Navigation – Plan du site

La minorité sorbe du Brandebourg vue par l’écrivain prussien Theodor Fontane (1819-1898)

Isabelle Solères

Entrées d’index

Mots-clés :

Brandebourg, sorbe

Aires géographiques :

Allemagne
Haut de page

Texte intégral

Le peuple sorbe jadis et aujourd’hui

1Les Sorbes, ou Sorabes, sont les descendants de tribus slaves implantées dans la région située entre l’Oder et l’Elbe à partir du VIe siècle, pendant les grandes invasions. Les Germains les appelaient les Wendes, se référant aux historiographes de l’antiquité romaine, qui désignaient par Veneter l’ensemble des peuplades non germaniques implantées à l’est du Limes. C’est ainsi que Pline le Jeune, vers l’an 100 après J. C., désignait par Venedi un peuple vraisemblablement slave de la région située entre l’Oder et la Vistule. Plus tard, le mot Wendes est resté dans la langue allemande, mais cette dénomination n’a jamais été adoptée par les descendants des tribus slaves implantées entre l’Oder et l’Elbe. Le nom de Surbi, que portait à l’origine l’une de ces tribus slaves, a fini par désigner l’ensemble des Slaves de la région, les Sorbes (Serbja en haut sorabe, Serby en bas sorabe), qui ont conservé jusqu’à aujourd’hui leur spécificité ethnique.

2Les tribus slaves de la région entre l’Oder et l’Elbe furent soumises au Xe siècle par Henri Ier, roi de Franconie et de Saxe, puis regroupées sous l’autorité du margrave de Brandebourg au XIIe siècle. La ville de Brandebourg doit du reste son nom à Branibor, la citadelle sorbe qui s’élevait sur la rive de la Havel, et qu’Albert l’Ours enleva en 1157. Christianisation et germanisation des Sorbes commencèrent donc au Xe siècle, puis s’accélérèrent aux XIIe et XIIIe siècles du fait de l’implantation de colons franconiens, flamands, thuringiens ou saxons.

3Les Hohenzollern, burgraves de Nuremberg, entrèrent en possession du Brandebourg en 1415. Ce n’est qu’en 1618 qu’ils héritèrent du « duché de Prusse », pays slave conquis par les chevaliers Teutoniques au XIIIe siècle, qui devint le berceau de la monarchie prussienne en 1701.

  • 1  Cf. Rosemarie Baudisch, « Geographische und historisch-politische Gliederung Brandenburgs », in Br (...)
  • 2  Cf. Hans-Heinrich Müller et Harald Müller, „Brandenburg als preußische Provinz. Das 19. Jahrhunder (...)

4En 1815, le Congrès de Vienne réorganisa la Prusse en dix, puis huit provinces, et la « province de Brandebourg » remplaça l’ancienne « Marche de Brandebourg », sans toutefois en conserver la configuration exacte.1 C’est ainsi que la Basse Lusace, précédemment saxonne, fut attribuée à la Prusse en 1815, ce qui enrichit de 65 000 personnes environ la population sorbe du Brandebourg.2 En 1871, année de l’unification allemande, les Sorbes vivaient donc sur le sol prussien depuis déjà treize siècles.

5Aujourd’hui, environ 60 000 Sorbes vivent encore en Lusace, pour les deux tiers en Haute-Lusace (Saxe), dans la région de Bautzen, et pour un tiers en Basse Lusace (sud du Brandebourg), dans la région de Cottbus. Le sorabe (lusacien ou wende), seul idiome slave qui a survécu jusqu’à aujourd’hui en Allemagne, est proche du polonais dans le Brandebourg (bas sorabe), et du tchèque en Saxe (haut sorabe). Hormis des différences lexicales, il existe aussi des différences phonétiques et grammaticales entre ces deux parlers sorabes. Le sorabe n’est plus parlé aujourd’hui qu’en Lusace, alors qu’il était jadis pratiqué dans toute la région située entre l’Oder (à l’Est) et l’Elbe ainsi que la Saale (à l’Ouest), soit sur une bonne partie du territoire actuel de la Saxe, de la Saxe-Anhalt, de la Thuringe, du Brandebourg et du Mecklembourg-Poméranie occidentale.

I La minorité sorbe du Brandebourg vue par le reporter Fontane avant l’unification allemande

  • 3  Fontane, Theodor : „Die Wenden in der Mark“, in Wanderungen durch die Mark Brandenburg. Große Bran (...)
  • 4  Cf. Fontane, „Die Ostsee und ihre Küstenländer, geschildert von Anton von Etzel“ (1859), GBA 7, p. (...)

6Au début de la chronique historique qu’il consacra intégralement au peuple sorbe, Theodor Fontane annonce son intention de relater la « préhistoire de la Marche » de Brandebourg, c’est-à-dire selon lui l’histoire des « Sorbes qui, avant même qu’il n’y ait une Marche, habitaient la région qui s’appela ensuite la Marche de Brandebourg. »3 Fontane évite ainsi de tomber dans un travers dont il avait fait grief à Anton von Etzel en 1859, qui avait, selon lui, sous-estimé l’importance « de l’élément russo-slave » dans son ouvrage sur l’histoire et la géographie des pays baltes (1859).4 Fontane attribue au contraire une grande importance à l’étude des populations slaves du Brandebourg, dans la mesure où leur assujettissement a permis la création de la Marche de Brandebourg au XIIe siècle.

  • 5  Cf. P. Kunze, “ Theodor Fontane und die Sorben ”, in Fontane Blätter 62 (1996), p. 61.

7Après la réorganisation administrative de 1815 et l’accroissement subséquent de la population sorbe du Brandebourg, le gouvernement prussien réagit par la mise en place d’une politique de germanisation autoritaire des Sorbes qui ne fit qu’accentuer leur sentiment d’identité. Ce sentiment se trouva également alimenté par les mouvements identitaires d’autres peuples slaves, puis par la révolution de mars 1848. Pour favoriser l’assimilation des Sorbes, en Prusse, et surtout de peur que leur insatisfaction ne fût instrumentalisée par les libéraux, Frédéric Guillaume IV (1840-1861) préféra assouplir la politique gouvernementale à l’égard des minorités slaves dès le début des années 1850.5 Des articles dénonçant les conséquences de la germanisation autoritaire en Lusace parurent ainsi dans la presse, même conservatrice, jusqu’à la fin des années 1850.

