Navigation – Plan du site
Minorités et politiques culturelles

Un Parlement Protestant pour un Peuple Protestant1 

Minorités en Irlande du Nord
Renée TOSSER

Entrées d’index

Aires géographiques :

Belfast, Irlande et Irlande du Nord

Périodes :

contemporaine

Thèmes :

identité, minorités
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La formule d’origine émane de James Craig, premier Premier Ministre d’Irlande du Nord (7 juin 1921 (...)
  • 2 L’Irlande est constituée de trente-deux comtés regroupés en quatre provinces : Leinster, Munster, C (...)
  • 3 Ce terme désigne les partisans de l’union avec la Grande Bretagne.
  • 4 La population unioniste ne représente plus que 48 % de la population nord-irlandaise : Brian Feeney (...)

1L’Irlande du Nord, née de la partition de l’Île en 1921, reposa d’emblée sur le découpage de l’Ulster, afin de garantir qu’une partie de ses habitants, les protestants, y soient majoritaire. Cette province fut en effet amputée d’une partie de ses comtés2, l’Uster comptant à l’origine neuf comtés et non six. Elle mit en place une véritable ségrégation au sein de sa population bi confessionnelle, privant la minorité catholique des mêmes droits. Il y aurait un « parlement protestant pour un peuple protestant », selon le mot d’ordre de Lord Craigavon, reprenant les termes d’un discours prononcé en avril 1932 par le premier ministre de l’époque, James Craig, à la suite de manifestations houleuses de chômeurs catholiques. L’affirmation de la prééminence des protestants à qui le pays devait appartenir reposait sur la condition que cette majorité ne changerait pas en pourcentage et constituerait donc un système pérenne. Il s’agissait là d’un pari risqué qui présentait d’autant plus de dangers que l’histoire de l’Irlande, ponctuée de révoltes et de soulèvements, est marquée par la résistance à la présence anglaise et que la séparation de l’île, décidée à la suite d’une guerre d’indépendance meurtrière, ne satisfaisait aucun belligérant. Elle ne convenait même pas aux unionistes3 qui deviendraient minoritaires au sein du Royaume-Uni alors qu’ils souhaitaient avant tout, demeurer britanniques. Au sein de la classe dirigeante, l’Ordre d’Orange, minoritaire, sectaire et élitiste, a joué un rôle majeur dans l’histoire de cette province du Royaume-Uni. Les célébrations qu’il organise continuent d’occuper une fonction importante en Irlande du Nord. Les marches qui ponctuent le calendrier presque la moitié de l’année montrent bien combien cette population est cloisonnée, chaque membre du cortège remplissant une fonction précise, déterminée par sa place dans la société. Ainsi, la population protestante n’a présenté d’unité que lorsqu’elle était majoritaire. Lorsque cette majorité a basculé, et que l’inversion de population a été révélée au public à la fin de l’année 20124, des manifestations sporadiques sont apparues et la situation demeure confuse depuis lors. Ce mouvement de colère s’est particulièrement manifesté au moment où le symbole de l’union nationale, l’Union Jack, a été retiré de l’hôtel de ville de Belfast de façon permanente. La réaction d’une partie de la population, minoritaire et dénuée de toute organisation, fut démesurée. Les répercussions se font encore sentir dans une société très divisée, marquée par les tensions d’un conflit non résolu, faute d’union nationale. Les heurts surviennent essentiellement durant l’été, en particulier au moment de la grande marche orangiste du 12 juillet. Cette parade cristallise chaque année les heurts, car elle est accompagnée de rituels sectaires, bruyants et intimidants. Elle célèbre la victoire historique de Guillaume d’Orange sur le Catholique Jacques II en 1690, elle affirme la dichotomie Catholique / Protestant et elle rappelle tous les ans la supériorité guerrière de sa communauté dominante et majoritaire. La grande marche orangiste du 12 juillet manifeste la volonté d’occupation d’un territoire qui a changé, comme le déroulement de la manifestation dans l’enclave catholique d’Ardoyne à Belfast le met en évidence. Ce changement dans la répartition de la population a relancé le rapport de force entre les deux communautés. Il a également ravivé les cendres d’un conflit que l’on croyait peu ou prou éteint, dans un pays marqué par la résistance, le sectarisme et la violence.

La Question d’Irlande

  • 5 La « question d’Irlande » désigne de façon très générale « l’ensemble des problèmes issus des relat (...)
  • 6 La recherche que je mène en Irlande du Nord depuis dix ans, notamment les interviews que j’y effect (...)
  • 7 Le XIIème siècle fut marqué par l’arrivée des Anglo-Normands dans l’île. Ces derniers s’assimilèren (...)
  • 8 En Irlande, le terme « républicain » désigne les militants catholiques autrement appelés nationalis (...)
  • 9 La colonisation était politique avec la loi Poyning, économique (des colons anglais et écossais se (...)
  • 10 Paul Brennan, The Conflict in Ireland, Paris : Longman France, 1991, p. 11.

2La « question d’Irlande5 » ne date pas de ce qui fut pudiquement appelé « les troubles d’Irlande du Nord », véritable guerre qui dura officiellement de 1968 à 19986. L’Irlande, première colonie britannique, n’a cependant pas connu huit cent années d’occupation7, comme nombre de républicains8 le martèlent. Nous pouvons considérer que la fin du XVème siècle a marqué un tournant et le début d’une nouvelle ère de domination politique de l’Angleterre : suite à la nomination de Sir Edward Poynings comme Lord Deputy, toute loi votée par le parlement devrait désormais porter le sceau du roi d’Angleterre. Cette domination s’intensifia à partir du règne des Tudor. Henry VIII se proclama roi d’Irlande en 1541. Il s’agissait bien cette fois d’une colonisation au sens moderne du terme avec une mainmise politique, économique, sociale et culturelle de l’Irlande.9 Le conflit prit dès lors un caractère confessionnel. Le Nord de l’île, l’Uster, se révéla le plus combatif et le plus précoce dans sa lutte contre l’occupant anglais. Des poches de résistance y étaient concentrées.10 Cette résistance fut vaincue en 1603 et le Nord du pays fut rapidement implanté d’une population protestante. Une telle stratégie de conquête vit la population irlandaise dépossédée de presque la totalité de ses terres. En réaction aux soulèvements des Catholiques en 1641, Oliver Cromwell mit en place une politique répressive féroce, suivie d’une implantation massive de Protestants d’Angleterre et d’Ecosse dans le Nord-Est de l’île en particulier. À la fin du ce siècle, les Irlandais de souche ne possédaient plus que 5 % des terres du pays. La question d’Irlande du Nord trouve donc ses racines dans l’histoire du pays, en raison de cette arrivée en masse de calvinistes au début du XVIIème siècle.

