Navigation – Plan du site
Civilisation

Nation allemande et stratégie migratoire de la République fédérale d’Allemagne : paradoxe identitaire

Gwénola Sebaux

Entrées d’index

Mots-clés :

immigration, nationalité

Aires géographiques :

Allemagne
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Herwig Birg, « Einwanderung könnte ein neues Kulturkampf-Thema werden », Die Welt, 3-IX-1998.
  • 2 Nous optons délibérément pour le maintien du terme allemand, considérant qu’aucune traduction franç (...)
  • 3 Voir l’analyse d’Étienne François lors de l’inauguration de l’exposition permanente du Musée histor (...)

1Dans le courant du XXème siècle, l’Allemagne est devenue – ou redevenue ? –  à son insu pays d’immigration, après avoir été tout au long du XIXème siècle pays d’émigration1. Le vieux principe du droit du sang, réaffirmé à la naissance de la République fédérale en 1949, s’est ainsi avéré de plus en plus paradoxal : le droit allemand a persisté pendant cinquante ans à refuser ou, au moins, à compliquer l’accès à la nationalité allemande à une population « étrangère », qui ne l’est plus depuis deux générations, car socialement bien intégrée et, en ce sens, véritablement allemande. Les Aussiedler2, quant à eux, sont juridiquement allemands, mais socialement fort différents des Allemands natifs de RFA et, aujourd’hui encore, loin d’être intégrés. Ainsi la Constitution allemande a-t-elle continué de favoriser, selon une tradition simplement séculaire, la cohésion communautaire au-delà des frontières, tout en empêchant juridiquement la fusion de la population étrangère définitivement établie avec la communauté allemande. Paradoxe d’une Allemagne qui a banni de son vocabulaire le concept de « nation », trop lourd à porter, et qui poursuit obstinément, depuis plus de cinq décennies, une politique de rapatriement massif de ses lointains émigrés, précisément sur la base de l’appartenance ethnique à la nation allemande… Toutefois la RFA a, ces dernières années, infléchi sa politique. Le nouveau Code de la nationalité, en vigueur depuis le 1er janvier 2000, et la Loi sur l’immigration (Zuwanderungsgesetz), instaurée en janvier 2005, traduisent un changement de paradigme dans sa stratégie migratoire. Il n’est pas anodin que tous deux interviennent dans une Allemagne qui, forte de ses institutions démocratiques ancrées dans l’Europe, redécouvre aujourd’hui la légitimité du concept de nation, et d’identité nationale3.

2Nous nous proposons ici d’apporter un éclairage sur la conception, l’application et l’évolution du droit allemand de la nationalité dans la seconde moitié du XXème siècle et jusqu’à aujourd’hui, par l’exemple spécifique de l’accueil des Allemands d’Europe centre orientale (Pologne, Roumanie) et d’Asie (URSS, puis ses États successeurs, notamment Fédération russe et Kazakhstan). La réflexion s’articulera autour de deux volets : d’abord le statut d’Allemand des Aussiedler, ensuite l’évolution de ce statut au tournant du XXIème siècle dans une Allemagne aux nationalités plurielles.

I. Le statut d’Allemand au sens de la Loi fondamentale

  • 4 Précisément : 4489629 (Spät)Aussiedler de 1950 à 2006. Chiffres du Bundesverwaltungsamt, http://bva (...)

3La grande migration d’Est en Ouest des Aussiedler dans les cinq dernières décennies du XXème siècle, qui se poursuit à flux désormais réduit dans la première décennie du XXIème siècle, correspond à une véritable décolonisation germanique de l’Europe centrale et orientale ou sud-orientale. La colonisation de ces régions s’était inscrite dans un contexte historique universel : mouvements de population dans un monde médiéval où les peuples n’étaient pas encore constitués en États, plus tard conquêtes territoriales : notamment celles des Habsbourg et des tsars de Russie dans l’Empire Ottoman au XVIIIème siècle ; puis vent colonisateur au XIXème siècle des deux côtés de l’Atlantique. La décolonisation n’est pas davantage limitée à la seule Europe et aux territoires allemands. C’est un mouvement généralisé qui touche toutes les colonies à l’issue de la Seconde Guerre mondiale, avec l’effondrement des grands empires coloniaux. Les puissances européennes abandonnent successivement leurs positions coloniales en Asie : en Inde, à Ceylan (futur Sri Lanka) et en Birmanie, mais aussi en Indonésie, Malaisie et Indochine. En Afrique, la décolonisation est particulièrement brutale – c’est vrai de l’Algérie pour la France, mais aussi de la Rhodésie et du Kenya pour les colonies britanniques en Afrique du sud. Cependant, la décolonisation (l’un des sens du terme Aussiedlung) des terres allemandes d’Europe orientale après la guerre est un cas particulier à plus d’un titre. Sa principale spécificité réside dans son caractère étonnamment prolongé. De 1945 à 1950, l’Allemagne divisée a d’abord recueilli douze millions de réfugiés allemands des régions orientales (l’Allemagne occidentale en accueille huit millions, l’Allemagne orientale quatre millions). De 1950 à 2006, la République fédérale rapatrie ou recueille près de quatre millions et demi d’Aussiedler (Spätaussiedler depuis 1992)4. Il s’agit d’émigrés de souche allemande ou, plus justement, de nationalité ou d’appartenance allemande en provenance d’Europe orientale et sud-orientale et d’Union Soviétique, puis de ses États successeurs. Sur quelles bases juridiques se fonde une émigration de telle ampleur ?

4Le droit allemand de la nationalité, dans toutes ses subtilités, fournit une partie de la réponse. Pour des raisons historiques, il est plus complexe que celui de la France. La loi allemande édictée en 1949, dite Loi fondamentale, présente à cet égard une singularité qui est le fondement de l’émigration des Aussiedler. Dans son article 116, elle « dualise » en effet le concept d’Allemand selon la nationalité (Staatsangehörigkeit) et/ou l’appartenance (Volkszugehörigkeit) à la communauté allemande. L’article 116.1 formule cette dualité de l’identité d’Allemand en ces termes :

  • 5 Gesetz über die Angelegenheiten der Vertriebenen und Flüchtlinge (BGBI IS 829). Au sujet des fronti (...)

Est allemand au sens de cette Loi fondamentale […] celui qui possède la nationalité allemande ou qui, en temps que réfugié ou expulsé d’appartenance ethnique allemande ou en tant que conjoint(e) ou descendant(e) de celui-ci, a trouvé asile sur le territoire de l’Empire allemand dans ses frontières du 31 décembre 19375.

  • 6 Karl Dietrich Erdmann, in Peter Rassow, Histoire de l’Allemagne des origines à nos jours, Horwarth, (...)
  • 7 Alain Dieckhoff, La nation dans tous ses états. Les identités nationales en mouvement, Flammarion, (...)
  • 8 C. Graf von Krockow, in Heimat. Analysen, Themen, Perspektiven, vol. 294/1, Bonn, 1990, p. 64.

