Navigation – Plan du site
Minorités et politiques culturelles

La question sorabe dans l’Allemagne contemporaine

Jean KUDELA

Résumés

Cet article fait le point sur le statut sorabe sur le plan juridique et sous l’aspect de son fonctionnement pratique dans l’Allemagne d’aujourd’hui. Dans un premier temps sont cités les textes officiels qui régissent ce statut, on examine ensuite comment se passent les choses sur le terrain et l’on envisage enfin comment les mentalités influent sur la pratique quotidienne. On rappelle que l’essentiel du statut a été repris de la RDA, mais adapté aux institutions de la République fédérale. Le principe du soutien de l’État allemand sous la forme d’une dotation annuelle a été maintenu, mais une répartition s’est effectuée entre la Fédération et les 2 Länder de Saxe et de Brandebourg. On note dans les 20 années passées une évolution constante en 3 domaines : les constitutions successives de la Saxe et du Brandebourg ont à chaque fois amélioré les dispositions concernant les Sorabes, un organisme nouveau, la Fondation pour le Peuple Sorabe, a été créé avec pour fonction de recueillir la dotation et de gérer le budget, la Fédération des associations sorabes, la Domowina fondée en 1912, a revu ses statuts, mais conserve son implantation et son action transrégionale. Son rôle officieux, mais non officiel, l’amène néanmoins à négocier sans cesse pour limiter l’extension de la mine de lignite qui détruit les villages. Un débat reste ouvert au sein de la communauté sorabe : ne faut-il pas créer une organisation politique présentant ses propres candidats afin d’élire des représentants officiels ? Le statut d’autonomie culturelle est favorable, mais 2 facteurs freinent en permanence l’évolution de la pratique : d’une part une certaine mauvaise volonté du côté allemand sur le terrain, d’autre part une certaine timidité sorabe héritée d’une longue expérience de minoration en face de l’autorité.

Haut de page

Texte intégral

1Même si le titre de cette intervention situe précisément la minorité en question, il n’est sans doute pas inutile de signaler que les Sorabes sont à la fois les premiers Slaves entrés dans un espace géographique qui correspond aujourd’hui à la majeure partie du territoire allemand, et les derniers à avoir échappé à la germanisation dont ont été victimes dans l’Histoire les autres Slaves ayant occupé cet espace. Ces premiers Slaves ont pénétré fin du 5e- début du 6e siècle dans des régions largement vidées de leurs populations germaniques pour des raisons de changement de climat. Rappelons-nous la présence des Quades et des Teutons en Gaule Cisalpine au 2e siècle avant J-C. et l’avancée des Alamans en Helvétie au siècle suivant, ce qui déterminera par contrecoup la conquête de la Gaule par les Romains. Le terme communément utilisé en français pour désigner tous ces mouvements de populations, « les grandes invasions », ne rend pas compte en fait de la réalité historique. Le terme allemand de Völkerwanderung « Migration des peuples » semble plus adapté, car il souligne l’étalement dans le temps de déplacements de populations qui n’étaient pas nécessairement motivés par le désir de conquête.

  • 1 Wo serbskich prašenjach. Přispomnjenka k serbskemu programej (De la question sorabe. Remarques à pr (...)

2À partir des 9e-10e siècles, c’est-à-dire de la conquête franque des territoires occupés par les Slaves — ici le terme de conquête est à sa place — la « question sorabe » se placera dorénavant sous le signe du partage. Partage qui se réduira en fait jusqu’au début du 19e siècle à une simple répartition : les seigneurs allemands seront les propriétaires du sol, des biens et des hommes qui s’y trouvent, et les Slaves asservis cultiveront la terre au bénéfice de leurs maîtres. En dépit de nombreuses jacqueries entre le 16e et le 18e siècle, on ne peut en effet parler de question sorabe, car toute question suppose un questionnement, ce qui était loin d’être le cas à l’époque. Le terme lui-même apparaîtra chez les Tchèques avec le livre de Tomáš Garrigue Masaryk Česká otázka / La Question tchèque publié en 1895. Le terme, déjà popularisé dès la fin des années 70 du siècle par le problème de l’avenir de l’empire ottoman — la question d’Orient —, prend une signification différente dans le contexte de l’Europe centrale. Il ne s’agit pas de dépecer et de se partager un empire, mais de définir la place d’une minorité dans un grand ensemble : l’Autriche-Hongrie chez Masaryk, l’Allemagne pour les Sorabes qui reprennent le terme, car les Sorabes se sont toujours beaucoup inspirés des Tchèques. Ainsi Jan Skala dans une analyse politique publiée à Prague en 19221.

3Quelles questions peuvent se poser les Sorabes aujourd’hui ? Qu’est-ce qui peut faire question avec les Sorabes à l’heure actuelle ? Qu’est-ce que se partagent Allemands et Sorabes ? Comment se présente la question sorabe dans l’Allemagne contemporaine ? Telles sont les questions auxquelles il convient de trouver des réponses.

4Par souci de clarté, il nous a semblé qu’il convenait d’abord de voir

  1. Quelle est la théorie, c’est-à-dire essentiellement quels textes proposent des solutions à la question sorabe

  2. En second lieu quelle est la pratique, c’est-à-dire comment cela se passe sur le terrain

  3. Enfin où en sont les mentalités, qui sont aussi un élément de la question

La théorie

5C’est l’aspect juridique de la question, les textes fondateurs d’un statut renvoyant aux positions idéologiques d’une société, telles qu’elles sont affirmées et confirmées sur le papier. Lorsque le Traité d’unification est venu en discussion en septembre 1990, les négociateurs représentant le dernier gouvernement de la RDA avaient en tête pour la question sorabe les données qui avaient été retenues précédemment. Ces données faisaient référence à la première reconnaissance officielle, nominale et assortie de garanties accordée dans l’Histoire par un État allemand à la minorité sorabe, à savoir la Loi de protection des Sorabes de mars 1948 —avant même la création de la RDA —, puis l’inscription dans les constitutions de 1949 et 1974 du devoir de l’État d’assurer à la minorité un soutien effectif. C’est donc dans cet esprit qu’est rédigé l’article 35 du Traité d’unification complété par le protocole 14.

6« La République Fédérale d’Allemagne et la République Démocratique Allemande précisent en rapport avec l’article 35 du Traité :

  1. Déclarer appartenir à l’ethnie sorabe et à la culture sorabe est un acte libre

  2. La préservation et le développement de la culture et des traditions sorabes sont garantis

  3. Les personnes appartenant au peuple sorabe et à ses organisations peuvent librement pratiquer et préserver la langue sorabe dans la vie publique

    • 2 Traité de réunification, Bulletin n° 104 du 6 septembre 1990 p. 890

    La répartition des compétences entre Fédération et Länder prévue par la loi fondamentale reste inchangée. »2

7Le juriste Thomas Pastor rappelle l’importance de ce texte fondateur pour la République Fédérale :

  • 3 PASTOR, Thomas Die rechtliche Stellung der Sorben in Deutschland (La situation juridique des Sorabe (...)

8« La signification juridique de la note de protocole complétant l’article 35 du Traité d’unification doit être cherchée dans les points 2 et 3. Alors que la liberté de se définir du point 1 ne va pas au-delà de ce que la Loi fondamentale garantit de toute manière aux Sorabes, le point 2 donne l’obligation de soutenir activement la culture sorabe, et le point 3 inscrit comme niveau minimum le niveau atteint en RDA pour ce qui est du caractère bilingue de la vie publique. »3

9Il restait à concrétiser juridiquement et politiquement cette déclaration d’intention qui constituait dorénavant le socle de la question sorabe. A la suite des élections de l’automne 1990 à la Diète de Saxe, le nouveau Secrétaire d’État de la Chancellerie chargé des affaires fédérales et européennes rencontre en décembre divers responsables sorabes pour recueillir leurs revendications, qui reprenaient les acquis concédés en RDA. Après consultation du Brandebourg et de la Fédération, il suggère la création d’une Fondation pour adapter ces revendications aux structures administratives de la République fédérale. C’est ainsi qu’est solennellement créée le 19 octobre 1991, dans l’église de Lohsa/Łaz en Lusace, la Fondation pour le peuple sorabe. S’appuyant sur le texte fondateur, le document s’ouvre sur une déclaration commune du Ministre fédéral de l’Intérieur et des deux Ministres-Présidents de Saxe et de Brandebourg, qui se sont déplacés pour l’occasion. Selon les termes de cette Déclaration « La Fondation doit être un instrument commun permettant de dégager les moyens de la Fédération et des deux Länder, avec la coopération essentielle de représentants du peuple sorabe, afin de favoriser

  • les institutions concernant la pratique de la culture et de l’art, ainsi que la patrie d’origine des Sorabes

  • la documentation, la publication et la présentation de l’art et de la culture sorabes

  • la langue et l’identité culturelle sorabes, y compris dans des institutions sorabes concernant l’éducation et l’activité scientifique

  • le maintien de l’identité sorabe dans la vie publique, dans la vie professionnelle et dans la coexistence des populations sorabes et non-sorabes.

