Navigation – Plan du site
Minorités et politiques culturelles

Le concept de minorité en Slovénie : le cas des minorités ethniques

Laurent HASSID

Texte intégral

  • 1 Cf les articles de Nicholas WOOD dans le New York Times sur la famille Strojan à Ambrus :
    http://www (...)
  • 2 Chez les Roms, donner un nom d’une autre famille constitue un signe de reconnaissance.

1En novembre 2006, de nombreux habitants du village d’Ambrus situé à une trentaine de kilomètres au sud de Ljubljana se révoltèrent contre une famille rom accusée à tort d’une tentative d’homicide. Ce fait-divers mit la Slovénie sous le feu des projecteurs médiatiques1, dans un Etat où la communauté rom compte environ 10 000 personnes et apparaît comme l’une des trois minorités nationales avec les Italiens (en Istrie) et les Hongrois (dans le Prekmurje). Selon Vera Klopčič, chercheuse à l’Institut des Etudes ethniques à Ljubljana et spécialiste des Roms en Slovénie, cette famille s’appelait en réalité Brajdič, mais avait trouvé le nom plus slovène de Strojan, qui était en réalité le nom du médecin de la famille2. Dans un pays de petite taille (20 000 km2) pour une population de deux millions d’habitants, appartenir à une minorité ethnique peut être un facteur supplémentaire de différenciation, et potentiellement de discrimination.

  • 3 Roger BRUNET, Les mots de la géographie, p.331

2La minorité se rapporte à la fois à l’Etat car elle peut jouir de droits spécifiques, mais aussi à la nation car elle se réfère à des valeurs culturelles spécifiques. Dans les mots de la géographie, Roget Brunet définit le concept de « minorité comme un peuple inclus dans un Etat comportant une nation dominante -avec dans ce cas la difficulté de conserver son identité »3. Les minorités peuvent être de différents ordres : ethnique, religieux, linguistique… Il existe différents types de minorités :

  • celle limitrophe à l’Etat de référence (figure 1) qui est souvent le résultat d’un tracé de frontière qui ne prend pas en compte la limite.

  • celle où un Etat abrite une enclave qui se réfère aux valeurs d’un territoire limitrophe (figure 2a) ou non limitrophe (figure 2b)

  • celle où une minorité se trouve sur plus de deux Etats contigus (figure 3)

  • celle qui n’a pas d’Etat de référence (figure 4)

  • celle abritant une diaspora (figure 5)

  • 4 Le recensement de 2002 est le dernier à avoir posé la question de la déclaration ethnique. D’autres (...)

3En Slovénie, depuis la période yougoslave, certaines populations allogènes ont le statut de minorités ethniques, mais d’autres, notamment celles issues des autres ex-républiques yougoslaves, ne bénéficient pas de droits spécifiques. Ainsi les minorités italienne, hongroise et les Roms, qui ont un statut spécifique reconnu depuis la période yougoslave, ne représentent que 20 000 personnes (soit 1 % de la population totale) tandis que toutes les autres nationalités non slovènes viennent très majoritairement de l’ex-Yougoslavie, soit plus de 350 000 personnes (16 % de la population totale)4.

4Comme dans d’autres Etats d’Europe centrale et orientale, le concept de nationalité diffère de celui de citoyenneté, la première correspond à la déclaration ethnique tandis que la seconde est le lien juridique entre un citoyen et un Etat (notamment par l’obtention de papiers d’identité). Si dans l’ex-Yougoslavie la citoyenneté est essentielle pour vivre et travailler, la déclaration de la nationalité est souvent plus révélatrice pour se définir soi-même et par rapport aux autres. Cette différence entre nationalité/citoyenneté est beaucoup moins nette dans des Etats ayant intégré des populations étrangères (France, Royaume-Uni, Etats-Unis). La Yougoslavie de l’époque de Tito organisée en une Fédération multinationale et multiethnique, a permis à chacun de déterminer son appartenance à la nation et si chaque Yougoslave avait une double citoyenneté (celle de l’Etat et de la république), la déclaration ethnique permettait à chaque individu de se définir par l’appartenance à sa république d’origine.

5Dans le contexte de la désintégration yougoslave, la Slovénie s’est efforcée d’apparaître comme un Etat respectueux des droits des minorités ethniques. Son entrée dans l’Union européenne en 2004 lui a donné une crédibilité accrue bien loin des représentations des problèmes ethniques que l’on se fait sur les territoires issus de l’ex-Yougoslavie. Pourtant, une contradiction apparaît entre certaines minorités reconnues et d’autres – plus nombreuses qui ne le sont pas. Comment la Slovénie a-t-elle pu gérer ces contradictions apparentes depuis son indépendance ? Dans quelle mesure les droits des populations allogènes sont-ils le résultat d’une politique à géométrie variable ?

6Dans un premier temps, nous essaierons de comprendre pourquoi certaines minorités sont reconnues et quels sont leurs droits, et dans un second temps nous aborderons le cas des minorités non reconnues et montrerons qu’elles ont posé les enjeux les plus sensibles depuis 1991.

Les minorités ethniques reconnues

7La présence de deux minorités italienne et hongroise est le résultat de modifications de frontières, au contraire des Roms, implantés depuis plusieurs siècles sur le territoire slovène.

