Navigation – Plan du site
Qui gouverne aux États-Unis ?

Le cœur du pouvoir exécutif : des dirigeants aux profils très élitistes. Les actions en faveur d’une représentation plus diverse

Karine RIVIÈRE-DE FRANCO

Résumé

Cet article se propose d’analyser le profil des dirigeants politiques en Grande-Bretagne à partir de leurs caractéristiques socio-économiques et éducatives. Le degré d’ouverture de la classe politique est étudié en fonction du type de pouvoir – législatif et exécutif – du parti – conservateur et travailliste – ainsi que de la période – 1980 à 2010 –. Les associations, mais également certains partis et gouvernements, ont remis en question la représentativité des dirigeants et ont mené des actions en faveur d’une plus grande diversité, se fondant notamment sur l’hypothétique corrélation entre la représentation descriptive et la représentation substantive.

Haut de page

Entrées d’index

Aires géographiques :

Grande-Bretagne

Périodes :

XXe-XXIe siècles
Haut de page

Texte intégral

Le cœur du pouvoir exécutif : des dirigeants aux profils très élitistes. Les actions en faveur d’une représentation plus diverse

Introduction

  • 1 « Surely only in Britain is the class and educational background of medallists so exhaustively scru (...)
  • 2 « It remains a generally held belief, not just in Britain, but around the world, that class, like t (...)

1Tous les dirigeants politiques de ces trente dernières années, de Margaret Thatcher à David Cameron, ont été amenés à s’exprimer sur les questions de classe sociale, d’élitisme, de méritocratie et sur les possibilités d’ascension sociale en Grande-Bretagne. Cette préoccupation politique se trouve largement partagée par la population dans son ensemble ; ainsi, lors des Jeux Olympiques de juillet 2012, l’hebdomadaire The Economist remarque que « il n’y a qu’en Grande-Bretagne que la classe sociale et l’éducation des médaillés sont examinés avec tant de soin »1. De même, pour l’historien David Cannadine, « la classe sociale, comme le temps et la monarchie, est une préoccupation typiquement britannique »2.

  • 3 Christopher J. Hewitt in Stanworth, Philip, Anthony Giddens, eds. Elites and Power in the British S (...)
  • 4 Putnam, Robert D. The Comparative Study of Political Elites, New Jersey, Prentice Hall, 1976, 15-16

2Cet article se propose d’analyser le profil des dirigeants politiques en Grande-Bretagne depuis les années 1980, à partir des caractéristiques socio-économiques et éducatives de ceux qui, par leur position, législative et exécutive, constituent le cœur du pouvoir politique. Cette méthode, que R. D. Putnam qualifie d’« analyse de la position » – également nommée méthode sociologique d’étude du leadership3 – est l’une des trois qu’il a répertoriées, les deux autres étant « l’analyse de la réputation », qui détermine grâce aux sondages les personnes considérées comme ayant du pouvoir, et « l’analyse des décisions », qui désigne ceux qui défendent des prises de position précises et ceux qui s’y opposent4.

  • 5 Ainsi, lorsque Peter Mandelson, qui n’était pas député, a été nommé Secretary of State for Business (...)
  • 6 David Cameron a été élu à la tête du Parti conservateur à l’issue d’une élection en deux temps ; le (...)
  • 7 « Most of the obstacles to success that used to confront able individuals from lower class origins (...)
  • 8 Wasson, Ellis. Born to Rule. British Political Elites, UK, Sutton Publishing, 2000, 66.
  • 9 « the democratic tendency-the tendency to replenish ruling classes from below-is constantly at work (...)

3En théorie, depuis l’extension du droit de vote à partir de 1832, l’abolition du cens électoral en 1857 et l’introduction d’un salaire pour les députés en 1911, les fonctions politiques sont ouvertes à tous les citoyens. En outre, le pouvoir exécutif est issu du pouvoir législatif et ne peuvent devenir députés ou ministres que ceux qui se sont soumis au jugement des électeurs. En effet, les députés qui siègent à la Chambre des communes sont élus par les Britanniques à travers un système majoritaire à un tour (The First-Past-The-Post) et les ministres sont choisis par le Premier ministre parmi les membres de la Chambre des communes ou, plus rarement, de la Chambre des Lords5. Le Premier ministre, lui-même député, est le chef du parti qui dispose d’une majorité parlementaire, les leaders étant désormais désignés par une procédure élective interne à leur parti6. Toutefois, la légitimité conférée par le vote populaire garantit-elle réellement la diversité et une égalité d’accès dans les faits ? D’après P. Sanders, « l’élite » politique britannique serait « ouverte » à une diversité de profils socio-économiques différents, puisque « depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, la plupart des obstacles rencontrés par les individus compétents d’origine modeste ont disparu »7. De même, E. Wasson souligne sa capacité à absorber les nouveaux venus8, ce que G. Mosca nomme le « rajeunissement », à travers « l’infiltration lente et progressive de sujets des classes inférieures dans les classes supérieures »9.

  • 10 Premiers ministres : Margaret Thatcher, John Major, Tony Blair, Gordon Brown, David Cameron. Leader (...)
  • 11 Ministres des Finances : Geoffrey Howe, Nigel Lawson, John Major, Norman Lamont, Kenneth Clarke, Go (...)
  • 12 Hannah Pitkin distingue quatre formes de représentation : formelle, symbolique, descriptive, substa (...)

4Afin d’évaluer le degré d’« ouverture » de la classe politique britannique à ses différents échelons, le corpus d’étude comprend diverses fonctions : les Premiers ministres (5 Premiers ministres parmi les 12 leaders conservateurs et travaillistes de la période)10, les trois postes de ministres parmi les plus influents (the great offices of state), les ministres des Finances (8), les ministres de l’Intérieur (14) et les ministres des Affaires étrangères (11)11, ainsi que la classe parlementaire (l’ensemble des députés). Pour donner une vision diachronique et dégager une éventuelle évolution, l’analyse couvre trois décennies, de l’ère des conservateurs (sous Margaret Thatcher et John Major, de 1979 à 1997), au gouvernement de coalition mené par le conservateur David Cameron depuis 2010, en passant par la période du New Labour (sous Tony Blair et Gordon Brown, de 1997 à 2010). En raison du bipartisme britannique traditionnel – en dépit de la coalition conservateur / libéral-démocrate au pouvoir depuis 2010 – l’étude se concentre sur les partis conservateur et travailliste. Dans quelle mesure, les dirigeants de ces partis reflètent-ils la population britannique dans sa diversité, pour reprendre l’une des acceptions du concept de représentation12 ? Afin de répondre à cette question, différents critères ont été sélectionnés afin de dresser le portrait de la classe politique : sexe, origine ethnique, lieu de naissance, religion, type d’éducation secondaire et type d’éducation supérieure le cas échéant. Les données récoltées pour chaque fonction ont été regroupées en tableaux qui permettent d’établir des comparaisons entre fonctions, partis et périodes.

