Navigation – Plan du site
Minorités et politiques culturelles

Les minorités au Trentin (Italie) : une justification du statut d’autonomie de la Province ?

Frederic SPAGNOLI

Résumé

Cet article a pour objectif de traiter le cas des Ladins, des Mochènes et des Cimbres, les trois minorités linguistiques de la Province Autonome de Trente (Nord-est de l’Italie) et de montrer l’évolution de leur place au sein de la société trentine. Aujourd’hui, les possibilités d’autogestion législatives, politiques et financières offertes par le statut d’autonomie sont de plus en plus contestées par les provinces lombardes et vénètes voisines et par certains élus à Rome. En réponse à ces attaques, l’administration provinciale présente ces trois minorités comme une des justifications de ce statut spécial. Or, cette perception était beaucoup moins développée il y a quelques décennies. Après une brève mise en contexte, l’article se concentre d’abord sur les Ladins - groupe linguistique rhéto-roman - pour ensuite passer aux deux minorités germaniques, les Mochènes et les Cimbres. Dans les trois situations, il s’agit de montrer les transformations, en particulier des dernières décennies, et d’identifier les défis des prochaines années.

Haut de page

Entrées d’index

Aires géographiques :

Italie du Nord

Périodes :

contemporaine
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’Italie est composée de 20 régions divisées en 110 provinces.
  • 2 « Qualità della vita 2013 » in Il Sole 24 ore, [en ligne], <http://www.ilsole24ore.com/speciali/qv (...)
  • 3 « L’autonomia speciale del Trentino » in Autonomia, Site de la Provincia Autonoma di Trento, [en l (...)
  • 4 Dellai, Lorenzo. « Introduzione » in Gualiteri, Paola et Viola, Marco (dir.), Tutela e promozione (...)

1Au croisement de l’Europe du Sud et de la Mitteleuropa, le Trentin – ou Province Autonome de Trente – est un territoire alpin du Nord-est de l’Italie – plus de 70 % de sa superficie se situe au-dessus de 1000 mètres d’altitude – qui occupe une position de charnière entre monde latin et monde germanique. Son histoire se distingue des autres provinces1 italiennes : principauté épiscopale de 1027 à 1815, le Trentin a fait ensuite partie de l’Empire austro-hongrois et n’est devenu italien qu’en 1919. Il est intégré dans la Région Autonome du Trentin-Haut-Adige Südtirol créée en 1948 suite à l’accord de Paris du 5 septembre 1946 et bénéficie depuis 1972 du statut de Province Autonome. Grâce à ce statut, la province et la région jouissent ainsi d’une autonomie législative, politique et financière très large qui font de Trente une ville à la qualité de vie reconnue2. Toutefois, dans le contexte actuel de crise économique et de restrictions budgétaires, l’autonomie de la Province est de plus en plus mise en question par Rome et les trois minorités linguistiques du Trentin – les Ladins (groupe linguistique rhéto-roman), les Mochènes et les Cimbres (deux groupes de langue germanique) – sont aujourd’hui considérées comme une des justifications principales de ce statut spécial3. Ces minorités qui ne représentent en tout que 4 % de la population totale de la province profitent ainsi d’une reconnaissance et d’une présence dans la société dont peu d’autres minorités en Europe peuvent se vanter. Du point de vue législatif, elles sont officiellement reconnues comme un élément fondateur de l’autonomie de la Région et de la Province. En outre, la loi provinciale n° 6 du 19 Juin 2008 a regroupé et développé toutes les lois provinciales concernant les minorités au Trentin pour créer ce que Lorenzo Dellai, le gouverneur provincial de l’époque, avait appelé le « modèle trentin » de protection des minorités, un modèle de protection très avancé en Europe4. Par exemple, la loi de 2008 introduit le principe de territorialité : chaque minorité est caractérisée par un territoire qui lui est propre et sur lequel une assez grande autonomie lui permet d’entreprendre une multitude d’activités pour sauvegarder et protéger son patrimoine culturel. Ainsi, le Val de Fassa constitue le territoire des Ladins dans la Province de Trente, la Vallée du Fersina celui des Mochènes et Luserna celui des Cimbres. La loi de 2008 a également la particularité d’introduire la notion de devoir, c’est-à-dire que, pour le législateur, les minorités ont non seulement des droits mais ont aussi le devoir de « sauvegarder, promouvoir et transmettre » leur patrimoine. La situation actuelle des trois minorités est totalement différente par rapport à il y a quelques décennies et cela a entraîné de profonds changements à l’intérieur comme à l’extérieur de ces communautés. Nous nous concentrerons tout d’abord sur les Ladins pour ensuite nous intéresser aux minorités germanophones, les Mochènes et les Cimbres.

  • 5 « Minoranze del Trentino » in Minoranze linguistiche, Site du Servizio per la Promozione delle min (...)

Figure 1 : Carte des minorités linguistiques dans la Province de Trente5.

Les Ladins

2Le Val de Fassa (Fascia en ladin) se trouve au nord-est du Trentin, à environ 100 kilomètres de Trente et 40 de Bolzano. Cette vallée est composée de 7 villages, tous situés entre 1100 et 1500 mètres d’altitude : Moena, Soraga, Vigo di Fassa/Vich, Pozza di Fassa/Poza, Mazzin/Mazin, Campitello/Ciampedel, Canazei/Cianacei. Au 1er janvier 2013, la vallée comptait 10006 habitants répartis de la façon suivante :

Communes

Population

Moena

2689

Soraga

739

Vigo di Fassa

1232

Pozza di Fassa

2174

Mazzin

517

Campitello di Fassa

734

Canazei

1921

Totale

10006

  • 6 « La popolazione trentina al 1° gennaio 2013 (dati definitivi) » in Servizio Statistica della Prov (...)

Figure 2 : Population en Val de Fassa au 1er Janvier 20136

  • 7 « Rilevazione sulla consistenza e la dislocazione territoriale degli appartenenti alle popolazioni (...)

3On recense dans toute la province de Trente 18550 Ladins soit 3,5 % de la population totale7.

  • 8 Pescosta, Werner. Storia dei Ladini delle Dolomiti, San Martin de Tor, Istitut Ladin Micurà de Rü, (...)
  • 9 On estime que les Romanches sont environ 40 000 personnes, les Frioulans 700 000 et les Ladins env (...)
  • 10 Mauri, Claudio. « Le rivendicazioni dei Ladini di Fassa attraverso i documenti », Mondo Ladino, An (...)