Les deux minorités avec un Etat de référence : les minorités italienne et hongroise

8La Constitution slovène de 1991 reprend les droits octroyés aux deux minorités par la dernière Constitution yougoslave de 1974. L’article 64 précise qu’elles peuvent utiliser leurs symboles nationaux, notamment leurs langues sur des territoires bilingues. Chaque minorité dispose d’office d’un député à l’Assemblée nationale.

  • 5 Voir les données précises de l’Institut national des statistiques (SURS) : http://www.stat.si/popis (...)
  • 6 Voir les cartes de Miran KOMAC, Protection of Ethnic Communities in the Republic of Slovenia, Insti (...)

9La minorité italienne se trouve en Istrie dans les trois communes littorales (Koper, Izola et Piran). D’après le recensement du mois d’avril 20025, on dénombre 3762 Italiens en Slovénie (contre plus de 70 000 en 1947), soit moins de 5 % de la population des trois communes de l’Istrie slovène6 et 0,4 % de la population totale du pays. A présent les tensions entre Italiens et Slovènes ont diminué de part et d’autre de la frontière.

10A la suite de la restitution de la zone B à la Yougoslavie, la frontière entre la Slovénie et l’Italie a pris sa configuration actuelle. A Trieste, par exemple, la communauté slovène est visible : plusieurs édifices ont leurs noms écrits en italien et en slovène et il existe un journal en langue slovène à Trieste (Primorski dnevnik), tout comme il existe dans le quotidien triestin Il Piccolo, une page entière consacrée aux informations du karst et du littoral, c’est-à-dire aux régions frontalières entre la Slovénie et l’Italie et à l’ensemble de la péninsule istrienne.

Un panneau d’indications routières bilingue à Koper (avril 2013).

Photo : Laurent HASSID

11La minorité hongroise est située dans la région du Prekmurje (en slovène au-delà de la Mur, le fleuve qui marque la limite avec la Styrie). En 2002, 7713 Hongrois se sont déclarés de nationalité hongroise. Le territoire où vit la minorité hongroise est morcelé en deux espaces distincts le long de la frontière avec la Hongrie. Les villages slovènes de Kobilje, Stehovci et Bukovnica séparent ces deux parties. La superficie totale de ce territoire est de 195km² soit la taille de deux communes slovènes moyennes. La partie nord abrite huit villages qui s’étirent sur 65 km² tandis que la partie sud compte vingt-deux villages regroupés sur 130 km². La minorité hongroise présente la caractéristique unique en Slovénie d’être majoritaire dans trois communes. La ville principale de la minorité hongroise, Lendava (Lendva en hongrois) se situe dans la partie sud à moins de cinq kilomètres de la frontière hongroise.

12Les droits de la minorité hongroise sont les mêmes que ceux de la minorité italienne mais ils sont plus anciens puisqu’ils ont été garantis par le traité de Versailles de 1920 dans le cadre du traitement de l’ensemble des Hongrois des Etats limitrophes de la nation mère. Par exemple, la ville de Dobrovnik, n’a jamais fait partie de revendications territoriales slovènes mais a été malgré tout incorporée dans le reste de la région. Comme pour le cas italien, une population mixte vit de part et d’autre de la frontière. Telle la minorité slovène de Hongrie dans la région de Szentgottard, près de la jonction entre les trois Etats autrichien, slovène et hongrois. Mais les liens entre les deux parties ont été nettement moins affirmés qu’avec l’Italie, car le Rideau de fer a rendu difficile les relations de part et d’autre de la frontière.

Les Roms : une minorité sans Etat de référence

13Les Roms ont des droits établis par la Constitution (article 65) mais ils sont beaucoup moins respectés. Ils représentent environ 10 000 personnes en Slovénie et vivent principalement dans le Prekmurje et dans le Dolenjska (sud-est de Ljubljana). D’autres sont établis également à Ljubljana et à Maribor. Les Roms représentent la catégorie la plus importante des gens du voyage mais on compte aussi des Manouches et des Tsiganes. Cette distinction montre le caractère assez hétérogène de leur implantation. Sur le plan géographique, il existe deux groupes bien distincts : les Roms du Prekmurje, qui sont répartis sur différents Etats limitrophes comme en Autriche (Burgenland), en Croatie (Medimurje) et en Hongrie ; et les Roms du Dolenjska, partagés avec la Croatie voisine. Parallèlement, les Roms installés à Ljubljana et Maribor sont majoritairement musulmans car ils sont récemment venus du Kosovo ou de la partie albanaise de la Macédoine, au contraire des autres, implantés souvent depuis le XIVe siècle et qui sont catholiques.

14Les populations roms ne sont pas aussi nomades qu’en Europe de l’Ouest, notamment dans le Prekmurje où ils sont mieux acceptés et appartiennent à la vie des villages. Comme dans beaucoup d’autres pays, les Roms font l’objet de représentations très négatives. Du temps de la présence autrichienne, ils ont été souvent arrêtés pour mendicité, ce qui était interdit. Ils ont été complètement exclus du débat public jusque dans les années 1970. La dernière constitution yougoslave leur a donné un statut, qui a été repris dans la constitution slovène de 1991. D’après Vera Klopčič, chercheuse à l’Institut des Etudes ethniques de Ljubljana, si les Roms sont tellement stigmatisés, c’est d’abord à cause de leur mode de vie et non d’une origine ethnique perçue différente. Pour les Slovènes, le travail est une valeur très importante et ils ne comprennent pas ou envient leur mode de vie car ils profitent davantage de leur temps.

