Skip to navigation – Site map

La réunification allemande dans le cadre des relations internationales

Die Wiedervereinigung als internationales Ereignis
Chantal METZGER

Abstracts

The fall of the Berlin Wall, on November 9, 1989, might not have led to reunification. It was not a domestic German affair, since according to the Potsdam agreements of August 1945, the status of Germany and that of Berlin could not be altered without the agreement of the Big Four, the top four Allied powers : the United States, the Soviet Union, Great Britain and France. Their opinions diverged, except on one point: reunification was not urgent. However, the question of unification arose rapidly in the face of the deteriorating economic conditions in the German Democratic Republic. Negotiations were to take place at two levels: between the two German states but also with the victors of 1945. Four subjects were problematic: the boundaries of unified Germany, its military-political status, Berlin and the ending of the rights and responsibilities of the four victorious powers of World War II. Resolving these issues led to the signing of the Treaty on the Final Settlement With Respect to Germany, signed at Moscow on September 12, 1990. In the presence of the two German States, the four victorious powers over Germany accepted the reconstitution of a united Germany, consisting of the Federal Republic, the German Democratic Republic and Berlin. The German question was definitively closed on October 3rd, 1990 when Germany once again became a unified and fully sovereign country.

Top of page

Index terms

Geographical areas :

Allemagne, Europe

Periods :

1945-1990
Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Narinskiy, Mikhaël. « Gorbatchev, Mitterrand et la réunification de l’Allemagne : la fin de la Guer (...)

1En règle générale, pour qu’un événement devienne un sujet d’histoire, il faut attendre deux voire trois décennies, c’est-à-dire l’ouverture des archives. Pour la réunification allemande ce ne fut pas le cas car l’accès aux archives fut rapide. Les archives des Affaires étrangères des puissances victorieuses de 1945 ont mis plus de temps à s’ouvrir. Côté français, Maurice Vaïsse et Christian Wenkel ont réuni les documents français sur le sujet dans La diplomatie française face à l’unification allemande : D’après des archives inédites du MAE, Paris, Tallandier, 2013. Ce recueil de documents permet de lutter contre un mythe, celui de l’hostilité ou du moins de la réticence de François Mitterrand, non confirmé par les archives, désormais ouvertes. Il rappelle l’importance du travail accompli par la machine diplomatique française et la multitude des points de vue. Grâce aux documents rassemblés dans ce volume, il est possible, à travers les écrits des diplomates français, de suivre les étapes les plus importantes de ce processus qui va du bouleversement en RDA à l’automne 1989 jusqu’à l’unification allemande le 3 octobre 1990. Côté britannique, on a les mémoires de Margaret Thatcher et l’ouvrage de Svetlana Savranskaya et Tom Blanton sur les conversations entre elle et Gorbatchev. Côté soviétique, un proche de Gorbatchev, Andrei Gratchev a publié Gorbatchev, le pari perdu : De la perestroïka à l’implosion de l’URSS (Paris, A. Colin, 2011) et en 2015, un historien spécialiste des relations internationales, Mikhaël Narinskiy a rédigé dans Guerres mondiales et conflits contemporains1, un article sur « Gorbatchev, Mitterrand et la réunification de l’Allemagne : la fin de la Guerre froide » en tenant compte des dernières archives ouvertes en Russie et d’entretiens de Gorbatchev. Enfin la politique américaine a été analysée à travers les travaux de Brent Scowcroft sur George Bush à la Maison Blanche, George Bush, journal d’un président (Ed. Odile Jacob, 2005) ainsi que ceux de Detlev Junker, Philipp Gassert, Wilfried Mausbach dans The United States and Germany in the Era of the Cold War, 1945-1990: A Handbook (Cambridge, University Press, 2004).

2Le statut de l’Allemagne et de Berlin ne peut être modifié sans l’accord des quatre vainqueurs. En vertu de l’accord de Potsdam d’août 1945, les trois Alliés occidentaux et l’Union soviétique sont gestionnaires et responsables de l’Allemagne entière définie dans ses frontières de 1937. Le conseil de contrôle allié matérialise cette responsabilité collective. Relèvent de leur compétence : Berlin et l’Allemagne dans son ensemble, y compris la question de la réunification et le règlement du traité de paix. À plusieurs reprises, l’URSS avait soulevé la question de la réunification d’une Allemagne neutralisée, mais les Occidentaux exigeaient au préalable des élections libres refusées par Moscou. Le 3 septembre 1971, lors de la signature de l’accord quadripartite sur Berlin, les quatre puissances victorieuses représentées par le Français Jean Sauvagnargues, le Britannique Roger Jackling, le Soviétique Piotr A. Abrassimov et l’Américain Kenneth Rush précisent une nouvelle fois leurs droits, et insistent dans une nouvelle déclaration, à l’issue de la signature du Traité fondamental de décembre 1972, sur le fait que ce traité n’affecte nullement leurs droits et responsabilités vis-à-vis des deux États allemands. La question de la réunification n’est donc pas seulement une affaire interallemande.

  • 2 Couve de Murville, Maurice. Le monde en face, entretiens avec Maurice Delarue, Paris, Plon, 1989, p (...)

3Côté français, de Gaulle, dès le 25 mars 1959, affirmait que l’unité lui paraissait « être le destin normal du peuple allemand ». En l’attendant, ajoutait-il, « les deux parties du peuple allemand devraient pouvoir multiplier entre elles les liens et les relations dans tous les domaines pratiques » et ceci « en dépit des différences de régimes et de conditions »2. Trente ans après, le 27 juillet 1989, François Mitterrand déclarait à Hubert Védrine :

    • 3 Védrine, Hubert. Les Mondes de François Mitterrand. À l’Elysée 1981-1995, Paris, Fayard, 1996.

    Réunifier l’Allemagne est la préoccupation de tous les Allemands. C’est assez compréhensible. Ce problème, posé depuis quarante-cinq ans, gagne en importance à mesure que l’Allemagne prend du poids : dans la vie économique, c’est fait ; dans la vie politique, c’est en train de se faire… L’aspiration des Allemands à l’unité me paraît légitime ; mais elle ne peut se réaliser que pacifiquement et démocratiquement… Il est juste que les Allemands aient la liberté de choix. Mais le consentement mutuel entre l’Union Soviétique et les puissances de l’Ouest supposera un vrai dialogue3.

  • 4 Grachev, Andrei. Gorbachev’s Gamble. Soviet Foreign Policy and the End of the Cold War, Cambridge, (...)

4Après l’ouverture du mur, F. Mitterrand déclare à Jacques Attali, son conseiller : « Gorbatchev n’acceptera jamais d’aller plus loin, sinon il sera remplacé par un ‘faucon’ ». Ces gens (il s’agissait des initiateurs des manifestations de rue à Berlin) jouent avec le feu, au risque d’une guerre mondiale, sans comprendre ce qu’ils font »4. Le Président français ignorait que Gorbatchev avait permis l’ouverture du mur, le 9 novembre, en donnant à son ambassadeur Kovalev en poste à Berlin une instruction orale, suivie d’un télégramme confirmant que « le régime de la frontière entre les deux Allemagnes était une affaire interne de la RDA ». Mais à cette date, personne ne songe à la réunification, en tout cas, pas aussi rapidement.

1. Les vainqueurs d’hier divisés sur le sujet de la réunification

5Les quatre puissances victorieuses sont unanimes pour affirmer qu’il ne s’agit pas d’une question d’actualité. Les Allemands de l’Est voulaient pouvoir circuler librement, ils ont obtenu ce droit.

