Navigation – Plan du site
Qui gouverne aux États-Unis ?

Les pauvres dans les campagnes présidentielles américaines de Clinton à Obama

Taoufik DJEBALI

Résumés

Les pauvres dans les campagnes présidentielles américaines de Clinton à Obama

La Guerre contre la pauvreté, initiée par le président Johnson dans les années 1960, a laissé la place à une attitude hostile aux pauvres. Démocrates et républicains ont depuis cette période appliqué quasiment la même politique vis-à-vis des pauvres. Seule la rhétorique semble être différente.

Les campagnes pour les élections présidentielles sont un indicateur de la place des pauvres dans la société américaine. Ces pauvres, qui se trouvent à l'écart du système de pouvoir, sont soit stigmatisés, soit oubliés par les décideurs politiques et notamment les candidats aux élections présidentielles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Bien qu’elles traduisent le plus souvent des calculs politiques et des préoccupations conjoncturelles, la plupart des campagnes électorales, observées depuis les années 1960 aux États-Unis, avait inclus un volet social et plus particulièrement une référence explicite à la question de pauvreté, si ce n’est des pauvres. Certes, toutes les références n’ont pas eu la même intensité ni les mêmes finalités. On observe cependant que les contours de la question sociale ne cessent de bouger et même de se métamorphoser. Ainsi, il est évident que le traitement de la question sociale et en particulier la question de la pauvreté a connu une évolution intéressante, du moins depuis la campagne électorale qui a opposé Bill Clinton à George H. W. Bush en 1992.

2Cette élection marque un consensus autour du traitement social de la pauvreté qui n’avait pas existé auparavant. Le clivage qui existait depuis la Grande société et la Guerre contre la pauvreté des années 1960 semblait s’estomper avec la droitisation du programme démocrate de 1992. En effet, le libéralisme triomphant, notamment depuis la « chute du communisme », a renforcé les valeurs conservatrices qui prônent la non-intervention de l’État, le chacun-pour-soi et le workfare plutôt que le welfare. Ainsi, les dernières campagnes électorales ont été marquées par un rapprochement politico-idéologique entre républicains et démocrates qui a débouché sur la marginalisation des pauvres dans le débat politique.

  • 1 Lire Prancis Fox-Piven, Richard Cloaward, Why Americans Still Don’t Vote and Why Politicians Want i (...)
  • 2 Depuis 2010 le nombre de pauvres n’a jamais baissé en dessous de 46 millions.

3Chacun sait que les pauvres n’ont pas le pouvoir, que ce soit économique, politique ou culturel. Ils usent rarement de leur droit de vote1 et se mettent ainsi à l’écart du pouvoir décisionnel. Par ailleurs, les hommes politiques, soucieux de satisfaire les attentes des classes moyennes et supérieures, ont fait l’impasse sur un problème qui touche des millions d’Américains2. Les campagnes électorales, même pleines de promesses démesurées, constituent un indicateur intéressant de l’état d’esprit du public, des rapports de force et de l’intérêt accordé aux pauvres. Sachant également que les pauvres ne gouvernent pas, ne sont pas acteurs dans la décision politique, il serait bon d’analyser et d’évaluer les paroles et les projets des décideurs politiques, notamment ceux qui sont en première ligne dans la mise en oeuvre des programmes économiques et sociaux, à savoir les prétendants à la présidence.

Les années 1990 : le tournant

  • 3 Rappelons la célèbre phrase prononcée par Bush le 18 août 1988 au cours de son discours d’acceptati (...)

4La victoire éclatante de l’armée américaine pendant la guerre du Golfe de 1991 n’a pas empêché la campagne électorale de l’année suivante de porter sur les questions économiques et sociales. George H.W. Bush voulait capitaliser sur sa bonne image de commandant en chef des armées, mais ses promesses non tenues de la campagne présidentielle précédente, notamment celles relatives à l’augmentation des impôts, l’avaient poursuivi3. Ainsi, l’économie, la fiscalité, la déontologie, le pouvoir d’achat ainsi que l’incitation au travail étaient au centre de la campagne électorale en 1992.

