Skip to navigation – Site map

La (non) médiatisation de la (non) réconciliation en Irlande du Nord à la télévision britannique après 1998

Élodie GALLET

Abstract

Cet article examine la représentation de la réconciliation en Irlande du Nord à la télévision nationale britannique. Les médias jouent un rôle important pour stimuler et consolider la paix une fois que les accords de paix ont été signés. En Irlande du Nord, la réconciliation ne semble pas être une priorité bien qu’elle constitue une condition à une paix durable. Ce constat se reflète dans la médiatisation du conflit qui est opérée à la télévision. La signature des accords de paix s’est traduite par une baisse sensible de la couverture médiatique de la situation en Irlande du Nord. Les émissions consacrées à promouvoir la réconciliation sont aussi rares que les émissions ayant incité à accepter l’Autre avec ses différences, pour permettre d’envisager la perspective d’un avenir commun. L’analyse de deux émissions, « Holy Cross » (2003) et « Facing the Truth » (2006), soutient l’argument selon lequel la programmation de ces émissions ne s’inscrivait pas pleinement dans le « journalisme de paix », en accordant une importance majeure aux logiques commerciales sous-jacentes au fonctionnement de l’audiovisuel.

Top of page

Full text

Introduction

1Le 10 avril 1998 les Accords de Belfast étaient signés à la suite de négociations incluant les gouvernements britannique et irlandais ainsi que des représentants des principaux partis politiques présents en Irlande du Nord. Ces accords mettaient officiellement un terme à trente années de conflit violent en Irlande du Nord.

  • 1 Voir la liste des décès causés par le conflit, « Sutton Index of Deaths », adresse URL : http://cai (...)

2Leur signature a pu être interprétée comme la fin instantanée du conflit : les paramilitaires républicains ayant déposé les armes, la violence cesserait, laissant espérer que la situation se stabiliserait naturellement. C’était négliger les origines profondes qui avaient conduit à la violence, et minimiser l’impact de la crise politique, sociale et économique que l’Irlande du Nord avait connue. Après avril 1998, de nombreux incidents ont eu lieu à Belfast et dans le reste du pays, entraînant chaque année la mort de plusieurs personnes1. Aujourd’hui encore, des « murs de la paix » quadrillent plusieurs villes nord-irlandaises.

  • 2 V. Médias. Prévention des conflits et reconstruction, Paris, Organisation des Nations Unies pour l’ (...)

3Dans un contexte post-conflictuel, les médias nationaux constituent un véhicule privilégié du message de paix2. Il s’agit de médiateurs directs entre les artisans des accords de paix et la population puisque la paix ne peut durer que si elle est acceptée et soutenue par l’opinion publique. On peut alors s’interroger sur l’attitude qui a été adoptée par les médias britanniques pour couvrir cette situation post-conflictuelle. Ont-ils continué à médiatiser la situation en Irlande du Nord en tenant compte du fait qu’il ne s’agissait pas d’un pays en paix, mais qui sortait d’un conflit ? Cette médiatisation a-t-elle été complète, en montrant que la crise persistait ? Les médias ont-ils interrogé la solidité de la paix et œuvré pour la stimuler ? Ont-ils exploité la liberté qu’elles avaient retrouvée pour dire ce qu’elles avaient dû taire pendant le conflit ? La fin officielle du conflit a-t-elle en réalité été marquée par la fin de la médiatisation du conflit ou par l’absence de médiatisation de la paix ?

4Les questions que soulève la représentation d’une situation conflictuelle évoluant officiellement en situation post-conflictuelle, sont nombreuses. Nous proposons de les aborder sous l’angle de la représentation de la réconciliation en Irlande du Nord à la télévision nationale britannique. La réconciliation est fondamentale dans cette nouvelle configuration en raison des fossés qui séparent historiquement les communautés mais également au niveau politique dans la mesure où l’assemblée nord-irlandaise est fondée sur un partage de l’exécutif entre ceux qui sont favorables à une réunification de l’Irlande et ceux qui s’y opposent, exécutif qui ne peut fonctionner que s’il est approuvé par la population.

5Nous rappellerons dans un premier temps l’importance de la réconciliation et de sa représentation dans les médias, en particulier dans les médias nationaux et donc destinés à une audience directement affectée par le conflit. Dans un deuxième temps, la place qui a été accordée à la réconciliation sur les écrans de télévision britanniques sera évaluée puis analysée, dans un dernier temps, à travers deux émissions de télévision.

Importance de la réconciliation et de sa représentation dans les médias

6La sortie d’un conflit peut prendre des formes diverses selon qu’il oppose deux États souverains ou qu’il s’agit d’un conflit civil au sein des frontières d’un même État : deux États distincts pourront envisager leur avenir de manière séparée ; en cas de conflit civil, les communautés devront envisager un avenir commun et continuer à vivre ensemble, en allant outre leurs rancœurs. Cette forme de réconciliation est indispensable pour éviter que les affrontements recommencent.

