Skip to navigation – Site map

Entre poursuite de la réforme et repli sur des conceptions traditionnelles : la politique culturelle extérieure de la RFA au cours des années 1974-1990

Zwischen Reform und Tradition  : Die auswärtige Kulturpolitik der Bundesrepublik 1974-1990
Corine DEFRANCE

Abstracts

Corine Defrance is a researcher specializing in the history of Franco-German relations in the 20th and 21st centuries and in the process of reconciliation throughout Europe. At the beginning of her analysis of Germany’s foreign policy starting from 1974, she recalls the main principles of the reform undertaken under Brandt’s government on the broader understanding of culture (Erweiterter Kulturbegriff). Her goal is to question the purpose and consequences of the reform. She examines the changes up until 1990, under Cold War rivalry between West Germany and East Germany that led to a retreat into more traditional options. In conclusion, the author questions the crucial issue of a foreign policy, which served the German work of rapprochement and reconciliation with its neighboring countries after the "civilizational collapse" of the Nazi period and in World War II.

Top of page

Index terms

Geographical areas :

Europe

Periods :

1945-1990
Top of page

Full text

  • 1 Arnold, Hans. Auswärtige Kulturpolitik. Ein Überblick aus deutscher Sicht, Munich, Carl Hanser Verl (...)
  • 2 Defrance, Corine. « La politique culturelle extérieure de la RFA au service de la diffusion d’une n (...)
  • 3 Peisert, Hansgert. « Das Bonner Aschenputtel. Überlegungen zu einem neuen Konzept der auswärtigen K (...)
  • 4 Defrance, Corine. « Die Auswärtige Kulturpolitik im Wandel. Neuansätze der Jahre 1966-1974 », in : (...)

1Dans son ouvrage Auswärtige Kulturpolitik. Ein Überblick aus deutscher Sicht, paru en 1980, Hans Arnold, ancien directeur de la section culturelle du ministère des Affaires étrangères de la RFA de 1972 à 1977, définissait ainsi le concept de politique culturelle extérieure : « Par le concept de ‘politique culturelle extérieure’, on entend la prise en compte des relations culturelles internationales dans la politique extérieure, c’est-à-dire une politique culturelle orientée vers l’international dans l’intérêt des relations extérieures d’un État ». Puis il résumait ainsi la problématique générale de ce pan de la politique extérieure de la RFA : « La question de la politique culturelle extérieure est de savoir ce qui est le coeur politique de cette action, en quoi elle permet d’avancer d’un point de vue politique »1. Cette interrogation centrale sur l’essence politique du culturel est le signe d’un mouvement dialectique vers une troisième phase. Après les années de nazisme qui avaient marqué l’acmé de la manipulation politique de la culture – la culture comme propagande politique –, la jeune RFA avait repris modestement une politique culturelle discrète, marquée par le repli vers une conception apolitique et très traditionnelle de la culture, se réfugiant dans des valeurs sûres – Goethe et Schiller notamment. Puis, dans les années 1960, Bonn prit conscience – en partie sous la pression de ses partenaires – qu’elle ne pouvait en rester là et que cette timidité culturelle la desservait2. Un vent de réforme se levait ! En 1970, le sociologue Hansgert Peisert, expert de la politique culturelle extérieure, qualifia encore la direction culturelle du ministère allemand des Affaires étrangères de « Cendrillon de Bonn » (Bonner-Aschenputtel)3. Les années du gouvernement Willy Brandt furent celles de la conceptualisation de cette réforme de l’Auswärtige Kulturpolitik et du début de sa mise en pratique4. Désormais se posait la question du retour au politique – dans un sens nouveau, le retour de la culture dans la Polis et la prise de conscience que la culture embrassait un champ bien plus large que la littérature et les arts classiques (Erweiterter Kulturbegriff).

  • 5 Diner, Dan (éd.). Zivilisationsbruch. Denken nach Auschwitz, Fischer Taschenbuch, Francfort/M., 198 (...)

2L’année 1974 et la mise en place du gouvernement de Helmut Schmidt ne constituèrent pas une césure, ni même un tournant majeur dans le mouvement de réforme de la politique culturelle de la RFA alors à l’œuvre. Sur la période considérée, il convient davantage d’interroger la volonté de poursuivre ou non les réformes et les conséquences de la mise en pratique de la réforme entreprise pendant les années Brandt. 1990 constitue en revanche un tournant plus net : la (ré-)unification de l’Allemagne et le retour vers l’Europe des pays de l’Europe centre-orientale, bientôt l’effondrement de l’Union soviétique laissant émerger de nouveaux États sur ses marges, contraignirent la RFA à repenser les enjeux et les modalités de sa politique culturelle extérieure. Afin de saisir ce cœur politique d’une action culturelle extérieure renouvelée, nous rappellerons les grandes lignes de la réforme de l’Auswärtige Kulturpolitik puis esquisserons les avatars et remises en cause de cette réforme jusqu’en 1990. Enfin, pour conclure, nous nous interrogerons sur l’enjeu crucial de la politique culturelle extérieure de la RFA : dans quelle mesure a-t-elle servi l’œuvre de rapprochement et de réconciliation de l’Allemagne avec ses voisins après « l’effondrement civilisationnel »5 de la période nazie et de la Seconde Guerre mondiale ?

1. Les grands principes de la réforme de l’Auswärtige Kulturpolitik

1.1. La nécessité de la réforme

  • 6 Cf. Paulmann, Johannes (éd.). Auswärtige Repräsentationen. Deutsche Kulturdiplomatie nach 1945, Col (...)
  • 7 Le 30 novembre 1955, Heinz Trützschler von Falkenstein, alors directeur de la section culturelle à (...)
  • 8 Cf. Düwell, Kurt. Deutsche auswärtige Kulturpolitik seit 1871, Cologne, Böhlau, 1981 ; « Zwischen P (...)
  • 9 Cf. Paulmann, Johannes (éd.). Auswärtige Repräsentationen, op.cit., p. 1 ; « Deutschland und die We (...)
  • 10 Cf. Michels, Eckard. « Zwischen Zurückhaltung, Tradition und Reform : Anfänge westdeutscher auswärt (...)
  • 11 Cf. Schulte, Karl Sebastian. Auswärtige Kulturpolitik im politischen System der Bundesrepublik Deut (...)

3Les années 1950 furent une phase de réorganisation et de réhabilitation de la politique culturelle extérieure, dont l’objectif premier était de présenter une nouvelle image de l’Allemagne (kulturelle Selbstdarstellung)6 pour recréer la confiance à l’étranger7, renouer le dialogue et reprendre place dans la communauté des nations. Aussi, désireuse d’afficher la rupture totale avec la propagande culturelle nazie8, les autorités de Bonn firent le choix d’une attitude de la retenue, qualifiée de « Haltung der Zurückhaltung »9. Se démarquer de la période nazie fut loin de signifier innovation et renouveau. On assista bien au contraire plutôt à une certaine restauration de la tradition weimarienne10. Par ailleurs, les continuités de personnel furent un obstacle majeur à l’audace conceptuelle11.

  • 12 Arnold. Auswärtige Kulturpolitik, op.cit., p. 105.
  • 13 Cf. Schulte. Auswärtige Kulturpolitik, op.cit., p. 45.

4Dans les années 1950, la politique culturelle resta « un accessoire de la politique étrangère »12, les véritables priorités de Bonn étant politiques et économiques. La politique culturelle extérieure n’était alors qu’un outil d’une politique globale au service de l’ancrage à l’Ouest et de l’anticommunisme13.

5De l’organisation de la politique culturelle extérieure alors mise en place, ne seront présentés ici que les éléments les plus importants qui restent structurants pour la période de l’après 1974 :

  • 14 Cf. voir Maass, Kurt-Jürgen(éd.). Kultur und Außenpolitik. Handbuch für Studium und Praxis, Baden-B (...)

6– la décentralisation, marquée par le dualisme de base entre les Länder, compétents en matière culturelle et éducative, et le Bund, dont relevait la politique étrangère14. Un compromis fut trouvé en 1957 (Lindauer Absprache) : le fonctionnement de la politique culturelle extérieure, en tant que champ de la diplomatie, était du ressort du Bund, mais les Länder devaient donner leur accord pour la signature des accords culturels bilatéraux par la voix de la Ständige Konferenz der Kultusminister der Länder.

