Navigation – Plan du site

Les ambivalences ouest-allemandes face à la question yougoslave de l’Ostpolitik à l’unification

Ambivalente Beziehungen zu den blockfreien Staaten in der außenpolitischen Strategie der Bundesrepublik am Beispiel der BR‎ Jugoslawien (1974-1990)
Julien THOREL

Résumés

On oublie souvent dans l’affrontement bipolaire entre les deux camps, occidental et socialiste durant la période 1945-1990, dite de « guerre froide », le rôle qu’a joué le « tiers-monde » - au sens politique du terme, rassemblé à partir de 1961 au sein de ce que l’on désigne comme le « mouvement non-aligné », c’est-à-dire l’ensemble des États qui n’ont adhéré ni à l’un ni à l’autre des deux blocs (blockfrei en allemand). Membre fondateur et chef de file du mouvement non-aligné, la Yougoslavie est un bon exemple de terrain d’application de la politique ouest-allemande - et occidentale de manière générale – à l’égard des pays non-alignés qui ont constitué, jusqu’à l’érosion du bloc socialiste dans le sillage de l’Ostpolitik et du processus de Détente, un véritable enjeu diplomatique entre les deux camps, dont l’objectif était la victoire idéologique mondiale, celle d’un modèle socio-économique, d’une culture politique. Si la politique yougoslave de la RFA sur la période de 1974 à 1989 a oscillé entre un soutien bienveillant et un renforcement des liens politiques, économiques et culturels, la normalisation des relations germano-yougoslaves fut cependant l’un des signes avant-coureurs du « changement par le rapprochement » qui constitue sur la période le cœur de la stratégie de Bonn à l’égard du bloc oriental. Après 1990, le gouvernement Kohl/Genscher a en revanche favorisé les indépendances slovènes et croates avant même leurs proclamations en septembre 1991, au nom d’une Realpolitik de stabilisation de sa périphérie proche qui permettait de sauver de la Yougoslavie ce qui pouvait encore l’être.

Haut de page

Entrées d’index

Aires géographiques :

Europe

Périodes :

1945-1990
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Née le 29 novembre 1945, la République fédérale de Yougoslavie devient la République socialiste féd (...)

1On résume souvent la période 1945-1990, dite de « guerre froide », à l’affrontement bipolaire entre les deux camps, occidental et socialiste. Et l’on oublie souvent le rôle qu’a joué le « tiers-monde », au sens politique du terme, rassemblé à partir de 1961 au sein de ce que l’on désigne comme le « mouvement non-aligné », c’est-à-dire l’ensemble des États qui n’ont adhéré ni à l’un ni à l’autre des deux blocs (blockfrei en allemand). La Yougoslavie1 est, en tant que membre fondateur et chef de file du mouvement non-aligné, un bon exemple d’application de la politique ouest-allemande - et occidentale de manière générale – à l’égard des pays non-alignés qui, disons-le d’emblée, n’ont guère occupé une place prioritaire dans les stratégies de Guerre froide des pays des deux blocs antagonistes de l’affrontement bipolaire. Toutefois, ils y ont apporté une contribution, au moins jusqu’au milieu des années 1970 dans le cadre de la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE). Il serait sans doute erroné d’en sous-estimer l’importance, qu’elle soit d’ordre politique ou économique, dans la mesure où les pays non-alignés ont constitué, jusqu’à l’érosion du bloc socialiste dans le sillage de l’Ostpolitik et du processus de Détente, un véritable enjeu diplomatique entre les deux camps, dont l’objectif était la victoire idéologique mondiale, celle d’un modèle socio-économique, d’une culture politique.

2On distingue dans l’évolution de la politique yougoslave de la RFA entre 1974 et 1989 trois phases, marquées par deux césures : le décès du Maréchal Tito en 1980 et l’arrivée au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev en Union soviétique en 1985. Après la rupture des relations diplomatiques entre Bonn et Belgrade en 1957, suite à la reconnaissance du régime de Berlin-Est par la Yougoslavie titiste, les deux capitales opèrent un rapprochement sous la Grande coalition Kiesinger-Brandt en 1968. La normalisation des relations germano-yougoslaves est l’un des signes avant-coureurs du « changement par le rapprochement » qui constitue le cœur de la stratégie de Bonn à l’égard du bloc oriental. Revenons au préalable sur cette période qui permet de mieux comprendre les développements postérieurs.

1- La Yougoslavie titiste partie prenante au processus de « changement par le rapprochement » (1968-1974)

  • 2 La Deutschlandpolitik de Bonn comprend des objectifs en politique intérieure et extérieure et vise, (...)
  • 3 C’est dans le domaine politique que le rapport concurrentiel s’est exprimé le plus clairement. Les (...)
  • 4 Das Gupta, Amit. « Ulbricht am Nil. Die deutsch-deutsche Rivalität in der Dritten Welt », in Wengst (...)
  • 5 Du nom du secrétaire d’État aux Affaires étrangères, mais conçue en réalité par le professeur de dr (...)
  • 6 On se reportera avec profit à l’ouvrage de Werner Kilian, Die Hallstein-Doktrin. Der diplomatische (...)
  • 7 Avant la mise en place de la « doctrine Hallstein », le tiers monde constituait l’unique débouché p (...)