5Ainsi, l’appartenance ethnique conditionne la qualité « d’Allemand national » en République fédérale d’Allemagne, héritière d’une entité nationale qui fut longtemps hétérogène et à géométrie variable, avant l’unification tardive de 18716. Cette dimension ethnoculturelle est au cœur de la problématique des Aussiedler, ces Allemands ethniques (Volksdeutsche) en vertu d’une « germanité transnationale »7. La législation allemande intègre une composante affective d’autant plus marquée que l’appartenance dont il s’agit ici est à double entrée : cela traduit à la fois la volonté de l’État de revendiquer comme ses enfants tous les membres de la nation allemande (entendue comme grande famille d’un peuple), et leur propre attachement conscient à cette famille ethnique. En revanche, la littérature allemande, ou le discours politique se méfient – au moins jusqu’à une période très récente – du terme nation à cause de sa résonance étrangère qui renvoie surtout à la nation voisine française. Un embarras fort bien exprimé en ces termes par Christian von Krockow : « Les Allemands ne considèrent jamais leur identité avec assurance et sans équivoque, mais avec une perplexité qui n’en finit pas8. »

6Une définition de ce qu’il faut entendre par la notion d’appartenance dans le contexte de la loi sur la nationalité a été clairement établie dans la loi du 19 mai 1953, qui régissait les questions relatives aux réfugiés et expulsés (Gesetz über die Angelegenheiten der Vertriebenen und Flüchtlinge, dite BVFG). Elle venait compléter l’article 116 et visait à intégrer les « nouveaux Allemands » (Neubürger) dans la société allemande d’après-guerre. Face à un événement historique inédit, le législateur promulgait une loi exceptionnelle pour conférer aux millions d’expulsés le même statut juridique et civique que celui des nationaux allemands. Juridiquement, cette fusion identitaire nationale s’appuyait sur une tradition historique, le droit du sang – jus sanguinis.

  • 9 Gesetz über die Angelegenheiten der Vertriebenen und Flüchtlinge (BGBI IS 829).

7Dans sa version de décembre 1992, la nouvelle loi9, entrée en vigueur le 2 juin 1993, reprenait et complétait l’article 116 de 1949 dans les termes suivants :

  • 10 « Deutscher Volkszugehöriger im Sinne des Gesetzes ist, wer sich in seiner Heimat zum deutschen Vol (...)

Est d’appartenance allemande au sens de cette loi celui qui a affirmé sa germanité dans son pays natal, dans la mesure où certaines caractéristiques telles que l’ascendance, la langue, l’éducation et la culture viennent confirmer cette allégeance10.

8On note d’emblée deux termes qui posent question en français : d’abord la « germanité » (Deutschtum), expression symptomatique de la tonalité décidément affective, censée déterminer la qualité d’Allemand (soit : l’esprit allemand, le fait d’être allemand, le « germanisme » ou ce que l’on aurait, au XIXe siècle encore, qualifié sans état d’âme de patriotisme). Ensuite l’allégeance (Bekenntnis), véritable profession de foi soulignée par le législateur. Parmi les critères – objectifs ou subjectifs – censés corroborer la germanité, l’élément déterminant pour le législateur de la dernière décennie du XXème siècle, demeure incontestablement l’ascendance, citée en tout premier :

Celui qui est né après le 31 décembre 1923 est d’appartenance allemande si :
il descend d’un national allemand ou d’un Allemand ethnique,
ses parents, l’un de ses parents ou d’autres membres de sa famille lui ont légué certains signes distinctifs tels la langue, l’éducation ou la culture,
il se déclare de nationalité allemande avant de quitter les régions d’émigration, ou s’il a affirmé d’une autre manière son attachement à ce qui est germanique ou s’il possédait déjà la nationalité allemande en vertu du droit en vigueur dans son pays d’origine.

  • 11 « Deutscher ist, wer die Staatsangehörigkeit in einem Bundesstaat oder die unmittelbare Reichsangeh (...)
  • 12 Wolfgang Benz, Legenden, Lügen, Vorurteile [1992], Munich, Deutscher Taschenbuchverlag, 1994, p. 20 (...)
  • 13 Entre 1800 et 1930, près de sept millions d’Allemands ont émigré, pour la plupart outre-mer – souve (...)
  • 14 Alexander Scharff, in P. Rassow, op. cit., p. 480.
  • 15 Aimé Boniface, Horsta Krum, Les Huguenots à Berlin et en Brandebourg, Paris, Les Éditions de Paris, (...)

9Il est manifeste que la condition préalable au statut d’Allemand reste l’ascendance (Abstammung), soit en droit international le jus sanguinis, la filiation. Les autres critères sont secondaires, puisque conditionnés par celui-ci. Ils ont surtout vocation à étayer l’appartenance ethnique. La loi de 1992 reprend ainsi le concept de 1949, lui-même directement emprunté à la loi de 1913 (Reichs-und Staatsangehörigkeitsgesetz)11. La grande particularité du nouveau code de la nationalité wilhelmien résidait dans la possibilité offerte aux nationaux émigrés de conserver définitivement leur nationalité allemande à l’étranger, et même de la transmettre à leurs descendants. Ainsi les « Allemands de l’étranger » se trouvaient-ils délibérément avantagés par rapport aux immigrés étrangers pourtant solidement établis dans l’empire de Guillaume II. On a ainsi pu dire, à juste titre, de cette nouvelle appréhension de la nationalité qu’elle marquait la « nationalisation, et même l’ethnicisation de la citoyenneté allemande. » (Brubaker, 1997). Ce concept de l’ascendance, ou droit du sang, sera, vingt ans plus tard, repris et poussé à l’extrême par l’idéologie nationale-socialiste12. Toutefois, il existe bel et bien un précédent à cette disposition ethnique. En 1842 avait été en effet promulguée dans le royaume de Prusse la « Loi sur l’acquisition et la perte de la qualité de sujet prussien ». Le principe retenu posait la filiation comme possibilité pour un enfant de Prussien né à l’étranger d’acquérir la qualité de sujet prussien par la naissance. La loi, qui s’inscrivait dans un contexte de très forte émigration allemande, visait manifestement à maintenir la cohésion identitaire nationale en dépit – ou au-delà – de l’émigration, au point de légaliser la transmission de la nationalité allemande aux descendants des nationaux émigrés13. Les bénéficiaires potentiels étaient fort nombreux, si l’on en croit les chiffres retenus pour la période de 1840 à 1850 : entre 60000 et 100000 émigrants par an (notamment vers l’Amérique du nord)14. Si le nouveau code de nationalité répondait à un nouveau contexte socio-démographique, il n’en rompait pas moins avec la tradition. Jusqu’ici, en effet, la condition d’accès à la qualité de Prussien dépendait très simplement de la naissance ou de la résidence en Prusse. Tout à fait en phase avec le nationalisme romantique (la résonance des Discours à la nation de Fichte, la vision hégelienne de la nation comme une grande famille unie autour d’une langue et de traditions communes) cette nouvelle conception ethnoculturelle de la nationalité sera dès lors maintenue et reprise en 1870 par le roi de Prusse, Guillaume Ier, selon les mêmes critères d’appartenance ethnique. Cette politique de la nationalité tranche pourtant avec la conception très ouverte qui prévalait encore au XVIIIème siècle en Prusse, alors que Frédéric II favorisait au contraire la colonisation du Royaume dans un climat d’extrême tolérance religieuse. Les nouvelles lois ethniques de 1842, 1870, 1913 et même 1949, étaient d’ailleurs tout aussi éloignées de l’esprit d’ouverture propre au XVIIème siècle, où la Prusse du Grand-Electeur Frédéric-Guillaume accueillait dans la communauté allemande de Berlin ou du Brandebourg les protestants français (Édit de Potsdam de 1685)15.

  • 16 Willi Paul Adams, Peter Lösche (Ed.), Länderbericht USA [3e éd.], vol. 357, Bonn, 1998, p. 109.
  • 17 Selon A. Scharff les Allemands représentaient de 1820 à 1890 environ 30% de l’émigration totale aux (...)