  • 6  Ce quotidien, fondé le 18 novembre 1858, affichait la tendance conservatrice modérée du gouverneme (...)

8C’est dans ce contexte de détente relative que la toute première chronique brandebourgeoise de Fontane,consacrée à la région sorbe du Spreewald,fut publiée en quatre épisodes, du 31 août au 3 septembre 1859, dans le quotidien conservateur Preußische Zeitung.6

  • 7  Cf. “ In den Spreewald ”, “ I. Von Berlin bis Lübben. Lübbenau. Die Wenden. Wendischer Gottesdiens (...)

9Il est intéressant que la première chronique brandebourgeoise publiée par Fontane rende justement compte d’une excursion dans une région devenue brandebourgeoise seulement quarante-six ans plus tôt, une région de population slave dont Fontane souhaite faire découvrir les us et coutumes : il s’attache par exemple à décrire le « service religieux sorbe et les costumes traditionnels sorbes », comme le précise le titre du premier épisode.7 Cet intérêt affiché pour la culture sorbe témoigne de l’atmosphère de détente qui régnait alors dans les relations entre le gouvernement et les minorités slaves. Certes, Fontane constate que la pratique de la langue sorabe résulte de plus en plus d’une démarche volontaire de préservation de l’héritage linguistique et culturel, mais il laisse aussi entendre que le gouvernement n’envisage plus désormais d’éradiquer cette langue, et qu’il s’en tient à exiger le recours à l’allemand dans toutes les démarches administratives, une exigence que Fontane trouve légitime :

  • 8  Ibid., GBA 6, p. 12 sq. Souligné par Fontane.

On voit bien que désormais, la langue sorabe n’est plus qu’un héritage qu’il s’agit d’entretenir et de préserver. Pourquoi faudrait-il les [les Sorbes] en priver ? Ils l’aiment (ils ont raison) et s’y accrochent comme à leurs coiffes et à leurs collerettes. Mais dès qu’il s’agit de choses pratiques qui ne relèvent pas uniquement de la région du Spreewald, dès qu’il faut comptabiliser les habitants, les décès, les mariages et les baptêmes, la langue sorabe n’est plus de mise. L’État, qui n’entend que l’allemand et n’a pas le temps d’apprendre aussi le sorabe en toute hâte, prend son air rébarbatif d’officier de police pour intervenir et exiger que les bans soient publiés en allemand et les naissances déclarées en allemand. Et il a bien raison.8

  • 9  Cf. P. Kunze, „Theodor Fontane und die Sorben“, in Fontane Blätter 62 (1996), p. 64.
  • 10  Cf. „Die letzten Wendenreste in Saxen und Preußen ”, partiellement reproduit in GBA 2, p. 533 sq.
  • 11  Cet hebdomadaire était le porte-parole des chevaliers de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, une a (...)
  • 12  Cf. Havelland, “ Die Wenden in der Mark ”, GBA 3, p. 13-36.
  • 13 Ibid., GBA 3, p. 14.

10Peu après la publication de cette chronique, en 1859, la politique gouvernementale à l’égard des minorités slaves se durcit à nouveau, ce qui poussa Fontane à insérer, dans la première édition de son second recueil de chroniques de voyage à travers le Brandebourg (Oderland, 1863), un article paru en septembre 1863 dans le quotidien national-libéral National-Zeitung et qui rendait compte de la disparition progressive de la langue et de la culture sorbes, mais aussi des efforts de la société des sciences sorbes « MaćicaSerbska » (créée en 1847) pour endiguer cette évolution et permettre aux quelque 100000 Sorbes vivant encore en Saxe et en Prusse de préserver leur identité.9 L’article, que Fontane intitula « Derniers vestiges sorbes en Saxe et en Prusse », ne fut pas repris dans les éditions ultérieures du deuxième volume des Pérégrinations.10 C’est aussi en 1863 que Fontane commença à réunir la documentation nécessaire à la rédaction d’une chronique sur « Les Sorbes dans la Marche », qu’il écrivit au début de l’année suivante. En octobre 1867, l’hebdomadaire Wochenblatt der Johanniter-Ordens-Balley Brandenburg publia, en quatre épisodes, ce long feuilleton pourtant bien peu dans la ligne politique de l’élite aristocratique à laquelle s’adressait l’hebdomadaire ultraconservateur des chevaliers de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem.11 Dans cette chronique historique, Fontane cherche à sensibiliser ses compatriotes à l’histoire et à la culture sorbes, situant tout d’abord les Sorbes dans l’espace et le temps avant d’évoquer leur « mode de vie » et leurs « coutumes », leur « costume traditionnel », leur « culte », leur « caractère » et leur destinée après le peuplement germanique.12 Dans ce chapitre, Fontane brosse une peinture très nuancée des Sorbes, qui « donnèrent son caractère au pays et leurs noms sorbes aux choses et aux lieux »13 à l’époque qui précéda la colonisation germanique, la christianisation et la germanisation au XIIe siècle :

  • 14 Ibid., GBA 3, p. 13. Souligné par Fontane.

[A]ujourd’hui, notre tâche consiste […] uniquement à évoquer l’époque païenne avant 1157 et à essayer de retracer, à travers la préhistoire de la Marche, l’histoire des Sorbes de la Marche. Cette expression n’est pas tout à fait juste. Il faudrait parler des Sorbes qui, avant même qu’il n’y eût une ‘Marche’, vivaient dans la région qui s’appela ensuite la Marche de Brandebourg.14

  • 15  Ibid. GBA 3, p. 13.

11Prenant le contre-pied de l’historiographie officielle, Fontane insiste donc sur la préexistence d’une civilisation slave au Brandebourg avant l’arrivée, quelque « trois, quatre ou cinq siècles plus tard », des colons qui trouvèrent « un pays totalement slave, c’est-à-dire sorbe », les derniers vestiges d’un peuplement germanique antérieur ayant quasiment disparu.15 En outre, Fontane réfute la thèse d’une prétendue infériorité des Slaves vis-à-vis des Germains et rectifie, à l’aide de témoignages de l’époque, l’image du niveau de civilisation sorbe avant la colonisation :

  • 16 Ibid., GBA 3, p. 19.

