Navigation – Plan du site
Qui gouverne aux États-Unis ?

Le redistricting américain : un exemple de démocratie participative et de mobilisation communautaire aux États-Unis

Émilie BONNET

Résumés

La représentation politique aux États-Unis passe par de nombreux processus de découpages du territoire dont le redistricting apparaît comme central. La création de plus en plus fréquente de commissions citoyennes à la tête du processus et l’inclusion des citoyens dans la prise de décision font naitre de nouveaux prismes d’études. L’évolution du redistricting tend à valoriser le rôle du citoyen dans la défense de son territoire politique et dans la prise de décision. L’étude de cas du redistricting de San Diego en Californie expose la mobilisation citoyenne instaurée lors du processus et invite à une autre considération de l’espace politique, celle de la gouvernance locale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cette dernière décennie l’avenir démographique des États-Unis a été l’objet de nombreux débats et spéculations parmi les spécialistes. L’augmentation continuelle des flux d’immigration venus d’Amérique Latine en a été l’un des principaux points. La publication des chiffres du recensement de la population américaine en 2010 a fait l’objet de multiples analyses. Par ailleurs, ce comptage décennal de la population est traditionnellement suivi du redécoupage des circonscriptions électorales communément appelé le redistricting. Initialement, ce processus concerne les organes de la législature d’État (le Congrès et le Sénat) et peut se définir comme le processus décennal de redécoupage des districts électoraux, ayant pour objectif d’assurer le principe d’un homme, une voix. En cela, le processus est indissociable du recensement décennal de la population, et ce, de manière quasi automatique. En effet, si le redistricting est en premier lieu issu du rapport de proportionnalité inhérent à la Chambre des Représentants, il s’applique aussi à toutes les échelles de la législature des États fédérés dès qu’il y a augmentation de la population. Or, la dynamique de la Nation américaine a permis une croissance relativement constante de la population, donnant lieu à des redistricting tous les dix ans.

Le redistricting : un processus encadré mais imparfait

2 D’année en année, le processus s’est affiné et est désormais régi par un certain nombre de principes communs à l’ensemble des États. Il revient en effet à chaque État de découper ses circonscriptions, en fonction du mode de décision en vigueur. Si la réglementation diffère sensiblement en fonction des États, il demeure une certaine homogénéité des principes à respecter ainsi qu’un rapport constant à l’État fédéral (les situations s’avérant trop conflictuelles sont soumises à la Cour Suprême des États-Unis). Le caractère officiel des critères de découpage implique désormais une diffusion relativement importante, de façon à mieux réguler la prise de décision et les usages partisans qui peuvent en être faits.

3 Au fondement du redistricting se trouve le principe d’un homme, une voix, par lequel chaque individu, peu importe son âge ou son statut de citoyenneté, est comptabilisé dans la population du district. Un point d’honneur est aussi porté au respect de la représentation des minorités par l’application du Voting Right Act de 1965. Si l’ensemble de cette loi protège le droit de vote, le redistricting doit suivre les principes invoqués par les Sections 2 et 5. La Section 2 stipule que les cartes doivent être établies de manière à ne pas diluer le vote des minorités, elle incite donc à la création de districts dits majoritairement minoritaires. En effet, la dilution du vote des minorités survient lorsqu’une minorité est suffisamment nombreuse et regroupée géographiquement pour être majoritaire dans un district, mais que la carte finale la sépare dans deux districts différents. Pour qu’une minorité réponde aux termes de la Section 2, elle doit faire preuve de comportements politiques cohésifs et être relativement lésée face à un vote caucasien majoritaire. En résumé, cette section cherche à garantir la représentativité politique d’une minorité en lui laissant l’opportunité d’élire dans les meilleures conditions la personne de son choix. La Section 5 quant à elle, ne concerne que quelques espaces qui ont un passé lourd en matière de discrimination raciale ; elle requiert une soumission du plan final au gouvernement fédéral pour un contrôle avant adoption. Ensuite, la contiguïté des districts doit être respectée, ainsi que la compacité, l’imbrication des plus petits districts dans les plus grands, et enfin, la considération, dans la mesure du possible, des limites géographiques et politiques. Le dernier critère, consiste en la préservation des communautés d’intérêts. Élément relativement nouveau et de plus en plus présent dans le redistricting, il s’agit d’« un groupe de personnes concentrées dans une unité géographique et qui partagent des priorités et des intérêts similaires – aussi bien sociales, culturelles, ethniques, économiques, religieuses que politiques » (Levitt, 2010). Les communautés d’intérêts recouvrent une réalité parfois complexe et induisent une nouvelle donne dans le processus.

