Navigation – Plan du site

Les relations culturelles germano-américaines, pierre angulaire de la politique américaine de sécurité en Europe dans les années 1980

Diplomatische und kulturelle Beziehungen zwischen den USA und Deutschland in den 1980er Jahren als Eckpfeiler der Sicherheitspolitik in Europa
Maud QUESSARD-SALVAING

Résumés

Au cœur des enjeux de guerre froide, les relations germano-américaines des années 1980 constituent une priorité pour la diplomatie américaine reaganienne, qui privilégie deux types de stratégies relevant du soft power : celles de crise ou de guerre froide, qui nécessitent des réponses pragmatiques immédiates, et celles du long terme, des échanges et des relations interpersonnelles. Lors de la crise des euromissiles de 1983, les services d’information des États-Unis mettent en œuvre des stratégies de court terme qui visent directement la population ouest allemande, moins atlantiste que son nouveau chancelier, Helmut Kohl. Le tricentenaire des relations germano-américaines représente notamment une formidable opportunité pour soutenir les problématiques de défense urgentes, liées au développement du pacifisme et de l’anti-américanisme en Allemagne de l’Ouest. Dans le même temps les évolutions contradictoires de la politique intérieure de la RFA, et l’émergence du parti des Verts à cette période, sont un sujet de préoccupation constant pour les diplomates américains, qui privilégient, jusqu’à la chute du Mur, le développement de relations durables avec « la génération des successeurs ». Dès lors, le « temps long, opérationnel et structurel » de la diplomatie publique, et des stratégies mises en œuvre par les agents de l’information américains, se distingue du « temps court » et des réponses pragmatiques à apporter face aux crises internationales conjoncturelles, militaires ou politiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le soft power américain est illustré ici, de manière volontairement anticipée, par rapport aux form (...)
  • 2 Voir Edouard Husson, « Le "Neo-Atlantisme" de la République Fédérale d’Allemagne et la réaffirmatio (...)

1Dans le contexte de guerre froide renouvelée que constituent les années 1980, conflit qui fut avant tout idéologique (une guerre des idées pour la ’conquête des esprits’) cette contribution se propose d’aborder un exemple méconnu de l’utilisation du soft power américain1, en tant que stratégie de soutien aux objectifs américains de déploiement militaire en Europe de l’Ouest. La dernière décennie de la guerre froide, conduisant à la chute du mur de Berlin, est une période où l’on peut douter que la victoire supposée du camp occidental soit uniquement due à une stratégie de confrontation avec l’Est2. Allusion notamment au précédent de l’Ostpolitik, politique d’ouverture à l’Est mise en œuvre par le chancelier Willy Brandt au début des années 1970. Or, pour un temps, cette politique fut d’autant mieux acceptée par les États-Unis, que l’Allemagne de l’Ouest représentait alors une puissance économique et monétaire avec laquelle il fallait compter.

2Malgré les efforts affichés des deux Grands pour étendre leur influence sur les pays du tiers-monde depuis le milieu des années 1970, les populations européennes de la « zone » définie comme « critique » par la diplomatie américaine (Allemagne, France, Italie), la jeunesse et les intellectuels en particulier, demeuraient plus que jamais l’enjeu de rivalités entre les professionnels de la désinformation soviétique, d’une part, et les champions de la diplomatie publique américaine, d’autre part. Pour la première fois depuis la seconde crise de Berlin à l’été 1961, l’Europe était à nouveau au centre des préoccupations des deux puissances antagonistes. Or, dans le cadre de cette période de tensions, dite de « nouvelle guerre froide », la position des Européens de l’Ouest était particulièrement incertaine. La quasi-parité des forces nucléaires entre les deux Grands ne permettait plus en effet à l’Europe de bénéficier comme dans les années 1960 du parapluie nucléaire américain. De plus la génération européenne d’après-guerre, dite « génération des successeurs », encline à accéder au pouvoir n’avait pas nécessairement développé de relations personnelles avec ses homologues américains et avait été élevée dans une sorte d’attraction-répulsion pour l’Amérique, à la fois fasciné l’American way of life et imprégnée d’anti-américanisme et de révolte au moment du Vietnam ou du Watergate.

3Dans un climat d’insécurité marqué par la crise des euromissiles, les Allemands de l’Ouest faisaient l’objet d’une surveillance accrue de la part des agents de l’information américaine. Et, si l’Agence d’Information des États-Unis (United States Information Agency) s’intéressait particulièrement à l’opinion publique en Allemagne de l’Ouest, véritable pivot stratégique, c’était avant tout parce que les Soviétiques n’avaient cessé de s’y intéresser.

  • 3 ICA, « A Working Paper : Western Europe - Prime Target For Communist Cultural And Information Effor (...)

4Dans ce climat de tensions diplomatiques, la propagande soviétique diffusée en Europe par la principale agence de presse soviétique, TASS, à la radio ou dans les journaux se concentrait en effet essentiellement sur les velléités de modernisation de l’arsenal militaire de l’OTAN et sur l’ingérence supposée des États-Unis dans les affaires européennes. Les Soviétiques arguaient plus particulièrement du fait que le développement de la bombe à neutrons par les puissances de l’OTAN ne leur permettait pas de réduire unilatéralement leur arsenal conventionnel. Quant à Radio Moscou, elle accusait les États-Unis d’utiliser les événements de Pologne et d’Afghanistan pour annihiler la résistance au réarmement des Européens. Les États-Unis y étaient présentés comme une menace sérieuse à la détente, au moment même où l’Europe du nord et l’Allemagne en particulier était gagnées par une vague pacifiste souvent teintée d’anti-américanisme3.

5Tout l’enjeu pour Washington était désormais de développer, en particulier en RFA, des stratégies de reconquêtes des esprits en usant de l’ensemble des outils de la diplomatie publique.

1-La diplomatie publique à l’épreuve du réalisme : l’instrumentalisation du tricentenaire des relations germano-américaine par l’USIA lors de la crise des euromissiles en 1983

  • 4 Voir Pierre Melandri, « L’Alliance, la "Différence", l’Interdépendance, Les Relations franco-améric (...)

