Navigation – Plan du site

La presse chilienne de la Transition : le silence institutionnalisé. Réflexion autour du livre-témoignage de Luz Arce

Samya DAHECH

Résumé

En 1993, le récit de témoignage de la collaboratrice du régime pinochétiste Luz Arce est publié au Chili. Cette publication controversée suscite de nombreuses réactions de la part des associations de victimes. Dans cet article, il sera question des formes de médiatisation journalistique du témoignage d’Arce, à travers une étude comparée de différents articles de l’époque.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 L'Enfer. La traduction française, de Bernardo Toro a été publiée en 2013 aux Éditions Les Petits Ma (...)

1Dans ce travail, il s’agira d’étudier les stratégies journalistiques durant la Transition démocratique chilienne (1988-1994) face à la réception du récit de témoignage de la chilienne Luz Arce, El Infierno1, publié en 1993 par la maison d’édition Planeta, qui retrace le parcours personnel et politique de l’auteure depuis ses implications politiques jusqu’à son exil européen.

2Avant de s’intéresser à la couverture médiatique de la publication du témoignage, il convient de revenir sur le parcours narré dans cet ouvrage afin de comprendre la difficulté du Chili à faire face à son passé dictatorial durant la Transition.

La complexité de la figure de Luz Arce

  • 2 Membre du Groupe des Amis Personnels de Salvador Allende (Grupo de Amigos Personales - GAP), garde (...)
  • 3 Pour plus de détails, consulter le chapitre 6 de son récit de témoignage, « Hospital militar (Hosmi (...)
  • 4 Marcia Alejandra Merino a aussi publié un récit de témoignage en 1993, Mi verdad: Más allá del horr (...)

3Luz Arce (1948), qui a occupé plusieurs postes clés au sein du Parti Socialiste2, a été arrêtée par la Direction Nationale du Renseignement, la DINA (Dirección de Inteligencia Nacional), en 1974. Elle a été incarcérée successivement dans l’ensemble des centres de torture – pour la plupart clandestins – aux mains de la DINA : Londres 38, Villa Grimaldi, Cuatro Álamos, José Domingo Cañas. Luz Arce a été une des nombreuses victimes de l’extrême répression de la dictature pinochétiste. L’acharnement des agents de la DINA était d’ailleurs particulièrement brutal à l’égard des femmes détenues, du fait de leur sexe (tortures sexuelles, enfermement dans la cellule nue pendant plusieurs jours, viols répétitifs – méthodes que l’on retrouve dans le récit de témoignage de Luz Arce). Après les nombreux sévices corporels subis durant sa détention – Arce a d’ailleurs perdu l’usage partiel du pied gauche après avoir reçu une balle3 –, elle a livré peu à peu ses camarades socialistes. Suite à sa collaboration, elle est intégrée par revirement total en mai 1975 comme agent à part entière de la DINA, et se fait désormais appeler Ana María Vergara. Le cas d’Arce n’est pas isolé : Marcia Alejandra Merino4 et María Alicia Uribe sont aussi des victimes devenues bourreaux, qui se sont vues menacées de mort dès 1975 par leur ancien parti. Suite à son travail remarqué au sein de la section informatique pour la retranscription de documents de la DINA, Luz Arce devient chef de section puis instructrice de la Escuela de Inteligencia de la DINA, école de formation pour agents des services de renseignement.

4Dès octobre 1978, Arce est citée dans la presse du fait de manifestions de familles de disparus dans les rues de Santiago : elle est considérée comme une criminelle, impliquée dans la disparition de nombreux militants de gauche. Elle décide donc de déposer sa démission à la DINA – devenue en 1977 le Centre National d’Informations (CNI – Centro Nacional de Informaciones) –, qui, dans un premier temps, la refuse : Arce est seulement relevée de ses fonctions et tenue de se maintenir à disposition des agents pour tous nouveaux travaux. Sa démission est finalement approuvée en échange d’une mission d’espionnage de trois ans en Uruguay et Argentine : il s’agit de l’opération Céleste (operación Celeste). Néanmoins, cette mission est un échec et elle retourne au Chili en octobre 1979. Entre 1979 et 1989, elle tente de vivre dans son pays mais les nombreuses sollicitations à comparaître de la part de l’Association des Familles de Détenus Disparus (Agrupación de Familiares de Detenidos Desaparecidos) l’obligent à se cacher, à changer de domicile puis, suite à la cessation du pouvoir de Pinochet, à quitter le pays pour l’Autriche en janvier 1991 après ses premières révélations devant les tribunaux de la Commission Nationale Vérité et Réconciliation (Comisión Nacional de Verdad y Reconciliación). Son retour en 1992, est médiatisé : bien que la police judiciaire recueille son témoignage en tant que victime, la société chilienne se refuse à l’accepter comme persécutée de la dictature de Pinochet. La publication en 1993 de son témoignage tente de revenir sur le rapport conflictuel qu’elle entretient avec son pays.

