Navigation – Plan du site

Mixité et hybridité ethniques et culturelles au Royaume-Uni : un défi pour le multiculturalisme britannique

Didier Lassalle

Résumés

Le concept d’hybridité/métissage, né au 19ème siècle, a été récupéré, réhabilité et transformé par les penseurs britanniques de la postmodernité, tels que Stuart Hall, Homi Bhabba ou Paul Gilroy, dans les années 1980 et au début des années 1990. En dépit de ses limites conceptuelles, le concept réactualisé a pris racine et a eu son heure de gloire, sous le vocable d’hybridité culturelle, lors de l’arrivée au pouvoir du New Labour de Tony Blair. Il est aujourd’hui combattu à la fois par ceux qui s’inquiètent de la possible dissolution / disparition des cultures minoritaires au sein d’un vaste ensemble métissé indéfinissable ainsi que par ceux qui refusent « l’abâtardissement » de la culture britannique vécue comme monolithique et immuable. Par contre, l’hybridité ethnique en constante progression au sein de certains groupes ethniques minoritaires (Antillais, Africains, Chinois) est, quant à elle, promise à un grand avenir, signe de la vigueur et de la progression inéluctable du processus d’assimilation/intégration.

Haut de page

Texte intégral

Définir l’hybridité

  • 1 Cf. Amselle Jean-Loup, Logiques métisses : anthropologie de l’identité en Afrique et ailleurs, Pari (...)
  • 2 La politique officielle, soutenue et appuyée par une stricte morale victorienne, s’opposa ensuite v (...)
  • 3 Cf. Fichte Johann Gottlieb, Renaut Alain, Discours à la nation allemande (1807-1808), La Salamandre (...)
  • 4 Bonnard, A. cité par Taguieff. Cf. Taguieff Pierre-André, La force du préjugé : essai sur le racism (...)

1L’hybridité (ou métissage en français) est une idée du 19ème siècle liée au polygénisme, c’est-à-dire à la théorie selon laquelle il existerait une pluralité de souches humaines ayant donné « différentes races ». A cette époque, l’hybridité/métissage se résumait principalement au mélange des sangs du point de vue racial1, un phénomène relativement fréquent, pour ce qui concerne les colonisateurs britanniques, jusqu’au milieu du 19ème siècle en Inde et jusqu’au tout début du 20ème siècle en Afrique2. Cependant, le métissage avait très mauvaise presse en métropole et était fermement combattu par les « mixophobes », comme le théoricien du racisme Gobineau en France ou l’eugéniste Francis Galton au Royaume-Uni, qui le considéraient comme particulièrement subversif et dangereux. En termes coloniaux, il représentait une menace pour le prestige des colonisateurs Blancs ainsi que l’incarnation de la dégénérescence et de la décomposition morale de l’Europe. De plus, les enfants « métis » ébranlaient les principes mêmes sur lesquels les identités nationales, récemment forgées, se fondaient pour déterminer l’appartenance à un groupe humain imaginé comme racialement pur (en particulier la règle du jus sanguinis ou droit du sang) et/ou étaient censés compromettre la création des « liens invisibles », comme l’exprimait Fichte3, entre les individus formant nation. Les eugénistes racistes de cette époque concluaient même qu’il fallait, par des lois universelles et inflexibles, empêcher les mariages mixtes, car le métis « …n’est adapté à rien, sauf à une vie interlope entre les peuples et les races […] »4. L’hybridité/métissage représentait donc une affreuse et sordide indétermination, l’inquiétante possibilité d’une identité multiple ou suspendue, la non-assimilation à une quelconque catégorie.

  • 5 Cf. Bhabba Homi, The Location of Culture, Londres, Routledge, 1994. Cf. Morley David, Chen Kuan-Hsi (...)

2Il est donc étonnant qu’avec un passé aussi chargé, cette notion ait pu traverser le temps sans trop d’encombre tout en étant réinventée positivement, et, surtout, qu’on la retrouve presque virginale, c’est-à-dire nettoyée de toutes ses scories eugéniques, à notre époque. Pour ce qui nous concerne, elle a été réactivée et popularisée au Royaume-Uni par les penseurs de la « post modernité », comme par exemple Homi Bhabha, qui développe la notion d’ « hybridation » en relation aux processus de reproduction propres à la culture coloniale, ou Stuart Hall, qui s’oppose farouchement à l’essentialisme et prône le dialogue des cultures, les « identités multiples », et les « nouvelles ethnicités », fin des années 1980 et au tout début des années 19905. Comme on le voit, l’accent est alors placé sur l’aspect culturel plutôt que sur les aspects biologiques et génétiques de cette notion qui ne font plus sens puisque l’on sait, à la fin du 20ème siècle, que l’hérédité ne procède pas par mélange, mais par juxtaposition de caractères. Dans l’anthropologie moderne, l’hybridité (ou métissage) est désormais théorisée comme l’ensemble des processus résultant de la combinaison des peuples et des cultures.

  • 6 Amselle Jean-Loup, « Le métissage : une notion piège », Sciences Humaines, n°110, Novembre 2000.

3L’un des développements importants des années 1990 au Royaume-Uni a été l’apparition de la notion « d’hybridité culturelle/métissage culturel » utilisée pour représenter de manière positive le processus de différentiation interne qui se déroulait alors au sein des seconde et troisième générations des communautés Noires et Asiatiques. Ainsi, selon la formulation politiquement correcte de l’époque, le concept « débilitant » et « pathogène » du jeune coincé entre « deux cultures » laissait progressivement la place à celui « éminemment plus constructif » du mélange et de la fusion des influences qui questionnait à la fois les visions séparatistes et assimilationnistes de l’intégration. Malheureusement, cette notion porte en germe sa propre contradiction qui la rend délicate à utiliser dans le contexte des sociétés pluriethniques et pluriculturelles modernes. Comme le souligne très justement Jean-Loup Amselle, elle nous contraint à penser qu’il existe des « cultures pures », comme on pensait jadis qu’il avait existé des « races pures ». Ainsi, la théorie de l’ « hybridité culturelle » sert de paravent à celle, plus ancienne, de la pureté des cultures. Or l’anthropologie moderne insiste sur le fait que les cultures, comme les populations, ne disparaissent jamais totalement, mais qu’elles se mélangent et se transforment continuellement. Il est donc impossible de préciser une période où elles auraient existé plus authentiquement6. De plus, de dramatiques évènements historiques récents (par exemple dans l’ancienne Yougoslavie, l’ancienne URSS ou au Rwanda etc.) ou la multiplication des revendications autonomistes et régionalistes en Europe et dans d’autres parties du monde, montrent que des identités culturelles/ethniques différentes peuvent être revendiquées et/ou recrées à tout moment de l’histoire des peuples, ce qui en relativise encore la pertinence.

