Navigation – Plan du site

« Terroriste » ou « adversaire politique » ? Évolution de la désignation des adversaires du conflit armé en Colombie : un enjeu pour la construction de la paix

Yeny SERRANO

Résumé

Cet article s’intéresse à la manière dont les médias d’information se positionnent par rapport aux négociations de paix entre le gouvernement et la guérilla des FARC en Colombie. En comparant les désignations véhiculées par la presse et les journaux télévisés avant et pendant les pourparlers, l’analyse met en exergue un engagement ambigu des médias de diffusion nationale en Colombie. D’une part, ces médias évoluent dans la manière de désigner l’adversaire de l’État en le reconnaissant progressivement comme un acteur politique légitime ; d’autre part, ils continuent à relayer le discours de guerre de ceux qui s’y opposent.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir par exemple : Charon, Jean-Marie et Mercier, Arnaud (éds.). Armes de communication massives. I (...)
  • 2 Wolfsfeld, Gadi. Media and the Path to Peace, Cambridge University Press, 2004. López, Wilson. Medi (...)
  • 3 En plus des FARC (Forces Armées Révolutionnaires de Colombie), il existe dans le pays d’autres guér (...)
  • 4 Nous précisons que si les négociations de paix se sont conclues par la signature d’un accord final (...)
  • 5 Le texte définitif de l’accord est disponible sur le site web officiel : [en ligne] mesadeconversac (...)
  • 6 En effet, un plébiscite a été organisé le 2 octobre 2016 pour soumettre l’accord final de paix à ra (...)

1Le rôle des médias de masse et de leurs discours d’information dans l’apparition et l’évolution d’une guerre a fait l’objet de nombreuses études. Entre autres, ces études montrent qu’en véhiculant le lexique de guerre des groupes en conflit, les médias peuvent devenir des instruments de communication de guerre1. Sur la base de ce constat, d’autres études ont cherché à comprendre le rôle des médias dans des processus de paix2. Le conflit armé en Colombie et les négociations que le gouvernement du président J. M. Santos et la guérilla des FARC3 ont mené entre 2012 et 20164 constituent un cas d’étude, étant donné que les pourparlers de paix ont été précédés par des décennies de confrontation armée et de nombreuses tentatives échouées de négociations. D’ailleurs, il convient de mentionner que même si les deux parties ont réussi à conclure un « accord pour mettre fin au conflit armé et construire une paix stable et durable »5, la population colombienne n’a pas soutenu cet accord6. Ceci nous mène à envisager le rôle des médias dans la construction de la paix au regard du rôle qu’ils ont joué pendant la guerre.

  • 7 Acuerdo por la discreción. Sala de Prensa, 1999, [en ligne] <saladeprensa.org/art285.htm (consulté (...)
  • 8 Serrano, Yeny. Cadrage informatif du conflit armé en Colombie dans les journaux télévisés nationaux (...)

2Nos travaux précédents sur le cadrage du conflit armé par les journaux télévisés de diffusion nationale (JT) en Colombie ont mis en évidence que loin des revendications de nombreux journalistes d’informer de manière descriptive, distanciée et équilibrée, en défendant les intérêts des victimes civiles7, les informations au sujet du conflit armé étaient partialisées, elles n’étaient pas systématiquement recoupées ni vérifiées. Les journalistes basaient leurs reportages essentiellement sur les discours des représentants de l’État, qui cherchaient, en même temps, à justifier leur guerre et restreindre l’accès aux médias de groupes hors-la-loi (guérillas et paramilitaires)8.

  • 9 CNRR (Comisión Nacional de Reparación y Reconciliación). Disidentes, rearmados y emergentes : ¿ ban (...)

3Selon les discours d’information des JT, les groupes hors-la-loi étaient en train de perdre la guerre. Le conflit était représenté de manière « aseptisée » du fait que la mort des combattants ou des civils n’était montrée que pour communiquer les victoires de l’armée et de la police ou les défaites des guérillas. Les guérilléros étaient présentés comme des criminels sans aucun but politique, responsables des crimes de guerre ou de lèse-humanité. Les groupes paramilitaires étaient décrits comme des ex-combattants puisque le gouvernement du président Á. Uribe (2002 à 2006 et 2006 à 2010) avait réussi à les démobiliser. Les paramilitaires qui restaient actifs étaient présentés uniquement comme des délinquants ou trafiquants de drogue. On les appelait « bandes émergentes » (elles émergeaient des groupes paramilitaires démobilisés), on les appelle désormais « bandes criminelles ». Cette appellation a eu comme conséquence d’occulter les motivations idéologiques d’extrême droite de ces groupes9. En présentant de la sorte les groupes que les forces armées combattaient, le gouvernement du président Uribe justifiait sa position de ne pas reconnaître l’existence d’un « conflit armé interne » ; il n’y avait pour lui que des groupes illégaux « terroristes » qu’il fallait combattre par la voie militaire. Dans le discours officiel, pas question de négocier avec ces groupes.

  • 10 Les négociations ont officiellement commencé en novembre 2012. Elles ont été précédées par une étap (...)
  • 11 Guelke, Adrian. « Negotiations and Peace Processes », in Darby, John et Mac Ginty, Roger (éds.), Co (...)

4Lorsque le gouvernement du président Santos – successeur d’Uribe – a décidé de reconnaître l’existence d’un conflit armé interne pour entamer des négociations de paix avec les FARC10, les médias du pays se sont vus confrontés à un changement du discours officiel : il ne s’agissait plus d’abattre ou de motiver la reddition des guérilleros mais de faire en sorte que les FARC deviennent un parti politique. Comment les médias se sont-ils adaptés à ce nouveau contexte ? La question est particulièrement intéressante si on prend en compte deux facteurs contextuels qui influent sur leur travail. Premièrement, le président Santos a décidé de mener les négociations sans un cessez-le-feu. Forces armées et guérillas continuaient leurs opérations militaires alors que le gouvernement et la guérilla négociaient la paix à La Havane. Les médias devaient donc informer, en même temps, sur la guerre et la paix. Deuxièmement, les pourparlers de paix n’ont pas obtenu le soutien de l’ensemble de la population. Certains secteurs s’opposaient (et s’opposent encore comme l’a montré le résultat du plébiscite du 2 octobre 2016 précédemment mentionné) à ce que le gouvernement négocie avec la « narco-guérilla » des FARC. Par conséquent, les sources des journalistes tenaient (et dans certains cas tiennent encore) des discours divergents sur le processus de paix, ce qui pour les spécialistes en résolution des conflits constitue une menace. Ils soulignent, en effet, qu’une négociation de paix a besoin d’un environnement calme favorisant la confidentialité et la reconnaissance par les deux parties des revendications de l’autre11.

  • 12 Journaux et journaux télévisés de diffusion nationale. Le corpus sera détaillé ultérieurement.

