Navigation – Plan du site

La famine et la situation politique en Irlande : autour du voyage de Victoria en Irlande d’août 1849

The famine in Ireland and the political situation around the Royal Visit of August 1849
Philippe CHASSAIGNE

Résumé

Au début du mois d’août 1849, Victoria effectua sa première visite en Irlande depuis son accession au trône (1837), mais qui était aussi la première visite faite par un souverain britannique depuis celle de George IV en 1821. La jeune reine avait déjà fait trois séjours en Ecosse (1842, 1844, 1848) et, dès son adolescence, sa mère, la duchesse de Kent, lui avait fait effectuer des voyages dans plusieurs provinces d’Angleterre, pratique qu’elle perpétua après son avènement. Le fait qu’elle ne se soit jamais rendue en Irlande posait donc un problème : était-ce un oubli volontaire ? La reine était-elle moins intéressée par ses sujets irlandais, au moment même où la Famine, commencée en 1845, leur avait porté de rudes coups ? Etait-ce un signe de méfiance envers les nationalistes, et cette absence aurait-elle pu nourrir, d’une façon ou d’une autre, le mouvement en faveur de l’abolition de la loi d’Union de 1800 ? Nous verrons la genèse de ce voyage, les enjeux explicites ou implicites, son déroulement et la façon dont il s’articule avec la situation politique et sociale de l’Irlande de la seconde moitié des années 1840

Grande Bretagne, Irlande, la reine Victoria

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

politique, monarchie, société

Aires géographiques :

Irlande, Grande Bretagne
Haut de page

Texte intégral

1Landing of Queen Victoria In Ireland, Sir Patrick Raleigh “May it Please your Majesty to Tread on the Tail of my Coat” Punch, or the London Charivari, Unattributed Artist, 1849, vol. XVII, p.47, 24x18cm [Courtesy of the Online Database of Ireland’s Great Hunger Museum]

Introduction1

  • 1 Cette contribution fut présentée à la Journée d’études du 5 décembre 2014 à la MSH Aquitaine, organ (...)

2Au début du mois d’août 1849, Victoria effectua sa première visite en Irlande depuis son accession au trône (1837), mais qui était aussi la première visite faite par un souverain britannique depuis celle de George IV en 1821. La jeune reine avait déjà fait trois séjours en Ecosse (1842, 1844, 1848) et, dès son adolescence, sa mère, la duchesse de Kent, lui avait fait effectuer des voyages dans plusieurs provinces d’Angleterre, pratique qu’elle perpétua après son avènement. Le fait qu’elle ne se soit jamais rendue en Irlande posait donc un problème : était-ce un oubli volontaire ? La reine était-elle moins intéressée par ses sujets irlandais, au moment même où la Famine, commencée en 1845, leur avait porté de rudes coups ? Etait-ce un signe de méfiance envers les nationalistes, et cette absence aurait-elle pu nourrir, d’une façon ou d’une autre, le mouvement en faveur de l’abolition de la loi d’Union de 1800 ? Nous verrons la genèse de ce voyage, les enjeux explicites ou implicites, son déroulement et la façon dont il s’articule avec la situation politique et sociale de l’Irlande de la seconde moitié des années 1840.

  • 2 Giles St Aubyn, Queen Victoria. A Portrait, Londres, Sceptre, 1992, p. 119.
  • 3 Le première fut Elizabeth Longford, Victoria RI, Londres, Weindenfeld & Nicholson, 1998, p. 68-69.

3La jeune reine ne méconnaissait pas l’histoire et les réalités de l’Irlande : sa tutrice, la baronne Lehzen, l’avait entretenue de l’histoire irlandaise et, d’ailleurs, lors de son premier voyage, elle tint à voir par elle-même un certain nombre de lieux symboliques, comme Carrickfergus, où Guillaume III avait débarqué le 14 juin 1690, ou Duncannon, d’où Jacques II était reparti pour la France après sa défaite à La Boyne (1er juillet 1690). Elle retirait de ces récits une compassion sans aucun doute réelle, car c’était un sentiment naturel chez elle, pour l’île et ses habitants : « how ill treated that poor country and nation has been »2. Mais on sait aussi que, montée sur le trône à 18 ans en 1837, et bien consciente de son inexpérience politique, la jeune reine prit son Premier Ministre, Lord Melbourne, comme mentor politique et, pour bon nombre de ses biographes, celui-ci serait responsable du développement de préventions anti-irlandaises chez elle. Pour Melbourne, les Irlandais étaient de la racaille toujours prête à se révolter3.

  • 4 Pour les repealers, les whigs étaient un moindre mal, car les tories étaient contre le moindre chan (...)

4De fait, l’île avait été en état d’agitation endémique tout au long de la décennie 1830 autour de deux thèmes. Il y avait tout d’abord la campagne menée par Daniel O’Connell en faveur de l’abolition de la loi d’Union de 1800, menée à coups de rassemblements de masse ; élu au Parlement de Westminster en 1830, il constitua ensuite un mouvement qui allait, dix ans plus tard, être formellement baptisé la National Repeal Association (NRA), mouvement qui obtint entre le quart et le tiers des suffrages irlandais aux élections législatives des décennies 1830 et 1840 et entre 20 et 40 sièges sur les 103 qui composaient la représentation irlandaise à Westminster ; il constituait en outre un appoint indispensable pour les whigs de Melbourne aux Communes en 1835 et 1841, qui n’y disposaient que d’une majorité relative, à une époque où la discipline de parti n’était au mieux qu’une vue de l’esprit4. Il y avait aussi la question de la dîme que tous les tenanciers devaient payer à l’Eglise unie d’Angleterre et d’Irlande, qu’ils soient ou non anglicans ou non. Après une campagne de résistance passive menée par O’Connell et Patrick Lalor, des incidents éclatèrent, donnant naissance à la « guerre de la dîme », avec des collecteurs rossés, des tenanciers voyant leurs maigres biens saisis et vendus aux enchères, et le Royal Irish Constabulary, secondé par l’armée, rétablissant l’ordre par la force. Une solution fut trouvée en 1838, avec le vote du Tithe Commutation Act for Ireland, qui réduisait le montant de la dîme et l’incorporait au fermage, à charge pour le landlord, généralement protestant, de le reverser à la Church of England.