5Prenant les devants sur la question sociale, Clinton, le jeune candidat démocrate, avait adopté des thèmes chers aux conservateurs des deux partis : le travail, la réduction de l’aide sociale ainsi que la responsabilité individuelle. Associant l’American Dream aux valeurs du travail et du self-help, il a prôné l’insertion des pauvres dans le marché de l’emploi en offrant à ces pauvres les compétences et la formation nécessaires pour pouvoir affronter les aléas du marché du travail.

  • 4 « we should give people on welfare the skills they need to succeed, but we should demand that every (...)

6Clinton n’a pas hésité dans son discours de Little Rock (octobre 3, 1991), quand il a annoncé sa candidature aux primaires du parti démocrate, de revenir à une vielle idée conservatrice, c’est-à-dire une séparation intellectuelle et politique entre pauvres méritants et pauvres non-méritants. Ces derniers devaient (ré)intégrer le marché de l’emploi : « Nous devrions donner aux assistés les compétences dont ils ont besoin pour réussir, mais nous devrions exiger que tous ceux qui peuvent travailler travaillent et deviennent membres productifs dans la société »4. Ces propos vont dans le même sens que le discours de Ronald Reagan dans les années 1980. Clinton évite de prononcer le mot « pauvre » pour ne mentionner que les familles en difficulté qui continuent de se battre pour s’en sortir avec une référence explicite à sa propre famille et sa propre enfance. Dans son discours d’investiture, il demeure évasif sur le thème des pauvres. La référence est faite à la classe moyenne et aux travailleurs en difficulté financière. La seule promesse sociale explicite dans son discours portait sur la réforme du système de santé.

7Devant George H.W. Bush, héritier légitime de la politique sociale reaganienne, Clinton n’avait pas vu l’intérêt politique d’avancer un projet social fondamentalement différent de celui de son concurrent. Bush avait un passé militant contre l’État-providence. Déjà, quand il était candidat au Sénat en 1964, il s’était opposé à la Guerre contre la pauvreté. En tant que vice-président dans l’administration Reagan, il était un des acteurs de la politique anti-pauvres mise en place. Accaparé par les questions économiques de grande ampleur telles que le chômage et le déficit budgétaire, Bush n’a pas pu /voulu développer un projet social cohérent et ambitieux. Selon lui, le déficit budgétaire ne permettait pas de prendre les pauvres en charge. De plus, la politique sociale classique, telle qu’elle a été conçue par le New Deal et renforcée par la Guerre contre la pauvreté, avait montré ses limites. La solution proposée par le président sortant se trouverait donc dans les organisations caritatives et le travail social volontaire. Comme il l’avait dit dans son discours inaugural du 20 janvier 1989 :

  • 5 Discours d’investiture, 20 janvier 1989 : « I have spoken of a thousand points of light, of all the (...)

8J'ai parlé d'un millier de points de lumière, de tous les organismes communautaires qui se propagent comme des étoiles dans toute la nation, en faisant le bien. Nous allons travailler main dans la main, encourager, parfois mener, d’autres fois menés (...). Les vieilles idées sont nouvelles à nouveau parce qu'elles ne sont pas vieilles, elles sont intemporelles: le devoir, le sacrifice, l'engagement et le patriotisme trouvent leur expression dans la participation et l'engagement5.

9Cette démarche va prendre une dimension plus importante avec les Faith-Based Intitiatives (FBI) de son fils George W. Bush dans les années 2000. Les Community-Based organizations ou les Faith-Based organizations (FBO) s’inscrivaient en fin de compte dans la même ligne politique tracée par Reagan.

10Il semblerait de surcroît qu’après chaque réforme importante, la question sociale est occultée et les pauvres et la pauvreté sont mis à l’écart du débat politique. Ainsi, suite à la promulgation de l’Omnibus Budget and Reconciliation Act (OBRA) en 1981, qui initiait une réforme importante des programmes sociaux, il était difficile pour Bush d’enchaîner avec une autre réforme qui aurait soit désavoué celle de sa propre administration (Reagan/Bush), soit pénalisé davantage les pauvres, une démarche qui aurait été moralement inacceptable et politiquement risquée.