  • 13 W. L. Guttsman in Johnson, R. W. The British Political Elite, 1955-1970, Oxford, 1971, 3.
  • 14 Ross, J. F. S. Parliamentary Representation, London, Eyre & Spottiswoode, 1948, 108.
  • 15 Mellors, Colin. The British MP: A Socio-economic Study of the House of Commons, UK, Dartmouth, 1978 (...)
  • 16 Duverger, Maurice. The Political Role of Women, Paris, UNESCO, 1955, 123.
  • 17 Lovenduski, Joni. Feminizing Politics, London, Polity, 2005, 8.
  • 18 Putnam, Robert D., op. cit., 33.

5Cette étude s’inscrit dans le prolongement des recherches effectuées précédemment sur les dirigeants politiques pour des périodes antérieures. W. L. Guttsman, qui a analysé le personnel parlementaire de 1830 à 1955, en a conclu que les députés étaient issus d’un rang social supérieur à leur électorat, et, qu’au sein même de la classe politique, les membres du Cabinet se distinguaient du reste des députés par des caractéristiques sociologiques différentes13. Sur la période plus précise de l’entre-deux guerres, J. F. S. Ross a démontré la forte corrélation entre le type d’éducation (public / privé), le niveau d’éducation (secondaire / supérieure) et l’affiliation politique14. C. Mellors a, lui, mis en lumière la transformation de la composition socio-économique de la Chambre des communes dans la période de l’après-guerre (entre 1945 et 1974), en particulier l’embourgeoisement du Parti travailliste, avec le déclin du nombre de députés ouvriers15. D. Butler et D. Kavanagh ont consacré un ouvrage à chaque élection législative depuis 1945 dans lesquels ils analysent, notamment, le profil des candidats et des députés élus et l’évolution depuis le scrutin précédent. D’autres chercheurs, comme M. Duverger16 et J. Lovenduski17 ont analysé ce que R. D. Putnam qualifie de « loi de la disproportion croissante », à savoir que l’avantage disproportionné de l’élite masculine et éduquée de la classe supérieure augmente à mesure que l’on gravit les échelons du pouvoir18. Or, en Grande-Bretagne, cette pyramide recoupe, en partie, la distinction entre pouvoir exécutif et législatif, les députés représentant le vivier dans lequel le Premier ministre choisit les membres du gouvernement et du Cabinet, le cœur du pouvoir décisionnel. Les membres de ces deux pouvoirs présentent-ils des caractéristiques socio-économiques et éducatives similaires ou, au contraire, certains types de profils et de parcours favorisent-ils la promotion au sein du Cabinet ?

  • 19 « Behind the democratic façade of modern governments what remains striking is the continuance of pr (...)

6Cette étude analyse d’abord le profil politique selon les formes de pouvoirs (exécutif et législatif), puis examine le profil selon les partis (conservateur et travailliste), pour terminer par les débats en cours sur la représentativité des hommes politiques (actions en faveur d’une plus grande diversité, limites de la corrélation entre représentation descriptive et substantive). La formule de H. Williams, selon laquelle « derrière la façade démocratique des gouvernements modernes, ce qui demeure frappant, c’est que perdurent une politique des princes et des habitudes de cour »19, s’avère-t-elle encore valable au XXIe siècle ?

  • 20 Seldon, Anthony. The New Anatomy of Britain, London, Hodder and Stoughton, 1971, 162.
  • 21 Parry, Geraint. Political Elites, London, George Allen and Unwin Ltd, 1969, 84.
  • 22 Ibid.
  • 23 En 2004, Hartmann y a estimé les frais d’inscription à 19 100 livres alors que le salaire annuel mo (...)
  • 24 « the nursery of England’s gentlemen », « the chief nurse of England’s statesmen », http://news.bbc (...)
  • 25 Chiffres d’août 2011, Universities UK, <http://www.universitiesuk.ac.uk/UKHESector/Pages/OverviewSector.aspx#Q1>, (consulté le 3 octobre 2012).
  • 26 <http://www.shanghairanking.com/ARWU2012>, (consulté le 3 octobre 2012).

7Le pouvoir exécutif est détenu, pour l’essentiel, par le gouvernement, plus particulièrement par le Cabinet, et plus précisément par le Premier ministre et les ministres à la tête des principales administrations, dont les Finances, l’Intérieur et les Affaires étrangères. L’analyse du profil des Premiers ministres de 1979 à 2010 montre que tous appartiennent à l’Eglise d’Angleterre, comme tous leurs prédécesseurs (Tony Blair ne s’est converti au catholicisme qu’après avoir quitté ses fonctions) ; aucun n’est issu d’une minorité ethnique, et de surcroît 60% sont d’origine anglaise (les 2 autres sont écossais, Tableau N° 1). Près de la moitié ont reçu une éducation secondaire privée et plus des trois quarts ont suivi des études supérieures dont 60% dans les universités de Cambridge ou d’Oxford. Seule caractéristique atypique dans ce profil très classique : la présence d’une femme parmi les cinq Premiers ministres de la période. Margaret Thatcher, la première femme britannique à devenir Premier ministre accéda au pouvoir en 1979, quatre ans seulement après avoir été la première femme élue à la tête d’un parti politique en Grande-Bretagne. Ses trois mandats consécutifs en font également le Premier ministre resté le plus longtemps en fonction au cours du XXe siècle (onze ans). Au regard de ces données, le Premier ministre britannique se présente comme un homme blanc, né en Angleterre, de préférence anglican et diplômé d’université. Si l’école privée suivie d’Oxbridge ne représente pas l’unique voie d’accès à cette fonction, elle en constitue un parcours privilégié et les sociétés de débats de ces deux universités – Oxford Union, Cambridge Union – demeurent encore « l’antichambre du parlement »20. Deux de ces Premiers ministres présentent un parcours très élitiste : David Cameron et Tony Blair ont été scolarisés dans une école privée et sont ensuite allés à Oxford, illustration du lien étroit qui unit le système éducatif d’un pays et son élite21. Les écoles privées britanniques, notamment Eton, Winchester, Harrow, Westminster, Charterhouse, St Paul’s, Merchant Taylors, Rugby et Shrewsbury, font partie du système élitiste de « mobilité par le parrainage » (« sponsored mobility ») décrit par R. H. Turner. À l’opposé du système égalitariste de « mobilité par la compétition » (« contest mobility »), il implique que les leaders potentiels soient sélectionnés à un très jeune âge et éduqués dans des établissements d’élite22. Ces écoles privées, très onéreuses23, n’accueillent que 7% des enfants britanniques, et conservent leur réputation, particulièrement pour Eton, d’être « la nurserie des gentlemen anglais et des hommes d’Etat »24. En outre, elles possèdent un caractère héréditaire, une majorité des élèves d’Eton par exemple étant des fils d’anciens élèves. De même, si le pays compte 115 universités et 165 institutions d’enseignement supérieur25, la suprématie d’Oxbridge demeure incontestable. Dans ces deux universités, les plus anciennes et les plus prestigieuses du pays – Cambridge se classe au 5e rang du renommé classement international de Shangai en 2012, Oxford en 10e position –26, près de la moitié des étudiants proviennent d’une école privée.

