Navigation – Plan du site

Jalons pour une analyse comparée des concepts de mixité et d’hybridité

Susan (Trouvé) Finding et Vincent Latour

Résumés

Les termes de mixité et d’hybridité peuvent sembler synonymes. Comment ces termes se sont-ils trouvés au cœur des questions sociales des sociétés contemporaines ? Les questions qui sont posées à leur propos s’inscrivent dans le cadre de la recherche sur l’identité. Les articles réunis dans ce numéro analysent le sens de ces termes à travers leur application dans les domaines de la sociologie et de la politique en France, au Royaume Uni et en Espagne. Les regards portés sur les connotations de la mixité et de l’hybridité dans les domaines de l’action sociale, des politiques de quartier, de l’éducation, de la politique sont autant d’éclairages sur les différences et les similitudes dans les approches de l’intégration dans les sociétés contemporaines. La question interpelle les chercheurs français, et plus particulièrement, ceux qui s’intéressent au Royaume-Uni. Le modèle britannique d’intégration, sujet d’ouvrages récents en France1, sert, en la matière, à éclairer la pratique française d’un point de vue contrasté.

Haut de page

Entrées d’index

Aires géographiques :

France, Espagne, Royaume-Uni
Haut de page

Texte intégral

1La mixité est une composante de l’identité des sociétés modernes où cohabitent divers groupes sociaux. La notion recouvre ainsi ce qui est formé de deux ou plusieurs éléments de nature différente qui, en l’occurrence, peuvent être regroupés en quatre catégories : élément humain (population, origines géographiques et ethniques) ; élément social (classe sociale, genre, famille) ; élément politique (institutions, assemblées électives, les syndicats mixtes) ; élément culturel (religion, éducation, mœurs et coutumes).

  • 2 Sherry Simon, Hybridité Culturelle, Montréal, Éditions Ile de la Tortue, 1999, p. 7.
  • 3 Dictionnaire historique de la langue française, (dir.) Alain Rey, Tome2, Paris, Dictionnaires le Ro (...)
  • 4 Webster’s English Dictionary III (1966) www.m-w.com/dictionary/hybridity

2Plus ancien, le terme hybridité est apparu dans la première moitié du XIX° siècle en français et en anglais pour désigner le caractère de ce qui est « hybride », c’est-à-dire l’unité formée de deux ou plusieurs éléments hétérogènes. D’emblée, le mot est souvent synonyme de monstrueux ou de grotesque, car il perturbe les catégories normatives2. L’encyclopédie Britannica (1954) conforte cette charge négative, en soulignant que le mot « hybride » est dérivé d’un mot grec qui signifie insulte ou outrage. À en croire Le Robert historique de la langue française, cette hypothèse est toutefois erronée. « Hybride » (1596 en français, 1601 en anglais) serait en fait un mot emprunté au latin classique ibrida (« bâtard, de sang mêlé » et plus particulièrement « produit du sanglier et de la truie »). Ce mot est devenu hybrida par rapprochement avec le grec hubris (« excès », qui en anglais, à pris le sens d’orgueil démesuré)3. Dès le début du XX°siècle, le mot s’éloigne de ses origines biologiques pour s’appliquer à des groupes culturels, comme le montre une des acceptions retenues par le dictionnaire britannique Websters III (1966) : « A person whose background is a blend of two diverse cultures or traditions4. » La notion d’hybridité culturelle sera entendue au sens large, les concepts d’appartenance culturelle, ethnique ou religieuse n’étant pas toujours faciles à distinguer.

  • 5 Trésors de la Langue Française Informatisé : http://www.cnrtl.fr/lexicographie

3L’apparition du terme « mixité » en France est liée à la révolution sociale des années soixante. Il connotait à l’origine un mélange des deux sexes et fut utilisé en particulier comme synonyme de co-éducation, mot apparu en 1877 pour désigner les établissements scolaires où les élèves étaient mélangés sans distinction de sexe5. Malgré sa consonance anglaise, le terme ne semble pas être un emprunt mais un néologisme dérivé de l’adjectif « mixte ». En effet, le terme mixité n’existe pas en anglais et plusieurs traductions désignent le même phénomène (voir infra). Par analogie, l’utilisation du terme fut étendue pour décrire l’union de personnes, de collectivités, d’origines, de formations ou de catégories différentes. La notion de mixité s’inscrit dans un contexte où des groupes à identité(s) séparée(s), d’origines différentes, de cultures distinctes, co-existent. Les premiers postulats de la mixité sont donc la pluralité et la différence, ainsi que la reconnaissance de celles-ci par la société.

  • 6 Simon.

4La mixité est ainsi par analogie le reniement de la différence, des particularismes, de la séparation, la célébration de la fusion, de l’intégration totale, qui débouche sur une entité hybride, un mélange qui n’est ni l’un, ni l’autre, un nouvel élément, une nouvelle étape6, qui peut sembler occulter les origines différentes de tout un chacun, nier leur identité première pour ne reconnaître que leur identité supplémentaire. Il existe dorénavant dans le droit civil français par exemple, la possibilité de donner le nom de chacun des parents à un enfant, ouvrant ainsi la possibilité de ne plus avoir à choisir entre l’un ou l’autre, mais d’être effectivement, nominativement, l’enfant de ses deux parents – un être mixte, né d’une union de deux personnes différentes, fruit d’une hybridation.

  • 7 Hugues Lagrange, (dir.), L’épreuve des inégalités, Paris, Presses universitaires de France, 2006.
  • 8 Gabrielle Varro, Sociologie de la mixité : de la mixité amoureuse aux mixités sociales et culturell (...)