  • 5 Sur les aspects agricoles et les conséquences démographiques de la crise du mildiou de la pomme de (...)

5Le début de la décennie 1840 se caractérisa par un regain de tensions, lorsque O’Connell entre-temps devenu Lord maire de Dublin entreprit une nouvelle campagne de meetings qui devait culminer le 8 octobre 1843 à Clontarf, près de Dublin, où l’on attendait une foule d’un million de personnes. Inquiet pour l’ordre public, le gouvernement tory de Robert Peel interdit la manifestation, et O’Connell, pacifiste et loyaliste, qui voulait voir renaître un royaume d’Irlande autonome, mais dont Victoria resterait la souveraine (il avait d’ailleurs rebaptisé dès 1841 la Repeal Association en Loyal Repeal Association), obtempéra, provoquant du même coup une cassure avec la partie plus radicale du mouvement, autour de Charles Gavan Duffy et John Blake Dillon. Politiquement affaibli, O’Connell fut arrêté et condamné à un an de prison en 1844, avant que ce verdict ne soit cassé par la Chambre des Lords ; après une dernière tentative pour obtenir l’abolition par voie légale en 1846, il se retira de la vie politique et mourut en 1847. Entre-temps, l’Irlande avait connu le début de la Famine, avec la première manifestation du mildiou de la pomme de terre à la fin de l’été 1845. Le apogée de la crise se situa en 1846-1848, années où les récoltes de tubercules furent quasi-totalement détruites, le tout s’inscrivant dans un contexte de crise économique européenne (les Hungry Forties). La situation commença à s’améliorer dans la seconde partie de l’année 1849, mais ce n’est pas avant le début de la décennie suivante que l’on retrouve un niveau de production de pommes de terre comparable à celui d’avant l’épidémie5.

Genèse du voyage

  • 6 Elizabeth Longford, Victoria, op. cit., p. 188.
  • 7 Ce n’est pas notre propos de revenir ici sur les politiques de secours entreprises, de leur efficac (...)

6C’est dans ce contexte que s’élabora, assez difficilement il faut bien le dire, le voyage royal. L’idée fut évoquée pour la première fois en 1843, mais les craintes liées à la campagne de rassemblements organisée par Daniel O’Connell firent qu’elle fut abandonnée. Elle refit surface en 1844, lorsque le lord-maire de Dublin invita la reine, mais sans aboutir. La Famine survint ensuite et, en 1846, Victoria s’entretint avec son Premier Ministre Russell de la possibilité d’une visite sur l’île, pour voir la situation sur place et réfuter les possibles rumeurs qu’elle craignait de se rendre en Irlande ou qu’elle se désintéressait de ses sujets irlandais : c’était, disait-elle, « a journey which must one day or other be undertaken, and which the Queen would be glad to have accomplished ». Elle ne voulait surtout pas qu’on qu’elle n’osait pas visiter cette île6. Cependant, le contexte était à l’évidence difficile : la Famine avait entraîné un recul démographique considérable, les mesures prises par Londres n’avaient pas été suffisantes, suscitant un sentiment d’abandon, ou de désintérêt, par la capitale7. Russell l’en dissuada donc. En outre, on enregistrait un renouveau d’activité nationaliste : fort du contexte de la troisième poussée de fièvre chartiste en Angleterre (dont l’un des meneurs était l’Irlandais Feargus O’Connor, ce qui ne contribua sans doute pas à améliorer l’image des Irlandais auprès de Victoria) et du « printemps des peuples » européen du printemps 1848, le mouvement Young Ireland, constitué après l’échec de la Repeal Association, organisait une bien maigre tentative d’insurrection dans le Munster, du 23 au 30 juillet 1848. Cela fit repousser une nouvelle fois le voyage.

  • 8 Publié dans l’United Irishman, le 7 avril 1900, à l’occasion de la quatrième visite de Victoria en (...)
  • 9 Peter Gray, Famine, Land and Politics. British Government and Irish Society 1843-1850, Dublin, Iris (...)
  • 10 Cf. Frank Prochaska, Royal Bounty. The Making of a Welfare Monarchy, Londres, Yale University Press (...)
  • 11 Pour un panorama des idées très hostiles aux Irlandais, voir la contribution de Christophe Gillisse (...)

7Victoria fut-elle la Famine Queen que Maud Gonne stigmatisait dans son poème-brûlot de 19008? En fait, cette accusation postérieure aux événements est quelque peu injuste. Victoria n’ignorait nullement la situation : contrairement à la « légende noire » des 5 £ qu’elle se serait contenté de verser à la British Relief Association fondée par Lionel de Rothschild en janvier 1847, elle fit un don de 2 000 £ (soit près de 200 000 £ de 2015) prélevés sur sa Privy Purse (ses revenus personnels, distincts de la liste civile destinée aux dépenses protocolaires du souverain)9, ce qui fit d’elle le donateur individuel le plus important, et correspondait tout à fait aux nouvelles directions que prenait cette philanthropie royale depuis le début de son règne : jouer un rôle d’incitateur et susciter d’autres contributions10. En ce sens, elle signa aussi deux lettres appelant à ses sujets à se montrer généreux. La première, du 13 janvier 1847, était adressée nominalement aux deux archevêques anglicans et fut lue dans les Eglises ainsi qu’imprimée dans les journaux ; elle généra 435 571 £ (34 millions de £ de 2015). En revanche, la seconde, publiée au mois d’octobre suivant, produisit moins de 31 000 £ (2,4 millions de £), ce qui était sans aucun doute un signe de lassitude, sinon d’indifférence, des Britanniques vis-à-vis des Irlandais, peut-être du fait de nombreux articles de presse qui considéraient la famine comme un « jugement de Dieu »11.

