Navigation – Plan du site
Civilisation

Territoire et identité en terres d’Aragon : stéréotypes, histoire et diversité

Fausto Garasa

Entrées d’index

Aires géographiques :

Aragon
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Divers éléments liés au territoire donnent aux membres d’un groupe humain déterminé une conscience d’eux-mêmes, le sentiment de faire partie d‘une communauté. Le territoire est à leurs yeux référence et définition, symbole d’appartenance, élément de différenciation, singularité plus ou moins marquée. Ces hommes se sont d’une certaine façon approprié la terre et l’ont intégrée dans un rapport où l’attachement est souvent quasi-viscéral et essentiel. La relation territoire / identité, inhérente, semble-t-il, au sujet sédentarisé, paraît alors aller de soi. Ressentie par un groupe donné ou attribuée à ce même groupe par une ou des communautés extérieures, elle est le point de départ d’une construction particularisante fondée sur des données objectives mais aussi des stéréotypes et des préjugés plus ou moins caricaturaux.

2Notre étude n’ambitionne pas de percer les mystères de telles réalités. Elle se limitera à donner quelques aspects du phénomène identitaire lié, en terres d’Aragon, à une histoire commune, aux stéréotypes et à la diversité au sein d‘un ensemble territorial particulier. Nous nous attacherons notamment à analyser, selon une perspective historique, les éléments objectifs et subjectifs qui sont le fondement d’une construction territoriale et identitaire complexe.

3Précisons enfin que les deux premières parties de cette étude résument, pour l’essentiel, une évolution historique. Elles peuvent donc ne pas apporter grand-chose aux spécialistes de l’histoire de l’Espagne et à plus forte raison aux spécialistes de l’histoire de l’Aragon. Cependant, nous les jugeons nécessaires pour poser la problématique et donner tout son sens à la structuration identitaire évoquée.

4Ces deux premières parties, dont pourront tirer profit les non spécialistes sont, comme l’ensemble de l’exposé, accompagnées de nombreuses notes qui expliquent ou illustrent sur les plans géographique, historique ou linguistique des réalités complexes ou spécifiques.

Les éléments objectifs d’une identité

5L’Aragon n’a jamais été un tout homogène capable de fédérer et d’unifier par ses caractéristiques propres. Les éléments unificateurs objectifs, c’est-à-dire relevant de réalités indépendantes de l’esprit, sont pour la plupart absents du contexte aragonais. Sur le plan géographique, l’Aragon est avant tout diversité. Limité au Nord et au Sud par les Pyrénées et la Cordillère Ibérique, son relief s’adoucit formant deux piémonts qui convergent vers la dépression de l’Èbre, partie centrale d’un ensemble disparate. L’élément climatique que l’on considère parfois comme un facteur déterminant attitudes et comportements, est aussi placé sous le signe de la pluralité. En Aragon, les climats de montagne côtoient en effet un climat continental aux influences méditerranéennes caractéristique de la vallée de l’Èbre.

6La diversité géographique et climatique fut à l’origine d’un habitat rural et traditionnel diversifié. Les matériaux de construction utilisés étaient ceux qu’offrait le milieu ambiant. Dans les Pyrénées, les murs étaient en pierre, les toits aux pentes fortement inclinées étaient recouverts d’ardoises ou de pierres plates, et les balcons, les portes et les fenêtres étaient en bois. Ces dernières, peu nombreuses et de petite dimension afin de protéger l’habitat du froid et de l’humidité, renforçaient l’impression d’intimité suggérée par les murs épais et laissaient deviner que l’espace intérieur et sa distribution jouaient un rôle crucial dans la conception même du quotidien et du rapport avec l’extérieur. La cuisine et son fogaril (âtre en aragonais), situés au premier étage, constituaient un espace intime et privé, lieu de vie par excellence où seuls les membres de la famille et quelques « élus » étaient admis. La séparation entre le dedans et le dehors était matérialisée sur le plan urbain par l’absence de murs mitoyens entre les maisons et par un espace qui isolait celles-ci en tant qu’unités physiques, sociales et morales. Ainsi, le nous s’opposait à l’autre, à l’élément extérieur et étranger au milieu familial.

  • 1 El adobe est une brique crue d’argile ou de torchis séchée au soleil. Elle était tout particulièrem (...)
  • 2 Mudéjar se dit d’un sujet musulman résidant dans un État chrétien de l’Espagne médiévale. Les Mudéj (...)
  • 3 Cette cour servit dans un premier temps à stocker les récoltes et le matériel nécessaire à l’exploi (...)
  • 4 La Ribera qui signifie la Rive est un des noms donnés à la vallée de l’Èbre. On utilise aussi pour (...)

7Dans la vallée de l’Èbre où prédominaient les argiles, les marnes, les roches calcaires et l’ardoise, les maisons étaient généralement en briques1, rappelant le succès de l’architecture mudéjare2 dans la contrée. L’habitat se caractérisait par l’existence d’une cour d’accès3 assez spacieuse qui était lieu de vie, d’échanges et de rencontres. Des conditions climatiques moins rigoureuses que dans les Pyrénées permettaient que cet espace ouvert jouât le rôle de la cuisine pyrénéenne, mais tout en constituant une ouverture sur l’extérieur à la fois physique et mentale. En effet, en ce lieu de transition, les voisins et les amis, voire les étrangers de passage, étaient facilement accueillis. L’esprit d’ouverture de l’habitant de la Ribera4, sa capacité à nouer des relations avec son entourage, contrastaient avec le repli sur soi, caractéristique du pyrénéen confronté à des conditions de vie autrement plus difficiles. En effet, la rudesse du climat de montagne, le manque d’espace, les problèmes posés par le relief tant dans le domaine agricole qu’en matière de transport, étaient sans doute source d’une méfiance accrue à l’égard de l’autre et d’une attitude défensive qui faisait du noyau familial et plus concrètement de la cuisine et de son fogaril, le centre d’une vie sociale restreinte mais rassurante.

8Les réalités géographiques et les conditions édaphiques et climatiques particulières de l’Aragon sous-entendaient aussi des paramètres économiques multiples : économie traditionnelle de montagne reposant sur l’élevage et la transhumance, prépondérance de l’agriculture dans la vallée de l’Èbre, productions de secano (terres non irriguées) et de regadío (terres irriguées). Ces réalités concrètes nous font deviner des comportements, des traditions, des modes de vie différents. Définir un tempérament aragonais uniforme ne serait, dans de telles conditions, que stéréotype et généralisation identitaire abusive.

  • 5 Notamment dans les zones frontalières de la Castille.
  • 6 Ces parlers aragonais, issus en grande partie du latin, sont très divers. En effet, les vallées pyr (...)
  • 7 Il s’agit d’une zone longitudinale de l’Aragon oriental qui fait frontière avec la Catalogne. Elle (...)

9L’association langue / territoire comme élément identitaire objectif semble aussi vaine. En effet, la langue aragonaise, mise à mal dès le XVe siècle par le castillan tant sur les plans littéraire qu’administratif, n’a guère résisté au passage du temps et n’a de surcroît jamais été parlée sur une bonne partie du territoire aragonais5. De nos jours, la pluralité linguistique est de mise : le castillan, parlé par tous les Aragonais, prédomine, mais il côtoie les parlers minoritaires – essentiellement pyrénéens6  –  du Haut-Aragon et le dialecte catalan de la Francha7. On comprend alors qu’un dénominateur commun linguistique capable de créer une différence à l’égard d’autres peuples d’Espagne n’est qu’un leurre. L’Aragon est bien loin de posséder le substrat culturel commun de régions comme la Catalogne.

10L’unicité originelle et la permanence dans le temps de facteurs humains et culturels unitaires sont d’illusoires éléments fédérateurs qui ne peuvent être davantage retenus puisque le territoire aragonais a été peuplé ou traversé depuis la période préromaine par des peuples forts différents : Ibères, Celtes, Romains, peuplades germaniques, Berbères, Arabes, Francs. Ajoutons à cela les effets des mouvements migratoires les plus récents.

11Face à un tel constat, nous sommes en droit de nous demander pourquoi on parle de l’Aragon et des Aragonais comme d’un ensemble territorial et identitaire particulier. En la matière, le seul élément unificateur objectif est, à notre sens, une histoire partagée. C’est en effet cette histoire qui dans les domaines territoriaux, politiques et administratifs a posé les jalons d’une destinée commune. Tentons donc de cerner ces liens historiques qui constituent une colonne vertébrale identitaire, cimentent les pièces d’un ensemble disparate et donnent un sens à l’Aragon en tant que communauté.

  • 8 Jaca, actuel chef-lieu de la « comarque » de Jacetania, fut au cours du XIe siècle, capitale du roy (...)
  • 9 D’après Antonio Ubieto Arteta, « Alta Edad Media », in Introducción a la historia de España, Barcel (...)
  • 10 Il atteignit sa superficie maximale au cours du XIIIe siècle et n’avait alors plus grand-chose à vo (...)

12Au Moyen Âge, une population pour le moins variée peuplait l’Aragon. Ainsi, vers 1137, 78% des habitants de la ville de Jaca8 provenaient d’outre-Pyrénées9, alors que les repeuplements et la Reconquista aboutissaient à une certaine cohabitation entre chrétiens et musulmans, parfois d’origine berbère ou arabe. La gestion de populations diverses et l’extension du territoire aragonais10 au cours de la Reconquista impliquaient une organisation territoriale, institutionnelle et administrative capable de répondre à des exigences financières, d’assurer l’ordre publique et d’affirmer un ou des pouvoirs politiques.

13Le royaume d’Aragon, dont l’histoire commence au XIesiècle, se structura tardivement. Son organisation territoriale fut chaotique et mouvante. Durant tout le Moyen Âge les juridictions royales, seigneuriales et ecclésiastiques constituèrent en ces terres un ensemble complexe qui relevait d’un pouvoir particulier et des aléas de l’histoire.

  • 11 L’ancien français fors qui a le sens de coutumes et de privilèges ne traduit que très imparfaitemen (...)
  • 12 Ce haut magistrat, garant des fueros était nommé par le roi parmi les nobles, mais sa charge devint (...)

14Dans la deuxième moitié du XIIIe siècle, à la suite de la Reconquista, l’Aragon établit ses frontières définitives, se démarquant ainsi des deux autres grandes composantes de la couronne d’Aragon : les comtés catalans et le royaume de Valence. La nette délimitation de l’espace aragonais, l’institutionnalisation en 1247 des Fueros de Aragón11 et l’émergence en 1265 aux Cortès d’Ejea de los Caballeros de la figure du Justicia de Aragón12 impliquait un projet qui allait au-delà de la fragmentation juridictionnelle seigneuriale. Une ébauche de nation se profilait.

15La formation des frontières extérieures fut étroitement liée à l’installation de postes frontières ou péages appelés cullidas. On y percevait des generalidades, c’est-à-dire des taxes qui frappaient les importations et les exportations. Les cullidas, qui donnaient lieu à ferme, constituèrent un système qui finit par s’institutionnaliser. L’espace intérieur se définissait ainsi par rapport à l’espace extérieur, par l’application d’une fiscalité particulière à l’égard des autres royaumes, par l’existence d’une même monnaie et d’un protectionnisme commercial commun.

16À partir du XIVe siècle, les habitants d’Aragon dotés d’institutions, soumis à des lois écrites, évoluant à l’intérieur d’un espace clairement défini par des frontières stables et encadrés au sein de circonscriptions administratives ou fiscales, commencèrent à prendre conscience de leur appartenance à une nation. Jusqu’alors leur unique référence avait été le roi.

  • 13 Pascual Savall Dronda, Santiago Penén y Debesa (ed. ), Fueros y Observancias del Reino de Aragón , (...)

17En 1300, un fuero de Jacques II précisait : « Quod officiales Aragonum sint de Aragonia », indiquant ainsi que les serviteurs du royaume devaient être aragonais13. Il réservait les charges du royaume aux aragonais et sous-entendait un lien entre territoire et identité. Les Cortès réunies en 1461 firent de même en définissant la nationalité aragonaise et en accordant une espèce de droit du sol à tout enfant d’étranger résidant en terres d‘Aragon. Enfin, la Diputación del Reino de Aragón (Députation du Royaume d‘Aragon), institution créée en 1363 par les Cortès de Monzón et chargée de percevoir et de gérer les generalidades, devint un des symboles de l’Aragon en tant qu’organe politique représentatif du clergé, de la noblesse et des municipalités. À la fin du Moyen Âge, l’Aragon n’était plus un simple ensemble de terres et de sujets, mais une véritable nation qui impliquait une prise de conscience identitaire. Il est vrai que la notion d’État qui serait le fait de l’époque moderne et s’accompagnerait de tentatives tendant à consolider le pouvoir monarchique face aux pouvoirs territoriaux seigneuriaux, n’était pas encore d’actualité. Ce fut à cette époque que les aléas de l‘histoire, après avoir constitué un lien politique, géographique et identitaire, commencèrent à jouer un rôle déstructurant.

Un processus historique déstructurant

  • 14 Charles Ier tenta d’abord d’affirmer son autorité en Castille. Plus tard, ce royaume devenu région, (...)

18L’union dynastique annoncée et symbolisée par le mariage des rois Catholiques en 1469, la conquête de l’Amérique et l’avènement de l’Empereur Charles Quint, impliquèrent une formidable extension des territoires que les souverains devaient contrôler et gérer. La gestion et le contrôle de la diversité se faisaient alors sur les plans péninsulaire et extra-péninsulaire. L’existence de deux couronnes, de divers royaumes et comtés jouissant de libertés et d’institutions propres, la diversité des peuples, des us et des coutumes, incitaient à privilégier dans la péninsule un renforcement du pouvoir royal, d’autant plus que Charles Ier d’Espagne (l’Empereur Charles Quint), était un roi étranger14. La période moderne se caractérisa en effet par une affirmation du pouvoir royal et de la notion d’État, une orientation centralisatrice et une montée en puissance de l‘absolutisme.