3Depuis les années cinquante, les relations de la République fédérale avec les pays du mouvement non-aligné, fondé lors de la Conférence de Belgrade du 1er au 6 septembre 1961, sont presque exclusivement dictées par les aspirations de Bonn en matière de Deutschlandpolitik2, et par conséquent en considération des relations que la RDA cherchait à entretenir avec les pays non-alignés. Intégrée au Pacte de Varsovie et au Conseil d’aide économique mutuelle (CAEM) sous tutelle soviétique, la République démocratique cherchait en effet à élargir sa sphère d’influence internationale par l’établissement de relations diplomatiques avec des États qui reconnaîtraient par conséquent son existence, sa légitimité et ses frontières. A contrario, il s’agissait pour la République fédérale d’isoler le régime de Pankow en circonscrivant sa marge de manœuvre internationale aux relations avec les pays du bloc de l’Est3. Si bien qu’il faut partir du postulat que la stratégie de Bonn à l’égard des pays non-alignés est dictée jusqu’à la fin des années 1960 par la rivalité entre les deux systèmes politico-économiques antagonistes4, qui visaient à gagner, aux dépens de l’autre, des partenariats, des marchés, mais surtout une influence politique dans la zone non-engagée dans le conflit Est-Ouest. Dans ce contexte, la célèbre « doctrine Hallstein »5 mise en place en 1955 a constitué le fondement de la stratégie politico-diplomatique ouest-allemande à l’égard des États non-alignés et l’instrument de la « guerre diplomatique »6 entre Bonn et Berlin-Est7.

  • 8 Cf. Thorel, Julien. « Les deux Allemagnes face au Tiers-Monde », in : Jean-Paul Cahn et Ulrich Pfei (...)

4C’est d’ailleurs sous cet angle qu’il faut observer la politique ouest-allemande à l’égard des pays du mouvement non-aligné dans son ensemble8. L’avènement de l’Ostpolitik en 1970 sanctionne l’échec de la politique d’opposition frontale Est-Ouest : à la politique de la force (Politik der Stärke) pratiquée par les Occidentaux succède une politique de Détente basée sur le dialogue, le rapprochement politique et culturel ainsi que l’intensification des relations économiques. La Yougoslavie titiste ne reste pas à l’écart de cette mutation, au contraire. La réconciliation germano-yougoslave de 1968 amorce la fin de la doctrine Hallstein, dont la Yougoslavie titiste fut la première victime en 1957.

  • 9 Mouvement lancé par les réformistes de la Ligue Communiste Croate (LCC), rassemblant le Parti commu (...)
  • 10 Brandt, Willy. Mémoires, Paris, Albin Michel, 1990, p. 203.

5Le processus de rapprochement bilatéral consécutif à l’accord du 31 janvier 1968, et qui sillonne la première moitié des années 1970, est révélateur des intérêts respectifs des deux pays sur la scène internationale : Tito souhaitait stabiliser une situation politique fragilisée par le « Printemps croate » de 19719 et attirer les investissements étrangers. Parallèlement, le chancelier Brandt, convaincu de ce que la Yougoslavie était un « pays leader du mouvement des non-alignés à l’origine d’influences constructives » au sein d’un mouvement « international de toute première importance »10, traitait la Yougoslavie comme un État communiste du bloc de l’Est. En effet, comme ses partenaires occidentaux, Brandt était conscient qu’une politique yougoslave divergente de l’Ostpolitik pourraient avoir des répercussions sur la cohérence de celle-ci, étant donné les liens de Belgrade avec les capitales du bloc oriental.

  • 11 Soutou, Georges-Henri. La Guerre de Cinquante Ans. Les relations Est-Ouest 1943-1990, Paris, Fayard (...)
  • 12 Héritière du mouvement nationaliste oustachi d’Ante Pavelic, allié au régime national-socialiste du (...)
  • 13 Cf. Thèse de Doctorat, Thorel, Julien. La France, la République fédérale d’Allemagne et la politiqu (...)
  • 14 Frankfurter Allgemeine Zeitung, 16.3.1974.
  • 15 À la fin de l’année 1972, un accord bilatéral est conclu en faveur d’une aide ouest-allemande de 30 (...)

6Ne perdons pas de vue le fait que la Yougoslavie du maréchal Tito était considérée par les Occidentaux comme un maillon faible du communisme en Europe suite au schisme Tito-Staline de 194811. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la politique occidentale avait consisté à essayer de déstabiliser politiquement un pays confronté à des forces centrifuges, prêtes à faire éclater une fédération bâtie sur la création artificielle que constituait le Royaume des Serbes, des Croates et Slovènes depuis le 1er décembre 1918. Sous l’impulsion de Willy Brandt, les responsables de Bonn relâchent progressivement leur soutien aux militants extrémistes croates de l’Ustasa12 – émigrés en RFA dans le sillage des purges sanglantes contre l’opposition au régime titiste dans la seconde moitié des années 1940 – qui avaient occasionné plusieurs frictions bilatérales au cours des années 1950 et 196013. Un accord sur l’indemnisation des victimes de guerre (« Formule de Brioni ») est également conclu lors de la visite du chancelier ouest-allemand à Belgrade en 1973. La voie était ainsi ouverte à une coopération politique et économique plus étroite : la convergence entre Tito et Brandt sur les questions de sécurité européenne et sur la résolution de la question allemande constitue un terreau favorable à l’accentuation de la coopération économique bilatérale : durant les années 1970, les importations ouest-allemandes sont ainsi multipliées par 2,5, les exportations par 4 tandis que le commerce ouest-allemand fournit à la RSFY 20 % de ses importations. La Yougoslavie bénéficie, au même titre que la Pologne ou la Hongrie, de facilités financières sous forme d’aide au capital14 de la part du gouvernement social-libéral Brandt-Scheel (1969-1974)15. De manière générale, les gouvernements SPD-FDP successifs à partir de 1969 ont œuvré au développement des relations économiques et des échanges culturels qui constituent un vecteur d’influence incontestable, en particulier avec les républiques du Nord de la Yougoslavie, qui faisaient autrefois partie de l’Empire austro-hongrois et qui étaient géographiquement mais surtout culturellement plus proches du monde germanique.