  • 12 Hansard, 19 janvier 1847, vol 89 cc1-5. NDLR : La réponse du Lord Hatherton (ancien secrétaire d’ét (...)
  • 13 Cf. Paul Thomas Murphy, Shooting Victoria. Madness, Mayhem, and the Rebirth of the British Monarchy (...)

8Le Discours du Trône de janvier 1847 s’ouvrait sur une évocation de la situation en Irlande et annonçait la poursuite de mesures de livraisons d’aide alimentaire aux Irlandais12. Victoria était aussi favorable à politique d’évolution vers le libre-échange de son Premier Ministre Robert Peel, avec l’abolition des Corn Laws 1846 pour faciliter les importations de grains bon marché et une libéralisation des échanges, qui devait être bénéficiaire à l’Irlande, même si elle n’était pas motivée principalement par elle. Mais la reine, tout comme le prince Albert, était aussi sensible aux agressions des tenanciers contre les landlords, dans lesquelles ils voyaient la confirmation de la propension à la sauvagerie que l’on prêtait aux Irlandais ainsi qu’un risque de subversion de l’ordre établi dans un contexte politique national et international par ailleurs difficile. Survint finalement, en mai 1849, une tentative d’assassinat contre la reine, de la part d’un Irlandais au chômage, qui tira à blanc sur le carrosse royal près du palais de Buckingham. Son geste suscita une réprobation unanime, même dans le camp nationaliste13, et le voyage de Victoria en Irlande fut officiellement annoncé au début du mois de juillet 1849.

9La nouvelle rencontra un accueil mitigé. Déjà, à l’été 1848, lorsque la rumeur d’une visite commença de courir, un journal nationaliste comme le Freeman’s Journal avait établi la distinction entre la visite d’un souverain venu restaurer les anciennes institutions irlandaises (« to call together her faithful Irish Lords and Commons », et porter à nouveau la couronne d’Irlande), et faire « a Royal pageant a substitute of Justice »14. Le Premier Ministre Russell craignait pour sa sécurité, mais le titulaire du Foreign Office, Lord Palmerston, et le Vice-Roi d’Irlande Lord Clarendon étaient pour leur part enthousiastes, jugeant la situation sûre, et que le « caractère irlandais » (Paddy’s character) garantissait un accueil chaleureux15. La noblesse irlandaise même était réservée : Lord Fitzwilliam, Président de la Royal Statistical Society, aurait voulu que Victoria vît d’elle-même le Galway et le Connemara, et une workhouse (l’asile des pauvres, où, depuis 1834, tous les nécessiteux devaient s’enregister pour bénéficier de l’aide publique)16. On retrouvait un argument similaire dans le Freeman’s Journal :

  • 17 Lettre de Lord Fitzwilliam à Lord Monteagle, 2 août 1849, cité par Donald Kerr, A Nation of Beggars (...)

One visit to a hut in Connaught, one view of a ‘‘cleansed’’ estate in the south, a simple etching by her Majesty of one unroofed cabin with its miserable emaciated inmates cast out, and perishing on the dungheap beside it, would be a better result of this tour of the first magistrate of the empire, than a week’s festivities in Dublin Castle17.

  • 18 « At a meeting of the inhabitants of Cork, convened by the Mayor […] for the appointment of a commi (...)
  • 19 C’est encore ce que spécifiait la letter envoyée par le ministre de l’Intérieur George Grey au Cons (...)

10Sans entrer dans les détails des débats sur la visite, disons simplement qu’ils tournaient autour de l’opportunité pour la reine de se rendre dans une Irlande toujours meurtrie dans sa chair, ou encore de l’attitude que les soutiens du camp nationaliste allaient adopter : le conseil municipal de Dublin devait-il exiger des habitants une illumination totale de la ville ? Celui de Cork devait- il mentionner dans son adresse la question des militants détenus en prison ou le rétablissement d’un Parlement souverain18 ? Le vice-roi Lord Clarendon était d’ailleurs inquiet de l’attitude qu’auraient les conseils municipaux nationalistes de Dublin et Cork, deux étapes importantes du voyage. Il en allait de même pour les évêques : quel contenu donner à leur adresse ? Un troisième aspect portait sur le coût même du voyage : une visite d’État aurait été trop somptuaire compte tenu de la situation économique locale19 et le Morning Post de Londres avait parlé d’une visite qui ferait mieux d’être « de condoléance pour la Famine » ; une idée assez largement répandue était que ces sommes auraient pu être mieux dépensées pour aider les pauvres. Le Spectator, alors de tendance whig voire radical, ne disait pas autre chose :

  • 20 Idem, p. 14.

The Royal visit can have no permanent effect, because it cannot supply food nor the material means of comfort. It might help the anticipatory influence of effective measures for the redemption of Ireland, but it cannot supersede such measures20.

  • 21 Stanley Weintraub, Victoria. Une biographie intime, Paris, Robert Laffont, 1988, p. 210
  • 22 Le bâtiment, construit entre 1786 et 1796, qui abritait les quatre cours de justice (Chancellerie, (...)
  • 23 Voir la gravure de l’Illustrated London News du 11 août 1849, reproduite dans Margarita Cappock, «  (...)