5Le terme « mixité » est non seulement un outil descriptif, mais aussi prescriptif, visant des résultats égalitaristes en termes de lutte contre la ségrégation, la discrimination, le sexisme et l’exclusion7. « Contrairement à son histoire, souvent faite de discriminations et de souffrances, le terme « mixité » présuppose (…) plutôt un rapport égalitaire, les éléments en présence étant différents, mais égaux […] »8. C’est pour ainsi dire un terme d’ingénierie sociale. En France, le principe de laïcité mais aussi l’institution du collège unique en 1975 sont en partie le résultat de ces mêmes visées. L’apparition des « comprehensive schools » dans les années soixante-dix au Royaume Uni, écoles secondaires non sélectives, était censée effectuer un brassage social que la sélection excluait. La mixité est aussi un remède contre un communautarisme exclusif, visant à combattre des particularismes, des isolements, volontaires ou involontaires. Le terme mixité peut se gloser en évoquant les volontés de mélanger les classes, ethnies, origines, diversifier, briser les ghettos. Il évoque parfois l’apprentissage de la vie en commune, en communauté, du vivre ensemble, ou encore de la cohabitation.

6La mixité présuppose une tentative de gommer ces différences, de masquer ou de réparer des fractures possibles entre les groupes, une tentative, en somme, de favoriser une certaine cohésion, d’une entité plus large, comprenant tous ceux qui à l’intérieur peuvent se démarquer d’une façon ou d’une autre, mais qui ont un socle commun. Ces groupes peuvent co-exister, demeurer parallèles, sans jamais entrer en contact, mais aussi, à divers degrés, se superposer, se frotter voire, se heurter. Le résultat est un métissage, un mélange, un brassage des groupes et des cultures selon différents modèles :

Modèle 1. Existence parallèle

Modèle 1. Existence parallèle

Modèle 2. Existence superposée simple

Modèle 2. Existence superposée simple

Modèle 3. Existence de plusieurs sous-groupes qui s’entrecroisent

Modèle 3. Existence de plusieurs sous-groupes qui s’entrecroisent

Modèle 4. Existence de un ou plusieurs sous-groupes à l’intérieur d’une entité plus grande

Modèle 4. Existence de un ou plusieurs sous-groupes à l’intérieur d’une entité plus grande
  • 9 Varro, p. 171.
  • 10 Ibid. p. 180.

7Selon Varro9, la mixité est le moyen pour parvenir à un objectif social, celui de l’intégration. Les deux notions de mixité et d’intégration sont indissociables. « L’appel à la « mixité sociale » représenterait donc une tentative d’assurer l’intégration, en promouvant le mélange, celui-ci apparaissant comme axiomatique, mais étant de fait non garanti10. »

8Les politiques volontaristes qui visent à contribuer à une plus grande cohésion sociale sont motivées par une volonté de justice sociale, d’égalité réelle mais sont aussi, d’une certaine façon, la négation d’une existence propre pour l’identité. S’agit-il de réparer ou de masquer les divergences d’identité ? De gommer ou de lisser, voire d’effacer les différences ? De compenser l’absence d’intervention ou d’accentuer des lacunes en mettant les catégories visées en avant ? De se voiler la face ou de regarder en face celles qui arborent fièrement le voile ? Le processus d’intégration culturelle des normes sociales décrit par les sociologues correspond-il à une définition de la mixité ? N’est-il pas un résultat donnant lieu à de nouvelles formes de société, de modes de vie, et de nouvelles identités ? La notion de mixité serait-elle une tentative de conciliation des deux pôles, constituant un continuum entre l’exclusion et l’inclusion, entre l’unique et le pluriel ? Elle serait ainsi l’indice d’une société en évolution, et non la bâtardise due à l’avilissement d’un idéal singulier, d’une singulière pureté.

  • 11 Michel Fize, Les pièges de la mixité scolaire, Paris, Presses de la Renaissance, 2003.
  • 12 Claude Habib, ‘Liberté, égalité, mixité’, dans C. Baudoux, C. Zaidman dir., Egalité entre les sexes (...)

9En France la notion de mixité, principe directeur des politiques sociales, semble constituer un nouveau pilier de la République. Michel Fize, dans son livre Les pièges de la mixité scolaire11, évoque le caractère de « devoir social » de la mixité. « En France (…) la mixité scolaire semble faire partie de la panoplie démocratique ; elle aurait une vertu en soi ». « Liberté, Egalité, Mixité »12 se substituerait-elle à « Liberté, Egalité, Fraternité » ? On retrouve dans les discours contemporains autour de la mixité sociale en France les notions de partage, de cohésion, de rassemblement. Le terme est employé dans l’hexagone pour désigner des orientations de politiques sociales apparues depuis une dizaine d’années. En premier lieu, il s’agit de la cohésion sociale. Par exemple, le Plan de Cohésion sociale de décembre 2004 intégrait la notion de mixité. Le titre du ministre chargé de ce dossier dans le gouvernement Raffarin 3, Nelly Olin, « Ministre déléguée à l’Intégration, à l’Egalité des chances et à la Lutte contre l’Exclusion », illustrait cela. Il existe un pendant britannique très similaire, avec la « community cohesion » chère aux travaillistes depuis le deuxième mandat de Tony Blair.

  • 13 Sur la rénovation urbaine des quartiers de Londres voir : Hamnet Chris, Unequal City, London in the (...)
  • 14 Georges Felouzis, « Mixité urbaine et ségrégation ethnique dans les collèges français » Les métropo (...)
  • 15 Michel Wieviorka, La différence, Paris, Balland, 2001.