4Les Ladins vivent dans les Dolomites, autour du massif du Sella, qui est patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2009. Ils se considèrent les descendants des Rhètes, les premiers habitants des Dolomites, qui, après la conquête romaine des Alpes en 15 avant J.C., se sont mélangés aux soldats romains8. Le ladin est donc une langue rhéto-romane comme le romanche ou le frioulan9. Les cinq vallées autour du Sella forment la Ladinia, c’est-à-dire le territoire ladin qui est composé, outre le Val de Fassa, du Val Gardena (Gherdëina en ladin), de la Val Badia (Badia) situées dans la province de Bolzano, de Cortina d’Ampezzo (Anpezo), Livinallongo (Fodom) et Colle Santa Lucia (Col) dans la province de Belluno. Alors que sous l’Empire austro-hongrois les cinq vallées étaient réunies dans le Comté Princier du Tyrol et du Vorarlberg, elles sont intégrées dans trois provinces différentes depuis 1927 et la création de la Province de Bolzano. Il s’agissait pour le gouvernement fasciste d’italianiser les Ladins et ainsi, pour reprendre les termes de l’époque, d’éliminer cette « tâche grise »10.

  • 11 Dell’Aquila, Vittorio, Iannàcaro, Gabriele. Survey Ladins: usi linguistici nelle valli ladine, Tre (...)

5Du point de vue linguistique, chaque vallée utilise une version de ladin différente et les différences se sont accentuées au fil des années. A l’intérieur même du Val de Fassa, on recense trois variantes de ladin qui reflètent les trois parties de la vallée : on parle moenat a Moena au sud, brach dans le centre de la vallée (Pozza, Soraga, Vigo) et cazet dans la haute vallée (Canazei). L’enquête socio-linguistique Survey Ladins de 2006 a mis en évidence des différences entre les villages : le centre de la vallée est l’endroit où l’on parle le plus ladin tandis que Moena e Canazei présentent des situations paradoxales où un nombre de ladinophones assez important vit avec le nombre d’italophones le plus élevé de la vallée11.

  • 12 Le terme allemand a été souvent employé par les Ladins en référence au système paritaire mis en pl (...)

6Les Ladins du Val de Fassa sont insérés dans une région géographique et culturelle plus large et l’on ne peut comprendre leur histoire identitaire sans prendre en considération les liens et les tensions qui existent avec les autres vallées ladines, en particulier celles qui se trouvent dans la même région mais dans la Province de Bolzano (Val Badia et Val Gardena). Pendant longtemps, les Ladins du Val de Fassa ont lutté pour obtenir une Gleichberechtigung12 – une égalité de droits – avec leurs homologues des Val Gardena et Val Badia.

  • 13 Chiocchetti, Fabio. « Prospettive per una legge organica di tutela delle lingue minori in Provinci (...)
  • 14 Nom ladin des habitants du Val de Fassa.

7Si les premiers signes d’intérêt pour la langue et la culture ladines remontent au XIXe siècle lors des débuts du tourisme dans les Dolomites, c’est surtout après la Seconde Guerre Mondiale que des revendications commencent à se faire entendre. A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, le mouvement Zent Ladina Dolomites créé par Guido Iori du Val de Fassa réclame l’union des Ladins dans la Province de Bolzano, la reconnaissance officielle d’un troisième groupe ethnique dans la région, l’enseignement du ladin à l’école, une autonomie administrative et la reprise de la toponymie ladine : beaucoup de revendications qui ne seront réalisées qu’avec la loi de 200813. Le 14 juillet 1946, près de 3000 Ladins se réunissent sur le col du Sella pour soutenir ces revendications qui toutefois ne trouveront aucun écho auprès du gouvernement italien. En 1947, le mouvement se dissout et les revendications continuent alors principalement à travers les associations culturelles. En 1951, l’Union Generela di Ladins dles Dolomites voit le jour et en 1955 la section du Val de Fassa, l’Union di Ladins de Fascia, naît avec comme objectif principal celui de développer des activités de promotion linguistique, en particulier dans les écoles de la vallée. A partir de cette époque et jusqu’aux années 1970, le principal problème pour les Fascegn14 est celui de l’enseignement du ladin dans les écoles de la vallée. En effet, une application particulière du Statut d’Autonomie de 1948 avait amené à l’enseignement du ladin en Province de Bolzano mais pas en Province de Trente. Ces différences de traitement ont contribué à accentuer les écarts entre les Ladins de la Province de Bolzano et les autres et la Gleichberechtigung tant recherchée semble encore bien loin.

  • 15 La loi n° 19 du 29 juillet 1976 établit en effet comme communes ladines les communes de Campitello (...)
  • 16 Cette même année, sur proposition d’Ezio Anesi, la loi provinciale n° 17 de valorisation des activ (...)

8En 1969, les Ladins de Fassa obtiennent la possibilité d’avoir une heure de ladin par semaine dans les écoles de la vallée et l’enseignement du ladin commence, non sans difficultés. Les revendications politiques des Ladins continuent et pour calmer ces revendications l’administration provinciale créée en 1975 le premier Institut Culturel en faveur des minorités dans la Province de Trente, l’Istitut Cultural Ladin Majon de Fascegn, qui se trouve au milieu de la vallée à Vigo. En 1976, on trouve la première loi qui reconnaît le territoire du Val de Fassa comme territoire de la minorité ladine dans la Province de Trente15. En 1977, le politique trentin Bruno Kessler s’exprime pour la première fois à la Chambre des Députés en faveur des droits des Ladins et petit à petit tous les partis politiques commencent à s’intéresser aux minorités. La même année, les Ladins demandent la création d’un Comprensorio - l’équivalent d’une communauté de communes - entièrement dédié au Val de Fassa. Le projet initial prévoyait en effet de regrouper dans un seul Comprensorio le Val de Fassa et le Val de Fiemme voisin, plus grand et plus peuplé. Ces succès deviennent rapidement un des symboles de la lutte des Ladins. Cette affirmation territoriale s’accompagne d’une plus forte présence politique, comme en témoigne la naissance d’un parti politique ladin, l’Union Autonomista Ladina (UAL) à l’automne 1983. La même année, Ezio Anesi de Canazei, du Parti Républicain Italien, sera le premier Ladin à obtenir un siège au Conseil Régional, et, signe de l’importance du parti ladin, il rejoindra la UAL peu de temps après son élection. La visibilité politique des Ladins devient de plus en plus grande et s’intensifie en 1985 lorsque l’on célèbre les 2000 ans de la conquête des Alpes par les Romains et, par conséquent, les 2000 ans d’existence des Ladins16. En 1992, les Ladins obtiennent une plus grande visibilité institutionnelle lorsqu’Ezio Anesi devient le premier sénateur ladin de l’histoire de la république italienne. A sa mort en novembre 1993, toute la vallée se resserre autour du mouvement ladin pour lui adresser un dernier hommage. Le 16 décembre 1993, le Décret Législatif n° 592 prévoit l’application dans la vallée du fameux patentino – un examen de connaissance de la langue – qui est en vigueur depuis des années dans la Province de Bolzano. La possession de ce certificat linguistique donne la priorité pour les emplois dans les bureaux et les administrations de la vallée, à ceux qui prouvent, grâce à cet examen, leur niveau de connaissances de la langue ladine. Cela implique donc l’élaboration d’un ladin standard qui est une synthèse des différentes variantes de la vallée. L’élaboration d’une langue standard et écrite est incontestablement le signe d’une institutionnalisation de la langue de minorité. En 1996, Giuseppe Detomas est élu député et cela renforce le mouvement ladin. Petit à petit la UAL devient un élément normal du paysage politique trentin et les Ladins de la Province de Trente entrent dans une nouvelle dimension. En 2003, par la Loi Provinciale n° 2 du 5 mars 2003 un siège du Conseil Provincial est attribué d’office à un représentant de la minorité ladine.

