Navigation – Plan du site

Autocritique épistolaire et journalistique de l’Espagne des Lumières aux balbutiements du Libéralisme

Marie-Catherine Talvikki Chanfreau

Entrées d’index

Mots-clés :

stéréotypes

Aires géographiques :

Espagne, Pays basque, Catalogne

Thèmes :

mythes, territoires
Haut de page

Texte intégral

  • 1 José Cadalso [Cadix 8 octobre 1741-Gibraltar 27 décembre 1782], Aperçu moral, politique et critique (...)

1Hors de la Péninsule, dans la lignée de la « Légende Noire » anti-ibérique, de nombreux auteurs étrangers publièrent, sans prendre la peine de vérifier sur place leurs accusations ni de nuancer leurs dires rarement flatteurs, des généralisations à l’emporte-pièce sur l’essence de l’Espagne et le caractère de ses habitants. Au sud des Pyrénées, cela ne manqua point de susciter, de la part des Espagnols qui se sentaient offensés par les préjugés de leurs détracteurs ou agacés par leur ignorance, soit de véhémentes défenses, soit, comme nous nous proposons de le montrer dans le présent article, une volonté de dénoncer eux-mêmes, de l’intérieur, les plaies qu’ils reconnaissaient, non sans ironie, frapper leur propre pays. Ainsi, les Cartas marruecas1, sous l’Ancien Régime, puis les Artículos de costumbres, à la charnière de la féroce répression absolutiste et de l’avènement, pendant la Première Guerre Carliste, de libéraux divisés, proposèrent les visions souvent humoristiques de deux hommes de lettres polyglottes ayant développé leur esprit critique par des séjours dans le reste de l’Europe, des lectures et des fréquentations intellectuelles.

  • 2 [Joseph] Addison [Milston, Wiltshire 1672-1719], [Richard] Steele, The Spectator [quotidien sauf le (...)
  • 3 [Pierre Carlet de Chamblain de] Marivaux [Paris 4 février 1688-12 février 1763], Le Spectateur Fran (...)
  • 4 José Clavijo y Fajardo [Lanzarote 1730-Madrid 1806], El Pensador (1762-1767), U. de Las Palmas de G (...)

2Le premier, José de Cadalso y Vázquez, issu d’une famille d’origine basque de commerçants fortunés, étudia en Angleterre, en France au Collège jésuite Louis-le-Grand à Paris à l’automne 1750 et au Séminaire de Nobles de Madrid en 1758. Puis il voyagea, en 1760, en Grande-Bretagne, Hollande, Allemagne, Italie et France, avant d’embrasser la carrière militaire et combattre lors de la campagne du Portugal en 1762. En cette année de déclaration de guerre de l’Angleterre contre les alliés Franco-espagnols, José Clavijo y Fajardo, traduisant des articles du politicien libéral et essayiste anglais Addison2 depuis sa collaboration le 12 avril 1709 dans The Tatler [Le Bavard], ainsi que de l’écrivain français Marivaux3, créait le premier journal indépendant en Espagne. Tout en proposant des réformes éclairées, ses quatre-vingt-six numéros ou Pensamientos4 critiquèrent l’extériorité excessive de certains rites religieux, les pièces traditionnelles de la Fête-Dieu qui finirent par être interdites en 1765, le conservatisme de l’Université, l’oisiveté des aristocrates incultes, les modes.

  • 5 Gregorio C. Martín, « Nuevos datos sobre el padre de Fígaro » , Papeles de Son Armadans 72 (1974), (...)

3Le second — dont le père, Mariano de Larra y Langelot, après des études parisiennes, avait été médecin dans l’Armée du roi Joseph Ier Bonaparte et dut s’exiler5 — étudia à Bordeaux puis à Paris entre 1813 et 1818. Après cinq ans d’un mariage malheureux et cherchant à panser d’autres blessures sentimentales en avril 1835, Mariano José de Larra y Sánchez de Castro quitta une patrie déchirée par un conflit idéologico-dynastique, endeuillée par une épidémie de choléra et des massacres de religieux. Lors de son périple à travers le Portugal, l’Angleterre, la Belgique et la France, il resta six mois à Paris avant de s’en retourner par Bordeaux en décembre.

  • 6 José de Cadalso, Cartas marruecas, Toulouse, Privat ; Paris, Didier (coll. « de classiques espagnol (...)

4Si Cadalso redoutait que le cosmopolitisme aristocratique fît oublier à la noblesse de chaque pays son devoir de veiller au bonheur de sa nation6, Larra, en dépit d’un apparent détachement, s’identifia lui aussi émotionnellement à l’Espagne, au point d’en souffrir intimement. Tous deux influencèrent profondément les auteurs de leur époque, et, indignés par la paresse grimée en dédain de leurs compatriotes, incapables de fournir le moindre effort pour annihiler les conséquences de leurs torts, ils combattirent l’attitude systématique d’autodénigrement. Comment leurs critiques, malgré le poids de l’Inquisition, qui ne sera définitivement abolie que le 15 juillet 1834, favorisèrent-elles une réflexion sur la décadence et la régénération de l’Espagne ?

  • 7 Kalendario manual y guía de forasteros para el carnabal del año 1768, y otros. Contiene los acontec (...)

5Cadalso fut admis chevalier en 1766 dans l’ordre militaire de Saint-Jacques, dont il se moqua des règles et des membres, issus de l’aristocratie. Lorsque Charles III de Bourbon (20 janvier 1716 – 14 décembre 1788) réorganisa l’Armée, son Calendrier Manuel et Guide des étrangers à Chypre pour le Carnaval de l’année 1768 et autres7 lui attira les foudres du puissant Capitaine Général de la Nouvelle Castille et président du Conseil de Castille Pedro Pablo Abarca de Bolea Jiménez de Urrea, dixième comte d’Aranda (Siétamo, Huesca 1 août 1719 - Épila, Saragosse 9 janvier 1798), Grand d’Espagne qui l’exila six mois en Aragon.

  • 8 Defensa de la nación española contra la Carta persiana LXXVIII de Montesquieu. Notas a la carta per (...)
  • 9 Montesquieu, Lettres Persanes [1721, ed. révisée en 1754 suite aux Lettres Persanes convaincues d'i (...)
  • 10 Montesquieu, Op. cit. XXIV « Rica à Ibben à Smyrne » p. 90, CIX « Rica à *** » p. 243-244, CXII « R (...)