  • 15 La Santa Hermandad dont il est question fut créée en 1476 aux Cortès de Madrigal sur proposition du (...)

19En Aragon, l’absolutisme naissant se heurta aux institutions, aux dispositions séculaires et aux fueros qui dénotaient une identité particulière liée à un territoire historique. En 1495 déjà, les Cortès d’Aragon s’étaient opposées à l’implantation de la Santa Hermandad15 dans le royaume. Le sentiment national ne fit que s’accentuer en 1588, lorsque les Aragonais s’opposèrent à la nomination de vice-rois non Aragonais. La volonté de Philippe II allait dans ce cas précis à l’encontre des fueros et faisait fi de ce que stipulait le testament de Ferdinand le Catholique à propos des royaumes de la couronne d’Aragon :

  • 16 « Que no se trate, ni negocie las cosas de dichos Reynos, sino con personas de los naturales dellos (...)

Que seuls des naturels traitent et négocient les affaires desdits royaumes : que l’on ne fasse entrer d’étrangers ni au gouvernement, ni au Conseil et qu’on ne leur permette pas d’occuper les susdites charges car il convient grandement (pour le bien du gouvernement et de la diplomatie) qu’œuvrent en ces domaines des personnes compétentes et expérimentées, lesquelles, étant du cru, agissent en la matière avec plus d’amour et d’application16.

20Ce ne fut qu’en 1591 que l’autorité royale, à l’occasion de l’affaire Antonio Pérez, ex-secrétaire de Philippe II, réussit à imposer son diktat. Le Justicia de Aragón, Juan de Lanuza, fut décapité et les Cortès de Tarazona de 1592, sous la pression royale, se virent dans l’obligation de réformer les fueros et de réduire le pouvoir des institutions aragonaises.

21À la fin du XVIIe siècle, malgré la modernisation de l’État et une volonté centralisatrice, l’héritage médiéval continua d’être une réalité. Les Habsbourg avaient affaibli les institutions et les fueros, mais ces derniers restèrent tout de même en vigueur jusqu’au début du XVIIIe siècle. L’Aragon conserva une certaine autonomie, une certaine singularité politico-administrative.

22Le XVIIIe siècle fut marqué par l’avènement du centralisme bourbonien en terres espagnoles. Dans le but d’affirmer son autorité et de réformer et unifier les régimes juridiques hérités du Moyen Âge, le premier Bourbon d’Espagne, Philippe V, fit promulguer les Decretos de Nueva Planta. Un décret du 29 juin 1707 précisait au nom du roi :

  • 17 « Considerando haber perdido los Reynos de Aragón y de Valencia y todos sus habitadores por el rebe (...)

Considérant que les royaumes d’Aragon et de Valence ainsi que tous leurs sujets ont perdu toutes les lois et privilèges dont ils jouissaient pour s’être rebellés manquant ainsi au serment de fidélité qu’ils me firent en tant que Roi, Seigneur et Maître […] j’ai décidé qu’il convient […] de soumettre tous les royaumes d’Espagne aux mêmes lois, tribunaux et usages sur le modèle des lois de Castille […]17.

  • 18 Institution correspondant à la charge de Justicia de Aragón.

23Le roi punissait de surcroît l’Aragon pour avoir soutenu l’Archiduc d’Autriche Charles lors de la guerre de Succession. Les institutions (le Justiciazgo18, les Cortès et la Diputación) et les Fueros aragonais furent abolis. L’Aragon perdit son identité politico-juridique et seul le Droit civil aragonais fut préservé.

24Avec les Bourbon l’autorité royale fut renforcée, l’administration centralisée et au début du XIXe siècle l’Espagne était bien une réalité politique et territoriale. Politiquement et administrativement, l’Aragon était un territoire parmi d’autres dans un contexte national plus large. Le sentiment d’appartenance à la nation espagnole s’esquissait et la Guerre d’Indépendance sut le mettre en lumière face à l’Autre : le Français.

  • 19 Période de trois ans (trienio) pendant laquelle les libéraux gouvernèrent l’Espagne dans une grande (...)
  • 20 « lo mucho que los Aragoneses trabajaron en defensa de sus Fueros y Libertades, y especialmente del (...)

25La constitution de 1812 d’inspiration libérale jeta les bases d’un État bourgeois, sans pour autant rompre avec la monarchie héréditaire. Le rétablissement de cette constitution au début du Trienio Liberal (mars 1820-septembre 1823)19 provoqua en Aragon des manifestations qui montrèrent que le souvenir des fueros et des anciennes institutions du royaume était encore présent. L’exaltation romantique du moment fut favorisée par une harangue du général Rafael del Riego y Núñez. En effet, le 8 janvier 1821, après avoir pris ses fonctions de gouverneur militaire d’Aragon, Riego n’hésita pas à inciter les Aragonais à défendre leur liberté politique en précisant qu‘il se souvenait de « la peine que se donnèrent les Aragonais pour défendre leurs lois et privilèges et en particulier du malheureux Justicia de Aragón Don Juan de Lanuza »20.

26Le XIXe siècle se caractérisa pourtant par l’affirmation d’un centralisme politico-administratif basé sur la découpe territoriale de Javier de Burgos du 30 novembre 1833. Cette découpe fit bien quelques concessions à l’histoire en tenant compte de critères démographiques, géographiques, administratifs, historiques et culturels. Ainsi, l’Aragon fut divisé en trois provinces (Huesca, Saragosse et Teruel) qui correspondaient à peu près au territoire de l’ancien royaume d’Aragon. Pourtant, la découpe territoriale allait de pair avec un système politico-administratif très centralisé que précisait un décret du 21 septembre 1835 :

  • 21 « Habrá en cada provincia una Diputación compuesta, por ahora, del Gobernador Civil, o de quien sus (...)

Il y aura dans chaque province un Conseil composé, pour le moment, d’un Gouverneur civil de droit ou de toute personne tenant lieu de Gouverneur par royale autorisation, d’un Intendant ou Directeur des Finances, d’un représentant de chaque circonscription judiciaire de la province ou de tout district où œuvre un juge de première instance et d’un secrétaire sans droit de vote nommé par le Conseil lui-même21.

27Le représentant du pouvoir central était le Gobernador Civil (Gouverneur Civil, sorte de préfet) et la province devenait l’unité territoriale fondamentale de la Nation espagnole dans les domaines administratif, fiscal et judiciaire. La Diputación (Députation, sorte de Conseil général) était conçue comme un support et un élément intermédiaire entre le Gobernador Civil et les municipalités. Elle n’était qu’un simple organisme consultatif prodiguant des conseils aux chefs politiques placés par l’État à la tête de l’administration provinciale. Cette dernière était courroie de transmission d’un pouvoir central qui escomptait gérer la diversité en gouvernant la nation de façon uniforme et créer un marché unique avec les mêmes lois pour tous.

  • 22 Rappelons que l’occupation, à partir de 1808, du territoire espagnol par les troupes françaises, fu (...)

28L’organisation territoriale libérale, reflet d’une idéologie et d’intérêts dominants, suivit dans l’ensemble le modèle administratif napoléonien au cours du XIXe siècle22. Elle fut l’expression d’un centralisme étatique qui n’admettait pas de pouvoirs territoriaux autonomes. Les municipalités, tout comme les provinces, furent agents du pouvoir central dans un souci de rationalisation.

  • 23 Renaissance en catalan et en galicien respectivement. Renaixença et Rexurdimento renvoient à des mo (...)

29Le XIXe siècle fut marqué par l’érosion de la conscience politico-identitaire régionale et ce, malgré les éphémères élans fédéralistes de la première République et les régionalismes émergeants. De plus, l’Aragon ne connut pas de Renaixença ou de Rexurdimento23 à proprement parler. L’enthousiasme régionaliste des intellectuels et de la bourgeoisie se limita le plus souvent à remettre au goût du jour un droit coutumier. De grands juristes comme Santiago Penén Debesa, Roberto Casajús, Pascual Savall Dronda ou Joaquín Gil Berges, se firent alors les porte-drapeaux du fait régional.

30Le régionalisme élitiste du premier tiers du XXe siècle fut essentiellement urbain. Saragosse en fut le bastion, mais il se développa surtout en Catalogne où il fut l’œuvre d’Aragonais émigrés. Il en fut de même du nationalisme aragonais dont la grande figure fut Gaspar Torrente, influencé tant par le catalanisme que par le fédéralisme républicain. Il est difficile de ne pas voir en cela un phénomène mimétique qui ne semble pas traduire une conscience identitaire marquée et amplement partagée. En effet, malgré quelques succès électoraux, les régionalistes constituèrent une minorité capable, tout au plus, de séduire quelques élites et de sublimer une relation territoire / identité de la façon la plus artificielle qui soit. L’élection en juin 1919, dans le district de Boltaña, du premier député régionaliste, Francisco Bastos, représentant de Unión Aragonesista de Barcelona, est, dans cet ordre d’idée, révélatrice.

31Le processus d’affirmation autonomiste aragonais fut également le fait d’une minorité. Il déboucha en juin 1936 sur deux actes solennels. Le projet d’autonomie des Cinco Notables (Cinq notables), œuvre de trois universitaires, un notaire et un avocat, renvoyait à une tendance régionaliste élitiste et conservatrice, alors que l’avant-projet de statut d’autonomie de Caspe, localité où se réunit la commission chargée de le préparer, fut essentiellement l’œuvre de la gauche républicaine et de groupes d’émigrés aragonais de Barcelone. Le Congrès de Caspe réunit en effet, outre les présidents des Diputaciones Provinciales de Huesca, Saragosse et Teruel (José Navarro, Luis Mateo et Félix Ariño respectivement), les représentants des partis républicains, des Juventudes de Izquierda Republicana et d’organisations nationalistes comme Unión Aragonesista ou Estado Aragonés. Malgré l’appel adressé aux forces du Front populaire, les marxistes, à l’exception de quelques groupes socialistes et communistes locaux, jugèrent dans leur ensemble que l’avant-projet était par trop bourgeois. La puissante CNT resta, quant à elle, totalement à l’écart dudit avant-projet.

  • 24 « […] hoy, nuestras manifestaciones raciales existen sin manifestación alguna de vida exterior, las (...)
  • 25 « el conocimiento de Aragón lo facilitaron nuestros eruditos, que en publicaciones y en sus actuaci (...)
  • 26 Ibid.

32Est-ce à dire que le sentiment identitaire avait disparu chez bon nombre d’Aragonais après deux siècles de centralisme ? Il est bien difficile de le dire car à l’époque il n’existait ni enquêtes, ni études scientifiques sur le sujet et il faut s’en tenir à des écrits souvent politisés qui n’engagent que leurs auteurs. Ainsi, le projet d’autonomie des Cinco notables précisait : « aujourd‘hui, nos marques ethniques existent sans s‘extérioriser le moins du monde, le peuple les conserve à l’état latent […] les valeurs morales de l’Aragon, le peuple lui-même les porte et les diffuse […] »24. Le peuple aurait été le dépositaire d’une identité indissociable de la notion de territoire. Une identité en sommeil réveillée, en quelque sorte, par une élite dans la mesure où « la connaissance de l‘Aragon a été facilitée par nos érudits, lesquels par leurs publications et leurs interventions dans divers centres scientifiques, ont fait connaître la haute spiritualité du peuple aragonais et sa vigueur raciale à travers l‘histoire »25. S’agissait-il d’un réveil ou d’une pièce montée passéiste basée sur le souvenir des institutions politiques et juridiques médiévales ? Tentait-on de mettre en avant et de revigorer un patrimoine identitaire existant ou cherchait-on à le « ressusciter » après disparition ? Quoi qu’il en soit, dans un cadre constitutionnel républicain favorable aux autonomies26, le régionalisme, aussi conservateur et élitiste fût-il, pouvait prendre son essor.

  • 27 « con características históricas, culturales y económicas comunes » (Constitución de la República E (...)
  • 28 « organizarse en región autónoma para formar un núcleo político-administrativo, dentro del Estado e (...)
  • 29 « como es forzoso admitir, la arbitraria división en provincias » (Royo Villanova, op. cit., p. 102 (...)
  • 30 « es el gobierno de Aragón y su territorio el que actualmente forman las provincias de Zaragoza, Hu (...)
  • 31 « podrán formar parte del territorio aragonés, aquellos otros limítrofes que tengan características (...)

33La Constitution républicaine du 9 décembre 1931 autorisait la formation de régions autonomes et précisait dans son article 10 que plusieurs provinces limitrophes « avec des caractéristiques historiques, culturelles et économiques communes »27 pouvaient « se constituer en région autonome pour former un noyau politico-administratif au sein de l‘État espagnol »28. Cette même constitution sanctifiait cependant les subdivisions provinciales et donc la représentation mentale, intégrée depuis longtemps, d’un territoire divisé de façon artificielle à des fins purement administratives. Face à cette réalité qui relevait indubitablement du compromis, les auteurs du projet d’autonomie des Cinco notables se résignaient, bon gré mal gré, admettant « par la force des choses, l’arbitraire division en provinces »29. L’avant-projet d’autonomie de Caspe qui laissait entrevoir une sensibilité républicaine, s’accommodait du compromis en précisant dans son article 1 que l’organisme représentatif de l’Aragon « est le gouvernement d’Aragon et son territoire, celui que forment actuellement les provinces de Saragosse, Huesca et Teruel »30. Il ajoutait dans son article 2 que « pourront faire partie du territoire aragonais, les territoires limitrophes ayant des caractéristiques historiques, économiques et culturelles similaires »31. L’histoire et la culture reprenaient ainsi leurs droits et servaient de justificatifs à une découpe et à une représentation territoriales liées à l’identité.

  • 32 La pratique des langues régionales fut notamment interdite. Le Caudillo permit seulement le dévelop (...)
  • 33 « ¡España, una, grande y libre! ».