8De 1979 à 2010, aucune modification n’apparaît dans le profil des Premiers ministres ; toutefois sur une période plus longue, les critères élitistes perdent de l’importance. De 1955 à 1974, tous les Premiers ministres étaient des anciens d’Oxbridge, alors que ce n’est plus le cas que de trois sur cinq de 1979 à 2010. De même, 19 Premiers ministres ont fréquenté Eton, mais aucun entre Alec Douglas Home dans les années 1960 et David Cameron en 2010.

Tableau N° 1 : Le profil des Premiers ministres, 1979-2010 (%)

Homme

Blanc

Origines anglaises

Religion anglicane

Ecole privée

Université

Oxbridge

Margaret Thatcher

X

X

X

X

X

John Major

X

X

X

X

Tony Blair

X

X

X

X

X

X

Gordon Brown

X

X

X

X

David Cameron

X

X

X

X

X

X

X

%

80

100

80

100

40

80

60

Source : adapté de D. Butler, D. Kavanagh, The British General Election, 1979, 1992, 1997, 2010, www.parliament.uk, www.cabinetoffice.gov.uk, www.number10.gov.uk.

  • 27 « Why am I the first Kinnock in a thousand generations to be able to get to university? », Welsh La (...)

9Deviennent Premiers ministres les leaders qui mènent leur parti à la victoire électorale. Possèdent-ils un profil différent de celui des chefs de parti qui ne sont jamais parvenus au rang de Premier ministre, un parcours qui leur donnerait un avantage dans la compétition ? Les leaders ayant accédé à la fonction de chef de l’exécutif sont davantage anglicans que l’ensemble des chefs de parti (100% contre 58,3%) et leurs taux d’éducation secondaire privée et de diplômes d’Oxbridge s’avèrent bien supérieurs (respectivement 40% contre 16,7% et 60% contre 50%). Les pourcentages sur les origines anglaises et l’éducation supérieure sont, eux, quasiment identiques (respectivement 60% contre 58,3% et 80% contre 83,3%) (Tableau N° 2). Certaines des caractéristiques socio-éducatives sélectionnées sont donc présentes en proportion plus importantes chez les Premiers ministres que chez l’ensemble des leaders, vainqueurs et vaincus. Deux personnalités se distinguent par un profil plus atypique : John Major illustre la possible ascension d’un autodidacte (absence d’études supérieures) et Neil Kinnock celle d’un fils d’ouvrier (se félicitant d’être le premier de sa famille à aller à l’université)27. Le nombre de leaders qui s’écarteraient du profil type n’augmente pas au fil du temps, au contraire, en 2010, les chefs conservateur et travailliste sont tous deux allés à Oxford, et au préalable dans une école privée pour David Cameron, ce qui donne à ce dernier le parcours le plus élitiste depuis 1980. Les leaders qui réussissent, avec leur parti, à remporter les élections possèdent un profil légèrement différent de ceux qui les perdent. S’agit-il d’une coïncidence – le résultat des scrutins s’expliquant, en partie, par les circonstances économiques ou le besoin d’alternance – , faut-il en déduire que les écoles privées et les prestigieuses universités ont inculqué aux futurs Premiers ministres, dès leur plus jeune âge, la mentalité et les qualités nécessaires, ou bien les électeurs, consciemment ou non, valorisent-ils ce type de profil ?

Tableau N° 2 : Le profil des chefs de parti, 1979-2010 (%)

 

Homme

Blanc

Origines anglaises

Religion anglicane

Ecole privée

Université

Oxbridge

Margaret Thatcher

X

X

X

X

X

John Major

X

X

X

X

William Hague

X

X

X

X

X

X

Iain Duncan Smith

X

X

Michael Howard

X

X

X

X

David Cameron

X

X

X

X

X

X

X

Michael Foot

X

X

X

X

Neil Kinnock

X

X

X

John Smith

X

X

X

X

X

Tony Blair

X

X

X

X

X

Gordon Brown

X

X

X

X

Ed Miliband

X

X

X

X

X

 

91,6

100

58,3

58,3

16,7

83,3

50

Source : adapté de D. Butler, D. Kavanagh, The British General Election, 1979, 1992, 1997, 2010, www.parliament.uk.

  • 28 Price, Sue. Presidentializing the Premiership, New York, St Martin’s Press, 1997.

10S’il a été constaté que depuis la fin du XXe siècle, particulièrement sous Margaret Thatcher et Tony Blair, le Premier ministre britannique se comporte de moins en moins comme un primus inter pares (first among equals)28, son parcours diffère-t-il pour autant de celui des autres membres du Cabinet ? Seules trois femmes figurent parmi les 33 occupants des trois ministères sélectionnés (Finances, Intérieur, Affaires étrangères), une sous-représentation par rapport à la population britannique mais également par rapport à la représentation parlementaire féminine (9,1%, les femmes représentant 12,4% des députés sur la période) (Tableau N° 3). Aucun de ces ministres n’est issu d’un groupe ethnique minoritaire, et près de 70% sont nés et ont été élevés en Angleterre, même si l’origine écossaise de plusieurs ministres des Cabinets de Tony Blair et de Gordon Brown a été fort commentée. La moitié de ces ministres a été éduquée dans une école privée et près de 90% sont allés à l’université, dont près de 60% à Oxbridge. Deux ministres présentent des parcours plus atypiques : David Blunkett, handicapé (aveugle de naissance), et Alan Johnson, qui a quitté l’école à 15 ans et a été, en partie, élevée par sa sœur dans un quartier défavorisé. Aucune évolution vers une plus grande ouverture de ces fonctions n’est observée ; au contraire, le parcours du Chancelier de l’Echiquier actuel, George Osborne, s’avère emblématique d’un système hautement élitiste. Globalement, les membres du Cabinet présentent un profil fort semblable à celui des Premiers ministres, avec, étrangement, un parcours scolaire et supérieur plus sélectif, même si les écarts restent relativement faibles comparés à la population dans son ensemble.

Tableau N° 3 : Le profil des ministres des Finances, Intérieur, Affaires étrangères, 1979-2010

Homme

Blanc

Origines anglaises

Ecole privée

Université

Oxbridge

90,9

100

68,2

50,2

87,4

59,8

Source : adapté de D. Butler, D. Kavanagh, The British General Election, 1979, 1992, 1997, 2010, www.parliament.uk, www.cabinetoffice.gov.uk, www.number10.gov.uk.

11Les détenteurs du pouvoir exécutif en Grande-Bretagne sont loin d’être représentatifs des électeurs, avec la sur-représentation de certains groupes aux dépens d’autres, même si des cas isolés de réussite féminine et d’ascension sociale sont relevés. Cet écart est-il spécifique au Cabinet ou se retrouve-t-il au niveau du parlementaire ? Les députés qui sont choisis par le Premier ministre pour intégrer le Cabinet quittent leur statut de députés de base (backbenchers) pour devenir membres de l’équipe dirigeante (fronbenchers).