Pour se protéger à la fois du mauvais temps et des loups, les Sorbes […] ne vivaient nullement dans des cavernes fermées par des palissades comme les représente une gravure dont je dispose ; bien au contraire, ils construisaient diverses sortes de bâtiments tout à fait assimilables à de véritables maisons.16

  • 17 Ibid., GBA 3, p. 25.
  • 18 Havelland, “ Die Wenden in der Mark ”,GBA 3, p. 23 sq. Le premier texte sorabe connu, le «  Burger (...)

12Toutes les informations accumulées dans ce chapitre visent à corriger le portrait caricatural des Sorbes brossé par « les Allemands [et] leurs chroniqueurs », qui étaient souvent « des hommes fort religieux ».17 Loin de s’associer à la majorité de ceux qui donnent raison aux anciens chroniqueurs, Fontane déplore que les Sorbes n’aient laissé « aucun texte utilisable pour corriger si nécessaire les descriptions que leurs pires ennemis, les Allemands, ont données d’eux. Le fait est que nous n’entendons s’exprimer que l’une des parties. »18

  • 19 Ibid., GBA 3, p. 25.
  • 20 Ibid., GBA 3,p. 16.
  • 21 Ibid., GBA 3, p. 25.
  • 22 Ibid., GBA 3, p. 16 et 24.
  • 23 Ibid., GBA 3, p. 24.

13Par ailleurs, Fontane rectifie aussi l’image des Germains et n’hésite pas à ébrécher le mythe de la fidélité et de l’honnêteté germaniques. Utilisant les « récits des chroniqueurs », qui « relatent avec une admirable ingénuité les perfidies sans fin des Allemands »19, il insiste ainsi à plusieurs reprises sur la « cruauté allemande » ou encore « l’ingratitude et la prétention vertigineuses des Allemands »20, qui reprochaient aux Sorbes leurs trahisons, mais « considéraient a priori leurs propres perfidies comme justifiées. »21 A cette fourberie, Fontane oppose le « courage » et « l’hospitalité » des Sorbes, dont la « duplicité et l’infidélité n’excédaient en rien celles de ceux qui les soumirent ».22 De même qu’il chanta les exploits de nombreux héros de l’armée prussienne dans ses chroniques brandebourgeoises, Fontane vante donc ici les mérites des héros sorbes, « guerriers remarquables » qui ont « souffert tels des martyrs », deux siècles durant, pour la défense de leur culture et de leur religion.23

  • 24  Cf. ibid., GBA 3, p. 33-36.
  • 25  Cf. ibid., GBA 3, p. 34.

14A la fin de la chronique, Fontane soumet quelques réflexions concernant la période qui suivit la conquête germanique de 1157, adoptant à nouveau une position volontairement éloignée de l’attitude officielle et discriminatoire vis-à-vis des minorités slaves.24 Il rappelle notamment que la hiérarchisation des races25 est une invention moderne, qui rompt avec les traditions frédériciennes et la politique démographique ancestrale de la Prusse :

  • 26 Ibid., GBA 3, p. 34. 

Le repeuplement des villages désertés relevait des attributions de l’administration du pays, fidèle depuis toujours, dans le Brandebourg, à cette phrase de Frédéric II : « Des hommes, avant tout des hommes. » Chaque immigrant était le bienvenu, on ne se souciait guère de son origine raciale.26

  • 27 Ibid., GBA 3, p. 34 sq.

15Réfutant la théorie selon laquelle les Sorbes auraient été exterminés ou repoussés au-delà des frontières brandebourgeoises, Fontane démontre que les gens de la Marche sont nécessairement le résultat de la « fusion » des Sorbes et des Germains, qui eut principalement lieu dans « le véritable creuset » du centre de la Marche (Mittelmark).27 Il cherche ainsi à prouver que la pureté de la race germanique implantée au Brandebourg n’est qu’un mythe :

  • 28 Ibid., GBA 3, p. 33.

Il n’est pas exact qu’ils furent exterminés jusqu’au dernier, ni qu’ils furent simplement repoussés jusqu’à des régions où ils retrouvèrent des membres de leur tribu. Tous, ou du moins une grande majorité d’entre eux, restèrent au contraire dans le pays, et ils ont sans aucun doute donné naissance, dans toutes les provinces situées au-delà de l’Elbe, à cette race métisse qui habite aujourd’hui les provinces prussiennes.28

  • 29 Oderland, “ Küstrin ”, GBA 2, p. 290. Oderland,“ Kunersdorf ”, GBA 2, p. 177.

16Il s’agit là d’une idée chère à Fontane, qui qualifie ailleurs les Brandebourgeois de « peuple métis », de « race métisse germano-sorbe ».29 Aux yeux de Fontane, il ne fait aucun doute que la « particularité » des Brandebourgeois réside dans ce métissage des Germains avec les Sorbes. Conformément à cette idée, il rappelle régulièrement, au fil des Pérégrinations, les racines slaves de la population brandebourgeoise et il attire volontiers l’attention sur les vestiges de la civilisation sorbe.

II La minorité sorbe du Brandebourg vue par le reporter Fontane après l’unification allemande

  • 30  Cf. P. Kunze, “ Theodor Fontane und die Sorben ”, in Fontane Blätter 62 (1996), p. 58 et p. 66.

17Cette longue chronique sur les « Sorbes dans la Marche », publiée en 1867, fut ensuite insérée, en 1873, dans la première édition du troisième volume des Pérégrinations (Havelland), où elle prenait désormais un caractère nouveau – d’autant qu’elle servait en quelque sort de prologue historique au volume. Dans le Reich unifié, la question des minorités devint en effet un problème crucial : à la minorité Sorbe et à l’importante minorité polonaise héritée des trois partages de la Pologne, au XVIIIe siècle, s’ajoutaient en effet les Danois du Schleswig, au Nord, et les Français d’Alsace-Lorraine, à l’Ouest. Ces minorités non allemandes représentaient une menace intérieure si bien que les partisans de l’intégration progressive des minorités slaves, tels Fontane, assistèrent bientôt à la mise en place d’une politique d’assimilation autoritaire encore plus discriminatoire qu’auparavant.30

  • 31  Cf. ibid., p. 58.