5Les médias d’information colombiens contribuent-ils aux efforts de paix ? Reconnaissent-ils toutes les parties comme des acteurs sociaux légitimes ? Cet article analyse la manière de se référer aux groupes en conflit et tout particulièrement à la guérilla qui participe aux négociations de paix. Nous traitons d’abord la problématique de la nomination dans les médias de masse. Puis, nous analysons la manière dont les discours d’information de médias nationaux12 désignent les acteurs armés – légaux et illégaux. Enfin, nous réfléchissons sur le rôle des médias dans un processus de construction de la paix.

La nomination dans le discours d’information : un enjeu de guerre et de paix

  • 13 La linguistique a mis en évidence le caractère arbitraire du langage en constatant que le rapport e (...)
  • 14 Gamson, William et Modigliani, Andre. « The Changing Culture of Affirmative Action », in Braungart, (...)
  • 15 Iyengar, Shantu. Is Anyone Responsible? How Television Frames Political Issues, Chicago, Univ. of C (...)
  • 16 Charaudeau, Patrick. « Les médias, un manipulateur manipulé », in La manipulation à la française. P (...)

6Pour élaborer les discours d’information, les journalistes ne se trouvent pas toujours sur les lieux des événements : ils doivent recourir à des sources (témoins, autorités, victimes…). Ces discours des sources ne sont pas impartiaux. Non seulement parce que tout discours relève du langage et que le langage est par définition arbitraire13, mais aussi parce que ces sources ont des intérêts à défendre et appréhendent la réalité (« leur » réalité) en fonction de ces intérêts et de leurs propres expériences14. De ce fait, les termes choisis pour décrire un fait et l’expliquer ne sont pas sans conséquences sur la manière dont le fait va ensuite être rapporté par les journalistes15. Certes les discours des sources ne sont pas repris tels quels par les journalistes, puisque ces derniers et leurs hiérarchies décident de l’angle de traitement et de leur mise en scène. Les différentes pressions internes et externes auxquelles les professionnels de l’information doivent répondre16 influent également sur ce travail de recadrage. Néanmoins, ces discours constituent une matière première à partir de laquelle l’information est élaborée.

  • 17 Cependant, tous les groupes impliqués dans une confrontation armée n’ont pas la même légitimité pou (...)
  • 18 Géré, François. La guerre psychologique, Paris, Institut de stratégie comparée, Economica, 1997.
  • 19 Charon, Jean-Marie et Mercier, Arnaud (éds.). 2004, op. cit. ; Mercier, Arnaud. « Guerres et médias (...)
  • 20 La nomination est l’opération qui consiste à attribuer un nom à un segment de la réalité ou à un ac (...)

7En contexte de guerre, les groupes en conflit font partie des sources que les journalistes sollicitent17. Toutefois, pour ces parties en conflit (groupes armés légaux et illégaux), l’objectif n’est pas d’informer « objectivement » la population, mais de remporter la guerre au moindre coût. En fait, une guerre se fait aussi à travers des opérations de communication et autres procédés psychologiques18 qui visent à dissuader l’ennemi, à convaincre la population civile de la légitimité de la guerre et à ruiner l’image de l’adversaire. La guerre est donc une affaire des discours que les parties cherchent à diffuser le plus largement possible. C’est là que les médias représentent une « arme » que toute armée cherche à instrumentaliser19. Ainsi, les journalistes sont confrontés à des discours qui répondent à des objectifs de stratégie militaire. Ces discours sont constitués des récits (qui organisent les événements selon une certaine logique – en attribuant des causes et des responsabilités) et des appellations des événements, des individus et des groupes sociaux. Justement nous nous intéressons à ces appellations parce que de nombreux travaux en sciences du langage et en analyse du discours soulignent l’importance de l’acte de nommer20.

  • 21 Siblot, Paul. « Nomination et point de vue : la composante déictique des catégories lexicales », in (...)
  • 22 Neveu, Erik et Quéré, Louis. « Présentation », Réseaux, n° 75, dossier « Le Temps de L’événement », (...)
  • 23 Serrano, Yeny. 2010, op. cit.

8En attribuant un nom à un objet (fait, groupe, individu), on le catégorise dans une certaine classe en lui donnant un certain sens qui exprime le point de vue de celui qui attribue le nom21. L’explication de cet objet et son interprétation « sont [ainsi] orientées et délimitées par la teneur sémantique des termes utilisés par cette description »22. L’orientation suggérée, par exemple, par l’expression « groupe insurgé » (utilisée par les guérillas) n’est pas la même que celle exprimée par « groupe terroriste » (utilisée par les militaires et certains représentants de l’État et du gouvernement). La désignation devient donc un terrain de dispute discursive. Par exemple, ceux qui veulent souligner les liens des groupes paramilitaires avec des membres de l’État et des forces armées se réfèrent aux groupes « paramilitaires » ou « paraétatiques » ; alors que, comme cela a été mentionné, pour occulter l’existence de ces groupes, d’autres parlent des « bandes criminelles ». Il convient également de mentionner, qu’avant leur démobilisation, ces groupes s’auto-désignaient comme « autodéfenses », terme qui renvoie à l’idée de « se défendre » et donc à quelque chose de légitime. En revanche, « paramilitaire » renvoie à un secteur non constitutionnel lié de manière illicite aux forces armées de l’État. Malgré cette différence, nos travaux précédents montrent que les deux expressions sont employées dans les discours médiatiques avec une préférence pour « paramilitaires » qui semblerait ainsi ne pas toujours relever d’une stratégie de délégitimation23.

  • 24 Veniard, Marie. 2007, op. cit. p. 53.
  • 25 Ibid. p. 353
  • 26 Veniard, Marie. « Guerre dans le discours de presse sur les conflits armés : orientation argumentat (...)
  • 27 Samouth, Églantine et Serrano, Yeny. « Nomination et enjeux politiques : nommer un conflit dans les (...)

9Les linguistes et analystes du discours opèrent une distinction entre désignation et dénomination. Alors que « la nomination est une opération qui consiste à attribuer un nom/des noms à un segment découpé de la réalité »24, la désignation est une séquence non codée dont la référence n’est pas stable et qui résulte d’énonciateurs variés25. Ainsi, les désignations portent une orientation argumentative, car elles comportent une interprétation en faveur de ou contre l’une ou l’autre des parties qui se disputent la façon d’interpréter la réalité du conflit26. Dans le cas du conflit armé en Colombie, nous avons affaire à des désignations et à des dénominations. La manière de se référer à la confrontation armée par exemple n’a pas toujours fait l’objet d’un consensus ; des désignations circulaient, mais pas un nom. Comme nous l’avions mentionné antérieurement, pour pouvoir initier des négociations avec les FARC, le président Santos a dû reconnaître l’existence d’un « conflit armé interne », contribuant ainsi à la stabilisation de cette expression pour nommer la confrontation armée27.