10Au XXème siècle toutefois, le droit du sang se voit redéfini et surtout, précisé, dans le cadre de l’accueil des Aussiedler. La population concernée émigre des régions d’Europe centrale (la Pologne) ou sud-orientale (la Roumanie) et encore de la Fédération russe, de l’Ukraine, du Kazakhstan ou du Kirghizistan. Qu’en est-il alors de leurs « cousins » d’Amérique ? La loi de 1842 les incluait visiblement dans la nouvelle interprétation de la nationalité allemande, l’État prussien n’entendait pas, semble-t-il, perdre ses colons du Nouveau Monde. La loi avait en fait été surtout conçue pour eux. Or les descendants des « Amerika-Deutschen » des XVIIIème et XIXème siècles n’existent plus en tant que groupe ethnoculturel. Il y a bien longtemps que les Germano-Américains sont devenus des Américains d’origine allemande. L’assimilation était accomplie dès le début du XXème siècle et, au plus tard, lorsqu’éclata la Première Guerre mondiale16. Leur allégeance à la germanité se borne aujourd’hui à une certaine nostalgie du retour aux sources. L’allemand n’a du reste été introduit comme langue officielle dans aucun des États-Unis d’Amérique. Bien que les Allemands aient longtemps constitué le groupe numérique le plus important parmi les émigrés non britanniques, ils ne se sont jamais constitués en parti politique spécifiquement allemand aux États-Unis17. En revanche, une autre catégorie de Germano-Américains est, elle, parfaitement consciente de ses origines allemandes. Les descendants des colons allemands des pays d’Amérique du sud, politiquement plus instables, se sont bel et bien manifestés auprès du gouvernement de la République fédérale d’Allemagne, à la fin des années quatre-vingt-dix, pour faire valoir leur droit au retour. Eux aussi se déclaraient désireux de « vivre en Allemands parmi les Allemands », dans un pays où les descendants de ceux qui choisirent, jadis, de rester, ont bien souvent une situation plus enviable que les descendants de ceux que la misère poussa à traverser l’Atlantique ! Or les lois qui réglementent l’émigration et l’accueil des Aussiedler ne s’appliquent pas aux Allemands d’Argentine ou du Brésil, pour une raison simple. Pour se voir reconnaître le statut d’Aussiedler, il ne suffit pas d’être le descendant d’un lointain émigrant allemand, ni même de prouver son allégeance à la germanité. Au-delà de ces critères ethno-culturels, une condition essentielle est d’habiter les régions de déportation d’Europe de l’Est, d’y avoir partagé le destin des populations allemandes après la Seconde Guerre mondiale (Kriegsfolgenschicksal). Cette interprétation juridique, qui permet de circonscrire juridiquement l’émigration, est très intéressante. C’est la preuve que le critère retenu n’est pas exclusivement celui de l’ascendance, même s’il est essentiel. Le droit du sang a donc ses limites, et c’est sans doute heureux pour la République fédérale, qui aurait alors dû faire face à des problèmes autrement plus importants que ceux que lui posent déjà l’accueil et l’intégration des Allemands de Russie, de Pologne ou de Roumanie !

  • 18 L’Office fédéral des statistiques recense 7289000 d’étrangers pour l’année 2005. (Statistisches Bun (...)
  • 19 Harald Schumacher, Einwanderungsland BRD [3e éd.], Düsseldorf, Zebulon, 1995, p. 71-75.
  • 20 Jürgen Haberland, Eingliederung von Aussiedlern, Leverkusen, Heggen, 1991, p. 21.
  • 21 Yves Lacoste, « Les territoires de la nation », in Herodote N° 62/85 F, p. 9 ; R. Münz, W. Seifert, (...)
  • 22 Erich Röper, « Die doppelte Staatsangehörigkeit als traditionelles Rechtsinstitut », Das Parlament,(...)

11Il n’empêche que la Constitution allemande, en favorisant le retour des Aussiedler grâce au maintien d’une législation en faveur de ses Auslandsdeutsche d’Europe orientale a, pendant cinquante ans, nettement privilégié sa conception de cohésion ethnique, à l’exclusion de sa population étrangère – soit plus de sept millions d’âmes18 ! Cette exclusion aurait peut-être été moins choquante si les Aussiedler, avec la chute du Rideau de fer et l’effondrement du communisme, n’étaient pas entrés dans l’histoire allemande19. Le gouvernement, pour sa part, s’est toujours défendu de pratiquer une politique ethnique (Volkstumpolitik)20. La littérature – en Allemagne même et à l’étranger – sur cette stratégie inclusive/exclusive du droit allemand est tellement abondante qu’on ne peut que souligner le fait sans l’exposer en détail ici21. Mais si l’on considère toutes les facettes du code de la nationalité wilhelmien, force est de constater que la pratique de la nationalité de la République fédérale est finalement restée pendant cinquante ans moins souple que celle de 1913 : cette dernière prévoyait et acceptait en effet de nombreux cas de double nationalité. C’était le cas d’enfants nés de père allemand qui conservaient néanmoins la nationalité d’origine de leur mère, ou d’étrangères qui, par leur mariage, acquéraient la nationalité allemande sans perdre pour autant leur nationalité d’origine, mais aussi – c’est là une différence essentielle – des étrangers, pour qui la naturalisation n’entraînait pas la perte de leur nationalité initiale. Or la naturalisation était automatique dans bien des cas, notamment pour les personnes d’origine étrangère employées au service de l’État ou des communes. Et elle était offerte sans restriction aux étrangers qui avaient servi au moins un an dans une armée allemande ou dans la marine impériale22.

II. Nationalité, naturalisation, intégration : nouveaux défis

  • 23 L’Allemagne voit le nombre de ses demandeurs d’asile doubler entre 1990 et 1992 (438000) et enregis (...)
  • 24 Der Spiegel 40/1990, p. 30-31 ; Der Spiegel 50/1992, p. 172 ; Der Spiegel 53/1992, p. 34 ; Das Parl (...)
  • 25 Das Parlament, 26-III-1999, p. 11-14, notamment Bernadette Schweda, « Vom Abstammungsrecht zum Terr (...)

12Au tournant des années quatre-vingt, l’afflux conjugué de demandeurs d’asile, de réfugiés, d’Aussiedler vers une Allemagne déjà largement cosmopolite, de facto, avec les descendants des Gastarbeiter, ces immigrés appelés d’Italie, de Yougoslavie, de Grèce ou de Turquie dans les années cinquante et soixante, a contraint la classe politique et les « nationaux » allemands à s’interroger sur la légitimité du droit du sang23. Les débats parlementaires, houleux, largement répercutés par les médias dans un climat exacerbé par les attentats xénophobes du début des années quatre-vingt-dix – notamment à Hoyerswerda, Mölln et Solingen – ont été longs et douloureux24. L’arrivée au pouvoir des Sociaux-Démocrates et des Verts en septembre 1998 marqua un nouveau tournant dans l’histoire de la nationalité allemande25.

  • 26 Innenpolitik III/1999 : « Das neue Staatsangehörigkeitsrecht ».
  • 27 Klaus J. Bade, Michael Bonnes, Migrationsreport 2000, Francfort/Main, Campus, 2000, p. 71 ; Brigitt (...)

13Le 7 mai 1999, le Parlement allemand adopte à la majorité la loi de réforme du code de la nationalité. Décision ratifiée par la Chambre des Länder le 21 mai suivant. La nouvelle loi, dont les principaux éléments entreront effectivement en application au 1er janvier 2000, prévoit de compléter désormais le principe du droit du sang par le jus soli, le droit du sol. Dorénavant les enfants nés en Allemagne de parents étrangers recevront à la naissance la nationalité allemande, qu’ils seront libres d’accepter ou de refuser définitivement à leur majorité (précisément jusqu’à 23 ans)26. La nouvelle loi, historique, rompait avec cent soixante ans de pratique de la nationalité et renouait ainsi avec les principes d’ouverture de l’Allemagne des XVIIème et XVIIIème siècles. Compromis entre le droit du sang et le droit du sol, elle n’a pas pour autant apaisé la profonde controverse sur l’épineux sujet de la nationalité : nul n’est convaincu en effet – à commencer par les principaux intéressés eux-mêmes : la population étrangère d’origine turque, numériquement la plus importante – que l’octroi d’un passeport allemand est susceptible de faire d’un ressortissant turc un Allemand au sens profond du terme (au sens précisément de la germanité évoquée plus haut). Il est vraisemblable que l’inflexion de la politique allemande vers une plus grande ouverture est intervenue beaucoup trop tard, dans un contexte historiquement chargé, avec un manque de conviction perceptible pour tous les observateurs27.