2- L’ambivalence de la politique yougoslave de Bonn dans le contexte de Détente (1974-1980)

  • 16 Kissinger, Henry. Diplomacy, New York, Simon & Schuster, 1994, p. 759.

7Une fois la normalisation des relations bilatérales réalisée, la RFA ne semble toutefois pas accorder à la Fédération yougoslave un rôle clef dans sa politique à l’égard des pays communistes. Cette normalisation des relations bilatérales a manifestement été davantage un « alibi », un instrument de crédibilisation de la politique à l’Est de Bonn. C’est depuis 1945 l’Union soviétique qui est le pilier du dialogue Est-Ouest : l’approche ouest-allemande de la Détente passe prioritairement par le dialogue entre les deux blocs, auxquels la Yougoslavie n’est pas affiliée. Néanmoins, la direction ouest-allemande tente de mettre à profit le processus engagé dans le cadre de la Conférence pour la Sécurité et la Coopération en Europe. Face à la doctrine Brejnev, les Occidentaux ont réaffirmé le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Avec la « troisième corbeille » de l’Acte final d’Helsinki du 2 août 1975 consacrée aux échanges humains, ils ontvoulu soutenir les mouvements d’opposition dans les pays communistes d’Europe orientale16.

  • 17 Schmidt-Eenboom, Erich. Der Schattenkrieger. Klaus Winkel und der BND, Düsseldorf, Econ Verlag, 199 (...)

8C’est à cet endroit qu’interviennent les liens de coopération extrêmement étroits entre les services de renseignements ouest-allemands et croates tissés depuis la guerre : si, conformément au souhait du Maréchal Tito, les autorités ouest-allemandes ont relâché leur soutien aux militants de l’Ustasa dans la première moitié des années 1970, elles ont multiplié les effectifs du Bundesnachrichtendienst (BND) en Yougoslavie (une centaine d’agents), ce qui leur permet de « prendre des mesures actives pour déstabiliser l’État yougoslave »17. Klaus Dörner, le coordinateur des agents postés par le BND en Yougoslavie, visait en réalité à fonder une alliance entre les communistes de Croatie et l’émigration croate.

  • 18 Cf. Lemasson, Sylvie. « La présence allemande au Moyen-Orient » et Franz Ansprenger, « Réflexions s (...)
  • 19 Cf. Thorel, Julien. « Les deux Allemagnes face au Tiers-Monde », op. cit., p. 48-52.
  • 20 E. Schmidt-Eenboom, op. cit., p. 217.

9Parallèlement, Bonn a cherché à renforcer l’influence ouest-allemande dans les Balkans occidentaux, qui ouvrent sur l’espace moyen-oriental non-aligné avec lequel Bonn cherche à renforcer ses relations politiques et surtout ses positions économiques et commerciales18. Dans le contexte de Guerre froide, il s’agissait, d’une part, de barrer à l’Union soviétique la route de l’Adriatique et de la Méditerranée pour ne pas s’exposer à un bouleversement géopolitique brutal dans les Balkans. D’autre part, la Yougoslavie était le point de passage des exportations est-allemandes vers le Moyen-Orient. Or, dans le cadre du rapport concurrentiel RFA-RDA19, le gouvernement Schmidt/Genscher souhaitait exercer un contrôle sur la Yougoslavie, pays de transit du trafic d’armes international par lequel le régime de Berlin-Est acheminait des convois – officiellement humanitaires – d’armement vers le Moyen-Orient20. Le rapport concurrentiel entre la RFA et la RDA au plan commercial constituait un élément de la politique ouest-allemande vis-à-vis de la Yougoslavie non-engagée et montre bien que la politique yougoslave de la RFA s’inscrivait parfaitement dans la logique de la Deutschlandpolitik, comme l’ensemble de sa stratégie à l’égard du mouvement non-aligné.

  • 21 Durant l’enquête qui suivit, le refus de coopérer des autorités yougoslaves provoqua la colère de l (...)

10Dans ce cadre, les services de renseignements de Croatie étaient d’une aide précieuse. L’arrestation des terroristes de la Rote Armee Fraktion le 11 mai 1978 à Belgrade en livre un exemple pertinent : alors que Bonn avait exigé la livraison des leaders de la RAF, Brigitte Mohnhaupt, Peter Jürgen Boock, Sieglinde Hofmann et Rolf Clemens Wagner furent extradés au Liban. La négociation germano-yougoslave échoua face refus des autorités ouest-allemandes de livrer en échange les leaders de l’Ustasa. L’enjeu diplomatique était important : la RFA aurait perdu son allié croate qui confortait ses intérêts politiques en Yougoslavie21.

  • 22 Propos tirés d’un rapport du coordonnateur du BND en Yougoslavie Klaus Dörner, cités par E. Schmidt (...)

11Durant la deuxième moitié des années 1970, l’on parlait de plus en plus de la succession de Tito, dont l’état de santé était bien connu. La fragilisation interne du pays était susceptible de mettre à mal l’unité politique du pays et d’enclencher une réaction en chaîne dans les États communistes d’Europe de l’Est, ce qui était de nature à accélérer le processus de rapprochement Est-Ouest mis en place par la CSCE, au profit d’une résolution de la question allemande. Cependant, le regain de tensions Est-Ouest à la fin des années 1970 et la mort de Tito en 1980 inviteront la diplomatie ouest-allemande à la prudence face à un pays au devenir incertain, dont on redoute déjà à l’époque que les forces nationales centrifuges ne déclenchent « une guerre de sécession »22.