  • 7 Entretien avec l’auteur.

15Contrairement à une idée reçue, la problématique de l’intégration des Roms ne repose donc pas sur des enjeux ethniques mais sur la simple idée que des individus qui conduisent leur vie différemment sont suspects au regard de la société, ce qui marque une différence notable avec l’intégration des populations non Slovènes7.

  • 8 A la suite de l’affaire d’Ambrus une loi a été votée pour la représentation politique obligatoire d (...)
  • 9 Entretien avec l’auteur

16Les partis politiques semblent avoir pris la mesure du problème : A la suite de cette affaire, le gouvernement a fait voter en avril 2007 une loi qui améliore le statut des Roms (Roma Community in The Republic of Slovenia Act)8. Le gouvernement doit rendre compte annuellement du respect de la loi (article 4) et un Conseil de la communauté rom est créé (article 9). Depuis 2004, davantage d’enfants roms ont été scolarisés. Mais des dérapages peuvent survenir comme le rappelle Matevž Krivic9, ancien juge à la Cour constitutionnelle où à Novo Mesto, dans l’école de Bršljin, la plus grande de la ville, on a essayé de séparer les enfants roms des autres après que des parents se soient plaints de l’importance du temps et de l’attention que les enseignants doivent porter aux Roms. Le gouvernement a alors tenté de faire des groupes séparés mais alerté de cette discrimination, le commissaire aux droits de l’Homme, Thomas Hammarberg a visité Bršljin.

Les « nouvelles minorités » : les ressortissants des autres républiques yougoslaves en Slovénie : une population hétérogène et inégalitaire

17Les populations issues des autres ex-républiques yougoslaves sont largement majoritaires puisque d’après le recensement de 2002, près de 16 % de la population s’était déclarée d’une origine ethnique qui n’était ni slovène, ni d’une minorité reconnue.

Une immigration récente et soutenue

  • 10 La proclamation de l’indépendance slovène le 25 juin 1991 a engendré l’intervention de l’armée fédé (...)

18Du temps de la Yougoslavie, de nombreux ressortissants des autres ex-républiques yougoslaves ont choisi d’émigrer vers la Slovénie. Pour la majorité d’entre eux, les avantages étaient nombreux : établissement dans le même Etat, proximité linguistique entre le serbo-croate et le slovène, niveau de vie supérieur… Mais leur nombre important, le souvenir encore présent de l’intervention de l’armée fédérale au moment de l’indépendance10 et les flux migratoires liés aux conflits des années 1990 ont contribué à renforcer une méfiance à l’égard des populations allogènes.

19D’après les recensements11, les Croates suivis des Serbes sont d’abord venus y travailler à partir de 1953, puis les Bosniens ont émigré à partir des années 1970 avant que les années 1980 ne voient l’émergence d’un exode des ressortissants du sud de la Yougoslavie avec les Albanais du Kosovo, Monténégrins et Macédoniens.

20Mais l’étude de la déclaration ethnique dans les différents recensements montre des lacunes méthodologiques. Lors des recensements effectués dans la Yougoslavie communiste, une question concernait l’appartenance ethnique. En cas de non réponse à la question, trois autres choix étaient possibles : « refus de répondre », « refus de se déterminer une nationalité spécifique », ou possibilité de se définir de « nationalité yougoslave ».

21La présence d’une question sur la déclaration ethnique en Yougoslavie remonte au premier recensement de la Fédération communiste en 1948, suivi d’un second peu de temps après en 1953. Celui du 15 mars 1948, qui a encore une introduction en français, a été en réalité une enquête abrégée dont le but était d’informer le nouveau pouvoir yougoslave sur l’état de la population au lendemain de la guerre. Une seule question avait trait à la nationalité et c’est la première fois qu’un recensement intégrait le thème de l’appartenance ethnique. Chaque individu peut se déclarer d’une nationalité spécifique dès l’âge de quatorze ans. Pour les plus jeunes, ce sont les parents ou la personne responsable qui la choisit. Dans le cas où l’individu recensé serait absent de chez lui, la réponse peut être donnée par un autre membre de la famille.

Source : SURS

Réalisation : Laurent HASSID

22Les Croates ont représenté jusqu’en 1991, la principale nationalité non slovène. La Croatie a une Histoire liée à celle de l’Autriche, ce qui l’a rapprochée de la Slovénie au contraire de la plupart des autres peuples balkaniques qui n’ont jamais vécu avec les Slovènes avant 1918. Lors du recensement de 2002, ils représentaient respectivement 1,8 % de la population totale, soit 35 642 personnes se déclarant de nationalité croate. Ces chiffres peuvent apparaître faibles mais chacune de ces deux nationalités compte autant de ressortissants qu’une ville comme Celje, la quatrième du pays. La substantielle diminution du nombre de Croates en Slovénie s’explique principalement par la très faible immigration depuis le début des années 1980. Les ressortissants croates n’ont pas été remplacés par une autre génération et il est probable que la tendance de ces dernières années va dans le sens d’une diminution encore plus affirmée.