6Au début des années 1980, bien que le président Reagan ait réussi à faire accepter le « retour de l’Amérique », en bénéficiant des positions atlantistes du chancelier Helmut Kohl, les populations de l’Allemagne de l’Ouest comme de l’Est se montrent plutôt hostiles à la politique de défense américaine qui leur est imposée, contre toute attente, avec le concours du président socialiste français, François Mitterrand4. En janvier 1983, le président français prononce au Bundestag, un discours en faveur de l’implantation des Pershing américains, au nom de l’équilibre des forces militaires, et au moment où l’ensemble des populations de l’Ouest adhèrent massivement au pacifisme, ce que résume habilement la formule du président Mitterrand citée par Hubert Védrine, « Les euromissiles sont à l’Est et les pacifistes sont à l’Ouest ».

  • 5 Cet ancien producteur de films hollywoodiens avait soutenu le candidat Reagan au poste de gouverneu (...)

7De fait, à l’heure de la « nouvelle guerre froide », confrontées à une poussée soviétique, la Maison-Blanche et les services d’information américains se montrent particulièrement attentifs à l’état de l’opinion publique européenne. La promotion et l’amélioration des relations transatlantiques deviennent alors une priorité pour le département d’État et la diplomatie publique américaine, dont le directeur est Charles Wick. Charles Wick, directeur de l’Agence d’Information des États-Unis (United States Information Agency, USIA) jusqu’à la fin des années 1980, est un très proche collaborateur et ami du président Reagan5 ; cet ancien producteur, bénéficiant d’un solide réseau de relations à Hollywood, se montre déterminé, lui aussi, à repousser les manifestations ostensibles de l’impérialisme soviétique et à moderniser la diplomatie publique. Il entretient, en ce sens, une correspondance quasi quotidienne avec le Président par mémos interposés. Alors que la plupart des décisions de ses prédécesseurs n’étaient communiquées qu’au ministre des Affaires étrangères ou au conseiller du conseil de sécurité nationale (NSC) à la Maison-Blanche, celles de Wick impliquent désormais une dizaine de proches conseillers du Président non des moindres puisqu’il s’agit d’Ed Meese, de James Baker ou de William Clark. Mais c’est avec le second responsable du département d’État, George Shultz, que Wick travaille le plus étroitement, non seulement en assistant aux réunions matinales hebdomadaires, mais également en rendant compte brièvement au cours de chacune de celles-ci de l’état des opinions publiques étrangères.

8Or, depuis 1976 les soviétiques ont commencé à remplacer leurs missiles de courte portée (les SS-4 et SS-5) par des SS-20 (SS pour sol-sol) qui, avec leur portée de 5 000 Km, menacent directement l’Europe. Pour contrer cet arsenal soviétique, faisant état de la puissance militaire de l’URSS, Jimmy Carter avait accepté de déployer, à l’horizon 1983, les euromissiles (armes à tête nucléaire comprenant missiles de croisière subsoniques et Pershing II). Rallier la population ouest-allemande durablement à la cause des missiles s’annonce alors, à la fois crucial, et fort difficile pour les services d’information américains (United States Information Services, USIS) implantés à Bonn.

  • 6 Il s’agit de la colonie fondée à Germantown en Pennsylvannie le 6 Octobre 1683.
  • 7 USICA, « Memorandum for David Gergen, The White House, Larry Speakes, The White House, Peter Teelee (...)
  • 8 Voir Pierre Milza, Les relations internationales de 1973 à nos jours, Paris, Hachette Supérieur, 20 (...)
  • 9 Voir USICA, op.cit.

9Dans ce cadre, la célébration du tricentenaire de l’installation de la première colonie de peuplement germanique sur le territoire américain vient fort à propos6. Il s’agit de la colonie fondée à Germantown en Pennsylvannie, le 6 Octobre 1683. Les commémorations du tricentenaire à l’initiative des États-Unis, s’inspirent alors du succès, rencontré un an auparavant, par les célébrations du bicentenaire des relations diplomatiques entre les États-Unis et les Pays-Bas. En effet à l’occasion de la visite de la reine Béatrix à Washington en avril 1982, les services d’information et les services de presse de la Maison-Blanche avaient organisé des interviews avec les principaux représentants de la presse néerlandaise. Il s’agissait de profiter de cette occasion, où les interlocuteurs néerlandais seraient, en principe, en de bonnes dispositions, pour corriger ce que Mort Allin, responsable des relations avec la presse étrangère à la Maison-Blanche, appelait : « des malentendus » concernant la question du découplage en Europe7. Aux Pays-Bas comme en Allemagne et dans la plupart des pays d’Europe du Nord, la contestation anti-nucléaire et les mouvements pacifistes étaient en effet devenus fort influents8. Le « mouvement de la paix » expression du mouvement pacifiste des premières années de la décennie 1980, avait en effet pris une vigueur toute particulière aux Pays-Bas, où la campagne menée par l’IKV (le Conseil interconfessionnel pour la paix) avait rencontré un écho important auprès de la population néerlandaise et en particulier auprès des socialistes, ce qui provoqua une réaction appelée « hollandite ». Or, les principaux diplomates américains (Public Affairs Officers, PAO) en poste aux Pays-Bas n’avaient pas manqué d’alerter leurs supérieurs à Washington sur l’ampleur de ce phénomène9.

  • 10 « Memo, Inter-Agency Steering Committee on U.S.-German Contacts », April 11, 1983, Folder 2 USIA, B (...)

10À l’occasion du tricentenaire célébré en Allemagne, Charles Wick est nommé à la tête d’une commission inter-agences (Steering Committee on US-German Contacts) chargée, outre de la préparation de la commémoration, de développer un certain nombre d’activités complémentaires visant à raviver les relations germano-américaines10. Ce comité réunit les forces gouvernementales au sens large ; il est en effet composé de nombreuses personnalités issues du monde de la culture, la célèbre Smithsonian Institution y est également représentée, ainsi que des agences gouvernementales comme le National Endowment for the Arts, ou les ministères des Affaires étrangères, de l’Agriculture, ou de l’Education.

11Il s’agit alors essentiellement, pour le comité, d’organiser des échanges de personnes, entre étudiants américains, désignés par les membres du Congrès, et étudiants ouest-allemands, choisis par les membres du Bundestag. Ce programme entièrement orchestré par l’USIA bénéficie de plus de 777 000 dollars, réunis grâce au talent de bailleur de fonds de Charles Wick. D’autres catégories de la population sont également concernées par ces échanges : des hommes d’affaires, des scientifiques, des universitaires, ou encore, de manière plus exceptionnelle, des patients cardiaques ouest-allemands qui se virent offrir une opération dans les meilleurs centres hospitaliers des États-Unis afin de saluer l’avènement d’échanges médicaux entre les deux pays. Enfin pour officialiser ces initiatives, le vice-président George H. Bush se rend à Bonn, en juin 1983, aux côtés de Charles Wick pour honorer la date anniversaire de l’événement.

