Navigation – Plan du site
Formes et représentations culturelles minoritaires

Le cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois : histoire et enjeux identitaires d’un coin de Russie en France.

Vassilis PNEVMATIKAKIS

Résumés

En 1927, la princesse russe Vera Mestchersky fonda à Sainte-Geneviève-des-Bois une maison de retraite pour les plus âgés des émigrés russes qui avaient fui la Russie révolutionnaire et trouvé refuge en France. Avec les premiers décès de pensionnaires se posa la question du lieu de leur inhumation. La solution fut évidente, le cimetière communal se trouvait à proximité immédiate de la maison de retraite. Un carré particulier se constitua ainsi dans le plus pur style russe.

Au fil des années, on enterrait au cimetière non seulement les pensionnaires de la maison de retraite mais tous les émigrés russes décédés à Paris ou ailleurs en France. Le cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois devint ainsi la plus grande nécropole russe à l’étranger.

Aujourd’hui, à côté de l’église orthodoxe de la Dormition de la Mère de Dieu jouxtant le cimetière, reposent quelque douze mille personnes d’origine russe dont un nombre impressionnant de personnages célèbres – des écrivains, des artistes, des aristocrates etc.

Haut lieu de mémoire pour l’émigration russe, le « cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois » constitue une trace visible de la présence russe en France, un témoin de son identité particulière et le symbole de toute une société qui s’effondra dans son pays d’origine mais réussit à se reconstituer et à devenir partie intégrante du paysage historique et culturel de sa nouvelle patrie.

Patrimoine commun de la France et de la Russie, cette nécropole constitue un lieu de rapprochement mais aussi un espace de confrontation idéologique. Les visites au cimetière du président Poutine, en 2000, et du feu patriarche Alexis II, en 2007, témoignent de l’importance des enjeux symboliques liés à ce lieu de mémoire unique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Expression utilisée à l’époque par les habitants de Sainte-Geneviève-des-Bois en raison du nombre é (...)

1S’il existe un lieu où l’empreinte territoriale de la diaspora russe en France est si visible et symboliquement chargée qu’elle finit par être frappante, c’est le cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois dans l’Essonne. Cimetière d’une petite commune qui ne comptait que neuf cents habitants en 1921, le cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois fut pendant la période 1930-1970, l’objet d’une véritable « invasion russe »1.

  • 2 Interview avec Georges Lelu, président de l’association « Les amis de l’histoire de Sainte-Genevièv (...)

2Lieu de repos pour quelque douze mille personnes d’origine russe ayant fui le régime soviétique, le cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois est aujourd’hui la plus importante nécropole russe à l’étranger. Avec ses 5220 tombes russes couvrant 62 % de sa superficie totale2, le cimetière est aujourd’hui un patrimoine commun de la France et de la Russie, un espace de réconciliation et de rapprochement mais aussi le lieu où se reflètent de vieux antagonismes idéologiques et identitaires.

L’émigration russe et la « Russie hors frontières »

  • 3 Les Juifs assimilés par exemple étaient très nombreux dans l’émigration.

3L’émigration russe issue de la révolution bolchevique de 1917 et de la guerre civile qui s’ensuivit avait une spécificité qui la rendit unique dans l’histoire moderne. En raison de sa taille numérique mais surtout de sa diversité sociologique, politique et même ethnique3, elle se forgea l’idée qu’elle n’était pas juste une partie de la population russe qui fut forcée à quitter son pays mais qu’elle était la patrie perdue même, la seule et vraie Russie. Durant les premières années de l’émigration, on ne parlait pas d’« exode des Russes » mais d’« exode de la Russie ».

4Dès 1919 et les premiers mouvements migratoires vers l’Occident, à Paris ou à Berlin, se retrouvèrent de nombreux représentants du monde politique, du milieu des affaires, de la banque, de l’industrie, des professions libérales, de la noblesse et du monde des arts de la Russie prérévolutionnaire : anciens ministres et collaborateurs des derniers gouvernements, représentants des divers groupements politiques, journalistes, avocats, financiers, médecins, anciens aristocrates, artistes mais aussi des soldats. Leur nombre ne dépassait-il pas quelques milliers mais ils avaient conscience d’avoir été l’ossature de l’Etat, « la fleur du pays », ceux qui avaient pour tâche de diriger sa vie.

  • 4 Pierre Nicolaévitch Wrangel (1878-1928), général russe, nommé en avril 1920 au commandement suprême (...)
  • 5 Struve, Nikita. Soixante-dix ans d’émigration russe (1919-1989), Paris, Fayard, 1996, pp. 13-14

5Cette sociologie se diversifia par la défaite militaire des Blancs au sud de la Russie. En avril 1919, face à l’avancée des Rouges, pas moins de cinquante mille personnes évacuèrent Odessa tandis qu’en novembre 1920, la défaite de l’Armée blanche du général Wrangel4 en Crimée provoqua un flux de 130 000 réfugiés dont la vaste majorité étaient des hommes jeunes de toute classe sociale y compris des Cosaques5.

6Deux ans plus tard, en août 1922, le décret de Lénine expulsant hors de l’Union Soviétique plus de 160 illustres intellectuels et leurs familles remplissait ledit « bateau des philosophes » et conduisait à l’exil à Berlin toute l’élite intellectuelle et scientifique de la Russie impériale. Le bateau des philosophes fut suivi peu de temps après par de nombreux artistes : peintres, sculpteurs, réalisateurs de cinéma, acteurs de théâtre, musiciens, danseurs, chanteurs d’opéra qui vinrent s’ajouter à une pléiade d’artistes qui vivait et travaillait déjà en Occident, surtout en France.

7Ainsi, durant la première vague d’émigration russe (1919-1922), se réfugia en Occident une véritable Russie en miniature : depuis une aristocratie conservatrice et une bourgeoisie libérale jusqu’à la masse populaire des combattants blancs et des Cosaques en passant par les anciens cadres administratifs et politiques, les intellectuels et les artistes, toute la Russie d’avant la Révolution se retrouvait en l’espace de quelques années « hors frontières ».