  • 1 La population idéale résulte de la division de la population totale du territoire par le nombre de (...)

4 La multiplicité de ces critères démontre la véritable complexité qui accompagne le processus. Les évolutions du redistricting au fil du temps en font aujourd’hui un processus politique encadré, dépassant amplement une simple répartition politique des individus. En outre, certains critères doivent être relativisés par rapport à d’autres. En fonction des États, différents principes prévalent et permettent d’établir un ordre de priorité dans les choix qui seront nécessairement faits lors du découpage. Dans une grande majorité des cas, l’égalité de la population des districts et le respect du Voting Right Act priment sur le reste de la réglementation. Autrement dit, on préfèrera un district peu compact, mais comprenant une population proche de la population idéale1 et favorisant la représentation d’une minorité. Naturellement, la diversité des contextes est centrale et détermine les choix émis durant le processus. Si une normalisation toujours plus précise tend à réguler la prise de décision, elle permet aussi de souligner l’imperfection d’un processus en constante évolution.

5 La représentation politique aux États-Unis passe par de nombreux processus de découpages du territoire dont le redistricting apparaît comme central. Cette représentativité s’associe à une organisation du territoire politique qu’il est difficile d’obtenir en toute neutralité. En effet, puisqu’il y a représentation, différents enjeux individuels ou collectifs se dessinent et entrent en confrontation plus ou moins formelle. Le territoire politique devient alors l’objet de conflits d’acteurs ou, à l’inverse, de coopérations (Bussi, 2007). Il s’agit ici d’un des traits spécifiques du redistricting américain : le territoire est fonction de base de la représentation politique pour lequel les individus se mobilisent. L’attachement qu’ils ont au territoire revêt un double aspect, du lieu de vie et de l’espace d’expression politique. Or, le redistricting, dans son aspect controversé, est quasi exclusivement étudié sous l’angle du gerrymandering. Très répandu dans les pays anglo-saxons, il s’agit d’un processus selon lequel les lignes des districts électoraux sont dessinées selon des intérêts politiques et partisans. Même si la configuration donnée aux districts a nécessairement un impact sur le pouvoir politique, le gerrymandering constitue quant à lui une manipulation consciente de ces derniers. Il est assimilé à tort au redistricting ; or, même s’il y trouve un moyen d’expression, le gerrymandering intervient dans différentes sphères du découpage politique américain. Ainsi, entre territoires et politique, la question posée par le redistricting est bien celle de la représentativité.

Le redistricting : miroir de la démocratie représentative locale aux États-Unis

6L’exercice de la citoyenneté américaine est particulièrement lié aux différentes échelles auxquelles s’exerce le pouvoir. Pour chaque citoyen américain, la représentativité se fait aussi bien à l’échelle locale qu’à l’échelle étatique et fédérale. Ainsi, les élections étatiques et locales relèvent d’une conception relativement classique de la citoyenneté alors que le rapport au fédéral fait intervenir un jeu d’échelle plus important, pour lequel la représentativité est parfois plus difficile à évaluer. Les partis politiques jouent un rôle certain dans les démocraties représentatives et le bipartisme américain tend à simplifier cette représentation. En effet, la dichotomie du pouvoir régnant à Washington DC offre une représentation duale de l’ensemble de la Nation. Face à cette généralisation préexistante à tout système représentatif, les élections à l’échelon local semblent être régies par une autre logique. Le citoyen a nécessairement une connaissance plus marquée et ancrée dans son quotidien des enjeux d’une élection locale. Le choix du représentant sera donc naturellement imprégné de cette réalité et la représentativité a fortiori plus discutée.