6Son roman utopique, Observations d’un officier hollandais au royaume, récemment découvert de Felizta, a été perdu. Cependant, entre 1768 et 1771 il rédigea une Défense de la nation espagnole8 contre la Lettre Persane LXXVIII de Montesquieu9 spécifiquement, même si le moraliste et philosophe français avait explicitement mentionné la Péninsule Ibérique dans plusieurs autres écrits. En effet, réprouvant l’accroissement de la circulation des métaux précieux, sa courte dissertation de 1725 Considérations sur les richesses de l’Espagne examinait comment l’or du Nouveau Monde avait causé la ruine du pays qui s’en était assuré le monopole. Auparavant, une dizaine d’autres lettres persanes évoquaient tout aussi négativement l’Espagne, sa richesse, son multilinguisme, son dépeuplement, comme celui qu’elle avait provoqué ailleurs par la traite mortifère des Africains vers des climats malsains, ou encore par le travail meurtrier des Amérindiens dans les mines. De même, l’expulsion des Maures y était qualifiée péjorativement de funeste ; de cruelle, la dévastation de l’Amérique, dont les personnages de Montesquieu n’attribuaient la gloire de la découverte qu’aux Carthaginois ; d’insatiables, les conquêtes italiennes ; de romain puis wisigoth, le passé peu original ; d’intéressées, les visées sur le Languedoc ; de jésuites, les casuistes ; de laxistes, les théologiens10.

  • 11 Montesquieu, Op. cit. XXIX « Rica à Ibben à Smyrne » p. 101-102.
  • 12 Traduites de L'Esploratore Turco e le di lui pratiche segrete con la Porta Ottomana scoperte in Par (...)

7Puis, commencée à Salamanque en 1768, et restée inachevée en 1774, l’œuvre majeure de Cadalso adopta justement la forme épistolaire des Lettres persanes. Pour avoir raillé l’Inquisition espagnole11, qui la condamna en 1787, l’oeuvre du baron Charles-Louis de Secondat avait elle-même imité les cent deux épîtres en trois volumes12, censurées sur des points religieux, mais qui ouvrirent l’Europe des Lumières à d’autres imaginaires étrangers curieux.

8Déclenchant, par cet ingénieux subterfuge fictionnel, un processus presque général d’habile autocritique nationale, Giovanni Paolo Marana y avait évoqué au passage les 150 000 morisques expulsés d’Espagne ainsi que les révoltes catalanes et portugaises de juin 1642 :

  • 13 Jean Paul Marana, L'Espion du Grand Seigneur et ses relations secrètes envoyées au Divan de Constan (...)

On ne voit en ces temps que conjurations, que guerres, que séditions, des trahisons, des infidélités et des révolutions d’État « imputables à la politique du comte-duc d’Olivares, que les Français espéraient voir se poursuivre » afin de perpétuer par ses conseils les disgrâces de l’Espagne13.

  • 14 Philip Ward (ed.), Diccionario Oxford de literatura española e hispanoamericana, Barcelona, Crítica (...)

9D’autre part, les Lettres africaines de Cadalso semblent aussi redevables du Citoyen du Monde ou Lettres d’un philosophe Chinois résidant à Londres à ses amis en Orient (1762) de l’écrivain anglais Oliver Goldsmith14, lui-même inspiré par les Lettres chinoises ou correspondance philosophique, historique et critique, entre un Chinois voyageur à Paris est ses correspondants en Chine, en Moscovie, en Perse et au Japon.

  • 15 Jean Henry-Samuel Formey, La France littéraire, ou Dictionnaire des auteurs françois vivans, Berlin (...)

10Ce livre fut publié en 1739 en cinq volumes in-8°, puis réédité en six tomes en 1742. Selon son auteur, l’écrivain philosophe Jean-Baptiste de Boyer, Marquis d’Argens15, dont les écrits furent condamnés par l’Inquisition espagnole, la France catholique était moins intolérante que l’Espagne. Depuis la création du Saint Office, l’Église catholique y exerçait une tyrannie idéologique qui bâillonnait les consciences et paralysait la marche de la raison expérimentale, les progrès de la bonne philosophie :

  • 16 Jean-Baptiste d’Argens [Aix-en-Provence 24 juin 1704-Toulon 11 janvier 1771], Lettres Chinoises, nv (...)

Compare, cher Yn-Che-Chan, les connaissances des Anglais, des Hollandais, des Français, des Allemands avec celle des Espagnols et des Portugais ; examine leurs caractères : tu trouveras en général autant de différence entre ces peuples, qu’entre les Chinois et les nations brutes et sauvages qui les confinent. Si les Italiens tiennent un milieu entre ces nations si opposées, c’est qu’ils ne sont point aussi libres de penser que les unes, et aussi contraints que les autres16.

  • 17 Id., t. 3, lettre 81, p. 274.

11Effectivement, les missives du Chinois Tiao affirmaient que, rien n’entravant davantage le bien et l’agrandissement des États que la contrainte des consciences, seuls prospéraient en Europe les pays où l’Homme pouvait en suivre les mouvements, car la liberté de penser était le premier apanage de l’Humanité. Dès que l’on prétendait l’en priver, on la révoltait, on la poussait à des excès dangereux, on l’abrutissait, et on la rabaissait au-dessous de l’instinct animal. Sioeu-Tcheou ajoutait que lorsque l’on connaissait les Européens, et surtout leurs ecclésiastiques, qu’on avait étudié leur caractère, on était surpris de les entendre se récrier sur les persécuteurs, les condamner, et être également persécuteurs17.

  • 18 Jean-Louis Guereña, Antonio Viñao Frago, Estadística escolar, Proceso de escolarización y Sistema e (...)
  • 19 Elisabel Larriba, « Le clergé et la presse dans l'Espagne de l'Ancien Régime » in El Argonauta Espa (...)
  • 20 « Cartas marruecas escritas por un imparcial político » , n° 233, 14 février 1788- n° 280, 29 juill (...)
  • 21 José Cadalso, Cartas marruecas del Coronel D ***, Madrid, Sancha, 1793.

12Malgré l’analphabétisme de la majorité18 des Espagnols, et tandis que le Colonel Cadalso mourait d’un éclat d’obus britannique, El Censor avait obtenu au terme de vingt et un mois l’autorisation de publier entre 1781 et 1788. La page 29 du n° CXXXVII de cet hebdomadaire rappelait qu’il fallait une fermeté d’âme peu commune et un fond de patriotisme inépuisable pour oser dire d’amères vérités à sa propre nation tout en vivant en son sein, pour s’exposer enfin aux pires dangers imaginables, sacrifiant au désir de rendre heureuse sa patrie tous les conforts matériels et ses espoirs. En effet, passant sans complaisance au crible tous les aspects de la vie sociale, économique, politique et religieuse (12 % des articles19), ses cent soixante-sept numéros tirés à cinq cents exemplaires lui valurent de très sévères sanctions de la censure étatique et une condamnation du Saint-Office qui poursuivit son principal éditeur, Luis María García del Cañuelo. De plus, un ordre du 2 octobre 1788 réitéra l’interdiction de toute expression lubrique, satirique, de toute mention aux lois, à la justice, à la religion, de toute critique envers le Gouvernement, ses Ministres, de toute insulte à l’honneur, aux lettres, aux sciences de la Nation, et de toute offense aux individus ou communautés. Mais l’industrie éditoriale se modernisait. Si cent treize imprimeries fonctionnaient à Madrid en 1770, leur nombre s’éleva à deux cent neuf en 1792, et si cent quatre-vingt-six personnes y travaillaient en 1757, on en comptait quatre cent quatre-vingt-dix-huit en 1797. Alors, tout en opérant des coupes dans les Lettres marocaines, Antonio Manegat, l’éditeur ecclésiastique du didactique et encyclopédique Correo de Madrid20 (1786-1791), vendu dans les rues par des aveugles tandis que la Révolution bouleversait le pays voisin, acheva de les publier quinze jours après la prise de la Bastille, sous forme de feuilleton avant l’heure, avec un tel succès qu’elles furent rééditées deux fois l’année de la décapitation de Louis XVI en 179321.

