Navigation – Plan du site
Minorités et politiques culturelles

Espagne, régionalismes et minorités : politiques de préservation et expectatives autour de patrimoines linguistiques localisés

Christian HOUNNOUVI COFFI

Résumé

L’article qui suit traite de la question des langues régionales et minoritaires en Espagne. Contrairement à certains pays européens, l’Espagne, consciente des enjeux sous-jacents à la question linguistico-territoriale, a pris les devants et mis en marche des politiques de valorisation de ces patrimoines linguistiques. En accordant à certaines de ces langues le statut de langues officielles, c’est à une reconnaissance réelle de la valeur de ces cultures qu’on a procédé. En outre, les recommandations de la Charte Européenne des Langues Minoritaires et Régionales ont donné à la thématique la visibilité continentale qui lui faisait défaut, même si deux langues demeurent encore simplement protégées. Plus de trente ans après la mise en fonctionnement de ces politiques de normalisation linguistique, nous nous interrogeons à propos de leur contenu, leur application et surtout leurs résultats. Quel bilan peut-on établir après cette période ? En outre, quelles perspectives doivent adopter ces régions où les langues sont officielles, et quelles initiatives doivent entreprendre les locuteurs des langues non-officielles ? Voici les questions auxquelles cet article se propose de répondre.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis sa Constitution adoptée en 1978, l’Espagne a mis de façon décisive la question des langues régionales à une place centrale. La reconnaissance du statut d’autonomie à dix-sept entités territoriales a engendré un questionnement à propos du statut des langues parlées dans ces régions. Toutes n’ont pas subi le même sort, et certaines d’entre elles, bien que vivantes (c’est le cas de l’asturo-léonais ou de l’aragonais) n’ont pas accédé à l’officialité. Avant de poursuivre, il est nécessaire de délimiter les frontières des concepts que nous développerons par la suite. Les politiques de préservation que nous avons étudiées concernent strictement les langues reconnues officielles dans les régions respectives où elles sont parlées. Trois d’entre elles ont particulièrement attiré notre attention, à savoir le catalan, le galicien et le basque. Sur quelles bases ces langues ont-elles été reconnues officielles, contrairement à d’autres, et quels droits ce statut préférentiel ouvre-t-il à leurs locuteurs ? Par ailleurs, quelles stratégies sont mises en œuvre pour leur survie ? Sans aller jusqu’à parler d’expansion hors de leurs frontières territoriales, que doit-on entendre par développement de patrimoines linguistiques localisés ? La complexité de la question en Espagne est telle que plusieurs obstacles, tels que le phénomène de migration entre les différentes Communautés Autonomes, la situation de co-officialité des langues régionales avec le castillan ou encore la forte connotation politico-identitaire des revendications linguistiques peuvent laisser l’observateur sceptique quant à l’avenir de ces patrimoines localisés. Cependant, lorsqu’on se place dans le contexte européen régi par la Charte européenne des langues minoritaires et régionales, il apparaît que l’Espagne est l’un des pays les plus respectueux des recommandations de ce document quant à la promotion des cultures régionales. Nous espérons trouver les réponses à ces interrogations à travers l’analyse des projets qui ont été élaborés conformément aux ambitions des institutions régionales concernées (autorités de régulation de la langue, autorités politiques).

2Dans un premier temps, nous nous intéresserons aux propositions contenues dans la Charte européenne des langues minoritaires et régionales (CELMR), et à leur application en Espagne ; ensuite, un rappel succinct de l’histoire sociale récente des langues étudiées nous permettra d’ouvrir le chapitre des politiques de normalisation linguistique élaborées pour leur promotion. Nous mettrons à jour leurs ambitions et leurs implications sur les plans juridique, économique et géopolitique. Enfin, nous terminerons cet article sur une réflexion au sujet des défis auxquels ces patrimoines localisés sont confrontés dans un contexte non seulement national, mais mondial.

La CELMR, un prolongement de l’ambition espagnole ?

  • 1 Déjà, au début du vingtième siècle, les velléités d’autogestion se faisaient pressantes ; l’élabor (...)
  • 2 Les Communautés Autonomes ayant bénéficié de ce statut préférentiel sont aussi appelées « nacional (...)