34Le régionalisme qui ne constituait qu’un aspect du vécu identitaire, était alors pluriel et étroitement lié à une vision politique particulière de tendance progressiste ou conservatrice. Le régionalisme en tant que vecteur politique et identitaire lié à un territoire allait, durant la dictature franquiste, être mis sous l’éteignoir. Franco s’en prit aux particularismes régionaux32 pouvant remettre en question les concepts d'autorité et d'unité nationale suggérés par le slogan « Espagne, une, grande et libre ! »33 La mystique de l'Espagne glorieuse et de la Castille unificatrice symbolisée par les Rois Catholiques s’imposa.

  • 34 Eloy Fernández Clemente, Guillermo Fatás Cabezas, Aragón, Nuestra Tierra, Zaragoza, Guara, 1978, p. (...)
  • 35 À partir de 1987, Saragosse accueillit le siège de la 5ème région militaire qui, en plus des provin (...)

35L’Aragon sur les plans politique et administratif n’était pas envisagé comme un ensemble particulier. Dans un ouvrage publié en 1978, les historiens Eloy Fernández Clemente et Guillermo Fatás, précisaient que la région n’existait pas sur les plans juridique, militaire, universitaire et ecclésiastique34. En effet, l’Audiencia Territorial (cour territoriale aux compétences civiles et pénales sans équivalent en France) était le tribunal supérieur de Saragosse et non de l’Aragon. Les armées de terre et de l’air ne dépendaient pas de divisions proprement aragonaises. Il est vrai qu’à Saragosse se trouvait le siège de la 3ème région aérienne, mais celle-ci comprenait l’Aragon, la Catalogne, la Navarre, le Pays Basque et les provinces castillanes de La Rioja et de Soria. La Capitanía General (Capitainerie Générale ou quartier général de la région militaire) se trouvait également à Saragosse, mais elle régentait l’armée de terre dans les trois provinces aragonaises et dans la province castillane de Soria35.Outre les trois provinces aragonaises, l’Université de Saragosse régissait celles de Navarre, Logroño et Soria. L’évêque de Jaca était suffragant de l’archevêque de Pampelune et une partie de la zone orientale de l’Aragon dépendait du diocèse catalan de Lérida. Les provinces, héritage du siècle précédent, étaient, quant à elles, plus que jamais au centre du système politico-administratif. Des provinces que l’on alignait par ordre alphabétique dans les annuaires statistiques ou que l’on regroupait dans la zone Èbre avec d’autres provinces non aragonaises.

Reconstruction ou construction territoriale et identitaire

36À la fin des années soixante, l’Aragon pouvait tout au plus revendiquer quelques stéréotypes, un folklore local plus ou moins aseptisé, une histoire déjà ancienne et un droit civil particulier maintenu sous perfusion par des juristes locaux tout au long de la période contemporaine. Ce fut dans les années soixante-dix, dans une atmosphère de fin de règne, que débuta une reconstruction ou plutôt une construction identitaire et territoriale. Dans la première moitié des années soixante-dix, les luttes contre le transvasement des eaux de l’Èbre en faveur de la Catalogne et l’installation en Aragon de centrales nucléaires, réunirent divers secteurs de la société aragonaise aux yeux desquels la région était le parent pauvre de la nation espagnole. Un Aragon victime et réactif face aux tentatives hégémoniques des grandes sociétés industrielles d’envergure nationale et de la puissante Catalogne, favorisée, pensait-on, au détriment de l’expansion locale.

37L’effervescence du moment fut accompagnée d’une série de manifestations et d’actes culturels qui révélèrent un intérêt accru pour la région et donnèrent la parole à des chanteurs engagés comme Labordeta qui criaient leur soif de liberté. L’histoire, la société et la langue aragonaises furent l’objet d’une attention croissante qui se traduisit au cours des années soixante-dix par une notable activité éditoriale et médiatique. Une conscience régionale diffuse et plurielle impulsée par des élites intellectuelles et diverses tendances politiques commença à poindre.

38La possibilité de l’autonomie offerte par la constitution de 1978 se présenta dans ce contexte lié au désir de construire une société démocratique après quatre décennies de dictature, et de se positionner dans les domaines politique et culturel :

  • 36 « La Constitución se fundamenta en la indisoluble unidad de la Nación española, patria común e indi (...)

La Constitution se fonde sur l’indissociable unité de la Nation espagnole, patrie commune et indivisible de tous les Espagnols. Elle reconnaît et garantit le droit à l’autonomie pour les nationalités et régions qui la composent ainsi que leur mutuelle solidarité36.

  • 37 Estatuto de autonomía aprobado por ley orgánica 8 /1982, de 10-VIII, B.O.E., 16-VIII-1982.

39Il s’agissait d’un compromis qui cherchait à préserver l’unité nationale au cours d’une période de transition difficile tout en acceptant l’idée d’un droit d’autoexpression régionale. L’Aragon, à l’instar d’autres régions d’Espagne, franchit le seuil de la porte que, légalement, on venait de lui ouvrir. Son statut d’autonomie37, promulgué en 1982 avec, il est vrai, un certain retard par rapport aux Communautés dites historiques, marquait le début d’une nouvelle ère où les particularités politiques, territoriales et identitaires allaient jouer un rôle prépondérant dans un ensemble national pourtant préservé.

  • 38 Le Justicia de Aragón finit par symboliser les libertés du peuple aragonais. Chargé de garantir le (...)
  • 39 Sur les événements historiques, les manœuvres politiques et la construction identitaire aragonaise (...)

40Un passé lointain, une hypothétique personnalité aragonaise liée à une histoire commune, le mythe de San Jorge (Saint Georges), patron de l’Aragon, la figure du Justicia de Aragón, garant des libertés38, la mythification du droit civil aragonais, la prétendue démocratie médiévale et l’œuvre de l’Aragonais Joaquín Costa en matière d’irrigation, finirent par accompagner et cautionner un processus identitaire qui avait pour cadre légal la Communauté autonome d’Aragon. Une Communauté qui relevait plus du mimétisme et d’une volonté politique que d’une conscience identitaire amplement partagée39.

  • 40 Estatuto de autonomía , op. cit., Cap. IV, Art. 28, 29.

41Il n’en était pas moins vrai que l’identité aragonaise se créait plus qu’elle ne se récupérait après deux siècles de centralisme où l’aragonisme n’avait été que le fait de minorités. Le pouvoir central de l’État-nation créait les conditions d’une gestion de la diversité nationale qui n’était plus uniforme et imposée. L’Aragon n’était plus une simple juxtaposition de provinces et se dotait d’un gouvernement (la DGA ou Diputación General de Aragón), de Cortès (Cortes de Aragón), d’institutions et d’une administration propre. Le Tribunal Superior de Justicia (Tribunal Supérieur de Justice) qui, en 1985, remplaçait l’Audiencia Territorial, devenait l’organe juridictionnel majeur de la Communauté. Il avait entière compétence en matière de droit civil aragonais, dans les domaines administratif et du contentieux, sur les plans pénal et social (recours en cassation et révision mis à part)40. Dans un contexte démocratique et à l’intérieur d’un nouvel espace territorial politico-administratif, les Aragonais avaient la possibilité de prendre en mains leur destin. Enfin, le transfert progressif  – mais laborieux  –  de compétences depuis Madrid, rapprocha les Aragonais de leur administration.

  • 41 « la Comunidad Autónoma articulará la gestión ordinaria de sus servicios periféricos propios a trav (...)
  • 42 En Aragon, le déséquilibre démographique et économique en faveur de la capitale était dû à l’indust (...)
  • 43 « Comarque » correspond à l’espagnol « comarca ». Le mot « comarque » n’est guère utilisé que par l (...)
  • 44 Arrondissements ou districts provinciaux à caractère essentiellement juridique. Il s’agit de circon (...)

42Cependant, en Aragon, comme dans les autres régions d’Espagne, se superposaient le système des communautés autonomes et le système des provinces. Le statut d’autonomie précisait : « la communauté assurera la gestion ordinaire de ses services périphériques à travers les Diputaciones Provinciales »41. Autrement dit, les services de la Communauté reprenaient le schéma provincial, installant notamment des antennes de l’administration centrale de Saragosse dans chaque chef-lieu de province. De plus, l’importance de Saragosse sur les plans économique, démographique42 et politique (elle était le siège de la DGA et des Cortès d’Aragon), traduisait un déséquilibre régional et finissait par déterminer un centralisme communautaire qui supplantait le centralisme étatique. De là l’idée de créer des « comarques »43 capables de supplanter à terme le système artificiel des provinces en misant sur leur caractère fonctionnel dans les domaines administratif, économique et culturel. Au nombre de trente-trois, ces « comarques » créées à partir de décembre 2000, se veulent socialement plus cohérentes, plus proches des citoyens que les provinces et les partidos judiciales44 et plus à même de rendre des services aux usagers que les municipalités traditionnelles isolées et ne possédant pas toutes les capacités financières et techniques pour les assurer.

43La réalité communautaire tout comme la constitution en son sein d’un réseau de comarques auront à n’en pas douter des répercussions sur le plan identitaire, notamment chez les plus jeunes pour qui l’association territoire, administration, politique et culture s’inscrira dans un cadre bien différent de celui qu’ont connu leurs parents –  et à plus forte raison leurs grands-parents, contemporains, bon gré mal gré, du franquisme et de sa perspective unitariste.

Stéréotypes et caricatures

44Outre les éléments objectifs d’une histoire partagée, structurante ou déstructurante selon les époques et au-delà de la prise de conscience de réalités politico-administratives et culturelles délimitant un espace que l’on fait sien, les stéréotypes, éléments subjectifs par excellence, sont aussi des éléments identitaires liés au concept de territoire.

45Le territoire aragonais, son relief et ses conditions climatiques ont donné lieu à divers stéréotypes qui tendent à définir l’habitant. Ces idées reçues acceptées, revendiquées ou écartées par les autochtones, mises en avant par les autres habitants de la Péninsule pour qualifier ou caricaturer l’Aragonais, sont des éléments qui contribuent à forger une identité. Elles peuvent en effet donner à certains individus le sentiment de faire partie d’un groupe, soit parce qu’ils les jugent abusives et qu’ils s’en démarquent, soit parce ce qu’ils les adoptent. Elles les aident à s’autodéfinir de façon catégorique, tout comme elles autorisent l’étranger à cataloguer le groupe humain dont ils se réclament.

46La littérature a sans doute été un des principaux véhicules de ces stéréotypes dont les origines se perdent dans la nuit des temps et dont personne ne sait avec certitude ce qui leur a donné vie. Le célèbre jésuite aragonais Baltasar Gracián ne manque pas de mettre en scène dans son œuvre sa terre natale de façon – et c’est bien compréhensible – fort positive. Dans El Criticón, l’Aragon sert parfois de cadre au voyage initiatique des deux « voyageurs de la vie » que sont Critilo et Andrenio. À l’occasion, son relief accidenté et la stérilité de ses terres deviennent, sous forme d‘évocation métaphorique, un chemin pentu et difficile sur la voie qui mène à la vertu :

  • 45 « Hallábanse ya nuestros dos peregrinos del vivir, Critilo y Andrenio, en Aragón, que los extranjer (...)

Nos deux voyageurs de la vie, Critilo et Andrenio, se trouvaient en Aragon –  contrée que les étrangers appellent la vertueuse Espagne  –  engagés dans l’ascension de la côte la plus escarpée de l’existence. Ils venaient de traverser sans peine, même si c’était avec grande peine, les riantes prairies de la jeunesse à la douce verdure et à l’exubérante flore. Ils gravissaient la rude pente de l’âge viril, très accidentée si ce n’est fort broussailleuse : ils s’attaquaient à une montagne de difficultés. Comme il advient à tous ceux qui montent vers la vertu, Andrenio trouva l’ascension fort difficile car jamais il n’y a eu d’élévation sans côte. Andrenio haletait et suait même ; Critilo l’encourageait avec de sages rappels et le consolait au milieu de ce désert floral […]45.

  • 46 « gente sin embeleco »(Gracián, op. cit., t.1, p. 154).
  • 47 Le romantisme aragonais ne fut guère brillant. Citons simplement les romans Las Ruinas de Santa Eng (...)

47L’Aragon, taxé de « vertueuse Espagne », est ici indirectement associé aux Aragonais dans un contexte national plus large. Ces derniers sont, dans un autre passage du Criticón, qualifiés de personnes bien nées, « sans fourberie ni artifice »46. Gracián marie alors grandeur et simplicité, flirtant avec le stéréotype qui fait de l’habitant le reflet de sa terre natale. Bien d’autres auteurs comme le politicien et économiste navarrais Pascual Madoz qui vécut de nombreuses années à Saragosse y allèrent de leur couplet et le romantisme, malgré l’absence de grands auteurs locaux47, magnifia l’Aragon, ses gens et son histoire.

  • 48 Nous lui devons notamment Las fiestas de mi lugar (1899) et une série de six livres, tous intitulés (...)

48Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, le goût pour la couleur locale s’exprima à travers les tableaux de mœurs dont Cosme Blasco48, sous le pseudonyme de Crispín Botana, se fit le champion. Les stéréotypes véhiculés par cette littérature associèrent, pour le meilleur et pour le pire, l’Aragon et les Aragonais à la ruralité. À la fin du XIXe siècle, Mariano Baselga Ramírez, évoquait dans un de ses contes une troupe de jeunes gens qui parcouraient les rues de leur localité donnant sérénade et cherchant noise :

  • 49 « […] hay mucho de artístico en la rondalla que pausadamente sube la Calle Mayor, algo se amolda ma (...)

[…] il y a quelque chose de très artistique dans cette troupe de jeunes musiciens qui, lentement, remonte la grand-rue, quelque chose se marie alors merveilleusement à la lumière et à l’atmosphère, quelque chose qui embellit, comme les grains d’un muscat bien taillé ou les tiges naissantes du blé semé à la volée.
Ces magnifiques mains dont les pesants frottements polissent les manches de houe, plaquent de vigoureux arpèges sur l’instrument de mon pays et la vétuste jota, au sortir des cordes semble rire […] la décrépite guitare acceptant les rudes caresses de tels doigts […]49.