  • 22 José de Cadalso, Cartas marruecas, Toulouse… , XX -XXI p. 110-117.
  • 23 Id. , III p. 41-48, XVI p. 101-106.
  • 24 Cartas marruecas escritas por un moro llamado Gazel Ben-aly a Ben-Beley amigo suyo sobre los usos y (...)
  • 25 Cartas escritas por un moro de la comitiva del Embaxador de Marruecos, sobre las costumbres de los (...)

13La convention littéraire d’une correspondance entre deux Marocains et un Espagnol permettait d’observer, avec la relativité du regard sensé d’un Oriental découvrant la Péninsule, le caractère22 et la vie sociale de ses habitants, sa politique intérieure et l’évolution de son histoire locale23. Effectivement, sur un total de quatre-vingt-dix, soixante-six missives sont adressées d’Espagne au vieux sage marocain Ben-Beley par son disciple Gazel Ben-aly24. Ce noble de la suite de l’Ambassadeur du Maroc25 est guidé par un ami espagnol, Nuño Núñez. Derrière ces deux correspondants, l’on devine les sentiments déjà ’nationalistes’ de l’auteur dont il convient de replacer l’idéologie dans le contexte surveillé des Lumières hispaniques.

  • 26 Carlos Blanco Aguinaga, Julio Rodríguez Puértolas (coord. ), Iris Zavala, Historia social de la lit (...)
  • 27 José de Cadalso, Cartas marruecas, Toulouse… , XXXII p. 143-145, LXXVIII p. 278-283, LXXXVIII p. 30 (...)
  • 28 Id. , LXXII p. 261-262.
  • 29 Id. , XLIX-L p. 191-196.
  • 30 Id. , LXXXVI-LXXXVII p. 302-306.
  • 31 Id. , LXXIV p. 264-266.
  • 32 Id. , LXXIII p. 262-264.
  • 33 Id. , LV p. 201-205.
  • 34 Id. , LI p. 196-199, LXIII p. 222-223.
  • 35 Id. , LXXV p. 267-270.
  • 36 Id. , XII-XIII p. 98-99.
  • 37 Id. , XLIV p. 178-183.
  • 38 Id. , XXXVIII p. 61-62.
  • 39 Id. , XXIV p. 121-123.
  • 40 Id. , VI p. 55-60.
  • 41 Id. , X p. 86-90.
  • 42 Id. , XI p. 90-97.
  • 43 Id. , XLI p. 166-173.
  • 44 Id. , LVI p. 205-207.
  • 45 Id. , XXXV p. 152-158.
  • 46 Id. , LXIV p. 223-232.

14Par conséquent, sans intention de changer la société patriarcale d’Ancien Régime, cet essai satirique exprime plutôt un souci moral de la réformer26 grâce aux Lumières27. En évoquant la situation de l’Espagne et des Espagnols, Cadalso s’oppose à la cruauté des courses de taureaux28, fulmine contre les mauvais traducteurs29 car, se méfiant de la censure, il évite d’aborder les sujets cruciaux de la religion30 et de la politique. Blâmant néanmoins les ambitions personnelles des Habsbourgs31, il fait prudemment l’éloge des Bourbons32, davantage guidés par le bien-être de la nation. Ainsi parvient-il à louer le patriotisme sincère tout en dénonçant le népotisme33 et la corruption des politiciens34. De même défend-il l’institution de la famille et d’un mariage librement décidé entre conjoints assortis35 afin de mieux fustiger celle d’une noblesse héréditaire36, non plus acquise par le mérite, mais léguant de scandaleuses fortunes à des parasites mal éduqués. Reprenant, comme depuis deux siècles, le lieu commun du manque de développement de l’Espagne37, il en critique les traditions obsolètes, le clergé pléthorique, le leurre des richesses du Nouveau Monde dont la conquête n’a apporté chez les Espagnols qu’arrogance38, mépris de l’industrie39, du commerce et de la science40. Pour Cadalso, non seulement les mœurs figées, autant que le libertinage41, pervertissent les relations sociales42, mais l’importation massive d’articles, d’un luxe43 qu’il estime superflu, ruine la production nationale. Selon lui, l’amour de la Patrie y est remplacé44 par l’étroitesse d’esprit de marchands, soumis aux caprices de la mode45, comme du peuple borné, ou par les excès d’une gallomanie affectée par d’oisifs petits-maîtres qui méconnaissent l’usage de leur langue46.

15Or, cette même veine satirique se retrouva au siècle suivant sous la plume de Larra. Ayant abandonné à seize ans ses études de Droit à l’Université de Valladolid en raison d’une déception sentimentale, et n’ayant pas eu le cœur de les poursuivre à celle de Valence, ce pamphlétaire trouva du travail pendant deux ans dans les bureaux madrilènes de l’Inspection des Volontaires Royalistes d’Infanterie. Malgré son intégration obligatoire dans leur corps paramilitaire de militants de l’absolutisme le jour de ses dix-huit ans, il avait composé une ode à la Liberté contre le fanatisme, le despotisme et la tyrannie.

  • 47 Gioconda Marún, « Apuntaciones sobre la influencia de Addison y Steele en Larra », Hispania 64 (198 (...)

