Navigation – Plan du site
Minorités et politiques culturelles

Les Roms ou l’invention d’un peuple : dé-formation identitaire de la plus grande minorité d’Europe. L’exemple de l’Italie et de ses politiques ségrégationnistes

Sabira KAKOUCH

Résumé

Cette communication propose une première partie consacrée à une analyse historique des mécanismes de construction identitaire (d’un point de vue social, économique et culturel) concernant les différents groupes roms présents sur le territoire italien depuis le XVIe siècle. La deuxième partie présente et analyse deux exemples de ségrégation mis en place par les politiques de logement et de scolarisation qui maintiennent les communautés roms en-dehors des espaces et des parcours urbains et scolaires « normaux », à savoir les camps et les classes séparées Lacio drom.

Haut de page

Texte intégral

1L’Italie, et la ville de Rome en particulier, constituent un terrain d’enquête particulièrement intéressant étant donné qu’il s’agit d’un territoire où l’exclusion des communautés roms est organisée et maintenue par les autorités publiques. L’Italie a d’ailleurs tristement été surnommée le « pays des camps » par le European Roma Rights Center. La « question Rom » y est en effet envisagée comme une question d’ordre public et les différentes communautés présentes sur le territoire représentent un cas exemplaire européen d’exclusion sociale et de préfabrication ou construction identitaire. Elles sont en effet victimes d’une longue tradition d’hostilité qui a débuté autour du XVIe siècle et qui se poursuit encore aujourd’hui sous différentes formes. Alors que les communautés Roms représentent une « galaxie de minorités » (Dell’Agnese et Vitale, 2007) elles sont pourtant définies en tant que groupe homogène étiqueté et socialement classifié à partir des perceptions et des représentations de la société majoritaire. L’objectif de cette communication est de montrer comment depuis des siècles l’histoire des Roms en Italie est une histoire de fabrications et de constructions de deux types. Le premier concerne la manipulation et la diffusion d’une identité rom de la part des autorités publiques et des discours politiques et médiatiques. D’abord décrit comme un groupe menaçant l’ordre public qu’il fallait éloigner des (centres) villes, les Roms sont ensuite doublement classifiés et étiquetés économiquement en tant que parasites sociaux puis culturellement comme nomades et criminels en puissance, menant un style vie inapte à la société moderne. À partir de ces constructions identitaires stéréotypées, les pouvoirs publics ont proposé des solutions principalement de type ségrégationnistes (Vitale, 2009a). De la création des classes spéciales et séparées Lacio Drom (de 1962 à 1982) où il fallait « assainir » l’enfant Rom de son entourage (Karpati, 1967,1968), à l’ « invention administrative » des camps (Tosi, 2007) sous prétexte de nomadisme et d’inadaptabilité, les politiques éducatives et sociales italiennes ont largement contribué à l’isolement de ces minorités et à l’invention idéologique d’un peuple supposé sauvage sur-vivant parmi nous. Les décisions politiques excluant les Roms des sphères urbaines et scolaires communes n’ont servi qu’à obtenir le consensus de l’opinion publique et à renforcer les stéréotypes (Vitale, 2009b). Les classes Lacio Drom et les camps sont les cas exemplaires de la « culturisation et de l’ethnisisation » (Tosi, 2007) du faux problème rom. Avec cette communication je souhaite montrer que cet héritage nous a amené à une situation actuelle dramatique qui ne pourra s’améliorer qu’en passant par un processus de déconstruction idéologique collectif. C’est donc à travers l’évolution du traitement fait aux Roms du XVIe siècle aux années 1960-70 principalement en matière de scolarisation et de logement que j’analyserai ici les mécanismes d’assignations identitaires dont ils sont encore aujourd’hui victimes.

I. Une histoire de constructions : construire l’autre socialement, économiquement et culturellement

2Les communautés Roms sont à la fois victimes de ce que Allport (Allport, 1973) appelle la « réputation méritée » qui se base sur des représentations collectives et subjectives ainsi que d’un étiquetage à connotation très négative. L’impopularité d’un groupe considérée comme méritée s’accompagne en effet de certaines étiquettes qui tendent à empêcher une classification alternative ou croisée. Ces étiquetages que Allport appelle « de pouvoir primaire » agissent de manière à rendre impossible une autre classification de l’individu. Ce dernier est d’ailleurs perdu de vue, il est classé dans une catégorie socio-culturelle et économique dont il est difficile de se détacher. En Italie, historiquement, les Roms souffrent non pas d’un mais de plusieurs types d’étiquetages allant de l’image folklorique et romanesque de l’homme libre et sans attaches à celle tout aussi diffuse de l’homme sauvage et criminel constituant une menace à l’ordre public.

I.1. De la menace à l’ordre public à la figure du paria

  • 1 « […] li detti Cingari, cosi Huomini come Femine che saranno ritrovati nelli territorii nostri esse (...)
  • 2 « Non si deve accogliere nessuno senza un autorizzazione espressa dal nostro Vicadrio foraneo trann (...)
  • 3 « Che niuna persona, ancora privileggiata ò feudataria, ardisca allogiare, dare ricetto, aiuto ò fa (...)