  • 3 V. notamment Ramsbotham, Oliver, Woodhouse, Tom et Miall, Hugh. Contemporary Conflict Resolution, 2 (...)
  • 4 Pekar Lempereur, Alain, Salzer, Jacques et Colson, Aurélien. Méthode de médiation. Au coeur de la c (...)
  • 5 Colson, Aurélien et Pekar Lempereur, Alain. « Un pont vers une paix durable. Réconciliation et médi (...)

7Bon nombre de chercheurs spécialisés dans la résolution des conflits considèrent que la notion de « réconciliation » est fondamentale pour consolider la paix dans une situation post-conflictuelle3. Il a ainsi été avancé qu’» il y a réconciliation lorsque s’est suffisamment diffusée la conviction selon laquelle un futur commun revêt plus d’importance qu’un passé divisé »4. Il existerait trois manières d’envisager la réconciliation. D’abord, la réconciliation reste étrangère au processus de négociation : la priorité est accordée à la cessation des affrontements armés, les signataires, fortement polarisés, sont sceptiques quant au bien-fondé des accords de paix. L’enjeu immédiat est de s’entendre sur les termes de l’accord qui aboutiront à une séparation nette des parties. Ensuite le processus même de négociation est considéré comme le produit de la réconciliation, laquelle permettrait de dépasser la haine ressentie à l’égard de l’Autre ainsi que le besoin de vengeance. Il s’agirait d’un préalable à la négociation5. Enfin, la réconciliation apparaît comme une finalité même lointaine de la négociation : la réconciliation n’est pas une priorité mais constitue une condition à une paix durable.

  • 6 V. Accords de Belfast, « Declaration of Support », points 2, 5, 11 et 13.
  • 7 V. Accords de Belfast, « Reconciliation and Victims of Violence ».

8L’Irlande du Nord peut être placée dans cette troisième configuration. La réconciliation n’y est pas envisagée comme une priorité, comme en atteste le fait que le terme ne figure que sept fois au total sur les nombreuses pages que comptent les Accords de Belfast6. Il n’apparaît pas dans les clauses relatives aux questions constitutionnelles, mais uniquement dans la déclaration de soutien faite par les diverses parties ainsi que dans la section consacrée aux victimes de la violence occasionnée par le conflit7.

  • 8 Colson, Aurélien et Pekar Lempereur, Alain. « Un pont vers une paix durable. Réconciliation et médi (...)

9D’après le dispositif de médiation post-conflit élaboré par Aurélien Colson et Alain Pekar Lempereur, il est important de réunir ceux qui, modérés et surtout radicaux, exercent une influence dans la société visée et qui détermineront l’avenir du pays pour les vingt ans à venir8. La rencontre « improbable » entre des acteurs du conflit connus pour être situés sur une ligne dure, apporte de la crédibilité à l’entreprise et agit directement sur l’opinion publique. Ils démontrent qu’un rapprochement est possible entre ceux qui étaient les plus éloignés. Et la médiatisation de ces images est décisive au niveau de la conscience collective : elles contribuent à véhiculer au sein de la population l’idée selon laquelle la réconciliation est possible et qu’elle est concrète.

  • 9 Certains ont avancé que cette image a permis que le « oui » l’emporte dans le référendum, v. McLaug (...)
  • 10 Image à laquelle a fait écho une poignée de main échangée en 2015 entre Gerry Adams et le Prince Ch (...)

10La mise en scène de la réconciliation fait partie intégrante du journalisme de la paix. Les médias peuvent en effet contribuer à diffuser des images de réconciliation en vue de faire évoluer l’opinion publique. Concernant l’Irlande du Nord, il apparaît pourtant que les images de réconciliation sont exceptionnelles. Les images les plus significatives sont celles de David Trimble et John Hume rejoignant sur scène Bono, le leader du groupe U2, pour promouvoir le soutien au référendum de mai 1998 relatif à la ratification des accords de paix9. C’est également la photographie immortalisant un éclat de rire entre Ian Paisley et Martin McGuinness, alors Premier Ministre et vice-Premier Ministre de l’Irlande du Nord, qui leur valut le surnom ironique de « Chuckle Brothers », en référence à deux frères célèbres formant un duo comique et ayant leur propre émission sur la BBC depuis la fin des années 1970. Mais l’image la plus symbolique demeure à ce jour la poignée de main échangée en 2012 entre la Reine d’Angleterre, en visite officielle à Belfast, et Martin McGuinness10. Ces images constituent des symboles car il s’agit de rencontres « improbables » qui véhiculent un message d’espoir. Elles ont toutefois été critiquées et été interprétées comme une trahison par ceux qui étaient opposés à de tels rapprochements.