23Les Croates sont venus plus nombreux en Slovénie du fait de leur proximité géographique. C’est ainsi que jusqu’en 1970, ils apparaissent supérieurs en nombre aux autres nationalités puisqu’au recensement de 1971, ils représentent 2,47 % de la population totale contre 1,2 % pour les Serbes qui arrivent en seconde position.

24L’étude des recensements effectuée tous les dix ans à partir de 1961 montre trois périodes d’émigration :

25Le nombre de Serbes ne s’est accru significativement qu’à partir des années 1970 puisque le recensement de 1981 compte 2,3 % de Serbes contre 1,2 % dix ans plus tôt. Après l’indépendance, le taux de Serbes diminue passant de 2,5 % de la population totale à 2 % en 2002 soit 38 964 individus. La présence des Serbes en Slovénie est différente des autres peuples de la Fédération car une partie du personnel fédéral, souvent de cette nationalité, a vécu du temps de la Yougoslavie dans les différentes républiques : il a été envoyé par les autorités communistes et est resté après l’indépendance car les conditions de vie semblent meilleures en Slovénie et la durée de sa présence peut expliquer les liens étroits avec le pays.

26Pour ce qui est des populations originaires de Bosnie-Herzégovine, plusieurs nationalités sont recensés sous le nom Bosanci (un nom déprécié en Slovénie) : les Serbes et Croates venant de Bosnie-Herzégovine mais aussi les Musulmans (Bosniaques), les divers recensements effectués depuis 1948 ont donné des définitions multiples à la déclaration de leur nationalité. Les Bosniens sont les habitants de Bosnie-Herzégovine : cette nationalité est le terme générique pour désigner tous ceux qui viennent de Bosnie-Herzégovine mais seul le recensement de 2002 incluait cette réponse possible, seulement à partir de 1994. L’Office des statistiques justifie la date par le fait que la Constitution de Bosnie-Herzégovine évoque une nationalité bosnienne et les trois identités ethniques : serbe, croate et bosniaque.

27Les Musulmans (ou les Bosniaques aujourd’hui) sont une nationalité créée par les communistes yougoslaves en 1969 pour briser la montée du nationalisme en Serbie et en Croatie. Les autorités communistes inquiètes de la radicalisation des deux peuples les plus nombreux de la Fédération ont décidé de donner un statut égal aux Musulmans pour créer un troisième pôle politique au sein de la Yougoslavie. Le terme « Musulman » ne se rapporte pas ici à la déclaration religieuse mais à la déclaration ethnique mais se réfère aux seuls Musulmans de Bosnie-Herzégovine et pas à ceux d’autres territoires de l’ex-Yougoslavie.

28Après l’arrivée importante de la population bosnienne en Slovénie, le terme Bosanci s’est développé. Il ne s’agit pas d’une nationalité mais d’une manière – parfois péjorative – d’appeler les ressortissants de Bosnie-Herzégovine. Dans les recensements, les Bosanci apparaissent avec les personnes non déclarées en dessous de ceux qui se disent Yougoslaves. Néanmoins, en dépit de toutes les dénominations possibles, les divers recensements n’ont pas désigné les Bosniaques (Musulmans) de la même manière et il est donc difficile de les compter. Leur nombre semble avoir beaucoup augmenté depuis 1971. Le recensement de 2002 compte 2 % de Bosniaques (Musulmans) contre 0,2 % de Musulmans en 1971.

  • 12 En 1991, 40% des personnes mariées à Sarajevo étaient issues d’unions mixtes.
  • 13 La persistance de plusieurs camps de réfugiés -notamment à Ljubljana- a aussi montré que leurs cond (...)

29Cette offre de réponses aux populations de Bosnie-Herzégovine est contestable car une personne peut à la fois se définir comme bosnienne : musulmane (bosniaque) ou serbe ou croate tout en restant dans la catégorie Bosanac (pluriel :Bosanci). En Slovénie, les populations de Bosnie-Herzégovine font l’objet de représentations contradictoires : d’un côté, elles apparaissent comme le symbole de la bonne intégration – ils sont souvent perçus comme des travailleurs courageux qui s’adaptent facilement à la Slovénie – mais d’un autre côté, ils sont au centre des expressions les plus péjoratives. Cette bonne image peut s’expliquer par le fait que la Bosnie-Herzégovine n’avait pas le poids politique de la Serbie ou de la Croatie au sein de la Fédération yougoslave. Il s’agit d’une république multiethnique, multiculturelle qui, selon de nombreux Slovènes, était le symbole de l’entente entre les différents peuples de la Fédération12. En 1918, la création d’un Etat slave mentionne les Serbes, les Croates et les Slovènes mais pas les Bosniaques (Musulmans). Par ailleurs, ces derniers n’ont pas eu l’occasion de jouir d’une indépendance politique quelconque avant 1992, car la Bosnie-Herzégovine était le nom donné à une région peuplée par trois ethnies qui a obtenu le statut de république lors de la création de la Yougoslave fédérale sous Tito. Les ressortissants bosniens sont également perçus en fonction de leur origine au sein de la Fédération bosnienne : un Serbe de Bosnie-Herzégovine est davantage vu comme un Serbe que comme un Bosnien, de même pour un Croate. Les Musulmans (Bosniaques) représentent une spécificité dans les représentations slovènes car ils apparaissent de la guerre aux yeux de l’opinion publique. Les Slovènes se rappellent que dans les années 1992-1993, ils ont accueilli plus de 70 000 réfugiés de Bosnie-Herzégovine et la majorité d’entre eux était des Bosniaques fuyant les combats13.