  • 11 Milza, op.cit., p. 65.

12Cependant à l’évidence, l’organisation de l’ensemble de ces manifestations en Allemagne répond bien, avant tout, à une stratégie de court terme relevant d’objectifs réalistes. Les États-Unis veulent déployer leurs missiles de croisière dans la région, alors même que le mouvement pacifiste européen, dit Mouvement de Paix (Friedensbewegung), prend en RFA une ampleur sans précédent11. Selon les services d’information américains, à l’automne 1983, à l’issue de gigantesques manifestations dans les principales villes de RFA, 72 % de la population se déclare hostile au déploiement des missiles et 77 % a une opinion favorable du Mouvement de Paix. Rallier la population ouest allemande à la cause des missiles s’avère donc particulièrement délicat au regard de la violence des manifestations qui accompagnent la visite du vice-président George H. Bush. Les militants anti-missiles présents à chaque déplacement de la voiture officielle lancent toutes sortes de projectiles, ce qui entrave le bon déroulement des commémorations.

  • 12 Dirigé par l’ex responsable de campagne du Président, Peter H. Dailey, le comité se réunit pour la (...)
  • 13 André Fontaine, La guerre froide, 1917-1991, Paris, La Martinière, 2004, pp. 460-464.
  • 14 Joachim Maitre était alors directeur général de Axel Springer Publishing à Hamburg. Voir Nicholas C (...)

13Face à l’hostilité de l’opinion publique européenne, l’administration Reagan crée, en plus du Steering Committee, un comité inter-agence12 dirigé par l’USIA, spécifiquement dédié au soutien des opérations de diplomatie publique en faveur des euromissiles13. Le but est de réduire l’ampleur de l’opposition, principalement dans l’ensemble des opinions publiques concernées puisque les principaux leaders, Margaret Thatcher, Helmut Kohl et, contre toute attente, François Mitterrand, sont alors disposés à faire confiance aux États-Unis. Cette initiative se trouve étroitement liée au « Projet Démocratie » (Project Democracy) sous la responsabilité de Charles Wick, programme d’information emblématique d’ambitions beaucoup plus idéalistes, d’une « nouvelle Destinée Manifeste », portées par l’Administration Reagan, qui entend promouvoir les valeurs de la démocratie américaine dans l’ensemble de l’Europe. Le directeur de l’USIA intervient donc une nouvelle fois, à la demande de la Maison Blanche, pour trouver des mécènes susceptibles de promouvoir les euromissiles auprès des populations européennes. David Rockefeller, le financier britannique James Goldsmith, et les deux magnas de la presse Rupert Murdoch et Joachim Maitre14 sont sollicités puis engagés pour mener à bien cette opération.

  • 15 « Speaking at the annual meeting of USIA’s Private Sector Committees at the Department of State”, i (...)

14Quelques années plus tard, en décembre 1987, le secrétaire d’État George Schultz, alors qu’il se félicite de l’aboutissement des négociations avec l’URSS sur la réduction des armes nucléaires de moyenne portée, qualifie cette victoire d’« une illustration de l’impact considérable et de l’importance de la diplomatie publique15 ». Or, pour les professionnels de la diplomatie publique sur le terrain, il s’agit d’une preuve éclatante de l’efficacité des actions conjointement menées par les services d’information (United States Information Services, USIS) de Bonn et l’USIA à Washington, tout au long de l’année 1983, à l’occasion des commémorations du tricentenaire de l’arrivée des premiers colons germaniques sur le sol américain.

  • 16 Voir « INF Deployment in the Federal Republic of Germany », in Hans Tuch, Communicating with the Wo (...)

15Les occasions furent en effet nombreuses pour que l’ambassadeur Burns et Hans Tuch, ainsi que l’ensemble des agents américains, linguistiquement qualifiés, aillent à la rencontre de la population et des élus ouest-allemands16. Lors de ces rencontres, ils évoquent d’une part, les valeurs, la culture et les institutions liant les deux nations, et d’autre part, ils tentent de faire comprendre, entre autres, que le but poursuivi par les Etats-Unis est bel et bien d’assurer un équilibre des forces militaires en Europe en affirmant que le « découplage » serait un désastre pour l’Europe. Quant à la question brûlante des militants pacifistes, les agents des services d’information américains ne cessent de rappeler que ces premiers exercent leur liberté de parole en manifestant, mais que tout recours à la violence constitue, en revanche, une atteinte grave aux institutions démocratiques de la RFA.

16En amont de ces rencontres, l’USIS de Bonn avait fait part de ses inquiétudes aux responsables des campagnes d’information et de propagande de l’USIA, à Washington ; pour leur venir en aide dans leurs démonstrations auprès de la population allemande, le département d’État publia, au printemps 1983, un petit fascicule pamphlétaire intitulé Security and Arms Control : The Search for a More Stable Peace. Ce bref ouvrage, immédiatement traduit par les services de l’USIS de Bonn, retraçait les efforts menés par les États-Unis pour limiter la prolifération des armes nucléaires. Il fut distribué à l’intention des « groupes cibles » définis par l’USIS de Bonn ; il s’agissait en premier lieu des responsables de presse, de certains hommes politiques et de l’ensemble des fondations, groupes de pression, institutions religieuses et éducatives susceptibles d’influencer favorablement et intelligemment l’opinion.

  • 17 « American Participants Program », folder USIA, Box 06849, Robert Bonitati Files, White House Staff (...)
  • 18 « Developing Tricentennial Themes », March 30, 1983 folder 2 USIA, Box OA 7886, Joanna Bitsany File (...)

17Par ailleurs, pour animer les discussions et les débats suscités par ces questions, Washington dépêcha plusieurs experts sélectionnés pour leurs qualités de pédagogue ; ces volontaires souvent issus de la société civile appartenaient au programme gouvernemental répondant au nom d’AmParts (American Participants Program17). Sélectionnés par l’USIA à Washington, ces intervenants devaient répondre aux critères requis par l’USIS de Bonn en amont pour s’assurer de la pleine efficacité de leurs discours auprès des publics visés18.

  • 19 Le quartier général de l’USIA se trouvait alors sur Pennsylvania Avenue au centre de Washington.