3- Les inquiétudes ouest-allemandes après la mort de Tito (1980-1985)

  • 23 La France fut représentée par son Premier ministre, Raymond Barre, et par le chef de l’opposition s (...)
  • 24 Lorsque le leader nationaliste croate Franjo Tudjman est emprisonné pour la seconde fois en raison (...)
  • 25 Le président américain Jimmy Carter déclara lors des obsèques du maréchal Tito en mai 1980 qu’il «  (...)

12Si l’on s’en tient au discours officiel de la Chancellerie à Bonn, la mort du Maréchal Tito le 4 mai 1980 ne semble pas avoir provoqué de craintes particulières quant au devenir de la RSFY, que ce soit dans le domaine politique ou économique. Remarquons toutefois la présence du chancelier Helmut Schmidt en personne aux obsèques du chef de l’État yougoslave, un geste symbolique qui traduit la différence d’intérêt et de perception avec la France, seule grande puissance dont le plus haut représentant fut absent23. Depuis 1979, on était entré dans une « nouvelle guerre froide », marquée par la crise des euromissiles et la tentative de percée en Afghanistan qui illustrent le regain d’agressivité de la politique soviétique. Dans ce contexte, la ruée soviétique sur le front adriatique, que l’on redoutait depuis les années 1960, est très sérieusement envisagée. À Bonn, on s’emploie donc à la prudence en ne remettant pas en question la politique suivie depuis l’entame du processus de normalisation. Si le BND entretient toujours des liens avec la mouvance nationaliste croate24, il reste toutefois très discret. La politique ouest-allemande est aussi conditionnée par les soupçons qui portent à nouveau sur sa fidélité au camp occidental ; parallèlement, des voix s’élèvent pour dénoncer une éventuelle dérive neutraliste au profit d’avancées notoires sur la question allemande. Ainsi, Bonn aligne sa politique yougoslave sur celle de Washington25 au profit d’une stratégie de stabilisation. L’intérêt au maintien de l’indépendance et de l’intégrité territoriale de la Yougoslavie procède en outre de l’intérêt géopolitique de ne pas déstabiliser le sud-est de l’Europe après l’adhésion de la Grèce à la CEE en 1981.

  • 26 Gehlen, Reinhard. Verschlußsache, Mayence, Verlag Hase und Koehler, 1980, p. 44.

13La Yougoslavie n’est, de toutes les façons, plus perçue par la diplomatie ouest-allemande comme un État influent au sein des pays non-alignés qui, comme dans les années 1950/1960, menacerait directement les velléités ouest-allemandes de réunification. Son évolution croissante en direction des valeurs occidentales favorisait l’objectif ouest-allemand d’une coopération paneuropéenne par-delà les divergences idéologiques. La clef du soutien de Bonn réside dans cette méfiance à l’égard des visées subversives des Soviétiques dans les Balkans. Reinhard Gehlen, le fondateur des services de renseignements ouest-allemands informé par plusieurs agents en contact avec leurs confrères du KGB, lançait un avertissement dans ce sens dans un ouvrage paru en 1980 : « Les successeurs de Tito ne seront pas en mesure d’assurer le non-alignement durable du pays. L’Union soviétique, de son côté, a depuis longtemps effectué tous les préparatifs pour exploiter une situation favorable à ses intentions »26.

  • 27 Genscher, Hans-Dietrich. Erinnerungen, Berlin, Siedler Verlag, 1995, p. 928.
  • 28 Financial Times, 22.1.1981.
  • 29 Cf. « Die Bedeutung Südosteuropas für die deutsche Außenpolitik. Rede des Staatsministers im Auswär (...)
  • 30 La Hongrie rejoignit ce groupe de travail au cours des années 1980. Haberl, Othmar N. « Ansätze zur (...)

14Partant, il est essentiel de soutenir la Yougoslavie et d’entretenir avec elle « des relations étroites »27 pour qu’elle ne cède ni aux tensions internes ni pressions externes du fait de ses faiblesses économiques. Bonn poursuit par conséquent les investissements directs et octroie en 1981 un crédit non lié de 500 millions de marks, assorti d’une aide supplémentaire de 600 millions réservée à l’élaboration de projets techniques et culturels spécifiques28. En octobre 1981 est ainsi organisée à Ljubljana, la capitale politique, économique et culturelle de la République de Slovénie, une « Semaine de la culture allemande »29, dont la signification politique n’est pas à sous-estimer : la politique extérieure culturelle avait été érigée depuis 1969 par le secrétaire d’État aux Affaires étrangères Ralf Dahrendorf au rang de « troisième pilier de la politique étrangère » et devait contribuer au renforcement de l’influence ouest-allemande, essentiellement dans les pays du tiers-monde. Cette manifestation corrobore la stratégie de rapprochement avec les républiques du Nord de la Yougoslavie : la Slovénie avait été rattachée dès 1978 à la zone de coopération économique interrégionale du groupe de travail tripartite (RFA, Autriche, Italie) « Alpes-Adriatique », qui fut le point de départ de la coopération interrégionale entre les Européens de l’Ouest et les pays communistes et ouvrit la voie à d’autres initiatives dans les espaces danubien, transalpin et adriatique, et dont l’objectif, jusqu’en 1990, fut de travailler à l’érosion des blocs30.

  • 31 La crainte avait déjà été exprimée dans le sillage du « Printemps de Zagreb » par le député chrétie (...)
  • 32 Schmidt-Eenboom, op. cit., p. 229.
  • 33 Müller, Helmut M. Schlaglichter der deutschen Geschichte, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildu (...)