11L’analyse de la programmation des chaînes nationales permet dans un deuxième temps d’évaluer la médiatisation de la réconciliation à la télévision.

La médiatisation de la réconciliation

  • 11 Miller, David et McLaughlin, Greg. « Reporting the Peace in Ireland », in Rolston, Bill et Miller, (...)

12La présente analyse s’appuie pour l’essentiel sur le corpus constitué dans le cadre de nos travaux de thèse, à savoir un répertoire incluant toutes les émissions sur le conflit en Irlande du Nord diffusées entre 1988 et 2005. Pour déterminer si la télévision s’est engagée pour soutenir, voire stimuler la paix, nous avons cherché à identifier les émissions qui ont encouragé la réconciliation entre les parties et les communautés qui se sont opposées pendant le conflit11. Cette recherche a été élargie aux émissions ayant incité à accepter l’Autre avec ses différences, pour permettre d’envisager la perspective d’un avenir commun.

13Il apparaît que la signature des accords de paix s’est traduite par la fin de la médiatisation de la situation en Irlande du Nord. L’évolution a été à la fois quantitative, le nombre d’émissions ayant diminué après 1998, et qualitative, les fictions documentaires ayant laissé place aux films et aux rediffusions.

  • 12 « The Word on the Street », BBC 1, vendredi 2 avril 1999, 23h35-23h50.

14Sur le fond, seulement deux occurrences du terme « réconciliation » figurent dans les synopsis des émissions diffusées entre avril 1998 et 2005. C’est le cas dans un reportage où un révérend, garant moral, va à la rencontre de la population nord-irlandaise, un an après la signature des accords de paix, pour savoir ce qu’elle ressent au sujet de la « réconciliation »12. L’intérêt est toutefois très limité dans la mesure où ce reportage dure quinze minutes seulement et n’est diffusé qu’en fin de soirée, peu avant minuit.

  • 13 « Everyman: Facing the Enemy », BBC 2, jeudi 13 décembre 2001, 21h-22h.
  • 14 V. l’annexe E de notre thèse de doctorat, Médiatisation et Médiation : le cas de la représentation (...)

15La seconde occurrence apparaît dans le synopsis de l’émission « Everyman : Facing the Enemy »13. La fille d’une victime rencontre l’homme qui a déposé la bombe qui, en 1984, a ravagé le Grand Hôtel de Brighton où séjournaient Thatcher et ses ministres à l’occasion de la Conférence annuelle du parti conservateur. Il est précisé dans le synopsis que cette rencontre représente pour cette femme une étape sur le chemin de la compréhension du passé et de la réconciliation14.

  • 15 « Tonight with Trevor McDonald Special: The Blame Game », ITV, dimanche 14 avril 2002, 22h45‑23h45.
  • 16 Hegarty, Shane. « Blame the News Salesman », The Irish Times, 20 avril 2002.
  • 17 Le 23 octobre 1993, alors que deux membres de l’IRA s’apprêtaient à déposer une bombe visant à tuer (...)
  • 18 Cette situation a fait l’objet d’une fiction documentaire que nous présentons ci-après.

16Les émissions visant plus en général à ce que les communautés apprennent à se comprendre et donc à reconnaître la culture et les traditions des autres sont rares. L’émission la plus engagée dans cette voie est une émission de téléréalité diffusée en 2002 et axée sur la cohabitation artificielle de membres des communautés catholique et protestante15. On y raconte le déroulement d’une expérience consistant à faire vivre des catholiques et des protestants sous le même toit pendant cinq jours et cinq nuits, sous les yeux des caméras installées dans la maison qui les héberge. Le lendemain de la diffusion, The Irish Times dénonçait le fait que contrairement à ce qui avait été annoncé, les personnes ayant participé à l’expérience n’étaient pas des personnes ordinaires et anonymes16. En effet, chaque soir, des vidéos de moments ayant marqué le conflit étaient diffusées aux occupants de la maison, notamment des vidéos de l’attentat de Shankill Road en 199317. Dès la première soirée, les débats qui suivaient cette projection apprenaient aux téléspectateurs que l’un des participants avait porté secours à l’une des victimes de cet attentat et qu’un autre y avait perdu un proche. Deux autres participantes découvraient également être opposées dans la vie car l’une, protestante, avait pris part aux manifestations à Holy Cross18, un quartier de Belfast où des jeunes filles catholiques devaient traverser une rue protestante pour rejoindre leur école, alors que l’autre était la mère de l’une des écolières. Ce choix non anodin permettait en réalité d’assurer des débats polémiques et sensationnels aux téléspectateurs. Alors qu’elle pouvait se présenter comme un instrument de médiation visant à faciliter une forme de réconciliation, ou à tout le moins de dialogue entre les communautés, les logiques commerciales sous-jacentes nuancent la portée de cette émission.