18L’année 1983 fut, à l’occasion de ces commémorations, une formidable opportunité pour synthétiser l’ensemble des rouages de la diplomatie publique consolidés par l’Administration Reagan, aussi bien à Washington, depuis la Maison-Blanche et Pennsylvania Avenue19, que dans les postes de l’Europe de l’Ouest. Une anecdote rapportée par le PAO de Bonn, Hans Tuch, illustre particulièrement bien la cohérence qui régnait désormais au sein des artisans de la diplomatie publique au premier rang desquels figurait le Président lui-même.

  • 20 Tuch, op.cit, p. 167.
  • 21 « Public Affairs Goal Paper for the President’s Visit to the Federal Republic of Germany, June 1982 (...)
  • 22 Le député conservateur, Hans Johnny Klein était un ami et un allié des Américains de longue date ; (...)

19Au début de l’année 1982, les craintes de la population ouest-allemande quant au déploiement d’armes nucléaires sur son territoire furent cristallisées par l’action menée par un petit groupe de femmes d’une petite ville de la banlieue de Stuttgart, les « Mères de Filderstadt ». Elles écrivirent publiquement aux deux parties concernées en lançant un appel aux chefs d’État Reagan et Brejnev. Les services de Moscou saisirent l’occasion promptement et reçurent devant les caméras une délégation des femmes de Filderstadt à l’ambassade soviétique de Bonn. Lorsque les « Mères de Filderstadt » déplorèrent publiquement l’absence de réponse de la part de Washington, le PAO de Bonn, Hans Tuch20, réalisa à quel point les services d’information américains avaient manqué une occasion d’expliquer la politique de Washington en étant au plus près des considérations de la population allemande. C’est pourquoi lors de sa visite en République Fédérale, le président Reagan, dans son discours au Bundestag du 9 Juin 1982, fit explicitement référence aux préoccupations des mères de Filderstadt21. Le président américain réparait ainsi le manquement précédent, et surtout apportait une touche d’humanité à la politique étrangère de son pays. Un an plus tard, dans un télégramme adressé à Charles Wick, le député conservateur ouest-allemand Hans Klein remerciait, au nom de sa famille politique, le président Reagan pour avoir ravivé les relations germano-américaines en insistant sur les liens historiques qui unissaient les deux nations. Ce soutien public du président américain devait, selon le député, avoir un effet certain sur le vote de la population ouest-allemande22.

20Les efforts conjoints des services d’information et des faucons de la Maison-Blanche faisaient dès lors de la diplomatie publique une arme stratégique dans la lutte d’influence qui opposait plus que jamais les deux superpuissances, notamment sur le territoire hautement symbolique de la RFA. Il était temps de privilégier des stratégies de plus long terme, nécessaires à la pérennisation d’un dialogue germano-américain favorable aux intérêts des États-Unis en Europe.

2- Les stratégies de long terme de la diplomatie publique américaine et les enjeux politiques en RFA dans la seconde moitié des années 1980

  • 23 « USIS Germany Country Plan Fiscal Year 1986 », Appendix 2, Record Group 306, Box 22 1980-1982, Nat (...)

21Les contradictions internes de la RFA liées en particulier à son évolution politique depuis la première moitié des années 1980, furent un sujet de préoccupation de taille pour les professionnels de la diplomatie publique américaine jusqu’à la chute du Mur. Les coalitions politiques survenues au cours de l’année 1982, entre les partis de centre gauche SPD/FDP (Sozialdemokratische Partei Deutschlands / Freie Demokratische Partei) d’une part, et de centre droit CDU/CSU/FDP (Christlich Demokratische Union Deutschlands/Christlich Soziale Union) d’autre part, avaient apporté la preuve aux observateurs américains que la démocratie ouest-allemande pouvait encore évoluer. Or, en 1983, pour la première fois depuis l’après-guerre, un parti d’extrême gauche fut représenté au Bundestag. Les Verts (Die Grünen) furent présentés par les agents des services d’information américains comme un groupe d’anticonformistes, coalisant les mouvements anti-nucléaires, écologistes et pacifistes les plus radicaux. Bien que ne bénéficiant pas d’un groupe parlementaire au Bundestag avant 1987, le parti des Verts et son influence potentielle auprès de la population urbaine et de nombreux jeunes intellectuels allemands devait faire l’objet d’une surveillance accrue de la part des services de l’USIA, comme en témoigne les country plans de l’USIS de Bonn jusqu’au milieu des années 198023.

  • 24 Don Oberdorfer, « Arms Proposals Could Have Effect Opposite From Intent, Diplomats Pessimistic Abou (...)

22Ces inquiétudes se vérifièrent rapidement lorsque le SPD, jusqu’ici favorable à la décision de l’OTAN quant au déploiement des missiles de moyenne portée, fit volte-face dans le but de gagner les voix des jeunes électeurs du Parti des Verts. Lors de la biennale des rencontres germano-américaines de Berlin-Ouest, des membres du Parti social démocrate avaient en effet confié au journaliste du Washington Post qui couvrait l’événement, que leur parti devait appeler, d’ici à la fin de l’année 1983, au report du déploiement des missiles américains et à la poursuite des négociations avec l’URSS24.

  • 25 Le conservateur Helmut Kohl avait été élu le 6 mars 1983.

23Ce revirement ne devait en aucun cas faire vaciller la politique étrangère du chancelier de centre droit, Helmut Kohl, solidement attaché à la défense de l’Alliance atlantique25. Cependant il parut nécessaire aux services d’information américains de Bonn de continuer leurs efforts de pédagogie en plaçant au premier rang de leurs objectifs le fait de persuader l’ensemble de la population ouest-allemande des intentions pacifiques des États-Unis et des velléités sincères de Washington de procéder, à terme, à une véritable réduction des arsenaux militaires.

  • 26 Voir « Dealing with the German Successor Generation », in Tuch, op. cit., pp. 152-161.
  • 27 USICA, Office of Research, « The Successor Generation : Implications for European-American Relation (...)
  • 28 Voir Oberdorfer, op.cit.

