Navigation – Plan du site

La société galicienne contemporain, une identité multiple ?

Antoine Fraile

Entrées d’index

Mots-clés :

stéréotypes, langue, galicien

Aires géographiques :

Espagne
Haut de page

Texte intégral

1Pour expliciter quelque peu le titre de cet article, je tiens à préciser que celui-ci posera probablement autant de questions qu’il prétend apporter de réponses. Il ne s’agit en aucun cas de chercher à donner une définition de ce que pourrait être cette identité galicienne, mais plutôt de tenter de la cerner et de la situer dans un contexte plus vaste, qui est celui de l’Espagne et d’une éventuelle identité espagnole pour voir comment les deux peuvent s’articuler.

  • 1 Manuel RIVAS, El lápiz del carpintero, Alfaguara, Madrid, 1999, 201p.

2Mon approche ne sera pas une approche littéraire que j’aurais pu tenter, par exemple, à partir de l’œuvre du Galicien Manuel Rivas. Dans son roman, El lápiz del carpintero1, ce dernier tentait de faire sentir à son lecteur comment pouvait se matérialiser une identité à travers tous les liens plus ou moins ténus qui unissent un Galicien à sa terre d’origine. Un des grands moments du livre est à ce titre un banquet imaginaire que le héros Daniel Da Barca décrit à l’un de ses camarades de prison et qui fait rêver ce dernier au point qu’il croit réellement manger tous les produits locaux et les plats décrits. Cette identité galicienne est aussi affirmée par les rapports affectifs que Manuel Rivas entretient avec sa langue, le galicien. Ce sont des rapports mystérieux, passionnels qui relèvent, de son propre aveu, de l’irrationnel.

3Or mon approche sur ces rapports entre la langue et l’identité galicienne se veut à l’opposé de celle de Manuel Rivas, car je la souhaite la plus rationnelle possible. De plus, tout en sachant qu’on ne peut quantifier tout cela, c’est bien aussi avec des chiffres que je souhaiterais éclairer cette problématique. C’est donc, en tentant, avant tout, d’évaluer les rapports que les Galiciens entretiennent avec leur langue que je souhaiterais éclairer la complexité de leur position en matière d’identité, surtout lorsqu’il s’agit de situer celle-ci dans un ensemble plus vaste qui est celui de l’Espagne.

  • 2 Henrique MONTEAGUDO, Xan M.BOUZADA, O proceso de normalización do idioma galego, 1980-2000, Polític (...)

4Mais je vais, tout d’abord, partir d’une approche plus globale en me fondant sur un certain nombre de données objectives, c’est-à-dire des travaux du CIS (Centro de Investigaciones Sociológicas, Centre de Recherches Sociologiques), données relativement anciennes puisqu’elles datent de 1996-1998. Mais cet ensemble est complété par trois travaux beaucoup plus récents, dont l’un est particulièrement intéressant, puisqu’il s’agit d’une enquête restreinte menée en 2001 par le Consello da Cultura Galega auprès des principaux acteurs et experts de la langue galicienne, soit un total de 45 personnes, parmi lesquelles je me trouvais. C’est à ce titre que j’ai eu communication des résultats aux différentes étapes de l’élaboration du travail qui a donné lieu en 2002 à la publication par Henrique Monteagudo d’un ouvrage important : Política Lingüística : Análise e perspectivas2

5Enfin, une dernière source a simplement été constituée par la presse et par les déclarations récentes de certains hommes politiques. En effet en juin 2005, après plus de quinze années de gouvernement sans partage du PP (Parti Populaire), sous la houlette de Manuel Fraga Iribarne, de profonds changements sont intervenus, avec la victoire d’une coalition des socialistes du PSG (Parti Socialiste de Galice) et des nationalistes du BNG (Bloc Nationaliste Galicien). Or chacune de ces trois forces est porteuse d’une partie de l’identité galicienne. Je voudrais donc dans un premier temps m’intéresser à ces travaux qui cherchent à situer la Galice dans cette entité plus large qu’est l’Espagne, puis m’intéresser plus précisément à l’un des éléments forts de l’identité galicienne : sa langue, avant de terminer par la situation politique actuelle.