10La Fondation doit également apporter son soutien aux projets et entreprises au service de la compréhension entre les peuples et de la coopération avec d‘autres groupes ethniques et minorités nationales d’Europe, ainsi que des relations qui se sont développées au cours de l’histoire entre les Sorabes et les voisins slaves, cela afin de jeter un pont entre l’Allemagne et l’Europe de L’Est… »

  • 4 Za łožba za serbski lud / Stiftung für das sorbische Volk,1994, pp. 6-7

11Suit un arrêté du chef du gouvernement saxon prévoyant des dispositions pratiques regroupées en 12 articles4 , dont

  • le financement (§ 3) : la dotation annuelle de la Fondation sera assurée pour 50 % par la Fédération, pour les 2/3 de la moitié par la Saxe et pour 1/3 par le Brandebourg.

  • l’organigramme (§4) : avec la création

12* d’un Conseil de la Fondation (§5) constitué de

    • 5 Domowina :“patrie, sol natal“. Fondée en 1912, cette Fédération des associations sorabes verra ses (...)

    9 représentants sorabes élus pour 3 ans par les associations regroupées au sein de l’organisation nationale de la Domowina5

  • 3 représentants de l’État libre de Saxe

  • 3 représentants du Land de Brandebourg

  • 3 représentants de la Fédération

  • 1 représentant du canton de Bautzen

  • 1 représentant de la ville de Bautzen

  • 1 représentant de la ville de Cottbus

13* d’un Conseil parlementaire consultatif (§6) comprenant

  • 3 représentants du Parlement fédéral

  • 2 représentants de la Diète de Saxe

  • 2 représentants de la Diète de Brandebourg

14* d’un directeur (§7) choisi par le chef du gouvernement saxon en accord avec la Fédération et le Brandebourg, mais sans aller contre une majorité des représentants sorabes.

  • 6 Domowina-Information 2005, Rechtvorschriften zum Schutz und zur Förderung des sorbischen Volkes /Pr (...)

15Il est également signalé (§9) que les employés sont nommés par la Chancellerie de Saxe et que la Fondation devra acquérir la personnalité juridique (§12) : le Traité d’État du 28 août 1998 entre la Saxe et le Brandebourg en fera effectivement une institution de droit public6. Les Sorabes ont donc retrouvé une forme d’autonomie culturelle.

16La création de la Fondation pour le peuple sorabe constituait la deuxième étape du règlement de la question sorabe, c’est-à-dire de la mise en place du statut ; la troisième étape correspondra à la régionalisation du problème. Alors que la RDA avait une administration centralisée et que le statut sorabe dépendait administrativement parlant d’un Ministère de la Culture, la République fédérale est un régime largement décentralisé déléguant les affaires culturelles aux Länder. Cela explique que le statut va être maintenant défini par la législation de chacun des deux Länder concernés, c’est-à-dire par le biais des constitutions régionales.

  • 7 Sächsisches Gesetz- und Verordnungsblatt Nr. 20/1992, S. 243 ff. cité in Domowina-Information 2005  (...)

17La Saxe réagit en mai 1992 en promulguant une Constitution dont l’article 2/4 autorise le blason et les couleurs nationales, l’article 5/1 reconnaît le droit au pays natal, l’art. 5/2 le droit à leur culture, leur langue, leur religion et leurs traditions, l’art. 6/1 proclame leur égalité de droits par rapport aux autres citoyens de la République Fédérale et le rôle protecteur du Land concernant le maintien de leur langue et de leurs écoles, l’art. 6/2 reprend la notion de territoire germano-sorabe défini à l’époque de la RDA, l’art. 6/3 souligne l’utilité pour le pays de la coopération transrégionale entre Haut- et Bas-Sorabes, donc entre Haute et Basse-Lusace7.

  • 8 Sächsisches Gesetz- und Verordnungsblatt Nr. 7/1999, S. 173 ff., cité in Domowina-Information 2005  (...)

18Ces dispositions seront reprises et précisées dans une Loi sur les droits des Sorabes dans l’État libre de Saxe du 31 mars 19998. Le préambule rappelle l’obligation morale pour la Saxe de protéger les Sorabes étant donné que ceux-ci n’ont hors des frontières aucun État sur lequel s’appuyer et se réfère à l’article 3 de la Loi fondamentale, laquelle joue comme on sait le rôle de constitution de la République Fédérale, ainsi qu’à l’article 35 du Traité d’Unification. L’article 1 porte le titre de « Sorbische Volkszugehörigkeit », qui est ici une notion juridique et a le sens « d’appartenance à l’ethnie sorabe », caractérisée par une libre adhésion ne devant entraîner aucune discrimination. Il faut noter que ce terme de Volkszugehörigkeit a une seconde signification et désigne d’une manière générale les « ethnies » fixées sur le territoire allemand qui se rattachent à une autre langue et à une autre culture que celles les Allemands. Mais il ne faut pas se méprendre sur le terme d’ethnie, par lequel on traduit Volk, en raison d’une possible connotation raciale. La Constitution de la République de Weimar parlait de die fremdsprachigen Volksteile der Republik / les éléments de peuples parlant une langue étrangère/ et la terminologie nazie appelait Volksdeutsche / ceux qui relèvent du peuple allemand / les ressortissants des minorités allemandes à l’étranger. Cela renvoie à la formule de Herder Eine Sprache, ein Volk / Une langue, donc un peuple/ c’est-à-dire au fait que l’Allemagne a été une Kulturnation avant d’être une nation politique, et que l’identité de la communauté s’est définie par rapport à la langue qu’elle parle. La dernière Constitution de RDA employait tout simplement l’expression das sorbische Volk / le peuple sorabe/ mais cela revenait finalement au même.

19La plupart des articles de cette Loi saxonne de 1999 reprend et développe les notions affirmées dans la Constitution de 1992 en y ajoutant quelques précisions :

  • l’article 3 a de nouveau recours, pour désigner les territoires où sont fixés les Sorabes, au terme de angestammte Heimat, de patrie d’origine, qu’il définit comme « les communes dans lesquelles sont en nette majorité les citoyens appartenant au peuple sorabe qui y ont leur patrie depuis longtemps, et où l’on peut prouver l’existence de la langue ou de traditions culturelles sorabes jusqu’à aujourd’hui. »

  • l’article 4 reconnaît l’hymne sorabe en plus du drapeau

  • l’article 5 admet que l’organisation regroupant les associations sorabes puisse représenter les intérêts de la population sorabe

  • l’article 6 crée pour la durée de la législature un Conseil de 5 membres pour les affaires sorabes élu par la Diète. Distinct du Conseil de la Fondation, ce Conseil élu fonctionne en fait comme une commission parlementaire

  • l’article 9 établit le droit d’utiliser la langue sorabe devant les tribunaux et dans les services publics

  • l’article 10 définit les panneaux de localités et inscriptions publiques bilingues

  • l’article 14 annonce que la Saxe s’efforcera de représenter la culture sorabe dans les médias.

20Le texte de la Loi, dont il existe une version sorabe, est complété par une longue annexe qui énumère tous les cantons et les localités du territoire bilingue germano-sorabe.

  • 9 Gesetz- und Verordnungsblatt für das Land Brandenburg, Teil I-Gesetze, S. 298 ff. cité in Domowina- (...)
  • 10 Gesetz zur Ausgestaltung der Rechte der Sorben(Wenden) im Land Brandenburg (Sorben/Wenden-Gesetz-SW (...)

21Le Brandebourg suit la même voie et adopte les mêmes dispositions en deux temps : dans sa Constitution du 22 avril 19929 et sa Loi sur la mise en place des droits des Sorabes /Wendes du 7 juillet 199410. Dans les textes officiels du Brandebourg apparaît le terme de Sorabes/Wendes que les Bas-Sorabes souhaitent voir employer pour indiquer leur identité propre. À noter que le terme de Wende a longtemps eu une connotation péjorative, mais depuis la chute du Mur, accolé au terme de Sorabe, il désigne à leur demande les Bas-sorabes.

22La mise à jour de la Loi sorabe de 1994 votée par la Diète de Brandebourg en 2014 n’est pas ce qu’espéraient les Sorabes, qui doivent néanmoins s’en contenter. Le côté le moins réussi de la loi concerne la définition des « espaces sorabes » et la procédure à suivre pour y rattacher telle ou telle commune ; ce sera au Conseil sorabe de reprendre à chaque fois toute cette procédure. Il y a cependant des avancées, qu’on peut ramener à 5 mesures :

  • le gouvernement du Brandebourg nommera un responsable des affaires sorabes

    • 11 Serbske Nowiny, éd. allemande août 2014

    ce gouvernement est tenu de présenter à la fin de chaque législature un rapport sur l’état de la politique suivie sur les questions sorabes ; notons qu’en 2014 à la Diète de Saxe 5 minutes furent prévues à cet effet en fin de séance…11

  • ce sont les Sorabes qui éliront le Conseil sorabe, le coût de l’opération sera supporté par la Région

  • on prévoit la formation d’enseignants pour qu’un enseignement bilingue soit possible dans toutes les écoles

  • les droits et obligations des associations sorabes sont précisément définis et celles-ci se voient accordé le droit de recours devant les tribunaux pour les affaires sorabes.

