Navigation – Plan du site
Langue et identité culturelle des minorités

« L’ossuaire des Slaves » ?

Les traces de la Slavia (submersa) en Allemagne
“The ossuary of the Slavs"? Traces of the Slavia (submersa) in Germany
Roland MARTI

Résumés

Une partie considérable de l’Allemagne actuelle (jusqu’à l’Elbe à l’ouest et à la Franconie au sud) était habitée par des Slaves au Xe/XIe siècle. Grâce à la domination politique allemande, la noblesse germanophone et une colonisation interne, presque tout ce terrain fut germanisé jusqu’au XXe siècle et devint ainsi « l’ossuaire des Slaves » (J. Kollár). Mais les Slaves ont laissé des traces dans cette Slavia submersa: des toponymes, des traditions, des coutumes. Et elle était (et est encore) bien enracinée dans la mémoire collective des Slaves, surtout dans le contexte du conflit entre panslavisme et pangermanisme.

Il reste ainsi une « île » (ou plutôt un archipel) slave dans cette « mer » germanique: les Sorabes en Saxe et au Brandebourg. Cette Slavia, soumise à la pression assimilatrice, a survécu à l’assimilation parfois « organique », parfois forcée (par les autorités, par l’Église) et combat aujourd’hui l’influence assimilatrice d’un monde toujours plus mobile, plus globalisé et plus médiatisé pour garder son identité. Cette défense se concentre avant tout sur la conservation de la langue (le haut- et le bas-sorabe), mais c’est aussi un combat territorial: d’abord du territoire linguistique (présence de la langue, des toponymes, des inscriptions etc.), mais également du territoire réel: dans la région, l’exploitation à ciel ouvert du lignite entraîne souvent la « dévastation » de villages sorabophones et la transplantation de la population sorabophone dans des régions germanophones ce qui engendre presque toujours une assimilation linguistique accélérée. Et la défense est basée sur les protections constitutionnelle et légale accordées à la minorité, mais souvent interprétées en leur défaveur. Vu le nombre considérable de facteurs défavorables (modernisation, globalisation, mobilité etc.), le futur de la minorité, surtout des Bas-Sorabes, est incertain, mais la lutte est engagée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour un regard plus approfondi sur la situation à l’ouest voir Witte 1884, Toussaint 1955 et Haubri (...)

1Dans le passé, les relations entre les peuples slaves et germaniques étaient assez instables et souvent tendues. Si la migration des peuples au Moyen-Âge voyait un mouvement général vers l’ouest, initié par les peuples germaniques et clôturé par la migration des Slaves, l’évolution ultérieure en Europe centrale était marquée par une expansion en direction inverse. Et c’était cette expansion qui opposait les Slaves à ses voisins occidentaux germaniques ou plus précisément aux Allemands. Cette expansion allemande n’était pas uniquement une expansion militaire et politique, mais elle était suivie d’une expansion linguistique. C’est là où l’on trouve la différence la plus flagrante entre les frontières linguistiques de l’allemand à l’est et à l’ouest. La frontière linguistique entre le français et l’allemand a bougé très peu depuis le Haut Moyen-Âge (à l’exception du développement en Alsace et en Lorraine au XXe siècle)1, parce que les langues respectives étaient protégées par des structures politiques, ce qui n’était pas le cas à l’est.

  • 2 Dans ce cas-là on devrait peut-être parler plutôt de « panteutonisme » puisque les autres peuples g (...)
  • 3 À propos du « pangermanisme » et « panslavisme » il y avait au XIXe et XXe siècle une vraie guerre (...)

2Vu cette situation il est peu étonnant qu’aux temps des idéologies nationalistes basées sur des conceptions ethniques les Slaves aient accusé leurs voisins germaniques, c.-à-d. les Allemands, d’expansionnisme et détecté l’idéologie du « pangermanisme » derrière ce mouvement vers l’est2. En revanche la résistance des Slaves à l’expansion politique et linguistique était qualifiée de « panslavisme » par les Allemands3. C’est dans ce contexte-là que naquit l’idée des territoires de langue allemande à l’est comme « ossuaire des Slaves ». Dans le contexte plus sobre de la linguistique historique, on pourrait parler de Slavia submersa.

  • 4 Il faut néanmoins souligner que ces plans d’expansion à l’est se distinguaient nettement du passé a (...)
  • 5 Les frontières autrichiennes furent reconnues par le traité de paix de Vienne en 1955, tandis que l (...)
  • 6 Dans le passé il y avait encore d’autres îles linguistiques slaves en territoire allemand (ill. 1)  (...)
  • 7 Selon la législation autrichienne et la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, i (...)

3Avant d’aborder le problème de la Slavia (submersa) dans les confins du territoire linguistique allemand dans le contexte du XIXe/ XXe siècle, il convient de regarder de plus près le développement historique de la frontière linguistique entre l’allemand d’une part et le continuum slave de l’autre. Comme indiqué plus haut la migration des peuples germaniques était en général un mouvement de l’est vers l’ouest. Ce mouvement incita les Slaves à occuper les régions plus ou moins dépeuplées par ce mouvement. Dès le Ve/VIe siècle, ils avançaient dans l’Europe centrale jusqu’à l’Elbe et même au-delà à l’ouest (les Polabes conservaient leur langue jusqu’au XVIIIe siècle dans le Wendland au sud de Hanovre) et jusqu’aux Alpes au sud (les Slaves alpins). L’expansion maximale des Slaves était atteinte au IXe/Xe siècle (voir la ligne dans l’illustration 1). À partir de ce temps-là le mouvement fut renversé dans le contexte de l’Ostsiedlung [colonisation de l’est] et du Drang nach Osten [poussée vers l’est]. Dans les territoires colonisés on observe une lente germanisation des Slaves qui atteint son apogée pendant la seconde moitié du XIXe et au commencement du XXe siècle (ill. 1). Après la première guerre mondiale l’avancement de l’allemand fut arrêté et parfois même renversé par la création de nouveaux États slavophones avec d’importantes minorités de langue allemande (notamment les Sudètes en Tchécoslovaquie et les Silésiens en Pologne). Officiellement ces minorités étaient protégées par les traités de paix fixant la situation politique de l’entre-deux-guerres, mais il est clair qu’en effet ces nouveaux États promouvaient tout d’abord leurs langues officielles slaves. Ces développements renforcèrent la peur de l’avancement des Slaves, c.-à-d. du « panslavisme », chez les Allemands. L’idéologie du Troisième Reich et les campagnes militaires de la Wehrmacht à l’est pendant la deuxième guerre mondiale déclaraient la nécessité de conquérir de nouveaux territoires vastes, un nouveau Lebensraum [espace vital] pour la « race germanique »4. À la suite de la guerre, les frontières politiques changèrent une fois de plus et ces frontières politiques devaient désormais coïncider avec les frontières linguistiques afin d’éviter la création de nouvelles minorités. Cela fut atteint par une politique qu’on qualifierait aujourd’hui de « purification ethnique » (Vertreibung en allemand, wysiedlenie en polonais, odsun en tchèque et en slovaque). La situation linguistique est restée stable depuis grâce à cette coïncidence : la frontière linguistique entre l’allemand et le continuum slave à l’est et au sud correspond à la frontière politique entre les pays germanophones (Allemagne, Autriche) et slavophones (Pologne, République tchèque, Slovaquie, Slovénie)5. Il n’y a que très peu d’exceptions à cette délimitation nette, mais aucune sur le territoire d’un État de langue officielle slave6. Deux de ces exceptions se trouvent en Autriche : ce sont les Slovènes (aussi appelés Windische) en Carinthie et les Croates au Burgenland7. De plus il y a l’île linguistique des Sorabes en Allemagne (voir plus bas).

Figure 1 : Territoires linguistiques allemand et slave

4L’avancement territorial de l’allemand aux dépens des langues slaves jusqu’au XXe siècle était une expérience traumatique pour les Slaves et une des forces importantes dans la naissance du mouvement de la « réciprocité slave » (appelée aussi « renaissance slave »). Paradoxalement ce mouvement avait comme une de ses bases idéologiques le « chapitre slave » du livre Ideen zur Philosophie der Geschichte der Menschheit [Idées pour une philosophie de l’histoire de l’humanité] du célèbre historien et écrivain allemand Johann Gottfried Herder. Herder cite les stéréotypes de l’agressivité germanique qui prend le dessus sur la nature paisible des Slaves, mais il prédit également le « réveil » des Slaves et prévoit pour eux une position privilégiée dans la future Europe.

  • 8 Kollár est d’origine slovaque et par conséquent son prénom devrait être Ján, mais il était opposé f (...)
  • 9 Le texte est cité selon l’édition élargie Kollàr 1868. C’est dans Slávy dcera que l’on trouve l’exp (...)
  • 10 Le Rhin semble être assez éloigné du territoire anciennement slave, mais pour l’imagologie tchèque (...)
  • 11 Les deux dernières ne figurent pas encore dans la première édition et, tirées de la mythologie clas (...)