  • 6 Le professeur Nikita Struve parle de « nationalités qui répugnent à se déclarer russes » au sein de (...)
  • 7 Struve, Nikita. Soixante-dix ans d’émigration russe…, op.cit., p. 11

8La taille de cette Russie « hors frontières » ne fut jamais précisément connue. Sa grande mobilité, sa diversité ethnique6 mais aussi les nombreuses modifications de la carte politique de l’Europe de l’Est de l’après la Première Guerre mondiale qui faisaient que d’un jour à l’autre des populations entières se trouvaient « hors frontières », rendent aujourd’hui une estimation exacte particulièrement précaire, des évaluations oscillant entre huit cent mille et 3 millions de personnes. La plus vraisemblable estimation se situe entre 863 000 et 1 127 415 âmes7.

9Quoi qu’il en soit par rapport à sa taille numérique, la première émigration russe fut la déterritorialisation de toute une société qui venait de s’effondrer ; une société forcée de vivre désormais à l’étranger, nourrie par la conviction d’être l’âme de la « Russie éternelle ». Cette Russie « hors frontières » offrait la diversité d’un corps national complet à tel point qu’elle se pensait comme une nation, voire comme un Etat en exil. Et pendant que le régime communiste n’était pas reconnu sur le plan international, les émigrés tentèrent de s’organiser en Occident en une formation étatique sans territoire.

  • 8 Ibid., p. 27

10Sur le plan politique, l’émigration semblait à première vue en disposer les moyens : elle avait hérité d’un corps diplomatique de haut niveau, les anciens consulats et ambassades se trouvaient à sa disposition, elle comptait dans ses rangs quatre anciens premiers ministres, plusieurs ministres, des dizaines de députés de la Douma ou de la Constituante, deux prétendants éventuels au trône et des représentants de tous les partis politiques, de l’extrême droite à la gauche8. En plus, l’ensemble des dirigeants de la haute finance se trouvait lui aussi hors frontières.

11Les divisions internes pour autant ne permirent pas la structuration politique des émigrés. En avril 1926, le Congrès de la Russie hors frontières, tenu à l’Hôtel Majectic de Paris, dévoila l’impossibilité de faire converger les différentes tendances politiques afin d’élaborer un programme d’action commun.

La France : une nouvelle patrie pour les Russes exilés

  • 9 Mgr Euloge (Guéorguievksy) (1868-1946) fut le hiérarque auquel l’Eglise orthodoxe russe confia l’ad (...)

12Bien que les premières destinations des émigrés russes aient été la Turquie, l’Allemagne, la Tchécoslovaquie et la Yougoslavie, à partir de 1923 c’est un autre pays qui s’émergea comme principal pôle d’attraction pour l’émigration russe : la France. Il paraît que ce choix fut renforcé par la décision du métropolite Euloge9 de transférer son administration diocésaine de Berlin à Paris et de l’installer dans les locaux de l’église Saint Alexandre Nevski de la rue Daru, dans le 8e arrondissement de la capitale. A Paris, Mgr Euloge fut dès le début entouré d’anciens aristocrates, hauts dignitaires, dirigeants politiques et illustres chefs militaires blancs qui avaient eux aussi choisi Paris comme lieu d’installation.

  • 10 Gueit, Jean. « Orthodoxie et identité nationale dans la diaspora russe en France », in Contacts, t. (...)

13Les raisons pour le choix de la France comme destination finale pour les émigrés Russes furent culturelles mais aussi politiques : de l’introduction des idées des Lumières en Russie par Catherine II (1729-1796) et l’enseignement obligatoire du français dans le système d’éducation secondaire russe jusqu’au choix de la France comme pays de villégiature pour la noblesse russe du XIXe siècle et l’alliance militaire et économique franco-russe de 1893, il y avait entre les deux pays des liens historiques profonds. L’alliance franco-russe de 1893 notamment avait permis la construction de nombreuses églises orthodoxes russes sur le territoire français : à côté des églises de Paris (1861) et de Pau (1867), des églises orthodoxes furent construites à Biarritz en 1892, à Cannes en 1894 et à Nice en 191210.

  • 11 Gorboff, Marina. La Russie fantôme – L’émigration russe de 1920 à 1950, L’Age d’Homme, Lausanne, 19 (...)

14A la fin du XIXe siècle il y avait déjà en France 15 000 Russes, membres de l’aristocratie et intellectuels fortunés pour la plupart. En 1908, après un premier mouvement migratoire issu de la révolution de 1905, Paris comptait plus de 25 000 réfugiés politiques russes d’opinions diverses11.

  • 12 Pierre Nicolaévitch Wrangel (1878-1928), fut un général russe qui remplaça en mars 1920 le général (...)
  • 13 Gorboff, Marina. La Russie fantôme…, op.cit., p. 18

15Les liens entre les deux pays se poursuivirent même après la Première Guerre mondiale et la révolution bolchevique. Ainsi, la France joua un rôle actif dans la guerre civile russe, à laquelle elle fut engagée tant politiquement que militairement, mais aussi dans la gestion du problème des réfugiés : la reconnaissance par la France du gouvernement Wrangel12 entraîna la prise en charge par le gouvernement français de l’armée russe en exil. Sur proposition française, une Commission d’aide aux réfugiés russes fut créée en mai 1921 afin de subvenir aux besoins de la population russe en Turquie et en Yougoslavie. En échange, la France reçut trente navires de la flotte russe qui avait transporté les réfugiés blancs de Crimée à Constantinople13. En plus, du côté français se posait toujours la question du remboursement de l’emprunt russe, conclu en 1888, qui restait en suspens après la prise du pouvoir par les bolcheviques.