3À partir du XVIe siècle les différents groupes Roms apparaissent dans les documents officiels administratifs sous divers appellations : Cingari, Zingani, Zingari. Il s’agit du début d’une longue période de persécutions qui atteindra son apogée à la moitié du XXe siècle avec les camps d’internement sous la période fasciste. Décrits comme vagabonds, voleurs, fainéants et à l’origine des problèmes de sécurité, ils sont alors étiquetés comme des criminels en puissance que les différentes autorités des royaumes italiens ont tenté de chasser de leur territoire par la création de nombreux décrets. Ainsi comme le rapporte De Vaux de Foletier (De Vaux de Foletier. 1970), en 1546 à Naples, parce que considérés comme des voleurs, il leurs est interdit de jouer au jeu de carte « correjola » sous peine de fouet. Les autorités de Venise rédigent de nombreux décrets de 1549 à 1600, dont celui du libre meurtre d’un tsigane1. À Florence « un bando sopra gli Zingani et Zingane » datant du 3 novembre 1547 leur donne un mois pour partir sous peine d’emprisonnement. Dans les Abruzzes en 1681 (G. Viaggio, 1997) il est interdit d’accueillir des vagabonds ou des zingari2. En 1605 le Duché de Milan prévoit une amende pour tous ceux qui hébergent ou entretiennent des relations avec des Cingarè, ce qui entraîne inévitablement une exclusion sociale brutale ainsi qu’une réputation très défavorable3.

  • 4 « Ils parlent diversement, parce qu’ils ne sentent pas de la même manière ; ils parlent en sauvages (...)

4Dès le XVIe siècle les communautés zingare sont donc perçues comme une menace à l’ordre public et leur marginalisation, voire leur expulsion, du territoire contribuera à perpétuer une image négative au sein de la population majoritaire. Rapidement classifiés et étiquetés comme mendiants et vagabonds, ils sont signe d’instabilité et de précarité sociale et font figure d’intrus. Ces représentations prendront encore plus d’ampleur et se diffuseront davantage avec la publication de Cesare Lombroso en 1876 de L’homme criminel, ouvrage dans lequel il en établira le portrait de l’homme sauvage et barbare4. Le mystère de leurs origines (de la Petite Égypte à l’Inde) ainsi que leurs conditions de vie itinérantes et en marge de la société contribuent à l’élaboration de ce portrait et font des communautés Roms la plus grande communauté de parias européens. Il convient, comme le souligne Eleni Varikas, de penser la figure du paria comme « une figure de la modernité occidentale » sans lien pertinent avec le système de castes en Inde. Il s’agit donc de groupes ou « de catégories entières d’individus qui, avant d’être jugés sur leurs opinions et leurs actions, sont mis à part au nom de ce qu’ils sont, selon une évaluation hiérarchique de ’leur’ différence » (Varikas : 2003, p88). Il n’est d’ailleurs sans doute pas excessif de dire qu’ils sont mis à part essentiellement pour ce qu’ils représentent et peut-être moins pour ce qu’ils sont réellement.

5L’histoire des Roms sur le territoire italien date d’au moins cinq siècles et malgré des périodes de stabilité, elle s’est principalement déroulée sous le signe du rejet et de la peur. En effet, ils sont condamnés à vivre en marge, continuent d’être considérés et dépeints (par les médias en particulier) comme des individus antisociaux potentiellement délinquants dont la présence est a priori suspecte. Bien qu’aujourd’hui il n’y ait plus de décret ordonnant le départ ou l’enfermement des Roms, leurs relations avec les groupes dominants n’en est pas moins pacifique. À titre d’exemple, le 27 décembre 2014 un groupe de quatre personnes a tiré des coups de feu et a prononcé des injures à caractère raciste à l’encontre de familles installées dans un camp à Acilia (province Sud de Rome) ne faisant heureusement aucune victime. Cet événement démontre combien les relations peuvent être tendues et parfois très violentes.

I.2. Le groupe image ou la fabrication socio-économique des Roms

6Il me semble très pertinent de nous référer à la critique que fait Loic Wacquant (Wacquant, 1996) de la notion d’underclass. Même s’il s’agit d’un terme au départ utilisé pour nommer certaines catégories sociales étasuniennes la comparaison avec les groupes Roms européens paraît tout à fait appropriée dans le sens où, comme le souligne très justement Wacquant, il s’agit d’un « groupe fictif » inventé par les savants ou les journalistes, voire même d’une « classe image » qui donne à voir tout ce que bon citoyen de devrait jamais être ou devenir. Il s’agit en effet d’« un agrégat bigarré […] composé de catégories foncièrement hétéroclites, qui ne doivent être ainsi amalgamées qu’au fait qu’elles sont perçues comme posant une menace. Indissociablement physique, morale et fiscale, sur l’intégrité de la société urbaine » (Wacquant, 1996 p. 249). Les communautés Roms ou « galaxies de communautés » ne constituent pas un même et unique groupe homogène mais les différents individus sont étiquetés comme possible menace socio-économique par le simple fait d’être perçus comme étant membres d’un soi-disant seul et même groupe dont les représentations ont été construites pendant des siècles sous le signe de la pauvreté, du vagabondage ou de l’instabilité sociale.