  • 15 Cf. Müller, Claus M. Relaunching German Diplomacy. The Auswärtiges Amt in the 1950’s, Münster, Lit, (...)

7– la répartition multipolaire des compétences entre plusieurs ministères au niveau fédéral15, le ministère fédéral de la Coopération économique, à partir de 1961, jouant un rôle fondamental pour la coopération culturelle avec les pays dits du « Tiers Monde ».

  • 16 Cf. Alter, Peter (éd.). Der DAAD in der Zeit. Geschichte, Gegenwart und zukünftigen Aufgaben, Bonn, (...)
  • 17 Cf. Michels, Eckard. « Keine Stunde Null. Ursprünge und Anfänge des Goethe-Instituts », in : Goethe (...)
  • 18 Cf. Schulte. Auswärtige Kulturpolitik, op.cit., p. 42.
  • 19 Cf. Michels. « Zwischen Zurückhaltung, Tradition und Reform », op.cit., p. 242.

8– le principe de délégation à des médiateurs institutionnels, organisations semi-étatiques largement financées par le ministère des Affaires étrangères, comme le DAAD pour les échanges universitaires (refondé en 1950)16, la Deutsche Forschungsgemeinschaft (refondée 1950/1952) et la Alexander von Humboldt-Stiftung (refondée en 1953) dans le domaine de la recherche ; l’Institut für Auslandsbeziehungen (refondé en 1950), l’Institut Goethe (refondé en 1951) – alors chargé quasi exclusivement de l’enseignement extrascolaire de l’allemand à l’étranger17. De nouvelles organisations furent créées au début des années 1950 : Inter Nationes pour la diffusion du livre puis du film en 1952 ; la Deutsche Welle pour la radio en 1953. Cette multitude d’institutions officielles ou semi-officielles impliquées dans la conception et la réalisation de la politique culturelle extérieure de la RFA était garante du pluralisme des structures, conçu comme un gage démocratique18. Au début des années 1960, le principe de la délégation aux organisations médiatrices (principe de subsidiarité) fut généralisé19. Pour améliorer la coordination, un Kulturbeirat fut institué en 1961 (assemblée formée d’une vingtaine de personnalités du monde culturel). La collaboration étroite entre l’Auswärtiges Amt et ces divers organismes constituait l’originalité de la politique culturelle extérieure allemande par rapport aux systèmes étrangers britanniques (réseau du British Council avec des structures très autonomes) ou français (centralisation et contrôle étroit de l’État).

  • 20 Cf. Arnold. Auswärtige Kulturpolitik, op.cit., p. 16.
  • 21 Ibid., p. 105-106.
  • 22 Cf. Lohmar, Ulrich. « Routine geht nicht. Die auswärtige Kulturpolitik braucht ein Konzept », in : (...)

9Depuis le milieu des années 1960, malgré un budget croissant et un rayon d’action élargi suite à l’émergence des pays du Tiers Monde, malgré une transformation du discours (la Auswärtige Kulturpolitik remplace la Kulturwerbung20 – le chancelier Ludwig Erhard affirmant en 1965 « qu’on ne peut estimer suffisamment la signification de la politique culturelle extérieure »21), le sentiment s’était fait jour que la politique culturelle extérieure de la RFA, s’était enferrée dans la routine22. La critique principale fut portée par le député bavarois social-démocrate Georg Kahn-Ackermann, spécialiste reconnu des questions de politique culturelle extérieure au sein de son parti. Il dénonça le manque de conception, de coordination et de rationalité de la politique culturelle de la RFA (en raison du grand nombre d’instances compétentes impliquées dans sa gestion), aboutissant à des dépenses inefficaces. Il dénonçait surtout une politique trop tournée vers les gloires du passé, survalorisant une approche esthétique de la culture, sans aucune prise avec les évolutions de la société.

  • 23 « Deutsche Sprachpflege verzettelt sich », in : Süddeutsche Zeitung, 29 septembre 1967.
  • 24 Cf. Arnold. Auswärtige Kulturpolitik, op.cit., p. 15.
  • 25 Willy Brandt a qualifié la politique culturelle extérieure de « dritte Säule einer modernen Außenpo (...)

10À partir de 1967, il y eut consensus sur la scène politique pour estimer nécessaire de revoir les objectifs et l’organisation de la politique culturelle à l’étranger23. D’accessoire de la politique étrangère, la politique culturelle en devint la « troisième scène »24 ou le « troisième pilier »25, à côté de la politique et de l’économie.

  • 26 « Die Darstellung der deutschen Kultur im Ausland wird sich künftig stärker darauf richten, ander (...)

11Aussi, tirant les enseignements de la situation et de l’action déjà entreprise par ses services alors qu’il était ministre des Affaires étrangères, Willy Brandt annonça, dans sa déclaration gouvernementale du 28 octobre 1969 : « La représentation de la culture allemande à l’étranger visera davantage, dorénavant, à présenter aux autres peuples, à côté des réalisations impérissables du passé, une image des débats intellectuels et de la fructueuse agitation qui sont la réalité quotidienne de ces temps de transition, en Allemagne aussi »26. La réforme de la politique culturelle extérieure était un des volets de « l’ère des réformes » qui caractérisa la coalition sociale-libérale.

1.2. Les grands principes de la réforme

  • 27 Cf. Schulte. Auswärtige Kulturpolitik, op.cit., p. 48.

12Au début des années 1970, les projets de réforme venaient de tous les azimuts : majorité, opposition, société civile, si bien que s’instaura un vrai débat public sur la politique culturelle extérieure, comme jamais auparavant et jamais depuis non plus. Il s’agit d’un véritable phénomène de société27.

  • 28 Cf. Scheel, Walter. « Ziele und Aufgaben der Auswärtigen Kulturpolitik », discours du ministre des (...)
  • 29 Cf. Metzler, Gabriele. Am Ende aller Krisen? Politisches Denken und Handeln in der Bundesrepublik d (...)
  • 30 Auswärtiges Amt, Leitsätze für die auswärtige Kulturpolitik, fascicule publié par l’Office de press (...)

13Le projet de réforme fut porté par le secrétaire d’État à l’Auswärtiges Amt, le libéral Ralf Dahrendorf (octobre 1969-juillet 1970), sociologue de renom, qui s’appuya sur un vaste travail de réflexion et d’expertise qu’il confia à Hansgert Peisert, son collègue sociologue et professeur au Zentrum für Bildungsforschung de l’université de Constance28. Le but était de rationnaliser et de démocratiser la politique culturelle extérieure29. L’Auswärtiges Amt présenta, le 1er décembre 1970, ses 18 « directives pour la politique culturelle extérieure » (18 Leitsätze für die auswärtige Kulturpolitik)30.

  • 31 Cité d’après Schulte. Auswärtige Kulturpolitik, op.cit., p. 50. Enquete-Kommission, rapport publié (...)

14Du côté parlementaire, à la demande de l’opposition chrétienne-démocrate, fut mise en place en 1970 une commission d’enquête sur la politique culturelle extérieure (présidée par le chrétien-démocrate Berthold Martin) se proposant de réfléchir à la nouvelle conception de la politique culturelle extérieure31.

15La réforme de la politique extérieure conçue au début des années 1970 s’articule autour de trois grands principes, qui restent le fondement de la politique culturelle extérieure aujourd’hui.

  • 32 Dahrendorf, Ralf. « Gesamtplan für die Auswärtige Kulturpolitik. Notwendigkeit eines wechselseitige (...)
  • 33 Déclaration gouvernementale de Willy Brandt, 28 octobre 1969, op.cit..

16– La dimension inter-sociétale des échanges. Le secrétaire d’État Ralf Dahrendorf forgea le concept de zwischenstaatliche Gesellschaftspolitik dès 196932. L’objectif était de passer « d’une politique étrangère des États à une politique entre les sociétés de différents pays », ce qui s’inscrivait dans le processus général de démocratisation voulu par le nouveau chancelier (« Oser plus de démocratie »)33. Cette démocratisation de la politique culturelle extérieure conditionna le deuxième principe :

  • 34 Cf. Balbier, Uta Andrea. « ‘Der Welt das moderne Deutschland vorstellen’ : Die Eröffnungsfeier der (...)
  • 35 Cf. Defrance, Corine. « La réforme de la politique culturelle extérieure de la RFA », op.cit..
  • 36 « Auswärtige Kulturpolitik und internationale Zusammenarbeit. Interview mit Ministerialdirektor Han (...)