  • 14 Gousseff, Catherine. L’exil russe – La fabrique du réfugié apatride, CNRS Editions, Paris, 2008, p. (...)
  • 15 Les femmes représentaient le 35% de l’émigration russe en France, Gorboff M., op.cit., p. 32
  • 16 Ross, Nicolas. Saint-Alexandre-Nevski – Centre spirituel de l’émigration russe (1918-1939), Edition (...)
  • 17 Gousseff, Catherine. op.cit., p. 125

16Pour toutes ces raisons, durant les années 1923-1924, la France reçut un nombre considérable de réfugiés russes. Ainsi, tandis qu’en 1921 la France comptait un peu plus de 32 000 émigrés, cinq ans plus tard, en 1926, ce chiffre avait déjà doublé passant à plus de 67 000 personnes14. Toute cette masse de Russes, composée pour la plupart de jeunes hommes de vingt à quarante ans15, s’est regroupée dès le début autour des grands complexes industriels de Belfort, Le Creusot, Ugine, Rioupéroux, Knutange, Rombas et Decazeville en quête de main d’œuvre pour les usines métallurgiques, à Paris et dans la région parisienne, les plus aisés du côté de Passy, Auteuil, Neuilly et Versailles, les autres dans le 15e arrondissement près de l’usine de Citroën, à Boulogne-Billancourt près de Renault et dans les banlieues bon marché de Vanves, Montrouge, Clamart et Meudon16. En 1926, le département de la Seine seul comptait environ 45 000 Russes17.

Vivre et mourir en Russe à Sainte-Geneviève-des-Bois

  • 18 Dorothy Windham Paget (1905-1960), fille du Baron Queenborough Alméric Paget et héritière d’une imm (...)
  • 19 Vera Kirilovna Mestchersky (1876-1949), fille de Karl von Struve, membre de la noblesse et homme po (...)

17En 1921, Sainte-Geneviève-des-Bois était une petite commune de neuf cents habitants qui, en raison de sa situation sur l’axe Paris – Orléans et de sa proximité avec la capitale (24 km), était en train de s’urbaniser rapidement. En 1927, la bienfaitrice britannique Dorothy Paget18, sensibilisée aux difficultés des émigrés russes de Paris, fit l’acquisition d’une vieille ferme de Sainte-Geneviève-des-Bois transformée en maison bourgeoise au XIXe siècle et connue depuis sous le nom de Château de la Cossonnerie. Miss Paget offrit le château à son amie russe, la princesse Vera Mestchersky19, ancienne administratrice de la Croix Rouge russe, qui envisageait de fonder une maison de repos et de retraite pour ses compatriotes réfugiés âgés, malades ou mutilés de guerre. De cette façon, le Château de la Cossonnerie à Sainte-Geneviève-des-Bois devint la « Maison Russe ».

  • 20 Le nom officiel du cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois est « cimetière communal de Liers ».

18La même année, le premier pensionnaire de la Maison Russe décédé fut inhumé au cimetière communal de Sainte-Geneviève-des-Bois20, pas loin de la maison de retraite. Les années suivantes, les inhumations de pensionnaires russes au cimetière de la ville se poursuivinrent et c’est ainsi que se constitua graduellement au sein du cimetière communal un carré particulier dans le plus pur style russe.

19Peu à peu, Sainte-Geneviève-des-Bois, mais aussi la commune avoisinante de Saint-Michel-sur-Orge, devinrent des lieux d’installation privilégiés pour l’émigration russe francilienne, de plus en plus de Russes choisissant de s’installer à proximité de la maison de retraite, qui disposait en outre d’une chapelle orthodoxe. C’est dans cette chapelle, dédiée à Saint Nicolas, que l’on célébrait les obsèques des pensionnaires de la maison de retraite mais aussi des autres orthodoxes russes de la région.

  • 21 Favrot, Isabelle. Le cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, Mémoire pour la Maîtrise du russ (...)

20C’est de cette façon qu’en l’espace de dix-sept ans, de 1930 à 1947, il y a eu une augmentation considérable du nombre des concessions achetées par des Russes dans le cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois : 27 concessions en 1930, 39 en 1931, 53 en 1935, 83 en 1939, 118 en 1941, 151 en 1942, 187 en 1943, 197 en 1945 et 230 en 194721.

21Au fur et à mesure que les inhumations de Russes se multipliaient, le métropolite Euloge, à la tête de l’archevêché des paroisses orthodoxes russes en Europe occidentale, prit la décision de faire construire un lieu de culte orthodoxe à proximité immédiate du cimetière. Ainsi, l’administration diocésaine fit l’acquisition d’un terrain jouxtant le cimetière pour y faire bâtir une église orthodoxe.

  • 22 De la famille Bénois de lointaine origine française.

22La construction de l’église fut confiée à l’architecte russe Albert Alexandrovitch Bénois22 (1888-1960), qui venait d’achever l’église orthodoxe du cimetière militaire russe de Saint-Hilaire-le-Grand (51). Pour la nouvelle église, Bénois adopta le style de Novgorod du XVe siècle simple et élégant : un édifice blanc de plan carré, découpé de fenêtres étroites, surmonté d’un toit vert symbolisant la terre et coiffé d’une coupole bleue suggérant le ciel portant une croix orthodoxe dorée à huit branches.

  • 23 Ross, Nicolas. Saint-Alexandre-Nevski…, op.cit., p. 490
  • 24 A partir de janvier 1923, quand le métropolite Euloge établit son administration diocésaine pour l’ (...)

23La première pierre fut posée en avril 1938 et la consécration de l’église, dédiée à la Dormition de la Mère de Dieu, eut lieu en octobre 193923. C’est dans la crypte de cette église que reposent aujourd’hui les primats de l’archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale, qui siège depuis 1923 dans la cathédrale Saint Alexandre Nevski de la rue Daru et se trouve dans l’obédience du patriarcat œcuménique de Constantinople24.

  • 25 Favrot, Isabelle. Le cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, op.cit., p. 66

24Après la Seconde Guerre mondiale et l’arrivée en France de la deuxième émigration russe, composée de prisonniers de guerre et de déportés refusant de rentrer en URSS, l’augmentation du nombre des inhumations russes au cimetière se poursuivit. A l’exception d’une courte période dans les années 1950, cette tendance dura jusqu’à la fin des années 1960 où on atteignit un nombre record de 260 inhumations en quatre ans, de 1965 à 196925.

