Navigation – Plan du site
Savoirs réprimés

Ajusticiamiento : châtiment corporel et « guérison » du corps social au Chiapas (Mexique), XVIe-XXe siècles

Luz del Rocío BERMÚDEZ H.

Résumé

On propose d’explorer quelques relations historiques entre le délit en tant que transgression imputée à titre individuel, et la punition publique en tant que – supposé - traitement cathartique d’amélioration collective. Nous parcourons le cas de l’actuel état mexicain du Chiapas, où la violence institutionnelle reçu d’un côté l’influence médiévale par rapport à la torture, et de l’autre l’héritage – décontextualisé et dépourvu de sens – du sacrifice rituel préhispanique.

Le corpus documentaire consulté montre sans surprise que la plupart des condamnations enregistrées correspondent à la population indigène. Il révèle également que le spectacle de la terreur comme moyen de contrôle dans l’Ancien Régime s’intensifia au Chiapas entre la seconde moitié du XIXe siècle et le début du XXe siècle. Ce qui nous amène à nous interroger sur la nature des crimes poursuivis, ainsi que sur les enjeux implicites dans cette vieille forme d’exercice et d’ostentation du pouvoir.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Traduction : « Que le Prince ne laisse pas impunis les délits de quelques-uns contre la République, (...)

1Dans l’Espagne impériale du milieu du XVIIe siècle circulait le proverbe suivant : « No deje el Príncipe sin castigo los delitos de pocos, cometidos contra la República, y perdone los de la multitud1 ». La mort en tant que punition publique a été, de l’Antiquité à nos jours, un moyen persuasif qui permet aux institutions et aux élites locales d’exprimer leur force vis-à-vis du peuple. Nous proposons d’analyser quelques effets sociopolitiques qu’eut la peine de mort entre le XVIe et le XXe siècle dans la région du Chiapas, au Sud-est du Mexique (fig. 1).

2

Fig. 1. Carte du Chiapas, signalant Ciudad Real (son ancienne capitale) et les villages indiens ci-après mentionnés

Fig. 1. Carte du Chiapas, signalant Ciudad Real (son ancienne capitale) et les villages indiens ci-après mentionnés

Digitalisation de la carte : l’auteure (2014).

L’époque préhispanique : l’usage (avisé) du sacrifice

  • 2 Inomata, Takesihi et Daniela Triadan, « El espectáculo de la muerte en las Tierras Bajas mayas », e (...)

3Quelques indices sur la torture d’avant l’arrivée des Espagnols ont été trouvés dans des sites archéologiques appartenant à la culture maya, tels que Bonampak ou Toniná (env. VIIIe siècle). Ces scènes de guerre et de sacrifice (fig. 2) s’inscrivaient dans un contexte rituel plus vaste cherchant l’équilibre du cosmos, d’où découle la stabilité des gouvernants. Il s’agissait donc d’« homicides institutionnels » ayant pour but la légitimation du pouvoir, la promotion de prestige et, pour certains individus, l’opportunité d’ascension sociale2.

Fig. 2. Scènes de torture aux sites de Bonampak et Toniná, au Chiapas (VIe – VIIIe siècles AEC)

Fig. 2. Scènes de torture aux sites de Bonampak et Toniná, au Chiapas (VIe – VIIIe siècles AEC)

Chambre 2 (orientation Nord) à Bonampak, représentant des captifs punis, avec les mains blessées, après un combat réalisé en 792 AEC.

Sculptures de prisonniers de guerre (découvertes en 2011) à Toniná, datant d’env. 695 AEC.

Mural des Quatre Ères, à Toniná (datant d’env. 500 AEC), représentant la fin – par décapitation ? – du quatrième soleil cosmogonique, selon l’influence de la civilisation toltèque.

4En Mésoamérique, l’exécution publique était censée par sa violence à la fois provoquer et mobiliser les forces psychologiques, de sorte que la douleur et la souffrance de ces spectacles devaient attirer le plus de spectateurs possible. Or les sentiments d’admiration, de respect et d’excitation se mêlant chez la foule à la désapprobation et à la haine, les autorités qui les imposaient se gardaient de forcer les résistances et les oppositions, c’est pourquoi ces cérémonies reposaient moins sur des décisions arbitraires que sur leur sens des responsabilités. Ce type de mort établissait un lien entre les exécutés et la divinité, ce qui leur assurait une voie privilégiée vers une vie ultérieure. Dans l’univers précolombien, le tourment public avait donc un caractère sacré qui, en faisant communiquer l’infra-monde et le supra-monde, donnait un sentiment profond d’identité à chaque communauté. Les individus sacrifiés transféraient à tous les membres d’un groupe un sentiment de cohésion qui renforçait leur reconnaissance et les différenciait des autres groupes.

Sévir dans l’ordre colonial : de nouveaux apports

  • 3 Casas, Cristóbal de Las, Vocabulario de las dos lenguas toscana y castellana, Séville, Casa de Fran (...)
  • 4 Carreón Blaine, Emilie, « Tzompantli, horca y picota. Sacrificio o pena capital », Anales IIE, vol. (...)

5La perception identitaire mésoaméricaine fut bouleversée après la colonisation espagnole. Parmi ses transformations le plus profondes, le sacrifice traditionnel changea notamment son caractère de rituel pour devenir répressif : les condamnés ne furent plus considérés avec honneur, mais comme des délinquants selon la notion occidentale du « délit », qui, selon une définition de 1570, était déjà synonyme de « défaut » ou d’« infraction3 ». Pour les conquistadors, la mort comme spectacle devint une occasion privilégiée de montrer à la population indigène leur rôle des nouveaux maîtres de la société, ce pourquoi ils firent du châtiment un signe important d’exemplarité. Désormais, toute forme de punition et surtout celle qui fut appelée la peine maximale renforcèrent un sens correctif où la sanction des transgresseurs « guérissait » l’ensemble social. Dénué du sens rituel originel et qualifié d’atrocité par les conquérants, le sens cathartique de l’ancien sacrifice préhispanique ne disparut pas complètement pour autant : son déploiement sensoriel fut adapté en vue de capitaliser les effets de l’exécution médiévale4.

  • 5 Remesal, fray Antonio de, [1619] Historia General de las Indias Occidentales y particular de la Gob (...)

6À une époque où l’idée d’emprisonnement était encore loin d’être considérée comme un moyen de correction, l’application punitive était une affaire morale où l’institution ecclésiastique pouvait, selon ses intérêts, s’associer avec les tribunaux et d’autres instances civiles, voire leur faire concurrence. L’acte de foi réalisé par le franciscain Diego de Landa au Yucatan en 1562 est bien connu en ce sens. Pourtant, dès 1545 au Chiapas, le chroniqueur Remesal se vantait « qu’il n’y eût aucune fiction » chez les Indiens christianisés. Avec cette déclaration il voulait probablement souligner l’efficacité des bûchers publics effectués par les dominicains, ordre auquel il appartenait5.