5Le texte qui exprime le mieux cette expérience traumatique (et qui est en même temps le texte clé de la « réciprocité slave » ou « renaissance slave ») est Slávy dcera [La fille de Sláva] écrit par Jan (ou Ján) Kollár8, une collection de sonnets, publiée pour la première fois en 1824 avec 150 sonnets organisés en trois chants et rééditée et élargie trois fois en 1832 (615 sonnets), 1845 (622) et 1852 (645), toujours en cinq chants9. Les chants sont nommés d’après des rivières liées (au moins partiellement) aux Slaves. Ces rivières sont : I Sála [Saale] ; II Labe [Elbe] – Rén [Rhin]10 – V(e)ltava [Vltava] ; III Dunaj [Danube] ; (IV Lethe ; V Acheron)11. La plupart des rivières nommées en I-III se trouvait (entièrement ou en partie) dans des régions germanophones ou sous dominance allemande, et selon l’idée de l’auteur c’était là où se trouvait l’ossuaire des Slaves.

  • 12 En effet presque toutes les informations sur des situations linguistiques préhistoriques sont tirée (...)
  • 13 La distribution des formes ne suit pas toujours la répartition dialectale : en russe il y a une for (...)
  • 14 Le fait que la capitale de l’Allemagne porte un nom d’origine slave (et cela est vrai pour beaucoup (...)
  • 15 Dans le passé Wenden et wendisch, parfois rendu par Vendes ou Wendes et vende ou wende en français (...)
  • 16 Jacob 2008, 2261, Pjech 2006, 36. Dans le dernier cas le choix du nouveau nom trahit une perfidie p (...)
  • 17 À Freienhufen on fêta même l’anniversaire de ce nouveau nom en 2012 ce qui provoqua la colère chez (...)

6La métaphore de l’ossuaire implique que, même s’il n’y avait plus de traces de vie, il devait au moins y avoir des os. Et dans notre cas les os sont avant tout des toponymes12 qui contiennent des éléments slaves. C’est par exemple la racine *gard (p. ex. dans Stargard/Oldenburg [ = vieille ville] en Holstein ou Burg Stargard en Mecklembourg-Poméranie-Occidentale) qui correspond à город/горад (gorod ou horod/horad) chez les Slaves orientaux, gród polonais, hrad tchèque et slovaque, grad/град chez les Slaves méridionaux13, etc. Parfois le développement phonétique ou l’assimilation à des mots allemands formellement semblables rend difficile le décryptage. Prenons le cas de Rostock qui est assez transparent puisqu’il indique une bifurcation d’une rivière (*roz-tok-) et celui de Roßdach (en Franconie) qui est de la même origine, mais « interprété » de façon allemande, quoique cette interprétation soit complètement dépourvue de sens (littéralement « toit de cheval »). Un autre exemple est celui de Leipzig (Lipsk en sorabe) qui, selon l’opinion dominante dans l’onomastique, dérive de l’arbre emblématique des Slaves, la lipa [tilleul]14. Mais la façon la plus simple d’indiquer la présence des Slaves était d’ajouter wendisch/windisch ou Wend(en)-/Wind(en)- à un toponyme15. L’exemple le mieux connu est, comme on l’a déjà vu, le Wendland au sud de Hanovre. De plus il y a de nombreux toponymes avec l’adjectif wendisch ajouté, de Wendisch Ahlsdorf (Brandebourg) jusqu’à Wendezelle (Basse-Saxe), souvent avec son partenaire Deutsch (p. ex. Serbske Pazlicy/Wendischbaselitz et Němske Pazlicy/Deutschbaselitz en Saxonie). Dans la bataille acharnée des « pangermanistes » contre tous les vestiges d’un passé slave on essayait même de se débarrasser de ces « os slaves » en changeant la toponymie. Sous le Troisième Reich cela devint la politique officielle. Selon un décret du ministre de l’intérieur Wilhelm Frick les toponymes suspectés être d’origine slave devaient être remplacés. Cela était aussi applicable au territoire sorabe. Ainsi Dobristroh (Dobry Wotšow en sorabe) devint Freienhufen et Byhleguhre (Běła Góra) se transforma en Geroburg dans les années 193016. Quelques-uns de ces changements furent corrigés après la guerre : ainsi Geroburg est de nouveau Byhleguhre (mais Freienhufen porte toujours son nom adopté en 1937)17. Un cas particulier est la montagne emblématique des Sorabes, le Czorneboh [dieu noir]. Appelé Schleifberg dans le passé, il reçut le nom de Czorneboh à la fin du XVIIIe siècle, fut renommé Schleifberg dans les années 1930 du siècle passé et redevint Czorneboh après la guerre (voir Jentsch 2014).

  • 18 L’intérêt pour le polabe précède la « renaissance slave » de plus d’un siècle. Une des sources impo (...)
  • 19 Le slovince et le kachoube sont souvent réunis sous le nom de poméranien (Lorentz 1925, Rzetelska-F (...)

7Cet ossuaire a connu des exceptions, c.-à-d. des régions à l’intérieur du territoire linguistique allemand où la langue slave s’est maintenue plus longtemps (voir ill. 1). Le cas le plus frappant est celui du polabe (voir ci-dessus) parce que cette île linguistique a résisté à la germanisation très longtemps quoiqu’elle se trouve tout à l’ouest du territoire linguistique anciennement slave. La langue s’est éteinte au milieu du XVIIIe siècle et n’est conservée que dans quelques manuscrits18. Jusqu’au XXe siècle il y avait encore d’autres îles : les Kachoubes et les Slovinces avec deux traditions écrites différentes. Le slovince succomba à la germanisation au commencement du XXe siècle et le territoire du kachoube fait maintenant partie de la Pologne19.

8De nos jours il ne reste qu’une exception : ce sont les Sorabes. Dans le passé ils formaient une partie du continuum linguistique ininterrompu des Slaves occidentaux, mais en conséquence de la germanisation le territoire sorabe était devenu dès le XVIe /XVIIe siècle une exclave ou au moins une presqu’île slave dans le continuum germanique.

  • 20 Contrairement à ce qu’on croit la Réforme n’a pas bénéficié aux langues du peuple en général. Ce n’ (...)
  • 21 On connaît un grand nombre de décrets et ordonnances des autorités de l’État et de l’Église visant (...)
  • 22 Bart-Ćišinski 1969, 70-76 (écrit en 1891) :

9La Réforme changea profondément la situation du sorabe. Si auparavant la langue n’était pas un problème pour l’Église (dont la langue officielle était le latin), l’église réformée était censée utiliser et promouvoir la langue du peuple, mais de quel peuple ? En plus l’église réformée était organisée selon le principe territorial (ou plutôt étatique), et le territoire sorabe appartenait à différents États et par conséquent à différentes structures ecclésiastiques (Landeskirchen [Églises d’État]) qui étaient toutes majoritairement de langue allemande20. Et toute administration (ecclésiastique aussi bien qu’étatique) préfère le monolinguisme au plurilinguisme parce qu’il simplifie les choses21. Il est peu étonnant que la germanisation, soutenue maintenant par les autorités, et par conséquent l’atrophie du territoire linguistique sorabe, se soit accélérée (ill. 2). Ce n’est qu’au centre du territoire, qui était quasi totalement monolingue, que le sorabe pouvait se maintenir et même se développer. Cette situation au moins partiellement favorable au sorabe prit fin au XIXe siècle avec une modernisation qui engloba tous les aspects de la vie (centralisation de l’administration, scolarisation et service militaire obligatoires, industrialisation, mobilité croissante grâce à la construction de routes et de chemins de fer etc.) et qui n’épargna pas le centre du territoire sorabe. Le résultat était une réduction du territoire linguistique sorabe énorme au cours du XIXe/XXe et enfin la fragmentation du continuum sorabe dès le commencement du XXe siècle. C’est pendant ce temps-là que naquit la métaphore de l’île sorabe dans la mer allemande, métaphore qui trouva sa forme canonique dans le poème emblématique Moje serbske wuznaće [Ma confession sorabe] de Jakub Bart-Ćišinski22.

Figure 2 : Atrophie du territoire linguistique sorabe à partir du XVIe siècle

  • 23 Lorenc–Zalěski 1983. Les éditions sorabes ajoutent l’adjectif « sorabe » à l’âme qui cherche qui es (...)

10Après la fragmentation du territoire sorabe la métaphore de l’île n’est plus vraiment applicable ; le territoire linguistique est plutôt devenu un archipel. Néanmoins la métaphore est toujours invoquée, voir par exemple le roman Kupa zabytych. Roman jedneje pytaceje duše [L’île des oubliés. Roman d’une âme qui cherche] de Jakub Lorenc-Zalěski, publié en 193123, ou enfin l’exemple le plus récent, le texte Die Insel schluckt das Meer [L’île avale la mer] de Kito Lorenc, publié en 1999, qui, tout à fait dans l’esprit post-moderniste, renverse la métaphore (Lorenc 1999).