L’accès aux sources

  • 5 « Luz Arce a présenté un livre avec son histoire ». Sauf mention contraire, toutes les traductions (...)
  • 6 « Luz Arce a pleuré lors de la présentation de L'Enfer ».
  • 7 « La délatrice dans son enfer ».
  • 8 « El libro de la semana: El Infierno (Luz Arce) » (« Le livre de la semaine : L’Enfer (Luz Arce) ») (...)

5Lors de l’élaboration de ce sujet, il nous a fallu prendre contact avec la Biblioteca Nacional de Chile, qui nous a permis d’obtenir cinq recensions de la publication du témoignage, publiées entre novembre 1993 et février 1994. Par mesure de pertinence, l’analyse se centrera sur les trois principaux de ces cinq articles : l’article du journal La Época intitulé « Luz Arce presentó libro con su historia »5 et signé par Sonia Lira ; l’article du journal La Tercera dont le titre est « Luz Arce lloró al presentar El infierno »6 – ce second article n’est pas signé. Il est important de préciser que ces deux articles ont été publiés le 18 novembre 1993, soit le lendemain de la sortie du livre, dans deux des trois plus importants quotidiens du pays (le troisième, El Mercurio, d’orientation pinochétiste, ayant pour sa part ignoré l’événement). Enfin, l’article de Hernán Soto, publié dans le numéro 306 de la revue Punto Final, en date du 26 décembre 1993, intitulé « La delatora en su infierno7 ». Nous ferons allusion aux deux autres articles8, plus tardifs (datant de 1994), dans le courant de notre développement.

Entre uniformisation et prise de parole

Les journaux La Época et La Tercera

6Le mercredi 17 novembre 1993 est publié le livre d’Arce. Cette publication semble se situer au cœur des enjeux de l’espace politico-culturel de l’époque, du fait de son inscription dans le processus de mise en lumière de la période dictatoriale et dans cette volonté première de réconciliation. Elle donne lieu à une conférence de presse de l’auteure accompagnée de jésuites – le témoignage étant soutenu par l’Église catholique – ce qui permet à Luz Arce d’apparaître comme une convertie, pénitente de ses actes de collaboration. L’Église a œuvré pour la défense des Droits de l’Homme au Chili durant la dictature, au sein de l’institution Vicariat de la Solidarité (Vicaría de la Solidaridad), en aidant les victimes du régime pinochétiste ainsi qu’en contribuant à mettre en lumière les cas de disparitions. Elle incarne une forme de dialogue dans le chemin vers la réhabilitation d’Arce aux yeux du peuple chilien. Mais qu’en est-il de la réception médiatique de cette conférence de presse ?

7Les articles de La Época et La Tercera sont publiés sur la même page que d’autres affaires en lien avec la dictature : en l’occurrence, dans les deux cas, l’homicide du sénateur Jaime Guzmán, tué le 1er avril 1991 par des membres du Front Patriotique Manuel Rodríguez (FPMR – Frente Patriótico Manuel Rodríguez). Dans le journal la Tercera, il est aussi fait référence à celui de l’ex-ministre chilien Orlando Letelier, expulsé du pays en 1974 et assassiné aux États-Unis le 21 septembre 1976 dans l’explosion de sa voiture, attentat perpétré par Michael Townley, associé à la DINA. Nous constatons que la presse chilienne se fait écho de ces cas emblématiques de la répression.

  • 9 « L'auteure s'est montrée émue».
  • 10 « Luz Arce n'a pas pu contenir ses larmes. Quand elle s’est adressée à l'assemblée, sa voix s'est m (...)
  • 11 « En tout cas, Luz Arce a affirmé n'avoir pas cherché à travers l'écriture d’un mea culpa ».
  • 12 « Je ne cherche pas à faire un mea culpa et n'espère pas non plus le pardon des victimes ou de leur (...)

8Lors de la conférence de presse, l’évocation de l’émotion de l’auteure est omniprésente : « la autora se mostró emocionada »9 (La Época) ; ou encore le titre sans équivoque du second (« Luz Arce lloró al presentar El infierno »), renforcé par les deux premières phrases de l’article lui-même : « Luz Arce no pudo contener sus lágrimas. Cuando se dirigió a los presentes, su voz se quebró »10. Cette attitude conduit les journalistes à mettre en avant la question de la réconciliation, en évoquant le fait que l’auteure s’en défende : « en todo caso, Luz Arce afirmó que no buscó por medio de la escritura un mea culpa »11 (La Época) ; « ‘Yo no busco hacer un ’mea culpa’ ni tampoco espero el perdón de las víctimas o de sus familiares, porque eso depende de cada uno’, agregó en la ceremonia12 » (La Tercera).