  • 6 Inomata et Triadan, op. cit., p. 203.

7À côté des rivalités entre missionnaires, on peut dire que la destruction des édifices et d’autres objets préhispaniques fut une punition symbolique massive qui anéantit également un ensemble inestimable des valeurs et des connaissances communautaires traditionnelles6. En même temps, pendant un long processus d’évangélisation pas véritablement abouti, le peuple vaincu fut endoctriné grâce à la sympathie qu’éveillait le Christ martyrisé. On « façonna » les individus pour qu’ils s’identifient avec l’image du Fils de Dieu dont le sacrifice était l’acte sublime qui remédiait à l’injustice terrestre et perpétuait le salut de l’humanité.

  • 7 Mazín Gómez, Oscar, Gestores de la real justicia : procuradores y agentes de las catedrales hispana (...)
  • 8 Cette importante organisation, créée en 1478 pour surveiller l’ordre public espagnol, installa ses (...)
  • 9 Bermúdez Hernández, Luz del Rocío, « Interpretaciones ante una tragedia : santos, demonios y la des (...)

8Théoriquement, la justice coloniale était le principal attribut du roi espagnol7. Mais la gravité de chaque situation restait à l’appréciation des autorités investies localement. Le Saint Office8 n’eut pas de véritable compétence au Chiapas, l’essentiel de la population étant très néophyte dans le catholicisme. Les crimes les plus graves des Indiens de la région concernaient plutôt la « sorcellerie » ou l’« idolâtrie ». Les différents savoirs mésoaméricains furent ainsi persécutés sous prétexte qu’ils étaient associés aux forces maléfiques de Satan9.

  • 10 Espagnol du début de l’époque coloniale, ayant droit au tribut et au travail d’un groupe d’Indiens.
  • 11 Terme employé par les conquistadors pour désigner les autorités politiques indigènes qui leur étaie (...)
  • 12 De Vos, Jan, Vivir en Frontera. La experiencia de los Indios de Chiapas, México, CIESAS, 1994, p. 9 (...)
  • 13 Colonne où étaient exposés les prisonniers et les têtes ou les corps des personnes exécutées.
  • 14 Ver Calvo, Thomas, « Una adolescencia americana. Las ciudades del Nuevo Mundo hispánico hasta 1600  (...)
  • 15 Carreon Blaine, op. cit., p. 42.

9De ce fait, malgré les dires de Remesal sur la christianisation correcte des Indiens du Chiapas, le clergé y persécuta à plusieurs reprises l’« hérésie », considérée comme une grave menace non seulement spirituelle, mais pratique : elle détournait les Indiens de leurs contributions économiques à l’Église, le principal soutien du système colonial espagnol. Les délits commis se réglaient donc usuellement à coups d’azotes (coups de fouet), qui pouvaient être perpétrés brutalement par des particuliers (l’encomendero10 ou le curé) et parfois provoquer sans remords la mort du supplicié. Le premier témoignage d’exécution publique au Chiapas remonte à 1533 : elle fut réalisée par le cacique11 du village de Chiapa (aujourd’hui Chiapa de Corzo). Le cacique Nocayola brûla vif un Indien, appelé Sanguiemé, entre deux arbres (ceibas), au milieu de la place principale. Puis il fit pendre entre 80 et 100 autres accusés aux arbres bordant le fleuve (aujourd’hui le rio Grijalva)12. Ainsi la ceiba, l’un des arbres les plus sacrés et aussi un indicateur de centralité sur les sites des Maya et d’autres cultures préhispaniques, devient symboliquement l’emblème de justice des conquistadors (la picota13). Même là où il n’y avait pas de ceiba, on plaça, comme Alvarado au Guatemala, « un tronc d’arbre » comme pilier représentatif de l’application de la loi espagnole14. Plus tard fut installée à sa place la plateforme de condamnés, et la fusion de l’espace du sacrifice mésoaméricain et celui de la punition médiévale donna au spectacle de la terreur son visage colonial15.

Taxation et répression : l’exemplarité du châtiment

  • 16 Représentant du roi, doté de certains pouvoirs judiciaires (première instance) et exécutifs sur un (...)
  • 17 Ruz, Mario Humberto, Chiapas colonial : Dos esbozos documentales, México, UNAM, IIF, 1989, p. 121. (...)
  • 18 MacLeod, op. cit., p. 95.

10En 1693 survint une mutinerie au village de Tuxtla, où l’alcalde mayor16 et ses deux assistants (dont le cacique indien) furent tués par des Indiens subissant des tributs exorbitants. L’évêque intercéda et demanda pitié pour les habitants de Tuxtla, mais il n’empêcha pas la dure répression infligée à quelques-uns pour cette action d’une audace inattendue17. Les autorités arrêtèrent 48 personnes, dont 6 femmes, les condamnant à 200 coups de fouet dans la picota. Les hommes furent exhibés dans les rues du village de Chiapa, flanqués d’un pregonero (crieur public) qui annonçait leurs crimes. Puis ils furent placés à la disposition des dominicains pour accomplir de dures tâches agricoles, tandis qu’on veillait avec leur soin spirituel pour le meilleur « bien-être général »18.

  • 19 Viqueira, Juan Pedro, « Éxitos y fracasos de la evangelización en Chiapas », apud Nelly Sigaut (ed. (...)
  • 20 Territoire établi dans l’époque coloniale sous la juridiction d’un alcalde mayor.

11Le délit de ces révoltés, comme de ceux de 1533, fut d’avoir exprimé leur mécontentement et leur désespoir face aux lourdes charges exigées par les autorités politiques et religieuses. En 1712, un soulèvement indien ébranla sérieusement les structures religieuses, sociales et économiques du système colonial au Chiapas. Ce mouvement commença au village de Cancuc, où une femme déclarait avoir vu la Vierge qui lui promettait la fin de l’oppression car « il n’y aurait plus de tribut, ni de roi, évêque ou alcalde mayor19 ». La nouvelle de l’apparition de la Vierge de Cancuc se propagea rapidement aux régions voisines et les Indiens réussirent à s’organiser pour prendre le contrôle de 32 villages. Les autorités contestées (l’alcaldía mayor20, le conseil municipal, l’évêché et les ordres religieux), qui siégeaient toutes à Ciudad Real (aujourd’hui San Cristóbal de Las Casas), prirent la révolte comme une menace eschatologique qu’il fallait contrer, dans le cadre du combat contre l’idolâtrie. Le soulèvement fut durement réprimé l’année suivante, grâce au renfort de milices locales et d’autres venues rapidement de la Nouvelle-Espagne, Tabasco et Guatemala.

  • 21 Archivo Histórico Diocesano (désormais AHD), SC, Defunciones, IV, D.2.d 1667-1708, 13 août 1676 ; A (...)
  • 22 Ximénez, op. cit., t. 4, p. 278-280.