3La division territoriale de l’Espagne adoptée par la Constitution de 1978 était une étape indispensable dans l’évolution et l’aboutissement du processus démocratique lancé par Adolfo Suarez après la mort du général Franco. Hautement complexe, ce modèle ibérique a voulu reconnaître au sein d’une même nation des identités et des langues distinctes, afin d’apaiser des revendications d’autonomie, qui même si elles avaient été réprimées sous la dictature, étaient très rapidement redevenues une question cruciale pour l’avenir du pays1. L’Espagne montrait donc, bien avant même ce projet européen de consensus sur la promotion des langues régionales, une volonté réelle de prendre en compte sa diversité linguistique et d’octroyer un statut « préférentiel » à certaines langues/cultures circonscrites à des aires géographiques déterminées, pour des raisons socio-historiques propres à ces régions. Sans revenir sur les critiques que ce modèle a pu recevoir quant aux langues retenues ou non comme officielles, il faut reconnaître à l’Espagne le mérite d’avoir pris les devants en ce qui concerne ces questions, contrairement à d’autres pays tels que la France ou la Belgique, qui jusqu’aujourd’hui s’abstiennent de ratifier la Charte. En Espagne, c’est dès le début des années 1980 que les communautés qui avaient accédé à l’autonomie par la voie dite « rapide2 », ont mis en place des politiques de retour à l’utilisation et à l’enseignement des langues régionales. Le texte de la CELMR est venu se greffer sur les programmes existants et appuyer les efforts déjà entrepris par le pays en la matière. S’il est vrai que son existence aujourd’hui conditionne les orientations prises et donne un écho continental à la question, il n’en demeure pas moins que les décisions espagnoles en matière linguistique sont plus anciennes que les recommandations de la Charte. C’est donc sur ces politiques pionnières, que nous baserons notre analyse, après avoir étudié l’application et les apports de la Charte à l’Espagne.

Application espagnole de la CELMR

  • 3 En ce qui concerne les mesures et leur application, elles sont rédigées sous forme de recommandati (...)
  • 4 Traduction : une part substantielle de l’enseignement (sauf mention contraire, toutes les traducti (...)
  • 5 Traduction : L’enseignement des langues régionales ou minoritaires correspondantes soit partie int (...)
  • 6 Source : Boletin Oficial del Estado n° 222, du Samedi 15 septembre 2001, accessible à l’adresse htt (...)
  • 7 En effet, contrairement aux trois autres langues citées, les textes portant sur l’autonomie des ré (...)

4La version définitive du texte de la Charte se caractérise par sa flexibilité ; ceci, d’une part, pour permettre aux États dans lesquels la question des langues est délicate de prendre des engagements qui soient à la mesure de leurs attentes en la matière et compatibles avec les textes en vigueur, sans attiser les conflits latents ; d’autre part, cette souplesse permet d’inclure le plus grand nombre de pays, en principe quelle que soit leur situation linguistique. Mais au-delà de ces considérations, il s’agit aussi de donner plus de visibilité et de protection aux personnes, aux locuteurs de ces langues, comme c’est le cas de la minorité ‘’rom’’, qui, du fait de sa situation de nomadisme, n’a pas d’aire géographique spécifique où elle pourrait bénéficier de l’implantation de mesures de protection ou de promotion de son patrimoine linguistique. Cette flexibilité transparaît premièrement à travers la formulation volontairement peu contraignante des objectifs et mesures d’application du texte3, ainsi que dans le lexique, qui laissent place à l’ambiguïté : le texte suggère aux États de faire en sorte que « una parte substancial de la enseñanza4 » soit réalisée en langues régionales, ou encore que « la enseñanza de las lenguas regionales o minoritarias correspondientes forme parte integrante del plan de estudios5 ». Cette « part substantielle » et cette « partie intégrante » de l’enseignement ne donnent aucun indice sur le volume horaire qu’elles devraient représenter, ni la façon de les implanter, ou encore les résultats concrets qu’elles doivent apporter. Dans cette même logique de flexibilité, les rédacteurs de la Charte, conscients des enjeux politiques sous-jacents aux décisions que le document allait induire, ont laissé les pays signataires libres de choisir les langues auxquelles s’appliqueraient les mesures ratifiées. En ce qui la concerne, l’Espagne, dans le texte visant à ratifier la Charte, donne une liste des langues concernées par les mesures de protection. « España declara que, a los efectos previstos en los citados artículos, se entienden por lenguas regionales o minoritarias, las lenguas reconocidas como oficiales en los Estatutos de Autonomía de las Comunidades Autónomas del País Vasco, Cataluña, Islas Baleares, Galicia, Valencia y Navarra6 ». Il s’agit donc des langues régionales qui bénéficient depuis l’élaboration de leur projet d’autonomie du statut de langues officielles dans les régions où elles sont parlées, à savoir le basque (provinces de la Communauté Autonome Basque et zones bascophones de Navarre), le catalan (Îles Baléares et Catalogne), le valencien, le galicien. Les langues régionales telles que l’asturien (aussi connu sous le nom de « bable ») ou l’aragonais demeurent au stade de langues protégées, en accord avec les dispositions de leurs projets d’autonomie respectifs7.