10Ensuite, accessoirement, la lutte contre l’exclusion est menée en particulier en matière de logement, d’urbanisme et d’éducation. Depuis 2000, la loi Solidarité et Renouvellement Urbains impose une mixité sociale dans la parc immobilier de chaque commune, sans toutefois réussir à faire respecter cette règle partout. Cette loi est censée imposer une meilleure répartition des logements sociaux par l’accès à la propriété et la construction de logements sociaux avec un quota minimum de 20 % du parc immobilier par commune. Les plans d’urbanisme sont ajustés pour encourager plus de mixité entre emploi et habitat et mélanger quartiers de résidence et d’emploi afin d’éviter la formation de ghettos ou de villes dortoirs dénuées de sources d’emploi13. La corrélation entre ségrégation résidentielle et scolaire est établie. Voir à ce sujet l’étude édifiante du sociologue Georges Felouzis14. Pour Michel Wieviorka15, les Zones d’éducation prioritaire sont l’exemple d’une discrimination positive « spatialisée » et non pas individualisée, même si cette discrimination positive tend à stigmatiser les habitants des quartiers visés. Il est cependant difficile de voir dans les ZEP une volonté de mixité sociale (voir V. Latour). Les autorités françaises et britanniques tentent de remédier à cela en promouvant un accès facilité à l’enseignement supérieur pour les étudiants provenant de zones d’éducation prioritaire. En France un projet en particulier a retenu l’attention, celui de l’accès aux grandes écoles par un recrutement parallèle dans des lycées de banlieue, mené tambour battant par la Fondation Nationale des Sciences Politiques par le biais du programme des Conventions d’éducation prioritaire (CEP) depuis la rentrée 2001.

  • 16 Eric MaurinLe ghetto français, Enquête sur le séparatisme social, Paris, Le Seuil, 2004.
  • 17 Lord Scarman, Scarman Report: The Brixton Disorders, 10-12 April, 1981, Harmondsworth, Pelican, 198 (...)

11Ce furent les émeutes des banlieues, de part et d’autre de la Manche, qui révélèrent au grand public, les failles des systèmes scolaire et de protection sociale. La fracture sociale serait-elle une fracture territoriale comme l’avance Eric Maurin16 ? La mixité serait-elle une réponse à vision collective ou individuelle, territoriale ou sociale ? Les émeutes d’octobre 2005 en France, d’ampleur et de durée inégalées, ont contribué à la remise à l’ordre du jour des questions de fond sur le modèle français d’intégration. Au Royaume-Uni, ce furent les émeutes de 1981-2, notamment celles de Brixton, qui furent le révélateur du racisme latent de la société britannique et des lacunes du modèle de welfare britannique à un moment où l’exclusion des jeunes issus de l’immigration coloniale rendait criante l’insuffisance des formes d’intégration - école, emploi, logement-17 Ainsi, l’histoire de la découverte de l’hybridité, décrite ici par Didier Lassalle, est parallèle à la (re-)découverte de la pauvreté dans les années soixante.

12Par extension, la lutte contre l’exclusion comprend des mesures d’inclusion. Celles-ci comportent des politiques visant à interdire toute discrimination et à encourager des pratiques égalitaires. En France, les politiques publiques ont accentué cette lutte. La loi de 2004 créant une Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité (HALDE) a été complétée par la loi sur la laïcité (2004) qui interdit dans les établissements publics, notamment scolaires, le port de signes d’appartenance à un groupe, à une culture ou une religion, même si, au vu de la législation précédente, déjà très explicite, cette loi s’apparente davantage à une réaffirmation de principes qu’à une avancée réelle. Les deux mesures sont anti-communautaristes, et prennent comme axiomatique l’allégeance à la République « une et indivisible ».

  • 18 Catherine Marry, sociologue « Les imaginaires sociaux associent toujours sciences, pouvoir et mascu (...)

13Si l’hybridité, issue des sciences naturelles, semble adaptée à une utilisation en sciences sociales pour décrire les croisements et métissages, et donc à s’appliquer plus particulièrement dans le domaine de l’identité ethnique, la mixité a des connotations plus larges. En France, le terme « mixité » fut initialement utilisé pour dénoter ce qui, dans la France de l’entre-deux-guerres, était appelé « gémination », la création d’écoles et de classes « géminées » où garçons et filles étaient scolarisés ensemble et non plus séparément (voir à ce propos l’article de Elvire Diaz sur l’Espagne des années trente). Ainsi, le terme est attesté dans le discours contemporain, utilisé en tant que synonyme d’égalité de traitement des sexes dans des mesures destinées à promouvoir l’éducation et l’emploi des femmes dans des secteurs traditionnellement réputés masculins. En mars 2004 Nicole Ameline, ministre déléguée à la parité et à l’égalité professionnelle, oeuvrait à obtenir un « accord interprofessionnel relatif à la mixité et à l’égalité professionnel entre les hommes et les femmes » entre les syndicats et le patronat18. La question du genre est posée à plusieurs reprises dans les articles de ce volume (voir infra) et ce numéro, fruit d’une hybridation, du travail de deux équipes de chercheurs à Poitiers et à Toulouse, sera prolongé par une réflexion sur le concept voisin et complémentaire de la parité.

  • 19 Le Monde, 9 mars 2004.
  • 20 Mickael Vaillant, « Avons-nous besoin de statistiques ethniques ? » Compte rendu du colloque « Stat (...)
  • 21 Les chiffres issus des recensements sont publiés et analysés par le bureau national de la statistiq (...)

14D’autres préfèrent le terme de diversité à celui de mixité. Á la même époque, l’opérateur historique de téléphonie au Royaume-Uni British Telecom, est cité en exemple par le patronat français en matière de recrutement des « minorités ethniques », pour utiliser la terminologie en vigueur outre-Manche. « La diversité est l’âme de notre entreprise », a ainsi déclaré le PDG de BT19. En 2005-2006 l’INED a mené une étude pilote dans certaines entreprises sur la notion de recensement ethnique, préalable nécessaire à toute forme de discrimination positive, car permettant de dresser un instantané de la discrimination « négative ». L’étude montre que les salariés d’origine maghrébine ou africaine sont très réticents à l’idée de s’auto-définir en tant que tels, ce qui suggère une diffusion des idéaux républicains y compris chez ceux qui pâtissent le plus de leurs limites. La communauté scientifique française se montre divisée sur la question. Certains défendent la thèse d’une plus grande « efficacité de l’action publique dans la contre les inégalités », d’autres soulignent l’erreur que représenterait une focalisation sur les différences ethniques aux dépens d’une analyse et des politiques qui prendraient en compte des causes d’inégalités autres qu’ethniques ou culturelles20. La polémique suscitée à l’automne 2007 par l’article 63 de la loi sur l’immigration (« loi Hortefeux »), qui inscrit dans la loi républicaine le principe de la statistique ethnique, n’a fait que raviver ces divisions. Les contributions de Vincent Latour et de Didier Lassalle rappellent fort utilement l’esprit et l’usage des statistiques ethniques au Royaume-Uni21.