12Quant aux exécutions ayant lieu à Ciudad Real, les livres paroissiaux de décès de toute l’époque coloniale mentionnent seulement un Indien d’Estenango qui fut pendu en août 1676, puis trois Indiens de Cancuc qui furent ajusticiados (exécutés) tout juste après la révolte de 171221. L’un d’eux, Lucas Pérez, était, selon le dominicain Francisco Ximénez, un Indien « de grande capacité ». Il agit en tant que secrétaire de la Vierge pendant le soulèvement, mais « au moment de mourir [il] réagit bien car il détrompa les autres Indiens et rendit public les faussetés du miracle de la Vierge de Cancuc22 ».

  • 23 Johnston Aguilar, op. cit., p. 4 ; Ximénez, op. cit., t. 4, p. 278. Le dominicain indique qu’après (...)
  • 24 Ximénez, op. cit., t. 4, p. 278. Pour cette raison, Ximénez demanda pour ce condamné le pardon de D (...)
  • 25 Apud frère Gabriel Artiga, in Ximénez, op. cit.
  • 26 Vers 1880, le curé de Chamula déclarait que « parmi les [Indiens] chamulas [du village Chamula, pro (...)

13Les actes de décès des condamnés de Ciudad Real, le 5 mars 1713, ne précisent pas le type d’exécution. On pourrait imaginer la pendaison, la peine la plus ordinaire et la plus dégradante à l’époque, mais Ximénez mentionne que d’autres inculpés au village d’Ocosingo avaient reçu un balazo (coup de feu23). Le chroniqueur signale également dans ce dernier village un Indien appelé Coxcorronte qui, après avoir reçu un tir dans la tempe et avoir été placé derrière la ceiba où se trouvaient les corps d’autres cinq exécutés, se leva à la surprise générale et demanda à être tué en dernier, car il voulait se faire pardonner les péchés et les dégâts qu’il avait faits24. En général, le public fut impressionné par la digne attitude des Indiens face à leur exécution, mais certains — dont un religieux qui fut témoin de la scène — s’étonnaient que les Indiens, qui pouvaient être « lâches » en vie, craignissent si peu la mort25. Le courage des condamnés rappelle d’une part la bravoure de l’ancienne victime du sacrifice rituel, montrant que se prolongeait la sévérité traditionnelle qui régnait dans les villages indiens26.

  • 27 De Vos, Jan y Claudia M. Báez Juárez, Documentos relativos a la historia colonial de Chiapas en el (...)
  • 28 De Vos y Báez, op. cit., p. 189. Voir également Moscoso (Moscoso, Prudencio, Franz Blom en San Cris (...)

14Le soulèvement de 1712 choqua profondément les habitants du Chiapas. Pour les autorités et la population ladina (non-indienne), le conflit confirma l’idée redoutable, devenue par la suite récurrente, de la « sauvagerie » des Indiens et le désir constant de les exterminer. Du côté des Indiens, la sensation de libération messianique du mouvement devint un traumatisme économique et psychologique, tant les charges imposées par les dominants étaient lourdes et tant leurs traitements étaient violents. Les coupables de la révolte furent pourchassés pendant des années. En 1716 on retrouva Maria Candelaria, la femme accusée d’avoir amorcé la « supercherie » de la Vierge. Bien que morte en couches quinze jours auparavant, on coupa sa tête qu’on mit au bout d’une pique, « à la vue de tous comme leçon27 ». Ses « complices » furent sévèrement punis : son mari, son frère et sa belle-sœur furent chassés du Chiapas après avoir reçu deux cents « coups de fouet publics » et son père, Juan García, fut condamné à mort pour « que ses membres soient accrochés aux endroits déterminés par l’alcalde mayor28 ».

Vie nationale : les exécutions au nom du patriotisme

  • 29 AHD, SC, Defunciones, IV, D.2.d., 1720-1749 : « Sebastián Gómez, indien marié emprisonné et condamn (...)
  • 30 Biblioteca Manuel Orozco y Berra (désormais BMOB), Fondo Chiapas, tome II, 1809, 6 p.

15Après le soulèvement de 1712, les livres paroissiaux de décès de Ciudad Real mentionnent seulement en 1720 un « condamné à mort » originaire du village d’Aguacatenango29. De même, près d’un siècle après, à la fin de l’époque coloniale, il y eut un deuxième témoignage d’exécution publique au Chiapas, celle du meurtrier Pedro Vázquez, au village de Tuxtla, le 26 janvier 1809 ; mais c’est surtout le rôle de bourreau (« Diego, de Teopisca ») qui fut mis en avant, car il agit « avec toute bravoure, très bien30 ».

  • 31 Titre désignant, à l’époque coloniale, l’habitant d’une ville auquel étaient attachés certains droi (...)
  • 32 AHD, SC, Defunciones, IV, D.2.d., 1832-1836, 5 décembre 1833. Il convient d’indiquer que, tandis qu (...)
  • 33 BMOB, Chiapas, V, doc. 97. 14 juin 1846. San Cristóbal.
  • 34 AHD, SC, Defunciones, IV, D.2.d., 1850-1866. 21 décembre 1861 pour les deux premières, et 13 janvie (...)

16La période la plus importante d’exécution publique à Ciudad Real (San Cristóbal à partir de 1829) commença donc après l’indépendance (1821) et l’adhésion du Chiapas à la vie nationale mexicaine (1824). Elle répondait à nouvelles adéquations à l’œuvre au Mexique pendant près d’un demi-siècle, sur fond notamment de lutte entre le parti libéral et le parti conservateur. Le 5 décembre 1833 furent fusillés le sous-lieutenant artilleur don Nicolas Cuevas (de l’état mexicain de Guanajuato) et deux vecinos31 de San Cristóbal, don José Anselmo de Lara et don José Madrigal32. En 1846 le caporal d’artillerie Basilio Soto fut exécuté pour avoir tué « avec préméditation et avantage » Isabel Liévano (demoiselle « très connue »), malgré la requête du procureur de concéder « une sainte mort » au condamné33. En 1861 furent à nouveaux fusillés des prisonniers indiens : d’abord Lucas (sic), Diego (sic) et Juan Diaz, du village de San Andrés, puis un an après Jacinto Gómez, de Huixtán34.

  • 35 AHD, SC, Defunciones, IV, D.2.d., 1850-1866. 14 janvier 1864 : l’acte dit textuellement « le cadavr (...)
  • 36 AHD, SC, Defunciones, IV, D.2.d., 1858-1866. 26 juin 1869 (actes 281 et 282). Voir aussi Archivo de (...)
  • 37 Inomata et Triadan, op. cit., p. 196-198. Les condamnés furent attachés avec les bras en haut, ce q (...)