24Pour l’USIS de Bonn, il s’agissait de cibler plus particulièrement la génération dite des « successeurs » (successor generation)26 qui représentait désormais, dans la seconde moitié des années 1980, presque 50 % de la population ouest-allemande. Ces jeunes gens n’avaient pas de mémoire personnelle de la Seconde Guerre mondiale et n’avaient pas non plus participé à la reconstruction opérée grâce au partenariat avec les États-Unis. Ces héritiers de la reconstruction s’étaient donc forgés une image des États-Unis à travers le prisme de la guerre du Vietnam ou des mouvements des droits civiques dans les années 1960, puis à travers le scandale du Watergate dans les années 1970. Pour nombre de ces jeunes gens les États-Unis renvoyaient l’image d’une société conservatrice, moins avancée socialement que la plupart des nations européennes27. Pour cette génération de jeunes Allemands il ne semblait pas y avoir eu de différence majeure entre les deux blocs ; leur vision de la position à tenir par la RFA devait plutôt être celle d’un moyen terme entre les deux superpuissances28.

25La crainte de Washington était alors que, du fait de ces mouvements d’opinions, les points de vue américains et européens puissent être amenés à diverger considérablement sur des dossiers aussi cruciaux que ceux du Moyen-Orient ou sur la nature même de la menace soviétique. Ce constat se basait très précisément sur l’ensemble des résultats de sondages et d’enquêtes d’opinion menés régulièrement en Europe de l’Ouest, commandés et financés par l’Agence d’information des États-Unis. À la fin des années 1970, dans les pays alliés de cette partie du territoire européen (la Grande Bretagne, la France, l’Italie, et l’Allemagne de l’Ouest), le total des opinions défavorables exprimées à l’encontre des États-Unis lors de ces sondages excédait celui des opinions favorables de plusieurs points. Seulement 38 % des Français interrogés alors avaient une opinion favorable des États-Unis contre 47 % des Allemands de l’Ouest. L’objectif des programmes d’information à venir devait être de modifier cet état de choses. Car, bien évidemment, l’OTAN fonctionnait bien mieux lorsqu’Européens et Américains travaillaient dans la même direction.

  • 29 « USIS Germany Country Plan Fiscal Year 1986 », in Appendix 2, in Tuch, op.cit., p. 183

26Pour pallier les conceptions de la jeunesse ouest allemande, jugées erronées par les services d’information américains, l’USIS de Bonn mise avant tout sur les échanges culturels dédiés à la jeunesse, dans le cadre du Youth Exchange Initiative, et à nouveau, au sein du programme baptisé Congress-Bundestag Teenage Exchange Program, lancé au moment des commémorations du tricentenaire. Ces échanges d’adolescents devaient être de longue durée, ce qui supposait une intégration dans la société d’accueil, notamment grâce à la scolarisation. Financé conjointement par les gouvernements allemand et américain, ce programme concerna plus de cinq cents lycées ouest-allemands à partir de 198529. Il s’agissait de viser les lycéens des Gymnasiums allant vers leur majorité et ayant, dans le cadre de leur cursus scolaire, déjà suivi des enseignements en histoire, économie, langue ou sociologie concernant les États-Unis.

  • 30 Memo, « International Visitors Program », folder « USIA », Box 12166, Jacobi, Mary Jo Files, Ronald (...)

27Dans la deuxième moitié des années 1980, les échanges de jeunes gens entre les deux nations représentèrent 32 % des échanges culturels proposés par les États-Unis, auxquels s’ajoutaient bien entendu les 56 % dédiés aux programmes Fulbright et les 12 % d’échanges de personnalités politiques, d’intellectuels et de chercheurs dans le cadre de l’International Visitor Program (IVP)30.

  • 31 USIA, « USIA An Overview », Washington D.C. : United States Information Agency’s Office of Public L (...)

28Cette stratégie de long terme permit, entre autres, au jeune Gerhard Schroeder de compter parmi la longue liste des personnalités européennes ayant participé à l’IVP31. Durant les années 1980, ce sont entre 4 500 et 5 000 personnes venues principalement d’Europe, qui participent à l’International Visitors Program (appelé Leader Program dans les années 1950 et 1960). Ces « personnes cibles » bénéficient d’un séjour de quatre à cinq semaines aux États-Unis pour rencontrer et établir des liens professionnels durables avec leurs homologues américains et se familiariser directement avec la société et les institutions américaines. Parmi les anciens lauréats, l’USIA compte plus de 200 leaders politiques et économiques considérés comme ayant une influence importante dans leur pays d’origine.

  • 32 L’idée de Charles Wick était de créer dès les premières années de sa prise de fonction, un magazine (...)

29Par ailleurs, en soutien à ces stratégies traditionnelles de la diplomatie culturelle, les stratégies de l’information américaines, modernisées par les révolutions technologiques de la décennie, ont à l’évidence représenté un atout essentiel de l’efficacité du soft power américain en Allemagne de l’Ouest. Parmi ces nouveaux outils, le plus efficace, fut sans doute, durant les années 1980, la télévision. La plupart des médias ouest-allemands entretenaient, en effet, aux dires des agents de l’USIA, de très bonnes relations avec les services d’information (USIS) de Bonn et Berlin. Les reportages diffusés sur les États-Unis, à la télévision allemande reprenaient bien souvent les grandes lignes présentées par les principaux médias américains. Pour l’ex PAO de Bonn, Hans Tuch, les contacts personnels, l’aide matérielle et technologique fournis par les USIS dans les années 1980, eurent une influence certaine, bien que jamais revendiquée, sur les médias ouest-allemands. L’accès, en particulier, aux programmes du satellite Worldnet pour l’ensemble de la population ouest et est allemande était considéré comme une réussite technologique et idéologique sur Moscou. Emblématique de la diplomatie publique reaganienne, ce satellite avait été lancé spécifiquement, par l’Agence d’information des États-Unis, pour relayer les programmes de télévisions occidentaux de chaque côté du rideau de fer, ou encore pour permettre de diffuser des conférences de presse de responsables politiques américains ou européens32.

  • 33 « The U.S Information Agency has gone high-tech to allow European journalists to reach out and to t (...)
  • 34 Voir l’interview de Charles Wick, in Journal of Defense and Diplomacy, vol. 5, n° 4, 1987, p. 44.