9De plus, les articles publiés dans La Época et El Diario reprennent, tel un leitmotiv, l’idée de confession intime du récit rétrospectif d’Arce, en citant ces propos du prêtre José Luis de Miguel, dans le prologue du témoignage :

  • 13 « L'Enfer est une confession qui recherche conversion, catharsis, réconciliation, triomphe de la vé (...)

El infierno es una confesión que busca, además, conversión, catarsis, reconciliación, triunfo de la verdad. La verdad al desnudo, incluso en aquellos casos en que la verdad duele. O es vergonzante. O peligrosa, sobre todo para quien la vivió y la escribe13.

  • 14 Définition issue du Trésor de la Langue Française informatisé [en ligne] <atilf.atilf.fr (consulté (...)
  • 15 Arnaud, Martin (éd.). La mémoire et le pardon. Les commissions de la vérité et de la réconciliation (...)

10Cette idée de confession, dans le sens d’un « aveu devant témoin(s) privé(s) ou public(s) »14, marque d’autant plus l’inscription du récit de Luz Arce dans cette dynamique réconciliatrice. Les auteurs des articles publiés dans La Época et El Diario mettent sur un même plan la réconciliation et le pardon. Or, comme le développe Martin Arnaud, « dès lors qu’un intermédiaire se glisse entre la victime et le coupable, on peut parler d’amnistie, de politique de réconciliation, de tentative de réparation du tort causé, etc., mais pas de pardon15. ». Les intermédiaires étant, dans ce cas précis, les religieux présents lors de la conférence de presse ainsi que les médias par la diffusion journalistique de la publication, il ne s’agit pas d’une demande de pardon aux victimes et à leur famille puisque la confession a lieu dans le domaine public et ne s’inscrit pas dans un échange personnel victime / coupable.

  • 16 « Ya concretada la unión de las fuerzas contrarias a la dictadura, el programa y perfil de La Época(...)
  • 17 Otano, Rafael, « La venta de la Epoca : jaque al pluralismo », APSI, n°401, 1991, p. 15-19.

11La redondance du mea culpa ainsi que l’accent mis sur l’émotion ancrent les articles du 18 novembre 1993 dans cette volonté de non insistance sur le passé. On peut parler de silence institutionnalisé puisqu’une uniformisation du discours est opérée, qui se rallie à cette volonté de l’État chilien de réconciliation, bien que les journaux cités aient eu une orientation politique divergente sous la dictature : La Época ayant soutenu la démocratie lors du plébiscite de 198816 alors que La Tercera était partisane de l’idéologie pinochétiste. La proximité des deux articles s’explique en partie par le rachat, en 1991, de La Época par Copesa, société propriétaire de La Tercera, ce qui renforce l’uniformisation énonciative médiatique et enterre le pluralisme journalistique17. Comme le signale Guillermo Sunkel, dans son article « La prensa en la transición chilena » :

  • 18 « Pendant le processus transitionnel vers la démocratie, la presse reproduit l'agenda des élites po (...)

durante el proceso de transición a la democracia la prensa reproduce la agenda de las élites políticas pero no siempre en sintonía con las preocupaciones de la opinión pública. Esto significa que durante la transición la prensa ha operado en gran medida como caja de resonancia de la política18.

  • 19 Ibid, p. 164.
  • 20 Martin, op. cit., p. 143.

12Cela signifie qu’il s’agit d’une presse se revendiquant certes comme indépendante, mais « qui a un lien fort avec le champ politique »19 et, par conséquent, que la question de la mémoire ne peut être ici que secondaire par rapport aux enjeux sociaux de cette résurgence des traumatismes dictatoriaux. En effet, le témoignage d’Arce ne représente pas le discours post-conflictuel de l’État : malgré sa « tentative de réparation du tort causé »20, son statut principal reste celui de bourreau, ce qui s’oppose à la demande de réconciliation prônée par ce gouvernement qui dissocie réconciliation et justice. Le projet du président Patricio Aylwin était effectivement basé sur la réconciliation nationale. C’est pourquoi dès avril 1990, il créa la Commission Nationale Vérité et Réconciliation, plus connue sous le nom de la Commission Rettig (nom du président de la Commission, Raúl Rettig), dans le but de dévoiler les violations commises entre le 11 septembre 1973 et mars 1990, ainsi que de mettre au jour les victimes de la violence politique. Le rapport qui en découle, constitué de trois volumes, insiste sur la réconciliation dès le préambule :

  • 21 « Le 9 mai 1991, […] son Excellence le Président de la République a créé cette Commission Nationale (...)