Une première approche de la question de l’identité galicienne

6La question de l’identité régionale était au centre d’une enquête menée, il y a maintenant dix ans par le CIS. Il s’agissait d’obtenir une photographie cohérente du degré d’identification d’une personne avec la région dont elle était originaire, mais aussi avec l’Espagne.

7Il se trouve que selon ce travail, 74 % des Galiciens préfèrent le terme « région » à celui de « nation ». Il faut noter que ce pourcentage est très élevé puisqu’il concerne les trois quarts des personnes et que, s’il est moins fort qu’en Castille-La Manche (92 %) ou en Estrémadure (94 %), il est sensiblement plus élevé qu’en Catalogne (59 %) ou qu’au Pays Basque (50 %). Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que la question du nationalisme se pose autrement en Galice que dans d’autres Communautés Autonomes dites historiques : il n’existe en Galice qu’un seul parti nationaliste et celui-ci n’est jamais parvenu à diriger la région, même s’il est aujourd’hui associé au gouvernement régional dirigé par les socialistes.

8Les questions posées à la suite peuvent paraître plus perverses puisqu’elles cherchent à faire en sorte que les personnes interrogées expriment leur préférence sur les termes « sentiment régional » ou « identité régionale ». Pour 82 % des Galiciens il existe un fort « sentiment régional » et pour 70 % d’entre eux, il existe une « forte identité régionale ». Ce qui nous montre, si besoin était, que nous sommes bien dans une région qui revendique sa forte identité, quels que soient les termes employés, et nous voyons également qu’ils sont plus nombreux à ne pas vouloir affirmer trop fort une quelconque différence.

9L’autre réponse essentielle est que 71 % des Galiciens considèrent que le sentiment régional n’est pas comparable au nationalisme. Nous voyons donc que les Galiciens ont une forte conscience d’appartenir à une communauté régionale, puissamment marquée de façon identitaire, mais ils n’en sont pas pour cela nationalistes au même titre que les Catalans ou les Basques :

Figure n° 1 : Felix MORAL, Identidad regional y nacionalismo en el Estado de las Autonomías, Madrid, CIS, 1998, p. 37

Figure n° 1 : Felix MORAL, Identidad regional y nacionalismo en el Estado de las Autonomías, Madrid, CIS, 1998, p. 37

10Le graphique ci-dessus, que l’on peut considérer comme une carte de l’Espagne montre dans une lecture de gauche à droite, de quelle façon les Catalans et les Basques se différencient des habitants des autres régions et que la Galice, ainsi que la Navarre et les Baléares, sont plus proches de l’ensemble, même si ce sont des Communautés Autonomes à forte identité, ne serait-ce que parce quelles ont aussi des langues qui leur sont propres.

11Une autre série de questions cherche à évaluer le niveau d’identification avec l’Espagne, avec la Communauté autonome ou bien avec les deux. Il apparaît que ceux qui s’identifient autant avec l’un qu’avec l’autre sont 44 %, contre 43 % qui se sentent plus proches de la Communauté Autonome, et 13 % plus proches de l’Espagne.

12Bien sûr, la lecture peut être faite de diverses façons, selon les additions auxquelles on peut procéder, mais cela traduit avant tout un fort sentiment de double appartenance. Le graphique suivant permet de mieux visualiser l’ensemble de la position des Communautés Autonomes espagnoles et de voir que la Galice se trouve placée très près de la moyenne nationale. Nous y voyons également apparaître deux blocs, avec à droite la Catalogne et le Pays Basque, où l’identité régionale est très fortement marquée par rapport à une identité espagnole et, à gauche, le reste des régions.

13Par ailleurs, même si le pourcentage d’identification majoritaire avec la Communauté Autonome est très important, il convient de mettre cela en rapport avec les données antérieures qui montrent qu’en Galice Communauté Autonome veut dire « région » plutôt que « nation ». Nous aurons l’occasion d’y revenir à la fin de cette étude.