  • 17 Dellai, Lorenzo. « Introduzione » in Gualiteri, Paola et Viola, Marco (dir.), Tutela e promozione (...)

9En 2006, la Loi Provinciale n° 3 du 16 Juin réforme le système de gouvernement de la Province de Trente en transformant les Comprensorio en Comunità di Valle. La Comunità di Valle du Val de Fassa - le Comun General de Fascia - est conçue comme la communauté à l’autonomie la plus élevée, à tel point que l’on parle même d’« autonomie dans l’autonomie »17. La loi provinciale n° 5 du 7 Août 2006 a réformé le système d’instruction et de formation du Trentin. Les écoles maternelles, primaires et secondaires présentes dans la vallée sont regroupées dans une seule et même structure. Il existe ainsi un Consei General per l’educazion e la formazion qui s’occupe de l’élaboration des programmes ladins, un bureau de formation et de recherche didactique – l’Ofize Ladin Formazion e Enrescida Didatica (OLFED) – et surtout un responsable des différents niveaux scolaires présents dans la vallée appelée Sorastant de la Scola Ladina. Au-delà de l’éducation, la normalité du ladin se matérialise également à travers une présence forte dans les médias depuis les années 2000, aussi bien dans les journaux qu’à la radio, à la télévision et sur le web.

  • 18 « La crisi profonda dei ladini minoranza senza più identità », L’Adige, Trento, 15 dicembre 2005, (...)

10Depuis la création de l’Istitut Cultural Ladin nel 1975, les Ladins de la province de Trente ont obtenu de nombreux avantages avec un niveau de protection au moins aussi élevé que celui dont bénéficient les Ladins du Haut-Adige, notamment en matière d’éducation et d’activités culturelles. Toutefois, il semble que, comme le souligne Fabio Chiocchetti, directeur de l’Istitut Cultural Ladin, l’intérêt de la population de la vallée pour la ladinité ait considérablement diminué18. De plus, les profondes transformations économiques et sociales que la vallée a connus ces dernières décennies ont bouleversé des équilibres et des modes de vie pluriséculaires : avec le développement du tourisme en hiver comme en été, celle-ci est devenue beaucoup moins agricole et s’est considérablement urbanisée (hôtels, maisons de vacances, refuges…). En l’espace de quelques années, des paysans très peu scolarisés se sont transformés en riches propriétaires d’hôtels mais sans véritable croissance culturelle et sans grand intérêt pour le ladin. En outre, on assiste chaque saison à un afflux de personnes extérieures à la vallée - touristes et saisonniers - et les contacts avec l’italien sont devenus plus fréquents et même parfois recherchés. De plus, la forte augmentation des couples mixtes, composés d’un seul membre ladin, représente un grand risque pour la transmission de la langue. Les Ladins se trouvent aujourd’hui dans une situation paradoxale : d’un côté, ils jouissent d’avantages politiques et économiques considérables, mais dans le même temps le contexte dans lequel pendant des siècles se sont transmises l’identité et la langue ladines n’ont jamais été aussi en danger et les Ladins doivent s’adapter à ce nouveau contexte pour sauvegarder et transmettre leur patrimoine culturel.

Les Mochènes

11Les villages de Fierozzo - Vlarotz, Frassilongo - Garait et Palù del Fersina - Palai en Bersntol constituent les trois villages officiellement reconnus comme territoire de la minorité mochène. Ces trois communes se trouvent dans la Vallée du Fersina entre 800 et 1400 mètres d’altitude à seulement trois kilomètres de Pergine Valsugana – la troisième ville plus peuplée du Trentin – et à une vingtaine de kilomètres de Trente. Au 1er janvier 2013, les 2074 habitants de la vallée étaient répartis de la façon suivante :

Communes

Population (habitants)

Fierozzo

487

Frassilongo

318

Palù del Fersina

174

Total Communauté Mochène

979

Sant’Orsola Terme

1095

Total Général

2074

  • 19 « La popolazione trentina al 1° gennaio 2013 (dati definitivi) » in Servizio Statistica della Prov (...)

Figure 3 : Population de la Vallée du Fersina au 1er Janvier 201319

  • 20 « Rilevazione sulla consistenza e la dislocazione territoriale degli appartenenti alle popolazioni (...)

12Le village le plus peuplé de la vallée, Sant’Orsola Terme, n’est pas officiellement reconnu comme membre de la minorité linguistique car, contrairement aux trois autres villages, il a été fondé par des colons italophones et l’on y a toujours parlé le dialecte trentin. Au recensement de 2011, les Mochènes sont 1660 dans toute la Province de Trente soit 0,3 % de la population totale20. Le sentiment d’appartenance demeure très élevé dans les trois communes mochènes comme en témoignent les chiffres du dernier recensement : à Frassilongo 83,3 % des personnes se déclarent mochènes, tandis qu’elles sont 91,9 % à Fierozzo et 92, 9 % à Palù del Fersina.