El 9 de mayo de mil novecientos noventa, […] su Excelencia el Presidente de la República creó esta Comisión Nacional de Verdad y Reconciliación cuyo objeto ha sido contribuir al esclarecimiento global de la verdad sobre las más graves violaciones a los derechos humanos cometidas en los últimos años, con el fin de colaborar a la reconciliación de todos los chilenos21.

13Si cette idée d’harmonie nationale est au cœur du discours officiel, ne s’agit-il pas en réalité de faire table rase du passé en minimisant l’apport des voix dissidentes ? D’après Bernardo Toro, auteur de la préface de l’édition française de L’Enfer :

  • 22 Arce, Luz. L'Enfer, traduction française de Bernardo Toro, Paris, Éditions Les Petits Matins, 2013, (...)

En 1993 au moment où L’Enfer a été publié, un nombre considérable de procès sur la disparition des victimes de la dictature voyait le jour. Au lieu de satisfaire cette demande de justice, ce livre a été accueilli avec un grand embarras. En brouillant les frontières entre les victimes et les coupables, le témoignage de Luz Arce ne correspondait pas à l’indispensable délimitation des responsabilités voulue par la justice, délimitation d’autant plus nécessaire que la loi d’amnistie et l’impératif de réconciliation nationale préconisaient un repentir collectif, un pardon anonyme22.

14Par conséquent, la médiatisation du témoignage présentée aussi bien dans le journal La Época que dans La Tercera est orientée de façon à satisfaire la volonté du pouvoir politique et non pas de relayer les véritables implications d’un discours destiné à la société – société ayant besoin de connaître la vérité sur les crimes commis pendant dix-sept ans et de faire reconnaître les victimes de la dictature. Bien que la presse se fasse le porte-parole des faits, le manque de prise de position face aux normes transitionnelles marque son alignement sur le discours officiel. Notons d’ailleurs qu’il faudra attendre le rapport de la Commission Nationale sur l’emprisonnement politique et la torture (Commission Valech) qui, entre 2004 et 2011, s’est chargée de mettre au jour les cas de personnes victimes des prisons politiques et de la torture, ces dernières étant exclues du rapport Rettig, lequel investiguait exclusivement les cas de disparitions, exécutions, séquestrations, ayant pour issue la mort.

La revue Punto Final

  • 23 « Ce témoignage est un des rares […] qui racontent la répression de la dictature de Pinochet depuis (...)

15Arrêtons-nous maintenant sur l’article du 26 décembre 1993 publié dans la revue de gauche Punto Final. Le ton est dès la première phrase différent des autres articles : « Este testimonio es de los pocos […] que cuentan le represión de la dictadura de Pinochet desde adentro, desde el lado de los que la aplicaron »23. Publié plus d’un mois plus tard, l’article ne revient pas sur la conférence de presse, mais s’intéresse exclusivement au contenu du témoignage, en le commentant de manière critique et en portant un jugement analytique :

  • 24 « Curieusement rien n'est dit de la traque du PC, activité prioritaire des services d'intelligence (...)

Curiosamente nada dice de la cacería del PC, actividad prioritaria de los servicios de inteligencia a partir de 1976. El relato no entrega novedades que cambien las líneas centrales de lo ya conocido, pero sí que abunda en detalles que concuerdan con la información disponible24.

  • 25 « 'Ne regardons pas le passé, fixons les yeux sur le futur', disent politiques et militaires ».
  • 26 « L'Enfer est un coup de massue qui nous est imposé. On peut espérer que la barrière de l'impunité (...)
  • 27 « Luz Arce signale, par exemple, que le prêtre Raúl Hasbún visitait régulièrement le quartier génér (...)

16Par ailleurs, cet article diffère en globalité des articles du 18 novembre 1993 par le rejet du discours officiel. En effet, Hernán Soto critique l’attitude des entités au pouvoir : « No miremos el pasado, fijemos los ojos en el futuro, dicen políticos y militares »25, « El infierno es un golpe de lápida que nos ha impuesto. Puede esperarse que en algún momento derrumbe la barrera de la impunidad »26. D’une certaine manière, le journaliste remet en cause ce discours d’État, en évoquant des aspects troubles présents dans le témoignage de la chilienne, qui ne sont mentionnés par aucune autre source, comme l’ambivalence de certains membres de l’Église pendant la dictature (« Luz Arce señala, por ejemplo, que el sacerdote Raúl Hasbún visitaba con frecuencia el cuartel general de la DINA »)27, ou l’impunité des bourreaux. Si le discours mémoriel de Luz Arce ne coïncide pas avec le discours officiel proclamé par le gouvernement, c’est qu’il contient des références à des pans troubles de la dictature. L’article d’Hernán Soto imbrique la responsabilité de la collaboration de Luz Arce avec les sévices infligés par les agents de la DINA. Le regard porté ne se fait à aucun moment à travers le prisme de la réconciliation.