17À l’époque du Seconde empire mexicain et de l’intervention française, en 1864 on déclara à San Cristóbal que « les membres du gouvernement fédéral actuel » avaient fusillé « violemment » Juan Gomez et Eusebio Ruiz, et en 1865 trois autres hommes furent aussi exécutés35. Arriva finalement en 1869 la fusillade emblématique d’Ignacio Fernandez Galindo et de Benigno Trejo, présentés comme le « chef » et l’« assistant » des Indiens soulevés lors d’un nouveau conflit social, la Guerre de Castes36. Peu de temps après l’exécution, un jeune lithographe recréa la scène vue de l’étage supérieur de la Maison Consistoriale (fig. 3). On note que la place centrale (familièrement le zócalo) de San Cristobal conservait ses fonctions traditionnelles concernant l’exercice public de la justice37. Paradoxalement, l’image évoque aussi la fusillade non comme pratique associée à l’Ancien Régime, mais comme expression moderne, à l’instar de l’exécution de l’empereur Maximilien et de ses deux généraux conservateurs mexicains, Miguel Miramón et Tomás Mejía, en juin 1867 (fig. 4).

Fig. 3. Exécution de « cabecillas » de la Guerre de Castes du Chiapas, 26 juin 1869.

Fig. 3. Exécution de « cabecillas » de la Guerre de Castes du Chiapas, 26 juin 1869.

Lithographie en couleur de José Pedro Martínez (1872). Collection de la famille Moscoso Pohlenz, reproduite de l’Archivo Histórico de la ciudad de San Cristóbal.

Fig. 4. Exécution de Maximilien de Habsbourg le 19 juin 1867, à Querétaro (au Mexique)

Fig. 4. Exécution de Maximilien de Habsbourg le 19 juin 1867, à Querétaro (au Mexique)

Huile sur toile d’Édouard Manet, 1868. The Kunsthalle Mannheim Muséum, Allemagne.

Fin du XIXe siècle : punition et exclusion

  • 38 Terme très large et très varié à la fin du XVIIIe siècle. Voir, pour le cas de Londres, Cassagnes-B (...)
  • 39 Estadísticas Sociales de Porfiriato, 1877-1910, Secretaría de Economía, Dirección General de Estadí (...)

18Dès la fin du XIXe siècle fut renforcée l’importance donnée un siècle avant à la prison comme nouveau lieu de correction, où « le malfaiteur doit souffrir patiemment et accepter la revanche de la société38 ». Ainsi, en 1877 et 1885 le gouvernement du Chiapas déclara respectivement l’existence de 311 et 451 délinquants emprisonnés, et on parla également de 87 et 177 « sentenciés », sans indiquer le type de sentence appliqué39.

  • 40 Espinosa, Luis, Rastros de sangre. Historia de la Revolución en Chiapas. México, Imprenta de Manuel (...)
  • 41 Espinosa, op. cit., p. 152. Cet auteur décrivit ce qui s’est passé à Chiapilla, le 10 octobre 1911  (...)
  • 42 Moscoso, Prudencio, Jacinto Pérez, “Pajarito”, el último líder chamula, Gobierno del Estado de Chia (...)

19En 1892 San Cristóbal perdit le statut de capitale du Chiapas, et certains voulurent profiter de l’éclatement de la Révolution mexicaine (1910) pour récupérer l’ancien siège du pouvoir. On s’appuya en 1911 sur Jacinto Pérez, Indien du village de Chamula surnommé Pajarito (petit oiseau), afin de mobiliser de nombreux Indiens contre la nouvelle capitale politique, Tuxtla Gutiérrez. Le 11 octobre le groupe de San Cristóbal fut vaincu avec ses alliés des villages indiens voisins, et le bataillon Los Hijos de Tuxtla (Les Fils de Tuxtla) décida de couper les oreilles de 19 prisonniers (fig. 5) comme un « châtiment durable et visible [afin de] leur infliger de la peur et éviter une probable guerre de castes »40. Témoin de l’époque, le libéral Luis Espinosa expliqua que l’idée de l’essorillement était venu des journaux du Mexique qui parlaient, ces jours-là, d’Italiens ayant « coupé les oreilles à des prisonniers turcs »41. Selon Moscoso, après un large débat les Indiens essorillés furent laissés en « liberté absolue »42.

Fig. 5. « Chamulas essorillés », Indiens du Chiapas punis après leur défaite en 1911.

Fig. 5. « Chamulas essorillés », Indiens du Chiapas punis après leur défaite en 1911.

Espinosa, op. cit., p. 152.

  • 43 Moscoso, Jacinto Pérez, op. cit., p. 100.
  • 44 García de León, Antonio Resistencia y utopía. Memorial de agravios y crónica de revueltas y profecí (...)
  • 45 Moscoso, Jacinto Pérez, op. cit., p. 102.
  • 46 García de León, op. cit., p. 32.

20Quant à Pajarito (fig. 6), il s’échappa un certain temps mais fut capturé en 1914, et envoyé en prison à San Cristóbal. Après de dures humiliations et des mauvais traitements durant plus de soixante-dix jours, Pajarito fut fusillé le 22 octobre 1914. Moscoso écrit que ce jour-là plusieurs prisonniers furent conduits de la prison (en centre-ville) au cimetière, en un « triste défilé » observé par un grand nombre de curieux massés sur les trottoirs43. Dans une version postérieure, García de León évoqua ce parcours comme la « Passion » du leader indigène suivie d’une « silencieuse foule d’Indiens », tandis que les gens des « hautes maisons tuilées » fermaient leurs fenêtres44. Moscoso décrivit qu’en arrivant au cimetière, les « spectateurs » — dont le fils du condamné — restèrent dehors mais ils purent assister à l’acte à peu de mètres de distance, à travers une simple clôture de séparation. Jacinto Pérez creusa sa propre tombe et, après avoir prié et affronté son sort (selon Moscoso « avec ce mélange de virilité et d’enfance observé chez les indigènes »), il mourut après deux coups de grâce venus s’ajouter aux tirs de fusil. Pour Moscoso, « la justice humaine avait été consumée [et] un petit soulèvement de terre indiquait le lieu où Jacinto avait été enterré45 ». García de León ajouta que son souvenir resta « profondément vivant […] dans la tradition orale des siens46 ».

Fig. 6. Jacinto Pérez Pajarito, « chef des Indiens rebelles » au Chiapas, 1911.

Fig. 6. Jacinto Pérez Pajarito, « chef des Indiens rebelles » au Chiapas, 1911.

Espinosa, op. cit., p. 57.

  • 47 Moscoso, Jacinto Pérez, op.cit., p. 100.
  • 48 Gobierno Constitucional del Estado de Chiapas, Informe que rinde al señor ministro de gobernación e (...)