18Dans ce contexte, la chronique de Fontane sur l’histoire et la culture sorbes avant la colonisation germanique apparaît désormais comme une réelle contribution à l’unification des mentalités au sein de la nation allemande car au lieu d’attiser les antagonismes, Fontane cherche à les neutraliser en favorisant les relations amicales entre Allemands et Slaves au sein de l’empire. Cette volonté de développer, entre Allemands et minorités slaves, des relations basées sur le respect mutuel et l’échange culturel s’exprime également dansun télégramme de félicitations et de soutien que Fontane adressa, le 3 avril 1872, à la société des sciences sorbes « Maćica Serbska » à l’occasion du vingt-cinquième anniversaire de sa création à Bautzen (Haute Lusace, Saxe).31

  • 32  Cf. Carl Riesel, Ausflüge und Ferienreisen in die märkische Heimat. VI. Königswusterhausen und der (...)
  • 33  Cf. C. Riesel, ibid., p. 46.
  • 34 Ibid., p. 47.
  • 35  Cf. ibid., p. 48.
  • 36 Ibid., p. 47.
  • 37  Cf. P. Fahlisch, Griebens Reisebücher, vol. 51, Der Spreewald, Praktischer Wegweiser (1893), p. 31

19Fontane n’était toutefois pas le seul à soutenir la cause sorbe, comme le prouve un guide touristique de l’époque consacré à la région du Spreewald (1875).32 En pleine période de germanisation autoritaire des minorités slaves, dans ce guide touristique susceptible de toucher un public plus vaste que les Pérégrinations, l’auteur n’hésite pas à dénoncer la discrimination dont souffrent les Sorbes et regrette qu’ils soient souvent amenés à renoncer complètement à leur culture dans l’espoir d’être ensuite traités à l’égal des Allemands.33 Prenant lui aussi le contre-pied de l’idéologie officielle, il souligne la supériorité esthétique de la langue sorabe sur la langue allemande et déplore que « la langue sorabe [soit] de plus en plus truffée de mots allemands et ainsi défigurée ».34 Il met aussi en valeur la profonde religiosité du peuple sorbe, qu’il oppose à la religiosité parfois affectée des Allemands, et regrette que cette relation privilégiée des Sorbes à la religion disparaisse peu à peu du fait du nivellement culturel, le nombre des pasteurs en mesure de prêcher en langue sorabe diminuant rapidement.35 « La nation sorbe se précipite vers la fin de son histoire », conclut-il, résigné.36 Huit ans plus tard, en 1893, l’auteur d’un autre guide sur la région du Spreewald constate en effet l’inexorable progression de la germanisation et s’attriste, lui aussi, de ce que « les chants mélodieux des Sorbes » et « le culte en langue sorabe » disparaissent graduellement.37

  • 38  Cf. P. Kunze, “ Theodor Fontane und die Sorben ”, in Fontane Blätter 62 (1996), p. 70 sq.
  • 39  “ In den Spreewald ”, GBA 4, p. 11.
  • 40  Cf. P. Fahlisch, Griebens Reisebücher, vol. 51, Der Spreewald, Praktischer Wegweiser, 4ème éd., Be (...)

20En 1881, Fontane remanie la chronique consacrée à la région du Spreewald, publiée dans le quotidien Preußische Zeitung, en 1859, et l’insère dans la première édition du quatrième volume des Pérégrinations (Spreeland). Il supprime le quatrième épisode, qui n’avait aucun rapport avec les Sorbes, et raccourcit sensiblement les passages consacrés aux mœurs et à la culture sorbes, une décision sans doute motivée par le durcissement du contexte politique. La tolérance vis-à-vis des Sorbes avait déjà nettement diminué dans les années 1860 mais, depuis le début des années 1870, la discrimination s’accroît encore. En 1881, Bismarck s’informe sur la politique menée jusqu’alors à l’égard des Sorbes, en Prusse et en Saxe, et se prononce en faveur d’une radicalisation des mesures discriminatoires.38 Dans ce nouveau contexte, il pouvait sembler prudent à Fontane de ne plus présenter son reportage sur la région du Spreewald avant tout comme une enquête sur les mœurs et les traditions sorbes. C’est du reste ce qui ressort du titre du premier sous-chapitre de la chronique, dont toute référence à la culture « sorbe » disparaît, en 1881, alors que cette référence apparaissait clairement dans le premier épisode du reportage en 1859. Fontane ne signale même pas qu’à Lübbenau, depuis son reportage de 1859, le « prêche en langue sorabe », dont il avait observé l’effet sur l’assistance sans en comprendre un mot39, a été remplacé dès 1866 par un sermon en allemand.40

  • 41  Cf. note 9.

21Quelques détails de la reformulation du premier épisode de cette chronique font discrètement allusion à l’évolution du contexte politique et au renforcement des mesures discriminatoires vis-à-vis des Sorbes. A propos de l’attachement des Sorbes à leur langue, Fontane se demandait par exemple, en 1859 : « Pourquoi faudrait-il les en priver ? Ils l’aiment (ils ont raison) ».41 En 1881, il renonce à ce plaidoyer, qui pourrait désormais revêtir un caractère subversif. Néanmoins, la critique se réfugie dans un mot qui n’apparaissait pas dans la version initiale du texte, le verbe dürfen, signifiant bien que désormais, pour pratiquer leur langue maternelle, les Sorbes ont besoin de l’autorisation expresse du gouvernement :

  • 42 Spreeland, “ In den Spreewald ” (1881), GBA 4, p. 11.

Le prêche […] avait encore le droit d’être en langue sorabe, mais dès qu’il ne s’agit plus que de choses pratiques, dès qu’il faut comptabiliser les habitants, les décès, les mariages et les baptêmes, la langue sorabe n’est plus de mise.42

22En 1859, Fontane donnait raison au gouvernement d’exiger le recours à l’allemand pour toutes les démarches administratives, mais il se désolidarise désormais de l’attitude officielle par une interrogation distanciée dans laquelle il souligne à nouveau, comme lorsqu’il faisait allusion à la politique de germanisation autoritaire, que l’individu n’a guère d’autre recours que celui de se soumettre à la force employée par l’État :

L’État, qui n’entend que l’allemand et n’a pas le temps d’apprendre aussi le sorabe en toute hâte, intervient de son air affairé et rébarbatif pour exiger que les bans soient publiés en allemand et les extraits de baptême rédigés en allemand.

  • 43 Spreeland, „In den Spreewald“ : “ Der Staat, der bloß mit deutschem Ohre hört und nicht Zeit hat, i (...)

Qui voudrait lui en contester le droit ?43

  • 44  Cf. note 9.