  • 28 Münz, Seifert, Ulrich, op. cit., p. 27 ; Barbara Dietz, « German and Jewish migration from the form (...)
  • 29 Cornelia Schmalz-Jacobsen, Georg Hansen (Ed.), Kleines Lexikon der deutschen Minderheiten in Deutsc (...)
  • 30 H. Ingenhorst, op. cit., p. 111-112 ; K. J. Bade, op. cit., p. 27.

14Quant aux Aussiedler eux-mêmes, ils constituent, en dépit de leur statut d’immigrés privilégiés28, une catégorie à part au sein de la population allemande. On verra pour preuve de cette inclusion partielle et incomplète que le Petit dictionnaire des minorités ethniques en Allemagne, édité en 1997 par Cornelia Schmalz-Jacobsen, alors attachée au gouvernement fédéral et déléguée aux droits et questions relatives aux étrangers, y inclut les Aussiedler (devenus Spätaussiedler depuis 1993) avec la justification suivante : « Le groupe des Spätaussiedler ne constitue pas une minorité « ethnique » comparable aux autres minorités de ce dictionnaire, et cependant c’est un groupe migratoire qui présente certaines particularités propres à une minorité ethnique29. » Malgré l’obtention rapide d’un passeport allemand, les Aussiedler n’en demeurent en effet pas moins des émigrés, des Allemands étrangers. La naturalisation, quand bien même automatique, ne résout pas tous les problèmes socio-culturels inhérents au statut d’émigrés, a contrario elle peut même les aggraver, justement en faisant disparaître la notion d’émigré, ce qui revient à nier, ou du moins méconnaître les problèmes identitaires des personnes concernées30.

15Tels sont donc les contextes, historique et contemporain, de la loi de la nationalité en Allemagne. La législation allemande dans ce domaine est le parfait reflet de l’histoire de la nation allemande, qui ne fut jamais « une et indivisible ». La partition subie pendant près d’un demi-siècle a entretenu la vieille ambiguïté des sentiments d’appartenance à la nation, comme le soulignait en 1988 l’historien Christian Meier :

  • 31 Christian Meier, « Was ist nationale Identität ? » in Thomas M. Gauly (Ed.), Die Last der Geschicht (...)

La nationalité des Allemands… Mais de quelle nationalité peut-il s’agir ? Celle de la République fédérale d’Allemagne ou celle des deux États allemands ? Nous croyons que la nation est toujours une, c’est-à-dire allemande, actuellement simplement divisée en deux. Mais du point de vue de notre identité la question est de savoir jusqu’à quel point nous en sommes persuadés31.

  • 32 Brigitte Seebacher-Brandt, « Nation im wiedervereinigten Deutschland » in Aus Politik und Zeitgesch (...)
  • 33 Jörg Lau, « Abschied von den Lebenslügen », Das Parlament Nr. 3, 15-I-2007, p. 1 ; Anne von Oswald, (...)
  • 34 Martin Lutz, « Ausländer sollen Eid auf Verfassung ablegen », Die Welt, 6-V-2006.

16La réunification opérée à l’automne 1989 réactualisa fort à propos le débat sur le sens profond, et surtout la légitimité de la nation allemande après l’expérience historique du national-socialisme32. Or, en dépit de ces interrogations, malgré le malaise perceptible – la plupart des responsables politiques allemands évitent encore à l’époque l’emploi du terme « nation » – la République fédérale persiste depuis déjà cinq décennies dans sa stratégie de rapatriement de ses minorités d’Europe centre-orientale, justement en vertu de leur appartenance à la nation allemande ! C’est l’une des caractéristiques les plus frappantes de l’immigration germano-allemande, et l’un de ses paradoxes. Car il aura fallu attendre l’aube du XXIème siècle, pour voir l’Allemagne se reconnaître officiellement comme pays d’immigration33 ! Cet aveu si longtemps différé trouve d’ailleurs sa concrétisation immédiate dans la conceptualisation, puis la mise en œuvre, en 2005, de la Loi sur l’immigration. Toutefois, cette législation novatrice n’exonère pas l’Allemagne d’une réflexion en profondeur sur les modalités et les limites de l’intégration. Le débat politique se poursuit, comme l’a démontré le « compromis sur la naturalisation » de Garmisch-Partenkirchen en mai 2006 : les discussions, qui ont duré deux jours, ont confirmé les divergences de vues des ministres de l’intérieur des seize Länder. Ainsi, la Hesse et le Bade-Wurtemberg étaient partisans d’un « test de connaissance » à l’échelle nationale. Finalement a été retenue la décision d’instaurer des « cours d’intégration » obligatoires pour les candidats à la naturalisation, sanctionnés par un test linguistique écrit et oral. Le débat reste ouvert et traduit la perplexité de la classe politique allemande, consciente des limites du caractère « intégrateur » de la naturalisation34.

  • 35 Albert Mühlum, « Armutswanderung, Asyl und Abwehrverhalten. Globale und nationale Dilemmata », in A (...)
  • 36 Das Parlament Nr. 3, 15-I-2007, op. cit.
  • 37 Statistisches Bundesamt 2006 (éd.) : « Wer gehört zur ‘Bevölkerung mit Migrationshintergrund ?’ », (...)

17Le débat migratoire en Allemagne est lui-même révélateur des écueils rencontrés. Les rapports et dossiers multiples qui lui sont consacrés depuis 1950 sont eux-mêmes symptomatiques du chemin parcouru, avec une évolution sémantique très significative. Le terme de Gastarbeiter (« ouvriers hôtes », dans l’idée d’un séjour temporaire) a fait long feu, rayé du vocabulaire officiel dans les années soixante-dix, lorsqu’il devint manifeste que les « invités », appelant auprès d’eux leur famille, ne quitteraient plus l’Allemagne. Mais bientôt les Ausländer, confiés à la responsabilité attentive du Ausländerbeauftragte, sont devenus, au tournant des années quatre-vingt, la cible de revendications xénophobes (Ausländer raus !)35. Le vocable ausländische Mitbürger apparut alors opportunément pour pacifier les esprits. Ne postulait-il pas que les Ausländer étaient devenus des Inländer ? Car celui qui, aujourd’hui possède la nationalité allemande, ne se considère pas comme étranger. Pas plus que quelqu’un, né sur le sol allemand, ne se voit comme « migrant ». Aussi la réflexion migratoire a-t-elle récemment inventé une expression jugée plus opportune : « issu de l’immigration ». Ainsi l’Allemagne compte-t-elle quinze millions de personnes issues de l’immigration (« mit Migrationshintergrund »), nous apprend Maria Böhmer, déléguée à la migration, l’intégration et aux réfugiés36. Reste évidemment à circonscrire les potentialités a priori quasi illimitées que recèle ce nouveau vocable. L’Office fédéral des statistiques en offre effectivement une définition extrêmement précise et pertinente37. De cette fine analyse – dont l’exposé dépasserait le cadre de notre étude – on retiendra deux constats très éclairants. Le premier, c’est que les Aussiedler, au même titre que les personnes naturalisées, sont aujourd’hui officiellement classifiés, non seulement comme Allemands « issus de l’immigration », mais également le cas échéant, comme Allemands « avec une expérience migratoire personnelle » (eigene Migrationserfahrung). La seconde observation, c’est la conséquence arithmétique de cette classification affinée : alors que les « étrangers » représentent, chiffre généralement connu, 9% de la population allemande, les « Allemands issus de l’immigration » en constituent eux-mêmes 10% – chiffre moins connu. Ainsi la société allemande doit-elle désormais penser l’intégration en ordres de grandeur quelque peu différents : la problématique concerne en effet 19% de la population, soit un cinquième des Allemands – avec ou sans la nationalité allemande.