  • 28 Calabrese, Laura et Rosier, Laurence. « Conflit d’intérêt et crise discursive : la canicule de l’ét (...)
  • 29 Ce terme de « narco-guérilla » fut introduit en 1984 par l’ambassadeur des États-Unis à Bogotá de l (...)

10Effectivement, les médias de masse peuvent participer au processus à travers lequel un événement ou un groupe social acquiert un nom. Plus une désignation circule dans les médias, plus elle a des probabilités de se figer de manière discursive28 et de s’imposer sur la scène publique et politique du pays. En privilégiant de façon récurrente certaines désignations (« narco-guérilla »29 par exemple, pour se référer aux FARC), au détriment d’autres (« guérilla », « groupe insurgé », « groupe rebelle » par exemple), les journalistes contribuent à construire la légitimité ou l’illégitimité des groupes armés légaux et illégaux.

Approche méthodologique

  • 30 Les deux quotidiens nationaux : El Tiempo (16 articles pour la première période et 16 pour la deuxi (...)
  • 31 L’émission du soir des trois JT nationaux : Noticias Caracol (10 reportages pour la première périod (...)
  • 32 En ce qui concerne les guérillas, nous nous sommes limités à la guérilla des FARC étant donné qu’el (...)

11Afin de déterminer si les médias contribuent à la reconnaissance des adversaires participant aux négociations de paix, nous avons comparé les désignations des groupes armés, légaux et illégaux, circulant dans la presse30 et les journaux télévisés (JT)31 de diffusion nationale, avant et durant les pourparlers de paix. La période d’avant les pourparlers correspond à celle du renforcement des opérations militaires contre les guérillas et la démobilisation des groupes paramilitaires. Nous avons sélectionné les 2 711 expressions utilisées pour désigner et qualifier chaque groupe armé32 (tableau 1).

  • 33 2006 et 2008 pour les JT et 2007 et 2009 pour la presse.
  • 34 2013 et 2015 pour presse et JT.

Nombre de désignations ►

  

Groupe armé ▼

Avant les négociations33 :

période de renforcement de la confrontation

Pendant les négociations34

gouvernement - guérilla

FARC

505

1 193

Paramilitaires

192

65

Forces armées de l’État (FFMM)

277

479

tableau 1 : nombre d’expressions recensées par groupe armé

  • 35 Bar-Tal, Daniel et Hammack, Philipp L. « Conflict, delegitimization, and violence », in The Oxford (...)
  • 36 Serrano, Yeny. « Journalisme par temps de guerre civile », Politiques de communication, vol. 1, n°  (...)
  • 37 Les exemples entre parenthèses sont tirés du corpus de cette étude. Sauf mention contraire, toutes (...)

12Ces expressions ont été catégorisées selon qu’elles délégitimaient ou légitimaient un groupe armé, à partir de la typologie proposée par Bar-Tal et Hammack35, que nous avons complétée sur la base de nos analyses précédentes36. Dans différents contextes de conflit armé, Bar-Tal et Hammack ont constaté que la violence s’accompagne des discours qui la rendent acceptable, voire nécessaire aux yeux de la population en délégitimant celle de l’ennemi. Pour ce faire, on désigne ce dernier avec des expressions qui le déshumanisent (« est une machine de guerre »…)37, le catégorisent comme violateur de normes sociales, responsables des crimes graves (« assassins », « terroristes »…) ou qui cherchent à lui attribuer des comportements inacceptables (« dangereux », « vindicatifs »…). L’ennemi peut aussi être délégitimé en le comparant à des groupes politiques rejetés par la société ou en lui attribuant des étiquettes politiques négativement connotées (« nazis », « gauchiste »…).

13Bar-Tal et Hammack ont également analysé les processus de relégitimation à la fin d’un conflit armé. Il s’agit dans ce cas de montrer que l’Autre n’est pas un « ennemi » mais un « adversaire ». La manière de se référer à lui va donc changer : on ne cherche plus à l’exterminer mais à l’accepter dans la société, malgré les différences (« ils ont le droit de faire de la politique », « ils ne sont pas si méchants », « nous allons décider ensemble les réformes politiques et sociales »…).

14Nous avons par ailleurs pris en compte des désignations « neutres » dans le sens où elles correspondent au nom du groupe ou d’un de ses membres ou à des expressions qui pourraient désigner n’importe quel individu ou groupe social (« homme », « organisation »…). En effet, et comme cela sera démontré, ce type d’expressions participe à la délégitimation.

Dé/Légitimation des groupes armés

15En regardant l’ensemble des désignations recensées, il est possible de constater que les forces armées de l’État sont les moins délégitimées et les groupes armés illégaux (guérillas et paramilitaires) les plus délégitimés, et cela pour les deux périodes prises en compte. Pour les forces armées de l’État, seulement autour de 20 % des désignations les délégitiment, alors que le pourcentage se situe autour de 40 % pour les FARC et de 60 % pour les paramilitaires avant les négociations. Ceci peut s’expliquer par le fait que l’armée et la police sont des groupes légaux et donc plus légitimes pour être sollicités par les journalistes. Autrement dit, les informations sont davantage élaborées à partir de leur discours qui cherchent à délégitimer les guérillas et les paramilitaires.

  • 38 Acuerdo por la discreción, 1999, op. cit. ; Márquez González, Eduardo. 2003, op. cit.
  • 39 C’est nous qui soulignons en italique.

16Toutefois, la majorité des désignations (entre deux tiers et trois quarts) correspondent à des expressions classées comme « neutres ». On pourrait donc penser que les journalistes, dans leurs discours d’information, s’abstiennent d’utiliser des désignations connotées et propres au lexique de guerre des groupes armés. C’est d’ailleurs un des engagements pris par certains journalistes revendiquant une certaine impartialité de l’information38. Pourtant, on observe que ces expressions « neutres » jouent un rôle dans la délégitimation des groupes armés. Elles servent à attribuer sans ambiguïté (et cela même si l’information n’est pas vérifiée par le journaliste qui l’exprime au conditionnel) la responsabilité d’un crime grave à un groupe armé, et donc à le délégitimer. Regardons les deux exemples suivants39, le premier publié par le quotidien de référence, El Tiempo, et le deuxième diffusé par le JT ayant le plus d’audience dans le pays, Noticias Caracol :

L’ordre a été donné par les meneurs des FARC et leur intention était de kidnapper ou d’assassiner les policiers […]. (28 septembre 2007).

Un campement et 18 laboratoires pour la production de cocaïne, qui selon les autorités appartenaient aux FARC, ont été trouvés dans une opération conjointe de l’armée et du DAS [Département Administratif de Sécurité] […]. (19 juin 2008).

  • 40 Krieg-Planque, Alice. Analyser les discours institutionnels, Paris, Armand Colin, 2012, chap. 4.