  • 26 Ibid., p. 7

25Cette augmentation constante conduisit les autorités communales de Sainte-Geneviève-des-Bois à cinq agrandissements successifs du cimetière en 1931, 1945, 1955, 1969 et en 1980. Jusqu’au milieu des années 1970 d’ailleurs, la mairie de Sainte-Geneviève-des-Bois tolérait l’inhumation au cimetière des Russes extérieurs à la commune mais en 1976 elle y a mis officiellement fin26.

  • 27 Mojenok-Lloveras, Tatiana. « Un petit coin de Russie en France : le cimetière russe à Sainte-Genevi (...)

26Depuis 1970, le nombre des inhumations commença à décroître progressivement malgré l’arrivée en France de la troisième émigration russe composée principalement de dissidents, de Soviétiques de passage qui ne rentrèrent pas en URSS ou de Juifs partis initialement pour Israël mais finalement installés en Occident27. Cette diminution, amorcée au début des années 1970, se poursuit jusqu’à nos jours.

L’aménagement du cimetière et la création d’un paysage russe

  • 28 Ibid., p. 51

27 Pendant plus d’un demi-siècle, l’expression « invasion russe » fut utilisée par les Génovéfains au sujet de la présence dans leur ville de personnes d’origine russe. Aujourd’hui, cette présence est fort ressentie dans le cimetière de la ville à travers son aménagement particulier. Au niveau administratif pourtant, le « cimetière russe » n’existe pas, il n’est qu’une partie du cimetière communal28. Aucune ségrégation donc n’a été faite exprès. Le caractère russe du cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois réside exclusivement dans la différenciation de son paysage entre ses parties française et russe.

  • 29 Favrot, Isabelle. Le cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, op.cit., p. 9

28Dans son état actuel, le cimetière est assez étendu, clôturé par un haut mur blanc et découpé par de larges allées qui sont bordées d’arbres ; c’est la princesse Vera Mestcherski, en tant que directrice de la Maison russe, qui, en 1941, demanda l’autorisation du conseil municipal de Sainte-Geneviève-des-Bois pour faire planter des arbres en bordure des allées longeant les tombes russes29.

29 Les tombes françaises et russes sont généralement situées dans des endroits distincts qui ont chacun leur propre caractère. Du côté français, il y a des tombes massives et austères qui ne se différencient pas considérablement les unes des autres : deux plaques, l’une relativement basse, placée à la verticale, l’autre large, placée à l’horizontale, portant une ou plusieurs plaques commémoratives. Les zones où sont situées les tombes françaises ne contiennent pas d’arbres. Elles donnent l’impression d’une horizontalité proche de la terre, attachée au sol.

30Le côté russe est tout autre. Là il y a une architecture beaucoup plus verticale. Les tombes russes s’élèvent vers le ciel avec leurs croix à huit branches et cette verticalité est renforcée par les nombreux arbres qui sont plantées à côté ou parfois sur les tombes mêmes. En plus, le côté russe semble à un véritable jardin : on y trouve des arbres, des pins, des bouleaux et des sapins, des buissons et des fleurs de tout genre.

31Dans le cadre de cette flore abondante, les tombes russes présentent une diversité étonnante : des croix orthodoxes en marbre, en pierre ou en bois sculpté avec ou sans toiture, de petites chapelles, des stèles avec des coupoles en forme de bulbe bleues ou dorées, des dalles creuses avec des fleurs ou de simples tertres, des carrés militaires et même des tombes – jardins clôturés par des grilles abritant de petits bancs destinés à la contemplation.

Les tombes russes comme témoins de l’identité sociologique de l’émigration

32 Pour la majorité des gens qui visitent le cimetière, celui-ci est surtout le lieu de repos pour certains grands noms russes comme le danseur Rudolf Noureev (1938-1993), l’écrivain Ivan Bounine (1870-1953), le cinéaste Andreï Tarkovski (1932-1986), le peintre Constantin Korovine (1861-1939) ou le prince Félix Ioussoupov (1887-1967). Pourtant, l’importance du cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois réside dans la pluralité et la diversité des qualités des personnes qui y sont enterrées.

33Une enquête basée sur les inscriptions funéraires du cimetière, réalisée à la fin des années 1980 par Michel Ancey, fils d’émigré résidant à l’époque à la Maison russe, donna des chiffres intéressants par rapport à tous ceux qui reposent au cimetière. Bien qu’incomplète en raison de certaines faiblesses méthodologiques, l’enquête d’Ancey fit une première esquisse de l’identité particulière du cimetière :

  1. Les aristocrates : 127 princes, princesses et nées princesses ; 67 comtes, comtesses et nées comtesses ; 41 barons, baronnes et nées baronnes ; deux grands ducs.

  2. Les hommes d’Eglise : 51 archidiacres, archimandrites, évêques, métropolites, archevêques et 35 archiprêtres.

  3. Les hommes d’Etat : 25 présidents du Conseil, députés à la Douma, conseillers d’Etat, ministres, consuls, chambellans et sénateurs.

  4. Les artistes : 20 poètes, critiques et écrivains ; 16 musiciens et danseurs ; 11 peintres, sculpteurs et architectes, 27 autres artistes sans plus de précision.

    • 30 Favrot I., Le cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, op.cit., pp. 70-71

    Et finalement 43 ingénieurs, 34 médecins, 2 avocats, 27 professeurs30.

  • 31 Comme les carrés réservés aux Cosaques, aux écoles de Cadets et à la Légion étrangère.

34La recherche d’Ancey omit les militaires qui constituent, tant individuellement que regroupés en carrés, une partie particulièrement importante du cimetière31. Elle omit en plus d’autres professions exercées par les Russes émigrés : chauffeurs de taxi, qui disposent d’ailleurs d’un carré et d’un mémorial particuliers, employés de restaurant et de bureau et ouvriers d’usine pour les hommes ; couturières et brodeuses pour les femmes.

