Navigation – Plan du site
Civilisation

Le difficile essor de l’ibérisme entre monarchisme unitaire et fédéralisme républicain

Marie-Catherine Talvikki Chanfreau

Entrées d’index

Mots-clés :

ibérisme

Aires géographiques :

monde ibérique

Périodes :

XIXe siècle

Thèmes :

panibérisme
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Avant d’aborder ce thème des territoires, identités, diasporas, ancrages espagnol et portugais dans les trois premiers quarts du XIXème siècle, il convient de souligner combien la franc-maçonnerie influença l’écrasante majorité des progressistes ibéristes, à la lumière des buts que se proposait l’Ordre depuis ses débuts :

  • 1 André-Michel de Ramsay [Chevalier (Ayr 1686-Saint-Germain-en-Laye 7 mai 1743)], « Discours prononcé (...)

Lycurgue, Solon, Numa et tous les autres législateurs politiques n’ont pu rendre leurs républiques durables : quelque sages qu’aient été leurs lois, elles n’ont pu s’étendre dans tous les pays et dans tous les siècles. Comme elles étaient fondées sur les victoires et les conquêtes, sur la violence militaire et l’élévation d’un peuple au-dessus d’un autre, elles n’ont pu devenir universelles ni convenir au goût, au génie et aux intérêts de toutes les nations. La philanthropie n’était pas leur base ; le faux amour d’une parcelle d’hommes qui habitent un petit canton de l’univers et qu’on nomme la patrie, détruisait dans toutes ces républiques guerrières l’amour de l’humanité en général. Les hommes ne sont pas distingués essentiellement par la différence des langues qu’ils parlent, des habits qu’ils portent, ni des coins de cette fourmilière qu’ils occupent. Le monde entier n’est qu’une grande république, dont chaque nation est une famille, et chaque particulier un enfant. […] Nous voulons réunir tous les hommes […] où l’intérêt de la confrérie est celui du genre humain entier, où toutes les nations peuvent puiser des connaissances solides, et où les sujets de tous les différents royaumes peuvent conspirer sans jalousie, vivre sans discorde, et se chérir mutuellement1.

  • 2 François Collaveri, Napoléon franc-maçon ?, Paris, Tallandier, 2003, 300 p.

2Le doute persiste quant à l’appartenance de Napoléon Bonaparte (Ajaccio 15 août 1769-Sainte-Hélène 5 mai 1821) à la grande Fraternité2, car en tant que Président de la République italienne de 1802 à 1805, Médiateur de la Confédération Helvétique de 1803 à 1813, Roi d’Italie du 17 mars 1805 au 11 avril 1814, Protecteur de la Confédération du Rhin de 1806 à 1813, il ne gomma la plus grande partie des frontières de l’Europe continentale que par ses conquêtes, et ce fut davantage sa stratégie anti-britannique qu’un idéal philanthropique qui encouragea l’annexionisme hispanique d’Ancien Régime aux dépens du voisin lusitanien. Ainsi, la Paix de Badajoz du 6 juin 1801 conclut la Guerre des Oranges par la cession de la ville d’Olivença à l’Espagne. Puis, décrété à Berlin le 21 novembre 1806, le blocus continental aboutit, le 27 octobre 1807, au Traité de Fontainebleau. Dix jours avant sa signature, Napoléon Ier avait déjà lancé ses armées contre la nation portugaise. Néanmoins, cet accord secret avec Madrid prévoyait la division du Portugal en trois zones. La première devait revenir au Premier Ministre et favori du couple royal espagnol, Manuel de Godoy y Álvarez de Faria Ríos Sánchez Zarzosa, Duc d’Alcudia et de Succa, Prince de la Paix et de Basano (Castuera 12 mai 1767-Paris 4 octobre 1851) ; et la deuxième, au Bourbon-Parme d’Espagne, Louis II d’Étrurie (Madrid 22 décembre 1799-Nice 16 avril 1884), en compensation de la transformation de son royaume toscan en trois départements français.

3À l’opposé de ces perspectives agressives de conquête ou de démembrement, l’idée d’unir solidairement toutes les possessions ibériques fut défendue, à partir du 29 novembre, par la famille royale lusitanienne. Elle fuyait alors pour le Brésil, face aux troupes du général Jean-Andoche Junot, duc d’Abrantès, dit la Tempête (Bussy-le-Grand 23 octobre 1771- Montbard 29 juillet 1813). Il devint Gouverneur du Portugal début décembre, et l’Empereur des Français accapara la Couronne de Ferdinand VII le Désiré (13 octobre 1784-29 septembre 1833), le 5 mai 1808. En conséquence, la sœur du Bourbon détrôné, Charlotte Joachime Thérèse d’Espagne (25 avril 1775–7 janvier 1830), épouse du Prince Régent qui accéda en 1816 à la tête du Royaume-Uni du Portugal, du Brésil et des Algarves, se proposa comme Régente, gouvernant toute l’Amérique luso-hispanique depuis Rio de Janeiro, où elle résidait depuis le 7 mars.

  • 3 Joaquim Pedro de Oliveira Martins, História de Portugal [1879], Lisboa, Guimarães, 1951, 1972 ; Imp (...)

4Toutefois, cet ambitieux projet finit par échouer au fur et à mesure que les contrées hispano-américaines déclarèrent quasiment toutes leur indépendance suite à l’affaiblissement de la Métropole, déchirée par les conflits civils du Triennat Libéral. En tant que franc-maçon, le lieutenant-colonel Rafael del Riego y Núñez (Santa María de Tuñas 9 avril 1784-Madrid 7 novembre 1823) s’était prononcé contre l’absolutisme le 1er janvier 1820 à Las Cabezas de San Juan. Comme par symétrie géographico-idéologique, cette révolution libérale trouva son écho dans le « Vingtisme3 » , sur les berges occidentales du Guadiana. À l’embouchure du Douro, le pronunciamiento militaire du 24 août 1820 institua une Junte Provisoire du Gouvernement Suprême du Royaume présidée par le brigadier António da Silveira Pinto da Fonseca Coelho, Vicomte de Canelas (1 mai 1770-Canelas 18 octobre 1858). Il fut suivi par celui du 15 septembre, à l’embouchure du Tage. Les insurgés de Porto et ceux de Lisbonne se réunirent à Alcobaça, le 27 septembre, sous la houlette du Doyen de l’Église de Lisbonne. Ils s’organisèrent le 4 octobre, dans la capitale, avec une autre Junte, la Provisionnelle Préparatoire du Parlement, présidée par le franc-maçon Sebastião José de Melo e Castro Lusignan, Comte de Sampaio (Lisbonne 13 février 1764-2 février 1826). Ensemble, ils réclamèrent le retour de leur souverain vers la péninsule. Dans la logique de ce parallélisme révolutionnaire, la Constitution de Cadix, rétablie depuis le 10 mars 1820 en Espagne, inspira, en attendant la proclamation de la Constitution politique le 23 septembre 1822, le projet constitutionnel du 21 octobre 1820 et le texte provisoire des Bases de la Monarchie portugaise le 10 mars 1821. Cette année-là, la Cour rentra enfin à Lisbonne le 4 juillet, mais sans l’héritier.

  • 4 A. H. de Oliveira Marques, Ensaios de Maçonaria, Lisboa, Quetzal, 1988, 122 p., 21 cm, p. 50.
  • 5 Héctor Pérez Martínez [Campeche 21 mars 1906- Veracruz 12 février 1948], Cuauhtémoc, México, Populi (...)

5Suite à la révolte libérale qui éclata à Rio de Janeiro le 25 février 1821, Jean VI Marie le Clément (13 mai 1767-10 mars 1826) n’avait point réussi à envoyer son fils aîné à sa place et lui avait confié la charge d’administrer l’ancienne Vice-Royauté. Comme cette dernière avait été élevée, depuis le 16 décembre 1815, au rang de royaume uni à celui du Portugal, la puissante élite qui en exploitait les richesses n’apprécia point de perdre les privilèges d’ouverture commerciale dont elle avait joui pendant les treize ans de présence royale. Le Duc de Bragance et Bourbon (Queluz 12 octobre 1798-24 septembre 1834) ne s’opposa guère au refus de huit mille créoles contre le retour au monopole colonial. Le 9 janvier 1822, il désobéit donc à l’ordre paternel et parlementaire de rapatriement. Le 2 août, il se fit initier à Rio de Janeiro à la Loge Commerce et Arts du Grand Orient Lusitanien, en devint Maître le 5 avant d’être promu Grand-maître de la Maçonnerie brésilienne deux mois après. Il y adopta le nom symbolique du stoïque Guatimozin4, déformation par les chroniqueurs du nahuatl Cuauhtemoctzin5 (1495- Xicalango 28 février 1525) signifiant la noblesse à la fois de l’aigle qui se pose et du coucher de soleil, dernier tlatoani ou empereur aztèque de Tenochtitlan, dont les Espagnols brûlèrent les pieds avant de le pendre. Le 7 septembre, à São Paulo, sur les rives de l’Ipiranga, ce Prince du Brésil proclama la sécession de ce qui devint son Empire le 12 octobre. Non seulement il ceignit la couronne, le 1er décembre, sous le nom de Pierre Ier le Libérateur, mais édicta, le 25 mars 1824, une prétendue Constitution qui lui garantissait les pleins pouvoirs. Sa violente répression antilibérale, la perte de l’Uruguay, sa piètre gestion financière et les désordres de sa vie privée le rendirent impopulaire. Cependant, son titre d’Empereur lui fut finalement reconnu par son père en 1825. Jean VI ayant misé en vain sur l’échec filial pour récupérer la colonie, des projets d’union hispano-lusitanienne commencèrent cette fois à éclore à l’embouchure du Tage, favorisés par des relations culturelles.

6Il s’agira par conséquent dans cet article de tenter d’analyser les principaux plans de réunification péninsulaire qui virent le jour au cours des six étapes de la genèse de l’ibérisme, afin d’essayer d’en comprendre l’évolution, de l’agonie de l’Absolutisme jusqu’à celle de la Première République Espagnole. Des tutelles rivales, britannique sur le Portugal et française sur l’Espagne, expliqueraient-elles que deux pays si proches géographiquement, culturellement et historiquement persistèrent à s’ignorer ?

I. Gestation chaotique de l’ibérisme depuis l’octroi en juillet 1826 de la Charte Constitutionnelle de la Monarchie portugaise jusqu’à la division provinciale de l’Espagne en novembre 1833

7Fuyant la répression absolutiste, une partie de l’intelligentsia hispanique s’était réfugiée à Lisbonne, comme, par exemple, le poète romantique José de Espronceda y Delgado (Pajares de la Vega 25 mars 1808-Madrid 23 mai 1842) qui y séjourna de 1826 à 1827. Avant son abdication, le 2 mai 1826, après six jours de règne, en faveur de sa fille de sept ans, Marie II de Bragance l’Éducatrice (Rio de Janeiro 4 avril 1819-Lisbonne 15 novembre 1853), les exilés espagnols avaient espéré que Pierre IV du Portugal cimenterait l’Union Péninsulaire.