7La procédure de découpage des territoires politiques étant initialement vouée à garantir le fonctionnement de la représentation, elle revêt aussi des particularités de fonctionnement inscrites au domaine de la démocratie participative. En tant que processus multiscalaire, elle demeure dépendante des conceptions qu’ont les individus du territoire concerné. Dans une approche locale du découpage, la représentation tend à être plus concrète et l’importance donnée au représentant lui-même plus accrut. Même si les rouages de la prise de décision évoluent en fonction des États, la tendance actuelle et ce, depuis la fin des années 90, est à la mobilisation citoyenne.

8 L’implication des individus dans le processus fait place au développement de stratégies locales et communautaires. Il s’avère que ces faits sont relativement renforcés lorsqu’il s’agit de populations minoritaires puisque la recherche d’une représentation aura une certaine tendance à se développer. Effectivement, le sentiment d’appartenance à un territoire commun et le partage d’intérêts similaires sont des traits importants du fonctionnement des communautés minoritaires aux États-Unis. En reliant ce principe aux évolutions de la législation en matière de protection des minorités, il semble alors que la mobilisation citoyenne de défense d’un territoire et/ou d’une identité par la recherche d’une meilleure représentation est effective. Cette mobilisation, particulièrement observable à l’échelle locale, voire même microlocale dans le cadre de la défense d’un quartier, est en accord avec les principes de la démocratie participative. Les individus, en se mobilisant pour maintenir ou modifier les lignes de leurs de districts, prennent pleinement part au débat public et, en fonction des contextes, participent au processus de décision. S’il est clair que le redistricting est en soi inclus au processus de la représentativité politique, il devient alors possible d’envisager une interrelation entre les deux formes de démocraties. En effet, dans le cadre du redistricting, la démocratie participative – local par nature – s’instaure au profit de la démocratie représentative, ou du moins se nourrit de son fonctionnement pour accroitre la représentativité politique. En d’autres termes, c’est bien d’une participation citoyenne directe à la vie politique dont il est question, elle-même établie afin d’assurer un meilleur système de représentation.

Le redistricting 2011 en Californie et à San Diego : contexte démographique et méthodologique

9 La Californie demeure aujourd’hui l’un des États suscitant le plus d’études sur les États-Unis. Première terre d’accueil des États-Unis au vu de sa position géographique, elle connaît des flux d’immigration de populations venues d’Amérique du Sud et d’Asie pacifique qui participent aujourd’hui à la mosaïque ethnique que constitue cet État. En 2010, la population californienne était principalement composée de 40,1 % de Caucasiens, 6,2 % d’Africains-Américains, 13 % d’Asiatiques et 37,6 % de Latinos (Census 2010). Ces quelques chiffres confirment le caractère pluriethnique de l’État et surtout une absence concrète de population majoritaire. Bien que ces tendances aient été largement envisagées au courant de la dernière décennie, les nouvelles données du recensement confirment ces prévisions et soulignent les nombreuses questions sous-jacentes à cette combinaison ethnoraciale particulière. L’ensemble de ce panachage démographique répond de plus à un certain nombre de logiques spatiales, qui ont naturellement des répercussions sur le fonctionnement politique, social et culturel de l’État. À San Diego, terrain d’étude privilégié de cette recherche, la situation démographique semble être le microcosme de cette mosaïque étatique. Cette métropole du sud de la Californie regroupe selon les derniers chiffres du recensement de la population en 2010, 45,1 % de Caucasiens, 6,7 % d’Africains-Américains, 15,9 % d’Asiatiques et 28,8 % de Latinos. À quelques points de pourcentage près, les tendances observées à l’échelle de l’État sont les mêmes à l’échelle de la ville. C’est dans ce contexte que c’est déroulé le cycle 2011 du redistricting. Deux ans après l’élection de Barack Obama durant laquelle le vote des minorités a été particulièrement suivi, la publication des données du recensement a permis de préciser certains aspects. La croissance démographique exponentielle de la population latino et son ancrage géographique particulièrement défini, confirment tout l’enjeu qu’elle représente pour l’avenir de la Nation. Ces données ont été publiées à la suite des élections de mi-mandat lors desquelles les démocrates ont connu une relative défaite en laissant les républicains prendre la majorité à la Chambre des Représentants. Le contexte dans lequel s’est inscrit le redistricting 2011 apparaît alors dans toute sa spécificité. La balance politique entre les deux principaux partis du pays peine à s’équilibrer et la compétition demeure bien présente à chaque échéance électorale. Suite à l’implication grandissante des minorités dans le paysage politique et social du pays, la prise en considération du pouvoir latino entre désormais en jeu, et s’accompagne de différentes problématiques. La création de districts majoritairement minoritaires reste à l’ordre du jour et dans certaines parties du pays la cohabitation entre minorités afro-américaines et latinos laisse envisager un renouveau de leur implication dans la vie politique.