Situation de co-officialité, situation de simple protection

5Il existe donc une différence entre ces langues dites « protégées » et celles dites « officielles ». La principale distinction entre l’officialité et la protection réside dans la valeur coercitive des décisions prises concernant les langues officielles ainsi que dans l’application de ces normes au niveau administratif. En d’autres termes, d’un point de vue juridique, l’officialité linguistique reconnue dans les statuts d’autonomie confère aux dispositions prises en la matière un statut de texte législatif. En effet, si dans ces deux situations il existe des actions de promotion et de mise en valeur du patrimoine linguistique minoritaire, dans l’une les administrations ont obligation d’appliquer ces mesures, tandis que dans l’autre, aucune obligation ne naît des recommandations des autorités de surveillance de la langue. Pour comprendre cette politique à deux vitesses, il convient de présenter de façon succincte l’évolution du panorama linguistique espagnol depuis la période de l’avant-guerre civile jusqu’à son état actuel. La carte ci-dessous, extraite du Bulletin de l’Association de Géographes Espagnols (AGE) représente une carte des langues espagnoles. On y observe quatre grandes sphères linguistiques, qui correspondent aux aires où les langues régionales sont officielles, à savoir la sphère catalane (qui inclut la Catalogne, la région de Valence et les Îles Baléares), l’aire d’influence du basque, la région de Galice et la sphère castellanophone. On note aussi que d’autres langues, l’asturien (ici indiqué comme leonés) et l’aragonais sont présentes. La carte ne tient pas compte des dialectes du castillan, qui sont par ailleurs exclus des recommandations de la Charte.

Carte  : Langues de la Péninsule Ibérique et des Îles Baléares

Source : “El mapa escondido, las lenguas de España”, Jesús Burgueño, Boletín de la AGE. N. º 34 - 2002, págs. 171-192

  • 8 Cf. J. Ruiz Vieytez, “La CERLM, ¿un instrumento más para la protección de las minorías lingüística (...)

6Même si elles ont chacune évolué différemment, ces langues présentent plusieurs caractéristiques communes : toutes sont anciennes (plusieurs siècles), ont perduré à travers les années (malgré la cohabitation avec le castillan, les décrets de Nueva Planta, l’officialisation du castillan par la Constitution de 1931 et leur mise à l’écart sous la période franquiste) et ont représenté à un moment de leur histoire un réel vecteur social partagé par toutes les couches d’une région. Par ailleurs, elles présentent toutes des documents écrits permettant d’attester leur ancienneté et leur enracinement. Ce n’est donc pas sur ces critères qu’elles se sont vu attribuer l’officialité. Il faut chercher la réponse à cette question dans l’histoire sociopolitique de ces régions. Les cinq régions dont les langues sont officielles avaient, déjà, avant la Guerre Civile espagnole, débattu de la question dans leurs assemblées représentatives respectives et manifesté au pouvoir central, par la voie juridique, leur volonté d’opter pour une normalisation linguistique (à l’exception des Îles Baléares, qui ont vu plus tard, dans le statut octroyé aux autres régions assimilées au catalan, l’opportunité de se voir reconnaître une identité linguistique propre) ; ce n’est pas le cas de l’aragonais et de l’asturien. Il apparaît après une analyse des processus d’accès à l’autonomie que ce sont la volonté et la pression politiques, combinées à l’action des ONG8, des intellectuels et acteurs de la vie culturelle, et de la société civile (consultée par référendum ou par le biais de ses représentants parlementaires) qui permettent d’accéder à l’officialité. Bien sûr, la question, une fois approuvée par les locuteurs de la langue minoritaire, doit aussi être débattue et ratifiée aux Cortes Generales. L’existence d’une institution qui régule et standardise les usages et variations de la langue constitue aussi un argument de poids. Enfin, le nombre de locuteurs, ainsi que diverses caractéristiques consignées dans des enquêtes sociolinguistiques diligentées par les Communautés Autonomes sont les derniers éléments qui justifient la démarche de normalisation. Dans les cas des deux langues précitées (aragonais et asturo-léonais), cette ambition de normalisation linguistique ne figurait pas dans les propositions formulées par les représentations parlementaires qui ont discuté les premiers statuts d’autonomie. Aujourd’hui cependant, la région asturienne, à travers les journaux locaux et différents acteurs de la société civile, aspire à cette situation d’officialité. Mais il faudra sans doute attendre encore quelques années (au moins jusqu’à la prochaine révision de ses statuts d’autonomie) pour que la mobilisation autour de ces thématiques soit assez forte pour changer la politique linguistique locale.