11Ainsi, les 38 millions de pauvres en 1992 étaient les grands oubliés de la campagne électorale, qui a donné un score inhabituellement élevé au candidat indépendant Ross Perot. Certes, cette campagne n’avait pas révolutionné le système politique ni même apporté le moindre changement aux rapports de force qui régissaient le lien entre l’élite et la base. Le débat, concentré sur les problèmes économiques, a débouché sur le renforcement des idées libérales et l’émergence d’un consensus politique autour de la question sociale.

  • 6 Ross Perot, candidat indépendant en 1992, s’est présenté au scrutin de 1996 sous la bannière du Ref (...)

12Ce consensus va même être renforcé pendant la campagne électorale de 1996 opposant essentiellement le candidat démocrate William Clinton au républicain Robert Dole. Le candidat Ross Perot est de nouveau candidat, mais le système politique et électoral lui réserve un champ plus restreint qu’en 1992. La tentative de re-bipolariser la vie politique était en marche. Ainsi, le système a retrouvé une certaine « normalité » avec 8,4 % obtenus par le candidat du parti réformateur (contre 18,9 % en 1992)6. Perot ne représentait pas l’anti-système. Au contraire. Mais bien qu’il ne constituât aucun danger politique ou idéologique, le troisième candidat n’a pas pu trouver sa place et la mainmise des partis démocrate et républicain est de nouveau à l’œuvre.

  • 7 « End welfare as we know it »

13Les élections de 1996 n’étaient pas une mauvaise expérience pour le milliardaire Perot seulement. Elles étaient néfastes également pour les pauvres. Jamais une élection présidentielle n’avait dégagé un consensus aussi clair contre les pauvres. Reprenant une promesse faite en 1992, Clinton réitérait son engagement d’en « finir avec le welfare comme nous le connaissons »7. Cet appel, idéologiquement et politiquement chargé, consacre une rupture avec la tradition démocrate plutôt favorable au welfare depuis le New Deal.

  • 8 « Radio Address, 9 septembre 1995 », Public Papers of the Presidents of the United States. William (...)
  • 9 Lire George Gilder, Wealth and Poverty, New York: Basic Books, 1981 ; Charles Murray, Losing Ground (...)

14L’approche clintonienne de l’assistance publique semble rapprocher davantage les démocrates des républicains. L’ovation nourrie et bipartisane au Congrès américain au cours du Discours sur l’état de l’Union de 1993 à l’évocation de ce projet, témoigne de cette convergence. Craignant une démobilisation de la gauche du parti démocrate et animé par une volonté de neutraliser les républicains sur la question sociale, Clinton a mis l’accent sur le travail. Dans une allocution à la radio quelques mois avant la promulgation de la réforme du welfare le 22 août 1996, le président sortant définit la nouvelle stratégie en affirmant que « c’est sur le travail qu’une vraie réforme doit porter avant tout. Nous devrions limiter la durée de l’assistance et imposer des normes drastiques au sujet du travail tout en s’assurant que les parents disposent des services de garde leur permettant d’aller travailler »8. En mettant l’accent sur le travail plutôt que sur les pauvres, Clinton s’aligne sur les positions de son concurrent Bob Dole. Celui-ci était dans la droite ligne idéologique que Newt Gingrich, le chef de file des républicains au Congrès, qui avait mené un combat politique acharné contre Clinton pendant son premier mandat. Pour les deux candidats principaux, la question centrale n’était pas comment réduire la pauvreté mais comment réduire les pauvres, essentiellement ceux qui bénéficiaient de l’assistance publique. Dans leurs discours d’investiture au sein de leurs partis, Clinton aussi bien que Dole et Perot, n’avaient évoqué les pauvres que pour dire du bien du combat de leurs parents ou pour appeler à renforcer les valeurs du travail. Dans les trois cas, l’appel au travail renvoie à une image négative des pauvres : fainéants, frauduleux et irresponsables. Même dans le discours démocrate, le pauvre a besoin de mesures coercitives pour le remettre sur le droit chemin du travail ; une approche qui renvoie aux écrits des conservateurs des années 1980, à savoir Gilder, Murray, Mead et bien d’autres9.

  • 10 « It was not a happy decision. This is a bad bill but a good strategy … We had to show Americans th (...)