  • 12 Schulgesetz für den Freistaat Sachsen in der seit 1. August 2004 geltenden Fassung (Paragraphen 2,4 (...)
  • 13 Verordnungen des Sächsischen Staatsministeriums für Kultus…/27 juin 1991, 2 octobre 1991, 3 mai 199 (...)

23Une Loi scolaire12 et toute une série de dispositions réglementaires en Saxe13 précisent le système scolaire sorabe, qui reprend pour l’essentiel l’organisation héritée de la RDA. Sans entrer dans les détails, rappelons qu’il existe deux types d’écoles sorabes :

  • les écoles de type A, où l’enseignement se fait intégralement en sorabe pour les sciences humaines et jusqu’à la 5e classe pour les matières scientifiques

  • les écoles de type B, où le sorabe est la première langue vivante obligatoire.

  • 14 Gesetz über die Schulen im Land Brandenburg vom 12. April 1996 in der Fassung des Zweiten Gesetzes (...)

24Les mêmes dispositions seront prises dans le Brandebourg14.

  • 15 La Domowina comptait encore 15.000 membres avant la chute du Mur et était tombée à 4000 juste après (...)
  • 16 Wustawki Domowiny (Statuts de la Domowina) in Serbske Nowiny-dokumenty 6 /11/1992, p. 1

25Il reste encore un partenaire du statut à évoquer, auquel la Constitution de Saxe faisait allusion sans le nommer, la Domowina, qui fédère les diverses associations sorabes. Fondée en 1912 par les représentants de l’intelligentsia sorabe, la Domowina a joué en effet un rôle de premier plan entre les deux guerres en animant la vie culturelle sorabe jusqu’à son interdiction par les nazis en 1937. Recréée dès le 10 mai 1945, elle a pris en charge le renouveau de la vie nationale dans ce qui était la zone d’administration militaire soviétique et s’est installée dans le rôle d’interlocuteur privilégié du pouvoir en RDA. Gérant un statut tout nouveau accordé par les autorités, la Domowina a tendu à devenir une courroie de transmission de l’État-SED, ce qui a fini par entraîner dans les dernières années une désaffection d’une partie des Sorabes. C’est ainsi qu’au lendemain de la chute du Mur, elle a traversé diverses péripéties15 et est revenue à sa fonction initiale de fédération d’associations en octobre 1992 à l’issue d’un congrès extraordinaire en votant de nouveaux statuts16..Son rôle est toujours d’animer la vie culturelle, mais elle le fait aujourd’hui à partir de projets émanant de la Fondation.

La pratique

26Pour pouvoir se faire une idée du fonctionnement réel du système, il convient d’apprécier l’attitude de chacun des deux partenaires, l’administration allemande d’un côté, la population sorabe de l’autre.

  • 17 Offener Brief der sorbischen Volksversammlung vom 30.11.1989 an die politischen Kräfte der DDR (Let (...)
  • 18 Vorschläge der sorbischen Linken für die territoriale Einheit der Lausitz (Propositions des la Gauc (...)
  • 19 « La création en partie revendiquée d’un Land particulier de “Lusace” ne rencontre pas l’approbatio (...)

27Du côté allemand d’abord, s’est posé le problème du découpage administratif. Haut et Bas-Sorabes ont rarement été réunis dans le passé et ont toujours été rattachés, les uns à la Saxe, les autres au Brandebourg. Dès la chute du Mur, une des premières revendications, tant de la Domowina que de la récente Assemblée populaire, était la création d’une structure administrative unique regroupant tous les territoires habités par les Sorabes17. Cette revendication sera d’ailleurs reprise l’année suivante18, mais ne sera jamais satisfaite. L’argumentation de l’administration était que cela aurait mené à l’éparpillement et à la constitution d’un Land fragile19. Argument plutôt faible, si l’on songe que c’est précisément en Lusace que se trouve la grande ressource énergétique allemande : le lignite, dont il n’est pas question qu’elle passe sous le contrôle d’une minorité…

  • 20 Verwaltungsvorschrift der sächsischen Staatskanzlei zur Änderung der VwV Beflaggung vom 3. Septembe (...)

28En août 1994 a lieu une réforme des Landkreise / des cantons non-urbains, qui aboutit à créer le Kreis de Oberlausitz-Niederschlesien / Haute Lusace-Basse Silésie regroupant Görlitz-Land, Niesky et Weißwasser. Accolés à la Silésie, la Lusace et les Sorabes se retrouvent ainsi banalisés, ce qui apparaissait dans la Constitution saxonne de 1992, laquelle plaçait dans son article 2/4 les drapeaux sorabe et silésien sur le même plan en en faisant des symboles régionaux. En 2004, la Chancellerie rappelle que les drapeaux de la Fédération et de l’Europe doivent être placés dans « les endroits privilégiés » et que les autorités « peuvent » mettre des drapeaux sorabe et silésien20.

  • 21 Serbske Nowiny 13.01.2012 et édition allemande de février 2012 p. 2 “Unnötige Änderung”/ Une modifi (...)

29Cet effacement de l’identité sorabe s’affirme encore un peu plus en 2005 à la suite de la création d’une Direction de la police Oberlausitz-Niederschlesien regroupant Bautzen et Görlitz, qui doit simplifier son nom en 2013 sous la simple appellation « Görlitz ». En 2008 le Landkreis Bautzen devient Landkreis Görlitz et depuis 2012, il est fortement question de rattacher le tribunal de Bautzen à celui de Görlitz, ce qui aurait pour effet d’y supprimer l’usage du sorabe, car Görlitz ne se trouve pas dans une zone bilingue ; d’où bien sûr une vague de protestations chez les Sorabes21.

  • 22 Memorandum des sorbischen Volkes zu den Volksgruppenrechten in einem erneuerten deutschen Grundgese (...)
  • 23 Contact bulletin de l’EBLUL volume 11, n° 3 hiver 1994/95 p .2

30Dès le 2 août 1990, l’ensemble des associations et organisations sorabes avaient soumis à l’opinion et au personnel politique un Memorandum proposant l’inscription d’un statut des minorités dans la Loi fondamentale22. La question de la protection et de la promotion des minorités sera évoquée au Parlement fédéral à partir de janvier 1994, mais en septembre le Parlement décide de ne pas statuer sur cette question. La désillusion est grande chez les Sorabes, qui avaient cru pouvoir compter sur les députés CDU pour modifier la Loi fondamentale au bénéfice des minorités. Le Bureau Européen pour les Langues Moins Répandues se fait à Bruxelles l’écho de cette déception23.

  • 24 Serbske Nowiny édition allemande février 2008
  • 25 Serbske Nowiny 6.02.2015

31Et puis il y a le problème des finances, qui se pose dans des termes nouveaux par rapport au système précédent. À l’époque de la RDA, un projet culturel ne pouvait se réaliser qu’à la condition d’être politiquement correct, c’est-à-dire d’avoir eu le feu vert du Ministère de la Culture, donc l’assentiment des hautes instances du Parti SED, mais une fois autorisé, le financement suivait. Aujourd’hui, il n’est plus question de ligne politique ni de censure, mais les projets doivent se réaliser dans le cadre d’une enveloppe budgétaire, et la Chancellerie y veille de près. Hier, les Sorabes étaient sous le regard du Parti au pouvoir, aujourd’hui ils sont sous le regard des petits comptables. Et les gouvernements allemands pratiquent, comme on sait, une rigoureuse austérité. Les chiffres sont là : la dotation des Sorabes se montait en 1990 à 40 millions de Marks, elle était en 2013 de 16,82 millions € soit l’équivalent de 32 millions de Marks, c’est-à-dire une somme inférieure à la subvention accordée au Théâtre de Cottbus. Et en 2004 la Fondation pour le peuple sorabe a dû verser pour la réforme des retraites, comme toutes les institutions allemandes, une somme de 500.000 €. Un député SPD rappelait en 2008 que la Fédération dépensait pour 60.000 Sorabes 8,2 millions € sur les 16 millions qu’ils reçoivent, et pour les 15.000 Allemands du Danemark 12 millions € sur les 30 millions € de leur dotation24. La situation s’est stabilisée depuis et la subvention a atteint en 2014 18 millions € ; le gouvernement saxon envisage même de libérer 250.000 € pour informatiser manuels et écoles sorabes en 201625.Mais l’avenir reste toujours incertain. En attendant, les institutions sorabes ont dû en 20 ans licencier la moitié de leurs effectifs. Et les activités culturelles et scientifiques s’en sont bien sûr ressenties ; la dotation de l’Institut sorabe a ainsi été amputée de 500.000 € en 2014. Rappelons que les projets culturels sont mis au point par le Conseil de la Fondation, qui sur les 21 membres ne compte que 9 Sorabes — en dernier ressort, ce sont les Allemands qui décident…

32Et puis il y a aussi le problème scolaire. À partir de l’année 2000 commencent les suppressions d’écoles, puis de collèges sorabes. La raison invoquée est la diminution du nombre d’élèves dans les classes sorabes ; en 1990, 4000 enfants apprennent le sorabe en Saxe, il n’y en aura plus que 2200 en 2006, mais on met aussi en avant les économies de fonctionnement, car les écoles sorabes dépendent de l’administration scolaire de la Saxe.