Politiques de normalisation linguistique : valorisation du patrimoine, droits et devoirs émanant du statut d’officialité

7Ces politiques sont élaborées pour une période qui varie entre trois et cinq ans selon les régions. Elles rassemblent les initiatives qui doivent stimuler le développement des langues minoritaires, telles que leur intégration aux programmes éducatifs, ou encore leur utilisation dans tous les domaines de la vie publique et administrative. Ces plans de normalisation qui découlent de l’accession au statut d’officialité ouvrent des droits autant aux autorités régionales qu’aux habitants. Mais elle fait naître aussi des obligations chez ces deux parties. Nous ne parlerons pas ici des obligations contenues dans la charte, qui concernent principalement l’implantation et le suivi des mesures de protection. Ces droits et obligations générés par les plans de normalisation linguistiques sont nombreux.

Droits et devoirs des habitants

8Le prétexte sous lequel le Général Franco refusait de reconnaître plusieurs langues était celui du maintien de l’unicité du territoire, à travers l’enseignement d’une seule et même langue sur toute son étendue. Mais tout au long de son mandat, des voix, autant depuis l’intérieur du pays que hors des frontières, s’élevaient contre cette volonté antibabélienne. En effet, cette façon de penser ne prenait pas en compte les nombreux non-locuteurs du castillan dans plusieurs zones du territoire espagnol : en 2003, les enquêtes sociolinguistiques de la communauté galicienne montraient encore que 44 % de la population galicienne ne s’exprimaient qu’en galicien, soit par choix idéologique, soit parce qu’ils ne parlaient que cette langue. Ainsi, la reconnaissance de l’officialité de certaines langues accordait déjà le droit à leurs locuteurs de s’exprimer publiquement (par le biais de manifestations culturelles publiques par exemple : livres, musique etc.), sans risquer la répression du pouvoir en place ; dans les administrations, ces personnes monolingues peuvent désormais s’adresser dans leur langue à leur interlocuteur ; en outre, depuis le statut d’officialité, elles sont en mesure d’exiger que l’entretien se déroule dans cette langue régionale. Elles ont aussi acquis le droit de les apprendre dans un cadre institutionnel, comme nous le verrons par la suite. C’est donc une reconnaissance des locuteurs monolingues qui est visée. Depuis ces mesures d’autonomie, les habitants des régions où des langues régionales sont reconnues officielles ont le devoir de les connaître et de les parler, c’est le cas du catalan en Catalogne ; le chapitre qui mentionne les droits linguistiques des élèves catalans stipule que ces derniers ont le « droit et le devoir » de connaître suffisamment la langue, autant à l’oral qu’à l’écrit, à la fin de leurs études secondaires. Cette même loi, qui prévoit qu’en dehors des universités la langue véhiculaire de l’enseignement doit être le catalan, oblige ainsi le personnel à utiliser le catalan lors des cours.

Droits et devoirs des autorités

9La reconnaissance de l’officialité de certaines langues régionales par les autorités fait peser sur les épaules de l’État central ainsi que sur celles des autorités autonomiques des obligations légales. Ainsi, l’État espagnol accorde chaque année un budget à ces activités de promotion des langues régionales. Il se doit d’y contribuer activement. Quant aux autorités locales, elles doivent insérer aux programmes académiques l’enseignement de ces langues, que ce soit de façon stricte et quasi-exclusive comme en Catalogne ou flexible comme à Valence ou en Galice. Ensuite, il a fallu investir dans la formation ou le renouvellement du personnel des administrations publiques, dans la mesure où pour être en accord avec la loi, ces personnes devaient être en mesure de répondre à leurs locuteurs monolingues dans la langue d’adresse. Signalons à titre indicatif que les critiques à ce processus ont été vives, puisque certaines personnes ont vu dans cette politique de formation et dans l’obligation de parler les langues régionales dans les administrations une volonté de favoriser l’emploi chez les locaux, au détriment des nationaux.

Résultats des Politiques de Normalisation Linguistique (PNL) : introduction des langues régionales dans les programmes éducatifs, exemples basque et catalan

  • 9 Institut de Statistique de la Catalogne

10Au niveau des résultats de ces politiques, en Catalogne par exemple, on observe une augmentation significative de l’utilisation du catalan, même si la région doit faire face à des difficultés qui influencent l’expansion totale de sa langue : cette région attire une forte population d’immigrants, qui pour communiquer, a soit recours au castillan soit à l’anglais ; les zones rurales, plus à même de conserver le patrimoine linguistique d’une région, représentent seulement un peu plus de 5 % du territoire. Il s’agit d’une population urbaine en grande partie, donc mixte. Cependant, ces politiques de normalisation portent leurs fruits, puisque l’IDESCAT9 enregistre une croissance continue au niveau du nombre de locuteurs de la langue. A l’instar du Pays Basque, la Catalogne a opté pour un modèle dit d’« immersion radicale », qui fait de la langue régionale la langue de l’enseignement dès le bas-âge.