  • 38 Statistiques (et suivantes) in Bundesverwaltungsamt (Abt. III), Spätaussiedler und deren Angehörige (...)
  • 39 Info-Dienst Deutsche Aussiedler Nr. 82, VIII-1996 ; Nr. 99, IX-1998.
  • 40 Jochen Welt (délégué aux Aussiedler) in Info-Dienst Deutsche Aussiedler Nr 117, V-2004 ; Wolfgang S (...)

18Un double examen rapide des chiffres concernant les Aussiedler et les étrangers en Allemagne traduit l’évolution survenue dans la stratégie fédérale allemande. Entre 1950 et 2006, l’Allemagne a accueilli près de quatre millions et demi d’Aussiedler38. 1990 constitua l’année record de cette immigration (près de 400000). En 1991 s’amorça une décrue régulière, qui va s’accélérer brutalement à l’aube du XXIème siècle. En effet, les chiffres sont restés supérieurs à 200000 par an entre 1988 et 1995 (pendant huit ans). Ils sont demeurés supérieurs à 100000 par an, de 1996 à 1999 (pendant quatre ans). À partir de 2000, ils sont passés sous la barre des 100000 annuels, pour se stabiliser à quelque 90000 de 2000 à 2002. Le processus s’est accéléré en 2003, pour atteindre 7747 entrées en 2006 – soit à peu près le chiffre de 1979. Entre 2000 et 2006, la République fédérale accueille 460.762 Aussiedler – soit beaucoup moins en sept ans que sur les deux seules années 1989 et 1990 (plus de 774000). La courbe migratoire est la traduction concrète des évolutions survenues dans la législation allemande. À partir de 1992, le rapatriement des Aussiedler fut en effet officiellement intégré dans le débat parlementaire sur le droit d’asile. La « loi du règlement des conséquences de la guerre » votée en 1992 (Kriegsfolgenbereinigungsgesetz, entrée en vigueur au 1er janvier 1993) fixa le quota d’admission à 200000 par an. La nouvelle loi fut votée en annexe du « compromis du droit d’asile » (Asylkompromiß). Le double-compromis traduisait une nouvelle approche migratoire de la RFA, qui se dotait d’une législation apte à contrôler, et surtout juguler l’immigration des Aussiedler autant que celle des étrangers demandeurs d’asile. Et l’instauration, en 1996, de tests linguistiques dans les pays d’origine des Aussiedler – censés vérifier simultanément la maîtrise de l’allemand et la crédibilité de la déclaration « d’appartenance » – induisit une nouvelle compression du nombre d’Aussiedler accueillis en RFA (dorénavant moins de 200000)39. Mais ce quota d’admissions légales allait être encore réduit de moitié par la coalition rouge-verte de Gerhard Schröder (dès lors 100000). Quoi qu’il en soit, aucun des gouvernements – de droite ou de gauche – n’a voulu renoncer à ses « responsabilités historiques » face à ses minorités allemandes d’Europe orientale40.

  • 41 Statistisches Bundesamt, « Einbürgerungen in Deutschland », www.bamf.de (consulté le 19-VIII-2005).
  • 42 http://www.destatis.de/presse/deutsch/pm2006/p2950025.htm
  • 43 Das Parlament Nr. 26, 26-VI-2006 (demande des Sociaux-démocrates d’assouplir les conditions de la n (...)
  • 44 Die Welt, 16-XII-2004 (« Schröder baut auf die Türken als Wähler ») ; Andreas Wüst, « Das Wahlverha (...)

19Qu’en est-il des étrangers depuis l’application du nouveau code de la nationalité ? Notons d’abord que les naturalisations ont précédé la nouvelle législation. Ainsi étaient-elles déjà supérieures à 100000 par an en 1998 et 1999, dans le contexte il est vrai d’une ouverture du débat autour du triptyque : immigration, droit de la nationalité, intégration. L’année 2000 enregistra le taux le plus élevé jusqu’ici (186688), avec une augmentation de plus de 30% par rapport à 199941. Depuis l’instauration du nouveau code de la nationalité, plus de 900000 personnes ont demandé et obtenu la naturalisation (2000-2005). En 2005, les personnes de nationalité turque représentaient encore le plus grand groupe de personnes naturalisées (28%, mais en recul par rapport à 2004 : 35%)42. L’impact du code de la nationalité demeure donc mitigé, en-deça des espérances qu’il avait suscitées43. Enfin, il est intéressant de mettre en perspective deux chiffres pour l’année 2005. L’Allemagne enregistra alors 35522 Aussiedler, et 32661 Turcs naturalisés. Les uns et les autres sont donc bien officiellement Allemands et sont appelés à exercer leurs droits de citoyens allemands. L’impact n’est évidemment pas négligeable pour la société allemande et il se mesure déjà sur le terrain politique44.

Conclusion

  • 45 Impossible ici d’exposer plus en détail l’hétérogénéité (géographique et historique) des Allemands (...)
  • 46 Volkshochschule Lippe-West, Dokumentation. Deutsche aus Osteuropa bei uns. Projekt Ost-West-Integra (...)
  • 47 Info-Dienst Deutsche Aussiedler Nr. 67, VI-1995, p. 5-6.
  • 48 Info-Dienst Deutsche Aussiedler, Nr. 11, 2005, p.12, 16. Part des Aussiedler : 21 %, membres de leu (...)

20Il reste une dernière question : l’appellation « Aussiedler » est-elle, au fond, légitime ? Elle présente déjà le défaut de s’appliquer sans différenciation à des populations distinctes, qui n’ont en commun que leur rapatriement, fondé sur leur appartenance allemande45. Mais ne concourt-elle pas également, plus insidieusement, à stigmatiser les dits « appartenants », et à les exclure du même coup de la société des « nationaux »46 ? En dépit de cette interrogation certainement fondée, la comparaison entre le statut des étrangers et des Aussiedler en République fédérale d’Allemagne est restée, au moins pendant cinquante ans – jusqu’à la fin du XXème siècle – très nettement à l’avantage des seconds : autant la politique du gouvernement allemand est demeurée (jusqu’en 2000) ambivalente et contradictoire pour les étrangers, autant sa politique d’intégration a été cohérente pour les Aussiedler. Alors que les étrangers restent symboliquement et matériellement exclus de la société allemande, les Aussiedler sont, du fait même de l’octroi de la nationalité allemande, des membres de la société à part entière. Cette nationalité leur reste en outre acquise, même en cas de réinstallation dans le pays natal, à condition toutefois qu’ils n’y recouvrent pas sur demande leur nationalité antérieure47. Leurs droits sont institutionnalisés dans la jurisprudence et la constitution de la RFA. De ce point de vue, l’immense avantage institutionnel de la naturalisation automatique est incontestable. Une politique très étoffée de mesures d’aides à l’intégration leur à longtemps permis de se fondre dans la société allemande, ce que traduit d’ailleurs la réalité des statistiques nationales, d’où les Aussiedler sont absents, une fois leur immigration accomplie. Outre les avantages juridiques, économiques, sociaux et politiques qui découlent logiquement de la loi, il existe un aspect hautement symbolique : leur qualité d’Allemands de statut les distingue de la population étrangère. Ainsi, en dépit d’une détérioration certaine de l’intégration des Aussiedler constatée depuis 1990, ils n’en demeurent pas moins des appartenants privilégiés. Le nouveau code de la nationalité en 2000, puis la loi sur l’immigration de 2005, ont simplement traduit au niveau législatif le rapprochement progressif du statut des Aussiedler et des étrangers – alors même que les Allemands de Russie post-perestroïka (qui constituent aujourd’hui plus de 99% des Aussiedler) sont manifestement beaucoup moins « allemands » que les descendants des Gastarbeiter de deuxième ou troisième génération. Certes, la loi sur l’immigration en vigueur depuis le 1er janvier 2005 réaffirme nettement le postulat des « conséquences de la guerre » pour les Allemands de Russie – et donc la responsabilité de la République fédérale d’Allemagne à leur égard – mais l’octroi de la nationalité allemande se fait parcimonieux, notamment pour les membres non-allemands de la famille des Aussiedler qui arrivent encore en Allemagne48. Cette fois, leur statut s’apparente bien à celui des étrangers, mettant ainsi un point final à l’émigration « ethniquement privilégiée ».