15Il faut aussi justifier le changement de cap opéré à Bonn par des motifs de politique intérieure. Rappelons qu’une note du BND envisageait une escalade des tensions susceptible d’avoir des répercussions sur le paysage social ouest-allemand du fait de la forte minorité yougoslave présente en RFA31. Les services de renseignements prévoyaient en effet un afflux de 250 000 réfugiés yougoslaves en cas de crise grave, voire d’affrontements armés en Yougoslavie32, ce qui aurait renforcé les difficultés en une période marquée en RFA par une croissance économique au ralenti et un taux de chômage qui est passé de 3,8 % en 1980 à 9,3 % en 198533. Ne sous-estimons pas cette dimension : face à ces difficultés économiques qui avaient précipité la fin de la coalition sociale-libérale, la nouvelle coalition gouvernementale CDU/FDP avait adopté le 28 novembre 1983 une loi d’aide au retour (Rückkehrhilfegesetz) des travailleurs immigrés, alors que les gouvernements précédents s’étaient contentés de stopper la migration du travail après le premier choc pétrolier.

  • 34 Erich Schmidt-Eenboom indique que, dès avant la mort de Tito, toutes les décisions stratégiques des (...)

16Au final, les facteurs de politique intérieure et extérieure concourent à une politique de soutien à la stabilité de l’État yougoslave durant la première moitié des années 1980, après la mort de Tito. Bonn tente parallèlement d’intensifier sa politique d’influence dans les deux républiques du Nord, la Slovénie et la Croatie. Les liens étroits entre le BND et les séparatistes des deux républiques fédérées, ont sans doute même œuvré à l’apaisement des revendications des mouvements nationalistes34 – rien ne permet de l’affirmer aujourd’hui avec certitude, mais on peut observer sur la période une grande discrétion des agissements des nationalistes croates, en dépit du relâchement des services secrets yougoslaves.

17La vague de libéralisation déclenchée par la nouvelle direction soviétique à partir de 1985 sera fatale à la Yougoslavie, fragilisée politiquement et institutionnellement, qui perdra de facto le soutien des Occidentaux.

4- La passivité du gouvernement Kohl/Genscher face au processus de libéralisation yougoslave (1985-1989)

18Dans le sillage de la Glasnot (transparence) et de la Perestroïka (restructuration) introduites par le nouveau Secrétaire général du Parti Communiste de l’Union soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, les forces nationalistes croates ont enclenché à partir de 1985/1986 le processus de libéralisation qui a fait apparaître les premiers mouvements d’opposition franche au communisme yougoslave depuis le « Printemps de Zagreb » de 1971.

  • 35 Ibid.
  • 36 Ibid, p. 212.
  • 37 Cité dans le discours prononcé par l’ambassadeur de RFA en Yougoslavie le 22 février 1986 à Munich. (...)

19Dans ce cadre, les médias de Zagreb ont joué un rôle considérable, en particulier le Courrier économique (Privredni Vjenik), dirigé par Milivoj Huber, qui s’employait à manipuler l’opinion publique. Milivoj Huber était un ancien collaborateur d’Ernest Bauer, lui-même ancien colonel des services secrets de la Croatie fasciste et agent de liaison du BND pour les Balkans35. On sait que Klaus Dörner était parvenu à exercer une influence considérable sur les médias croates qui ont insufflé le vent de la libéralisation. Est-ce à dire pour autant, comme le prétend Erich Schmidt Eenboom, que le BND a « accéléré par tous les moyens le partage de la Yougoslavie »36 à partir de 1981, mettant à profit la « surprenante passivité » des services secrets yougoslaves, dirigé par le Slovène Stane Dolanc, notamment lors du soulèvement des Albanais à Pristina, la capitale du Kosovo ? Après l’éclatement de la Fédération yougoslave au début de l’année 1992, les observateurs ont établi un lien immédiat entre les agissements du Bundesnachrichtendienst et la reconnaissance « unilatérale » et prématurée de l’indépendance de la Slovénie et de la Croatie le 23 décembre 1991, considérée comme la résurgence d’un projet géopolitique qui datait d’avant-guerre : la Mitteleuropa. Assurément, la RFA a exploité en sous-main une possibilité de battre en brèche le communisme yougoslave du fait du rôle de passerelle entre les deux blocs que jouait la Fédération yougoslave. S’il s’agissait de déstabiliser un système politico-économique – nonobstant les différences entre le système d’autogestion yougoslave et le système socialiste en Europe de l’Est –, les supposées visées subversives de Bonn durant la seconde moitié des années 1980 ne semblent pas réalistes : au contraire, il fallait préserver le rôle stabilisateur de la Yougoslavie dans les Balkans, qui prévalait contre toute aspiration géopolitique subversive. Car de manière générale, la stabilité de l’Europe occidentale dépendait également de ses alliés et de ses voisins. À ce propos, la déclaration du chancelier Kohl lors de sa visite d’État à Belgrade à la fin de l’année 1985 est éloquente : « Pour préserver la paix en Europe, nous devons soutenir la stabilité de la Yougoslavie »37.

20C’est à ce moment-là qu’apparaissent en effet les premiers véritables signes d’inquiétude dans les rangs ouest-allemands au sujet de l’avenir économique de la Fédération et des conséquences d’une déstabilisation de celle-ci. Il faut toutefois préciser que la vague de libéralisation initiée par M. Gorbatchev est un facteur d’incertitude généralisée et de circonspection quant aux futures relations entre les deux blocs. Et c’est bien ce qui domine dans la pensée stratégique des décideurs et des diplomates ouest-allemands. Cela explique manifestement que la crainte exprimée par Helmut Kohl fin 1985 ne fut pas réellement suivie d’effet jusqu’en 1988. Le chancelier ouest-allemand ne se déclara-t-il pas, lors du sommet franco-allemand des 27 et 28 octobre 1986, favorable à une aide économique pour la Hongrie et la Pologne, les deux pays les plus avancés dans le processus de libéralisation ? Incontestablement, la priorité fut accordée au mouvement engagé dans l’ensemble du Pacte de Varsovie. La Yougoslavie non-alignée, en marge du dialogue Est-Ouest, resta de facto à l’écart des priorités ouest-allemandes entre 1985 et 1988, en dépit des déclarations alarmistes.

