Navigation – Plan du site
Civilisation

Préservation d’une identité hors du territoire régional : le cas des Maisons de Cantabrie en Espagne et dans le monde au XXème siècle

Emmanuelle Simon

Entrées d’index

Aires géographiques :

Espagne

Thèmes :

identité
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Si l’on ne tient compte que du seul XXème siècle, nous savons que pour des raisons politiques, – comme la Guerre Civile et la Dictature de Franco – ou économiques – principalement au début du siècle et dans les années 1960 – des Espagnols se sont éloignés de leur terre natale pour aller vivre dans d’autres régions et d’autres pays. Catalans, Basques, Galiciens, Andalous, Asturiens ou Cantabres, ils ont souvent ressenti le besoin de se retrouver selon leurs origines géographiques dans des lieux appelés « maisons régionales ». Certaines furent créées voilà plus de cent ans.

2Ces casas regionales devaient, dans l’esprit de leurs créateurs, permettre d’apporter une aide sociale à leurs compatriotes et préserver des traits identitaires propres à chaque lieu d’origine. Véritables « ambassades » régionales, elles ont pour objet de resserrer les liens entre ceux qui, dans ces terres d’ancrage, partagent la même langue et les mêmes références culturelles acquises au cours de leur enfance.

3Se pencher sur le cas particulier des Maisons de la Cantabrie peut paraître quelque peu singulier car la Communauté Autonome de Cantabrie demeure mal connue tant en Espagne qu’en Europe, sans doute parce que la manifestation identitaire régionale, nationale, autonomiste, n’y a jamais atteint l’intensité qu’on trouve en Catalogne, au Pays Basque ou même en Galice.

4Et pourtant, les membres de ses vingt-trois « Casas » implantées sur l’ensemble du territoire espagnol et en Amérique font preuve d’un grand dynamisme pour préserver l’identité cantabre, pour que le sentiment d’appartenance envers cette terre parfois lointaine se transmette entre compatriotes, mais aussi pour que leurs particularités soient mieux connues. Ainsi le formulaient les fondateurs de la « Casa » de Burgos : « Fonder une société à des fins exclusivement culturelles, artistiques, sportives et bienfaisantes qui contribuent au développement, entre les membres, du sentiment envers la ‘petite patrie’ en tant que communauté affective et cordiale ». Le nombre d’adhérents des vingt-trois maisons de la Cantabrie, près de quatre mille en Espagne et environ mille sept cents en Amérique, révèle en tout cas un intérêt particulier de la part des immigrés de première, seconde, voire de troisième génération, d’autant plus que ce chiffre tend à augmenter, particulièrement en Espagne.

5Si cet aspect de l’identité régionale est, bien sûr, important à observer et à analyser, on peut aussi se demander comment ces casas ont évolué avec les transformations institutionnelles, économiques et culturelles que leurs régions d’origine ont connues et connaissent encore.

La Cantabrie, une région peu connue

6Si de nombreuses études ont été effectuées sur des régions espagnoles à forte personnalité identitaire régionale comme la Catalogne, le Pays Basque et la Galice, d’autres Communautés Autonomes n’ont pas suscité autant d’intérêt et ne font l’objet que de quelques recherches, presque exclusivement au niveau local. C’est le cas de la Cantabrie, une région très mal connue, tant à l’intérieur qu’hors des frontières espagnoles.

  • 1 Emmanuelle Simon, Le régionalisme en Espagne. L’exemple de la Cantabrie, Paris, l’Harmattan, 2005.

7Après avoir consacré une thèse de Doctorat1 à l’analyse du processus de régionalisation de la province de Santander au cours des années 1970-1980, je me propose désormais d’étudier les Cantabres hors de chez eux et, par l’intermédiaire des maisons de Cantabrie, d’observer comment ces personnes partagent et transmettent des traits identitaires qu’au cours du temps ils ont définis eux-mêmes comme identitaires régionaux, et analyser leurs rapports avec leur territoire d’origine.

Le territoire cantabre : quelques données de présentation

8Au Nord de l’Espagne, bordant l’Atlantique, cette Communauté Autonome est située entre deux régions à forte revendication identitaire, la Principauté des Asturies à l’Ouest et sa voisine de l’Est, le Pays Basque. Au Sud, la grande Castille à laquelle elle a très longtemps appartenu et pour laquelle nombre de ses habitants sentent encore un attachement profond.