  • 21 Piatti, Salvatore. Palù/Palae. Frammenti di storia, Palù del Fèrsina, Kulturinstitut Bersntol Luse (...)
  • 22 Fontanari, Alessandro et Libardi, Massimo. Musil en Bersntol, Palù del Fersina, Istituto Culturale (...)

13Les Mochènes sont en effet les descendants de colons bavarois arrivés aux XIIIe et XIVe siècles dans la vallée pour la défricher, à la demande des Comtes du Tyrol et des Princes Evêques de Trente21. Lorsqu’au XVe siècle, les collines de la vallée commencent à être exploitées pour leurs mines d’argent, on assiste à l’arrivée d’autres colons de langue allemande, ce qui renforce les liens avec le monde germanophone. Ces travailleurs s’en repartent au XVIIe siècle lorsqu’il ne reste plus beaucoup de ressources minières. Au XVIIIe siècle, l’impératrice Marie-Thérèse autorise les Mochènes à pouvoir vendre partout dans l’Empire tissus, articles de mercerie et autres comme marchands ambulants. C’est le début de l’histoire des cromeri qui commencent à voyager aux quatre coins de l’Empire austro-hongrois avec leur casella c’est-à-dire la caisse en bois qu’ils transportaient sur le dos. La langue allemande devient alors un outil fondamental pour vendre les produits et les longs voyages consolident les liens avec le monde germanophone, en particulier tyrolien. La langue des cromeri s’enrichit de mots tyroliens et allemands et ces vendeurs ambulants ramènent également dans la vallée des traditions, des danses et des modes vestimentaires typiques de la Mitteleuropa e du Tyrol. Par contre, quand ils arrivent dans les villages trentins de langue italienne, ils sont souvent considérés comme étrangers. Dans l’imaginaire collectif trentin, les cromeri sont considérés comme une des caractéristiques principales des mochènes, un peuple avec une identité à mi-chemin entre monde germanique et monde latin22. Après la chute de l’Empire austro-hongrois, l’activité se concentre particulièrement sur le Trentin et le Haut-Adige et encore aujourd’hui le commerce ambulant constitue une source de revenus pour certains habitants de la vallée.

  • 23 Au total 556 personnes quittent la vallée : 330 di Palù, 183 de Fierozzo, 9 de Frassilongo et 44 d (...)

14La question de la nationalité des Mochènes entre dans une autre dimension quand en 1939 l’Allemagne nazie conclut avec l’Italie fasciste l’accord des Options : les citoyens du royaume d’Italie d’origine germanophone ont la possibilité d’opter pour la nationalité allemande et de vendre leurs terres et leurs biens pour s’installer dans une terre du Reich. On promet à ces montagnards pauvres de vastes terres de plaines fertiles. Les Mochènes comme les Cimbres se trouvent confrontés à un grand dilemme : ils doivent ainsi choisir entre leur terre, à laquelle ils sont très attachés, et une partie de leur culture. Cela créé de grandes divisions dans les villages et à l’intérieur des familles23. La plupart de ces familles s’installent en Bohème, à l’époque sous domination nazie. A la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, après la défaite du Reich, ces populations sont contraintes de quitter de nouveau cette terre et de s’en retourner au Trentin. Les conditions de vie au retour sont extrêmement difficiles : beaucoup de maisons sont détruites, les terrains vendus et, pour le reste des Trentins, les « optants » sont des traîtres. Le processus de reconstruction tant physique que moral de la vallée et de ses habitants est lent et long, d’autant plus que jusqu’aux années 1960, les contacts entre le monde extérieur et la vallée sont assez rares. L’économie de la vallée est quasi totalement agricole et les conditions de vie sont particulièrement difficiles tant et si bien que l’émigration vers la plaine ou à l’étranger est souvent la seule solution. En outre, le regard extérieur sur la vallée est assez négatif : pour atténuer ces préjugés, lorsqu’ils se trouvent en dehors de la vallée, beaucoup de Mochènes n’enseignent pas leur langue à leurs enfants. Comme les mariages mixtes augmentent, le processus d’italianisation de cette population s’accélère.

15Toutefois, à partir du milieu des années 60, la situation change sous l’impulsion d’Enrico Pruner, un homme politique mochène et surtout un des leaders du parti autonomiste trentin. Ses différentes interventions au Conseil Régional permettent d’obtenir des financements et commencent à susciter l’intérêt pour cette vallée. En 1971, Aldo Gorfer et Flavio Faganello, un journaliste et un photographe à l’époque très connus au Trentin, publient un livre dédié au Val dei Mòcheni qui offre l’image d’une vallée traditionnelle et pittoresque mais en même temps ouverte au monde : le livre rencontre un grand succès, contribuant ainsi à changer le regard de l’opinion publique sur la vallée. Dans le même temps, la situation économique s’améliore et les premières formes de tourisme apparaissent. En septembre 1978, un colloque de trois jours sur les minorités germanophones du Trentin est organisé à Sant’Orsola et permet de regrouper des chercheurs de différents horizons disciplinaires : linguistique, histoire, anthropologie, géographie et économie. Pour beaucoup des participants de ce colloque ce sera le début d’un intérêt qui durera toute leur vie. A cette même période, les Ladins commencent à obtenir des institutions et les politiques commencent à changer d’opinion sur la vallée, comme on peut le voir dans les différents articles des quotidiens locaux L’Adige et Trentino. Ce changement conduit à la création de l’Istituto Culturale Mòcheno-Cimbro – l’Institut Culturel Mochèno-Cimbre – en 1987, avec la loi provinciale n. 18 du 31 août de cette année. A la différence des Ladins de Fassa, on décide de regrouper dans une même structure les deux minorités germanophones et l’Institut possède ainsi deux sièges : l’un à Palù del Fersina et l’autre à Luserna. Malgré les problèmes que l’on peut déjà entrevoir avec une gestion sur deux sites, la création de l’Institut constitue un signe de reconnaissance particulièrement significatif. Cet Institut sera divisé en deux instituts culturels distincts avec la loi provinciale n° 7 du 23 juillet 2004 : l’Institut Culturel Mochèno (Bersntoler Kulturinstitut) et l’Institut Culturel de Luserna (Kulturinstitut Lusèrn). Depuis lors, chaque minorité dispose de son propre institut financé par la Province de Trente.