  • 26 Application of the Charter in Germany. A report of the Committee of experts on the Charter. B Recom (...)
  • 27 Serbske Nowiny du 4.05.2012, Nowy Casnik du 9.05.2012 et déjà, éd. allemande de Serbske Nowiny nove (...)

33C’est d’ailleurs dans le domaine de l’éducation, avec la justice et l’administration, que les experts internationaux relèvent le plus de carences dans l’application des recommandations de la Charte des Langues régionales et minoritaires pourtant signée par l’Allemagne26. Ils notent en effet que seuls 19 des 45 engagements pris ont été respectés. Et ils souhaitent que les seuils d’ouverture de classe soient abaissés au-dessous de 15 élèves, considérant qu’on ne peut automatiquement appliquer aux minorités des dispositions valables pour les majorités. Les suppressions et regroupements d’établissements se sont poursuivis depuis en Saxe. Dans le Brandebourg, c’est l’enseignement de l’histoire et de la civilisation sorabes qui a disparu des manuels ; de plus le ministère s’attaque maintenant à l’expérience Witaj de l’enseignement par immersion, qui s’inspire du modèle Diwan : celui-ci a été supprimé dans les deux premières classes du primaire, ce qui risque d’entraîner sa désaffection et une suppression programmée dans les 3e et 4e classes27.

34Les textes officiels prévoient, comme on l’a vu, le bilinguisme dans l’administration, mais la réalité est bien différente : rares sont les fonctionnaires parlant le sorabe dans les administrations publiques, de même que des formulaires en sorabe ; si on la demande, l’explication est simple : tous les Sorabes parlent l’allemand — pourquoi chercher la complication ? Il faudrait former des fonctionnaires, mais qui va le faire ? Les panneaux bilingues sont nombreux, il est vrai — mais les fautes de sorabe aussi ; pour les corriger, il faut payer le panneau ou au moins la peinture. Sur d’autres, comme au zoo de Hoyerswerda, il n’y a plus de place sur le panneau…Quant aux documents imprimés, on n’a pas les signes diacritiques du sorabe…On ne peut pas dire non plus que les stations de radios accueillent les Sorabes à bras ouverts : mdr, l’émetteur qui arrose le centre de l’Allemagne, mettra beaucoup de temps à leur accorder une émission ponctuelle : sa grille était trop chargée…

35Comment les Sorabes prennent-ils tout cela ? Il faut savoir en effet qu’ils constituent une minorité tranquille, qui a attendu pas moins d’un millénaire pour être prise en compte par un État allemand, la RDA en l’occurrence. On ne vit pas 1600 ans au milieu d’un autre peuple sans être influencé par les modes de pensée de cet autre peuple. Les Sorabes sont des gens qui respectent l’ordre et font tout dans les règles. 

36L’illustration en est donnée par l’affaire du village de Rogow/Horno. Ce village de Basse-Lusace était au bord de la mine de lignite, promis au déplacement pour permettre à la compagnie de suivre le filon. Le terme allemand de Abbaggerung décrit mieux ce qui attend ces villages qui doivent céder la place à la mine de lignite. De gigantesques et monstrueux baggers, des tracto-pelles géantes arrivent et creusent une fosse de 60 mètres de profondeur et la mine à ciel ouvert s’installe dans cette fosse de plusieurs kilomètres de large, engloutissant les villages avec leurs cimetières et pompant la nappe phréatique. Et c’est la noria incessante des wagonnets qui vont se vider dans les camions. Ou bien on se résigne à tout abandonner pour aller habiter dans un autre endroit qu’on vous indique, ou bien on se bat sur place dans le vacarme des machines pour conserver sa terre et sa maison. Comme la petite chèvre de Monsieur Seguin, les gens de Horno se sont battus, soutenus par la Domowina, pendant 11 ans, en tentant tous les recours, auprès de tous les tribunaux, jusqu’à la Cour européenne, et ils ont perdu : leur village a été déplacé. Ils ont seulement obtenu que leur nouveau village reproduise la même disposition et que leur clocher soit lui aussi déplacé. Mais un village sorabe déplacé perd bien sûr son âme, surtout s’il se trouve dans un environnement allemand direct.

37La mine, dénationalisée à la chute du Mur, a été rachetée par la compagnie Laubag, qui exploite des mines à l’Ouest, et revendue au puissant groupe suédois Vattenfall. Ce dernier a des projets d’extraction jusqu’en 2029 incluant le déplacement de plusieurs autres villages sorabes. Alors, la Domowina se trouve devant un dilemme :

  • doit-elle continuer à soutenir les villages menacés et leur conseiller la lutte du pot de terre contre le pot de fer ?

  • ou bien pactiser avec le diable, lui promettre de ne plus intenter d’actions contre lui et lui soutirer un maximum d’avantages ? c’est-à-dire conseiller aux villages de conclure des accords avec la compagnie minière ?

38Tout en continuant à protester formellement, c’est la seconde voie que la Domowina a choisie. On aboutit donc à une situation surréaliste : le pire ennemi des Sorabes est devenu leur sponsor. Vattenfall assure la construction de logements neufs et modernes pour tous les déplacés, prend à sa charge les frais de déplacement, subventionne ponctuellement les animations culturelles et a même construit un musée sorabe sur le terrain. Vattenfall y trouve bien sûr son avantage en économisant des frais de procédure et en évitant des retards de plusieurs années dans son plan d’extraction.

  • 28 Nowy Casnik 7.02.2004 : le Bundesverwaltungsamt, l’équivalent de notre Cour des Comptes, déclare da (...)
  • 29 Nowy Casnik des 10, 16, 17.04.2004
  • 30 Nowy Casnik 20.11.2005
  • 31 Serbske Nowiny 1er.12.2006
  • 32 Serbske Nowiny 6.07.2007
  • 33 Serbske Nowiny 21.11.2007 et édition allemande de décembre 2007
  • 34 Serbske Nowiny éd. Allemande d’avril et Nowy Casnik 1er.04.2008
  • 35 Serbske Nowiny 30.05.2008 et 6.06.2008, Nowy Casnik 4.06.2008
  • 36 Nowy Casnik 17.03.2009 et Serbske Nowiny 10.07.2009

39Dans les années 2000, les divers gouvernements allemands appliquent des politiques d’austérité et réduisent drastiquement les dépenses publiques. On insinue en haut lieu que les Sorabes coûtent cher et qu’ils devraient éviter les gaspillages28. Des économies dans tous les domaines, voilà le maître-mot. Et l’on commence à exercer sur eux des pressions pour les amener à réduire leurs programmes et à licencier du personnel ; la Fédération diminue sa dotation, ce qui entraîne automatiquement une diminution de la subvention des Länder, on gèle 500.000 € sur la dotation jusqu’à ce que les Sorabes prouvent qu’ils peuvent faire des économies. La Fondation doit voir sa dotation amputée de 409.000 € en 2004 et ne peut plus payer que 360 employés sur 39529. En 2005, la Fédération réduit encore sa dotation de plus de 650.000 € et le Chancelier fédéral estime qu’on devrait pouvoir encore économiser 700.000 € sur les sommes allouées aux Sorabes30 En 2006, un nouveau règlement comptable veut empêcher la Fondation de verser des subventions aux jardins d’enfants sorabes, ce qui risque de mettre fin à l’expérience Witaj31. En 2007, on apprend que la dotation globale pour 2008 sera inférieure de 1,2 million à celle de 200732. Fin 2007, la dotation est tombée à 15 millions €, dont 2 millions sont gelés et le Parlement fédéral conseille à la Fondation sorabe de demander le complément à Vattenfall33… La coupe est pleine, les Sorabes se sont contentés jusqu’à présent de protester et d’exhiber des banderoles pour accueillir le Chancelier Schröder ou le Ministre Naumann, ils commencent à manifester sérieusement à Bautzen, d’abord, où les membres sorabes de la Fondation refusent d’accepter le budget et quittent la salle de délibération34 Ils envoient alors un memorandum aux ambassades de 36 pays d’Europe et décident d’organiser à Berlin une conférence destinée à la presse, puis une manifestation avec défilé et discours fin mai 2008 à Unter den Linden35. Le coup a porté : après des tergiversations, au début de 2009, le Parlement fédéral décide de rétablir la dotation à son montant habituel et les Länder concluent un accord pour rétablir leur contribution en juillet de la même année36.