17Dans le premier exemple, le journal associe la guérilla des FARC au kidnapping et à l’assassinat. Dans le deuxième, le JT reproduit la version de la source officielle qui présuppose que cette guérilla produit et trafique de la drogue : si 18 laboratoires pour la production de cocaïne appartenant aux FARC ont été démantelés, on suggère que ce groupe armé produit de la drogue. Justement les présupposés servent à produire de l’évidence40. Dans ces deux exemples, ce n’est pas l’appellation du groupe qui cherche à le délégitimer ; elle sert à l’associer à un fait condamnable.

18Avant de nous concentrer sur les FARC en tant qu’adversaire de l’État participant aux négociations de paix, regardons le cas des paramilitaires. Effectivement, depuis les démobilisations de ces groupes, organisées entre 2003 et 2006, dans le discours officiel, il n’y a plus de paramilitaires. Toutefois, de nombreuses organisations de défense des droits de l’homme et des victimes, ainsi que certains politiques dénoncent que tous les combattants de ces groupes n’ont pas rendu leurs armes et ont juste changé de nom ou rejoint/créé un autre groupe armé. En outre, il a été démontré par la justice colombienne que certaines démobilisations n’étaient qu’une mise en scène : des fonctionnaires du gouvernement de l’époque avaient payé des personnes sans domicile fixe ou accepté de l’argent de la part des trafiquants de drogue pour les faire passer pour des paramilitaires et ainsi montrer le succès des démobilisations. Cette situation a eu des conséquences sur le travail des journalistes confrontés, d’un côté, à un discours officiel qui ne reconnaît pas l’existence des paramilitaires et, d’un autre côté, aux actions de ces groupes.

19Si nous nous étions limités à prendre les articles et reportages qui mentionnaient des « paramilitaires », nous aurions exclu de nombreux documents traitant des actions des « bandes criminelles », qui officiellement ne sont pas des paramilitaires. Nous avons en fait décidé d’inclure les articles et reportages sur ces bandes, tout en étant conscients que ce choix arbitraire a des conséquences sur nos résultats.

20Pour commencer et comme le montre le tableau 1, il y a beaucoup moins d’expressions se référant aux paramilitaires dans la période des négociations (65) que dans celle des démobilisations de ces groupes (192). Suivant le discours officiel, on pourrait considérer que comme « il n’y a plus de paramilitaires », ce résultat serait normal. Toutefois, on pourrait aussi considérer que cette diminution résulterait plutôt d’une stratégie des sources officielles consistant à ne pas nommer les groupes paramilitaires pour ne pas reconnaître leur existence. D’ailleurs, pendant les négociations de paix avec les FARC, 80 % et 78 % des désignations avec lesquelles la presse et les JT se réfèrent respectivement aux paramilitaires/bandes criminelles, les délégitiment. Il s’agit pour les autorités justement de montrer que ces bandes ne sont que des « criminels ». Dans peu de cas, les médias mettent en question la manière dont les autorités désignent ces groupes.

Dé/Légitimation de l’adversaire de l’État

  • 41 Serrano, Yeny. 2010, op. cit.

21Comme cela a été dit, pendant des années, dans les discours d’information des médias nationaux les guérillas, et tout particulièrement les FARC, étaient montrées comme des groupes criminels sans véritables revendications politiques41. Avec le début du processus de paix, le gouvernement reconnaissait les FARC en tant qu’adversaire. On aurait pu s’attendre à ce que la manière de désigner cette guérilla évolue, que les désignations délégitimantes diminuent et celles légitimantes augmentent. Toutefois, les désignations qui légitiment les FARC augmentent (2 % à 14 %) seulement dans la presse. En même temps, on constate une légère diminution des désignations qui délégitiment les FARC dans la presse (39 % à 23 %) et dans les JT (43 % à 36 %). Les FARC continuent donc à être davantage délégitimées que légitimées. Mais, qu’en est-il des modalités de dé/légitimation ?

22On observe, en effet, que cette guérilla n’est pas délégitimée de la même manière. Pendant la période de renforcement de la confrontation armée, les désignations délégitimantes les plus fréquentes correspondent à celles qui associent le groupe aux crimes graves (terrorisme, torture, meurtre) : 50 % des désignations recensées dans la presse et 66 % dans les JT. Avec ce type de désignations, la stratégie des sources officielles consistait à masquer les motivations politiques de cette guérilla.

  • 42 Il est difficile de traduire en français le terme « cabecilla » qui n’est utilisé en Colombie que p (...)

23En revanche, dès que les pourparlers de paix ont commencé, cette manière de se référer à la guérilla a progressivement diminué (36 % dans la presse et 60 % dans les JT). Désormais, pour délégitimer les FARC, les discours d’information privilégient d’autres types d’expressions qui indiquent « uniquement » que ce groupe est hors-la-loi – « cabecilla »42, « izquierdoso » (gauchiste) – sans l’associer à un crime en particulier. De plus, dans la presse on constate l’augmentation d’une modalité de délégitimation consistant à présenter les FARC comme ayant subi une défaite militaire.

24En d’autres termes, les membres des FARC sont moins souvent qualifiés de « narco-guérilléros », « terroristes » ou « assassins », mais sont toujours présentés sous un angle négatif. Simultanément, on observe que des expressions qui catégorisent les FARC comme un acteur politique légitime augmentent. Ainsi l’illustrent les propos du président Santos, publiés par l’hebdomadaire Semama :

N’importe quel guérilléro pourrait candidater à un poste dans la fonction publique, étant donné que le processus de paix cherche à ce qu’ils déposent les armes et continuent leur lutte par la voie légale (30 septembre 2015).

25Dans cette même perspective, on observe que les journalistes de la presse écrite utilisent plus souvent des expressions qui reconnaissent des traits positifs aux FARC, mais elles sont les moins fréquentes dans le corpus analysé : « ils ont renoncé au chemin de la guerre », « ils ont accepté de faire la paix ».

Le positionnement des médias par rapport au processus de paix : l’exemple des JT

26Nous avons parlé de la presse et des JT sans les distinguer. Nous présentons dans cette section un exemple pour illustrer les différences qui traduisent leur positionnement par rapport au processus de paix. Nous avons comparé le traitement accordé par les trois JT nationaux à un même événement qui s’est produit dans le cadre des pourparlers de paix.

  • 43 Cette date n’a pas été tenue, mais les deux parties ont confirmé leur engagement pour continuer les (...)

27Le 23 septembre 2015 le gouvernement et les FARC ont annoncé un nouvel accord (partiel) sur le régime judiciaire qui sera appliqué aux ex-combattants. À cette occasion – et c’était la première fois depuis que les négociations avaient commencé – le président Santos et le chef des FARC – Timochenko – se sont retrouvés à La Havane, annonçant que la signature de l’accord définitif pouvait être fixée dans les 6 mois. La date du 23 mars 2016 a été avancée comme fin du conflit43.