  • 22 Guide complet des Services offerts par Gateshead Housing Company. Manuel des Locataires et des Titu (...)

15Á la différence de la France, où le terme mixité est ainsi accepté, il n’existe pas de terme équivalent au Royaume-Uni. Selon le secteur, on parle de « mixed schooling », d’égalité des chances, d’égalité d’accès aux études supérieures, de diversité ou de cohésion au sein des communautés. Les lois contre les discriminations introduites dans les années soixante-dix au Royaume-Uni sont fondées sur l’idée de non-exclusion de populations « différentes » et de non-différenciation ethnique, sexuelle, ou, plus récemment, physique (la Loi contre la discrimination envers les handicapés de 1995). La traduction des documents administratifs en diverses langues minoritaires, témoigne de cet état d’esprit. Le dépliant sur le logement collectif à Gateshead, par exemple, est traduit en urdu, bengali, arabe, chinois, farsi, hindi, punjabi, kurde-sorani, tchèque, portugais et… français, même si paradoxalement, le gouvernement britannique a fait de la maîtrise de l’anglais un élément d’intégration non négociable22. L’aménagement des règles et lois afin de respecter les coutumes et les croyances des différentes communautés est un autre exemple de cette tolérance : les jeunes filles musulmanes dans les établissements scolaires et les policières musulmanes portent le voile, tandis que les Sikhs ont une dérogation au port de casques pour pouvoir garder leur turban. Depuis octobre 2007, l’ensemble des mesures égalitaires et contre la discrimination est géré par un comité mixte protégeant l’égalité et les droits de l’Homme, la Commission for Equality and Human Rights instituée par l’Equality Act de 2006. Ainsi le terme de mixité est compris dans les mesures visant à contribuer à une plus grande égalité entre les citoyens et le respect des droits de chaque individu.

  • 23 ‘Britain Rediscovered’, Roundtable, Prospect, April 2005, pp. 20-25.

16En termes constitutionnels, le Royaume Uni est une nation hétérogène par excellence, composée en fait de quatre nations (même si l’essentiel de le l’Irlande se situe en dehors de l’union depuis 1922). Certes, les appétits de domination de l’Angleterre ont marqué plusieurs siècles d’histoire. Ils expliquent la perception essentiellement « anglocentrique » du Royaume Uni intégrée à l’extérieur des îles britanniques, notamment en France. Si l’on excepte l’épineuse question de l’Irlande du Nord, l’acceptation du caractère culturellement hybride du Royaume Uni semble être inscrite dans le principe même de l’union. « Our values have influenced our instituions and traditions in a particular way – partly because we have been a multinational society over centuries » rappelait Gordon Brown en 200523. Outre-Manche, si le passeport est britannique, on est avant tout anglais, gallois, écossais ou irlandais. Mais à l’étranger, entre expatriés ou touristes, c’est autour de cette identité britannique commune que l’on trinque dans les pubs de Bruxelles, Canberra ou Hong-Kong, sans que cela ne pose la moindre contradiction.

  • 24 ‘Building community in a diverse society’, Scarman Lecture, David Miliband, MP., Minister of Commun (...)

17En Grande-Bretagne la notion d’hybridité culturelle semble donc plus susceptible d’être acceptée, y compris du point de vue constitutionnel, que dans d’autres pays, du moins, en ce qui concerne les "minorités ethniques" dites nationales. Existe-t-il la même tolérance vis à vis des populations issues de l’immigration ? Devant le Scarman Trust, association pour la promotion de la diversité, David Miliband, ministre britannique des communautés et de l’administration locale, faisait état en janvier 2006 d’un royaume sinon désuni, du moins différencié. Selon lui, il existerait trois pays : la Grande Bretagne urbaine, changeante, diverse, et bigarrée ; l’Angleterre blanche où peu de minorités ethniques sont présentes (25 % des circonscriptions ont moins de 1 % de population issue des minorités) ; le pays divisé par des secousses économiques, raciales et religieuses, où les populations n’arrivent pas à surmonter leurs différences pour affronter ensemble les défis de la régénération urbaine et économique24.

18Les travaux qui suivent constituent des cas d’étude de l’acceptation des termes de mixité et d’hybridité principalement dans des pays anglophones : Royaume-Uni, Irlande, mais aussi France et Espagne. Ils concernent essentiellement le monde contemporain et les dernières décennies. Ils font une large place à la notion d’ethnicité, mais également à d’autres formes de mixité et d’hybridité.

  • 25 Elsa Boulesteix, « Access to Higher Education: Kent University. » TER de Master 1 « Représentations (...)

19La première partie tente d’apporter un cadrage qui délimite et définit les deux concepts. Didier Lassalle nous livre une analyse de l’évolution des concepts au Royaume-Uni depuis quinze ans. Au regard du caractère composite de la population suite au brassage démographique, aux unions exogamiques et au nombre croissant d’enfants « ayant une appartenance ethnique plurielle », l’identité devient difficile à déterminer, tant pour les personnes concernées que pour les instances administratives. Contrairement à la France, où le simple fait de dire l’appartenance ethnique est, pour beaucoup, perçu comme une atteinte aux principes fondateurs de la République, le Royaume-Uni rassemble de telles données et les utilise, tout comme les statistiques sur les classes sociales, pour affiner ses politiques sociales, notamment en matière d’éducation et d’amélioration de l’accès des populations défavorisées aux études supérieures25. Le formulaire de recensement britannique contient une section d’auto-déclaration de l’appartenance ethnique et religieuse de chaque citoyen. Le métissage grandissant a suscité le besoin de nouveau concepts, à connotation moins négative, et, selon Didier Lassalle, a contribué à l’émergence de la notion « d’hybridité culturelle utilisée pour représenter de manière positive le processus de différentiation interne qui se déroulait alors au sein des troisièmes et quatrièmes générations des communautés noires et asiatiques » aussi bien qu’« une grandissante sociabilité et synthèse culturelle noire/blanche ».