Presse généraliste et politique

  • 28 Coalition de plusieurs partis politiques chiliens de gauche, centre-gauche et centre.

17Le traitement de la publication du témoignage de Luz Arce n’est qu’un exemple de cette collusion entre la presse et l’État, mais il est révélateur de la volonté d’oubli du gouvernement de Concertación28. La vérité réconciliatrice présentée dans le rapport de la Commission Rettig a pour vocation de faire silence sur l’extrême répression de la dictature. Pour reprendre les termes de l’universitaire Fernando Camacho Padilla,

  • 29 « Les collaborateurs et sympathisants des dictatures militaires [de l'Argentine et du Chili] étaien (...)

los colaboradores y simpatizantes de las dictaduras militares [de Argentina y Chile] todavía eran numerosos y para llegar a une sociedad reconciliada, los respectivos gobiernos concluyeron que no se podía culpabilizar completamente de los hechos trágicos del pasado. Para poder convivir en sociedad se debían realizar ciertas concesiones, aunque a causa de esta decisión todavía continuaban siendo las víctimas las más perjudicadas y el bando represor el más beneficiado. […] Hasta hoy día, los informes de las Comisiones de Verdad entregan una versión oficial del pasado que ha logrado imponerse mayoritariamente en la vía pública, en los centros de estudios, y en los medios de comunicación29.

18La presse généraliste suit le mouvement de l’État, ayant négocié la Transition avec les Forces Armées, ce qui, dans le cas du Chili, tend à être un pacte de l’oubli, dans le but de préserver la paix émergente. Bien qu’attribuant des colonnes à des publications marginalisées, l’ultra-verbalisation n’a pas d’apport dans le travail de mémoire car, au final, tout devient anecdotique dans cette société ayant besoin avant tout de changement, de rupture nette avec la dictature mais aussi de reconnaissance des sévices subis. La presse généraliste de la Transition pour sa part s’enlise dans l’instrumentalisation des faits – notamment les affaires emblématiques de la dictature – puisqu’il n’y a pas de prise de distance critique. Finalement,

  • 30 « Le gouvernement de la Concertation a échoué dans l'identification des restes de nombreux disparus (...)

el gobierno de la Concertación fracasó en la identificación de los restos de muchos de los desaparecidos ; no logró satisfacer a muchas de las víctimas, traer a los estrados judiciales a los culpables (incluyendo a Pinochet) o forjar la reconcilicación entre víctimas y victimarios30.

19L’échec auquel fait référence Paul Drake souligne la difficulté de l’État à faire face à son passé, notamment en tentant de concilier les différentes attentes des entités impliquées dans la transition démocratique – les Forces Armées, la société divisée, les victimes. Cette politique du consensus se retrouve ainsi dans la presse chilienne de la transition.

20L’imbrication des médias à la politique oblige en effet à :

  • 31 « Légitimer les bases institutionnelles de la démocratie comme le système étant le plus à même de r (...)

legitimar la institucionalidad democrática como el sistema que mejor permite resolver los grandes conflictos nacionales. Implica también legitimar las nuevas instituciones democráticas (por ejemplo, el parlamento), los principios (por ejemplo, la autonomía de los poderes de Estado), los mecanismos y los actores del sistema político31.

21Le cadre d’intervention des articles autour d’aspects de la dictature, comme la publication du témoignage de Luz Arce, sont de manière plus ou moins implicite, contrôlées par l’État qui oriente nécessairement le contenu des articles, en lui imposant le silence gouvernemental.