  • 19 Fischer. Karin. Raftery, Deirdre et Fischer, Karin (dir.). Educating Ireland. Schooling and Social (...)
  • 20 Galtung, Johan. « Violence, Peace, and Peace Research », Journal of Peace Research, vol. 6, n° 3, 1 (...)
  • 21 Lederach, John Paul. Building Peace: Sustainable Reconciliation in Divided Societies, Washington, U (...)
  • 22 Curle, Adam. Making Peace, Londres, Tavistock, 1971, p. 178.

17Il convient d’examiner ensuite l’importance accordée aux jeunes générations et à l’éducation19, qui offrent l’espoir de dépasser les logiques d’exclusion et de transformer la situation en Irlande du Nord. Inspirée des recherches de Gatlung20, la notion de « transformation d’un conflit » est née dans les années 1980 avec les travaux de Lederach. Selon lui, les relations entre les individus sont à la base des conflits, et c’est en agissant au niveau de ces relations qu’une solution durable peut être trouvée21. Cette théorie rejoint également les travaux de Curle qui, déjà en 1971, soulignait l’importance de l’éducation dans la construction de la paix22. Selon les Accords de Belfast :

  • 23 Accords de Belfast, « The participants […] recognise that young people from areas affected by the t (...)

les participants reconnaissent […] que les jeunes issus des zones touchées par les troubles vont au devant de difficultés particulières et soutiendront le développement des initiatives communautaires dédiées, en s’appuyant sur ce qui a été réalisé à l’étranger23.

  • 24 « Breaking the Rules », BBC 2, lundi 28 septembre 1998, mardi 29 septembre 1998 et mercredi 30 sept (...)

18Après la signature de ces accords, nous avons relevé une seule illustration des initiatives poursuivant cet objectif en Irlande du Nord. En septembre 1998, BBC 2 proposait trois reportages dans lesquels des jeunes de Londres et de Belfast se rencontraient pour confronter leur quotidien24. Toutefois, ces émissions étant programmées en fin de soirée, de 23h20 à minuit, elles étaient secondaires et non destinées à un large public.

19Au regard de l’attention portée en Irlande du Nord aux initiatives transcommunautaires, on aurait pu s’attendre à ce que les chaînes de télévision soutiennent ces efforts et véhiculent des images de tolérance et de compréhension entre catholiques et protestants. Cela n’a pas été le cas. Au contraire, des émissions ont contribué à véhiculer l’image d’une situation inextricable dans laquelle les deux communautés ne pourraient pas vivre ensemble, fournissant un exemple supplémentaire d’une représentation figée.

Illustrations

20L’analyse de deux émissions permet d’illustrer la manière dont la réconciliation a été représentée à la télévision nationale britannique, « Holy Cross » (2003) et « Facing the Truth » (2006).

  • 25 « a nationalist island in a loyalist sea », v. Ardoyne Commemoration Project. Ardoyne: The Untold T (...)

21La fiction documentaire « Holy Cross » s’inspire des incidents qui se sont déroulés au début des années 2000 à Ardoyne, un quartier situé au nord de Belfast, connu comme une zone de non droit pour la police nord-irlandaise pendant le conflit et décrit comme une « île nationaliste au cœur d’une mer loyaliste »25. La présence d’une école primaire catholique pour filles dans ce quartier, ayant une entrée côté « catholique » et une entrée côté « protestant », est à l’origine de la polémique qui a donné lieu à des manifestations des habitants du quartier pour empêcher les jeunes filles et leurs familles de traverser les rues « protestantes » pour rejoindre l’école. La gravité de la situation a nécessité l’intervention de l’armée britannique, pour escorter les jeunes filles.

  • 26 « Holy Cross », BBC 1, lundi 10 novembre 2003, 21h- 23h05.

22Cette fiction documentaire, diffusée le 10 novembre 2003 sur BBC 126, et co-produite par les chaînes publiques britannique et irlandaise, BBC et RTÉ (Raidió Teilifís Éireann), retrace les événements de l’automne 2001 à travers les yeux de deux familles imaginaires, l’une catholique et l’autre protestante.

23Les caractéristiques des familles représentées sont poussées aux extrêmes : d’un côté, une jeune fille de confession protestante surprend sa mère en train d’insulter une jeune fille catholique de son âge, ce qui la submerge d’un sentiment de honte ; de l’autre, on découvre pendant l’émission que le père de la jeune catholique est un ancien activiste républicain ayant été incarcéré pour acte de terrorisme. On entretient ainsi des stéréotypes sans chercher à faciliter la compréhension de la culture des uns et des autres. De même, la représentation de l’armée interpelle car elle est représentée comme une institution neutre, mobilisée au service de la paix, déshumanisée. Surtout, on remarque l’absence totale des élus nord-irlandais et du gouvernement politique. La distance de Londres à l’égard de la situation est flagrante.