Figure n° 2 : Felix MORAL, Identidad regional y nacionalismo en el Estado de las Autonomías, Madrid, CIS, 1998, p. 42

Figure n° 2 : Felix MORAL, Identidad regional y nacionalismo en el Estado de las Autonomías, Madrid, CIS, 1998, p. 42

14Pour en finir avec l’enquête citée, regardons une autre batterie de questions concernant le sentiment de fierté nationale. Ceci doit être compris comme une évaluation du sentiment d’identification émotionnelle avec les symboles nationaux espagnols : hymne national (qui n’est pas chanté en Espagne) ou drapeau (en rappelant, comme le fait l’enquête elle-même, que l’actuel drapeau espagnol est celui des vainqueurs de la Guerre Civile). Si la moyenne nationale est de 85 %, ce chiffre monte à 87 % de Galiciens qui se sentent très fiers ou assez fiers. Pour mémoire, ce sentiment n’est que de 36 % au Pays Basque, mais il atteint tout de même 68 % en Catalogne. S’il était besoin de montrer à quel point la situation espagnole est complexe, ajoutons le cas de Valence (qui a également sa langue) où le pourcentage s’élève à 93 %, ce qui est en parfaite conformité avec les paroles de l’hymne officiel valencien :

« Pour offrir de nouvelles gloires à l’Espagne,
D’une seule voix, mes frères venez.
Dans l’atelier et dans les champs
Résonnent déjà des chants d’amour,
Des hymnes de paix !
Voyez la Région
Qui avance dans une marche triomphale » !

  • 3 José Luis SANGRADOR GARCÍA, Identidades, actitudes y estereotipos en la España de las Autonomías, M (...)

15Dans un autre travail réalisé par le CIS, Identités, attitudes et stéréotypes dans l’Espagne des Autonomies3, une partie de l’identité galicienne est définie à travers des stéréotypes. S’ils se disent travailleurs et être de braves gens, les Galiciens placent également l’amour ou l’attachement à leur terre parmi les trois plus importants stéréotypes (38,2 %). Des chiffres qui viennent confirmer la vision « littéraire » de Manuel Rivas évoquée en début d’article.

16Ces travaux généraux que nous venons de présenter très succinctement mettent en évidence la complexité qu’il y a à dégager une identité spécifique galicienne et, en tout cas, l’impossibilité qu’il y a à vouloir opposer en Espagne une identité régionale à une identité nationale espagnole. Il apparaît que l’une ne s’oppose pas à l’autre mais qu’au contraire l’une se superpose à l’autre. Cela dit, j’ai pleinement conscience, en avançant cette idée, de prendre avec la Galice un cas de figure qui est loin d’être pleinement applicable à des Communautés Autonomes telles que la Catalogne ou le Pays Basque. Mais, en tout cas, cela permet de placer la question des identités régionales en Espagne sur des positions nettement moins tranchées que ce que certains, et les nationalistes en particulier, voudraient faire croire.

17Mais demeure toujours cette complexité fondamentale qu’il y a à vouloir définir l’identité d’un groupe avec des critères objectifs. Si l’attachement à la terre d’origine est important, l’existence d’une langue propre et son utilisation sont une marque essentielle d’une identité qui marque l’appartenance à un groupe et la reconnaissance que l’on peut en avoir. A ce titre, la Galice est effectivement une région fortement identifiée par sa langue régionale, le galicien. Mais, ici encore, les rapports que les Galiciens entretiennent avec leur langue sont tout à fait complexes.

La question de la langue

18Entre 1983 et aujourd’hui, la politique linguistique menée en Galice a été des plus chaotiques. À aucun moment elle n’a fait l’objet d’une planification globale puisqu’il a fallu attendre le 22 Septembre 2004 pour que le Parlement galicien vote le Plan Général de Normalisation de la Langue Galicienne. Cela signifie que, pendant vingt-trois années, s’il y a eu une normalisation linguistique, et il y en a eu une, elle s’est faite au coup par coup. Or, pendant les quinze dernières années, c’est un gouvernement régional dirigé par Manuel Fraga Iribarne, qui a été réélu à quatre reprises, ce qui peut montrer qu’à aucun moment la question de la langue galicienne et de son développement n’a été au centre d’une campagne électorale. Une gestion calamiteuse de ce qui est au cœur de l’identité galicienne et qui n’a jamais réellement mobilisé les foules pas plus que les électeurs.

