Navigation – Plan du site

« Le ciel des nobles et l’enfer des paysans » : défense, illustration et mise en scène du peuple letton à la fin du XVIIIe siècle

Anne Sommerlat

Entrées d’index

Mots-clés :

Lettons

Aires géographiques :

Allemagne
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Karl Johann von Blomberg, Description de la Livonie, Utrecht, chez Guillaume van Poolsum, 1705, p. (...)
  • 2 Ibid., p. 247.
  • 3 Ibid., p. 241.
  • 4 Ibid., p. 286.
  • 5 Ibid., p. 323.

1« On peut dire de ces pays [les duchés de Livonie et de Courlande] ce qu’on disoit autrefois de la Pologne : c’est le ciel des Nobles, le paradis des Ecclesiastiques, la mine d’or des Etrangers, & l’enfer des paysans »1. C’est en ces termes que le baron courlandais Karl Johann von Blomberg, originaire des provinces situées sur les rivages orientaux de la Baltique, ébauche en 1705 une caractérisation de la société des confins germano-baltes, où se côtoient l’aisance et la misère. Petit territoire de la Baltique colonisé à partir du XIIe siècle par les Allemands, le duché de Courlande (1561-1795) offre à l’époque des Lumières le spectacle d’une république aristocratique où coexistent des populations lettones et allemandes principalement, mais aussi, quoique leur présence soit très minoritaire, juives, polonaises, lituaniennes et russes, aux privilèges inégalement répartis, les affaires de la cité étant administrées exclusivement par les Allemands. Pourtant nulle volonté chez notre chroniqueur du début du siècle de décrire les différents peuples que pourrait croiser un voyageur au cours de ses pérégrinations. S’il se penche sur la Courlande quasiment inconnue des contemporains, il s’émeut surtout de trouver, si loin du cœur où bat la civilisation européenne, l’exacte reproduction d’un petit État allemand, l’un des  « cinq grands duchés germaniques qui ne sont plus renfermez dans l’Empire »2, à savoir, outre la Courlande, les duchés de Lorraine, de Savoie, de Mantoue et de Parme, lesquels, précise-t-il, sont fort inégaux en revenus et en puissance, le plus excentré n’étant pas le plus mal loti sur ce plan, puisque selon Charles Gustave, roi de Suède, auquel Blomberg fait écho, le duc de Courlande « a trop pour un Duc, & trop peu pour un Roi »3. Porté par sa curiosité, son goût de l’explication et du détail, l’épistolier livre un tableau exhaustif des rouages internes du duché, mais s’il s’exalte à l’évocation d’une noblesse allemande « brave, riche et ancienne »4, descendant des Teutoniques, sa plume se fait moins vive lorsqu’il évoque les indigènes lettons, qu’il désigne par diverses expressions, « les naturels », « le commun peuple » ou « les paysans »5, c’est-à-dire en superposant l’origine nationale au statut social dans lequel se trouve confiné ce peuple – le servage.

  • 6 Johann Georg Hamann, Aesthetica in nuce. Eine Rhapsodie in Kabbalistischer Prose. In: Sämtliche Wer (...)

2Cet intérêt mesuré pour le quotidien des populations qu’on appellera pendant tout le siècle les « non Allemands » (Undeutsche), s’inverse vers la fin du XVIIIe siècle, lorsque les voyageurs partent à la rencontre de la population lettone et découvrent, à la suite d’Herder, leur poésie rythmée qui est chantée en de multiples circonstances, et dont la mélopée, analogue selon Hamann au rythme grec des origines6, résonne partout à la fête de la Saint-Jean, pour exprimer une identité singulière, en décalage avec l’image d’une ruralité fruste, pourtant solidement ancrée dans les esprits.

3Notre étude portera sur la vision allemande de ce peuple, dont le rôle social et l’identité deviennent un sujet de questionnement pour les intellectuels, voyageurs et publicistes.

Le servage

  • 7 A partir du recensement réalisé en 1797, l’historien Arthur Hoheisel dénombre en outre quatre autre (...)
  • 8 « Deutsche Colonie in Kurland », in : Allgemeine Literaturzeitung, Intelligenzblatt, Nr. 39 vom 24t (...)
  • 9 « Undeutsche heissen unsre Bauern sowohl Ehsten als Letten », HUPEL August Wilhelm, Topographische (...)