49Le traitement identitaire de l’Aragonais est ici stéréotypé, mais bénin et même plutôt positif. L’Aragonais fort et rugueux, semble lié à sa terre. Il serait ce noble paysan dont la rudesse n’exclurait pas les manifestations artistiques et une certaine poésie populaire. Le conte est en effet entrecoupé de couplets chantés par les jeunes en vadrouille et renvoie de surcroît à une tradition. L’histoire se termine par une confrontation entre deux groupes de jeunes rivaux qui ramène le lecteur à une virile réalité.

  • 50 La misogynie du montagnard n’a pas attendu les contes aragonais du début du XXe siècle pour faire p (...)
  • 51 Le baturrismo est un dérivé de baturro qui signifie paysan aragonais. Selon le linguiste Joan Corom (...)

50C’est au début du XXe siècle que la peinture des mœurs et les contes « couleur locale » connurent leurs heures de gloire tout en dérivant vers une caricature de l’Aragonais sincère, entier comme sa terre, mais brillant par une simplicité, une obstination légendaire et le cas échéant, une certaine misogynie50. Un Aragonais lié viscéralement à son terroir, mais aussi à la jota et à la Vierge du Pilar en tant que symboles d‘un territoire et d‘une identité. C’est ce type d’évocation caricaturale qui relève de ce que l’on a appelé le baturrismo51.

51Le chascarrillo est indissociable du baturrismo. Il s’agissait d’une petite histoire qui donnait une image essentiellement négative des baturros. Son but était de faire rire en se moquant des supposés caractéristiques et comportements des paysans aragonais. On trouvait les chascarrillos sur les calendriers ou au bas de documents iconographiques, mais ils étaient aussi objets de recueils qui faisaient le bonheur de la bourgeoisie urbaine. Les héros de ces chascarrillos étaient invariablement des êtres primaires et obtus. On leur attribuait des vices que l’aristocratie et la bourgeoisie auraient pu attribuer à n’importe quel paysan. Cependant, les chascarrillos définissaient indubitablement et précisément l’Aragonais moyen comme si la qualité de paysan stupide était indissociable de l’Aragon. Des auteurs comme Alberto Casañal Shakery ou Teodoro Gascón brillèrent dans ce domaine en publiant des recueils de chascarrillos dont voici un exemple très court, mais suggestif :

  • 52 « – Un billete pa Zaragoza. / – No hay bastante./ – Pues hasta onde llegue » (Teodoro GASCÓN, Cuent (...)

– Un billet pour Saragosse.
– Vous n’avez pas assez.
– Eh bien, donnez-moi un billet pour mon argent52.

  • 53 « vulgacho », Mariano Baselga Ramírez, « El barbo de Utebo », in Cuentos aragoneses, op. cit., p. 2 (...)
  • 54 Le chascarrillo ci-dessus nous montre que le r vibrant intervocalique de para, en position faible, (...)

52Ce chascarrillo recueilli par Teodoro Gascón apparaît au pied d’un dessin qui l’illustre et met en exergue le bref dialogue entre un baturro et le préposé d’une gare. Le paysan aragonais qui veut aller à Saragosse s’illustre par une stupidité supposée inhérente au monde rural et aux gens du peuple que l‘auteur de Cuentos Aragoneses, Mariano Baselga Ramírez, qualifiait avec un certain mépris de « populace »53. Le jargon utilisé dans le chascarrillo recueilli par Teodoro Gascón est, comme dans les contes aragonais de l‘époque, fait de bric et de broc et se veut authentique54.

  • 55 Baturro est ici un adjectif, mais baturro / ra est aussi un nom qui désigne un Aragonais ou une Ara (...)

53Tableaux de mœurs, contes et chascarrillos traduisaient par la louange ou la dérision un besoin d’identifier ou de s’identifier par rapport à l’autre, c’est-à-dire le non Aragonais. Ce schématisme folklorique qui ne tenait pas compte de la diversité humaine et sociale inhérente à toute communauté, eut un succès indéniable. Le cinéma se fit l’écho de cet engouement pour les stéréotypes identitaires. Ainsi, de 1915 à 1917, le catalan Domingo Ceret tourna une série de films intitulés Cuentos Baturros55 (Contes de « baturros ») où l’on retrouvait l’Aragonais balourd et d’une candeur frisant la stupidité. Tío Isidro, un des protagonistes de ces contes interprété par Domingo Ceret lui-même, en est un parfait exemple. Dans Cuentos Baturros, le cinéaste ne faisait que mettre en image des chascarrillos, créant ainsi un comique facile qui avait d’autant plus de succès qu’il faisait surtout rire l’autre, en l’occurrence le voisin de l’industrielle et commerciale Catalogne.

Assimilation des stéréotypes et création identitaire

  • 56 Le chauffeur de taxi Cayetano. Ah, si cela ne dépendait pas de la toux !
  • 57 L’humour de Paco Martínez Soria.

54Pourtant, l’image folklorique du baturro semble avoir été acceptée par un certain nombre d’Aragonais qui ont fini par se l’approprier et se reconnaître dans certains stéréotypes que l’on pourrait qualifier de positifs. Ainsi, l’image du baturro balourd (c‘est un pléonasme), mais drôle et bon enfant, était parfaitement acceptée dans les années soixante et soixante-dix. Il suffit de se rappeler l’immense succès que connut l’acteur Paco Martínez Soria, sorte de Fernandel aragonais qui s’illustra au théâtre comme au cinéma, publiant même des disques humoristiques dont le fameux El taxista Cayetano. ¡Si no fuera por la tos!56 (1965) ou encore El humor de Paco Martínez Soria57 (1963) où le comique apparaît sur la pochette du disque portant boina (béret), tenant porrón (sorte de bouteille pansue à long bec) et buvant à la régalade le sang de la terre en bon vieux paysan aragonais.

  • 58 La ville n’est pas pour moi.

55Son film le plus connu est sans doute La ciudad no es para mí58 (1965). Il raconte l’histoire d’Agustín Valverde, un villageois aragonais qui se rend à Madrid où son fils exerce la profession de chirurgien. Paco Martínez Soria y joue le rôle – fort comique –  de l’Aragonais à l‘état brut confronté, pour le meilleur et non pour le pire, aux réalités de la capitale. À l’opposition identitaire et territoriale Aragon / Madrid, s’ajoute une autre dualité campagne / ville.

  • 59 La xénophobie n’est pas chose nouvelle. Dans les années soixante, elle était déjà bien présente dan (...)

56Ce film que nous avons vu au début des années quatre-vingts à Huesca faisait alors encore salle comble dans la capitale du Haut-Aragon. La caricature bénigne et plutôt positive de l’Aragonais était acceptée par les autochtones et semblait définir et symboliser avec justesse une communauté territoriale particulière. Dans les années soixante, il en allait de même des disques de Paco Martínez Soria que les émigrés aragonais écoutaient avec délice en terres d’exil. Ces disques étaient source de divertissement, mais aussi, dans un élan de nostalgie idéalisante, valeur refuge et affirmation territoriale et identitaire face à l’autre. Cet autre qui pouvait être l’habitant du pays d’accueil, parfois distant ou méprisant59, mais également le compatriote non Aragonais qui semblait à la fois si proche et si différent.

57Outre-Pyrénées, le régime franquiste avait instrumentalisé un des principaux emblèmes de l’identité aragonaise, la fête de la Vierge du Pilar, dont la date (12 octobre) coïncidait avec La Fiesta de la Raza, El Día de la Hispanidad et El Día de la Guardia Civil (La Fête de la Race, La Fête de l’Hispanité et La Fête de la Garde Civile). L’Aragon et son baturro devenaient ainsi indirectement des symboles politiques de l’hispanité et de l’attachement de l’Espagne franquiste à la religion catholique. Un baturro qui apparaissait fréquemment sur les cartes postales des années soixante posté sur la place du Pilar, son botijo (gargoulette) ou sa guitare à la main, chantant le cas échéant la jota avec sa bien aimée devant la cathédrale, accompagné parfois de danseurs vêtus de leur costume folklorique.

  • 60 « no se puede sentar uno en su botijo y decir, de aquí no me levanto », Heraldo de Aragón, 20-I-199 (...)

58La place du Pilar, quant à elle, était le lieu de passage et de rencontre obligé pour tout Aragonais se rendant à la capitale. Saragosse, bien qu’étant essentiellement urbaine, symbolisait à elle seule l’Aragon dans la mesure où elle était le centre d’un espace territorial. Au beau milieu de la vallée de l’Èbre, elle se mirait dans ce fleuve, autre symbole de l’Aragon, repère géographique, source de vie dans une région où l’irrigation avait historiquement joué un rôle prépondérant. Rien d’étonnant à ce que les grandes manifestations populaires des années soixante-dix et quatre-vingt-dix contre le transvasement des eaux de l’Èbre eussent tant de succès. Elles unissaient indubitablement bon nombre d’Aragonais dans la défense d’un territoire et d’intérêts communs face à l’autre, face au Catalan bénéficiaire du transvasement planifié, face au pouvoir madrilène spoliateur, face enfin aux leaders régionaux du Partido Popular et du PSOE qui, obéissant à une stratégie et à des directives nationales, semblaient se désintéresser de la « cause aragonaise ». La manifestation de Saragosse du 23 avril 1992 qui réunit 120 000 personnes, soit le dixième de la population totale régionale, fut du reste taxée par un des leaders régionaux du PSOE, José Marco, de baturrada (grossière niaiserie aragonaise), ce qui ne fit qu’accentuer le sentiment partagé par beaucoup d’être les représentants d’une culture méprisée, humiliée et dominée. Le 19 janvier 1993, Felipe González, chef du gouvernement socialiste, enfonçait le clou en déclarant à des journalistes à propos des problèmes que lui posait la résistance aragonaise : « on ne peut s‘asseoir sur sa gargoulette et dire, je ne partirai pas d’ici »60. L’allusion sous forme de chascarrillo au stupide et légendaire entêtement des Aragonais n’échappa à personne et surtout pas aux principaux intéressés.

59Bien qu‘il se fonde sur des généralisations et des simplifications subjectives et caricaturales, le baturrismo lié à l’Èbre, à Saragosse et à la Sainte Vierge, semble être également créateur d’identité. Le professeur Antonio Beltrán Martínez parlait en ces termes des Aragonais qui participèrent à la traditionnelle offrande de fleurs à la Vierge du Pilar le 12 octobre 1994 :

  • 61 « La mayor parte iban vestidos con el traje de « baturro » que algunos, con escasa corrección, llam (...)

La plupart portaient des costumes de « baturro » que certains, bien à tort, appelaient aragonais. En s’en tenant à des critères érudits, on pourrait dire qu’ils portaient un déguisement et même constater avec irritation qu’une bonne partie des personnes présentes complétaient jusqu’à la caricature leur tenue, portant houlettes et besaces d’où pendaient des chapelets de chorizos ou des gourdes de cuir dont ils venaient à bout (j’en fus témoin), lorsqu’arrivés devant la Vierge et après avoir déposé les fleurs, ils levaient les récipients et buvaient à la régalade pour montrer qu’il n’y avait pas plus aragonais qu’eux61.

60Cette offrande qui a lieu lors des festivités de la Vierge, constitue la plus grande manifestation publique d’un certain aragonisme identitaire. En ce jour symbolique (le 12 octobre), une multitude d’Aragonais venus des villages de la province de Saragosse principalement, mais aussi de localités des provinces de Teruel et de Huesca, viennent rendre hommage à la Vierge et en quelque sorte se l’approprier comme symbole d’unité territoriale et identitaire.

  • 62 Les stéréotypes qui permettent à certains Aragonais de se définir par rapport aux autres sont, ne l (...)
  • 63 Maño signifie Aragonais, mais le mot s’utilise plus précisément pour désigner l’habitant de la prov (...)
  • 64 Alberto Calvo a une quarantaine d’années. Il est l’auteur de plusieurs personnages de bande dessiné (...)

61L’acceptation et même la revendication du mythe du baturro  – phénomènes souvent dénoncés pour leur aspect caricatural – semblent partagées par certains62. Cette adhésion peut-être consciente et relever de l’autodérision, voire de l‘autocritique. C’est en tout cas ce qu’affirme le créateur de la bande dessinée satirique Supermaño63, Alberto Calvo64 :

  • 65 « Pero yo tengo claro que la crítica empieza por la autocrítica. ¿De qué te puedes reír? De la falt (...)

Il me semble évident que la critique commence par l’autocritique. De quoi peut-on rire ? De la commune superficialité, mais mes dessins sont surtout des parodies de moi-même. Je raconte des choses qui m’arrivent : rire de moi-même est la base de mon humour, rire des autres, ce n’est pas de l’humour, c’est de la mauvaise foi. Je m’empare des lieux communs pour les détruire65.

  • 66 Au dos de Supermaño. Sólo pa adultos (Supermaño. Pour adultes seulement), petite bande dessinée pub (...)
  • 67 La mort de supermaño mise en scène par Alberto Calvo relève du chascarrillo burlesque. Il s’agit d’ (...)

62Comme son titre l’indique, la bande dessinée Supermaño renvoie à un protagoniste qui n’est autre qu’une sublime caricature d’Aragonais têtu et rustre66, portant costume folklorique, houlette ou canne, parlant de surcroît un castillan truffé de tournures aragonaises qui va de pair avec une prononciation locale très appuyée. Il vit dans une zone rurale non irriguées (de secano) que l‘on pourrait situer en bien des endroits d’Aragon et courtise une certaine Pilar. Représentant d’une plausible tradition paysanne confrontée à l’occasion à la modernité, ce Supermaño est associé à la gargoulette, à la jota et aux animaux familiers que sont les brebis et les ânes. Irrévérent comme son auteur, il est supposé être l’alter ego de ce dernier67.