Les parlementaires : des profils plus diversifiés

12Le vivier de ministres potentiels, c’est-à-dire l’ensemble des députés, présente-t-il un profil homogène, auquel cas la composition du pouvoir exécutif reflèterait celle du pouvoir législatif, ou les députés promus au rang de ministres ont-ils un profil différent de ceux qui demeurent des députés de base ?

13Comparés aux Premiers ministres et aux membres du Cabinet, les députés ordinaires conservateurs et travaillistes qui siègent aux Communes depuis mai 2010 présentent une plus grande diversité de parcours (Tableau N° 4). Le groupe des 650 députés comprend davantage de femmes (+8,9 points), ainsi que des membres issus de minorités ethniques (+4,9%). À l’inverse, les chiffres sur le parcours éducatif d’excellence s’avèrent moins élevés, avec en particulier deux fois moins de députés que de ministres ayant étudié à Oxford ou à Cambridge (-11,1 points pour l’école privée, -7,4 points pour l’université, -34,4 points pour Oxbridge). Le profil des parlementaires a donc tendance à s’éloigner de celui de l’homme blanc à l’éducation fortement élitiste qui caractérise les ministres, dont le premier d’entre eux. Par ailleurs, contrairement aux tendances identifiées précédemment pour les ministres, depuis 1979, une diversification de l’accès à la fonction de député est nettement visible, avec l’augmentation du nombre de femmes députés (+19 points) et l’apparition de députés issus de minorités ethniques (+4 points), tandis que le pourcentage de députés ayant reçu une éducation privée et d’anciens d’Oxbridge diminue (-11,5, -9 points).

Tableau N° 4 : Le profil des députés, 1979-2010 (%) ऀ

 

1979

1983

1987

1992

1997

2001

2005

2010

Femmes

3

3

6

9

18

18

20

22

Minorités ethniques

0

0

0,6

0,8

1,4

1,8

2,3

4

Ecole privée

45,5

42

41

38,5

41

40,5

39

34

Université

64

62

63

67

74

75

73

77

Oxbridge

35

32

30

31

33

32

30

26

Source : adapté de D. Butler, D. Kavanagh, The British General Election, 1979-2010, www.parliament.uk.

  • 29 Speaker’s Conference on Parliamentary Representation. Final Report, London, The Stationery Office L (...)
  • 30 Childs, Sarah, Paul Webb. Sex, Gender and the Conservative Party. From Iron Lady to Kitten Heels, L (...)

14Même si les députés de base présentent un profil plus ouvert que celui des ministres, ils ne reflètent toujours la population britannique que de manière imparfaite, comme l’a souligné le rapport de la Commission d’enquête sur la représentation parlementaire de janvier 2010 : « Au XXIe siècle […] les femmes constituent 52% de la population. Environ 1 personne sur 13 est issue d’une minorité ethnique. L’expérience du handicap est largement répandue, une personne sur cinq déclarant une forme de déficience. On estime entre 6 et 9% la population lesbienne, gay, bisexuelle ou transsexuelle »29. Cette diversité affecte lentement le profil des hommes politiques au niveau parlementaire, mais semble peu toucher le pouvoir exécutif. Les Premiers ministres font-ils preuve d’un manque d’audace dans le choix de leurs ministres, préfèrent-ils s’entourer de personnes aux parcours similaires avec lesquelles ils ont peut-être grandi, ou anticipent-ils, à tort ou à raison, les réticences des électeurs vis-à-vis de ministres différents ? L’évolution se fait progressivement ; dans le cas de la représentation féminine, une nouvelle norme s’est imposée, celle de la présence d’au moins quatre femmes au Cabinet, un seuil au-dessous duquel les Premiers ministres ne se risquent plus à descendre (le dernier Cabinet exclusivement masculin était celui de John Major dans les années 1990)30. Les minorités ethniques pourraient bénéficier du même type d’évolution. Puisqu’ils représentent le vivier des futurs dirigeants du gouvernement, l’évolution graduelle des députés vers une plus grande diversité ne peut, à terme, qu’avoir un impact sur la composition des Cabinets à venir.

Les membres du Parti conservateur et du Parti travailliste : des hommes politiques aux profils similaires ?

15Si l’analyse a montré que les profils varient selon le type de pouvoir, les chiffres globaux considérés auparavant incluaient les deux partis sans établir de distinction. Or, si tous deux constituent des partis de gouvernement et alternent au pouvoir depuis les années 1920, leur histoire, leurs valeurs, leurs politiques et leurs électeurs différent grandement, ce qui pourrait influencer le parcours de leurs membres. Conservatisme et élitisme vont-ils de pair comme travaillisme et égalitarisme, ou la situation politique britannique est-elle plus nuancée ?

  • 31 « Mr Cameron and Mr Osborne were born into privilege, expensively educated, then wafted into govern (...)

16Les conclusions de l’analyse par parti des profils des Premiers ministres sont à relativiser dans la mesure où seuls trois Premiers ministres conservateurs et deux travaillistes se sont succédé sur la période. Le corpus permet toutefois d’établir qu’aucun profil spécifique à un parti ne se dégage. D’ailleurs, les deux dirigeants au parcours le plus classique, Tony Blair et David Cameron, sont de tendances politiques opposées. Le parcours des Premiers ministres ne peut se lire selon une grille qui attribuerait aux conservateurs un profil plus élitiste et aux travaillistes un profil plus diversifié : la seule femme Premier ministre était conservatrice et l’éducation dans le secteur privé et les études à Oxbridge ne s’avèrent pas des caractéristiques uniquement conservatrices. Par ailleurs, si comme le souligne l’hebdomadaire The Economist, le Premier ministre conservateur David Cameron peut être considéré comme un « aristo »31, l’appellation est loin de pouvoir s’appliquer aux deux autres Premiers ministres conservateurs de ces trente dernières années. Margaret Thatcher a dû assumer ses origines sociales modestes, qualifiée de « fille d’épicier » par les dirigeants étrangers comme Valéry Giscard d’Estaing et Helmut Schmidt, et fréquemment appelée par les membres de son Cabinet par son deuxième prénom, Hilda, typique de la classe moyenne. John Major a grandi dans le quartier populaire de Brixton à Londres, a fréquenté une école publique qu’il a quittée à 16 ans et a connu une période de chômage. La campagne électorale de 1997, qui a vu s’opposer John Major et Tony Blair, a d’ailleurs mis à mal la corrélation entre origines sociales et partis politiques. Le Premier ministre sortant John Major a dénoncé l’éducation élitiste de son concurrent – école privée puis Oxford – à travers la petite phrase « Nouveau travaillisme, traditionnelles cravates d’école », en référence à l’uniforme des écoles privées, dont Tony Blair est issu. Seule réelle spécificité liée au parti : l’origine écossaise des deux Premiers ministres travaillistes. Les Premiers ministres, conservateurs comme travaillistes, sont issus d’une élite aux caractéristiques socio-éducatives, pour la plupart, fort éloignées de celles de la majorité des Britanniques.