28Profitant de sa présence à La Havane, le chef des FARC a accordé une interview – ce qui est exceptionnel – à la chaîne latino-américaine Telesur. Cette chaîne, créée sous l’impulsion du président vénézuélien Hugo Chávez, n’est diffusée en Colombie que par un câblo-opérateur (un des plus onéreux sur le marché). En conséquence, la plupart des Colombiens n’ont eu accès à cette interview qu’à travers ce que les médias du pays en ont rapporté.

  • 44 Cornu, Daniel. Journalisme et vérité : pour une éthique de l’information, Genève, Labor et Fides, 1 (...)

29Les trois JT nationaux ont parlé de l’interview. Mais la manière de se référer à la chaîne de télévision, l’utilisation ou non d’extraits et la sélection de certains propos de Timochenko illustrent leur positionnement par rapport aux négociations et à la reconnaissance qu’ils accordent à l’adversaire de l’État. Certes, l’interview, longue d’environ une heure, ne peut être restituée dans son intégralité par un JT. Une des principales missions des journalistes consiste à sélectionner ce qui sera porté ou non à la connaissance du public44. Or, ces choix conduisent à une lecture partiale et partialisée de la « réalité », même si ces professionnels de l’information respectent les principes de l’équilibre, la neutralité, la distanciation énonciative, etc.

  • 45 JT de la chaîne privée Caracol et qui a le meilleur taux d’audience dans le pays.
  • 46 JT diffusé par la chaîne publique nationale, mais produit par une entreprise privée. Son taux d’aud (...)

30Alors que Noticias Caracol45 introduit le reportage en mettant l’accent sur « les doutes que Timochenko a émis quant à la possibilité de signer un accord final dans les 6 mois », CM& la noticia46 met l’accent sur la volonté de paix de Timochenko en informant que « le chef des FARC a assuré qu’il consacre son temps exclusivement à la paix ». Les deux JT se réfèrent à la « chaîne Telesur » et montrent des extraits de l’interview aux téléspectateurs, ce qui leur permet d’entendre de vive voix le chef des FARC. La durée accordée à ce sujet correspond à la moyenne d’un reportage dans un JT : 50 secondes pour le premier et 1 minute 33 secondes pour le deuxième.

  • 47 JT de la chaîne privée RCN et deuxième en taux d’audience après Noticias Caracol.
  • 48 Associé à l’ex-président du Venezuela, Hugo Chávez, cet adjectif est péjoratif dans le contexte col (...)

31En revanche, Noticias RCN47 montre un positionnement partisan explicitement délégitimateur des FARC. Pour commencer, le JT n’accorde aucune visibilité directe à Timochenko puisque aucun extrait ni image de l’interview n’a été diffusé. De plus, le sujet n’a été traité que dans une brève de 8 secondes dans laquelle la présentatrice se limite à dire que dans l’interview « avec la chaîne chaviste48 Telesur », le chef des FARC a assuré que « il ne regrette rien de ce qu’il a fait comme guérilléro et qu’il ne demandera pas pardon aux victimes ». De tout ce que Timochenko a dit sur le début difficile des négociations, sur sa conception de la paix incluant la « justice sociale » et sur le fait qu’il travaille à plein temps pour faire la paix, Noticias RCN ne retient que quelques propos de la fin de l’interview lorsque la présidente de la chaîne de télévision lui demande son message aux victimes qui attendent une demande de pardon de la part des FARC. Il répond en précisant que dans le cadre d’une guerre il n’est pas question de pardon – qui pour lui relève du domaine religieux – mais de responsabilités que toutes les parties – y compris l’État – doivent assumer. Pour renforcer ce cadrage délégitimateur, la brève est suivie d’un reportage de 1 minute 20 secondes qui rapporte les propos des personnes présentées par le JT comme victimes des FARC, lesquelles et qui considèrent les déclarations de Timochenko « comme un acte d’arrogance ».

Conclusion

  • 49 Wolfsfeld, Gadi. 2004, op. cit.

32Comment les médias nationaux se sont-ils positionnés par rapport aux négociations de paix entre le gouvernement et les FARC ? Même si les résultats de cette étude montrent une évolution dans les médias nationaux, les discours délégitimant les FARC ont plus de visibilité que les autres. Certes, ceci reflète les discours contradictoires circulant dans le pays au sujet d’une solution négociée à la confrontation armée et la possibilité que les FARC deviennent un parti politique. Or, ce résultat pose des questions. En effet, les spécialistes en résolution de conflits ont constaté, sur différents terrains, que lorsqu’il n’y a pas de consensus chez les élites, les médias tendent à jouer un rôle négatif dans la construction de la paix : au lieu d’informer sur l’avancement des négociations, ils focalisent leur attention sur les divergences49. Le résultat du plébiscite lors duquel les Colombien-ne-s ont décidé de ne pas ratifier l’accord final de paix confirmerait cette constatation. Au moment où les promoteurs des campagnes pour le « Non » sont en discussion avec le gouvernement, le rôle des médias d’information ne peut pas être négligé. Certes, de nombreux secteurs sociaux (étudiants, indigènes, Afro-Colombiens, etc.) qui soutiennent l’accord de paix se mobilisent pour demander une solution rapide. Certes, tant les FARC que le gouvernement ont confirmé leur volonté de trouver un consensus pour qu’un accord soit possible. Néanmoins, les médias d’information se trouvent encore dans un contexte où des voix s’opposent et cherchent à mobiliser la population.

  • 50 El Tiempo. Conflicto armado y terrorismo. Manual de cubrimiento, El conflicto armado en las páginas (...)
  • 51 Castrillón, Gloria. « Los retos de los medios de comunicación en el posconflicto », in Morelo, Gina (...)
  • 52 Pour une discussion critique, voir notamment : Hanitzsch, Thomas. « Situating Peace Journalism in J (...)

33Cette discussion sur le rôle des médias renvoie à une autre qui oppose – depuis un certain temps – les professionnels de l’information (journalistes et propriétaires des médias). Pour certains, « les médias […] ne doivent pas prendre parti en faveur de la paix » et doivent rester « neutres »50. D’autres considèrent, au contraire, que le journalisme doit contribuer à ce que les négociations aboutissent à un accord de paix51, et plaident pour l’exercice d’un « journalisme pour la paix »52, en critiquant les dérives de l’idéal d’objectivité et de neutralité.

  • 53 À titre d’exemple, voir : Mercier, Arnaud. « Malinformation, mais pas forcément désinformation », i (...)
  • 54 Hall, Stuart. « La redécouverte de l’“idéologie” : retour du refoulé dans les média studies ». In H (...)
  • 55 Voirol, Olivier. « Les luttes pour la visibilité ». Réseaux, n° 129-130, 2005, p. 89-121.