10 L’analyse du redistricting 2011 est donc emprunte de ces différents éléments. Face à l’évolution continuelle de la législation entourant le processus, les divergences en matière de prise de décision ont d’inévitables répercussions sur la place des citoyens dans le redistricting. Les communautés – qu’elles soient ethniques ou minoritaires – participent désormais pleinement au processus. Alors, si la question des coalitions et des mobilisations se pose, l’étude de cas de la ville de San Diego permet de souligner l’aspect participatif du processus.

  • 2 On entend ici par cartes citoyennes, les cartes qui ont été produites par des citoyens, ou du moins (...)

11 Du point de vue méthodologique, une approche complémentaire, à la fois qualitative et quantitative a été privilégiée. Durant les trois mois d’études de terrain effectués à San Diego, plusieurs entretiens semi-directifs ont été menés auprès d’acteurs communautaires de la ville, et le rythme soutenu de l’activité politique autour du redistricting durant cette période a permis de nombreuses observations participantes. Le travail quantitatif s’est surtout effectué grâce aux données du recensement de la population de 2010. Les cartes produites par l’intermédiaire d’un Système d’Information Géographique ont été complétées par différentes cartes citoyennes2 acquises sur le terrain.

Étude de cas : le redistricting de la ville de San Diego (Californie)

12La rythmique politique qui a entouré le redistricting en 2011 est apparue comme relativement différente en fonction des échelles d’application. Pour la municipalité de San Diego, le processus ne concernait que les districts du conseil municipal. S’il semble que les temporalités ne soient pas vécues de la même manière d’une échelle à l’autre, elles jouent surtout un rôle dans la mobilisation citoyenne qui s’y établit. En effet, en 2011 comme en 2001, le redistricting de la ville de San Diego était aux mains d’une commission citoyenne indépendante. L’ensemble des audiences publiques, en vue de l’adoption de la carte finale, a été établi entre mars et juillet 2011 donnant une véritable cadence à la mobilisation citoyenne. Le terrain san diégan, échelon local central de cette recherche a permis de mettre en perspective un certain nombre d’éléments relatifs au redistricting mais aussi de souligner le rapport étroit entre les communautés, leurs quartiers et la représentation politique qui leur est proposée. Le dispositif san diégan espérait se détacher toute logique partisane. L’instauration d’une commission citoyenne indépendante permettait en effet de placer les citoyens de la ville au cœur du processus décisionnel. Les sept membres de cette commission n’avaient aucune affiliation partisane et ne devaient en aucun cas être engagés dans une quelconque organisation politique. De plus, les districts municipaux répondent à une logique davantage communautaire pour lesquels l’étiquette politique n’apparaît dans certains cas, qu’au second plan. La véritable nouveauté de ce redistricting réside dans le nombre de districts à dessiner pour cette prochaine décennie. L’augmentation substantielle de la population de la ville de 6,9 % révélée par le recensement de 2010 a permis d’envisager certains changements quant à la représentativité des citoyens au conseil municipal. Ainsi, lors d’un référendum municipal, les citoyens de San Diego ont voté en faveur de l’ajout d’un neuvième district, apparaissant comme l’enjeu principal du cycle 2011.