Conclusion

22Au fil des années de Transition, la presse généraliste se voit obligée de changer cette ligne éditoriale pour rester compétitive sur le marché, aux côtés de journaux ou de revues revendiquant leur opposition au discours officiel, comme c’est le cas avec la revue Punto Final. Cette revue adopte en effet un ton revendicateur face à la politique transitionnelle car elle a subi les conséquences directes de l’arrivée au pouvoir de Pinochet : elle s’est vue saisie puis interdite de publication dès septembre 1973 puis s’est reformée dans l’exil dans les années 80 avant de faire son retour dans les kiosques chiliens en 1989, soit après le Plébiscite perdu par le camp pinochétiste. Dans le cas de La Época, ce journal « ha intentado readecuarse a las nuevas cirscunstancias, desarrollando ’atributos de diferenciación no políticos’ para conseguir un nuevo tipo de posicionamiento en el mercado »32. Effectivement, « son discours se centrait plus sur la classe politique que sur les bases sociales33 ». Il y a dans ce cas une distanciation vis-à-vis de la précédente ligne éditoriale, entraînée par une chute des ventes, afin de pouvoir attirer à nouveau le lectorat. Ce changement peut en partie s’expliquer par l’orientation de cette presse généraliste, qui, à un moment donné, a consolidé directement le régime de Pinochet ou indirectement en mettant sous silence les crimes commis. Malgré l’insistance de la presse sur l’aspect réconciliateur prôné par l’État, la médiatisation journalistique d’événements de la dictature ne reflète pas les demandes sociales. En effet, la récupération de la mémoire du pays passe, dans cette presse généraliste, par des cas emblématiques (l’affaire Letelier) ou particuliers (la collaboration féminine), en omettant les situations les plus problématiques, c’est-à-dire les nombreuses revendications des personnes persécutées de la dictature ainsi que la mise en lumière des cas de détenus disparus. Paul Drake insiste d’ailleurs sur le fait que,

  • 34 « La majeure partie des médias chiliens n’ont pas contribué et ne contribuent pas à une vision plus (...)

La mayoría de los medios de comunicación chilenos no han contribuido ni contribuyen a una visión más transparente de la realidad de los ciudadanos. Lo que siguen mostrando es lo de siempre : su punto de vista en la confrontación de intereses de los grupos que los sustentan y no de la explicación informativa. […] Los medios están absolutamente controlados por entes superiores no periodísticos, llámense grupos económicos, grupos políticos, Estado o Iglesia. Ningún director de medio, ni mucho menos un periodista, tiene autonomía suficiente para informar34.

23Par conséquent, la presse généraliste de la Transition ne peut pas être considérée comme un véritable acteur de la médiation autour des questions post-conflictuelles et mémorielles puisqu’elle ne parvient pas à consolider la cohésion politico-sociale. Malgré la verbalisation de la réconciliation nationale, elle ne reconnaît pas la gravité des actes commis sous la dictature à l’encontre de la société civile.

Haut de page

Bibliographie

Arce, Luz. El infierno, Santiago de Chili, Planeta, 1993, 397 p.

Arce, Luz, L’Enfer, traduction française de Bernardo Toro, Paris, Éditions Les Petits Matins, 2013, 564 p.

Arnaud, Martin (éd.). La mémoire et le pardon. Les commissions de la vérité et de la réconciliation en Amérique Latine, Paris, L’Harmattan, collection « Pouvoirs comparés », 2009, 270 p.

Camacho Padilla, Fernando. « La construcción histórica de la represión de Argentina y Chile : las Comisiones de la Verdad como instrumentos de la narración oficial », in Hib, Revista de Historia Iberoamericana, vol 7, n° 1, 2014, p. 35-74.

Camus, María Eugenia et Contreras, Marcela. « El Guatón Romo y el Fanta : un año después. Los chivos expiatorios », APSI, n° 467, 1994, p. 21-24.

Comisión Nacional de Verdad y Reconciliación. Informe de la Comisión Nacional de Verdad y Reconciliación, 1991, 3 vol. 

Cruz, María Angélica. Iglesia, represión y memoria. El caso chileno, prólogo de Paul W Drake, Madrid, Siglo XXI de España editores / Social Science Research Council, 2004, 171 p.

Drake, Paul W. et Jaksic, Ivan. El modelo chileno : democracia y desarrollo en los noventa, Santiago de Chili, Lom Ediciones, 1999, 535 p.

Otano, Rafael. « Cuestionada política comunicacional del gobierno. La venta de la Época : jaque al pluralismo », APSI, n° 401, 1991), p. 15-19.

Sunkel, Guillermo. « La prensa en la transición chilena », in Carlos H. Filgueira, Dieter Nohlen (éd.), Prensa y transición democrática. Experiencias recientes en Europa y América Latina, Frankfurt am Main, Madrid, Vervuert, Iberoamericana, 1994, p. 160-177.

« La Época. Periodismo de oposición (1976-1989) », in Biblioteca Nacional de Chile, Memoria Chilena, [en ligne], <memoriachilena.cl/602/w3-article-96761.html> (consulté

Haut de page

Notes

1 L'Enfer. La traduction française, de Bernardo Toro a été publiée en 2013 aux Éditions Les Petits Matins.

2 Membre du Groupe des Amis Personnels de Salvador Allende (Grupo de Amigos Personales - GAP), garde rapprochée de l'ancien président, dirigeante du Groupe Spécial de Soutien (Grupos Especiales de Apoyo – GEA), chargé de créer une école de cadres.