8Or, les contacts entre libéraux hispano-lusitaniens se muèrent en solidarité absolutiste lorsqu’en raison du décès sans descendance mâle de son royal frère aîné qui avait abrogé en Espagne la Loi Salique, Charles Marie Isidore Benoît de Bourbon, comte de Molina (Madrid 29 mars 1788-Trieste 10 mars 1855) déclencha une guerre intestine à l’automne 1833. Son appel aux autorités et à l’armée, en vue de défendre l’Ancien Régime, n’étant guère suivi, il s’exila, avec son Ministre Universel, l’évêque de León, Joaquín Abarca y Blanque (Huesca 22 mai 1778-Turin 21 juin 1844) au Portugal, gouverné par son neveu et doublement beau-frère. En effet, bientôt veuf de Marie-Françoise d’Assise (22 avril 1800-4 septembre 1834), il se remariera avec Marie-Thérèse (Queluz 29 avril 1793-17 janvier 1874), toutes deux sœurs du légitimiste Michel Ier Marie de Bragance (16 octobre 1802-15 novembre 1866). Le règne contesté de ce Monarque, usurpateur selon les conservateurs modérés, coïncida, du 30 juin 1828 au 26 mai 1834, avec la Guerre Civile portugaise.

9Avant de tenter de faire nommer Pierre IV du Portugal Régent d’Espagne à l’automne 1833, Juan de Dios Álvarez Méndez, alias Mendizábal depuis fin février 1812 (Cadix 25 février 1790-Madrid 3 novembre 1853), franc-maçon du Sublime Atelier de Cadix, organisa, comme il avait financé la sédition de Riego une décennie plus tôt, les anti-miguélistes. Lorsque l’Angleterre intervint à son tour contre les miguélistes à partir de 1832, des rêves d’une Ibérie, soit monarchique, soit républicaine fleurirent à Porto.

II. Naissance mouvementée de l’ibérisme depuis la défaite miguéliste en 1834 jusqu’à la Constitution modérée espagnole de 1845

  • 6 Marie-Catherine Talvikki Chanfreau, « Autocritique épistolaire et journalistique de l'Espagne des L (...)

10Seul Michel Ier reconnut l’autoproclamation de son oncle maternel en tant que Charles « V » de Bourbon. Il le paya cependant par la rupture des relations diplomatiques avec la Régente d’Espagne, Marie-Christine de Bourbon des Deux Siciles (Palerme 1806-Le Havre 1878). Ce fut dans ce contexte d’isolement du prétendant carliste et de son Conseiller qu’un journaliste espagnol6, aux grands-parents paternels portugais, railla leur face à face stérile :

  • 7 « hace antesala en Portugal, […] Portugal y nosotros dos. […] ¿Y dirán que no hace nada en Portugal (...)

Il fait antichambre au Portugal, [… ] Le Portugal et nous deux. [… ] Et l’on dira que S. M. (dont Dieu nous garde) ne fait rien au Portugal ? [… ] Ultérieurement il a encore fait davantage : il a fait un voyage à Lamego et une fugue à Viseu7..

11Un an plus tard, son séjour à Lisbonne lui inspira ces lignes :

  • 8 « caído el déspota portugués, lanzado su compañero de esperanzas de la península, proclamado el tra (...)

le despote portugais déchu, son compagnon d’espoir chassé de la péninsule, le traité Quadruple, qui alors fut cru et tenu en quelque estime, proclamé, cela semblait maintenant une couardise de se moquer du déchu, du désespéré, du fugitif. Alors les articles de Figaro contre le prétendant cessent8.

12Cette désillusion hispanique quant au Traité de la Quadruple Alliance signé à Londres le 22 avril 1834, vira à la critique contre la prépotence franco-anglaise sur l’Espagne et le Portugal, dans O Democrata, journal qui parut à Lisbonne entre juin 1839 et août 1840. Tandis que son rédacteur, João Cândido de Carvalho, par l’épigraphe « Union, et nous ferons l’Association Péninsulaire », inaugurait l’apologie de la république fédérative comme unique garante de l’indépendance ibérienne, Manuel José Mendes Leite (Aveiro 18 mai 1809-21 août 1887) et le futur Grand-maître de la Confédération Maçonnique Portugaise, José Estêvão Coelho de Magalhães (Aveiro 26 décembre 1809-Lisbonne 4 novembre 1862) fondèrent, le 23 juin 1840, A Revolução de Setembro qui leur survécut jusqu’en 1892. Ayant fui par la Galice en 1828, avant de se réfugier en Espagne en 1842 ou 1844, ces deux radicaux créèrent ainsi le principal journal de gauche lusitanien, tiré à 23000 exemplaires distribués dans tout le pays, bien que l’analphabétisme y marginalisât 90 % des habitants.

  • 9 Raúl Rêgo [Morais 15 avril 1913-2002], « A biografia maçónica de António Feliciano de Castilho reve (...)

13Moins engagé politiquement, António Feliciano, vicomte de Castilho (Lisbonne 28 janvier 1800-18 juin 1875)9 avait publié en 1820, dans l’anonymat, l’éloge dramatique La Liberté, destiné à être représenté dans un théâtre privé. Ce membre portugais de l’Académie d’Histoire de Madrid et traducteur dans la langue de Camões du Don Quichotte de la Manche de Cervantès ne plaida, à partir de 1841, que pour une connaissance réciproque des littératures péninsulaires.

  • 10 Guy Fargette, Pedro II, empereur du Brésil : 1840-1889, Paris/Budapest/Turin, l'Harmattan, 2005, 30 (...)
  • 11 Argeu Guimarães, Em torno do casamento de Pedro II, Rio de Janeiro, Zélio Valverde, [1924], p. 25, (...)

14Le rapprochement transatlantique des nations ibériques fut néanmoins retenté lors de pourparlers en vue d’une éventuelle union dynastique entre l’Empereur du Brésil et la sœur cadette de la Souveraine espagnole, l’Infante Marie-Louise Fernande (1832-1897). Le 4 septembre 1843, à Rio de Janeiro, Pierre d’Alcântara II (1825-1891)10en épousa finalement la cousine germaine de Bourbon Espagne, Thérèse Christine, princesse des Deux-Siciles (Naples 14 mars 1822-Porto 1889)11.

15À défaut de partager une fédération républicaine, une littérature ou des souverains, les péninsulaires souffrirent presque simultanément de la guerre civile.

III. Premiers pas incertains de l’ibérisme depuis la révolution portugaise de 1846 jusqu’à la chute du gouvernement dictatorial du général espagnol Narváez le 10 janvier 1851

  • 12 Antonio Moliner Prada, « La Federación Ibérica y la revolución de 1848 » p. 117 in Ler Historia, Li (...)

16Tandis que la Seconde Guerre carliste continuait à embraser l’Espagne de septembre 1846 au 14 mai 1849, seule l’intervention anglo-franco-espagnole avec le Capitaine Général de la Vieille Castille, Manuel Gutiérrez de la Concha e Yrigoyen (Córdoba, Argentine 1808-Monte Muro 27 juin 1874) contribua à étouffer, à Porto, le 30 juin 1847, le soulèvement portugais qui avait éclaté au printemps 1846 à Póvoa do Lanhoso, dans le Minho. Ces désordres provoquèrent le bannissement de leurs patries environ quatre cents péninsulaires de gauche. Dans l’effervescence révolutionnaire de février 1848, ces exilés constituèrent le Club Démocratique Ibérique à Paris où, défilant jusqu’à l’Hôtel de Ville, ils déployèrent les drapeaux de la Fédération Ibérique12, des démocraties hispanique et lusitanienne.

  • 13 Maria Manuela de Bastos Tavares Ribeiro, « António Pedro Lopes de Mendonça : a obra e o pensamento  (...)

17Environ un mois plus tard, circulèrent sous le manteau plusieurs organes, feuillets ou opuscules dans un Portugal où croissait l’hostilité au libéralisme modéré de la charte de 1826 appliqué par le gouvernement conservateur du ministre António Bernardo da Costa Cabral, Comte de Tomar (Algodres 9 mai 1803-Foz do Douro 1er septembre 1889), ex-envoyé extraordinaire à Madrid et Grand-Croix de l’Ordre de Charles III d’Espagne. Par le slogan « Fraternité, Liberté, Égalité », ces publications clandestines, tels Ao Povo Português ou les deux numéros de mai d’A Fraternidade, prônaient la république fédérale ibérienne, seule capable de sauver les peuples de la Péninsule de leurs monarchies, complices des ingérences étrangères et de la mainmise britannique. O Regenerador, jornal do Povo parut entre le 16 avril et le 6 juin grâce à João Daniel dos Santos (Sines février 1809-Lisbonne 19 avril 1878) et João Cândido de Carvalho qui dut publier parallèlement les huit numéros d’A República, jornal do Povo. João Maria Nogueira fit paraître les deux numéros d’avril et mai d’A Alvorada, et les cinq numéros d’O Republicano avec José Maria Caldeira, comte du Casal Ribeiro (Lisbonne 18 avril 1825-Madrid 14 juin 1896). Auteur d’É Tarde, cet étudiant fédéraliste anti-monarchiste présidait la Commission de Coïmbre qui salua le triomphe de la Révolution en Europe par un manifeste signé par quatre cent six universitaires s’exclamant : « Vive la Péninsule ! Vive la liberté de tous les peuples ! » . À Lisbonne, Península Federal e Democrática : tudo para o Povo e tudo pelo Povo ne parvint à éditer qu’un seul numéro, le 7 octobre, mais, avant de préconiser la fédération démocratique européenne, le progressiste António Pedro Lopes de Mendonça13 (Lisbonne 1826-1865), recommanda lui aussi, en 1849, la fraternisation des péninsulaires par l’Ibérie fédérative.

  • 14 Ángel Fernández de los Ríos [Madrid 27 juillet 1821-Paris 10 juin 1880], Mi misión en Portugal : an (...)
  • 15 Vicente Barrantes Moreno [Badajoz 1829-Pozuelo de Alarcón, 17 octobre 1898], La joven España : foll (...)

18Avant d’être déporté au Portugal, du 13 février à octobre 1876, par la Restauration, décoré des Grandes Croix portugaises et brésilienne du Christ, de Notre-Dame de la Conception, Impériale de la Rose, l’Ambassadeur d’Espagne à Lisbonne de juillet 1869 à 1873, Fernández de los Ríos14, assuma le poste, de 1860 à 1863, de rédacteur de La Iberia. Ce franc-maçon, champion d’un ibérisme à la fois culturel, commercial, et de politique étrangère, avait auparavant fondé Las Novedades, quotidien du Parti Progressiste, lu, de 1850 à 1858, par 14000 abonnés, et le premier du pays à être imprimé grâce à des presses mécanisées fonctionnant à la vapeur. Son rédacteur15 y publia, en 1852, une série d’articles sur une civilisation en avance de deux siècles que permettrait l’unité ibérienne, et Ferdinand II du Portugal (29 octobre 1819-15 décembre 1885) l’en remercia avec la Croix du Christ.

  • 16 Juan Valera, « España y Portugal », Estudios críticos sobre literatura, política y costumbres de nu (...)
  • 17 Juan Valera, « De la poesía del Brasil » (1855), Obras Completas, vol. II, Madrid, Aguilar, 3ª ed., (...)
  • 18 « con tal que la Corte estuviese en Lisboa y que no se dijese que los habíamos conquistado » (Juan (...)