63Les bandes dessinées de Supermaño connaissent actuellement un grand succès en Aragon, notamment chez les jeunes. Ce succès est dû en particulier au plaisir que tirent ces enfants de l’image confrontés à une caricature et à des stéréotypes qu’ils acceptent dans la mesure où ils savent qu’ils ne correspondent pas à la réalité. La caricature est d’autant plus admise qu’elle est le fait d’un Aragonais et n’émane donc pas de l’autre, le non Aragonais dont la moindre intrusion dans le domaine de la raillerie relèverait de l‘offense la plus grave.

64L’acceptation, voire la revendication du mythe du baturro, peut-être également un phénomène inconscient, bien que parfaitement intégré. Ainsi, en juillet 1998 un habitant de Gelsa, localité située au bord de l’Èbre et en aval de Saragosse, déclarait :

  • 68 « Hombre, aquí la gente es más bien abierta, campechana. Bueno, de todo hay pero por lo general el (...)

Tu sais, chez nous les gens sont plutôt ouverts et bons enfants. Il est vrai qu’on trouve ici toutes sortes d’individus, mais en général l’Aragonais est honnête et courtois. On dit qu’il est têtu et il l’est. Ici il y a de l’eau, mais si tu t’éloignes de l’Èbre, rien n’est irrigué. Jadis, pour gagner sa croûte en ces terres il fallait beaucoup d’obstination. C’est ainsi que la terre nous a fait : nous sommes têtus et rudes, mais affables et ouverts. La franchise ne nous fait pas non plus défaut. Nous sommes ce que nous sommes et fiers de l’être. Et bien sûr, nous sommes plus Aragonais que dans d’autres provinces car ici il y a la Vierge du Pilar68.

  • 69 « Nací en Velilla de Ebro, provincia de Zaragoza » (« je suis né à Velilla de Ebro, village de la p (...)

65Outre l’affirmation des stéréotypes liés à des facteurs géographiques et climatiques, nous trouvons ici une hiérarchie identitaire basée sur un concept de province parfaitement assimilé et que l’existence d’une communauté autonome n’a pas fait disparaître. L’homme fait allusion à la province de Saragosse où se trouve la capitale et la cathédrale du Pilar, il se différencie des habitants des provinces de Huesca et de Teruel qui, par leur situation périphérique seraient moins aragonais que ceux de Saragosse (comble de l’ironie, la province de Teruel n’est située qu’à quelques kilomètres du bourg de Gelsa). Nul doute qu’une telle allusion relève en partie de la plaisanterie, voire d’une bénigne provocation, mais elle n’en est pas moins révélatrice. La découpe administrative mise arbitrairement en place au XIXe siècle semble être devenue, du moins pour certains, un repère identitaire et il n’est pas rare qu’aujourd’hui encore l’Aragonais, lorsqu’il s’adresse à un non Aragonais ou à un étranger, localise son lieu de naissance ou son lieu de résidence en se référant à sa province ou à une province limitrophe69.

Espaces territoriaux et niveaux identitaires

  • 70 L’université de Huesca fut créée en 1354. En 1542, 1586 et au cours du XVIIe siècle, des conflits o (...)
  • 71 Sur le plan géographique, le Haut-Aragon n’est autre que la zone pyrénéenne aragonaise. Il se situe (...)

66La province, espace politico-administratif arbitraire, ne constitue pas un ensemble territorial homogène aux caractéristiques linguistiques, culturelles, économiques et sociales communes. Pourtant, il peut être, nous l’avons vu, vecteur d’une identité liée aux stéréotypes. On retrouve par ailleurs ce concept de province dans la rivalité opposant les habitants de la province de Huesca à ceux de la province de Saragosse. Rivalité qui se situe dans le prolongement de celle qui durant des siècles a opposé la ville de Huesca à la capitale aragonaise70. Enfin, dans le cas du Haut-Aragon, le concept de province a même fini par se confondre avec un concept géographique71.

  • 72 « Allí no se habla castellano. La lengua que allí se habla es una especie de chapurriáu. Ni es cast (...)

67À l’intérieur d’une même province, plusieurs concepts identitaires peuvent également entrer en jeu déterminant des « sous-territoires » liés à un habitat, à des us et coutumes divers ou à l’usage d’une langue différente. Ainsi, un habitant de Bolea (village situé à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Huesca) nous disait il y a peu à propos de la Francha, partie orientale de l’Aragon où, rappelons-le, on parle des dialectes apparentés au catalan : « Là-bas on ne parle pas le castillan. La langue que l‘on parle là-bas est une espèce de mélange. Ce n’est ni du castillan, ni du français. Personne ne comprend ces gens-là. Ils sont plus catalans qu’Aragonais »72. Ici, la qualité d’Aragonais passe étrangement par la pratique d’une langue bien peu différenciatrice : le castillan. Le rejet de personnes peuplant pourtant le territoire aragonais se fait en tenant compte d’un signe linguistique qui lie une partie de l’Aragon à la puissante Catalogne. Cette Catalogne autant haïe qu’enviée est de nouveau l’autre par rapport auquel on se définit soi-même, que l’on dénigre et que l’on caricature.

  • 73 « No te cases con pastor, que te llamarán pastora; cásate con labrador, que te llamarán señora » (D (...)
  • 74 Les montagnards avaient la réputation d’être avares (« agarráus » , soit en bon castillan, « agarra (...)

68Les réalités géographiques, climatiques et économiques ont été aussi à l’origine d’espaces spécifiques impliquant antagonismes, rivalités et stéréotypes identitaires. Il en est ainsi de la dualité montaña / Ribera, c’est-à-dire, montagne / bassin de l’Èbre. Une dualité qui renvoie à la notion de haut et de bas, mais aussi à deux univers culturels différents et à deux économies traditionnelles distinctes basées respectivement sur l’élevage et l’agriculture. Les dures conditions de vie des montagnards en on fait des êtres réputés brusques, sauvages, renfermés et près de leurs sous, alors que les riberanos (habitants de la Ribera en aragonais), apparemment favorisés par le relief, les conditions climatiques et l’irrigation sont réputés plus ouverts, mais aussi fanfarons et dépensiers. L’opposition spatiale haut / bas crée deux identités distinctes à l’intérieur d’un même espace communautaire. Chaque identité n’existe que par rapport à l’autre et ce n’est plus le stéréotype qui crée l’identité, mais les réalités géographiques, climatiques et socio-économiques qui finissent par créer l’image identitaire stéréotypée que l’on retrouve dans quelques dictons populaires. L’un d’entre eux, très répandu dans le Haut-Aragon, proclame : « Ne te marie pas avec un berger car on te taxera de bergère, marie-toi avec un laboureur et l‘on t‘appellera Madame »73. Ce conseil sous-entend que la femme ne trouvera son intérêt que si elle se marie avec un homme des terres basses, avec un agriculteur moins rude et plus aisé que l’éleveur ou le berger montagnard, plus généreux aussi et moins ladre74.

  • 75 « A muller cara to vino y o vino cara to pino » (id., p. 127). Les articles définis aragonais singu (...)

69La femme des montagnes, réputée travailleuse, dure au mal et particulièrement apte à gérer les affaires domestiques était considérée comme un bon parti par les riberanos. Quant à celle-ci, elle avait tout intérêt, pensait-on, à trouver époux dans la vallée. C’est exactement ce que suggère cet autre dicton :« La femme va au vin et le vin va à la montagne »75. La femme va au vin, c’est-à-dire à la Ribera, alors que le vin (l’homme de la Ribera) va au pin, c’est-à-dire à la montagne (la montagnarde).

  • 76 Les rivalités identitaires entre villages pouvaient et peuvent encore être liées non seulement à de (...)

70Enfin, les rivalités ancestrales entre villages, entre quartiers, voire entre rues d’une même localité délimités territorialement76, ont donné lieu à de nombreux stéréotypes, souvent péjoratifs, que l’on applique à l’autre. Mariano Baselga Ramírez écrivait à ce propos dans un de ses contes :

  • 77 « Y qué maña la del aldeano para acumular sobre la aldea vecina chismes semi-históricos de los cual (...)

Comme le villageois est habile à multiplier des potins semi-historiques qui malmènent la réputation des habitants des villages voisins, […]
Ceux de la Basse Paroisse / sentent l’herbe pousser /  alors que ceux de la paroisse Saint-Paul / la foulent et ne la voient pas
chantent à Saragosse les fidèles de la paroisse de la Magdalena quand ils cherchent à blesser leurs éternels ennemis de la paroisse Saint-Paul […]77.

71La rivalité est ici liée au concept de communauté religieuse qui sous-entend deux espaces particuliers gérés par deux églises distinctes.

  • 78 Ces deux villages de la province de Huesca se trouvent à quelques dizaines de kilomètres de l’ancie (...)
  • 79 « Os mozos de Partenoy comen la carne muy fina, un segallo sin capar y un buco con mal d’orina » (J (...)

72L’origine des rapports conflictuels liés à la proximité d’un rival que l’on pourrait qualifier de territorial et d’identitaire se perd parfois dans la nuit des temps et reste à ce jour inconnue. Ainsi, la rivalité légendaire entre les villages d’Ena et de Partenoy78 situés entre Huesca et Jaca, pourrait être due à des facteurs fort divers : conflits concernant les pâturages, affronts infligés à telle ou telle famille, passions amoureuses ou animosités personnelles. Il reste cependant de cet antagonisme ancestral un petit dicton en fabla aragonaise dont voici la traduction : « Les jeunes de Partenoy mangent une viande très tendre, un chevreau non castré et un bouc incontinent »79. En zone de montagne et dans les sociétés traditionnelles, la consommation de viande étant associée à la fête, on comprend alors que ce petit dicton fût essentiellement raillerie destinée à se moquer des jeunes de Partenoy. Ces derniers, jugés sans doute trop pauvres par leurs homologues d’Ena devaient bien mal s’alimenter. L’hostilité à l’égard de l’autre était en particulier, comme semble le montrer le dicton, le fait de la jeunesse fougueuse toujours prête à en découdre.

  • 80 « No son sólo los de Ansó los que pasan la Canal, tamién [sic] la pasan los chesos y la tornan a pa (...)

73Les rivalités évoquées qui, le plus souvent, n’allaient pas au-delà de l’affirmation d’une identité propre à l’intérieur d’un espace donné et ne sortaient pas du cadre relativement bénin de la banale – et souvent cocasse – querelle de clocher, pouvaient dans certains cas dégénérer. Ainsi, un dicton de la localité d’Hecho (Pyrénées aragonaises occidentales) affirme : « Il n’y a pas que les habitants d’Ansó qui traversent la Vallée, les habitants d’Hecho la traversent aussi et la retraversent »80. Le dicton en question met en exergue l’identité des habitants d’Hecho et leurs droits face à ceux d’Ansó. Selon José Damián Dieste Arbués, auteur d’un recueil de proverbes aragonais liés au monde de l’élevage, la rivalité entre les habitants des deux villages était déjà ancienne et un jour, des habitants d’Ansó entreprirent de s’emparer illégalement de titres de propriété portant sur des pâturages appartenant à la localité d’Hecho. Lorsque les usurpateurs pénétrèrent sur le territoire d’Hecho, ils furent attaqués par leurs rivaux. L’issu fut dramatique dans la mesure où il y eut des morts.

74Quelles que soient leurs conséquences, ces antagonismes ne sont pas, il est vrai, typiquement aragonais, ils sont le fait de toute société humaine liée à un territoire et à des intérêts spécifiques qui forgent une identité particulière dans un contexte englobant où l’adversité, comme le stéréotype, crée l’identité et permet de se situer par rapport aux autres.

Épilogue

75L’Aragon, territoire complexe et pluriel, constitue un ensemble pour le moins hétérogène sur les plans géographique, climatique, socio-économique, linguistique et culturel. Établir une relation entre territoire et identité est donc tâche ardue. Où trouver les éléments différenciateurs et spécifiques capables de fédérer la communauté aragonaise face aux autres communautés ?

76L’Aragon ne possède pas le patrimoine culturel et linguistique commun des Basques ou des Catalans. Le rapport complexe entre territoire et identité sous-entend en ces terres des facteurs historiques objectifs qui ont, au fil des ans, créé des frontières, des limites, une organisation politico-administrative, des institutions, des lois et des usages dans lesquels les Aragonais ont pu se reconnaître et se sentir différents. Ce sont donc avant tout les aléas d’une Histoire partagée et l’existence d’une volonté politique qui sont à l’origine d’un sentiment identitaire plus ou moins marqué et fluctuant. Évoluant au cours du temps, ce dernier est en effet passé par une phase de déstructuration pour aboutir à la récente « renaissance communautaire ».

77Ce sentiment identitaire a parfois été forgé ou renforcé par des stéréotypes que certains Aragonais ont fini par adopter, se mettant en scène à l’occasion et devenant ainsi les protagonistes de leurs propres topiques, les acteurs d‘un baturrismo exacerbé frisant parfois le ridicule. Ces lieux communs identitaires, uniformes et englobants, souvent caricaturaux, véhiculés notamment par la littérature, mais aussi par le cinéma et la bande dessinée, ont servi également de repère à l’Autre, au non Aragonais. Cet Autre qui ne fait pas partie de la communauté. Cet Autre par rapport auquel l’individu se définit et qui, somme toute, le définit. Cet Autre face auquel l’émigré, l’exilé, se trouve des racines dont il n’avait peut-être pas conscience lorsqu’il vivait sur ses terres. Cet Autre qui, le cas échéant et en dépit de sa qualité d’Aragonais, peut être exclu ou rejeté par l’ethnocentrisme d’une minorité au sein d’un ensemble territorial et identitaire marqué au sceau de la diversité.

78Le phénomène identitaire lié au territoire renvoie enfin à des espaces et à des niveaux identitaires fort divers qui s’emboîtent les uns dans les autres, s’opposent ou se complètent au sein même d’un ensemble régional qui est loin d’être homogène. Bien qu’ils impliquent pour la plupart rivalités et affirmation de soi, leur multiplicité et leur variété les rendent difficiles à cerner et excluent toute généralisation abusive. Cette étude n’a fait que les esquisser.