19La Direction de la Politique Linguistique, qui aurait dû être au sein du gouvernement régional le principal acteur institutionnel, s’est contentée d’accompagner cette normalisation qui a été le plus souvent davantage le fait d’une action militante que politique. J’ai donc choisi, pour présenter la situation du galicien, de fonder mon argumentation sur les travaux réalisés en 2000-2001 et publiés en 2002, par une équipe du Consello da Cultura Galega que j’ai évoquée au début de cet article et qui a travaillé sous la direction de Henrique Monteagudo Romero, un des principaux spécialistes de cette question, au sein de l’ILG (Instituto da Lingua Galega), organisme de recherche de l’Université de Saint-Jacques-de-Compostelle.

  • 4 Source recensement 2001 in Plan xeral de normalización da lingua galega, Santiago de Compostela, Xu (...)

20S’il reste acquis que le galicien est une langue comprise par 99,1 % de la population, et que 91,0 % des habitants sont capables de la parler, seuls 68,65 % peuvent la lire et 57,64 % l’écrire4, il en va tout autrement des pratiques linguistiques. Globalement, le nombre de personnes utilisant régulièrement le galicien continue de baisser depuis vingt ans. Une baisse qu’il convient de continuer de mettre en corrélation avec les processus d’urbanisation et les changements sociaux et qui fait que l’usage du galicien est inversement proportionnel à la taille de l’agglomération. Du hameau à la grande ville, les usages linguistiques s’opposent, et le galicien demeure encore aujourd’hui une langue du monde rural qui s’opposerait à l’espagnol, la langue du monde urbain. Le problème vient de ce que les jeunes n’adoptent pas le galicien. Si 75,54 % de la population de plus de 65 ans s’exprime toujours en galicien, les jeunes de moins de 14 ans ne sont que 39,54 % à l’utiliser, et la tendance ne s’inverse pas malgré les efforts entrepris. Ce qui signifie qu’à ce niveau, la transmission intergénérationnelle ne fonctionne pas correctement.

21Et puisque cette démonstration ne saurait être faite que de paradoxes, il existe en revanche une appréciation positive de la langue comme élément d’identité collective. En ce sens, les Galiciens dans leur globalité considèrent comme très important que leur langue soit réhabilitée socialement, même s’ils ont, individuellement, des pratiques linguistiques qui ne vont pas dans ce sens. Le développement considérable de l’usage de la langue, qui est très sensible au niveau institutionnel, a eu des effets sur le statut même de la langue. Mais si les préjugés négatifs sur la langue, ont tendance à disparaître, ils sont aujourd’hui remplacés par d’autres préjugés beaucoup plus idéologiques. Pour résumer, autrefois ceux qui parlaient galicien étaient considérés comme des arriérés parce que venant de la campagne ; aujourd’hui, ceux qui parlent galicien sont des militants, souvent des nationalistes du BNG (Bloque Nacionalista Galego).

22Les souhaits exprimés quant à l’avenir de la langue s’orientent autour de l’idée essentielle que la Galice doit préserver son bilinguisme espagnol-galicien, et que le fait d’avoir deux langues à sa disposition est, pour chaque Galicien, une richesse considérée comme une valeur ajoutée pour la Communauté. Ces deux principes doivent être les éléments fédérateurs d’une normalisation linguistique qui se doit de préserver ces acquis et de garantir les droits individuels. Il me semble que ces éléments viennent appuyer l’idée que les Galiciens ne veulent pas opposer la Galice au reste de l’Espagne mais qu’ils veulent clairement garder cette identité à facettes multiples.

23Cependant, comme toujours lorsqu’il s’agit de politique linguistique, il faut accorder à l’école une place à part. Elle a, en effet, un rôle prépondérant dans la formation, ainsi que dans la construction d’une personnalité et d’une citoyenneté. Or le premier constat est que c’est à l’école que la situation du galicien est moins mauvaise que dans d’autres secteurs, pour ne pas dire meilleure.

24Cela tient tout d’abord au fait que la communauté scolaire est plus sensibilisée à la question de la langue que le reste du corps social. Or il y a également un paradoxe à l’école ! D’un côté le galicien fait officiellement partie intégrante de l’enseignement en tant que langue enseignée et aussi en tant que langue véhiculaire de l’enseignement. De l’autre, on constate que les enfants qui parlent le galicien en arrivant à l’école ont tendance à ne pas garder cette langue, ce qui fait que l’usage du galicien régresse de façon très sensible dans les classes d’âge scolarisées.