  • 37 Serbske Nowiny 10.07.2009 et Nowy Casnik 14.07.2009
  • 38 Nowy Casnik 3.11.2009, 24.11.2009, 1er.12.2009, 29.12.2009 et Serbske Nowiny 27.11.2009
  • 39 Serbske Nowiny 1er.07.2011
  • 40 Serbske Nowiny 25.11.2011

40Mais les autorités n’ont pas renoncé à obtenir de la Fondation pour le peuple sorabe qu’elle fasse des économies et recommande une évaluation auprès du Professeur Vogt, de l’université de Görlitz37. Celui-ci rédige alors pour la modeste somme de 180.000 € facturée à la Fondation un épais rapport de 1400 pages contenant quelques suggestions utiles et quelques recommandations farfelues, conseillant par exemple de fusionner le haut et le bas-sorabe en se rapprochant du tchèque pour faire des économies sur l’édition. Ce rapport se heurte chez les Sorabes à une vive hostilité38. Tout au long des années 2010 et 2011, la pression des autorités va reprendre en s’appuyant sur le rapport Vogt pour pousser la Fondation à fusionner les institutions sorabes (Théâtre germano-sorabe, Maison d’édition, Centre Witaj) dans le cadre d’une « Maison de la langue sorabe », et à transformer la Domowina en institution de droit public, propositions qui sont généralement repoussées. Notons que les frais de restructuration, indemnités de licenciement comprises, s’élèveraient à 2.260.000 €…Il faudra donc encore resserrer les boulons, c’est-à-dire diminuer les subventions à toutes les institutions sorabes. Et la pression s’intensifie : on planifie une réduction de crédits de 500.000 € pour l’Institut sorabe39. Mais devant une protestation qui s’amplifie de nouveau fin 2011, la Fondation reconduit pour 2012 le budget précédent en remettant les décisions à 201340. Mais la décision sera maintenue pour 2014.

  • 41 Serbske Nowiny 10.12.2010 et Nowy Casnik 28.03.2012

41Le rapport Vogt aura eu au moins un mérite : celui de réactiver chez les Sorabes la réflexion au sujet de leur représentativité face à l’appareil politique et administratif allemand, c’est-à-dire de repenser la question sorabe. Cette réflexion s’articule autour de deux axes : les rôles respectifs de la Fondation pour le peuple sorabe et de la Domowina, ainsi que la légitimité de la représentation sorabe. Le premier aspect concerne les conclusions qu’on peut tirer d’une expérience vieille de 20 ans : Fondation et Domowina se marchent sur les pieds, même sans le vouloir, car leurs prérogatives se recoupent partiellement. Disons sans entrer dans les détails que la Fondation apparaît de plus en plus comme dépendant étroitement du pouvoir, prenant d’une certaine manière le relais de la Domowina sous la RDA, non pour des raisons politiques, mais pour des raisons financières. Et la Domowina, par le canal de ses sections, recueille et exprime l’opinion de la population, dont elle est le porte-parole. La Fondation transmet des orientations dictées par la politique budgétaire de l’État fédéral et la Domowina transmet la contestation. Certains envisagent donc de plus en plus de doter la Domowina d’un statut d’institution de droit public, qui lui laisserait les mains libres pour organiser les choses, la Fondation se réduisant à un organisme de gestion et se contentant de recevoir les subventions sans décider de leur répartition, ni en concevoir leur utilisation en fonction de projets élaborés par elle41.

  • 42 Nowy Casnik 19.04.2011
  • 43 Serbske Nowiny 25.04.2012. Le Président de la Domowina avait déjà exprimé des réserves à ce sujet l (...)
  • 44 Serbske Nowiny 27.01.2012, 18.05.2012 et déjà Nowy Casnik 20.11.2011 : projet de mise sur pied d’un (...)

42Le second aspect est un problème de légitimité. Même devenue institution de droit public, la Domowina resterait le reflet des associations qui la composent et ne constituerait pas encore un interlocuteur valable sur le terrain politique. Certains militent donc pour la création d’un sejmik, un parlement sorabe élu par la population, donnant aux Sorabes face au pouvoir une légitimité démocratique42 On aura noté le diminutif sejm/sejmik utilisé par les défenseurs de cette formule, qui, en dépit d’un engagement enthousiaste, ne se font peut-être pas trop d’illusions sur le réalisme d’une telle solution apportée à la question sorabe. Dans un courrier au quotidien sorabe du 25 mai 2012, l’écrivain Jurij KOCH relève avec humour toutes les difficultés que présenterait la mise en œuvre de cette solution43. Cela recoupe entre autres le problème de l’établissement de l’identité sorabe et de sa vérification exclue par les textes officiels. L’idée fait quand même son chemin avec l’appui de certains hommes politiques et une conférence a été organisée avec la Fondation Heinrich-Böll le 17 mai 201244.

43Indépendamment de ces discussions, la Fondation pour le peuple sorabe et les Conseils sorabes auprès des parlements régionaux ont deux demandes récurrentes :

  • que la dotation ait une rallonge pour tenir compte de l’évolution du taux d’inflation

    • 45 Nowy Casnik 29.01.2014

    que l’on accepte à la Diète de Saxe une révision de la Loi sorabe de 1999, comme ce qui a été fait dans le Brandebourg45.

  • 46 Serbske Nowiny 27.04.2012

44Sur le plan fédéral, le Conseil des minorités d’Allemagne a souhaité en avril 2012 que la Fédération réclame le droit d’intervenir dans les questions scolaires des minorités et que soit créé un droit de recours auprès d’elle pour ces minorités dans ce domaine46.

  • 47 Serbske Nowiny 27.05.2011
  • 48 Serbske Nowiny 18.05.2012
  • 49 Nowy Casnik 11.04.2012
  • 50 Serbske Nowiny 25.05.2012
  • 51 Serbske Nowiny, éd. allemande avril 2012

45Il convient enfin de signaler le soutien que trouvent les Sorabes à l’étranger de divers côtés. Auprès du Bureau pour les Langues Minoritaires de Bruxelles, nous l’avons vu. Auprès du Conseil de l’Europe, qui a recommandé en 2011 à l’Allemagne un effort soutenu en faveur du sorabe (et du frison) en matière d’émission de radio et de télévision47. Auprès de l’Union Fédéraliste des Communautés Ethniques Européennes, dont le 57e congrès, réunissant 150 représentants de 30 minorités, a eu lieu en mai 2012 à Moscou, et qui a élu une fois encore un Sorabe à la vice-présidence, Hauke Bartels de l’Institut sorabe de Cottbus48. Et auprès des pays slaves, avec lesquels les Sorabes ont toujours eu des relations privilégiées dans le passé. Il s’agit là d’une aide sous toutes les formes : culturelle, diplomatique, humaine, matérielle, financière. Les exemples sont si nombreux que nous ne citerons que quelques cas parmi les plus récents. Les Polonais organisent à Zielona Góra pour le 100e anniversaire de la Domowina une exposition et un cycle de conférences avec invitations aux historiens sorabes49. Les Tchèques reçoivent en juillet une délégation sorabe qui participe au XVe slet Sokol et les Sorabes donnent l’oratorio Nalěćo (Le Printemps) au Palais Valdštejn à Prague50. L’ambassadeur de Russie a promis d’intervenir pour faire inclure les Sorabes dans l’année Russie-Allemagne 2012-2013 et a financé une exposition sorabe en Russie51. Les écrivains sorabes se rendent au festival de poésie de Smederevo en Serbie, et les écrivains serbes sont invités en Lusace. Et les Sorabes organisent chaque année des camps de vacances pour jeunes de Pologne, de République Tchèque, d’Ukraine, de Biélorussie, de Bosnie, de Croatie. Sans parler des rencontres de travail avec les édiles tchèques et polonais des villes frontières dans le cadre de la coopération dans les eurorégions.

  • 52 Jakub BART-ĆIŠINSKI “Moje serbske wuznaće” (Mon credo de Sorabe) in : Serbske zynki (Accents sorabe (...)

46Même si le poète a défini la Lusace au siècle dernier comme une île au sein de la mer allemande52, il serait erroné de croire que les Sorabes vivent au 21e siècle dans l’isolement.

Les mentalités

47On ne saurait en terminer avec la question sorabe sans évoquer les mentalités. Il n’est pas question bien sûr d’expliquer l’histoire par les mentalités et de sombrer dans le psychologisme. Mais il est indéniable que les mentalités collectives peuvent influer sur les solutions politiques apportées à tel ou tel problème. C’est donc un élément à prendre en compte. De ce point de vue, on a deux images qu’il faut voir de plus près, car il y a ce qu’on écrit et il y a ce qu’on dit.