20L’intégration de groupes ethniques, le multiculturalisme, l’identité et la citoyenneté, la co-existence de communautés d’origines, de pratiques religieuses et de culture différentes sont abordés dans des cas d’étude spécifiques. Les premiers évoquent des cas contrastifs en comparant les pratiques britanniques et françaises dans les domaines de la citoyenneté et de l’appartenance. Catherine Puzzo nous livre une analyse de l’accueil officiel de nouveaux membres de la communauté nationale qui fournit matière à réflexion, non seulement sur la manière, mais aussi sur le sens profond de l’appartenance, telle qu’elle est entendue de part et d’autre de la Manche. Nadia Kiwan, prolonge la réflexion théorique en livrant une analyse du concept d’hybridité au vu de l’émergence d’une nouvelle forme de revendication de la mixité et s’interroge sur les raisons profondes du refus d’amalgame de certaines couches de la population – en l’occurrence celle des femmes musulmanes. Se pose alors la question du genre qui se greffe sur la question d’appartenance ethnique et agit comme facteur supplémentaire dans les paramètres de la mixité. Dans le présent volume, les femmes musulmanes à Londres (Nadia Kiwan) et à Bristol (Vincent Latour), ainsi que les listes entièrement composées de femmes pour les élections en Irlande du Nord (Christian Mailhes) font l’objet d’analyses portant sur la réussite ou le refus de la mixité des genres ainsi que sur l’hybridité ethnique. Les thèmes de communauté, de tolérance et d’intolérance, de mixité, sont communs lorsqu’on examine des minorités persécutées, que ce soit pour la couleur de leur peau, leurs croyances, leurs pratiques religieuses ou leur pratiques sexuelles : en France, par exemple, SOS Homophobie a pris modèle sur le réseau de soutien SOS Racisme. L’homophobie peut être assimilée à la manifestation d’un refus d’hybridité. Steve Wharton analyse l’évolution du phénomène depuis la loi créant la Haute Autorité de Lutte contre la Discrimination et pour l’Égalité. La persistance de discours homophobes et d’actes de violence contre les homosexuels laisse à penser que le refus de la mixité est toujours important.

21Abordant l’hybridité par le biais de sa représentation littéraire, Jean-Paul Revauger analyse l’intégration à rebours dans l’œuvre de Hanif Kureishi, écrivain britannique d’origine indienne, à contre-courant du multiculturalisme. Ses livres traduisent les difficultés que subissent les familles britanniques issues de l’immigration coloniale mais aborde en même temps la liberté sexuelle, sujet qui va à l’encontre des traditionalismes de toute sorte. Le film, tiré de la nouvelle My Son The Fanatic, montre une jeunesse qui rejette l’hybridité, des personnages « en contradiction complète avec la norme en vigueur » sur le plan des mœurs et des dictats « communautaires ». L’hybridité mènerait inexorablement à la décadence selon ces derniers. L’œuvre contribue à une mise en question des « valeurs traditionnelles du Royaume-Uni, au moins autant que celles des cultures issues de l’immigration » et identifie « ce qui constitue le noyau dur de l’identité britannique, la liberté de l’individu. » La publication en 2006 du premier roman de Guatam Malkani, Londonstani, où le parler des rues de la capitale est retranscrit dans sa version contemporaine, infusée d’expressions ethniques (« gora », « sala kuta », « desi », « pind ») reflète une nouvelle étape dans l’expression culturelle mixte, qui pourrait alimenter les craintes de ceux qui affirment la théorie de la déchéance décadente qu’entraîne l’hybridation.

22Dans la troisième partie, les pratiques de la mixité et de l’hybridité sont analysées à partir de cas d’étude qui abordent plus particulièrement les thèmes de la coéducation, de l’intégration des handicapés, et du multiculturalisme et du communautarisme. Promu par le gouvernement républicain en Espagne dans les années 1930, la mixité scolaire sous forme de co-éducation apparaît comme un précepte progressiste abolissant les différences : unique, laïque, et mixte sont des termes complémentaires presque synonymes utilisés dans la Constitution de 1931 pour définir l’école espagnole. La mixité est ainsi ici un outil de lutte contre l’influence de l’Église catholique pour mieux établir les assises de la jeune république en affranchissant les femmes par l’éducation laïque. Elvire Diaz décrit le débat qui s’instaure entre les tenants de la co-éducation et celle de l’éducation séparée des jeunes filles, qui argumentent, chacun de leur côté, que leur méthode favorise l’épanouissement intellectuel des femmes. C’est un débat qui est encore d’actualité au Royaume-Uni où, comble de l’ironie, on suggère de revenir à la séparation des sexes dans des classes séparées pour remédier aux résultats scolaires médiocres des garçons et le mauvais service rendu aux filles que représente en conséquence la mixité.

23La mixité scolaire est également centrale dans l’analyse que propose Marie-Hélène Adveille sur la place dévolue aux handicapés au Royaume-Uni. En se penchant sur le cas des personnes qui présentent des handicaps mentaux (intellectuels et/ou psychiques), elle livre une historique de la politique britannique en matière d’éducation et d’emploi des handicapés depuis les années 1970, période où la question a commencé à intéresser les pouvoirs publics. Elle propose un modèle qui décrit les différentes approches qui sont proposées sous les étiquettes de « ségrégation », « intégration » et « assimilation », qui pourra être utilisé dans l’analyse de divers domaines afin d’établir les degrés de mixité ciblés et/ou atteints.

  • 26 Cette analyse du discours est à comparer avec l’approche socio-spatiale : Frédéric Richard, « Racis (...)