  • 5 À l’affirmation: « Ils habitent par choix dans des camps, isolés du reste de la société » : 45% des (...)

7« L’underclass désigne « les ’mauvais pauvres’ des quartiers ségrégés, ceux qui par leur conduite, leur style de vie et leur valeur ’dysfonctionnelles’ seraient responsables et de leur pitoyable destin et du déclin de la ville qu’ils accablent du cortège de ’dislocation sociale’ qui leur sont comme consubstantielles : chômage quasi perpétuel et recours chronique à l’aide sociale, désorganisation conjugale et anomie sexuelle, échec scolaire et incarcération, trafic et consommation de drogues, délinquance de rue et criminalité violente » (Wacquant, 1996, p. 249-250). La perception et la construction identitaire et socio-économique de l’underclass étasunienne est similaire à celle des communautés Roms. Jugés inaptes à l’intégration, souffrant d’un fort taux de chômage et contraints de vivre dans des camps ou des bidonvilles d’une grande précarité les Roms font figure de mauvais pauvres seuls et uniques responsables de leur marginalisation et de leurs conditions de vie (Canut, 2011). Le sondage mené en 2007 par L’Istituto per gli Studi sulla Pubblica Opinione (ISPO – institut d’étude sur l’opinion publique) démontre d’ailleurs que la plupart des Italiens considèrent que les Roms vivent par choix dans les camps5.

8Enfin « l’underclass est un lieu-dit de l’espace social, lieu honni, fui et perçu de loin (et de haut) sur lequel chacun peut projeter ses fantasmes. Plutôt qu’une catégorie sociologique, c’est un catégorème : un instrument d’accusation publique » (Wacquant, 1996 p. 250). Cette accusation publique dont parle Wacquant prend forme avec la création de camps et se traduit par la mise en place de traitements différentiels jugés nécessaires pour garantir le maintien de l’ordre public et l’éloignement de la menace. Cela permet aussi aux autorités publiques de se dépénaliser face à ce traitement en rendant ces groupes maîtres de leur destin et de les accuser publiquement de leur soi-disant propre volonté de ne pas vouloir « s’intégrer » au reste de la société.

I.3. Le nomade marginal ou la fabrication culturelle des Roms

9Une autre étiquette que les différentes communautés Roms portent depuis des siècles est celle du nomade et par conséquent du marginal. Le nomadisme (imaginaire (Canut, 2011)) est d’ailleurs l’une des étiquettes les plus diffuses et est considéré comme l’un des soi-disant traits communs des tous les groupes européens. Bien que l’écrasante majorité des Roms vivant en Italie soit désormais sédentaire, l’appellation nomadi dans les documents officiels, dans les circulaires ministérielles et dans les sphères politiques et médiatiques continue d’être largement utilisée. Or la définition des Roms et des Sinti comme nomades à lourdement influencé les politiques de logement, et les politiques éducatives (Tosi, 2007). Le nomadisme présumé fonctionne comme un moyen de légitimer des décisions marginalisantes en termes de droit au logement et de scolarisation. Le nomadisme permet aussi de perpétuer l’image d’instabilité des communautés, porteuses d’altérité et perçues comme déstabilisantes socialement. Comme le souligne Sigona (Sigona, 2003), la particularité des minorités Roms est qu’elles sont essentiellement perçues comme des ennemies et non comme simplement étrangères. Or l’ennemi est le plus souvent contrôlé et manipulé par le groupe dominant. En ce qui concerne les Roms il s’agit d’inner enemy. Les relations entre les groupes friends et enemy sont de type asymétrique puisque c’est le friend group qui définit l’enemy et en contrôle la classification et l’assignation. Ce schéma s’applique parfaitement aux conditions des minorités Roms présentes sur le territoire italien. L’assignation identitaire, l’étiquetage et la classification se sont effectués et diffusés selon les définitions et les fantasmes de la société dominante. Le nomadisme est d’ailleurs le principal argument mis en avant pour légitimer la construction et le maintien des camps, tout comme la création de classes spéciales séparées Lacio Drom.

Constructions ségrégationnistes : les exemples des camps et des classes séparées Lacio Drom

10Les dynamiques d’hostilité et d’anti-tsiganisme fonctionnent à travers deux mécanismes (Vitale 2009a). Le premier est un mécanisme de diffusion ou de performance politique qui promeut une hostilité anti-Rom, auquel s’ajoutent des discours politiques et médiatiques qui participent à la construction de la menace supposée. Ce mécanisme a été abordé dans la première partie de cette communication. Viennent ensuite des mécanismes de certification et de maintien qui se traduisent dans les actions comme la création des camps dits campi nomadi. Ces deux mécanismes s’accompagnent d’une « culturisation » et d’une « ethnicisation » du problème (Tosi, 2007). En effet la question Rom est toujours prise en considération d’un point de vue ethnique et culturel. Ainsi, décrits par exemple comme marginaux et nomades, il appartiendrait logiquement à leur culture de vivre en marge, dans des espaces de transit ou au mieux dans des camps. Les discours politiques et médiatiques insistent d’ailleurs particulièrement sur une soi-disant culture trop différente de celle des membres de la société majoritaire, des styles de vie jugés inadaptés à la société moderne actuelle.