9Ces quelque cinq cents mille habitants peuplent l’un des plus petits territoires régionaux d’Espagne. Entre mer et hautes montagnes, peu de place pour l’industrie ; la Cantabrie est traditionnellement une terre d’élevage. La pêche y est aussi importante et les services en nette croissance aujourd’hui, essentiellement grâce à des activités touristiques suscitées par des paysages exceptionnels et un climat agréable.

10Terre d’Indianos, ces Espagnols qui partirent en Amérique et en revinrent fortunés, la Cantabrie semble parfois vivre sur ses acquis économiques, sur ses rentes, pourrait-on dire. De somptueuses constructions, des infrastructures – on compte de nombreux terrains de golf, clubs de tennis et marinas – et le train de vie de nombreux habitants de la capitale, Santander, en sont le reflet. Pour ne citer qu’un exemple, et non des moindres, rappelons que le premier groupe bancaire d’Espagne et de la zone euro, El Banco Santander, appartient à une des grandes familles de la capitale régionale, la famille Botín.

11Cependant, depuis quelques années, notamment grâce à sa gestion autonome, la région connaît un dynamisme économique particulièrement étonnant, ses dirigeants et habitants souhaitant donner l’image d’une régionalisation réussie, c'est-à-dire apte à faire bon usage de ses ressources qui se traduiront par une entité prospère, différente de ses voisines, mais cependant désireuse de participer au développement de l’Espagne.

La Constitution de 1978 a permis la création de la Communauté Autonome de Cantabrie

12L’idée de ce que l’on appelle aujourd’hui région de Cantabrie et que l’on reconnaît désormais en tant que Communauté Autonome au même titre que toutes les autres n’est réellement apparue que dans les années 1970. En effet, malgré la rédaction de son Statut d’autonomie pendant la Seconde République et des interrogations sur les particularités locales, ce territoire n’est devenu une région qu’à partir du moment où la loi, par l’intermédiaire de la Constitution de 1978, le lui a permis. Longtemps partie intégrante de la Castille, la province de Santander, aussi nommée « La Montaña ou Mar de Castilla », a représenté non seulement une sortie maritime privilégiée du Royaume, mais aussi le lieu de construction de la flotte royale et son port d’attache. Une grande partie de son économie a d’ailleurs, pendant de longues années, été consacrée à cette activité.

13On comprend mieux ainsi l’étonnement général, exprimé principalement dans les provinces voisines, lorsqu’à la fin des années 1970, les Montañeses annoncèrent le souhait de former une région à part entière, car ils étaient désireux de s’émanciper de leur grande sœur castillane.

La revendication identitaire dans cette région récente

  • 2 Eduardo Obregón Barreda, Professeur d’Université et délégué culturel de Santander en 1980, «Es nece (...)

14Bien que l’idée de région cantabre soit née au XIXème siècle, on peut dire que c’est au cours de la deuxième moitié des années 1970 et au début des années 1980, que cette région s’est véritablement constituée. Suivant le mouvement général de construction régionale dans l’Espagne toute entière, notamment en Catalogne et au Pays Basque, un certain nombre d’intellectuels et d’hommes politiques se mobilisèrent autour de l’idée de la reconnaissance de la culture cantabre dans le but d’« élaborer une culture adaptée à notre situation qui découvrira notre identité régionale. Ceci signifie qu’à la culture déjà existante – et sans la déprécier – doit succéder la culture émergente »2. C’est alors qu’un véritable intérêt pour la recherche anthropologique et ethnologique se développa, et qu’on vit resurgir d’anciennes coutumes et figures mythologiques comme, par exemple, la redécouverte de héros et de différents parlers régionaux. En 1982, on recensait ainsi 139 ouvrages publiés sur la Cantabrie depuis la fin des années 1970 :

  • 3 José Antonio Correa, « Escribir sobre Cantabria », Alerta, 24-I-1981, p. 26.

Heureusement, il y a beaucoup de livres écrits qui paraissent à propos de notre terre : des livres écrits avec l’amour de la terre sur laquelle nous sommes nés et où nous vivons. Depuis l’art jusqu’à l’histoire, en passant par la cuisine, la mythologie et notre régionalisation3.