15Sachant que les Africains-Américains étaient surreprésentés dans les programmes d’aide sociale, Clinton a misé sur le rejet historique de cette communauté du parti républicain. Comme les pauvres votent peu, 6 % du vote total (sur une représentation de 13 %), et comme ils votent peu pour le parti républicain, le calcul de Clinton était politiquement rationnel et efficace. Comme le dit Gary Akerman, représentant de New York : « [la réforme de 1996] n’était pas une décision heureuse. C’était un mauvais projet de loi mais c’était une bonne stratégie… nous devions montrer aux Américains que les démocrates étaient prêts à rompre avec le passé… »10. L’alignement des Africains-Américains sur le parti démocrate n’a fait défaut à Clinton ni en 1992 ni en 1996 puisqu’il avait obtenu respectivement 83 % et 84 % du vote noir. Notons cependant que ces chiffres étaient les plus mauvais pour un candidat démocrate depuis 1984.

16La réforme de la politique d’aide sociale de Clinton, appelée Personal Responsibility and Work Opportunity Reconciliation Act (PRWORA), est sans doute la réforme la plus complète, la plus radicale et la plus sévère à l’égard des pauvres jamais votée depuis le New Deal. Même la réforme fiscale de 1981 (OBRA), initiée et signée par Ronald Reagan, paraît modérée devant le caractère répressif et punitif du PRWORA.

17Soutenue aussi bien par les républicains que par les démocrates conservateurs, cette réforme semble être la réforme ultime du moins sur le plan technique et monétaire. En effet, les débats sur les pauvres et la pauvreté qui vont suivre ne vont pas proposer de nouvelles orientations. Ils vont se placer dans la continuité de cette réforme, à l’exception d’un appel à renforcer le travail caritatif pour résoudre le problème. Ils vont également consacrer l’alignement des positions démocrates sur celles des conservateurs républicains.

18D’ailleurs, la clause du « charitable choice » (Section 104) de la réforme de 1996, constitue la base légale et intellectuelle du débat qui va opposer Albert Gore à George W. Bush en 2000. Encore une fois, l’entente entre le candidat démocrate et celui du parti républicain était totale en ce qui concernait le traitement gouvernemental de la pauvreté. Aucun des deux n’avait proposé un assouplissement des mesures de 1996, et aucun n’a défendu un programme cohérent et complet pour réduire la pauvreté ou assurer une couverture médicale aux plus démunis. Si Clinton avait pris l’initiative sur la question sociale en 1996, en 2000 c’était au tour du républicain Bush de monopoliser le débat sur l’exclusion sociale.

  • 11 « Think of [Faith-Based] as the opposite of a wedge issue. On this question, Gore doesn’t mind if h (...)

19Après la marginalisation des autres candidats, réduits à faire de la figuration cette fois-ci, les deux candidats principaux se sont mis à rivaliser sur la place de la religion dans la lutte contre l’exclusion. Le Washington Post écrit pendant la campagne : « Pensez aux [Faith-Based Intiatives] comme le contraire même d'une pomme de discorde. Sur cette question, cela ne dérangerait pas Gore si lui et Bush chantaient le même cantique ». Gore affirme : « Je ne pense pas que cela devrait être un combat politique »11. En effet, dès sa victoire dans les primaires démocrates, Gore consacre une demi-heure d’un discours prononcé dans un centre de rééducation pour des adultes à la défense des Faith-Based Organizations. Le discours de Gore s’aligne sur le fond et sur la forme sur le discours conservateur de Bush :

  • 12 Ordinary Americans have decided to confront the fact that our severest challenges are not just mate (...)

20Les Américains ordinaires ont décidé d'affronter le fait que nos plus graves problèmes ne sont pas seulement matériels, mais spirituels. Les Américains montrent que le changement fondamental que nous devons effectuer nécessitera non seulement de nouvelles politiques, mais surtout un changement de nos cœurs et de nos esprits (...) Aujourd'hui, je donne cette promesse : si vous me choisissez président, les voix des organisations confessionnelles seront une partie intégrante des politiques mises en place par mon administration12.

21Bush ne disait pas autre chose et ne le disait pas autrement. Les divergences entre démocrates et républicains sur la question sociale, observées dans les années 1960 et 1980, quand le clivage idéologique et rhétorique était apparent, n’existaient plus en 1996. Le discours religieux arrangeait les deux partis. Pour les républicains, le discours sur la compassion (compassionate conservatism), le lien social et l’exclusion légitimeraient leur positionnement au centre et les éloigneraient du monétarisme dur des années 1980. Conscients de la place de la religion dans la vie des Américains, les démocrates avaient tout à gagner en intégrant le fait religieux dans leur stratégie électorale. Comme ils étaient persuadés que les forces laïcisantes leur étaient acquises, ils avaient engagé une course contre les républicains pour gagner le vote évangélique.