Haut de page

Bibliographie

Andolz Rafael, Diccionario Aragonés. Aragonés-castellano. Castellano-aragonés, Zaragoza, Mira, 1992.

Baselga Ramírez Mariano, « Jota mayúscula », in Cuentos aragoneses, Zaragoza, Institución Fernando el Católico, 1979.

Beltrán Antonio, Aragón y los aragoneses, Zaragoza, Ibercaja, 1995.

Botana Crispín, La gente de mi tierra, Zaragoza, Caja de Ahorros y Monte de Piedad de Zaragoza, 1976.

Calvo Alberto, Supermaño (El Libro). Pa qué tanto!!, Zaragoza, Tomoshibi, 2004.

Constitución española de 27 de diciembre de 1978, Tít. prel., Art. 2, B.O.E., 29-XII-1978.

Corominas Joan, Breve diccionario etimológico de la lengua castellana, Madrid, Gredos, 1976.

De Argensola Bartolomé Leonardo, Primera parte de los Anales de Aragón: que prosigue los del secretario Gerónimo Çurita desde el año MDXVI del Nacimiento de Nuestro Redentor [...], Zaragoza, Juan de Lanaja impresor, 1630.

Dieste Arbués José Damián, Refranes Altoaragoneses, Huesca, Instituto de Estudios Altoaragoneses, 1994.

« El humor de Alberto Calvo », in http://antoncastro.blogia.com/2006/081502-el-humor-de-alberto-calvo-el-alter-ego-de-supermano.php Document consulté le 21 Août 2006.

Estatuto de autonomía aprobado por ley orgánica 8 /1982, de 10-VIII, B.O.E., 16-VIII- 1982.

Estereotipos regionales, Estudio n° 2123, CIS. http://www.cis.es/cis/opencms/ES/1_encuestas/CDrom_PI/CD_Espacyo.html?imprimir=si&estudio=1114

Fernández Clemente Eloy, Fatás Cabezas Guillermo, Aragón, Nuestra Tierra, Zaragoza, Guara, 1978.

Garasa Fausto, « Construction idéologique et identité dans l’Aragon postfranquiste », p. 183-199, in François Martinez, Marie-Christine Michaud, (dir.), Minorité(s). Construction idéologique ou réalité ? (actes du colloque organisé à l’Université de Lorient, 13, 14, 15-V-2004), ADICORE : Laboratoire de Recherche sur l’Analyse des Discours : Constructions et Réalités, U. de Bretagne Sud-Lorient, PUR (Coll. des Sociétés), novembre 2005.

Garasa Fausto, « L’instrumentalisation de la cause aragonaise et le pourquoi d’une « hérésie » décriée », in Antoine Fraile (dir. ), La trahison - La traición (Actes du colloque 19, 20-III-2004), U. d’Angers, Almoreal, 2005.

Gascón Teodoro, Cuentos Baturros, Madrid, Noticiero-Guía de Madrid, 1900.

Gracián Baltasar, El Criticón, t. 1, Espasa Calpe, Madrid, 1971.

Gracián Baltasar, El Criticón, t. 2, Espasa Calpe, Madrid, 1971.

Heraldo de Aragón, 20-I-1993.

Novísima recopilación de las leyes de España, Lib. 3, Tít. 3°, Ley 1, Imprenta de Madrid, 1805.

Royo Villanova Carlos, El Regionalismo Aragonés (1707-1978), Zaragoza, Guara, 1978.

Sangrador García José Luis, Identidades, actitudes y estereotipos en las España de las Autonomías, Madrid, Centro de Investigaciones Sociológicas, 1991.

Savall Dronda Pascual, Penén y Debesa Santiago (ed. ), Fueros y Observancias del Reino de Aragón , t. 1, Zaragoza, 1866.

Sesma José Ángel, Armillas José Antonio, La Diputación de Aragón, Zaragoza, Oroel, 1991.

Ubieto Arteta Antonio, « Alta Edad Media », in Introducción a la historia de España, Barcelona, Teide, 1963.

Haut de page

Notes

1 El adobe est une brique crue d’argile ou de torchis séchée au soleil. Elle était tout particulièrement utilisée dans certaines contrées comme le district du Campo de Daroca, alors que l’usage de la pierre, très minoritaire, ne servait de materiau de construction que dans une partie du Bas-Aragon où elle abondait.

2 Mudéjar se dit d’un sujet musulman résidant dans un État chrétien de l’Espagne médiévale. Les Mudéjars jouissaient généralement de statuts particuliers. Appliqué à l’art et à l’architecture, l’adjectif mudéjar renvoie à un style influencé par l’art musulman qui se répandit dans les royaumes d’Espagne du XIIe au XVIe siècle. L’art mudéjar se caractérisa par des techniques particulières : utilisation privilégiée de la brique, arcatures aveugles, arcs outrepassés, plafonds lambrissés, ornés de caissons (les artesonados), arabesques, etc. L’art mudéjar se développa tout particulièrement à Tolède et à Séville, mais il fut aussi particulièrement présent en Aragon. De nombreux édifices en font foi. Nous citerons à titre d’exemple les tours mudéjares de Teruel ou encore le Palais de La Aljafería de Saragosse. Ce dernier est un Alcazar (forteresse-palais arabe. De l’arabe « qasr » précédé de l’article) construit dans la deuxième moitié du XIe siècle, mais agrandi et embelli du XIIe au XVe siècle par des ouvriers et des architectes acquis aux techniques mudéjares. La Aljafería est aujourd’hui le siège des Cortès ou parlement de la Communauté Autonome d’Aragon.

3 Cette cour servit dans un premier temps à stocker les récoltes et le matériel nécessaire à l’exploitation des terres. Au XXe siècle, cet espace donnant sur l’extérieur perdit sa fonction première et ne garda que sa qualité de lieu d’accueil et de rencontre. Pour stocker récoltes et matériel, des locaux annexes se substituèrent progressivement à la cour.

4 La Ribera qui signifie la Rive est un des noms donnés à la vallée de l’Èbre. On utilise aussi pour la nommer le terme Tierra Baja ou Tierra Llana qui signifient respectivement Terre Basse ou Terre Plate.

5 Notamment dans les zones frontalières de la Castille.

6 Ces parlers aragonais, issus en grande partie du latin, sont très divers. En effet, les vallées pyrénéennes sont longitudinales et parallèles, ce qui a rendu difficiles les contacts et les échanges entre les habitants de vallées distinctes. Traditionnellement, les déplacements de populations se sont plutôt réalisés vers la France ou la Tierra Baja. Des intellectuels, des amis de l’Aragon, au sein le plus souvent d’associations aragonaises (dont El Consello d’a Fabla Aragonesa ou Conseil de la Langue Aragonaise créé en 1976 et reconnu officiellement par les Autorités en 1978), ont œuvré en faveur d’une normalisation de la langue régionale couramment appelée Fabla (parler, dialecte ou langue selon la perspective adoptée). Récemment, on a tenté d’uniformiser les parlers aragonais en se basant essentiellement sur les parlers de la zone centrale pyrénéenne. La normalisation de la langue aragonaise permettra de la préserver et de la fixer. Cette normalisation arbitraire et artificielle se fera cependant au détriment d’une certaine authenticité linguistique. Aujourd’hui, bon nombre d’Aragonais parlant une fabla locale ne reconnaissent pas leur langue natale dans ces tentatives de normalisation. Quoi qu’il en soit, la langue aragonaise, peu favorisée jusqu’à maintenant par les pouvoirs publics, est devenue un centre d’intérêt et assurément un enjeu politique cher aux organisations nationalistes comme le Partido Aragonés ou La Chunta Aragonesista (partis de droite et de gauche respectivement).

7 Il s’agit d’une zone longitudinale de l’Aragon oriental qui fait frontière avec la Catalogne. Elle occupe une petite partie des provinces aragonaises de Huesca, Saragosse et Teruel. Si les Aragonais l’appellent Francha d’Aragón, les Catalans l’appellent Franja d’Aragó ou Franja de Ponent (Frange d’Aragon ou Frange du Ponent).

8 Jaca, actuel chef-lieu de la « comarque » de Jacetania, fut au cours du XIe siècle, capitale du royaume d’Aragon.

9 D’après Antonio Ubieto Arteta, « Alta Edad Media », in Introducción a la historia de España, Barcelona, Teide, 1963, p. 137. Les privilèges accordés par les rois d’Aragon à certaines villes et à certains territoires afin de fixer les populations sur les terres repeuplées ou reconquises et d’assurer ainsi leur défense et leur développement, attirèrent de nombreux étrangers qui provenaient de diverses zones et de divers royaumes situés outre-Pyrénées. Certains venaient même du nord de l’Europe. Cependant, la plupart de ces allochtones venaient de la voisine Occitanie. Les conditions de vie offertes aux étrangers en terres d’Aragon étaient plutôt alléchantes pour des sujets qui, pour la plupart, n’avaient connu que les réalités féodales.

10 Il atteignit sa superficie maximale au cours du XIIIe siècle et n’avait alors plus grand-chose à voir avec les petits comtés pyrénéens des premiers temps (le royaume d’Aragon se forma progressivement à partir des comtés de Sobrarbe, de Ribagorce et d’Aragon, anciennes enclaves franques créées à la fin du VIIIe siècle. Ces dernières servaient de zone tampon entre l‘empire franc et la marche supérieure de Al-Andalus).

11 L’ancien français fors qui a le sens de coutumes et de privilèges ne traduit que très imparfaitement le mot fueros. Voilà pourquoi nous conserverons le mot espagnol en italique tout au long de cette étude. En Aragon, les fueros étaient des lois à caractère général qui, à partir du XIIIe siècle, furent promulguées à la demande des Cortès ou avec leur accord. Le roi, pour qu’elles prissent effet, devait solennellement prêter serment devant les Cortès et s’engager à les respecter. Les Fueros de Aragón connus également sous le nom de Código de Huesca, Compilación de Huesca ou Vidal Mayor, furent réunis par l’évêque de Huesca, Vidal de Canellas, à la demande du roi Jacques Ier. Le Vidal Mayor avait pour but de créer un corpus capable de s’appliquer à tout le royaume et de remédier aux effets des multiples fueros locaux et personnels, sources de division et de dispersion. Le Vidal Mayor permit, avec plus ou moins de succès, de rendre plus homogène le droit aragonais.

12 Ce haut magistrat, garant des fueros était nommé par le roi parmi les nobles, mais sa charge devint de fait héréditaire à partir du XVe siècle.

13 Pascual Savall Dronda, Santiago Penén y Debesa (ed. ), Fueros y Observancias del Reino de Aragón , t. 1, Zaragoza, 1866, p. 67.

14 Charles Ier tenta d’abord d’affirmer son autorité en Castille. Plus tard, ce royaume devenu région, finit par être considéré comme le siège du pouvoir politique et le symbole même d’un impérialisme et d’une centralisation plus ou moins bien vécus. Avant de devenir ce symbole, la Castille, avec ses particularités, dut aussi s’incliner, comme les autres composantes des couronnes hispaniques, face à l’affirmation du pouvoir royal.

15 La Santa Hermandad dont il est question fut créée en 1476 aux Cortès de Madrigal sur proposition du Grand Trésorier des Rois Catholiques Alonso de Quintanilla. Cette juridiction criminelle jouissait de l’appui d’une milice dont la fonction principale était d’assurer l’ordre dans les campagnes. La Santa Hermandad devint en 1488 une institution royale qui s’étendit au royaume d’Aragon. En ces terres, elle fut supprimée en 1510, mais perdura en Castille jusqu’en 1835.

16 « Que no se trate, ni negocie las cosas de dichos Reynos, sino con personas de los naturales dellos: Ni ponga personas estrangeras en el Consejo, ni en el Govierno, y otros oficios sobredichos. Que cierto satisface mucho (y para el bien de la governación, y negociación) que la traten los que la entienden, y tienen practica de ella; y con la naturaleza, la facen con mas amor, y cura » (Bartolomé Leonardo De Argensola, Primera parte de los Anales de Aragón: que prosigue los del secretario Gerónimo Çurita desde el año MDXVI del Nacimiento de Nuestro Redentor [...], Zaragoza, Juan de Lanaja impresor, 1630, p. 25).

17 « Considerando haber perdido los Reynos de Aragón y de Valencia y todos sus habitadores por el rebelión que cometieron, faltando enteramente al juramento de fidelidad que me hicieron como a su legítimo Rey y Señor, todos los fueros, privilegios, exenciones y libertades que gozaban  […] he juzgado por conveniente […] de reducir todos mis reynos de España a la uniformidad de unas mismas leyes, usos, costumbres y tribunales, gobernándose igualmente todos por las leyes de Castilla […] » (Novísima recopilación de las leyes de España, Lib. 3°, Tít. 3, Ley 1, Imprenta de Madrid, 1805).

18 Institution correspondant à la charge de Justicia de Aragón.

19 Période de trois ans (trienio) pendant laquelle les libéraux gouvernèrent l’Espagne dans une grande confusion politique. Elle débuta après le soulèvement de Cabezas de San Juan (province de Cadix) à la tête duquel se trouvait Rafael del Riego y Núñez. En 1823, Ferdinand VII, grâce notamment à une intervention militaire française, réussit à rétablir le pouvoir absolu. Rafael del Riego y Núñez qui avait résisté à l’expédition française des Cien mil hijos de San Luis (les Cent mille fils de Saint Louis), fut livré par des paysans aux autorités et pendu par ordre du roi en cette même année 1823.

20 « lo mucho que los Aragoneses trabajaron en defensa de sus Fueros y Libertades, y especialmente del desgraciado Justicia de Aragón D. Juan de Lanuza » (d’après José Ángel Sesma, José Antonio Armillas La Diputación de Aragón, Zaragoza, Oroel, (Col. « Aragón, Cerca », 5), 1991, p. 259).

21 « Habrá en cada provincia una Diputación compuesta, por ahora, del Gobernador Civil, o de quien sus veces haga, con Real autorización, el cual será nato, del Intendente o Jefe Principal de la Hacienda, de un vocal de los partidos judiciales en que esté dividida la provincia, o en que haya juez de primera instancia y de un secretario sin voto nombrado por la misma Diputación » (Diputación de Málaga. http://www.malaga.es/historia/sesion/ ).