4Traverser un État comme la Courlande oblige tout d’abord les voyageurs à distinguer entre des catégories souvent associées depuis la publication du Contrat social (1762), l’État, le citoyen et le peuple, que Rousseau convoque solidairement pour son projet de pacte social démocratique, où l’État garantirait les libertés individuelles et originelles de l’individu. La nation au sens politique de citoyens de l’État, ne recouvre pas, en Courlande, le pays réel. Au cours des siècles, la Courlande échappe progressivement à ses premiers habitants, qui, à partir du XVe siècle, sont peu à peu asservis, et réduits à l’existence d’une minorité inaudible sur le plan politique, social et culturel. En effet, pour être un État germanique sur le plan institutionnel, la Courlande est peuplée d’une part, et pour l’écrasante majorité, par les Lettons (87,6%), non germanophones, aucunement associés aux affaires de l’État, puisqu’ils forment la masse des serfs qui travaillent la terre, d’autre part, par la population allemande, minorité numérique (8,27%) et élite culturelle et politique, jusqu’à la fin du XIXe siècle7. La division sociale du pays entre d’une part une noblesse et une bourgeoisie exclusivement germanophones, par la grâce de la naissance, fréquentées par quelques diplomates ou marchands russes et polonais, d’autre part une paysannerie lettone par la force des choses, n’est pas si éloignée de ce que l’on trouve ailleurs en Europe à la même époque, mais elle se double, en Courlande, d’un cloisonnement national systématique. La presse de l’époque parle communément de la « colonie allemande » (deutsche Colonie)8, tandis que les épithètes « coure » (kurisch) ou « courlandais » (kurländisch) désignent les Lettons, par référence aux noms des premières tribus, ou encore le terme undeutsch, c’est-à-dire, très précisément, non-allemand9, sans que ce dernier terme implique forcément un jugement de valeur, puisqu’il caractérise avant tout l’inexistence juridique du peuple.

  • 10 Christoph George Ziegenhorn, Staatsrecht der Herzogtümer Kurland und Semgallen, Königsberg, 1772.

5Dans son code juridique de la Courlande10, le juriste prussien Christoph George Ziegenhorn (1715-1783), au service du duc Ernest Jean Biron (1690-1772) fait le constat que les autochtones n’ont d’existence que relativement à ce qu’ils produisent par leur labeur :

  • 11 « Es scheinet zwar überflübig zu seyn im zwölften Abschnitt von den Rechten des Bauerstandes etwas (...)

Il semble superflu de traiter des droits des paysans dans cette douzième section. Comme en Courlande les paysans sont en général asservis, et ne jouissent que d’un petit nombre de droits, seuls les bienfaits que le laboureur prodigue à ses concitoyens par son travail, comme notre souci de livrer un ouvrage exhaustif, justifient que nous ayons aussi une pensée pour eux11.

  • 12 « Den Juden, Arianern, Unitariern oder Socinianern kann solche [freye Religionsübung] nicht gegeben (...)

6Le peuple letton ne rentre pas dans la catégorie du citoyen (Bürger), il n’est pas non plus identifié comme une nation étrangère, au même titre par exemple que les juifs, qui eux n’ont théoriquement pas droit de cité12, mais se trouve cantonné au travail de la terre, enfermé dans un rôle social quasiment héréditaire, équivalent à un système de caste imposée par l’extérieur, exclu à la marge politique de l’État. Nombreux sont les voyageurs qui, connaissant le code de Ziegenhorn, thématisent le cloisonnement du peuple letton, réflexion qu’ils mettent en avant dans leurs récits. C’est non seulement une géographie physique et politique que proposent ces récits, mais encore une géographie sociale, centrée sur la question des relations entre les deux peuples principaux du duché, Allemands et Lettons. Nourri des réflexions sur la question agraire des historiens de Göttingen, des critiques du servage des encyclopédistes et des publicistes locaux, le voyageur se fait tout à la fois témoin oculaire et ambassadeur des Lumières. Car si la Courlande apparaît comme un laboratoire de ce qui se pratique ailleurs, nulle part les voyageurs ne voient un État qui épuise autant la force et le caractère de ses paysans. C’est donc la critique du servage qui cristallise leur attention, même si leur motivation peut être d’origine variée. L’argument économique, inspiré des théories des physiocrates et des caméralistes, l’emporte chez le diplomate Karl von Nolde, convaincu que l’assainissement de l’agriculture est la base d’une bonne économie :

  • 13 Karl von Nolde, Matériaux divers qui renferment les détails nécessaires à la connaissance de la Cou (...)

Il est vrai que ce pays pourroit devenir encore beaucoup plus intéressant au commerce qu’il ne l’est, si par exemple on vouloit y établir l’économie convenable, c’est à dire si, en abolissant la servitude des agriculteurs, on vouloit subdiviser tout le pays en petites fermes que l’on distribuerait à tous les habitants moyennant une rétribution annuelle convenue, etc. […]13

  • 14 Ibid., p. 84.
  • 15 Andreas Meyer, Briefe eines jungen Reisenden durch Livland, Kurland und Deutschland, An seinen Freu (...)
  • 16 Johann Ludwig Schwarz, « Über Kurlands Bewohner » (Halberstädter Gemeinnützige Blätter 1/1788), Wie (...)
  • 17 Ibid., p. 69.
  • 18 Karl von Nolde, op.cit., p. 85.