21La mort du leader Chamula ne fut officialisée dans aucun registre de l’époque et seul Moscoso put la relier postérieurement au registre de décès d’un curieux qui voulut voir la fusillade et décéda poignardé47. En effet, le rapport du gouvernement du Chiapas pour la période 1914-1915 ne communiqua pas sur la mort de Pajarito, mais il mentionna un crime homicide au village de Copainalá qui causa l’« horreur et le dégoût de la société ». Le gouvernement déclara alors avoir donné l’ordre d’exécuter publiquement celui qui avait assassiné sa femme et son beau-père, en blessant gravement sa fille de deux ans, « pour satisfaire ainsi la vindicte du public », mais surtout afin d’amender la population et d’empêcher la répétition de tels faits48.

Conclusions

  • 49 En 1739, la Royale Académie Espagnole (désormais RAE) définit par « violence » : la « force ou l’én (...)

22Nourrie par la tradition médiévale et le sens du sacrifice préhispanique, la peine publique au Chiapas fut une partie stratégique de l’appareil politique de l’époque coloniale, et prit son essor pendant le XIXe siècle et le début du XXe siècle. Durant cette longue période, les notions de violence et d’injustice sociale répondirent à des connotations floues qui, pour la plupart, furent interprétées selon les intérêts des autorités en charge49. Le châtiment public servit à contenir l’irritation constante de la population — notamment chez les couches les plus appauvries et exploitées —, mais aussi à cacher les failles du système de gouvernance. Par conséquent, le préjudice infligé à titre individuel contre la collectivité dépendait de l’interprétation arbitraire des fonctionnaires, qui déterminèrent selon leurs intérêts les circonstances atténuantes ou aggravantes des crimes commis.

  • 50 Diccionario de la lengua castellana, en que se explica el verdadero sentido de las voces, su natura (...)
  • 51 Diccionario de la lengua castellana compuesto por la Real Academia Española, reducido a un tomo par (...)
  • 52 Diccionario de la lengua castellana por la Real Academia Española. Quinta edición. Madrid. Imprenta (...)
  • 53 Nuevo diccionario de la lengua castellana, que comprende la última edición íntegra, muy rectificada (...)
  • 54 Diccionario Nacional o Gran Diccionario Clásico de la Lengua Española (1846-47), Establecimiento de (...)

23Le cas du Chiapas montre un processus intermédiaire qui contraste avec l’ancienne pensée corporatiste, où la société rassemble un organisme ou une entité économico-politique dont les différents membres sont unifiés de manière fonctionnelle. En revanche, à la fin de l’époque coloniale on développa dans l’Amérique espagnole le concept de cabecilla (petite tête) pour désigner un élément dangereux méritant d’être « coupé » ou « extirpé » au plus vite. En 1729, la Royale Académie Espagnole définissait encore le mot « par translation [comme] l’homme ayant une faible capacité de jugement ou beaucoup de légèreté […] et qui est imprudent avec ses affaires et ses résolutions50 ». En 1786 il décrit « une personne sans cerveau, siège ni jugement », d’après des expressions française (« petite tête ») et italienne (« capo piccolo »)51. Or, dès 1817, cabecilla désignait en général un homme de mauvais comportement qui, dans le cas spécifique des colonies espagnoles américaines, correspondait plutôt au « chef de rebelles. Rebellatium dux apud indos52 ». Le Dictionnaire de 1846 suggère d’effacer cette dernière expression latine (« bórrese lo que sigue53 »), mais après 1853 le mot cabecilla sert à désigner le chef d’une bande d’insurgés ou de malfaiteurs54.

  • 55 Moscoso, Pajarito, op. cit., p. 82.

24Les exemples donnés ici sur le Chiapas indiquent que la portée du concept de « délit » transita de la morale religieuse du XVIe siècle, aux idéaux d’ordre civilisationnel du XIXe siècle. Pourtant, les changements idéologiques ne détournèrent pas la disqualification des Indiens qui furent constamment réprimandés, que ce soit en tant qu’« idolâtres », « sauvages » ou « barbares ». Les propos de Moscoso sur Pajarito et les autres inculpés de 1911, expliquent que, « étant tous semi-sauvages, [ils] méritaient un châtiment en harmonie avec leurs sentiments rudimentaires55 ». Bien que les considérations à l’encontre de cette vision essentialiste se transforment, il reste encore du chemin à faire.

25Bermúdez Hernández, Luz del Rocío, “Interpretaciones ante una tragedia: santos, demonios y la desaparición de pueblos de indios en Chiapas, siglos XVII-XVIII”, Anales de la Academia de Geografía e Historia de Guatemala, tomo LXXXVII, 2012.

26Calvo, Thomas, “Una adolescencia americana. Las ciudades del Nuevo Mundo hispánico hasta 1600”, Historias 71, 2008 (septiembre-diciembre), INAH, México.

27Carreón Blaine, Emilie, “Tzompantli, horca y picota. Sacrificio o pena capital”, Anales IIE, vol. XXVIII, núm. 88 (printemps), UNAM, México, 2006.

28Casas, Cristóbal de Las, Vocabulario de las dos lenguas toscana y castellana, en Casa de Francisco de Aguilar y Alonso Escribano, Sevilla, 1570.

29De Vos, Jan, Vivir en Frontera. La experiencia de los Indios de Chiapas, CIESAS, México, 1994. 

30De Vos, Jan y Claudia M. Báez Juárez, Documentos relativos a la historia colonial de Chiapas en el Archivo General de Indias: documentos microfilmados en el Centro de Estudios Mayas, UNAM, IIF, Centro de Estudios Mayas, México, 2005.

31Espinosa, Luis, Rastros de sangre. Historia de la Revolución en Chiapas. Imprenta de Manuel León Sánchez, México, 1912.

32Estadísticas Sociales de Porfiriato, 1877-1910, Secretaría de Economía, Dirección General de Estadística, México, 1956.

33García de León, Antonio Resistencia y utopía. Memorial de agravios y crónica de revueltas y profecías acaecidas en la provincia de Chiapas durante los últimos quinientos años de su historia. tome 2, Ediciones Era, México, 1985.

34Inomata, Takesihi et Daniela Triadan, “El espectáculo de la muerte en las Tierras Bajas mayas”, dans Ciudad Ruiz, Andrés, Mario Humberto Ruz y María Josefa Iglesias Ponce de León (eds.), Antropología de la eternidad: la muerte en la cultura maya, Sociedad Española de Estudios Mayas, UNAM, México, 2005.

35Johnston Aguilar, René, “La pena de muerte en la época colonial”, ms. (2006).

36MacLeod, Murdo, “Motines y cambios en las formas de control económico y político: Los acontecimientos de Tuxtla, 1693”, dans Ruz, Mario Humberto y Juan Pedro Viqueira (eds.), Chiapas. Los rumbos de otra historia, (eds.), Chiapas: Los rumbos de otra historia, UNAM, CIESAS, CEMCA, Universidad de Guadalajara, México, 1985.