11Si le voyage n’était pas une visite d’État, il n’y avait donc pas de frais à prendre en charge sur le budget du vice-roi, par ailleurs limité. Il ne devait pas y avoir de cérémonies d’« apparat », ni de banquets. Le voyage était placé sous le signe des efforts d’économie : Albert prévoyait « 500 £ pour couvrir tous les frais autres que le boire et le manger »21 ; après quelques aménagements, Lord Clarendon présenta une facture de 2 000 £, établie au plus près, qui incluait les frais de rénovation et d’embellissement de Vice-Regal Lodge, la résidence du Vice-Roi, pour accueillir les visiteurs royaux ou encore l’illumination au gaz des Four Courts à Dublin22, et l’érection des arcs de triomphe et des tribunes. Le financement provenait de contributions versées par des hommes d’affaires ou des landords locaux ; par exemple, un maître de forges du nom de Thomas Turner paya l’édification d’un arc de triomphe en fer forgé sous lequel Victoria et Albert cheminèrent lorsqu’ils visitèrent sa fonderie de Ballsbridge23.

Déroulement du voyage

  • 24 Cité in James Loughlin, Abject Loyalty, op. cit., p. 67.

12Le voyage dura dix jours, du 2 au 12 août 1849 : rester moins longtemps aurait été trop court pour une première visite. Après une traversée agitée de la mer d’Irlande depuis l’île de Wight, Victoria, Albert et leurs quatre enfants aînés (et une trentaine d’autres participants, officiels, tel le Home Secretary George Grey, mais aussi serviteurs et domestiques, ce qui portait le nombre total du groupe à trente-six) débarquèrent le 2 à Cove, à l’embouchure du fleuve Lee. Base importante de la Navy, ce premier morceau d’Irlande à avoir été foulé par la reine fut rebaptisée – à la demande de la municipalité – Queenstown en son honneur. Le yacht royal Victoria and Albert remonta ensuite le cours du fleuve jusqu’à Cork, dont la visite se déroula au milieu d’une foule nombreuse et enthousiaste : comme Victoria le consigna le soir même dans son journal, il fallut deux heures pour que la procession sillonnât la ville24.

  • 25 C’est par exemple complaisamment repris dans un ouvrage hagiographique paru au Canada au moment du (...)

13Après avoir fait étape à Waterford et Kingston, les Royals débarquèrent à Dublin le 6, où ils passèrent quatre jours. L’étape était cruciale, du fait de le conseil municipal en était tenu par les nationalistes. En fait, l’accueil y fut aussi excellent, avec profusion de sujets dans les rues, de vives acclamations, des arcs de triomphe fleuris. On en connaît plusieurs épisodes, pratiquement entrés dans la légende victorienne, comme celui de la vieille dame qui crie à son intention : « Oh, Queen dear ,make one of thim darlints [sic] Prince Patrick, and all Ireland will die for ye ! », ou celui de la colombe, « a poor little dove was let down into my lap, with an olive branch around its neck, alive, and very tame »25. Dans son Journal, Victoria écrit encore :

  • 26 In James Loughlin, Abject Loyalty, op. cit., p. 67.

It was a wonderful and striking scene, such masses of human beings, so enthusiastic, so excited, yet such perfect order maintained; then the number of troops, the different bands stationed at certain distances, the waving of hats and handkerchiefs, the bursts of welcome which rent the air – all made it a never-to-be-forgotten scene, when one reflected how lately the country had been in open revolt and under martial law26.

  • 27 NDLR : Leader des whigs en Irlande. Ses archives se trouvent au Public Record Office Northern Irela (...)
  • 28 NDLR : La visite en Irlande semble avoir été programmée pour s’insérer dans le voyage prévu vers le (...)

14Les activités du couple royal à Dublin furent classiquement protocolaires : visites (des Jardins botaniques le 6, de la Bank of Ireland – jusqu’en 1801 siège du Parlement irlandais – le 7, de la Royal Irish Academy et de la Royal Dublin Society pour Albert le 9, du Royal Hospital pour les militaires à la retraite), réceptions, revues militaires (le 8 et 9), dîners (mais pas de banquet), concerts. Le 10, Victoria et Albert visitèrent le duc de Leinster27, dans sa résidence de Carton, où ils eurent droit à une démonstration de danses traditionnelles irlandaises effectuée par des tenanciers du duc. Ils se rendirent ensuite à Belfast, dernière étape du voyage irlandais, où ils ne restèrent quelques heures, avant de partir pour l’Écosse28.

  • 29 Cité in Helen Rappaport, Queen Victoria. A Biographical Companion, Santa Barbara, ABC-Clio, 2003, p (...)
  • 30 Idem.
  • 31 Cité par Walter Arnstein, « Queen Victoria’s Other Island », in William Roger Louis (dir.), More Ad (...)
  • 32 In James Loughlin, Abject Loyalty, op. cit., p. 69.