13 Le mode de prise de décision déjà en place pour la municipalité favorisait et valorisait la participation citoyenne lors de ce processus décennal. En 2011, ces aspects n’ont fait que se fortifier au vu de l’évolution effective qu’impliquait le dessin d’un neuvième district. Ensuite, la place grandissante des nouvelles technologies et notamment des SIG au sein du processus, ont donné une certaine dimension aux témoignages et plus généralement à la mobilisation citoyenne. L’approche de l’ensemble de ces éléments et le traitement aussi bien qualitatif que quantitatif des ces considérations font de San Diego une étude de cas particulièrement révélatrice du rapport entre citoyens, communautés et politique lors d’un événement démocratique de ce type. Le redistricting 2011 de la ville de San Diego invite à réfléchir autour de plusieurs points. Si les tentatives de gerrymandering où les éventuelles manipulations issues de l’un ou l’autre des partis politiques ont de fortes chances d’être évacuées, ou du moins largement nuancées, la nature de la mobilisation est elle aussi différente. En étant dépourvue de toute orientation partisane, la participation des citoyens au processus semble être davantage axée et organisée par des enjeux partagés relatifs aux pratiques des individus au sein de leur espace de représentation. Le critère des communautés d’intérêts, déjà fortement inscrit au domaine local devient, dans ces considérations, d’autant plus défendues par les groupes mobilisés. Le jeu d’échelle opéré lors du redécoupage des multiples districts électoraux engendre des logiques différentes quant aux considérations communautaires. Les sentiments d’appartenance au territoire de la communauté sont particulièrement reliés à l’échelle appliquée. Si la mobilisation peut être effective à une échelle supérieure, le rapport au territoire local renforcera nécessairement la mobilisation individuelle créant ainsi des groupes d’intérêts partagés organisés et/ou spontanés. Au fur à mesure de l’avancée du processus, l’apparition de différents enjeux contribue à la mobilisation de ces groupes permettant d’entrevoir de nouvelles formes de coalitions politiques, sociales et communautaires qui ont joué un rôle certain lors de l’établissement du découpage final.

14 Outre ce contexte ethnique particulier et surtout diversifié, des groupes citoyens aux objectifs divers ont également participé au redistricting de la ville. En effet, les raisons de l’implication des citoyens au processus varient fortement, et si la question ethnique demeure l’une des plus évoquées, elle ne constitue pas pour autant une généralité. De nombreuses communautés d’intérêts existent au sein des districts de la ville et, en lien avec les pratiques quotidiennes des individus, se trouvent nécessairement défendues lors de chaque redécoupage. Mais au-delà, c’est bien d’une certaine pratique de la démocratie dont il est question. Aux États-Unis, la domination des pratiques individualistes est à relativiser dans certains contextes et notamment face aux questions politiques. Paradoxalement, les Américains tendent à valoriser les pratiques communautaires en ce qu’elles octroient une reconnaissance politique.

Exemples de communautés mobilisées

15Les Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transgenres (LGBT) pour le district 3

  • 3 L’ensemble des chiffres du redistricting de la ville de San Diego donné dans l’article ont été four (...)
  • 4 Difficilement traduisible, l’empowerment peut être considéré comme « le processus par lequel un ind (...)

16 La vague des différents mouvements pour les droits civiques et de la libération sexuelle des années 1960 a fait naitre des quartiers homosexuels qui se sont établis dans plusieurs villes californiennes, offrant à la communauté homosexuelle un statut minoritaire à part entière. À San Diego, un certain nombre d’associations existent aujourd’hui pour la défense des intérêts homosexuels, et, dans le cadre du redistricting, une cinquantaine de leurs membres s’est réunie pour créer le Groupe de Travail des LGBT pour le redistricting. En effet, le district 3 de la ville a été le lieu depuis les années 70 d’un véritable militantisme de la part de cette communauté. Depuis 1993, les différents conseillers municipaux qui se sont succédé à la tête du district 3 appartenaient à la communauté LGBT. C’est l’une des raisons principales de l’intérêt pour le groupe de conserver une représentativité politique – au moins pour l’échelle municipale – acquise. Considérée comme un avancement à la fois politique et social par les membres de la communauté, l’élection d’un conseiller municipal ne dissimule pas pour autant les discriminations dont la communauté s’estime victime. Cet intérêt pour le processus est argumenté au regard de la participation effective de la communauté aux audiences publiques. On estime entre 100 et 120 le nombre de membres de cette communauté ayant assisté à l’ensemble des réunions publiques de la commission. Rapportée aux 850 citoyens san diégans comptabilisés au total, la représentation du groupe LGBT s’élève à environ 15 % pour l’ensemble du processus3. Ainsi, le groupe définit sa communauté d’intérêts autour de plusieurs éléments : les mêmes orientations sexuelles, des charges sociales et économiques communes résultantes de préjudices sociétaux, la création de réseaux professionnels et sociaux dans un espace géographique spécifique et une appartenance au territoire du district 3 en tant que lieu identitaire représentatif de l’empowerment4 de la communauté.