Tableau N° 5 : Le profil des Premiers ministres par parti (%)

 

Homme

Blanc

Origines anglaises

Religion anglicane

Ecole privée

Université

Oxbridge

Parti conservateur

66,7

100

100

100

33,3

66,6

66,6

Parti travailliste

100

100

0

100

50

100

50

Source : adapté de D. Butler, D. Kavanagh, The British General Election, 1979, 1992, 1997, 2010, www.parliament.uk, www.cabinetoffice.gov.uk, www.number10.gov.uk.

17La comparaison inter-partis au niveau du profil des douze leaders révèle également, pour l’essentiel, des parcours assez proches, avec des taux identiques pour la couleur de peau, l’origine anglaise et l’éducation dans le privé (Tableau N° 6). En revanche, les conservateurs se distinguent par la présence d’une femme à leur tête et par une appartenance à l’Eglise établie davantage revendiquée. La différence la plus importante apparaît au niveau du taux de diplômés d’Oxbridge : deux fois supérieur pour les futurs leaders conservateurs.

Tableau N° 6 : Le profil des leaders par parti (%)

 

Homme

Blanc

Origines anglaises

Religion anglicane

Ecole privée

Université*

Oxbridge

Parti conservateur

83,3

100

66,6

66,6

16,6

66,6

66,6

Parti travailliste

100

100

66,6

33,3

16,6

100

33,3

Source : adapté de D. Butler, D. Kavanagh, The British General Election, 1979-2010, www.parliament.uk.

18*Iain Duncan Smith n’est pas allé à l’université, mais a intégré la prestigieuse école militaire de Sandhurst.

  • 32 Sutton Trust 2010.

19Parmi les membres du Cabinet du corpus, des différences importantes se dégagent entre les deux partis. Les Cabinets travaillistes comprennent davantage de femmes, moins de personnalités éduquées dans le secteur privé et à Oxbridge, et incluent les ministres qui se distinguent par des parcours inhabituels, David Blunkett et Alan Johnson. À l’inverse, les Cabinets conservateurs se caractérisent essentiellement par un recrutement plus élitiste ; les écoles privées d’Eton et de Winchester, en particulier, conservent leur position dominante auprès des futurs dirigeants conservateurs, puisque près d’un tiers des ministres conservateurs y a étudié. Le Sutton Trust, qui lutte contre les inégalités dans le domaine de l’éducation, a d’ailleurs calculé que, suite au scrutin de mai 2010, 67% de l’ensemble des membres du Cabinet a été scolarisé dans une école privée, contre 36% du dernier Cabinet travailliste32.

Tableau N° 7 : Le profil des membres du Cabinet par parti (%)

 

Homme

Blanc

Origines anglaises

Ecole privée

Université

Oxbridge

Parti conservateur

95,5

100

68,2

45,4

86,4

77,3

Parti travailliste

81,8

100

72,7

18,2

90,9

27,3

Source : adapté de D. Butler, D. Kavanagh, The British General Election, 1979, 1992, 1997, 2010, www.parliament.uk, www.cabinetoffice.gov.uk.

20Parmi les députés, le caractère plus élitiste du Parti conservateur se retrouve ; malgré une évolution depuis 1980, les députés conservateurs conservent un profil plus classique, avec un taux d’éducation privée quatre fois plus important et un taux de présence à Oxbridge deux fois supérieur à leurs collègues travaillistes. À l’inverse, la plus grande ouverture du Parti travailliste se traduit par un nombre de femmes députés trois fois plus élevé et un nombre de députés issus de minorités ethniques quatre fois supérieur au Parti conservateur.

Tableau N° 8 : Le profil des députés par parti (%)

 

Parti conservateur

Parti travailliste

Femmes

16

31

Minorités ethniques

3,6

6,2

Ecole privée

54

14

Université

80

73

Oxbridge

34

17

Source : adapté de D. Butler, The British General Election, 2010, www.parliament.uk.

21Le profil des hommes politiques n’est pas radicalement différent selon le parti auquel ils appartiennent, en particulier au sommet du pouvoir exécutif. En revanche, au niveau parlementaire, le Parti travailliste se caractérise par des députés d’origines et de parcours plus diversifiés que le Parti conservateur. Le pouvoir législatif apparaît donc comme d’un accès plus ouvert que le pouvoir exécutif, et au sein du pouvoir exécutif, le Parti travailliste est le plus à même de promouvoir des hommes et des femmes qui ne correspondent pas exactement à ce qui, jusqu’à récemment, était considéré comme la norme.

22Comme l’analyse des dirigeants politiques depuis les années 1980 l’a montré, les processus politiques traditionnels ne permettent pas de produire une classe politique issue de toutes les catégories de la société. Dès lors, la représentativité ne peut être améliorée que grâce aux actions du gouvernement, à l’engagement des partis et au militantisme des associations.

23Les mesures gouvernementales adoptées récemment en faveur d’une représentation parlementaire plus diverse se trouvent dans la loi d’égalité de 2010, qui prévoit la possibilité pour les partis d’opérer une forme de discrimination positive lors de la procédure de sélection des candidats ; elle concerne les personnes qui présentent une ou plusieurs des « caractéristiques protégées » (« protected characteristics »), comme le sexe, le handicap, l’origine ethnique ou l’orientation sexuelle. Cette loi représente une avancée dans la mesure où les partis ne peuvent plus être poursuivis en justice pour discrimination envers les hommes, comme cela fut le cas pour les travaillistes en 1996 (Jepson vs Labour Party). Son impact reste toutefois limité, puisqu’elle est uniquement incitative. En juillet 2012, le Fonds d’accès aux fonctions électives a également été lancé (Access to Elected Office Fund) ऀafin d’aider les candidats handicapés ; le fonds couvre certains des frais supplémentaires liés au handicap, comme les courses en taxi ou les interprètes en langue des signes.

24Des deux principaux partis, les travaillistes se sont montrés les plus innovants en matière de diversité. Dès 1996, ils ont adopté le principe des listes de sélection composées uniquement de femmes (All Women Shortlists, AWS) ; ils cherchent également à promouvoir un plus grand nombre de candidats issus de minorités ethniques ; sur les listes 100% féminines, au moins une postulante doit ainsi appartenir à un groupe ethnique minoritaire. Le Parti conservateur a, lui, instauré depuis 2010 des listes de candidats prioritaires – hommes et femmes (Priority A-lists) – dans le but d’élargir le vivier des députés potentiels. Par ailleurs, des groupes ont été formés au sein des partis afin de défendre la participation politique de leurs membres : women2win ou LGB (Lesbian, Gay, Bisexual) Tory chez les conservateurs, pour les femmes et les minorités sexuelles, le Labour Women’s Network, le BAME (Black Asian Minority Ethnic) Labour ou le LGBT (Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender) Labour chez les travaillistes, pour les femmes, les minorités ethniques et sexuelles.