34Notre objectif n’est pas ici de trancher sur cette discussion, mais au regard de nombreux travaux sur la pratique journalistique53, nous considérons que poser la discussion en ces termes relève d’une méconnaissance du travail d’information des médias qui consiste à sélectionner – et donc exclure –, à mettre en scène, etc. En ce sens, le travail des médias n’est jamais dépourvu de subjectivité : il résulte en une pratique signifiante qui donne un certain sens à ce qui est communiqué54. Pour cette raison, on ne peut pas exiger des médias ce qu’ils ne sont pas en mesure de produire (des informations dépourvues de tout biais) ni leur attribuer plus de « pouvoir » qu’ils n’en ont. En effet, les médias ne sont pas les seuls à fournir des éléments de jugement aux citoyens : l’école, l’église ou encore les relations interpersonnelles participent à la formation des opinions des citoyens. Cependant, tout en reconnaissant les limites de leur influence, les médias continuent à être des espaces permettant de rendre visible et, ainsi, légitimes certains discours et acteurs sociaux55. Se pose ainsi la question de savoir quel rôle vont jouer les médias d’information colombiens dans la recherche d’un consensus national en faveur de la paix et au moment où les négociations avec la guérilla de l’ELN commencent.

Haut de page

Bibliographie

Acuerdo por la discreción. Sala de Prensa, 1999, [en ligne], <saladeprensa.org/art285.htm>.

Bar-Tal, Daniel et Hammack, Philipp L. « Conflict, delegitimization, and violence », in The Oxford handbook of intergroup conflict, New York, Oxford University Press, 2012, p. 29-52.

Calabrese, Laura et Rosier, Laurence. « Conflit d’intérêt et crise discursive : la canicule de l’été 2003 », Réseaux, n° 100, 2004, p. 19-43.

Castrillón, Gloria. « Los retos de los medios de comunicación en el posconflicto », in Morelo, Gina, Castrillón, Gloria et Behar, Olga (éds.), Manual Pistas para narrar la paz, Bogotá, Consejo de Redacción - Fundación Konrad Adenauer, 2014, p. 15-46.

Charaudeau, Patrick. « Les médias, un manipulateur manipulé », in La manipulation à la française. Paris, Economica, 2003, [en ligne], <patrick-charaudeau.com/Les-medias-un-manipulateur,162.html>

Charon, Jean-Marie et Mercier, Arnaud (éds.). Armes de communication massives. Informations de guerre en Irak : 1991-2003, Paris, CNRS, 2004, 274 p.

CNRR (Comisión Nacional de Reparación y Reconciliación). Disidentes, rearmados y emergentes : ¿ bandas criminales o tercera generación paramilitar?, 2007, [en ligne], <cnrr.org.co/new/interior_otros/informe_1_DDR_Cnrr.pdf>

Cornu, Daniel. Journalisme et vérité : pour une éthique de l’information, Genève, Labor et Fides, 1994, 486 p.

El Tiempo. Conflicto armado y terrorismo. Manual de cubrimiento, El conflicto armado en las páginas de El Tiempo, Bogotá, Casa Editorial El Tiempo, 2003, [en ligne], <eltiempo.com/archivo/documento/MAM-1013555>

Esquenazi, Jean-Pierre. L’écriture de l’actualité : pour une sociologie du discours médiatique, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2002, 183 p.

Gamson, William et Modigliani, Andre. « The Changing Culture of Affirmative Action », in Braungart, Margaret et Braungart, Richard (éds.), The Political Sociology of the State. Essays on the Origins, Structure, and Impact of the Modern State, Londres, JAI Press, 1990, p. 289-329.

Géré, François. La guerre psychologique, Paris, Institut de stratégie comparée, Economica, 1997, 423 p.

Guelke, Adrian. « Negotiations and Peace Processes », in Darby, John et Mac Ginty, Roger (éds.), Contemporary Peacemaking : Conflict, Violence and Peace Processes, New York, Palgrave Macmillan, 2003, p. 53-64.

Hall, Stuart. « La redécouverte de l’‘idéologie’ : retour du refoulé dans les média studies », in Hall, Stuart, Identités et cultures : politiques des Cultural Studies, Paris, Editions Amsterdam, 2008, p. 129-168.

Hanitzsch, Thomas. « Situating Peace Journalism in Journalism Studies: A critical appraisal », Conflict & Communication Online, vol. 6, n° 2, 2007, p. 1-9.

Hoskins, Andrew et O’Loughlin, Ben. War and Media, Cambridge, Polity Press, 2010, 227 p.

Iyengar, Shanto. Is Anyone Responsible? How Television Frames Political Issues, Chicago, Univ. of Chicago Press, 1991, 206 p.

Krieg-Planque, Alice. Analyser les discours institutionnels, Paris, Armand Colin, 2012, 236 p.

López, Wilson. Medios de comunicación y construcción de culturas de paz, thèse, univ. Santiago de Compostela, 2011.

Márquez González, Eduardo. Código para el cubrimiento del conflicto armado colombiano, 2003, [en ligne], <unesco.org/new/fileadmin/MULTIMEDIA/HQ/CI/CI/pdf/media_standards/Codigo para el cubrimiento del conflicto armado colombiano.pdf>

Mercier, Arnaud. « Guerres et médias : permanences et mutations », Raisons Politiques, n° 13, 2004, p. 97-109.

Mercier, Arnaud. « Malinformation, mais pas forcément désinformation », in Fleury, Béatrice et Walter, Jacques (éds.), Les médias et le conflit israélo-palestinien. Feux et contre-feux de la critique, Metz, Centre d’études linguistiques des textes et des discours, n° 9, 2008, p. 152-166.

Neveu, Erik. et Quéré, Louis. « Présentation ». Reseaux, n° 75, dossier « Le Temps de L’événement », 1996, p. 1-16.

Pécaut, Daniel. Midiendo fuerzas. Balance del primer año del gobierno de Álvaro Uribe Vélez. Bogotá, Planeta, 2003, 208 p.

Samouth, Églantine et Serrano, Yeny. « Nomination et enjeux politiques : nommer un conflit dans les médias colombiens et vénézuéliens », in Donot, Morgan et Pordeus Ribeiro, Michele (éds.), Discours politiques en Amérique latine. Imaginaires et représentations, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 149-163.

Serrano, Yeny. « Journalisme par temps de guerre civile », Politiques de communication, vol. 1, n° 1, 2013, p. 151-180.

Serrano, Yeny. Cadrage informatif du conflit armé en Colombie dans les journaux télévisés nationaux : informations médiatiques et communication de guerre, thèse, univ. de Genève, 2010, [en ligne], <archive-ouverte.unige.ch/vital/access/manager/Repository/unige:12450>

Siblot, Paul. « Nomination et point de vue : la composante déictique des catégories lexicales », in Cislaru, Georgeta, Guerin, Olivia, Morin, Katia, Née, Émilie, Pagnier et Thierry, Veniard, Marie (éds.), L’acte de nommer. Une dynamique entre langue et discours, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2007, p. 25-38.

Tamayo, Camilo Andrés et Bonilla, Jorge Iván. « El conflicto armado en pantalla. Noticieros, agendas y visibilidades », Controversia, n° 185, 2005, p. 21-49.