23En revanche, il supprime la référence, jadis humoristique et désormais trop explicite, à l’État policier.44

  • 45  Cf. P. Kunze, “ Theodor Fontane und die Sorben ”, in Fontane Blätter 62 (1996), p. 71.
  • 46  Cf. T. Nipperdey, Deutsche Geschichte 1866-1918. Vol. 2, Machtstaat vor der Demokratie (1992).Muni (...)
  • 47  Cf. H.-U. Wehler, Deutsche Gesellschaftsgeschichte, vol. 3. Von der ‘Deutschen Doppelrevolution’ b (...)
  • 48  Cf. T. Nipperdey, Deutsche Geschichte 1866-1918. Vol. 2, Machtstaat vor der Demokratie, p. 438.
  • 49  Cf. P. Kunze, “ Theodor Fontane und die Sorben ”, in Fontane Blätter 62 (1996), p. 71.
  • 50  Cf. note 9.

24Cette radicalisation de la politique discriminatoire à l’égard des Sorbes a lieu sur fond de crise des Balkans, alors que la montée du panslavisme inquiète Bismarck, qui compte bien prévenir le développement d’un mouvement panslave sur le sol allemand.45 Depuis la conclusion de l’Alliance des trois empereurs, en 1872, les relations entre l’Autriche et la Russie, mais aussi entre la Russie et l’Allemagne se sont en effet considérablement dégradées. L’intervention militaire de la Russie dans la guerre des Serbes contre l’Empire ottoman (1877-1878) et la victoire des Russes sur les Turcs, premier succès politique du panslavisme, ont provoqué les protestations de l’Autriche et de l’Angleterre contre un accroissement de l’influence russe dans les Balkans.46 Bismarck propose alors d’agir en médiateur et organise le Congrès de Berlin (13 juin au 13 juillet 1878), qui se solde certes par le rétablissement temporaire de l’ordre dans les Balkans, mais aussi par la déception des Russes, dont les appétits territoriaux n’ont pas été satisfaits.47 Au cours des mois suivants, les relations germano-russes ne font que se détériorer tandis que le parti panslave semble jouir, en Russie, d’une influence croissante, si bien que Bismarck ne parvient pas à obtenir le renouvellement de l’Alliance des trois empereurs, en 1879, et conclut la Duplice avec l’Autriche.48 En 1881, l’alliance des trois empereurs est finalement renouvelée, isolant à nouveau les foyers d’instabilité à l’Est comme à l’Ouest : le parti panslave de Russie, mais aussi la France, dont la politique de revanche constitue également une menace pour le Reich. Dans cette atmosphère de crise, l’opinion publique allemande devient franchement hostile aux Sorbes, dont les échanges culturels et scientifiques privilégiés avec la Russie sont assimilés à de l’agitation politique panslave.49 Fontane aurait donc fait preuve de prudence, en 1881, en supprimant de nombreuses références à la culture sorbe, dans sa chronique sur la région du Spreewald, mais il ne se rangea cependant pas à l’opinion professée dans la presse officielle et, semble-t-il, ne considéra jamais les efforts de la minorité sorbe pour « préserver »50 son héritage culturel comme l’expression d’un panslavisme menaçant l’intégrité du Reich.

III La minorité sorbe du Brandebourg vue par le romancier Fontane après l’unification allemande

  • 51  Cf. Vor dem Sturm, in Romane und Erzählungen, Aufbau, 1993, vol. 1, tome 1, chap. 11, p. 87.
  • 52 Vor dem Sturm, vol. 1, tome 1, chap. 11, p. 89.

25Dans Avant la tempête (Vor dem Sturm), roman historique publié l’année de la victoire russe sur les Turcs (1878), Fontane s’efforce d’ailleurs à nouveau de réhabiliter l’histoire et la culture sorbes. La querelle amicale entre le pasteur Seidentopf et son ami juriste Turgany semble en effet viser à remettre une fois de plus en question la prétendue supériorité culturelle des Germains sur les Slaves, mais aussi à souligner la nécessité de cimenter l’identité collective en œuvrant pour des relations culturelles amicales entre les peuples réunis au sein du Reich. Le pasteur Seidentopf est convaincu de la supériorité des Germains sur les Slaves et rejette la possibilité que les Brandebourgeois soient le résultat de la fusion des Sorbes et des Germains,51 théorie défendue par Fontane dans la chronique sur « Les Sorbes dans la Marche ». Le juriste Turgany s’oppose au contraire à l’idée, chère au pasteur, d’une « mission germanique civilisatrice » et se fait, « du moins en apparence, l’apôtre du panslavisme »,52 plus par goût de la contradiction que par conviction profonde. Pour illustrer cette querelle, représentative de la controverse soulevée, à l’époque de publication du roman, par les tensions germano-russes, Fontane imagine un débat, entre Turgany et Seidentopf, sur l’origine d’un « petit char de bronze » que Turgany vient d’offrir à son ami et adversaire :

  • 53 Vor dem Sturm, Op. cit., vol. 1, chap. 13, p. 97.

Seidentopf […] retira de la boîte un petit char de bronze monté sur trois roues et muni d’un court timon en forme de fourche sur lequel étaient posés six oiseaux […], eux aussi de bronze […]. Le tout, dépassant à peine la longueur de la main […], révélait à la fois habileté technique et sens de la beauté formelle.53

  • 54  Cf. Die Grafschaft Ruppin, “ Am Ruppiner See ”, GBA 1, p. 195. Cf. croquis de Fontane, GBA 1, p. 6 (...)
  • 55 Vor dem Sturm, vol. 1, tome 1, chap. 13, p. 98. Cf. Die Grafschaft Ruppin, “ Am Ruppiner See ”, p.  (...)
  • 56 Vor dem Sturm, ibid., p. 99.
  • 57 Ibid., p. 99.
  • 58 Ibid., p. 98.

26Fontane avait admiré ce petit char de bronze au musée de Neuruppin et nous en trouvons une description analogue dans la chronique des Pérégrinations datant de 1873.54 L’objet, trouvé « au-delà de l’Oder », comme le précise Turgany,55 ranime la querelle qui oppose les deux hommes, Seidentopf voyant là « un symbole du culte des anciens Germains » et du « char d’Odin »,56 Turgany affirmant que « [l]es Allemands de ces contrées étaient des sauvages »,57 incapables d’une telle perfection technique et esthétique, une opinion assez éloignée de la position officielle en 1878 :58

[…] ils ne créaient rien. Ils se contentaient de se reproduire. Toute création relevant de l’art, de l’invention leur était étrangère. Ce char est le produit d’un degré élevé de culture. Qui introduisit la culture dans ces contrées ? Voilà la question. Tu connais ma réponse.