37Mazín Gómez, Oscar, Gestores de la real justicia: procuradores y agentes de las catedrales hispanas nuevas en la Corte de Madrid, El Colegio de México, Centro de Estudios Históricos, México, 2007.

38Moscoso, Prudencio, Franz Blom en San Cristóbal de Las Casas, San Cristóbal de Las Casas, Chiapas, 1980.

39--- Jacinto Pérez, “Pajarito”, el último líder chamula, Gobierno del Estado de Chiapas, 1972.

40Ortíz Herrera, Rocío “Indios principales, ayuntamientos indios y representantes de la Iglesia Católica en las tierras altas de Chiapas, 1824-1869”, dans Olivera Bustamante, Mercedes et María Dolores Palomo (coords.), Chiapas: de la Independencia a la Revolución, CIESAS, 2005.

41Remesal, fray Antonio de, [1619] Historia General de las Indias Occidentales y particular de la Gobernación de Chiapas y Guatemala, Estudio preliminar del p. Carmelo Sáenz de Santa María, S.J., Porrúa, México, 1988, tome 2.

42Ruz, Mario Humberto, Chiapas colonial: Dos esbozos documentales, UNAM, IIF, México, 1989.

43--- “Memorias del Río Grande”, dans Ruz et Viqueira (eds.), Chiapas, op. cit., p. 47.

44Saavedra Fajardo, Diego, Idea de un príncipe político christiano, representada en cien empresas, dedicada al príncipe de las Españas nuestro Señor, en Casa e Jerónimo y Juan Bapt. Verdussen, Amberes, 1655.

45Viqueira, Juan Pedro, “Éxitos y fracasos de la evangelización en Chiapas”, dans Nelly Sigaut (ed.), La Iglesia católica en México, El Colegio de Michoacán, Zamora, 1997.

46Ximénez, frère Francisco, [1929] Historia de la Provincia de San Vicente de Chiapa y Guatemala de la Orden de Predicadores, CONECULTA, Gob. de Chiapas, Tuxtla Gutiérrez, 1999, tome 4.

Haut de page

Notes

1 Traduction : « Que le Prince ne laisse pas impunis les délits de quelques-uns contre la République, et qu’il pardonne à la foule » (sauf mention contraire, toutes les traductions sont celles de l’auteure). On disait également « Perdone el Príncipe los delitos pequeños y castigue los grandes » (Que le Prince pardonne les petits délits et qu’il punisse les grands). Apud Saavedra Fajardo, Diego, Idea de un príncipe político christiano, representada en cien empresas, dedicada al príncipe de las Españas nuestro Señor, en Casa e Jerónimo y Juan Bapt. Verdussen, Amberes, 1655, p. 158 et 159.

2 Inomata, Takesihi et Daniela Triadan, « El espectáculo de la muerte en las Tierras Bajas mayas », en Ciudad Ruiz, Andrés, Mario Humberto Ruz y María Josefa Iglesias Ponce de León (eds.), Antropología de la eternidad : la muerte en la cultura maya, Sociedad Española de Estudios Mayas, México, UNAM, 2005, p. 204.

3 Casas, Cristóbal de Las, Vocabulario de las dos lenguas toscana y castellana, Séville, Casa de Francisco de Aguilar y Alonso Escribano, 1570, p. 56.2.

4 Carreón Blaine, Emilie, « Tzompantli, horca y picota. Sacrificio o pena capital », Anales IIE, vol. XXVIII, n° 88 (printemps), México, UNAM, 2006, p. 5-52 ; Johnston Aguilar, René, « La pena de muerte en la época colonial », ms. (2006).

5 Remesal, fray Antonio de, [1619] Historia General de las Indias Occidentales y particular de la Gobernación de Chiapas y Guatemala, Estudio preliminar del p. Carmelo Sáenz de Santa María, S.J., México, Porrúa, 1988, tome 2, p. 208. Le chroniqueur reconnut également que « parfois furent retrouvés des particuliers qui gardaient une idole car ils en avaient besoin » (traduction).

6 Inomata et Triadan, op. cit., p. 203.

7 Mazín Gómez, Oscar, Gestores de la real justicia : procuradores y agentes de las catedrales hispanas nuevas en la Corte de Madrid, México, El Colegio de México, Centro de Estudios Históricos, 2007.

8 Cette importante organisation, créée en 1478 pour surveiller l’ordre public espagnol, installa ses tribunaux d’outre-mer à Lima et à Mexico dès 1569. Les impressionnants actes de foi réalisés par le Saint Office disaient s’effectuer « pour la peine de quelques-uns et l’exemple de tous ».

9 Bermúdez Hernández, Luz del Rocío, « Interpretaciones ante una tragedia : santos, demonios y la desaparición de pueblos de indios en Chiapas, siglos XVII-XVIII », Anales de la Academia de Geografía e Historia de Guatemala, tomo LXXXVII, 2012, p. 45-68.

10 Espagnol du début de l’époque coloniale, ayant droit au tribut et au travail d’un groupe d’Indiens.

11 Terme employé par les conquistadors pour désigner les autorités politiques indigènes qui leur étaient favorables.

12 De Vos, Jan, Vivir en Frontera. La experiencia de los Indios de Chiapas, México, CIESAS, 1994, p. 90 ; Ruz, Mario Humberto, « Memorias del Río Grande », Ruz, Mario Humberto y Juan Pedro Viqueira (eds.), Chiapas. Los rumbos de otra historia, (eds.), Chiapas : Los rumbos de otra historia, México, UNAM, CIESAS, CEMCA, Universidad de Guadalajara, 1985, p. 47.

13 Colonne où étaient exposés les prisonniers et les têtes ou les corps des personnes exécutées.

14 Ver Calvo, Thomas, « Una adolescencia americana. Las ciudades del Nuevo Mundo hispánico hasta 1600 », Historias 71, 2008 (septiembre-diciembre), México, INAH, p. 101-131. La ceiba disparut en plusieurs endroits du Chiapas pendant les XVIIIe et XIXe siècles, pour éliminer la sacralisation dont elle faisait encore l’objet chez les Indiens. Selon Ximénez (Ximénez, frère Francisco, [1929] Historia de la Provincia de San Vicente de Chiapa y Guatemala de la Orden de Predicadores, CONECULTA, Gob. de Chiapas, Tuxtla Gutiérrez, 1999, tome 4, p. 298), vers 1708 l’alcalde mayor (voir supra note 16), Manuel de Bustamante ordonna de couper les ceibas des villages, « pour que les Indiens les remboursent en argent ». Navarrete (Navarrete, Carlos, « La Relación de Ocozocuautla, Chiapas », Revista Tlalocan, vol. V, n° 4, México, Sección de Antropología, UNAM, 1968, p. 370) trouva qu’en 1722 le prêtre d’Ocozocuautla a fui devant une tentative d’émeute, après qu’il eut voulu couper une ceiba dans sa maison. Gorza (Gorza, Piero, Habitar el tiempo Tiempo en San Andrés Larráinzar. Pasajes indígenas de los Altos de Chiapas, México, UNAM, El Colegio de Michoacán, 2006, p. 35) indique également un récit à Simojovel, sur une ceiba qui fut coupée « par les métis » en 1870. Cependant, au milieu du XIXe siècle, Bourbourg (Bourbourg, l’abbé Brasseur de, Popol Vuh. Le livre sacré et les mythes de l’Antiquité américaine, Paris, Arthus Bertrand, Éditeur, 1861, p. LXXII, note 3) indiqua que la ceiba existait encore dans plusieurs villages « au milieu de la place, devant l’église ou le conseil ». Ce type d’arbre reste comme un élément central dans quelques localités du Chiapas, telles que Chiapa de Corzo, Ixtapa, Tuxtla et Venustiano Carranza.