15Le Journal de la reine, et les correspondances d’Albert, convergent dans la description de la ferveur populaire qu’ils reçurent, et que les articles de journaux et de revues contemporains soulignent à l’unisson. Mais on y trouve aussi d’autres observations : Victoria relève ainsi la beauté des femmes (« the beauty of the women is remarkable… such beautifuk dark eyes and hair, and such fine teeth… Almost every third woman was pretty, and some remarkably so29 »). Elle note aussi que les gens sur son passage sont pauvrement vêtus (« very poorly, often raggedly dressed30 »). Victoria était pourtant habituée au spectacle de la pauvreté (elle avait effectué en 1843 un voyage dans les Midlands, où elle avait pu mesurer l’ampleur des écarts de richesse dans une même région), mais celui-ci prenait ici une dimension nouvelle. Pour autant, les réalités les plus crues de la Famine lui avaient été épargnées par un itinéraire soigneusement choisi : elle n’alla pas, comme le regrettait par anticipation Lord Fitzwilliam, dans l’Ouest de l’île, partie la plus durement touchée ; mais le choléra sévissait à Cork et Dublin lors de son arrivée. A Dublin, la reine fit une allusion à la Famine : « I gladly share with you the hope that the heavy visitation, with which Providence has recently visited large numbers of my people in this country, is passing away »31. De fait, on l’a vu, le phénomène de destruction des récoltes de pommes de terre par le mildiou cessa progressivement en 1849, après trois années excessivement critiques. Le voyage était aussi pour Victoria une façon d’apprécier la fidélité de ses sujets : outre les foules qui se pressaient pour la voir, elle s’extasiait devant le fait que le Royal Irish Constabulary soit resté loyal lors des troubles de 1848 (« all Irish, and chiefly Roman Catholics ; and not one of whom, during trying times last year, fraternized with the rebels »32).

Les enjeux

  • 33 Voir, par exemple, la gravure de l’Illustrated London News, « The Queen and Prince Albert arriving (...)

16De fait, la visite royale était un exercice délicat à mener à bien, et cela se voyait très nettement. Dès le départ, les aspects protocolaires furent soigneusement étudiés : lorsque Victoria et Albert débarquèrent à Cork, la reine était de mise modeste, portant elle-même sa propre ombrelle, et ne se distinguant pas vraiment sur le plan vestimentaire du reste de l’assistance33 ; elle porta des vêtements faits en Irlande ou en tissus irlandais, acheta un bouquet de trèfles irlandais à Kingstown et l’arbora de façon ostensible jusqu’à Dublin. La sobriété de comportements était de mise, pour ne pas jurer avec le difficile contexte économique ; Victoria, parfois protocolairement capricieuse (on sait qu’elle rechignait fréquemment à effectuer les ouvertures des sessions parlementaires, qu’elle trouvait physiquement et psychologiquement éprouvantes), accomplit ses fonctions protocolaires sans se fatiguer, y trouvant même des vertus (« I really felt hardly at all tired » écrivait-elle dans son Journal au soir du 8 août). De fait, ce jour même, à Dublin, elle enchaîna une réception de trois heures, où 2 000 personnes lui furent présentées, puis un dîner pour vingt personnes, un bal avec 300 participants, où la reine dansa plusieurs valses ; le lendemain, elle passait en revue 6 000 soldats à Phoenix Park avec Albert, ce qui prit encore trois heures. Dans toutes les villes visitées, elle circula en carrosse ouvert, sans protection particulière, attestant ainsi de sa confiance en ses sujets.

  • 34 James Murphy, Abject Loyalty, op. cit., p. 96) signale ainsi la mort de 30 catholiques dans une éme (...)

17Elle afficha aussi une attitude de stricte neutralité dans le contexte de division confessionnelle : l’itinéraire retenu comportait deux étapes catholiques (Cork et Dublin) et une étape hautement protestante (Belfast). Chef de l’Église anglicane, elle invite au dîner du 8 août (20 personnes) des dignitaires catholiques, dont l’évêque de Dublin, Daniel Murray ; était-ce une façon de le « récompenser » pour sa rédaction d’une adresse beaucoup plus conciliante que celle qu’auraient voulu voir rédigée les évêques Michael Slattery (Cashell) ou John McHale (Tuam)? A Belfast, elle rendit visite à des institutions caritatives des deux confessions, et effectua une donation de 300 £ à une institution catholique plutôt qu’à une protestante, car celle-ci ne venait en aide qu’à ses coreligionnaires, recourant parfois même au procédé des conversions forcées. En même temps, et toujours à Belfast, ville où les tensions interconfessionnelles pouvaient dégénérer à tout moment34, on pouvait percevoir un effort de mettre de côté les clivages confessionnels : l’évêque catholique, Cornelius Denvir, participa au comité d’accueil, et les arcs de triomphe et autres ornementations festives étaient recouverts de banderoles rédigées à la fois en anglais et en gaélique (avec, notamment, le traditionnel « Cead Mile Failte » : 100 000 fois bienvenue), tout comme ils associaient symboles irlandais traditionnels (la harpe, le trèfle) aux Croix de saint George, emblème de l’Angleterre, et aux Union Jacks.

  • 35 Voir les nombreux commentaires regroupés in James Murphy, Abject Loyalty, op. cit., p. 97-98, ou Ja (...)

18Du côté anglais, la satisfaction était extrême du fait de la chaleur de l’accueil réservé aux Royals35. Quant au Spectator, la satisfaction qu’il exprimait contrastait de façon saisissante avec son opinion sur le peu d’utilité de la visite quelques semaines plus tôt : un article intitulé « Her Most Gracious Majesty », publié peu de temps après le retour de la reine, concluait par

  • 36 The Spectator, 18 août 1849, p. 13.

Victoria and Ireland have seen each other; consequently they sympathize more, and have the greater solicitude for each other's welfare. Victoria's influence cannot fail to serve Ireland and the people that welcomed her after its suffering as sunshine after cloud36.