17– l’élargissement du concept de culture (Erweiterter Kulturbegriff). Celle-ci ne devait pas se limiter aux beaux-arts, à la langue et à la haute culture, mais s’étendre à l’ensemble de l’activité symbolique d’une société, incluant l’éducation bien sûr, mais aussi et toujours davantage, la science, la technique et le sport – ce qu’illustre la volonté ouest-allemande d’organiser les Jeux Olympiques à Munich en 197234 – et de ne plus placer la langue et les écoles allemandes à l’étranger au centre de la politique culturelle extérieure35. Il s’agissait aussi de mettre davantage l’accent sur les questions d’actualité pour mieux comprendre et faire connaître l’ensemble des valeurs de la société allemande contemporaine. Hans Georg Steltzer, le directeur de la section culturelle de l’Auswärtiges Amt (1970-1972), élargit même le concept de culture à « l’ensemble de la réalité de notre vie et de notre temps »36.

  • 37 Cf. Paulmann. Auswärtige Repräsentationen, op.cit., p. 5 ; Auswärtiges Amt (éd.), Die Auswärtige Po (...)

18Ce renouvellement conceptuel entraînait l’élargissement des cibles de cette politique : il ne fallait pas se contenter de toucher les élites étrangères, mais de plus larges couches de la population – avec un effort particulier en direction des médiateurs et multiplicateurs et des jeunes générations. L’usage des mass médias devait faciliter cette sortie du ghetto élitiste. Enfin, pour mener cette action, il fallait ouvrir plus largement le spectre des acteurs miser aussi sur les syndicats, les fondations politiques, les Églises ou le réseau associatif37.

  • 38 « ‘Wer geliebt werden will, muß selbst lieben’ […]. Ohne Förderungsbereitschaft für fremde Kulturen (...)

19– la Gegenseitigkeit des Kulturaustauschs (la réciprocité des échanges culturels) : l’idée était de mettre fin à l’exportation culturelle et à la Selbstdarstellung (représentation de soi) pour instaurer la réciprocité et donc un véritable échange38. Cette volonté s’inscrivait dans le cadre de la politique de détente et d’ouverture vers l’Est qu’incarnait la nouvelle Ostpolitik. La politique culturelle extérieure se vit toujours davantage confier la mission de contribuer à gagner la confiance à l’étranger et à consolider la paix par le dialogue des cultures.

2. Les années 1974-1990 : approfondissement ou remise en cause de l’Auswärtige Kulturpolitik ?

2.1. Poursuite et limites du travail de réforme

  • 39 Enquete-Kommission, in : Drucksache des Deutschen Bundestages, n° 7/4121 du 7 octobre 1975.
  • 40 Lanoë, Elise. « Auswärtige Kulturpolitik der Bundesrepublik », in : Colin, Nicole ; Defrance, Corin (...)
  • 41 Arnold, Hans. Auswärtige Kulturpolitik, op.cit., p. 107-108.

20Malgré l’ampleur du débat suscité par la réforme de la politique culturelle extérieure et le large consensus qui se dégageait entre les partis à ce sujet, cette réforme, en 1974, était loin d’avoir porté tous les fruits escomptés en raison de plusieurs facteurs : conflits de compétences entre les ministères ; foisonnement d’initiatives qui, paradoxalement, ralentit le processus… Le gouvernement dut ajourner la réforme tant que la commission d’enquête n’avait pas rendu son rapport. Celui-ci n’arriva qu’en octobre 197539 et ses recommandations ne furent validées par le Bundestag qu’en 1977, confirmant notamment l’ouverture à la diversité des cultures40. Selon le témoignage de Hans Arnold, une occasion a été perdue, car, en 1970, le moment aurait été optimal pour procéder à cette réforme41.

21Cependant celle-ci fut partiellement mise en application :

  • 42 Trommler, Frank. Kulturmacht ohne Kompass. Deutsche auswärtige Kulturbeziehungen im 20. Jahrhundert(...)

22– on s’orienta toujours plus vers l’organisation de manifestations avec des partenaires (plutôt que d’assurer seul une action vers un destinataire). Un exemple en fut donné par la préparation du « Deutscher Monat » (mois allemand) à Londres en 1974, ce qui réduisit considérablement les coûts, créa de la confiance et des habitudes de travail42. Globalement, une place accrue fut accordée à la coopération culturelle multilatérale, notamment dans le cadre de la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE).

23– la formation du personnel des services culturels fut améliorée.

24– l’enseignement scolaire à l’étranger fut restructuré.

  • 43 Cornelissen, Christoph ; Ritter, Gerhard. Geschichtswissenschaft und Politik im 20. Jahrhundert, Dr (...)
  • 44 Trommler, Frank. Kulturmacht ohne Kompass, op.cit., p. 702.

25– les relations avec le Goethe-Institut furent révisées (accord de 1976) accordant à ces instituts culturels une autonomie bien plus grande dans la conception de leurs programmes culturels. Cependant, ce nouvel accord ne mit pas fin aux sempiternelles querelles au sujet du degré d’initiative des instituts Goethe par rapport au cadre global de la politique culturelle fixé par Bonn… Dans les années 1980 tout particulièrement, pendant les années Kohl, la définition des programmes culturels des instituts Goethe donna lieu à de rudes controverses au sujet du « Deutschlandbild » (image de l’Allemagne) à diffuser à l’étranger. Ici, il faut rappeler que ces instituts, dès les années 1960, avaient été les premiers à affirmer que la culture n’avait rien d’apolitique et qu’il ne fallait pas hésiter à débattre des problèmes de l’Allemagne actuelle, dont la dimension politique était indiscutable (Affaire du Spiegel débattue à Paris en 1962 par exemple, ou bien encore querelle autour de l’invitation de l’historien Fritz Fischer à prononcer une conférence aux États-Unis43). Ils continuèrent à s’emparer des controverses brûlantes. En 1986, le ministre-président de Bavière, Franz Josef Strauss, reprocha aux instituts Goethe d’être des « Günter-Grass-Institute » faisant à l’étranger la propagande de l’opposition ouest-allemande. Il en vint même, dans son réquisitoire, à faire l’éloge de la politique culturelle extérieure de la République démocratique allemande, qui, elle, était totalement au service du pays44 !

  • 45 Arnold, Hans. Auswärtige Kulturpolitik, op.cit., p. 107.

26Dressant le bilan de ces réformes, Hans Arnold estime qu’il s’agit d’améliorations appréciables, mais qui restèrent du « bricolage » par rapport aux ambitions premières45. À la fin des années 1970, l’élan réformateur et la vigueur de la discussion retombèrent, ce qui s’expliquait par une multiplicité de facteurs :

  • 46 Cf. Metzler. « Am Ende », op.cit., p. 98-99.

27– Ce demi-échec résultait en partie de l’essoufflement de la foi dans la planification et la rationalisation consécutive à la crise de 1973 (premier choc pétrolier provoquant une crise internationale et remettant en cause la foi dans la prévisibilité des évolutions politico-économiques et, plus généralement, dans le progrès)46.

  • 47 Trommler, Frank. Kulturmacht ohne Kompass, op.cit., p. 699-707.

28– Le contexte international y contribua aussi : la « deuxième guerre froide », à partir de 1979, brisa une certaine dynamique, suscitant à nouveau une profonde méfiance. Paradoxalement, elle rendit encore plus cruciale la question des contacts culturels. C’est ainsi qu’en 1985, en marge d’un conférence culturelle organisée officiellement dans le cadre de la CSCE à Budapest, des intellectuels des deux Europe purent discuter relativement librement du conflit Est-Ouest : György Konrad, Susan Sonntag, Hans Magnus Enzensberger, ou bien encore Günter Grass et Hermann Kant y participaient47  !

  • 48 Ibid., p. 703.