  • 11 Brennan, op cit. p. 11.
  • 12 « The deep resentment of the native Irish towards the planters, and the distrutful siege mentality (...)

3L’impact du choc culturel que représentait cette afflux d’étrangers est à souligner : un monde rural, décentralisé se trouvait brutalement occupé par une population de travailleurs industriels et urbains, professant une foi différente. Suite aux lois Pénales de 1690, les Irlandais furent dépourvus de toute légitimité à posséder, ne serait-ce qu’un cheval. Cette législation visait à les appauvrir, à les empêcher de parler leur langue, de pratiquer leur religion, d’exercer tout pouvoir dans le cadre juridique ou militaire. Le but était de neutraliser les Catholiques dans la sphère publique tout en garantissant pouvoir et richesse à ce qui fut appelé la « Protestant Ascendancy11 ». Ces raisons conjuguées et tout refus d’assimilation étant manifeste dès le départ eurent pour effet d’ancrer profondément le ressentiment contre les anglais, en particulier au Nord de l’île. John Darby évoque la mentalité « d’assiégés » des colons et le sentiment de méfiance mutuelle qui naquit alors, à la source conclut-il, du conflit de l’Irlande du Nord.12

  • 13 Dominic Bryan, Orange Parades, The politics of Ritual, Tradition and Control, Pluto Press, London, (...)

4Enfin, la victoire de Guillaume d’Orange en 1690 amplifia d’emblée le sentiment de supériorité des Protestants sur les Catholiques, y ajoutant une valeur revendicatrice. Le droit du sol est ainsi toujours réaffirmé chaque 12 juillet, il s’accompagne de festivités empreintes de violence au cours desquels des catholiques, pris pour cibles, ont même perdu la vie13. Aujourd’hui encore, elles sont toujours ouvertement sectaires, malgré le discours des unionistes pour qui elles célèbrent leur culture et sont dénuées de toute connotation politique ou religieuse. Pour un observateur extérieur, ces festivités sont très colorées idéologiquement : elles visent toujours à heurter la susceptibilité de la « minorité » catholique. À titre d’exemple, en juillet 2013, une statue de la vierge Marie fut volée, défigurée et accrochée sur un de ces bûchers qui précèdent la marche orangiste du 12 juillet, (PHOTO 1)

[Photo 1]

[vierge Marie fut volée, défigurée et accrochée sur un bûcher] Shankill, Belfast, Juillet 2013.

Crédits photographiques : Renée Tosser

5En 2011, un simulacre de crucifixation montrait un pantin déguisé en républicain portant la balaclava. (PHOTO 2)

[Photo 2]

[simulacre de crucifixation] Cavehill Road, Belfast, 2011.

Crédits photographiques, Renée Tosser

6Le sens et le symbole fort que signifie la mise à feu du drapeau national irlandais, sur lequel un slogan provocateur dirigé contre la lutte armée pour l’indépendance, est traditionnellement accompagnée d’une clameur impressionnante venant de la foule (Photo 3). Les enfants même très jeunes sont présents à ces manifestations identitaires auxquelles ils participent activement, s’y préparant pendant des mois les précédant.

[Photo 3]

Castlereagh, 11 juillet 2012.

Crédits photographiques, Renée Tosser

  • 14 KAT : Kill All Taigs (taig = catholique). Ce slogan est toujours toujours visible à Belfast surtout
  • 15 Renée Tosser, « Fresques et marches orangistes », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 5 | 2009, mis e (...)
  • 16 Nom poétique donné pour la première fois à l’Irlande par William Drennan dans son poème « When Erin (...)

7Dans ses manifestations, "l’ennemi" est clairement identifié, les appels à la mort de ce dernier rappelé un peu partout, comme le slogan « KAT »14 l’indique sans ambiguïté. Du côté catholique, la mémoire collective retient pour sa part que 1690 marqua avant tout les « Lois Pénales ». C’est ainsi que les quartiers catholiques et protestants revendiquent leur histoire sur les murs des quartiers où ils résident15. Les Protestants initièrent cette tradition en 1908 par la peinture de Guillaume d’Orange le long du chemin qu’emprunteraient les Orangistes pour la célébration annuelle de sa victoire. Les Catholiques, ou Nationalistes, attendirent 1981 pour apporter leur soutien par le même biais à Bobby Sands, gréviste de la faim. Par la représentation durable, parfois obsédante des personnalités iconiques dans leurs espaces propres, les deux communautés en Irlande du Nord ne célèbrent pas une histoire commune. Chaque communauté célèbre sa propre histoire. Il y a dans ce clivage l’affirmation d’un rapport de force ancré dans l’exclusion, la revendication de la différence, le rejet d’une communauté minoritaire, les Catholiques d’Irlande du Nord, pourtant majoritaires dans « l’île d’Émeraude »16 et actifs dans leur lutte contre l’occupant anglais.

La partition de l’Île et la question d’Irlande du Nord

  • 17 Renée Tosser, La Ligue Gaélique, (Doctorat Nouveau régime), mai 2000, (Université Bretagne occident (...)
  • 18 Sinn Féin est la branche politique du mouvement républicain. Voir à ce propos l’ouvrage de Brian Fe (...)

8L’Irlande connut un mouvement nationaliste, très puissant dans ce pays, protestant au XVIIIème siècle, puis catholique au siècle suivant. Ce sont en effet des intellectuels anglophones « éclairés » qui initièrent un mouvement en faveur de la langue et de la culture irlandaise au cours du XVIIIème siècle, afin de faire survivre l’héritage culturel du pays. Ce travail de préservation servit de ciment à la cause nationaliste qui ancra ses revendications sur un terrain plus politique au siècle suivant. Le XIXème siècle vit l’émergence graduelle de la majorité catholique comme puissance politique en Irlande. La première moitié du siècle fut dominée par la lutte pour l’émancipation catholique et la seconde moitié par les campagnes pour l’indépendance et la réforme agraire des années 1880. Les deux mouvements fusionnèrent dans un vaste mouvement d’indépendance pour le Home Rule. L’Irlande du XIXème siècle était donc profondément politisée.17 En 1916, un groupe d’insurgés tentèrent la prise du pouvoir et proclamèrent la République. Ce soulèvement fut un échec sur le plan militaire, mais un succès sur le plan symbolique. En effet, la sévérité exercée à l’encontre des principaux insurgés, presque tous passés par les armes, indigna la population. Le mouvement pour l’Indépendance qui avait déjà vu le jour en 1886, sous la forme d’un projet de Home Rule, avait été refusé par l’Ulster à toute force. À la fin de la première guerre mondiale en 1918, année de victoire du mouvement Sinn Fein,18 (qui signifie « Nous-mêmes »), le pays s’enlisa dans une guerre « d’Indépendance » qui semblait sans issue pour le gouvernement britannique, difficile à contrôler en raison de son aspect clandestin. La guerre de guérilla menée par l’I.R.A, l’armée républicaine Irlandaise qui venait de voir le jour, mettait à mal les forces britanniques qui multiplièrent la création de forces spéciales, les Blacks and Tans et les Auxiliaries, destinées à casser le mouvement de lutte indépendantiste irlandais.