16Sa position l’empêchant de comploter contre le régime, mais lui octroyant le privilège de publier, il s’endetta pour huit ans auprès des fournisseurs de papier, en fondant en 1828 une publication dont le propos semblait ressusciter les facéties de 1641 du Diable boiteux du dramaturge Luis Vélez de Guevara (Ecija, juillet 1579-Madrid 9 novembre 1644). Son titre évoquait El Duende especulativo sobre la vida civil créé le 9 juillet 1761 par Juan Antonio Mercadal pour observer avec les yeux d’un lutin invisible et le même recul qu’un visiteur turc, perse, asiatique ou marocain, la société dans les églises, théâtres, salons, promenades de la capitale afin d’en montrer les vices, travers ou extravagances dans un florilège d’articles. Mais Ferdinand VII de Bourbon (El Escorial 14 octobre 1784-Madrid 29 septembre1833) interdit dès le cinquième numéro, en décembre, son Duende satírico del día, dont le format et surtout le ton mordant rappelaient ceux de El Zurriago [Le Fouet] (1821-1823), sans indulgence pour l’Église catholique, la Monarchie parlementaire, le Gouvernement libéral, la Constitution de 1812, et La Tercerola [Le Mousqueton] (1822), et qui ciblait l’incapacité morale du souverain. Ces deux publications madrilènes n’avaient été tolérées que lors du Triennat Libéral. Ayant désormais interdit la liberté d’expression, le Gouvernement absolutiste n’appréciait guère sa curiosité d’irrévérencieux témoin ni ses narrations moralisatrices fustigeant avec ironie les institutions jugées désuètes47. Passant des cafés aux arènes, ce nouvel Asmodée souhaitait qu’un Chinois assistât à des courses de taureaux pour juger de la perspicacité des Espagnols. Il se moquait tout autant de ceux qui, après un séjour rapide à l’étranger, affectaient, en un sabir franco-anglo-italien, des répugnances artificiellement plaquées à l’encontre de la tauromachie. Avant de conclure par une citation d’une des plus éminentes figures des Lumières hispaniques, Gaspar Melchor de Jovellanos (Gijón 5 janvier 1744-Vega, Asturias, 28 novembre 1811), il avait introduit son propos par des vers de Louis Racine (Paris 6 novembre1692-29 janvier 1763), septième et dernier enfant du grand dramaturge français :

  • 48 Mariano José de Larra [Madrid 24 mars 1809-13 février 1837], [dix-huit] Artículos de costumbres (18 (...)

Vous connaissez l’horreur des spectacles affreux
Dont les Romains faisaient le plus doux de leurs jeux.
Ce peuple qui donnait, par un mépris bizarre,
A tout peuple étranger le titre de barbare,
Ne repaissait ses yeux que des pleurs des mortels
Et de sang arrosait ses théâtres cruels.
Aux tigres, aux lions livrant des misérables,
Il se divertissait de leurs cris lamentables,
Il exposait aux ours des esclaves tremblants
Pour en voir disperser tous les membres sanglants,
Le grave sénateur courait à ces supplices,
Et la jeune vestale en faisait ses délices48

  • 49 Id. , « Diálogo: el duende y el librero » p. 31-33.
  • 50 Miguel A. Muro Manilla, « Cuestiones de técnica narrativa en los artículos costumbristas de El pobr (...)

17Malgré l’échec de son premier journal, Larra ne se départit point, dans ses Articles de mœurs, de son ironie teintée d’élitisme et de misanthropie49. En effet, les échos parisiens des Trois Glorieuses, journées révolutionnaires du 27 au 29 juillet 1830, étant parvenus à résonner au-delà des Pyrénées, il n’écrivit pas que les livrets de Tomás Genovés Lapetra (Saragosse 29 décembre1806-Burgos 5 juin 1861) El rapto, opéra espagnol en trois actes, et Un embuste y una boda, zarzuela en deux actes, donnés à Madrid respectivement en 1832 et 1851. Signant souvent par différents pseudonymes, dont Fígaro depuis le 15 janvier 1833, il publia dans El Eco del Comercio de Fermín Caballero y Morgaez (Barajas de Melo 1800-Madrid 1876) et Joaquín María López (Villena 1789-Madrid 1855) ou, à partir de 1832, dans La Revista Española de José María de Carnerero (1784-1843). Complétant ces contributions littéraires par les quatorze numéros du 27 août 1832 au 26 mars 1833 d’El Pobrecito Hablador50, il y fustigea la médiocrité madrilène :

« le public en conséquence (soit dit sauf son respect) perd le temps, et s’occupe à des futilités » : idée dans laquelle je me confirme en passant par la Porte-du-Soleil. […] je trouve cette foule dînant volontairement et avec le plus grand plaisir, pressée dans un local incommode (je parle de n’importe quel restaurant de Madrid), abstrus, mal décoré, à des tables étroites, sur des nappes communes à tous, s’essuyant la bouche avec des serviettes plus sales encore que grossières, où d’autres se la sont essuyée une demi-heure avant […] Quels attraits peuvent amener le public à manger dans les restaurants de Madrid ?

  • 51 Mariano José de Larra, Le Pauvre Petit Causeur: revue satirique de mœurs (1832-1834) [vingt traduct (...)

[…] une foule nombreuse, pleine d’affectation, obstrue le quartier du Prado et les rues aboutissantes, ou arpente de long en large le Retiro […] pour se marcher sur les pieds, pour étouffer dans la poussière51

  • 52 Id., « Satire contre les vices de la cour (le bachelier don Juan Pérez de Munguía) » [original en v (...)
  • 53 Albert Dérozier, Alberto Gil Novales (éds.), Revisión de Larra (¿protesta o revolución?), Paris, Le (...)
  • 54 Mariano José de Larra, Le Pauvre..., p. 36-37.
  • 55 Id., p. 37.

18Il ne pouvait souffrir ce tableau : « laisse-moi, André, m’enfuir de la cour, m’éloigner d’autant de vices horribles que je suis appelé à voir dans ma misérable patrie »52. En faveur des exploités, il s’exaspérait contre les oppresseurs53 : « maudit soit à jamais le sol honteux où le méchant seul fait fortune ; où l’honnête homme vit en paria […] où le crime dévisagé marche la face baignée dans le rire, le front haut, souillant le sol de ses pas54. ». Taxant la police, qui use de la délation, de fille de la terreur et d’ennemie de la Liberté, il essaya, entre les lignes, de déjouer la censure et de défendre le Libéralisme : « avant que, pour avoir dit des vérités claires, un alguazil me mette dans un cachot, avant que mes satires me coûtent trop cher […] car on ne peut parler ici, une peur intraitable vous met un bâillon sur la bouche, et malheur au premier qui le défait55 ! ».

19Ce poète, auteur dramatique et traducteur reprochait de surcroît à ses compatriotes leur ignorance due à une absence de vie intellectuelle, de génie, d’inventivité ou d’originalité, qui ne produisait que du théâtre, de la littérature ou des traductions de piètre qualité :

  • 56 Id., « Lettre à André écrite des Batuèques par le pauvre Petit causeur » p. 38-50, p. 38, 48, 50.

cet inculte pays dont la rusticité passe pour proverbiale […] de région en région […] Si l’on ne lit pas dans ce pays, est-ce parce qu’on n’y écrit pas, ou si l’on n’y écrit pas, parce qu’on n’y lit pas ? […] je suis né et je vis dans un pays d’écrivassiers et de traducteurs […] Dans ce pays, on ne lit pas, parce qu’on n’écrit pas ; on n’y écrit pas, parce qu’on n’y lit pas. […] Ici on ne lit ni écrit ; […] ce très inculte pays […] où nous aurons la patience de mourir56.