19Du côté des Irlandais nationalistes, on peut noter l’évolution du discours tenu par le Freeman’s Journal. Pessimistes, voire hostiles avant la visite, on l’a vu, ses articles tentèrent, au début, de minimiser son impact auprès du peuple irlandais : à Cork, si effectivement les rues étaient encombrées de monde, l’essentiel des acclamations serait venu des « well-dressed occupiers of the windows », donc les plus aisés, ceux qui regardaient de chez eux, les Irlandais plus modestes étant avant tout venus en simple badauds (6 août 1849) ; à Dublin, certains gradins n’auraient été que faiblement remplis (7 août). Mais il fallut en fait changer de registre devant l’évidence qui ne pouvait être niée : les Irlandais auraient été motivés par des sentiments « loyaux », « chevaleresques » envers la reine ; « the more the citizens of Dublin see of Queen Victoria, the more she wins her affection and the warmer become their feelings towards her » (8 août) ; incidemment, cet argument anticipait de quelques semaines celui du Spectator qui débutait son article cité du 18 août par « VICTORIA is a sovereign who gains upon the esteem of her countrymen as the knowledge of her increases ». Dublin était donc, selon le Freeman’s Journal, « like a city risen from the dead » (10 août) et, de toute façon, « while Irishmen were most ardent in their pursuit of national rights they never harboured, much less entertained and idea of placing themselves without the pale of her sceptre, or never designed to change the form of their constitution » (8 août)37.

20Depuis Balmoral, où elle résida quelque temps après avoir quitté l’Irlande, Victoria demanda au Home Secretary Grey d’envoyer une lettre à Lord Clarendon pour le féliciter du bon déroulement du voyage. Il y était ajouté :

  • 38 The Spectator, 18 août 1849, p. 11.

Her Majesty rejoiced to observe among the multitudes who enthusiastically greeted her appearance, the absence of all distinction of class and party; and she indulges the hope, that the feelings elicited on this occasion may tend to promote among all her faithful subjects in Ireland that union of heart and affection which is essential to the prosperity of their common country38.

  • 39 Victoria utilise bien l’adjectif « excitable » pour décrire la foule qui l’accueille à Cork, d’aill (...)
  • 40 « Agitation is extinct, Repeal is forgotten—the seditious associations are closed,—the priests are (...)

21Il est tentant de ranger cela au chapitre des vœux pieux, compte tenu de l’évolution ultérieure de la situation ; ou, pourquoi pas, risquons l’anachronisme, d’une sorte de « langue de bois » avant la lettre, la reine ayant, finalement, inspiré ces lignes depuis son « beloved Balmoral », et on connaît la disproportion entre la durée cumulée de ses visites en Écosse comparée à celle de ses visites en Irlande. Il faut, en histoire, se garder des analyses trop fortement marquées par le benefit of hindsight, et nous en avons ici un exemple tout à fait significatif. Les interprétations de la réaction populaire, incontestablement chaleureuse, ont bien sûr varié : manifestation d’un loyalisme instinctif qui avait pu être refoulé par les événements de la décennie précédente ? Simple curiosité pour l’inhabituel, pour une occasion de festivité, en bref, pour le « spectacle », dont on connaît l’importance dans l’Europe du XIXe siècle, dans un contexte par ailleurs, en effet, bien sombre ? N’est-ce pas alors retomber sur les clichés bien commodes des prétendus invariants psychologiques propres à chaque peuple, avec le caractère excitable du « Paddy », qui s’enthousiasme pour un rien39 ? Il est vrai aussi que l’analyse faite par Lord Clarendon avant la visite pouvait avoir plus qu’une part de vérité, et que le moment était, par la conjonction de plusieurs facteurs, particulièrement bien choisi40. De fait, le projet institutionnel du Repeal Movement n’était pas totalement séparatiste : O’Connell envisageait un retour à l’union des couronnes qui avait existé entre 1707 (création du royaume de Grande-Bretagne) et 1801 (union des royaumes de Grande-Bretagne et d’Irlande), et la Repeal Association était « Loyal » ; on l’a dit, c’était aussi le point de vue mis en avant par le Freeman’s Journal en 1848. Le mouvement nationaliste irlandais n’était pas alors encore devenu républicain, et l’idée d’une « restauration » de l’ancien royaume d’Irlande n’était pas dénuée de substance. N’oublions pas non plus que la jeune reine monta sur le trône avec une réputation de whigness, sinon même de radicalisme, ce qui ne pouvait que lui donner un présupposé sympathique auprès des Irlandais « de base », tandis que la presse britannique tory s’ingéniait à la critiquer – et le voyage irlandais ne fit pas exception à la règle.

Conclusion

  • 41 Richard Kelly, « Queen Victoria and the Irish Post-Famine Context. A Royal Visit », Studies in Vict (...)
  • 42 The Spectator, 1erseptembre 1849, p. 8.
  • 43 Walter Arnstein, « Queen Victoria’s Other Island », art. cit., p. 56.