7C’est donc au nom de cette « économie convenable » à advenir, économie politique éclairée, qui rétablirait une situation déséquilibrée et vicieuse dont les effets se font sentir sur le commerce, que Nolde se fait l’avocat de la population indigène, et prend parti contre la « trop grande oppression des Serfs »14. Condamnation deuxièmement politique d’un système qui favoriserait tous les excès de la part de la noblesse locale, persuadée, à en croire le chroniqueur livonien Andreas Meyer (1742-1807), de sa légitimité à diriger à l’échelle de ses terre « une petite monarchie »15, véritable État dans l’État, où ne s’exerce plus la juridiction ducale, mais où chacun règle les affaires selon son bon vouloir et son arbitraire. L’argument juridique, enfin, est fortement développé par les partisans d’un État de droit, comme Johann Ludwig Schwarz (1751-1828), juriste d’Halberstadt, qui détaille les dysfonctionnements de la justice patrimoniale, justice « honteuse » (ihre Schaam)16, associée au servage qui prive les paysans de leurs droits, même si le statut de serf pris en tant que tel « n’est pas si grave que le sens que nous autres Allemands donnons à ce mot »17, puisque le propriétaire assigne au paysan une ferme, des champs, chevaux et bêtes. Chez tous, l’argument moral est présent, comme le rappelle le point de vue de Nolde pour qui « le spectacle des trop frappants contrastes qu’offrent les extrêmes de l’aisance es de la pauvrete, de la liberté es de l’esclavage etc. revolte le cœur et fais souffrir l’humanité »18.

  • 19 Garlieb Helwig Merkel, Die Letten vorzüglich in Liefland am Ende des philosophischen Jahrhunderts. (...)
  • 20 « aber selbst Teufel sind weniger erfindungsreich, wenn es darauf ankommt, Menschen zu quälen, als (...)
  • 21 Karl Feyerabend, Kosmopolitische Wanderungen durch Preuben, Liefland, Kurland, Litthauen, Vollhynie (...)
  • 22 Ibid, p. 43.

8À l’époque de la Révolution française, et dans les années qui suivent, les récits de voyage radicalisent la critique contre certaines failles des systèmes politiques qui favorisent le conservatisme. Karl Feyerabend, grand lecteur de Rousseau et de Garlieb Merkel, le célèbre auteur d’une attaque radicale du servage19, reprend à son compte le lien établi par ce dernier entre la question sociale et la question nationale. Dans ses Promenades cosmopolites (1796), il stigmatise la figure du gentilhomme courlandais, propriétaire terrien, qui serait vis-à-vis de ses serfs lettons un bourreau plus inventif que le diable20, un « cannibale »21, l’auteur concédant, afin qu’on le comprenne bien, un « non sine exceptione ! » qui apporte quelque nuance à ses propos audacieux22.

  • 23 Daniel Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris : (...)
  • 24 Theodor Gottlieb von Hippel, Lebensläufe nach aufsteigender Linie, Berlin bey Christian Friedrich V (...)

9Cette réflexion s’articule à l’époque des Lumières autour de la notion de caractérologie des peuples, c’est-à-dire autour d’une réflexion sur les rapports entre géographie et morale, démarche qui « associe un comportement spécifique à un espace »23, l’écueil de la généralisation abusive n’étant pas forcément aussi bien évité que les voyageurs veulent bien le dire. C’est sous cet angle que l’on décrit les peuples peu connus, en faisant un usage nouveau des stéréotypes, le peuple devenant un réservoir de naïveté et d’originalité, pour une noblesse corrompue par l’oisiveté et que certains, après 1789, accusent d’être devenue inutile sur le plan social. A force de se citer et de s’inspirer réciproquement, ces récits de l’élite cultivée tendent à se réduire à une mise en cause systématique et parfois dénuée de liens à la réalité, l’espace traversé étant réinvesti par des préoccupations générales, celles d’une Spätaufklärung en proie à ses crises et à ses doutes. Du coup, cette littérature contribue à envisager les différents groupes sociaux sous forme de types plus ou moins caricaturaux : du propriétaire terrien, présenté au début du siècle comme le noble descendant d’une lignée de chevaliers, surgit à l’époque des Lumières le personnage du féodal cuistre et cruel, dont un Feyerabend dresse une série de portraits directement inspirés des personnages du roman satirique de Theodor Gottlieb von Hippel (1741-1796), Vies en ligne ascendante24, tandis que le paysan s’affirme sur la scène de cette littérature comme une figure de Janus, tantôt rustre et sans âme, tantôt doux et plein de poésie.