II.1. Les camps ou le processus de ghettoïsation et d’exclusion sociale

11L’image du Rom culturellement nomade a fait de l’Italie le « pays des camps » (voir le rapport de l’ERRC en 2000 « Il paese dei campi »), ces derniers ayant été créés sans jamais avoir consulté aux principaux intéressés, les Roms étant jugés « ininterpelables » (Bravi, 2009). Sous prétexte du respect de la culture nomade, l’Italie se met donc à construire des aires de transit dès les années 70-80 qui se sont ensuite transformées en camps permanents. En effet, dans les années 90, l’arrivée en masses des Roms provenant de l’ex-Yougoslavie a incité les autorités à construire d’autres camps dits autorisés et a amené à la création d’autres camps sauvages et illégaux proches des bidonvilles. L’idée du camp comme seule alternative de logement se base essentiellement sur une culture tsigane ancestrale, idéologique et mythique qui n’existe que dans l’imaginaire de la société dominante. Le bon sauvage qui vivait dans un lointain espace (Inde), se retrouve aujourd’hui condamné à vivre dans un temps lointain (le temps du cirque, de la roulotte, du voyage) (Bravi, 2009) Cet aspect mythologique non seulement empêche de voir nos points commun mais contribue aussi à la marginalisation spatiale et sociale des communautés dans l’espace urbain. Le camp est une « projection architectonique » de comment la société majoritaire perçoit les communautés roms (Sigona, 2007). Il se base donc sur l’idée diffuse que les Roms seraient tous nomades et que par conséquent les camps représenteraient une solution cohérente en respect de leur supposée culture (Manzoni, 2012). Il serait donc l’expression d’un modèle culturel, la traduction physique d’un modèle culturel qui fait partie de la culture traditionnelle Rom (Tosi, 2007). Or ils ne sont que la dégradation des modèles traditionnels et une pure invention administrative. Il s’agit d’un produit administratif, sui generis, conçus sur des concepts étrangers à la culture rom et se caractérisent comme des « lieux d’exclusion organisée » (Humeau, 1995). Cette perception dont les origines sont séculaires a aujourd’hui des répercutions dramatiques et antithétiques puisque durant mes enquêtes sur le terrain j’ai pu constater que de nombreuses familles réfugiées de la guerre de l’ex-Yougoslavie n’avaient jamais mené de vie nomade et n’avaient jamais vécu dans un camp avant leur arrivée en Italie. Pour de nombreux Roms leur première expérience du camp a donc eu lieu sur le territoire italien.

12Le camp est donc une « technologie du pouvoir » (Bravi et Sigona, 2006) et en même temps un dispositif de gouvernance. À partir du moment où le nomadisme est perçu comme un danger et que les groupes roms constituent une menace sociale, le camp est un lieu idéal de concentration et de contrôle. En parallèle, le processus de sédentarisation met en place un processus de civilisation. Les Roms deviennent avec la sédentarisation des sujets à rééduquer. Les camps et leur maintien ne constituent donc un avantage que pour les autorités publiques puisqu’il s’agit à la fois de lieu de concentration d’une population considérée comme problématique voire menaçante et il s’agit aussi de lieux plus facilement contrôlables qui entraînent par ailleurs une triple stigmatisation, celle de vivre dans la précarité, celle de vivre en marge de la société et celle d’être simplement Rom.

  • 6 Salvatore Buzzi, directeur de la “Cooperativa 29 giugno” arrêté dans le cadre de l’enquête « Mafia (...)

13Au moment de la présentation de cette communication le scandale de la présence de clans mafieux au sein des institutions de la capitale italienne n’était pas encore révélé. Il a désormais été établi que la gestion de certains camps était aux mains d’une cooperativa dont le gérant6 a fait l’objet d’une enquête judiciaire. Les interceptions téléphoniques dont il est l’auteur et qui ont été rendues publiques montrent en effet que sa cooperativa s’enrichissait à travers des fonds destinés à la gestion de camps Roms et de centres d’accueil de migrants. Il a ainsi déclaré que le trafic de drogue était moins rentable que la gestion des camps et des centres. Les camps sont donc à la fois des espaces servant à l’enrichissement personnel pour le crime organisé et de paupérisation des habitants ; des vitrines « propres » de volontariat social pour la malavita romaine et des espaces de la honte pour les communautés condamnées à y vivre.

II.2. La scolarisation ou « l’obsession rééducative »

  • 7 Dans une lettre du 3 Juillet 1943 le directeur didactique de l’école Cavaliere Salvatore Bonanni éc (...)
  • 8 Témoignage de Susy Rainhardt sur les classes Lacio Drom (Bravi:2009)« era proprio la scuola, il cov (...)