19Parallèlement, l’écrivain espagnol Juan Valera y Alcalá-Galiano (Cabra 18 octobre 1824-Madrid 18 avril 1905) effectua des missions diplomatiques de 1850 à 1851, puis de 1881 à 1883, à Lisbonne16, ainsi que de 1851 à 1853 à Rio de Janeiro17. Ces séjours le firent méditer sur l’avenir des peuples ibériques, le persuadant que leur origine commune devait renforcer leurs liens politico-culturels, à condition que, basés sur des concessions mutuelles, ils demeurassent cordiaux. Effectivement, en raison de la méfiance lusitanienne vis-à-vis d’une domination hispanique potentielle, le diplomate regretta que ses compatriotes s’entêtassent à n’envisager qu’une Ibérie gouvernée par Madrid. La réunification de la péninsule par Philippe II en 1580 aurait été acceptée, expliquait-il, dans une missive du 7 février 1851, « pourvu que la Cour fût à Lisbonne et que l’on ne dît point que nous les avions conquis18 » . Quoiqu’en raison du peu de répondant du côté espagnol, la Revista Ibérica de política, literatura, ciencias y artes ne parût que huit ans plus tard à Madrid, Valera en avait envisagé l’édition dès son retour du Brésil, sensibilisé par l’hispanophilie de certains milieux portugais.

IV. L’ibérisme perturbé entre la Régénération centraliste et censitaire portugaise du 5 juillet 1852 et la révolution espagnole de 1854

  • 19 Luís Rivera, Joaquin Guillermo de Lima, Revista del Mediodia, Lisboa, 1-IX-1850 - 30-V- 1851.

20Avec des fondateurs du Club Démocratique Ibérique de Paris et l’Espagnol Benigno Joaquín Martínez, la presse lusitanienne19 n’éludait guère le rapprochement politico-économico-culturel pacifique des nations péninsulaires. Les dernières inventions n’autorisaient-elles pas la conception de comunications et d’outils communs : réseaux routier, ferroviaires et télégraphique, connexion du Douro et de l’Èbre pour une navigation fluviale reliant Porto à Barcelone, union navale, postale, monétaire, énergétique, des poids et mesures, ou harmonisation coloniale ? Comme son frère Francisco de Paula Lobo de Ávila (Lagoa 23 juillet 1801-Porto 27 octobre 1887) qui avait dû se sauver en Galice en 1828, le libéral Joaquim Tomás Lobo de Ávila (Santarém 15 novembre 1819-Lisbonne 1er février 1901) s’était réfugié en Espagne en 1844. De retour au pays cinq ans plus tard, il écrivit en faveur d’une ligue de douanes ibériennes, comme Francisco Maria de Sousa Brandão, ibériste exalté et co-fondateur d’O Eco dos Operários.

  • 20 Vítor Neto, « Iberismo e municipalismo em J. F. Henriques Nogueira », Revista de História das Ideia (...)
  • 21 José Félix Henriques Nogueira, « O Futuro da Península », Almanaque Democrático para 1853, 1852.
  • 22 « contrato nobre, equitativo, vantajoso » (José Félix Henriques Nogueira, Estudos sobre a Reforma e (...)

21L’autre père de ce premier périodique socialiste, qui parut au Portugal du 27 juin 1850 à 1851, fut l’apôtre de l’ibérisme municipaliste20. Avant d’en disserter ailleurs21, José Félix Henriques Nogueira (Dois Portos 15 janvier 1823-Lisbonne 23 janvier 1858) prôna l’excellence d’un œcuménisme républicain étendu aux Italiens, Allemands, Slaves et Hongrois, qui ferait succéder une fraternisation irénique à l’hégémonie anglo-française. Le vingt-neuvième chapitre de ses Études sur la Réforme au Portugal qualifie ainsi la fédération de « contrat noble, équitable, avantageux22 », protégeant les particularités nationales et assurant le bonheur des peuples. Ces pages prêchaient l’associationnisme. Il aurait été basé, selon ce précurseur du socialisme lusitanien, sur des principes essentiellement justes de proportionnalité des sacrifíces, d’égalité de droits et de devoirs, se serait adapté à toutes les exigences, n’aurait point offensé le sanctuaire des traditions, aurait respecté la petitesse ou la grandeur de chaque population, aurait nivelé les usufruits et obligations de tous les associés, aurait laissé à chacun ses lois, us et coutumes, aurait attendu de l’œuvre du temps comme du développement des intelligences la marche plus ou moins rapide vers l’union. Ce journaliste louait le grand bénéfice d’un coopérativisme international duquel aurait résulté une puissance démographique et une richesse agro-industrielle capables d’améliorer le bien-être général. Cet écrivain vantait l’alliance qui, seule, aurait offert un dernier espoir de sauvegarde aux pays opprimés, les délivrant de l’emprise tyrannique des États dominateurs, lesquels, sous couvert de protectorat libéral, divisaient pour régner. Cet adepte de la décentralisation refusait la dégradation de la fusion car, en livrant un peuple à un autre sans condition, ni garantie, ni liberté de négocier entre pairs, elle le condamnait à la dépersonnalisation. À son avis, l’histoire s’étant déjà chargée de définir les régions du Portugal, de la Galice, des Asturies, de la Biscaye, de la Navarre, de la Catalogne, de l’Aragon, de Valence, de Murcie, de Grenade, de l’Andalousie, de l’Estrémadure, de la Nouvelle comme de la Vieille Castille, ou de Léon, la Fédération Péninsulaire, qu’il appelait de ses voeux, pourrait, dans un futur qu’il espérait imminent, y faire correspondre ses quinze États. Rompant le centralisme castillan, cette Ibérie fraternelle, affranchie des entraves douanières, profiterait ainsi autant aux Portugais qui ne tarderaient pas à établir des relations politiques avec les provinces hispaniques périphériques, qu’aux Espagnols qui, selon lui, gagneraient certainement à s’imprégner des qualités du tempérament lusitanien.

  • 23 Sinibaldo de Mas y Sans, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas en 1842, vol. I., Madrid, 1 (...)
  • 24 Sinibaldo de Mas y Sans, Un ambassadeur à Macao : guerres de l'opium entre la Chine et l'occident ( (...)
  • 25 A Ibéria, memória escrita em língua espanhola por um filo-português e traduzida na língua portugues (...)

22Ce prosélytisme enthousiaste fut relayé, de l’autre côté de la frontière, par le diplomate Sinibaldo de Mas y Sans (Barcelone 1809-1868), physicien amateur, peintre, photographe, politicien, dramaturge, polyglotte, remarquable philologue, explorateur du Moyen-Orient, de l’Inde, des Philippines23 et de la Chine24, qui ne divergeait, par rapport à Henriques Nogueira, que sur la question du régime. Le plus lu et le plus commenté, son projet, démontrant les avantages de l’alliance monarchique unitaire hispano-lusitanienne, fit, en un lustre, et avant même de paraître en Espagne25, l’objet de trois éditions, à chaque fois corrigées et augmentées, traduites en portugais par José Maria Latino Coelho (Lisbonne 29 novembre 1825-Sintra 29 août 1891).

  • 26 Sixto Câmara, A União Ibérica, Lisboa, Typografia Universal, 1859.
  • 27 José Maria Latino Coelho, « De la independencia de Portugal, carta a Emilio Castelar », Jornal do C (...)

23Ce lieutenant du Génie militaire, dont le père s’était réfugié en Espagne pendant la persécution antilibérale miguéliste, préfaça sa traduction. Comme dans un autre prologue huit ans plus tard26,il insistait sur la nécessité de répandre au Portugal l’idée de l’alliance péninsulaire. Cet ibériste républicain souhaitait la diminution progressive du nombre des États indépendants par l’adhésion spontanée des nations au vrai droit public européen qui engendrerait une large fédération équilibrée et pacifique. Il pensait que chaque fusion rationnelle entre peuples aux affinités communes entraînerait la réconciliation, le désarmement militaire et, partant, le triomphe de la civilisation humaine. Comme il le répéta vingt ans plus tard27, afin que l’Espagne ne s’agrandisse point en tyrannisant le Portugal, il fallait garantir la liberté et le progrès de ce dernier en intensifiant les relations intellectuelles, économiques, et en établissant une union douanière. En conséquence, il conseillait la lecture d’A Ibéria, puisque ce mémoire guidait les Portugais vers leur seule possibilité d’avenir heureux.

24Nonobstant le prudent anonymat de l’auteur et de son traducteur lors des deux premières impressions, l’ouvrage, dont toute la presse lusitanienne annonça les trois versions, se vendit si promptement que les lecteurs durent se rabattre sur l’original en castillan. À deux cents réis, son prix en demeurait accessible.

  • 28 José Félix Henriques Nogueira, « A Ibéria », Almanaque Democrático para 1854, 1853.

25 De surcroît, chaque nouvelle parution incluait les vives controverses que la précédente avait suscitées. Par exemple28, à Lisbonne, en 1852, dans les articles d’avril de la Imprensa, les 18 février et 2 mars 1853, dans le légitimiste A Nação, ou dans la Revue Lusitanniene qu’Ortaire Fournier (Rugles 1812-1864) édita de 1852 à 1853, et qui publia des lettres de Casal Ribeiro. Celui-ci rétorquait à son ami Mas qu’en résumé, dans l’hypothèse de l’union, la seule forme de gouvernement acceptable au Portugal serait la fédération républicaine, l’Espagne se divisant en autant d’États fédératifs également indépendants que les faits ou nécessités existantes indiqueraient naturellement. Refusant que l’on attribuât son opinion à un exclusivisme partisan, il soutenait que seule la forme fédérative préserverait l’indépendance dans l’union, car l’union sans l’indépendance aboutirait à l’absurdité de la tyrannie politique par compression nationale.

  • 29 Federação ibérica, ou ideias gerais sobre o que convém ao futuro da península. Por um português, Po (...)
  • 30 José Félix Henriques Nogueira, « Federação Ibérica. Cidade Capital (comentário do artigo 4.º do Pro (...)

26 Au Portugal, par conséquent, la dispute resta centrée sur ce mémoire de l’ex-ambassadeur d’Espagne en Chine. Sa dernière édition, nonobstant, mentionnait la parution d’un Projet de Bases pour la Constitution Fédérale des États-Unis de l’Ibérie29. Dans ses pages non signées, l’auteur souhaitait divulguer le républicanisme fédéral internationaliste et pacifiste qui, en unissant les individus, augmenterait leurs droits et garanties30. Cet anonymat était davantage dû à la modestie de Joaquim Maria da Silva, né à Ilha Terceira, le 24 mai 1830, et venant d’achever son droit, qu’à sa crainte de la censure politique.

  • 31 António Augusto Teixeira de Vasconcellos [Porto 1er novembre 1816-Paris 29 juin 1878], Livros para (...)