  • 38 Selon Gisela Rheker, ibid.
  • 39 Cf. Dahlmann, Dittmar, op.cit., p. 28.
  • 40 Gumpel, Werner. « Jugoslawiens Wirtschaft aus deutscher Sicht », Südosteuropa-Aktuell, Munich, N°4/ (...)

21Les intérêts économiques très asymétriques entre les deux pays ne plaident manifestement pas non plus en faveur d’un effort supplémentaire de Bonn. S’il est vrai qu’en 1986, dans « tous les secteurs des relations économiques – le commerce, la coopération d’entreprises, l’accueil de travailleurs immigrés et le tourisme – la RFA est pour la Yougoslavie le partenaire le plus important »38, le poids de la Yougoslavie pour le commerce ouest-allemand est presque insignifiant. Le volume des exportations et des importations ouest-allemandes a certes légèrement augmenté entre 1984 et 1989, mais la part des exportations ouest-allemandes en Yougoslavie ne représente que 1,13 % du commerce ouest-allemand et les importations 1,25 % du volume total importé en 198939. Selon l’économiste allemand Werner Gumpel, la faiblesse des échanges était imputable à la situation économique générale et particulièrement à l’inflation, à la pesanteur de l’appareil bureaucratique, à l’absence de libre concurrence résultant de la politique de subvention étatique, à l’insuffisante productivité et surtout à la dette extérieure qui mettait en danger la solvabilité (en devises) des entreprises40. En résumé, la Yougoslavie était devenue un repoussoir pour les entrepreneurs ouest-allemands.

22Dans la seconde moitié des années 1980, l’attention accordée à la Yougoslavie s’est donc relâchée. Ce n’est qu’en 1988 que la RFA s’intéresse véritablement aux problèmes yougoslaves. Bien que Belgrade ne fût pas partie prenante du Pacte de Varsovie et au COMECOM (ou CAEM), la nouvelle ligne politique de Moscou éliminait une hypothétique tentative soviétique de venir en aide à la direction de Belgrade pour contrecarrer un éventuel renversement du parti communiste yougoslave, surtout après le discours prononcé le 14 mars 1988 dans la capitale yougoslave par Mikhaïl Gorbatchev, qui prônait l’indépendance des partis communistes et ouvrait ainsi la voie aux revendications nationalistes et à une politique plus ouverte des Occidentaux.

23Si les sociaux-démocrates avaient déjà été séduits par le système d’autogestion, les chrétiens-démocrates ouest-allemands essayèrent eux-aussi de nouer des contacts en 1988 avec les représentants de la Ligue des Communistes de Yougoslavie. Un groupe de réflexion sur la Yougoslavie a même vu le jour grâce aux contacts établis depuis les années 1970 par le député Horst Ehmke (SPD), de même que Hans-Dietrich Genscher était en contact étroit avec le (a posteriori dernier) chef de la diplomatie yougoslave, Budimir Loncar. Si bien que la désagrégation du système yougoslave n’a aucunement surpris les élites politiques ouest-allemandes. Il n’est donc pas surprenant que l’impulsion au rééchelonnement de la dette yougoslave par la Communauté européenne fût donnée sous la présidence ouest-allemande en 1988. Ce fut le dernier effort avant l’explosion du pays, déclenchée par la commémoration de la Bataille de Kosovo Polje le 15 juin 1989, lors de laquelle Miroslav Milosevic appela au nationalisme serbe…

Conclusion

24… avec les conséquences au plan intérieur que nous connaissons tous : la passivité de l’ensemble de la communauté occidentale, y compris de la République fédérale qui observait davantage l’évolution du régime de Berlin-Est que le processus de dislocation de la République socialiste fédérative de Yougoslavie.

25La politique yougoslave de la RFA sur la période de 1974 à 1989 a donc oscillé entre un soutien bienveillant et un renforcement des liens politiques, économiques et culturels. Il faut toutefois souligner le fait que Bonn concentre ses efforts sur les deux républiques du Nord du pays : du temps de la Yougoslavie unitaire, le réseau consulaire de la RFA était limité, au-delà de la capitale Belgrade, aux Républiques de Slovénie et de Croatie, respectivement à Ljubljana et à Zagreb. L’Auswärtiges Amt n’était pas représenté dans les deux républiques fédérées du Monténégro et de Macédoine, au Sud du pays. Cet état de fait a bien entendu nourri les raccourcis des observateurs d’Europe occidentale qui ont perçu l’éclatement de la Yougoslavie au début des années 1990 comme l’aboutissement de la politique de déstabilisation ouest-allemande, alors que, nous l’avons vu, la RFA a au contraire veillé à préserver la stabilité yougoslave dès la fin des années 1970, voire s’est désintéressée de la situation politique, économique et sociale durant la deuxième moitié de la dernière décennie de Guerre froide. On ne peut logiquement établir aucune continuité directe entre la politique yougoslave durant la Guerre froide et après l’ouverture des frontières à l’Est qui ont renforcé encore les risques et les craintes d’une nouvelle guerre en Europe, que personne ne souhaitait, bien évidemment. Et contrairement aux multiples accusations dont elle a été l’objet à partir de 1991/1992, l’Allemagne réunifiée n’est pas davantage « responsable » de la guerre en Bosnie-Herzégovine à partir d’avril 1992, que beaucoup redoutaient depuis la fin de l’ère titiste et que tous ont jugé inéluctable au regard de la composition ethnique du pays. Si le gouvernement Kohl/Genscher a en revanche favorisé les indépendances slovènes et croates avant même leurs proclamations en septembre 1991, c’est au nom d’une Realpolitik de stabilisation de sa périphérie proche, qui permettait de sauver de la Yougoslavie ce qui pouvait encore l’être.