15 Carreon Blaine, op. cit., p. 42.

16 Représentant du roi, doté de certains pouvoirs judiciaires (première instance) et exécutifs sur un territoire donné.

17 Ruz, Mario Humberto, Chiapas colonial : Dos esbozos documentales, México, UNAM, IIF, 1989, p. 121. Voir également MacLeod, Murdo, « Motines y cambios en las formas de control económico y político : Los acontecimientos de Tuxtla, 1693 », apud Ruz et Viqueira, Chiapas, op. cit., p. 87-102.

18 MacLeod, op. cit., p. 95.

19 Viqueira, Juan Pedro, « Éxitos y fracasos de la evangelización en Chiapas », apud Nelly Sigaut (ed.), La Iglesia católica en México, Zamora, El Colegio de Michoacán, 1997, p. 85.

20 Territoire établi dans l’époque coloniale sous la juridiction d’un alcalde mayor.

21 Archivo Histórico Diocesano (désormais AHD), SC, Defunciones, IV, D.2.d 1667-1708, 13 août 1676 ; AHD, SC, Defunciones, IV, D.2.d. 1708-1720, 5 mars 1713.

22 Ximénez, op. cit., t. 4, p. 278-280.

23 Johnston Aguilar, op. cit., p. 4 ; Ximénez, op. cit., t. 4, p. 278. Le dominicain indique qu’après leur mort, ces condamnés restèrent « plus noirs que les Éthiopiens les plus brunis, de sorte que leurs têtes ne semblent pas des têtes d’Indiens, mais de Noirs très noirs et les têtes et les autres parties des corps restent ainsi sans être putréfiées, mais elles sèchent lentement… »

24 Ximénez, op. cit., t. 4, p. 278. Pour cette raison, Ximénez demanda pour ce condamné le pardon de Dieu après son jugement.

25 Apud frère Gabriel Artiga, in Ximénez, op. cit.

26 Vers 1880, le curé de Chamula déclarait que « parmi les [Indiens] chamulas [du village Chamula, proche de Ciudad Real], il y a une complète organisation aristocratique. Un grand groupement des anciens et des hommes âgés qui ont joué avec succès dans des postes civils et religieux PHRASE TRES CONFUSE. Les principales [Indiens détenant l’autorité par leur origine noble, leur richesse ou leur prestige] ont entre leurs mains la direction du peuple, et forment un sénat nombreux et patriotique… Le peuple les vénère et leur obéit… Quand une autorité n’accomplit pas sa mission, ils le punissent éventuellement de mort… ». Apud Rocío Ortíz Herrera, « Indios principales, ayuntamientos indios y representantes de la Iglesia Católica en las tierras altas de Chiapas, 1824-1869 », in Ruz et Viqueira, Chiapas, op. cit., p. 162.

27 De Vos, Jan y Claudia M. Báez Juárez, Documentos relativos a la historia colonial de Chiapas en el Archivo General de Indias : documentos microfilmados en el Centro de Estudios Mayas, México, UNAM, IIF, Centro de Estudios Mayas, 2005, p. 189.

28 De Vos y Báez, op. cit., p. 189. Voir également Moscoso (Moscoso, Prudencio, Franz Blom en San Cristóbal de Las Casas, San Cristóbal de Las Casas, Chiapas, 1980, p. 20), en parlant de « l’homme courageux Cancuc [Juan García] qui lutta jusqu’au dernier instant et dont le corps fut démembré pour être exhibé sur les différents chemins proches du lieu ».

29 AHD, SC, Defunciones, IV, D.2.d., 1720-1749 : « Sebastián Gómez, indien marié emprisonné et condamné à mort, était du village d’Aguacatenango » (15 septembre 1720)

30 Biblioteca Manuel Orozco y Berra (désormais BMOB), Fondo Chiapas, tome II, 1809, 6 p.

31 Titre désignant, à l’époque coloniale, l’habitant d’une ville auquel étaient attachés certains droits et certaines obligations. En général on désignait ainsi les chefs de famille propriétaires d’au moins une maison, s’agissant notamment d’hommes d’origine espagnole.

32 AHD, SC, Defunciones, IV, D.2.d., 1832-1836, 5 décembre 1833. Il convient d’indiquer que, tandis qu’à cette année-là de nombreuses victimes du choléra étaient déjà enterrées dans les « simetières » ou dans le camposanto de la cathédrale, le militaire Cuevas fut enterré dans l’église de Santo Domingo, et Lara et Madrigal furent inhumés dans l’église de San Francisco.

33 BMOB, Chiapas, V, doc. 97. 14 juin 1846. San Cristóbal.

34 AHD, SC, Defunciones, IV, D.2.d., 1850-1866. 21 décembre 1861 pour les deux premières, et 13 janvier 1862 pour le troisième.

35 AHD, SC, Defunciones, IV, D.2.d., 1850-1866. 14 janvier 1864 : l’acte dit textuellement « le cadavre ne fut pas enterré ». 25 avril 1864 : Il lui fut accordé le sacrement de la pénitence. AHD, SC, Defunciones, IV, D.2.d., 1858-1866. 17 avril 1865 (Manuel González) et 31 juillet 1865 (Ildefonso Pérez).

36 AHD, SC, Defunciones, IV, D.2.d., 1858-1866. 26 juin 1869 (actes 281 et 282). Voir aussi Archivo del Registro Civil (ARC), Libro tercero de actas de fallecimiento, año 1869, foja 55, où sont mentionnés également cinq Indiens comme « cabecillas » (voir les Conclusions) : Ygnacio Collaso Pachin, Salbador Gómez Tuxni, Santos Jiménez Jochitán, Diego Peres Paciencia y Mateo Gómez (f. 62v).

37 Inomata et Triadan, op. cit., p. 196-198. Les condamnés furent attachés avec les bras en haut, ce qui rappelle la crucifixion romaine, certaines formes médiévales ou un sacrifice préhispanique, décrits par Sahagún au XVIe siècle, où la victime était criblée de flèches, au milieu du centre cérémonial.