  • 32 Cf. Les amis de l’histoire de Sainte-Geneviève-des-Bois et ses environs, La nécropole russe de Sain (...)

35Une recherche plus récente, menée en 2009 par les membres de l’association « Les amis de l’histoire de Sainte-Geneviève-des-Bois et ses environs », vint combler ce vide. Dans cette nouvelle recherche on trouve des catégories supplémentaires et des références plus détaillés : hommes d’affaires, scientifiques, commerçants, journalistes, critiques littéraires, acteurs du théâtre et du cinéma, historiens, théologiens, diplomates, membres de la famille impériale et parents de diverses personnalités connues32. C’est une véritable société qui se dessine à travers les inscriptions funéraires du cimetière.

Le cimetière entre la France et la Russie

36La particularité du cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois réside dans le fait qu’il résume d’une manière symbolique un processus historique de déterritorialisation et de reterritorialisation dont il constitue en quelque sorte l’une des expressions visibles. Cette expression symbolique a certes un caractère matériel, visible dans l’espace, qui prend la forme d’une empreinte territoriale : l’aménagement particulier et la diversité du paysage du cimetière d’un côté, et les inscriptions funéraires avec l’utilisation parallèle des caractères cyrilliques et latins et la francisation des noms russes de l’autre côté, sont les traces visibles de ce processus antithétique de déracinement et d’enracinement qui a façonné la physionomie de la diaspora russe en France. En même temps, cette même expression symbolique a aussi un caractère moins visible, lié plutôt au discours et aux enjeux idéologiques qui accompagnent l’histoire de la diaspora russe.

  • 33 Interview avec Georges Lelu, le 23 mai 2013, à Sainte-Geneviève-des-Bois.

37Pour les 30 000 personnes qui visitent le lieu chaque année33, des touristes russes pour la plupart, le cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois est un « coin de la Sainte Russie », une partie de la « Russie éternelle ». Et pourtant, il n’a pas toujours été ainsi : les Russes de Russie ignoraient l’histoire du cimetière pratiquement jusqu’aux années 1980. Il fallut attendre la dissolution de l’Union soviétique et la levée de la censure pour que l’histoire du cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois soit connue en Russie. Quant aux autorités du pays, celles-ci virent dans le cimetière un important enjeu symbolique.

  • 34 Une distinction d’Etat remise « pour des réalisations dans les arts et la culture, l’éducation, les (...)
  • 35 Pour le renouvellement des concessions à trente ou cinquante ans, l’Etat russe versa à la municipal (...)

38Aujourd’hui, pour l’Etat russe et le patriarcat de Moscou, le cimetière symbolise une partie de l’histoire nationale qu’il faut se réapproprier et réintégrer dans le discours national officiel. Les visites au cimetière du président Poutine en 2000 et du feu patriarche Alexis II en 2007, -la seule visite du patriarche russe dans une église de l’archevêché de la rue Daru-, la remise par l’ambassadeur russe en France de la médaille Pouchkine34 à Tatiana Chomcheff, présidente du Comité pour l’entretien des sépultures russes du cimetière, mais aussi la prise en charge par l’Etat russe des frais de renouvellement des concessions appartenant à des familles russes35 témoignent précisément de l’importance qu’accordent les autorités politiques et ecclésiastiques russes à la réconciliation de la mère patrie avec sa diaspora historique.

  • 36 Comme fut-ce le cas de la reconstruction à l’identique, en 2000, de la gigantesque cathédrale du Ch (...)

39Pour les autorités russes, cette réconciliation présuppose la réunification ecclésiastique de la diaspora sous l’obédience du patriarcat de Moscou et le passage du patrimoine orthodoxe russe à l’étranger sous contrôle moscovite. L’appel au retour à l’Eglise de Russie du patriarche de Moscou au Russes de la diaspora en 2003 et la signature en 2007 d’un Acte de rétablissement de communion entre le patriarcat de Moscou et l’Eglise orthodoxe russe hors-frontières, dans laquelle le président Poutine joua un rôle clé, mais aussi la politique de restitution au patriarcat de lieux de culte confisqués ou détruits par l’Etat durant la période soviétique36, témoignent précisément de cette volonté de réunification du monde russe avec l’appui du pouvoir politique.

  • 37 L’affaire de la cathédrale Saint Nicolas de Nice opposa pendant cinq ans (2006-2011) la Fédération (...)

40Or, ce projet se heurte souvent à des sensibilités identitaires locales dans la diaspora. Depuis une dizaine d’années, l’Etat russe et le patriarcat de Moscou d’un côté et les communautés russes de la diaspora de l’autre côté ont souvent été impliqués dans des intrigues et des contentieux concernant le statut d’églises et de paroisses à l’étranger. Le litige autour du statut juridictionnel de la paroisse orthodoxe russe de Biarritz entre l’archevêché russe de la rue Daru et le patriarcat de Moscou en 2004, l’affaire de la cathédrale Saint Nicolas de Nice qui opposa l’Etat russe à l’archevêché de la rue Daru37 ou encore les réactions à propos de la construction de la nouvelle cathédrale du patriarcat de Moscou à Paris donnent la mesure des antagonismes qui existent encore entre les différents acteurs politiques et ecclésiastiques russes.

41Attachées depuis plusieurs générations à une identité russe forgée dans l’exil et donc indissociablement liée à la terre du pays d’accueil, les communautés de la diaspora mettent souvent en cause le déterminisme identitaire du discours officiel russe qui établit un lien indissociable entre patrie, diaspora et appartenance ecclésiastique. L’enjeu en l’occurrence consiste dans l’affirmation d’une identité russe en dehors du cadre idéologique défini par les pouvoirs politique et ecclésiastique en Russie.

  • 38 Anton Ivanovitch Dénikine (1872-1947), général russe, commandant en chef des forces armées blanches (...)

42Ainsi en septembre 2005, lorsque eut lieu au cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois l’exhumation des restes de Xenia Denikina (1892-1973), épouse du général blanc Anton Dénikine38, inhumé quant à lui aux Etats-Unis, afin que les deux corps soient transférés et enterrés simultanément dans le monastère du Don près de Moscou, une partie de la communauté russe de Paris vit dans ce transfert une sorte de nouveau déracinement.