  • 24 Les Sorabes avaient envoyé une délégation à Paris mais elle ne fut pas admise à la conférence (pour (...)
  • 25 Cette crainte n’était pas sans précédent : déjà au XIXe siècle les Sorabes se voyaient accusés de « (...)
  • 26 Voir Meškank 2003 et Förster 2007, 177-179 (publication du mémoire de Himmler du 15 mai 1940 Einige (...)
  • 27 Pour les détails voir Kudela 1985, Schurmann 1998.
  • 28 Voir la position officielle dans Nowusch 1988 et l’analyse plus nuancée ex post dans Pech 1999. Le (...)
  • 29 C’était un des propos de la table ronde des Sorabes, organisée selon l’exemple de la « grande » tab (...)

11La métaphore de l’île, qui ne correspondait plus à la réalité au XXe siècle, était aussi à la base des tentatives d’arrêter l’atrophie du territoire linguistique par des moyens politiques en essayant de créer une île bien définie ou de rattacher l’île au « continent slave ». Il y en a eu trois au cours du siècle. La première fut entreprise à l’issue de la première guerre mondiale et visa une sorte d’autonomie et/ou le rattachement à la première république tchécoslovaque. Cette tentative échoua pour des raisons multiples, et le traité de Versailles ne parle même pas de la protection de la minorité sorabe24. L’Allemagne, en effet, craignait l’« irrédentisme » des Sorabes pendant l’entre-deux-guerres25, et le Troisième Reich avait même prévu le transfert des Sorabes au Generalgouvernement (c.-à-d. la partie de la Pologne non rattachée à l’Allemagne) après l’Endsieg [victoire finale]26. La deuxième tentative, après la capitulation inconditionnelle de l’Allemagne en 1945, avait le même but, mais cette fois-ci on ne proposa pas seulement un rattachement à la Tchécoslovaquie, mais alternativement aussi à la Pologne et même à la Yougoslavie. Ces idées étaient supportées de la part de la Pologne et de la Tchécoslovaquie, mais l’U.R.S.S. s’y opposa et par conséquence elles échouèrent une fois de plus27. En compensation les Sorabes jouissaient d’une protection légale exemplaire et d’un support financier généreux à partir de 1948 en Saxe et plus tard dans la RDA, au moins sur le papier28. La dernière tentative se situa dans le contexte de la réunification de l’Allemagne et plus exactement de la structure administrative de l’ex-RDA. Ici on proposa de réunir tout le territoire linguistique sorabe dans une unité administrative, dans l’idéal un Bundesland Lausitz/Kraj Łužica/Kraj Łužyca29. Avec la reconstitution de l’ancienne division en Länder, abandonnée par la RDA au commencement des années cinquante en faveur de districts, cette solution était devenue sans issue. Les activités des Sorabes se concentraient désormais sur la sauvegarde de ces intérêts par la législation.

  • 30 Constitution de la RDA de 1968/74, § 40 (traduction française chez Ela/Elle 2014, 251) et Gesetz zu (...)
  • 31 Voir Ela/Elle 2014 et surtout Elle 2014 pour l’ensemble de la législation relative aux Sorabes depu (...)

12En RDA les Sorabes avaient joui d’une protection au niveau constitutionnel. En outre il y avait la « loi sorabe » de 1948 ainsi qu’un nombre considérable de décrets30. Après la réunification de l’Allemagne les Sorabes ne jouissent plus d’une protection constitutionnelle au niveau fédéral (tout comme les autres minorités de l’Allemagne), la position de l’Allemagne étant que les questions des minorités font partie de la culture et relèvent des Länder. Par conséquent les droits des Sorabes sont réglés dans les constitutions et les « lois sorabes » de l’État libre de Saxe et du Land de Brandebourg31. Il est remarquable que dans ces prévisions légales une garantie territoriale soit donnée pour la première fois. Cette garantie est exprimée d’une façon très claire dans le cas du Brandebourg :

Pšawo serbskego luda na šćit, zachowanje a woplěwanje swójeje narodneje identity a swójogo starodawnego sedleńskego ruma se zarucyjo.

Das Recht des sorbischen/wendischen Volkes auf Schutz, Erhaltung und Pflege seiner nationalen Identität und seines angestammten Siedlungsgebietes wird gewährleistet.

  • 32 Constitution du Brandebourg 1992, § 25 (1), cité selon Wustawa s.a., 20 (version sorabe) www.bravor (...)

[Le droit du peuple sorabe à la protection, au maintien et à la perpétuation de son identité nationale et du territoire sur lequel il s’est fixé est garanti.]32.

13Cette garantie est répétée dans la « loi sorabe » de 1994 dans l’article consacré au territoire traditionnel :

Pšawo serbskego luda na šćit, zachowanje a woplěwanje jogo starodawnego sedleńskego ruma se zarucyjo.

Das Recht des sorbischen/wendischen Volkes auf Schutz, Erhaltung und Pflege seines angestammten Siedlungsgebietes wird gewährleistet.

  • 33 www.bravors.brandenburg.de/sixcms/detail.php?gsid=land_bb_bravors_01.c.47208.de#3 (versions bas-sor (...)

[Le droit du peuple sorabe à la protection, au maintien et à la perpétuation du territoire sur lequel il s’est fixé est garanti.]33

  • 34 Verfassung 2001, 22-23, § 5 et 6 (versions haut-sorabe et allemande), Ela/Elle 2014, 255-256 (tradu (...)

14La constitution de l’État libre de Saxe ne contient pas une garantie territoriale expressis verbis34. Il en est de même dans la « loi sorabe » de 1999 (qui remplaça l’ancienne « loi sorabe » de 1948) : dans l’article sur le territoire traditionnel (§ 3) il n’y a pas de garantie territoriale. L’article précédent en parle, mais d’une façon peu claire :

Serbski lud a kóždy Serb mataj prawo na škit, wobchowanje a hladanje swojeje starodawneje domizny a swojeje identity.

Das sorbische Volk und jeder Sorbe haben das Recht auf Schutz, Erhaltung und Pflege ihrer angestammten Heimat und ihrer Identität.

[Le peuple sorabe et chaque Sorabe a le droit à la protection, au maintien et à la préservation de sa patrie traditionnelle et de son identité.]35

15Même si la question territoriale reste peu claire il faut reconnaître la volonté des législateurs de donner une sorte de garantie territoriale minimale. Il est très intéressant de voir comment cela se fait. En principe les deux « lois sorabes » procèdent de la même façon : elles délimitent un espace maximal dans lequel se situe le territoire sorabe. Pour faire partie du territoire sorabe il y a deux conditions : il faut se trouver dans le territoire sorabe traditionnel et il faut mettre en évidence une tradition sorabe linguistique ou culturelle qui est toujours vécue. La partie de cet espace qui est censée être sorabe est définie par une liste des communes attachée aux lois. C’est assez clair dans la loi saxonne :

(1) Jako serbski sydlenski teritorij w zmysle tutoho zakonja płaća te gmejny a dźele gmejnow wokrjesow Zhorjelc a Budyšin, w kotrychž ma přewažna wjetšina w Swobodnym staće Sakskej bydlacych staćanow, kotřiž serbskemu ludej přisłušeja, swoju starodawnu domiznu a w kotrychž je serbska rěčna abo kulturna tradicija hač do přitomnosće dopokazujomna.

(2) W jednotliwym wopřijimuje serbski sydlenski teritorij te gmejny a dźěle gmejnow, kotrež su w přiłoze k tutomu zakonjej postajene.

(1) Als sorbisches Siedlungsgebiet im Sinne dieses Gesetzes gelten diejenigen Gemeinden und Gemeindeteile der Landkreise Görlitz und Bautzen, in denen die überwiegende Mehrheit der im Freistaat Sachsen lebenden Bürger sorbischer Volkszugehörigkeit ihre angestammte Heimat hat und in denen eine sorbische sprachliche oder kulturelle Tradition bis in die Gegenwart nachweisbar ist.

(2) Im einzelnen umfaßt das sorbische Siedlungsgebiet die Gemeinden und Gemeindeteile, die in der Anlage zu diesem Gesetz festgelegt sind.

[(1) Sont considérées comme territoire de peuplement sorabe dans l’esprit de cette loi les communes et parties de communes des districts de Zhorjelc/Görlitz et Budyšin/Bautzen où la majorité prépondérante des citoyens habitant l’État libre de Saxe et appartenant au peuple sorabe a sa patrie traditionnelle et où une tradition sorabe linguistique ou culturelle jusqu’au présent peut être établie.

(2) En particulier le territoire de peuplement sorabe comprend les communes et parties des communes nommées dans l’annexe à cette loi.]36

  • 37 § 3 (2) « ... wobstawna rěcna a kulturna tradicija až do pritomnosći. / ... eine kontinuierliche sp (...)
  • 38 Il faut mentionner que l’adoption de la nouvelle version de la loi était en danger parce que quelqu (...)

16En principe la loi du Brandebourg procède de la même façon. Dans sa version originale de 1994 il y avait quand-même deux différences essentielles : les communes devaient mettre en évidence une tradition linguistique et culturelle37, et il n’y avait pas d’annexe énumérant les communes et parties des communes appartenant au territoire sorabe. Dans sa nouvelle version qui vient d’être adoptée tout récemment, ces deux différences par rapport à la loi saxonne ont été éliminées38.