38 Terme très large et très varié à la fin du XVIIIe siècle. Voir, pour le cas de Londres, Cassagnes-Brouquet, Sophie, « Architectures et symboliques du châtiment dans l’Europe du Nord-Ouest à la fin du Moyen Âge », dans Temporalités n° 4, Espaces et pouvoirs. Édifices et cortèges de l’Antiquité à nous jours, Limoges, Presses Universitaires, 2008, p. 206.

39 Estadísticas Sociales de Porfiriato, 1877-1910, Secretaría de Economía, Dirección General de Estadística, México, 1956, p. 36 (tableau 39).

40 Espinosa, Luis, Rastros de sangre. Historia de la Revolución en Chiapas. México, Imprenta de Manuel León Sánchez, 1912, p. 97 et 152-153.

41 Espinosa, op. cit., p. 152. Cet auteur décrivit ce qui s’est passé à Chiapilla, le 10 octobre 1911 : « le jour après le combat […] on procéda à l’incinération des cadavres. Le spectacle de ces dépouilles humaines déjà brulées était révoltant : nonobstant que le feu arriva à calciner les ossements, quelques corps gardèrent leur figures intactes, en simulant de momies endeuillées ».

42 Moscoso, Prudencio, Jacinto Pérez, “Pajarito”, el último líder chamula, Gobierno del Estado de Chiapas, 1972, p. 82.

43 Moscoso, Jacinto Pérez, op. cit., p. 100.

44 García de León, Antonio Resistencia y utopía. Memorial de agravios y crónica de revueltas y profecías acaecidas en la provincia de Chiapas durante los últimos quinientos años de su historia. tome 2, México, Ediciones Era, 1985, p. 32.

45 Moscoso, Jacinto Pérez, op. cit., p. 102.

46 García de León, op. cit., p. 32.

47 Moscoso, Jacinto Pérez, op.cit., p. 100.

48 Gobierno Constitucional del Estado de Chiapas, Informe que rinde al señor ministro de gobernación el gobernador provisional del Estado de Chiapas, General Blas Corral, correspondiente a los años de 1914 y 1915, Tuxtla Gutiérrez, 27 janvier 1916, p. 53 [54].

49 En 1739, la Royale Académie Espagnole (désormais RAE) définit par « violence » : la « force ou l’énergie dans les actions ». De ce fait, « violer » signifiait avant tout la profanation d’« une chose », en particulier l’Église ou tout autre lieu ou objet sacré. Diccionario de la lengua castellana, en que se explica el verdadero sentido de las voces, su naturaleza y calidad, con las phrases o modos de hablar, los proverbios o refranes, y otras cosas convenientes al uso de la lengua […]. Compuesto por la Real Academia Española, Tomo sexto, 1739, p. 491.2.

50 Diccionario de la lengua castellana, en que se explica el verdadero sentido de las voces, su naturaleza y calidad, con las phrases o modos de hablar, los proverbios o refranes, y otras cosas convenientes al uso de la lengua [...]. Compuesto por la Real Academia Española. Tomo segundo. Que contiene la letra C. Madrid. Imprenta de Francisco del Hierro, 1729, p. 14.2.

51 Diccionario de la lengua castellana compuesto por la Real Academia Española, reducido a un tomo para su más fácil uso, Madrid, 1786, p. 294.1.

52 Diccionario de la lengua castellana por la Real Academia Española. Quinta edición. Madrid. Imprenta Real, 1817, p. 152.1.

53 Nuevo diccionario de la lengua castellana, que comprende la última edición íntegra, muy rectificada y mejorada del publicado por la Academia Española, y una veinte y seis mil voces, acepciones, frases y locuciones, entre ellas muchas americana […],Paris, Vicente Salvá, éditeur, 1846, 181,1.

54 Diccionario Nacional o Gran Diccionario Clásico de la Lengua Española (1846-47), Establecimiento de Mellado, Madrid-París, 1853, 5ª edición, p. 294.2.

55 Moscoso, Pajarito, op. cit., p. 82.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte du Chiapas, signalant Ciudad Real (son ancienne capitale) et les villages indiens ci-après mentionnés
Légende Digitalisation de la carte : l’auteure (2014).
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2407/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 2. Scènes de torture aux sites de Bonampak et Toniná, au Chiapas (VIe – VIIIe siècles AEC)
Légende Chambre 2 (orientation Nord) à Bonampak, représentant des captifs punis, avec les mains blessées, après un combat réalisé en 792 AEC.
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2407/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Sculptures de prisonniers de guerre (découvertes en 2011) à Toniná, datant d’env. 695 AEC.
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2407/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Mural des Quatre Ères, à Toniná (datant d’env. 500 AEC), représentant la fin – par décapitation ? – du quatrième soleil cosmogonique, selon l’influence de la civilisation toltèque.
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2407/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 3. Exécution de « cabecillas » de la Guerre de Castes du Chiapas, 26 juin 1869.
Légende Lithographie en couleur de José Pedro Martínez (1872). Collection de la famille Moscoso Pohlenz, reproduite de l’Archivo Histórico de la ciudad de San Cristóbal.
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2407/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 4. Exécution de Maximilien de Habsbourg le 19 juin 1867, à Querétaro (au Mexique)
Légende Huile sur toile d’Édouard Manet, 1868. The Kunsthalle Mannheim Muséum, Allemagne.
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2407/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 5. « Chamulas essorillés », Indiens du Chiapas punis après leur défaite en 1911.
Légende Espinosa, op. cit., p. 152.
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2407/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 6. Jacinto Pérez Pajarito, « chef des Indiens rebelles » au Chiapas, 1911.
Légende Espinosa, op. cit., p. 57.
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/2407/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luz del Rocío BERMÚDEZ H., « Ajusticiamiento : châtiment corporel et « guérison » du corps social au Chiapas (Mexique), XVIe-XXe siècles », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/2407 ; DOI : 10.4000/mimmoc.2407

Haut de page

Auteur

Luz del Rocío BERMÚDEZ H.

CEHTA-CRAL, EHESS

Historienne, doctorante à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris (EHESS), au sein du Centre d’histoire et théorie des arts (CEHTA). Elle a commencé ses études à l’Université autonome du Chiapas (UNACH), au Mexique, où elle enseigne en alternance depuis 2002.
Elle s’intéresse aux processus sociaux, artistiques et urbains du XIXe siècle, ses recherches portent sur les contradictions et les convergences de cette période (dite « de modernisation nationale » au Mexique), en comparaison avec l’époque coloniale précédente. Ses publications abordent spécialement la sécularisation de la Mort et les pratiques funéraires, ainsi que les enjeux identité - altérité qui dominent les relations sociales du Sud-est mexicain.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page