15Le travail de réflexion sur l’identité cantabre qui suscita débats et polémiques, les nombreuses études publiées, une histoire régionale peu à peu réécrite – ne devrait-on pas dire, d’ailleurs, inventée ? – des mouvements politiques régionalistes constitués, permirent l’élaboration des Statuts d’autonomie de la Communauté Autonome de Cantabrie le 30 décembre 1981, approuvés et signés par les Cortes à Madrid et ratifiés par le Roi Juan Carlos I. Depuis cette proclamation voici maintenant presque un quart de siècle, les habitants de la petite province de Santander sont devenus des Cantabres convaincus de leurs particularismes régionaux qui les différencient de leurs voisins basques, asturiens et castillans. La force régionaliste est telle que le fondateur du parti qui représente cette tendance, le Parti Régionaliste Cantabre (PRC), dirige la Communauté Autonome depuis juin 2003 et met tout en œuvre pour faire connaître ce qui est désormais considéré par beaucoup comme une identité à part entière en Espagne, la culture cantabre.

16À l’occasion du trentième anniversaire d’un groupe de presse, l’actuel président de la Région de Cantabrie, Miguel Ángel Revilla, fondateur du PRC, revenait ainsi sur les trente années d’existence de sa région :

  • 4 Miguel Ángel Revilla, « Años de desarrollo sin apagón », Gupo Z, 30 aniversario. El compromiso con (...)

Dans cette Espagne de 1976, ma terre n’était pas telle que nous la connaissons aujourd’hui. La Cantabrie représentait le rêve de quelques enthousiastes décidés à sortir de l’oubli l’histoire d’un peuple millénaire afin de défendre sa singularité et son droit à l’autonomie. Trente années ont passé et le rêve est devenu réalité : non seulement la Cantabrie existe vraiment, mais elle est aussi reconnue, magnifique et en plein essor4.

Les maisons de Cantabrie, lieux d’expression de l’identité cantabre

17Les maisons de Cantabrie installées sur le territoire national et hors des frontières se veulent les transmettrices de ces caractéristiques dans les lieux d’ancrage, en même temps qu’elles représentent le cordon qui relie les émigrés cantabres à leur terre d’origine.

Tableau1. Vingt-trois maisons en Espagne et dans le monde

18En Espagne (2003)

Ville et région

Nom

Année de création

Nombre d’adhérents

Particularité(s)

1

Alicante

Comumidad Valenciana

Casa de Cantabria

1990

112

2

Baracaldo

Pays Basque

Centro Montañés

Casa de Cantabria

1909

520

Sociedad de Socorros Mutuos del Centro Montañés de Baracaldo, société de bienfaisance de 1909 à 1975

3

Barcelone

Catalogne

Casa de Cantabria

1985

215

Les réunions entre Cantabres débutèrent dès 1945

4

Burgos

Castilla y León

Casa de Cantabria

1954

100

Une revue :

El Tejo [l’If, symbole des Cantabres]

5

Cadix

Andalousie

Casa de Cantabria

1913

350

6

Eibar

Pays Basque

Casa de Cantabria

1958

169

7

Madrid

Madrid

Casa de Cantabria

1981

1500

Bureaux du Gouvernement Régional partagent les locaux.

Ce qui en fait une ambassade cantabre dans la capitale

Un Hogar[foyer] de la Montaña a existé jusqu’en 1966

8

Lérida

Catalogne

Casa de Cantabria

1994

102

Fondateurs hétéroclites (fonctionnaires, employés, banquiers et éleveurs de bétails)

9

Logroño

La Rioja

Casa de Cantabria

1988

90

Créée par des fonctionnaires et employés

10

Mallorca

Iles Baléares

Casa de Cantabria

1988

130

11

Pampelune

Navarre

Casa de Cantabria

1991

150

12

Séville

Andalousie

Casa de Cantabria

1987

157

Siège social

13

Carmona (Séville)

Andalousie

Casa de Cantabria

1985

Club social

14

Telde (Las Palmas)

Iles Canaries

Casa de Cantabria

1985

106

15

Arona (Ténérife)