Veniard, Marie. « Guerre dans le discours de presse sur les conflits armés : orientation argumentative et marque de point de vue », in Actes des Rencontres de l’école doctorale Langage et Langues (ED 268), Paris, 2003.

Veniard, Marie. La nomination d’un événement dans la presse quotidienne nationale. Une étude sémantique et discursive : la guerre en Afghanistan et le conflit des intermittents dans Le Monde et Le Figaro, thèse, univ. Paris III, 2007.

Voirol, Olivier. « Les luttes pour la visibilité ». Réseaux, n° 129-130, 2005, p. 89-121.

Wolfsfeld, Gadi. Media and the Path to Peace, Cambridge University Press, 2004, 284 p.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple : Charon, Jean-Marie et Mercier, Arnaud (éds.). Armes de communication massives. Informations de guerre en Irak : 1991-2003, Paris, CNRS, 2004. Tamayo, Camilo Andrés et Bonilla, Jorge Iván. « El conflicto armado en pantalla. Noticieros, agendas y visibilidades », Controversia, n° 185, 2005, p. 21-49. Hoskins, Andrew et O’Loughlin, Ben. War and Media, Cambridge, Polity Press, 2010.

2 Wolfsfeld, Gadi. Media and the Path to Peace, Cambridge University Press, 2004. López, Wilson. Medios de comunicación y construcción de culturas de paz, thèse, univ. Santiago de Compostela, 2011.

3 En plus des FARC (Forces Armées Révolutionnaires de Colombie), il existe dans le pays d’autres guérillas, notamment l’ELN (Armée de Libération Nationale). Dans cet article nous nous référons particulièrement aux FARC qui étaient en pourparlers de paix avec le gouvernement au moment où l’analyse ici présentée a été réalisée. Il s’agit également de la principale guérilla par le nombre de combattants et l’importance que le gouvernement et les forces armées leur accordaient et leur accordent encore. Des négociations de paix entre le gouvernement et la guérilla de l’ELN auront également lieu dès novembre 2016.

4 Nous précisons que si les négociations de paix se sont conclues par la signature d’un accord final le 26 septembre 2016, notre analyse porte sur une période antérieure : 2006 - 2015.

5 Le texte définitif de l’accord est disponible sur le site web officiel : [en ligne] mesadeconversaciones.com.co (consulté le 6 juin 2017)

6 En effet, un plébiscite a été organisé le 2 octobre 2016 pour soumettre l’accord final de paix à ratification par la population colombienne. Avec une abstention de 62,57%, une courte majorité des électeurs (50,21%) a voté « Non » à l’accord de paix. Au moment où cet article a été rédigé, les deux parties (gouvernement et FARC) ont confirmé leur volonté de paix et tentent de trouver un consensus permettant la mise en œuvre de l’accord. Le prix Nobel de la paix attribué au président de la République à peine quatre jours après le plébiscite constitue sans doute un soutien important de la part de la communauté internationale.

7 Acuerdo por la discreción. Sala de Prensa, 1999, [en ligne] <saladeprensa.org/art285.htm> (consulté le 6 juin 2017) ; Márquez González, Eduardo. Código para el cubrimiento del conflicto armado colombiano, 2003, [en ligne] <unesco.org/new/fileadmin/MULTIMEDIA/HQ/CI/CI/pdf/media_standards/Codigo para el cubrimiento del conflicto armado colombiano.pdf> (consulté le 15 mai 2016).

8 Serrano, Yeny. Cadrage informatif du conflit armé en Colombie dans les journaux télévisés nationaux : informations médiatiques et communication de guerre, thèse, univ. de Genève, 2010. [en ligne] <archive-ouverte.unige.ch/vital/access/manager/Repository/unige:12450> (consulté le 20 juin 2016).

9 CNRR (Comisión Nacional de Reparación y Reconciliación). Disidentes, rearmados y emergentes : ¿ bandas criminales o tercera generación paramilitar ?, 2007, [en ligne] <cnrr.org.co/new/interior_otros/informe_1_DDR_Cnrr.pdf> (consulté le 10 mai 2012).

10 Les négociations ont officiellement commencé en novembre 2012. Elles ont été précédées par une étape des discussions secrètes.

11 Guelke, Adrian. « Negotiations and Peace Processes », in Darby, John et Mac Ginty, Roger (éds.), Contemporary Peacemaking: Conflict, Violence and Peace Processes, New York, Palgrave Macmillan, 2003, p. 53-64 ; Wolfsfeld, Gadi. 2004, op. cit.

12 Journaux et journaux télévisés de diffusion nationale. Le corpus sera détaillé ultérieurement.

13 La linguistique a mis en évidence le caractère arbitraire du langage en constatant que le rapport entre le signe linguistique et l’objet réel qu’il désigne est immotivé, autrement dit que ce rapport n’a aucune attache naturelle dans la réalité.

14 Gamson, William et Modigliani, Andre. « The Changing Culture of Affirmative Action », in Braungart, Richard et Braungart, Margaret (éds.). The Political Sociology of the State. Essays on the Origins, Structure, and Impact of the Modern State, Londres, JAI Press Inc., 1990, p. 289-329. Esquenazi, Jean-Pierre. L’écriture de l’actualité : pour une sociologie du discours médiatique, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2002.

15 Iyengar, Shantu. Is Anyone Responsible? How Television Frames Political Issues, Chicago, Univ. of Chicago Press, 1991.

16 Charaudeau, Patrick. « Les médias, un manipulateur manipulé », in La manipulation à la française. Paris, Economica, 2003, [en ligne] <patrick-charaudeau.com/Les-medias-un-manipulateur,162.html> (consulté le 20 mai 2016).

17 Cependant, tous les groupes impliqués dans une confrontation armée n’ont pas la même légitimité pour être sollicités par les journalistes en tant que sources. En Colombie, depuis 1997, l’État interdit aux médias de diffuser les communiqués et messages des groupes hors-la-loi et tout particulièrement des guérillas : art. 21, chap. IV, acc. 017, CNTV. Servicio Público y Cobertura, Sistema de Televisión en Colombia, Bogotá, Comisión Nacional de Televisión, 1997.

18 Géré, François. La guerre psychologique, Paris, Institut de stratégie comparée, Economica, 1997.

19 Charon, Jean-Marie et Mercier, Arnaud (éds.). 2004, op. cit. ; Mercier, Arnaud. « Guerres et médias : permanences et mutations », Raisons Politiques, n° 13, 2004, p. 97-109.

20 La nomination est l’opération qui consiste à attribuer un nom à un segment de la réalité ou à un acteur social. Veniard, Marie. La nomination d’un événement dans la presse quotidienne nationale. Une étude sémantique et discursive : la guerre en Afghanistan et le conflit des intermittents dans Le Monde et Le Figaro, thèse, univ. Paris III, 2007, p. 53.