29– Les orientations politiques intérieures impactèrent aussi ce processus. Avec l’arrivée au pouvoir du gouvernement d’Helmut Kohl, en 1982, les moyens financiers attribués à la politique culturelle extérieure furent réduits et le mouvement de réforme prit fin. Une conception plus traditionnelle, donnant priorité à la promotion de la langue (seul secteur profitant de crédits croissants afin de développer la connaissance de l’allemand à l’étranger) parvint à s’imposer, rétive à l’idée de l’élargissement du concept de culture. Ce retour vers une conception avant tout linguistique de la politique culturelle s’expliquait notamment par l’émigration vers la RFA de minorités allemandes jusqu’alors restées en Europe de l’Est (40 000 en 1986 et plus de 20 000 en 1988)48. Il faudrait attendre la chute du Mur de Berlin en 1989 et l’effondrement du bloc soviétique en 1990/91 pour assister à une nouvelle réorientation et revalorisation de la politique culturelle extérieure allemande.

2.2. La politique culturelle ouest-allemande en Europe de l’Est

  • 49 Cf. « Günter Grass attackiert das Auswärtige Amt », in : Frankfurter Rundschau, 5 septembre 1973.
  • 50 Arnold, Hans. Kulturexport als Politik ? Aspekte auswärtiger Kulturpolitik, Tübingen, 1976, p. 179.
  • 51 Ibid., p. 188.

30Les traités avec l’Est signés dans le cadre de la nouvelle Ostpolitik de Willy Brandt puis les accords d’Helsinki, en août 1975, affectèrent profondément les conditions des relations culturelles entre l’Allemagne de l’Ouest et l’Est de l’Europe. À partir de 1973, suite aux Ostverträge, des accords culturels furent signés entre la RFA et les pays de l’Europe de l’Est (notamment avec l’URSS en 1973), mais ils s’avérèrent problématiques de part et d’autre. Côté ouest-allemand, ils soulevèrent bien des tensions entre le ministère des Affaires étrangères et les intellectuels. Günter Grass ou Heinrich Böll estimaient que les vrais échanges ne passaient pas par des accords interétatiques et qu’il fallait aller plus loin pour soutenir les dissidents. Günter Grass attaqua violemment la politique culturelle extérieure de la RFA dans un article de presse, après que l’ambassadeur de la RFA à Moscou lui eut demandé de reporter sa visite dans la capitale soviétique en raison de « l’affaire Soljenitsyne » (suite à la publication par l’écrivain de L’Archipel du Goulag). Grass dénonça alors une politique de compromis de la part de la RFA, menant à des compromissions. Certes, partisan de la détente, il refusait une politique de la détente « à tout prix », affectant l’essence et la liberté des échanges culturels49. L’Auswärtiges Amt répliqua qu’il s’agissait de créer une « base minimale », censée permettre le développement ultérieur d’échanges culturels et intellectuels50, car, dans les relations avec l’Est, rien ne pouvait se faire sans l’aval des États. Selon Hans Arnold, l’offre culturelle de la RFA ne devait pas franchir le seuil de tolérance politico-idéologique au-delà duquel l’ensemble des relations aurait été compromis. Il s’agissait d’agir avec prudence. Les intellectuels ouest-allemands, se référant à Helsinki, n’étaient pas loin d’y voir de la compromission51.

31Côté est-européen, les relations culturelles avec la République fédérale achoppèrent souvent sur la question de l’inclusion ou non de Berlin-Ouest dans le périmètre de l’échange. Même quand des accords culturels furent signés (en 1976 avec la Pologne52, ou en 1986 avec la RDA53), les activités peinèrent à se développer et il y eut peu d’ouverture de centres culturels (en 1970 à Belgrade, en 1979 à Bucarest puis en 1988 à Budapest) avant la chute du Mur et l’unification. A partir de 1979, en raison de la nouvelle vague de « glaciation » de la guerre froide, la méfiance reprit le dessus54.

32Les accords d’Helsinki de 1975, en particulier la troisième corbeille, portant sur l’information, la culture, la science et les droits de l’homme, étaient censés favoriser les échanges et circulations par-delà le rideau de fer. Mais certains pays, en particulier l’URSS et la RDA dénoncèrent une manipulation par l’Occident pour poursuivre par d’autres moyens leur politique impérialiste et miner le socialisme. Ils virent dans la politique culturelle de la RFA une manœuvre subversive et se méfièrent particulièrement des organisations intermédiaires, dont l’indépendance à l’égard de l’État leur paraissait suspecte : Comment traiter avec un partenaire qui échappait à la tutelle d’un gouvernement central ?

  • 55 Cf. Arnold, Auswärtige Kulturpolitik, op.cit., p. 96-100. Voir aussi Schulte, Auswärtige Kulturpoli (...)
  • 56 Witte, Barthold C. « La politique culturelle à l’étranger après l’unité », in : Ménudier, Henri (éd (...)

33Si l’on dressait le bilan des relations culturelles non étatiques, il serait très variable selon les pays : faible avec la RDA et même avec l’URSS (pour qui la RDA représentait culturellement l’Allemagne), mais impressionnant avec la Pologne dans les années 1970. On peut citer le développement de jumelages, de voyages d’écrivains, d’artistes et de scientifiques. En raison de ces difficultés, la RFA investit finalement davantage dans sa politique culturelle avec les pays en voie de développement, notamment dans des programmes de formation des adultes et des actions socio-culturelles menées souvent par les fondations politiques allemandes à l’étranger (comme la Friedrich-Ebert-Stiftung ou la Konrad-Adenauer-Stiftung)55. Il faudrait attendre les années 1990/91 pour voir un rattrapage massif en direction de l’est de l’Europe56.

2.3. La concurrence germano-allemande en matière de politique culturelle extérieure

  • 57 Abusch, Alexander. Sonntag [Berlin-Est], 46, 14 novembre 1971. Voir aussi Pfeil, Ulrich. « Zentrali (...)

34Avec les débuts de l’Ostpolitik de Bonn, Berlin-Est renforça sur le plan culturel sa politique du cordon sanitaire (Abgrenzung) : les dangers inhérents à la détente exigeaient que l’identité culturelle et idéologique des Allemands de l’Est fût encore raffermie. Alexander Abusch, écrivain et personnalité politique de la RDA, formula ainsi cet enjeu : « La coexistence pacifique entre les États relevant des différents systèmes de société ne doit jamais signifier la coexistence idéologique, mais une controverse idéologique renforcée. Cela signifie donc qu’il nous faut aussi nous renforcer idéologiquement et culturellement sur le plan intérieur, car on ne peut ignorer la particularité de notre situation en tant que RDA : il nous faut d’abord combattre, surtout contre la RFA, pour la reconnaissance internationale officielle de notre république »57. Tandis que la RFA considérait les relations culturelles avec l’« Autre Allemagne » comme des relations culturelles interallemandes, ouvrant ainsi largement la voie aux liens entre sociétés au nom de la culture allemande, les dirigeants est-allemands refusaient de leur reconnaître un caractère spécifique. Car la RDA ne pouvait avoir de relations particulières qu’avec les pays frères du système soviétique.

  • 58 Cf. Defrance, Corine. « Politiques et relations culturelles extérieures. Concurrence et interdépend (...)
  • 59 Hexelschneider, Erhard. Koexistenz, Kulturaustausch und Bonns ›zwischenstaatliche Gesellschaftspoli (...)
  • 60 Ibid., p. 124 (« Sie ist Teil des Expansionsprogramms und Ausdruck einer verstärkten Aggressivität (...)
  • 61 Cf. Lindemann, Hans ; Müller, Kurt. Auswärtige Kulturpolitik der DDR, Bonn, Bad Godesberg, 1974, p. (...)
  • 62 Ibid., p. 62 (« Denn für die DDR iest es außerordentlich schwierig, das Feindbild von der Bundesrep (...)
  • 63 Ibid., p. 87 (« die gemeinsamen Wurzeln und Werte der europäischen Kultur »).
  • 64 En 1949, il avait été nommé président de l’Académie allemande des Arts de Berlin-Est.

