Navigation – Plan du site

Entrées d’index

Aires géographiques :

Royaume-Uni, Irlande

Périodes :

19e siècle, 1846-1851
Haut de page

Texte intégral

1La Famine irlandaise de 1846 à 1851

2Ce numéro des Cahiers du Mimmoc porte sur la famine en Irlande de 1846 à 1851.

3Il vient compléter, sous forme écrite, une journée d'étude du 5 décembre 2014 organisée à la MSHS de Bordeaux, ainsi que des conférences à l'université Toulouse Capitole et à l'Université de Poitiers dont les vidéos sont accessibles sur Web TV Montaigne.

4La Famine qui frappa l'Irlande à partir de 1846 est un phénomène historique complexe, protéiforme qui est considéré aujourd'hui comme un tournant historique majeur dans l'histoire de l'île. Pourtant, malgré son importance historique, la famine sera restée longtemps à la marge de la science historique. Il faudra attendre les années 1980 pour que des historiens s'y intéressent réellement, et sortent du débat exclusivement politique qui opposait une conception nationaliste/républicaine antibritannique à une conception révisionniste pro-britannique.

5Depuis les années 1980, et encore plus depuis les célébrations de son 150ème anniversaire, les études scientifiques sur ce désastre humanitaire sont nombreuses et riches. Dans ce contexte, il aurait été illusoire de vouloir produire une synthèse de plus des différents travaux existants. Au contraire, le parti pris ici est plutôt de montrer certains aspects, peut-être moins étudiés de cet événement, notamment en se concentrant sur les échos et les impacts qu'il a pu avoir, non seulement en Irlande, mais aussi en Grande Bretagne, dans l'Empire et sur le Continent.

6En s'intéressant aux échos et aux répercussions de la Famine, cette collection d'articles fait apparaître une dialectique centrale de cette tragédie, car si cette tragédie est d'abord et avant tout la tragédie de l'extrême marginalité et de l'extrême isolement de l'Irlande, elle est aussi porteuse de changements, non seulement en Irlande mais aussi dans l'Empire, changements profonds qui tendent à désenclaver l'Irlande.

7L’article de Christine Kinealy est, à cet égard, tout à fait révélateur. Elle y révèle que la Famine et l’inefficacité des politiques d’aide mises en place par Londres, résultent très largement d’un long aveuglement idéologique des élites politiques britanniques, enfermées dans le carcan des analyses malthusiennes de la pauvreté. Pourtant, Christine Kinealy démontre aussi que cette crise économique et humanitaire est aussi l’occasion d’un gigantesque élan de solidarité au Royaume-Uni, dans l’Empire et dans le reste du monde, d’une ampleur encore inédite.

8Comme le montrent Jean-Pierre Poussou et Philippe Chassaigne, la Famine s'inscrit dans une marginalité irlandaise très particulière. Jean-Pierre Poussou montre à quel point la pomme de terre avait pris, dans l'agriculture irlandaise et dans le régime alimentaire des Irlandais, une place particulière. Parallèlement, Philippe Chassaigne, en s'intéressant au voyage de la Reine en Irlande en 1849, à la fin de cette famine, révèle l'importance du contexte colonial. Alors que l’Irlande fait partie intégrante du Royaume Uni depuis près d’un demi-siècle, la Reine Victoria ne s'y intéresse pas vraiment. D’ailleurs, elle s’intéresse encore moins à la Famine que l’Irlande traverse depuis déjà trois ans. L'Irlande est donc une contrée isolée, marginalisée, à la fois économiquement et politiquement. Cette marginalisation se perçoit aussi dans la façon dont la presse non-irlandaise présente et interprète ce désastre. Christophe Gillissen et Susan Finding montrent à quel point le Times en Grande Bretagne ou le Journal des Débats en France se font les porte-paroles de la vision dominante de l'époque, celle du gouvernement londonien qui tient avant tout à limiter son intervention en Irlande.

9Pourtant la Famine irlandaise, apporte avec elle son lot de changements et de nouveauté, non seulement en Irlande mais aussi en Grande-Bretagne et dans l'Empire. Géraldine Vaughan et Pauline Collombier-Lakeman démontrent chacune les impacts culturels et politiques de l'arrivée d'immigrants irlandais qui fuient la pauvreté en trouvant refuge soit en Écosse, soit au Canada. A leur manière ces migrants irlandais, catholiques et protestants, et les problèmes qu'ils peuvent poser dans les sociétés qui les accueillent, brisent cet isolement de l’Irlande et forcent à une prise de conscience de la gravité de la catastrophe. Cette prise de conscience est difficile aussi en Irlande mais elle émerge progressivement: Laurent Colantonio montre les difficultés qu’ont pu avoir les nationalistes irlandais à s'organiser efficacement pour faire face au désastre social et économique et pour sortir de leur isolement politique. Certains, comme James Fintan Lalor ou comme Gavan Duffy, tentent de nouvelles formes d'action mais le résultat est bien maigre. Le nationalisme se divise pendant la Famine sans vraiment parvenir à proposer un programme politique solide pour sortir de la crise. Ce n'est que plusieurs décennies plus tard, que, comme le montre Frank Rynne, le nationalisme, en Irlande et dans la diaspora, en mettant la question agraire au cœur de son discours et de son action, tirera vraiment les leçons de la Famine.

10 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe CAUVET, « Introduction », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 13 avril 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/1732 ; DOI : 10.4000/mimmoc.1732

Haut de page

Auteur

Philippe CAUVET

Université de Poitiers, MIMMOC

Articles du même auteur

  • Editorial [Texte intégral]
    Paru dans Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain, 12 | 2015
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page