Ce n’est pas une question d’actualité

6Si réunification, il y a, elle ne se fera pas rapidement. Jacques Attali, raconte qu’en décembre 1989, Mitterrand et Bush se moquent de l’ambassadeur américain à Bonn, Vernon Walters, qui estimait que la réunification de l’Allemagne devait intervenir dans cinq ans. Pour les deux chefs d’État, l’ambassadeur se trompait parce que, selon eux, l’Allemagne ne devait pas se réunifier avant une dizaine d’années.

  • 5 Thatcher, Margaret. 10 Downing Street. Memoires, Paris, Albin Michel, 1993, p. 660 cité dans Chanta (...)

7Marquée par les souvenirs de la Seconde Guerre mondiale, M. Thatcher craint une Allemagne à nouveau puissante. Une grande partie des Britanniques (près de 61 %) est favorable à la réunification, mais près de 50 % d’entre eux, surtout les aînés, craignent un renforcement de sa puissance économique et partagent donc le point de vue de leur Premier ministre et d’une majorité de Français. En attestent les titres et caricatures de la presse. Il n’est pas question, écrit M. Thatcher dans 10 Downing Street, « d’ouvrir la boîte de Pandore des revendications territoriales à travers toute l’Europe centrale »5. Elle préfère que la division dure encore longtemps en attendant la démocratisation de la RDA et des pays voisins.

  • 6 Bozo, Frédéric. Mitterrand, la fin de la guerre froide et l’unification allemande. De Yalta à Maast (...)

8M. Thatcher et F. Mitterrand ne veulent pas déstabiliser Gorbatchev ni, selon Frédéric Bozo6, compromettre la pérestroïka en imposant à l’URSS trop de reculs, voire d’abandons inexplicables.

  • 7 Narinskiy, Mikhaël, op. cit. p. 29, citant les archives de la fondation Gorbatchev.

9Gorbatchev considère aussi que ce n’est pas une question d’actualité et il le déclare en ces termes au Premier ministre canadien Brian Mulronay, le 21 novembre, ajoutant : « la réalité aujourd’hui, c’est deux États qui font partie de l’ONU et des structures militaro-politiques existantes »7.

Les obstacles à franchir

10Pour parvenir à la réunification, le chancelier ouest-allemand Kohl aura de nombreux obstacles à franchir. Le 28 novembre, il présente devant le Bundestag un plan en 10 points sur La structure confédérative entre les deux États d’Allemagne. La surprise est générale, il n’a pas consulté son parti avant de le rédiger. Il ne s’agit pas d’un échéancier fixant les étapes de la réunification. Il se contente de proposer, dans son 5ème point la création de « structures confédérales entre les deux États d’Allemagne » en vue de la constitution d’une fédération. Le dixième point précise que son gouvernement œuvrera à l’unité et au rétablissement de l’unité étatique de l’Allemagne. Son projet répond à l’attente des Allemands de l’Est, qu’il promet d’aider matériellement si le pays évolue vers un régime démocratique. Il veut développer les relations interallemandes et mettre en place des structures confédérales dans le cadre de la CSCE (Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe). La réunification n’est prévue qu’à l’issue de tout le processus. Ce programme ne fait pas l’unanimité au Bundestag même si officiellement les députés, à l’exception des Verts, soutiennent le Chancelier.

  • 8 Metzger, Chantal. La République démocratique allemande, op. cit., p. 283.

11Kohl n’avait consulté ni ses partenaires européens, ni les États-Unis, ni même son ministre des Affaires étrangères, Genscher. Ce dernier préconise surtout un rapprochement entre les deux États dans le cadre d’une intégration européenne8.

Les réactions au plan Kohl

12Le plan qui envisage la réunification effraie autant les pays occidentaux que les pays de l’Est, même si Kohl ne prévoit pas d’échéance.

  • 9 Narinskiy, Mikhaël, op. cit. p. 30.

13M. Thatcher est d’accord pour une réunification pacifique mais le plus tard possible. Gorbatchev est indigné et s’en ouvre à Genscher. « Il faut dire clairement que ces revendications péremptoires sont avancées vis-à-vis d’un État allemand autonome et souverain. Bien qu’il s’agisse de la RDA, les propos du chancelier nous concernent tous… La déclaration du chancelier est une erreur politique. Nous ne pouvons pas ne pas en tenir compte. Nous n’avons pas l’intention de jouer à la diplomatie. Si vous voulez coopérer avec nous, nous sommes prêts. Si non, nous allons en tirer des conclusions politiques. Je vous prie de prendre mes propos très au sérieux »9. Mais Anatoli Tcherniaev, l’un des principaux conseillers diplomatiques de Gorbatchev, reconnaitra plus tard que ni Gorbatchev, ni ses conseillers n’avaient de stratégie face à l’Allemagne, ils supposaient qu’un jour viendrait où la réunification serait d’actualité.

  • 10 Ibid., p. 32.

14F. Mitterrand est choqué de ne pas avoir été averti par Kohl. Il reconnait une fois de plus que le désir d’unité est parfaitement légitime et que l’on ne peut exclure une coopération entre les deux États allemands. Il évoque les 10 points avec Gorbatchev, lors de son voyage à Moscou, le 6 décembre. Selon lui, la réunification devra se faire dans une Europe forte, dans le cadre de l’intégration européenne, en tenant compte de l’évolution en Europe de l’Est et le processus paneuropéen. Le tout pacifiquement. Il ajoute : « Si les États-Unis participent à ces processus, cela nous donnera à nous tous des garanties supplémentaires… Je pense qu’il est nécessaire de faire tout pour construire des ponts non seulement entre nous, mais aussi entre les deux parties de l’Europe. Pour le moment, il faut parler des ponts. Mais après, je l’espère, l’Europe deviendra une terre commune ».10 Gorbatchev lui répond qu’il faut poursuivre la politique des changements pacifiques mais pas trop vite.

15Le voyage officiel de Mitterrand en RDA, le 22 décembre,- il répondait à une invitation de Honecker datant de janvier 1988 -, va irriter Kohl. Il n’empêche que le président se rend compte sur place des aspirations des Allemands de l’Est à l’unification et entend leur cri « Wir sind ein Volk ». Les deux dirigeants se réconcilieront à Latché, où Mitterrand invite Kohl et le rassure, tout en lui disant que la réunification ne doit pas entrainer la chute de Gorbatchev, rejoignant ainsi M. Thatcher sur ce point.

16Washington, pour sa part, considère le problème allemand à travers le prisme de la Guerre froide et George Bush soutient de façon assez énergique le principe de réunification. Réalisée aux conditions de l’Occident, cette réunification signifierait une diminution considérable de l’influence de l’URSS en Europe et l’affaiblissement du Pacte de Varsovie.

2. Comment réunifier ?

Les points de vue des deux Grands

17Selon le secrétaire d’État américain James Baker, la position américaine est fondée sur quatre principes :

  • rechercher l’autodétermination « sans préjuger des conséquences »,

  • maintenir la présence de l’Allemagne dans l’OTAN,

  • maintenir l’Allemagne au sein d’une Communauté européenne toujours plus intégrée sur ce point, la création de l’Union économique et monétaire acceptée à la dernière minute par Kohl, lors du sommet de Strasbourg les 8 et 9 décembre donne satisfaction aux Américains,

  • procéder de façon pacifique et graduelle à l’unification.

18Les États-Unis ne veulent pas que le processus de réunification se transforme en dialogue entre l’URSS et la RFA, la crainte d’un nouveau Rapallo est toujours présente.