  • 27 Burrell, Ian, « Belfast Priest Protests at BBC Re-enactment of Sectarian Hatred outside Holy Cross (...)
  • 28 Ibidem.

24Plusieurs réticences ont été exprimées quant à l’impact que la diffusion de cette émission pouvait avoir localement. Un prêtre de Holy Cross redoutait notamment qu’elle réactive les animosités entre les deux communautés et que la polémique, qui avait donné lieu à plusieurs mois de violence, soit relancée27. Lorsque des sujets sensibles sont ainsi représentés, il est assez fréquent que l’émission soit diffusée en avant-première aux familles concernées. Cette séance de projection initialement prévue pour « Holy Cross », a été annulée : le nombre restreint de spectateurs concernés par cette avant-première était susceptible de créer des tensions avec les autres habitants du quartier28.

25On peut saluer la volonté de dépeindre la situation post-conflictuelle en Irlande du Nord, mais on regrette qu’un pas supplémentaire n’ait pas été franchi pour donner l’exemple et espérer pouvoir surmonter les divergences. À la fin de l’émission, les téléspectateurs britanniques, de Grande-Bretagne, sont confortés dans leur perception du conflit : il est inextricable notamment à cause des communautés catholiques et protestantes qui sont dans l’incapacité de communiquer. Ce qui est particulièrement réducteur. Alors qu’elle pouvait potentiellement constituer un instrument de médiation visant à encourager la réconciliation des communautés, « Holy Cross » ne s’est pas imposée comme une émission engagée au service de la paix. Cette émission illustre la difficulté du vivre ensemble et a, au final, renforcé la représentation de l’éducation comme un facteur de polarisation, mais aussi l’idée selon laquelle la télévision n’a pas été un instrument de médiation visant à promouvoir la paix et la réconciliation.

  • 29 La fiction documentaire « Holy Cross » a été nominée aux Bafta pour le prix du meilleur New Writer, (...)

26Au regard des nombreux prix qu’elle a reçus, cette émission a toutefois convaincu le public à l’international29.

27Une seconde émission, « Facing the Truth », permet de mettre en lumière les contraintes propres à la télévision, notamment la nécessité de proposer des émissions susceptibles de faire de l’audience. La réconciliation consiste pour l’essentiel en la possibilité pour la population de vivre ensemble, d’envisager un avenir ensemble voire d’accepter que les « agresseurs » des « victimes » puissent continuer à vivre au sein des communautés bien que leur rôle dans le conflit soit connu. La rencontre entre agresseurs et victimes constitue un pas difficile mais important en vue de la réconciliation.

  • 30 ‘Truth and Reconciliation Hearings for Northern Ireland’, mémo interne de la BBC du 5 octobre 2005, (...)

28En janvier 2006, BBC 2 diffusait « Facing the Truth », émission dans laquelle Fergal Keane, correspondant de la BBC en Afrique du Sud, et Desmond Tutu organisaient ces rencontres. Cette émission offre l’exemple le plus explicite de représentation de la réconciliation à la télévision. « Facing the Truth » a constitué l’émission centrale de ce que la BBC a appelé la « truth week », la semaine de la vérité, et fut diffusée pendant trois soirs consécutifs. Il est intéressant de noter que lors d’une présentation de son projet, la BBC a comparé « Facing the Truth » à une commission de vérité et de réconciliation pour l’Irlande du Nord30.

  • 31 « How do you want to leave here? I mean, do you want to maybe shake hands? »
  • 32 Rolston, Bill. « Facing Reality: The Media, the Past and Conflict Transformation in Northern Irelan (...)

29D’un point de vue filmographique, victimes et agresseurs se rencontrent dans un espace confiné et sont en permanence sous les yeux des caméras. Tout au long de l’émission, il apparaît clairement que le but est de faciliter le remords et le pardon. Le cadrage, l’éclairage et plus globalement le montage contribuent à créer cette attente chez les téléspectateurs. Il apparaît également que les participants étaient conscients de ces attentes comme en atteste le fait qu’ils ne semblent pas surpris lorsque les présentateurs les incitent à se serrer la main. Par exemple, lorsque l’archevêque Tutu demanda à deux participants « Comment voulez-vous quitter cette pièce ? Je veux dire, voudriez-vous, peut-être, vous serrer la main ? »31. La rapidité de leur réponse laisse croire qu’il s’agit simplement d’un rappel réalisé par l’archevêque en vue de réaliser l’objectif espéré32. Cette volonté apparaît également dans le recadrage des présentateurs lorsque les échanges entre les participants ne suivent pas la voie espérée.