14L’obsession rééducative (Bravi et Sigona, 2006) débute avec l’école fasciste dans le camp de concentration d’Agnone dont Guglielmo Casale était le directeur. L’école est inaugurée le 9 janvier 1943 et l’objectif était de promouvoir une « éducation nationale » en conformité avec l’idéal fasciste afin que les enfants roms deviennent utiles à l’État. L’école devait en faire des individus non dangereux pour la société7. Plus tard, l’objectif des classes séparées Lacio Drom dépassera la scolarisation des enfants puisque l’objectif était, à travers eux, celui d’introduire un processus de changements et de mutations générales à l’intérieur des communautés entières. Ces classes avaient comme but de rééduquer l’enfant et se basaient sur la conviction que les familles étaient incapables de se charger de leur éducation. Il fallait donc remplir un vide éducatif supposé. Ces classes ont eu l’effet de maintenir les Roms le plus loin possible des écoles publiques et des classes normales et par conséquent le plus loin possible de la population civile8 (Bravi, 2009). Les objectifs éducatifs, la vie scolaire et les témoignages d’enseignants sont publiés dans la revue du même nom, Lacio drom, publiée de 1965 à 1999. Cette revue constitue une importante archive sur les réels objectifs de ces classes séparées au point qu’il semble légitime de se demander si l’école était réellement envisagée et perçue comme un lieu d’apprentissage et de socialisation ou comme un lieu de ségrégation et de rééducation.

  • 9 Un enseignant anonyme retranscrit son journal de bord dans un article « Vita nelle scuole Lacio Dro (...)

15La justification de la nécessité de devoir créer des classes séparées et spécialisées repose sur des stéréotypes et des représentations socio-culturelles ambigus, en rapport avec des constructions précédemment évoquées. Ainsi le premier argument évoqué est celui de la mauvaise odeur et de l’hygiène9.

  • 10 Karpati M, « La situazione delle scuole per nomadi in Italia », Lacio Drom, année 1967, n° 4-5-6 pp (...)
  • 11 Karpati M, « A proposito di una contestazione sulle scuole speciali per fanciulli zingari » Lacio D (...)

16Le deuxième argument évoqué est celui d’un retard ou d’un manque culturel qui ne permettrait pas à l’enfant de s’adapter dans une classe normale. La revue évoque une hiérarchie des cultures dans laquelle la culture rom souffrirait d’un vide que la culture dominante se devrait de combler à travers l’expérience scolaire ou à travers la figue de l’enseignant10. À cette absence de culture fantasmée s’ajoute un présupposé retard intellectuel ainsi qu’une certaine forme innée d’asociabilité11.

  • 12 Lacio Drom, année 1966 n°4 pp.32-33 : Témoignage du Directeur Didactique de l’école dei Piani di Bo (...)
  • 13 Lacio Drom, année 1967 n°1 p20-23, compte rendu d’une table ronde organisée en 1966 à Bressanone en (...)

17Les objectifs pédagogiques des classes séparées sont aussi ambigus que les justifications. En effet, la revue évoque souvent la nécessité d’une rééducation comportementale et de combler l’incapacité des familles à transmettre le minimum des bonnes manières et des convenances sociales. L’ordre et la discipline des élèves sont donc primordiales12. De plus il s’agissait d’assainir l’enfant de son milieu plutôt que de l’instruire. Le but était de retrouver un équilibre intérieur calqué sur le modèle dominant et l’élaboration un programme éducatif est en 1966 encore jugé prématuré13.

18La première étape est donc de passer par une séparation physique puis par processus d’assainissement et de rééducation pour ensuite pouvoir suivre un parcours éducatif normal. Il s’agit donc de remodelage plutôt que d’instruction et de socialisation. Le but est celui de rééduquer, de combler le vide des familles supposé et si possible d’instruire.

19L’assignation identitaire a donc joué un grand rôle à la fois sur les représentations socioculturelles des communautés roms au sein de la société dominante mais aussi sur les décisions politiques concernant le logement et la scolarisation. La fabrication de ce « groupe image » a débuté il y a cinq siècles et s’est traduite par une série étiquetages et par l’éloignement systématique de tout membre d’un groupe supposé homogène. La singularité de chacun n’est donc jamais prise en compte, l’objectif étant de rassembler en un même camp (ou en une même classe) puis d’écarter le plus loin possible les Roms en général du reste de la société. La construction du problème zingari (Tosi, 2007) ainsi que la construction bureaucratique de l’identité rom (Sigona, 2003) contribuent à former et à déformer les différentes identités des différentes communautés en une seule et même identité préfabriquée par la majorité et selon ses propres prismes. Il s’agit donc désormais de passer à la phase de déconstruction du « problème ».

Haut de page

Bibliographie

ALLPORT G. W., La natura del pregiudizio, La Nuova Italia, 1973, 718p.

BRAVI L., Tra inclusion ed esclusione. Una storia sociale dell’educazione dei Rom e dei Sinti in Italia. Unicopli, Milan, 2009, 173 p.

BRAVI L., SIGONA N., “Educazione e rieducazione nei campi per nomadi : una storia”, dans Sanfilippo M.(dir), I campi per stranieri in Italia. Studi emigrazione”, XLIII, n.164, pp. 857-874, 2006.