Hybridité culturelle et multiculturalisme

  • 7 À Oldham le 26 mai, Leeds le 5 juin, Burnley le 23 juin et Bradford le 7 juillet 2001. Cf. Cantle, (...)

4Au Royaume-Uni, le discours sur l’hybridité/métissage s’est développé, en grande partie, en réaction au multiculturalisme et à ses dérives essentialistes. En effet, l’une des tendances les plus critiquables (et critiquée) du multiculturalisme consiste à exagérer artificiellement les différences culturelles, ce qui peut (dans un contexte de fortes tensions intercommunautaires et de montée de l’islamophobie) encourager le repli identitaire, et même déboucher sur des formes plus ou moins sévères d’auto-ségrégation culturelle dénoncées, par exemple, dans le rapport Cantle sur les émeutes urbaines du printemps et de l’été 20017.

  • 8 Gilroy, Paul, The Black Atlantic: Modernity and Double Consciousness, Londres, Routledge, 1993 (Ver (...)
  • 9 Modood, Tariq, Multicultural Politics: Racism, Ethnicity and Muslims in Britain, Edinburgh, Edinbur (...)

5Ce discours peut se décomposer en deux phases successives. La première suit sur le sillon idéologiquement bien tracé de la lutte antiraciste et de l’héritage partagé. On trouve, tout d’abord, le concept de « Black Atlantic », développé par Gilroy (1993), qui insistait sur l’expérience et l’héritage communs des Noirs d’Afrique, des Caraïbes, de Grande-Bretagne et d’Europe de l’Ouest pouvant servir de socle à l’élaboration d’une culture « transnationale »8. Au cours de la même période, on assista également à l’émergence d’une identité « Sud-Asiatique » (South-Asianness) qui transcendait les clivages nationaux, religieux ou de caste, toujours très prégnants dans ces milieux9. La phase plus tardive de la recherche d’une identité « transethnique » a permis de dégager la notion « d’hybridité culturelle/métissage culturel » qui a connu son heure de gloire lors de l’arrivée au pouvoir du premier gouvernement New Labour de Tony Blair en 1997. En effet, la rhétorique New Labour de l’époque s’efforçait de souligner le caractère pluriel et dynamique de la société britannique qui devait se réinventer et célébrer sa diversité (« Cool Britannia », « rebranding Britain »).

  • 10 Alibhai Brown, Yasmin, Who do we think we are? Imagining the New Britain, Londres, Allen Lane, Peng (...)

6L’engouement pour « l’hybridité culturelle » s’est traduit par l’utilisation fréquente de termes bi-culturaux (hyphenated identities) par les jeunes issus des minorités ethniques, dont la très grande majorité était née dans le pays. C’est ainsi que l’on a vu fleurir des expressions telles que « Black British », « Asian British » ou « British Muslim » qui étaient considérées comme étant plus en adéquation avec la réalité vécue des individus des deuxième et troisième générations. Selon le discours convenu de l’époque, les jeunes générations cherchaient de plus en plus à se libérer des contraintes d’une identité unique considérée comme immuable et imposée de l’extérieur, et soulignaient qu’une étiquette catégorielle étriquée était totalement inadéquate pour résumer la complexité de leur héritage culturel10. Certaines de ces identités « bi-culturelles » ont, par la suite, été officialisées dans les intitulés catégoriels de la question ethnique du recensement de 2001, comme par exemple ceux de « Asian British » et de « Black British ».

  • 11 Cf. Gates Jnr. H.L., « Black Flash », The Guardian du 19/7/1997. Cf. Boulton M. J., Smith P., « Eth (...)
  • 12 Interview réalisée par l’auteur.
  • 13 Cf. Modood, Tariq, Multicultural Politics: Racism, Ethnicity and Muslims in Britain, op. cit.  

7Cependant, en y regardant de près, la situation sur le terrain était beaucoup plus complexe. L’hybridation culturelle/métissage culturel portée aux nues ne pouvait réellement s’appliquer qu’à un nombre relativement restreint d’individus qui se recrutaient quasiment aux deux extrémités de l’échelle sociale. D’une part, ce sont avant tout les artistes et les intellectuels Noirs et Asiatiques formés dans les universités britanniques, en particulier les nouvelles universités (les anciennes « polytechnics »), qui ont été à l’avant garde de ce mouvement dans leur lutte contre le « racisme culturel » et à la recherche d’espaces autonomes d’activité créatrice dans le monde de l’art, du spectacle, des médias et de l’université elle-même. Cette minorité d’individus, était effectivement passée maître dans l’art délicat de la « navigation interculturelle ». D’autre part, d’autres observateurs (Stuart Hall en particulier) ont mis en évidence une grandissante sociabilité et synthèse culturelle Noire/Blanche surtout chez les jeunes provenant des classes sociales les moins favorisées. Par exemple, dans certains groupes de Blancs issus de la classe ouvrière, le « style culturel » des Noirs est fortement valorisé et les amitiés interethniques sont considérées comme acceptables. De nombreux jeunes Blancs, en particulier les garçons, admirent et vénèrent comme des héros les vedettes noires du sport, de la musique et du monde du spectacle, et parlent comme des Jamaïquains11. L’ancien président de la C.R.E., Herman Ouseley, souligne également que : « les gens sont en train de changer, en particulier, la prochaine génération de jeunes Noirs et Asiatiques qui voit qu’une partie de la culture britannique a été influencée par eux et s’illustre dans une nouvelle culture de la jeunesse. De la même manière, ils s’adaptent et se mélangent plus sans perdre leurs racines et leur héritage culturel »12. Pourtant, dans la majorité des cas, le poids des traditions et l’attachement à la culture d’origine jouent encore un rôle majeur, en particulier chez les personnes originaires du sous-continent Indien, même si l’identification ethnique n’est plus désormais nécessairement liée à l’exercice individuel de pratiques culturelles distinctes, tels que connaître la langue des parents, pratiquer une religion, ou se vêtir de manière traditionnelle13.