27 Cet Açorien paraissait surtout réagir aux numéros d’A Revolução de Setembro de 1853, où António Rodrigues Sampaio31 (S. Bartolomeu do Mar 25 juillet 1806-Sintra 13 septembre 1882), Grand Maître de la Confédération Maçonnique, avait constaté qu’au Portugal l’ibérisme avait pâti de la violence despotique exercée en Espagne contre la liberté par le Gouvernement de Luis José Sartorius, Comte de San Luis (Séville 1820-Madrid 22 février 1871). Dans le même organe, Lopes de Mendonça, critiquant la façon dont les journaux hispaniques prétendaient imposer la fédération ibérienne, conseillait que cette dernière ne se réalisât que lorsque les conditions éthico-sociales des deux nations le permettraient. En novembre 1854, il ajouta que, les Espagnols se montrant dangereusement radicaux, l’homogénéité serait d’autant moins atteinte que l’ibérisme avait été adopté par des tendances aussi antagoniques que l’absolutisme et le républicanisme. À son avis, seul le développement matériel et moral assurerait l’indépendance administrative de chaque État dans l’inéluctable future fédération. Sa mise en pratique se révélant pour l’heure prématurée, il lui semblait que les sectaires seraient bien inspirés de réfreiner leurs ardeurs ibéristes.

28Les addenda contribuant au succès éditorial d’A Ibéria, chaque nouvelle impression signalait donc les prétendus progrès de l’ibérisme.

V. L’ibérisme contrarié entre la majorité de Pierre V du Portugal le 16 septembre 1855 et la Loi d’Instruction Publique espagnole du 9 septembre 1857

29La progression ibériste s’observait surtout dans la presse lusitanienne. Néanmoins, à Porto, elle tiédit peu à peu dans l’Eco Popular, qui se montra favorable d’abord à une république fédérale péninsulaire basée sur une constitution démocratique inspirée de celle des États-Unis d’Amérique du Nord, ensuite à la première mouture du mémoire royaliste de Mas, puis à des relations ferroviaires, commerciales et amicales transfrontalières, enfin à l’ajournement du projet.

  • 32 Pedro Amorim Viana [Lisbonne 1822-1901] Defesa do Racionalismo ou Análise da Fé, Porto, Fonseca, 18 (...)

30De même, créée à Porto par des philosophes32 ou des intellectuels, comme José Coelho Lousada, Delfim Maria de Oliveira Maia, António Ribeiro da Costa e Almeida, la revue A Península ne visa, entre janvier 1852 et juin 1853, qu’à la connaissance réciproque des deux peuples.

  • 33 José Manuel de Barros Dias, « Da questão Ibérica à União Europeia. Constantes e Mutações no Relacio (...)
  • 34 Karl Marx [Trèves 5 mai 1818-Londres 14 mars 1883 ], Friedrich Engels [Barmen 28 novembre 1820-Lond (...)

31Un autre de ses fondateurs, Custódio José Vieira (Peso da Régua 27 mars 1822-9 mai 1879) avait pourtant exhorté ses compatriotes à troquer les rivalités nationalistes contre l’union fédérative péninsulaire, en 1852, à la une d’O Nacional, auquel collaborait l’avocat Arnaldo de Sousa Dantas da Gama (Porto 1er août 1828-29 août 1869). Deux ans plus tard, les rédacteurs de ce journal de Porto précisèrent que l’entente avec l’Espagne pourrait commencer sur-le-champ par la concertation économique, puisque la providence n’avait point encore sonné l’heure de la réunion politique. Suite au pronunciamiento de généraux modérés lors de la Vicalvarada de fin juin, et au Manifeste progressiste de Manzanares du 7 juillet, des émeutes étaient effectivement en train de secouer Saint-Sébastien, Saragosse, Barcelone et Madrid. Or, dans la capitale espagnole, en sa qualité de franc-maçon, le Capitaine Général des Baléares, Directeur de la Garde Civile33 et Président du Congrès, Facundo Infante (Villanueva del Fresno 1786-Madrid 1873), protégea la constitution d’une Ligue Hispano-Lusitanienne. L’explosion de cette révolution hispanique encouragea O Nacional à considérer comme inévitable une République Fédérale Ibérique, dont Karl Marx, pour qui l’Espagne était devenu le principal objet d’étude34, publia alors une Constitution dans le New York Daily Tribune. Il suffisait d’en accélérer l’échéance en la promouvant par la propagation d’un ample et profond débat destiné à en mûrir le désir chez tous les péninsulaires. Identifiant la fédération au catholicisme social des temps nouveaux, au droit et à la liberté, O Nacional se déclarait ibère de cœur par logique évangélique.

32Diffusant des articles espagnols, O Portuense renchérit en espérant que la démocratisation hispanique déboucherait sur une geste péninsulaire défiant le monde. Y protestant de sa foi en une république universelle respectueuse des indépendances nationales, le jurisconsulte libéral Vieira confessa qu’un souverain ibérique de transition permettrait d’atteindre cet idéal de démocratie fédérative.

  • 35 José Barbosa Leão [Parada 15 octobre 1818-Porto 13 novembre 1888], O futuro de Portugal, Porto, 188 (...)

33Né le 1er juillet 1854, O Leiriense, sous la houlette d’António Xavier Rodrigues Cordeiro (1819-1896), n’écarta pas non plus l’éventualité de mariages hispaniques pour Pierre V le Bien-Aimé (Lisbonne 16 septembre 1837-11 novembre 1861), Chevalier de l’Ordre de la Toison d’Or espagnole, et son frère, le futur Louis Ier le Populaire (Lisbonne 31 octobre 1838-Cascais 19 octobre 1889). Pour son autre directeur littéraire, António da Costa de Sousa Macedo (Lisbonne 21 novembre 1824-17 janvier 1892), le retard matériel des nations ibériennes ne serait comblé que par la construction harmonieuse et solidaire d’une union économico-administrative péninsulaire. Partageant cet avis, son directeur politique35 publia à la fin de l’année 1854 une série de cinq articles intitulée « L’Union Ibérique ». Ce partisan d’une alliance défensive qui éviterait une colonisation britannique, regrettait que l’opinion se détournât d’un ibérisme fraternel, dépeint par la presse comme boîte de Pandore, alors que seule la conjoncture européenne serait en mesure de définir, en temps voulu, le futur régime de la Péninsule.

  • 36 Carlos José Caldeira, Apontamentos d'uma Viagem de Lisboa à China e da China a Lisboa, 2 vols., Lis (...)

34Pour éviter cette manipulation idéologique de son lectorat, un titre parut soucieux d’analyser les différentes facettes du problème. Publié à Lisbonne entre 1854 et 1856, entre autres par José de Torres, José Maria da Fonseca, José Joaquim dos Reis e Vasconcelos, Vieira da Silva, José António Rola ou le politicien libéral Anselmo José Braancamp (Lisbonne 23 octobre 1819-13 novembre 1885), O Progresso préférait, certes, l’initiative locale et le municipalisme au centralisme administratif, tout en militant pour une économie et des douanes péninsulaires, convaincu qu’elles ne se heurteraient à aucune opposition anglo-française. Toutefois, s’il soutint le fédéralisme ibériste, contrairement au Arauto, il consentait à une union dynastique préalable. Ainsi traduisit-il une lettre de Mas favorable aux épousailles du monarque lusitanien avec l’héritière de la Reine d’Espagne, l’infante Isabelle de Bourbon et Bourbon la Camuse (Madrid 20 décembre 1851-Paris 23 avril 1931), alors que la Revista Peninsular, imprimée à Lisbonne de 1855 à 1856, n’envisageait, à l’instar de son directeur36, un sceptre luso-espagnol qu’en tant que but.

  • 37 Arturo Casto de Marcoartú Amantegui, « La revolución y las obras públicas », Revista de Obras Públi (...)

35Afin de jeter aux oubliettes des préjugés, traumatisants depuis le Siècle d’Or, à l’encontre d’une brutalité ou cruauté hispanique, cet organe éditait non seulement des ouvrages variés sur une Espagne contemporaine capable de préserver le patronage portugais en Orient, mais également des articles ibéristes de publications lusitaniennes, ou espagnoles, comme El Peninsular, La Palma, La Justicia, El Adelanto, La Época, El Diario Español, La Nación, La Europa. Il présentait ainsi des ibéristes37 de la nation voisine, laquelle profiterait, en cas de réunification, du port de Lisbonne. Une décennie auparavant, le libéral Andrés Borrego Moreno (Malaga 23 février 1802-1891) avait proposé, pour Isabelle II de Bourbon (Madrid 10 octobre 1830-Paris 9 avril 1904), une union matrimoniale immédiate, consommable quand l’héritier portugais serait devenu pubère. Puis, parmi les républicains — dont le fédéraliste Francesc Pi i Margall (Barcelone 29 avril 1824-Madrid 29 novembre 1901) qui publia en 1854 l’Eco de la revolución et La reacción y la revolución, et l’unitaire Emilio Castelar y Ripoll (Cadix 7 septembre 1832-San Pedro del Pinatar 25 mai 1899) qui écrivait depuis 1854 dans El Tribuno del Pueblo — le franc-maçon José María Orense, Marquis d’Albaida (Laredo 28 octobre 1803-Astillero 29 novembre 1880), avait inclus l’union ibérique dans son programme électoral de 1844.

  • 38 Alexandre Herculano de Carvalho e Araújo [Lisbonne 28 mars 1810–Vale de Lobos 13 septembre 1877], « (...)

36Henriques Nogueira compléta cette ouverture sur l’histoire et l’actualité du pays voisin par un bilan comparatif, exposant les origines, motivations et arguments des laudateurs ou adversaires de l’ibérisme. À son avis, l’espoir des premiers éclairait un avenir autonome, riche de l’entraide librement décidée par les nations péninsulaires. En revanche, la réaction peureuse des seconds, comme l’attestaient, selon lui, le pamphlet miguéliste Ça jamais du Père Rodrigo de Almeida, ou les lignes du député João Gualberto de Barros e Cunha (1830-10 janvier 1882), dans O Portuguez, dirigé par un catholique anti-clérical, conservateur municipaliste et nationaliste portugais, membre de l’Académie Royale d’Histoire de Madrid38, révélait un aveuglement misonéiste.

37Or, suite à l’anéantissement militaire de la Milice Nationale Progressiste, la Constitution modérée de 1845 fut rétablie autoritairement en Espagne, le 15 septembre 1856, ce qui stimula davantage l’anti-ibérisme.

VI. La frustration de l’ibérisme entre le gouvernement du Parti Historique portugais et le coup d’État militaire des monarchistes espagnols

  • 39 Joaquim Possidónio Narciso da Silva [Lisbonne 17 mai 1806-23 mars 1896], Noções elementares de arch (...)

38Craignant que les Souverains se révèlent incapables de défendre des frontières menacées par des impérialismes économiques travestis en promesses amicales, un architecte39 s’en remit à la Science. Balayant l’Ibérie romaine, wisigothique, andalouse ou habsbourgeoise, la Paléontologie, l’Anthropologie et l’Archéologie, servis par la Photographie, prouveraient l’inaliénabilité lusitanienne face aux appétits hispaniques, aggravés par la traîtrise d’ibéristes portugais. Ayant obtenu l’aval gouvernemental, ce franc-maçon qui, contrairement à ses confrères donnait davantage dans le nationalisme que dans l’amitié transfrontalière, entreprit, vers la fin de la décennie de 1850, un premier inventaire du patrimoine de son pays. S’acharnant à démontrer l’antériorité des vestiges préhistoriques lusitaniens par rapport aux hispaniques, il n’eut de cesse que de persuader, tout le monde et en tous lieux, que le Portugal se distinguait à tous points de vue de son voisin.

  • 40 Antonio Augusto Teixeira de Vasconcellos, Les Contemporains portugais, espagnols et brésiliens, Gal (...)