43Pour ces Russes, le cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois ne représentait pas une simple parenthèse dans l’histoire de la Russie qu’il fallait clore une fois le régime soviétique effondré mais le symbole d’une nouvelle identité russe. Cette identité serait porteuse de l’authentique héritage russe mais serait en même temps façonnée par l’expérience de l’exil et intégrerait donc des caractéristiques locales particulières.

44Du côté français, le cimetière occupe une place inaliénable dans le paysage historique, culturel et touristique du pays. Et bien que les autorités communales de Sainte-Geneviève-des-Bois, traditionnellement communistes ou socialistes, aient été par le passé accusées de délaisser sciemment le cimetière en raison du caractère anti-communiste de celui-ci, la partie russe du cimetière ainsi que l’église attenante de la Dormition de la Mère de Dieu sont inscrites au titre des monuments historiques et bénéficient donc d’une protection.

  • 39 Hutter, Benjamin. « Nécropole idéologique », in Le Courrier de Russie.com, Site du journal Le Courr (...)

45Pour les autorités communales de la ville, pas question d’entrer dans la polémique à propos du caractère idéologique du cimetière. Pour elles, le cimetière fait simultanément partie de l’histoire tant de la France que de la Russie39. Le lieu est en outre l’attraction principale de Sainte-Geneviève-des-Bois et le seul site de la ville dont la renommée dépasse largement les frontières nationales. Ainsi, Sainte-Geneviève-des-Bois est souvent évoquée comme « la ville du cimetière russe ». Ce qui fait que, d’une certaine manière, ses habitants partagent une histoire commune avec la Russie.

Photo 1.

Photo prise le 23 mai 2013 à Sainte-Geneviève-des-Bois

© Vassilis Pnevmatikakis 2013

Légende : La différenciation dans le paysage du cimetière entre les zones française (premier plan) et russe (arrière plan).

Légende : La différenciation dans le paysage du cimetière entre les zones française (premier plan) et russe (arrière plan).

Photo 2.

Photo prise le 23 mai 2013 à Sainte-Geneviève-des-Bois

© Vassilis Pnevmatikakis 2013

Légende : Aperçu de la zone russe du cimetière.

Légende : Aperçu de la zone russe du cimetière.

Photo 3.

Photo prise le 23 mai 2013 à Sainte-Geneviève-des-Bois

© Vassilis Pnevmatikakis 2013

Légende : L’église orthodoxe de la Dormition de la Mère de Dieu est la seule église de l’archevêché des paroisses orthodoxes de tradition russe en Europe occidentale (patriarcat œcuménique de Constantinople) jamais visitée par un patriarche russe.

Légende : L’église orthodoxe de la Dormition de la Mère de Dieu est la seule église de l’archevêché des paroisses orthodoxes de tradition russe en Europe occidentale (patriarcat œcuménique de Constantinople) jamais visitée par un patriarche russe.

Photo 4.

Photo prise le 23 mai 2013 à Sainte-Geneviève-des-Bois

© Vassilis Pnevmatikakis 2013

Légende : Les militaires constituent une partie importante du cimetière ; ici, le carré des Cosaques du Don.

Légende : Les militaires constituent une partie importante du cimetière ; ici, le carré des Cosaques du Don.

Photo 5.

Photo prise le 23 mai 2013 à Sainte-Geneviève-des-Bois

© Vassilis Pnevmatikakis 2013

Légende : La toute première tombe russe du cimetière date de 1927.

Légende : La toute première tombe russe du cimetière date de 1927.

Photo 6.

Photo prise le 23 mai 2013 à Sainte-Geneviève-des-Bois

© Vassilis Pnevmatikakis 2013

Légende : Une tombe-jardin.

Légende : Une tombe-jardin.

Photo 7.

Photo prise le 23 mai 2013 à Sainte-Geneviève-des-Bois

© Vassilis Pnevmatikakis 2013

Légende : Lors de sa visite au cimetière, le président russe Vladimir Poutine déposa des fleurs sur le cénotaphe de la princesse Véra Obolensky, membre de la Résistance française exécutée à Berlin en 1944.

Légende : Lors de sa visite au cimetière, le président russe Vladimir Poutine déposa des fleurs sur le cénotaphe de la princesse Véra Obolensky, membre de la Résistance française exécutée à Berlin en 1944.

Photo 8.

Photo prise le 23 mai 2013 à Sainte-Geneviève-des-Bois

© Vassilis Pnevmatikakis 2013

Légende : La princesse Vera Mestchersky, fondatrice de la Maison Russe, repose elle aussi au cimetière.

Légende : La princesse Vera Mestchersky, fondatrice de la Maison Russe, repose elle aussi au cimetière.
Haut de page

Bibliographie

Favrot, Isabelle. Le cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, Mémoire pour la Maîtrise du russe, Université de Toulouse le Mirail – Département des langues slaves, 1991-1992, 111 p.

Gorboff, Marina. La Russie fantôme – L’émigration russe de 1920 à 1950, L’Age d’Homme, Lausanne, 1995, 281 p.

Gousseff, Catherine. L’exil russe – La fabrique du réfugié apatride, CNRS Editions, Paris, 2008, 335 p.

Gueit, Jean. « Orthodoxie et identité nationale dans la diaspora russe en France », in Contacts, t. 51, n° 186, 1/1999, pp. 165-172

Hutter, Benjamin. « Nécropole idéologique », in Le Courrier de Russie.com, Site du journal Le Courrier de Russie, [en ligne], http://www.lecourrierderussie.com/2012/06/necropole-ideologique/, (consutée le 25 février 2015)

Lelu, Georges. Président de l’association « Les amis de l’histoire de Sainte-Geneviève-des-Bois et ses environs », (interview le 23 mai 2013, à Sainte-Geneviève-des-Bois)

Les amis de l’histoire de Sainte-Geneviève-des-Bois et ses environs, La nécropole russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, Vulcano Editions, Evry, 2009, 146 p.