8Le concept « d’hybridité culturelle/métissage culturel », qui remet non seulement en cause toute vision culturellement unifiée de la nation mais également toute vision trop culturellement fragmentée, est combattu à la fois par ceux qui s’inquiètent de la possible dissolution/disparition des cultures minoritaires au sein d’un vaste ensemble métissé indéfinissable, à moyen terme, ainsi que par ceux qui refusent « l’abâtardissement » de la culture britannique vécue comme monolithique et immuable. D’autre part, les attentats terroristes (dont ceux de juillet 2005 à Londres qui ont fortement contribué à réactiver l’islamophobie ambiante), les guerres (dont celle fortement médiatisée contre le terrorisme), les tensions interethniques de plus en plus perceptibles, les prises de position proaméricaines du gouvernement Blair ont aliéné une grande partie des musulmans du pays qui se sont frileusement repliés sur eux-mêmes dans une attitude défensive. S’est alors enracinée l’idée que la culture musulmane était en quelque sorte, insoluble dans la démocratie libérale ou tout du moins réfractaire aux tentatives d’hybridation culturelle/métissage culturel. Selon les détracteurs du concept d’hybridité, ceci en invalidait donc le caractère universel et en montrait les limites. Exit le multiculturalisme, exit l’hybridité culturelle, retour à grande vitesse vers le passé : l’heure est désormais à l’intégration/assimilation.

9Le concept d’hybridité a été développé au Royaume-Uni, sous sa forme actuelle, dans les années 1990, mais on en dégage les prémices à la fin des années 1960, lorsque le pays commence à découvrir et à prendre conscience de sa diversité ethnique et religieuse croissante.

10L’origine de la présence de communautés ethniques minoritaires sur le sol britannique remonte à la fin de la Seconde Guerre mondiale, qui vit se mettre en place un processus de décolonisation progressive associé à la création d’un Commonwealth élargi aux nouveaux États ainsi créés. Les accords régissant ce Commonwealth élargi autorisaient la libre circulation et la libre installation en métropole des personnes appartenant à ce vaste ensemble géographique. C’est pourquoi, la forte demande de main-d’œuvre en métropole, liée aux besoins du développement industriel et à la mise en place de vastes services publics dans le domaine de la santé et des transports (pull factors), couplée à la pression démographique et aux immenses difficultés économiques rencontrées par ces nouveaux pays émergents (push factors) ont encouragé l’immigration en provenance des anciennes colonies de l’Empire.

  • 14 Layton-Henry, Z., The Politics of Immigration, Blackwell, Oxford, 1992, Table 1.1 Estimated net mig (...)

11La première grande vague d’immigration débuta classiquement le 22 juin 1948 avec l’arrivée de l’Empire Windrush, transportant 492 travailleurs jamaïcains, et prit fin au milieu de l’année 1962, date à laquelle ont été mis en place les premiers contrôles migratoires. Au cours de cette période, quelques 280 000 personnes originaires des anciennes Antilles britanniques s’installèrent en métropole, et près de 150 000 Indiens et Pakistanais firent de même entre 1955 et 1962. C’est aussi à cette époque que débuta l’immigration chinoise qui concerna quelques 45 000 personnes entre 1951 et le milieu des années 196014.

  • 15 Lassalle, D., “ Le Droit d’Asile au Royaume-Uni : Evolution et perspectives dans le contexte europé (...)

12En dépit des restrictions de plus en plus drastiques imposées à l’immigration en provenance des pays du Nouveau Commonwealth à partir de 1962, les autorités britanniques furent contraintes de prendre des mesures favorisant le regroupement familial, ce qui transforma cette immigration purement économique en une immigration de peuplement. D’autre part, les soubresauts politiques liés à la décolonisation en Afrique de l’Est ont également forcé les gouvernements britanniques successifs à accueillir d’autres immigrants originaires du sous-continent indien, mais résidant dans ces pays africains, à partir du milieu des années 1960 et jusqu’à la fin des années 1970. Ces personnes étaient, au plan administratif, des citoyens du Royaume-Uni et des Colonies, et possédaient donc un passeport qui leur donnait le droit de s’installer en métropole en échappant à tout contrôle. De la même manière, en prévision de la rétrocession de Hong Kong à la Chine en 1997, le dernier gouvernement de M. Thatcher accorda, en 1990, la citoyenneté pleine et entière à quelque 50 000 ressortissants de la colonie (surtout des hauts fonctionnaires et leurs familles), pour assurer la continuité et la stabilité nécessaires jusqu’à cette date. Enfin, le quart de siècle qui vient juste de prendre fin a été le témoin, souvent impuissant, de l’accroissement continuel des conflits régionaux accompagnés de leurs désespérants cortèges d’exactions, de massacres et d’atteintes répétées aux droits de l’homme. Ces événements nombreux et récurrents ont eu pour résultat de faire exploser le nombre de réfugiés politiques cherchant asile, et le Royaume-Uni, lié par les traités internationaux sur leur accueil, a dû en recueillir un très grand nombre (Boat people vietnamiens, Somaliens, Éthiopiens, Ougandais, Kurdes, Afghans, Iraniens, Sri Lankais, Kashmiri, Bosniaques etc.), qui sont venus grossir les rangs des communautés ethniques minoritaires15. L’un des effets pervers de la mondialisation rampante des années 1990 a également été de stimuler l’immigration clandestine. Ce rapide survol historique souligne la grande diversité géographique et culturelle des populations qui sont arrivées sur le territoire britannique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, et qui ont contribué à transformer la société britannique en une entité multiethnique complexe.

  • 16 The Parekh Report, The Future of Multi-Ethnic Britain, Table B : The changing population of Britain (...)

13Le pays s’est progressivement accoutumé à cette nouvelle situation en appliquant des recettes inspirées des exemples américain, canadien et australien qui ont débouché sur la mise en place, dans les années 1980, d’un multiculturalisme à la britannique : c’est-à-dire adapté à son nouveau terroir. L’une des conséquences pratique de cette évolution fut l’inclusion d’une question ethnique dans le recensement de la population de 1991 qui officialisa le découpage de la société britannique en unités ethnoculturelles plus ou moins bien définies, et dont la pertinence est encore très controversée. Les minorités ethniques constituaient environ 8 % (soit 4,7 millions de personnes) du total de la population britannique selon le dernier recensement de la population réalisé en 2001. Au rythme de croissance actuel on estime que ces populations pourraient représenter 10 % du total de la population britannique en 202016.

Hybridité ethnique et multiculturalisme : enseignements démographiques et sociologiques des recensements de 1991 et de 2001

  • 17 En 2002/2003, le pourcentage global des unions exogamiques est passé à 2,5% du total des mariages e (...)