Iles Canaries

Casa de Cantabria

1998

100

16

Valladolid

Castilla y León

Casa de Santander

Casa de Cantabria

1976

189

Créée par des éleveurs et des ouvriers

3990

19En Europe et en Amérique (2003)

Ville et pays

Nom

Année de création

Nombre d’adhérents

1

Dortmunt

Allemagne

Casa de Cantabria

[Maison de la Cantabrie]

2

Buenos Aires

Argentine

Casa de Cantabria

Centro [Centre] montañés

1923

476

3

La Havane

Cuba

Sociedad montañesa de beneficiencia

[Société montañesa de bienfaisance]

1883

400

4

La Havane

Cuba

Casa de Cantabria

Centro montañés

1910

5

Camaguëy

Cuba

Asociación cántabra de Camagüey

Casa de Cantabria

1994

260

6

México

Mexique

Asociación Montañesa

Casa de Cantabria

1946

500

7

Miami

États-Unis

Casa de Cantabria

1998

75

1711

20À la lecture des tableaux, on peut s’interroger sur l’implantation des vingt-trois maisons de la Cantabrie, tant en Espagne que dans le reste du Monde. En effet, si la présence est significative au sein des frontières nationales (seize maisons dans dix régions – sur dix-sept Communautés Autonomes et deux villes autonomes), elle est pratiquement nulle en Europe (une seule en Allemagne), mais bien marquée dans certaines capitales de pays d’Amérique comme Cuba, le Mexique et l’Argentine. Ne doit-on pas voir là le signe d’une émigration bien particulière aux habitants de cette région, différente de celle de leurs compatriotes galiciens, basques ou andalous qui, eux aussi, ont ouvert des maisons régionales un peu partout dans le monde ?

En Espagne

21Si l’on excepte les maisons de Baracaldo au Pays Basque et de Cadix en Andalousie qui datent du début du XXe siècle (1909 et 1913 respectivement), les autres sont relativement récentes puisque leurs créations vont de 1954 à 1998. Il semble que ces dates aient un rapport direct avec les nécessités suscitées par les transformations politiques et économiques en Espagne. Elles correspondent, en effet, au développement industriel important de certaines régions comme le Pays Basque, Madrid, Valence et la Catalogne qui attirèrent nombre de travailleurs espagnols, à l’ouverture de l’Espagne sur l’extérieur et au processus de régionalisation administrative prévue dans la Constitution de 1978.

22Si l’on prend comme exemple le centre de Baracaldo, on s’aperçoit qu’il fut créé pour répondre à une demande bien précise de la part des ressortissants de la région basque voisine, concernant leur sécurité sociale. En effet, cette association appelée au départ Société de Secours Mutuels du Centre Montañés de Baracaldo, avait pour objet d’aider et de protéger les Cantabres habitant cette ville industrielle proche de Bilbao. La situation politique et sociale s’étant nettement améliorée après 1975, les buts de la Société furent transformés et l’accent fut mis sur son rôle uniquement culturel.

En Europe et en Amérique

23Une seule communauté en Europe, celle de Dortmund, sur laquelle nos données sont minces. On sait seulement qu’il est l’unique centre « espagnol » de cette ville allemande. Ceci pourrait avoir une double signification. La première hypothèse serait que, dans les années 1960, leur province étant déjà relativement riche, contrairement à de nombreux autres Espagnols, les Galiciens notamment, le nombre d’émigrés cantabres en quête d’une vie économiquement plus confortable fut peu important. Une deuxième explication résiderait dans le fait que ces personnes ne possédaient pas encore une conscience développée de leur appartenance à la province de Santander et n’avaient pas ressenti, par conséquent, le besoin de s’attacher à une culture régionale ni de la promouvoir.

24Le cas de l’Amérique est encore différent puisqu’il s’agit, en général, d’associations anciennes liées à une émigration importante des habitants de la côte Nord, généralement originaires de la Galice, des Asturies et de la province de Santander. Les relations avec Cuba, l’Argentine et le Mexique se trouvaient facilitées par une forte activité dans le transport maritime et dans les chantiers navals, et ce jusque dans la première moitié du XXème siècle. En effet, il n’était pas étrange qu’un habitant de Santander ou de ses alentours cherchant à s’enrichir embarque sur l’un des nombreux navires qui assuraient la liaison entre la capitale et l’Amérique. Les pêcheurs, nombreux dans la province de Santander, ont aussi représenté un lien important entre les deux continents, contribuant ainsi à faire connaître leurs modes de vie, leurs coutumes et leurs croyances.