24Enfin, les trois derniers articles éclairent des aspects politiques et juridiques de la mixité. Tout d’abord, Pascale Sempéré analyse la position du parti qui affirme représenter l’expression nationaliste des britanniques blancs. Le néologisme d’« ethnonationalisme blanc » désigne le rejet sans appel du multiculturalisme exprimé et développé dans le discours de ce parti politique à travers son site internet. Ce discours s’appuie sur une exclusivité plurielle : la population blanche est elle-même issue de plusieurs souches et de vagues d’immigration successives. Renversant les modèles, le BNP défend les autochtones blancs contre les envahisseurs « de couleur » et dénonce la discrimination, dont, selon lui, les blancs sont victimes. Pour ce parti, race et culture ne font qu’une : le multiculturalisme, la pluri-ethnicité, l’hybridité et le métissage sont élevés en totem s’il s’agit de la population blanche, en hérésie dès lors que la population blanche est « menacée » par les populations de couleur. L’idée qui sous-tend cette interprétation est celle d’une hiérarchie des valeurs, des peuples, des races et des cultures, d’une supériorité qui nie l’égalité des hommes et refuse l’égalitarisme inhérent aux politiques d’inclusion, dans un discours volontairement codé afin de ne pas tomber sous le coup de la loi26. Selon Pascale Sempéré, à travers sa propagande et son programme, le BNP démontre une « mixophobie » : « un rejet absolu de l’hybridation, du multi-culturalisme/-racialisme et de sa cause, l’immigration » : somme toute, l’équivalent blanc du communautarisme exarcerbé décrit dans l’ouvrage de Hanif Kureishi analysé par Jean-Paul Revauger.

25Bristol, ancien port emblématique du commerce triangulaire et aujourd’hui ville diverse, fournit le terrain d’étude pour un examen de la pratique du multiculturalisme britannique. Vincent Latour soulève pour sa part la question de l’appartenance multiple. Celle-ci est reconnue par les lois sur la citoyenneté et la nationalité, ainsi que par les questions d’appartenance dans le recensement décennal de la population (voir l’article de Didier Lassalle ci-dessous). Cette « reconnaissance publique du droit à la différence et à l’hybridité culturelle » selon Vincent Latour, rencontre cependant des résistances, qui émanent notamment des groupes que le mode de gestion britannique a quelque peu artificiellement érigés en « communautés ». Il identifie également, notamment, à Easton, inner city de la ville étudiée, une tendance à l’ « univocité » identitaire (l’identification prétendument exclusive à une identité donnée), qui s’apparente ainsi à un refus de l’hybridité, pourtant entrée dans les mœurs au Royaume-Uni. Ce constat semble corroboré par des études de plus grande ampleur, qui suggèrent que nombre de musulmans britanniques souhaitent se déterminer d’abord par leur « appartenance à la communauté des croyants », celle-ci « primant visiblement sur les considérations ethniques ou nationales » selon V. Latour. Autre phénomène qui renforce cette analyse : la fragmentation de la vie sociale, culturelle et confessionnelle à Bristol. Cet état de faits serait le corollaire paradoxal de la mise en place du multiculturalisme qui aurait « tendance à figer les communautés, tant par souci de respect des différences que pour des raisons matérielles ». En analysant l’évolution de la gestion de la diversité de part et d’autre de la Manche, Vincent Latour conclut à une « convergence croisée » des politiques en vigueur dans les deux pays (tout en soulignant que les modèles nationaux garderont selon toute vraisemblance une pertinence réelle). Ainsi, le Royaume-Uni a récemment adopté des mesures d’inspiration universaliste (réhabilitation de la notion d’ « intégration », incorporation de la citizenship education dans les programmes scolaires, et plus généralement, remise en question de l’approche différentialiste en vigueur depuis le milieu des années soixante). La France, quant à elle, semble de plus en plus tentée par des mesures de « différentialisme libéral » qui lorgnent vers un « mode de gestion anglo-saxon ».

  • 27 Bela Bhugowandeen, « Diversity in the British Police : Thames Valley » TER Master 1 Représentations (...)

26En dernier lieu, face à la division et à la confrontation des communautés en Irlande du Nord, la mixité a été imposée dans le cadre du règlement consensuel qui tente de mettre fin à l’impasse paralysante dans laquelle la province se trouvait. La mixité communautaire, selon Christian Mailhes, constitue le cadre implicite, le « socle fondamental de la construction sociale » de la reconstruction constitutionnelle issue de l’Accord de Paix de 1998. Dans le contexte spécifique de l’Irlande du Nord, la prémisse de mixité tente de « gommer » les particularismes et de surmonter les obstacles à une solution permanente aux difficultés rencontrées. Partage et coalition, égalité et consensus, mais aussi autonomie et protection des intérêts vitaux en sont les maîtres mots. La mixité ici reconnaît l’appartenance différenciée, modèle britannique identifié dans les articles précédents (D. Lassalle, V. Latour). Cette mixité est néanmoins paradoxale. Elle est fondée sur un clivage politique et n’a pas laissé de place à des groupes mixtes. Les partis politiques alternatifs, ouverts et représentant les exclus du système politique existant, ont trouvé peu d’appui. La résolution du conflit entre les communautés est restée figée selon le modèle des clivages antérieurs et ne prend pas en compte l’évolution sociale, l’immigration nouvelle. Ainsi, selon Mailhes, « le concept de mixité peut être synonyme d’intégration, de reconnaissance de l’autre, de brassage, conduire à la paix et à la stabilité, il peut aussi signifier son contraire. » S’appuyant sur une analyse de la mise en place de la mixité dans la police en Irlande du Nord (à comparer avec des études sur la mixité dans la police britannique27) et dans la justice, le débat sur la représentation égalitaire des communautés est mis en relief par les interprétations différentes données aux droits de l’homme : « la nature individuelle des droits sans appartenance » étant opposée à « un système de droits communautaires ». Enfin, une solution globale est recherchée, compromis apte à transcender la division politique et territoriale de l’Irlande toute entière, à englober à la fois la province britannique et la République d’Irlande.