17L’excursion dans le domaine de l’aspect juridique de la situation des Sorabes et du sorabe a montré que la question du territoire linguistique est de grande importance pour les Sorabes. L’inviolabilité du territoire linguistique sorabe a déjà été mise à l’épreuve par le fait que la Lusace est une région riche en lignite dont l’extraction se fait à ciel ouvert, ce qui cause la dévastation du territoire et la relocation de la population (d’ou le dicton sorabe « Dieu a créé la Lusace et le diable y a mis le lignite »). En RDA le lignite provenant de la Lusace était la source primaire d’énergie, et cela engendrait la disparition d’un nombre élevé de villages, dont beaucoup entièrement ou partiellement sorabes39.

  • 40 Förster 2014, 110-117. C’était en principe le commencement du mouvement écologique en RDA. Une figu (...)

18Un cas exemplaire est celui du village de Rogow/Horno, situé près de la Nysa/Neiße à 15 km de Baršć/Forst. La dévastation était prévue depuis 1977, mais les habitants s’y opposaient encore à l’époque de la RDA40. Après la réunification le plan de l’extraction de lignite de 1993 prévoyait de nouveau la dévastation du village et la relocation de ses habitants. Ceux-ci ont porté plainte devant la Cour constitutionnelle du Brandebourg, d’abord avec succès parce le plan n’avait pas de base légale. Après la création de cette base une nouvelle plainte fut récusée, et une plainte contre l’Allemagne devant la Cour européenne des droits de l’homme ne fut pas acceptée. Le cas Rogow/Horno était même discuté au sein du parlement suédois, parce que c’est maintenant une compagnie suédoise qui est responsable de l’extraction de lignite au Brandebourg. En dépit de tous ces efforts les habitants de Rogow/Horno durent quitter le village pour Nowy Rogow/Neu Horno, un nouveau quartier de Baršć/Forst, et la dernière maison fut détruite en 2005. Néanmoins l’expérience de Rogow/Horno a contraint le gouvernement du Brandebourg à ajouter un paragraphe dans la nouvelle version de la « loi sorabe » :

Kann im Zuge einer bergbaubedingten Umsiedlung von Einwohnerinnen und Einwohnern einer Gemeinde oder eines Gemeindeteils, die oder der zum angestammten Siedlungsgebiet gehört, keine geeignete Wiederansiedlungsfläche im angestammten Siedlungsgebiet nach § 3 des Gesetzes zur Förderung der Braunkohle im Land Brandenburg angeboten werden, so erweitert sich das angestammte Siedlungsgebiet um die Wiederansiedlungsfläche.

[Si dans le contexte d’une translocation d’habitant(e)s d’une commune ou d’une de ses parties appartenant au territoire de peuplement traditionnel causée par des activités minières, il est impossible d’offrir une zone de relocation convenable dans le territoire de peuplement traditionnel selon § 3 de la loi relative à l’extraction du lignite au Land de Brandebourg, le territoire de peuplement traditionnel est élargi à la zone de relocation.]41

  • 42 Une analyse de la situation linguistique en Basse-Lusace au commencement des années 1990 estima que (...)
  • 43 Ludwig Elle estima en 1999 que le nombre des personnes capables de se servir du haut-sorabe comme m (...)
  • 44 Voir la présentation dans Budar/Norberg 2006 et Budarjowa 2014. Il faut ajouter qu’aujourd’hui le n (...)
  • 45 Une interprétation plus optimiste se trouve chez Norberg 2006. Même si l’on partage cet optimisme i (...)

19Comme on le voit les Sorabes mènent une lutte acharnée afin de conserver leur territoire linguistique (et par cela les derniers vestiges de la Slavia en Allemagne). Mais l’âge de la globalisation n’est pas propice pour les langues minoritaires et les Sorabes ne sont pas exempts de ce développement général. On sait que le nombre des personnes maîtrisant le sorabe diminue de plus en plus, même s’il n’y a pas de données exactes. Le bas-sorabe comme langue maternelle n’est parlé que par des gens très âgés42, et le haut-sorabe43 n’est vraiment vital que dans la petite région catholique. Afin de ralentir, peut-être arrêter ou même renverser ce développement, on fait appel à l’éducation préscolaire et à l’école. C’est par le système WITAJ [bienvenue] qu’on essaie d’améliorer la situation, c.-à-d. de revitaliser le sorabe44. L’idée est de créer un environnement sorabe, si possible par immersion totale (afin d’éviter la submersion totale), et de mener les enfants à une maîtrise du sorabe semblable à celle des enfants de langue maternelle sorabe. Cela semble possible pour la région catholique où les enfants de langue maternelle allemande apprennent le haut-sorabe des éducatrices et des enfants de langue maternelle sorabe, parce que dans cette région il y a encore un environnement sorabophone en dehors des établissements (pré)scolaires. Il est beaucoup plus difficile, voire presqu’impossible, d’atteindre ce but en Basse-Lusace, où il n’y a pas un tel environnement et où les éducatrices elles-mêmes ne sont pas de langue maternelle bas-sorabe45. En plus le sorabe revitalisé risque d’être folklorisé au lieu d’être un moyen de communication de tous les jours.

20En somme on peut constater que les Sorabes ont essayé au dernier moment d’arrêter l’érosion de l’archipel sorabe dans la mer allemande par des mesures législatives. Il reste à voir si ces freins seront effectifs, si le territoire ne succombera pas à l’érosion interne et s’il sera possible de (re)créer un environnement garantissant un futur pour le sorabe.

21En guise de conclusion il convient de dire que pour le moment l’Allemagne n’est pas encore un « ossuaire des Slaves » à 100 %. Néanmoins le risque est grand qu’elle le devienne complètement ou que les vestiges du slave ne survivent que dans une forme ossifiée, folklorisée.

Haut de page

Bibliographie

Bart-Ćišinski Jakub. 1969. Zhromadźene spisy III : Lyrika, Budyšin, Domowina.

Bily Inge. 2014. « Ortsnamen », in Schön/Scholze 2014, p. 297-299.

Budar Ludmila, Norberg Madlena. 2006. « Les écoles sorabes après 1990 », Éducation et sociétés plurilingues 20, p. 27-38.

Budarjowa Ludmila. 2014. « Le sorabe à l’école : les sigles Witaj et 2plus, Revue des Études slaves 85, 2, p. 303-316.

Ela/Elle Ludwig. 2014. « Situation juridique et politique des Sorabes de Lusace : derniers développements », Revue des Études slaves 85, 2, p. 251-263.

Elle Ludwig. 2000. « Die heutige Situation der sorbischen Sprache und Konzepte ihrer Revitalisierung », in Leo Šatava, Susanne Hose (éd.), Erhaltung, Revitalisierung und Entwicklung von Minderheitensprachen – theoretische Grundlagen und praktische Maßnahmen, Bautzen, Sorbisches Institut (Kleine Reihe des Sorbischen Instituts l), p. 17-21.

Elle Ludwig. 2014. Sprachenpolitik in der Lausitz. Sprachenpolitik und Sprachenrecht im deutsch-sorbischen Gebiet 1990 bis 2014, Bautzen, Sorbisches Institut (Kleine Reihe des Sorbischen Instituts 20).

Fischel Alfred. 1919. Der Panslavismus bis zum Weltkrieg. Ein geschichtlicher Überblick, Stuttgart–Berlin, Cotta.

Förster Frank. 2007. Die „Wendenfrage“ in der deutschen Ostforschung 1933-1945. Die Publikationsstelle Berlin-Dahlem und die Lausitzer Sorben, Bautzen, Domowina (Schriften des Sorbischen Instituts 43).

Förster Frank. 2014. Verschwundene Dörfer im Lausitzer Braunkohlerevier (bearbeitet von Robert Lorenz). Dritte, bearbeitete und erweiterte Auflage, Bautzen, Domowina (Schriften des Sorbischen Instituts 8).

Giusti Wolf. 1941. Il panslavismo, Milano, Istituto per gli studi di politica internazionale (Manuali di politica internazionale 28).

Haubrichs Wolfgang. 1994. « Über die allmähliche Verfertigung von Sprachgrenzen. Das Beispiel der Kontaktzonen von Germania und Romania », in Id., Reinhard Schneider (éd.), Grenzen und Grenzregionen – Frontières et régions frontalières – Borders and Border Regions, Saarbrücken, SDV (Veröffentlichungen der Kommission für saarländische Landesgeschichte und Volksforschung 22), p. 99-129.

Hejret Jan. 1909. Pangermanismus a Slovanstvo, Praha (Studentský obzor menšinový 5).

Hoch Karel. 1946. Pangermanismus, Praha, Orbis.

Immisch Friedrich Heinrich. 1884. Der Panslawismus, unter den sächsischen Wenden mit russischem Gelde betrieben und zu den Wenden in Preußen hinübergetragen. Deutsche Antwort eines sächsischen Wenden, Leipzig, Hinrichs.

Jacob Ulf. 2008. « „Verwachsen mit der Scholle“ : zur Ambivalenz des medialen Wendenbildes im „Dritten Reich“ », in Karl-Siegbert Rehberg (éd.), Die Natur der Gesellschaft : Verhandlungen des 33. Kongresses der Deutschen Gesellschaft für Soziologie in Kassel 2006, 1-2, Frankfurt am Main, Campus.