25Beaucoup de ces immigrés ont économiquement et socialement réussi dans ces anciennes colonies. Un certain nombre est resté, alors que d’autres revinrent après avoir fait fortune. Ils financèrent de grandes réalisations dans leur terre d’origine, gagnant parfois au passage un titre de noblesse « en récompense de leur action ». L’exemple connu de tous en Cantabrie est le Marquis de Valdecilla qui fit construire le grand hôpital public de Santander.

26Les relations privilégiées avec Cuba, même après la perte de cette colonie en 1898, expliquent le nombre important d’adhérents (six cents soixante en 2003) qui en fait la plus importante communauté cantabre hors du territoire national. Au moment de leur création, les objectifs des casas de Cuba ressemblaient à ceux de toutes les associations espagnoles présentes en Amérique, c'est-à-dire aider leurs « ressortissants » et leurs descendants par l’intermédiaire de sociétés de bienfaisance. Ainsi, des chefs d’entreprises qui avaient fait fortune appuyèrent les initiatives de jeunes entrepreneurs. En cas d’échec, le retour de ces derniers pouvait être financé. De même, la société de bienfaisance a servi d’intermédiaire à ceux qui souhaitaient envoyer de l’argent à Santander et contribuer ainsi à l’édification d’infrastructures populaires, écoles et hôpitaux notamment, ou à des actions ponctuelles comme la reconstruction de la ville de Santander après l’incendie qui la ravagea en 1942.

27Parallèlement, les centres « montañeses » se chargeaient des activités ludiques des Cantabres émigrés, devenant de la sorte de véritables références pour la vie sociale de la capitale d’accueil, tant à la Havane qu’à Buenos Aires ou México.

28Les changements des régimes politiques, les transformations économiques et sociales en Espagne et plus particulièrement en Cantabrie, semblent avoir nettement influencé les communautés cantabres d’Amérique qui ont, elles aussi, modifié les buts initialement donnés à leurs associations et leurs activités. Toutefois, lors des crises locales comme celle survenue en Argentine en décembre 2001, les maisons de Cantabrie ont permis aux adhérents de s’entraider pour affronter ensemble des situations parfois dramatiques.

Une identité préservée hors du territoire

29Si ces maisons jouèrent un rôle social – principalement les plus anciennes – auprès des émigrés cantabres où qu’ils se soient trouvés, si elles permirent à certains Cantabres de se faire une place dans les sociétés d’installation, il ne faut pas oublier que la représentation culturelle est demeuré l’objectif premier.

30Il faut savoir qu’à la suite de la régionalisation en Espagne, les centres, qui avaient longtemps été gérés de manière autonome sous des formes diverses – associations, clubs, sociétés de bienfaisance – sont, depuis avril 1985, régis par une loi régionale, révisée par consensus de l’ensemble des forces politiques cantabres en juin 2005.

31Sans entrer dans le détail des trois titres et douze articles de cette loi d’avril 1985, il semble utile de citer un extrait du titre préliminaire afin de bien cerner la signification et le rôle de ces « maisons » aujourd’hui :

La présente loi […] veut donner un cadre juridique aux sentiments d’appartenance des communautés « montañeses » de l’extérieur envers la Cantabrie, les faire participer au travail particulier de notre Région, en tant qu’unité culturelle et sociale et, en dernier lieu, leur assurer la protection qui leur est due afin qu’ils conservent leurs attaches et poursuivent leur travail de diffusion de la manière d’être cantabre.

32Considérées comme des morceaux de Cantabrie disséminés, ces “maisons” bénéficient d’avantages, mais elles ont aussi des devoirs envers la région dont elles sont les ambassadrices. La loi stipule qu’elles doivent :

  • Promouvoir et diffuser largement leur culture dans la région ou le pays d’accueil, de même qu’auprès de ses ressortissants, en insistant bien sur les particularités cantabres.