  • 5 Antoine FRAILE, Attitude des familles devant la normalisation linguistique, in Actes du Colloque Fa (...)

25Cela est dû à plusieurs facteurs, qui ne sont pas tous faciles à évaluer. Les normes légales mentionnées ci-dessus ne sont que partiellement appliquées dans la mesure où elles dépendent des capacités, voire de la bonne volonté, du corps enseignant de chaque établissement. Ces freins réels sont à mettre en rapport avec l’attitude des familles. J’avais eu l’occasion, il y a quelques années déjà, de montrer que les Galiciens avaient, au sein de la famille, une attitude complexe5. Le fait que les normes ne soient pas appliquées totalement partout n’a pas engendré de conflits importants de la part des parents, qui se sont mobilisés plus fréquemment lorsque des enseignements n’étaient pas assurés, par exemple. Il y a bien eu quelques conflits, mais ils ont été bien rares et très localisés. Ainsi, par exemple, des protestations ont existé lorsqu’un professeur de galicien employait une langue non « normativisée » que les enfants avaient du mal à comprendre mais, à ma connaissance, pas lorsque le galicien n’était pas suffisamment présent dans l’enseignement.

26Par ailleurs, même si les associations de parents d’élèves ne sont pas très implantées, on observe qu’elles ne se sont manifestées qu’en de rares occasions sur les questions de la langue.

27Ajoutons qu’en vingt ans une seule manifestation de grande ampleur a mobilisé les Galiciens en faveur de la normalisation linguistique : c’était le 13 décembre 1987, lors d’un rassemblement de près de 25000 personnes à Santiago. De plus, dans l’article cité, j’avais noté que dans six établissements seulement les parents avaient appelé à manifester ce jour-là. Il ne faut bien sûr pas minimiser la portée de cet événement : le nombre de manifestants est considérable pour une Communauté Autonome de 2600000 habitants, et il témoigne d’une réelle manifestation des Galiciens en faveur de leur langue. En même temps, le fait que les organisations de parents d’élèves aient été remarquablement absentes, alors que les syndicats d’enseignants étaient très présents, a aussi un sens qui témoigne d’une mobilisation forte d’un côté et faible de l’autre.

28Il me semble raisonnable de considérer maintenant le regard réaliste que les Galiciens portent lorsqu’ils sont interrogés sur la valeur et l’utilité de leur langue dans le monde d’aujourd’hui. Dans cette enquête menée, il y a maintenant dix-huit ans, les avis étaient les suivants :

Inutile-peu utile

44 %

Un peu utile

30 %

Assez utile

12,7 %

Très utile

12,7 %

Ne sait pas/ne répond pas

7,9 %

29Précisons que les questions n’entraient pas dans le détail de l’utilité, et ne portaient pas sur l’intérêt que peut représenter le bilinguisme dans le développement intellectuel d’un enfant. La question portait implicitement sur l’utilité du galicien comme langue de communication. Une deuxième question peut également nous intéresser : elle concernait les perspectives d’avenir du galicien comme langue de sciences et de culture :

Mauvaises

44 %

Moyennes

30 %

Bonnes

12,7 %

Excellentes

12,7 %

Ne sait pas/ne répond pas

4,6 %

30Ces réponses attestent un réalisme certain et expliquent à coup sûr que le bilinguisme apparaît comme une nécessité, mais qu’au-delà il faut bien le relier aux questions d’une identité multiple. Cette attitude pragmatique, un certain bon sens dirions-nous, justifie le refus de se laisser entraîner vers le monolinguisme, et explique également que bon nombre de parents n’utilisent pas systématiquement le galicien, lorsqu’ils parlent à leurs enfants.

Et la politique dans tout cela ?

31Traditionnellement la vie politique galicienne s’oriente autour de trois pôles.