14L’analyse de l’évolution des pourcentages d’unions exogamiques entre le début des années 1990 et le début des années 2000 indique qu’ils ont augmenté pour pratiquement tous les groupes ethniques à l’exception des minorités originaires d’Asie du Sud pour lesquelles ils restent faibles et relativement stables. Cependant, le contraste entre les Indiens d’une part (dont la majorité est hindou ou sikh) et les Pakistanais/Bangladais (qui sont musulmans pour la plupart) est assez net : les unions interethniques étant deux à trois fois moins nombreuses chez ces derniers (respectivement 7 %, 4 % et 2 %)17.

  • 18 Il s’agit d’une estimation car cette catégorie « ethnique » n’existait pas encore lors du recenseme (...)

15L’apparition de la nouvelle catégorie ethnique Métis (Mixed) et de ses quatre sous-catégories (White and Black Caribbean, White and Black African, White and Asian, Any other mixed background) dans la question ethnique du recensement de 2001 constitue, sans aucun doute, une reconnaissance officielle du concept d’hybridité ethnique/métissage ethnique. C’est également une arme placée dans les mains des opposants au multiculturalisme qui critiquent l’ethnicisation toujours plus poussée de la société britannique contemporaine et combattent ce processus de fragmentation sur le point de s’emballer. La focalisation de la question ethnique sur le cas des Métis, qui constituent une population en croissance très rapide alors que les autres groupes ethniques minoritaires ont plutôt tendance à stagner ou croissent à un rythme moins soutenu, indique également un changement dans les priorités gouvernementales. En effet, les unions interethniques dont les métissages sont les fruits, sont souvent considérées comme des marqueurs positifs de l’intégration/assimilation (ce qui constitue une hérésie selon les plus farouches partisans du multiculturalisme). Pour fixer les idées, les Métis représentent environ 15 % du total de l’ensemble des minorités ethniques selon le recensement de 2001 et ont doublé leur population entre les deux derniers recensements, selon les estimations, passant d’environ 350 000 à plus de 700 000 personnes18. La jeunesse de cette population, la multiplication des unions interethniques (en particulier entre les Antillais et les Blancs – plus d’un tiers des unions) font que cette catégorie va très probablement s’accroître de plus en plus rapidement.

16L’effet pervers le plus redoutable de ces résultats démographiques est que l’on peut en faire une lecture particulièrement défavorable à la minorité musulmane. En effet, la mise en évidence d’une intégration/assimilation différentielle incontestable en fonction de l’appartenance ethnico-religieuse vient encore renforcer, et même apporter une caution « quasi-scientifique », au sentiment déjà bien ancré que les musulmans sont culturellement inassimilables.

17L’impact de la mixité ethnique et culturelle au Royaume-Uni est difficile à évaluer avec précision. Cependant, le recensement de 1991 et celui de 2001 (qui comprenait également une question religieuse dont le renseignement n’était pas obligatoire) ont apporté une foule de renseignement objectifs et subjectifs qui permettent d’appréhender quantitativement, mais également qualitativement (dans une certaine mesure), cet impact. Nous nous concentrerons, dans un premier temps, sur les unions interethniques et, dans un deuxième temps, sur l’analyse de l’évolution des catégories ethniques utilisées dans les deux recensements.

18Lors du recensement de 1991, l’étude des unions interethniques a fait l’objet d’un soin tout particulier de la part des démographes de l’Office National des Statistiques qui travaillent dans une perspective assimilationniste ou intégrationniste. En effet, les unions interethniques sont considérées à la fois comme un marqueur et comme un élément crucial du processus d’intégration/assimilation à la société hôte. Les familles interethniques, en particulier les enfants issus de ces unions, participeraient à l’éradication des barrières qui séparent les minorités ethniques des autochtones, et contribueraient ainsi à renforcer leur intégration socioéconomique et culturelle.

19Les données recueillies montraient que les unions exogamiques (mariage et cohabitation) ne concernaient qu’une très petite proportion de l’ensemble des ménages britanniques (1,3 % au total). De plus, leur très grande majorité était constituée de l’union entre une personne appartenant à la majorité Blanche et une personne issue d’une minorité ethnique. Les unions exogamiques entre minorités ethniques étant extrêmement rares en raison, probablement, de la faible taille et de la dispersion géographique de ces populations.

  • 19 Berrington, A., "Marriage patterns and inter-ethnic unions", dans Coleman, D. & Salt, J., Ethnicity (...)
  • 20 Muttarak, R., “ Who Intermarries in Britain? Ethnic Intermarriage ”, Msc Thesis, Department of Soci (...)

20D’une manière générale, les unions exogamiques étaient généralement plus nombreuses chez les hommes que chez les femmes, et plus nombreuses au sein des minorités noires que chez les minorités issues du sous-continent indien. Par exemple, 40 % des Antillais et 20 % des Antillaises âgés de 16 à 35 ans vivaient avec un partenaire Blanc alors que dans cette tranche d’âge, le pourcentage des Indiens et des Indiennes dans le même cas de figure était respectivement de 7 % et 4 %. Le cas des Chinois et des autres asiatiques étant particulier, puisqu’ils étaient les seuls groupes ethniques minoritaires pour lesquels les unions exogamiques sont plus nombreuses chez les femmes que chez les hommes : elles concernaient environ 16 % des hommes et 22 % des femmes dans le cas des Chinois19. Cette variation du taux des mariages exogames en fonction de l’appartenance ethnique des individus marquerait donc le différent degré d’intégration de ces minorités. Cependant, d’autres facteurs doivent être pris en compte : le genre, l’appartenance confessionnelle, le niveau socioéconomique, l’éducation20.

  • 21 Muttarak, R., Marital assimilation: Ethnic Intermarriage in Britain, 12th Biennial Conference of th (...)