  • 28 Nous avons abordé ce problème dans l’enseignement dans le numéro 1 des Cahiers du MIMMOC, ‘Variatio (...)

27Á la lumière des études des cas présentées dans ce numéro, la complexité des questions et les ramifications, parfois paradoxales, de la mixité et de l’hybridité apparaissent. En effet, comme pour l’ensemble des politiques sociales, la mise en place et le fonctionnement de politiques destinées à obtenir un résultat spécifique aboutissent souvent à des conséquences surprenantes, voire contraires aux buts souhaités. Une loi des effets pervers semble être à l’œuvre28. Alors que les mesures pour augmenter la mixité et soutenir l’hybridité devraient remédier à l’exclusion, plusieurs auteurs dans ce volume arrivent à la conclusion que les groupes sociaux auxquels ces mesures étaient destinées se referment et se protègent, notamment par crainte de perdre leur identité. Ce constat est à méditer dans un contexte, européen et au-delà, occidental, d’accélération du transfert des politiques publiques en matière de gestion de la diversité.

Haut de page

Bibliographie

C. Baudoux, C. Zaidman dir., Egalité entre les sexes. Mixité et démocratie, Paris, L’Harmattan, 1999.

Felouzis, Georges « Mixité urbaine et ségrégation ethnique dans les collèges français » dans Jouve et Gagnon, 2006.

Fize Michel, Les pièges de la mixité scolaire, Paris, Presses de la Renaissance, 2003.

Habib Claude, ‘Liberté, égalité, mixité’, dans C. Baudoux, C. Zaidman,1999.

Jouve Bernard, Gagnon Alain G. (dir.) Les métropoles au défi de la diversité culturelle, Grenoble, PUG, 2006.

Lagrange Hugues (dir.), L’épreuve des inégalités, Paris, Presses universitaires de France, 2006.

Lassalle Didier, Germain Lucienne, Les politiques de l’immigration en France et au Royaume-Uni : perspectives historiques et contemporaines, Paris, L’Harmattan, 2006.

Marry Catherine, « Les imaginaires sociaux associent toujours sciences, pouvoir et masculinité » Le Monde, 9 mars 2004.

Maurin Eric, Le ghetto français, Enquête sur le séparatisme social, Paris, Le Seuil, 2004.

Miliband David, ‘Building community in a diverse society’, Scarman Lecture, Londres, Scarman Trust, 31 janvier 2006. www.thescarmantrust.org/Scarman %20final.doc .

Revue française de civilisation britannique, ‘Le multiculturalisme britannique’, XIV, 3, automne 2007.

Frédéric Richard, « Racisme et vote d’extrême droite dans les Docklands de Londres. Pour aller au delà de l’image médiatique », in Revue Européenne des Migrations Internationales, Special Issue on British migration, Volume 15 (1), Poitiers, 1999, p. 77-100, http://remi.revues.org/document2144.html.

Richard Frédéric, Compte-rendu de Hamnet Chris, Unequal City, London in the global arena. Londres : Routledge, 2003, dans L’Espace géographique, 3/04.

Scarman Lord, Scarman Report : The Brixton Disorders, 10-12 April, 1981, Harmondsworth, Pelican, 1982 (2nd ed. 1986).

Simon Sherry, Hybridité Culturelle, Montréal, Éditions Ile de la Tortue, 1999.

Trouvé Susan, « Hors de l’établissement, point de salut : les exclusions scolaires au Royaume Uni », Cahiers du MIMMOC, 1, février 2006, ‘Variations autour de l’exclusion’.

Vaillant Mickael, « Avons-nous besoin de statistiques ethniques ? » Compte rendu du colloque « Statistiques "ethniques" » organisé par le Centre d’analyse stratégique, Maison de la chimie, 19 octobre 2006, http://www.esprit.presse.fr/esprit/news.php?code=19.

Varro Gabrielle, Sociologie de la mixité : de la mixité amoureuse aux mixités sociales et culturelles, Paris, Belin, 2003.

Wieviorka Michel, La différence, Paris, Balland, 2001.

Haut de page

Notes

1 Revue française de civilisation britannique, XIV, 3, automne 2007 ; Lassalle Didier, Germain Lucienne, Les politiques de l’immigration en France et au Royaume-Uni : perspectives historiques et contemporaines, Paris, L’Harmattan, 2006.

2 Sherry Simon, Hybridité Culturelle, Montréal, Éditions Ile de la Tortue, 1999, p. 7.

3 Dictionnaire historique de la langue française, (dir.) Alain Rey, Tome2, Paris, Dictionnaires le Robert, 1998.

4 Webster’s English Dictionary III (1966) www.m-w.com/dictionary/hybridity

5 Trésors de la Langue Française Informatisé : http://www.cnrtl.fr/lexicographie

6 Simon.

7 Hugues Lagrange, (dir.), L’épreuve des inégalités, Paris, Presses universitaires de France, 2006.

8 Gabrielle Varro, Sociologie de la mixité : de la mixité amoureuse aux mixités sociales et culturelles, Paris, Belin, 2003, p. 61.

9 Varro, p. 171.

10 Ibid. p. 180.

11 Michel Fize, Les pièges de la mixité scolaire, Paris, Presses de la Renaissance, 2003.

12 Claude Habib, ‘Liberté, égalité, mixité’, dans C. Baudoux, C. Zaidman dir., Egalité entre les sexes. Mixité et démocratie, Paris, L’Harmattan, 1999.

13 Sur la rénovation urbaine des quartiers de Londres voir : Hamnet Chris, Unequal City, London in the global arena. Londres : Routledge, 2003 ; Compte-rendu de Frédéric Richard, dans L’Espace géographique, 3/04.