  • 10 Ces données sont disponibles sur le site mecd.gob.es, page officielle du Ministère de l’éducation, (...)
  • 11 Cf. Felix Etxeberria Balerdi, “40 años de educación bilingüe en el país del euskera”, in Revista d (...)

11Comme nous l’avons vu précédemment, la normalisation linguistique connaît des modulations importantes en fonction de la région dans laquelle elle est mise en place. Alors qu’en Catalogne, ce concept se rapproche progressivement d’un retour à un usage exclusif du catalan en tous contextes (langue véhiculaire de l’enseignement, du parlement), la Communauté Autonome de Valence opte pour une politique plus flexible, misant sur la volonté des parents, par exemple en ce qui concerne la langue de scolarisation des jeunes. Malgré ces différentes interprétations de cette action normalisatrice, il n’en demeure pas moins que tous les plans engagés donnent des résultats encourageants. Le résultat le plus significatif de ces processus de normalisation, lorsqu’ils sont menés efficacement, reste l’introduction de la langue régionale dans les programmes scolaires. Dans les pays de langues catalane et basque, les langues régionales ont acquis le statut de langues véhiculaires de l’enseignement du système éducatif hors universités. En terre d’Euskadi, ces résultats sont encore plus lisibles du fait de la variété de modèles d’enseignement proposés. L’offre éducative basque se divise en quatre modèles (cf. graphique 2), à savoir le modèle X (enseignement uniquement en castillan), le modèle A (enseignement en castillan avec le basque comme matière au programme), le modèle B (enseignement bilingue, matières réparties entre enseignement en castillan et basque), et enfin le modèle D (enseignement en euskera avec le castillan comme matière). Les statistiques de l’année académique 2009/201010 ainsi que les observations des deux dernières enquêtes linguistiques de cette Communauté Autonome (2006 et 2011) montrent une nette préférence pour les deux derniers modèles (modèle D : 59 % et modèle B 23 %), au détriment de l’enseignement uniquement en castillan. L’enseignement en maternelle se fait à 88 % en basque dans les établissements publics ; le pourcentage baisse à 80 % en primaire, pour se situer à 75 % dans les classes de l’école secondaire obligatoire (cf. graphique 2). Ce processus de réintroduction de l’euskera dans le système éducatif a eu deux effets principaux : l’augmentation du nombre de bilingues, qui est passé de 24 % au début des années 1990 à 30 % en 2011 ; mais surtout l’inversion de la tendance qui était au vieillissement de la population de locuteurs de la langue régionale. Le rapport de 2006 faisait déjà état d’une augmentation substantielle du nombre de bilingues chez les 15-24 ans (de 24 % en 1991 à 58 %), alors que les bilingues chez les plus de 65 ans passaient de 59 % à 51 % sur la même durée. Ces résultats obtenus sur une période d’action normalisatrice courte sont dus dans un premier temps aux efforts des autorités locales en matière de formation/qualification du corps enseignant (5 % des effectifs enseignants en 1976 étaient titulaires de l’EGA, certification qui permet de dispenser des enseignements en vascuense ; dès 1998, on en comptait 60 %, soit un bond de 55 % en 20 ans)11. D’autre part, les Communautés Autonomes bénéficient d’un financement spécifique de la part du gouvernement central, et consacrent une part importante de leur budget à cette action normalisatrice. En 2008, 187 489 663 euros lui ont été consacrés au Pays Basque, tandis que la Catalogne déboursait 159 034 423,14 euros.

Perspectives

  • 12 Personnes qui ne parlent que le castillan et n’ont aucune compétence en euskera.

12Si ces résultats statistiques sont plus qu’encourageants, la question de leur traduction dans les habitudes linguistiques réelles des locuteurs des langues régionales demeure. Au Pays basque par exemple, ces chiffres ne doivent pas occulter les disparités qui existent au niveau des compétences linguistiques des habitants en fonction des provinces. La dernière enquête sociolinguistique de la CA basque en 2011 recensait encore 80 % d’« erdaldunes12 » à Álava, 70 % à Gipuzkoa, et 50 % à Bizkaia. Le nombre réel d’utilisateurs habituels de l’euskera est donc encore faible. L’attrait qu’exerce cette région fortement industrialisée sur les populations d’autres provinces espagnoles et sur les immigrants étrangers explique en partie ce taux d’euskarisation faible. Sans vouloir ajouter à notre propos une quelconque connotation politique ou identitaire, force est de constater que dans ce contexte, la mixité représente un frein à l’expansion totale du vascuense. Il faut aussi souligner que ces politiques récentes (trente années de fonctionnement) ont besoin d’encore plus de temps pour apporter des résultats plus satisfaisants. Malgré la prise de conscience de la nécessité de récupérer un patrimoine ancien, des efforts restent encore à faire quant à sa généralisation.