21 Siblot, Paul. « Nomination et point de vue : la composante déictique des catégories lexicales », in Cislaru, Georgeta, Guerin, Olivia, Morin, Katia, Née, Émilie, Pagnier, Thierry et Veniard, Marie (éds.), L’acte de nommer. Une dynamique entre langue et discours, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2007, p. 38.

22 Neveu, Erik et Quéré, Louis. « Présentation », Réseaux, n° 75, dossier « Le Temps de L’événement », 1996, p. 15.

23 Serrano, Yeny. 2010, op. cit.

24 Veniard, Marie. 2007, op. cit. p. 53.

25 Ibid. p. 353

26 Veniard, Marie. « Guerre dans le discours de presse sur les conflits armés : orientation argumentative et marque de point de vue », in Actes des Rencontres de l’école doctorale Langage et Langues (ED 268), Paris, 2003, p. 23.

27 Samouth, Églantine et Serrano, Yeny. « Nomination et enjeux politiques : nommer un conflit dans les médias colombiens et vénézuéliens », in Donot, Morgan et Pordeus Ribeiro, Michele (éds.), Discours politiques en Amérique latine. Imaginaires et représentations, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 149-163.

28 Calabrese, Laura et Rosier, Laurence. « Conflit d’intérêt et crise discursive : la canicule de l’été 2003 », Réseaux, n° 100, 2004, p. 19-43.

29 Ce terme de « narco-guérilla » fut introduit en 1984 par l’ambassadeur des États-Unis à Bogotá de l’époque, Lewis Tambs dans le but d’impliquer les guérillas au trafic de drogue et transformer ainsi la lutte anti drogue en lutte anti guérilla. Pécaut, Daniel. Midiendo fuerzas. Balance del primer año del gobierno de Álvaro Uribe Vélez. Bogotá, Planeta, 2003, p. 52.

30 Les deux quotidiens nationaux : El Tiempo (16 articles pour la première période et 16 pour la deuxième) et El Espectador (17 articles pour la première période et 23 pour la deuxième), ainsi que l’hebdomadaire de référence Semana (17 articles pour la première période et 18 pour la deuxième).

31 L’émission du soir des trois JT nationaux : Noticias Caracol (10 reportages pour la première période et 22 pour la deuxième), Noticias RCN (14 reportages pour la première période et 46 pour la deuxième) et CM& la noticia (10 reportages pour la première période et 36 pour la deuxième).

32 En ce qui concerne les guérillas, nous nous sommes limités à la guérilla des FARC étant donné qu’elle seule participait aux négociations. Les pourparlers avec l’ELN, avaient déjà été annoncés mais n’avaient pas encore officiellement commencé au moment où cette analyse a été réalisée.

33 2006 et 2008 pour les JT et 2007 et 2009 pour la presse.

34 2013 et 2015 pour presse et JT.

35 Bar-Tal, Daniel et Hammack, Philipp L. « Conflict, delegitimization, and violence », in The Oxford handbook of intergroup conflict, New York, Oxford University Press, 2012, p. 29-52.

36 Serrano, Yeny. « Journalisme par temps de guerre civile », Politiques de communication, vol. 1, n° 1, 2013, p. 151-180.

37 Les exemples entre parenthèses sont tirés du corpus de cette étude. Sauf mention contraire, toutes les traductions sont celles de l’auteur.

38 Acuerdo por la discreción, 1999, op. cit. ; Márquez González, Eduardo. 2003, op. cit.

39 C’est nous qui soulignons en italique.

40 Krieg-Planque, Alice. Analyser les discours institutionnels, Paris, Armand Colin, 2012, chap. 4.

41 Serrano, Yeny. 2010, op. cit.

42 Il est difficile de traduire en français le terme « cabecilla » qui n’est utilisé en Colombie que pour désigner le chef d’un groupe armé illégal ou de délinquants. Le terme renvoie à un individu hors-la-loi et criminel.

43 Cette date n’a pas été tenue, mais les deux parties ont confirmé leur engagement pour continuer les négociations.

44 Cornu, Daniel. Journalisme et vérité : pour une éthique de l’information, Genève, Labor et Fides, 1994.

45 JT de la chaîne privée Caracol et qui a le meilleur taux d’audience dans le pays.

46 JT diffusé par la chaîne publique nationale, mais produit par une entreprise privée. Son taux d’audience est plus bas que celui des JT des chaînes privées.

47 JT de la chaîne privée RCN et deuxième en taux d’audience après Noticias Caracol.

48 Associé à l’ex-président du Venezuela, Hugo Chávez, cet adjectif est péjoratif dans le contexte colombien.

49 Wolfsfeld, Gadi. 2004, op. cit.

50 El Tiempo. Conflicto armado y terrorismo. Manual de cubrimiento, El conflicto armado en las páginas de El Tiempo, Bogotá, Casa Editorial El Tiempo, 2003, [en ligne] <eltiempo.com/archivo/documento/MAM-1013555> (consulté le 20 avril 2016).

51 Castrillón, Gloria. « Los retos de los medios de comunicación en el posconflicto », in Morelo, Gina, Castrillón, Gloria et Behar, Olga (éds.). Manual Pistas para narrar la paz, Bogotá, Consejo de Redacción - Fundación Konrad Adenauer, 2014, p. 15-46.

52 Pour une discussion critique, voir notamment : Hanitzsch, Thomas. « Situating Peace Journalism in Journalism Studies: A critical appraisal », Conflict & Communication Online, vol. 6, n° 2, 2007, p. 1-9.

53 À titre d’exemple, voir : Mercier, Arnaud. « Malinformation, mais pas forcément désinformation », in Fleury, Béatrice et Walter, Jacques (éds.), Les médias et le conflit israélo-palestinien. Feux et contre-feux de la critique, Metz, Centre d’études linguistiques des textes et des discours, coll. Recherches textuelles, n° 9, 2008, p. 152-166.

54 Hall, Stuart. « La redécouverte de l’“idéologie” : retour du refoulé dans les média studies ». In Hall, Stuart. Identités et cultures : politiques des Cultural Studies, Paris, Editions Amsterdam, 2008, p. 129-168.

55 Voirol, Olivier. « Les luttes pour la visibilité ». Réseaux, n° 129-130, 2005, p. 89-121.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yeny SERRANO, « « Terroriste » ou « adversaire politique » ? Évolution de la désignation des adversaires du conflit armé en Colombie : un enjeu pour la construction de la paix », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 18 | 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/2552 ; DOI : 10.4000/mimmoc.2552

Haut de page

Auteur

Yeny SERRANO

Université de Strasbourg, Lisec EA 2310.
Yeny Serrano est maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Strasbourg (LISEC EA2310). Elle est membre fondatrice d’ADAL (Analyse des Discours de l’Amérique Latine). Ses publications dans le domaine de l’analyse des médias s’intéressent principalement au rôle des médias de masse et de leurs discours d’information dans l’évolution de guerres et de conflits armés, ainsi que dans la construction de la paix.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page