  • 25 Ibid., p. 121.
  • 26 Johann Gottfried Herder, Journal meiner Reise im Jahre 1769, Sämtliche Werke, hrsg. von Bernhard Su (...)

10Cette apparente contradiction est levée chez les voyageurs par l’emploi qu’ils font du terme de barbare : ce n’est pas le peuple lui-même qui est cruel, mais le siècle, les institutions d’une nation prétendument éclairée, qui réduisent l’homme au rang d’esclave et de bête. « Pays de la licence et de la pauvreté, de la liberté et de la confusion »25, c’est ainsi que le jeune Herder du Journal de 1769, qui vient de séjourner quatre années à Riga, perçoit la Courlande, qui partage le même destin que la Livonie, celui d’incarner tout à la fois une « province de la barbarie et du luxe »26. La barbarie, pour Herder, réside précisément dans cette coexistence au sein d’un même État, d’une liberté quasiment illimitée et d’un esclavage pratiquement de droit. Si le barbare, chez de nombreux voyageurs-pédagogues, désigne aussi le paysan inculte, les partisans des Lumières, après 1789, insistent sur la perversion opérée par le servage, la population paysanne perdant sa nature généreuse, et soit par mimétisme, soit par abrutissement de l’esprit, se transformant à son tour en une créature insensible, qui n’est pas loin d’égaler le diable allemand de Feyerabend.

11Au fond, le territoire même semble induire ce caractère à la fois féroce et étranger à la civilisation, et rien ne s’oppose par conséquent à ce que le terme de barbare s’applique indifféremment aux uns et aux autres, comme si le comportement des hommes, en Courlande, ne pouvait qu’osciller entre l’obscurité et les Lumières, menace permanente pour l’œuvre de la raison. Parallèlement à ce traitement militant du microcosme courlandais, qui vise d’abord à renouveler la manière d’envisager les rapports entre Allemands et Lettons, les voyageurs défendent l’idée du respect de la diversité des peuples en dressant un catalogue des éléments qui forment l’identité propre à cette nation.

La culture

12Longtemps mentionné pour ses seules interactions sociales avec l’ancien colonisateur allemand, le peuple letton fait l’objet, vers la fin du XVIIIe siècle, d’une publicité inédite. A cette époque, si l’on parle partout dans la presse allemande de la Courlande, et des problèmes qui secouent le pays (dualisme entre la noblesse et le duc, succession du duc Pierre, répercussions de la Révolution française), si dans les régiments allemands, français ou russes, les recrues courlandaises acquièrent une réputation de vivacité à la hauteur de leur célèbre compatriote Maurice de Saxe, si quelques-uns des héros de la littérature de langue allemande même sont d’origine courlandaise, pourtant la majeure partie des contemporains ne sait rien ou quasiment de la population lettone, le personnage du balte étant globalement associé à la minorité germanophone, et en particulier au gentilhomme courlandais, devenu par synecdoque le « baron balte ». Dorénavant, la réflexion d’ordre social, favorisée par la volonté de la bourgeoisie de s’affirmer dans l’espace public en se distinguant de l’homme du commun, est associée à une réflexion d’ordre culturel. Les observateurs vont donc se livrer à un catalogue des différences entre peuples, et inventorier tout ce qui permet de caractériser les Lettons et de les appréhender comme une nation, c’est-à-dire non pas seulement sous l’angle théologique, ni purement scientifique, mais en se plaçant dans une perspective anthropologique, puisqu’on commence à explorer sa production culturelle, à collecter tout se qui ressort d’une identité de la « nation », au sens d’une communauté culturelle, tradition orale, vestimentaire, coutumes diverses.

  • 27 « Reste dieses alten, wilden Gesanges“, cité in: H. Schaudinn, Deutsche Bildungsarbeit am lettische (...)
  • 28 Cf. Johann Gottfried Herder, Volkslieder, 2. Theil, Leipzig, Weygand, 1779, 315 p. « denen unsere S (...)