  • Se pencher sur le passé de la région et sur sa contribution à l’histoire de la nation espagnole.

  • Effectuer des études sur le développement économique et social de la Cantabrie.

  • Aider, protéger et veiller à l’intégration de tout Cantabre vivant hors du territoire de la Communauté Autonome puisqu’elle est considérée comme un prolongement du territoire cantabre.

33Afin de montrer aux Cantabres émigrés qu’ils ne sont pas oubliés par la région-mère, un Conseil spécial – Consejo de Comunidades Cántabras – composé de divers élus, les représente à Santander. Celui-ci n’a toutefois qu’un caractère consultatif et ne peut influer sur la politique générale de la Région.

  • 5 « 150 cántabros fundaron la casa montañesa de Almería », Diario Montañés, 19-II-1981, p. 2.

34C’est donc pour entretenir « des liens qui les rattachent à leur terre natale qu’ils n’oublieront jamais »5, et afin de répondre aux exigences de cette loi que les différentes communautés organisent leurs activités.

35Sans pouvoir citer ici l’ensemble des actions que les 23 « casas » mènent, je distinguerai toutefois deux grandes catégories qui peuvent, éventuellement, interférer :

36La promotion des particularités cantabres s’effectue par l’intermédiaire de groupes de danses et de musiques folkloriques, de cours de cuisine et par l’élaboration de repas typiques, de pratique de sports cantabres notamment les « bolos » – jeu de quilles propre à cette région –, de la constitution de fonds documentaires et de bibliothèques, l’organisation de conférences, la rédaction de revues ainsi que la mise à disposition de moyens d’information permettant de se tenir au courant de l’actualité cantabre (journaux, Internet, télévision par satellite…). Ces maisons ont des horaires d’ouverture assez larges puisqu’elles hébergent souvent un bar et/ou un restaurant. D’agréables lieux de réunion donc, d’autant qu’ils sont souvent situés dans les meilleurs quartiers, héritage du bien-être social de leurs fondateurs et de leurs successeurs. Elles se différencient en cela de leurs homologues d’autres régions qui, de par le caractère plus populaire de leurs ressortissants, n’ont pas fait le choix des demeures luxueuses occupées par les « Casas » de Cantabrie.

  • 6 « Buenos Aires: Verbena de la Unión de las Autonomías Españolas », www.xornalgalicia, 27-XI-2005.

37Des rencontres avec des casas autres que les cantabres sont régulièrement organisées à l’occasion de fêtes particulières comme la Saint Jean ou le jour de la Vierge de la Bien Aparecida, patronne des Cantabres. En Amérique, pendant ces rencontres, l’Espagne est recréée dans son unité et sa diversité puisque ces émigrés expriment à la fois leurs points communs – langue et nationalité – et leurs particularités régionales – gastronomie, folklore. Citons par exemple le jour de l’Union des Communautés Autonomes espagnoles organisé au mois de novembre à Buenos Aires et dont le mot d’ordre est « Pour une collectivité espagnole unie6 ».

38Depuis 2005, par ailleurs, le Gouvernement Régional cantabre provoque une fois par an la rencontre de représentants de toutes les « Casas » d’Espagne et du Monde dans le but de resserrer les liens entre elles. La première édition a eu lieu à Burgos (Castilla y León) et la deuxième à Séville (Andalousie). Les habitants de Cantabrie se sentent particulièrement attachés à cette ville car la personne qui libéra la ville des Arabes, l’amiral Bonifaz, était originaire de Santander. Les chaînes brisées de Séville et la Torre de Oro (Tour d’Or) figurent d’ailleurs sur le blason de la région cantabre. Les Présidents des deux Communautés Autonomes ont participé aux festivités, partageant l’idée que « la diversité renforce l’unité ».

39Ces manifestations qui permettent aux Cantabres de se retrouver sont aussi l’occasion de diffuser leur culture, en la partageant avec les habitants des terres d’accueil. Il ne s’agit d’ailleurs pas pour eux de s’enfermer dans leur seule culture puisque bon nombre de Cantabres participent aux diverses fêtes locales, apprenant ainsi des autres.

Conclusion

  • 7 « Los presidentes de Cantabria y Andalucía presidieron el acto institucional del II Día de las Casa (...)