25La question de la représentation politique mobilise également un grand nombre d’associations. La Fawcett Society, au cœur du combat pour les droits des femmes, a lancé en 2011, en association avec quatre autres groupes – Hansard Society, Electoral Reform Society, Unlock Democracy et Centre for Women and Democracy – la campagne Counting Women In afin de demander une représentation égale à tous les échelons de la vie politique. Operation Black Vote entend lutter contre la sous-représentation des minorités ethniques. Scope et Disability Rights souhaitent améliorer l’accès à la fonction politique pour les personnes handicapées. Quant à Stonewall, elle tente de convaincre les partis de la nécessaire représentation politique des homosexuels et des bisexuels. Le travail de lobbying effectué par ces associations auprès des partis politiques, du gouvernement et de l’opinion publique vise à augmenter la représentation de chacun de ces groupes, en partie dans l’optique d’une meilleure prise en compte de leurs intérêts spécifiques.

Les limites de la corrélation entre représentation descriptive et substantive

  • 33 Phillips, Anne. The Politics of Presence, Oxford, Clarendon, 1995, 62-63.

26L’hypothétique corrélation entre la représentation descriptive et la représentation substantive représente l’un des arguments généralement avancés afin de promouvoir la représentation politique des groupes sous-représentés, aux côtés du principe de justice, des modèles nécessaires auxquels la population peut s’identifier, et de l’apport d’un type de relation différent à la politique33.

  • 34 Dahlerup, Drude. Women, Quotas and Politics, London, Routledge, 2006.
  • 35 Childs, Sarah. Women and British Politics. Descriptive, Substantive and Symbolic Representation, Lo (...)

27L’existence d’un lien entre la représentation descriptive – le nombre de députés femmes ou issus de minorités ethniques – et la représentation substantive – la défense des intérêts des groupes dont ces députés sont issus – repose sur la thèse pragmatique selon laquelle en l’absence d’une telle représentation, les intérêts spécifiques de ces groupes ne sont pas pris en compte. Cette argumentation est fondée sur le concept de « masse critique », qui stipule qu’une réelle influence politique n’est possible qu’à partir d’un certain seuil numérique (généralement évalué aux alentours de 30% pour les femmes)34. La plupart des études menées sur la représentation substantive, notamment au niveau des femmes, ont montré que ces dernières avaient des positions et un comportement parlementaire qui diffèrent légèrement de ceux de leurs collègues masculins, sans être radicalement distincts35.

  • 36 Saward, Michael. « The Representative Claim », Contemporary Political Theory, 5 (3), 2006. Squires, (...)
  • 37 Phillips, Anne. op. cit., 54.
  • 38 Pilcher, Jane. « The Gender Significance of Women in Power. British Women Talking about Margaret Th (...)
  • 39 Phillips, Anne. op. cit., 22.
  • 40 Phillips, Anne. op. cit., 35.

28Toutefois, d’autres études ont récemment remis en cause l’impact de la représentation descriptive sur la représentation substantive, ainsi que le concept de « masse critique »36 ; elles arguent que des intérêts spécifiques peuvent être défendus par toutes sortes d’hommes politiques et que les stratégies parlementaires ne représentent qu’un des moyens de faire avancer des causes particulières. L’histoire britannique récente apporte, en effet, nombre d’exemples pour lesquels une « expérience commune » ne signifie pas forcément une bonne représentation37. Ainsi, en 2002, trois femmes ont voté contre le principe des listes de candidats composées exclusivement de femmes, et une seule s’est élevée contre une réforme de 1997 réduisant les allocations pour les parents isolés, dont la majorité sont des femmes. Le symbole même de la réussite politique au féminin, Margaret Thatcher, a été l’objet de nombreuses critiques en raison de son apparente indifférence à la cause des femmes ; elle constitue « le rappel qu’il ne suffit pas que les femmes atteignent des positions de pouvoir pour que des politiques pro-féminines soient mises en place »38. Par ailleurs, si une telle logique identitaire se développait, elle conduirait à un corporatisme et une fragmentation de la société, une sorte de « balkanisation », qui pourrait s’avérer néfaste à la cohésion nationale ; la coopération entre les groupes serait alors remise en question39. En outre, de multiples caractéristiques sociales, éducatives, sexuelles et culturelles définissent un individu et les prendre toutes en compte relève de l’impossible. Au final, la démocratie représentative – contrairement à la démocratie directe – suppose que la population délègue ses pouvoirs à des personnes considérées comme plus compétentes40, car disposant de qualités qui ne sont pas partagées par tous, ce qui crée forcément un décalage entre représentants et représentés.

Conclusion

  • 41 Mellors, Colin. op. cit., 1.
  • 42 Mosca, Gaetano. op. cit., 50.

29Le gouvernement de coalition au pouvoir depuis mai 2010 offre une image trompeuse, ou du moins tronquée, des dirigeants politiques britanniques en ce début de XXIe siècle. Le profil du Premier ministre, David Cameron, et celui du ministre des Finances, George Osborne, suggère une classe politique qui demeure blanche, masculine, issue de milieux favorisés et éduquée dans les meilleurs établissements scolaires du pays. Si les membres du Cabinet présentent également, pour la plupart, ce type de parcours, et que médias comme opposants politiques se font largement le relais de cet élitisme, cela occulte le phénomène d’ouverture qui a touché le parlement depuis les années 1980. La composition du parlement a, en effet, subi d’importantes modifications avec l’arrivée de candidats d’horizons plus divers, essentiellement des femmes, et dans une moindre mesure des membres des minorités ethniques. Cette évolution ne résulte pas d’une mutation naturelle du monde politique, puisque la représentation territoriale sur laquelle est fondé le système britannique – chaque député représente une circonscription géographique – ne peut conduire à la formation d’une classe politique qui constituerait un microcosme social de la société41 ; elle est uniquement due aux mesures prises par les partis et par le gouvernement. Si, pour reprendre la formule de G. Mosca, « il existe dans toute société deux classes de personnes : celle qui dirige et celle qui est dirigée »42, la composition actuelle de la Chambre des communes laisse à penser que les espoirs pour les membres de la seconde d’intégrer la première ne sont pas entièrement utopistes.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages cités

Benney, Mark, A. P. Gray, R. H. Pear. How People Vote. A Study of Electoral Behaviour in Greenwich, London, Routledge and Kegan Paul, 1956.

Butler, David, Dennis Kavanagh. The British General Election of 1979, London, Macmillan, 1979.

Butler, David, Dennis Kavanagh. The British General Election of 1983, London, Macmillan, 1980.

Butler, David, Dennis Kavanagh. The British General Election of 1987, London, Macmillan, 1987.

Butler, David, Dennis Kavanagh. The British General Election of 1992, London, Macmillan, 1992.

Butler, David, Dennis Kavanagh. The British General Election of 1997, London, Macmillan, 1997.

Butler, David, Dennis Kavanagh. The British General Election of 2001, London, Macmillan, 2001.

Butler, David, Dennis Kavanagh. The British General Election of 2005, London, Macmillan, 2005.

Butler, David, Phillip Cowley. The British General Election of 2010, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2010.

Cannadine, David. Class in Britain, New Haven, Yale UP, 1998.

Childs, Sarah. New Labour’s Women MPs: Women Representing Women, London, Routledge, 2004.

Childs, Sarah. Women and British Politics. Descriptive, Substantive and Symbolic Representation, London, Routledge, 2008.