Jentsch Helmut. 2014. « Czorneboh », in Schön/Scholze 2014, 82-83.

Jodlbauer Ralph, Spieß Gunter, Steenwijk Han. 2001. Die aktuelle Situation der niedersorbischen Sprache. Ergebnisse einer soziolinguistischen Untersuchung der Jahre 1993–1995, Bautzen, Domowina (Schriften des Sorbischen Instituts 27).

Jungmann Josef (éd.). 1846. Hlasowé o potřebě jednoty spisowného jazyka pro Čechy, Morawany a Slowáky, Praha, Kronberg (Spisy musejní 22).

Kasper Martin. 2000. Die Lausitzer Sorben in der Wende 1989/1990. Ein Abriss mit Dokumenten und einer Chronik, Bautzen, Domowina (Schriften des Sorbischen Instituts 28).

Koberski Leszek. 2004. « Związki Arnošta Muki z Akademią Umiejętnosći w Krakowie, in Peter Kosta, Madlena Norberg (éd.), Arnošt Muka – ein Sorbe und Universalgelehrter, Potsdam, Universitätsverlag (Podstupimske pśinoski k sorabistice 6), p. 83-90.

Kohn Hans. 1953. Pan-Slavism. Its History and Ideology, Notre Dame, University of Notre Dame Press.

Kollár Jan. 1868. Slávy dcera. Lyricko-epická báseň v pěti zpěvich s přidavkem básni drobnějších, Praha, Kober (Spisy Jana Kollára 1).

Kudela Jean. 1985. « Pourquoi il n’y a pas eu de République Populaire Sorabe », in Id. (éd.), Les Sorabes ou Serbes de Lusace, Paris, INALCO (Centre d’Étude des Civilisations de l’Europe Centrale et du Sud-Est. Cahier no. 3), p. 85-153.

Kudela Jean. 2009. « Le cas sorabe : Les rapports étroits entre sorabophonie et politique linguistique » in Thomas Szende (éd.), Politiques linguistiques, apprentissage des langues et francophonie en Europe centrale et orientale. Les défis de la diversité, Paris, eac, p. 113-124.

Lehmann Cornelius. 2014. « „Panslawistische Agitatoren“ oder „treue Wenden“ ? Das Bild der Sorben in der deutschen Tagespresse des Kaiserreiches », Lětopis 61, 2, p. 3-35.

Lorenc Kito. 1999. « Die Insel schluckt das Meer », Zeitschrift für slavische Philologie 58, 2, p. 409-422.

Lorenc–Zalěski Jakub. 1983. Kupa zabytych. Roman serbskeje pytaceje duše, Budyšin, Domowina.

Lorenc–Zalěski Jakub. 2000. Die Insel der Vergessenen. Roman einer suchenden Seele, Bautzen, Domowina (Die sorbische Bibliothek).

Lorentz Friedrich. 1925. Geschichte der pomoranischen (kaschubischen) Sprache, Berlin–Leipzig, Walter de Gruyter (Grundriß der slavischen Philologie und Kulturgeschichte).

Malink Jan. 2014. « Les protestants sorabes », Revue des Études slaves 85, 2, p. 265-272.

Meškank Timo. 2003. « Die Zwischenkriegszeit. Sorbische Nationalbewegung unter Irredentaverdacht » in Pech/Scholze 2003, p. 39-72.

Mětšk Frido. 1960. « Der Anteil der Stände des Markgraftums Oberlausitz an der Entstehung der obersorbischen Schriftsprache (1668-1726) » Zeitschrift für slavische Philologie 28, 2, p. 122-148.

Mětšk Frido. 1962. Die brandenburgisch-preußische Sorbenpolitik im Kreise Cottbus vom 16. Jahrhundert bis zum Posener Frieden (1806), Berlin, Akademie-Verlag (DAW zu Berlin, Veröffentlichungen des Instituts für Slawistik 25).

Mětšk Frido. 1969. Verordnungen und Denkschriften gegen die sorbische Sprache und Kultur während der Zeit des Spätfeudalismus : eine Quellensammlung, Bautzen, Domowina (Schriftenreihe für Lehrer und Erzieher im zweisprachigen Gebiet 1/69).

Muka Karol Ernest. 1904. « Szczątki języka polabskiego Wendów lüneburskich, zebrane i opracowane w latach 1901-1902 » in Materiały i Prace Komisji Językowej I, p. 313-569.

Mucke Ernst. 1908. Die Lüneburger Wenden in Geschichte, Volkstum und Sprache, Hannover, Geibel.

Norberg Madlena. 2006. « Ist die Revitalisierung der niedersorbischen Sprache realistisch ? » in Id., Das bilinguale Sprachprogramm WITAJ in der Kindertagesstätte und in der Schule in der Niederlausitz. Einblicke und Ausblicke, Bautzen, Rěcny centrum WITAJ-Sprachzentrum (Dokumentacija/ Dokumentation 4), p. 115-126.

Norberg Madlena. 2010. WITAJ in Brandenburg. Stand und Weiterentwicklung eines erfolgreichen bilingualen Sprachprogramms, Bautzen, Rěcny centrum WITAJ-Sprachzentrum (Dokumentacija/Dokumentation 4).

Nowusch Hans. 1988. Die Gleichberechtigung der Bürger sorbischer Nationalität in der DDR – verwirklichtes Menschenrecht, Bautzen, Domowina.

Olesch Reinhold. 1967. Fontes Linguae Dravaenopolabicae Minores et Chronica Venedica J. P. Schultzii, Köln–Graz, Böhlau (Slavistische Forschungen 7).

Id. 1989. « Pfeffingers Vocabulaire Vandale. Eine quellenanalytische Untersuchung » in Id. Gesammelte Aufsätze I. Dravaenopolabica, Köln–Wien (Slavistische Forschungen 59/I), p. 43-57.

Pech Edmund. 1999. Die Sorbenpolitik der DDR 1949-1970. Anspruch und Wirklichkeit, Bautzen, Domowina (Schriften des Sorbischen Instituts 21).

Pech Edmund, Scholze Dietrich (éd.). 2003. Zwischen Zwang und Beistand. Deutsche Politik gegenüber den Sorben vom Wiener Kongress bis zur Gegenwart, Bautzen, Domowina (Schriften des Sorbischen Instituts 37).

Pful Křesćan Bohuwěr. 1863-1864. « Pomniki Połobjan Słowjanšćiny », Časopis Towaŕstwa Maćicy Serbskeje 16-17, p. 28-67, 69-138, 141-195, 199-241.

Pjech, Edmund. 2006. « Němska kubłanska politika a narodne mjeńšiny w „krótkim 20. lětstotku“ (1918-1990). Serbja w přirunjowanju », Lětopis 53, 2, p. 29-47.

Remes Friedrich W. 1993. Die Sorbenfrage 1918/1919. Untersuchung einer gescheiterten Autonomiebewegung, Bautzen, Domowina (Schriften des Sorbischen Instituts 3).

Rzetelska-Feleszko Ewa. 1986. Pomorze Zachodnie. Nasz język dawniej i dziś, Warszawa, PWN.

Sanguin André-Louis. 1996. « Les Sorabes de l’ex-R.D.A. après la fin du communisme. La recomposition territoriale du plus petit des peuples slaves », in Revue des Études slaves 68/1, p. 55-68.

Scholze Dietrich. 2014. « Wenden », in Schön/Scholze 2014, p. 488.

Schön Franz, Scholze Dietrich (éd.). 2014. Sorbisches Kulturlexikon. Bautzen, Domowina.

Schurmann Peter. 1998. Die sorbische Bewegung 1945-1948 zwischen Selbstbehauptung und Anerkennung, Bautzen, Domowina (Schriften des Sorbischen Instituts 18).

Schurmann Peter. 2003. « Die Sorbenfrage als Politikum. Gemeinsamkeiten und Unterschiede der sorbischen nationalen Bewegung nach dem Ersten und dem Zweiten Weltkrieg », in Pech/Scholze 2003, p. 151-183.

Steenwijk Han. 2003. « Wendisch – Sorbisch : sprachliches Begriffspaar oder Ausdruck sozialer Gegensätze ? », in Der Niedersorben Wendisch. Eine Sprach-Zeit-Reise, Bautzen, Domowina, p. 10-14.

Toussaint Maurice. 1955. La frontière linguistique en Moselle, Paris, Picard.

Verfassung. 2001. Verfassung des Freistaates Sachsen. Wustawa Swobodneho kraja Sakskeje, Dresden, Sächsische Landeszentrale für politische Bildung.

Vierset Auguste. 1923. Un peuple martyr. La Question des Wendes (Serbes de Lusace) devant l’opinion publique, Bruxelles, Office de Publicité.

Wałda Měrćin. 2014. « Le noyau catholique sorabe », Revue des Études slaves 85, 2, p. 273-280.

Witte Hans. 1884. Das deutsche Sprachgebiet Lothringens und seine Wandlungen von der Feststellung der Sprachgrenze bis zum Ausgang des 16. Jahrhunderts, Stuttgart, Engelhorn.