16Du point de vue administratif, les communes mochènes ont fait partie pendant de nombreuses années du Comprensorio C4 de la Haute Valsugana avec son siège à Pergine Valsugana. Avec la réforme territoriale, il s’est transformé en Comunità di Valle Alta Valsugana e Bernstol-Tolgamoa’schoft Hoa Valzegu’ont Bersntol avec la loi provinciale n° 3 du 16 Juin 2006. Comme précédemment, les villages mochènes sont regroupés avec des communes italiennes plus peuplées, mais la loi de 2006 leur donne un niveau de protection plus élevé qui se matérialise dans le statut mais aussi le nom même de cette communauté. Du point de vue de l’éducation, l’enseignement du mochène et de l’allemand sont désormais présents à l’école maternelle et primaire de la vallée.

  • 24 Camin, Rita. La valle dei Mòcheni, mémoire de fin d’études, Scuola Superiore regionale di Servizio (...)

17Malgré les problèmes économiques qui demeurent avec des routes quelque fois difficilement praticables, des opportunités de travail limitées dans la vallée et une connexion Internet à haut débit difficile, la situation économique s’est grandement améliorée et les Mochènes vivent beaucoup mieux qu’il y a quarante ou cinquante ans24. Ils se trouvent ainsi dans un contexte totalement nouveau par rapport à celui dans lequel, pendant des siècles, leur langue et leur culture ont été transmises : d’un côté le sentiment d’appartenance est plus fort mais de l’autre côté les modalités traditionnelles de transmission n’ont jamais été aussi à risque et pour beaucoup d’observateurs les cinq prochaines années seront décisives pour la survie de cette minorité linguistique. Il sera en effet véritablement possible d’évaluer les effets des changements introduits par la loi de 2008.

Les Cimbres

  • 25 « Rilevazione sulla consistenza e la dislocazione territoriale degli appartenenti alle popolazioni (...)

18Luserna constitue officiellement le territoire de la minorité cimbre. Elle se trouve sur le plateau d’Asiago, à 1333 mètres d’altitude, à environ 40 kilomètres au sud-est de Trente. Il s’agit du dernier village où l’on parle le cimbre, une langue d’origine bavaroise qui est considérée par certains linguistes comme une des formes d’allemand les plus anciennes. Au 1er Janvier 2013, la population de Luserna était de 276 habitants alors qu’en 1921 le village comptait plus de 1000 habitants25. On a longtemps pensé que ces populations étaient les descendants des Cimbres, un peuple descendu du Jutland (Danemark) et défait par les Romains au Ier siècle après J.C. En réalité, les habitants de Luserna descendent des paysans originaires de la Bavière qui se sont installés au début du XIIIe siècle dans les montagnes du Nord-est de l’Italie, en particulier dans les provinces de Vérone et de Vicence. Au XIVe siècle, ils se sont dirigés vers le Trentin, créant de nombreux villages dont Luserna. On estime qu’au XVIIIe siècle 25000 personnes parlaient le cimbre, en grande majorité concentrées sur le plateau d’Asiago. Toutefois à cause d’une féroce campagne d’italianisation, la langue cimbre a quasiment disparu et, au début du XXe siècle, son usage était circonscrit à Luserna et à quelques villages de Vénétie et du Trentin. Aujourd’hui, à l’exclusion de quelques personnes âgées en Vénétie, les habitants de Luserna sont les derniers locuteurs du cimbre, les derniers héritiers de cette civilisation et de cette histoire qui remontent au Moyen-âge.

  • 26 Lavarone, le village le plus proche ne se trouve qu’à 14 km et les relations avec les habitants de (...)

19L’agriculture et l’élevage ont longtemps constitué les principales sources de revenus de cette population. Comme pour les Ladins et pour les Mochènes, le territoire était fondamental et les habitants de Luserna ont développé un attachement tout particulier à leurs montagnes, à leurs pâturages, à leurs forêts où de nombreuses légendes sont nées. Pendant des siècles, le village est resté plutôt isolé et il faut encore aujourd’hui prendre des routes escarpées pour s’y rendre26 : L’émigration et l’exode rural ont été très forts entre les années 60 et les années 90 et le véritable défi pour Luserna consiste aujourd’hui à continuer à garder des habitants en fournissant un cadre de vie propice à l’épanouissement d’une famille active avec des routes et des infrastructures adéquates.

20L’intérêt pour Luserna, qui s’est fortement développé ces 40 dernières années, remonte en fait à la deuxième moitié du XIXe siècle. En 1862, lorsque Don Francesco Zuchristian, de langue maternelle allemande, est nommé curé à Luserna, il y découvre avec surprise une population qui parle une ancienne langue germanique. C’est alors le début d’un très grand intérêt. Le curé qui lui succède, Don Josef Bacher, lui-aussi de langue maternelle allemande, s’intéresse alors tout particulièrement à la culture de ce village et publie un ouvrage sur les contes et légendes de Luserna. Cet ouvrage constitue une des premières descriptions de la Luserna de cette époque et il y présente avec soin les caractéristiques géographiques et historiques, les modes de vie et les traditions du village. Il insiste beaucoup sur la rivalité entre pro-italiens et pro-autrichiens particulièrement fortes à l’époque dans tout le Trentin, terre irrédente. C’est alors que les interrogations sur Luserna s’intensifient : est-ce une communauté italophone, germanophone ou une troisième communauté ?

  • 27 Mario Rigoni Stern, dans son livre Histoire de Tönle, décrit la vie à Luserna à cette époque. Les (...)

21A la fin du XIXe siècle, il y a ainsi à Luserna deux écoles, une italienne et une allemande ainsi que deux hôtels, l’Andreas Hofer et le Tricolore. La communauté est souvent divisée entre ces deux groupes et ces luttes intestines ont un effet dévastateur sur Luserna et en particulier sur l’identité cimbre de ce petit village27. En août 1911, un incendie détruit une grande partie du village et les maisons brûlées sont reconstruites en pierre, ce qui rompt avec la tradition des maisons en bois et une « nouvelle Luserna » voit alors le jour. Lorsque la Première Guerre Mondiale éclate, Luserna, entourée de fortifications car située à la frontière, est évacuée et ses habitants sont transportés dans des camps en Autriche et en Bohème. Les conditions de vie sont extrêmement dures. Après trois ans et demi de conflit, les villageois retournent à Luserna qu’ils retrouvent détruite. Pendant deux ans, les chantiers de reconstruction se multiplient et au début des années 20 Luserna compte plus de 1000 habitants. Très vite, toutefois, l’émigration reprend en particulier vers l’Europe du Nord. Durant la période fasciste, le gouvernement cherche à italianiser rapidement et par tous les moyens les Cimbres. Le phénomène des Options que nous avons déjà évoqué pour les Mochènes touche aussi Luserna : plus d’un tiers des habitants du village décident d’opter pour recevoir des terres en Bohème et au Vorarlberg (Autriche). La communauté est alors profondément divisée entre ceux qui partent et ceux qui restent. Comme pour les Mochènes, le retour après-guerre est extrêmement traumatisant.