30Au cours de l’année 1983 de nombreuses personnalités officielles, des membres de l’Administration Reagan comme de hauts responsables européens se prêtèrent au jeu des questions-réponses via Worldnet. Les journalistes étrangers eurent ainsi l’occasion d’interroger pendant plus d’une heure, le ministre des Affaires étrangères George Shultz, le ministre de la Défense, Caspar Weinberger, l’ambassadrice des États-Unis aux Nations Unis, Jeane Kirkpatrick ou encore le chancelier ouest-allemand Helmut Kohl33. Par ailleurs, les services télévisuels de l’USIA, sous la houlette d’Alvin Snyder offrirent un maximum de moyens techniques aux médias ouest allemands en général et aux chaînes de télévision en particulier. Ils mirent notamment à leur disposition, via les USIS, des cassettes vidéos des interviews de responsables politiques américains, comme des allocutions du président Reagan, désormais transmises à la fois par la célèbre radio officielle américaine, la Voix de l’Amérique, et par Worldnet. À partir de la seconde moitié des années 1980, Worldnet fit l’objet d’accords avec 96 compagnies de télévision câblées en Europe, ce qui représentait potentiellement plus de cinq millions de foyers34. La télévision par satellite permit notamment en 1987, lors du bicentenaire de la Révolution américaine, de diffuser dans les deux Allemagne(s) des classiques du film politique américain, tel que Mr Smith Goes to Washington.

31Or, comme le rappelait Jacques Semelin à l’occasion du dixième l’anniversaire de la chute du Mur, des années 1950 aux années 1980, les médias de l’Ouest ont été à leur manière à la fois témoins et acteurs de l’Histoire. Jusqu’à la journée du 9 novembre 1989, qui représenta le dénouement d’une évolution au long cours, le « pont audiovisuel » entre les deux Allemagne a permis pendant près de quarante ans aux populations de Berlin-Ouest et de Berlin-Est de rester en contact, par le biais de la radio et de la télévision :

  • 35 Jacques Semelin, « La télévision aussi a fait l’histoire », in L’Histoire, n° 236, octobre 1999, p. (...)

Fait capital : cette « réunification » via l’audiovisuel s’est accomplie à l’avantage exclusif de l’Ouest. Car ce sont les Allemands de l’Est qui regardent massivement les télévisions de l’Ouest, non l’inverse : pour s’évader de leur univers quotidien, mais aussi pour accéder à une information différente de celle diffusée par les organes communistes. Les dirigeants est-allemands n’ont jamais réussi à juguler cette attraction qui s’est maintenue jusqu’à la fin des années 198035.

  • 36 Lorsque le 2 mai 1989, la Hongrie annonce la suppression du rideau de fer avec l’Autriche, cette in (...)

32Les médias de l’Ouest soutenus par les services de l’USIA ont permis aux Allemands de l’Est de se projeter « cathodiquement » de l’autre côté du Mur et d’échapper à leur condition via l’information, avant de pouvoir accéder effectivement à la liberté à laquelle ils avaient aspiré pendant presque quarante ans36.

  • 37 Voir Alvin Snyder.

33Pourtant, malgré les succès de ceux qui furent baptisés les « combattants de la désinformation »37, à partir de 1985 les sondages d’opinion conduits par les services d’information américains font état d’un revirement de l’état de l’opinion publique en Allemagne de l’Ouest comme dans le reste de l’Europe occidentale, de plus en plus favorable à l’URSS.

34Le maintien de la puissance soviétique lors des années de glasnost (qui n’est autre qu’une politique de libéralisation centralement planifiée de l’information et de la culture), conduite par Mikaël Gorbatchev entre 1985 et 1989, nécessita en effet le passage d’une « culture du secret » à une « culture de l’information ». Il ne s’agissait pas de renoncer à l’instrumentalisation des moyens de communication, mais plutôt de parfaire leur efficacité, à l’instar des stratégies adoptées surtout par les États-Unis. Bientôt, relayées par les médias de l’Ouest, les informations sur les démocratisations en cours en URSS, en Pologne, et en Hongrie propagèrent des messages au potentiel révolutionnaire en RDA (comme en Tchécoslovaquie, en Bulgarie et en Roumanie).

  • 38 « Western European opinion of the U.S. remains favorable but Soviets have closed the gap in recent (...)
  • 39 Le traité FNI a été signé par le président Reagan et le Secrétaire Général Gorbatchev le 8 décembre (...)

35En septembre 1987 de nouveaux sondages d’opinion réalisés en Allemagne de l’Ouest font état de plus de 45 % d’opinions favorables à l’URSS de Gorbatchev et une méfiance accrue pour l’Amérique de Ronald Reagan entachée par les scandales des contras (celui de l’Irangate en particulier venait d’être révélé)38. Pour maintenir le leadership américain, à nouveau mis à mal, les services d’information américains devaient désormais convaincre la population ouest-allemande comme l’ensemble des Européens de l’Ouest que les États-Unis représentaient toujours un allié fiable, protégeant leurs intérêts notamment lors des négociations sur la réduction des armements et la destruction des missiles de moyenne portée dans le cadre du traité INF (Intermediate Nuclear Forces)39.

36La tâche des services d’information fut d’autant plus difficiles que la conclusion de cet accord le 8 décembre 1987, semblait plutôt marquer le succès de « la politique allemande de Gorbatchev » et par là-même de son entreprise de séduction auprès de la population ouest-allemande et européenne. Pourtant lors du sommet qui eut lieu à Washington en décembre, Charles Wick, toujours directeur de l’USIA, parvint à obtenir la parole du leader soviétique quant à une fin possible de la guerre de la désinformation ; or le premier janvier 1988, le directeur de la Voix de l’Amérique, Richard Carlson, annonça symboliquement que l’Union Soviétique mettait fin aux brouillages des ondes courtes de VOA et des radios libres (Radio Free Europe (RFE) en particulier) émettant depuis Berlin à destination des populations des pays satellites.

Conclusion

37Pendant les années 1980, comme pendant toute la guerre froide, les États-Unis ont refusé d’admettre le statu quo en Europe. Concomitante de la doctrine de containment, la politique de persuasion de l’USIA (terme préféré à propagande), contournant le rapport de forces, représenta un recours essentiel de la stratégie américaine. Sans nier l’utilisation par les États-Unis de la subversion ou de la désinformation, en particulier dans les années 1980 où l’utilisation des technologies médiatiques ne fut pas toujours au service de la Vérité, sans négliger l’impact de leur dissuasion, dont on peut même penser que sa variante ultime, l’IDS, aura porté le coup de grâce à son adversaire, force est de constater que, face au problème de l’Allemagne et dans leur volonté de déstabiliser l’URSS, leur effort de persuasion, en tant que stratégie indirecte, aura été constant.

  • 40 À l’épreuve des faits et de la pratique des agents de terrains : les responsables des programmes d’ (...)