17La mobilisation LGBT est apparue relativement différente de celle des autres groupes minoritaires. En effet, le recensement américain n’établit aucune classification sur la base des orientations sexuelles et oblige alors la communauté à utiliser d’autres éléments pour justifier sa présence numérique. L’exemple de carte citoyenne suivante provient du témoignage écrit proposé à la commission et expose comment ce problème a pu être surmonté par la communauté LGBT (figure 1).

Image 2000001C00003A2300001E5C13CC8757.wmf

Figure 1 : Pourcentage de vote en faveur du mariage gay en 2008, LGBT Redistricting Task Force, juin 2011

18La démarche entamée par la communauté LGBT est bien de justifier l’existence de son territoire d’appartenance. S’il apparaît difficile d’envisager la formation d’un quartier uniquement habité par des personnes homosexuelles, les données localisées ici argumentent la possible reconnaissance d’un environnement gay friendly. Les cartographies des différentes affiliations plus ou moins directement liées au mouvement gay permettent de recenser et surtout de localiser une partie importante des membres de la communauté LGBT. Contrairement à la plupart des communautés d’intérêts qui se basent sur des données essentiellement démographiques, ici, ce sont des comportements électoraux qui permettent de délimiter un territoire et de justifier une reconnaissance territoriale. Point central de la mobilisation de la communauté homosexuelle, la production de différentes cartes a permis de justifier l’ensemble de ses témoignages et arguments durant le processus. Le groupe LGBT a aussi mis un accent fondamental sur le soutien aux autres groupes. Ainsi, le travail qui a précédé la mobilisation effective lors des audiences publiques s’est déroulé en accord avec celui des communautés afro-américaines et latinos. Face à une coalition établie avec le groupe latino, la communauté LGBT s’est montrée prête à défendre leurs intérêts au même titre que les siens. Même s’il semble clair que seule la communauté cherchant à obtenir une représentativité est en mesure d’argumenter les limites de son territoire d’appartenance, il reste que chacun peut se prévaloir d’un lien à tel ou tel quartier. La défense des intérêts d’un groupe implique des stratégies différenciées renforçant la complexité des mécanismes de la mobilisation communautaire.

19La communauté latino

20 Au vu du dernier recensement de la population, la part de la population latino de San Diego a augmenté de 3,4 points de pourcentages en 10 ans, représentant désormais non loin d’un tiers de la population totale de la ville. Du point de vue des districts, le district 8 (figure 2) regroupait 70 % de Latinos en 2000 et 73,9 % en 2010. Dans ces considérations, le statut majoritairement minoritaire attribué à ce district semblait largement acquis et amené à perdurer en 2011 et n’apparaissait par conséquent pas comme l’enjeu spécifique de ce cycle de redécoupage. Face à l’augmentation continuelle de la population latino, l’ajout d’un neuvième district au Conseil municipal devenait une occasion considérable pour la communauté d’asseoir sa représentativité politique au sein de la ville. Il s’agissait d’une part de préserver une représentation politique établie tout en justifiant de la nécessité d’en bénéficier d’une seconde. Habituellement, la population latino est considérée comme relativement peu intéressée et peu impliquée dans les questions politiques. Cet aspect en fait la minorité ethnique relevant du taux d’abstention le plus important aux États-Unis. Aussi, la forte proportion de personnes immigrées en situation illégale – et d’autant plus dans un contexte frontalier comme celui de San Diego – renforce la différenciation existante entre poids démographique et poids électoral.