9Dépassé par la résistance militaire et civile des républicains et une véritable guerre civile qui émouvait l’opinion publique anglaise et internationale, le Premier ministre britannique, Lloyd George, proposa la partition de l’île dans le cadre du Home Rule avec deux parlements séparés, l’un à Dublin, pour vingt-six comtés, l’autre à Belfast pour six des neuf comtés de l’Ulster, ce fut le Governement of Ireland Act du 23 décembre 1920 qui fut suivi du Traité de Londres en 1921. Néanmoins, l’opposition au Home Rule fut si forte chez les unionistes qu’elle mena à la formation d’un mouvement armé en 1912, l’UVF (Ulster Volunteer Force) qui s’avéra être un support précieux pour le renforcement de la suprématie protestante. Ce mouvement fêta avec faste la célébration de son centenaire à l’été 2012.

  • 19 C.C. Craig, frère du premier Premier ministre, expliqua bien la chose en toute franchise à la Chamb (...)
  • 20 Pierre Joannon, Histoire de l’Irlande et des Irlandais, Paris : Editions Perrin (2002) 2008, p. 508
  • 21 Précisons que La souveraineté britannique était néanmoins affirmée par l’article 75 de la « Loi de (...)
  • 22 Michael Poole, The Demography of Violence », in : Northern Ireland, The Background to the Conflict, (...)
  • 23 Idem, p. 157.
  • 24 Voir Brennan, op.cit. p. 13-14.

10Dès 1920, les privilèges des Protestants étaient ainsi assurés grâce à un découpage démographique devant leur assurer la majorité. La province entière comptait alors 900 000 protestants, contre 700 000 catholiques. Amputée de trois de ses comtés, la majorité protestante serait plus confortable, soit de deux tiers.19 On peut estimer avec Pierre Joannon, que la partition de l’Irlande constatait un fait accompli, mais ne le créait pas, puisqu’elle existait dans les esprits avant de se traduire par un tracé sur une carte20. Elle entérinait l’assurance que la majorité catholique serait minoritaire dans cette province du Royaume-Uni, alors que la majorité protestante était minoritaire dans le reste de l’île et même, au sein du Royaume-Uni tout entier21. Aux yeux de Michael Pool, la relation entre les caractéristiques démographiques et les formes les plus violentes de conflit ethnique sont liées22. Il montre bien combien la partition de l’île a été vécue comme une menace par les unionistes. Elle les rendait minoritaires et dépendantes du contrôle politique de Londres leur étant supérieur et qui pourrait les trahir. Ce sentiment d’impuissance se fit particulièrement sentir au plus fort des troubles en 1972.23 La partition de l’Irlande est née du refus d’une partie de la population d’adhérer au nationalisme irlandais.24 La séparation de l’île rendait la minorité néanmoins dominante en termes de pouvoir, majoritaire du point de vue démographique dans une partie de l’île. Elle marquait l’échec d’une assimilation entre les deux communautés.

  • 25 Brennan, op.cit. p. 15.

11Au sein de la nouvelle Ulster, trois groupes distincts étaient décelables. Aux côtés de la population catholique cohabiteraient les Presbytériens anglophones et les colons d’origine anglaise, des Anglicans issus de l’aristocratie. Entre Protestants, une entente s’établit25. Mais la colonisation de l’Ulster n’avait pas été prévue pour une cohabitation avec les "papistes" et dans l’esprit des colons persuadés amener le progrès, les Protestants faisaient partie d’une classe distincte, assiégée par l’autre communauté. Cette conviction explique le mot d’ordre « No Surrender » que l’on peut lire sur nombre de peintures murales et slogans unionistes. En 2013, il figura même sur un feu de joie, preuve de la pérennité de ce sentiment. (PHOTO 4)

[Photo 4]

[Sur les bûchers loyalistes, les drapeaux irlandais et symboles catholiques sont brûlés dans un autodafé symbolique] Shankill, Belfast, 2013.

Crédits photographiques, Renée Tosser

12Cette conviction permet de comprendre pourquoi une position globalement défensive a caractérisé cette communauté protestante nouvellement majoritaire, face à une minorité catholique artificielle, dépossédée et amère.

  • 26 Jean Guiffan, La Question d’Irlande, Bruxelless : Editions Complexe, (1989), 2006, p. 196.

13La partition de l’Irlande créait au Nord un État protestant pour des Protestants. La souveraineté britannique était néanmoins affirmée par l’article 75 de la « Loi de dévolution » de 1920, loi qui permit au gouvernement britannique de suspendre légalement le statut d’autonomie interne du pays au plus fort des troubles en mars 1972 et lui imposer l’administration directe (direct rule)26. L’Irlande du Nord était dotée d’un Parlement (le Stormont) qui gérait de nombreux domaines comme l’administration locale, les services médicaux, les transports, la police et la justice. Un arsenal législatif et militaire destiné à assurer la suprématie protestante fut mis en place. Le pays serait donc doté, pour reprendre la formule de James Craig, premier Premier Ministre d’Irlande du Nord, d’ « un Parlement protestant pour un peuple protestant ». Ainsi, un système électoral fut mis en place afin d’assurer leur majorité, y compris dans les circonscriptions où ils étaient minoritaires comme Derry. C’est ce système qui fut à l’origine des manifestations de 1968 visant à réclamer l’égalité civique en Irlande du Nord. Une loi d’exception, le Special Powers Act qui facilitait une politique répressive, fut menée par le gouvernement unioniste de 1922 à 1972. Il eut recours à des forces spéciales - sortes de milices -, destinées à prêter main forte aux forces de police, elles - mêmes recrutées uniquement parmi la majorité protestante. Dès sa création, l’Irlande du Nord n’a connu qu’une caricature de démocratie, sans représentativité catholique, sa nouvelle minorité, à l’intérieur des corps de la police et la justice.