19Une rencontre entre Bush et Gorbatchev a lieu à Malte, les 2-3 décembre 1989. G. Bush promet à Gorbatchev une aide matérielle considérable s’il accepte d’assouplir sa position. L’URSS connaissait, à cette date, une grave crise céréalière et des problèmes économiques et avait besoin d’aide. Bush promet aussi d’aider l’URSS à s’intégrer dans la communauté internationale et à se rapprocher des institutions commerciales et financières internationales.

20Le 26 janvier 1990, Gorbatchev propose la création d’un groupe des six avec les 4 vainqueurs et les 2 États allemands pour discuter des aspects internationaux de la réunification allemande. Selon Narinskyi, la position soviétique s’explique par :

  • Le refus et l’impossibilité de recourir à la force militaire pour empêcher la réunification

  • La crainte de voir la situation devenir totalement incontrôlable et même la crainte d’un grand conflit armé en Europe

  • Le désir d’éviter la détérioration des relations avec la RFA avec laquelle il faut établir des relations de partenariat

21Comme les trois autres vainqueurs, Gorbatchev estime que ce processus de réunification sera long et progressif. Mais il est d’accord sur le principe de la réunification d’autant plus que la situation intérieure et la tension sociale se sont encore dégradées en RDA.

22Une nouvelle rencontre s’impose entre les deux Grands. Elle a lieu en février 1990 entre Gorbatchev, Chevardnadze et James Baker. Les deux pays abordent, ensuite, à Ottawa, les aspects internationaux de la réunification, en marge de la conférence internationale « Ciel ouvert » consacrée à la réduction des forces conventionnelles en Europe.

23L’approche des négociations est différente : Les Soviétiques proposent la formule 4+2, qui convient aussi aux Français et aux Anglais, mais les Américains veulent 2+4. Ce point de vue est partagé par Kohl car les Allemands estiment que les 4 puissances n’ont pas à intervenir dans les négociations entre les 2 États allemands et ne peuvent résoudre que les questions liées à la levée des restrictions imposées à l’Allemagne dans le cadre des accords de Potsdam, restituant ainsi au pays sa souveraineté. Or en février 1990, à Ottawa, Chevardnadze cède sur ce point face à Baker, malgré l’opposition de Gorbatchev, de la France et de l’Angleterre. Le mécanisme choisi est donc le suivant : 2 participants trouvent un accord et le soumettent à l’approbation des 4 autres.

Les problèmes en suspens

24Plusieurs questions délicates et relevant des relations internationales doivent être abordées lors des négociations entre les Six. Elles relèvent des accords de Potsdam. Gorbatchev les présente de façon claire devant Kohl venu à Moscou en février 1990 :

  • Gorbatchev : « Sans doute, peut-on dire qu’entre l’Union Soviétique, la RFA et la RDA il n’y a pas de désaccords sur la question de l’unité de la nation allemande et que les Allemands eux-mêmes résolvent cette question. Bref, il y a une compréhension quant au principal point de départ, à savoir que les Allemands doivent faire eux-mêmes leur choix. Et ils doivent connaître cette position qui est la nôtre ».

  • H. Kohl : Les Allemands le savent. Vous voulez dire que la question de l’unité, c’est le choix des Allemands eux-mêmes ?

    • 11 Narinskiy, op.cit., p. 36.

    M. Gorbatchev : Oui, dans le contexte des réalités : Celles-ci sont les mêmes que pour les Français et les Britanniques : « Notre formule prévoit que la menace d’une guerre ne doit pas partir du sol allemand (armes ABC) ; que les frontières d’après-guerre sont inviolables (ligne Oder-Neisse) Troisième point : le territoire de l’Allemagne ne doit pas être utilisé par des forces extérieures (OTAN et Pacte de Varsovie)11.

La question des frontières avec la Pologne est la plus épineuse

25Elle est abordée, lors de la réunion du Conseil européen de Strasbourg de décembre 1989, à la fois par F. Mitterrand qui préside le Conseil, par Margaret Thatcher et Giulio Andreotti, le président du Conseil italien. Ils exigent de Kohl une garantie de l’intangibilité de la frontière Oder-Neisse. Il faut aller au-delà de l’inviolabilité acquise lors des accords de l’Ostpolitik. C’est la condition sine qua non des Européens pour accepter l’unification. Ceci déclenche un bras de fer franco-allemand attisé par M. Thatcher, qui craint une poussée d’irrédentisme en RFA. Elle rappelle qu’il y a de nombreux Allemands hors des frontières de 1945.

  • 12 Ibidem, Hubert Védrine, 2 octobre 2009, « Réunification allemande : au plus près des faits ». H. Vé (...)

26H. Kohl s’indigne des soupçons qui pèsent sur les Allemands et se met en colère quand le débat sur la question des frontières reprend lors du dîner. C’est néanmoins à Strasbourg que F. Mitterrand et H. Kohl se mettront d’accord sur une idée-force : lier indissociablement l’unification allemande et l’unification européenne. La question de la reconnaissance des frontières avec la Pologne provoquera encore par la suite de fortes tensions car H. Kohl ne veut pas perdre le vote des millions d’Allemands réfugiés ou descendants de réfugiés (Vertriebene). Des élections générales étant prévues en RFA à la fin de l’année 1990, il reste donc longtemps flou sur la question des frontières. Cette attitude irrite M. Thatcher qui pense encore au début de l’année 1990, qu’il faudra dix ou quinze ans avant une éventuelle unification de l’Allemagne. Mais les plus inquiets sont les Polonais, dont le Premier ministre polonais Tadeusz Mazowieki se déplace à Londres en février 199012.

27Gorbatchev est sur la même ligne politique que le président français et prône l’inviolabilité des frontières et aucun changement territorial. La réunification des Allemands ne doit causer aucun préjudice politique, économique ou moral à l’Union Soviétique.

Une Allemagne neutralisée ou totalement au sein de l’OTAN ?

28Une Allemagne neutre, note J. Baker, ne sera pas forcément non militariste ! Elle peut redevenir un facteur d’instabilité sur le continent. Les Américains exigent que l’Allemagne reste au sein de l’OTAN.

29Lors de l’entrevue, le 19 avril à Key Largo, en Floride, François Mitterrand soutient George Bush. Il pense, comme le président américain, que l’Allemagne unie doit rester au sein de l’OTAN. Ce point de vue est partagé par tous les Européens car l’Europe intégrée ne sera pas assez forte face à une Allemagne neutralisée.

30Gorbatchev estime inadmissible une rupture de l’équilibre militaire et stratégique entre les membres du Pacte de Varsovie et l’OTAN. Mais le 21 mars 1990, quand Chevardnadze rencontre Genscher et Baker, à Windhoek, en marge des cérémonies marquant la proclamation de l’indépendance de la Namibie, le ministre allemand des Affaires étrangères rejette catégoriquement l’idée d’un traité de paix et n’accepte pas la neutralité de l’Allemagne unifiée, insistant sur son adhésion à l’OTAN.

  • 13 Narinskiy, op. cit. p. 49, Note d’A.S. Tcherniaev à M.S. Gorbatchev sur l’Allemagne (discussion au (...)
  • 14 Narinskiy, ibid.

31Pourtant, en accueillant le ministre britannique des Affaires étrangères, Douglas Hurd, le 10 avril 1990, Gorbatchev suggère la création de nouvelles structures de sécurité pour une Europe de l’Atlantique à l’Oural et de le faire parallèlement au processus de réunification. Au sein du Politburo, certains, notamment Tchernaiev, se montrent réalistes. Estimant que, de toutes façons, la RFA restera au sein de l’OTAN, Tchernaiev juge qu’il vaut mieux accepter ce principe. Et d’ajouter : « si aujourd’hui nous campons sur nos positions, après, cela aura l’air d’une concession importante, d’un recul »13. Politique intérieure et politique extérieure sont trop liées. L’aggravation de la situation économique et financière de l’URSS réduit de façon importante la marge de manœuvre de Gorbatchev en matière de politique étrangère et nuit à la pérestroïka. Mais à la suite d’un débat au sein du Politburo, on constate que la majorité du Politburo reste hostile au maintien de la RFA dans l’OTAN14.