22Le comportement politique des deux partis, loin d’annoncer un réveil religieux, traduirait plus une volonté d’exclure les pauvres du champ politique américain. Le nouveau système qui avait commencé à émerger à partir des années 1980 non seulement n’admet pas les pauvres en tant qu’acteurs (après tout, les pauvres n’avaient jamais pesé sur les choix politiques) mais ne les admet pas non plus en tant que sujet du débat ou de l’action politique. Dans la campagne électorale de 2000, les pauvres étaient les drogués, les prisonniers, les malades mentaux, les alcooliques, etc. Bref, tous ceux qui avaient besoin d’un traitement moral pour les remettre sur le « bon chemin ». Ainsi, nous pouvons dire que l’image du pauvre a évolué de celle du fraudeur dans les années 1980, à celle du fainéant dans années 1990 et du déviant dans les années 2000. Cette métamorphose de l’image du pauvre suivait une ligne et un objectif clairs : stigmatiser les pauvres et évincer la question sociale du débat politique et asseoir la suprématie du modèle libéral.

23Cependant, la campagne de 2000 n’a pas tout à fait marginalisé les pauvres. En se focalisant sur la déviance et sur le traitement religieux et moral de cette question, la campagne électorale a débouché sur une délégitimation de l’État-providence et du peu de programmes sociaux qui avaient survécu à la réforme de 1996.

  • 13 David Kuo, Tempting Faith: An Inside Story of Political Seduction, New York: Free Press, 2006.

24La mise en place des FBI et le soutien financier aux FBO n’ont été qu’une instrumentalisation politique par l’administration républicaine, dénoncé d’ailleurs par l’ancien sous-directeur de ce programme David Kuo dans un livre publié en 200613. Pour cela, il n’y avait aucun espoir de voir la question sociale au cœur de la campagne de 2004. La Guerre du Golfe, le terrorisme et le patriotisme étaient les thèmes centraux de cette campagne. Au-delà de la volonté affichée depuis 2000 d’exclure les pauvres politiquement et intellectuellement, l’état d’esprit des Américains suite à l’attaque terroriste de septembre 2001 et la mobilisation de l’administration Bush à gérer la guerre en Afghanistan ont relégué la question sociale aux oubliettes.

25L’espoir de voir les hommes politiques s’intéresser à la pauvreté de nouveau a repris avec les élections de 2008 qui ont opposé essentiellement le démocrate Barak Obama au républicain John McCain. Sur fond de crise financière et économique, le débat a porté essentiellement sur la relance économique, le chômage et la réforme du système de santé. On peut penser que ces thèmes allaient concerner les pauvres, d’une façon ou d’une autre. Les chômeurs s’insèrent plus facilement dans un marché en forte croissance, les pauvres sont plus facilement attirés par le travail quand les salaires sont perçus comme acceptables ou décents et les non-assurés seraient des personnes et des familles ayant des moyens financiers limités. En réalité, la question de la pauvreté était périphérique dans le discours d’Obama qui ne l’a évoquée que pendant les primaires face à John Edwards qui en avait fait un thème majeur de sa campagne. Une fois les primaires terminées, Obama a recentré son discours sur les classes moyennes malmenées par la crise et les travailleurs fragilisés par les licenciements et menacés par les saisies immobilières. À la question des laissés-pour-compte, il a promis de renforcer les Faith-Based Organizations sous l’égide des FBI mises en place par Bush en 2001. D’ailleurs, il s’est vanté pendant la campagne électorale de 2008 d’avoir mis en place un programme de Workfare qui avait mis 80 % des assistés au travail. Il a également promis de réduire la pauvreté aux États-Unis, une fois élu, de 50 % en 10 ans, mais avec l’aide des FBO.

26Je crois que le changement ne vient pas du haut vers le bas, mais du bas vers le haut, et aucun n’est plus proche des gens que nos églises, synagogues, temples et mosquées.