CANUT C, « La langue romani : une fiction historique », Langage et société, 2011/2 n° 136, p. 55-80. DOI :10.3917/ls.136.0055

DELL’AGNESE E. ET VITALE T.,“Rom e Sinti, una galassia di minoranze sanza territorio” dans G. Amiotti et A. Rosina (dir), Identità e integrazione. Passato e presente delle minoranze dell’Europa mediterranea. Milan, FrancoAngeli, 2007

DE VAUX DE FOLETIER F., Mille ans d’histoire des Tsiganes. Paris, Fayard, 1970

KARPATI M., « L’educazione degli zingari ». Lacio Drom 1967 n° 1 p 20-23

KARPATI M., « A proposito di una contestazione sulle scuole speciali pr fanciulli zongari ». Lacio Drom 1968 n° 2 p 37-39

MANZONI C., « L’uscita dal campo : l’impatto delle politiche pubbliche sulle carriere abitative dei rom ». Paper for the Espanet Conference “Risposte alla crisi. Esperienze, proposte e politiche del welfare in Italia e in Europa” : Roma, 20-22 septembre 2012

Revue LACIO DROM. Rome : Centro studi zingari de 1965 à 1999

SIGONA N., « How can a “Nomad” be a “Refugee” ? Kosovo Roma and Labelling Policy in Italy ». Sociology, vol37, n° 1, 2003

SIGONA N., « Lo scandalo dell’alterità : rom e sinti in Italia » pp17-32 dans Bragato S et Menetto L(dir) E per patria una lingua segreta. Rom e Sinti in provincia di Venezia. Edizioni nuovadimesione, 2007

TOSI A., « Lo sguardo dell’esclusione », dans Ambrosini, M., Tosi, A., (dir), Vivere ai margini. Un’indagine sugli insediamenti rom e sinti in Lombardia. Milano, Fondazione Ismu, 2007

VARIKAS E., « La figure du Paria : une exception qui éclaire la règle », Tumultes 2/ 2003 (n° 21-22), p. 87-105 URL : www.cairn.info/revue-tumultes-2003-2-page-87.htm. DOI : 10.3917/tumu.021.0087

VIAGGIO G., Storia degli Zingari in Italia. Roma, centro studi zingari Anicia,1997

VITALE T.(dir), Politiche possibili. Abitare la città con i Rom e i Sinti, Roma, Carocci editore, 2009a

VITALE T., « Sociologia dei conflitti locali contro i rom e i sinti in Italia. Pluralità di contesti e varietà di policy instruments », Jura Gentium. Journal of Philosophy of International Law and Global Politics, vol. 9, n. 1. ISSN 1826-8269. - 2009b

WACQUANT L., « L’underlass urbaine dans l’imaginaire social et scientifique américain », dans Paugam S. L’exclusion, l’état des savoirs. 1996

Haut de page

Notes

1 « […] li detti Cingari, cosi Huomini come Femine che saranno ritrovati nelli territorii nostri essere impune ammazzati, si che li interfettori per tali Homicidi, non abbino ad incorrer in alcuna pena » ([…] les soi-disant Cingari, hommes ou femmes qui seront retrouvés assassinés sur nos territoires, les auteurs de ces homicides ne seront inquiétés d’aucune peine)

2 « Non si deve accogliere nessuno senza un autorizzazione espressa dal nostro Vicadrio foraneo tranne cloro che siano verament pelligrini e non invece girovaghi e in alcun modo vagabondi detti volgarmente zingari sotto le pene riservate a noi ». (Il est interdit d’accueillir qui que ce soit sans une autorisation émanant de notre Vicaire sauf ceux qui sont réellement des pèlerins et en aucun cas les marchands ambulants ou vagabonds, vulgairement appelés zingari sous des peines que nous nous réservons (d’appliquer))

3 « Che niuna persona, ancora privileggiata ò feudataria, ardisca allogiare, dare ricetto, aiuto ò favore in alcun modo a detti Cingarè, ò chi farà di sua compagnia, sotto pena di duecento scudi […] ». (Qu’en aucun cas personne, ayant encore des privilèges ou étant suzerain, n’ose loger, accueillir, aider ou rendre service aux Cingarè, ou entretienne une relation avec eux, sous peine d’une amende de deux cents écus)

4 « Ils parlent diversement, parce qu’ils ne sentent pas de la même manière ; ils parlent en sauvages, parce qu’ils sont de véritables sauvages au milieu de la brillante civilisation européenne. Comme les sauvages, ils emploient fréquemment l’onomatopée, l’automatisme […] L’homme grossier qui, privé de toute éducation morale, abandonné à ses penchants dépravés, se forme une langue nouvelle, diffère peu de l’homme sauvage qui fait les premiers efforts pour s’organiser en société. »

5 À l’affirmation: « Ils habitent par choix dans des camps, isolés du reste de la société » : 45% des personnes interrogées répondent « oui, tout à fait d’accord » et 37% répondent « oui, assez d’accord ».

6 Salvatore Buzzi, directeur de la “Cooperativa 29 giugno” arrêté dans le cadre de l’enquête « Mafia Capitale » est actuellement incarcéré à la prison romaine de Rebibbia.