Graphique  : Répartition des élèves par modèle d’enseignement, Pays Basque, statistiques de 2009/2010 (réalisation de l’auteur)

Source : mecd.gob.es13

Graphique  : Enseignement en langue euskera, Pays Basque, statistiques de 2009/2010 (réalisation de l’auteur)

  • 14 Ibid.

Source : mecd.gob.es14

13Enfin, il convient de réfléchir sur l’avenir de ces politiques. Sont-elles durables ? Les investissements importants qu’elles nécessitent peuvent-ils être soutenus sur la durée ? Y-a-t-il des perspectives de développement ou d’expansion pour ces langues ? Dans le cas particulier de l’Espagne et de ses régions, peut-on arriver à une utilisation exclusive des langues minoritaires dans les régions où elles sont officielles ?

14Certes, l’enseignement de ces langues dès le bas-âge, bien implanté en Catalogne et au Pays Basque, permet d’entrevoir une pérennité de leur diffusion dans ces régions. La préservation des langues minoritaires voulue par les institutions européennes est donc bien en marche pour certaines langues espagnoles. Cependant, il faut craindre l’idéologie identitaire qui souvent accompagne cette action normalisatrice. Le cas de la Catalogne, qui semble vouloir arriver à une situation d’exclusivité du catalan, ne peut nous laisser indifférent. Est-il souhaitable d’arriver à un d’usage exclusif d’une langue minoritaire dans son aire d’influence ? Notre opinion est que la pluralité linguistique, la possibilité de s’exprimer en plusieurs langues est une richesse qui ne devrait être retirée à aucun individu, même sous le prétexte de se construire une identité propre. Par ailleurs, l’histoire est pleine d’exemples où la censure linguistique a entraîné des conflits ; il serait regrettable de reproduire les erreurs du passé. Enfin, faut-il le rappeler, le castillan est un formidable vecteur de communication dans notre ère, la quatrième langue de communication en termes de nombre de locuteurs. Mais il ne faut pas non plus oublier que le facteur linguistique est un composant essentiel de l’identité des groupes. Alors adopter une identité linguistique distincte, c’est adopter une culture différente. Il reviendra donc aux locuteurs de ces langues de façonner les orientations qu’ils estimeront souhaitables pour l’avenir de leur langue et de leur région. Enfin, en ce qui concerne l’expansion de ces langues hors de leurs frontières, chaque région a ses particularités. L’influence de l’euskera peut difficilement s’exporter hors des frontières physiques du pays basque. Son caractère unique fait d’elle une langue isolée, qui n’a pas de liens de parenté apparents avec les langues des pays voisins, ce qui engendre une faible connectivité avec d’autres régions. Il existe des initiatives pour favoriser un rapprochement linguistique avec la communauté basque française, mais les nombreuses variations régionales de la langue rendent difficile son uniformisation des deux côtés de la frontière pyrénéenne. Cependant, c’est sur cette valeur ajoutée que lui confère son unicité que les autorités basques doivent s’appuyer pour la rendre attrayante aux yeux du local et du visiteur. Le catalan, avec ses onze millions de locuteurs dispersés en Espagne et en Europe, peut envisager de former un réseau d’influence de la langue catalane, ou une collaboration pour une action plus homogène. La connaissance de la langue dans les régions espagnoles le permet. Enfin, comment ne pas mentionner le réintégrationisme en Galice, ce courant de pensée promu par une partie de la population et des autorités, qui vise à réviser la structure même de la langue, afin d’intégrer la sphère lusophone ? La proximité géographique avec le Portugal, l’histoire sociolinguistique commune de ces deux territoires l’expliquent.

15Les politiques coûteuses que ces programmes de normalisation induisent peuvent aussi susciter des questionnements quant à leur maintien. Cependant l’examen des investissements dans des programmes linguistiques par les Communautés concernées montre une croissance constante, qui devrait s’estomper, voire diminuer progressivement lorsque la normalisation sera effective. Il convient de maintenir la visibilité de ces langues et de continuer à sensibiliser leurs locuteurs sur l’importance de leur survie. Quant aux langues non-officielles, leur avenir est plus incertain. Même si elles sont fortement enracinées, leur absence des programmes scolaires constitue un obstacle à leur diffusion. Il est important que dans les années à venir, les représentants des locuteurs de ces langues minoritaires défendent les droits de leurs communautés devant les assemblées parlementaires compétentes afin d’en obtenir la reconnaissance.