  • 59 Ibid., p. 96.
  • 60 Die Grafschaft Ruppin, “ Am Ruppiner See ”, GBA 1, p. 195.
  • 61  Cf. ibid., GBA 1,p. 197.
  • 62 Ibid., GBA 1, p. 196 sq.
  • 63 Die Grafschaft Ruppin, “ Am Ruppiner See ”, GBA 1, p.  197. Cf. aussi Vor dem Sturm, p. 101.

27Fontane semble cependant donner raison à Seidentopf par le titre même du chapitre – « Le char d’Odin » –,59 d’autant que dans la chronique des Pérégrinations où il est question de ce petit char, Fontane ne soulève aucune polémique et se contente de mentionner l’appellation officielle de l’objet – « char de Thor ou d’Odin à trois roues »60 – et de résumer l’interprétation du pasteur Ernst Daniel Martin Kirchner (1802-1879) et de l’historien Georg Christian Friedrich Lisch (1801-1883), dont le personnage fictif de Seidentopf répercute les opinions.61 La seule réserve émise par Fontane dans cette chronique des Pérégrinations concerne la symbolique des oiseaux, qualifiés de « corbeaux  […], les oiseaux d’Odin », par certains érudits, de même que par Seidentopf dans le roman, ce que conteste bien sûr Turgany.62 Fontane rejette aussi cette interprétation et affirme qu’ « à [s]on avis, il ne peut s’agir que d’oies. »63 La question de l’origine sorbe ou germanique de l’objet n’est cependant pas soulevée dans la chronique et reste en suspens dans le roman, peut-être parce que Fontane ne souhaite pas alimenter la polémique. En revanche, par l’intermédiaire de Turgany, il lutte contre les préjugés raciaux et le chauvinisme, un danger qui menace l’Allemagne contemporaine (1878) et non la Prusse de 1813. En outre, Fontane signifie, par la fin consensuelle du chapitre, que ce débat sur la prétendue supériorité de telle culture sur telle autre n’a aucune validité aux yeux de l’humaniste qu’il est :

Renate jeta un coup d’œil aux deux adversaires, puis elle dit :  […] Ce Char, dont la signification est certes symbolique, n’est autre qu’un char de combat, l’image […] de votre propre sempiternelle querelle.’

  • 64 Vor dem Sturm, vol. 1, tome 1, chap. 13,p. 102.

Tous se déclarèrent d’accord, dans la bonne humeur générale, et les deux condamnés se serrèrent la main.64

  • 65  Cf. P. Kunze, “ Theodor Fontane und die Sorben ”, in Fontane Blätter 62 (1996), p. 73.

28L’ensemble de ces prises de position, qu’il s’agisse des Pérégrinations ou des romans, montre que Fontane ne partageait pas la slavophobie ni le chauvinisme de certains de ses compatriotes après l’unification du Reich.65 Dans son dernier roman, Le Stechlin (1898), il choisit d’ailleurs d’attribuer des prénoms slaves à deux personnages qui lui servent de porte-parole : Dubslav et Czako.

29Néanmoins, il faut bien admettre que de notre point de vue actuel, Fontane reste parfois partiellement prisonnier des préjugés de son époque, comme l’indiquent par exemple deux chroniques des Pérégrinations, rédigées en 1862 et consacrées à deux bourgs situés à l’est de Berlin (Falkenberg et Buckow), où il est notamment question des caractéristiques que les Brandebourgeois ont héritées des Sorbes. Certes, Fontane rappelle ici à nouveau que les gens de la Marche sont le résultat d’un croisement entre Sorbes et Germains, contestant une fois de plus le mythe de la pureté de la race germanique, mais il ne laisse aucun doute sur les caractéristiques qu’il considère comme l’héritage des Sorbes, si bien que tout en contestant la théorie de la supériorité germanique, il la cautionne par ses assertions concernant les caractéristiques nationales sorbes :

  • 66 Oderland, “ Freienwalde ”,  “ 2. Falkenberg ”, GBA 2, p. 57.

Le Falkenbergois d’hiver est un Brandebourgeois par excellence, c’est-à-dire un Allemand du Nord fortement teinté de sang sorbe. Il est appliqué, honnête, persévérant, mais aussi méfiant, têtu et porté à la récrimination […]. Tel est le Falkenbergois d’hiver. Au début, j’ai cru tout ce qu’il me racontait […], jusqu’à ce que j’eusse fini par me convaincre que le ‘sang sorbe’ l’avait malgré tout égaré et l’avait rendu plus amer et plus têtu que nécessaire66

30La confrontation des deux extraits permet de départager les caractéristiques associées par Fontane au « sang sorbe » de celles attribuées aux « Allemand[s] du Nord ». Il ne fait désormais aucun doute que les caractéristiques négatives – méfiance, obstination, tendance à récriminer – relèvent des stéréotypes associés aux Sorbes tandis que les caractéristiques positives – application, honnêteté, persévérance – renvoient aux vertus dites germaniques. De même que Fontane attribue le tempérament hargneux des habitants de Falkenberg à leurs lointaines origines sorbes, il impute l’humeur procédurière des habitants de Buckow à « leur métissage de sang sorbe et de sang allemand » :

  • 67 Oderland, “ Buckow ” (1862), GBA 2, p. 102.

Les habitants de Buckow sont des gens honnêtes, appliqués, qui ne ménagent pas leur peine ; mais soit que leur métissage de sang sorbe et de sang allemand ne fût pas tout à fait approprié, soit qu’ils ne puissent se consoler d’avoir connu la richesse en des temps immémoriaux, quoi qu’il en soit, ils aiment par-dessus tout les procès et aussi, à l’occasion, se faire justice eux-mêmes.67

  • 68 Havelland, “ Die Wenden in der Mark ”, GBA 3, p. 36.