7 Dans une lettre du 3 Juillet 1943 le directeur didactique de l’école Cavaliere Salvatore Bonanni écrit :

« […] j’ai pu constater le travail intelligent et patient de l’institutrice qui est parvenue à faire parler notre belle langue aux enfants qui parlaient leur dialecte « zingaresco », à enseigner diverses notions de culture générale en leur inculquant l’amour pour notre Patrie, pour notre Chef d’État et pour le Gouvernement, le respect aux autorités, le sens de la discipline concernant leur devoirs et à connaître, de quelque façon la grandeur et la beauté de l’Italie fasciste […] »

8 Témoignage de Susy Rainhardt sur les classes Lacio Drom (Bravi:2009)« era proprio la scuola, il covo del razzismo e del pregiudizio, creava forti shock psicoogici in noi bambini sinti perchè non solo ricevevamo un’educazione diversa dalla nostra famiglia, ma anche perchè a scuola, si diventava diversi […]Noi eravamo cosi diversi agli occhi dei bambini « gagi », ci vedevano solo in maniera negativa, a scuola ci sentivamo disprezzati […] quindi per noi era più semplice prendere la via di casa dove potevamo trovare il nostro calore famigliale. […] Per non sbagliare mettevano un enorme cartello sopra la porta con scritto « aula solo per zingari ». […] ci sentivamo dei lebbrosi, eravamo in un lager, non a scuola. […] il loro scopo fondamentalmente era quello di trasformare noi, bambini selvaggi » (c’était justement l’école, le foyer du racisme et des préjugés, elle créait des chocs psychologiques intenses chez nous, les enfants Sinti, parce que non seulement nous recevions une éducation différente de celle de nos familles, mais aussi parce qu’à l’école on devenait un autre […] Nous étions si différents aux yeux des enfants Gagi, ils ne nous voyaient que dans un sens négatif, à l’école nous nous sentions méprisés […] donc pour nous il était plus facile de reprendre le chemin de notre maison où nous pouvions retrouver la chaleur familiale. […] Pour ne pas se tromper, ils mettaient un grand panneau au-dessus de la porte qui disait: "classe réservée uniquement aux Tsiganes." […] Nous nous sentions comme des lépreux, nous étions dans un lager, pas dans une école. […] Fondamentalement, leur but était de nous transformer, nous les enfants sauvages »

9 Un enseignant anonyme retranscrit son journal de bord dans un article « Vita nelle scuole Lacio Drom » année 1967, n°2, p39-42 :

1)« Il problema più grave è la disciplina e la difficoltà più penosa da sopportare è il cattivo odore ». (Le problème le plus grave est la discipline et la plus grande difficulté est de supporter la mauvaise odeur »

2) « Vorrei far scrivere : « la mia mamma lava ». Invece non va bene, perchè queste mamme non lavano affatto : portano la roba in lavanderia ! Per me è stato una sorpresa. Quel che è certo è che in lavanderia non ci vanno i vestiti dei bambini » (Je voudrais faire écrire : « ma maman lave ». Et ça ne va pas parce que ces mamans ne lavent pas : elles amènent les vêtements à la laverie ! Pour moi cela a été une surprise. Ce qui est certain c’est que les vêtements des enfants ne sont pas amenés à la laverie.)

Ferrara Cenci G. « Scuola come segregazione ? », Lacio Drom, année 1974 n° 3-4 pp 66-68 : « I bambini nomadi quali potenziali portatori di malattie, di sporcizia e di germi parassitori (Les enfants nomades sont des porteurs potentiels de maladies, de saleté et de germes parasites)

10 Karpati M, « La situazione delle scuole per nomadi in Italia », Lacio Drom, année 1967, n° 4-5-6 pp26-32. Les Roms et Sinti appartenant à une culture vide et inférieure seraient moins aptes à la scolarisation normale puisqu’ils souffriraient d’« un certo ritado intelletuale dovuto […] al fatto che non hanno avuto nel loro ambiante tutte quelle sollecitazioni culturali che hanno invece i nostri bambini » (un certain retard intellectuel dû […] au fait que dans leur environnement ils n’ont pas reçu les mêmes sollicitations culturelles qu’en revanche nos enfants ont reçu)

Cestaro O. « Corso di aggiornamento per insegnanti delle classi speciali », Lacio Drom, année 1969 pp26-31

Le rôle de l’enseignant est celui du modèle culturel, un idéal qui comble un présupposé manque familial : « Occore portare lo zingaro alla revisione critica dei propri modello culturali[…] l’educatore […] viene a porsi come modello ideale sostituendosi a quello carente del padre o della madre » (Il faut amener le tzigane à la révision critique de ses propres modèles culturels […] l’éducateur […] se présente comme modèle idéal en se substituant à celui manquant du père ou de la mère)

11 Karpati M, « A proposito di una contestazione sulle scuole speciali per fanciulli zingari » Lacio Drom, année 1968, pp 37-39: « dar loro un educazione che tenga conto del loro disadattamento sociale e del frequente ritardo nel loro sviluppo intelletuale » (leurs donner une éducation qui tienne compte de leur problème d’adaptation sociale et du retard fréquent dans leur développement intellectuel)

Karpati M, Lacio Drom, année 1967, n°.4-5-6 pp26-32 : « Potremo definire il bambino zingaro come un disadattato sociale » (Nous pourrions définir l’enfant tzigane comme un “désadapté” social”).