32La droite galicienne classique, représentée par le Parti Populaire et incarnée pendant plus de quinze ans par Manuel Fraga Iribarne, vétéran de la droite politique espagnole depuis les années 60 où il fut ministre de l’Information et du Tourisme sous Franco. Il se reconvertit ensuite à la démocratie, fut un des pères de la Constitution actuelle et fondateur du PP. Il a su, pendant son règne (n’a-t-il pas été surnommé le Vice Roi de Galice ?), maintenir un équilibre entre les différents caciques qui continuent de régner sur la Galice rurale en particulier et d’entretenir un clientélisme électoral, comme au bon vieux temps de la Constitution de Cánovas del Castillo (à la fin du XIXe siècle), et comme le fait le grand-père de Marisa Mallo dans le livre déjà cité de Manuel Rivas, El làpiz del carpintero.

33S’agissant de la langue galicienne, la position du PP a toujours été très modérée, naviguant entre la franche hostilité à l’usage d’un galicien considéré comme dépassé et la vision folklorique et passéiste d’une frange nationaliste conservatrice, ralliée au PP. Quant à la politique linguistique menée pendant quinze ans par le gouvernement de la Xunta, elle n’a jamais été marquée ni par le volontarisme ni par la cohérence, encore moins par la transparence. C’est cependant durant les derniers mois de gouvernement du PP que le Parlement a adopté à l’unanimité, le 22/9/2004, le Plan Général de normalisation de la langue galicienne. Après tant d’années de tergiversations, pouvait-il en être autrement ?

34Le deuxième pôle est organisé autour du BNG (Bloque Nacionalista Galego). Nous avons mis en avant le nouveau stéréotype qui pouvait induire qu’une personne soit nationaliste du simple fait de l’utilisation du galicien. Ce n’est bien entendu qu’un stéréotype, qu’une simple observation superficielle permet de démentir, mais il n’en reste pas moins qu’il s’explique par le fait que, pendant longtemps, seul le parti nationaliste galicien, le BNG a fait de la normalisation linguistique un point fort de son programme et a mené un combat quotidien dans ce sens, soit directement soit par l’investissement permanent de ses militants partout où pouvait se faire la promotion du galicien. Cela va des professeurs de galicien, qui sont en très grand nombre affiliés au syndicat nationaliste (CIG, Convergencia Intersindical Galega) et à des associations pédagogiques telles que AS-PG (Asociación Socio-Pedagóxica Galega) jusqu’à tous les militants qui constituent le noyau dur de l’organisation MNL (A Mesa pola Normalización Lingüística). Les positions officielles du BNG ont souvent été extrêmes et n’ont jamais été favorables au bilinguisme.

35Pour mieux définir le BNG, il convient de souligner que c’est une coalition dans laquelle cohabite un secteur radical issu de l’UPG (Unión do Pobo Galego), qui prônait autrefois la lutte armée et qui ne cachait pas ses sympathies pour l’ETA, et un secteur plus modéré. Jusqu’au mois de novembre 2003, cette dernière tendance, incarnée par l’économiste, Xosé Manuel Beiras, était majoritaire. Or, depuis cette date, l’UPG est redevenue majoritaire et contrôle désormais l’ensemble du parti, même si le nouveau leader en est le maire « modéré » de Allariz, Anxo Quintana.

  • 6 Francisco RODRIGUEZ, Conflicto Lingüistico e ideoloxía na Galiza, Santiago de Compostela, Ed. Laiov (...)

36Or, sur la question linguistique, les leaders de l’UPG, Francisco Rodríguez ou María Pilar García Negro, ont toujours affiché des positions manquant singulièrement de souplesse. Maria Pilar García Negro, qui est également universitaire, est l’auteur d’un ouvrage au titre évocateur « Sempre en Galego » (Toujours en galicien), qui défend la thèse du monolinguisme. Quant à Francisco Rodríguez, qui est aujourd’hui député à Madrid, il n’hésitait pas, dans les années 706, à comparer le gouvernement central à un gouvernement colonial, et le combat nationaliste à un combat anticolonialiste. Signalons pour terminer que l’un comme l’autre ont toujours souhaité que les normes linguistiques du galicien le différencient du castillan et se rapprochent du portugais, faisant ainsi partie du courant lusiste ou réintégrationniste.