21Passons maintenant à l’évolution récente de ce phénomène. Les différentes études qui ont été réalisées à partir du recensement de 2001 soulignent la nette progression du nombre des unions interethniques au Royaume-Uni. En 2002/2003, le pourcentage global de ces unions est passé à 2,5 % du total des mariages et des cohabitations recensés. Il a donc été multiplié par deux en l’espace de dix ans, ce qui est considérable. De plus, les pourcentages d’unions exogamiques ont augmenté pour pratiquement tous les groupes ethniques à l’exception des hommes issus des minorités originaires d’Asie du Sud pour lesquelles ils restent relativement stables. Ils atteignent des proportions considérables chez les Métis (environ 70 %), chez les Autres Noirs (environ 40 %) et les Antillais (environ 32 %) ainsi que chez les Chinois (environ 29 %) et les Autres Asiatiques (environ 25 %) (tableau n° 1). Ces résultats concordent relativement bien avec l’approche assimilationniste qui soutient que le nombre des unions interethniques doit progresser régulièrement en fonction de la durée d’installation des groupes ethniques dans la société “ hôte ”. Un élément supplémentaire appuyant cette théorie est le fait que les personnes issues des secondes générations (c’est-à-dire nées au Royaume-Uni) affichent des taux d’unions interethniques bien supérieurs à celles des premières générations, à l’exception des femmes pakistanaises (tableau n° 2)21.

  • 22 Cf. Muttarak, R., op.cit., 2004, Table 1 p. 15 & figure 1 p. 16.

Tableau 1 : Pourcentages d’unions interethniques en fonction de l’appartenance ethnique et du sexe (2002 -2003)22.

Groupes ethniques

Hommes

Femmes

Blancs

1,3

1,1

Métis

70,3

69

Indiens

6,7

7,2

Pakistanais

4,4

2,2

Bangladais

1,8

1,6

Chinois

19,8

38,1

Autres Asiatiques

18,2

32,7

Antillais

35,5

31,7

Africains

12,4

8,5

Autres Noirs

45,2

34,3

Autres groupes ethniques

31,1

34,4

  • 23 C.R.E Factsheets, Young People in Britain, 1998, Fig. n°8, Proportion of children with one White pa (...)

22Le nombre des enfants ayant une appartenance ethnique plurielle est donc en plein essor. Par exemple, 39 % des enfants de moins de 16 ans ayant un père ou une mère d’origine Antillaise ont leur autre parent Blanc. Il en est de même pour 15 % des enfants ayant un père ou une mère d’origine Chinoise, mais pour seulement 3 % de ceux ayant un père ou une mère d’origine Indienne23.

  • 24 Cf. Muttarak, R., op.cit., 2004, figure 3, p. 22.

Tableau 2 : Pourcentages d’unions interethniques par génération 2002-200324.

 En %

Première génération

Seconde génération

Groupes ethniques

Hommes

Femmes

Hommes

Femmes

Métis

54,8

66,3

81,5

71,1

Indiens

5,3

5,3

13

15,3

Pakistanais

3,2

2,4

8,8

1,5

Bangladais

1,5

0,4

10,4

12,4

Chinois

10

30,9

61,3

85,6

Antillais

27

16

47,1

29

Africains

11,2

8,3

9,6

20,9

23Qualitativement, l’analyse de l’évolution des catégories ethniques entre les deux recensements de la population souligne l’importance que les statisticiens gouvernementaux accordent à cette population en forte croissance. En effet, les Métis (Mixed), qui n’étaient pas représentés en tant que catégorie ethnique à part entière dans le recensement de 1991, font une entrée en force très remarquée dans celui de 2001 avec quatre sous-catégories, et sont classés juste après les Blancs, ce qui évoque, chez certains esprits critiques, un ordre hiérarchique ou un droit de préséance fondé sur la couleur de peau (voir questions 1 et 2 ci-dessous).

  • 25 Sources : Formulaire de recensement, Census, April 1991, Office for National Statistics.

Question n° 1 : Question ethnique du recensement de 199125
Ethnic group
Please tick the appropriate box:
White
Black Caribbean
Black African
Black Other:
Please describe: ………….
Indian
Pakistani
Bangladeshi
Chinese
Any other ethnic group:
Please describe: ……..
If the person is descended from more than one ethnic or racial group, please tick the group to which the person thinks he or she belongs, or tick the ‘Any other ethnic group’ box and describe the person’s ancestry in the space provided.

  • 26 Sources : Formulaire de recensement, O.N.S, 2001. Voir également le site web de National Statistics (...)

Question n° 2 : Question ethnique et question religieuse du recensement 200126
What is your ethnic group?
Choose ONE section from A to E, then √ the appropriate box to indicate your cultural background.
A. White
British
Irish
Any other White background: Please write in: ……….
B. Mixed
White and Black Caribbean
White and Black African
White and Asian
Any other mixed background. Please write in: …………..
C. Asian or Asian British
Indian
Pakistani
Bangladeshi
Any other Asian background: Please write in: ……………
D. Black or Black British
Caribbean
African
Any other Black background: Please write in: …………………..
E. Chinese or other ethnic group
Chinese
Any other: Please write in: ……………….
10. What is your religion?
This question is voluntary √ one box only.
None
Christian (including Church of England, Catholic, Protestant and all other denominations)
Buddhist
Hinduist
Jewish
Muslim
Sikh
Any other: Please write in: ……………

24Le recensement étant un outil éminemment politique, la focalisation de la question ethnique sur le cas des Métis, qui, comme nous venons de le voir, constituent une population en croissance très rapide, contrairement aux autres groupes ethniques qui ont plutôt tendance à stagner ou croissent à un rythme moins soutenu, indique probablement un changement dans les priorités gouvernementales. Ceci pourrait préfigurer le retour en odeur de sainteté du modèle libéral d’intégration du milieu des années 1960 cher à Roy Jenkins, au détriment du modèle pluraliste multiculturel qui prévalait jusqu’alors.

La notion d’hybridité culturelle a-t-elle un avenir ?

25Les progrès de l’hybridation culturelle sont lents car ce processus récent ne touche, comme nous l’avons déjà indiqué, qu’un nombre extrêmement restreint d’individus relativement marginaux par rapport à leurs propres communautés, et n’a pas encore véritablement diffusé dans les milieux minoritaires. D’autre part, le poids des traditions et l’attachement à la culture d’origine jouent un rôle majeur, en particulier chez les personnes originaires du sous-continent indien. Comme le dit très bien le député Marsha Singh :

  • 27 Interview réalisée par l’auteur.

Bien qu’il y ait un pourcentage important d’enfants nés au Royaume-Uni, de nombreux mariages ont toujours lieu au Pakistan, au Bangladesh ou en Inde. Le lien est donc toujours très fort avec les pays d’origine, et il y a toujours une émigration dans ce pays de personnes de la troisième génération possédant une culture de la première génération. La situation est beaucoup plus complexe que les gens ne le pensent généralement, et les fréquentes visites familiales signifient que ces liens sont toujours forts et qu’ils continuent également de se renforcer27.