Haut de page

Bibliographie

Adams Willi Paul, Lösche Peter (Ed.), Länderbericht USA [3e éd.], vol. 357, Bonn, 1998.

Bade Klaus J., Ausländer, Aussiedler, Asyl in der Bundesrepublik Deutschland, Bonn, Niedersächsische Bundeszentrale für politische Bildung, 1994.

Bade Klaus J., Bonnes Michael, Migrationsreport 2000, Francfort/Main, Campus, 2000.

Benz Wolfgang, Legenden, Lügen, Vorurteile [1992], Munich, Deutscher Taschenbuchverlag, 1994.

Birg Erwig, « Einwanderung könnte ein neues Kulturkampf-Thema werden », Die Welt 3-IX-1998.

Blank Thomas, « Wer sind die Deutschen ? Nationalismus, Patriotismus, Identität –Ergebnisse einer empirischen Längstschnittstudie », Aus Politik und Zeitgeschichte B 13/97.

Bled Jean-Paul, « La conception allemande de la nation, origines et actualité », Conflits actuels N° 1, 1997.

Blumenwitz Dieter, Denke ich an Deutschland, Antworten auf die deutsche Frage, Munich, 1989.

Boniface Aimé, Krum Horsta, Les Huguenots à Berlin et en Brandebourg, Paris, Les Éditions de Paris, 2000.

Brubaker Rogers, Citoyenneté et nationalité en France et en Allemagne, Belin, 1997.

Bulletin der Presse-und Informationsamts 47/1993, 49/1993.

Bundesamt für Migration und Flüchtlinge (Ed.), Migration und Asyl, Nuremberg, 2005.

Bundesverwaltungsamt (Abt. III), Spätaussiedler und deren Angehörige. Jahresstatistik 2006, Köln, 2007.

Das Parlament Nr. 48, 1993; Nr. 26, 26-VI-2006.

Der Spiegel 40/1990; 50/1992; 53/1992.

Deutsches Rotes Kreuz, Soziale Beratung und Betreuung von Aussiedlern und Spätaussiedlern, Jahresbericht 1996.

Dieckhoff Alain, La nation dans tous ses états. Les identités nationales en mouvement, Flammarion, 2000.

Dietz Barbara, « German and Jewish migration from the former Soviet Union to Germany », Journal of Ethnic and Migration Studies, IX-2000.

FAZ, 24-IX-1991.

Fetsch Adolf in Landsmannschaft der Deutschen aus Russland (Ed.), Volk auf dem Weg Nr. 5, V-2005.

François Étienne, Schulze Hagen (dir. ), Mémoires allemandes, Gallimard, 2007.

Gafga Hedwig, « Dankbar zwischen den Stühlen. Aussiedler –Sündenböcke der Nation ? », Das Sonntagsblatt X-1996.

Haberland Jürgen, Eingliederung von Aussiedlern, Leverkusen, Heggen, 1991.

Heimat. Analysen, Themen, Perspektiven, vol. 294/1, Bonn, 1990.

Info-Dienst Aussiedler Nr. 11, IV-1990 ; Nr. 67, VI-1995 ; Nr. 82, VIII-1996 ; Nr. 99, IX-1998, Nr 117, V-2004 ; Nr. 11, 2005 ; Nr. 50, 2006

Innenpolitik, III-1999.

Junker Detlef, « Amerikas deutsches Erbe : Integriert, nicht untergegangen », Das Parlament, 18-IV-1997.

Lacoste Yves, « Les territoires de la nation », Herodote n° 62/85 F.

Lau Jörg, « Abschied von den Lebenslügen », Das Parlament Nr. 3, 15-I-2007.

Leitfaden für die Aussiedlerbetreuung, 3, Meckenheim, Bund der Vertriebenen, 1994.

Lutz Martin, « Ausländer sollen Eid auf Verfassung ablegen », Die Welt, 6-V-2006.

Meier Christian, « Was ist nationale Identität ? » in Thomas M. Gauly (Ed.), Die Last der Geschichte, Köln, 1988.

Minc Alain, La vengeance des Nations, Paris, Grasset, 1990.

Mühlum Albert, « Armutswanderung, Asyl und Abwehrverhalten. Globale und nationale Dilemmata », Aus Politik und Zeitgeschichte B7/93.

Münz Rainer, Seifert Wolfgang, Ulrich Ralf, Zuwanderung nach Deutschland, Campus, 1997.

Nuscheler Franz, Internationale Migration. Flucht und Asyl, Opladen, Leske&Budrich, 1995.

Oswald Anne von, « Wie Deutschland zum Einwanderungsland wurde », Das Parlament Nr. 3, 15-I-2007.

Rassow Peter, Histoire de l’Allemagne des origines à nos jours, Horwarth, 1969.

Röper Erich, « Die doppelte Staatsangehörigkeit als traditionnelles Rechtsinstitut », Das Parlament, 5-II-1999.

Schmalz-Jacobsen Cornelia, Hansen Georg (Ed.), Kleines Lexikon der deutschen Minderheiten in Deutschland, Bonn, 1997.

Schumacher Harald, Einwanderungsland BRD [3e éd.], Düsseldorf, Zebulon, 1995.

Schweda Bernadette, « Vom Abstammungsrecht zum Territorialprinzip –eine historische Zäsur », Das Parlament, 26-III-1999.

Sebaux Gwénola, « Regard français sur un phénomène migratoire historique : le retour des (Spät)Aussiedler en République fédérale d’Allemagne », in Sociologia Internationalis. Internationale Zeitschrift für Soziologie, Kommunikations-und Kulturforschung, Berlin, 2006.

Seebacher-Brandt Brigitte, « Nation im wiedervereinigten Deutschland », Aus Politik und Zeitgeschichte B42/1994.

Statistisches Bundesamt 2006 (éd.) : « Wer gehört zur ‘Bevölkerung mit Migrationshintergrund ?’ », in Leben in Deutschland. Ergebnisse des Mikrozensus 2005.

Volkshochschule Lippe-West, Dokumentation. Deutsche aus Osteuropa bei uns. Projekt Ost-West-Integration.

Wolfrum Edgar, Die geglückte Demokratie. Geschichte der Bundesrepublik von ihren Anfängen bis zur Gegenwart, Stuttgart, Klett-Cotta, 2006.

Wüst Andreas, « Das Wahlverhalten eingebürgerter Personen in Deutschland », Aus Politik und Zeitgeschichte B52/2003.