39De même, un de ses compatriotes, pourtant commandeur de l’Ordre de Charles III d’Espagne, Grand-Croix de l’Ordre d’Isabelle la Catholique et membre correspondant de l’Académie Royale espagnole, constitua avec le capital d’Eduardo Ribeiro de Faria (8 janvier 1825-11 janvier 1871), en 1858, à Paris, la Société Ibérique40, afin de souligner, face au reste de l’Europe, la spécificité des histoires respectives du Portugal et de l’Espagne.

  • 41 Antero Tarqüínio de Quental, Portugal perante a Revolução da Hespanha. Considerações sobre o Futuro (...)

40Après le renversement de la reine, le 18 septembre 1868 par le lieutenant-général et Grand d’Espagne Joan Prim i Prats, comte de Reus, vicomte du Bruch, marquis des Castillejos (Reus 6-XII-1814-Madrid 27 décembre 1870), des révolutionnaires espagnols invitèrent Antero Tarqüínio de Quental (Ponta Delgada, île de São Miguel, 18 avril 1842-11 septembre 1891) à rejoindre la cause de l’ibérisme. Projetant alors d’aller travailler dans un journal à Madrid, l’écrivain et politicien açorien intervint avec vigueur dans les débats. Fidèle aux valeurs maçonniques de Liberté, Égalité, et surtout de Fraternité anti-nationaliste, ce franc-maçon soutenait, dans Le Portugal face à la Révolution de l’Espagne : Considérations sur le Futur de la Politique Portugaise du Point de Vue de la Démocratie Ibérique41, que la nationalité, passagère et artificielle, n’était qu’un fait du monde politique. Transitoire et altérable comme celui-ci, elle ne pouvait plus symboliser à elle seule la perfection du patriotisme. Cette publication affirmait que l’unique acte patriotique possible et logique, compte tenu des circonstances, consisterait donc à la renier. Obsolète, selon l’auteur, elle asphyxiait les forces les plus jeunes et intelligentes, comme les éléments les plus généreux de la société. Or, on ne pouvait hésiter dans le choix nécessaire entre les réalités éternelles de la nature humaine et la nationalité, d’après lui création artificieuse et dépassée de la politique. Il fallait, poursuivait-il, laisser choir la nation lusitanienne, caduque, dans l’abîme de l’histoire pour que ses fils, non plus Portugais, retrouvent leur nature juste et noble d’homme. Considérant les nationalités comme un obstacle funeste hérité des hostilités des siècles barbares, son ibérisme défendait en somme une république démocratique fédérant des éléments juxtaposés.

41Tandis que l’offre de la Junte Gouvernementale espagnole d’une royauté limitée par la Constitution progressiste de 1869 était déclinée autant par le Souverain du Portugal que par son père, l’ex-roi consort veuf, qui préféra des secondes noces avec une cantatrice, Quental continuait à qualifier d’éteinte sa nation, tout comme celle de Grèce, dont les habitants maintenaient l’utopie d’une nationalité échafaudée à partir de chroniques, mais vouée à s’effondrer d’elle-même. Il s’embarqua en juillet pour les États-Unis d’Amérique du Nord, dont le fédéralisme lui paraissait un modèle adoptable par la future confédération ibérienne.

  • 42 Antero Tarqüínio de Quental, Causas da Decadência dos Povos Peninsulares nos Últimos Três Séculos, (...)

42Puis, sur la lancée de la Commune de Paris, constituée depuis mars 1870, parut en mai au Portugal le journal A República, pour lequel il rédigea des articles militants. Dans Causes de la Décadence des Peuples Péninsulaires lors des Trois Derniers Siècles42, un discours prononcé lors des Conférences Démocratiques du Casino Lisbonnin de Porto, inaugurées par son Cénacle le 22 mai 1871, il évoqua le Moyen Âge péninsulaire avec nostalgie. Selon sa vision proudhonienne, l’instinct politique de décentralisation et de fédéralisme s’y était manifesté dans la multiplicité des royaumes et comtés souverains, comme une protestation, victorieuse de la part des énergies et intérêts locaux, contre l’uniformisation. Cet esprit n’étant, à son avis, pas seulement indépendant, mais singulièrement démocratique pour l’époque, il proposait d’opposer à la monarchie centralisée, uniforme, impuissante, la Fédération républicaine de tous les groupes autonomes et volontés souveraines, en démocratisant radicalement la vie municipale, seule base et instrument naturel de toutes les réformes pratiques et populaires.

  • 43 Carlos García-Romeral Pérez (Recop., introd., vers., ed. y n. de), Viajeros portugueses por España (...)
  • 44 Joaquim Pedro de Oliveira Martins, História da Civilização Ibérica [1879], Lisbonne, Parceria A. M. (...)
  • 45 Joaquim Pedro de Oliveira Martins, Teoria do socialismo [1872], préf. d'António Sérgio, Lisbonne, 1 (...)
  • 46 Joaquim Pedro de Oliveira Martins, Portugal e o Socialismo [1873] , préf. d'António Sérgio, Lisbonn (...)

43Ces espoirs, nés de la chute des Bourbons, attirèrent en Espagne43 un de ses amis portugais44. D’abord apologiste d’une république sociale45 fédérale, cet ibériste devint, entre 1873 et 1874, un critique du républicanisme et un théoricien du socialisme d’inspiration proudhonienne46 lors de l’échec de la Première République Espagnole, quand il exerçait des fonctions d’administrateur, de 1870 à 1874, à la mine de Santa Eufémia, en Andalousie.

Conclusion

  • 47 María Victoria López-Cordón Cortezo, El pensamiento político-internacional del federalismo español (...)
  • 48 Pierre-Joseph Proudhon [Besançon 15 janvier 1809-Paris 19 janvier 1865], La Fédération et l'Unité e (...)

44Fruit du libéralisme persécuté par la seconde restauration absolutiste espagnole, l’ibérisme, malgré la victoire laborieuse du constitutionnalisme, n’atteignit cependant guère son but, et ce, pour une série de raisons qu’il ne faudrait pas réduire à la rivalité franco-britannique qui s’envenimait aussi dans la Péninsule. Effectivement, il s’était scindé, à la fin de la Première Guerre Carliste, en deux tendances panibériennes, quoiqu’idéologiquement opposées, souvent confondues et également rejetées par les Portugais craignant l’impérialisme hispanique : l’une conservatrice, dans la lignée des constructions historiographiques et nationalistes européennes ; l’autre, progressiste, dans la perspective pacifiste et internationaliste47 de l’anarchisme. Par conséquent, l’exemple des mouvements complexes, nés des révolutions de 1848, visant à l’unité roumaine, allemande ou italienne, si chère à Proudhon48, enflamma pendant un quart de siècle la polémique ibériste. Plus de cent cinquante ouvrages et des milliers d’articles doctrinaires attestent la fécondité d’une discussion idéologique où, hormis les oppositions portugaise et espagnole à toute entente hispano-lusitanienne, s’affrontèrent ces deux principaux courants de l’ibérisme : le monarchiste unitaire, et le républicain fédéraliste qui se basait sur le droit international.

  • 49 Huig de Groot [Delft 10 avril 1583-Rostock 28 août 1645], Annales et Historiae de rebus Belgicis [H (...)
  • 50 Huig de Groot, De jure belli ac pacis libri tres, Paris, Bûon, 1625 ; Amtersdam, Joannem Blaeu, 167 (...)
  • 51 William Penn [Londres 14 octobre 1644-30 juillet 1718], An Essay Towards the Present and Future Pea (...)
  • 52 Abbé Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre (Saint-Pierre-Église 18 février 1658-Paris 29 avril 1743 (...)
  • 53 François de Pons de Salignac de La Mothe Fénelon [Fénelon 6 août 1651-Cambrai 8 janvier 1715], Les (...)

45Selon Grotius49, l’État ne pouvait disposer du territoire en vertu du contrat fondamental qui, le liant aux individus, interdisait la cession d’une province sans le consentement des populations intéressées50. L’ibérisme progressiste plongeait donc ses racines dans un pacifisme défendu par Penn51 et l’abbé de Saint-Pierre52, soit moraliste selon Fénelon53, soit paneuropéen, par la confédération d’États :

  • 54 Emmanuel Kant [Königsberg 22 avril 1724-12 février 1804], Essai sur la paix perpétuelle [Projet de (...)

La constitution civile de chaque État doit être républicaine [… ] il faut que le droit des gens soit fondé sur une fédération d’États libres. Ce serait là une « Fédération » de peuples, et non pas un seul et même État, l’idée d’État supposant le rapport d’un souverain au peuple, d’un supérieur à son inférieur. Or plusieurs peuples réunis en un même État ne formeraient plus qu’un seul peuple, ce qui contredit la supposition, vu qu’il s’agit ici des droits réciproques des peuples, en tant qu’ils composent une multitude d’États différents qui ne doivent pas se confondre en un seul54.

46Dépassant les relations dilomatiques luso-hispaniques, cet ibérisme imprégné de théories sociales, syncristallisa les idéaux du fédéralisme régionaliste romantique avec ceux de rationalisme, de démocratie selon Jeremy Bentham (Londres 15 février 1748-16 juin 1832) et de fraternité universelle des Lumières :

  • 55 Marie Jean Antoine Nicolas Caritat, marquis de Condorcet [Ribemont 17 septembre 1743-Bourg-la-Reine (...)

Nos espérances sur l’état à venir de l’espèce humaine peuvent se réduire à ces trois points importants : la destruction de l’inégalité entre les nations ; les progrès de l’égalité dans un même peuple ; enfin le perfectionnement réel de l’homme55.

47La synthèse entre l’idéal cosmopolitique de la paix et l’éveil des nationalismes déboucha sur un fédéralisme européen rêvé par un idéologue qui s’était rendu en 1783 dans l’Espagne du réformisme éclairé :

  • 56 Claude Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon [Paris 17 octobre 1760-19 mai 1825], Jacques Nicolas (...)

L’Europe aurait la meilleure organisation possible, si toutes les nations qu’elle renferme, étant gouvernées chacune par un parlement, reconnaissaient la suprématie d’un parlement général placé au dessus de tous les gouvernements nationaux et investi du pouvoir de juger leurs différends. [… ] cette volonté de corps, qui, dans le Gouvernement national, naît du patriotisme national, dans le Gouvernement européen ne peut provenir que d’une plus grande généralité de vue, d’un sentiment plus étendu, qu’on peut appeler le patriotisme européen56.

  • 57 Étienne Cabet [Dijon 1er janvier 1788-Saint-Louis 9 novembre 1856], Voyage et Aventures de lord Wil (...)
  • 58 Alexis Henri Charles de Clérel, vicomte de Tocqueville [Verneuil-sur-Seine 29 juin 1805-Cannes 16 a (...)

48Ce postulat pacifiste et civilisateur fut également influencé par d’autres Français, à la sensibilité collectiviste57, libérale58 ou hispanophile :

  • 59 Victor Hugo [Besançon 26 février 1802-Paris 22 mai 1885], Congrès général de la paix, association u (...)

vous toutes, nations du continent, sans perdre vos qualités distinctes et votre glorieuse individualité, vous vous fondrez étroitement dans une unité supérieure, et vous constituerez la fraternité européenne [… ] . Un jour viendra où il n’y aura plus d’autres champs de bataille que les marchés s’ouvrant au commerce et les esprits s’ouvrant aux idées. Un jour viendra où les boulets et les bombes seront remplacés par les votes, par le suffrage universel des peuples, par le vénérable arbitrage d’un grand sénat souverain [… ] Soyons la même République, soyons les États-Unis d’Europe, soyons la fédération continentale, soyons la liberté européenne, soyons la paix universelle59 !