Figure 2 : Population latino en 2010, districts de la ville de San Diego

21Néanmoins, le redistricting constitue un moment politique essentiel pour les communautés puisqu’il a notamment l’avantage de valoriser une présence numérique qui n’est pas obligatoirement citoyenne. En d’autres termes, si l’implication politique des Latinos est en voie de développement, c’est à l’échelle locale et microlocale que les premières étapes d’une mobilisation politique durable peuvent être envisagées. Ainsi, participer au redistricting permet de prendre conscience des occasions d’implication politique qui sont offertes à la communauté à l’échelle locale. Les organisations communautaires nationales et/ou régionales, ont très rapidement mis en place un certain nombre d’actions de façon à initier une mobilisation généralisée la plus efficace possible. La population latino san diégane semble attachée à des valeurs communes, partagées au quotidien dans des territoires bien particuliers. On retrouve ici les éléments fondamentaux de définition d’une communauté qui semblent particulièrement effectifs dans ce cas. Sans en avoir véritablement conscience, un certain nombre d’idéaux ou plus généralement de modes de vie sont communs aux individus et la réflexion autour de la communauté d’intérêts permet de les valoriser. Cette valorisation nécessite d’être mise en ordre puis d’être spatialisée dans un second temps. Après de multiples réunions d’information, un groupe de 50 personnes s’est constitué puis finalement auto-organisé pour créer la Coalition Latino pour le redistricting (Latino Redistricting Coalition). Ce deuxième exemple de communauté mobilisée expose un autre aspect de la participation citoyenne. Qu’il dispose ou non à la base des armes nécessaires pour être représenté, l’implication et la mobilisation d’un groupe passent par un véritable réseau d’organisations. Pour les Latinos, la mobilisation n’a pas été spontanée. Il a fallu éduquer, informer cette communauté désintéressée, pour ensuite la mobiliser. La production de cartes citoyennes (figure 3), la définition des communautés d’intérêts ont été l’occasion de vifs débats au sein du groupe qui, en apparence uni démographiquement ne l’est pas forcément d’un point de vue idéologique.

Figure 3 : Les statuts de citoyenneté. Latino redistricting committee, mai 2011.

22Parmi les critères démographiques classiques retenus, d’autres critères eux aussi spatialisables ont été mis en avant. Dans une région frontalière comme celle de San Diego, les statuts de citoyenneté sont un élément de définition fondamental d’une communauté d’intérêts latino. Il en va de même pour la langue pratiquée : la coexistence de multiples générations d’immigrants participe à la pratique établie de l’espagnol, et cet argument a lui aussi fait l’objet de cartographies de la part du groupe. La communauté d’intérêts latino a donc été principalement définie autour de sa démographie, de son attachement aux quartiers historiques chicanos de la ville, du partage d’une culture commune et d’enjeux politiques communs.

Figure 4 : Évolutions des districts et population latino à San Diego

23Au terme du processus, les Latinos ont obtenu un second district majoritairement minoritaire à 50,3 % (figure 4). De plus, le dessin de ce district apparaît comme très représentatif des stratégies et coalitions communautaires mises en place durant le processus. Le district 9 a donc été dessiné selon la commission de manière à promouvoir la diversité de la ville de San Diego. Il compte la plus importante proportion de population immigrée de la ville et réunit une population aux revenus relativement bas. Adoptée à l’unanimité des membres de la commission, la carte des neuf districts de la ville de San Diego est entrée en vigueur le 25 octobre 2011. Néanmoins, les élections primaires qui ont suivi le processus en juin 2012 n’ont pas permis l’élection d’un représentant d’origine Latino au district nouvellement dessiné. La rapidité d’occurrence de ce scrutin à la suite de l’adoption de la carte explique en grande partie un certain vide de candidature communautaire. À l’inverse, cet aspect invite à réfléchir autour des questions de représentativité. L’angle d’analyse privilégié ici est bien celui d’un processus participatif pour lequel les individus, les groupes se mobilisent ; néanmoins, l’utilisation de données à la fois sociales, économiques, culturelles ou encore politiques pour découper les districts électoraux tend à une certaine fragmentation de l’espace urbain et de l’espace politique. En se mobilisant, les communautés cherchent à valoriser un certain entre soi sans pour refuser de coopérer avec d’autres groupes aux intérêts convergents comme le montre la multiplicité des coalitions et stratégies mises en place tout au long du processus san diégan. Dans ces considérations, le redistricting surtout, local apparaît bel et bien comme un processus participatif. Le lien étroit au territoire développé invite quant à lui à une autre considération de l’espace politique, celle de la gouvernance locale.