22 Rappelons que l’occupation, à partir de 1808, du territoire espagnol par les troupes françaises, fut à l’origine d’une réorganisation territoriale uniforme d’essence républicaine et impériale. Un décret du 17 avril 1810 prévoyait en effet la division de l’Espagne en 38 préfectures et 111 sous-préfectures. Le général Louis Gabriel Suchet fut en Aragon le grand ordonnateur de la politique impériale. Il organisa notamment la découpe de l’Aragon en trois préfectures (Èbre et Cinca, Èbre et Jalón et Guadalaviar) administrées respectivement par Huesca, Saragosse et Teruel. Ces divisions territoriales qui furent dénommées d’après le nom des principales rivières comme ce fut souvent le cas pour les 83 départements français créés par l’Assemblée Constituante (décret du 26 février 1790), ne coïncidaient pas totalement avec le territoire aragonais dans la mesure où elles empiétaient sur des terres catalanes et levantines. La réforme ne fut cependant pas mise en pratique, mais en 1812 les autorités françaises tentèrent de nouveau de diviser l’Aragon en quatre préfectures (Huesca, Saragosse, Alcañiz et Teruel), subdivisées à leur tour en corregimientos, ce qui semblait être un compromis, au moins sur le plan onomastique, entre l’ancien et le nouveau système. Nonobstant, les opérations militaires ne permirent pas non plus que cette nouvelle découpe administrative vît le jour.

23 Renaissance en catalan et en galicien respectivement. Renaixença et Rexurdimento renvoient à des mouvements qui, au cours du XIXe siècle, furent à l’origine de la renaissance culturelle et linguistique de la Catalogne et de la Galice (une renaissance linguistique et culturelle étroitement liée à l’émergence d’un régionalisme politique).

24 « […] hoy, nuestras manifestaciones raciales existen sin manifestación alguna de vida exterior, las conserva el pueblo en estado latente […] los valores morales de Aragón los sostiene y difunde el mismo pueblo […] » (Carlos Royo Villanova, El Regionalismo Aragonés (1707-1978), Zaragoza, Guara 1978, p. 110).

25 « el conocimiento de Aragón lo facilitaron nuestros eruditos, que en publicaciones y en sus actuaciones en diversos Centros científicos, dan a conocer la elevada espiritualidad del pueblo aragonés y su vigor racial a través de la Historia » (ibid. ).

26 Ibid.

27 « con características históricas, culturales y económicas comunes » (Constitución de la República Española. 1931, Tít. 1°, Art. 11).

28 « organizarse en región autónoma para formar un núcleo político-administrativo, dentro del Estado español » (ibid. ).

29 « como es forzoso admitir, la arbitraria división en provincias » (Royo Villanova, op. cit., p. 102).

30 « es el gobierno de Aragón y su territorio el que actualmente forman las provincias de Zaragoza, Huesca y Teruel » (ibid.).

31 « podrán formar parte del territorio aragonés, aquellos otros limítrofes que tengan características históricas, económicas y culturales similares » (ibid. ).

32 La pratique des langues régionales fut notamment interdite. Le Caudillo permit seulement le développement dans les régions d’un folklore politiquement bénin.

33 « ¡España, una, grande y libre! ».

34 Eloy Fernández Clemente, Guillermo Fatás Cabezas, Aragón, Nuestra Tierra, Zaragoza, Guara, 1978, p. 30.

35 À partir de 1987, Saragosse accueillit le siège de la 5ème région militaire qui, en plus des provinces aragonaises, comprenait celles de Logroño et de Navarre.

36 « La Constitución se fundamenta en la indisoluble unidad de la Nación española, patria común e indivisible de todos los españoles, y reconoce y garantiza el derecho a la autonomía de las nacionalidades y regiones que la integran y la solidaridad entre todas ellas » (Constitución española de 27 de diciembre de 1978, Tít. Prel., Art. 2, B.O.E., 29-XII- 1978).

37 Estatuto de autonomía aprobado por ley orgánica 8 /1982, de 10-VIII, B.O.E., 16-VIII-1982.

38 Le Justicia de Aragón finit par symboliser les libertés du peuple aragonais. Chargé de garantir le respect des lois et des fueros, il aurait servi de médiateur entre le roi et ses sujets. En réalité, il servit surtout de médiateur entre le roi et la noblesse qui tenta bien souvent de l’instrumentaliser, alors qu’au cours du XVe siècle les conditions de vie des paysans attachés à la terre s’aggravaient. Une série de jacqueries (en particulier sous le règne d’Alphonse V), ne fit qu’accentuer la répression.

39 Sur les événements historiques, les manœuvres politiques et la construction identitaire aragonaise de l’après-franquisme, voir Fausto Garasa, « Construction idéologique et identité dans l’Aragon postfranquiste », p. 183-199, in François Martinez, Marie-Christine Michaud, (dir.), Minorité(s). Construction idéologique ou réalité ? (actes du colloque organisé à l’Université de Lorient, 13, 14, 15-V-2004), ADICORE : Laboratoire de Recherche sur l’Analyse des Discours : Constructions et Réalités, U. de Bretagne Sud-Lorient, PUR (Coll. des Sociétés), novembre 2005 et « L’instrumentalisation de la cause aragonaise et le pourquoi d’une « hérésie » décriée », p. 153-163, in Antoine Fraile (dir. ), La trahison - La traición (Actes du colloque 19, 20-III-2004), U. d’Angers, Almoreal, 2005.

40 Estatuto de autonomía , op. cit., Cap. IV, Art. 28, 29.

41 « la Comunidad Autónoma articulará la gestión ordinaria de sus servicios periféricos propios a través de las Diputaciones Provinciales » (id, Cap. II, Art. 45. 1).

42 En Aragon, le déséquilibre démographique et économique en faveur de la capitale était dû à l’industrialisation de Saragosse et à l’exode rural. En 1991, la capitale Saragosse avec ses 622.371 habitants accueillait 50,94 % de la population régionale (d’après Padrón municipal de habitantes, Instituto Nacional de Estadística).

43 « Comarque » correspond à l’espagnol « comarca ». Le mot « comarque » n’est guère utilisé que par les spécialistes. On ne le trouve pas dans les dictionnaires usuels. Il s’agit d’une sorte de district qui de nos jours a, en Aragon, la prétention d’aller au-delà de sa simple fonction administrative.

44 Arrondissements ou districts provinciaux à caractère essentiellement juridique. Il s’agit de circonscriptions où s’exerce le pouvoir d’un ou plusieurs juges de première instance qui connaissent tant d’affaires civiles que pénales. Le chef-lieu d’arrondissement où siègent ces magistrats est en général la localité la plus importante de la juridiction.

45 « Hallábanse ya nuestros dos peregrinos del vivir, Critilo y Andrenio, en Aragón, que los extranjeros llaman la buena España, empeñados en el mayor reventón de la vida. Acababan de pasar sin sentir, cuando con mayor sentimiento, los alegres prados de la juventud, lo ameno de sus verduras, lo florido de sus lozanías, y iban subiendo la trabajosa cuesta de la edad varonil, llena de asperezas, si no de malezas : emprendían una montaña de dificultades. Hacíale muy cuesta arriba a Andrenio, como a todos los que suben a la virtud, que nunca hubo altura sin cuesta; iba acezando y aun sudando; animábale Critilo con prudentes recuerdos y consolábale en aquella esterilidad de flores […] » (Balltasar Gracián, El Criticón, t.2, Espasa Calpe, Madrid, 1971, p. 23).

46 « gente sin embeleco »(Gracián, op. cit., t.1, p. 154).

47 Le romantisme aragonais ne fut guère brillant. Citons simplement les romans Las Ruinas de Santa Engracia o el Sitio de Zaragoza (1830) de Francisco Brotóns, Marcilla y Segura o los Amantes de Teruel ((1838) de Isidoro Villarroya ou le drame historique Alfonso el Batallador (1868) de Jerónimo de Borao. Cependant, quelques grands auteurs non Aragonais mirent en scène un Aragon romantique. Mentionnons par exemple le drame El Trovador (1836) d’Antonio García Gutiérrez qui inspira un opéra de Verdi portant le même titre (1853).

48 Nous lui devons notamment Las fiestas de mi lugar (1899) et une série de six livres, tous intitulés La gente de mi Tierra. (1893 -1898). Nous avons eu accès à La gente de mi Tierra en las Fiestas del Pilar Zaragoza à travers une réédition de 1976. L’ouvrage est rempli de particularismes linguistiques aragonais et est autorisé et avalisé par un supposé maire d’arrondissement nommé Lucas Gómez, lequel, en tant qu’homme du peuple, prétend « qu’il n’est pas un lettré » (« que  no sabe de letras ») : Crispín Botana, La gente de mi tierra, Zaragoza, Caja de Ahorros y Monte de Piedad de Zaragoza, 1976 (début du livre non paginé). La gente de mi Tierra en las Fiestas del Pilar Zaragoza met en scène la façon de se comporter et les coutumes des rustiques Aragonais à l’occasion des Fêtes de Notre Dame du Pilar qui ont lieu en octobre dans la capitale aragonaise.

49 « […] hay mucho de artístico en la rondalla que pausadamente sube la Calle Mayor, algo se amolda maravillosamente a la luz y al ambiente, algo que compone, como los granos de un moscatel bien esporgado o las nacientes matas de trigo sembrado a voleo. Aquellas manos cuyo fejudo roce pulimenta los mangos de azada, hieren con rasgueo poderoso el instrumento de mi tierra, y la vetusta jota al salir de las cuerdas parece que ríe […] la decrépita guitarra aceptando las rudas caricias de tales dedos […] » (Mariano Baselga Ramírez, « Jota mayúscula », in Cuentos aragoneses, 3a ed., Zaragoza, Institución Fernando el Católico, 1979, p. 173). « Jota mayúscula » est , pour être plus précis, un conte tiré de « El cabezo cortado », un des trois recueils de contes regroupés dans Cuentos aragoneses. Les deux autres recueils sont « Cuentos de la era » et « Por los Ribazos », publiés tout comme « El cabezo cortado » séparément et pour la première fois à la fin du XIXe siècle (1893 - 1898). Esporgar ou Esporgá (variante recensée à Cretas, localité située à quelques kilomètres de la province catalane de Tarragone, par le linguiste régional Rafael Andolz : Rafael Andolz, Diccionario Aragonés. Aragonés-castellano. Castellano-aragonés, Zaragoza, Mira, 1992, p. 200) est un verbe aragonais qui n’a pas d’équivalent en castillan et qui signifie soit tailler (des plantes, des arbres), soit perdre les fleurs ou les fruits naissant (un arbre, la vigne). Dans le sens de tailler, il rappelle le verbe catalan esporgar qui se prononce « espurgá » (le o inaccentué se réalise phonétiquement [u] dans de nombreuses zones du domaine catalan, alors que le r final ne se prononce pas, sauf lorsqu’il s’agit de certains termes comme bar qui proviennent de langues étrangères).

50 La misogynie du montagnard n’a pas attendu les contes aragonais du début du XXe siècle pour faire parler de soi comme semble le montrer ce dicton du Haut-Aragon : « Les chèvres, les ânes et les femmes sont trois mauvaises engeances »  (« Crabas, burros y mulleres, tres malas generaciones »). 

51 Le baturrismo est un dérivé de baturro qui signifie paysan aragonais. Selon le linguiste Joan Corominas, ce dernier substantif serait lui-même un dérivé de bato, terme qui renvoie à homme grossier et stupide (Joan Corominas, Breve diccionario etimológico de la lengua castellana, Madrid, Gredos, 1976, p. 90).

52 « – Un billete pa Zaragoza. / – No hay bastante./ – Pues hasta onde llegue » (Teodoro GASCÓN, Cuentos Baturros, Madrid, Noticiero-Guía de Madrid, 1900, p. 16).

53 « vulgacho », Mariano Baselga Ramírez, « El barbo de Utebo », in Cuentos aragoneses, op. cit., p. 267.

54 Le chascarrillo ci-dessus nous montre que le r vibrant intervocalique de para, en position faible, a fini par s’amuïr dans le langage parlé. Ce phénomène n’est pas exclusivement aragonais et l’on peut même dire qu’il est fort répandu en Espagne. Onde est semble-t-il un archaïsme aragonais. Unde (d’où en latin) a donné onde (ouverture du u en o dans la même série vélaire) qui a fini par dire dans le sens castillan de donde ou adonde. En castillan, onde a été renforcé par la préposition de et est devenu donde (XIe siècle).

55 Baturro est ici un adjectif, mais baturro / ra est aussi un nom qui désigne un Aragonais ou une Aragonaise. Baturro / ra peut aussi s’appliquer plus précisément à un habitant ou à une habitante de la province aragonaise de Teruel.

56 Le chauffeur de taxi Cayetano. Ah, si cela ne dépendait pas de la toux !

57 L’humour de Paco Martínez Soria.

58 La ville n’est pas pour moi.

59 La xénophobie n’est pas chose nouvelle. Dans les années soixante, elle était déjà bien présente dans les pays où les espagnols avaient émigrés, dans cette Europe occidentale industrialisée qui était pourtant celle du plein emploi.

60 « no se puede sentar uno en su botijo y decir, de aquí no me levanto », Heraldo de Aragón, 20-I-1993.

61 « La mayor parte iban vestidos con el traje de « baturro » que algunos, con escasa corrección, llamaban aragonés. Con criterios eruditos podría decirse que vestían un disfraz y hasta con irritación comprobar que buena parte de los presentes completaban su atuendo, hasta degenerar en caricatura, con gayatas, alforjas de las que colgaban las ristras de chorizos o botas de cuyo contenido (fui testigo), llegados ante la Virgen y tras depositar las flores, daban buena cuenta empinando el recipiente para dejar constancia, « a gargallo », de que a aragoneses no les ganaba a ellos nadie » (Antonio Beltrán, Aragón y los aragoneses, Zaragoza, Ibercaja, (Col. « Boira » 26), 1995, p. 29. La gayata est ici un terme aragonais qui signifie cayada, c’est-à-dire houlette en castillan.