20Dans un contexte de censure, ce manque ambiant d’échange spéculatif, même verbal, fut particulièrement raillé :

  • 57 Id., « Seconde lettre écrite à André par le même bachelier » p. 76-84, p. 76-77.

Peux-tu concevoir qu’à un tel point arrive la circonspection de cet inculte pays ? […] Ici rien ne se parle, rien ne se dit, rien ne s’entend […] « Bonjour, don Rudent, qu’y a-t-il de nouveau ? »- « Chut, taisez-vous, me dit-il, […] cela vaut mieux que vous ne pensez57. »

  • 58 Id., « Se marier tôt et mal » (7 novembre 1832) p. 89-98.
  • 59 Id., « Le vieux Castillan » (8 décembre 1832) p. 99-111.
  • 60 Id., « Revenez demain » (11 janvier 1833) p. 139-150.
  • 61 Mariano José de Larra, [18] Artículos... , « En este país » (Revista Española, 30 avril 1833) p. 91 (...)

21De même que Nicolas Boileau avait condamné le mauvais goût et le surchargé importés d’Espagne en France au XVIIe siècle, Larra protesta contre l’inadaptation de nouvelles modes françaises non assimilées58. S’inspirant d’une satire en vers du législateur de la littérature classique française, il attaqua à l’inverse le misonéisme du chauvin, inconscient de son manque d’urbanité et de civisme, alors que cette absence de raffinement l’entraîne dans une confusion entre sociabilité et vulgarité59. Il s’en prit à la bureaucratie, retournant les meilleures dispositions d’un « monsieur Sans-délai » français60 envers une Espagne que Larra refusait de voir maltraitée par des étrangers dont le mépris ne faisait qu’imiter celui dont ses concitoyens se plaisaient à accabler leur pays61.

  • 62 Id., « Las casas nuevas » (Revista Española, 13 septembre 1833) p. 99-106.
  • 63 Carlos Blanco Aguinaga, Julio Rodríguez Puértolas (coord.), Iris Zavala, Op. cit. , « El siglo de l (...)
  • 64 Mariano José de Larra, [18] Artículos... , « ¿Entre qué gentes estamos? » , (El Observador [d'Anton (...)
  • 65 Id., « La vida de Madrid » (El Observador, 12 décembre 1834) p. 115-119.
  • 66 Id., « Modos de vivir que no dan de vivir: oficios menores » (Revista Española, 29 juin 1835) p. 15 (...)

22S’il tourna en dérision la routine62 qui se perpétuait sous la Régence de Marie-Christine de Naples (Palerme 7 juillet 1806-Le Havre 22 août 1878), entravée par l’immobilisme du Parti Libéral Modéré pendant la Guerre de Sept Ans, il voyait de l’obscurantisme, de la couardise et du ridicule dans un carlisme superstitieux en ce XIXe siècle démocratique et bourgeois. Théoriquement en faveur du principe de la souveraineté populaire63 défendu par le Parti Libéral Progressiste, ce jeune démocrate se méfiait des promesses politiciennes. Il ne tolérait point les mauvaises manières des serviteurs, domestiques, employés ou vendeurs grossiers, dont il dénonça l’incorrection en décrivant l’ébahissement d’un visiteur français ne cessant de s’étonner : « C’est drôle ! C’est drôle64 ! ». Cependant, l’adoration du Veau d’or fut la cible de ses sarcasmes dans la capitale65 où il caricatura les petits métiers de gueux66 avec un certain complexe de supériorité envers les travailleurs manuels.

  • 67 Id., « La nochebuena de 1836: yo y mi criado, delirio filosófico » (El Redactor General, 26 décembr (...)
  • 68 Id., « La diligencia » (Revista Española, 16 avril 1835) p. 129-137; « La caza » (Revista Española,(...)
  • 69 Id., « La sociedad » (Revista Española, 16 janvier 1835) p. 121-128.
  • 70 . Id., « Los calaveras » (Revista Española, 2-5 juin 1835) p. 139-155.

23Avant de publier dès le 5 janvier 1836 dans El Español, Diario de las doctrinas y de los intereses sociales du pionnier du journalisme parlementaire Andrés Borrego Moreno (né à Malaga le 23 février 1802), puis d’entrer dans des considérations philosophiques67, sa peinture de l’évolution sociale avait commencé, dans ses tableaux de mœurs urbaines, à remplacer le pittoresque68 par la dimension historique. Larra y dépeignait une société69 injuste où l’aristocratie, le clergé et la bourgeoisie opprimaient le déclassé appauvri en lui interdisant sa réhabilitation. Il n’y épargnait guère les amis70, dévoilant la mascarade du nouveau gommeux dictée par le qu’en-dira-t-on.

  • 71 Vicente Lloréns, Liberales y románticos. Una emigración española en Inglaterra (1823-1834), Madrid, (...)

24Sachant néanmoins l’ordre changeant, il gardait foi dans le progrès, espérant que ses écrits seraient capables d’en finir avec l’archaïsme. Ainsi s’insurgea-t-il contre l’usage en Espagne d’une religion dévoyée par la superstition, utilisée pour asseoir l’inégalité entre les hommes et l’absolutisme politique. Par conséquent, Larra critiqua l’Église en armes qui fomentait la contre-révolution et la guerre civile, afin de freiner la politique de mise en vente de ses biens amorcée le 19 février 1836 par Juan Álvarez de Mendizábal (Cadix 25 février 1790-Madrid 3 novembre 1853). Avant d’accéder au poste de Ministre de l’Économie et de Président du Gouvernement, ce dernier, franc-maçon d’origine juive, avait financé le pronunciamiento militaire anti-absolutiste du Général Rafael del Riego y Núñez (9 avril 1784-7 novembre 1823). En conséquence, Mendizábal avait dû s’exiler en Angleterre71 lors du rétablissement en Espagne de l’Ancien Régime, au nom de la Sainte Alliance, suite à l’intervention armée des Cent Mille Fils de Saint-Louis commandée par le Dauphin duc d’Angoulême, Louis-Antoine d’Artois (Versailles 1775-Goritz 1844).

  • 72 Diego Ignacio Mateo del Peral, « Larra y la lucha por la libertad de prensa » , Sistema, 12 (1972), (...)
  • 73 Matias Montes Huidobro, « La actitud diferencial en Larra. Superficie y fondo de la angustia » , Hi (...)