24février-juillet 2011

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Bacqué, Marie Hélène. « L’intraduisible notion d’empowerment vue au fil des politiques urbaines américaines », Territoires, n° 460, 2005, pp. 32-35.

Billard, Gérald. Citoyenneté, planification et gouvernement urbains aux États-Unis : des communautés dans la ville. Paris, L’Harmattan, 1999, 295p.

Boquet, Yves. « Cartes et élections : la construction des circonscriptions électorales aux États-Unis, entre égalité et équité », Espace, population et société, n° 3, 2003, pp.483-499.

Bussi, Michel, Badariotti, Dominique. Pour une nouvelle géographie du politique. Territoire, démocratie, élections. Paris : Anthropos, 2004, 283p.

Bussi, Michel. « L’identité territoriale est-elle indispensable à la démocratie ? », L’espace géographique, n° 35, 2006, pp.334-339.

Douzet, Frédérick, Mac Donald, Karin. « La représentation des minorités dans le système politique californien », Pouvoirs, n° 133, 2010, pp.69-84.

Ghorra-Gobin, Cynthia. « La légitimité d’une redéfinition du territoire : citoyenneté et culture civique. Analyse critique du contexte urbain américain », Revue de géographie de Lyon, 72-3, 1997, pp.232-237.

Guillorel, Hervé. « Représentation politique du territoire et de l’urbain : de la théorie à la pratique », Espace, population et sociétés, n° 3, 2003, pp.415-425.

Johnston, Ron. “Manipulating maps and wining elections: measuring the impact of malapportionment and gerrymandering”, Political Geography, n°21, 2002, pp.1-31.

Le Texier, Emmanuelle. Quand les exclus font de la politique. Le barrio mexicain de San Diego, Californie. Paris, Presses de Science Po, 2006, 199p.

Jouve, Bernard. « La démocratie en métropoles : gouvernance, participation et citoyenneté », Revue française de Science Politique, 55-2, 2005, pp.317-337.

Levitt, Justin. A citizen’s guide to redistricting. New York: Brennan Center for Justice, 2010, 127p.

Rush, Mark « Redistricting and partisan fluidity: do we really know a gerrymander when we see one? », Political Geography, n°19, 2000, pp.249-260.

Haut de page

Notes

1 La population idéale résulte de la division de la population totale du territoire par le nombre de districts souhaités. Elle est censé être atteinte par les décideurs même s’ils disposent d’une certaine marge de manœuvre de l’ordre de plus ou moins 5% dans la plupart des cas.

2 On entend ici par cartes citoyennes, les cartes qui ont été produites par des citoyens, ou du moins qui découlent d’une initiative citoyenne spontanée et qui ont été transmises aux différentes commissions en charge du redécoupage

3 L’ensemble des chiffres du redistricting de la ville de San Diego donné dans l’article ont été fournis par les rapports officiels de la Commission Citoyenne en charge du découpage.

4 Difficilement traduisible, l’empowerment peut être considéré comme « le processus par lequel un individu ou un groupe acquiert les moyens de renforcer sa capacité d’action, de sémanciper » (Bacqué, 2005, p.32).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 2 : Population latino en 2010, districts de la ville de San Diego
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/1630/img-2.png
Fichier image/png, 64k
Légende Figure 3 : Les statuts de citoyenneté. Latino redistricting committee, mai 2011.
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/1630/img-3.png
Fichier image/png, 436k
Légende Figure 4 : Évolutions des districts et population latino à San Diego
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/1630/img-4.png
Fichier image/png, 144k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie BONNET, « Le redistricting américain : un exemple de démocratie participative et de mobilisation communautaire aux États-Unis », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 26 mai 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/1630 ; DOI : 10.4000/mimmoc.1630

Haut de page

Auteur

Émilie BONNET

Doctorante UMR 6266 IDEES-MTG, Université de Rouen, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page