26De même, si la grande majorité des hommes politiques reconnaît et accepte le caractère multiethnique et multiculturel de la société britannique et souligne les apports des différentes communautés à la culture nationale, elle ne s’aventure que très rarement sur le terrain mouvant de l’hybridité qui fait grincer les dents des ultra-nationalistes, arc-boutés sur leur positions culturelles défensives, enracinées dans une vision passéiste de l’histoire (l’Empire), et leur conception figée de la société. Par exemple, dans son discours « Identity and The British Way », W. Hague, un ancien dirigeant du parti conservateur, insistait sur la grande variété de la population britannique :

... nous avons nos Celtes, nos Pictes, nos Saxons, nos Angles, nos Normands, nos Juifs, nos Huguenots, nos Indiens, nos Pakistanais, nos Afro-Antillais, nos Bangladais, nos Chinois et un nombre incalculable d’autres. Ils sont le peuple britannique, tous.

  • 28 Cf. discours de William Hague, “Identity and the British Way”, prononcé le 19/01/1999.
  • 29 Cf. discours de Robin Cook dans le quotidien The Guardian du 19/4/2001, “ Robin Cook’s Chicken Tikk (...)

27Il célébrait également les « vagues d’immigration successives qui ont enrichi notre culture, notre langage et, grâce à Dieu, notre cuisine »28. Les ministres du gouvernement New Labour de Tony Blair sont allés un peu plus loin en parlant de changer l’image du pays (rebranding Britain). Pour le ministre des finances, Gordon Brown, le Royaume-Uni est une nation métissée (a mongrel nation), alors que pour l’ancien ministre des affaires étrangères Robin Cook, l’image qui convenait le mieux était celle du chicken tikka massala (un plat anglo-indien par excellence)29.

  • 30 Par exemple, les minorités ethniques n’ont aucun représentant élu au sein de l’Assemblée Galloise e (...)
  • 31 Hussain, A. et Miller, W., Implementing the Oxymoron? Multicultural Nationalism in Scotland, Connec (...)

28Cependant, il existe de grandes inquiétudes concernant la montée rapide des nationalismes régionaux après les dévolutions galloises et écossaises. Ces inquiétudes sont encore renforcées par l’émergence d’un nationalisme anglais souvent virulent. Du point de vue des minorités ethniques et de leur future intégration au sein de ces nouveaux États régionaux, la situation est délicate, car les discours identitaires des séparatistes écossais et gallois ainsi que des nationalistes anglais portent essentiellement sur la définition d’une appartenance plus exclusive, basée sur des origines ethniques et culturelles précises (celtiques, saxonnes) ainsi que sur le lien ancestral avec le pays. Elles seraient alors reléguées, de fait, dans un statut de citoyen de seconde classe, car elles ne peuvent se reconnaître dans les nouvelles entités nationales ainsi réinterprétées. L’expérience récente a montré que les nouvelles élites politiques écossaises et galloises, qui tendent désormais à s’éloigner de cette conception ethnique du nationalisme et prônent un « nationalisme civique « beaucoup plus « inclusif » , ne font toujours pas beaucoup de place aux minorités en leur sein30. Le S.N.P (Scottish Nationalist Party) a d’ailleurs défendu, dans un passé récent, l’idée de l’assimilation minoritaire dans une culture supérieure établie plutôt que celle de la diversité et de l’égalité entre les différentes cultures qui partagent le même espace géographique31.

29Pour les partisans de l’hybridité culturelle, le concept de « Britannicité » ne constitue pas une panacée, mais c’est un outil de la citoyenneté qui pourrait permettre de rassembler des individus issus de milieux très divers en un corps social unifié, sans avoir recours à l’ethnicité. Il s’agit ni plus ni moins que d’inventer une nouvelle vision de l’identité britannique qui tienne compte de la diversité des formes qu’elle peut prendre. Cette nouvelle définition de l’identité nationale devrait pouvoir intégrer certains des particularismes minoritaires et permettre ainsi à ces communautés une plus grande appropriation symbolique plutôt que de leur demander sans cesse de se conformer à une norme culturelle qu’ils n’ont pris aucune part à forger. La question primordiale, et toujours sans réponse, est donc de comment créer

  • 32 The Independent du 28/7/1998, “Real Britannia: What does it mean to be British? ”

une nouvelle version de la Britannicité qui soit inclusive plutôt qu’exclusive, qui soit basée sur le présent plutôt que sur le passé, qui soit urbaine plutôt que rurale, qui soit sincèrement multiculturelle, qui ne prenne pas sa source en Angleterre conservatrice mais dans une société d’hybrides et de bâtards ?32 

  • 33 The Observer du 12/12/1999, “Blueprint for Britain”.

30Des intellectuels tels que l’historienne Linda Colley, ont proposé quelques pistes de réflexion intéressantes qui passent par l’établissement d’une charte du nouveau millénaire consacrée aux droits des citoyens, et qui incorporerait les lois anglaises, écossaises et européennes ainsi que certains idéaux fondamentaux actuellement non écrits. De plus, le symbolisme et la culture publique de cette nouvelle nation citoyenne devraient nécessairement reconnaître l’égalité intrinsèque des peuples qui y résident, ce qui n’est pas le cas à présent. En outre, une nation citoyenne revivifiée et sincèrement engagée sur la voie de l’égalité devrait prendre des mesures positives pour améliorer la position des minorités ethniques et des femmes et traiter ces problèmes de concert. Enfin, une vision dédramatisée, moins contrite, en un mot, plus saine du passé est essentielle, car l’un des meilleurs moyens de revitaliser ou d’inventer un État est de « piller le passé de manière sélective. » C’est ainsi qu’elle propose de commémorer l’abolition de l’esclavage qui concerne, à un titre ou à un autre, l’ensemble des Britanniques qu’ils soient noirs ou blancs, le Reform Act de 1832 qui marque le premier pas vers l’établissement du suffrage universel dans le pays, le Catholic Emancipation Act de 1829, le vote des femmes de 1918 et, peut être même, l’indépendance de l’Inde en 194733. D’autres, comme le député Travailliste Marsha Singh, mettent leurs espoirs dans la construction européenne, en dépit de sa lenteur proverbiale et de ses insuffisances présentes, car

  • 34 Interview réalisée par l’auteur.

si la citoyenneté européenne met du temps à se construire, elle facilitera l’intégration des individus, car elle rassemble tant de cultures, de communautés et de langues différentes que faire partie d’une minorité ethnique n’aura plus tellement d’importance dans ce contexte34