3 Pour plus de détails, consulter le chapitre 6 de son récit de témoignage, « Hospital militar (Hosmil) » (« Hôpital militaire (Hosmil) »), pages 65 à 76.

4 Marcia Alejandra Merino a aussi publié un récit de témoignage en 1993, Mi verdad: Más allá del horror, yo acuso, qui revient sur son expérience depuis son arrestation jusqu'à son exil sur l'Île de Pâques, où elle vit encore actuellement.

5 « Luz Arce a présenté un livre avec son histoire ». Sauf mention contraire, toutes les traductions sont celles de l’auteure.

6 « Luz Arce a pleuré lors de la présentation de L'Enfer ».

7 « La délatrice dans son enfer ».

8 « El libro de la semana: El Infierno (Luz Arce) » (« Le livre de la semaine : L’Enfer (Luz Arce) »), Silvia Rodríguez B., El Trueno Telea, rubrique « Culture », 09 janvier 1994 ; « Luz Arce conoció El Infierno » (Luz Arce a connu L’Enfer »), El Diario, 21 février 1994 (cet article n’est pas signé).

9 « L'auteure s'est montrée émue».

10 « Luz Arce n'a pas pu contenir ses larmes. Quand elle s’est adressée à l'assemblée, sa voix s'est mise à trembler ».

11 « En tout cas, Luz Arce a affirmé n'avoir pas cherché à travers l'écriture d’un mea culpa ».

12 « Je ne cherche pas à faire un mea culpa et n'espère pas non plus le pardon des victimes ou de leur famille, car cela dépend de chacun', a-t-elle ajouté lors de la cérémonie. »

13 « L'Enfer est une confession qui recherche conversion, catharsis, réconciliation, triomphe de la vérité. La vérité mise à nue, même dans ces cas où la vérité fait mal. Ou est honteuse. Ou dangereuse, surtout pour celui qui l'a vécue et qui l'écrit. », Arce, Luz. El infierno, Santiago de Chili, Planeta, 1993, p. 15.

14 Définition issue du Trésor de la Langue Française informatisé [en ligne] <atilf.atilf.fr> (consulté le 11 juin 16).

15 Arnaud, Martin (éd.). La mémoire et le pardon. Les commissions de la vérité et de la réconciliation en Amérique Latine, Paris, L’Harmattan, collection « Pouvoirs comparés », 2009, p. 142-143.

16 « Ya concretada la unión de las fuerzas contrarias a la dictadura, el programa y perfil de La Época se definieron por la lucha a favor de la democracia y por su adhesión al programa de la coalición opositora con miras al plebiscito de 1988 » (« Une fois concrétisée l'union des forces opposées à la dictature, le programme et le profil de la Época se définirent par la lutte en faveur de la démocratie et par son adhésion au programme de coalition contre Pinochet en vue du plébiscite de 1988 »), in « La Época. Periodismo de oposición (1976-1989) », Biblioteca Nacional de Chile, Memoria Chilena, [en ligne], <memoriachilena.cl/602/w3-article-96761.html> (consulté le 26 janvier 2016).

17 Otano, Rafael, « La venta de la Epoca : jaque al pluralismo », APSI, n°401, 1991, p. 15-19.

18 « Pendant le processus transitionnel vers la démocratie, la presse reproduit l'agenda des élites politiques, mais pas toujours en accord avec les préoccupations de l'opinion publique. Cela signifie que pendant la transition la presse a opéré en grande partie comme caisse de résonance de la politique », Sunkel, Guillermo. « La prensa en la transición chilena », in Carlos H. Filgueira, Dieter Nohlen (éd.) Prensa y transición democrática. Experiencias recientes en Europa y América Latina, Frankfurt am Main, Madrid, Vervuert, Iberoamericana, 1994, p. 163.

19 Ibid, p. 164.

20 Martin, op. cit., p. 143.

21 « Le 9 mai 1991, […] son Excellence le Président de la République a créé cette Commission Nationale Vérité et Réconciliation dont l'objectif a été de contribuer à l'éclaircissement global de la vérité sur les plus graves violations des droits de l'Homme commises ces dernières années, avec pour but de collaborer à la réconciliation de tous les chiliens », Informe de la Comisión Nacional de Verdad y Reconciliación, tome 1, p. 1 / Rapport de la Commission Nationale Vérité y Réconciliation, tome 1, p. 1.

22 Arce, Luz. L'Enfer, traduction française de Bernardo Toro, Paris, Éditions Les Petits Matins, 2013, p. 16.

23 « Ce témoignage est un des rares […] qui racontent la répression de la dictature de Pinochet depuis l'intérieur, depuis le camp de ceux qui l'ont appliquée ».