  • 14 « I believe that change comes not from the top-down, but from the bottom-up, and few are closer to (...)

27C’est pourquoi Washington doit compter sur eux. Le fait est que les défis auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui—de la sauvegarde de notre planète à l'éradication de la pauvreté—sont tout simplement trop grands pour le gouvernement pour les résoudre seul14.

28Le programme de McCain était presque identique à celui d’Obama. Ainsi, le consensus dégagé à partir de 1996 a non seulement continué mais a été renforcé.

29La « timidité » politique d’Obama a empêché l’émergence d’une approche différente sur la question des pauvres. La ligne de démarcation entre démocrates et républicains a été brouillée même quand il s’agissait des programmes économiques. Seule la réforme de la santé constituait un point de désaccord majeur entre les deux candidats.

30À un moment où les taux de pauvreté ont atteint des niveaux historiques jamais atteints depuis plus de 50 ans, et au moment où les Afro-Américains, les Hispaniques, les jeunes et les mères seules connaissent une marginalisation grandissante, les candidats à la présidentielle se sont focalisés sur les classes moyennes, certes fragilisées par la crise. Cette démarche révèle plus un calcul politique et un souci électoral qu’une tentative sérieuse pour lutter contre la pauvreté. À force de chercher une proximité idéologique et intellectuelle avec les valeurs populaires et l’idéologie dominante, les candidats ont passé sous silence le sort de 40 millions d’Américains (en 2008). L’intérêt politique des candidats est dans l’occultation de la question sociale. Celle-ci est idéologiquement risquée, politiquement contre-productive et socialement difficile à traiter.

31Obama l’a bien compris. Il va réitérer la même stratégie dans sa dernière campagne de 2012. Très peu de choses ont été dites sur les pauvres et la pauvreté. Ayant déjà un bilan à défendre, le président sortant pouvait se prévaloir d’avoir mené à terme sa réforme du système de santé. Cependant, vidée de sa substance, cette réforme ne peut en aucun cas être considérée comme une mesure de lutte contre la pauvreté.

32Malgré les chiffres alarmants de la pauvreté, mais aussi de la grande pauvreté, des enfants pauvres, des cessations de paiement et des saisies immobilières, la question sociale a été la grande absente. La convergence des partis politiques sur la question sociale et même économique était l’aspect majeur de cette dernière élection. Cette convergence traduit la suprématie du marché dans le façonnement de l’idéologie dominante américaine. Cette domination a toujours existé. Elle se confirme à travers son approche ultra-libérale qui laisse peu de marges à des mesures sociales.

33En bref, la victoire d’Obama n’est pas la victoire des pauvres. Elle est la victoire d’un style, d’un marketing politique et d’un système politico-économique.

Conclusion

34Les pauvres ne gouvernent pas. Ils n’ont pas de lobbies et n’ont pas de Think Tanks non plus. Ils n’ont pas les moyens intellectuels, financiers ou économiques d’influencer les décisions politiques. D’ailleurs, ce phénomène ne se limite pas aux États-Unis. Mais contrairement aux « démocraties » européennes, la vénération du libre marché aux États-Unis laisse peu de place aux pauvres à la fois dans le débat politique et dans les décisions et les mesures prises.

  • 15 Michael Harrington, The Other America : Poverty in America, Macmillan, 1962.

35Dans un pays où la « gauche » syndicale et politique est quasiment inexistence, où les pauvres votent peu, il n’est pas surprenant de voir la question des pauvres occultée : un retour à la situation d’avant 1962, quand The Other America15 avait attiré l’attention de l’Amérique sur la question de la pauvreté.

36Ainsi, même si le système libéral n’a jamais été menacé ou remis en cause, du moins depuis la Grande Dépression, le traitement des pauvres et de la pauvreté n’a cessé de changer. Les campagnes électorales ne sont que le reflet de ce changement. La disparition des pauvres de ces campagnes traduit à la fois la métamorphose de la question sociale et l’évolution de la représentation que les décideurs politiques se font des pauvres. La sympathie des années 1960 envers les pauvres méritants (deserving poor) a laissé la place à une image de fraudeurs qui devaient être punis, puis à une image de fainéants qui avaient besoin de mesures coercitives. Dans les années 2000, l’image dominante était celle du pauvre, déviant et immoral qui avait besoin d’une prise en charge religieuse. Les années Obama sont synonymes de l’éclipse du pauvre du radar social. Ainsi, les FBI, mises en place par Bush et maintenues par Obama, ne sont que la personnification et la consécration du triomphe du modèle libéral américain fondé sur le désengagement de l’État.