31Les processus d’hybridation, comme tous les processus complexes, sont extrêmement fragiles et sensibles aux circonstances. Soumis à de fortes tensions sociétales, ils peuvent ralentir ou même s’arrêter totalement. Au Royaume-Uni, certaines minorités y sont plus sensibles que d’autres pour des raisons culturelles et politiques. Les émeutes à connotation raciale du printemps et de l’été 2001, qui ont fait l’objet de plusieurs rapports alarmants, ainsi que les attentats du 11 septembre, ont mis en lumière les profonds clivages existants entre les Britanniques de religion musulmane et le reste de la population. Les attentats de Londres de Juillet 2005 ont encore renforcé ces clivages en encourageant un climat de suspicion islamophobe particulièrement délétère pour la cohésion sociale. L’impact des évènements que nous venons de mentionner sur la mixité sociale et ethnique de cette communauté religieuse composite est difficile à évaluer précisément, mais il est évident que son repli identitaire est à l’ordre du jour et le restera dans un avenir proche.

  • 35 Cf. Venn, Couze, The Postcolonial Challenge : Towards Alternative Worlds, Londres, Sage, 2006.

32Que reste-t-il de l’hybridité culturelle/métissage culturel ? Cette notion, qui porte en germe l’idée, contradictoire à son objet, de pureté culturelle, a mal vieilli dans le contexte britannique. Elle est aujourd’hui couramment employée dans le domaine de la mode, de la musique, du sport, de la cuisine, de l’art, du spectacle, et de la culture en général. Cependant, elle a perdu, au cours de son passage médiatique et de son laminage au contact de la vision du monde « globalisé » qui prévaut aujourd’hui, beaucoup de son sens : elle ne désigne plus désormais, dans le langage courant, qu’une assez pâle « fusion » des genres émergeant d’une conception sous-jacente simpliste et très édulcorée du mélange des cultures et des couleurs de peau. C’est pourquoi, on tente de lui substituer le concept de « créolisation » : un processus qui résulte de la rencontre de cultures artificiellement rassemblées sur un territoire donné par la colonisation, la migration ou le déplacement, et qui tient compte du fait que toute culture ne peut être qu’hétérogène et polyglotte (même celle du pays d’accueil)35. Par contre, l’hybridité ethnique/métissage ethnique est, quant à elle, promise à un grand avenir, signe de la vigueur et de la progression inéluctable du processus d’assimilation/intégration au sein de certains groupes ethniques minoritaires du pays (Antillais, Africains, Chinois).

Haut de page

Bibliographie

Alibhai Brown, Yasmin, Who do we think we are? Imagining the New Britain, Londres, Allen Lane, Penguin, 2000.

Amselle, Jean-Loup, « Le métissage : une notion piège », Sciences Humaines, n° 110, Novembre 2000.

Amselle, Jean-Loup, Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion, 2001.

Amselle, Jean-Loup, Logiques métisses : anthropologie de l’identité en Afrique et ailleurs, Paris, Payot, 1999.

Berrington, A., « Marriage patterns and inter-ethnic unions », dans Coleman, D., Salt, J., Ethnicity in the 1991 Census, vol. n° 1, Londres, OPCS, 1996, pp. 178 – 205.

Bhabba, Homi, The Location of Culture, Londres, Routledge, 1994.

Boulton M. J., Smith P., « Ethnic preferences and perceptions among Asian and white British middle school children », Social Development, vol. 1, no. 1, 1992, 55-66.

Cantle, Ted, Community Cohesion: A Report of the Independent Review Team, London: Home Office, 2001.

Coleman, D., Salt, J., Ethnicity in the 1991 Census, vol. n° 1, Londres, OPCS, 1996.

Colley, L., Britons: Forging the Nation 1707-1837, Vintage, Londres, 1994.

Fichte, Johann Gottlieb, Renaut Alain, Discours à la nation allemande (1807-1808), La salamandre, Paris, Imprimerie nationale, 1992.

Gilroy, Paul, The Black Atlantic: Modernity and Double Consciousness, Londres, Routledge, 1993 (Verso, 1994).

Hussain, A. et Miller, W., Implementing the Oxymoron ? Multicultural Nationalism in Scotland, Connections, Commission for Racial Equality (CRE), London, 2004.

Kelly, P. (dir.), Multiculturalism Reconsidered, Polity Press, Oxford, 2002.

Kumar, K., The Making of English National Identity, University Press, Cambridge, 2003.

Lassalle, D., “ Le Droit d’Asile au Royaume-Uni : Evolution et perspectives dans le contexte européen ”, Population, 55 (1), 2000, p. 137-166.

Lassalle, D., Les Relations Interethniques et l’Intégration des Minorités au Royaume-Uni, l’Harmattan, Paris, 2002.

Layton-Henry, Z., The Politics of Immigration, Blackwell, Oxford, 1992.

Marshall, P.J., British Empire, Cambridge: CUP, 2001 (1996).

Modood, Tariq, Multicultural Politics: Racism, Ethnicity and Muslims in Britain, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2005.

Morley, David, Chen, Kuan-Hsing, (dir) Stuart Hall: Critical Dialogues in Cultural Studies, Londres, New York, Routledge, 1996.

Muttarak, R., Marital assimilation: Ethnic Intermarriage in Britain, 12th Biennial Conference of the Australian Population Association, Canberra, 2004.

Poutignat,, P. et Streiff-Fenart, J., Théories de l’ethnicité, suivi de Barth, F., Les groupes ethniques et leurs frontières, PUF, Paris, 1995.

Taguieff, Pierre-André, La force du préjugé : essai sur le racisme et ses doubles, Paris, Gallimard, 1987.

The Parekh Report, The Future of Multi-Ethnic Britain, Profile Books, 2000.

Venn, Couze, The Postcolonial Challenge: Towards Alternative Worlds, Londres, Sage, 2006.

Werbner, P. et Modood, T., Debating Cultural Hybridity, Zed Books, Londres, 1997.

Haut de page

Notes

1 Cf. Amselle Jean-Loup, Logiques métisses : anthropologie de l’identité en Afrique et ailleurs, Paris, Payot, 1999 et Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion, 2001.

2 La politique officielle, soutenue et appuyée par une stricte morale victorienne, s’opposa ensuite violemment à toute cohabitation entre les colonisateurs Britanniques et les femmes autochtones. Cf. Marshall P.J., British Empire, Cambridge: CUP, 2001 (1996).

