique entre horkos (serment) et hérkos (enceinte). Loraux N., La cité divisée, Paris, Payot, 1997, p.127).

49 Detienne, Marcel. Vernant Jean-Pierre. Les Ruses de l’intelligence : La mètis des Grecs, Paris, Flammarion, 1974.

50 (ibid.), p. 302.

51 Baudrillard, Jean. A l’Ombre des majorités silencieuses, Paris, Denoel, 1982, p. 113.

52 Politique et tribunal sont la ruine du village.

53 Que la politique franchisse ta porte.

54 Les honneurs sont des châtiments.

55 On donne aussi comme conseil : di tempu è di pulitica un ti n’occupà ; ne te préoccupe ni du temps ni de la politique.

56 Champeyrache, Clotilde. Sociétés du crime ; Un tour du monde des mafias, Paris, CNRS Editions, 2011, p. 270.

57 Hirschman, Albert. Exit, voice, and loyalty. Responses to decline in firms, organizations and states, Cambridge, Cambridge UP, 1970.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe PESTEIL, « La Participation des minorités agissantes au politique ; inéluctables jeux de pouvoir ? », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 15 mai 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/1580 ; DOI : 10.4000/mimmoc.1580

Haut de page

Auteur

Philippe PESTEIL

Università di Corsica Pasquale PaoliUMR Cnrs Lisa (Lieux, Identités, eSpaces et Activités) 6240Chercheur associé EA 6294 L’Équipe alimentation (LÉA)Université François-Rabelais de Tours

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page