Bastarrika Patxi. « La evolución del proceso de promoción del euskera », in La protección de las lenguas minoritarias en Europa : hacia una nueva década, Servicio central de publicaciones del euskera, Vitoria-Gasteiz, 2011, http://www.euskadi.net/​ejgvbiblioteka, Composiciones RALI, S.A.Costa, 12-14, 7ª - 48010 Bilbao, Council of Europe on publication in English and French, Administración de la Comunidad Autónoma Vasca, departamento de Cultura

García Sendón M., y Monteagudo Romero, H., (1983), “La oficialidad del Gallego : historia y actualidad”, Revista de Llengua y Dret, n° 2, pp. 85-95, 1983, disponible à l’adresse http://dialnet.unirioja.es/​servlet/​ejemplar?codigo=314221

Ley 7/1983, de 18 de abril, de normalización lingüistica en Catalunya, « DOGC » núm. 322, de 22 avril 1983, p 892-894 (3 págs.), Comunidad Autónoma de Cataluña, BOE, disponible sur le site BOE.es

Pérez Medina, José María. « El caso de España », in La protección de las lenguas minoritarias en Europa : hacia una nueva década, Servicio central de publicaciones del euskera, Vitoria-Gasteiz, 2011, http://www.euskadi.net/​ejgvbiblioteka, Composiciones RALI, S.A.Costa, 12-14, 7ª - 48010 Bilbao, Council of Europe on publication in English and French, Administración de la Comunidad Autónoma Vasca, departamento de Cultura

Ruíz Vieytez, Eduardo. « Lenguas oficiales y lenguas minoritarias : cuestiones sobre su estatuto jurídico a través del derecho comparado », II Mercator International Symposium : Europe 2004 : A new framework for all languages ? Tarragona, Catalunya, 27-28 / 2 / 2004, disponible à l’adresse http : www.ciemen.org/mercator/symposis/2004ML/ponencies-gb.htm, dernière consultation le 10/10/2014

Ruíz Vieytez, Eduardo. « La CERLM, ¿un instrumento más para la protección de las minorías lingüísticas ? : contenido, límites y oportunidades », in Carta Europea de las Lenguas Regionales o Minoritarias : Una perspectiva sobre su aplicación, Euskara Kultur ElkargoaC/ Zapatería, 50 - 1º C 31001 Pamplona www.euskarakultur.org

Unamuno, Virginai. « La CERLM en el Estado Español : estrategias formales, ¿consecuencias prácticas ? », in Carta Europea de las Lenguas Regionales o Minoritarias : Una perspectiva sobre su aplicación, Euskara Kultur ElkargoaC/ Zapatería, 50 - 1º C 31001 Pampelune www.euskarakultur.org

Haut de page

Notes

1 Déjà, au début du vingtième siècle, les velléités d’autogestion se faisaient pressantes ; l’élaboration d’un projet d’autonomie (qui n’a eu pour unique réponse que le dédain des Cortes espagnoles) par les élus catalans entre 1918 et 1919 le montre bien ; cette volonté sera finalement récompensée en 1932, par la ratification d’un statut d’autonomie, qui, entre autre mesures, reconnaissait l’officialité du catalan sur son territoire. Mais son application sera de courte durée, car il sera très vite suspendu en 1933, puis rétabli en 1936, pour être définitivement supprimé par le Général Franco (tout comme le texte concernant les provinces basques adopté en 1936), farouche défenseur de l’unité territoriale et linguistique espagnole. Les dernières années du général Franco à la tête de l’État, qui laissaient entrevoir un certain affaiblissement de la répression, ont vu renaître ces revendications par le biais de l’opposition et du terrorisme.

2 Les Communautés Autonomes ayant bénéficié de ce statut préférentiel sont aussi appelées « nacionalidades históricas » (nationalités historiques) dans la mesure où elles ont eu accès à un statut d’autonomie sous la seconde république espagnole.

3 En ce qui concerne les mesures et leur application, elles sont rédigées sous forme de recommandations multiples renvoyant à des thèmes précis ; ainsi, pour chaque mesure conseillée, il n’y a pas qu’une seule méthode d’application recommandée, mais plusieurs. Ce qui laisse aux signataires une grande liberté d’action. Ci-après un exemple de ces recommandations, extrait de l’alinéa 1, point 1.a de l’article 8 de la Charte : « i) prever una educación preescolar garantizada en las lenguas regionales o minoritarias correspondientes;

o ii) prever que una parte substancial de la educación preescolar se haga en las lenguas regionales o minoritarias correspondientes; o iii) aplicar una de las medidas a que se refieren los puntos i) y ii) anteriores, al menos, para los alumnos cuyas familias lo deseen y cuyo número se considere suficiente; o iv) si los poderes públicos no tienen competencia directa en materia de educación preescolar, favorecer y/o fomentar la aplicación de medidas a que se refieren los puntos i) a iii) anteriores”.