3 Cf. Fichte Johann Gottlieb, Renaut Alain, Discours à la nation allemande (1807-1808), La Salamandre, Paris, Imprimerie nationale, 1992.

4 Bonnard, A. cité par Taguieff. Cf. Taguieff Pierre-André, La force du préjugé : essai sur le racisme et ses doubles, Paris, Gallimard, 1987, p. 342.

5 Cf. Bhabba Homi, The Location of Culture, Londres, Routledge, 1994. Cf. Morley David, Chen Kuan-Hsing, (dir) Stuart Hall: Critical Dialogues in Cultural Studies, Londres, New York, Routledge, 1996.

6 Amselle Jean-Loup, « Le métissage : une notion piège », Sciences Humaines, n°110, Novembre 2000.

7 À Oldham le 26 mai, Leeds le 5 juin, Burnley le 23 juin et Bradford le 7 juillet 2001. Cf. Cantle, Ted, Community Cohesion: A Report of the Independent Review Team, London: Home Office, 2001.

8 Gilroy, Paul, The Black Atlantic: Modernity and Double Consciousness, Londres, Routledge, 1993 (Verso, 1994).

9 Modood, Tariq, Multicultural Politics: Racism, Ethnicity and Muslims in Britain, Edinburgh, Edinburgh University press, 2005.

10 Alibhai Brown, Yasmin, Who do we think we are? Imagining the New Britain, Londres, Allen Lane, Penguin, 2000

11 Cf. Gates Jnr. H.L., « Black Flash », The Guardian du 19/7/1997. Cf. Boulton M. J., Smith P., « Ethnic preferences and perceptions among Asian and white British middle school children » Social Development, vol. 1, no. 1, 1992, 55-66.

12 Interview réalisée par l’auteur.

13 Cf. Modood, Tariq, Multicultural Politics: Racism, Ethnicity and Muslims in Britain, op. cit.  

14 Layton-Henry, Z., The Politics of Immigration, Blackwell, Oxford, 1992, Table 1.1 Estimated net migration from the New Commonwealth, 1953-62, p. 13.

15 Lassalle, D., “ Le Droit d’Asile au Royaume-Uni : Evolution et perspectives dans le contexte européen ”, Population, 55 (1), 2000, p. 137-166.

16 The Parekh Report, The Future of Multi-Ethnic Britain, Table B : The changing population of Britain by ethnicity 1998-2020, Londres, Profile Books, 2000, p. 375.

17 En 2002/2003, le pourcentage global des unions exogamiques est passé à 2,5% du total des mariages et des cohabitations recensés par rapport à seulement 1,3% en 1991. Cf. Muttarak, R., Marital assimilation: Ethnic Intermarriage in Britain, 12th Biennial Conference of the Australian Population Association, Canberra, 2004; et Berrington, A., « Marriage patterns and inter-ethnic unions » dans Coleman, D., Salt, J., Ethnicity in the 1991 Census, vol. n°1, Londres, OPCS, 1996, pp. 178 – 205.

18 Il s’agit d’une estimation car cette catégorie « ethnique » n’existait pas encore lors du recensement de 1991.

19 Berrington, A., "Marriage patterns and inter-ethnic unions", dans Coleman, D. & Salt, J., Ethnicity in the 1991 Census, vol. n° 1, Londres, OPCS, 1996, p. 178 – 205.

20 Muttarak, R., “ Who Intermarries in Britain? Ethnic Intermarriage ”, Msc Thesis, Department of Sociology, Oxford University, 2003.

21 Muttarak, R., Marital assimilation: Ethnic Intermarriage in Britain, 12th Biennial Conference of the Australian Population Association, Canberra, 2004, p. 37.

22 Cf. Muttarak, R., op.cit., 2004, Table 1 p. 15 & figure 1 p. 16.

23 C.R.E Factsheets, Young People in Britain, 1998, Fig. n°8, Proportion of children with one White parent by ethnic group.

24 Cf. Muttarak, R., op.cit., 2004, figure 3, p. 22.

25 Sources : Formulaire de recensement, Census, April 1991, Office for National Statistics.

26 Sources : Formulaire de recensement, O.N.S, 2001. Voir également le site web de National Statistics Online.

27 Interview réalisée par l’auteur.

28 Cf. discours de William Hague, “Identity and the British Way”, prononcé le 19/01/1999.

29 Cf. discours de Robin Cook dans le quotidien The Guardian du 19/4/2001, “ Robin Cook’s Chicken Tikka Masala Speech ”.

30 Par exemple, les minorités ethniques n’ont aucun représentant élu au sein de l’Assemblée Galloise et un seul représentant, Bashir Ahmad (MSP pour Glasgow), au Parlement Ecossais (2007).

31 Hussain, A. et Miller, W., Implementing the Oxymoron? Multicultural Nationalism in Scotland, Connections, Commission for Racial Equality (CRE), London, 2004. Voir également le site web de la CRE : www.cre.gov.uk/publs/connectionssp_scotland.html. Cependant, on peut considérer que l’élection du premier représentant des minorités ethniques, sous l’étiquette SNP, au Parlement Ecossais en 2007 marque un profond changement d’attitude se traduisant, pour les nationalistes écossais, par l’acceptation très claire de la diversité ethnoculturelle de leur nation.

32 The Independent du 28/7/1998, “Real Britannia: What does it mean to be British? ”

33 The Observer du 12/12/1999, “Blueprint for Britain”.

34 Interview réalisée par l’auteur.

35 Cf. Venn, Couze, The Postcolonial Challenge : Towards Alternative Worlds, Londres, Sage, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Lassalle, « Mixité et hybridité ethniques et culturelles au Royaume-Uni : un défi pour le multiculturalisme britannique », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 20 novembre 2007, consulté le 29 avril 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/291 ; DOI : 10.4000/mimmoc.291

Haut de page

Auteur

Didier Lassalle

Didier Lassalle est Professeur de civilisation britannique à l’Université d’Orléans. Ses travaux portent essentiellement sur l’intégration des minorités ethniques ainsi que sur l’évolution des concepts de citoyenneté et d’identité nationale au Royaume-Uni. Plus récemment, sa recherche a pris une dimension plus résolument comparatiste franco-britannique. Son dernier
ouvrage paru, en collaboration avec Lucienne Germain, s’intitule Les politiques de l’immigration en France et au Royaume-Uni : perspectives historiques et contemporaines, Paris : l’Harmattan, 2006.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page