38Dans les années 1980, en RFA, comme dans l’ensemble des « pays de la zone critique », les stratégies de propagande, d’information et de diplomatie culturelle américaine, devenues de facto40 stratégies de diplomatie publique, ont sans nul doute constitué un véritable laboratoire d’idées pour conduire la guerre d’influence de l’autre côté du rideau de fer. Les efforts des agents de terrain pour établir et maintenir des contacts directs avec les leaders d’opinion en Allemagne de l’Ouest, en particulier dans les moments de doute, au sortir des crises du Vietnam ou du Watergate, ont sans doute constitué un atout considérable pour la politique étrangère américaine en Europe. La bataille d’influence menée auprès des populations allemandes par les États-Unis au moment de la crise des euromissiles en 1983, et concrétisée par la suite par les négociations fructueuses engagées avec l’URSS, représenta également un temps fort des stratégies de la diplomatie publique en Europe dans leur forme la plus aboutie.

  • 41 Le « temps long, opérationnel et structurel » de la diplomatie publique et des stratégies mises en (...)

39Néanmoins, à l’évidence, dans les démocraties populaires, les faucons de la diplomatie publique confrontés à d’autres contingences, plus immédiates, ont dû suivre la politique de réalité et alterner entre des stratégies de long terme, mises en œuvre à l’échelle du temps de la guerre froide41, et des stratégies à plus court terme pour répondre ou accompagner les crises du monde socialiste.

Haut de page

Notes

1 Le soft power américain est illustré ici, de manière volontairement anticipée, par rapport aux formulations de Joseph Nye, par les activités de diplomatie publique : programmes d’information, de propagande et d’échanges culturels, mis en œuvre par les services d’information de l’Ambassade de Bonn, United States Information Services (USIS), et de ses agents, les Public Affairs Officers (PAO). Dès 1974, le rapport Stanton avait imposé au département d’Etat le terme unique de diplomatie publique pour désigner ces deux types d’activités, plus ou moins sujettes à polémiques. Il avait influencé fortement les conceptions de la diplomatie publique au plus haut sommet de l’Etat : entre autres recommandations, le rapport soulignait qu’en cette nouvelle ère de détente internationale la mission d’information du gouvernement américain n’était plus la même que lors des premiers temps de la guerre froide idéologique systématique ; l’heure était à l’action culturelle et aux objectifs de long terme. Stanton Panel Report : International Information Education and Cultural Relations : Recommendations for the Future, Washington D.C., Center for Strategic and International Studies Georgetown University, 1975.

2 Voir Edouard Husson, « Le "Neo-Atlantisme" de la République Fédérale d’Allemagne et la réaffirmation du leadership américain (1979-1989) », dans Pierre Melandri et Serge Ricard (dir.) Les États-Unis et la fin de la guerre froide, Paris, L’Harmattan, 2005, pp. 153-174.

3 ICA, « A Working Paper : Western Europe - Prime Target For Communist Cultural And Information Efforts in 1978-1980 », December 16 1981, S-10-81, Entry 1009, RG 306 : « Special “S” Reports Of The Office Of Research », Box 22 1980-82, National Archives II, College Park, (MD).

4 Voir Pierre Melandri, « L’Alliance, la "Différence", l’Interdépendance, Les Relations franco-américaines de 1981 à 1984 », in Serge Berstein, Pierre Milza, Jean-Louis Bianco, François Mitterrand : les années du changement (1981-1984), Paris, Perrin, 2001, pp. 220-252.

5 Cet ancien producteur de films hollywoodiens avait soutenu le candidat Reagan au poste de gouverneur de Californie, puis il avait été son directeur de campagne et son principal bailleur de fonds pour l’élection présidentielle de 1980. Ses relations avec Caspar Weinberg, ministre de la Défense furent également excellentes, en particulier lors des négociations sur le nucléaire avec l’Union soviétique à Genève, en 1985. « An Interview with Charles Z. Wick », January 1987, The Fletcher School of Law and Diplomacy Journal, p. 43, Biographic Files Relating To USIA Directors And Other Senior Officials 1953-2000, Folder 1, Entry 1069, USIA Historical Collection RG 306, Box 31, National Archives, College Park, MD.

6 Il s’agit de la colonie fondée à Germantown en Pennsylvannie le 6 Octobre 1683.

7 USICA, « Memorandum for David Gergen, The White House, Larry Speakes, The White House, Peter Teeleey, Office of the Vice President, Dean Fischer, Assistant Secretary of State for Public Affairs from Mort Allin, Director Foreign Press Center », February 26, 1982, folder USIA (22), Box 07998, Lyndon Mort Allin Files, White House Staff And Office Files 1981-1989, Ronald Reagan Library, Simi Valley, CA.

8 Voir Pierre Milza, Les relations internationales de 1973 à nos jours, Paris, Hachette Supérieur, 2001, p. 64.

9 Voir USICA, op.cit.

10 « Memo, Inter-Agency Steering Committee on U.S.-German Contacts », April 11, 1983, Folder 2 USIA, Box OA7886, Joanna Bitsany, Files, White House Staff And Office Files 1981-1989, Ronald Reagan Library, Simi Valley, CA.

11 Milza, op.cit., p. 65.

12 Dirigé par l’ex responsable de campagne du Président, Peter H. Dailey, le comité se réunit pour la première fois au sein du département d’État le 19 janvier 1983.

13 André Fontaine, La guerre froide, 1917-1991, Paris, La Martinière, 2004, pp. 460-464.

14 Joachim Maitre était alors directeur général de Axel Springer Publishing à Hamburg. Voir Nicholas Cull, US Propaganda and “Public Diplomacy” Overseas Since 1945 : A History of the United States Information Agency, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 901.

15 « Speaking at the annual meeting of USIA’s Private Sector Committees at the Department of State”, in USIA World, February 1988, N° 13, “Overseas Operations Europe, 1964-1999 », Entry A1-1066, SUBJECT FILES 1953-2000, Record Group 306, USIA Historical Collection, BOX 211, National Archives II, College Park, MD.

16 Voir « INF Deployment in the Federal Republic of Germany », in Hans Tuch, Communicating with the World, New York, St. Martin’s Press, 1990, pp. 161-171.

17 « American Participants Program », folder USIA, Box 06849, Robert Bonitati Files, White House Staff And Office Files 1981-1989, Ronald Reagan Library, Simi Valley, CA.

18 « Developing Tricentennial Themes », March 30, 1983 folder 2 USIA, Box OA 7886, Joanna Bitsany Files, White House Staff And Office Files 1981-1989, Ronald Reagan Library, Simi Valley, CA.