Haut de page

Notes

1 Née le 29 novembre 1945, la République fédérale de Yougoslavie devient la République socialiste fédérative de Yougoslavie (RSFY) le 7 avril 1963 et le restera jusqu’à la dissolution du pays, le 15 janvier 1992.

2 La Deutschlandpolitik de Bonn comprend des objectifs en politique intérieure et extérieure et vise, depuis la partition en 1949, à recouvrer, à terme, l’union des deux pays, conformément au préambule de la Loi fondamentale adoptée le 23 mai 1949.

3 C’est dans le domaine politique que le rapport concurrentiel s’est exprimé le plus clairement. Les gouvernements successifs à Bonn ont ainsi contribué jusqu’à la fin des années 1960 à la politique de containment dictée par Washington depuis l’immédiat après-guerre. Mais surtout, la stratégie ouest-allemande visait à empêcher la reconnaissance pleine et entière de la RDA qui aurait entériné le caractère définitif des frontières de la RDA et de facto approfondi la division.

4 Das Gupta, Amit. « Ulbricht am Nil. Die deutsch-deutsche Rivalität in der Dritten Welt », in Wengst, Udo & Wentker, Hermann (éd.). Das doppelte Deutschland. 40 Jahre Systemkonkurrenz, Bonn, 2008, p. 111-133.

5 Du nom du secrétaire d’État aux Affaires étrangères, mais conçue en réalité par le professeur de droit Wilhelm Grewe en 1955, la « doctrine Hallstein » indiquait que la reconnaissance internationale de la République démocratique serait perçue à Bonn comme une « geste inamical » et pourrait conduire à un réexamen, voire à la rupture des relations diplomatiques avec Bonn.

6 On se reportera avec profit à l’ouvrage de Werner Kilian, Die Hallstein-Doktrin. Der diplomatische Krieg zwischen der BRD und der DDR 1955-1973, Berlin, 2001.

7 Avant la mise en place de la « doctrine Hallstein », le tiers monde constituait l’unique débouché pour la diplomatie est-allemande en quête de légitimité internationale à l’extérieur du camp soviétique : la République démocratique était parvenue à sortir de son isolement international en ouvrant une représentation économique au Caire en 1953 et deux l’année suivante, à Bombay et Calcutta. Elle conclut même avec l’Inde son premier accord commercial avec un pays extérieur au bloc de l’Est. Cf. Amit Das Gupta, Handel, Hilfe, Hallstein-Doktrin. Die bundesdeutsche Südasienpolitik unter Adenauer und Erhard, 1949-1966, Husum, 2004, p. 112-114.

8 Cf. Thorel, Julien. « Les deux Allemagnes face au Tiers-Monde », in : Jean-Paul Cahn et Ulrich Pfeil (éd.), L’Allemagne 1974-1990. De l’Ostpolitik à la Réunification, Paris, 2009, p. 43-56.

9 Mouvement lancé par les réformistes de la Ligue Communiste Croate (LCC), rassemblant le Parti communiste, l’intelligentsia regroupée autour de l’institution culturelle Matica Hrvatska, l’Église catholique et les étudiants de Zagreb autour du projet de libéralisation politique. Cf. Stefanovic, Dan. Les origines de la crise croate de 1971 (thèse de doctorat), Paris, EHESS, 1979.

10 Brandt, Willy. Mémoires, Paris, Albin Michel, 1990, p. 203.

11 Soutou, Georges-Henri. La Guerre de Cinquante Ans. Les relations Est-Ouest 1943-1990, Paris, Fayard, 2001.

12 Héritière du mouvement nationaliste oustachi d’Ante Pavelic, allié au régime national-socialiste durant la Seconde Guerre mondiale.

13 Cf. Thèse de Doctorat, Thorel, Julien. La France, la République fédérale d’Allemagne et la politique européenne de sécurité à l’épreuve de la question yougoslave, Paris, Université de la Sorbonne Nouvelle, 2004.

14 Frankfurter Allgemeine Zeitung, 16.3.1974.

15 À la fin de l’année 1972, un accord bilatéral est conclu en faveur d’une aide ouest-allemande de 300 millions de mark. Le 13 décembre 1974, une aide supplémentaire de 700 millions sur trente ans à un taux de remboursement de 2% est accordée pour le financement d’un réseau national de transport de l’énergie électrique à haute tension. Le Monde, 13.12.1974.

16 Kissinger, Henry. Diplomacy, New York, Simon & Schuster, 1994, p. 759.

17 Schmidt-Eenboom, Erich. Der Schattenkrieger. Klaus Winkel und der BND, Düsseldorf, Econ Verlag, 1995, p. 212-215. Schmidt-Eenboom est soutenu dans ses affirmations par le politologue américain T.W. Bill Carr et le journaliste allemand Jürgen Elsässer, spécialiste des questions balkaniques.

18 Cf. Lemasson, Sylvie. « La présence allemande au Moyen-Orient » et Franz Ansprenger, « Réflexions sur la politique allemande dans le tiers-monde », in : Henri Ménudier (éd.), La République fédérale d’Allemagne dans les relations internationales, Paris, Complexe, 1990, respectivement p. 209-226 et p. 227-242.