Haut de page

Notes

1 Herwig Birg, « Einwanderung könnte ein neues Kulturkampf-Thema werden », Die Welt, 3-IX-1998.

2 Nous optons délibérément pour le maintien du terme allemand, considérant qu’aucune traduction française n’est pertinente : le vocable allemand sous-entend le caractère actif de l’émigration dans un cadre socio-politique et historique contraignant. C’est la volonté du migrant, descendant de colons allemands, de quitter une terre natale dont il juge qu’elle lui est désormais hostile. Le terme « rapatrié » apparaît pour cette raison réducteur, dans la mesure où il ferait de l’Etat allemand l’acteur, voire l’instigateur d’une émigration qu’il a au contraire partiellement, ou au moins ponctuellement subie – en vertu il est vrai d’une logique juridique « identitaire » nationale. Enfin, dans un souci de simplification, nous nous en tiendrons dans cette étude au terme « Aussiedler », même si l’appellation « Spätaussiedler » est judicieuse à partir de 1993. (Gwénola Sebaux, « Regard français sur un phénomène migratoire historique : le retour des (Spät)Aussiedler en République fédérale d’Allemagne », in Sociologia Internationalis. Internationale Zeitschrift für Soziologie, Kommunikations-und Kulturforschung, vol. 44, (1), Berlin, 2006, p. 61-62).

3 Voir l’analyse d’Étienne François lors de l’inauguration de l’exposition permanente du Musée historique allemand de Berlin : « [Die Ausstellung Deutsche Geschichte in Bildern und Zeugnissen] zeigt, daß die Bundesrepublik sich als Nation in Europa versteht und akzeptiert. […] Sie zeigt schließlich, daß das Wagnis einer Neugründung Deutschlands nach 1945 auf der Basis des Bruchs mit der Vergangenheit, der Verankerung im Westen, der Freiheit und der Demokratie als geglücktes Wagnis betrachtet werden kann. » (Die Welt, Sonderausgabe Deutsches Historisches Museum, Sommer 2006, p. 1-2) ; Étienne François emploie ailleurs le terme de « réappropriation nationale » : Etienne François et Hagen Schulze (dir.), Mémoires allemandes, Gallimard, 2007, n. 36, p. 27 ; cf. aussi Edgar Wolfrum, Die geglückte Demokratie. Geschichte der Bundesrepublik von ihren Anfängen bis zur Gegenwart, Stuttgart, Klett-Cotta, 2006, p. 496-497, 500-501.

4 Précisément : 4489629 (Spät)Aussiedler de 1950 à 2006. Chiffres du Bundesverwaltungsamt, http://bva.bund.de/aufgaben/aussiedleraufnahme/statistik/jahr/index.html

5 Gesetz über die Angelegenheiten der Vertriebenen und Flüchtlinge (BGBI IS 829). Au sujet des frontières : Dieter Blumenwitz, Denke ich an Deutschland, Antworten auf die deutsche Frage, Munich, 1989, p. 57-65.

6 Karl Dietrich Erdmann, in Peter Rassow, Histoire de l’Allemagne des origines à nos jours, Horwarth, 1969, p. 459-461.

7 Alain Dieckhoff, La nation dans tous ses états. Les identités nationales en mouvement, Flammarion, 2000, p. 90.

8 C. Graf von Krockow, in Heimat. Analysen, Themen, Perspektiven, vol. 294/1, Bonn, 1990, p. 64.

9 Gesetz über die Angelegenheiten der Vertriebenen und Flüchtlinge (BGBI IS 829).

10 « Deutscher Volkszugehöriger im Sinne des Gesetzes ist, wer sich in seiner Heimat zum deutschen Volkstum bekannt hat, sofern dieses Bekenntnis durch bestimmte Merkmale wie Abstammung, Sprache, Erziehung, Kultur bestätigt wird. » (Leitfaden für die Aussiedlerbetreuung, 3, Meckenheim, Bund der Vertriebenen, 1994, p. 8).

11 « Deutscher ist, wer die Staatsangehörigkeit in einem Bundesstaat oder die unmittelbare Reichsangehörigkeit besitzt. Die unmittelbare Reichsangehörigkeit kann verliehen werden: […] einem ehemaligen Deutschen, der sich nicht im Inland niedergelassen hat ; dem ehemaligen Deutschen steht gleich, wer von ihm abstammt oder an Kindes Stand angenommen ist. ». Reichs-und Staatsangehörigkeitsgesetz v. 22-VII-1913, (http://www.documentArchiv.de/ksr(1913)reichsangehörigkeitsgesetz.html).

12 Wolfgang Benz, Legenden, Lügen, Vorurteile [1992], Munich, Deutscher Taschenbuchverlag, 1994, p. 206-209.

13 Entre 1800 et 1930, près de sept millions d’Allemands ont émigré, pour la plupart outre-mer – souvent aux États-Unis ou au Canada. (Rainer Münz, Wolfgang Seifert, Ralf Ulrich, Zuwanderung nach Deutschland, Campus, 1997, p. 167).

14 Alexander Scharff, in P. Rassow, op. cit., p. 480.

15 Aimé Boniface, Horsta Krum, Les Huguenots à Berlin et en Brandebourg, Paris, Les Éditions de Paris, 2000, p. 19-31.

16 Willi Paul Adams, Peter Lösche (Ed.), Länderbericht USA [3e éd.], vol. 357, Bonn, 1998, p. 109.

17 Selon A. Scharff les Allemands représentaient de 1820 à 1890 environ 30% de l’émigration totale aux États-Unis (op. cit., p. 480). Plus d’un quart des Américains estiment aujourd’hui pouvoir remonter leur arbre généalogique jusqu’en Allemagne. (Klaus J. Bade, Ausländer, Aussiedler, Asyl in der Bundesrepublik Deutschland, Bonn, Niedersächsische Bundeszentrale für politische Bildung, 1994, p. 25) ; Detlef Junker, « Amerikas deutsches Erbe : Integriert, nicht untergegangen », Das Parlament, 18-IV-1997.

18 L’Office fédéral des statistiques recense 7289000 d’étrangers pour l’année 2005. (Statistisches Bundesamt Deutschland 2006, http://www.destatis.de/print).

19 Harald Schumacher, Einwanderungsland BRD [3e éd.], Düsseldorf, Zebulon, 1995, p. 71-75.

20 Jürgen Haberland, Eingliederung von Aussiedlern, Leverkusen, Heggen, 1991, p. 21.

21 Yves Lacoste, « Les territoires de la nation », in Herodote N° 62/85 F, p. 9 ; R. Münz, W. Seifert, R. Ulrich, Zuwanderung nach Deutschland, op. cit., p. 23-27 ; K. J. Bade, Ausländer, Aussiedler (…), op. cit., p. 27, 50, 69-71 ; Rogers Brubaker, Citoyenneté et nationalité en France et en Allemagne, Belin, 1997, p. 8 ; Alain Minc, La vengeance des Nations, Paris, Grasset, 1990, p. 188-190 ; Jean-Paul Bled, « La conception allemande de la nation, origines et actualité », in Conflits actuels n°1, 1997, p. 43 ; Heinz Ingenhorst, Die Rußlanddeutschen, Aussiedler zwischen Tradition und Moderne, Francfort/Main, Campus, 1997, p. 91-92.

22 Erich Röper, « Die doppelte Staatsangehörigkeit als traditionelles Rechtsinstitut », Das Parlament, 5-II-1999, p. 16.

23 L’Allemagne voit le nombre de ses demandeurs d’asile doubler entre 1990 et 1992 (438000) et enregistre alors les 2/3 des demandeurs d’asile en Europe occidentale. (Franz Nuscheler, Internationale Migration. Flucht und Asyl, Opladen, Leske + Budrich, 1995, p. 49). L’Allemagne a enregistré 3,1 millions de demandes d’asile depuis 1953, les 2/3 surviennent depuis 1990. (Bundesamt für Migration und Flüchtlinge (Ed.), Migration und Asyl, Nuremberg, 2005, p. 20-21). Mais dès 1989, la RFA accueille, outre 377055 Aussiedler, 343854 « Übersiedler » de RDA et 121000 demandeurs d’asile de toute origine, soit au total près d’un million de personnes. (Info-Dienst Aussiedler Nr. 11, IV-1990, p. 11).