  • 28 On trouve à la bibliothèque municipale de Luserna une collection d’articles concernant Luserna de (...)

22A partir des années 1960, dans la communauté cimbre, des revendications s’élèvent en Vénétie comme au Trentin. Les conditions de vie ne s’améliorent pas et, à partir de la deuxième moitié des années 60, à une émigration de travail s’ajoute une émigration « scolaire » : les jeunes du village étudient plus longtemps et on assiste aux premières inscriptions aux lycées de Rovereto ou de Trente. Comme ces villes sont difficilement atteignables avec un aller-retour en bus dans la journée et que l’internat est très couteux, beaucoup de familles décident de s’installer dans ces villes où les parents pourront trouver du travail plus facilement. Le village commence à perdre rapidement un grand nombre d’habitants. C’est dans ce contexte difficile que naissent dans les années 70 deux associations culturelles, le Circolo Culturale Gandhi et le Kulturverein Lusèrn, deux associations créées par des jeunes du village afin d’animer le village, de sauvegarder et de promouvoir la langue et la culture cimbres. Dans le même temps, en 1972, le village de Luserna s’allie aux communes mochènes et signe une demande officielle de reconnaissance des minorités germaniques de la part des administrations provinciales et régionales. En 1979 le Circolo Gandhi organise un colloque qui souligne la nécessité d’un changement politique, économique et générationnel à Luserna : une équipe issue de ce groupe se présente aux élections municipales de 1980 et les remporte, prenant ainsi les rênes du village. En outre, l’intérêt politique extérieur augmente ainsi que la visibilité dans les médias où l’on recense deux types d’articles : des articles qui présentent Luserna comme un village de contes de fées, merveilleux et poétique, et des articles qui évoquent une Luserna sur le point de mourir et qu’il faut à tout prix sauver28. En 1987, Luserna obtient une bibliothèque municipale qui, au-delà des prêts de livres, est vue comme un lieu culturel et social qui peut jouer un rôle pour la sauvegarde de la minorité cimbre. La même année, l’Istituto Culturale Mòcheno-Cimbro voit le jour, mais dès le départ l’Institut semble déséquilibré avec une présence numérique plus importante des Mochènes. C’est ainsi qu’en 1996 naît le Centre de Documentation de Luserna (Centro di Documentazione Luserna/Dokumentatiozentrum Lusérn) qui a pour objectif de promouvoir une forme de tourisme culturel à Luserna et, d’une certaine façon, de combler le déséquilibre de l’Institut Culturel. La présence médiatique et politique de Luserna ne fait alors qu’augmenter.

  • 29 Au recensement de 2011, 85,3% de la population de Luserna s’est déclaré Cimbres tandis que pour l’ (...)

23Du point de vue administratif, Luserna qui faisait partie du même comprensorio que les Mochènes forme désormais avec Lavarone et Folgaria la Comunità degli Altipiani Cimbri, une référence à l’identité cimbre du plateau d’Asiago et un signe important de reconnaissance pour Luserna. Du point de vue économique, le village a connu ces trente dernières années un développement considérable avec la création de structures touristiques, de musées, d’un centre de documentation, d’hôtels et de restaurants et même d’une zone d’activités artisanales. Toutefois, le village a continué à perdre des habitants : de plus de 1000 habitants dans les années 20 à 600 dans les années 70, Luserna comptait 276 habitants début 201329. D’après ces chiffres, on se rend compte qu’il y a plus de Cimbres qui vivent ailleurs que de Cimbres à Luserna même. Cela s’explique bien évidemment par la forte émigration que le village a connue. Beaucoup de ces oriundi restent très attachés à Luserna même s’ils vivent dans un milieu linguistique totalement différent. Continuer à faire de Luserna l’endroit où l’on parle cimbre et intégrer les jeunes générations d’oriundi constituent les deux combats auxquels la minorité sera confrontée dans les prochaines années et qu’elle devra remporter pour sa survie.

Conclusion

24Les Ladins, les Mochènes et les Cimbres se trouvent aujourd’hui à un carrefour. Après de nombreuses années de luttes et de revendications, ces trois groupes bénéficient d’un niveau de protection très élevé et ils sont officiellement reconnus comme partie intégrante de l’histoire et de la société de la région, comme un élément constitutif de l’identité trentine. A l’intérieur des communautés et grâce au travail des institutions, la fierté d’appartenir à une minorité et d’être différent des autres Trentins est beaucoup plus forte qu’il y a une quarantaine d’années. Toutefois, l’émigration, l’exode rural, le tourisme, le développement économique et la présence toujours plus forte de la langue et culture italiennes ont bouleversé des modes de vie pluriséculaires. Le patrimoine culturel n’a jamais été aussi menacé et il est fondamental que les stratégies des années à venir se concentrent sur les communautés et beaucoup moins sur la représentativité politique de ces minorités. Il apparaît ainsi nécessaire de plus travailler à l’intérieur de ces communautés sur la conscience de faire partie d’une minorité pleinement intégrée dans le XXIe siècle. En d’autres termes, élaborer de nouvelles stratégies où identité de minorité et économie vont de pair pour que langue et cultures de minorités continuent à vivre au quotidien en Val de Fassa, Val dei Mòcheni et à Luserna. On assiste ainsi depuis quelques années à l’apparition des premières formes de « marketing de l’identité » : le fait de faire partie de l’identité d’une minorité devient un instrument pour vendre des produits, vendre une certaine image par exemple à l’occasion des marchés de Noël nombreux dans la région. En évitant l’écueil d’une instrumentalisation politique trop grande, ces nouvelles passerelles entre l’identité et les secteurs économiques d’aujourd’hui peuvent sans aucun doute contribuer à la construction de minorités du XXIe siècle. Le chantier ne fait que commencer…

Bibliographie

Camin, Rita. La valle dei Mòcheni, mémoire de fin d’études, Scuola Superiore regionale di Servizio sociale Trento, 1958

Cova, Paolo. Il grande imbroglio : il dramma dell’Opzione nelle isole linguistiche del Trentino, Palù del Fersina, Istituto Culturale Mòcheno, 2014, 290 p.