Ladio Drom année 1967, n°1 pp27-29, Ciro Sdino de l’Institut de Psicologie de l’Université Catholique du Sacré Coeur souligne le « carattere disadattato, dove le note sono appunto queste : sfida, ribellione, arroganza, delinquenza, pregiudizio e narcisismo » (le caractère “désadapté”, qui comprend: le défi, la rébellion, l’arrogance, la délinquance, le préjugé et le narcissisme)

12 Lacio Drom, année 1966 n°4 pp.32-33 : Témoignage du Directeur Didactique de l’école dei Piani di Bolzano : « Il progresso sul piano educativo […] è da definire notevolissimo : gli alunni hanno imparato ad obedire, a limitare il chiasso, a comprimere la loro voglia di fischiare e di gridare a squarciagola, a stare fermi nei banchi, a prendere il cibo regolarmente seduti a tavola, ad usare buone maniere con i maestri e persino con i compagni, a rispettare la roba degli altri, a svolgere un pocco di lavoro scolastico, ad eseguire giochi collettivi, a fare la doccia, a disporso addirittura in fila per la esercitazione di ginnastica e di canto ritmico. Ogni volta che passo loro vicino essi salutano alzandosi in piedi ; quando rivolgo loro la parola mi rispondono con cordiale spontaneità. Non è da sottovalutare inoltre l’azione educativa esercitata, attraverso i bambini, sulle famiglie zingare ; i genitori si presentano alla scuola all’inizio o al termine delle lezioni, mi si rivolgono scoprendosi il capo ; molti manifestano apertamente la loro gratitudine alla scuola, qualcuno ringraziò la maestra per aver sentito che il figlio in famiglia aveva chiesto un cosa « per piacere ». (Le progrès sur le plan éducatif […] est remarquable: les élèves ont appris à obéir, à limiter le vacarme, à limiter leur envie de siffler et de crier à tue-tête, à rester assis sur les bancs, à manger régulièrement assis à table, à employer les bonnes manières avec les enseignants et même avec leurs camarades, à respecter les affaires des autres, à accomplir un peu de travail scolaire (je souligne), à faire des jeux collectifs, à prendre la douche, et même à se mettre à la file pour les exercices de gymnastique et de chant rythmique. À chaque fois que je passe près d’eux, ils me saluent en se levant, quand je leurs adresse la parole ils répondent avec une spontanéité cordiale. Il ne faut pas sous-évaluer l’action éducative effectuée, à travers les enfants, sur les familles tsiganes ; les parents se présentent au début ou à la fin des cours, ils s’adressent à moi en se découvrant la tête ; beaucoup d’entre eux manifestent ouvertement leur gratitude envers l’école, quelqu’un a même remercié l’enseignant pour avoir entendu à la maison que son enfant avait demandé quelque chose en disant « s’il te plaît »)

13 Lacio Drom, année 1967 n°1 p20-23, compte rendu d’une table ronde organisée en 1966 à Bressanone entre OP et L’institut de Pédagogie. Karpati M. « […] l’insecurezza derivata da un complesso di inferiorità ; l’irrequietezza che ha la sua radice profonda nella paura, l’aggressività provocata da carenza affettiva ; il furto e la bugia forme di difesa del gruppo. Ma l’aspetto che colpisce di più è la mancanza di fanciulezza. A 7/8 anni i fanciulli entrano bruscamente nel mondo degli adulti[…]. Un anno di lavoro ci ha permesso di stabilire le premesse, i punti di partenza per l’azione educativa e ci ha soppratutto persuasi che, almeno nei primi tempi non si tratta tanto di istruire quanto piuttosto di sanare.[…] Solo quando si sarà stabilito l’equilibrio interiore potrà iniziare l’insegnamento vero e proprio, che oggi è prematuro programmare » (l’insécurité dérive d’un complexe d’infériorité; les racines de l’inquiétude se trouvent dans la peur, l’agressivité est provoquée par un manque affectif; le vol et le mensonge sont des formes de défense du groupe. Mais l’aspect qui frappe le plus est le manque d’enfance. À 7-8 ans les enfants entrent brusquement dans le monde des adultes […]. Un an de travail nous a permis d’établir les prémisses, les points de départ pour l’action éducative et nous a surtout convaincus que, au moins pour les premiers temps, il ne s’agit pas d’instruire mais plutôt d’assainir. […]. Seulement quand l’équilibre intérieur se sera stabilisé, l’enseignement réel, qu’il est aujourd’hui prématuré de programmer, pourra commencer)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabira KAKOUCH, « Les Roms ou l’invention d’un peuple : dé-formation identitaire de la plus grande minorité d’Europe. L’exemple de l’Italie et de ses politiques ségrégationnistes », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/2085 ; DOI : 10.4000/mimmoc.2085

Haut de page

Auteur

Sabira KAKOUCH

INALCO-Université de Picardie
Doctorante en sociolinguistique, travaille sur les communautés roms des « camps autorisés » de la ville de Rome (Italie) et sur les questions d’assignations identitaires et sociolinguistiques à travers une recherche semi-participante et longitudinale.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page