13Les voyageurs, comme les intellectuels allemands appelés à la cour du duc Pierre Biron (1724-1800) pour rejoindre la nouvelle académie de Mitau, voient dans ce peuple une nation oubliée, primitive car négligée par l’État, l’Eglise et les pédagogues, mais ce retard, appréhendé à travers le prisme d’une fascination pour l’idée rousseauiste de peuple original, qui serait préservé des mauvais effets de la civilisation, constitue en même temps la force de son caractère. Herder peut ainsi s’enthousiasmer à l’écoute d’un chant « primitif et sauvage »27, qu’il reproduit dans son recueil de Chants populaires, remarquable parce qu’il émane de peuples que « nos mœurs n’ont pas encore privés complètement de leur langue, de leurs chants et de leurs traditions pour les déformer ou ne rien leur donner à la place »28.

  • 29 Ibid., p. 135.
  • 30 J.L. Schwarz, « Über Kurlands Bewohner », op.cit., p. 66.
  • 31 « Jesus gahje us kahsam » devint chez cet infortuné pasteur « Jesus jahje us kassam». L’anecdote es (...)
  • 32 Le chevalier de Bray, Essai critique sur l’histoire de la Livonie, suivi d’un tableau de l’État act (...)

14Ce qui caractérise le peuple letton, en effet, c’est d’abord sa langue. Herder avait noté que ce peuple n’avait pas perdu sa poésie au contact de la colonisation allemande, bousculant quelque peu l’image que se faisaient les rationalistes d’une langue volontiers confinée à « la rue » ou aux « étalages de poissons »29. Certains voyageurs reproduisent à leur tour des exemples de dainas, ou des proverbes typiques, comme Schwarz qui accrédite l’hypothèse selon laquelle cette langue, parce qu’elle comporte beaucoup de monosyllabiques, et que la sonorité des mots correspond à la nature, est l’une des plus anciennes d’Europe30. Qu’elle soit en outre d’un apprentissage difficile, aucun voyageur ne se hasarde à le contester, comme l’atteste la mention des quiproquos nés d’une mauvaise accentuation, notamment la mésaventure d’un pasteur qui pour avoir raccourci une voyelle longue et estropié une consonne prononça un très sibyllin « Jésus chevaucha une chèvre », croyant dire  « Jésus se rendit au mariage »31. Si les Allemands de Courlande parlent tous cette langue, apprise souvent des lèvres de leur nourrice, pour les Lettons, à l’inverse, la langue allemande reste une langue étrangère, jusqu’au XIXe siècle : « La différence du langage est un grand obstacle au perfectionnement de ces peuples », écrit encore le chevalier de Bray en 1817, car « s’ils parloient l’Allemand, ils parviendroient plutôt à se placer sur la ligne de l’Allemand même »32.

  • 33 August Wilhelm Hupel, Topographische Nachrichten von Lief- und Esthland, Bd. I-III, Riga, Hartknoch (...)

15Après la langue, les contemporains s’intéressent à l’apparence physique, aux vêtements et au quotidien de cette population. Les cartes, les planches vont populariser l’imagerie d’un monde rural, au mode de vie rustique. Tel est le cas en particulier d’une carte d’Adolph Grot datant de 1770 qui représente le territoire courlandais, en y ajoutant en médaillon une gravure figurant le peuple letton. Dans un paysage courlandais imaginaire et bucolique, où les champs de blé sont délimités par des chutes d’eau et des forêts, l’auteur a planté le décor caractéristique de l’un des petits hameaux isolés de la campagne courlandaise, où ne se dressent guère que les bâtiments d’une Eglise, d’une ferme, et quelques autres constructions d’apparence modeste, presque des cabanes en bois et pierre, qui sont peut-être des fours et une grange. Au centre une jeune femme portant une longue jupe berce son enfant, des hommes vêtus de longues chemises recouvert d’un caftan fermé par des épingles, et coiffés d’une toque, costume traditionnel letton, vaquent à leur vie paisible, l’un à cheval, l’autre s’entretenant avec un personnage visiblement étranger, peut-être un Allemand, vêtu d’une veste à brandebourgs, et tenant un bâton à la main, attribut du pèlerin, ou du voyageur parti à la découverte du pays. Le motif associé à la Courlande, la nature donc, la vie campagnarde, simple, austère, et pourtant hospitalière, n’est pas loin d’évoquer les récits contemporains de voyage en Suisse, pays dépeint aux mêmes couleurs. Cette carte atteste l’intérêt ressenti pour les populations différentes, exotiques dont on s’efforce de souligner les traits particuliers. Dans cet esprit, la géographie de August Wilhelm Hupel (1737-1819), Nouvelles topographiques de Livonie et d’Estonie, qui jouit d’une important audience régionale, publie des planches qui illustrent les vêtements des Lettons, leurs outils agricoles, les particularités du travail aux champs et l’aspect des villages33, mélangeant curieusement le folklore et les préoccupations encyclopédiques. C’est l’occasion de rappeler également que le peuple letton que l’on trouve aussi bien en Livonie qu’en Courlande, suit les mêmes usages et traditions de part et d’autre de la frontière.