Dell’Aquila, Vittorio, Iannàcaro, Gabriele. Survey Ladins : usi linguistici nelle valli ladine, Trento, Regione Trentino-Alto-Adige, 2006, 422 p.

Fontanari, Alessandro et Libardi, Massimo. Musil en Bersntol, Palù del Fersina, Istituto Culturale Mòcheno, 2012, 167 p.

Gualiteri, Paola et Viola, Marco (dir.), Tutela e promozione delle minoranze linguistiche in Trentino, Trento, Provincia Autonoma di Trento, 2008., 214 p.

Nicolussi Golo, Andrea, Rigoni Stern, Mario. Tönle Bintarn : übarsetzt von belesch abe von Andrea Nicolussi Golo, Trento, Provincia Autonoma di Trento, Servizio per le minoranze linguistiche, 2013, 136 p.

« L’autonomia speciale del Trentino » in Autonomia, Site de la Provincia Autonoma di Trento, [en ligne], <http://www.autonomia.provincia.tn.it/​presentazione_home/​pagina12.html> , (consulté le 28 novembre 2014).

« La crisi profonda dei ladini minoranza senza più identità », L’Adige, Trento, 15 dicembre 2005, p. 55

« La popolazione trentina al 1° gennaio 2013 (dati definitivi) » in Servizio Statistica della Provincia Autonoma di Trento, Site du Servizio Statistica della Provincia Autonoma di Trento, [en ligne], <http://www.statistica.provincia.tn.it/​binary/​pat_statistica_new/​popolazione/​PopTrentina2013.1374142089.pdf>, (consulté le 28 novembre 2014).

« Minoranze del Trentino » in Minoranze linguistiche, Site du Servizio per la Promozione delle minoranze linguistiche locali, [en ligne], <http://www.minoranzelinguistiche.provincia.tn.it/​minoranzeTrentino> , (consulté le 15 avril 2014).

Pescosta, Werner. Storia dei Ladini delle Dolomiti, San Martin de Tor, Istitut Ladin Micurà de Rü, 2010, 754 p.

Piatti, Salvatore. Palù/Palae. Frammenti di storia, Palù del Fèrsina, Kulturinstitut Bersntol Lusern, 1996, 970 p.

« Qualità della vita 2013 » in Il Sole 24 ore, [en ligne], <http://www.ilsole24ore.com/​speciali/​qvita_2013/​home.shtml> (consulté le 28 novembre 2014).

« Rilevazione sulla consistenza e la dislocazione territoriale degli appartenenti alle popolazioni di lingua ladina, mòchena e cimbra » in Servizio Statistica della Provincia Autonoma di Trento, Site du Servizio Statistica della Provincia Autonoma di Trento, [en ligne], <http://www.statistica.provincia.tn.it/​binary/​pat_statistica_new/​popolazione/​RilevazionePopolazioniLadinaMochenaCimbra.1394031752.pdf> , (consulté le 28 novembre 2014)

« 1072 Zimbarn in di Provinz vo Tria », Di Sait vo Lusern, L’Adige, Trento, venerdi 20 luglio 2012, p. 31

Haut de page

Notes

1 L’Italie est composée de 20 régions divisées en 110 provinces.

2 « Qualità della vita 2013 » in Il Sole 24 ore, [en ligne], <http://www.ilsole24ore.com/speciali/qvita_2013/home.shtml> (consulté le 28 novembre 2014).

3 « L’autonomia speciale del Trentino » in Autonomia, Site de la Provincia Autonoma di Trento, [en ligne], <hhttp://www.autonomia.provincia.tn.it/presentazione_home/pagina12.html >, (consulté le 28 novembre 2014).

4 Dellai, Lorenzo. « Introduzione » in Gualiteri, Paola et Viola, Marco (dir.), Tutela e promozione delle minoranze linguistiche in Trentino, Trento, Provincia Autonoma di Trento, 2008, p. 6.

5 « Minoranze del Trentino » in Minoranze linguistiche, Site du Servizio per la Promozione delle minoranze linguistiche locali, [en ligne], <http://www.minoranzelinguistiche.provincia.tn.it/minoranzeTrentino> , (consulté le 15 avril 2014).

6 « La popolazione trentina al 1° gennaio 2013 (dati definitivi) » in Servizio Statistica della Provincia Autonoma di Trento, Site du Servizio Statistica della Provincia Autonoma di Trento, [en ligne], <http://www.statistica.provincia.tn.it/binary/pat_statistica_new/popolazione/PopTrentina2013.1374142089.pdf>, (consulté le 28 novembre 2014).

7 « Rilevazione sulla consistenza e la dislocazione territoriale degli appartenenti alle popolazioni di lingua ladina, mòchena e cimbra » in Servizio Statistica della Provincia Autonoma di Trento, Site du Servizio Statistica della Provincia Autonoma di Trento, [en ligne], <http://www.statistica.provincia.tn.it/binary/pat_statistica_new/popolazione/RilevazionePopolazioniLadinaMochenaCimbra.1394031752.pdf> , (consulté le 28 novembre 2014).

8 Pescosta, Werner. Storia dei Ladini delle Dolomiti, San Martin de Tor, Istitut Ladin Micurà de Rü, 2010, p. 49-62.

9 On estime que les Romanches sont environ 40 000 personnes, les Frioulans 700 000 et les Ladins environ 30 000. Pour plus d’informations voir le site du Service pour la Promotion des Minorités Linguistiques de la Province Autonome de Trente http://www.minoranzelinguistiche.provincia.tn.it ou le site de l’Istitut Cultural Ladin “Majon de Fascegn” http://www.istladin.net

10 Mauri, Claudio. « Le rivendicazioni dei Ladini di Fassa attraverso i documenti », Mondo Ladino, Anno 5, n° 1-4, p. 127.

11 Dell’Aquila, Vittorio, Iannàcaro, Gabriele. Survey Ladins: usi linguistici nelle valli ladine, Trento, Regione Trentino-Alto-Adige, 2006, p. 70-112.

12 Le terme allemand a été souvent employé par les Ladins en référence au système paritaire mis en place par la majorité germanophone de la Province de Bolzano.