35Sous de tels auspices, la concurrence interallemande se poursuivit, voire s’amplifia encore après le traité interallemand (21 décembre 1972). La RDA développa une « sozialistische auswärtige Kulturpolitik » (politique culturelle extérieure socialiste) dénonçant toujours plus fermement l’idée de l’unité culturelle allemande58. La RDA réagit très vivement à la nouvelle politique culturelle extérieure de Bonn59 : « Elle est une partie du programme d’expansion et l’expression de l’agressivité croissante de l’impérialisme ouest-allemand, qui cherche à imposer sa vieille politique de classe par l’infiltration et la diversion intellectuelles et culturelles après qu’elle a échoué dans ses tentatives de faire reculer le socialisme par la force »60. Cette exaspération enchanta Bonn. « La SED, sur le plan intérieur, n’arrivait pas, alors, à faire face à la détente »61 et regrettait même le temps de la guerre froide, « car, pour la RDA, il est extrêmement difficile de maintenir de façon crédible l’image d’ennemie de la République fédérale quand les artistes et les scientifiques ouest-allemands parlent dans leurs conférences à l’étranger de manière critique mais objective des aspects culturels de la RDA »62. Les autorités est-allemandes, en continuant à traiter les relations culturelles interallemandes comme des relations étrangères, adoptaient une attitude impopulaire et rétrograde. Les services culturels de l’Auswärtiges Amt décidèrent d’insister toujours plus sur « les racines et valeurs communes de la culture européenne »63. Les analystes repérèrent combien le discours des intellectuels ouest-allemands à l’étranger, évoquant la littérature allemande dans son ensemble et n’hésitant pas à faire des conférences sur Bertolt Brecht ou Heinrich Mann, dont l’héritage était revendiqué par la RDA64, désorientait les responsables est-allemands. Face à cette situation, ceux-ci ne savaient comment convaincre leur opinion que ces intellectuels ouest-allemands étaient des agents de l’impérialisme occidental… Bonn avait donc parfaitement conscience, à l’heure de la CSCE, que le discours de détente, la propension à l’échange et la mise en avant d’une culture allemande partagée étaient ses meilleures armes pour percer la carapace idéologique de la RDA.

  • 65 Lindner, Bernd et al. (éd.). Klopfzeichen, Kunst und Kultur der 80er Jahre in Deutschland, Mauerspr (...)

36Autre conséquence de la politique de démarcation (Abgrenzung) pratiquée par Berlin-Est, on assista à une réduction des échanges culturels au cours de cette période. Alors que la RDA, dans les années 1960, avait réclamé la conclusion d’un accord culturel avec Bonn et la signature de jumelages, elle temporisait désormais, par crainte des risques encourus, si bien que cet accord ne fut signé qu’en 1986 (année de la conclusion des premiers jumelages interallemands)65 ! Au sein des pays est-européens, la RDA s’isolait toujours davantage en refusant l’échange intellectuel avec la RFA et l’Europe de l’Ouest.

  • 66 Pfeil, Ulrich. Die « anderen » deutsch-französischen Beziehungen. Die DDR und Frankreich 1949-1990, (...)
  • 67 Muschik, Alexander. Die beiden deutschen Staaten und das neutrale Schweden. Eine Dreiecksbeziehung (...)
  • 68 Trommler, Kulturmacht ohne Kompass, op.cit., p. 685.

37D’une part, la concurrence se poursuivait et la RDA donna du fil à retordre à Bonn : à Paris par exemple, avec l’ouverture d’un institut culturel de la RDA en plein Quartier Latin, dans un bâtiment prestigieux dessiné par Garnier, tandis que l’Institut Goethe s’était installé à l’écart dans un bâtiment fonctionnel du 16e arrondissement, très bourgeois et excentré. De surcroît, le centre culturel de la RDA offrait des cours d’allemand bien moins chers que ceux de son rival ouest-allemand. Pourtant, très vite, les responsables culturels et diplomates ouest-allemands constatèrent que le centre est-allemand devenait aussi un lieu de contestation et de protestation contre le régime de la SED, ce qui plongeait Berlin-Est dans l’embarras66. La concurrence fut aussi très sensible en Suède67 : alors que le DAAD venait de refuser des bourses à des étudiants par manque de moyens financiers, la RDA, par le biais du Herder-Institut, les invita aussitôt ! Cette concurrence aiguillonna Bonn, qui finit par augmenter son budget culturel afin de ne pas laisser le champ libre à la RDA. Bonn avait parfaitement conscience de la dissymétrie des moyens au niveau global : la dizaine de Herder-Institute est-allemands ne pouvait guère rivaliser avec plus d’une centaine de Goethe-Institute68 !

  • 69 Ibid., p. 685-686.

38De surcroît, la RFA et l’Occident purent tirer profit d’erreurs commises par Berlin-Est, résultant de la crispation consécutive à la signature des accords d’Helsinki. C’est ainsi que l’expulsion du chanteur contestataire Wolf Biermann, en 1976, porta une atteinte décisive au prestige de la RDA : Quelle déplorable image pour un pays qui paraissait avoir accordé une place de choix à la littérature et aux artistes ! Aux yeux de l’opinion internationale, un mythe s’effondrait69.

  • 70 « Wir haben uns also niemals mit der Position einer weitgehenden Negierung der DDR im Ausland ident (...)

39La maison mère du Goethe-Institut refusa cependant de se laisser provoquer, tant en Occident que dans le Tiers Monde. Son président, Klaus von Bismarck, déclara : « Nous n’avons jamais fait nôtre l’attitude consistant à faire à l’étranger comme si la RDA n’existait pas ». Mais il établit cependant une ligne rouge à ne pas franchir et refusa toute coopération avec les institutions culturelles de la RDA à l’étranger70.

40

  • 71 C’est la question à laquelle Frank Trommler tente de répondre dans son article : « Bilanzierende Be (...)

41Pour conclure, arrêtons-nous sur un élément essentiel de la politique culturelle extérieure de la RFA : dans quelle mesure a-t-elle contribué au processus de réconciliation de l’Allemagne avec ses voisins71 ?

  • 72 Trommler. Kulturmacht ohne Kompass, op.cit., p. 652.
  • 73 Ibid., p. 656 ; Merseburger, Peter. Theodor Heuss, Der Bürger als Präsident. Biographie, DVA, Munic (...)

42Jusque dans les années 1960, le désintérêt des pays occidentaux pour le travail culturel extérieur de la RFA résultait, selon Frank Trommler, de l’incapacité et de l’irrésolution de l’Allemagne fédérale à aborder la question de la responsabilité des crimes passés72. Il en donne une preuve a contrario, par l’émotion considérable soulevée par le seul geste symbolique d’envergure commis dans l’immédiat après-guerre : le président fédéral Theodor Heuss inaugurant le mémorial de Bergen-Belsen, en 1952, aux côtés de Nahum Goldmann, président du Congrès juif mondial. Dans son discours, Heuss dit la honte de l’Allemagne d’avoir perpétré l’holocauste et ouvrit ainsi la voie vers un possible rapprochement avec Israël73.

  • 74 « Die Abwendung vom Nationalsozialismus […] muss aber in der Welt noch lange immer wieder dargestel (...)
  • 75 « Wir wollen ein Volk der guten Nachbarn werden im Innern und nach außen », déclaration gouvernemen (...)
  • 76 Schneider, Christoph. « Der Kniefall von Warschau. Spontane Geste – bewusste Inszenierung ? », in : (...)
  • 77 http://www.bundespraesident.de/SharedDocs/Reden/DE/Richard-von-Weizsaecker/Reden/1985/05/19850508_R (...)
  • 78 Franke, Annemarie ; Kretschmann, Dominik. « Der Friedengruß von Kreisau 1989. Eine Geste als Verspr (...)

43Dans les années 1960, les plus perspicaces des analystes avaient identifié le problème. Ainsi Hellmut Becker, juriste et cofondateur du Max-Planck-Institut für Bildungsforschung (Berlin, 1963) écrivit : « Pour longtemps encore il nous faut montrer au monde que nous nous sommes détournés du national-socialisme, car l’image de la terreur, dont l’Allemagne est responsable, a un effet plus tenace que l’impression que donne l’Allemagne pacifique »74. Mais si la réhabilitation, la prétention à représenter l’Allemagne dans son ensemble (Alleinvertretungsanspruch) et le rapprochement faisaient partie depuis les années 1950 des buts de la politique culturelle extérieure de Bonn, la réconciliation – au sens profond d’expiation, de repentance, de retour réflexif sur le passé – en était absente. Il faudrait attendre l’arrivée de Willy Brandt à la chancellerie pour que la situation changeât. Il déclara aussitôt : « Nous voulons être un peuple de bons voisins, à l’intérieur comme à l’extérieur »75 et mit cette devise en pratique : un an plus tard, il s’agenouillait devant le Mémorial du ghetto de Varsovie76. Ce geste incarne par excellence l’acte de repentance collective au nom de la RFA. Dans cette lignée, il y aurait ensuite le discours du président Richard von Weizsäcker le 8 mai198577 et la messe commune à laquelle assistèrent le chancelier Kohl et le président Mazowiecky dans la petite ville polonaise de Kreisau / Krisowa en novembre 198978. La politique culturelle extérieure de l’Allemagne avait véritablement rompu avec la routine des années 1950 et 1960 et pris à bras le corps la question fondamentale de la réconciliation après les crimes passés. Cette attitude contribua à assurer le prestige de l’Allemagne à l’étranger et resta, à la fin de la guerre froide, un axe prioritaire, dans l’image que l’Allemagne réunifiée entendait donner d’elle-même notamment en Europe centre-orientale.