Wustawa. s.a. Wustawa kraja Bramborska wót 20. awgusta 1992 (GVBl. I bok 298), slědny raz změnjona pśez kazń wót 16. junija 2004 (GVBl. I bok 254), Potsdam.

Zeiler Rudolf. 1964. Aspects politiques et psychologiques de la situation minoritaire, Thèse, Strasbourg.

conventions.coe.int/Treaty/Commun/ListeDeclarations.asp ?NT =148&CM =1&DF =2/27/2008&CL =FRE&VL =0 (Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, liste des déclarations) consulté le 6 janvier 2015

revosax.sachsen.de/Details.do ?sid =8531015096333 (« loi sorabe » de l’État libre de Saxe de 1999 – Gesetz über die Rechte der Sorben im Freistaat Sachsen (Sächsisches Sorbengesetz – SächsSorbG), version allemande) consulté le 2 janvier 2015

www.archiv-verschwundene-orte.de/kartenteppich/karte.html (carte des villages dévastés par l’extraction de lignite) consulté le 2 janvier 2015

www.bravors.brandenburg.de/sixcms/media.php/land_bb_bravors_01.a.111.de/GVBl_I_07_2014.pdf (« loi sorabe » du Brandebourg : changements à la version de 1994 adoptés en 2014 – Gesetz über die Ausgestaltung der Rechte der Sorben/Wenden im Land Brandenburg (Sorben/Wenden-Gesetz - SWG), version allemande) consulté le 2 janvier 2015

www.bravors.brandenburg.de/sixcms/detail.php ?gsid =land_bb_bravors_01.c.13784.de (« loi sorabe » du Brandebourg dans la version de 2014 – Gesetz über die Ausgestaltung der Rechte der Sorben/Wenden im Land Brandenburg (Sorben/Wenden-Gesetz - SWG), versions allemande et bas-sorabe) consulté le 2 janvier 2015

www.bravors.brandenburg.de/sixcms/detail.php ?gsid =land_bb_bravors_01.c.23338.de (constitution du Brandebourg, version allemande) consulté le 2 janvier 2015

www.bravors.brandenburg.de/sixcms/detail.php ?gsid =land_bb_bravors_01.c.47208.de (« loi sorabe » du Brandebourg de 1994 – Gesetz über die Ausgestaltung der Rechte der Sorben/Wenden im Land Brandenburg (Sorben/Wenden-Gesetz - SWG), version allemande) consulté le 2 janvier 2015

www.lr-online.de/nachrichten/Tagesthemen-Warum-aus-Dobristroh-nicht-Braunfelde-wurde ;art1065,4011148 (article sur le nom du village Dobristroh/Freienhufen) consulté le 6 janvier 2015

www.smwk.sachsen.de/download/Sorbengesetz_sorb.pdf (« loi sorabe » de l’État libre de Saxe de 1999 – Zakoń wo prawach Serbow w Swobodnym staće Sakskej (Sakski serbski zakoń – SSZ), version haut-sorabe) consulté le 2 janvier 2015

Haut de page

Notes

1 Pour un regard plus approfondi sur la situation à l’ouest voir Witte 1884, Toussaint 1955 et Haubrichs 1994.

2 Dans ce cas-là on devrait peut-être parler plutôt de « panteutonisme » puisque les autres peuples germaniques n’étaient pas impliqués.

3 À propos du « pangermanisme » et « panslavisme » il y avait au XIXe et XXe siècle une vraie guerre médiatique avec des accusations mutuelles, voir, p. ex. Fischel 1919, Giusti 1941 (sur le « panslavisme »), Hejret 1909, Hoch 1946 (sur le « pangermanisme ») et, déjà en dehors de la polémique, Kohn 1953.

4 Il faut néanmoins souligner que ces plans d’expansion à l’est se distinguaient nettement du passé avant tout dans le domaine de la langue. Dans ces plans une assimilation linguistique de la population autochtone (pour la plupart slave) n’était pas prévue, au contraire : l’idéologie raciste exigeait une séparation nette entre les nouveaux maîtres allemands et les subjugués. Ces derniers ne devaient pas être germanisés. À l’école ils apprendraient l’allemand à un degré suffisant afin de comprendre les ordres de leurs maîtres, mais pas plus (voir l’argumentation de Himmler dans son mémoire de 1940 ci-dessous, note 26).

5 Les frontières autrichiennes furent reconnues par le traité de paix de Vienne en 1955, tandis que les frontières allemandes devaient attendre la chute du rideau de fer (traité de Moscou, signé par les « 4 + 2 » en 1990) afin de devenir définitives. Jusqu’à ce moment-là il y avait toujours la crainte du côté de la Pologne que l’Allemagne (et surtout une Allemagne réunie) revendiquerait ses frontières de 1937. Une crainte semblable (pas au niveau des frontières, mais relative à des restitutions et compensations) existe encore chez les Tchèques puisque le problème des « décrets Beneš » de 1945 (justifiant l’expropriation et l’expulsion des Allemands immédiatement après la guerre) n’est toujours pas résolu définitivement.

6 Dans le passé il y avait encore d’autres îles linguistiques slaves en territoire allemand (ill. 1) : les Polabes, les Slovinces et les Kachoubes (voir ci-dessous).

7 Selon la législation autrichienne et la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, il faut encore ajouter les Tchèques et les Slovaques à Vienne mais ces deux groupes (qui ne se sont séparés qu’après la chute de la deuxième république tchécoslovaque et la création de deux États souverains, la République tchèque et la Slovaquie) sont plutôt le résultat d’une migration urbaine et on peut douter qu’il s’agisse vraiment de minorités autochtones. De toute façon il n’y a pas de territoire linguistique clairement défini.

8 Kollár est d’origine slovaque et par conséquent son prénom devrait être Ján, mais il était opposé farouchement à la création d’une langue littéraire slovaque et en faveur d’une « langue unique pour les Tchèques, Moraves et Slovaques » qu’était le tchèque (voir Jungmann 1846). Par conséquent il n’utilisait jamais le slovaque comme langue écrite.

9 Le texte est cité selon l’édition élargie Kollàr 1868. C’est dans Slávy dcera que l’on trouve l’expression fameuse Slavů kostnice [l’ossuaire des Slaves], reprise dans le titre de cet article (Kollár 1868, 127 sonnet II 101) : « I sám Mílek přišel ku veselší / Mysli, raduje se velice, / Když jsme z oné Slavů kostnice, / Germanie, vyšli k cestě delší; » [Et Mílek même arriva à des pensées plus joyeuses et se réjouit beaucoup quand nous sortîmes de cet ossuaire des Slaves, la Germanie, afin de continuer notre route.]

10 Le Rhin semble être assez éloigné du territoire anciennement slave, mais pour l’imagologie tchèque il est important parce que Jan Hus fut condamné et brûlé au bûcher à Constance qui est situé au Seerhein [Rhin du lac] entre les deux parties du lac de Constance.

11 Les deux dernières ne figurent pas encore dans la première édition et, tirées de la mythologie classique, elles ont évidemment une autre valeur symbolique.

12 En effet presque toutes les informations sur des situations linguistiques préhistoriques sont tirées des toponymes parce qu’ils sont souvent conservés et adaptés par des colonisateurs alloglottes et restent ainsi comme le souvenir « ossifié » de la langue disparue (voir Bily 2014).

13 La distribution des formes ne suit pas toujours la répartition dialectale : en russe il y a une forte influence du slavon, c.-à-d. de la langue traditionnelle des églises orthodoxes slaves qui dérive du slave méridional. C’est grâce à cette influence qu’on trouve, à côté des toponymes « russes » comme Новгород/Novgorod des formes « slavonisées » comme Ленинград/Leningrad ou Сталинград/Stalingrad.

14 Le fait que la capitale de l’Allemagne porte un nom d’origine slave (et cela est vrai pour beaucoup de toponymes des environs de Berlin comme p. ex. Potsdam ou Brandenburg) ne semble pas dépourvu d’ironie. Mais ces noms « allogènes » ne sont pas rares du tout : la Prusse porte le nom d’un peuple balte, la Russie celui d’un groupe germanique (mais le nom est lui-même d’origine allogène), la Bulgarie d’un peuple turc-tatar etc.

15 Dans le passé Wenden et wendisch, parfois rendu par Vendes ou Wendes et vende ou wende en français (p. ex. dans Vierset 1923) désignaient tous les Slaves en allemand et n’avaient pas de connotation péjoratives (voir Scholze 2014). (De même Welsche et welsch était en usage pour tous ceux parlant une langue romane.) Plus tard ils n’étaient employés que pour les Sorabes et, dans une forme légèrement remaniée (Windische, windisch), pour les Slovènes en Autriche. En RDA Wende et wendisch étaient officiellement proscrits et remplacés par Sorbe et sorbisch puisque les anciennes désignations étaient considérées comme péjoratives. Après la réunification de l’Allemagne, Wende et wendisch ont connu une renaissance partielle en Basse-Lusace : une partie des Sorabes se considère comme des Wenden et le bas-sorabe dialectal comme wendisch, tandis que le bas-sorabe standard et le haut-sorabe sont, pour eux, sorbisch. D’autres emploient Wende/wendisch ou Sorbe/sorbisch selon le contexte (dans une conversation générale ou dans une discussion professionnelle, respectivement). D’autres encore continuent la tradition de la RDA et refusent de parler de Wende/wendisch (voir Steenwijk 2003). Au plan législatif le Brandebourg a introduit, dans l’esprit du politiquement correct, un système de dénomination double obligatoire : Sorbe(n)/Wende(n) et sorbisch/wendisch (voir les textes légaux cités ci-dessous). Dans le cas de Windische et windisch le développement est un peu différent : on distingue Slowenen/slowenisch, employés par et pour ceux qui ont une orientation plutôt slave, de Windische/windisch, ce qui indique une orientation autrichienne. (Pendant la guerre froide Slowene/slowenisch pouvait en plus avoir une connotation politique, exprimant une attitude positive envers la Yougoslavie.)