13 Chiocchetti, Fabio. « Prospettive per una legge organica di tutela delle lingue minori in Provincia di Trento », in Gualiteri, Paola et Viola, Marco (dir.), Tutela e promozione delle minoranze linguistiche in Trentino, Trento, Provincia Autonoma di Trento, 2008, p. 11-26.

14 Nom ladin des habitants du Val de Fassa.

15 La loi n° 19 du 29 juillet 1976 établit en effet comme communes ladines les communes de Campitello di Fassa, Canazei, Mazzin, Moena, Pozza di Fassa, Soraga, Vigo di Fassa.

16 Cette même année, sur proposition d’Ezio Anesi, la loi provinciale n° 17 de valorisation des activités culturelles, de presse et récréatives des populations ladines est votée le 28 octobre 1985. Cette loi, appelée loi Anesi, ne sera remplacée qu’en 2008 et permettra pendant des années aux associations de minorités de recevoir des financements annuels pour leurs activités.

17 Dellai, Lorenzo. « Introduzione » in Gualiteri, Paola et Viola, Marco (dir.), Tutela e promozione delle minoranze linguistiche in Trentino, Trento, Provincia Autonoma di Trento, 2008, p. 6.

18 « La crisi profonda dei ladini minoranza senza più identità », L’Adige, Trento, 15 dicembre 2005, p. 55.

19 « La popolazione trentina al 1° gennaio 2013 (dati definitivi) » in Servizio Statistica della Provincia Autonoma di Trento, Site du Servizio Statistica della Provincia Autonoma di Trento, [en ligne], <http://www.statistica.provincia.tn.it/binary/pat_statistica_new/popolazione/PopTrentina2013.1374142089.pdf>, (consulté le 28 novembre 2014).

20 « Rilevazione sulla consistenza e la dislocazione territoriale degli appartenenti alle popolazioni di lingua ladina, mòchena e cimbra » in Servizio Statistica della Provincia Autonoma di Trento, Site du Servizio Statistica della Provincia Autonoma di Trento, [en ligne], <http://www.statistica.provincia.tn.it/binary/pat_statistica_new/popolazione/RilevazionePopolazioniLadinaMochenaCimbra.1394031752.pdf> , (consulté le 28 novembre 2014)

21 Piatti, Salvatore. Palù/Palae. Frammenti di storia, Palù del Fèrsina, Kulturinstitut Bersntol Lusern, 1996, p. 13-109.

22 Fontanari, Alessandro et Libardi, Massimo. Musil en Bersntol, Palù del Fersina, Istituto Culturale Mòcheno, 2012, p. 26-27.

23 Au total 556 personnes quittent la vallée : 330 di Palù, 183 de Fierozzo, 9 de Frassilongo et 44 de Sant’Orsola. Pour plus d’informations, voir Cova, Paolo. Il grande imbroglio: il dramma dell’Opzione nelle isole linguistiche del Trentino, Palù del Fersina, Istituto Culturale Mòcheno, 2014, 290 p.

24 Camin, Rita. La valle dei Mòcheni, mémoire de fin d’études, Scuola Superiore regionale di Servizio sociale Trento, 1958, p. 1-138.

25 « Rilevazione sulla consistenza e la dislocazione territoriale degli appartenenti alle popolazioni di lingua ladina, mòchena e cimbra » in Servizio Statistica della Provincia Autonoma di Trento, Site du Servizio Statistica della Provincia Autonoma di Trento, [en ligne], <http://www.statistica.provincia.tn.it/binary/pat_statistica_new/popolazione/RilevazionePopolazioniLadinaMochenaCimbra.1394031752.pdf > , (consulté le 28 novembre 2014)

26 Lavarone, le village le plus proche ne se trouve qu’à 14 km et les relations avec les habitants de Lavarone ont été souvent très problématiques avec de nombreux préjugés de part et d’autre.

27 Mario Rigoni Stern, dans son livre Histoire de Tönle, décrit la vie à Luserna à cette époque. Les habitants de Luserna tiennent beaucoup à ce livre, à tel point qu’il a été récemment traduit en cimbre par Andrea Nicolussi Golo: Rigoni Stern, Mario. Tönle Bintarn: übarsetzt von belesch abe von Andrea Nicolussi Golo, Trento, Provincia Autonoma di Trento, Servizio per le minoranze linguistiche, 2013, 136 p.

28 On trouve à la bibliothèque municipale de Luserna une collection d’articles concernant Luserna de la fin des années 1970 à nos jours. Cette collection non classée fournit ainsi une vision de l’évolution de l’image de Luserna de ces quarante dernières années. Il s’agit principalement d’articles publiés sur les deux quotidiens locaux (L’Adige et Trentino) mais on y recense également des extraits de journaux et revues italiennes et internationales.

29 Au recensement de 2011, 85,3% de la population de Luserna s’est déclaré Cimbres tandis que pour l’ensemble de la Province de Trente, les Cimbres étaient 1072, soit 0,2% e la population totale. « 1072 Zimbarn in di Provinz vo Tria », Di Sait vo Lusern, L’Adige, Trento, venerdi 20 luglio 2012, p. 31.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Carte des minorités linguistiques dans la Province de Trente5.
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2082/img-1.png
Fichier image/png, 217k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frederic SPAGNOLI, « Les minorités au Trentin (Italie) : une justification du statut d’autonomie de la Province ? », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/2082 ; DOI : 10.4000/mimmoc.2082

Haut de page

Auteur

Frederic SPAGNOLI

Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité, Université de Franche-ComtéJe suis maître de conférences d’italien et directeur du département Langues Etrangères Appliquées (Montbéliard). Mes recherches s’articulent autour des migrations et des minorités linguistiques issues de la Péninsule italienne, en particulier du Trentin. Je m’intéresse ainsi aux phénomènes de reconstruction, de maintien et de transmission d’une identité culturelle romano-chrétienne. Je travaille également sur la sauvegarde et la valorisation du patrimoine culturel et immatériel des communautés immigrées et des minorités issues de la péninsule italienne. L’article que je présente ici se base sur un contrat de recherche réalisé à la Faculté de Sociologie de l’Université de Trente (Italie) avec l’équipe de recherche Valori Appartenenze e Democrazia (VADem) où je suis membre associé. Les résultats seront publiés début 2015 dans la monographie intitulée Ladini, Mòcheni e Cimbri al crocevia tra esistenza e coscienza.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page