Top of page

Notes

1 Arnold, Hans. Auswärtige Kulturpolitik. Ein Überblick aus deutscher Sicht, Munich, Carl Hanser Verlag, 1980, p. 9. Citations respectives : « Mit dem Begriff ‘auswärtige Kulturpolitik’ ist die Einbeziehung der internationalen Kulturbeziehungen in die Außenpolitik bzw. eine international ausgerichtete Kulturpolitik im Interesse der Außenbeziehungen eines Staates gemeint » ; « Die Frage nach der auswärtigen Kulturpolitik ist die Frage, was an solcher Förderung das eigentlich Politische ist, was mit ihr politisch bezweckt werden kann und soll ».

2 Defrance, Corine. « La politique culturelle extérieure de la RFA au service de la diffusion d’une nouvelle image de soi à l’étranger (1949-1969) », in : Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande 40 (2008) 3, p. 367-380.

3 Peisert, Hansgert. « Das Bonner Aschenputtel. Überlegungen zu einem neuen Konzept der auswärtigen Kulturpolitik », in : Die Zeit, Nr. 41, 13 octobre 1970, p. 10.

4 Defrance, Corine. « Die Auswärtige Kulturpolitik im Wandel. Neuansätze der Jahre 1966-1974 », in : Wilkens, Andreas (éd.). Wir sind auf dem richtigen Weg. Willy Brandt und die europäische Einigung, Bonn, Dietz, 2010, p. 320-341 [version française : « La réforme de la politique culturelle extérieure de la RFA. Apports et limites du renouveau, 1966-1974 », in : Wilkens, Andrea (éd.). Willy Brandt et l’unité de l’Europe. De l’objectif de la paix aux solidarités nécessaires, Peter Lang, Bruxelles, 2011, p. 325-346].

5 Diner, Dan (éd.). Zivilisationsbruch. Denken nach Auschwitz, Fischer Taschenbuch, Francfort/M., 1988.

6 Cf. Paulmann, Johannes (éd.). Auswärtige Repräsentationen. Deutsche Kulturdiplomatie nach 1945, Cologne, Böhlau, 2005, p. 2-4.

7 Le 30 novembre 1955, Heinz Trützschler von Falkenstein, alors directeur de la section culturelle à l’Auswärtiges Amt, déclara : « Es muß unsere Aufgabe sein, dieses Mißtrauen zu zerstreuen und das Vertrauen zu einer friedlichen und fortschrittlichen Entwicklung Deutschlands […] zu stärken oder neu zu schaffen. Die Vermittlung kultureller Werte und die Schaffung breiter menschlicher Kontakte auf allen jenen Gebieten, mit denen sich eine aktive Kulturpolitik zu befassen hat, kann hier wesentliches, ja Entscheidendes beitragen », cité d’après Victoria Znided-Brand, Deutsche und französische auswärtige Kulturpolitik. Eine vergleichende Analyse. Das Beispiel der Goethe-Institute in Frankreich sowie der Instituts und Centres Culturels Français in Deutschland seit 1945, Francfort/M., Peter Lang, 1999, p. 36.

8 Cf. Düwell, Kurt. Deutsche auswärtige Kulturpolitik seit 1871, Cologne, Böhlau, 1981 ; « Zwischen Propaganda und Friedenspolitik – Geschichte der Auswärtigen Kulturpolitik im 20. Jahrhundert », in : Maass, Kurt-Jürgen (éd.). Kultur und Außenpolitik. Handbuch für Studium und Praxis, Baden-Baden, Nomos, 2005, p. 53-83.

9 Cf. Paulmann, Johannes (éd.). Auswärtige Repräsentationen, op.cit., p. 1 ; « Deutschland und die Welt. Auswärtige Repräsentationen und reflexive Selbstwahrnehmung nach dem Zweiten Weltkrieg – eine Skizze », in : Hockerts Hans-Günter (éd.). Koordinaten deutscher Geschichte in der Epoche des Ost-West-Konflikts, Munich, Oldenbourg, 2004, p. 63-78 ; Paulmann, Johannes. Die Haltung der Zurückhaltung. Auswärtige Selbstdarstellungen nach 1945 und die Suche nach einem erneuerten Selbstverständnis in der Bundesrepublik, Brême, Wilhelm-und-Helene-Kaisen-Stiftung, 2006.

10 Cf. Michels, Eckard. « Zwischen Zurückhaltung, Tradition und Reform : Anfänge westdeutscher auswärtiger Kulturpolitik in den 1950er Jahren am Beispiel der Kulturinstitute », in : Paulmann, Auswärtige Repräsentationen, op.cit., p. 243-246.

11 Cf. Schulte, Karl Sebastian. Auswärtige Kulturpolitik im politischen System der Bundesrepublik Deutschland, Berlin, Verlag für Wissenschaft und Forschung, 2000, p. 42 ; Döscher, Hans-Jürgen. Verschworene Gesellschaft. Das Auswärtige Amt unter Adenauer zwischen Kontinuität und Neubeginn, Berlin, Akademie-Verlag, 1995; cf. Conze, Eckart ; Frei, Norbert ; Hayes, Peter ; Zimmermann, Mosh. Das Amt und die Vergangenheit. Deutsche Diplomaten im Dritten Reich und in der Bundesrepublik, Munich, Karl Blessing Verlag, 2010.

12 Arnold. Auswärtige Kulturpolitik, op.cit., p. 105.

13 Cf. Schulte. Auswärtige Kulturpolitik, op.cit., p. 45.

14 Cf. voir Maass, Kurt-Jürgen(éd.). Kultur und Außenpolitik. Handbuch für Studium und Praxis, Baden-Baden, 2005, p. 173-240.

15 Cf. Müller, Claus M. Relaunching German Diplomacy. The Auswärtiges Amt in the 1950’s, Münster, Lit, 1996.

16 Cf. Alter, Peter (éd.). Der DAAD in der Zeit. Geschichte, Gegenwart und zukünftigen Aufgaben, Bonn, DAAD, 2000.

17 Cf. Michels, Eckard. « Keine Stunde Null. Ursprünge und Anfänge des Goethe-Instituts », in : Goethe-Institut Inter Nationes (éd.), Murnau–Manila–Minsk. 50 Jahre Goethe-Institut, Munich, Beck, 2001, p. 13-23 ; Von der Deutschen Akademie zum Goethe-Institut. Sprach- und auswärtige Kulturpolitik 1923-1960, Munich, Oldenbourg, 2005.

18 Cf. Schulte. Auswärtige Kulturpolitik, op.cit., p. 42.

19 Cf. Michels. « Zwischen Zurückhaltung, Tradition und Reform », op.cit., p. 242.

20 Cf. Arnold. Auswärtige Kulturpolitik, op.cit., p. 16.

21 Ibid., p. 105-106.

22 Cf. Lohmar, Ulrich. « Routine geht nicht. Die auswärtige Kulturpolitik braucht ein Konzept », in : Christ und Welt, 17 mars 1967.

23 « Deutsche Sprachpflege verzettelt sich », in : Süddeutsche Zeitung, 29 septembre 1967.

24 Cf. Arnold. Auswärtige Kulturpolitik, op.cit., p. 15.

25 Willy Brandt a qualifié la politique culturelle extérieure de « dritte Säule einer modernen Außenpolitik ». Cf. Brandt, Willy. Bedeutung und Aufgaben der Auswärtigen Kulturpolitik. Ausführungen von Außenminister Brandt anläßlich der Veröffentlichung des Tätigkeitsberichts 1966 der Kulturabteilung des Auswärtigen Amtes, in: Presse- und Informationsamt der Bundesregierung, Bulletin, 5. Juli 1967, Nr. 71, p. 613-616.