4 Traduction : une part substantielle de l’enseignement (sauf mention contraire, toutes les traductions sont celles de l’auteur.

5 Traduction : L’enseignement des langues régionales ou minoritaires correspondantes soit partie intégrante du plan d’études.

6 Source : Boletin Oficial del Estado n° 222, du Samedi 15 septembre 2001, accessible à l’adresse http://www.boe.es/boe/dias/2001/09/15/pdfs/A34733-34749.pdf. Traduction : « L’Espagne déclare que, conformément aux effets prévus par les articles cités, on entend par langues régionales ou minoritaires, les langues reconnues comme officielles dans les statuts d’autonomie du Pays Basque, de la Catalogne, des Îles Baléares, de la Galice, de Valence et de Navarre ». Précisons que les statuts d’autonomie sont les textes qui régissent la situation d’autogestion des Communautés Autonomes. Ce sont les textes constitutionnels de ces régions.

7 En effet, contrairement aux trois autres langues citées, les textes portant sur l’autonomie des régions de l’Aragon et des Asturies, dans leur état actuel, n’incluent pas de mesure de protection ayant force de loi. Le statut d’autonomie des Asturies prévoit une « simple » protection du bable, mettant l’accent sur le volontariat et les particularités locales en ce qui concerne son apprentissage. Ce n’est pas le cas des autres régions mentionnées (à l’exception de la Communauté Autonome de Valence, qui se situe aussi dans une approche normalisatrice flexible), qui, dès la rédaction de leur projet d’autonomie ont obtenu pour leur langue le statut de co-officialité avec le castillan, et font de la connaissance de la langue régionale un droit et un devoir du citoyen de la Communauté Autonome.

8 Cf. J. Ruiz Vieytez, “La CERLM, ¿un instrumento más para la protección de las minorías lingüísticas?: contenido, límites y oportunidades” in Carta europea de las lenguas regionales o minoritarias, una perspectiva sobre su aplicación, Euskara Kultur Elkargoa, pp.51-62, 2003

9 Institut de Statistique de la Catalogne

10 Ces données sont disponibles sur le site mecd.gob.es, page officielle du Ministère de l’éducation, de la culture et du sport.

11 Cf. Felix Etxeberria Balerdi, “40 años de educación bilingüe en el país del euskera”, in Revista de Educación n° 334, Ministerio de Educación, Cultura y Deporte, pp. 281-331, 2004

12 Personnes qui ne parlent que le castillan et n’ont aucune compétence en euskera.

13 Document disponible à l’adresse : http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=0CCUQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.mecd.gob.es%2Fdms-static%2F3fe98524-5f81-4d7e-9717-50bcb4c448e4%2Fe1-12-xls.xls&ei=gv83VJ3WKYzearbcgMAP&usg=AFQjCNEipnC03Fm1lwwlfwQamoZISNMxpg 

14 Ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Carte  : Langues de la Péninsule Ibérique et des Îles Baléares
Crédits Source : “El mapa escondido, las lenguas de España”, Jesús Burgueño, Boletín de la AGE. N. º 34 - 2002, págs. 171-192
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2083/img-1.png
Fichier image/png, 24k
Légende Graphique  : Répartition des élèves par modèle d’enseignement, Pays Basque, statistiques de 2009/2010 (réalisation de l’auteur)
Crédits Source : mecd.gob.es13
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2083/img-2.png
Fichier image/png, 20k
Légende Graphique  : Enseignement en langue euskera, Pays Basque, statistiques de 2009/2010 (réalisation de l’auteur)
Crédits Source : mecd.gob.es14
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2083/img-3.png
Fichier image/png, 12k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian HOUNNOUVI COFFI, « Espagne, régionalismes et minorités : politiques de préservation et expectatives autour de patrimoines linguistiques localisés », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/2083 ; DOI : 10.4000/mimmoc.2083

Haut de page

Auteur

Christian HOUNNOUVI COFFI

Université d’Orléans,
Laboratoire Ligérien de Linguistique, UMR 7270
Hounnouvi Coffi est Maître de Conférences à l’Université de Nantes. Son approche historico-civilisationniste de l’Espagne contemporaine l’emmène à travailler sur des sujets aussi variés que les régionalismes et les nationalismes, l’évolution des relations hispano-européennes ou encore la problématique de l’immigration récente en Espagne ; mais il participe aussi à des travaux de linguistique portant sur le discours publicitaire espagnol, et sur des questions de traductologie.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page