24 « Curieusement rien n'est dit de la traque du PC, activité prioritaire des services d'intelligence à partir de 1976. Le récit ne livre pas de nouveautés modifiant les aspects déjà connus, mais il abonde en détails concordant avec l'information disponible ».

25 « 'Ne regardons pas le passé, fixons les yeux sur le futur', disent politiques et militaires ».

26 « L'Enfer est un coup de massue qui nous est imposé. On peut espérer que la barrière de l'impunité finisse par tomber ».

27 « Luz Arce signale, par exemple, que le prêtre Raúl Hasbún visitait régulièrement le quartier général de la DINA ».

28 Coalition de plusieurs partis politiques chiliens de gauche, centre-gauche et centre.

29 « Les collaborateurs et sympathisants des dictatures militaires [de l'Argentine et du Chili] étaient encore très nombreux et pour parvenir à une société réconciliée, les gouvernements respectifs ont conclu qu'il n'était pas possible de blâmer complètement les faits tragiques du passé. La cohabitation en société passait par certaines concessions, bien qu'à cause de cette décision les victimes aient continué à être les plus lésées et le camp oppresseur celui qui en profitait le plus. […] Jusqu'à aujourd'hui, les rapports des Commissions de Vérité livrent une version officielle du passé qui a réussi à s'imposer majoritairement dans les espaces publics, les centres d'études, et les moyens de communication », Camacho Padilla, Fernando. « La construcción histórica de la represión de Argentina y Chile: las Comisiones de la Verdad como instrumentos de la narración oficial », in Hib, Revista de Historia Iberoamericana, vol. 7, n° 1, 2014, p. 41.

30 « Le gouvernement de la Concertation a échoué dans l'identification des restes de nombreux disparus ; il n'a pas réussi à satisfaire de nombreuses victimes, à amener devant la justice les coupables (Pinochet y compris) ou à forger la réconciliation entre victimes et tortionnaires », Cruz, María Angélica. Iglesia, represión y memoria. El caso chileno, prologue de Paul W Drake, Madrid, Siglo XXI de España editores / Social Science Research Council, 2004, p. XV.

31 « Légitimer les bases institutionnelles de la démocratie comme le système étant le plus à même de résoudre les grands conflits nationaux. Cela implique aussi de légitimer les nouvelles institutions démocratiques (par exemple, le parlement), les principes (par exemple, l'autonomie des pouvoirs d’État), les mécanismes et acteurs du système politique », Sunkel, op. cit., p. 173.

32 « Ce journal a tenté de se réadapter aux nouvelles circonstances, en développant des « attributs de différenciation non-politiques » pour réussir un nouveau type de positionnement sur le marché », Sunkel, op. cit., p. 176.

33 [en ligne] <memoriachilena.cl/602/w3-article-96761.html> (consulté le 26 janvier 2016)

34 « La majeure partie des médias chiliens n’ont pas contribué et ne contribuent pas à une vision plus transparente de la réalité des citoyens. Ce qu’ils continuent de montrer est ce qui a toujours été : leur point de vue dans la confrontation des intérêts des groupes qui les soutiennent et non de l’explication d’information. Les médias sont absolument contrôlés par des organismes supérieurs non journalistiques, qu’il s’agisse de groupes économiques, groupes politiques, État ou Église. Aucun directeur de médias, et encore moins un journaliste, n’a l’autonomie suffisante pour informer », Drake, Paul W. et Jaksic, Ivan. El modelo chileno: democracia y desarrollo en los noventa, Santiago de Chili, Lom Ediciones, 1999, p. 517.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samya DAHECH, « La presse chilienne de la Transition : le silence institutionnalisé. Réflexion autour du livre-témoignage de Luz Arce », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 18 | 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/2635 ; DOI : 10.4000/mimmoc.2635

Haut de page

Auteur

Samya DAHECH

Université François-Rabelais de Tours, Laboratoire Interactions Culturelles et Discursives
Samya Dahech, doctorante à l’Université François-Rabelais de Tours, prépare sa thèse, intitulée « Mémoires de dictatures : la répression de genre en Espagne et au Chili. Visions d’écrivains : le passage entre réalité et fiction » sous la direction de Mónica Zapata. Ses recherches portent sur la question de la patrimonialisation de l’objet littéraire dans le contexte de résurgence du passé dictatorial des États espagnol et chilien depuis le début des années 2000. Ses travaux de recherches précédents abordent la littérature de l’échec des femmes républicaines espagnoles ainsi que, toujours en littérature espagnole et latino-américaine, la question de la crise identitaire féminine dans un contexte de soumission patriarcale.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page