22L’évolution ultérieure des choses peut à juste titre passer pour un catalogue d’occasions perdues : il n’y eut tout d’abord pas d’abolition de la vice-royauté d’Irlande, comme certains avaient pu l’espérer et ce qui aurait fait de l’Irlande une partie « comme les autres » du royaume, et Lord Clarendon pensait que l’Irlande continuerait de nécessiter une présence militaire renforcée pour garantir l’ordre public41. La rumeur selon laquelle Victoria voulait faire construire une résidence de bord de mer à Killiney, à quelques kilomètres de Dublin, s’avéra être exactement cela, une rumeur42. Au contraire, elle rejeta à plusieurs reprises l’idée d’acquérir une propriété en Irlande, soit qu’elle ne voulût pas être un propriétaire absentéiste de plus sur une île qui n’en manquait pas, soit qu’elle jugeât le climat irlandais moins vivifiant que celui de Balmoral43. Certes, Victoria revint en Irlande en 1853, pour l’inauguration de l’Exposition industrielle à Dublin, qu’elle honora de quatre visites successives, manifestant beaucoup d’intérêt pour les produits irlandais, et se faisant un devoir d’en acheter de façon significative, puis en 1861 et en 1900. Entre-temps, le contexte avait changé, et le mouvement nationaliste s’était radicalisé progressivement ; en 1861, les Fenians avaient même mis le Prince de Galles à prix, mort ou vivant, tandis que les attentats perpétrés sur le sol britannique (telles les explosions de Clerkenwell, en 1867, ou la Fenian Dynamite Campaign de 1881-1885) avaient bien peu de chances de plaider la cause des nationalistes, devenus républicains, aux yeux de la reine. Celle-ci était passée des opinions whig de sa jeunesse à un conservatisme fondamental, doublé d’anticatholicisme, et elle plaçait le maintien de l’ordre public avant tout, tandis que son Premier Ministre libéral Gladstone, en fonction à quatre reprises entre 1868 et 1894, s’était fixé comme tâche de résoudre la « question d’Irlande » par les réformes. Pour autant, les visites successives de la reine suscitèrent des réactions très positives, même si, sans doute, d’une ampleur différente de celle de 1849 ; d’autres membres de la famille royale se rendirent à leur tour en Irlande, comme le Prince de Galles (que sa mère avait fait comte de Dublin en 1849) et son épouse, en 1868, et le duc de Connaught, Arthur (« Prince Pat » pour les Irlandais, puisque Patrick était son troisième prénom – cf. supra) en 1869 et 1871, et reçurent un accueil enthousiaste, même dans les comtés les plus acquis à la cause nationaliste. La visite de Victoria en Irlande en 1849 ne doit donc pas contribuer à substituer une « légende rose » à la légende noire de la Famine Queen, mais sur ce point comme dans d’autres, doit amener à faire la part des choses entre la complexité de la situation irlandaise et les simplifications polémiques de la propagande nationaliste postérieure.

Haut de page

Notes

1 Cette contribution fut présentée à la Journée d’études du 5 décembre 2014 à la MSH Aquitaine, organisée par les universités de Bordeaux-Montaigne, Poitiers et Toulouse 1 avec l’aide de la Société française d’études irlandaises (SOFEIR). Cliquez sur le lien WebTV Montaigne pour visionner.

2 Giles St Aubyn, Queen Victoria. A Portrait, Londres, Sceptre, 1992, p. 119.

3 Le première fut Elizabeth Longford, Victoria RI, Londres, Weindenfeld & Nicholson, 1998, p. 68-69.

4 Pour les repealers, les whigs étaient un moindre mal, car les tories étaient contre le moindre changement apporté à la loi d’union de 1801. Sur les effectifs parlementaires, voir B. M. Walker (dir.), Parliamentary Election Results in Ireland, 1801-1922, Dublin, Royal Irish Academy, 1978.

5 Sur les aspects agricoles et les conséquences démographiques de la crise du mildiou de la pomme de terre, voir la bonne mise au point de Jean-Pierre Poussou, « La Grande Famine irlandaise de 1846-1850 », in Claire Laux (dir.), Le Monde britannique de 1815 à 1931, Paris, Ellipses, 2009, pp. 155-164.

6 Elizabeth Longford, Victoria, op. cit., p. 188.

7 Ce n’est pas notre propos de revenir ici sur les politiques de secours entreprises, de leur efficacité, ou de leurs limites.

8 Publié dans l’United Irishman, le 7 avril 1900, à l’occasion de la quatrième visite de Victoria en Irlande, le poème émanait d’une militante socialiste, nationaliste et féministe. NDLR : Une idée de la teneur de cette accusation est donnée par la citation suivante « And in truth, for Victoria, in the decrepitude of her eighty-one years, to have decided after an absence of half-a-century to revisit the country she hates and whose inhabitants are the victims of the criminal policy of her reign, the survivors of sixty years of organised famine, the political necessity must have been terribly strong; for after all she is a woman, and however vile and selfish and pitiless her soul may be, she must sometimes tremble as death approaches when she thinks of the countless Irish mothers who, sheltering under the cloudy Irish sky, watching their starving little ones, have cursed her before they died. »

9 Peter Gray, Famine, Land and Politics. British Government and Irish Society 1843-1850, Dublin, Irish Academic Press, 1999, p. 259.

10 Cf. Frank Prochaska, Royal Bounty. The Making of a Welfare Monarchy, Londres, Yale University Press, 1995, p. 79 sqq.

11 Pour un panorama des idées très hostiles aux Irlandais, voir la contribution de Christophe Gillissen dans cette publication.

12 Hansard, 19 janvier 1847, vol 89 cc1-5. NDLR : La réponse du Lord Hatherton (ancien secrétaire d’état en charge de l’Irland 1833-1834) indique encore plus la ligne officielle. Hansard, HL Deb 19 January 1847 vol 89 cc5-66.

13 Cf. Paul Thomas Murphy, Shooting Victoria. Madness, Mayhem, and the Rebirth of the British Monarchy, Londres, Pegasus, 2013.

14 Freeman’s Journal, 5 avril 1848, cité dans James Murphy, Abject Loyalty. Nationalism in Ireland during the Reign of Victoria, Catholic University of America Press, 2001, p. 73.

15 Cité dans James Loughlin, « Allegiance and Illusion. Queen Victoria’s Irish Visit of 1849 », History, 87, 2002, p. 498-499. Parmi les innombrables stéréotypes que les Britanniques entretenaient sur les Irlandais (« Paddy » étant le diminutif un peu condescendant de « Patrick ») figurait une excitabilité de caractère qui pouvait les pousser aussi bien à la plus grande allégresse qu’à la violence incontrôlable.

16 Freeman’s Journal, 29 juin 1849, cité dans James Murphy, Abject Loyalty, op. cit., p. 81.

17 Lettre de Lord Fitzwilliam à Lord Monteagle, 2 août 1849, cité par Donald Kerr, A Nation of Beggars, Priests, People and Politics in Famine Ireland, 1846-1852, Oxford, Oxford University Press, 1994, p. 204.