  • 27 Voir notamment Michael Farrell, Northern Ireland, The Orange State, London : Pluto Press (1976) 198 (...)
  • 28 William Brown, An Army with Banners, Belfast : Beyond the Pale, 2003, p. vii.
  • 29 Citons de nouveau James Craig, premier Premier Ministre d’Irlande du Nord (7 juin 1921 - 24 novembr (...)

14Au sein de la classe protestante, l’Ordre d’Orange jouait un rôle prépondérant, ce qui a valu à l’Irlande du Nord d’être qualifié d’état « Orangiste »27. Ce groupe est né en 1795 inspiré par la campagne guerrière de Guillaume d’Orange, ce qui explique son aspect militaire et sa tradition des marches28. L’Ordre d’Orange, qui est un groupe de pression unioniste, s’appuie sur des principes religieux et pour adhérer à l’Ordre, il faut s’engager à propager la foi protestante et combattre activement les papistes. Il n’est donc guère étonnant de lire combien la préférence nationale était clairement affirmée par ses membres revendiquant le caractère sacré de leur appartenance à ce groupe29. Ce groupe, minoritaire dans le pays, (34 000 membres seulement, en 2012) jouissait d’une influence très importante après la partition du pays, pays qui fut dirigé exclusivement par les leaders de l’Ulster Unionist Party pendant les cinquante années qui suivirent la partition de l’Irlande. L’Ordre d’Orange garde toujours une place non négligeable dans la société nord irlandaise.

  • 30 John D. Brewer : « Northern Ireland : 1921-1998 », in Anti-Catholicism in Northern Ireland, 1600-19 (...)
  • 31 Voir notamment : Bill Rolston, Belfast in the Thirsties, an Oral history, Dingle : Brandon books, 1 (...)
  • 32 L’UVF est également le nom d’un mouvement paramilitaire loyaliste violent formé en 1966, en princip (...)

15Au milieu des années 1930, tout contact avec la population catholique, voire le boycott de cette communauté, étaient préconisés : la UPL (Unionist Protestant League), mouvement ouvertement sectaire, se prononçait en faveur d’une véritable apartheid30. Le fanatisme religieux revêt un caractère fondamentalement politique en Irlande du Nord. D’une part, l’exaltation orangiste entretenait l’exclusion au travers de festivités visant à exclure l’autre communauté, les fameuses marches orangistes, d’autre part elle entretenait les pogroms, attaques violentes à l’encontre de la minorité catholique qui précédèrent la formation des groupes loyalistes31 en 1966 et 1971, l’UVF (Ulster Volunteer Force)32 et l’UDA (Ulster Defense Association), sans oublier les actions des forces spéciales de la police.

  • 33 Tim Pat Coogan, The IRA, Fontana Paperbacks, pp 460-481 ; Agnès Maillot, IRA, Presse Universitaires (...)
  • 34 L’appellation de groupe « paramilitaire » est contestée au sein des anciens militants « Provos ». P (...)

16Le pays a ainsi toujours vécu dans un climat de terreur pour la minorité Catholique, en particulier dans certains quartiers de Belfast comme Ardoyne ou Sandy Row, enclaves catholiques situées respectivement au nord et à l’est de la ville. L’impression d’insécurité permanente fut d’autant plus forte en raison de la collusion entre l’armée, la police et les formations loyalistes, qui explique le climat de suspicion envers les forces de l’ordre dans les quartiers républicains. En 1966, le pays connut une recrudescence d’attaques sectaires à l’encontre des catholiques. Beaucoup de Protestants craignaient de perdre leurs derniers avantages étant donné que les ressources traditionnelles d’emploi se tarissaient. Un regain de revendication culturelle protestante, notamment au travers d’une recrudescence de parades, protégées par la police, fut observé à cette époque. Malgré les tentatives du Premier ministre libéral unioniste Terence O’Neill qui commença à évoquer des réformes, le pays s’enlisa dans une violence dirigée contre la minorité nationale, sans doute encouragé par le discours de Ian Paisley, personnage charismatique, à la tête d’une église minoritaire, les « Presbytériens libres ». En 1966, alors qu’il prêchait contre la trahison et la papauté, la Force des Volontaires Irlandais (l’UVF alors réformée) lança une série d’attaques contre les maisons, des écoles et des magasins catholiques. Au cours des années qui suivirent, la tension monta régulièrement jusqu’à l’été 1969. Elle s’intensifia alors davantage pour mener à une grave crise au sein de l’I.R.A., dont certains membres, alors minoritaires, déploraient l’inaction de leur mouvement pour venir en aide de façon concrète à sa population. La scission de l’organisation mena à la naissance de l’IRA Provisoire. Le but premier de cette nouvelle formation était la protection de la population civile, même si elle ne devait pas limiter son action à cela. Avant cette date, l’I.R.A s’était dirigée vers un mouvement marxiste sans être impliquée dans un combat armé organisé. Elle avait cessé sa lutte armée au début des années 1960 en raison de l’échec de sa dernière campagne entre 1956-1962 qui avait donc marqué donc la fin de sa campagne active militairement.33 l’IRA provisoire qui marqua la renaissance du mouvement républicain, joua un rôle déterminant dans les « Troubles ». Dans un pays où la minorité catholique était en danger dans ses propres quartiers, le groupe « paramilitaire34 » républicain assurant sa protection, prit ainsi un rôle prépondérant dans cette communauté, assurant les fonctions de régulateurs de tous les conflits, même familiaux, s’octroyant les rôles de médiateurs, de juges et de bourreaux, régissant la vie de sa communauté. À l’intérieur même de « l’Ulster », la minorité catholique et/ou nationaliste s’était organisée de façon autonome, ne pouvant plus compter sur le gouvernement britannique pour faire régner la loi qui ne lui rendait pas justice.

17L’Irlande Nord est ainsi constituée de deux mondes parallèles. Les Catholiques et Protestants vivent toujours géographiquement séparés les uns des autres. Il existe des bastions protestants, comme Larne ou Carrickfergus. Dans une ville comme Derry, les Catholiques et les Protestants sont séparés par un fleuve. Belfast est par contre un véritable patchwork de quartiers catholiques que jouxtent des quartiers protestants. Un examen de la carte de la capitale montre les secteurs où les Catholiques sont en majorité dans cette ville—essentiellement, l’ouest de la ville et elle met également en évidence des poches ou enclaves catholiques dans lesquelles les incidents n’ont jamais cessé, comme Ardoyne, au nord-ouest de Belfast35.