25Or, après avoir vitupéré le manque de scrupules de l’hypocrite qui retourne sa veste, le curé bambocheur qui cherche à faire oublier sa réputation de carliste en versant dans l’extrême opposé, Larra s’enfonça lui-même dans la contradiction politique. Suite à une tentative d’improbable réconciliation amoureuse en février, ses ambitions personnelles lui dictèrent, entre mai et novembre 1836, des lignes favorables au Modérantisme dans deux organes de cette tendance, El Redactor General et El Mundo, avec lesquels il avait signé des contrats. Nonobstant leur anonymat, le Cabinet Modérantiste lui en sut gré en soutenant sa candidature à la députation de la province de sa rétive maîtresse mariée, et en manœuvrant le Secrétariat du Gouvernement Civil pour son élection au Parlement, lequel fut cependant empêché de se réunir en raison de violentes rébellions politiques débutées le 25 juillet à Malaga, Cadix, Séville, Grenade, Cordoue, Saragosse et Badajoz. En dépit de l’état d’exception décrété à Madrid le 5 août, les insurrections continuèrent à se propager, dès le 8, comme une traînée de poudre à Valence, Alicante, Murcie, Castellón de la Plana, Carthagène, Barcelone, jusqu’à Ségovie où, avec l’appui de quelques organes de presse et de divers généraux prêts à soulever également leurs circonscriptions militaires, Mendizábal dirigea la mutinerie. Les sergents du Second Régiment de la Garde Royale de la Granja de San Ildefonso, où Marie-Christine de Bourbon-Deux Siciles villégiaturait, y restituèrent, le 12 août, le pouvoir au Progressisme en contraignant la Régente à troquer le timoré Statut Royal de 1834 contre la Constitution gaditaine. Se retrouvant dans la situation paradoxale de renier des réformes qu’il avait pourtant défendues l’année précédente, Larra, pour qui le journalisme devait favoriser de nouveaux modes de production littéraire en projetant des idées de changement social72, douta dorénavant de la mission publique de ses textes. Un suicide par balle le lundi de Carnaval le délivra de cette insupportable angoisse73, d’autant plus invivable que sa maîtresse venait de lui signifier une rupture sans appel.

26Comme d’autres auteurs péninsulaires de la seconde moitié du XVIIIe siècle, Cadalso s’exprima à la première personne, avec esprit critique, sur des thèmes variés et dans une perspective de réforme. Visant l’objectivité, sa prose discursive, dialoguée, trouva un mode de diffusion posthume dans cette presse espagnole qui développa l’essai moderne dans le sillage des Lumières péninsulaires.

  • 74 Christophe Charle, Les Intellectuels en Europe au XIXe, Seuil (Coll. « Points Histoire » ), 2001.

27L’évolution de l’édition entraînant celle des pratiques culturelles, d’autres consciences également préoccupées par les problèmes nationaux, relatèrent aussi leurs expériences personnelles dès le premier tiers du siècle suivant, au cours duquel l’écart éducatif entre les deux versants des Pyrénées ne se combla guère. En effet, le 10 février 1828 fut d’abord inauguré en France un Ministère de l’Instruction Publique, dont le Ministre à partir de 1832, François Guizot créa l’école communale par sa loi du 28 juin 1833. Chaque commune dut entretenir un instituteur et financer une école de garçons. Ce protestant avait aussi pensé aux filles, mais les députés ne retinrent pas sa proposition. Il avait prévu une école normale par département pour former les enseignants et mit en place le corps des inspecteurs. En revanche, à peine soulagé du poids de l’Ancien Régime, mais toujours écrasé par ceux d’une Église catholique jalouse de ses prérogatives et d’une Régence excessivement pusillanime dans son Libéralisme de circonstance, Pablo Montesino Cáceres (Fuente del Carnero 1791-1849) ne parvint qu’à inspirer en 1834 une simple instruction pour le régime et la direction des établissements primaires. Ravageant le territoire, le conflit fratricide justifiait les blocages des modérés. Ainsi, les nominations d’Antonio Gil Zárate (1793-1861) comme Directeur général de l’Instruction Publique en 1835 ou de Manuel José Quintana (Madrid 1772-1857) comme Président de la Direction Générale des Études en 1836, ne débouchèrent sur aucune politique d’enseignement général du vivant de Larra. Pourtant, moins solistes que polyphoniques, des voix comme la sienne avaient tenté de s’affranchir des pesanteurs conservatrices pour que se modernisent les institutions politiques et religieuses. Entre un universalisme progressiste pour la liberté d’expression et un attachement affectif aux symboles culturels du pays, l’intellectuel74 espagnol devint le spectateur narquois et mélancolique d’une société en mutation à qui il tendit un implacable miroir.

  • 75 Susan Kirkpatrick, « Spanish Romanticism and the Liberal Project: The crisis of Mariano José de Lar (...)
  • 76 Eugenio Matus, « Sobre el romanticismo de Larra » , Estudios Filológicos IV (1968), p. 85-106.
  • 77 Juan Marichal, « La melancolía del liberal español: de Larra a Unamuno » , La Torre 9 (35-36) (1961 (...)

28En se penchant sur la réalité locale, Cadalso comme Larra comparèrent leur nation avec ses voisines européennes. Le mouvement novateur dynamisé par les Lumières avait engendré en Espagne un romantisme75 militant en faveur des libertés civiles et politiques, mais les clameurs contre la désertification, la destruction du patrimoine artistique, les établissements et services publics déplorables, se muèrent en un romantisme76 désespéré lorsque Larra n’entrevit aucun remède aux maux analysés. L’autocritique satirique des siens sombra dans le pessimisme, annonçant déjà, avec trois décennies d’avance, les grands débats de la génération dite « de 189877 ».

Haut de page

Notes

1 José Cadalso [Cadix 8 octobre 1741-Gibraltar 27 décembre 1782], Aperçu moral, politique et critique de l´Espagne, ou Lettres africaines [1768-1774], par le colonel Don ***, traduites en français par M. Froment Champ-la-Garde, Paris, Gillé fils, 1808.

2 [Joseph] Addison [Milston, Wiltshire 1672-1719], [Richard] Steele, The Spectator [quotidien sauf le dimanche 1711-1712, 1714], vol. 8, London, Tonson & Draper, 20 juin-20 décembre 1714, 312 p.

3 [Pierre Carlet de Chamblain de] Marivaux [Paris 4 février 1688-12 février 1763], Le Spectateur Français [juin 1721- octobre 1724], Paris, Mille Et Une Nuits, 2001, 79 p.

4 José Clavijo y Fajardo [Lanzarote 1730-Madrid 1806], El Pensador (1762-1767), U. de Las Palmas de Gran Canaria/Cabildo de Lanzarote, 1999, 7 vol.