26 « Die Darstellung der deutschen Kultur im Ausland wird sich künftig stärker darauf richten, anderen Völkern neben den unvergänglichen Leistungen der Vergangenheit ein Bild dessen zu vermitteln, was in dieser Zeit des Übergan- ges auch in Deutschland an geistiger Auseinandersetzung und fruchtbarer Un- ruhe tägliche Wirklichkeit ist », déclaration gouvernementale de Willy Brandt, 28 octobre 1969, publiée in : Von Beyme, Klaus (éd.). Die großen Regierungserklärungen der deutschen Kanzler von Adenauer bis Schmidt, Munich, Hanser, 1979, p. 251-281, également consultable sur le site du Deutsches Historisches Museum : http://www.dhm.de/lemo/html/dokumente/ KontinuitaetUndWandel_erklaerungBrandtRegierungserklaerung1969/index.html.

27 Cf. Schulte. Auswärtige Kulturpolitik, op.cit., p. 48.

28 Cf. Scheel, Walter. « Ziele und Aufgaben der Auswärtigen Kulturpolitik », discours du ministre des Affaires étrangères devant le Kulturpolitischer Beirat de l’Auswärtiges Amt, 22 janvier 1971, in : Presse-und Informationsamt der Bundesregierung, Bulletin, 27 janvier 1971, n° 10, p. 84-86, ici p. 84.

29 Cf. Metzler, Gabriele. Am Ende aller Krisen? Politisches Denken und Handeln in der Bundesrepublik der sechziger Jahre, in : Historische Zeitschrift 275 (2002), p. 57-103, ici p. 96.

30 Auswärtiges Amt, Leitsätze für die auswärtige Kulturpolitik, fascicule publié par l’Office de presse et d’information du gouvernement, novembre 1970. Ces directives ont été à nouveau publiées en annexe de l’ouvrage de Arnold, Hans. Kulturexport als Politik ? Aspekte auswärtiger Kulturpolitik, Tübingen, Bâle, Erdmann, 1976, p. 257-265.

31 Cité d’après Schulte. Auswärtige Kulturpolitik, op.cit., p. 50. Enquete-Kommission, rapport publié in : Drucksache des Deutschen Bundestages, n° 7/4121 du 7 octobre 1975. Une partie du rapport de la commission d’enquête du Bundestag a été publiée in : Arnold, Kulturexport, op.cit., p. 284-305 ; au sujet du rapport de la Commission d’enquête, voir Witte, Barthold C. « Die Enquete-Kommission des Bundestages – Anmerkungen zu ihrem Bericht über auswärtige Kulturpolitik », in : Düwell, Kurt ; Link, Werner (éd.). Deutsche Auswärtige Kulturpolitik seit 1871. Geschichte und Struktur, Cologne, Böhlau, 1981, p. 295-359.

32 Dahrendorf, Ralf. « Gesamtplan für die Auswärtige Kulturpolitik. Notwendigkeit eines wechselseitigen Verständnisses der inneren Entwicklungen der Völker. Vierte Epoche einer zwischenstaatlichen Kultur- und Gesellschaftspolitik » [discours devant le Bundestag, 28 novembre 1969], in : Presse-und Informationsamt der Bundesregierung, Bulletin, 3 décembre 1969, n° 147, p. 1254-1256.

33 Déclaration gouvernementale de Willy Brandt, 28 octobre 1969, op.cit..

34 Cf. Balbier, Uta Andrea. « ‘Der Welt das moderne Deutschland vorstellen’ : Die Eröffnungsfeier der Spiele der XX. Olympiade in München 1972 », in : Paulmann, Johannes (éd.). Auswärtige Repräsentationen. Deutsche Kulturdiplomatie nach 1945, Cologne, Böhlau, 2005, p. 105-119 ; Pfeil, Ulrich. « Die Olympischen Spiele 1972 und die Fußballweltmeisterschaft 1974. Fallbeispiele für die Verquickung von Sport, Politik und Gesellschaft », in : Deutschland Archiv, vol. 39, n° 3, 2006, p. 415-423.

35 Cf. Defrance, Corine. « La réforme de la politique culturelle extérieure de la RFA », op.cit..

36 « Auswärtige Kulturpolitik und internationale Zusammenarbeit. Interview mit Ministerialdirektor Hans-Georg Steltzer », in : Presse-und Informationsamt der Bundesregierung, Bulletin, 20 août 1970, n° 111, p. 1173.

37 Cf. Paulmann. Auswärtige Repräsentationen, op.cit., p. 5 ; Auswärtiges Amt (éd.), Die Auswärtige Politik der Bundesrepublik Deutschland, Cologne, 1972, p. 97.

38 « ‘Wer geliebt werden will, muß selbst lieben’ […]. Ohne Förderungsbereitschaft für fremde Kulturen und Künste werden wir mit unserem eigenen kulturellen Angebot vor fremden Türen sitzen bleiben », discours du ministre fédéral des Affaires étrangères, Walter Scheel, intitulé « Ziele und Aufgaben der Auswärtigen Kulturpolitik », devant le Kulturpolitischer Beirat de l’Auswärtiges Amt, 22 janvier 1971, in : Presse- und Informationsamt der Bundesregierung, Bulletin, 27 janvier 1971, n° 10, p. 84-86, ici p. 86.

39 Enquete-Kommission, in : Drucksache des Deutschen Bundestages, n° 7/4121 du 7 octobre 1975.

40 Lanoë, Elise. « Auswärtige Kulturpolitik der Bundesrepublik », in : Colin, Nicole ; Defrance, Corine ; Pfeil, Ulrich ; Umlauf, Joachim (éd.), Lexikon der deutsch-französischen Kulturbeziehungen nach 1945, Narr Verlag, Tübingen, 22015, p. 107-110.

41 Arnold, Hans. Auswärtige Kulturpolitik, op.cit., p. 107-108.

42 Trommler, Frank. Kulturmacht ohne Kompass. Deutsche auswärtige Kulturbeziehungen im 20. Jahrhundert, Böhlau , Cologne, Weimar, Vienne, 2014, p. 700-701.

43 Cornelissen, Christoph ; Ritter, Gerhard. Geschichtswissenschaft und Politik im 20. Jahrhundert, Droste, Düsseldorf, 2001, p. 607-610.

44 Trommler, Frank. Kulturmacht ohne Kompass, op.cit., p. 702.

45 Arnold, Hans. Auswärtige Kulturpolitik, op.cit., p. 107.

46 Cf. Metzler. « Am Ende », op.cit., p. 98-99.

47 Trommler, Frank. Kulturmacht ohne Kompass, op.cit., p. 699-707.

48 Ibid., p. 703.

49 Cf. « Günter Grass attackiert das Auswärtige Amt », in : Frankfurter Rundschau, 5 septembre 1973.

50 Arnold, Hans. Kulturexport als Politik ? Aspekte auswärtiger Kulturpolitik, Tübingen, 1976, p. 179.

51 Ibid., p. 188.

52 Akten zur Auswärtigen Politik der Bundesrepublik Deutschland 1976, 2 vol, Munich, Oldenbourg, 2007 (document n° 197).

53 Lindner, Sebastian. Zwischen Öffnung und Abgrenzung: Die Geschichte des innerdeutschen Kulturabkommens, 1973-1986, Berlin, Christoph Links, 2015.

54 Trommler, Frank. Kulturmacht ohne Kompass, op.cit., p. 699.

55 Cf. Arnold, Auswärtige Kulturpolitik, op.cit., p. 96-100. Voir aussi Schulte, Auswärtige Kulturpolitik, op.cit., p. 45.

56 Witte, Barthold C. « La politique culturelle à l’étranger après l’unité », in : Ménudier, Henri (éd). L’Allemagne de la division à l’unité, 1991, p. 221-233 ; Sattler, Julia. « L’engagement culturel. La politique culturelle extérieure de l’Allemagne après 1989 », note du Comité d’études des relations franco-allemandes (Cerfa), n° 69, novembre 2009.

57 Abusch, Alexander. Sonntag [Berlin-Est], 46, 14 novembre 1971. Voir aussi Pfeil, Ulrich. « Zentralisierung und Instrumentalisierung der auswärtigen Kulturpolitik der DDR. Ein anderer Aspekt der Frankreichpolitik der DDR 1949-1973 », in : Timmermann, Heiner (éd.). Die DDR – Analysen eines aufgegebenen Staates, Berlin, 2001, p. 621-642.