  • 33 « You said you had your hand on the gun… If your hand was on the trigger, who pulled it? »
  • 34 Stone, Michael. None Shall Divide Us, Londres, John Blake Publishing, 2003.

30Lors de la promotion réalisée avant la diffusion de l’émission, et lors du générique d’ouverture de chacun des trois épisodes, on reconnaît Michael Stone, un acteur célèbre du conflit pour avoir tiré sur un cortège funèbre en 1988. On découvre alors une femme en train de dire à Michael Stone : « Vous avez déclaré que vous aviez la main sur votre arme… Si votre main était sur la gâchette, qui a appuyé dessus ? »33. La question semble étrange : elle semble supposer qu’un doute puisse existe sur le rôle de Stone dans le meurtre de l’époux de cette femme. Cela attire l’attention puisque lors de son arrestation, Stone avait reconnu qu’il avait tiré les coups qui ont tué Dermott Hackett34. Dès qu’il est invité à prendre la parole, Stone s’empresse de déclarer qu’il a été condamné en 1989 pour six meurtres. Il ajouta qu’il avait appuyé sur la gâchette pour quatre de ces meurtres ; dans les deux autres, il était impliqué dans la conspiration vivant à tuer les victimes concernées, l’une d’entre elles était Dermot Hackett.

  • 35 Rolston, Bill. « Facing Reality: The Media, the Past and Conflict Transformation in Northern Irelan (...)
  • 36 Ibidem

31Le moment où Michael Stone déclare qu’il avait testé l’arme qui avait servi à tuer Dermot Hackett mais que d’autres avaient assassiné cet homme, est l’un des moments les plus spectaculaires de l’émission. Il s’agit d’une révélation totalement inattendue pour le public (auquel le déroulement des événements avait été raconté à de multiples reprises et dont les images étaient bien connues) et la manière dont le panel s’est comporté semble indiquer que cela contredit ce qu’ils avaient prévu. Cette déclaration semble agiter Desmond Tutu, laissant penser qu’il craignait que cette question particulièrement « sensationnelle » d’un point de vue médiatique ne soit révélée trop tôt dans l’émission, et l’interrompit35. Sylvia Hackett est alors invitée à réitérer sa forte croyance dans le fait que Michael Stone était coupable du meurtre de son mari. Puis Michael Stone peut reprendre sa déclaration. Il apparaît clairement que les réalisateurs et les membres du panel étaient au courant de cette version apportée par Michael Stone mais qu’ils n’en avaient pas informé Sylvia Hackett36.

32Dans le cas de cette émission, on peut saluer l’initiative visant à provoquer ces rencontres « improbables » mais le format retenu déçoit dans la mesure où l’on semble s’inquiéter surtout aux téléspectateurs qu’il faut pousser à rester devant leur écran. Cela au détriment d’un échange plus authentique entre les participants.

Conclusion

33En conclusion, la signature des Accords du Vendredi Saint a permis d’acter la paix en Irlande du Nord. La médiatisation que les chaînes de télévision ont opérée ensuite montre un véritable désintérêt de la situation sur place. Alors que pendant le processus de paix, la télévision s’était véritablement engagée au service de la paix en se posant en médiatrice pour stimuler cette paix, cette tendance s’évanouit aussitôt que la paix est officielle. Quelques émissions ponctuelles démontrent une volonté de servir d’intermédiaire pour œuvrer pour la paix, mais cela ne correspond pas à la tendance générale qui trahit un désintérêt à l’égard de la situation post-conflictuelle en Irlande du Nord.

34Si on aurait pu s’attendre à ce que les chaînes nationales cherchent à promouvoir la réconciliation et à convaincre l’opinion publique de son importance, cette notion est globalement absente des écrans. En cela, les chaînes de la télévision nationale britannique s’alignent sur la position gouvernementale qui semble prendre ses distances avec une Nation à laquelle elle souhaite donner plus d’autonomie, notamment par le biais de la devolution. Cet alignement de la télévision au discours officiel se confirme par la médiatisation partielle qui a été réalisée entre 1998 et 2005.

35Elle se distingue également de la télévision nord-irlandaise qui a multiplié les initiatives visant à faciliter la compréhension des communautés entre elles et à solidifier les fondements nécessaires pour envisager un avenir commun. Il semble que seule la population nord-irlandaise doit être convaincue du bien-fondé du processus et des accords de paix. Les autres britanniques demeurent simples spectateurs de la situation en Irlande du Nord. Ce constat contribue à expliquer le fait que si peu d’émissions soient consacrées à la réconciliation et à l’avenir.

Top of page

Bibliography

Burrell, Ian, « Belfast Priest Protests at BBC Re-enactment of Sectarian Hatred outside Holy Cross School », The Independent, 6 novembre 2003, p. 12.