16Dans cette « Défense et illustration du peuple Letton » qui s’esquisse par petites touches dans les divers récits, les chroniqueurs s’essayent à reconstituer tout ce qui fait la nature de ce peuple, du physique au moral, mais aussi tout ce qui le singularise par rapport au peuple allemand. Ainsi la nation lettone semble prendre corps par le biais d’un regard exogène, celui du voyageur et de l’émigré récent, tandis que les érudits allemands de la Baltique, dont le letton n’est pas la langue maternelle, sont parmi les premiers à en codifier les règles. Le chevalier de Bray, dans la deuxième décennie du XIXe siècle, ne peut s’empêcher d’exprimer son étonnement devant ce cas particulier d’une langue développée par des étrangers :

  • 34 Le Chevalier de Bray, op. cit., p. 238.

L’objet dont nous nous occupons ici offre d’ailleurs un phénomène unique dans l’histoire, celui de deux langues [estonienne et lettone] très diverses, cultivées et perfectionnées par des étrangers, au sein du pays même des peuples qui les parlent, sans que ces derniers aient le moins du monde contribué à ce développement.34

  • 35 Ibid., p. 238.

17Mais à la différence de l’Allemand Herder, qu’avaient enchanté les dainas, le Français de Bray n’y voit que « des saillies ordinairement peu heureuses », auxquelles il n’accorde la qualité de production littéraire que du bout des lèvres35, avant que la fin du XIXe siècle ne redécouvre ce patrimoine, grâce à l’entreprise du poète letton Krišjānis Barons (1835-1922) qui rassemblera en une œuvre monumentale les dainas. Reste pourtant la prise de conscience des Lumières de la diversité des peuples, qui préside à une relecture du destin de ces peuples.

Taxinomie des peuples

18La naissance d’une imagerie lettone à l’époque des Lumières sert au moins deux objectifs, puisqu’elle est décrite d’abord pour informer, mais aussi pour frapper l’imagination des lecteurs et émouvoir leur conscience. La découverte de peuples inconnus, réalisation particulière du décentrement de l’identité, suscite un questionnement sur les propres valeurs du voyageur, réexaminées à la faveur de la distance et de la confrontation avec un autre fonctionnement de la société. Ultime approche de ce peuple letton, celle de l’histoire de sa colonisation tardive au XIIIe siècle et de la résistance des tribus autochtones, auxquelles ces récits consacrent des passages pouvant aller de quelques lignes à plusieurs dizaines de pages. Cette digression historique donne lieu à une nouvelle variation de la réflexion sur les rapports entre Allemands et Lettons, sur le mode de l’empathie et de la compassion, ce même spectacle de la souffrance de l’humanité contre lequel Nolde en appelle à « la révolte du cœur ». Si les voyageurs font vibrer la corde sensible de leurs lecteurs, tous établissent un lien de causalité entre des guerres menées au nom de la religion et la notion de progrès si chère aux Lumières. Or dans ce classement, la situation du peuple letton apparaît comme un contre-exemple des Lumières, qui pose la question de la capacité des Européens à transmettre leurs valeurs. Schwarz et Nolde, dont la curiosité est éveillée par l’observation de coutumes inconnues, reprennent bien vite la pose rationaliste pour interpréter ces rites comme une survivance du paganisme, des traces de superstition, bref, comme la manifestation d’un retard par rapport à la civilisation occidentale chrétienne :

  • 36 K. von Nolde, op. cit., p. 86.

Quelques uns d’entre eux évitens encore d’aller aux Eglises es sacrifiens des animaux dans les forêts ou on les découvre raremens parce qu’ils craignens d’être punis. Ils ont d’ailleurs des charlatans parmi eux, qui se disens sorciers, qui ons toute leur confiance es qui les traitens lorsqu’ils sons malades. Les prêtres dans l’intérieur des campagnes sons obligés de benir es de maudir de tems en tems pour une faible retribution les amis ou ennemis inconnus que tel ou tel indigene agriculteur crois avoir ; voilà un échantillon des brouillards épais qui couvrens encre presque tous le nord.36

  • 37 Karl Feyerabend, op.cit., 3. Bd., 1801, p. 14.
  • 38 Karl Feyerabend, ibid., p. 198.