18Les deux communautés sont séparées par des « peace lines », murs de séparation entre les quartiers catholiques et les quartiers protestants aux frontières desquels se cristallisent les heurts. Depuis les Accords de 1998, malgré les nombreux projets de réconciliation et tentatives d’apaisement de la part des anciens militants au sein des deux communautés, la violence demeure et empire même, depuis quelques années. Les murs de séparation non seulement demeurent mais ont été augmentés en nombre. Ils apparaissent en outre définitifs. Aux abords de ces points de jonction entre les deux communautés, (les interfaces de la ville), les heurts qui se manifestent toujours, témoignent de la persistance du malaise profond existant dans cette société historiquement marquée par la division.

Minorité catholique, enclaves et marches orangistes : le cas d’Ardoyne (Belfast)

  • 36 Northern Ireland : New Report slams failure to deal with the Past », Amnesty International, Annual (...)

19Malgré la permanence d’incidents ayant émaillé l’histoire de la province pendant les 40 premières années de son existence, la minorité catholique ne s’est pas montrée belliqueuse. La formation de la NICRA (Northern Ireland Civil Rights Association), inspirée par le mouvement pour les droits civiques de Martin Luther King, et qui vit le jour en 1967, marqua cependant un tournant. Une des manifestations organisée à Derry, le 30 janvier 1972, se termina dans un bain de sang, les militaires ayant ouvert le feu et mortellement blessé quatorze personnes : le « Bloody Sunday » le plus célèbre. Ce fut l’année la plus violente des troubles, qui entre 1968 et 1998, firent au total 3600 victimes et 40 000 blessés36 sans compter les nombreux blessés.

20Certains lieux ont une histoire bien plus marquée par la violence que d’autres. Ardoyne concentre un nombre important de victimes, car c’est la partie de Belfast où le plus grand nombre de personnes ont été tuées ou grièvement blessées au cours des Troubles. Ce point est majeur. Toutes les familles de ce quartier un proche ayant disparu de façon violente. Il s’agit d’un des deux quartiers les plus dangereux de Belfast pour un Catholique et ce fut un bastion de l’IRA provisoire qui y a maintenu une présence constante. C’est à Ardoyne que chaque année, la marche du 12 juillet dégénère, car elle traverse la partie catholique du quartier provoquant immanquablement des émeutes. Entre 3000 et 4000 marches orangistes chaque année se déroulent majoritairement sans incident, quand les orangistes restent dans leurs territoires ou quartiers. Il n’en est pas de même à Ardoyne où les parades du 12 juillet passent deux fois dans la même journée. C’est à l’occasion de leur second passage que les incidents surviennent. Les habitants des quartiers nationalistes (catholiques) vivent mal ces festivités unionistes et protestantes, marquées par les provocations nombreuses. Un rapport de force particulièrement tendu s’est engagé en 2010 et depuis cette date, les incidents qui s’y sont déroulés témoignent de l’évolution de la position autrefois dominante de la « majorité » protestante ou unioniste.

21Le matin du 12 juillet, une délégation presque symbolique défila comme à l’accoutumée, dans le calme et sous l’œil d’un collectif contre les marches. En 2010, un groupe de résidants tenant des banderoles de protestation a occupé la chaussée s’y asseyant, de façon à empêcher le second passage de la parade, où les incidents interviennent généralement. L’ambiance était dépourvue d’animosité. Par contre, l’intervention des forces de l’ordre pour déloger les manifestants a déclenché des heurts assez violents et l’utilisation de canons à eau, afin de laisser défiler la parade peu fournie des orangistes, a mis le feu aux poudres. Presque quatre jours d’émeutes motivées par la frustration des habitants du quartier ont suivi. En 2012, le collectif de résidents ne fut pas autorisé à manifester. La tension monta rapidement dans la journée et la parade passa en force déclenchant la colère des manifestants, avant les habituelles échauffourées de la nuit. Au centre de Belfast, lors de son second passage, une partie du cortège, constitué de musiciens membres d’une formation loyaliste récente, joua un morceau sectaire devant une église catholique pendant une dizaine de minutes, marquant le début d’une série d’incidents qui ont émaillé toute l’année qui a suivi.

22Cette même année, votée par la majorité nationaliste à la mairie, Le retrait de l’Union Jack, drapeau national britannique, de l’Hôtel de Ville de Belfast depuis décembre 2012, (il n’est hissé que ponctuellement depuis), a gravement envenimé la situation. L’emblème national britannique est pourvu d’une force particulière dans cette partie du Royaume Uni : en effet, il y a un peu plus de 100 ans, plusieurs milliers de protestants ont signé leur opposition à un Parlement autonome de Dublin (l’Ulster Covenant de 1912) et confectionné le plus grand Union Jack du monde. À partir de cette date, les blocages de rues et manifestations parfois houleuses de la part de certains membres de la communauté protestante se sont succédé, perturbant la vie économique du pays, en particulier Belfast, au moment des fêtes de fin d’année. (Photo 5)

[Photo 5]

Belfast, décembre 2012.

Crédits photographiques : Renée Tosser

  • 37 Dès le début de la crise du drapeau au début du mois de décembre, Naomi Long, élue du Parti de l’Al (...)

23L’escalade de la violence et les incidents sérieux qui ont suivi témoignent de l’enracinement des sentiments : menaces de mort contre une élue qui avait contribué à la décision de retrait du drapeau britannique37, attaques contre les forces de l’ordre ainsi que de civils. Une étincelle a suffi pour déclencher un incendie : un touriste espagnol ignorant les règles implicites concernant les quartiers de Belfast, a déclenché une émeute le jour de la St Patrick (le 17 mars) pour avoir porté un trèfle irlandais, symbole de l’Irlande, (il représente la Trinité) à Sandy Row, fief loyaliste de la capitale nord irlandaise. Le pays entier, et en particulier Belfast, s’est coloré de centaines d’Unions Jacks, de plus grande taille qu’à l’accoutumée, et de drapeaux écossais, plus nombreux également cette année-là. En effet, l’Ulster compte de nombreux Ecossais dans sa population unioniste, ainsi que nous l’évoquions. La perspective du referendum sur l’autonomie de l’Ecosse prévu au mois de septembre 2013 explique cette réaction. Outre deux nouvelles peintures murales représentant l’emblème national, le nouveau drapeau de l’UVF (600 en tout ont été fabriqués) ont fait leur apparition. Enfin, un nouvel étendard a été accroché un peu partout dans le pays : celui du groupe de militaires britanniques ayant fait feu sur les manifestants lors du Bloody Sunday de 1972, geste aussi provocateur qu’inquiétant. Les espaces publics ont été saturés de drapeaux, en particulier des Union Jacks, à l’approche du 12 juillet, jour de fête nationale en Irlande du Nord. (Photo 6)

[Photo 6]

Belfast, juin 2013.