  • 60 Pierre-Joseph Proudhon, Idée générale de la révolution au XIX siècle [1851], introd. par Hervé Trin (...)
  • 61 Maurice Dommanget, Les Idées politiques et sociales d'Auguste Blanqui, Paris, Marcel Rivière et Cie (...)
  • 62 Marcel Merle, Pacifisme et internationalisme, Paris, Armand Colin (coll. « U »), 1966, 339 p. , p.  (...)

49Conciliant intérêts et affinités pour revigorer l’Espagne et le Portugal, amoindris par leurs pertes coloniales, l’ibérisme socio-démocratique trouva aussi un modèle dans le combat60 de Louis Auguste Blanqui61 (Puget-Théniers 1er février 1805-Paris 1er janvier 1881), ou Louis Jean Joseph Charles Blanc (Madrid 29 octobre 1811-Cannes 6 décembre 1882) pour remplacer, le 25 février 1848, la Monarchie de Juillet par la Seconde République. Percevant les alliances monarchiques comme décadentes, il aspirait à les substituer par une nouvelle société où les peuples, redessinant les cartes, s’organiseraient en cellules familiales, municipales et provinciales. Si « la tradition utopiste se confond, pour l’essentiel, avec la technique fédérale62 », celle-ci restait un idéal :

  • 63 Ernest Renan [Tréguier, 23 février 1823-Paris 2 octobre 1892], « Qu'est-ce qu'une nation ? » Confér (...)

les confédérations à la façon de la Suisse, de l’Amérique [… ]. L’antiquité classique eut des républiques et des royautés municipales, des confédérations de républiques locales […]. La confédération européenne, probablement, les remplacera63.

50À l’échelle ibérique, et en dépit de propositions postérieures à la chute de la Première République Espagnole, elle ne parvint donc guère à s’appliquer, affaiblie par les antagonismes de ses conceptions divergentes qui privilégiaient l’économie ou la politique, mettaient l’accent sur le rôle de l’État ou sur sa suppression, accordaient la priorité à une fédération mondiale ou régionale pour rééquilibrer les puissances.

Haut de page

Bibliographie

A Ibéria, memória escrita em língua espanhola por um filo-português e traduzida na língua portuguesa por um filo-ibérico, Lisboa, XII-1851.

Amorim Viana Pedro, Defesa do Racionalismo ou Análise da Fé, Porto, Fonseca, 1866.

Barbosa Leão José, O futuro de Portugal, Porto, 1881.

Barrantes Moreno Vicente, La joven España : folleto dedicado á la Asamblea Constituyente, Madrid, Cuesta, 1854.

Barros Dias José Manuel de, « Da questão Ibérica à União Europeia. Constantes e Mutações no Relacionamento entre Espanha e Portugal », Revista Militar, nº 2427, p. 297-309, Lisboa, Europress, 2004.

Bastos Tavares Ribeiro Maria Manuela de, « António Pedro Lopes de Mendonça : a obra e o pensamento », tese de Licenciatura em História, Coimbra, Faculdade de Letras, 1974.

Cabet Étienne, Voyage et Aventures de lord William Carisdall en Icarie, Londres, 1839 ; Paris, H. Souverain, 1840.

Caldeira Carlos José, Apontamentos d’uma Viagem de Lisboa à China e da China a Lisboa, 2 vols., Lisboa, Typ. de Castro & Irmão/ Tip. G. M. Martins, 1852-1853.

Câmara Sixto, A União Ibérica, Lisboa, Typ. Universal, 1859.

Carvalho e Araújo Alexandre Herculano de, « Arrhas por fôro de Hespanha », Lendas e narrativas, Lisboa, 1851 ; « Révolutions et luttes des communes dans la péninsule au XIIe siècle », Revue Lusitanienne, 1852 ; « Do estado das classes servas da Península desde o VII até o XII séculos », Annaes das Sciencias e Lettras, Academia Real das Ciências, 2.ª cl., 1857, n° 7-10.

Chanfreau Marie-Catherine Talvikki, « Autocritique épistolaire et journalistique de l’Espagne des Lumières aux balbutiements du Libéralisme » 17 p. dans « Identité et territoire » études coord. par E. Diaz, Les Cahiers du Mimmoc (Mémoire, Identité et Marginalité dans le Monde Occidental Contemporain, EA 3812, U. de Poitiers) n° 2, 27-IX-2006.

Collaveri François, Napoléon franc-maçon ?, Paris, Tallandier, 2003.

Condorcet Marie Jean Antoine Nicolas Caritat de, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain [1793-1794], Paris, Flammarion, 1988.

Cuadernos Hispanoamericanos, « Juan Valera y el indianismo romántico brasileño », nº 570, Madrid, Agencia Española de Cooperación Internacional, 1997.

Dommanget Maurice, Les Idées politiques et sociales d’Auguste Blanqui, Paris, M. Rivière et Cie , 1957.

Fargette Guy, Pedro II, empereur du Brésil : 1840-1889, Paris/Budapest/Turin, l’Harmattan, 2005.

Federação ibérica, ou ideias gerais sobre o que convém ao futuro da península. Por um português, Porto, F. G.da Fonseca, VII-1854.

Fénelon François de Pons de Salignac de La Mothe, Les Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse, Leyde, Wetstein, 1777 ; Tulle, R. Chirac, 1781.

Fernández de los Ríos Ángel, Mi misión en Portugal : anales de ayer para enseñanza de mañana, Paris, E. Belhatte / Lisbonne, Bertrand, s. d.

García-Romeral Pérez Carlos, Viajeros portugueses por España en el siglo XIX, Madrid, Miraguano, 2001.

Groot Huig de, Annales et Historiae de rebus Belgicis, Amstelaedami, Joannes Blaev, 1657 ; Amsterdam, Jean Blaeu, 1658 ; De jure belli ac pacis libri tres, Paris, Bûon, 1625 ; Amtersdam, Joannem Blaeu, 1670.

Guimarães Argeu, Em torno do casamento de Pedro II, Rio de Janeiro, Z. Valverde.

Henriques Nogueira José Félix, « A Ibéria », Almanaque Democrático para 1854, 1853 ; Estudos sobre a Reforma em Portugal, Lisboa, Typ. Social, 1851 ; « Federação Ibérica. Cidade Capital (comentário do artigo 4.º do Projecto de bases para a Constituição Federal dos Estados Unidos da Ibéria, que propõe Lisboa para capital da Federação. Vid. Parte III, p. 54 e segs. do interessante opúsculo recentemente publicado com o título de ’Federação Ibérica’, ou ideias gerais sobre o que convém ao futuro da Península – por um português) », Almanaque Democrático para 1855, 1854 ; « O Futuro da Península », Almanaque Democrático para 1853, 1852.

Hugo Victor, Congrès général de la paix, association universelle des peuples ayant pour but de garantir les intérêts moraux et matériels par la paix. Superbe discours de M. Visschers, Discours de MM. Cobden, Coquerel et Victor Hugo, Paris, Chassaignon, s. d. ; Discours à l’Assemblée Nationale, 1871.

Kant Emmanuel, Essai sur la paix perpétuelle, Paris, G. Fischbacher, 1880 ; Projet de paix perpétuelle, essai philosophique par, traduit de l’allemand avec un nouveau supplément de l’auteur, Königsberg, F. Nicolovius, 1796.

Larra y Sánchez de Castro Mariano José de, « Fígaro en Lisboa. Adiós a la Patria. Último artículo », art. inédit, V/VI-1835, fol. 3 ; « ¿Qué hace en Portugal Su Majestad ? », Revista Española, 18-IV-1834.

Latino Coelho José Maria, « De la independencia de Portugal, carta a Emilio Castelar », Jornal do Commercio, 8-III-1871.

López-Cordón Cortezo María Victoria, El pensamiento político-internacional del federalismo español (1868-1874), Barcelona, Planeta, 1975.

Marcoartú Amantegui Arturo Casto de, « La revolución y las obras públicas », Revista de Obras Públicas, Madrid, 1854, 2, t. I (16), p. 205-206.

Marx Karl, Engels Friedrich, Revolution in Spain, New York, Lawrence & Wishart Ltd. and International Publishers, 1939.

Mas y Sans Sinibaldo de, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas en 1842, Madrid, 1843 ; La Iberia : Memoria sobre la conveniencia de la unión pacífica y legal de Portugal y España, 1854 ; A Ibéria. Memória sobre a conveniencia da União pacífica e legal de Portugal e Hispanha. Traduzida em portuguez, Lisboa, Progresso, 1855 ; Un ambassadeur à Macao : guerres de l’opium entre la Chine et l’occident (1839-1858), Paris, L’esprit frappeur, 1999.

Merle Marcel, Pacifisme et internationalisme, Paris, A. Colin, 1966.

Moliner Prada Antonio, « La Federación Ibérica y la revolución de 1848 » p. 117 in Ler Historia, Lisboa, Centro de Estudos de Historia Contemporanea Portuguesa, n° 16, 1989.

Neto Vítor, « Iberismo e municipalismo em J. F. Henriques Nogueira », Revista de História das Ideias, Coimbra, Universidade, 1988, vol. 10, p. 753-768.

Oliveira Marques A. H. de, Ensaios de Maçonaria, Lisboa, Quetzal, 1988.

Oliveira Martins Joaquim Pedro de, Cartas peninsulares, Lisboa, A. M. Pereira, 1895 ; História da Civilização Ibérica, Lisboa, Parceria A. M. Pereira, 1946 ; História de Portugal, Lisboa, Guimarães, 1951, 1972 ; Imprensa Nacional-Casa da Moeda, s.d. ; Barcelos, Portucalense, 1928/1954 ; Liberalismo, Socialismo, Republicanismo : Antologia do Pensamento Político Português, vol. 1, Oporto, 1970 ; Portugal e o Socialismo, Lisboa, 1953 ; Teoria do socialismo, Lisboa, 1952.

Penn William, An Essay Towards the Present and Future Peace Of Europe, By The Establishment of an European Dyet, Parliament, Or Estates, Beati Pacifici. Cedant Arma Togae, London, 1693.

Pérez Martínez Héctor, Cuauhtémoc, México, Populibros La Prensa, 1957.

Piñero Valverde María de la Concepción, Juan Valera y Brasil : un encuentro pionero, Sevilla, Junta de Andalucía/Qüásyeditorial, 1995.

Proudhon Pierre-Joseph, Du Principe fédératif et de la Nécessité de reconstituer le parti de la révolution, Paris, Romillat, 2004 ; Idée générale de la révolution au XIX siècle, Antony, Tops-H. Trinquier, 2000 ; La Fédération et l’Unité en Italie, Paris, E. Dentu, 1862 ; Nouvelles observations sur l’Unité Italienne, Paris, E. Dentu, 1865.