5 Gregorio C. Martín, « Nuevos datos sobre el padre de Fígaro » , Papeles de Son Armadans 72 (1974), p. 243-250.

6 José de Cadalso, Cartas marruecas, Toulouse, Privat ; Paris, Didier (coll. « de classiques espagnols » ), s. d. [1940], 327 p. , IV p. 48-54.

7 Kalendario manual y guía de forasteros para el carnabal del año 1768, y otros. Contiene los acontecimientos más particulares, los Ministros que componen los tribunales del Amor, los días de gala y otras noticias con el Estado de Mar y Tierra para la Guerra de Cupido. Impreso con superior Privilegio de la decencia en la oficina de Venus, calle de los Placeres enfrente del templo de la juventud, por Adonis Jacinto del Eco, impresor de Cámara y Alcoba de Chipre [1768] Mss. 10748 de la B. N. d'Espagne, ff. 46r-56r.

8 Defensa de la nación española contra la Carta persiana LXXVIII de Montesquieu. Notas a la carta persiana que escribió el presidente de Montesquieu en agravio de la religión, valor, ciencia y nobleza de los españoles, Ed. de Guy Mercadier. U. de Toulouse, IEH, Textes et documents I, 1969.

9 Montesquieu, Lettres Persanes [1721, ed. révisée en 1754 suite aux Lettres Persanes convaincues d'impiété de 1751 de l'abbé Jean-Baptiste Gaultier], Paris, Gallimard (coll. « Folio classique » n° 3859), 2003 [1973], 461 p., « Lettre LXXVIII Rica à Usbek : lettre d'un Français sur les Espagnols et sur les Portugais, jugement qu'un Espagnol porterait sur les Français » p. 189-193.

10 Montesquieu, Op. cit. XXIV « Rica à Ibben à Smyrne » p. 90, CIX « Rica à *** » p. 243-244, CXII « Rhédi à Usbek à Paris » p. 247, CXVIII « Usbek au même » p. 260-261, CXXI « Usbek au même » p. 264-267, CXXX « Rica à *** » p. 281-284, CXXXI « Rhédi à Rica à Paris » p. 284-287, CXXXII « Rica à *** » p. 287-289, CXXXIV « Rica au même » p. 290-292, CXLIII « Rica à Nathanaël Levi, médecin juif à Livourne » p. 315-321.

11 Montesquieu, Op. cit. XXIX « Rica à Ibben à Smyrne » p. 101-102.

12 Traduites de L'Esploratore Turco e le di lui pratiche segrete con la Porta Ottomana scoperte in Parigi nel Regno di Luiggi il Grande l'anno 1683, dont les 30 premières lettres du t. 1 in-8° ms furent dédicacées le 15 et présentées à Louis XIV (Saint-Germain-en-Laye 5 septembre 1638-Versailles 1715) le 22 avril (ff. 373, BNF, Fonds italiens, 1006, provenant de Versailles) avant d'être retouchées et imprimées en tant que Gian-Paolo Marana [1642-IX-1693], L'esploratore Turco e le di lui relazioni segrete alla Porta Ottomana, scoperte in Parigi nel Regno di Luiggi il Grande. Tradotte dall'arabo in italiano da*** e dall'italiano in francese da *** contengono le piu' nobili azioni della Francia e della christianità dall'anno 1637 fino al 1682, Con privilegio del Re, t. 1, Paris, Barbin, M.DC.LXXXIV (In-8°, BNF, Imprimés Z. 14.477, ex dono authoris) et suivies des lettres 31 à 63 de G. P. Marana, l'Esploratore Turco del Signor *** t. 2, 1684 (in-8° ff. 278, Versailles, Bibl. du Roi, BNF, Fonds italiens, 1007).

13 Jean Paul Marana, L'Espion du Grand Seigneur et ses relations secrètes envoyées au Divan de Constantinople découvertes à Paris pendant le règne de Louis le Grand. Traduit de l'arabe en italien par le Sieur *** et de l'italien en français. Ces relations contiennent les événements les plus considérables de la chrétienté et de la France depuis l'année 1638 jusqu'à l'année 1682, Paris, au Palais sur le second Perron de la Sainte-Chapelle, Barbin, t. 1, 1684- t. 3, 1686.

14 Philip Ward (ed.), Diccionario Oxford de literatura española e hispanoamericana, Barcelona, Crítica, 1984, p. 125.

15 Jean Henry-Samuel Formey, La France littéraire, ou Dictionnaire des auteurs françois vivans, Berlin, Haude et Spener, 1757, p. 94-95 : « Argens : Chambellan du Roi de Prusse » .

16 Jean-Baptiste d’Argens [Aix-en-Provence 24 juin 1704-Toulon 11 janvier 1771], Lettres Chinoises, nvlle éd., La Haye, Paupie, 1755, t. 2, lettre 30, p. 17-18.

17 Id., t. 3, lettre 81, p. 274.

18 Jean-Louis Guereña, Antonio Viñao Frago, Estadística escolar, Proceso de escolarización y Sistema educativo nacional en España (1750-1850), Barcelone, EUB (col. « Psicología y Educación » , 26), 1996, 270 p.

19 Elisabel Larriba, « Le clergé et la presse dans l'Espagne de l'Ancien Régime » in El Argonauta Español, Aix-en-Provence, Université, N° 1, 2004.

20 « Cartas marruecas escritas por un imparcial político » , n° 233, 14 février 1788- n° 280, 29 juillet 1789.

21 José Cadalso, Cartas marruecas del Coronel D ***, Madrid, Sancha, 1793.

22 José de Cadalso, Cartas marruecas, Toulouse… , XX -XXI p. 110-117.

23 Id. , III p. 41-48, XVI p. 101-106.

24 Cartas marruecas escritas por un moro llamado Gazel Ben-aly a Ben-Beley amigo suyo sobre los usos y costumbres de los Españoles antiguos y modernos, con algunas respuestas de Ben- Beley y otras cartas relativas a éstas, [1783] 192 f., N. Y., Hispanic Society.

25 Cartas escritas por un moro de la comitiva del Embaxador de Marruecos, sobre las costumbres de los Españoles modernos y antiguos, [an. s. l., s. d. ] 157 fols., Madrid, B. N., mss. 10688.

26 Carlos Blanco Aguinaga, Julio Rodríguez Puértolas (coord. ), Iris Zavala, Historia social de la literatura española (en lengua castellana), II, Madrid, Castalia, 1981, 392 p. , « El despotismo ilustrado: del casticismo al racionalismo: empuje de las luces, Cadalso o la reforma fabulada » p. 33-38.