Crédits photo : Renée Tosser

  • 38 Brian Feeney, in The Irish News, « Catholic Tide Can’t be Held Back », 12-12-2012.

24Les résultats du recensement de 2011 connus en décembre 2012, soit au moment des Flags protests a sans doute aggravé la situation. Pour les Protestants, apprendre que leur population ne s’élevait plus qu’à 48 %,38 soit bien loin des deux tiers il y a moins d’un siècle, et que moins de 3 % les séparait désormais des Catholiques, ne pouvait que constituer un choc. Ainsi, quand à la veille du 12 juillet 2013, les orangistes ont appris qu’ils n’étaient autorisés à passer qu’une fois à Ardoyne, la tension a redoublé. Malgré des renforts de police (mille policiers dépêchés depuis tout le Royaume Uni), du côté orangiste, furieux de ce bas de fer et de se retrouver cette fois, face aux forces de l’ordre, la situation fut explosive. (Photo 7)

[Photo 7]

Ardoyne, (Belfast), 12 juillet 2013.

Crédits photo, Renée Tosser

25La frustration avait changé de camp. Depuis cette date, un camp loyaliste de fortune a été établi à Ardoyne, générant de nouveaux troubles. Il représente le « siège de Twaddell » : À l’entrée de cette avenue, située au carrefour croisant la rue le long de laquelle les orangistes défilent habituellement, une caravane a été amenée, des tentes ont été dressées, de nombreux drapeaux ont été érigés. Ce quartier est censé être occupé par les nationalistes qui empêcheraient les Orangistes de « rentrer chez eux ». Un cortège quotidien d’orangistes y défile et s’arrête symboliquement à l’entrée du quartier catholique, protégé par les forces de l’ordre.

  • 39 Paul Nolan, Dominic Bryan, Clare Dwyer, Katy Hayward, Katy Radford, Peter Shirlow, « The Flag Dispu (...)
  • 40 Idem, pp. 98-106.
  • 41 Idem, pp 141-144.
  • 42 Robbie McVeigh, Bill Rolston, From Good Friday to GoodRelations : sectarianism, racism and the Nort (...)
  • 43 McVeigh, Rolston, op cit, pp 11-12.
  • 44 « The Flag Dispute, Anatomy of a Protest , p. 144

26Ce rapport de force caractérise une communauté n’étant en réalité plus majoritaire. Le quartier d’Ardoyne symbolise l’effritement du pouvoir qui est ressenti comme une humiliation. Il représente la perte de terrain des unionistes dans une partie de la ville où ils étaient majoritaires et où par principe, ils ont à cœur de vouloir continuer à s’imposer. La frustration s’est traduite par un regain de violence. Les mouvements paramilitaires sont visiblement actifs : l’UVF, et même plus récemment, l’UDA, mais aussi, de l’autre bord, une autre formation républicaine, les « dissidents » de IRA. Des incidents graves se multiplient : alertes à la bombe et retour des violences aggravées sur des individus. Mais ces groupes n’ont plus du tout le lien et le soutien qu’ils avaient avec la population d’Irlande du Nord. Isolés et poursuivis pour leurs débordement ces dernières années, les membres du groupe désormais appelé les PUL (Protestant Unionist Loyalists) ont découvert qu’ils étaient devenus minoritaires dans un pays où ne jouissent plus des mêmes privilèges de protection ou d’expression. Une toute récente étude menée par cinq universitaires de Queen’s University, démontre combien les manifestations qui ont commencé à l’occasion de la controverse autour de l’Union Jack à l’Hôtel de Ville de Belfast, ont mis au grand jour les divisions des Unionistes39. La naissance de ce « siège » symbolique de Twaddell, a marqué une étape. Rappelant le passé de contestation culturelle de l’Irlande du Nord, les auteurs insistent sur l’absence de contrôle des mouvements paramilitaires protestants qui relèvent combien ces derniers se sentent dépossédés et menacés par une visibilité plus importante selon eux, de la culture irlandaise. L’utilisation qui serait « défensive » de leur culture serait le moyen de résister à cette menace40. La méfiance ressentie envers la classe politique qui aurait trahi leurs intérêts montre combien il est difficile à cette nouvelle minorité de concevoir le partage du territoire et du pouvoir. Les accords de 1998 n’ont pas signé la réconciliation entre deux communautés41. Pr Bill Rolston avait déjà dressé un constat similaire dans une étude menée conjointement avec Robbie McVeigh concernant les Accords du Vendredi Saint ou Accords de Belfast42. Refusant l’idée selon laquelle l’Irlande du Nord serait une société « post-sectaire », ils estiment que l’État n’a jamais réussi à admettre et répondre au racisme de la société nord-irlandaise, à la base, entité sectaire43. La récente étude menée par les universitaires de Queen’s University attribue également aux Accords de 1998 un renforcement communautaire préjudiciable à une entente harmonieuse. Ces accords de paix ont paradoxalement renforcé les différences entre les deux ethnies sans favoriser une identité nord irlandaise qui aurait été unificatrice44. Le chemin vers une véritable paix semble encore long à parcourir.

Conclusion

  • 45 David Lowenthal, The Past is a Foreign CountryCambridge University Press, New York : (1985), 2009, (...)

27Il est difficile de prévoir l’avenir de ce pays qui semble dans une impasse, tant son histoire est marquée par l’exclusion, le sectarisme et la violence. D. Lowenthal écrivait à propos de l’Irlande qu’elle était « prisonnière de son passé45 ». Dans le cas de l’Irlande du Nord, le passé s’est plutôt figé pour une partie de sa population autrefois majoritaire, entretenu par ses traditions « culturelles » - feux de joie, parades - auxquelles participent les enfants et les jeunes. L’aspect militaire de cette culture, riche en défilés, manifestations guerrières comme celles qui sont liées à l’érection des bûchers, renforce cette tendance à exclure l’autre communauté qu’elle rejette depuis toujours. La masculinité liée à ces festivités ne peut qu’entretenir ce rapport de force et ce regard tourné vers elle-même. Cette nouvelle minorité n’a pas réussi à suivre le cours de l’histoire. On peut se demander s’il était tout simplement possible qu’il en eût été autrement et si cette ancienne majorité, minorité ethnique au sein du RU, n’a pas été sacrifiée dans le cadre d’un mauvais compromis de la question d’Irlande.