Quental Antero Tarqüínio de, Causas da Decadência dos Povos Peninsulares nos Últimos Três Séculos, 1871 ; Portugal perante a Revolução da Hespanha. Considerações sobre o Futuro da Política Portuguesa no Ponto de Vista da Democracia Ibérica, 1868.

Ramsay André-Michel de, « Discours prononcé à la Loge de Saint-Jean », ms d’Épernay, 1736.

Rêgo Raúl, « A biografia maçónica de António Feliciano de Castilho revelada em curioso documento », Diário de Lisboa, 23-VIII-1962.

Renan Ernest, « Qu’est-ce qu’une nation ? » Conférence à la Sorbonne, 1882.

Rivera Luís, Lima Joaquin Guillermo de, Revista del Mediodia, Lisboa, 1-IX-1850 - 30-V- 1851.

Sáenz de Tejada Benvenuti Carlos (ed. ), Juan Valera – Serafín Estébanez Calderón (1850–1858), Madrid, Moneda y Crédito, 1971.

Saint-Pierre Charles-Irénée Castel de, Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe, Utrecht, A. Schouten, 1713-1716.

Saint-Simon Claude Henri de Rouvroy de, Thierry Jacques Nicolas Augustin, De la réorganisation de la société européenne ou De la nécessité et des moyens de rassembler les peuples de l’Europe en un seul corps politique, en conservant à chacun son indépendance nationale, Paris, A. Égron, 1814.

Silva Joaquim Possidónio Narciso da, Noções elementares de archeologia, Lisboa, Lallement Frères, 1878.

Teixeira de Vasconcellos António Augusto, A Fundação da Monarchia Portugueza : narração Anti-ibérica, Lisboa, Imprensa Nacional, 1860 ; Les Contemporains portugais, espagnols et brésiliens, Galerie portugaise, Antonio Rodriguez Sampaio, journaliste, Paris, Les librairies/ Neuilly, Giraudet, 1858 ; Les Contemporains portugais, espagnols et brésiliens, Le Portugal et la maison de Bragance, Paris, Chez tous les libraires/ Neuilly, Giraudet, 1859 ; Livros para o povo : o Sampaio da Revolução de Setembro, Neuilly, Giraudet, 1859.

Tocqueville Alexis Henri Charles de Clérel de, De la démocratie en Amérique, Paris, R. Laffont, 1986.

Valera Juan, A poesia do Brasil : estudo introdutório e tradução de María de la Concepción Piñero Valverde, Madrid, La Factoría de Ediciones / Brasilia, Consejería de Educación y Ciencia de la Embajada de España, 1996 ; « De la poesía del Brasil », Obras Completas, vol. II, Madrid, Aguilar, 1958-1961 ; « España y Portugal », Estudios críticos sobre literatura, política y costumbres de nuestros días, t. II, Madrid, 1884.

Haut de page

Notes

1 André-Michel de Ramsay [Chevalier (Ayr 1686-Saint-Germain-en-Laye 7 mai 1743)], « Discours prononcé à la Loge de Saint-Jean », ms d'Épernay, 26-XII-1736.

2 François Collaveri, Napoléon franc-maçon ?, Paris, Tallandier, 2003, 300 p.

3 Joaquim Pedro de Oliveira Martins, História de Portugal [1879], Lisboa, Guimarães, 1951, 1972 ; Imprensa Nacional-Casa da Moeda, s.d. [1988] 16° ed. crítica, introd. de Isabel de Faria e Albuquerque e pref. de Martim de Albuquerque ; Damião Peres (ed.), História de Portugal, Barcelos, Portucalense (Ed Monumental), 1928/1954, vol VII (1935) ; Joel Serrão (Selec., introd. e n. de), Liberalismo, Socialismo, Republicanismo : Antologia do Pensamento Político Português, vol. 1, Oporto, 1970.

4 A. H. de Oliveira Marques, Ensaios de Maçonaria, Lisboa, Quetzal, 1988, 122 p., 21 cm, p. 50.

5 Héctor Pérez Martínez [Campeche 21 mars 1906- Veracruz 12 février 1948], Cuauhtémoc, México, Populibros La Prensa, 1957.

6 Marie-Catherine Talvikki Chanfreau, « Autocritique épistolaire et journalistique de l'Espagne des Lumières aux balbutiements du Libéralisme » 17 p. dans « Identité et territoire » études coord. par E. Diaz, Les Cahiers du Mimmoc (Mémoire, Identité et Marginalité dans le Monde Occidental Contemporain, EA 3812, U. de Poitiers) n° 2, 27-IX-2006, http://edel.univ-poitiers.fr/cahiersdumimmoc.

7 « hace antesala en Portugal, […] Portugal y nosotros dos. […] ¿Y dirán que no hace nada en Portugal S. M. (de que Dios nos guarde) ? […] Posteriormente ha hecho más todavía : ha hecho un viaje a Lamego y una fuga a Viseu. » (Mariano José de Larra y Sánchez de Castro [Madrid, 24 mars 1809-13 février 1837], « ¿Qué hace en Portugal Su Majestad ? », Revista Española, 18-IV-1834).

8 « caído el déspota portugués, lanzado su compañero de esperanzas de la península, proclamado el tratado Cuádruple, que entonces fue creído y tenido en algo, parecía ya una cobardía reírse del caído, del desesperanzado, del prófugo. Entonces cesan los artículos de Fígaro contra el pretendiente. » (Mariano José de Larra y Sánchez de Castro, « Fígaro en Lisboa. Adiós a la Patria. Último artículo », article inédit, V/VI-1835, fol. 3).

9 Raúl Rêgo [Morais 15 avril 1913-2002], « A biografia maçónica de António Feliciano de Castilho revelada em curioso documento », Diário de Lisboa, 23-VIII-1962.

10 Guy Fargette, Pedro II, empereur du Brésil : 1840-1889, Paris/Budapest/Turin, l'Harmattan, 2005, 300 p.-[8] f. de pl., 22 cm.

11 Argeu Guimarães, Em torno do casamento de Pedro II, Rio de Janeiro, Zélio Valverde, [1924], p. 25, 55.

12 Antonio Moliner Prada, « La Federación Ibérica y la revolución de 1848 » p. 117 in Ler Historia, Lisboa, Centro de Estudos de Historia Contemporanea Portuguesa Quadrimestrale n. 16, 1989, Estudos, p. 125.

13 Maria Manuela de Bastos Tavares Ribeiro, « António Pedro Lopes de Mendonça : a obra e o pensamento », tese de Licenciatura em História, Coimbra, Faculdade de Letras, 1974, policop.

14 Ángel Fernández de los Ríos [Madrid 27 juillet 1821-Paris 10 juin 1880], Mi misión en Portugal : anales de ayer para enseñanza de mañana, Paris, E. Belhatte, typ. Tolmer et Isidore Joseph / Lisbonne, Bertrand, s. d. [1876].

15 Vicente Barrantes Moreno [Badajoz 1829-Pozuelo de Alarcón, 17 octobre 1898], La joven España : folleto dedicado á la Asamblea Constituyente, Madrid, Libr. de Cuesta/Imp. de Julián Peña, 1854.

16 Juan Valera, « España y Portugal », Estudios críticos sobre literatura, política y costumbres de nuestros días, t. II, Madrid, 1884, 2° ed.

17 Juan Valera, « De la poesía del Brasil » (1855), Obras Completas, vol. II, Madrid, Aguilar, 3ª ed., 1958-1961 ; María de la Concepción Piñero Valverde, Juan Valera y Brasil : un encuentro pionero, Sevilla, Junta de Andalucía/Qüásyeditorial (col. « Cuestión de perspectiva » 2), III-1995 [1ª ed.], 198 p., il., 22x14 cm ; Juan Valera, A poesia do Brasil : estudo introdutório e tradução de María de la Concepción Piñero Valverde [Livre-Docente em Literatura Espanhola pela Universidade de São Paulo], ed. bilingüe, Madrid, La Factoría de Ediciones (col. « Orellana » 10)/ Brasilia, Consejería de Educación y Ciencia de la Embajada de España, 1996 ; « Juan Valera y el indianismo romántico brasileño », Cuadernos Hispanoamericanos, nº 570, Madrid, Agencia Española de Cooperación Internacional, 1997.

18 « con tal que la Corte estuviese en Lisboa y que no se dijese que los habíamos conquistado » (Juan Valera – Serafín Estébanez Calderón (1850–1858), ed. de Carlos Sáenz de Tejada Benvenuti, Madrid, Moneda y Crédito, 1971, p. 115 (7-II-1851).)

19 Luís Rivera, Joaquin Guillermo de Lima, Revista del Mediodia, Lisboa, 1-IX-1850 - 30-V- 1851.

20 Vítor Neto, « Iberismo e municipalismo em J. F. Henriques Nogueira », Revista de História das Ideias, Coimbra, Universidade, 1988, vol. 10, p. 753-768.

21 José Félix Henriques Nogueira, « O Futuro da Península », Almanaque Democrático para 1853, 1852.

22 « contrato nobre, equitativo, vantajoso » (José Félix Henriques Nogueira, Estudos sobre a Reforma em Portugal, Lisboa, Typ. Social, 1851, cap. 29 « Federação »).

23 Sinibaldo de Mas y Sans, Informe sobre el estado de las Islas Filipinas en 1842, vol. I., Madrid, 1843.

24 Sinibaldo de Mas y Sans, Un ambassadeur à Macao : guerres de l'opium entre la Chine et l'occident (1839-1858), Paris, L'esprit frappeur, 1999, 61 p.

25 A Ibéria, memória escrita em língua espanhola por um filo-português e traduzida na língua portuguesa por um filo-ibérico, Lisboa, XII-1851[1853 : 1000 ex. ], 2 cartes ; Sinibaldo de Más y Sans, La Iberia : Memoria sobre la conveniencia de la unión pacífica y legal de Portugal y España, 1854 ; A Ibéria. Memória sobre a conveniencia da União pacífica e legal de Portugal e Hispanha. Traduzida em portuguez, Lisboa, Typographia do Progresso, 1855, 244 p. in-4°, cadrat, frontispice, 2 cartes en coul. pliées, 2 pl. lithogr. en coul. des portraits de Don Pedro V, Roi du Portugal, et de Doña María Isabel Francisca de Asís, Princesse des Asturies, reliure en cuir.

26 Sixto Câmara, A União Ibérica, Lisboa, Typografia Universal, 1859.

27 José Maria Latino Coelho, « De la independencia de Portugal, carta a Emilio Castelar », Jornal do Commercio, 8-III-1871.

28 José Félix Henriques Nogueira, « A Ibéria », Almanaque Democrático para 1854, 1853.

29 Federação ibérica, ou ideias gerais sobre o que convém ao futuro da península. Por um português, Porto, F. G.da Fonseca, VII-1854, « Duas Palavras sobre Motivos ; Projecto de Bases para a Constituição Federal dos Estados Unidos da Ibéria », 79 p.

30 José Félix Henriques Nogueira, « Federação Ibérica. Cidade Capital (comentário do artigo 4.º do Projecto de bases para a Constituição Federal dos Estados Unidos da Ibéria, que propõe Lisboa para capital da Federação. Vid. Parte III, pp. 54 e segs. do interessante opúsculo recentemente publicado com o título de 'Federação Ibérica’, ou ideias gerais sobre o que convém ao futuro da Península – por um português) », Almanaque Democrático para 1855, 1854.