  • 14 Le pourcentage d’Albanais a triplé entre 1981 et 2002 avec une augmentation plus marquée après l’in (...)

30Jusqu’à l’indépendance, la Slovénie a accueilli en grande majorité des Croates, des Serbes et des Bosniaques. Or, à partir de 1991, on a assisté à une sensible augmentation d’autres nationalités comme les Albanais du Kosovo, les Macédoniens et les Monténégrins, qui cependant ne représentent qu’une faible part de la population totale, en raison de leur arrivée récente14.

31Les Albanais sont traités comme une nationalité spécifique dans les recensements slovènes, c’est-à-dire qu’il n’est pas possible de déterminer dans quelle mesure ils viennent du Kosovo ou de Macédoine, voire pour des cas isolés, d’Albanie. Les Albanais, qui rappelons-le ne sont pas des Slaves, passent pour être mal intégrés notamment parce qu’ils ont des difficultés linguistiques. Cette représentation contredit quelque peu les conclusions du recensement de 1991, puisque 62 % des Albanais parlent le slovène en famille contre 53 % pour les ressortissants yougoslaves dont la langue maternelle est le serbo-croate. Sur le plan physique, ils se différencient davantage des ressortissants des autres républiques yougoslaves et ce sont ceux qui ont le plus de difficultés économiques. Les Albanais sont aussi perçus comme une nationalité venant en Slovénie pour profiter de meilleures conditions de vie.

32Les Monténégrins (2667 personnes) et les Macédoniens (3972 personnes) représentent espectivement 0,14 % et 0,20 % de la population totale. Leur nombre a augmenté régulièrement entre 1971 et 1991 avant de diminuer après l’indépendance.

L’affaires des effacés ou la question de l’intégration des nouvelles minorités

33L’affaire dite des effacés constitue « la grosse tâche noire » du nouvel Etat slovène en matière des droits de l’Homme. Fort peu connue hors de ses frontières, ignorée pendant des années par les Slovènes eux-mêmes, elle a suscité un déchaînement de représentations négatives parmi certains responsables politiques et certains médias contre les non Slovènes et les anciens communistes (ou considérés comme tels).

34Le 25 juin 1991, jour de l’indépendance, la nouvelle république slovène a promulgué une loi sur la citoyenneté dont l’objectif est de donner un statut à tous ses habitants. Celle-ci prévoit que toute personne vivant en Slovénie, soit le jour du plébiscite pour l’indépendance (le 23 décembre 1990), soit le jour de la déclaration peut prétendre à la citoyenneté slovène. Pour cela, il convient d’en faire la demande dans les six mois, c’est-à-dire jusqu’au 25 décembre 1991. Sur les 220 000 ressortissants issus des autres républiques yougoslaves, 171 000 ont obtenu leur citoyenneté. Vingt mille autres ont quitté la Slovénie ou ont demandé un statut de résident permanent ; il reste donc près de trente mille personnes pour lesquelles aucune solution n’a été prévue par la loi.

  • 15 Le 20 janvier 2009, la ministre de l’Intérieur, Katarina Kresal a reconnu l’effacement de 25 671 pe (...)

35Le 26 février 1992, le ministère de l’Intérieur décide secrètement et illégalement d’effacer les personnes qui, par négligence, ignorance ou parce qu’elles s’opposent à l’indépendance de la Slovénie, n’ont pas régularisé leur situation. Miran Komac, chercheur à l’Institut des Etudes ethniques de Ljubljana, réfute l’argument de l’ignorance, estimant, que le nombre d’annonces dans les médias sur les conditions d’obtention de la citoyenneté était conséquent. Ce n’est qu’en avril 2003, après que la Cour constitutionnelle a rendu son verdict dans deux cas individuels d’effacés, que l’affaire éclate publiquement. La plus haute instance juridique slovène ordonne alors au gouvernement de faire une loi pour redonner un statut à 18 305 personnes15. Depuis 2001, les effacés se sont organisés en une association dont Matevž Krivic, ancien juge à la Cour constitutionnelle de 1990 à 1998, est devenu le représentant. Sous la houlette de Krivic, les effacés décident d’attirer l’opinion publique sur les effets parfois dévastateurs de cet effacement sur leur vie depuis 1992. On sait peu de choses de leur groupe sinon qu’il est hétérogène et composé d’une majorité de ressortissants des autres républiques yougoslaves, notamment des Serbes.

  • 16 Entretien avec l’auteur

36Simultanément les partis de droite, en particulier le plus important, le SDS (Slovenska Demokratska stranka Slovenije) de Janez Janša, ont présenté ces personnes effacées comme des « ennemis de la Slovénie » car on sait qu’une partie d’entre eux sont des anciens officiers de l’armée yougoslave. Ces derniers ont été accusés d’avoir perpétré des massacres dans le reste de la Fédération pendant les années 1990 et seraient revenus en Slovénie où leur famille vivait pour profiter de conditions de vie plus avantageuses. L’exemple le plus connu est celui du général serbe Aksentijević, qui a représenté la communauté serbe au Parlement slovène dans les années qui ont précédé l’indépendance. Effacé en 1992, il demanda à la justice slovène de statuer sur son cas en 1997, car les autorités lui ont interdit de revenir dans sa république de résidence. Elles l’ont placé sur une mystérieuse liste, dite « des 800 », qui regroupe les noms des personnes dont les autorités pensent qu’elles sont dangereuses pour le nouvel Etat. Créée secrètement et illégalement, son existence a été reconnue comme telle en 1997 par le ministre de l’Intérieur, Mirko Bandelj. Mis hors de cause par les tribunaux comme tous les autres officiers présentés à la justice, Aksentijević n’en a pas moins symbolisé l’attaque des Serbes en Slovénie lors du conflit pour l’indépendance. Krivic estime « qu’en utilisant la suspicion et le rejet des non Slovènes, une partie de la classe politique su exalter le sentiment national slovène »16.