Haut de page

Bibliographie

Paul Brennan, The Conflict in Ireland, Paris : Longman France, 1991.

John D. Brewer : « Northern Ireland : 1921-1998 », in Anti-Catholicism in Northern Ireland, 1600-1998. The Mote and the Beam, John D. Brewer, Gareth I. Higgins, Basingstoke : Macmillan, 1998.

Dominic Bryan, Orange Parades, The politics of Ritual, Tradition and Control, Londres : Pluto Press, 2000.

Tim Pat Coogan, The IRA, Glasgow : Fontana paperbacks, 1980.

John Darby, Northern Ireland : The Background to the Conflict, Belfast : Appletree Press, 1993.

Michael Farrell, Northern Ireland : The Orange State, Pluto Press : 1980.

Brian Feeney, Sinn Féin, A Hundred Turbulent Years, Dublin : The O’Brien Press, 2002.

Brian Feeney, in The Irish News, « Catholic Tide Can’t be Held Back », 12-12-2012.

Louis Fraysse, « Violence en Irlande autour du drapeau », in Réforme, 10-01-2013.

Jean Guiffan, La Question d’Irlande, Bruxelless : Editions Complexe, (1989), 2006.

Jennifer Heurley, De la Question d’Irlande à la Question d’Irlande du Nord, Paris : Presses Universitaires de France, 2003

Pierre Joannon, Histoire de l’Irlande, Paris : Perrin Éditions, collection Tempus, 2009.

David Lowenthal, The Past is a Foreign CountryCambridge University Press, New York : (1985), 2009

Robbie McVeigh, Bill Rolston, From Good Friday to GoodRelations : sectarianism, racism and the Northern Ireland state, London/ Los Angeles/ Delhi/ Singapore : Sage Publications, 2007.

Catherine Maignant, Histoire et Civilisation de l’Irlande, Paris : Nathan Université, 1996.

Agnès Maillot, IRA, Caen : Presse Universitaires de Caen, 1996.

Paul Nolan, Dominic Bryan, Clare Dwyer, Katy Hayward, Katy Radford, Peter Shirlow, « The Flag Dispute, Anatomy of a Protest », Queen’s University, Belfast, (Institute for the Study of Conflict Transformation and Social Justice, published by Queen’s University Belfast, supported by the CRC and the Department of Foreign Affairs and Trade ( Ireland), December 2014.

Pascal Pragnère, « Peintures murales en Irlande du Nord et au Pays basque : mobilisation populaire et création d’identité nationale », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 24 octobre 2009, consulté le 21 novembre 2014. URL : http://mimmoc.revues.org/405.

Bill Rolston, Belfast in the Thirsties, an Oral history, Dingle : Brandon books, 1987.

Renée Tosser, « Fresques et marches orangistes », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 24 octobre 2009, consulté le 21 novembre 2014. URL : http://mimmoc.revues.org/416.

Renée Tosser, La Ligue Gaélique, Doctorat « Nouveau régime », Université Bretagne Occidentale / Université de la Réunion, 2000.

Haut de page

Notes

1 La formule d’origine émane de James Craig, premier Premier Ministre d’Irlande du Nord (7 juin 1921 - 24 novembre 1940). Suivant les émeutes de 1932, il déclara : « J’ai dit que j’étais en tout premier lieu un orangiste et ensuite seulement un homme politique et un membre de ce Parlement… Dans le Sud, ils se vantent d’être un Etat Catholique. Ils s’enorgueillissent du fait que l’Irlande du Sud est un Etat catholique. Eh bien, tout ce que je dis, c’est que nous sommes un Parlement protestant et un Etat protestant. » in : Pierre Joannon, Histoire de l’Irlande et des Irlandais », Perrin Editions, collection Tempus : 2006, p. 583. Texte original du 20 avril 1934 : I have always said I am an Orangeman first and a politician and Member of this Parliament afterwards. ... The Hon. Member must remember that in the South they boasted of a Catholic State. They still boast of Sourthern Ireland being a Catholic State. All I boast is that we are a Protestant Parliament and Protestant State." Reported in : Parliamentary Debates, Northern Ireland House of Commons, vol. XVI, Cols. 1091-95. Quoted in : Bardon, Jonathan. (1992) A History of Ulster. Belfast : The Blackstaff Press. Pages 538-539. L’expression fut reprise par Lord Craigavon et désigne les institutions politiques d’Irlande du Nord, en particulier entre 1921 et 1972.

2 L’Irlande est constituée de trente-deux comtés regroupés en quatre provinces : Leinster, Munster, Connacht et Ulster.

3 Ce terme désigne les partisans de l’union avec la Grande Bretagne.

4 La population unioniste ne représente plus que 48 % de la population nord-irlandaise : Brian Feeney, in The Irish News, « Catholic Tide Can’t be Held Back », 12-12-2012.

5 La « question d’Irlande » désigne de façon très générale « l’ensemble des problèmes issus des relations conflictuelles entre l’Irlande et la Grande-Bretagne ainsi que leurs conséquences directes ou indirectes sur le développement intérieur de l’île dont la « question d’Irlande du Nord » est emblématique », Jennifer Heurley, De la Question d’Irlande à la Question d’Irlande du Nord, Paris : Presses Universitaires de France, 2003, p. 7.

6 La recherche que je mène en Irlande du Nord depuis dix ans, notamment les interviews que j’y effectue, m’a permis de nuancer la date officielle de fin de conflit dans ce pays et donc, de paix. L’étude récente menée sur un groupe d’universitaires de Queen’s University, Belfast sur les événements liés aux manifestations autour de la question du drapeau en 2012, corrobore l’idée selon laquelle même les jeunes n’ayant pas vécu les « troubles », estiment qu’ils ne vivent pas dans un pays en paix.

7 Le XIIème siècle fut marqué par l’arrivée des Anglo-Normands dans l’île. Ces derniers s’assimilèrent à la population irlandaise. Le gouvernement anglais ne réussit pas à enrayer cette hibernicisation malgré les Statuts de Kilkenny de 1366 qui visaient à l’empêcher. Voir à ce propos Catherine Maignant, Histoire et Civilisation de l’Irlande, Paris : Nathan, 1996, pp. 35-36

8 En Irlande, le terme « républicain » désigne les militants catholiques autrement appelés nationalistes.

9 La colonisation était politique avec la loi Poyning, économique (des colons anglais et écossais se sont emparés des meilleures terres, réduisant les Irlandais de souche à l’état de fermiers ou métayers), sociale et culturelle : le catholicisme était tout juste toléré, de ce fait, l’Église anglicane était perçue par les Irlandais comme la religion du colonisateur.