62 Les stéréotypes qui permettent à certains Aragonais de se définir par rapport aux autres sont, ne l’oublions pas, repris par les autres espagnols pour les définir comme le démontrent plusieurs enquêtes du CIS (Centro de Investigaciones Sociológicas) Voir notamment José Luis Sangrador García, Identidades, actitudes y estereotipos en las España de las Autonomías,, Madrid, Centro de Investigaciones Sociológicas, 10, 1991, 201 p. ou Estereotipos regionales, Estudio n° 2123, Centro de Investigaciones Sociológicas, CIS. http://www.cis.es/cis/opencms/ES/1_encuestas/CDrom_PI/CD_Espacyo.html?imprimir=si&estudio=1114

63 Maño signifie Aragonais, mais le mot s’utilise plus précisément pour désigner l’habitant de la province de Saragosse et le différencier des habitants des provinces de Huesca et de Teruel appelés parfois respectivement fatos et baturros. En tant qu’adjectif, maño peut aussi renvoyer à la capitale Saragosse. Ainsi, pour tous les commentateurs sportifs d’Espagne, « el equipo maño » est invariablement le Real Zaragoza, équipe de première division qui remporta deux coupes d’Europe en 1964 et 1995.

64 Alberto Calvo a une quarantaine d’années. Il est l’auteur de plusieurs personnages de bande dessinée et a publié dans des revues comme Makoki et El Víbora ainsi que dans le journal régional Heraldo de Aragón. Il a aussi collaboré à la réalisation de dessins animés. Parmi ses personnages, le plus célèbre est, à n’en pas douter, Supermaño. Ce dernier, de façon surprenante, apparaît pour la première fois, dans les années quatre-vingts, dans El Diario Vasco. En 2004, Alberto Calvo a publié la bande dessinée Supermaño (El libro). Pa qué tanto!! (Supermaño (Le livre). Est-ce bien raisonnable!!). L’ouvrage (Alberto Calvo, Supermaño: Pa qué tanto!!, Zaragoza,Tomoshibi, 2004, 82 p.) est préfacé par l’historien et érudit régional Guillermo Fatás. Actuellement, El Heraldo de Aragón publie les bandes dessinées de Supermaño qui, il est vrai, n’ont de succès véritable que sur le plan régional. En effet, pour les comprendre pleinement et donc les apprécier, le lecteur doit avoir une certaine connaissance des stéréotypes culturels aragonais et des mentalités locales. Il doit de surcroît avoir assimilé un tant soit peu les éléments linguistiques et phonétiques du cru sans lesquels les textes de Supermaño deviennent incompréhensibles ou perdent de leur saveur.

65 « Pero yo tengo claro que la crítica empieza por la autocrítica. ¿De qué te puedes reír? De la falta de sustancia general, pero sobre todo mis viñetas son parodias de mí mismo. Yo cuento cosas que me pasan a mí: reírme de mí mismo es la base de mi humor; reírse de los demás, no es humor, es mala fe. Me agarro a los tópicos para destruirlos », « El humor de Alberto Calvo », in « El humor de Alberto Calvo », in http://antoncastro.blogia.com/2006/081502-el-humor-de-alberto-calvo-el-alter-ego-de-supermano.php Document consulté le 21 Août 2006.

66 Au dos de Supermaño. Sólo pa adultos (Supermaño. Pour adultes seulement), petite bande dessinée publiée en 1996 et numéro 2 d’une série de huit petits livres vendus à 300 pesetas l’unité, apparaît Supermaño en Rey de los Bastos (Rois des rustres). Il s’agit-là d’un savoureux jeu de mots qui renvoie à Rey de Bastos, c’est-à-dire au Roi de Trèfle de la baraja (jeu de cartes espagnol qu’en France on appelle aussi parfois jeu de cartes basque).

67 La mort de supermaño mise en scène par Alberto Calvo relève du chascarrillo burlesque. Il s’agit d’une série de huit vignettes intitulée La muerte de supermaño. Una muerte digna de él. Supermaño y fait bombance avec un compagnon – autre caricature d’Aragonais –  puis, dans la plus parfaite tradition aragonaise, se dispute avec ce dernier pour payer le repas pantagruélique. Apparaît alors un troisième personnage qui porte deux sceaux d’eau et qui leur dit : « Ne vous disputez pas. Celui qui sort le premier la tête du sceau d’eau ne paie pas » (« No discutirse. El que saca la cabeza del cubo de agua primero no paga. »). Les deux comparses plongent leur tête dans un sceau d’eau et après un certain temps, le troisième individu se trouve dans l’obligation de constater leur décès. La caricature de l’Aragonais têtu semble nous dire : « Ce qui est dit est dit !». La mort absurde de supermaño est cependant mise en doute au bas du dernier dessin par le mot « FIN » suivi d’un point d’interrogation.

68 « Hombre, aquí la gente es más bien abierta, campechana. Bueno, de todo hay pero por lo general el aragonés es honráu (honrado) y cumplido. Dicen que es cabezón y lo es. Aquí hay agua, pero si te alejas del Ebro, todo es secano. Antaño, para ganarse el cuscurro en aquellas tierras se precisaba mucha obstinación. Así nos ha hecho la tierra: cabezones y bastos, pero llanos y abiertos. Tampoco nos falta franqueza. Somos lo que somos y con mucho orgullo. Y claro, somos más aragoneses que los de otras provincias porque aquí está la Pilarica ». Honrado > honrao (amuïssement du d fricatif intervocalique en position faible et en fin de mot). Honrao, prononciation populaire fort répandue en Espagne et notamment en Andalousie, a donné en Aragon honráu (le o formant hiatus avec une voyelle tonique plus ouverte se ferme davantage dans la même série vélaire et devient semi-voyelle orthographiée u. Le a, la voyelle la plus ouverte de la diphtongue, porte l‘accent). Honráu au lieu de honrado est une prononciation typique de certaines zones rurales. Généralisée en Aragon, elle s‘applique aux participes passés ou aux adjectifs se terminant en - ado.

69 « Nací en Velilla de Ebro, provincia de Zaragoza » (« je suis né à Velilla de Ebro, village de la province de Saragosse ») ou encore « Vivo en Tamarite de Litera. Es un pueblo de la provincia de Huesca, a unos cuantos kilómetros de la provincia de Lérida » (« j’habite à Tamarite de Litera. C’est un village de la province de Huesca situé à quelques kilomètres de la province de Lérida »). Notons que dans le deuxième exemple, le sujet parlant, pour être plus précis, localise son lieu de résidence en se référant à une province Catalane et non à la Catalogne.

70 L’université de Huesca fut créée en 1354. En 1542, 1586 et au cours du XVIIe siècle, des conflits opposèrent Huesca à Saragosse à propos de l’université que les deux villes revendiquaient jusqu’à ce qu’en 1845 l’université de Huesca fût supprimée, ce qui donna la suprématie en la matière à la capitale régionale. La prédominance de Saragosse dans les domaines politique et économique est par ailleurs source d’une rivalité qui s’est étendue aux deux provinces. Au sobriquet de cheposos (« bossus » en langage familier) infligé par les habitants de la province de Huesca aux habitants de la province de Saragosse et plus particulièrement à ceux de la capitale (ceux-ci seraient bossus à cause du cierzo, c’est-à-dire la bise qui souffle en terres saragossaines en hiver), les saragossains répondent en qualifiant les gens de la province de Huesca de fatos (ridiculement prétentieux).

71 Sur le plan géographique, le Haut-Aragon n’est autre que la zone pyrénéenne aragonaise. Il se situe donc au nord des provinces de Saragosse et de Huesca. La plus grande partie de son territoire se trouve dans cette dernière province. Cependant, à l’heure actuelle, on tend à appeler, sans doute à tort, l’ensemble de la province de Huesca Alto Aragón.

72 « Allí no se habla castellano. La lengua que allí se habla es una especie de chapurriáu. Ni es castellano, ni es francés. No hay quien los entienda. Son catalanes más que aragoneses ». Chapurriáu est un mot aragonais qui correspond au castillan chapurrado : mélange, mixture).

73 « No te cases con pastor, que te llamarán pastora; cásate con labrador, que te llamarán señora » (Dicton recueilli par José Damián Dieste Arbués, Refranes Altoaragoneses, Huesca, Instituto de Estudios Altoaragoneses (Col. « Cosas Nuestras » 13, 1994, p. 123).

74 Les montagnards avaient la réputation d’être avares (« agarráus » , soit en bon castillan, « agarrados » ). Ce stéréotype s’explique si l’on tient compte de l’existence d’une économie de montagne qui ne laissait guère de place à la gabegie. Tout était prétexte à économiser et à dépenser le moins possible en prévision d’un possible « coup dur ». De nombreux dictons populaires se font l’écho de ce stéréotype dû aux dures réalités économiques des sociétés montagnardes traditionnelles. Nous n’en citerons qu’un qui raille manifestement les habitants de Grasa (localité aujourd’hui abandonnée, située à 902 mètres d’altitude et dépendant de la municipalité de Sabiñánigo) : « À Grasa, on cherche un chevrier pour garder le troupeau, un chevrier qui soit mal payé, qui s’occupe bien du bétail et n’ait pas de sac à provisions » (« En Grasa buscan cabrero pa toda la cabrería, que cobre poco salario, que tenga as crabas gordas y que no lleve mochila »).

75 « A muller cara to vino y o vino cara to pino » (id., p. 127). Les articles définis aragonais singuliers o et a, comme les articles définis singuliers castillans el et la, proviennent respectivement de illum et illam, accusatifs singuliers masculin et féminin du démonstratif latin de troisième série ille. L’évolution phonétique en aragonais a été la suivante : illu(m) > lo (chute de la partie initiale et du m de l’accusatif et ouverture du u en o dans la même série vélaire) > o ; illam > la > a. Nous n’insisterons pas sur la distincte et parallèle évolution phonétique castillane. Le groupe li du latin muliere s’est palatalisé en aragonais et a donné muller. Il en est de même de filium qui a donné fillo (seul le castillan, contrairement aux autres parlers romans de la péninsule, a perdu le f initial latin). Muller, mot qui existe aussi en catalan, se prononce mullé (comme en catalan) dans certaines zones de l’Aragon oriental.

76 Les rivalités identitaires entre villages pouvaient et peuvent encore être liées non seulement à des facteurs géographiques ou économiques spécifiques, mais aussi au concept de communauté religieuse. C’est ce concept de communauté religieuse particularisante qui se traduit par l’existence de peirones (petits ouvrages ornés de l’effigie d‘un Saint Patron) au bord du chemin. Ces éléments physiques marquent les limites municipales, mais mettent aussi en avant la dévotion à un saint particulier. Le mot peirón est un mot aragonais répertorié par Rafael Andolz dans le district d’Albarracín, au sud de la province de Teruel (Rafael Andolz, op. cit, p. 328). Ce mot s’utilise cependant dans la majeure partie de l’Aragon et notamment dans la province de Saragosse. Les quartiers, souvent délimités dans les localités d’une certaine importance par des rues ou des centres d’intérêts (économiques, commerciaux, culturels le cas échéant) ou le concept de paroisse, peuvent également devoir leur existence à un relief particulier et relever de la dualité haut / bas, liée à son tour à des facteurs socio-économiques. Ainsi, la partie basse d’une localité possédant terres irriguées et cultures fruitières se démarquera de la partie haute moins bien lotie. Dans de nombreux villages d’Aragon, l’effigie du saint patron était dans certains cas gardée à tour de rôle par une famille habitant la rue dont il était le protecteur. Les rues, clairement délimitées territorialement pouvaient être (et le sont encore là où la coutume perdure) source d’une identité particulière par rapport au reste de la localité. Cette identité était donc liée au religieux et à la tradition ainsi qu‘aux fêtes du Saint Patron que l‘on organisait entre voisins.

77 « Y qué maña la del aldeano para acumular sobre la aldea vecina chismes semi-históricos de los cuales salga malparada la fama de sus vecinos, […]
Los de la Parroquia Baja / sienten la hierba nacer /  y los de la de San Pablo / la pisan y no la ven
cantan en Zaragoza los de la Parroquia de la Magdalena cuando quieren molestar a sus eternos enemigos de la Parroquia de San Pablo […] »
(Baselga Ramírez, « El barbo de Utebo » », op. cit., p. 267). « El barbo de Utebo » est plus précisément tiré du recueil de contes intitulé « Por los Ribazos », recueil inclus dans Cuentos Aragoneses.

78 Ces deux villages de la province de Huesca se trouvent à quelques dizaines de kilomètres de l’ancienne capitale du royaume d’Aragon, Jaca. Ena et Partenoy sont situés dans une zone accidentée des contreforts des Pyrénées à 768 et 735 mètres d’altitude respectivement. Dans les années quatre-vingts, Partenoy était déjà un village abandonné alors qu’Ena ne comptait plus qu’une trentaine d’habitants.

79 « Os mozos de Partenoy comen la carne muy fina, un segallo sin capar y un buco con mal d’orina » (José Damián Dieste Arbués, op. cit., p. 134). Notons l’emploi de l’article défini pluriel aragonais os et du substantif aragonais buco qui, comme le substantif français bouc, provient sans doute du gallo-roman buccus ou du celte bucco. Le buco aragonais correspond sémantiquement au macho cabrío castillan.

80 « No son sólo los de Ansó los que pasan la Canal, tamién [sic] la pasan los chesos y la tornan a pasar » (id., p. 125-126).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fausto Garasa, « Territoire et identité en terres d’Aragon : stéréotypes, histoire et diversité », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 08 juillet 2007, consulté le 23 juin 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/239 ; DOI : 10.4000/mimmoc.239

Haut de page

Auteur

Fausto Garasa

Université de Tours

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page