19 Le quartier général de l’USIA se trouvait alors sur Pennsylvania Avenue au centre de Washington.

20 Tuch, op.cit, p. 167.

21 « Public Affairs Goal Paper for the President’s Visit to the Federal Republic of Germany, June 1982 », Appendix 4, in Tuch, op.cit., pp. 190-191.

22 Le député conservateur, Hans Johnny Klein était un ami et un allié des Américains de longue date ; il était notamment à la tête d’une très ancienne organisation visant à promouvoir la culture allemande à l’étranger (Verein Fuer Das Deutschtum Im Ausland). Telegram, Am Embassy Bonn to USIA Washington, « Letter from German Bundestag Hans Klein », July 8, 1983, folder 1 « USIA », Box 11425, “Peter Rusthoven Files”, White House Staff And Office Files 1981-1989, Ronald Reagan Library, Simi Valley, CA.

23 « USIS Germany Country Plan Fiscal Year 1986 », Appendix 2, Record Group 306, Box 22 1980-1982, National Archives II, College Park, MD.

24 Don Oberdorfer, « Arms Proposals Could Have Effect Opposite From Intent, Diplomats Pessimistic About German Impact », The Washington Post, 30 mars 1983, p. A8.

25 Le conservateur Helmut Kohl avait été élu le 6 mars 1983.

26 Voir « Dealing with the German Successor Generation », in Tuch, op. cit., pp. 152-161.

27 USICA, Office of Research, « The Successor Generation : Implications for European-American Relations », 1981, Entry 1009, « Special “ S” Reports Of The Office Of Research », Record Group 306, Box 22 1980-1982, National Archives II, College Park, MD.

28 Voir Oberdorfer, op.cit.

29 « USIS Germany Country Plan Fiscal Year 1986 », in Appendix 2, in Tuch, op.cit., p. 183

30 Memo, « International Visitors Program », folder « USIA », Box 12166, Jacobi, Mary Jo Files, Ronald Reagan Library, Simi Valley, CA.

31 USIA, « USIA An Overview », Washington D.C. : United States Information Agency’s Office of Public Liaison, p. 14

32 L’idée de Charles Wick était de créer dès les premières années de sa prise de fonction, un magazine d’information hebdomadaire transmis en Europe par satellite et distribué en cassettes vidéo aux chaînes de télévision nationales. Il s’agissait de promouvoir de manière attractive la politique étrangère de Ronald Reagan. Les thèmes majeurs de ce programme destiné à l’Europe devaient être : l’implantation éventuelle de missiles de moyenne portée dans les pays membres de l’OTAN.

33 « The U.S Information Agency has gone high-tech to allow European journalists to reach out and to touch U.S. officials », in « News Over the Atlantic », The Wall Street Journal, 27 décembre 1983, p. 1.

34 Voir l’interview de Charles Wick, in Journal of Defense and Diplomacy, vol. 5, n° 4, 1987, p. 44.

35 Jacques Semelin, « La télévision aussi a fait l’histoire », in L’Histoire, n° 236, octobre 1999, p. 43. Voir aussi, Jacques Semelin, La Liberté au bout des ondes, Du coup de Prague à la chute du mur de Berlin, Paris, Belfond, 1997.

36 Lorsque le 2 mai 1989, la Hongrie annonce la suppression du rideau de fer avec l’Autriche, cette information exceptionnelle est révélée aux populations de Berlin-Est par les médias occidentaux.

37 Voir Alvin Snyder.

38 « Western European opinion of the U.S. remains favorable but Soviets have closed the gap in recent years », USIA research memorandum, 13 Novembre 1987, WHORM, PR 015, Judy E. Mandel Papers, box 92141, file : USIA foreign opinion note, Ronald Reagan Presidential Library, Simi Valley, California.

39 Le traité FNI a été signé par le président Reagan et le Secrétaire Général Gorbatchev le 8 décembre 1987 et prévoyait la destruction totale des missiles balistiques et de croisière, lancés depuis le sol, d’une portée de 500 à 5500 km ainsi que l’interdiction d’en déployer de nouveaux. Voir Georges-Henri Soutou, La Guerre de Cinquante Ans, Les relations Est-Ouest, 1943-1990, Paris, Fayard, 2001, pp. 681-683.

40 À l’épreuve des faits et de la pratique des agents de terrains : les responsables des programmes d’échanges, Cultural Affairs Officers, ou les responsables de la propagande et de l’information, les Public Affairs Officers, travaillent en étroite collaboration pour atteindre des objectifs communs.

41 Le « temps long, opérationnel et structurel » de la diplomatie publique et des stratégies mises en œuvre par les agents de l’information américaine est alors indépendant des conceptions théoriques et des débats nombreux dans l’historiographie contemporaine sur le temps, la chronologie de la guerre froide ; il se distingue du « temps court » et des réponses pragmatiques à apporter face aux crises internationales conjoncturelles, militaires ou politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud QUESSARD-SALVAING, « Les relations culturelles germano-américaines, pierre angulaire de la politique américaine de sécurité en Europe dans les années 1980 », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 17 | 2016, mis en ligne le 07 février 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/2519 ; DOI : 10.4000/mimmoc.2519

Haut de page

Auteur

Maud QUESSARD-SALVAING

Université de Poitiers-laboratoire MIMMOC
Maud Quessard-Salvaing est maître de conférences à l’Université de Poitiers, chercheur au MIMMOC (Mémoires, Identités, Marginalités dans le Monde Occidental Contemporain) et chercheur associée au CREW/CRAN (Centre de Recherche sur l’Amérique du Nord), Université Paris III. Diplômée de Sciences-Po, docteure en civilisation nord-américaine de la Sorbonne-Nouvelle, elle est spécialiste de politique étrangère, elle travaille actuellement sur le soft power et la diplomatie publique américaine. Elle enseigne à l’Université de Poitiers et aux IEP de Bordeaux et de Paris. Elle a récemment publié : « La diplomatie publique d’Hillary Clinton et les stratégies de smart engagement : entre reformulation et révolution », AFRI (juillet 2015), « Les États-Unis et la menace jihadiste », Questions Internationales (septembre 2015) et a dirigé avec Maya Kandel : « Les stratégies du smart power américain. Redéfinir le leadership dans un monde post-américain », presses de l’IRSEM (septembre 2014).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page