Mojenok-Lloveras, Tatiana. « Un petit coin de Russie en France : le cimetière russe à Sainte-Geneviève-des-Bois », in Tabeau, Martine (éd), La mort en Île-de-France, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, pp. 49-57

Nivière, Antoine. « Le métropolite Euloge : personnalité et itinéraire d’un évêque russe en exil », in Contacts, n° 217, 1-3/2007, pp. 35-61

Ross, Nicolas. Saint-Alexandre-Nevski – Centre spirituel de l’émigration russe (1918-1939), Editions des Syrtes, Paris, 2011, 592 p.

Struve, Nikita. Soixante-dix ans d’émigration russe (1919-1989), Paris, Fayard, 1996, 297 p.

Haut de page

Notes

1 Expression utilisée à l’époque par les habitants de Sainte-Geneviève-des-Bois en raison du nombre élevé d’inhumations des personnes d’origine russe dans le cimetière communal.

2 Interview avec Georges Lelu, président de l’association « Les amis de l’histoire de Sainte-Geneviève-des-Bois et ses environs », le 23 mai 2013, à Sainte-Geneviève-des-Bois.

3 Les Juifs assimilés par exemple étaient très nombreux dans l’émigration.

4 Pierre Nicolaévitch Wrangel (1878-1928), général russe, nommé en avril 1920 au commandement suprême des forces armées blanches du sud de la Russie. Neuf mois après, il mena avec succès l’opération d’évacuation de son armée de la Crimée et resta jusqu’à sa mort le chef incontestable de l’armée russe en exil.

5 Struve, Nikita. Soixante-dix ans d’émigration russe (1919-1989), Paris, Fayard, 1996, pp. 13-14

6 Le professeur Nikita Struve parle de « nationalités qui répugnent à se déclarer russes » au sein de l’émigration, Struve, Nikita. op.cit., p. 11

7 Struve, Nikita. Soixante-dix ans d’émigration russe…, op.cit., p. 11

8 Ibid., p. 27

9 Mgr Euloge (Guéorguievksy) (1868-1946) fut le hiérarque auquel l’Eglise orthodoxe russe confia l’administration des paroisses russes en Europe occidentale après la révolution bolchevique, cf. Nivière, Antoine. « Le métropolite Euloge : personnalité et itinéraire d’un évêque russe en exil », in Contacts, n° 217, 1-3/2007, pp. 35-61

10 Gueit, Jean. « Orthodoxie et identité nationale dans la diaspora russe en France », in Contacts, t. 51, n° 186, 1/1999, p. 166

11 Gorboff, Marina. La Russie fantôme – L’émigration russe de 1920 à 1950, L’Age d’Homme, Lausanne, 1995, p. 30

12 Pierre Nicolaévitch Wrangel (1878-1928), fut un général russe qui remplaça en mars 1920 le général Denikine au commandement suprême des forces armées blanches et fut nommé « gouvernant de la Crimée ». Neuf mois après, il mena avec succès l’opération d’évacuation de son armée et resta jusqu’à sa mort le chef incontesté de l’armée en exil.

13 Gorboff, Marina. La Russie fantôme…, op.cit., p. 18

14 Gousseff, Catherine. L’exil russe – La fabrique du réfugié apatride, CNRS Editions, Paris, 2008, p. 106

15 Les femmes représentaient le 35% de l’émigration russe en France, Gorboff M., op.cit., p. 32

16 Ross, Nicolas. Saint-Alexandre-Nevski – Centre spirituel de l’émigration russe (1918-1939), Editions des Syrtes, Paris, 2011, pp. 173-174 ; Gorboff, Marina. op.cit., p. 22 ; Gousseff, Catherine. op.cit., p. 170

17 Gousseff, Catherine. op.cit., p. 125

18 Dorothy Windham Paget (1905-1960), fille du Baron Queenborough Alméric Paget et héritière d’une immense fortune par sa mère, membre de la famille notable des Whitney.

19 Vera Kirilovna Mestchersky (1876-1949), fille de Karl von Struve, membre de la noblesse et homme politique russe.

20 Le nom officiel du cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois est « cimetière communal de Liers ».

21 Favrot, Isabelle. Le cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, Mémoire pour la Maîtrise du russe, Université de Toulouse le Mirail – Département des langues slaves, 1991-1992, p. 6

22 De la famille Bénois de lointaine origine française.

23 Ross, Nicolas. Saint-Alexandre-Nevski…, op.cit., p. 490

24 A partir de janvier 1923, quand le métropolite Euloge établit son administration diocésaine pour l’Europe occidentale à Paris, l’Eglise orthodoxe russe fut partagée entre trois pôles ecclésiastiques : Moscou, le siège du patriarcat, Smrski Karlovtsy en Yougoslavie où les évêques russes exilés s’étaient constitués en Synode depuis 1921 et Paris. Entre 1922 et 1931, en raison d’une série des désaccords à propos de l’administration de l’Eglise et de l’attitude vis-à-vis du pouvoir soviétique, les relations entre ces trois pôles se détériorèrent jusqu’à la rupture. Cela fut traduit par l’existence de trois juridictions ecclésiastiques parallèles au sein de la diaspora russe, en fonction du positionnement idéologique des émigrés : les tenants d’une vision ecclésiologique selon laquelle l’Eglise devait obéir au pouvoir politique, aussi hostile fût-il, car venu de Dieu, restèrent fidèles au patriarcat de Moscou ; les monarchistes durs de Smrski Karlovtsy, pour lesquels l’Eglise était inconcevable en dehors de l’Etat, créèrent l’Eglise orthodoxe russe hors-frontières qui n’acquit jamais la reconnaissance des autres Eglises de la communion orthodoxe tandis que les plus modérés, partisans des sphères distinctes pour l’Eglise et l’Etat, rejoignirent l’archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale du métropolite Euloge. Cette dernière frange de l’émigration russe fut la plus nombreuse en Europe occidentale et se trouve depuis 1931 sous la protection canonique du patriarcat œcuménique de Constantinople.