Le contexte politique et économique en RDA modifie la donne

  • 15 L’Alliance pour l’Allemagne est une alliance électorale conclue entre la CDU, le Renouveau démocrat (...)
  • 16 Metzger, Chantal. La République démocratique allemande, p. 281 et suivantes voir également Lothar d (...)
  • 17 De Maizière, Lothar, op.cit. discours d’investiture du 19 avril 1990.
  • 18 Bodenmuller, Willy. « Interview de Lothar de Maizière », Dernières Nouvelles d’Alsace, 9 novembre 2 (...)

32Le vote des Allemands de l’Est, le 18 mars 1990, dans le cadre des premières élections libres depuis 1949, est des plus clairs : ils choisissent la coalition de l’Alliance pour l’Allemagne15 qui recueille 48 % des voix, la Social-démocratie obtient 22 % des voix, le PDS, 16 %. Lothar de Maizière, président de la CDU et vice-président du synode de l’Église évangélique forme un gouvernement de coalition. Sa déclaration gouvernementale, le 19 avril 1990 devant la Chambre du Peuple, exprime bien la volonté d’unité : du cri « Nous sommes le peuple » est sorti le cri « Nous sommes un peuple ! ».16 Il ajoute que le peuple de RDA est une partie de la nation allemande, qui doit se fondre à nouveau ensemble. « Nos électeurs ont clairement exprimé cette volonté politique qui est la leur lors des élections du 18 mars »17. Mais en mars 1990, Lothar de Maizière envisageait juste d’avoir pour 1992 une équipe olympique commune lors des Jeux de Barcelone18 !

33Face à la dégradation de la situation économique, il faut agir rapidement. L’initiative vient à nouveau de H. Kohl. Il propose de remplacer le mark est-allemand totalement déprécié par le Deutsche Mark. Avec Hans Modrow, il constitue un groupe de travail pour examiner la situation économique et financière. Un traité d’État est élaboré, dans l’urgence, et signé, le 18 mai 1990. Il prévoit une union monétaire, économique et sociale. Malgré l’opposition des dirigeants de la Bundesbank, Kohl passe outre. La première mesure qui consiste à remplacer le mark est-allemand par le Deutsche Mark, permettra une transformation de fond de l’économie du pays. Le traité entre États sur la monnaie, l’économie et la santé entre en vigueur le 1er juillet. Mais à cette date, les négociations entre les deux États allemands et les Quatre ont déjà commencé et les Allemands préparent leur réunification.

  • 19 La Saxe (4,8 M d’habitants, capitale Dresde), la Thuringe (2,6 M d’habitants, capitale Erfurt), la (...)

34Deux solutions sont possibles : la procédure longue qui consiste à réunir une assemblée constituante chargée de préparer une nouvelle constitution pour l’Allemagne réunifiée et la plus rapide qui utilise l’article 23 de la Loi fondamentale de Bonn, permettant à un État ou une région allemande de rejoindre la RFA selon une procédure d’adhésion19.

3. Les négociations 2+4 et la réunification

L’accord britannique

  • 20 Lord Douglas Hurd (né en 1930) fut secrétaire d’État au Foreign Office de 1989 à 1995.
  • 21 Salmon, Patrick; Hamilton, Keith; Twigge, Stephen (éds). Berlin in the Cold War 1948–1990 : Documen (...)
  • 22 Préface de P. Salmon dans German Unification 1989–1990 : Documents on British Policy Overseas, Seri (...)
  • 23 Miard-Delacroix, Hélène. « Négociations en vue du règlement des aspects extérieurs de l’unité allem (...)
  • 24 Jean-Paul Cahn constate qu’au sein du SPD, il y eut des réactions de désapprobation, certains comme (...)

35Margaret Thatcher reste jusqu’au bout hostile à la réunification. Mais elle ne peut pas aller à l’encontre des diplomates du Foreign Office qui, comme son secrétaire d’État, Douglas Hurd20, estiment le processus inéluctable. Elle ne peut pas agir contre la marche de l’histoire et la victoire de la coalition menée par la CDU aux élections du 18 mars l’impressionne sérieusement. Elle se résigne, mais évalue longuement les conséquences politiques et économiques pour son pays. Patrick Salmon, historien en chef du Foreign and Commonwealth Office (FCO), dans la préface à la publication des Archives du Foreign Office21 consacrées à la réunification allemande, note que « Le Royaume-Uni avait peu d’influence… Il y avait rien de comparable avec les liens étroits institutionnels et personnels qui sous-tendent l’axe franco-allemand au sein de la Communauté européenne »22. Le 22 février 1990, Douglas Hurd annonce donc à la Chambre des Communes que son pays accepte le principe de la réunification. Les participants estiment que ces négociations seront longues23. Helmut Kohl dans son plan en Dix points, approuvé par l’opposition SPD24, prévoyait lui-même une réunification en huit-dix ans.

Les négociations au sein et hors du groupe des Six

36a. La première rencontre officielle du groupe des « Six » se tint le 5 mai 1990 à Bonn. L’ordre du jour aborde les questions suivantes : les frontières de l’Allemagne unifiée, son statut militaro-politique, Berlin, la cessation des droits et des responsabilités des quatre puissances victorieuses.

37Le problème des frontières est réglé plus rapidement que prévu : Kohl pour obtenir la réunification, accepte de reconnaître la frontière Oder-Neisse entre l’Allemagne et la Pologne, la RDA l’ayant déjà reconnue en 1950, la RFA doit y procéder également. Le 17 juillet, lors d’une réunion, à Paris, les six ministres des Affaires étrangères adoptent, en présence du ministre polonais des Affaires étrangères, « une déclaration sur le caractère définitif des frontières de l’Allemagne », qui règle de façon définitive le problème.

38En revanche, les questions de l’appartenance de la RFA à l’OTAN et de la présence des troupes de l’OTAN et du Pacte de Varsovie sur le sol allemand sont plus délicates à résoudre

39Chevardnadze est venu avec des instructions strictes. Il ne doit pas accepter une Allemagne réunifiée au sein de l’OTAN, car cette alliance militaire et politique inquiète Moscou. Il doit proposer le renforcement de la CSCE en le synchronisant à la réunification. Mais il est aussi porteur d’une demande de crédit auprès des banques allemandes (20 milliards de marks), car son pays est en pleine crise économique doublée d’une crise politique, la Lettonie et l’Estonie proclamant leur indépendance. Il est clair que le crédit est le prix payé pour l’adhésion à l’OTAN que réclame Genscher.

40Les positions française et britannique sont déterminantes. F. Mitterrand se rend à Moscou, le 25 mai 1990. Il prêt à soutenir certaines des exigences importantes vis-à-vis de l’Allemagne et notamment celles de l’intégration de l’Allemagne unifiée aux communautés européennes et des restrictions militaires pour l’État allemand, y compris l’interdiction de posséder l’arme nucléaire. Pour lui, l’OTAN ne doit pas s’installer dans la partie est de la future Allemagne unifiée. Mais il déclare à Gorbatchev que jamais les EU et la RFA n’accepteront une double appartenance : OTAN et Pacte de Varsovie ni la neutralité. Il semble, selon F. Bozo, avoir persuadé Gorbatchev que son hostilité à l’adhésion à l’OTAN était vouée à l’échec. M. Thatcher qui rencontre Gorbatchev en juin 1990 partage ce point de vue : l’Allemagne unifiée doit rester dans l’OTAN.