48Et d’abord, les Allemands : comment voient-ils les Sorabes ?

  • 53 Serbske Nowiny 13.04.2012
  • 54 Serbske Nowiny Předźenak 17/02/2012 p.3, 22.02.2012 p.3, Nowy Casnik 02.05.2012 p.2

49L’écrit, c’est dans la presse et l’édition qu’il faut le chercher, et l’on perçoit là de la curiosité, de l’intérêt et de la sympathie. Ainsi dans un article élogieux de la Lausitzer Rundschau rendant compte d’un spectacle de l’Ensemble National Sorabe. Ainsi dans un article illustré très favorable de Sebastian Krüger consacré aux Cavalcades de Pâques par Super-Illu53. Un humour bienveillant peut se faire jour comme dans le livre de Jürgen Bachmann Zwei Wenden im Paradies. Satiren aus dem Sorbenland / Deux Wendes au paradis. Satires du pays des Sorabes54.

50Mais des études historiques peuvent banaliser le rôle destructeur de certains chefs de guerre du passé ; ainsi Tausend Jahre Kirche in Berlin-Brandenburg / Mille ans d’Église à Berlin et dans le Brandebourg, Wichern Verlag publié en 1999, présentant simplement le margrave Gero comme « supportant le fardeau principal de la réalisation de la politique slave des ottoniens. » On peut même trouver des relents d’une époque ancienne, comme la réédition d’un livre de Friedrich Wienecke datant de 1900 Die Provinz Brandenburg in Wort und Bild, Weltbild Verlag, Augsburg 1999, où l’on lit

  • 55 cité in Nowy Casnik 25.01.2012 p. 4
  • 56 SBZ von 1945 bis 1954. Die sowjetische Besatzungszone Deutschlands in den Jahren 1945 bis 1954 / ei (...)

51« Les glorieux princes de la maison ascanienne ont arraché notre Marche du Brandebourg aux Slaves et au paganisme et en ont fait un état germanique et chrétien. Ils se sont acquittés de cette tâche d’une façon plus pacifique que guerrière {…] Ils ont eu souci de ne pas gêner le travail pacifique des Wendes vaincus, mais de les éduquer pour en faire des sujets travailleurs et utiles. Ce n’est pas du pays, mais des meilleures terres qu’ils furent chassés, car les Wendes étaient, comme nous le racontent les historiens de l’époque, indolents, paresseux et incapables de cultiver la lourde terre, la tourbière et le marais. »55. On a quelquefois l’impression que les choses n’ont pas changé dans certains milieux depuis les années 50. Le Ministère fédéral pour les questions panallemandes publiait à l’époque une chronologie consacrée à la zone soviétique de 1945 à 1954 où figure la déclaration de Grotewohl selon laquelle « les Sorabes ont été libérés en 1945 d’une oppression séculaire », suivie entre parenthèses du commentaire des auteurs : « Mais en réalité la langue sorabe(wende) n’a jamais été opprimée ni persécutée… », affirmation bien sûr contraire à la réalité historique56. Les inscriptions sorabes des panneaux de localité sont toujours maculées de peinture noire par des inconnus, et en pays catholique les croix portant des inscriptions sorabes sont renversées, sans que la police trouve les auteurs de ces dépradations.

  • 57 Serbske Nowiny 23.03.2012 p. 3 notice nécrologique d’un ancien président de la SPD de Saxe, Karl-He (...)
  • 58 Nowy Casnik 13.09.2011 p. 2

52Le déni de l’oppression et des interdictions dont ont été victimes les Sorabes dans le passé de la part des pouvoirs allemands reste chose courante, et leur prise en compte dans la vie de la communauté nationale allemande est bien souvent minimisée, voire ignorée. C’est ainsi qu’en Saxe la station radio mdr a été créée sans que les Sorabes soient mis au courant ni qu’une place leur ait été réservée au Conseil de la station57 et que dans le Brandebourg le Ministre de la Culture a longtemps refusé de revenir sur les suppressions de classes de sorabe en prétendant ne pas disposer des statistiques qui permettraient de corriger la situation58. Je me souviens encore de cette remarque d’un professeur allemand bien connu établi en France : « Die Wenden ? Gibt es noch ? » /Les Wendes, ça existe encore ? Il est courant de dire que les Sorabes, c’est tout ce qui reste de la RDA et de feindre de croire qu’ils parlent le tchèque ou le polonais…

53De leur côté, les Sorabes sont pleinement conscients de ce qu’ils doivent à la culture allemande, à l’intérieur de laquelle ils vivent depuis la Renaissance. L’accès à la culture classique et à la littérature mondiale leur est venu à travers l’allemand. Dans une conférence tenue à un symposium du PEN-Club en Slovénie, celui qui reste l’écrivain sorabe le plus important du 20e et du début du 21e siècle, Jurij Brězan, déclare en évoquant ses années de lycée :

  • 59 Kulturna identita małych narodow a literatura/ L’identité culturelle des petits peuples et la litté (...)

54« Ma, notre langue était slave, et l’autre, la grande, allemande — et de cette manière n’étaient pas seulement allemands pour moi Goethe et Schiller, Heine et Thomas Mann, mais aussi Shakespeare et Cervantès, Molière et Barbusse, Tolstoï et Dostoïevski ; ce poids énorme de la culture allemande était tout puissant… »59

55Et il confie dans un article de 1965 :

  • 60 Sonderbare Zusammengehörigkeit in : Ansichten und Einsichten (Vues et points de vues) Verlag Neues (...)

56« Lorsque je me mis à écrire, j’écrivis en allemand. Des deux langues possibles pour l’écriture, je ne choisis pas celle que je parlais, mais celle que je lisais, non pas celle dans laquelle vivaient mes rêves et mes peurs, mon chant populaire, mon « père et mère », mes premières amours, mais je choisis celle dont j’avais appris la grammaire et la stylistique et dont j’avais acquis par la lecture un vaste vocabulaire. »60

57Il rappelle à un journaliste de la Sächsische Zeitung venu l’interwiever en 1991 qu’il avait écrit dans son autobiographie Mein Stück Zeit / Ma part de vie :

  • 61 Rozmyslenja-Domyslenja Alte Erwartungen und neue Enttäuschungen/Anciennes attentes et nouvelles déc (...)

58« Je me savais plus que lié à l’Allemagne, soudé, tressé avec elle, sans possibilité de me dégager à moins de tailler dans le vif de moi-même ». Et à un autre endroit : « je m’imaginais que les Allemands dans leur grandeur apprendraient à vivre avec nous, les petits, d’égal à égal : quelle image nouvelle de l’Allemagne le monde découvrirait-il alors ! »61

59Le titre du texte publié nous menait déjà sur une autre piste : « Anciennes attentes et nouvelles déceptions … » dans une lettre du 3 février 1990, Brězan exprime ses craintes devant la réunification qui s’annonce :

  • 62 Zapisane, reflektowane, rěčane, napisane (noté, réfléchi, dit, écrit) in :Zwróćene dny (Jours de fo (...)

60« Les Allemands ne sont pas — dans leur ensemble bien sûr — des Européens, ils ne sont et ne veulent être rien d’autre que des ALLEMANDS, écrit comme cela et, nous le verrons, hurlé de plus en plus fort dans les oreilles des Européens. »62

61L’écrivain exprime bien en 2000 le sentiment général de la population sorabe au sujet des restrictions budgétaires frappant de plein fouet l’Ensemble national Sorabe et les écoles sorabes :

  • 63 Serbske Nowiny/ Předźenak 10.03.2000 p. 2

62« Dans les deux cas il s’agit de deux piliers capitaux pour nous et on a l’impression qu’on utilise les règles de la démocratie pour amener les Sorabes à s’amputer eux-mêmes, les autorités se gardant ainsi les mains propres. »63

  • 64 Serbske Nowiny / Předźenak 17.02.2012 p. 3

63Un article publié en février 2012 dans le quotidien haut-sorabe par le conservateur du Musée bas-sorabe va d’ailleurs dans le même sens64.

64Échaudés par l’Histoire, les Sorabes sont prudents ; comme tous les minoritaires, ils ont l’habitude des remarques ironiques ou fielleuses, auxquelles ils réagissent généralement par le silence. Lorsqu’ils parlent leur langue entre eux dans un lieu public et qu’on leur reproche de ne pas parler l’allemand, dans la plupart des cas, ils sortent en silence, encore aujourd’hui. Ils sont néanmoins tolérants et les mariages mixtes sont nombreux, surtout chez les gens qui ont fait des études. Ce n’est pas le bilinguisme qui s’est imposé néanmoins, mais la diglossie : les Allemands ne parlent qu’allemand, sauf exception, les Sorabes parlent le sorabe entre eux et l’allemand avec les Allemands. Même dans des familles sorabophones, on voit les enfants passer à l’allemand sous l’influence de l’école, la radio, la télévision, le travail — nombreux sont ceux qui doivent rechercher l’emploi hors de Lusace — et le climat ambiant. C’est là leur talon d’Achille : s’ils ne s’accrochent pas à leur langue et à leur culture en dépit de tout, on ne parlera plus de question sorabe au 22e siècle.