27 José de Cadalso, Cartas marruecas, Toulouse… , XXXII p. 143-145, LXXVIII p. 278-283, LXXXVIII p. 307-310.

28 Id. , LXXII p. 261-262.

29 Id. , XLIX-L p. 191-196.

30 Id. , LXXXVI-LXXXVII p. 302-306.

31 Id. , LXXIV p. 264-266.

32 Id. , LXXIII p. 262-264.

33 Id. , LV p. 201-205.

34 Id. , LI p. 196-199, LXIII p. 222-223.

35 Id. , LXXV p. 267-270.

36 Id. , XII-XIII p. 98-99.

37 Id. , XLIV p. 178-183.

38 Id. , XXXVIII p. 61-62.

39 Id. , XXIV p. 121-123.

40 Id. , VI p. 55-60.

41 Id. , X p. 86-90.

42 Id. , XI p. 90-97.

43 Id. , XLI p. 166-173.

44 Id. , LVI p. 205-207.

45 Id. , XXXV p. 152-158.

46 Id. , LXIV p. 223-232.

47 Gioconda Marún, « Apuntaciones sobre la influencia de Addison y Steele en Larra », Hispania 64 (1981), p. 382-387.

48 Mariano José de Larra [Madrid 24 mars 1809-13 février 1837], [dix-huit] Artículos de costumbres (1828-1836), Bilbao, Moretón, 1968, 189 p., « Corridas de toros » (mai 1828), p. 35-41.

49 Id. , « Diálogo: el duende y el librero » p. 31-33.

50 Miguel A. Muro Manilla, « Cuestiones de técnica narrativa en los artículos costumbristas de El pobrecito hablador » , Cuadernos de Investigación Filológica 16 (1990), p. 49-58.

51 Mariano José de Larra, Le Pauvre Petit Causeur: revue satirique de mœurs (1832-1834) [vingt traductions de Marcel Mars], in Sommets de la littérature espagnole du XIIe au XIXe siècle, Lausanne, Rencontre, 1962, vol. 11 , p. 21-197, « Qu’est-ce que le public et où le rencontre-t-on ? » p. 23-32, p. 25-26.

52 Id., « Satire contre les vices de la cour (le bachelier don Juan Pérez de Munguía) » [original en vers] p. 33-37, p. 33.

53 Albert Dérozier, Alberto Gil Novales (éds.), Revisión de Larra (¿protesta o revolución?), Paris, Les Belles Lettres, 1983.

54 Mariano José de Larra, Le Pauvre..., p. 36-37.

55 Id., p. 37.

56 Id., « Lettre à André écrite des Batuèques par le pauvre Petit causeur » p. 38-50, p. 38, 48, 50.

57 Id., « Seconde lettre écrite à André par le même bachelier » p. 76-84, p. 76-77.

58 Id., « Se marier tôt et mal » (7 novembre 1832) p. 89-98.

59 Id., « Le vieux Castillan » (8 décembre 1832) p. 99-111.

60 Id., « Revenez demain » (11 janvier 1833) p. 139-150.

61 Mariano José de Larra, [18] Artículos... , « En este país » (Revista Española, 30 avril 1833) p. 91-98.

62 Id., « Las casas nuevas » (Revista Española, 13 septembre 1833) p. 99-106.

63 Carlos Blanco Aguinaga, Julio Rodríguez Puértolas (coord.), Iris Zavala, Op. cit. , « El siglo de la burguesía: liberalismo y contrarrevolución: románticos y socialistas, la soberanía popular, Larra y Espronceda » p. 101-105.

64 Mariano José de Larra, [18] Artículos... , « ¿Entre qué gentes estamos? » , (El Observador [d'Antonio Alcalá Galiano : Cadix 22 juillet 1789-Madrid 11 avril 1865], 1 novembre 1834) p. 107-114.

65 Id., « La vida de Madrid » (El Observador, 12 décembre 1834) p. 115-119.

66 Id., « Modos de vivir que no dan de vivir: oficios menores » (Revista Española, 29 juin 1835) p. 157-167.

67 Id., « La nochebuena de 1836: yo y mi criado, delirio filosófico » (El Redactor General, 26 décembre 1836) p. 177-186.

68 Id., « La diligencia » (Revista Española, 16 avril 1835) p. 129-137; « La caza » (Revista Española, 16 juillet 1835) p. 169-176.

69 Id., « La sociedad » (Revista Española, 16 janvier 1835) p. 121-128.

70 . Id., « Los calaveras » (Revista Española, 2-5 juin 1835) p. 139-155.

71 Vicente Lloréns, Liberales y románticos. Una emigración española en Inglaterra (1823-1834), Madrid, Castalia, 1979.

72 Diego Ignacio Mateo del Peral, « Larra y la lucha por la libertad de prensa » , Sistema, 12 (1972), p. 83-98.

73 Matias Montes Huidobro, « La actitud diferencial en Larra. Superficie y fondo de la angustia » , Hispanófila 39 (1970), p. 29-41.

74 Christophe Charle, Les Intellectuels en Europe au XIXe, Seuil (Coll. « Points Histoire » ), 2001.

75 Susan Kirkpatrick, « Spanish Romanticism and the Liberal Project: The crisis of Mariano José de Larra » , Studies in Romanticism, X.4 (1977), p. 451-471.

76 Eugenio Matus, « Sobre el romanticismo de Larra » , Estudios Filológicos IV (1968), p. 85-106.

77 Juan Marichal, « La melancolía del liberal español: de Larra a Unamuno » , La Torre 9 (35-36) (1961), p. 199-210; Tomás Oguiza, « Larra-Ganivet » , Cuadernos Hispanoamericanos 192 (1965), p. 440; C. Montaner, « Larra, España y la generación del 98: Notas a un espejismo » , Asonante 22 (1967), p. 47-49.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Catherine Talvikki Chanfreau, « Autocritique épistolaire et journalistique de l’Espagne des Lumières aux balbutiements du Libéralisme », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 10 septembre 2006, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/206 ; DOI : 10.4000/mimmoc.206

Haut de page

Auteur

Marie-Catherine Talvikki Chanfreau

Agrégée d’Espagnol et Maîtresse de Conférences, enseigne la Langue et la Civilisation Espagnoles à la Faculté de Lettres et Langues de l’Université de Poitiers. A soutenu en 1996 sa Thèse de Doctorat de l’Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III, « Le Boléro, expression et discours », sous la direction de Monsieur le Professeur Serge Salaün, et participé à différents ouvrages collectifs, dont : Etre espagnol, Paris, PSN, 2000 ; Le métissage culturel en Espagne, Paris, PSN, 2001 ; La musique dans le théâtre et le cinéma espagnols, Pau, Fédérop, 2002 ; Les fins de siècles en Espagne, Paris, PSN, 2003 ; Francia en España, España en Francia, la historia en la relación cultural hispano-francesa (siglos XIX-XX), Salamanca, Universidad ("Aquilafuente", n° 55), 2003 ; Le(s) plaisir(s) en Espagne (XVIIIe-XXe siècles), Paris, 2004, (site web).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page