  • 25 M. Gorbatchev avait absolument besoin de cet accord commercial, or Bush lui avait écrit dans une le (...)

41La question du statut militaro-politique reste au centre des négociations entre Américains et Soviétiques lors de la rencontre de juin 1990. Bush se montre rigide, Gorbatchev accepte des concessions : au moment du règlement définitif de son sort, l’Allemagne aura le droit de décider à quelle organisation, elle veut se rattacher. En échange de son accord rapide, M. Gorbatchev obtient une importante aide financière pour effectuer des réformes économiques25 dans son pays et la progression des négociations sur le désarmement.

  • 26 Sur cette entrevue voir Mikhaël Gorbatchev, Avant-mémoires, Paris, Odile Jacob, 1993, p. 144-161 et (...)

42b. La rencontre dite du Caucase entre Kohl et Gorbatchev, le 15 juillet, est décisive26 et clôt la question.

  • 27 Kohl et Gorbatchev ont eu plusieurs tête-à-tête, mais leurs ministres des Affaires étrangères, H.D. (...)

43Le chancelier allemand décrit à son interlocuteur la situation dramatique de l’économie est-allemande : le pays doit des milliards à l’Occident. Gorbatchev ne peut pas aider la RDA, son pays étant aussi en crise. Les deux hommes27 évoquent aussi l’avenir des unités soviétiques présentes en Allemagne, la présence dans l’OTAN de l’Allemagne unifiée et le potentiel numérique de la future armée allemande. H. Kohl s’engage à signer un accord avec la Pologne, à renoncer aux armements atomiques, biologiques et chimiques (ABC) en échange de la suppression du statut quadripartite de Berlin et de l’obtention par l’Allemagne de sa pleine souveraineté.

44Gorbatchev accepte officiellement le 16 juillet l’appartenance de l’Allemagne unifiée à l’OTAN contre l’engagement clair qu’il n’y aura aucune troupe de l’OTAN sur le territoire de l’ex-RDA du moins dans la phase transitoire avant le départ définitif des troupes soviétiques, dont la reconversion sera financée par une aide allemande.

45Cette décision historique constitue l’un des huit points de l’accord conclu entre Bonn et Moscou, annoncé par les deux dirigeants au terme de la visite en URSS du chancelier ouest-allemand. Il reprend les exigences de M. Gorbatchev : le retrait « avant trois ou quatre ans » des troupes soviétiques de RDA et, en attendant cette échéance, les structures de l’OTAN ne s’appliqueront pas à l’actuel territoire est-allemand. Pendant cette période, les troupes des trois puissances occidentales pourront rester à Berlin. En outre, Bonn s’engage à réduire les effectifs de la Bundeswehr et à les ramener à 370 000 hommes.

  • 28 « Les Occidentaux se félicitent de la victoire de l’OTAN », Le Monde, 18 juillet 1990.

46L’accord est bien accueilli en Occident. Le porte-parole du département d’État américain estime que « cette solution sert au mieux les intérêts de tous les pays d’Europe »28.

47Helmut Kohl a obtenu la suppression des droits spécifiques des Alliés sur l’Allemagne et sur Berlin, en ne concédant que très peu aux Soviétiques. Selon son ministre des Finances, M. Waigel, l’accord est lié à l’aide alimentaire d’urgence fournie au cours de l’hiver à l’Union soviétique, la recherche en commun des solutions aux problèmes de balance des paiements résultant de l’union monétaire allemande et à l’octroi d’un crédit de 5 milliards de DM accordé en juin 1990.

Les ultimes étapes vers l’unification

48a. La première est celle qui règle les problèmes juridiques liés à la réunification lors de l’accord du 31 août 1990.

49Pour réunifier leur pays, les Allemands ont choisi d’utiliser l’article 23 de la Loi fondamentale. Les Länder, remplacés par des districts en 1952 sont réintroduits en RDA pour adapter les structures territoriales des deux États. Cinq nouveaux Länder sont créés par une loi les 22 juillet et 23 août, la Chambre du peuple de RDA approuve l’adhésion au domaine d’application de la Loi fondamentale de la RFA. Le traité d’unification (Einigungsvertrag) signé entre la RFA et la RDA est signé le 31 août. Il comporte neuf chapitres qui touchent à l’ensemble de la vie politique du pays dans et hors de ses frontières. Le régime politique et administratif de la RFA est étendu aux cinq Länder et Berlin (art. 2) unifiée devient la capitale. La RDA adhère à la Loi fondamentale en vertu de l’article 23 avec effet au 3 octobre.

50b. La deuxième étape fait de l’Allemagne un État uni et souverain

51Le 12 septembre, les quatre puissances victorieuses de l’Allemagne acceptent, en présence des deux États allemands, la reconstitution d’une Allemagne unie, formée de la RFA, de la RDA et de Berlin. Ce n’est pas un traité de paix traditionnel, car il n’a pas été signé avec le vaincu mais avec des démembrements de celui-ci avant qu’il ne se reconstitue ; de surcroît, les principaux problèmes qu’il a fallu résoudre viennent de la division de l’Allemagne. Le clivage ne passe donc pas entre les vaincus et les vainqueurs mais entre les Alliés occidentaux et l’URSS. Mais il y a des aspects comme la fixation des frontières qui ressemblent à un traité de paix, on tire un trait sur le passé sans y faire référence et aucune réparation n’est exigée par les vainqueurs…en 1990. Le pays retrouve sa pleine souveraineté et les vainqueurs de 1945 abandonnent tous leurs droits et responsabilités.

  • 29 Winkler, Heinrich August. Der lange Weg nach Westen. Deutsche Geschichte vom Dritten Reich bis zum (...)

52Les Allemands reconnaissent la cession définitive des parties du territoire qui leur appartenaient avant-guerre et qui leur ont été enlevées en 1945. Dans son article 1, le traité confirme la frontière existant entre l’Allemagne unie et la Pologne, obligeant par ailleurs les deux États à signer un traité, le 14 novembre. En fait, comme le rappelle Heinrich A. Winkler, l’Allemagne réunifiée doit beaucoup à la Pologne. Sans le combat pour la liberté mené par Solidarność, jamais la révolution pacifique de RDA n’aurait pu avoir lieu et la réunification représente l’aboutissement de cette lutte29. L’Allemagne réunifiée renonce à l’agression, aux armes atomiques, biologiques et chimiques, elle adhère au traité de non-prolifération des armes nucléaire, déjà signé par la RDA auparavant. L’article 6 reconnaît « le droit de l’Allemagne unie d’appartenir à des alliances avec tous les droits et obligations qui en découlent ». Comme cela avait été convenu entre M. Gorbatchev et H. Kohl, les forces soviétiques se retireront du territoire de l’ex-RDA en trois-quatre ans et durant cette période, les forces des autres puissances occupantes (États-Unis, France et Royaume-Uni) pourront rester à Berlin.

53Ce traité met véritablement la fin à la Seconde Guerre mondiale, il est ratifié, le 21 septembre, par le Bundestag.

  • 30 Le texte de ce discours figure dans L’unification de l’Allemagne en 1990, Bonn, Office de presse et (...)