Colson, Aurélien et Pekar Lempereur, Alain. « Un pont vers une paix durable. Réconciliation et médiation post-conflit au Burundi et en République démocratique du Congo », Négociations, n° 9, vol. 1, 2008, p. 13-28.

Curle, Adam. Making Peace, Londres, Tavistock, 1971.

Fischer. Karin. Raftery, Deirdre et Fischer, Karin (dir.). Educating Ireland. Schooling and Social Change, 1700-2000, Sallins, Irish Academic Press, 2014.

Galtung, Johan. « Violence, Peace, and Peace Research », Journal of Peace Research, vol. 6, n° 3, 1969, p. 167-191.

Hegarty, Shane. « Blame the News Salesman », The Irish Times, 20 avril 2002.

Lederach, John Paul. Building Peace: Sustainable Reconciliation in Divided Societies, Washington, United States Institute of Peace, 1997.

McGlynn, Claire. « The Contribution of Integrated Schools to Peacebuilding in Northern Ireland », in Power. Maria (dir.). Building Peace in Northern Ireland, Liverpool, Liverpool University Press, 2011, p. 53-72.

McLaughlin, Greg et Baker, Stephen. The Propaganda of Peace: The Role of Media and Culture in the Northern Ireland Peace Process, Bristol, Intellect, 2010.

Médias. Prévention des conflits et reconstruction, Paris, Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), 2004.

Miller, David et McLaughlin, Greg. « Reporting the Peace in Ireland », in Rolston, Bill et Miller, David (dir.), War and Words: the Northern Ireland Media Reader, Belfast, Beyond the Pale Publications, 1996, p. 421-422.

Pekar Lempereur, Alain, Salzer, Jacques et Colson, Aurélien. Méthode de médiation. Au coeur de la conciliation, Paris, Dunod, 2008.

Ramsbotham, Oliver, Woodhouse, Tom et Miall, Hugh. Contemporary Conflict Resolution, 2e éd., Cambridge, Polity Press, 2005, p. 231-245.

Rolston, Bill. « Facing Reality: The Media, the Past and Conflict Transformation in Northern Ireland », Crime Media Culture, n° 3, 2007, p. 344-364.

Stone, Michael. None Shall Divide Us, Londres, John Blake Publishing, 2003.

Top of page

Notes

1 Voir la liste des décès causés par le conflit, « Sutton Index of Deaths », adresse URL : http://cain.ulst.ac.uk/sutton/index.html (10 juillet 2016).

2 V. Médias. Prévention des conflits et reconstruction, Paris, Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), 2004.

3 V. notamment Ramsbotham, Oliver, Woodhouse, Tom et Miall, Hugh. Contemporary Conflict Resolution, 2e éd., Cambridge, Polity Press, 2005, p. 231-245.

4 Pekar Lempereur, Alain, Salzer, Jacques et Colson, Aurélien. Méthode de médiation. Au coeur de la conciliation, Paris, Dunod, 2008 ; Colson, Aurélien et Pekar Lempereur, Alain. « Un pont vers une paix durable. Réconciliation et médiation post-conflit au Burundi et en République démocratique du Congo », Négociations, n° 9, vol. 1, 2008, p. 14.

5 Colson, Aurélien et Pekar Lempereur, Alain. « Un pont vers une paix durable. Réconciliation et médiation post-conflit au Burundi et en République démocratique du Congo », préc., p. 16-17.

6 V. Accords de Belfast, « Declaration of Support », points 2, 5, 11 et 13.

7 V. Accords de Belfast, « Reconciliation and Victims of Violence ».

8 Colson, Aurélien et Pekar Lempereur, Alain. « Un pont vers une paix durable. Réconciliation et médiation post-conflit au Burundi et en République démocratique du Congo », préc., p. 22.

9 Certains ont avancé que cette image a permis que le « oui » l’emporte dans le référendum, v. McLaughlin, Greg et Baker, Stephen. The Propaganda of Peace: The Role of Media and Culture in the Northern Ireland Peace Process, Bristol, Intellect, 2010, p. 91.

10 Image à laquelle a fait écho une poignée de main échangée en 2015 entre Gerry Adams et le Prince Charles en déplacement en Irlande, où il était entre autres venu rendre hommage à son grand-oncle Lord Mountbatten, mort en 1979 dans l’explosion d’une bombe de l’IRA.

11 Miller, David et McLaughlin, Greg. « Reporting the Peace in Ireland », in Rolston, Bill et Miller, David (dir.), War and Words: the Northern Ireland Media Reader, Belfast, Beyond the Pale Publications, 1996, p. 421-422.

12 « The Word on the Street », BBC 1, vendredi 2 avril 1999, 23h35-23h50.

13 « Everyman: Facing the Enemy », BBC 2, jeudi 13 décembre 2001, 21h-22h.