  • 17 Beaucoup de spéculations ont été formulées autour de cet acte manqué : manipulation politique ou fa (...)

37Dès la décision de la Cour constitutionnelle d’avril 2003, les partis de droite ont violemment critiqué l’idée de redonner un statut aux personnes effacées. Ils ont également annoncé des coûts exorbitants de réparations en faisant des calculs contestables et avant même que les intéressés ne les formulent. Le gouvernement de l’époque d’Anton Rop (centre-gauche) s’est employé à faire passer une loi mais l’opposition, à l’origine de l’effacement, brandit alors la menace d’un référendum si le Parlement légifère sur cette affaire. La volonté d’organiser un tel scrutin apparaît à ce moment-là comme un acte symbolique car il faut que le Parlement dominé par les partis au pouvoir (LDS, Liberalna demokracija Slovenije, centre-gauche, ZLSD, Združena lista socialnih demokratov, sociaux-démocrates), y donne une réponse favorable. De plus, l’organisation d’un référendum sur un sujet portant sur les droits de l’Homme n’est pas sans risque politique pour leurs initiateurs, car non seulement il se pose en illégalité par rapport à l’effacement de 1992 et contredit la décision pourtant normalement indiscutable de la Cour constitutionnelle, mais en plus soutenir un tel vote peut contribuer à affaiblir la vision d’une Slovénie tranquille et démocratique. Pourtant, le 3 décembre 2003, Janez Janša est parvenu à obtenir le soutien d’un tiers des députés, minimum requis pour organiser un référendum. L’affaire a pris une tournure encore plus spectaculaire lorsque l’actuel néo-premier ministre, mais le Président du Parlement Borut Pahor (ZLSD), a fait connaître la position de l’Assemblée avec une journée de retard, vice de procédure qui a provoqué l’annulation de la réponse de la totalité des députés et de ce fait, l’organisation du référendum17.

38La campagne électorale qui s’en est suivie a été étonnante puisque le gouvernement, les députés du LDS, du ZLSD et certains de partis centristes, le président de la République Janez Drnovšek mais aussi l’ancien président Milan Kučan et la plupart des médias appellent tous au boycott ! Malgré cela, le 4 avril 2004, près de 30 % des Slovènes ont participé au scrutin et 95 % d’entre eux se sont prononcés contre la loi. Le taux de participation, élément essentiel pour mesurer le succès du scrutin a été du même niveau que pour les autres consultations de ce type. Sans prendre en compte les référendums organisés pour l’entrée de la Slovénie dans l’Union européenne et dans l’OTAN, sept autres référendums furent organisés entre 1996 et 2005. Les taux de participation oscillèrent entre 27,54 % (21 septembre 2003 sur l’approbation de l’ouverture des magasins dix dimanches par an) et 35,66 % (17 juin 2001 sur l’approbation de la loi sur la fécondation artificielle). Au soir du vote, Janša peut donc déclarer que les « résultats sont superbes, encore meilleurs que ceux du plébiscite de 1990 ».

39Ce scrutin au départ impossible tant par rapport à la configuration politique du Parlement, que dans sa légalité même, a considérablement renforcé la position du SDS et de la droite en général. Lors des législatives du 3 octobre 2004, le parti de Janša a été l’unique formation politique qui augmenta sensiblement son score : de 15 % en 2000, il a obtenu 29 % en 2004 ; à l’inverse le LDS est passé de 34 % à 23 %. L’autre parti conservateur, le NSi (Nova Slovenija) est resté stable à 9 % et le parti d’extrême droite, le SNS (Slovenska narodna stranka) de Zmago Jelinčič n’a augmenté que de 4 % à 6 %. Preuve que l’affaire des effacés a joué un rôle non négligeable dans l’issue des législatives, le SDS ne dépasse pas les 15 % d’intentions de vote au mois de janvier 2004 contre 22 % pour le LDS. En avril, après la campagne électorale et le résultat du référendum, le SDS a rattrapé le parti au pouvoir et profite d’autres paramètres (usure après douze ans de pouvoir du LDS, accusations de corruption et d’arrogance, critiques contre la politique sociale) qui lui a permis de gagner au mois d’octobre suivant. Au même moment, sur le fond de l’affaire, le ministre de l’Intérieur Rado Bohinc régularise de nombreux cas de personnes effacées en leur donnant le statut de résident permanent. De plus, depuis 1992, environ 4000 personnes ont obtenu la citoyenneté slovène selon des critères inconnus. On peut imaginer que le ministère de l’Intérieur n’a pas octroyé par hasard la citoyenneté à ces personnes. En dépit de la pression politique de l’année 2004, liée au référendum et à la proximité des élections législatives, la situation des effacés a semblé en voie de résolution, ou du moins avec la possibilité de trouver un compromis acceptable pour les deux parties. Ce d’autant plus que la Cour constitutionnelle ordonne au ministère de l’Intérieur de reconnaître le statut rétroactif de 1992, dans le but de dédommager les personnes effacées. Il semble que le contexte politique ait joué un grand rôle : les partis de droite ont virulemment dénoncé l’octroi de la citoyenneté à 4000 effacés, allant même jusqu’à l’accuser d’un « acte criminel » alors que le ministre n’a fait que suivre les injonctions de la Cour constitutionnelle. Cette affaire montre trois aspects négatifs de la transition démocratique slovène : la volonté par une partie de la classe politique de mettre à l’écart de la société ceux qui ne sont pas Slovènes ; le manque de recul de certains médias qui ont davantage excité le sentiment national plutôt que d’expliquer simplement le fond du problème ; la complaisance des autorités européennes, au fait des évènements dès l’automne 2002 et qui n’a pas fait suffisamment pression sur la Slovénie pour régulariser et indemniser les personnes effacées.