10 Paul Brennan, The Conflict in Ireland, Paris : Longman France, 1991, p. 11.

11 Brennan, op cit. p. 11.

12 « The deep resentment of the native Irish towards the planters, and the distrutful siege mentality of the planters towards the Irish, is the root of the Ulster problem » : John Darby, Northern Ireland : The Background to the Conflict, Belfast : Appletree Press, 1993, p. 15.

13 Dominic Bryan, Orange Parades, The politics of Ritual, Tradition and Control, Pluto Press, London, 2000.

14 KAT : Kill All Taigs (taig = catholique). Ce slogan est toujours toujours visible à Belfast surtout.

15 Renée Tosser, « Fresques et marches orangistes », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 24 octobre 2009, consulté le 21 novembre 2014. URL : http://mimmoc.revues.org/416 ; Pascal Pragnère, « Peintures murales en Irlande du Nord et au Pays basque : mobilisation populaire et création d’identité nationale », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 24 octobre 2009, consulté le 21 novembre 2014. URL : http://mimmoc.revues.org/405.

16 Nom poétique donné pour la première fois à l’Irlande par William Drennan dans son poème « When Erin first rose » [1795].

17 Renée Tosser, La Ligue Gaélique, (Doctorat Nouveau régime), mai 2000, (Université Bretagne occidentale et Université de la Réunion.)

18 Sinn Féin est la branche politique du mouvement républicain. Voir à ce propos l’ouvrage de Brian Feeney, Sinn Féin, A Hundred Turbulent Years, Dublin : The O’Brien Press, 2002.

19 C.C. Craig, frère du premier Premier ministre, expliqua bien la chose en toute franchise à la Chambre des Communes : ’If we had a nine-county parliament, with sixty-four members, the Unionist majority would be about three or four : but in a six-county parliament, with fifty-two members, the Unionist majority would be about ten.’ Darby, op cit. p. 20.

20 Pierre Joannon, Histoire de l’Irlande et des Irlandais, Paris : Editions Perrin (2002) 2008, p. 508.

21 Précisons que La souveraineté britannique était néanmoins affirmée par l’article 75 de la « Loi de dévolution » de 1920, comme nous le reverrons.

22 Michael Poole, The Demography of Violence », in : Northern Ireland, The Background to the Conflict, (ed. John Darby), p. 152.

23 Idem, p. 157.

24 Voir Brennan, op.cit. p. 13-14.

25 Brennan, op.cit. p. 15.

26 Jean Guiffan, La Question d’Irlande, Bruxelless : Editions Complexe, (1989), 2006, p. 196.

27 Voir notamment Michael Farrell, Northern Ireland, The Orange State, London : Pluto Press (1976) 1980.

28 William Brown, An Army with Banners, Belfast : Beyond the Pale, 2003, p. vii.

29 Citons de nouveau James Craig, premier Premier Ministre d’Irlande du Nord (7 juin 1921 - 24 novembre 1940) « I have always said that I am an Orangeman first and a politician and a member of this parliament afterwards… All I boast is that we have a Protestant parliament and a Protestant state »

30 John D. Brewer : « Northern Ireland : 1921-1998 », in Anti-Catholicism in Northern Ireland, 1600-1998. The Mote and the Beam, John D. Brewer, Gareth I. Higgins, Basingstoke : Macmillan, 1998

31 Voir notamment : Bill Rolston, Belfast in the Thirsties, an Oral history, Dingle : Brandon books, 1987 et Farrell, op.cit.

32 L’UVF est également le nom d’un mouvement paramilitaire loyaliste violent formé en 1966, en principe sans lien avec le premier. Il s’est notamment rendu célèbre par ses assassinats de membres de l’IRA ou de catholiques.

33 Tim Pat Coogan, The IRA, Fontana Paperbacks, pp 460-481 ; Agnès Maillot, IRA, Presse Universitaires de Caen : 1996, pp 71-80. Les deux auteurs précisent qu’avant la naissance de l’IRA provisoire, le mouvement ne possédait quasiment plus d’armes et ne jouissait pas d’une grande popularité auprès de la population, comme le graffiti visible à l’époque, IRA = I Ran Away l’indique clairement. Le bon accueil donné aux troupes britanniques en 1969 atteste de l’absence d’activité du mouvement républicain à l’époque.

34 L’appellation de groupe « paramilitaire » est contestée au sein des anciens militants « Provos ». Pour eux, leur formation était un mouvement de libération nationale qui œuvrait sous la forme d’une lutte de guérilla.

35 http://cain.ulst.ac.uk/images/maps/belfast_religion.gif

36 Northern Ireland : New Report slams failure to deal with the Past », Amnesty International, Annual Report, septembre 2013.

37 Dès le début de la crise du drapeau au début du mois de décembre, Naomi Long, élue du Parti de l’Alliance, était violemment prise à parti (BBC, le 12 décembre) et menacée de mort début 2013.

38 Brian Feeney, in The Irish News, « Catholic Tide Can’t be Held Back », 12-12-2012.

39 Paul Nolan, Dominic Bryan, Clare Dwyer, Katy Hayward, Katy Radford, Peter Shirlow, « The Flag Dispute, Anatomy of a Protest », Queen’s University, Belfast, (Institute for the Study of Conflict Transformation and Social Justice, published by Queen’s University Belfast, supported by the CRC and the Department of Foreign Affairs and Trade ( Ireland), December 2014.

40 Idem, pp. 98-106.

41 Idem, pp 141-144.

42 Robbie McVeigh, Bill Rolston, From Good Friday to GoodRelations : sectarianism, racism and the Northern Ireland state, London/ Los Angeles/ Delhi/ Singapore : Sage Publications, 2007.

43 McVeigh, Rolston, op cit, pp 11-12.

44 « The Flag Dispute, Anatomy of a Protest , p. 144

45 David Lowenthal, The Past is a Foreign CountryCambridge University Press, New York : (1985), 2009, p. 250.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renée TOSSER, « Un Parlement Protestant pour un Peuple Protestant  », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/2080 ; DOI : 10.4000/mimmoc.2080

Haut de page

Auteur

Renée TOSSER

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page