19Mais là où certains de leurs prédécesseurs des XVIe et XVIIe siècles croient lire une justification a posteriori de l’évangélisation de l’Eglise, ces hommes du siècle de la critique invitent souvent leurs contemporains à observer les différences avec plus d’humilité. « L’indigène agriculteur », laissé donc à son obscurantisme, maintenu dans cet état de minorité où Kant voyait l’antithèse de l’autonomie intellectuelle, offre aussi un miroir ex negativo au lecteur, qui ne peut s’identifier à ce personnage exotique, d’autant que les auteurs de langue allemande (ou française) ne s’adressent pas au peuple, pour lequel le marché du livre n’offre guère que des catéchismes, recueils de cantiques, calendriers et manuels d’économie domestique. Placé dans la posture du pédagogue constatant l’ignorance de son élève, le lecteur, présumé appartenir à la couche éclairée de la population, est prié de réfléchir aux causes de cet échec de la civilisation. Ainsi le « barbare » incarne une altérité qui renvoie l’observateur aux limites de sa propre culture. Feyerabend a d’ailleurs l’ambition affichée de renverser le préjugé de barbarie en évoquant l’« époque des invasions barbares chrétiennes », et en mettant en scène, à de nombreuses reprises, les descendants allemands des croisés comme des individus se délectant de la douleur d’un peuple asservi37. Réminiscence des guerres d’évangélisation enfin, grâce à une intertextualité voulue par les auteurs qui emploient un champ lexical guerrier, parlant de sang et de guerres, violence qui aurait présidé à la fondation du duché de Courlande38. Ne cachant pas sa parenté d’esprit avec les jacobins français, Feyerabend pense que l’époque est mûre pour des réformes, mais que pour éviter une explosion de haine des paysans lettons à l’encontre des propriétaires allemands, il faut préparer soigneusement les étapes d’une suppression du servage.

  • 39 Le chevalier de Bray, op. cit., T.3, p. 95.

20A la fin du XVIIIe siècle, la réflexion sur le servage du peuple letton en Courlande est devenue un lieu commun grâce à la littérature de voyage et aux publications savantes. Puisque l’existence culturelle d’un peuple paraît subordonnée à son intégration dans un système de communication et d’échange, les voyageurs s’avisent qu’il est temps d’examiner ces indigènes qui constituent l’immense majorité des hommes qu’ils rencontrent sur leur chemin, peuple de paysans, animé d’une créativité poétique que personne n’a jamais vraiment cherché à connaître jusqu’alors. Le discours d’une prise de conscience des Lumières de la diversité des peuples s’apparente à une réinscription symbolique du peuple letton dans le territoire du duché, une reconnaissance culturelle qui précède de quelques dizaines d’années sa reconnaissance politique, l’affranchissement des paysans et l’abolition du servage (1817). La curiosité des contemporains s’est déplacée au tournant du siècle, car les descriptions de la population lettone sont alors valorisées comme la partie la plus passionnante du récit, loin devant le tableau des institutions provinciales. « Maintenant nous allons quitter ces détails arides pour nous occuper de tableaux qui parleront davantage à l’imagination, et reposeront plus doucement la pensée »39, peut écrire l’un de ces voyageurs lorsqu’il en vient à parler du peuple letton.

Haut de page

Notes

1 Karl Johann von Blomberg, Description de la Livonie, Utrecht, chez Guillaume van Poolsum, 1705, p. 329.

2 Ibid., p. 247.

3 Ibid., p. 241.

4 Ibid., p. 286.

5 Ibid., p. 323.

6 Johann Georg Hamann, Aesthetica in nuce. Eine Rhapsodie in Kabbalistischer Prose. In: Sämtliche Werke, Historisch-kritische Ausgabe von Josef Nadler, bd. II, Wien 1950, p. 197.

7 A partir du recensement réalisé en 1797, l’historien Arthur Hoheisel dénombre en outre quatre autres catégories de populations : juifs (2,11%), Lituaniens et Polonais (4,56%), Russes (1,3%). Cf. Arthur Hoheisel, « Die Bevölkerung Kurlands im Jahre 1797 », in: Zeitschrift für Ostmitteleuropa-Forschung 31/1-4 (1982), p. 551-558.

8 « Deutsche Colonie in Kurland », in : Allgemeine Literaturzeitung, Intelligenzblatt, Nr. 39 vom 24ten März 1792, Sp. 306.

9 « Undeutsche heissen unsre Bauern sowohl Ehsten als Letten », HUPEL August Wilhelm, Topographische Nachrichten von Lief- und Esthland, Riga, Hartknoch, Bd. 1, 1774, p.  64.

10 Christoph George Ziegenhorn, Staatsrecht der Herzogtümer Kurland und Semgallen, Königsberg, 1772.

11 « Es scheinet zwar überflübig zu seyn im zwölften Abschnitt von den Rechten des Bauerstandes etwas zu handeln. Da in Kurland der Bauerstand meistens unterthänig ist, und dahero wenige Rechte hat, allein die Wohltat, so der Ackersmann durch seine Arbeit allen seinen Mitmenschen erzeiget, und die Vollständigkeit des Werks erfordert es, auch davon etwas zu gedenken », C.G. Ziegenhorn, ibid., § 687.