58 Cf. Defrance, Corine. « Politiques et relations culturelles extérieures. Concurrence et interdépendance entre RFA et RDA », in : Cahn, Jean-Paul ; Pfeil, Ulrich (éd.), Allemagne 1961-1974. De la construction du Mur à l’Ostpolitik, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 2009, p. 103-123 ; voir aussi Pfeil, Ulrich. « Intersystemische Kulturbeziehungen im Ost-West-Konflikt », in : Berger, Stefan ; Laporte, Norman (éd.). The Other Germany. Perceptions and Influences in British-East German Relations, 1945–1990, Augsburg 2005, p. 189-209.

59 Hexelschneider, Erhard. Koexistenz, Kulturaustausch und Bonns ›zwischenstaatliche Gesellschaftspolitik‹, Wissenschaftliche Zeitschrift, Gesellschafts- und Sprachwissenschaftliche Reihe, Karl-Marx-Universität Leipzig, 2 (1972).

60 Ibid., p. 124 (« Sie ist Teil des Expansionsprogramms und Ausdruck einer verstärkten Aggressivität des westdeuschen Imperialismus, der seine alten Klassenziele über geistig-kulturelle Infiltration und Diversion durchsetzen möchte, nachdem seine Versuche, den Sozialismus mit Gewalt ‚zurückzurollen’ gescheitert sind »).

61 Cf. Lindemann, Hans ; Müller, Kurt. Auswärtige Kulturpolitik der DDR, Bonn, Bad Godesberg, 1974, p. 52 (« Die SED kann die Entspannung innenpolitisch vorerst nicht verkraften »).

62 Ibid., p. 62 (« Denn für die DDR iest es außerordentlich schwierig, das Feindbild von der Bundesrepublik glaubhaft aufrechtzuerhalten, wenn westdeutsche Künstler und Wissenschqftler bei Vorträgen im Ausland über kulturelle Aspekte in der DDR kritisch, aber sachlich berichten »).

63 Ibid., p. 87 (« die gemeinsamen Wurzeln und Werte der europäischen Kultur »).

64 En 1949, il avait été nommé président de l’Académie allemande des Arts de Berlin-Est.

65 Lindner, Bernd et al. (éd.). Klopfzeichen, Kunst und Kultur der 80er Jahre in Deutschland, Mauersprünge, Leipzig, 2002 ; Cf. Arnold, Hans. Auswärtige Kulturpolitik. Ein Überblick aus deutscher Sicht, Munich, 1980, p. 39 et suivantes. ; Pawlow, Nicki. Innerdeutsche Städtepartnerschaften, Berlin, Gebr. Holzapfel, 1990 ; Burgmer, Inge Maria. Städtepartnerschaften als neues Element der innerdeutschen Beziehungen, Bonn, Europa-Union, 1989.

66 Pfeil, Ulrich. Die « anderen » deutsch-französischen Beziehungen. Die DDR und Frankreich 1949-1990, Cologne, 2004, p. 528-547.

67 Muschik, Alexander. Die beiden deutschen Staaten und das neutrale Schweden. Eine Dreiecksbeziehung im Schatten der offenen Deutschlandfrage 1949-1972, Münster, 2005 ; Abraham, Nils. Die politische Auslandsarbeit der DDR in Schweden. Zur Public Diplomacy der DDR gegenüber Schweden nach der diplomatischen Anerkennung (1972-1989), Münster, 2007. 

68 Trommler, Kulturmacht ohne Kompass, op.cit., p. 685.

69 Ibid., p. 685-686.

70 « Wir haben uns also niemals mit der Position einer weitgehenden Negierung der DDR im Ausland identifiziert », ibid., p. 683-684.

71 C’est la question à laquelle Frank Trommler tente de répondre dans son article : « Bilanzierende Betrachtungen eines Lernprozesses. Blicke von außen auf Deutschlands Umgang mit der Vergangenheit », in : Defrance, Corine ; Pfeil, Ulrich (éd.), Verständigung und Versöhnung nach dem ‘Zivilisationsbruch’ ? Deutschland in Europa nach 1945, PIE, Bruxelles, 2016, p. 793-810.

72 Trommler. Kulturmacht ohne Kompass, op.cit., p. 652.

73 Ibid., p. 656 ; Merseburger, Peter. Theodor Heuss, Der Bürger als Präsident. Biographie, DVA, Munich, 2012.

74 « Die Abwendung vom Nationalsozialismus […] muss aber in der Welt noch lange immer wieder dargestellt werden, weil das Bild des Schreckens, den Deutschland zu verantworten hat, nachhaltiger wirkt als der Eindruck, den das friedliche Deutschland gewährt », Becker, Hellmut. « Außenpolitik und Kulturpolitik (1961) », in : Deutsche Kulturpolitik im Ausland 1955 bis heute, herausgegeben und kommentiert von Dieter Braun, Süddeutscher Verlag, Munich, 1966, p.88-103, ici, p. 97.

75 « Wir wollen ein Volk der guten Nachbarn werden im Innern und nach außen », déclaration gouvernementale de Willy Brandt, 28 octobre 1969, publiée in : Von Beyme, Klaus (éd.). Die großen Regierungserklärungen der deutschen Kanzler von Adenauer bis Schmidt, Munich, Hanser, 1979, p. 251-281, également consultable sur le site du Deutsches Historisches Museum : http://www.dhm.de/lemo/html/dokumente/ KontinuitaetUndWandel_erklaerungBrandtRegierungserklaerung1969/index.html.

76 Schneider, Christoph. « Der Kniefall von Warschau. Spontane Geste – bewusste Inszenierung ? », in : Paul, Gerhard (éd.). Das Jahrhundert der Bilder. Band II : 1949 bis heute, Bonn, 2008, pp. 410-417 ; Wilkens, Andreas. « Kniefall vor der Geschichte. Willy Brandt in Warschau 1970 », in : Defrance, Pfeil (éd.). Verständigung und Versöhnung, op.cit. p. 83-102.

77 http://www.bundespraesident.de/SharedDocs/Reden/DE/Richard-von-Weizsaecker/Reden/1985/05/19850508_Rede.html (consulté le 1er juin 2016).

78 Franke, Annemarie ; Kretschmann, Dominik. « Der Friedengruß von Kreisau 1989. Eine Geste als Versprechen », in : Defrance, Pfeil (éd.), Verständigung und Versöhnung, op.cit., p. 137-155.

Top of page

References

Electronic reference

Corine DEFRANCE, « Entre poursuite de la réforme et repli sur des conceptions traditionnelles : la politique culturelle extérieure de la RFA au cours des années 1974-1990 », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [Online], 17 | 2016, Online since 07 February 2017, connection on 23 November 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/2509 ; DOI : 10.4000/mimmoc.2509

Top of page

About the author

Corine DEFRANCE

Directrice de recherche au CNRS
UMR 8138 SIRICE, Paris
Corine DEFRANCE, ancienne boursière de la Fondation Alexander von Humboldt, est directrice de recherche au CNRS (UMR SIRICE, Paris), enseignante à l’université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne et membre du Labex EHNE (« Écrire une Histoire nouvelle de l’Europe »).
Ses principaux axes de recherche sont l’histoire de l’Allemagne, l’histoire des relations franco-allemandes aux XXe et XXIe siècles et les processus de réconciliation en Europe.
Choix de publications : avec Ulrich Pfeil (éd.) Verständigung und Versöhnung nach dem „Zivilisationsbruch“ ? Deutschland in Europa nach 1945, PIE, Bruxelles, à paraître en février 2016) ; avec Juliette Denis & Julia Maspero (éd.), Personnes déplacées et guerre froide en Allemagne occupée, PIE Bruxelles, 2015 ; avec Ulrich Pfeil, Histoire Franco-Allemande, vol. 10. Entre Guerre froide et Intégration européenne. Reconstruction et Rapprochement, 1945-1963, Presses du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 2012 (WBG, Darmstadt, 2011 pour la version allemande) ; Les Alliés occidentaux et les universités allemandes, 1945-1949, CNRS Éditions, Paris, 2000 ; La politique culturelle de la France sur la rive gauche du Rhin, 1945-1955, Presses Universitaires de Strasbourg, Strasbourg, 1994.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Top of page