24 Der Spiegel 40/1990, p. 30-31 ; Der Spiegel 50/1992, p. 172 ; Der Spiegel 53/1992, p. 34 ; Das Parlament Nr. 48, 1993 ; FAZ 24-IX-1991, p. 3 ; Bulletin des Presse-und Informationsamts 47/1993, p. 305-306 ; 49/1993, p. 525.

25 Das Parlament, 26-III-1999, p. 11-14, notamment Bernadette Schweda, « Vom Abstammungsrecht zum Territorialprinzip –eine historische Zäsur ».

26 Innenpolitik III/1999 : « Das neue Staatsangehörigkeitsrecht ».

27 Klaus J. Bade, Michael Bonnes, Migrationsreport 2000, Francfort/Main, Campus, 2000, p. 71 ; Brigitte Pätzold, « Les rêves déçus des Turcs de Solingen », Le monde diplomatique, X-1999, p. 6-7.

28 Münz, Seifert, Ulrich, op. cit., p. 27 ; Barbara Dietz, « German and Jewish migration from the former Soviet Union to Germany », in Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 26, n° 4, IX-2000, p. 643.

29 Cornelia Schmalz-Jacobsen, Georg Hansen (Ed.), Kleines Lexikon der deutschen Minderheiten in Deutschland, Bonn, 1997, p. 150.

30 H. Ingenhorst, op. cit., p. 111-112 ; K. J. Bade, op. cit., p. 27.

31 Christian Meier, « Was ist nationale Identität ? » in Thomas M. Gauly (Ed.), Die Last der Geschichte, Köln, 1988, p. 55-67.

32 Brigitte Seebacher-Brandt, « Nation im wiedervereinigten Deutschland » in Aus Politik und Zeitgeschichte B42/1994, p. 3-9 ; Thomas Blank, « Wer sind die Deutschen ? Nationalismus, Patriotismus, Identität –Ergebnisse einer empirischen Längstschnittstudie », in Aus Politik und Zeitgeschichte B 13/97, p. 38-46.

33 Jörg Lau, « Abschied von den Lebenslügen », Das Parlament Nr. 3, 15-I-2007, p. 1 ; Anne von Oswald, « Wie Deutschland zum Einwanderungsland wurde », Id, p. 3.

34 Martin Lutz, « Ausländer sollen Eid auf Verfassung ablegen », Die Welt, 6-V-2006.

35 Albert Mühlum, « Armutswanderung, Asyl und Abwehrverhalten. Globale und nationale Dilemmata », in Aus Politik und Zeitgeschichte B7/93, p. 12.

36 Das Parlament Nr. 3, 15-I-2007, op. cit.

37 Statistisches Bundesamt 2006 (éd.) : « Wer gehört zur ‘Bevölkerung mit Migrationshintergrund ?’ », in Leben in Deutschland. Ergebnisse des Mikrozensus 2005, p. 73-75.

38 Statistiques (et suivantes) in Bundesverwaltungsamt (Abt. III), Spätaussiedler und deren Angehörige. Jahresstatistik 2006, Köln, 2007.

39 Info-Dienst Deutsche Aussiedler Nr. 82, VIII-1996 ; Nr. 99, IX-1998.

40 Jochen Welt (délégué aux Aussiedler) in Info-Dienst Deutsche Aussiedler Nr 117, V-2004 ; Wolfgang Schäuble (ministre de l’Intérieur de la coalition d’Angela Merkel) le 14-II-2006 à Berlin : http:/www.bmi.bund.de/nn_122304/internet/Content/Nachrichten/Reden/2006/02

41 Statistisches Bundesamt, « Einbürgerungen in Deutschland », www.bamf.de (consulté le 19-VIII-2005).

42 http://www.destatis.de/presse/deutsch/pm2006/p2950025.htm

43 Das Parlament Nr. 26, 26-VI-2006 (demande des Sociaux-démocrates d’assouplir les conditions de la naturalisation, jugées trop exigentes). Réaction tout aussi préoccupée du président de la communauté turque en Allemagne (depuis octobre 2005) Kenan Kolat : http:/dradio.de/nachrichten/200607201900/3

44 Die Welt, 16-XII-2004 (« Schröder baut auf die Türken als Wähler ») ; Andreas Wüst, « Das Wahlverhalten eingebürgerter Personen in Deutschland », in Aus Politik und Zeitgeschichte B52/2003, p. 29-38 ; Adolf Fetsch in Landsmannschaft der Deutschen aus Russland (Ed.), Volk auf dem Weg Nr. 5, V-2005, p. 2.

45 Impossible ici d’exposer plus en détail l’hétérogénéité (géographique et historique) des Allemands de Pologne (Silésie ou Mazurie), de Roumanie (Banat ou Transylvanie) ou de Russie (Allemands de la mer Noire, de Sibérie, de la Volga ou de Volhynie).

46 Volkshochschule Lippe-West, Dokumentation. Deutsche aus Osteuropa bei uns. Projekt Ost-West-Integration, p. 95 : « Wieviel Integration darf es sein ? Das Stigma Aussiedler » ; Deutsches Rotes Kreuz, Soziale Beratung und Betreuung von Aussiedlern und Spätaussiedlern, Jahresbericht 1996, p. 49 (« [Die Aussiedler] werden aber auch von weiten Teilen der angestammten Bevölkerung […] nicht als ‘Deutsche’ oder ‘Dazugehörende’ angesehen. ») ; Hedwig Gafga, « Dankbar zwischen den Stühlen. Aussiedler –Sündenböcke der Nation ? », Das Sonntagsblatt X-1996.

47 Info-Dienst Deutsche Aussiedler Nr. 67, VI-1995, p. 5-6.

48 Info-Dienst Deutsche Aussiedler, Nr. 11, 2005, p.12, 16. Part des Aussiedler : 21 %, membres de leur famille avec peu ou pas de maîtrise de l’allemand : 79 %. (Jochen Welt, 8. Medienforum Migration, Stuttgart, 15-V-2003) ; Info-Dienst Nr. 50, 2006, p. 14 (« Innenministerkonferenz zur gemeinsamen Einreise von Spätaussiedlern und ihren Angehörigen »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gwénola Sebaux, « Nation allemande et stratégie migratoire de la République fédérale d’Allemagne : paradoxe identitaire », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 08 juillet 2007, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/267 ; DOI : 10.4000/mimmoc.267

Haut de page

Auteur

Gwénola Sebaux

Maître de Conférences à l’Université Catholique de l’Ouest, à Angers, ses axes de recherche  sont la colonisation germanique en Europe centre-orientale et en Asie, les migrations, l'immigration, (Spät)Aussiedler en RFA, les minorités allemandes en Europe orientale (Roumanie, Pologne, CEI) , les relations germano-polonaises, germano-tchèques, germano-russes, et ses derniers articles s'intitulent : « Migration von Ost nach West : Gewinn oder Verlust ? » (Anton Sterbling (Hrsg.), Migrationsprozesse, Probleme von Abwanderungsregionen, Identitätsfragen. Beiträge zur Osteuropaforschung, Bd.12, Hamburg, 2006), « Regard français sur un phénomène migratoire historique : le retour des (Spät)Aussiedler en République fédérale d’Allemagne (1950-2005) » (Sociologia Internationalis. Internationale Zeitschrift für Soziologie, Kommunikations-und Kulturforschung, 44. Band, Heft 1, Berlin, Duncker & Humblot, 2006), « Les colonies d’Orient dans la culture allemande : trait d’union entre les aires orientale et germanique » (Actes du colloque de Nancy 8-10-XII-4, Presses universitaires de Nancy, 2007).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page