37Quant au PSG, qui constitue le troisième pôle, son histoire récente est assez complexe et sa position sur la normalisation linguistique pour le moins ambiguë. Le PSG a pratiquement toujours refusé de s’associer à toute action en faveur de la langue, et il en est allé de même de l’UGT. Prenons deux exemples. La MNL, principale association de défense de la normalisation a toujours été soutenue par les syndicats, CIG et CCOO, mais pas par l’UGT.

38Ses positions, très en retrait, s’expliquent par ses divisions internes sur le sujet, comme en témoigne l’exemple de Francisco Vázquez, maire de La Corogne, jusqu’à peu, et aujourd’hui nouvel ambassadeur au Vatican. Son refus de changer le nom de sa ville « La Coruña » en A Coruña l’a opposé violemment au BNG pendant longtemps. N’avait-il pas déclaré naguère qu’il préférait que ses enfants apprennent l’anglais plutôt que le galicien ? Signalons enfin, mais c’est aussi une manifestation de l’identité, que La Corogne est la seule ville de Galice où les plaques des noms de rues sont bilingues.

39Certes, aujourd’hui, la page semble tournée. Le PSG a réussi à reconquérir une crédibilité, mais il convient de noter que son peu d’empressement à défendre le galicien n’a pas pesé très lourd dans la balance lors des élections de 2005. À ce titre, les élections du 19 juin 2005 ont signifié un virage important, qui apparaît dans les résultats :

2001

2005

PP

47,8 %

42,6 %

PSG

23 %

32,7 %

BNG

24,8 %

21,3 %

Source El País, édition du 20/6/2005

40Comme nous le voyons, ces élections ont marqué une érosion importante du PP, qui reste cependant le premier parti politique de Galice. Cela est probablement dû au contexte général politique de l’Espagne, à l’usure du pouvoir d’un Manuel Fraga octogénaire, incapable de mettre d’accord les caciques du PP sur le nom d’un successeur. Et puis, surtout, la gestion calamiteuse de la crise du Prestige. Rappelons que les mobilisations de février 2003 autour de Nunca Mais étaient parvenues à rassembler plus de 150000 personnes, soit six fois plus que la manifestation pour la défense de la normalisation linguistique.

41Enfin, il ressort que le BNG a subi un tassement important, alors qu’il était en progrès constant depuis plusieurs années et qu’il était parvenu à devenir la deuxième force politique de Galice, prétendant diriger une coalition en cas de victoire contre le PP. 

42Et la question de l’identité dans tout cela ? Force est de constater qu’elle n’était pas au centre des débats ni des préoccupations des Galiciens. Dans une déclaration faite à la veille de son élection à la Présidence de la Galice, Pérez Touriño déclarait :

  • 7 El problema de Galicia no es de identidad sino estar en el furgón de cola, El País, 29-06-2005.

Question : Vous dites être plus intéressé par l’existence que par l’essence (más el estar que el ser). Mais les questions d’identité, elles, intéressent le BNG. Dans la future réforme du Statut, les membres du BNG veulent que la Galice figure comme nation.
Réponse : Nous avons des idéologies différentes. Eux sont nationalistes ; nous galicianistes (« galleguistas »). Mais pour faire un pacte de gouvernement, il ne faut pas renoncer à l’idéologie. Que le BNG parle de la Galice comme d’une nation ou de l’autodétermination, cela ne me préoccupe pas, car il y a un autre terrain de jeu bien plus vaste au service de tous les Galiciens. Mais n’oubliez pas que les Galiciens ne sont ni divisés ni préoccupés par le fait de savoir s’ils doivent être ou non une nation. Notre problème n’est pas un problème d’identité mais celui d’être dans le wagon de queue de l’Espagne, et là, les deux partis ensemble, nous avons un très vaste terrain à défricher7.

43S’il est vrai que les deux forces de la coalition gouvernementale ont appris depuis quelques années à gouverner ensemble sur le terrain municipal, en matière de politique linguistique, il ne me paraît pas du tout évident que le consensus puisse se faire au vu de l’évolution de la situation pendant les premiers mois de gouvernement.