  • 18 Comme en 2004, l’opposition de droite essaie d’organiser un référendum pour l’abroger, mais cette f (...)

40L’arrivée au pouvoir d’un gouvernement conservateur dirigé par Janez Janša en 2004 n’a pas fait avancer le dossier. En 2008, la victoire des sociaux-démocrates dirigés par Borut Pahor donne un élan nouveau aux effacés. La nouvelle ministre de l’Intérieur, Katarina Kresal est une jeune avocate de 34 ans qui cherche à leur redonner un statut, notamment par la promulgation de la loi du 8 mars 2010, ce qui n’a pas été sans heurt avec l’opposition18. Mais le texte est trop exigeant : les personnes concernées doivent remplir une demande de résident permanent, payer une taxe de 75 euros et avoir un entretien avec un fonctionnaire, au sujet des circonstances de leur effacement. Dans le cas où elles auraient quitté la Slovénie, ils doivent démontrer avoir essayé d’y revenir dans les dix premières années de leur absence. La loi prévoit également des exceptions, notamment si la personne a quitté le pays pour moins d’un an, si le départ est lié aux conséquences de l’effacement, à l’incapacité de recevoir un statut de résident, à des raisons de santé ou à une impossibilité de revenir en Slovénie à cause des conflits dans les Balkans. En juillet 2012, la Cour européenne de Justice à Strasbourg a condamné la Slovénie et lui a ordonné de redonner un statut et des compensations financières à l’ensemble des personnes effacées. En 2014, l’Etat a décidé de verser une indemnité de 50 euros par mois à toute personne dont l’effacement a été reconnu. Mais comme dans les précédents essais pour trouver une solution à l’affaire de nombreux obstacles demeurent : le nombre de personnes décédées (au moins 2000 selon Matevz Krivic), des effacés qui n’arrivent pas à prouver leur statut de victime ou ceux qui sont définitivement partis à l’étranger et qui ignorent la possibilité d’obtenir un dédommagement.

41Le rapport entre l’Etat slovène et les populations d’origine non slovène pose la question du statut. Les minorités reconnues ont davantage de facilités à s’intégrer dans la société, mais il n’est pas aisé d’imaginer un statut similaire pour les ressortissants des ex-autres républiques yougoslaves car ils sont répartis sur l’ensemble du territoire. Une fois l’indépendance acquise, les autorités slovènes ont effacé plus de 25 000 personnes des registres nationaux, ce qui constitue l’une des plus grandes entraves aux droits de l’Homme qu’un pays issu de l’élargissement européen de 2004 ait connu. Vue l’extérieur, cette affaire est largement restée inconnue en dépit de la présence d’un ambassadeur européen à Ljubljana jusqu’à l’adhésion. En matière de respect des minorités ethniques, l’Etat fait prévaloir l’insertion plutôt aisée de minorités qui ne posent pas de problèmes majeurs, au contraire de la grande majorité des populations issues de l’ex-Yougoslavie, qui représentent un enjeu pour la cohésion nationale.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages généraux

BOUGAREL Xavier, CLAYER Nathalie, Le nouvel islam balkanique, Maisonneuve & Larose, 2001, Paris.

BRUNET Roger, Les mots de la géographie, Reclus-La Documentation française, 1992, Paris.

DEDIĆ Jasminka, JALUŠIČ Vlasta, ZORN Jelka, The Erased, Mirovni Inštitut, 2003, Ljubljana.

GARDE Paul, Le discours balkanique, Fayard, 2004, Paris

KOMAC Miran, Protection of Ethnic Communities in the Republic of Slovenia, Institut za Narodna Vrpašanja (INV), 1999, Ljubljana.

KOMAC Miran,MEDVEŠEK Mojca, ROTER Petra, Pa mi vi povejte, kaj sem!!!?Študija o etnični raznolikosti v Mestni občini Ljubljana, Fakulteta za družbene vede (FDV), 2007, Ljubljana.

KLOPČIČ Vera/POLZER Miroslav, Evropa, Slovenija in Romi, Institut za Narodna Vrpašanja (INV), 2003, Ljubljana.

ROUX Michel, Les Albanais en Yougoslavie, Editions Maison des Sciences de l’Homme, 1992, Paris.