54c. La troisième et ultime étape est festive : le 3 octobre 1990, les Allemands fêtent en grande pompe leur réunification. La veille, le 2 octobre 1990, Lothar de Maizière, chef du dernier gouvernement de la République démocratique allemande, prononce à Berlin un discours sur la portée historique de la création d’un État allemand réunifié. Il déclare que pour la première fois un État fait ses adieux à l’histoire. Le territoire de la RDA entre « dans le champ d’application de la Loi fondamentale de la République fédérale d’Allemagne »30.

  • 31 La RFA n’avait pas de fête nationale mais commémorait depuis 1954 la perte de l’unité nationale par (...)
  • 32 Winkler, Heinrich August. Auf ewig in Hitlers Schatten? Über die Deutschen und ihre Geschichte, Mün (...)

55Cette disparition est célébrée dans l’enthousiasme le plus grand : un million d’Allemands se rassemblent devant le Reichstag pour cette première fête de l’unité. Un drapeau géant « noir, rouge, or » est hissé sur la porte de Brandebourg et un gigantesque feu d’artifice clôt les festivités. Le 3 octobre devient la date de la fête nationale, de l’unité allemande et remplace la commémoration des événements du 17 juin, de sinistre mémoire31. Les Allemands ont préféré le jour de la réunification au 9 novembre, marqué par trop d’événements tragiques au cours de l’histoire du 20e siècle « allemand »32 : si le 9 novembre 1918 rappelle la République, en revanche c’est aussi à cette date qu’eut lieu, en 1923, le putsch de la brasserie à Munich et en 1938, la nuit de cristal.

56Un chapitre de l’histoire de l’Allemagne se referme. Un État a totalement disparu après 41 années d’existence et l’unification allemande représente du point de vue spatio-temporel un déplacement du centre de gravité de l’Allemagne. Sur le plan intérieur, les nouveaux Länder élisent leurs assemblées le 14 octobre. Les élections au Bundestag pour l’ensemble de l’Allemagne qui se tiennent le 2 décembre voient le succès de la coalition au pouvoir démocrates-chrétiens-libéraux et ratifient ainsi la réunification.

  • 33 Gorbatchev, Mémoires, op. cit. p. 670.

57La République fédérale a, de nouveau, de bonnes et solides relations avec ses voisins. M. Gorbatchev revient à Berlin le 9 novembre 1990 pour participer « aux cérémonies de signature des documents qui créaient les fondements juridiques, moraux et politiques en vue de l’établissement de relations normales »33 entre l’URSS et l’Allemagne, tirant un trait sur un passé douloureux. Berlin une fois évacuée par les troupes des quatre puissances alliées redevient en 1991, après un long débat dans le pays, officiellement capitale de l’Allemagne réunifiée.

Conclusion

58Les dirigeants américains et ouest-allemands ont finalement imposé leur point de vue. Ils ont profité du contexte politique et de la crise économique régnant en URSS et en RDA. Il est par ailleurs manifeste que Gorbatchev ne voulait absolument pas recourir aux armes et risquer de discréditer et la politique qu’il menait depuis quatre ans au plan international, et le processus de fin de guerre froide. Il avait besoin d’une énorme aide économique et financière allemande pour poursuivre la perestroïka et dut abandonner ses positions initiales. Tout se joua en fait lors de la rencontre entre Gorbatchev et Kohl à Arkhiz, dans le Nord du Caucase. En échange de concessions soviétiques, Kohl accepta de signer un accord de bon voisinage entre l’Allemagne unifiée et l’URSS.

  • 34 Narinskiy, op.cit. p. 53 citant une note d’A.S Tcherniaev à M.S. Gorbatchev 12. 09. 1990. Archives (...)

59Le 12 septembre, intervenant lors d’un petit-déjeuner des dirigeants soviétiques avec les ministres des Affaires étrangères des Six, Gorbatchev déclare que cette date entrera dans l’Histoire de l’Europe du XXe siècle. Cette date restera aussi dans l’Histoire du monde. La « question allemande », héritée de la guerre froide, est close. Et il ajoute que la réunification de l’Allemagne se produit, non pas « par le fer et par le sang », comme dans le passé, mais selon les règles de la pensée politique moderne, par la voie de la synthèse raisonnable du souhaitable et du possible »34.

60Quant à la France, elle réunira, à la Grande Arche de la Défense, le sommet de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE) le 16 décembre 1990, en présence de tous les chefs d’État des pays européens. Un accord sur le contrôle de l’armement est signé et le retrait d’une grande partie des forces de l’OTAN et du Pacte de Varsovie stationnées en Europe est décidé. Gorbatchev y tenait, car il s’agissait pour lui de réaliser son projet d’une maison européenne commune, en renforçant les mécanismes de la CSCE et de réduire, sur cette base, le rôle des blocs militaro-politiques en Europe.

  • 35 Schlosser, François. « C’est toute l’Europe qui va bouger », dans Le Nouvel Observateur (France), 1 (...)

61La réunification est donc bien l’événement le plus important en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Elle constitue même le dernier acte d’une tragédie européenne qui rétrospectivement couvrit presque la totalité du siècle. L’Allemagne, quant à elle, « retrouve son histoire, sa géographie. L’histoire, c’est celle d’une nation dont le cœur bat à Berlin. En dépit de toutes les dénégations, de tous les discours européens qui l’enrobent, la réunification s’est faite avant tout autour de l’idée de la nation allemande recouvrée»35.

Top of page

Bibliography

Sources imprimées

Recueils de documents

1. Allemandes

Axel Hartmann (Hg) Verträge zur deutschen Einheit, Regensburg, Walhalla & Pretoria, 1991

Hanns Jürgen Küsters et Daniel Hofmann (Hg), Deutsche Einheit. Sonderedition aus den Akten des Bundeskanzleramtes 1989/90. Dokumente zur Deutschlandpolitik, München, Oldenbourg Verlag, 1998

Ingo von Münch (Hg), Die Verträge zur Einheit Deutschlands, Staatsvertrag, Einigungsertrag mit Anlagen, Wahlvertrag, Zwei plus Vier Vertrag, Partnerschaftvertrag, Munich Deutscher Taschenbuch-Verlag 1990

L’unification de l’Allemagne en 1990, Bonn, Office de presse et d’information du gouvernement fédéral, avril 1991

2. Françaises

Maurice Vaïsse et Christian Wenkel, La diplomatie française face à l’unification allemande : D’après des archives inédites du MAE, Paris, Tallandier, 2013

3. Soviétiques

Helmut Altrichter, Horst Möller, Jürgen Zarusky (Hg), Michael Gorbatschow und die deutsche Frage, Sowjetische Dokumente, 1986-1991, Munich, Oldenburg, 2011

4. Britanniques

Svetlana Savranskaya et Tom Blanton The Thatcher-Gorbachev Conversations. Agreement against German Unification, Encouragement on Economic Reform Argument over Nuclear Abolition, London, d’après les National Security Archive, 2013

Patrick Salmon, Keith Hamilton, Stephen Twigge (dir.), Documents on British Policy Overseas, série III, vol. VII « German Unification, 1989-1990 », Londres, Routledge, 201

5. Américaines

Detlef Junker, Philipp Gassert, Wilfried Mausbach, The United States and Germany in the Era of the Cold War, 1945-1990 : A Handbook, Cambridge University Press, 2004

Mémoires et témoignages

George Bush, Journal d’un Président, 1942-2005, Paris, Odile Jacob, 2005.

Maurice Couve de Murville, Le monde en face, entretiens avec Maurice Delarue, Paris, Plon, 1989.

Mikhaël Gorbatchev, Avant-mémoires, Paris, Odile Jacob, 1993,

Mikhaël Gorbatchev, Mémoires, Paris, éd. du Rocher, 1997.