  • 8 http://hazteoirgalicia.blogspot.com/2006/01/la-xunta-dice-que-en-galicia-todos.html

44Le premier conflit entre les membres de la coalition est intervenu en Septembre à l’occasion de la nomination de la responsable de la Politique Linguistique. Là où le BNG proposait la candidature de personnalités reconnues comme Manuel Rivas ou Henrique Monteagudo, le PSG a préféré choisir Marisol López Martínez et faire une nomination plus politique que linguistique. Par contre, cette dernière a tenu, quelques mois après, des propos qu’auraient pu reprendre les nationalistes les plus radicaux en déclarant à la revue Época que « la langue propre de la Galice c’est le Galicien, et que tout le monde a l’obligation de le parler »8. Des propos qui n’ont pas le mérite de clarifier la situation et qui n’augurent rien de bon à propos de la cohérence d’une future politique linguistique.

Conclusion

45Il est indéniable que la Galice a une forte identité et l’attachement des Galiciens à leur terre le montre. Mais s’agissant de la langue, expression très forte de cette identité, nous avons vu que si les Galiciens y sont sentimentalement très attachés, leurs pratiques linguistiques sont très inégales. J’ai essayé de mettre cela en rapport avec d’autres paramètres pour montrer que leur positionnement identitaire est complexe, car il s’agit d’affirmer une identité propre sans pour cela l’opposer à leur part d’identité espagnole. C’est ce qui fait sûrement l’originalité de la situation galicienne dans le panorama actuel de l’Espagne. Ce travail ne prétend absolument pas présenter la Galice comme le reflet de l’ensemble des Communautés Autonomes, surtout de celles qui, comme la Catalogne ou le Pays Basque ont, elles aussi, une identité forte. Mais je voulais montrer la complexité d’une situation identitaire galicienne qu’un certain discours nationaliste a souvent tendance à vouloir gommer. Je reprendrais volontiers pour conclure cette déclaration de l’actuel Président de la Galice, faite au quotidien El País en décembre 2005, en parlant de la « voie galicienne » :

  • 9 La identidad nacional es en Galicia un factor de cohesión, El País, 19-12-2005.

En Galice, nous vivons l’identité nationale avec tranquillité car c’est un élément de cohésion. Nous nous sentons galiciens et espagnols, il n’y a ici aucun problème de cohabitation (« convivencia »), il n’y a aucun facteur de tension dérivé de nos marques identitaires, même si certains voudraient qu’il en soit ainsi9.

Haut de page

Notes

1 Manuel RIVAS, El lápiz del carpintero, Alfaguara, Madrid, 1999, 201p.

2 Henrique MONTEAGUDO, Xan M.BOUZADA, O proceso de normalización do idioma galego, 1980-2000, Política Lingüística : Análise e perspectivas, Santiago de Compostela, Consello da Cultura Galega, 2002, 289 p.

3 José Luis SANGRADOR GARCÍA, Identidades, actitudes y estereotipos en la España de las Autonomías, Madrid, CIS, 1996, 201p.

4 Source recensement 2001 in Plan xeral de normalización da lingua galega, Santiago de Compostela, Xunta de Galicia, 2005, p. 10.

5 Antoine FRAILE, Attitude des familles devant la normalisation linguistique, in Actes du Colloque Famille et Education en Espagne et Amérique latine, Tours, CIREMIA, 1994, p.231-241.

6 Francisco RODRIGUEZ, Conflicto Lingüistico e ideoloxía na Galiza, Santiago de Compostela, Ed. Laioventó, 1991, 1e édition 1976, 124 p.

7 El problema de Galicia no es de identidad sino estar en el furgón de cola, El País, 29-06-2005.

8 http://hazteoirgalicia.blogspot.com/2006/01/la-xunta-dice-que-en-galicia-todos.html

9 La identidad nacional es en Galicia un factor de cohesión, El País, 19-12-2005.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure n° 1 : Felix MORAL, Identidad regional y nacionalismo en el Estado de las Autonomías, Madrid, CIS, 1998, p. 37
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/216/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure n° 2 : Felix MORAL, Identidad regional y nacionalismo en el Estado de las Autonomías, Madrid, CIS, 1998, p. 42
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/216/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Fraile, « La société galicienne contemporain, une identité multiple ? », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 10 septembre 2006, consulté le 29 mars 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/216 ; DOI : 10.4000/mimmoc.216

Haut de page

Auteur

Antoine Fraile

Université d’Angers

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page