12 « Den Juden, Arianern, Unitariern oder Socinianern kann solche [freye Religionsübung] nicht gegeben werden », ibid., §385.

13 Karl von Nolde, Matériaux divers qui renferment les détails nécessaires à la connaissance de la Courlande considérée sous tous les rapports pour servir à faire un mémoire complet sur ce pays, 1786-1788, p. 79.

14 Ibid., p. 84.

15 Andreas Meyer, Briefe eines jungen Reisenden durch Livland, Kurland und Deutschland, An seinen Freund Herrn Hofrath K** in Livland. Erlangen : bey W. Walther, 1777, T. 1, p. 71.

16 Johann Ludwig Schwarz, « Über Kurlands Bewohner » (Halberstädter Gemeinnützige Blätter 1/1788), Wiederabdruck in : Jahrbuch des baltischen Deutschtums 30 (1983), p. 77.

17 Ibid., p. 69.

18 Karl von Nolde, op.cit., p. 85.

19 Garlieb Helwig Merkel, Die Letten vorzüglich in Liefland am Ende des philosophischen Jahrhunderts. Ein Beitrag zur Völker- und Menschenkunden. Nach der Ausgabe Leipzig 1796 herausgegeben mit einem Stellenkommentar und einem Nachwort versehen von Thomas Taterka. Verlag Harro v. Hischheydt, 1998, 303 p.

20 « aber selbst Teufel sind weniger erfindungsreich, wenn es darauf ankommt, Menschen zu quälen, als ein curländischer Edelmann », Feyerabend, p. 15.

21 Karl Feyerabend, Kosmopolitische Wanderungen durch Preuben, Liefland, Kurland, Litthauen, Vollhynien, Podolien, Gallizien und Schlesien, in den Jahren 1795 bis 1797. In Briefen an einen Freund. drittes Bändchen, 1801, p. 42.

22 Ibid, p. 43.

23 Daniel Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris : Fayard, 2003, p. 423.

24 Theodor Gottlieb von Hippel, Lebensläufe nach aufsteigender Linie, Berlin bey Christian Friedrich Vol., 1778-1781, 4 Bde., 2290 p.

25 Ibid., p. 121.

26 Johann Gottfried Herder, Journal meiner Reise im Jahre 1769, Sämtliche Werke, hrsg. von Bernhard Suphan, Berlin 1877-1913. Traduction de Max Rouche, Herder, Journal de mon voyage en l’an 1769, Paris : Aubier, 1942, p. 74.

27 « Reste dieses alten, wilden Gesanges“, cité in: H. Schaudinn, Deutsche Bildungsarbeit am lettischen Volkstum des 18. Jahrhunderts, München : Ernst Reinhardt 1937 (Reprint Hannover 1975), p. 134.

28 Cf. Johann Gottfried Herder, Volkslieder, 2. Theil, Leipzig, Weygand, 1779, 315 p. « denen unsere Sitten noch nicht völlig Sprache und Lieder und Gebräuche haben nehmen können, um ihnen dafür etwas sehr Verstümmeltes oder nichts zu geben“, Ibid.

29 Ibid., p. 135.

30 J.L. Schwarz, « Über Kurlands Bewohner », op.cit., p. 66.

31 « Jesus gahje us kahsam » devint chez cet infortuné pasteur « Jesus jahje us kassam». L’anecdote est rapportée par J.L. Schwarz, ibid., p.69.

32 Le chevalier de Bray, Essai critique sur l’histoire de la Livonie, suivi d’un tableau de l’État actuel de cette province, Dorpat, J.C. Schünmann, 1817, T.3, p. 125.

33 August Wilhelm Hupel, Topographische Nachrichten von Lief- und Esthland, Bd. I-III, Riga, Hartknoch, 1774, 590 p., 1777, 543 p., 1782, 764 p.

34 Le Chevalier de Bray, op. cit., p. 238.

35 Ibid., p. 238.

36 K. von Nolde, op. cit., p. 86.

37 Karl Feyerabend, op.cit., 3. Bd., 1801, p. 14.

38 Karl Feyerabend, ibid., p. 198.

39 Le chevalier de Bray, op. cit., T.3, p. 95.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Sommerlat, « « Le ciel des nobles et l’enfer des paysans » : défense, illustration et mise en scène du peuple letton à la fin du XVIIIe siècle », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 10 septembre 2006, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/220 ; DOI : 10.4000/mimmoc.220

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page