Childs, Sarah, Mona Lena Krook. « Analysing Women’s Substantive Representation: From Critical Mass to Critical Actors », Government and Opposition, 44 (2), 2009, 125-45.

Childs, Sarah, Paul Webb. Sex, Gender and the Conservative Party. From Iron Lady to Kitten Heels, London, Palgrave Macmillan, 2012.

Dahl, Robert A. Who Governs? Democracy and Power in an American City, New Haven, Yale UP, 1961.

Dahlerup, Drude. Women, Quotas and Politics, London, Routledge, 2006.

Dahlerup, Drude. « From a Small to a Large Minority: Women in Scandinavian Politics », Scandinavian Political Studies, 11 (4), 1988, 275-98.

Dench, Geoff. The Rise and Rise of Meritocracy, Oxford, Blackwell, 2006.

Duverger, Maurice. The Political Role of Women, Paris, UNESCO, 1955.

Equality and Human Rights Commission. Pathways to Politics, Equality and Human Rights Commission Research Report 65, 2011, <www.equalityhumanrights.com/advice-and-guidance/service-users-guidance/parliaments-politicians-and-political-parties/how-equality-law-applies-to-political-parties>, (consulté le 5 octobre 2012).

Hartman, Michael. The Sociology of Elites, London, Routledge, 2004.

Johnson, R. W. The British Political Elite, 1955-1970, Oxford, 1971.

Kavanagh, Dennis. British Politics. Continuities and Change, Oxford, Oxford UP, 1990.

Kavanagh, Dennis, Philip Cowley. The British General Election of 2010, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2010.

Lovenduski, Joni. Feminizing Politics, London, Polity, 2005.

Lovenduski, Joni, Pippa Norris. Political Recruitment, Cambridge, Cambridge UP, 1995.

Macdonald, Alistair. « Posh Is Back in Britain », The Wall Street Journal, 13 mai 2010, http://online.wsj.com/article/SB10001424052748703950804575242431958967118.html, (consulté le 2 septembre 2012).

Major, John. Speech to the Conservative Party Conference, 11/10/1996, <www.johnmajor.co.uk/page849.html>, (consulté le 28 septembre 2012).

Mellors, Colin. The British MP: A Socio-economic Study of the House of Commons, UK, Dartmouth, 1978.

Michels, Robert. Political Parties. A Sociological Study of Modern Democracy, Illinois, the Free Press, 1915.

Mosca, Gaetano. The Ruling Class, New York and London, McGraw-Hill Book Company, Inc, 1939.

Norris, Pippa. « Women politicians: Tranforming Westminster? », Parliamentary Affairs, 49 (1), 1996, 89-102.

Ogg, Jim. « A Brief profile of the new British establishment » in Dench, Geoff, The Rise and Rise of Meritocracy, The Political Quarterly, Blackwell, 2006.

Parry, Geraint. Political Elites, London, George Allen and Unwin Ltd, 1969.

Phillips, Anne. The Politics of Presence, Oxford, Clarendon, 1995.

Pilcher, Jane. « The Gender Significance of Women in Power. British Women Talking about Margaret Thatcher », The European Journal of Women’s Studies, 2 (4), 1995.

Pitkin, Hannah. The Concept of Representation, Berkeley, Berkeley UP, 1967.

Price, Sue. Presidentializing the Premiership, New York, St Martin’s Press, 1997.

Putnam, Robert D. The Comparative Study of Political Elites. New Jersey: Prentice Hall, 1976.

Ross, J. F. S. Parliamentary Representation, London, Eyre & Spottiswoode, 1948.

Saward, Michael. « The Representative Claim », Contemporary Political Theory, 5 (3), 2006.

Sedgemore, Brian. The Secret Constitution. An analysis of the Political Establishment, London, Hodder and Stoughton, 1980.

Seldon, Anthony. The New Anatomy of Britain, London, Hodder and Stoughton, 1971.

Speaker’s Conference on Parliamentary Representation. Final Report, London, The Stationery Office Limited, January 2010,

<www.publications.parliament.uk/pa/spconf/239/239i.pdf>, (consulté le 2 octobre 2012).

Squires, Judith. « The Constitutive Representation of Gender », Representation 44 (2), 2008.

Stanworth, Philip, Anthony Giddens, eds. Elites and Power in the British Society, Cambridge, Cambridge UP, 1974.

Wasson, Ellis. Born to Rule. British Political Elites, UK, Sutton Publishing, 2000.

Williams, Hywel. Britain’s Power Elite. The Rebirth of a Ruling Class, London, Constable, 2006.

« David Cameron is not too posh », The Economist, 7 avril 2012.

« Glory and Hope », The Economist, 11 août 2012.

Sites web cités

BAME Labour, <www.bamelabour.org.uk/about-us>, (consulté le 2 octobre 2012).

Cabinet Office, <www.cabinetoffice.gov.uk/content>, (consulté le 13 décembre 2013).

The Centre for Women and Democracy, <www.cfwd.org.uk>, (consulté le 28 avril 2011).

The Electoral Reform Society, <electoral-reform.org.uk>, (consulté le 28 avril 2011).

The Fawcett Society, <www.fawcettsociety.org.uk>, (consulté le 28 avril 2011).

The Hansard Society, <www.hansardsociety.org.uk>, (consulté le 28 avril 2011).

Labour Women’s Network,

<www.labourwomensnetwork.org.uk/LabourWomenMPsHistoric.html>, (consulté le 2 octobre 2012).

LGB Tory, <www.lgbtory.co.uk>, (consulté le 2 octobre 2012).

LGBT Labour, <lgbtlabour.org.uk/about>, (consulté le 2 octobre 2012).

Number 10, <www.number10.gov.uk/the-coalition/the-cabinet>, (consulté le 13 décembre 2012).

Operation Black Vote, <www.obv.org.uk/about-us/mission>, (consulté le 27 septembre 2012).

Radar, <www.radar.org.uk/campaigners-and-policy-makers/parliamentary>, (consulté le 2 octobre 2012).

Stonewall,<www.stonewall.org.uk/what_we_do/parliamentary/general_election_2010/3763.asp>, (consulté le 2 octobre 2012).

UK Parliament, <www.parliament.uk>, (consulté le 23 décembre 2012).

Unlock Democracy, <www.unlockdemocracy.org.uk>, (consulté le 28 avril 2011).

Women2win, <www.women2win.com/support.asp>, (consulté le 2 octobre 2012).

Haut de page

Notes

1 « Surely only in Britain is the class and educational background of medallists so exhaustively scrutinised », The Economist, 11 août 2012, 26.

2 « It remains a generally held belief, not just in Britain, but around the world, that class, like the weather and the monarchy is a peculiarly and particularly British preoccupation », Cannadine, David. Class in Britain, New Haven, Yale UP, 1998, 1.

3 Christopher J. Hewitt in Stanworth, Philip, Anthony Giddens, eds. Elites and Power in the British Society, Cambridge, Cambridge UP, 1974, 62.