VODOPIVEC Peter, Od Pohlinove slovnice do samostojne države, Modrijan, 2007, Ljubljana.

Revue

REPE Božo, Slovenci v osemdesetih letih, Zbirka, št 23, 2001, Ljubljana.

Publications officielles

  • Human development report Slovenia 2000-2001, Institute of Macroeconomic Analysis and Development, 2001, Ljubljana.

  • Popisi na Slovenskem 1948-1991 in Popis 2002, Statistični urad Republike Slovenije, 2001, Ljubljana.

  • Popis prebivalstvo Republike Slovenije po narodnostni pripadnosti in jeziku v družini (1991), 1991, Ljubljana.

  • Popis 1991, Republika Slovenija, prebivalstva po narodni pripasnosti, starosti in maternem jeziku, tab1-3-V11, 1991, Ljubljana.

  • Rapid reports (population), n° 296, édition du 18 novembre 2002, Office national des statistiques, Ljubljana.

  • Rapid reports (population), n° 344, édition du 8 janvier 2003, Office national des statistiques, Ljubljana.

  • Rezultati raziskovanj, številka 750/2000, 2000, Ljubljana.

  • Verska, jeziknovna in narodna sestava prebivalstva Slovenije (popisi 1921-2002), stevilka 2, 2003, Ljubljana.

  • Vzpostavitev lokalne samouprave v Republiki Sloveniji v številkah, n° 6, Statistični urad Republike Slovenije, 2007, Ljubljana.

Haut de page

Notes

1 Cf les articles de Nicholas WOOD dans le New York Times sur la famille Strojan à Ambrus :
http://www.nytimes.com/2006/11/13/world/europe/13slovenia.html?fta=y
http://www.nytimes.com/2006/11/07/world/europe/07iht-gypsy.3427824.html
http://www.nytimes.com/2006/11/27/world/europe/27slovenia.html
page consultée le 2 juin 2015

2 Chez les Roms, donner un nom d’une autre famille constitue un signe de reconnaissance.

3 Roger BRUNET, Les mots de la géographie, p.331

4 Le recensement de 2002 est le dernier à avoir posé la question de la déclaration ethnique. D’autres questions comme l’étude de la langue maternelle pourraient aider pour un élément de comparaison, mais la définition de la langue dans l’ex-Yougoslavie est trop aléatoire pour tirer des interprétations sur l’origine ethnique.

5 Voir les données précises de l’Institut national des statistiques (SURS) : http://www.stat.si/popis2002/gradivo/informacija-96.pdf

6 Voir les cartes de Miran KOMAC, Protection of Ethnic Communities in the Republic of Slovenia, Institut za Narodna Vrpašanja (INV), 1999, Ljubljana.

7 Entretien avec l’auteur.

8 A la suite de l’affaire d’Ambrus une loi a été votée pour la représentation politique obligatoire des Roms dans les 20 communes où ils se trouvent.

9 Entretien avec l’auteur

10 La proclamation de l’indépendance slovène le 25 juin 1991 a engendré l’intervention de l’armée fédérale yougoslave. Pendant les dix jours qui suivirent de violents affrontements ont eu lieu autour des principaux poste-frontières, des voies de communications et aux abords des villes. Selon les sources, il y aurait eu entre 40 et 100 victimes.

11 Pour plus de détails, voir : http://www.stat.si/popis2002/gradivo/informacija-96.pdf (section 2 sur la déclaration ethnique, narodni pripadnosti)

12 En 1991, 40% des personnes mariées à Sarajevo étaient issues d’unions mixtes.

13 La persistance de plusieurs camps de réfugiés -notamment à Ljubljana- a aussi montré que leurs conditions de vie étaient précaires.

14 Le pourcentage d’Albanais a triplé entre 1981 et 2002 avec une augmentation plus marquée après l’indépendance de la Slovénie (en 2002, ils représentaient ainsi 0,3% de la population totale contre 0,1% en 1981).

15 Le 20 janvier 2009, la ministre de l’Intérieur, Katarina Kresal a reconnu l’effacement de 25 671 personnes.

16 Entretien avec l’auteur

17 Beaucoup de spéculations ont été formulées autour de cet acte manqué : manipulation politique ou faute professionnelle ? Pour Borut Pahor, devenu Premier ministre de 2008 à 2011 puis Président de la République en 2012, l’organisation d’un référendum pouvant affaiblir le parti majoritaire de l’époque avait l’avantage d’affaiblir le LDS, principale formation progressiste à l’époque. Avec la perspective d’une alternance politique lors des législatives d’octobre 2004, il pouvait devenir la figure phare de l’opposition et se placer idéalement pour gagner de futures élections. C’est d’ailleurs ce scénario qui s’est produit.

18 Comme en 2004, l’opposition de droite essaie d’organiser un référendum pour l’abroger, mais cette fois-ci la Cour constitutionnelle s’y oppose.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Un panneau d’indications routières bilingue à Koper (avril 2013).
Crédits Photo : Laurent HASSID
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2087/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Source : SURS
Crédits Réalisation : Laurent HASSID
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2087/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent HASSID, « Le concept de minorité en Slovénie : le cas des minorités ethniques », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/2087 ; DOI : 10.4000/mimmoc.2087

Haut de page

Auteur

Laurent HASSID

Paris-Sorbonne-Cité

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page