19 Cf. Thorel, Julien. « Les deux Allemagnes face au Tiers-Monde », op. cit., p. 48-52.

20 E. Schmidt-Eenboom, op. cit., p. 217.

21 Durant l’enquête qui suivit, le refus de coopérer des autorités yougoslaves provoqua la colère de la diplomatie ouest-allemande. Le ministre des Affaires étrangères Genscher précisant que la poursuite de leurs activités par les terroristes de la RAF « iraient à l’encontre des intérêts yougoslaves » Cf. Die Welt, 27.11.1978, Süddeutsche Zeitung et Frankfurter Rundschau, 28.11.1978.

22 Propos tirés d’un rapport du coordonnateur du BND en Yougoslavie Klaus Dörner, cités par E. Schmidt-Eenboom, p. 229.

23 La France fut représentée par son Premier ministre, Raymond Barre, et par le chef de l’opposition socialiste, François Mitterrand.

24 Lorsque le leader nationaliste croate Franjo Tudjman est emprisonné pour la seconde fois en raison de ses activités séparatistes en 1981, Klaus Dörner, maintient les contacts avec le détenu. Cet emprisonnement a déclenché en RFA une campagne médiatique pour dénoncer le caractère abusif de cette incarcération. Cf. Schmidt-Eenboom, p. 229f.

25 Le président américain Jimmy Carter déclara lors des obsèques du maréchal Tito en mai 1980 qu’il « protégerait la Yougoslavie en tant que pays non-aligné qui ne se laisse pas dominer ou menacer par l’Union soviétique ». Pour endiguer cette menace, la dette yougoslave fut rééchelonnée en 1983/1984 sous l’impulsion des États-Unis. Cf. Andelman, David A. « Trois ans après Tito », Politique étrangère, n°2/1983, p. 413-424, ici p. 423.

26 Gehlen, Reinhard. Verschlußsache, Mayence, Verlag Hase und Koehler, 1980, p. 44.

27 Genscher, Hans-Dietrich. Erinnerungen, Berlin, Siedler Verlag, 1995, p. 928.

28 Financial Times, 22.1.1981.

29 Cf. « Die Bedeutung Südosteuropas für die deutsche Außenpolitik. Rede des Staatsministers im Auswärtigen Amt, Dr. Alois Mertes, am 22. Dezember 1982 », Presse- und Informationsamt der Bundesregierung, Bulletin der Bundesregierung, 22.12.1982, p. 1182-1186.

30 La Hongrie rejoignit ce groupe de travail au cours des années 1980. Haberl, Othmar N. « Ansätze zur Überwindung des Blockdenkens in Südosteuropa seit Ende der 70er Jahre »; Grothusen, Klaus-Detlev (éd.). Ostmittel- und Südosteuropa im Umbruch, Munich, Südosteuropa-Gesellschaft, 1993, p. 87-107, ici p. 92-93.

31 La crainte avait déjà été exprimée dans le sillage du « Printemps de Zagreb » par le député chrétien-social (CSU) Franz Handlos. Süddeutsche Zeitung, 30.8.1974.

32 Schmidt-Eenboom, op. cit., p. 229.

33 Müller, Helmut M. Schlaglichter der deutschen Geschichte, Bonn, Bundeszentrale für politische Bildung, 2002, p. 413-414.

34 Erich Schmidt-Eenboom indique que, dès avant la mort de Tito, toutes les décisions stratégiques des services de renseignements ouest-allemands étaient prises exclusivement dans le cadre de la coopération tripartite entre les instances du BND – dirigé notamment de 1979 à 1982 par le successeur de Hans-Dietrich Genscher au poste de ministre des Affaires étrangères à partir de 1992, Klaus Kinkel -, l’émigration Ustasa en RFA dirigée par Branko Jelic et le centre d’Ivan Krajacic, héritier du courant oustachi très actif durant la Seconde Guerre mondiale. Op. cit., p. 226.

35 Ibid.

36 Ibid, p. 212.

37 Cité dans le discours prononcé par l’ambassadeur de RFA en Yougoslavie le 22 février 1986 à Munich. « Vortrag der deutschen Botschafterin Gisela Rheker », Südosteuropa-Mitteilungen, n°1/1986, p. 5.

38 Selon Gisela Rheker, ibid.

39 Cf. Dahlmann, Dittmar, op.cit., p. 28.

40 Gumpel, Werner. « Jugoslawiens Wirtschaft aus deutscher Sicht », Südosteuropa-Aktuell, Munich, N°4/1988 (Dossier « Die jugoslawische Wirtschaft. Gegenwart und Zukunft »), p. 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien THOREL, « Les ambivalences ouest-allemandes face à la question yougoslave de l’Ostpolitik à l’unification », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 17 | 2016, mis en ligne le 07 février 2017, consulté le 25 mars 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/2501 ; DOI : 10.4000/mimmoc.2501

Haut de page

Auteur

Julien THOREL

Germaniste de formation, docteur en Histoire des Relations internationales aux Universités de Paris 3-Sorbonne Nouvelle et de Trèves (Institut de politique étrangère de l’Allemagne). Julien Thorel a été enseignant-chercheur à l’Université de Cergy-Pontoise (2009-2013). Ses recherches portent plus particulièrement sur les relations stratégiques franco-allemandes et la politique étrangère de l’Allemagne. Il a fondé et dirigé la revue Dialogues européens (Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III) de 2001 à 2006. Il a dirigé un projet de recherche en partenariat avec la Fondation Genshagen et l’Institut allemand de politique étrangère (DGAP - Berlin), sur les « Canaux de communication et modes de décision franco-allemands » dont les résultats ont été publiés en 2014 (L’atelier du consensus : Processus franco-allemands de communication et de décision, sous la direction de Claire Demesmay, Martin Koopmann, Julien Thorel, CIRAC, 2014). Il dirige depuis 2013 l’Institut Français de Munich.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page