18 « At a meeting of the inhabitants of Cork, convened by the Mayor […] for the appointment of a committee to prepare an address, some interruption and excitement occurred, on an attempt by Mr. Dennis O'Flynn to move an instruction to the committee that they should embody in the address a paragraph praying the Queen's mercy on behalf of all those now suffering for political offences. Mr. 0' Flynn was opposed, and assailed with violent interruptions; and it was a long time before he could gain even a hearing. By good temper and extraordinary perseverance, he at last obtained a hearing for his speech and resolution; but the resolution was rejected by a large majority »: The Spectator, 28 juillet 1849, p. 8.

19 C’est encore ce que spécifiait la letter envoyée par le ministre de l’Intérieur George Grey au Conseil municipal de Dublin contenant l’annonce de la visite : « the distress unfortunately still prevalent precludes the Queen from visiting Dublin in state; as any large expenditure would be ill-timed, and inconvenient to her subjects. Yet her Majesty does not wish to let another year pass without visiting a part of her dominions with which she has for so long a time been anxious to become acquainted » : The Spectator, 7 juillet 1849, p. 9.

20 Idem, p. 14.

21 Stanley Weintraub, Victoria. Une biographie intime, Paris, Robert Laffont, 1988, p. 210

22 Le bâtiment, construit entre 1786 et 1796, qui abritait les quatre cours de justice (Chancellerie, Banc du Roi, Echiquier et Plaids communs)

23 Voir la gravure de l’Illustrated London News du 11 août 1849, reproduite dans Margarita Cappock, « Pageantry or Propaganda ? The Illustrated London News and Royal Visitors in Ireland », Irish Arts Review Yearbook, 2000, pp.86-93.

24 Cité in James Loughlin, Abject Loyalty, op. cit., p. 67.

25 C’est par exemple complaisamment repris dans un ouvrage hagiographique paru au Canada au moment du Jubilé d’Or : Frederick Ball, Queen Victoria. Scenes and Incidents of her Life and Reign, Toronto, Toronto Willard Tract, 1887, p. 145. De fait, le prince Arthur, né l’année suivante, se vit attribuer Patrick comme troisième prénom.

26 In James Loughlin, Abject Loyalty, op. cit., p. 67.

27 NDLR : Leader des whigs en Irlande. Ses archives se trouvent au Public Record Office Northern Ireland dans les 28 volumes et près de deux mille documents d’archives de la famille Leinster : http://www.proni.gov.uk/introduction__leinster_papers_d3078-2.pdf. On peut y trouver des lettres concernant la visite de la Reine, mais également les activités du duc comme Lord Chief Justice, chargé de superviser le système judiciaire entre 1846 et 1849, ainsi que son activité comme propriétaire et comme homme politique.

28 NDLR : La visite en Irlande semble avoir été programmée pour s’insérer dans le voyage prévu vers le lieu de villégiature de la famille royale à Balmoral – qu’elle venait d’acquérir l’année précédente – à temps pour l’ouverture de la saison de la chasse au lagopède d’Écosse, le 12 août, date fixée depuis 1831 par la loi.

29 Cité in Helen Rappaport, Queen Victoria. A Biographical Companion, Santa Barbara, ABC-Clio, 2003, p. 204.

30 Idem.

31 Cité par Walter Arnstein, « Queen Victoria’s Other Island », in William Roger Louis (dir.), More Adventures in Britannia. Personalities, Politics and Culture in Britain, Austin, University of Texas Press, 1998, p. 52.

32 In James Loughlin, Abject Loyalty, op. cit., p. 69.

33 Voir, par exemple, la gravure de l’Illustrated London News, « The Queen and Prince Albert arriving at Custom House Quay, Cork », 11 août 1849 (cf. Margarita Cappock, « Pageantry or Propaganda », art. cit.)

34 James Murphy, Abject Loyalty, op. cit., p. 96) signale ainsi la mort de 30 catholiques dans une émeute survenue dans les quartiers Est de la ville, majoritairement protestants.

35 Voir les nombreux commentaires regroupés in James Murphy, Abject Loyalty, op. cit., p. 97-98, ou James Loughlin, British Monarchy, op. cit., p. 70.

36 The Spectator, 18 août 1849, p. 13.

37 https://www.irishnewsarchive.com/freemans-journal-newspaper-archive; consulté le 10 février 2015.

38 The Spectator, 18 août 1849, p. 11.

39 Victoria utilise bien l’adjectif « excitable » pour décrire la foule qui l’accueille à Cork, d’ailleurs associé à « very good humoured » : Journal, 3 août 1849.

40 « Agitation is extinct, Repeal is forgotten—the seditious associations are closed,—the priests are frightened and the people are tranquil. Everything tends to secure for the Queen an enthusiastic reception », cité in Murphy, Abject Loyalty, op. cit., p. 79.

41 Richard Kelly, « Queen Victoria and the Irish Post-Famine Context. A Royal Visit », Studies in Victorian Culture, 7, 2009, p. 10.

42 The Spectator, 1erseptembre 1849, p. 8.

43 Walter Arnstein, « Queen Victoria’s Other Island », art. cit., p. 56.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/1754/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe CHASSAIGNE, « La famine et la situation politique en Irlande : autour du voyage de Victoria en Irlande d’août 1849 », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 16 avril 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/1754 ; DOI : 10.4000/mimmoc.1754

Haut de page

Auteur

Philippe CHASSAIGNE

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Bordeaux-Montaigne. Il est l’auteur, entre autres, d’une Histoire de la Grande-Bretagne, Paris, Flammarion, 2008 ; et de Buckingham Palace fin de siècle : La Monarchie Britannique à l'épreuve, Paris, Privat, 2001

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page