31Certains stéréotypes apparaissent aussi à la fin de la chronique de 1864 sur « Les Sorbes dans la Marche », où Fontane reprend malgré tout à son compte le mythe de la vitalité supérieure des peuples germaniques : « La civilisation sorbe a été balayée, engloutie par une civilisation plus forte, par la vie et le tempérament germaniques […]. »68

32Comme souvent chez Fontane, nous nous trouvons ici en présence d’une contradiction partielle. Bien qu’il remette en question, à maintes reprises, la prétendue supériorité écrasante des Allemands sur les Sorbes, et bien qu’il relève scrupuleusement les qualités nationales sorbes dans la chronique sur « Les Sorbes dans la Marche », Fontane concède toutefois à la « race germanique » une forme de supériorité sur les Slaves, qu’il décrit aussi – dans cette même chronique – comme superficiels, impulsifs, excessifs, individualistes, prisonniers de l’instant et dénués de sens de l’histoire, alors que, selon lui, les peuples germaniques se pensent dans la durée, sont constants, réfléchis, déterminés et solidaires :

  • 69  Havelland, Ibid., p. 26. Souligné par Fontane.

[C]ertes, il est une chose en laquelle ils [les Sorbes] ne leur étaient pas égaux : cette force créatrice qui, de génération en génération, ne perd jamais de vue les grands objectifs, cette force qui fut de tout temps le trait caractéristique de la race germanique et reste aujourd’hui la garantie de son existence. Les Sorbes de jadis étaient comme les Polonais d’aujourd’hui. Nantis de qualités plaisantes et éblouissantes, d’un esprit au moins aussi chevaleresque que leurs adversaires, peut-être supérieurs à eux par la passion et l’abnégation, ils coururent néanmoins à leur perte parce que cette force créatrice leur faisait défaut. Ils avaient toujours tendance à répandre leurs forces à l’extérieur au lieu de les rassembler au centre si bien qu’il leur manquait le mouvement concentrique alors qu’ils étaient excentriques dans tous les sens du terme. En outre, ils faisaient plus grand cas de la liberté individuelle que de la consolidation de l’Etat. – Qui ne reconnaîtrait pas dans tout cela des caractéristiques nationales polonaises ?69

33La théorie, énoncée ici, selon laquelle la dynamique centrifuge des peuples slaves compromettrait leur survie tandis que la dynamique centripète des peuples germaniques garantirait leur pérennité se trouve illustrée dans Avant la tempête (1878), où Fontane relate les destinées parallèles de deux familles : les Ladalinski, Polonais, et les Vitzewitz, Brandebourgeois de vieille souche. Tandis qu’au fil du roman, les liens familiaux se resserrent progressivement chez les Vitzewitz, la famille Ladalinski est condamnée à l’éclatement. En outre, les stéréotypes nationaux énumérés ci-dessus caractérisent Kathinka et Tubal von Ladalinski, les deux jeunes Polonais qui trahissent Lewin et Renate von Vitzewitz : agréables, séduisants, fougueux, ils sont aussi individualistes et versatiles, ils ne vivent que dans l’instant et dérivent au gré de leurs désirs. Lewin et Renate sont au contraire la quintessence même de la fermeté, de la fidélité et du dévouement, qualités secrètes et profondes que Fontane oppose au charme superficiel de leurs amis. Nous retrouvons donc là l’opposition entre Allemands et Slaves déjà évoquée dans la chronique des Pérégrinations consacrée aux Sorbes, et la balance penche à nouveau sensiblement du côté des vertus prétendument germaniques. Sans compter que Fontane, lorsqu’il brosse ce tableau peu flatteur des caractéristiques nationales polonaises, ne tient aucun compte du rôle que la Prusse joua dans le destin de cette nation lors des trois partages de la Pologne au XVIIIe siècle.

Haut de page

Notes

1  Cf. Rosemarie Baudisch, « Geographische und historisch-politische Gliederung Brandenburgs », in Brandenburgische Geschichte, sous la direction de Ingo Materna et de Wolfgang Ribbe, Berlin, Akademie Verlag, 1995, p. 22 : Depuis 1816, la région historique dite de la Altmark (Antiqua Marchia), d’où partirent la conquête et la colonisation de ce qui devint ensuite la Marche de Brandebourg,faisait en effet partie de la province de Saxe et les districts de Dramburg et de Schivelbein (Neumark) n’appartenaient plus au Brandebourg mais à la Poméranie. En revanche, le Brandebourg s’était agrandi au Sud-Est grâce à l’attribution du district de Schwiebus, jusqu’alors silésien, et au Sud par le rattachement de la Basse-Lusace (Niederlausitz).

2  Cf. Hans-Heinrich Müller et Harald Müller, „Brandenburg als preußische Provinz. Das 19. Jahrhundert bis 1871“. In  Baudisch,ibid., p. 407 sq.

3  Fontane, Theodor : „Die Wenden in der Mark“, in Wanderungen durch die Mark Brandenburg. Große Brandenburger Ausgabe (ci-après GBA), sous la direction de Gotthard Erler. 8 vol. Berlin, Aufbau Verlag, 1994-1997. Vol. 3, Havelland, (ci-après GBA 3), p. 13 (souligné par Fontane).

4  Cf. Fontane, „Die Ostsee und ihre Küstenländer, geschildert von Anton von Etzel“ (1859), GBA 7, p. 313.

5  Cf. P. Kunze, “ Theodor Fontane und die Sorben ”, in Fontane Blätter 62 (1996), p. 61.

6  Ce quotidien, fondé le 18 novembre 1858, affichait la tendance conservatrice modérée du gouvernement de la Nouvelle Ère (Neue Ära) et disparut avec elle en 1861. Cf. R. Berbig, Theodor Fontane im literarischen Leben. Zeitungen und Zeitschriften, Verlage und Vereine. Dargestellt von Roland Berbig unter Mitarbeit von Bettina Hartz. Berlin, New York, Walter de Gruyter, 2000, p. 56-59.

7  Cf. “ In den Spreewald ”, “ I. Von Berlin bis Lübben. Lübbenau. Die Wenden. Wendischer Gottesdienst und wendische Kostüme ”, in Preußische Zeitung, n° 405, 31.08.1859.

8  Ibid., GBA 6, p. 12 sq. Souligné par Fontane.

9  Cf. P. Kunze, „Theodor Fontane und die Sorben“, in Fontane Blätter 62 (1996), p. 64.

10  Cf. „Die letzten Wendenreste in Saxen und Preußen ”, partiellement reproduit in GBA 2, p. 533 sq.

11  Cet hebdomadaire était le porte-parole des chevaliers de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, une association vouée au soin des malades, mais aussi à la défense des intérêts des piliers traditionnels du pouvoir (la couronne, l’aristocratie, l’armée, les hauts fonctionnaires) et qui regroupait, au début des années 1860, quelque 1600 chevaliers issus de la haute noblesse. La publication dans cet hebdomadaire ultraconservateur assurait ainsi à Fontane l’accès à un public, certes relativement restreint, mais très influent.