31 António Augusto Teixeira de Vasconcellos [Porto 1er novembre 1816-Paris 29 juin 1878], Livros para o povo : o Sampaio da Revolução de Setembro, Neuilly, Giraudet, 1859.

32 Pedro Amorim Viana [Lisbonne 1822-1901] Defesa do Racionalismo ou Análise da Fé, Porto, Fonseca, 1866.

33 José Manuel de Barros Dias, « Da questão Ibérica à União Europeia. Constantes e Mutações no Relacionamento entre Espanha e Portugal », Revista Militar, nº 2427, p. 297-309, Lisboa, Europress, 2004.

34 Karl Marx [Trèves 5 mai 1818-Londres 14 mars 1883 ], Friedrich Engels [Barmen 28 novembre 1820-Londres 5 août 1895], Revolution in Spain [série d'articles de 1854, intitulée « Revolutionary Spain », écrite en Angleterre entre août et novembre, éditée entre le 9 septembre et le 2 décembre dans le New-York Daily Tribune dont Marx fut le correspondant de 1852 à 1861], New York, Lawrence & Wishart Ltd. and International Publishers, 1939, 255 p.

35 José Barbosa Leão [Parada 15 octobre 1818-Porto 13 novembre 1888], O futuro de Portugal, Porto, 1881.

36 Carlos José Caldeira, Apontamentos d'uma Viagem de Lisboa à China e da China a Lisboa, 2 vols., Lisboa, Typ. de Castro & Irmão/ Tipografia G. M. Martins, 1852-1853.

37 Arturo Casto de Marcoartú Amantegui, « La revolución y las obras públicas », Revista de Obras Públicas, Madrid, 1854, 2, t. I (16), p. 205-206.

38 Alexandre Herculano de Carvalho e Araújo [Lisbonne 28 mars 1810–Vale de Lobos 13 septembre 1877], « Arrhas por fôro de Hespanha », Lendas e narrativas, Lisboa, 1851, t. I ; « Révolutions et luttes des communes dans la péninsule au XIIe siècle » [trad. et prés. par Ortaire Fournier], Revue Lusitanienne, 1852 ; « Do estado das classes servas da Península desde o VII até o XII séculos », Annaes das Sciencias e Lettras, Academia Real das Ciências, 2.ª cl., 1857, n° 7-10.

39 Joaquim Possidónio Narciso da Silva [Lisbonne 17 mai 1806-23 mars 1896], Noções elementares de archeologia,Lisboa, Lallement Frères, 1878.

40 Antonio Augusto Teixeira de Vasconcellos, Les Contemporains portugais, espagnols et brésiliens, Galerie portugaise, Antonio Rodriguez Sampaio, journaliste, Paris, Les librairies/ Neuilly, Giraudet ( « Bibliothèque de la Société ibérique » II [1ère brochure du t. VI]), 16-X-1858, 56 p. in-8°, 1 portr., 1 fac-sim. ; Les Contemporains portugais, espagnols et brésiliens, Le Portugal et la maison de Bragance, Paris, Chez tous les libraires/ Neuilly, Giraudet, ( « Bibliothèque de la Société ibérique » I), 22-X-1859, VIII-660 p. in-8°, port., carte, fac-simil., broché ; A Fundação da Monarchia Portugueza : narração Anti-ibérica, Lisboa, Imprensa Nacional, 1860.

41 Antero Tarqüínio de Quental, Portugal perante a Revolução da Hespanha. Considerações sobre o Futuro da Política Portuguesa no Ponto de Vista da Democracia Ibérica, XI-1868.

42 Antero Tarqüínio de Quental, Causas da Decadência dos Povos Peninsulares nos Últimos Três Séculos, 27-V-1871.

43 Carlos García-Romeral Pérez (Recop., introd., vers., ed. y n. de), Viajeros portugueses por España en el siglo XIX, Madrid, Miraguano, 2001.

44 Joaquim Pedro de Oliveira Martins, História da Civilização Ibérica [1879], Lisbonne, Parceria A. M. Pereira, 1946, 8e éd. ; Cartas peninsulares, Lisbonne, António M. Pereira, 1895.

45 Joaquim Pedro de Oliveira Martins, Teoria do socialismo [1872], préf. d'António Sérgio, Lisbonne, 1952.

46 Joaquim Pedro de Oliveira Martins, Portugal e o Socialismo [1873] , préf. d'António Sérgio, Lisbonne, 1953, 2e éd.

47 María Victoria López-Cordón Cortezo, El pensamiento político-internacional del federalismo español (1868-1874), Barcelona, Planeta (Col. « Ensayos/Planeta de historia y humanidades » n° 14), I-1975, 470 p. ; XI-1975, 448 p. ; 15x22 cm.

48 Pierre-Joseph Proudhon [Besançon 15 janvier 1809-Paris 19 janvier 1865], La Fédération et l'Unité en Italie, Paris, E. Dentu, 1862, 143 p. in-18° ; Nouvelles observations sur l’Unité Italienne [1862], Paris, E. Dentu, 1865, 69 p. in-18°.

49 Huig de Groot [Delft 10 avril 1583-Rostock 28 août 1645], Annales et Historiae de rebus Belgicis [Histoire de la rébellion des Pays-Bas contre l’Espagne au XVIIème siècle], Amstelaedami, Joannes Blaev, 1657, 569 p. in-4° ; Amsterdam, Jean Blaeu, 1658, 567 p. , 18 f. in-8°.

50 Huig de Groot, De jure belli ac pacis libri tres, Paris, Bûon, 1625 ; Amtersdam, Joannem Blaeu, 1670.

51 William Penn [Londres 14 octobre 1644-30 juillet 1718], An Essay Towards the Present and Future Peace Of Europe, By The Establishment of an European Dyet, Parliament, Or Estates, Beati Pacifici. Cedant Arma Togae, London, 1693.

52 Abbé Charles-Irénée Castel de Saint-Pierre (Saint-Pierre-Église 18 février 1658-Paris 29 avril 1743), Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe [après la Guerre de Succession d'Espagne], Utrecht, A. Schouten, 1713-1716.

53 François de Pons de Salignac de La Mothe Fénelon [Fénelon 6 août 1651-Cambrai 8 janvier 1715], Les Aventures de Télémaque, fils d'Ulysse [1694-1696], Leyde, Wetstein, 1777 ; Tulle, R. Chirac, 1781, 2 t.

54 Emmanuel Kant [Königsberg 22 avril 1724-12 février 1804], Essai sur la paix perpétuelle [Projet de paix perpétuelle, essai philosophique par , traduit de l'allemand [Zum ewigen Frieden, Entwurf, 1795] avec un nouveau supplément de l'auteur, Königsberg, Frédéric Nicolovius, 1796], Paris, G. Fischbacher, 1880, p. 18-19).

55 Marie Jean Antoine Nicolas Caritat, marquis de Condorcet [Ribemont 17 septembre 1743-Bourg-la-Reine 28 mars 1794], Esquisse d'un tableau historique des progrès de l'esprit humain [1793-1794], Paris, Flammarion, 1988, p. 265-266.

56 Claude Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon [Paris 17 octobre 1760-19 mai 1825], Jacques Nicolas Augustin Thierry [Blois 10 mai 1795-Paris 22 mai 1856], De la réorganisation de la société européenne ou De la nécessité et des moyens de rassembler les peuples de l’Europe en un seul corps politique, en conservant à chacun son indépendance nationale Paris, A. Égron, 1814, Livre 2, chap. 1er : « De la nouvelle organisation de la société européenne », chap. 2 « De la Chambre des Députés du Parlement européen » .

57 Étienne Cabet [Dijon 1er janvier 1788-Saint-Louis 9 novembre 1856], Voyage et Aventures de lord William Carisdall en Icarie, Londres, 1839 ; Paris, H. Souverain, 1840, 2 vol. 

58 Alexis Henri Charles de Clérel, vicomte de Tocqueville [Verneuil-sur-Seine 29 juin 1805-Cannes 16 avril 1859], De la démocratie en Amérique (t. I 1835, t. II 1840), Paris, R. Laffont (coll. « Bouquins »), 16-IX-1986, 1178 p., 13x20cm.

59 Victor Hugo [Besançon 26 février 1802-Paris 22 mai 1885], Congrès général de la paix, association universelle des peuples ayant pour but de garantir les intérêts moraux et matériels par la paix. Superbe discours de M. Visschers, Discours de MM. Cobden, Coquerel et Victor Hugo [Président], Paris, Imprimerie de Chassaignon, s. d [21 août 1849] ; Discours du 1er mars 1871 à l'Assemblée Nationale.

60 Pierre-Joseph Proudhon, Idée générale de la révolution au XIX siècle [1851], introd. par Hervé Trinquier ; n. par A. Berthod, E. Jung et H. Trinquier, Antony, Éd. Tops-H. Trinquier, 2000, 326 p. ; 23 cm ; Du Principe fédératif et de la Nécessité de reconstituer le parti de la révolution [14-II-1863], Paris, Romillat, 2-VII-2004, 181 p. broché.

61 Maurice Dommanget, Les Idées politiques et sociales d'Auguste Blanqui, Paris, Marcel Rivière et Cie (« Bibliothèque des Sciences politiques sociales »), 1957.

62 Marcel Merle, Pacifisme et internationalisme, Paris, Armand Colin (coll. « U »), 1966, 339 p. , p. 30.

63 Ernest Renan [Tréguier, 23 février 1823-Paris 2 octobre 1892], « Qu'est-ce qu'une nation ? » Conférence faite en Sorbonne, le 11 mars 1882.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Catherine Talvikki Chanfreau, « Le difficile essor de l’ibérisme entre monarchisme unitaire et fédéralisme républicain », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 08 juillet 2007, consulté le 23 mars 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/243 ; DOI : 10.4000/mimmoc.243

Haut de page

Auteur

Marie-Catherine Talvikki Chanfreau

Maîtresse de Conférences Certifiée et Agrégée, enseigne la Langue et la Civilisation Espagnoles à la Faculté de Lettres et Langues de l’Université de Poitiers. A soutenu en 1996 sa Thèse de Doctorat de l’Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III, « Le Boléro, expression et discours », sous la direction de Monsieur le Professeur Serge Salaün, et participé à différents ouvrages collectifs ou revues, dont : Mélanges de la Casa Velázquez n° XXXII-3, Madrid,1996 ; Censure(s) et Identité(s), Poitiers, Les Cahiers FORELL n° 11, 1999 ; Être espagnol, Paris, PSN, 2000 ; Le métissage culturel en Espagne, Paris, PSN, 2001 ; La musique dans le théâtre et le cinéma espagnols, Pau, Fédérop, 2002 ; Les fins de siècles en Espagne, Paris, PSN, 2003 ; Francia en España, España en Francia, la historia en la relación cultural hispano-francesa (siglos XIX-XX), Salamanca, Universidad ("Aquilafuente", n° 55), 2003 ; Le(s) plaisir(s) en Espagne (XVIIIe-XXe siècles), Paris, CREC, 2004 ; Figures de l’exclusion : marginalité et identité dans le monde contemporain, Poitiers, Cahiers du MIMMOC 1, 2006 ; Identité et territoire, Poitiers, Cahiers du MIMMOC 2, 2006.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page