Navigation – Plan du site
Avant-propos

Présentation

Marie-Catherine Talvikki Chanfreau

Notes de la rédaction

Introduction aux neuf articles réunis dans le numéro 3 qui prolonge la thématique « Territoires, Identités » du numéro précédent en y ajoutant les notions d’ancrage et de diaspora.

Texte intégral

1Avec « Le cas du Haut-Adige Tyrol du Sud », ce numéro s’ouvre sur la recherche de Licia Bagini-Scantamburlo sur sept mille ans d’histoire du Trentin où se côtoient différentes communautés autochtones, à la frontière de la Suisse et de l’Autriche.

2Pour la Péninsule Ibérique, un recul de mille ans permet à Fausto Garasa (Université de Tours) de se pencher sur « Territoire et identité en terres d’Aragon : stéréotypes, histoire et diversité ». Son étude démontre comment le territoire « renvoit à des espaces et à des niveaux identitaires fort divers qui s’emboîtent les uns dans les autres, s’opposent ou se complètent au sein même d’un ensemble régional qui est loin d’être homogène. Bien qu’ils impliquent pour la plupart rivalités et affirmation de soi, leur multiplicité et leur variété les rendent difficiles à cerner et excluent toute généralisation abusive. »

3Élargissant sa réflexion au monde ibérique pour la période plus restreinte des XIXème et XXème siècles, Marie-Catherine Talvikki Chanfreau analyse successivement un contexte philosophique, idéologique et historique où la franc-maçonnerie n’est nullement étrangère à la genèse tourmentée de l’ibérisme, dans « Le difficile essor de l’ibérisme entre monarchisme unitaire et fédéralisme républicain », puis l’apparent échec des espoirs ibéristes de constituer une fédération ibérienne solidaire, ouverte et moderne qui s’étendrait ultérieurement à l’Europe ou au Monde, dans « L’étranglement de l’ibérisme entre la Première et la Seconde républiques espagnoles ».

4Ensuite, Emmanuelle Simon s’intéresse à la « Préservation d’une identité hors du territoire régional : le cas des Maisons de Cantabrie en Espagne et dans le monde au XXème siècle. »Imaginées à l’origine comme des centres d’entraide, elles se sont progressivement transformées en « lieux de reconnaissance entre les « originaires » cantabres en Espagne, d’où l’accent mis sur la culture et les particularités, mais aussi entre les « originaires » espagnols hors des frontières nationales. » L’auteur se demande donc « si le rôle de ces maisons régionales, cantabres et autres, ne serait pas désormais de représenter la réalité de l’Espagne devenue plurielle. »

5Dans « Territoire(s) et Identité(s) en RFA et RDA : approche sémantique d’une réalité historique », Hélène Yèche compare les deux Allemagnes issues de la chute du Troisième Reich. Elle y constate « que l’Histoire a donné raison à la politique d’unification de l’Allemagne de l’Ouest, dont la conception ethnoculturelle de la nation réfutait d’emblée la déconstruction territoriale, tandis que les dirigeants de la RDA tentaient désespérément d’asseoir la légitimité de l’Allemagne socialiste sur la déconstruction du rapport territoire-identité et une construction purement politique de l’identité nationale. »

6Puis, par « Nation allemande et stratégie migratoire de la République Fédérale d’Allemagne : paradoxe identitaire », Gwénola Sebaux (Université Catholique de l’Ouest à Angers) s’interroge sur la conception et l’application du droit allemand de la nationalité dans la seconde moitié du XXème siècle et jusqu’à aujourd’hui, par l’exemple spécifique de l’accueil des Allemands d’Europe centre orientale (Pologne, Roumanie) et d’Asie (URSS, puis les États qui lui ont succédé, notamment la Fédération de Russie et le Kazakhstan) : quelle évolution du statut d’Allemand peuvent-ils espérer, au tournant du XXIème siècle, dans une Allemagne aux nationalités multiples ?

7Enfin, ce volume conclut sur l’actualité de la fin du siècle dernier par le regard qu’en ont offert deux auteurs espagnols.

8Avec « Un Andalou au Pays Basque. Ardor guerrero de Muñoz Molina (1995) : problèmes identitaires pendant la Transition espagnole (1975-1982) », Elvire Diaz explique comment dans « un contexte de transition politique et idéologique, qui définit les Statuts d’autonomie des anciennes régions « historiques », le narrateur-personnage d’Ardor guerrero décrit et analyse non seulement la rudesse de la vie militaire dans la caserne de Saint-Sébastien, mais surtout l’environnement social », en « dressant un état des lieux personnel du Pays Basque. »

9Par « Diaspora et texte en souffrance : La cuarentena de Juan Goytisolo », Natalie Noyaret (Université de Nantes), témoigne du fait que « la littérature, la fiction romanesque en l’occurrence, est loin de rester étrangère ou insensible à des questions socio-politiques aussi primordiales et graves que la diaspora. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Catherine Talvikki Chanfreau, « Présentation », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 09 novembre 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/231

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page