14 Georges Felouzis, « Mixité urbaine et ségrégation ethnique dans les collèges français » Les métropoles au défi de la diversité culturelle, Jouve Bernard, Gagnon Alain G. (dir.) Grenoble, PUG, 2006.

15 Michel Wieviorka, La différence, Paris, Balland, 2001.

16 Eric MaurinLe ghetto français, Enquête sur le séparatisme social, Paris, Le Seuil, 2004.

17 Lord Scarman, Scarman Report: The Brixton Disorders, 10-12 April, 1981, Harmondsworth, Pelican, 1982 (2nd ed. 1986).

18 Catherine Marry, sociologue « Les imaginaires sociaux associent toujours sciences, pouvoir et masculinité » Le Monde, 9 mars 2004.

19 Le Monde, 9 mars 2004.

20 Mickael Vaillant, « Avons-nous besoin de statistiques ethniques ? » Compte rendu du colloque « Statistiques "ethniques" » organisé par le Centre d’analyse stratégique, Maison de la chimie, 19 octobre 2006, http://www.esprit.presse.fr/esprit/news.php?code=19.

21 Les chiffres issus des recensements sont publiés et analysés par le bureau national de la statistique, Office of National Statistics, http://www.statistics.gov.uk/focuson/ethnicity/

22 Guide complet des Services offerts par Gateshead Housing Company. Manuel des Locataires et des Titulaires de Bail de Propriété – Mai 2005, http://www.gatesheadhousing.co.uk/pdf/atoz/az_french.pdf (consulté 12 novembre 2007).

23 ‘Britain Rediscovered’, Roundtable, Prospect, April 2005, pp. 20-25.

24 ‘Building community in a diverse society’, Scarman Lecture, David Miliband, MP., Minister of Communities and Local Government, Londres, Scarman Trust, 31 janvier 2006. www.thescarmantrust.org/Scarman%20final.doc.

25 Elsa Boulesteix, « Access to Higher Education: Kent University. » TER de Master 1 « Représentations culturelles », sous la direction de Susan Trouvé Finding, Université de Poitiers, 2005.

26 Cette analyse du discours est à comparer avec l’approche socio-spatiale : Frédéric Richard, « Racisme et vote d’extrême droite dans les Docklands de Londres. Pour aller au delà de l’image médiatique », in Revue Européenne des Migrations Internationales, Special Issue on British migration, Volume 15 (1), Poitiers, 1999, p. 77-100, http://remi.revues.org/document2144.html.

27 Bela Bhugowandeen, « Diversity in the British Police : Thames Valley » TER Master 1 Représentations culturelles, Université de Poitiers, 2007, sous la direction de Susan Trouvé Finding.

28 Nous avons abordé ce problème dans l’enseignement dans le numéro 1 des Cahiers du MIMMOC, ‘Variations autour de l’exclusion’, février 2006, « Hors de l’établissement, point de salut : les exclusions scolaires au Royaume Uni ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Modèle 1. Existence parallèle
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/284/img-1.png
Fichier image/png, 1,0k
Titre Modèle 2. Existence superposée simple
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/284/img-2.png
Fichier image/png, 1,1k
Titre Modèle 3. Existence de plusieurs sous-groupes qui s’entrecroisent
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/284/img-3.png
Fichier image/png, 1,5k
Titre Modèle 4. Existence de un ou plusieurs sous-groupes à l’intérieur d’une entité plus grande
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/284/img-4.png
Fichier image/png, 1,5k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Susan (Trouvé) Finding et Vincent Latour, « Jalons pour une analyse comparée des concepts de mixité et d’hybridité », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 20 novembre 2007, consulté le 20 août 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/284 ; DOI : 10.4000/mimmoc.284

Haut de page

Auteurs

Susan (Trouvé) Finding

Susan Trouvé Finding est Maître de conférences habilité à l’université de Poitiers, membre du MIMMOC dont elle dirige l’axe de recherche Espaces et identités. Elle a publié plusieurs articles sur le thème des politiques sociales, notamment dans les domaines de l’éducation, de la famille et de l’histoire des femmes. Ses dernières publications sont parues dans des ouvrages collectifs : Le parti conservateur britannique : 1997-2007 Crises et reconstruction, dir. Jean-Philippe Fons, Rennes : PUR, 2007 ; Suffrage outside suffragism, Britain 1880-1914, dir. Myriam Bouhsaaba-Bravard, Londres : Palgrave, 2007 ; Les imaginaires de la ville, dir. Hélène et Gilles Menegaldo, Rennes : PUR, 2007 ; Citoyen ou consommateur : les mutations rhétoriques et politiques au Royaume-Uni, dir. Raphaëlle Espiet-Kilty et Timothy Whitton, Clermont Ferrand : Presses Université Blaise Pascal, 2006 ; et dans l’Observatoire de la Société britannique dont elle dirige le numéro 6, 2008 sur « Les coulisses du pouvoir ».

Articles du même auteur

Vincent Latour

Vincent Latour est Maître de conférences en civilisation britannique à l’Université de Toulouse 2 – Le Mirail et membre de l’équipe EEE (UMR 5222 / CNRS – Europe, Européanité, Européanisation). Ses travaux portent sur l’évolution de l’identité britannique (Britishness). Ses publications comprennent : « Converging at Last ? France, Britain and their Minorities » dans G. Raymond, T. Modood, The Construction of Minority Identities in France and Britain, London : Palgrave-Macmillan, 2007. « Les métamorphoses du multiculturalisme britannique », Revue française de civilisation britannique, XIV, 3, automne 2007 ; « Huit années de gestion travailliste des relations raciales (1997-2005) : Vers une autonomisation du modèle multiculturel britannique ? », Observatoire de la société britannique, 1, janvier 2006 ; et « Des Huguenots aux Somaliens : continuités et ruptures dans l’accueil des réfugiés à Bristol » dans L. Germain et D. Lassalle (dir.), Les politiques de l’immigration en France et au Royaume-Uni : perspectives historiques et contemporaine, Paris : l’Harmattan, 2006

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page