Conclusion

65Mais il ne faut pas trop noircir l’image : Luther voyait déjà la langue disparaître en 1540… Les Sorabes ont quand même des atouts :

  • d’abord ils jouissent d’un statut qui, en dépit d’une application incomplète, est quelque chose que bien des minorités d’Europe peuvent leur envier, car ils sont financièrement soutenus par un État, la République Fédérale d’Allemagne

  • ils sont représentés au Parlement fédéral par une députée CDU Marja Michałkowa (CDU), à la Diète de Saxe par 3 députés : Heiko Kozel (Die Linke), Alojs Mikławšk (CDU), Marko Šiman (CDU), et par deux Conseils parlementaires consultatifs auprès des 2 Diètes

  • ils sont acceptés politiquement, puisque le Ministre-Président de la Saxe est depuis 2008 un Sorabe, Stanisław Tillich

  • dans leur ensemble, les élites allemandes leur sont favorables : les écrivains, les artistes et de nombreux députés interviennent en leur faveur ponctuellement. Les partis Die Linke, Die Grünen, le SPD leur sont acquis, la CDU aussi, mais avec des nuances, ce qui est paradoxal, car la majorité des Sorabes votent Chrétien-démocrate depuis 100 ans. Ce sont surtout des ruraux, qui, là comme ailleurs, se méfient des partageux…

  • ils ont entamé une revitalisation de la langue grâce à l’expérience de l’immersion et le Centre Witaj

  • ils ont une grande production littéraire en sorabe et en allemand, ce qui leur donne un pied dans les littératures slaves et un pied dans la littérature allemande.

66Ils se trouvent aujourd’hui à la croisée des chemins et vont devoir choisir d’importantes modifications dans leur statut en aménageant la question sorabe, espérons-le à leur avantage. Mais il faudra pour cela qu’ils comptent sur leurs atouts, car il faut jouer ses cartes pour gagner la partie — et il faudra aussi que le partenaire joue de son côté à la loyale.

67Je citerai en conclusion le journaliste allemand Klemens LUDWIG dans un ouvrage publié en 1993 chez Rohwolt :

  • 65 LUDWIG, Klemens, Von politischer Moral in : Europa zerfällt (l’Europe s’effrite) Rohwolt rororo, Ha (...)

68« Au contraire de nombreuses autres minorités nationales en Europe, les Sorabes en raison de leur petit nombre ne représentent aucune force politique dont politiciens et technocrates doivent tenir compte pour constituer la nouvelle Europe. Ne pas passer par-dessus un peuple comme celui-là est plutôt une question de morale politique. »65

Haut de page

Bibliographie

ELLE, Ludwig, „Die Sorben—(Selbst-)Verwaltung einer nationalen Minderheit“(Les Sorabes— (auto-)gestion d’une minorité nationale) p. 39-52, débat p. 53-62 in : Der Staat, Beiheft 19, Duncker & Humblot, Berlin 2010

ELLE, Ludwig, (2003), “Der Minderheitenschutz in Deutschland im 20. Jahrhundert” (La protection des minorités en Allemagne au 20e siècle) in: Zwischen Zwang und Beistand (Entre assistance et contrainte) direction Edmund PECH & Dietrich SCHOLZE, Bautzen, Schriften des Sorbischen Instituts, Band 37 p. 130-148.

GROß, Jurij, Nach 20 Jahren nachgefragt (Les questions qui se posent au bout de 20 ans) Lausitzer Druck- und Verlagshaus, Bautzen, 2009

KASPER, Martin, “Sorbische Bestrebungen 189/90 um die Sicherung nationaler Rechte” (Les efforts des Sorabes en 1989/90 pour assurer des droits à leur nation) in: Zwischen Zwang und Beistand (Entre assistance et contrainte) direction Edmund PECH & Dietrich SCHOLZE, Bautzen, Schriften des Sorbischen Instituts, Band 37 p.224-240

KUDELA, Jean, Revue des Études Slaves, direction du n° 85/2, numéro thématique Les Sorabes aujourd’hui, Paris, novembre 2014

KUDELA, Jean, „Le cas sorabe, les rapports étroits entre sorabophonie et politique linguistique“p. 113-124 in : Politiques linguistiques, apprentissage des langues et francophonie en Europe centrale et orientale, direction Thomas SZENDE, Éditions des archives contemporaines, Paris 2009

MARTI, Roland, “Dans la gueule du loup”, Slavica occitania, 20, p. 93-112, Université Toulouse-Le Mirail, Toulouse, 2005

MARTI Roland, “Cheval de Troie ou île menacée ? Les Sorabes en Allemagne” in : Le tien e(s)t le mien. Echanges culturels et linguistiques entre les mondes slave et germanique, p. 99-117, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2012.

PASTOR, Thomas, Die rechtliche Stellung der Sorben in Deutschland (La situation juridique des Sorabes en Allemagne), Schriften des Sorbischen Instituts, Band 15, Bautzen, 1997

WALDE, Martin Wie man seine Sprache hassen lernt (Comment on apprend à détester sa langue) Domowina-Verlag, Bautzen, 2e éd. 2012

YÈCHE, Hélène „Les Sorabes : une minorité invisible ?“in : Belgeo 2013 http://belgeo.revues.org/

Haut de page

Notes

1 Wo serbskich prašenjach. Přispomnjenka k serbskemu programej (De la question sorabe. Remarques à propos du programme sorabe), Praha, Nákladem Českolužického spolku « Adolf Černý » w Praze (édité par l’Association tchéco-lusatienne « Adolf Černý » Prague, 1922

2 Traité de réunification, Bulletin n° 104 du 6 septembre 1990 p. 890

3 PASTOR, Thomas Die rechtliche Stellung der Sorben in Deutschland (La situation juridique des Sorabes) Domowina-Verlag, Spisy 15, Bautzen, 1997 p. 84

4 Za łožba za serbski lud / Stiftung für das sorbische Volk,1994, pp. 6-7

5 Domowina :“patrie, sol natal“. Fondée en 1912, cette Fédération des associations sorabes verra ses statuts repensés et reformulés en 1993.

6 Domowina-Information 2005, Rechtvorschriften zum Schutz und zur Förderung des sorbischen Volkes /Prawniske předpisy ke škitej a spěchowanju serbskeho ludu / Pšawniske pśedpise ku šćitoju a spichowanju serbskego luda (Dispositions juridiques relatives à la protection et la promotion du peuple sorabe) pp. 11-15

7 Sächsisches Gesetz- und Verordnungsblatt Nr. 20/1992, S. 243 ff. cité in Domowina-Information 2005 p. 3

8 Sächsisches Gesetz- und Verordnungsblatt Nr. 7/1999, S. 173 ff., cité in Domowina-Information 2005 p. 32 -46.

9 Gesetz- und Verordnungsblatt für das Land Brandenburg, Teil I-Gesetze, S. 298 ff. cité in Domowina-Information 2005 p. 8

10 Gesetz zur Ausgestaltung der Rechte der Sorben(Wenden) im Land Brandenburg (Sorben/Wenden-Gesetz-SWG) vom 07.Juli 1994, cité in Domowina-Information 2005 p. 82 sqq.

11 Serbske Nowiny, éd. allemande août 2014

12 Schulgesetz für den Freistaat Sachsen in der seit 1. August 2004 geltenden Fassung (Paragraphen 2,4a,41 und 63) cité in Domowina-Information 2005 pp. 60-64

13 Verordnungen des Sächsischen Staatsministeriums für Kultus…/27 juin 1991, 2 octobre 1991, 3 mai 1993, 20 janvier 1994, 27 février 1995, 24 janvier 1997, 14 janvier 1999, 27 mai 1999, 13 mars 2000, 12 décembre 2000, 9 janvier 2001, 27 novembre 2001, 31 mai 2002, 3 juin 2002, 3 février 2003, 1er avril 2003, 3 août 2004, 5 novembre 2004, citées in Domowina-Information 2005 pp. 65-80

14 Gesetz über die Schulen im Land Brandenburg vom 12. April 1996 in der Fassung des Zweiten Gesetzes zur Änderung des Brandenburgischen Schulgesetzes vom 1. Juni 2001 cité in Domowina-Information 2005 pp. 101-102 et : Verordnungen… ibidem pp. 102-108

15 La Domowina comptait encore 15.000 membres avant la chute du Mur et était tombée à 4000 juste après ; elle en est aujourd’hui à 7.500 membres / Naša Domowina čisło 1 / 2012 p.3