40Dans son discours prononcé à Séville lors de la deuxième Journée des Maisons de Cantabrie en octobre dernier, le Président de la Cantabrie, Miguel Ángel Revilla résumait en ces termes la situation actuelle de ses représentantes en les qualifiant d’« authentiques ambassades à travers le monde ». Il déclara qu’il n’y avait pas de « meilleure publicité pour sa région » et que « l’objectif de son gouvernement [était] d’accorder une attention toute particulière à ces Cantabres qui n’ont pas la chance de vivre dans leur région ». Il conclut sur une note d’optimisme en ce qui concerne l’attachement à la terre natale de ses compatriotes, persuadé que « le Cantabre n’oublie jamais le lieu de ses origines »7.

41Créées au départ comme des maisons d’aide, elles sont peu à peu devenues des lieux de reconnaissance entre les « originaires » cantabres en Espagne, d’où l’accent mis sur la culture et les particularités, mais aussi entre les « originaires » espagnols hors des frontières nationales. On peut donc se demander si le rôle de ces maisons régionales, cantabres et autres, ne serait pas désormais de représenter la réalité de l’Espagne devenue plurielle puisqu’elles sont les ambassadrices de son organisation économico-politique et de ses manifestations symboliques.

Haut de page

Bibliographie

Correa José Antonio, « Escribir sobre Cantabria », Alerta, 24-I-1981, p. 26.

Obregón Barreda Eduardo, « Es necesaria una política cultural para Cantabria », Diario Montañés, 16 -VII-1980, p. 5.

Revilla Miguel Ángel, « Años de desarrollo sin apagón », Gupo Z, 30 aniversario. El compromiso con la libertad, X-2006, p. 186.

Simon Emmanuelle, Le régionalisme en Espagne. L’exemple de la Cantabrie, Paris, l’Harmattan, 2005.

« 150 cántabros fundaron la casa montañesa de Almería », Diario Montañés, 19-II-1981, p. 2.

« Los presidentes de Cantabria y Andalucía presidieron el acto institucional del II Día de las Casas de Cantabria », Santander/Sevilla, Europa Press, 8-X-2006.

« Buenos Aires : Verbena de la Unión de las Autonomías Españolas », www.xornalgalicia, 27-XI-2005.

Haut de page

Notes

1 Emmanuelle Simon, Le régionalisme en Espagne. L’exemple de la Cantabrie, Paris, l’Harmattan, 2005.

2 Eduardo Obregón Barreda, Professeur d’Université et délégué culturel de Santander en 1980, «Es necesaria una política cultural para Cantabria», Diario Montañés, 16-I-1980, p. 5.

3 José Antonio Correa, « Escribir sobre Cantabria », Alerta, 24-I-1981, p. 26.

4 Miguel Ángel Revilla, « Años de desarrollo sin apagón », Gupo Z, 30 aniversario. El compromiso con la libertad, X-2006, p.186.

5 « 150 cántabros fundaron la casa montañesa de Almería », Diario Montañés, 19-II-1981, p. 2.

6 « Buenos Aires: Verbena de la Unión de las Autonomías Españolas », www.xornalgalicia, 27-XI-2005.

7 « Los presidentes de Cantabria y Andalucía presidieron el acto institucional del II Día de las Casas de Cantabria » Santander/Sevilla, Europa Press, 8-X-2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Simon, « Préservation d’une identité hors du territoire régional : le cas des Maisons de Cantabrie en Espagne et dans le monde au XXème siècle », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 08 juillet 2007, consulté le 23 juin 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/256 ; DOI : 10.4000/mimmoc.256

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Simon

Maître de Conférences d’Espagnol à l’Université de Poitiers, a soutenu sa thèse « Le régionalisme en Espagne. Exemple de la Cantabrie » en 1998, et sa recherche porte sur les constructions nationales et régionales dans l’Espagne du XXème siècle et l’évolution des identités dans la société espagnole contemporaine. Elle a publié Sépharades de Turquie en Israël. Éléments d'histoire et de culture des Judéo-Espagnols, Paris, l’Harmattan, 1999, et Le régionalisme en Espagne. L’exemple de la Cantabrie, Paris, l’Harmattan, 2005.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page