Andrei Grachev, Gorbachev’s Gamble. Soviet Foreign Policy and the End of the Cold War, Cambridge, Univ. Press, 2008.

Andrei Gratchev, Gorbatchev, le pari perdu ? De la perestroïka à l’implosion de l’URSS, Paris, A. Colin, 2011.

Helmut Kohl, Ich wollte Deutschland Einheit, Propylaën Verlag, 1996

Helmut Kohl Erinnerungen, 1982-1990, Ulm, Droemer Verlag, 2005.

François Mitterrand, De L’Allemagne de la France, Paris, Odile Jacob, 1996.

Brent Scowcroft, George Bush à la Maison Blanche, George Bush, journal d’un président, Paris, O. Jacob, 2005.

Margaret Thatcher, 10 Downing Street. Mémoires, Paris, Albin Michel, 1993.

Hubert Védrine, Les Mondes de François Mitterrand. A l’Elysée 1981-1995 Paris, Fayard, 1996.

Bibliographie

Jacques Attali, Verbatim I, 1981-1986, Paris, Fayard, 1993.

Frédéric Bozo, Mitterrand, la fin de la guerre froide et l’unification allemande. De Yalta à Maastricht, Paris, O. Jacob, 2005.

Günther Heydemann, Die Innenpolitik der DDR, Munich : R. Oldenbourg Verlag 2003

Beate Ih­me-Tuchel, Die DDR, Darmstadt : Wissenschaftliche Buchgesellschaft 2002

Corinna Hauswedell (Hg), Deeskalation von Gewaltkonflikten seit 1945, Essen, 2006,,

« Die sowjetische Führung, Michael Gorbatschow und das Ende des Kalten Krieges » in Ulrich Lappen­küper, Die Außenpolitik der Bundesrepublik Deutschland 1949 bis 1990, Munich, R. Oldenbourg Verlag 2008.

Wilfried Loth, « Die Sowjetunion und das Ende der DDR » in Konrad H. Jaraush, Martin Sabrow (Hg), Weg in den Untergang. Der innere Zerfall der DDR, Göttingen, 1999, p. 119-152.

Chantal Metzger, La République démocratique allemande, un Etat rayé de la carte du monde Bruxelles, PIE, Peter Lang, 2012.

Michael Narinskyi, « Gorbatchev, Mitterrand et la réunification de l’Allemagne : la fin de la Guerre froide » in Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 258, p. 27 à 55.

Ulrich Pfeil, Jean-Paul Cahn (dir), Allemagne 1974–1990. De l’Ostpolitik à l’unification, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2009.

An­dreas Rödder, Die Bundesrepublik Deutschland 1969-1990, Munich , R. Oldenbourg Verlag 2004.

Anne Saint Sauveur-Henn et Gérard Schneilin (dir), La mise en œuvre de l’unification allemande, 1989-1990, Asnières, Publications de l’Institut d’Allemand, 1998

Joachim Scholtyseck, Die Außenpolitik der DDR, Munich, R. Oldenbourg Verlag 2003 ;

Hermann Weber, Die DDR 1945-1990, Munich : R. Oldenbourg Verlag, 2003.

Heinrich August Winkler, Der lange Weg nach Westen, Munich, Éditions C.H. Beck, 2000.

Heinrich August Winkler, Auf ewig in Hitlers Schatten ?Über die Deutschen und ihre Geschichte, München, CH. Beck, 2. Auflage 2008

Top of page

Notes

1 Narinskiy, Mikhaël. « Gorbatchev, Mitterrand et la réunification de l’Allemagne : la fin de la Guerre froide » dans Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 258, p. 27 à 55.

2 Couve de Murville, Maurice. Le monde en face, entretiens avec Maurice Delarue, Paris, Plon, 1989, p. 60-61.

3 Védrine, Hubert. Les Mondes de François Mitterrand. À l’Elysée 1981-1995, Paris, Fayard, 1996.

4 Grachev, Andrei. Gorbachev’s Gamble. Soviet Foreign Policy and the End of the Cold War, Cambridge, Univ. Press, 2008, p. 142, cité par M. Narinskiy, op.cit., p.28.

5 Thatcher, Margaret. 10 Downing Street. Memoires, Paris, Albin Michel, 1993, p. 660 cité dans Chantal Metzger, La République démocratique allemande. Histoire d’un Etat rayé de la carte du monde, Bruxelles, PIE Peter Lang, 2012, p. 290.

6 Bozo, Frédéric. Mitterrand, la fin de la guerre froide et l’unification allemande. De Yalta à Maastricht, Paris, O. Jacob, 2005

7 Narinskiy, Mikhaël, op. cit. p. 29, citant les archives de la fondation Gorbatchev.

8 Metzger, Chantal. La République démocratique allemande, op. cit., p. 283.

9 Narinskiy, Mikhaël, op. cit. p. 30.

10 Ibid., p. 32.

11 Narinskiy, op.cit., p. 36.

12 Ibidem, Hubert Védrine, 2 octobre 2009, « Réunification allemande : au plus près des faits ». H. Védrine note : « C’est dans ce contexte que François Mitterrand et Margaret Thatcher échangent quelques propos acides sur l’ambigüité de Kohl, allant jusqu’à dire qu’il veut faire aussi bien qu’Hitler pour rassembler les terres allemandes. Et ceci sans qu’on ait le droit de le critiquer ! Propos énervés et datés qui ne sont pas plus à lire au premier degré que quand Kohl, agacé par les compliments qu’il entendait sur les talents de communicant de Gorbatchev, rétorquait : « Goebbels aussi », Metzger, La République démocratique allemande, op. cit, p. 291.

13 Narinskiy, op. cit. p. 49, Note d’A.S. Tcherniaev à M.S. Gorbatchev sur l’Allemagne (discussion au Politburo), 4 mai 1990. Archives d’A.S. Tcherniaev.

14 Narinskiy, ibid.

15 L’Alliance pour l’Allemagne est une alliance électorale conclue entre la CDU, le Renouveau démocratique (Demokratischer Aufbruch), un mouvement civique fondé à l’automne 1989 dont l’aile droite dirigée par Wolfgang Schnur est proche de la CDU et la DSU (Deutsche Soziale Union), parti fondé le 21 janvier 1990 à Leipzig avec l’appui de la CSU (Christlich Soziale Union). Ce parti conservateur est surtout implanté en Bavière. LDSU est dirigée par le pasteur Ebeling et souhaite une rapide unification.

16 Metzger, Chantal. La République démocratique allemande, p. 281 et suivantes voir également Lothar de Maizière, Requiem pour la RDA, Paris, Denoël, 1995, p. 104.

17 De Maizière, Lothar, op.cit. discours d’investiture du 19 avril 1990.

18 Bodenmuller, Willy. « Interview de Lothar de Maizière », Dernières Nouvelles d’Alsace, 9 novembre 2004.

19 La Saxe (4,8 M d’habitants, capitale Dresde), la Thuringe (2,6 M d’habitants, capitale Erfurt), la Saxe-Anhalt (3 M d’habitants, capitale Magdebourg), le Brandebourg (2,6 M d’habitants, capitale Potsdam) et le Mecklenburg-Vorpommern (2 M d’habitants, capitale Schwerin). Au Land de Berlin Ouest, s’ajoute la partie orientale de la ville.

20 Lord Douglas Hurd (né en 1930) fut secrétaire d’État au Foreign Office de 1989 à 1995.

21 Salmon, Patrick; Hamilton, Keith; Twigge, Stephen (éds). Berlin in the Cold War 1948–1990 : Documents on British Policy Overseas, Series III, Vol. VI, London, Routledge, 2008 ; German Unification 1989–1990 : Documents on British Policy Overseas, Series III, Vol. VII, London, Routledge, 2009.(+ de détails)

22 Préface de P. Salmon dans German Unification 1989–1990 : Documents on British Policy Overseas, Series III, Volume VII, op. cit.