16 Jacob 2008, 2261, Pjech 2006, 36. Dans le dernier cas le choix du nouveau nom trahit une perfidie particulière, parce que le margrave Gero (900-965) est connu chez les Slaves comme celui qui invita trente nobles sorabes à un banquet et les fit assassiner tous.

17 À Freienhufen on fêta même l’anniversaire de ce nouveau nom en 2012 ce qui provoqua la colère chez les Sorabes. Mais il semble que la situation n’ait pas été si nette : un autre nom proposé pour Dobristroh était Braunfelde, ce qui pouvait être interprété comme une allusion à la couleur communément associée avec le nazisme. Dans ce cas Freienhufen était un moindre mal (www.lr-online.de/nachrichten/Tagesthemen-Warum-aus-Dobristroh-nicht-Braunfelde-wurde;art1065,4011148).

18 L’intérêt pour le polabe précède la « renaissance slave » de plus d’un siècle. Une des sources importantes pour nos connaissances du polabe est le Vocabulaire Vandale (français – polabe) de l’Alsacien Johannes Friedrich Pfeffinger, envoyé 1704 à Gottfried Wilhelm Leibniz et publié en 1711 dans le livre Io. G. Eccardi Historia studii etymologici, Hanovre (édition critique Olesch 1967, 35-49, voir aussi Olesch 1989). Il s’agit là de la première publication de textes polabes. Il convient d’indiquer que les Sorabes ont montré (et montrent de nos jours) un intérêt particulier pour les Polabes et le polabe : ainsi la Maćica Serbska, l’organisation savante et culturelle des Sorabes, republia tous les textes polabes connus à l’époque dans son journal (Pful 1863-1864) et le savant sorabe A. Muka écrivit une étude approfondie sur les Polabes en polonais et en allemand (Muka 1904, Mucke 1908) à l’instigation et avec une bourse de l’Académie des Arts de Cracovie (Koberski 2004, 85).

19 Le slovince et le kachoube sont souvent réunis sous le nom de poméranien (Lorentz 1925, Rzetelska-Feleszko 1986). Le kachoube était souvent considéré comme un dialecte du polonais, surtout du point de vue polonais. Au XIXe siècle ce n’était pas seulement une question linguistique, mais également politique : pour la « nation sans État » qu’étaient les Polonais entre 1795 et 1918, séparer le kachoube du polonais était perçu comme une tentative de la politique du divide et impera de la part de l’Allemagne (en effet ce sera exactement l’argumentation de Himmler dans son mémoire de 1940, voir ci-dessous, n. 26). Aujourd’hui le kachoube est reconnu officiellement (dans la législation polonaise et par la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, signée en 2005, ratifiée en 2009) comme langue régionale en Pologne (conventions.coe.int/Treaty/Commun/ListeDeclarations.asp?NT=148&CM=1&DF=2/27/2008&CL=FRE&VL=0).

20 Contrairement à ce qu’on croit la Réforme n’a pas bénéficié aux langues du peuple en général. Ce n’était surtout pas le cas des langues des minorités ; ces langues ont dû se battre contre l’hégémonie des langues dominantes respectives. Là l’Église catholique avec sa langue officielle supra-nationale était moins dangereuse pour les langues minoritaires (Zeiler 1964). Le sorabe est exemplaire à cet égard : la langue s’est maintenue beaucoup mieux chez le petit groupe des Sorabes catholiques (c’est le « noyau sorabe » où le sorabe, appris comme langue maternelle par les enfants, est resté la langue de tous les jours dans la plupart des familles et dans quelques villages), tandis que les régions habitées par les protestants (qui dans le passé étaient beaucoup plus nombreux que les catholiques) succombaient à la germanisation plus facilement. Il faut dire que le maintien de la langue et de la foi profitait de la situation de la minorité double : on était sorabe et catholique dans un environnement allemand et protestant. La situation linguistique actuelle chez les protestants et les catholiques est décrite chez Malink 2014 et Wałda 2014.

21 On connaît un grand nombre de décrets et ordonnances des autorités de l’État et de l’Église visant la germanisation des Sorabes (Mětšk 1969), mais aussi quelques-uns promouvant le sorabe (Mětšk 1960) ; pour le bas-sorabe en particulier voir Mětšk 1962.

22 Bart-Ćišinski 1969, 70-76 (écrit en 1891) :

Přećelo, haj małka serbska zemja
je a małki serbski narod jako
kupa mólčka wosrjedź wulkoh morja.
A ja tola kruće wěrju, zo
jeho mócne žołmy njepočerja
naše serbske hona, wsy a dwory.

[Oui, mon ami, petite est la terre sorabe
et petit le peuple sorabe comme
une île minime au milieu d’une grande mer.
Mais je crois fermement que
ses vagues puissantes n’avaleront pas
nos champs, villages et fermes sorabes.]

Il n’est pas dépourvu d’ironie qu’un autre poème du même auteur, Helgoland – Łužica [Helgoland – Lusace] fasse la comparaison de la Lusace sorabe avec l’île d’Helgoland qui, pour sa part, était emblématique pour les Allemands (en 1841 le poète Hoffmann von Fallersleben écrivit le texte du Chant des Allemands à Helgoland, à l’époque britannique, et l’Allemagne impériale renonça à des aspirations coloniales en Afrique en échange de ce petit îlot en 1890) : « Łužica, ty Helgolandej w morju / runja sy. Kak ćěsni mje a krjudźi, / zo sy w boju hoberskim a w horju / jako syrotka srjedź cuzych ludźi! » [Lusace, tu ressembles à Helgoland dans la mer. Comme cela m’opprime et me fait mal que tu sois comme orpheline parmi des étrangers dans cette lutte héroïque et dans le chagrin.] (Bart-Ćišinski 1969, 19-20, écrit en 1894/95). (Les traductions du sorabe et de l’allemand ici et dans ce qui suit sont celles de l’auteur à l’exception des cas où une autre traduction est citée.)

23 Lorenc–Zalěski 1983. Les éditions sorabes ajoutent l’adjectif « sorabe » à l’âme qui cherche qui est absent de la version manuscrite. Il n’est même pas clair si le sous-titre est original puisqu’il n’est pas de la main de l’auteur (Ch. Prunitsch dans Lorenz–Zalěski 2000, 142). Mais le sous-titre des éditions sorabes publiées souligne une fois de plus l’association étroite de « sorabe » et « île ».

24 Les Sorabes avaient envoyé une délégation à Paris mais elle ne fut pas admise à la conférence (pour plus d’informations voir Remes 1993, Schurmann 2003, 152-168). Les demandes des Sorabes étaient reçues favorablement par une partie du public français (parfois avec l’intention d’affaiblir l’Allemagne), et les Sorabes étaient même qualifiés de « peuple martyr » (voir le titre de Vierset 1923).

25 Cette crainte n’était pas sans précédent : déjà au XIXe siècle les Sorabes se voyaient accusés de « panslavisme » par une campagne dans des gazettes allemandes et étaient contraints de se défendre (Immisch 1884, Lehmann 2014).

26 Voir Meškank 2003 et Förster 2007, 177-179 (publication du mémoire de Himmler du 15 mai 1940 Einige Gedanken über die Behandlung der Fremdvölkischen im Osten [Quelques idées à propos du traitement des populations allogènes à l’est]).

27 Pour les détails voir Kudela 1985, Schurmann 1998.

28 Voir la position officielle dans Nowusch 1988 et l’analyse plus nuancée ex post dans Pech 1999. Le débat autour de l’effet positif ou non de la politique minoritaire de la RDA pour les Sorabes continue de nos jours. Il est incontestable que l’atrophie du territoire linguistique continuait et s’accélérait même pendant les quarante ans de l’existence de la RDA, mais il est difficile de savoir si ce développement aurait été plus favorable sous d’autres conditions politiques.

29 C’était un des propos de la table ronde des Sorabes, organisée selon l’exemple de la « grande » table ronde de la RDA (Kudela 2009, 117, Kasper 2000, 66-71).

30 Constitution de la RDA de 1968/74, § 40 (traduction française chez Ela/Elle 2014, 251) et Gesetz zur Wahrung der Rechte der sorbischen Bevölkerung [Loi relative à la sauvegarde des droits de la population sorabe] (Nowusch 1988, 148-149). La loi fut approuvée par la Diète (Landtag) de la Saxe en 1948 ; pour le Brandebourg il y avait un décret gouvernemental analogue en 1950 (Nowusch 1988, 150-151). Même si plus tard les Länder furent abolis en faveur de districts, la loi et le décret restaient en vigueur.