12  Cf. Havelland, “ Die Wenden in der Mark ”, GBA 3, p. 13-36.

13 Ibid., GBA 3, p. 14.

14 Ibid., GBA 3, p. 13. Souligné par Fontane.

15  Ibid. GBA 3, p. 13.

16 Ibid., GBA 3, p. 19.

17 Ibid., GBA 3, p. 25.

18 Havelland, “ Die Wenden in der Mark ”,GBA 3, p. 23 sq. Le premier texte sorabe connu, le «  Burger Eydt Wendisch » de Bautzen, a été rédigé après 1500. C’est pendant la Réforme que les Sorbes ont élaboré leur propre langue écrite, une langue fixée au XVIIIe siècle sous deux formes (haut sorabe et bas sorabe).

19 Ibid., GBA 3, p. 25.

20 Ibid., GBA 3,p. 16.

21 Ibid., GBA 3, p. 25.

22 Ibid., GBA 3, p. 16 et 24.

23 Ibid., GBA 3, p. 24.

24  Cf. ibid., GBA 3, p. 33-36.

25  Cf. ibid., GBA 3, p. 34.

26 Ibid., GBA 3, p. 34. 

27 Ibid., GBA 3, p. 34 sq.

28 Ibid., GBA 3, p. 33.

29 Oderland, “ Küstrin ”, GBA 2, p. 290. Oderland,“ Kunersdorf ”, GBA 2, p. 177.

30  Cf. P. Kunze, “ Theodor Fontane und die Sorben ”, in Fontane Blätter 62 (1996), p. 58 et p. 66.

31  Cf. ibid., p. 58.

32  Cf. Carl Riesel, Ausflüge und Ferienreisen in die märkische Heimat. VI. Königswusterhausen und der Spreewald (Branitz und Muskau), 2ème édition revue et corrigée, enrichie d’une carte, Berlin, Julius Imme’s Verlag, 1875.

33  Cf. C. Riesel, ibid., p. 46.

34 Ibid., p. 47.

35  Cf. ibid., p. 48.

36 Ibid., p. 47.

37  Cf. P. Fahlisch, Griebens Reisebücher, vol. 51, Der Spreewald, Praktischer Wegweiser (1893), p. 31.

38  Cf. P. Kunze, “ Theodor Fontane und die Sorben ”, in Fontane Blätter 62 (1996), p. 70 sq.

39  “ In den Spreewald ”, GBA 4, p. 11.

40  Cf. P. Fahlisch, Griebens Reisebücher, vol. 51, Der Spreewald, Praktischer Wegweiser, 4ème éd., Berlin, Albert Goldschmidt, 1893, p. 31.

41  Cf. note 9.

42 Spreeland, “ In den Spreewald ” (1881), GBA 4, p. 11.

43 Spreeland, „In den Spreewald“ : “ Der Staat, der bloß mit deutschem Ohre hört und nicht Zeit hat, in aller Eile auch noch Wendisch zu lernen, tritt mit der nüchternsten Geschäftsmiene dazwischen und verlangt deutsches Aufgebot und deutsche Taufscheine. Wer wollt ihm das Recht dazu bestreiten? ”

44  Cf. note 9.

45  Cf. P. Kunze, “ Theodor Fontane und die Sorben ”, in Fontane Blätter 62 (1996), p. 71.

46  Cf. T. Nipperdey, Deutsche Geschichte 1866-1918. Vol. 2, Machtstaat vor der Demokratie (1992).Munich, Beck, 1998, p. 430 et p. 434 sq.

47  Cf. H.-U. Wehler, Deutsche Gesellschaftsgeschichte, vol. 3. Von der ‘Deutschen Doppelrevolution’ bis zum Beginn des Ersten Weltkrieges 1849-1914. Munich, Beck, 1995, p. 974 sq.

48  Cf. T. Nipperdey, Deutsche Geschichte 1866-1918. Vol. 2, Machtstaat vor der Demokratie, p. 438.

49  Cf. P. Kunze, “ Theodor Fontane und die Sorben ”, in Fontane Blätter 62 (1996), p. 71.

50  Cf. note 9.

51  Cf. Vor dem Sturm, in Romane und Erzählungen, Aufbau, 1993, vol. 1, tome 1, chap. 11, p. 87.

52 Vor dem Sturm, vol. 1, tome 1, chap. 11, p. 89.

53 Vor dem Sturm, Op. cit., vol. 1, chap. 13, p. 97.

54  Cf. Die Grafschaft Ruppin, “ Am Ruppiner See ”, GBA 1, p. 195. Cf. croquis de Fontane, GBA 1, p. 672.

55 Vor dem Sturm, vol. 1, tome 1, chap. 13, p. 98. Cf. Die Grafschaft Ruppin, “ Am Ruppiner See ”, p. 196.

56 Vor dem Sturm, ibid., p. 99.

57 Ibid., p. 99.

58 Ibid., p. 98.

59 Ibid., p. 96.

60 Die Grafschaft Ruppin, “ Am Ruppiner See ”, GBA 1, p. 195.

61  Cf. ibid., GBA 1,p. 197.

62 Ibid., GBA 1, p. 196 sq.

63 Die Grafschaft Ruppin, “ Am Ruppiner See ”, GBA 1, p.  197. Cf. aussi Vor dem Sturm, p. 101.

64 Vor dem Sturm, vol. 1, tome 1, chap. 13,p. 102.

65  Cf. P. Kunze, “ Theodor Fontane und die Sorben ”, in Fontane Blätter 62 (1996), p. 73.

66 Oderland, “ Freienwalde ”,  “ 2. Falkenberg ”, GBA 2, p. 57.

67 Oderland, “ Buckow ” (1862), GBA 2, p. 102.

68 Havelland, “ Die Wenden in der Mark ”, GBA 3, p. 36.

69  Havelland, Ibid., p. 26. Souligné par Fontane.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Solères, « La minorité sorbe du Brandebourg vue par l’écrivain prussien Theodor Fontane (1819-1898) », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 10 septembre 2006, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/224 ; DOI : 10.4000/mimmoc.224

Haut de page

Auteur

Isabelle Solères

Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page