4 Putnam, Robert D. The Comparative Study of Political Elites, New Jersey, Prentice Hall, 1976, 15-16.

5 Ainsi, lorsque Peter Mandelson, qui n’était pas député, a été nommé Secretary of State for Business, Enterprise and Regulatory Reform en 2008, il a immédiatement été fait pair à vie.

6 David Cameron a été élu à la tête du Parti conservateur à l’issue d’une élection en deux temps ; les députés ont d’abord sélectionné deux candidats, départagés ensuite par les adhérents. Quant à Ed Miliband, il doit son élection à un collège électoral composé des députés travaillistes, des membres des sections locales et de syndicats.

7 « Most of the obstacles to success that used to confront able individuals from lower class origins have been removed since the end of the second world war », P. Saunders in Dench, Geoff. The Rise and Rise of Meritocracy, Oxford, Blackwell, 2006, 183.

8 Wasson, Ellis. Born to Rule. British Political Elites, UK, Sutton Publishing, 2000, 66.

9 « the democratic tendency-the tendency to replenish ruling classes from below-is constantly at work with greater or lesser intensity in all human societies. At times the rejuvenation comes about in rapid and violent ways. More often, in fact normally, it takes place through a slow and gradual infiltration of elements from the lower into the higher classes », Mosca, Gaetano. The Ruling Class, New York and London, McGraw-Hill Book Company, Inc, 1939, 413-414.

10 Premiers ministres : Margaret Thatcher, John Major, Tony Blair, Gordon Brown, David Cameron. Leaders conservateurs : Margaret Thatcher, John Major, William Hague, Iain Duncan Smith, Michael Howard, David Cameron. Leaders travaillistes : Michael Foot, Neil Kinnock, John Smith, Tony Blair, Gordon Brown, Ed Miliband.

11 Ministres des Finances : Geoffrey Howe, Nigel Lawson, John Major, Norman Lamont, Kenneth Clarke, Gordon Brown, Alistair Darling, George Osborne. Ministres de l’Intérieur : William Whitelaw, Leon Brittan, Douglas Hurd, David Waddington, Kenneth Baker, Kenneth Clarke, Michael Howard, Jack Straw, David Blunkett, Charles Clarke, John Reid. Ministres des Affaires étrangères : James Carrington, Francis Pym, Geoffrey Howe, John Major, Douglas Hurd, Malcom Rifkind, Robin Cook, Jack Straw, Margaret Beckett, David Miliband, William Hague.

12 Hannah Pitkin distingue quatre formes de représentation : formelle, symbolique, descriptive, substantive, The Concept of Representation, Berkeley, Berkeley UP, 1967, 209.

13 W. L. Guttsman in Johnson, R. W. The British Political Elite, 1955-1970, Oxford, 1971, 3.

14 Ross, J. F. S. Parliamentary Representation, London, Eyre & Spottiswoode, 1948, 108.

15 Mellors, Colin. The British MP: A Socio-economic Study of the House of Commons, UK, Dartmouth, 1978, 1, 116.

16 Duverger, Maurice. The Political Role of Women, Paris, UNESCO, 1955, 123.

17 Lovenduski, Joni. Feminizing Politics, London, Polity, 2005, 8.

18 Putnam, Robert D., op. cit., 33.

19 « Behind the democratic façade of modern governments what remains striking is the continuance of princely politics and the habits of court life », Williams, Hywel. Britain’s Power Elite. The Rebirth of a Ruling Class, London, Constable, 2006, 12.

20 Seldon, Anthony. The New Anatomy of Britain, London, Hodder and Stoughton, 1971, 162.

21 Parry, Geraint. Political Elites, London, George Allen and Unwin Ltd, 1969, 84.

22 Ibid.

23 En 2004, Hartmann y a estimé les frais d’inscription à 19 100 livres alors que le salaire annuel moyen est de moins de 20 000 livres, Hartman, Michael. The Sociology of Elites, London, Routledge, 2004, 67.

24 « the nursery of England’s gentlemen », « the chief nurse of England’s statesmen », http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/162402.stm, Eton the establishment’s choice, 02 septembre 1998.

25 Chiffres d’août 2011, Universities UK, <http://www.universitiesuk.ac.uk/UKHESector/Pages/OverviewSector.aspx#Q1>, (consulté le 3 octobre 2012).

26 <http://www.shanghairanking.com/ARWU2012>, (consulté le 3 octobre 2012).

27 « Why am I the first Kinnock in a thousand generations to be able to get to university? », Welsh Labour Party conference, Llandudno, 15 mai 1987.

28 Price, Sue. Presidentializing the Premiership, New York, St Martin’s Press, 1997.

29 Speaker’s Conference on Parliamentary Representation. Final Report, London, The Stationery Office Limited, January 2010, 17, <www.publications.parliament.uk/pa/spconf/239/239i.pdf>, (consulté le 2 octobre 2012).

30 Childs, Sarah, Paul Webb. Sex, Gender and the Conservative Party. From Iron Lady to Kitten Heels, London, Palgrave Macmillan, 2012, 21.

31 « Mr Cameron and Mr Osborne were born into privilege, expensively educated, then wafted into government via stints in the back rooms of political power, it is argued. In short, they are toffs », The Economist, 7 avril 2012.

32 Sutton Trust 2010.

33 Phillips, Anne. The Politics of Presence, Oxford, Clarendon, 1995, 62-63.

34 Dahlerup, Drude. Women, Quotas and Politics, London, Routledge, 2006.

35 Childs, Sarah. Women and British Politics. Descriptive, Substantive and Symbolic Representation, London, Routledge, 2008. Norris, Pippa. « Women politicians: Tranforming Westminster? », Parliamentary Affairs, 49 (1), 1996, 89-102. Lovenduski, Joni. Feminizing Politics, London, Polity, 2005.

36 Saward, Michael. « The Representative Claim », Contemporary Political Theory, 5 (3), 2006. Squires, Judith. « The Constitutive Representation of Gender », Representation 44 (2), 2008. Childs, Sarah, Mona Lena Krook. « Analysing Women’s Substantive Representation: From Critical Mass to Critical Actors », Government and Opposition, 44 (2), 2009, 125-45.

37 Phillips, Anne. op. cit., 54.

38 Pilcher, Jane. « The Gender Significance of Women in Power. British Women Talking about Margaret Thatcher », The European Journal of Women’s Studies, 2 (4), 1995, 506.

39 Phillips, Anne. op. cit., 22.

40 Phillips, Anne. op. cit., 35.

41 Mellors, Colin. op. cit., 1.

42 Mosca, Gaetano. op. cit., 50.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine RIVIÈRE-DE FRANCO, « Le cœur du pouvoir exécutif : des dirigeants aux profils très élitistes. Les actions en faveur d’une représentation plus diverse », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 27 mai 2014, consulté le 26 avril 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/1679 ; DOI : 10.4000/mimmoc.1679

Haut de page

Auteur

Karine RIVIÈRE-DE FRANCO

Université d’OrléansCivilisation britannique contemporaine, sciences politiques : vie politique, institutions, partis, communication politique, élections, campagnes électorales, médias, femmes et politique, représentation, participation, groupes de pression

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page