Haut de page

Notes

1 Lire Prancis Fox-Piven, Richard Cloaward, Why Americans Still Don’t Vote and Why Politicians Want it that Way, Boston : Beacon Press, 2000.

2 Depuis 2010 le nombre de pauvres n’a jamais baissé en dessous de 46 millions.

3 Rappelons la célèbre phrase prononcée par Bush le 18 août 1988 au cours de son discours d’acceptation de sa nomination par le parti républicain : « read my lips : no new taxes ».

4 « we should give people on welfare the skills they need to succeed, but we should demand that everybody who can, work and become a productive member of society ».

5 Discours d’investiture, 20 janvier 1989 : « I have spoken of a thousand points of light, of all the community organizations that are spread like stars throughout the Nation, doing good. We will work hand in hand, encouraging, sometimes leading, sometimes being led (…). The old ideas are new again because they are not old, they are timeless : duty, sacrifice, commitment, and patriotism that finds its expression in taking part and pitching in ».

6 Ross Perot, candidat indépendant en 1992, s’est présenté au scrutin de 1996 sous la bannière du Reform Party fondé un an plus tôt. Rappelant que Perot a été exclu des débats télévisés opposant le démocrate Clinton au républicain Dole.

7 « End welfare as we know it »

8 « Radio Address, 9 septembre 1995 », Public Papers of the Presidents of the United States. William J. Clinton, 1995, Washington, D.C. : Government Printing Office, 1997, p. 1334. « Real reform, first and foremost, must be about work. We should impose time limits and tough work requirements while making sure that parents get the child care they need to go to work »

9 Lire George Gilder, Wealth and Poverty, New York: Basic Books, 1981 ; Charles Murray, Losing Ground. American Social Policy, 1950-1980, New York: Basic Books, 1984 ; Laurence Mead, Beyond Entitlement. The Social Obligations of Citizenship, New York: Free Press, 1986.

10 « It was not a happy decision. This is a bad bill but a good strategy … We had to show Americans that Democrats are willing to break with the past… » ; Cité dans Robert Pear, « Many Subtleties Shaped Members' Welfare Votes », New York Times, 4 août 1996.

11 « Think of [Faith-Based] as the opposite of a wedge issue. On this question, Gore doesn’t mind if he and Bush sing from the same hymnal ».« I don’t think this should be a political fight ». E. Dionne, Washington Post, 28 mai 1999.

12 Ordinary Americans have decided to confront the fact that our severest challenges are not just material , but spiritual. Americans show that the fundamental change we need will require not only new politicies, but more importantly a change of both our hearts and our minds (…) Today I give this pledge : if you elect me president, the voices of faith-based organizations will be integral to the policies set forth in my administration. Discours du 24 mai 1999 au Salvation Army’s Adult Rehabiltation Center d’Atlanta.

13 David Kuo, Tempting Faith: An Inside Story of Political Seduction, New York: Free Press, 2006.

14 « I believe that change comes not from the top-down, but from the bottom-up, and few are closer to the people than our churches, synagogues, temples and mosques.

That’s why Washington needs to drw on them. The fact is, the challenges we face face today— from saving our planet to ending poverty— are simply too big for government to solve alone », cité dans « Obama Delivers Speech on Faith in America », New York Times, 1 juillet 2008.

15 Michael Harrington, The Other America : Poverty in America, Macmillan, 1962.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Taoufik DJEBALI, « Les pauvres dans les campagnes présidentielles américaines de Clinton à Obama », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 26 mai 2014, consulté le 24 mars 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/1618 ; DOI : 10.4000/mimmoc.1618

Haut de page

Auteur

Taoufik DJEBALI

Maître de conférences en civilisation américaineUniversité de CaenTaoufik Djebali est maître de conférences à l’Université de Caen, Basse-Normandie. Ses recherches portent sur la pauvreté et les politiques sociales.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page