31 Voir Ela/Elle 2014 et surtout Elle 2014 pour l’ensemble de la législation relative aux Sorabes depuis 1990.

32 Constitution du Brandebourg 1992, § 25 (1), cité selon Wustawa s.a., 20 (version sorabe) www.bravors.brandenburg.de/cms/detail.php?gsid=land_bb_bravors_01.c.23338.de#25 (version allemande), Ela/Elle 2014, 254 (traduction française ; Sanguin 1996, 66 traduit « Le droit du peuple sorabe de protéger et de maintenir son identité nationale et son aire traditionnelle de peuplement est garanti. »). Le texte sorabe des constitutions, même s’il est publié par des institutions officielles, n’est pas considéré comme authentique du point de vue juridique. Les « lois sorabes », par contre, sont publiées, outre la version allemande, en versions bas- et haut-sorabe officielles, respectivement. (Ici et dans ce qui suit c’est nous qui soulignons.)

33 www.bravors.brandenburg.de/sixcms/detail.php?gsid=land_bb_bravors_01.c.47208.de#3 (versions bas-sorabe et allemande).

34 Verfassung 2001, 22-23, § 5 et 6 (versions haut-sorabe et allemande), Ela/Elle 2014, 255-256 (traduction française). Une allusion au territoire se trouve dans l’article 5 (1) qui traite du peuple en général. Ici on parle déjà de « prawo na domiznu / Recht auf die Heimat », rendu (faute de mieux) par « droit à la petite patrie » (Sanguin 1996, 65 traduit « droit de vivre dans son propre pays natal »). Dans l’article 6, qui traite des Sorabes en particulier, il y a de nouveau une allusion floue au territoire qui ne peut pas être interprétée comme une garantie : « Němsko-serbski charakter sydlenskeho teritorija serbskeje narodnosće ma so zdźeržeć. / Der deutsch-sorbische Charakter des Siedlungsgebietes der sorbischen Volksgruppe ist zu erhalten. » [Le caractère germano-sorabe du territoire de peuplement sorabe doit être conservé.] (À noter l’ordre des éléments dans l’adjectif composé.)

35 www.smwk.sachsen.de/download/Sorbengesetz_sorb.pdf (version sorabe), revosax.sachsen.de/Details.do?sid=8531015096333&jlink=p2&jabs=4 (version allemande).

36 www.smwk.sachsen.de/download/Sorbengesetz_sorb.pdf (version sorabe), revosax.sachsen.de/Details.do?sid=1811015096374&jlink=p3&jabs=5 (version allemande). Une partie de ce texte se trouve chez Kudela 2009, 115 dans une traduction légèrement différente : « les communes dans lesquelles sont en nette majorité les citoyens appartenant au peuple sorabe qui y ont leur patrie depuis longtemps, et où l’on peut prouver l’existence de la langue ou de traditons culturelles sorabes jusqu’à aujourd’hui ».

37 § 3 (2) « ... wobstawna rěcna a kulturna tradicija až do pritomnosći. / ... eine kontinuierliche sprachliche und kulturelle Tradition bis zur Gegenwart. » [... une tradition linguistique et culturelle suivie jusqu’au présent.] www.bravors.brandenburg.de/sixcms/detail.php?gsid=land_bb_bravors_01.c.13784.de (versions allemande et sorabe).

38 Il faut mentionner que l’adoption de la nouvelle version de la loi était en danger parce que quelques communes énumérées dans l’annexe du projet de la loi s’opposaient à leur inclusion, citant le manque de traditions et/ou de traces linguistiques sorabes et protestant contre l’intrusion du Land dans les affaires des communes (et craignant évidemment des dépenses additionnelles pour les affichages bilingues dans l’espace public). La loi était alors adoptée avec une annexe provisoire et les communes peuvent décider jusqu’en février 2016 si elles veulent être incluses dans l’annexe ou non. Pour les changements par rapport à la loi de 1994 voir www.bravors.brandenburg.de/sixcms/media.php/land_bb_bravors_01.a.111.de/GVBl_I_07_2014.pdf (texte allemand ; une version sorabe n’existe pas encore).

39 Voir Förster 2014 et www.archiv-verschwundene-orte.de/kartenteppich/karte.html.

40 Förster 2014, 110-117. C’était en principe le commencement du mouvement écologique en RDA. Une figure importante dans cette lutte était l’écrivain sorabe Jurij Koch.

41 § 3 (3) www.bravors.brandenburg.de/sixcms/detail.php?gsid=land_bb_bravors_01.c.47208.de.

42 Une analyse de la situation linguistique en Basse-Lusace au commencement des années 1990 estima que le nombre de personnes avec des « connaissances » du bas-sorabe ne dépasserait pas 7000 (Jodlbauer et al. 2001, 38-39), et la plupart de ces personnes (y compris tous ceux qui parlaient le bas-sorabe comme langue maternelle) avait déjà dépassé l’âge de soixante ans à l’époque.

43 Ludwig Elle estima en 1999 que le nombre des personnes capables de se servir du haut-sorabe comme moyen de communication sans problèmes était de 15000 au maximum (Elle 2000, 18).

44 Voir la présentation dans Budar/Norberg 2006 et Budarjowa 2014. Il faut ajouter qu’aujourd’hui le nom de WITAJ a plusieurs significations. À l’origine il n’était employé que pour le système d’immersion totale propagé par le Serbske šulske towarstwo/Sorbischer Schulverein [Association scolaire sorabe] (ainsi Budarjowa 2014) et modelé selon le système DIWAN en Bretagne. Aujourd’hui il désigne également l’enseignement bilingue allemand-sorabe en général (surtout dans le Brandebourg, voir Norberg 2010). Enfin il y a le Rěčny/Rěcny centrum WITAJ-Sprachzentrum [centre linguistique WITAJ] de la Domowina (l’organisation nationale des Sorabes) qui a pour but de développer des activités afin de conserver et de promouvoir le sorabe, avant tout dans les établissements préscolaires et scolaires.

45 Une interprétation plus optimiste se trouve chez Norberg 2006. Même si l’on partage cet optimisme il faut se rendre compte que le bas-sorabe, s’il était vraiment revitalisé, se distinguerait nettement du bas-sorabe traditionnel parlé jadis par la population autochtone dans presque tous les aspects (phonétique, grammaire, syntaxe, lexique) parce qu’il serait basé sur le bas-sorabe standard et influencé par la langue maternelle des locuteurs (l’allemand dans la plupart des cas).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Territoires linguistiques allemand et slave
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2102/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure 2 : Atrophie du territoire linguistique sorabe à partir du XVIe siècle
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2102/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roland MARTI, « « L’ossuaire des Slaves » ? », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/2102 ; DOI : 10.4000/mimmoc.2102

Haut de page

Auteur

Roland MARTI

Université de la Sarre à Sarrebruck :professeur de philologie slave (depuis 1989)INALCO: chargé de cours Langue, Civilisation et Littérature sorabes (2014-2015)Responsabilités:Doyen de la Faculté des Lettres 1998-2000 et 2012-2014Membre du conseil scientifique de l'Institut sorabe à Budyšin/BautzenChoix de publications dans le domaine des études sorabes:ó w dolnoserbšćinje – ó in Lower Sorbian – ó im Niedersorbischen, Saarbrücken: Universität des Saarlandes, Institut für Phonetik 2007 (Phonus 11), 140 pp.Mato Kosyk 1853-1940. Materialije prědneje Kosykoweje konference. Materialien der ersten Kosyk-Konferenz. Proceedings of the First Kosyk Conference, Wjerbno/Werben, 15.-18.6.2003, Budyšyn: Ludowe Nakładnistwo Domowina 2004 (Spise Serbskego instituta 40) (éditeur)„Dans la gueule du loup: les Sorabes en Allemagne“, Slavica occitania 20 (2005), pp. 93-112.„(Un)articulated definiteness. Nominal determination in Sorbian: Moving from an articleless language to a language with articles?“, Language Typology and Universals (STUF) 65 (2012) 3, pp. 296-316.„Cheval de Troie ou île menacée? Les Sorabes en Allemagne“, Catherine Teissier, Charles Zaremba (edd.), Le tien e(s)t le mien. Échanges culturels et linguistiques entre les mondes slave et germanique, Aix-en-Provence: Presses Universitaires de Provence 2012, pp. 99-117.„Spracherhalt und sprachliche Revitalisierung: Sorbisch als Beispiel“, Christian Voß, Wolfgang Dahmen (edd.), Babel Balkan? Politische und soziokulturelle Kontexte von Sprache in Südosteuropa, München etc.: Sagner 2014 (Südosteuropa-Jahrbuch 40), pp. 115-136.„Le ghetto du folklore ou la folklorisation des minorités : le cas des Sorabes“ Stanisław Fiszer, Didier Francfort, Antoine Nivière, Jean-Sébastien Noël (edd.), Folklores et politique. Approches comparées et réflexions critiques Europes - Amériques, Paris: Éditions Le Manuscrit 2014, 121-140

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page