25 Favrot, Isabelle. Le cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, op.cit., p. 66

26 Ibid., p. 7

27 Mojenok-Lloveras, Tatiana. « Un petit coin de Russie en France : le cimetière russe à Sainte-Geneviève-des-Bois », in Tabeau, Martine (éd), La mort en Île-de-France, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, p. 50

28 Ibid., p. 51

29 Favrot, Isabelle. Le cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, op.cit., p. 9

30 Favrot I., Le cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, op.cit., pp. 70-71

31 Comme les carrés réservés aux Cosaques, aux écoles de Cadets et à la Légion étrangère.

32 Cf. Les amis de l’histoire de Sainte-Geneviève-des-Bois et ses environs, La nécropole russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, Vulcano Editions, Evry, 2009, 146 p.

33 Interview avec Georges Lelu, le 23 mai 2013, à Sainte-Geneviève-des-Bois.

34 Une distinction d’Etat remise « pour des réalisations dans les arts et la culture, l’éducation, les sciences humaines et la littérature, pour une grande contribution à l’étude et la préservation du patrimoine culturel russe, au rapprochement et à l’enrichissement mutuel des cultures des nations et des peuples ».

35 Pour le renouvellement des concessions à trente ou cinquante ans, l’Etat russe versa à la municipalité de Sainte-Geneviève-des-Bois la somme de 692 000 euros. Interview avec Georges Lelu, le 23 mai 2013, à Sainte-Geneviève-des-Bois.

36 Comme fut-ce le cas de la reconstruction à l’identique, en 2000, de la gigantesque cathédrale du Christ Sauveur à Moscou, dynamitée par Staline en 1931.

37 L’affaire de la cathédrale Saint Nicolas de Nice opposa pendant cinq ans (2006-2011) la Fédération de Russie à l’Association Cultuelle Orthodoxe Russe de Nice (ACOR), dans la juridiction de l’archevêché des églises russes en Europe occidentale du patriarcat de Constantinople, et fut révélatrice de l’antagonisme qui existe souvent entre la mère patrie russe et sa diaspora en Occident. Par l’arrêt du 19 mai 2011 de la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence, la justice française retira définitivement la cathédrale Saint Nicolas à la communauté russe de Nice et la rendit à l’Etat russe, qui la céda à son tour au patriarcat de Moscou.

38 Anton Ivanovitch Dénikine (1872-1947), général russe, commandant en chef des forces armées blanches du sud de la Russie de janvier 1919 à avril 1920.

39 Hutter, Benjamin. « Nécropole idéologique », in Le Courrier de Russie.com, Site du journal Le Courrier de Russie, [en ligne], http://www.lecourrierderussie.com/2012/06/necropole-ideologique/, (consutée le 25 février 2015)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Légende : La différenciation dans le paysage du cimetière entre les zones française (premier plan) et russe (arrière plan).
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2076/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Légende : Aperçu de la zone russe du cimetière.
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2076/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Légende : L’église orthodoxe de la Dormition de la Mère de Dieu est la seule église de l’archevêché des paroisses orthodoxes de tradition russe en Europe occidentale (patriarcat œcuménique de Constantinople) jamais visitée par un patriarche russe.
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2076/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Légende : Les militaires constituent une partie importante du cimetière ; ici, le carré des Cosaques du Don.
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2076/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Légende : La toute première tombe russe du cimetière date de 1927.
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2076/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Légende : Une tombe-jardin.
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2076/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Légende : Lors de sa visite au cimetière, le président russe Vladimir Poutine déposa des fleurs sur le cénotaphe de la princesse Véra Obolensky, membre de la Résistance française exécutée à Berlin en 1944.
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2076/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Légende : La princesse Vera Mestchersky, fondatrice de la Maison Russe, repose elle aussi au cimetière.
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2076/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vassilis PNEVMATIKAKIS, « Le cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois : histoire et enjeux identitaires d’un coin de Russie en France. », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 20 octobre 2015, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/2076 ; DOI : 10.4000/mimmoc.2076

Haut de page

Auteur

Vassilis PNEVMATIKAKIS

Né en Grèce, docteur en géopolitique de l’Université Paris VIII, Vassilis Pnevmatikakis est aussi titulaire d’un Master 2 en géopolitique de la même Université, d’un Master 1 en géographie politique et culturelle de l’Université Paris IV, d’une Licence et d’un Master 1 en Journalisme et Communication de l’Université Aristote de Thessalonique (Grèce).Ses recherches portent sur la géopolitique du fait religieux et principalement de l’Église orthodoxe. Il s’intéresse tout particulièrement aux questions d’identité, de pouvoir et de nationalisme religieux dans le monde orthodoxe. Il a effectué des recherches, publié des articles et fait des communications sur la géopolitique et l’histoire de l’orthodoxie en Occident, sur le nationalisme religieux dans les Balkans et sur les relations entre Église et État dans le monde orthodoxe.Publications : Pnevmatikakis, Vassilis. « La Métropole orthodoxe grecque de France », in Zwilling A.-L., Allouche-Benayoun J., Obadia L. (éd), Atlas des minorités religieuses en France (en cours de publication)Pnevmatikakis, Vassilis. « Les causes du Concile de Constantinople (1872) sur le phylétisme : le contentieux ecclésial gréco-bulgare au XIXe siècle », in Contacts, t.67, n°249 (1_3/2015), pp. 17-39. Pnevmatikakis, Vassilis. « La territorialité de l’Eglise orthodoxe en France, entre exclusivisme juridictionnel et catholicité locale », in Carnets de géographes, [en ligne], 6/2013, URL : http://www.carnetsdegeographes.org/carnets_recherches/rech_06_04_Prevmatikakis.php-Pnevmatikakis, Vassilis. « L’émigration russe et la naissance d’une orthodoxie française 1925-1953 », in Slavica Bruxellensia, [En ligne], 8/2012, URL : http://slavica.revues.org/1068

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page