23 Miard-Delacroix, Hélène. « Négociations en vue du règlement des aspects extérieurs de l’unité allemande : enjeux, déroulement, résultats », dans Anne Saint Sauveur-Henn et Gérard Schneilin (éds), La mise en œuvre de l’unification allemande, 1989-1990, Asnières, Publications de l’Institut d’Allemand, 1998, p. 341-358.

24 Jean-Paul Cahn constate qu’au sein du SPD, il y eut des réactions de désapprobation, certains comme Wolfgang Biermann, collaborateur d’Egon Bahr, restent partisans de la confédération et rejettent une « annexion » de la RDA par la RFA. Cf. Jean-Paul Cahn, « Divisions et frustrations : le SPD face à l’unification allemande », dans Allemagne 1974-1990, De l’Ostpolitik à l’unification, Cahn, Jean-Paul ; Pfeil, Ulrich (éds), Presses Universitaires du Septentrion, p. 254.

25 M. Gorbatchev avait absolument besoin de cet accord commercial, or Bush lui avait écrit dans une lettre non officielle qu’il lui serait impossible d’établir un partenariat privilégié avant la résolution de la crise lithuanienne. À la même époque, une autre crise débutait dans le monde, le 2 août 1990, Saddam Hussein envahissait le Koweït, sujet qui préoccupe plus G. Bush qui, à partir de cette date, ne fait plus allusion à l’Allemagne dans son courrier. Cf. George Bush, Journal d’un Président, 1942-2005, Paris, Odile Jacob, 2005, p. 600.

26 Sur cette entrevue voir Mikhaël Gorbatchev, Avant-mémoires, Paris, Odile Jacob, 1993, p. 144-161 et Mémoires, Paris, éd. du Rocher, 1997, p. 647-672, ainsi que Helmut Kohl, Ich wollte Deutschlands Einheit, Propylaën Verlag, 1996 et Erinnerungen, 1982-1990, Ulm, Droemer Verlag, 2005, p. 1020-1091.

27 Kohl et Gorbatchev ont eu plusieurs tête-à-tête, mais leurs ministres des Affaires étrangères, H.D. Genscher et Chevardnadze assistaient à plusieurs réunions. Wilfried Loth, « Die Sowjetunion und das Ende der DDR » dans Jaraush, Konrad H. ; Sabrow, Martin (éds), Weg in den Untergang. Der innere Zerfall der DDR, Göttingen, 1999, p. 119-152 et « Die sowjetische Führung, Michael Gorbatschow und das Ende des Kalten Krieges » dans Hauswedell, Corinna (éd), Deeskalation von Gewaltkonflikten seit 1945, Essen, 2006, p. 129-146, Pfeil, Ulrich « L’unification de l’Allemagne dans son cadre international » dans Allemagne 1974-1990, op. cit., p. 282.

28 « Les Occidentaux se félicitent de la victoire de l’OTAN », Le Monde, 18 juillet 1990.

29 Winkler, Heinrich August. Der lange Weg nach Westen. Deutsche Geschichte vom Dritten Reich bis zum Wiedervereinigung, München, Ch. Beck Verlag, p. 167.

30 Le texte de ce discours figure dans L’unification de l’Allemagne en 1990, Bonn, Office de presse et d’information du gouvernement fédéral, avril 1991 et dans Metzger, Chantal La République démocratique allemande, un Etat rayé de la carte du monde, op. cit. , p. 346.

31 La RFA n’avait pas de fête nationale mais commémorait depuis 1954 la perte de l’unité nationale par un jour férié le 17 juin, tout en appelant chaque année au rétablissement de cette unité. Le 3 octobre devient ainsi la Journée de l’Unité allemande.

32 Winkler, Heinrich August. Auf ewig in Hitlers Schatten? Über die Deutschen und ihre Geschichte, München, Ch. Beck Verlag, 2008, p. 150 et suiv. parle de « Schiksalstag » (jour du destin) quand il évoque les 9 novembre du 20e siècle.

33 Gorbatchev, Mémoires, op. cit. p. 670.

34 Narinskiy, op.cit. p. 53 citant une note d’A.S Tcherniaev à M.S. Gorbatchev 12. 09. 1990. Archives de la Fondation Gorbatchev, fonds d’A.S. Tcherniaev.

35 Schlosser, François. « C’est toute l’Europe qui va bouger », dans Le Nouvel Observateur (France), 11 au 17 octobre 1990, p. 24-27.

Top of page

References

Electronic reference

Chantal METZGER, « La réunification allemande dans le cadre des relations internationales », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [Online], 17 | 2016, Online since 07 February 2017, connection on 24 February 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/2533 ; DOI : 10.4000/mimmoc.2533

Top of page

About the author

Chantal METZGER

Professeur émérite Université de Lorraine (Nancy)
Laboratoire CRUHL ED 3945 (Université de Lorraine)
Membre associé à l’UMR 8138 SIRICE-Paris Sorbonne
Elle est l’auteure d’ouvrages et d’articles portant sur les relations internationales, l’Allemagne les questions coloniales et les conflits contemporains. Parmi eux, sa thèse d’Etat sur L’Empire colonial français dans la stratégie du Troisième Reich, 1936-1946, collection Diplomatie et Histoire du Affaires étrangères Bruxelles, Paris, New York, PIE Peter Lang, 2 tomes, 1 123 p., 2002 (Prix Jean-Baptiste Duroselle).
Spécialiste de l’Allemagne, elle a publié La République démocratique allemande : la vitrine du socialisme, l’envers du miroir (1949-1989-2009), Actes du colloque de Nancy, Bruxelles, PIE Peter Lang, 2010 et La République démocratique allemande : Histoire d’un Etat rayé de la carte du monde, Bruxelles, PIE Peter Lang, 2012. Présidente du Comité franco-allemand des historiens travaillant sur le 19ème et le 20ème siècles, elle a co-dirigé de nombreux ouvrages franco-allemands : Deutschland-Frankreich-Nordamerika : Transfers, Imaginationen, Beziehungen (sous la dir. De Chantal Metzger et Hartmut Kaelble), München, Franz Steiner Verlag, 2006, Lernen und Lehren in Frankreich und Deutschland – Apprendre et enseigner en Allemagne et en France (sous la dir. de Stefan Fisch, Florence Gauzy et Chantal Metzger), München, Franz Steiner Verlag, 2007, Machtstrukturen im Staat in Deutschland und Frankreich – Les structures de pouvoir dans l’Etat en France et en Allemagne (sous la dir. de Stefan Fisch, Florence Gauzy et Chantal Metzger), München, Franz Steiner Verlag, 2007 et Brücken bauen, Kulturwissenschaft aus interkultureller und multidisziplinärer Perspektive (sous la dir. De Marie-Thérèse Mäder, Chantal Metzger, Stefanie Neubert, Adjaï Paulin Oloukpona-Yinnon, Louise Schellenberg), Bielefeld, Transcript Verlag, 2016, 528 p.
Elle préside actuellement l’Institut d’Histoire des conflits contemporains, et dirige la revue Guerres mondiales et conflits contemporains. Elle est membre du laboratoire CRULH (Université de Lorraine) et membre associée de l’UMR SIRICE (Paris Sorbonne).
Elle est membre de la Commission des Archives diplomatiques et du bureau de l’Association internationale d’histoire contemporaine de l’Europe.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Top of page