14 V. l’annexe E de notre thèse de doctorat, Médiatisation et Médiation : le cas de la représentation du conflit en Irlande du Nord à la télévision nationale britannique (1988-2005), thèse, univ. Poitiers, 2015.

15 « Tonight with Trevor McDonald Special: The Blame Game », ITV, dimanche 14 avril 2002, 22h45‑23h45.

16 Hegarty, Shane. « Blame the News Salesman », The Irish Times, 20 avril 2002.

17 Le 23 octobre 1993, alors que deux membres de l’IRA s’apprêtaient à déposer une bombe visant à tuer les dirigeants de l’UDA, la bombe explosait prématurément et tuait dix personnes dont huit civils. Il s’agit de l’un des attentats les plus meurtriers du conflit.

18 Cette situation a fait l’objet d’une fiction documentaire que nous présentons ci-après.

19 Fischer. Karin. Raftery, Deirdre et Fischer, Karin (dir.). Educating Ireland. Schooling and Social Change, 1700-2000, Sallins, Irish Academic Press, 2014 ; McGlynn, Claire. « The Contribution of Integrated Schools to Peacebuilding in Northern Ireland », in Power. Maria (dir.). Building Peace in Northern Ireland, Liverpool, Liverpool University Press, 2011, p. 53-72.

20 Galtung, Johan. « Violence, Peace, and Peace Research », Journal of Peace Research, vol. 6, n° 3, 1969, p. 167-191.

21 Lederach, John Paul. Building Peace: Sustainable Reconciliation in Divided Societies, Washington, United States Institute of Peace, 1997, p. 13-14.

22 Curle, Adam. Making Peace, Londres, Tavistock, 1971, p. 178.

23 Accords de Belfast, « The participants […] recognise that young people from areas affected by the troubles face particular difficulties and will support the development of special community-based initiatives based on international best practice ».

24 « Breaking the Rules », BBC 2, lundi 28 septembre 1998, mardi 29 septembre 1998 et mercredi 30 septembre 1998, 23h20-00h.

25 « a nationalist island in a loyalist sea », v. Ardoyne Commemoration Project. Ardoyne: The Untold Truth, Belfast: Beyond the Pale, 2002, p. 8.

26 « Holy Cross », BBC 1, lundi 10 novembre 2003, 21h- 23h05.

27 Burrell, Ian, « Belfast Priest Protests at BBC Re-enactment of Sectarian Hatred outside Holy Cross School », The Independent, 6 novembre 2003, p. 12.

28 Ibidem.

29 La fiction documentaire « Holy Cross » a été nominée aux Bafta pour le prix du meilleur New Writer, et le prix du meilleur second rôle masculin des Irish Film and Television Awards (IFTA). Il a par ailleurs remporté le prix de la meilleure fiction aux IFTA, le prix du meilleur film au Shangai International TV Festival, du meilleur Feature Length Telefilm du Chicago International Film Festival, ainsi que les prix d’interprétation féminine, de meilleur fiction, meilleure actrice et de meilleur scénario du Festival International de Programmes Audiovisuels de Biarritz.

30 ‘Truth and Reconciliation Hearings for Northern Ireland’, mémo interne de la BBC du 5 octobre 2005, cité par Rolston, Bill. « Facing Reality: The Media, the Past and Conflict Transformation in Northern Ireland », Crime Media Culture, n° 3, 2007, p. 355.

31 « How do you want to leave here? I mean, do you want to maybe shake hands? »

32 Rolston, Bill. « Facing Reality: The Media, the Past and Conflict Transformation in Northern Ireland », préc., p. 351.

33 « You said you had your hand on the gun… If your hand was on the trigger, who pulled it? »

34 Stone, Michael. None Shall Divide Us, Londres, John Blake Publishing, 2003.

35 Rolston, Bill. « Facing Reality: The Media, the Past and Conflict Transformation in Northern Ireland », préc., p. 354.

36 Ibidem

Top of page

References

Electronic reference

Élodie GALLET, « La (non) médiatisation de la (non) réconciliation en Irlande du Nord à la télévision britannique après 1998 », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [Online], 18 | 2017, Online since 20 June 2017, connection on 22 July 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/2592 ; DOI : 10.4000/mimmoc.2592

Top of page

About the author

Élodie GALLET

Université d’Orléans, membre du Laboratoire Rémélice (EA 4709) et de la FE2C (FR 4227)
Élodie Gallet est maître de conférences à l’Université d’Orléans. Après avoir soutenu en 2015 une thèse sur la représentation du conflit en Irlande du Nord à la télévision nationale britannique (1988-2005), à l’Université de Poitiers, elle poursuit ses recherches sur la couverture du post-conflit dans les médias. Elle s’intéresse en particulier aux questions de médiatisation et de médiation.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Top of page