16 Wustawki Domowiny (Statuts de la Domowina) in Serbske Nowiny-dokumenty 6 /11/1992, p. 1

17 Offener Brief der sorbischen Volksversammlung vom 30.11.1989 an die politischen Kräfte der DDR (Lettre ouverte de l’Assemblée populaire sorabe du 30.11.1989 aux forces politiques de RDA) Nowa Doba du 2.12.1989

18 Vorschläge der sorbischen Linken für die territoriale Einheit der Lausitz (Propositions des la Gauche sorabe pour une unité territoriale de la Lusace) Nowa Doba 17.2.1990 cité in : Die Lausitzer Sorben in der Wende 1989/1990 Měrćin KASPER Spisy 28 Domowina-Verlag p. 245

19 « La création en partie revendiquée d’un Land particulier de “Lusace” ne rencontre pas l’approbation, car une telle décision mènerait à l’éparpillement et à la mise sur pied d’un Land à la structure fragile ». Lettre du Ministerrat der Deutschen Demokratischen Republik en date du 19.07.1990 en réponse au courrier du président des Amis de la Lusace de Paris appuyant la revendication sorabe

20 Verwaltungsvorschrift der sächsischen Staatskanzlei zur Änderung der VwV Beflaggung vom 3. September 2004 (décret administratif de la Chancellerie de Saxe relatif à la modification du décret concernant le pavoisement 3.09.2004) cité In Domowina-Information 2005 p. 81

21 Serbske Nowiny 13.01.2012 et édition allemande de février 2012 p. 2 “Unnötige Änderung”/ Une modification qui n’est pas nécessaire

22 Memorandum des sorbischen Volkes zu den Volksgruppenrechten in einem erneuerten deutschen Grundgesetz (Memorandum du peuple sorabe sur la question des droits des groupes ethniques dans une Loi fondamentale mise à jour) document séparé, Nowa Doba du 4 août 1990 et cité avec annexe in : Měrćin KASPER Die Lausitzer Sorben in der Wende 1989-1990 pp. 328-332

23 Contact bulletin de l’EBLUL volume 11, n° 3 hiver 1994/95 p .2

24 Serbske Nowiny édition allemande février 2008

25 Serbske Nowiny 6.02.2015

26 Application of the Charter in Germany. A report of the Committee of experts on the Charter. B Recommendation of the Committee of Ministers of the Council of Europe on the application of the Charter by Germany. Cité par Ludwig ELA “Europska charta mjeńšinowych abo regionalnych rēčow a rěčna politika w Serbach” in Rozhlad 2006/1 pp. 2-3

27 Serbske Nowiny du 4.05.2012, Nowy Casnik du 9.05.2012 et déjà, éd. allemande de Serbske Nowiny novembre 2011. Dans le Nowy Casnik du 22.11.2011, le directeur du Centre Witaj, Měto Nowak, dresse la liste de toutes les difficultés rencontrées par l’enseignement du sorabe dans les écoles B

28 Nowy Casnik 7.02.2004 : le Bundesverwaltungsamt, l’équivalent de notre Cour des Comptes, déclare dans son rapport que les institutions sorabes gaspillent de l’argent et pourraient économiser 500.000 € en fermant par exemple le Musée sorabe et le Centre de documentation Lodka de Cottbus.

29 Nowy Casnik des 10, 16, 17.04.2004

30 Nowy Casnik 20.11.2005

31 Serbske Nowiny 1er.12.2006

32 Serbske Nowiny 6.07.2007

33 Serbske Nowiny 21.11.2007 et édition allemande de décembre 2007

34 Serbske Nowiny éd. Allemande d’avril et Nowy Casnik 1er.04.2008

35 Serbske Nowiny 30.05.2008 et 6.06.2008, Nowy Casnik 4.06.2008

36 Nowy Casnik 17.03.2009 et Serbske Nowiny 10.07.2009

37 Serbske Nowiny 10.07.2009 et Nowy Casnik 14.07.2009

38 Nowy Casnik 3.11.2009, 24.11.2009, 1er.12.2009, 29.12.2009 et Serbske Nowiny 27.11.2009

39 Serbske Nowiny 1er.07.2011

40 Serbske Nowiny 25.11.2011

41 Serbske Nowiny 10.12.2010 et Nowy Casnik 28.03.2012

42 Nowy Casnik 19.04.2011

43 Serbske Nowiny 25.04.2012. Le Président de la Domowina avait déjà exprimé des réserves à ce sujet l’année précédente (éd. Allemande du quotidien pour août 2011) au même moment que l’écrivain, et réitéré ces réserves lors de l’A.G. de la župa, la section de Basse-Lusace / Nowy Casnik 8.02.2012

44 Serbske Nowiny 27.01.2012, 18.05.2012 et déjà Nowy Casnik 20.11.2011 : projet de mise sur pied d’un “serbski sejmik” par une assemblée le 27.09 2011 à Schwarzkollm / Čorny Chołmc en Haute-Lusace et 1er.02.2012

Nowy Casnik 15.02.2012 et 25.04.2012

45 Nowy Casnik 29.01.2014

46 Serbske Nowiny 27.04.2012

47 Serbske Nowiny 27.05.2011

48 Serbske Nowiny 18.05.2012

49 Nowy Casnik 11.04.2012

50 Serbske Nowiny 25.05.2012

51 Serbske Nowiny, éd. allemande avril 2012

52 Jakub BART-ĆIŠINSKI “Moje serbske wuznaće” (Mon credo de Sorabe) in : Serbske zynki (Accents sorabes), Zhromadźene spisy (oeuvres complètes) Budyšin,1969, vol. III, p. 70, trad.française in : Patrimoine littéraire européen dir. Jean-Claude POLET, De Boeck Université, Bruxelles, vol. 12, p. 313

53 Serbske Nowiny 13.04.2012

54 Serbske Nowiny Předźenak 17/02/2012 p.3, 22.02.2012 p.3, Nowy Casnik 02.05.2012 p.2

55 cité in Nowy Casnik 25.01.2012 p. 4

56 SBZ von 1945 bis 1954. Die sowjetische Besatzungszone Deutschlands in den Jahren 1945 bis 1954 / eine chronologische Übersicht (La zone d’occupation soviétique d’Allemagne de 1945 à 1954/aperçu chronologique) Bundesministerium für gesamttdeutsche Fragen, Bonn 1956, p. 184

57 Serbske Nowiny 23.03.2012 p. 3 notice nécrologique d’un ancien président de la SPD de Saxe, Karl-Heinz Kunckel qui, lui, n’aurait pas eu cette attitude s’il avait occupé la fonction.

58 Nowy Casnik 13.09.2011 p. 2

59 Kulturna identita małych narodow a literatura/ L’identité culturelle des petits peuples et la littérature, conférence lors du symposium international de 1986 du PEN-Club en Slovénie in : Rozmyslenja-Domyslenja (Pensées et réflexions) Ludowe nakładnistwo Domowina, Budyšin, 1988 p. 294

60 Sonderbare Zusammengehörigkeit in : Ansichten und Einsichten (Vues et points de vues) Verlag Neues Leben, Berlin,1976, p. 35

61 Rozmyslenja-Domyslenja Alte Erwartungen und neue Enttäuschungen/Anciennes attentes et nouvelles déceptions, p. 271

62 Zapisane, reflektowane, rěčane, napisane (noté, réfléchi, dit, écrit) in :Zwróćene dny (Jours de folie) LND Budyšin, 1991 p. 14

63 Serbske Nowiny/ Předźenak 10.03.2000 p. 2

64 Serbske Nowiny / Předźenak 17.02.2012 p. 3

65 LUDWIG, Klemens, Von politischer Moral in : Europa zerfällt (l’Europe s’effrite) Rohwolt rororo, Hamburg, 1993, p. 176.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean KUDELA, « La question sorabe dans l’Allemagne contemporaine », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/2086 ; DOI : 10.4000/mimmoc.2086

Haut de page

Auteur

Jean KUDELA

INALCO chargé de cours Langue, Civilisation & Littérature sorabes 1984-2014
Responsabilités
Président de l’Association des Amis de la Lusace (recréée en 1988)
Membre du comité de rédaction et directeur de la publication de Rencontres Franco-Allemandes
Dernières publications
« Portrait de Karel Čapek » p. 37-43 in : L’affaire Makropoulos/ Janaček Convergences Saison 2013-2014 Opéra National de Paris 2013
Revue des Études Slaves, direction du n° 85/2, numéro thématique Les Sorabes aujourd’hui, Paris, novembre 2014. Dans ce numéro “Une saga sorabe” p. 327-338
“Comment les soldats sorabes ont vu la Première guerre mondiale” dans le cadre du colloque de l‘Université de Strasbourg : 1914-1918 Soldats d’entre deux. Les identités nationales dans les témoignages des combattants des Empires centraux, 19-21 novembre 2014, en cours de publication

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page