Navigation – Plan du site

« Mais la loi ne fait pas tout » : l’homophobie dans la société française contemporaine depuis 2004

Steve Wharton

Résumés

Presque cinq ans après la reconnaissance par l’État français des couples homosexuels par l’entrée en vigueur du PaCS (Pacte civil de solidarité)1, ce même État s’est engagé, avec quelque hésitation, vers la protection légale contre l’homophobie pour les gays, lesbiennes, bi et trans français (désignés ci-après par l’acronyme LGBT), en faisant voter, en décembre 2004, une loi dont nous avons cité ci-dessus l’Article premier. Notons qu’à la différence du PaCS, la législation britannique (« Civil Partnership » ou partenariat civil, en vigueur depuis le 5 decembre 2005) se limite aux couples du même sexe. Pour la première fois en France, un texte législatif sanctionne le discours homophobe, dans la mesure où il propose des amendements à la loi du 29 juillet 1881 sur la presse. Le droit à la vie privée, tel qu’il est stipulé dans la loi du 1 juillet 1970 (Article 9 du Code civil), est renforcé, et la publication de propos homophobes est davantage restreinte. Si les propos homophobes sont ainsi restreints, qu’en est-il des actes ? Cet article a pour but d’étudier et de replacer la nouvelle législation dans un contexte plus large, afin de déterminer si les événements qui se sont déroulés depuis l’introduction du PaCS ont contribué à améliorer la situation pour les gays, lesbiennes, bi et trans. Après avoir rappelé quelques principes clés, nous replacerons la nouvelle loi dans le contexte du mariage gay de Bègles de 2004, et enfin, avant de proposer quelques pistes en guise de conclusion, nous évoquerons les activités du réseau anti-harcèlement SOS-Homophobie et les agressions homophobes. La nouvelle législation permet-elle alors une meilleure protection et un esprit plus généreux envers une soi-disant communauté LGBT, ou voyons-nous en revanche aucune différence, voire, un durcissement vis-à-vis des attitudes et actes ; autrement dit, certains sont-ils d’avis que mieux vaut agir que parler pour s’exprimer ?

Haut de page

Entrées d’index

Aires géographiques :

France

Périodes :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 2 Loi 2004-2486 du 30 décembre 2004 portant création de la haute autorité de lutte contre les discrim (...)

TITRE PREMIER. […] Article 1
Il est institué une haute autorité administrative indépendante dénommée haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité.
La haute autorité est compétente pour connaître de toutes les discriminations, directes ou indirectes, prohibées par la loi ou par un engagement international auquel la France est partie2.

  • 3 Voir aussi Wharton,1999, op.cit.

1Presque cinq ans après la reconnaissance par l’État français des couples homosexuels par l’entrée en vigueur du PaCS (Pacte civil de solidarité)3, ce même État s’est engagé, avec quelque hésitation, vers la protection légale contre l’homophobie pour les gays, lesbiennes, bi et trans français (désignés ci-après par l’acronyme LGBT), en faisant voter, en décembre 2004, une loi dont nous avons cité ci-dessus l’Article premier. Notons qu’à la différence du PaCS, la législation britannique (« Civil Partnership » ou partenariat civil, en vigueur depuis le 5 decembre 2005) se limite aux couples du même sexe. Pour la première fois en France, un texte législatif sanctionne le discours homophobe, dans la mesure où il propose des amendements à la loi du 29 juillet 1881 sur la presse. Le droit à la vie privée, tel qu’il est stipulé dans la loi du 1 juillet 1970 (Article 9 du Code civil), est renforcé, et la publication de propos homophobes est davantage restreinte.

2Si les propos homophobes sont ainsi restreints, qu’en est-il des actes ? Cet article a pour but d’étudier et de replacer la nouvelle législation dans un contexte plus large, afin de déterminer si les événements qui se sont déroulés depuis l’introduction du PaCS ont contribué à améliorer la situation pour les gays, lesbiennes, bi et trans. Après avoir rappelé quelques principes clés, nous replacerons la nouvelle loi dans le contexte du mariage gay de Bègles de 2004, et enfin, avant de proposer quelques pistes en guise de conclusion, nous évoquerons les activités du réseau anti-harcèlement SOS-Homophobie et les agressions homophobes. La nouvelle législation permet-elle alors une meilleure protection et un esprit plus généreux envers une soi-disant communauté LGBT, ou voyons-nous en revanche aucune différence, voire, un durcissement vis-à-vis des attitudes et actes ; autrement dit, certains sont-ils d’avis que mieux vaut agir que parler pour s’exprimer ?

Contexte communautaire

3Il convient en premier lieu d’apprécier les enjeux clés qui concernent la manière dont sont traités les gays, lesbiennes, bi et trans en France, en posant le problème fondamental de la communauté. La première fois qu’un Président de la République Française utilisait le terme homophobie, ce fut précisément lors d’une condamnation du communautarisme.

Le refus des communautarismes ne se conçoit pas sans lutte contre les discriminations […] au-delà même de celles dont peuvent être victimes les personnes d’origine étrangère […] une autorité indépendante [doit être] créée pour lutter contre toutes formes de discrimination, qu’elles proviennent du racisme, de l’intolérance religieuse, du sexisme ou de l’homophobie4.

  • 5 Voir, à titre d’exemple, Steve Wharton, « Progress, what progress ?… » et du même auteur, « From ma (...)
  • 6 Voir Jean Le Bitoux, « Le mouvement homosexuel français: politique ou socioculturel?  » Politique, (...)

4Ces propos résument clairement les enjeux afférents à l’homosexualité et la question récurrente concernant l’existence d’une prétendue communauté homosexuelle en France ainsi que son rôle au sein d’une République une et indivisible. Les questions épineuses concernant le concept de communauté ne se limitent pas à l’État français : les débats au sein de la communauté elle-même suggèrent une résistance à cette notion et à ce modèle en raison de leurs origines américaines, voire anglo-saxonnes, dans la mesure où ils s’opposent aux idéaux républicains5. Selon leur argumentation, puisque la République universelle proclame l’égalité entre tous les citoyens, l’ (auto) définition communautaire, plutôt que de militer pour un traitement égal pour tous les LGBT, marginalise ces derniers et les empêche de partir du principe que l’universalisme s’est toujours adapté et a toujours adopté des formes nouvelles afin de répondre aux besoins de groupes différents6. Une telle approche fait fi de la différenciation.

5Pour s’en tenir à l’exemple du PaCS, on pourrait, d’un côté, le percevoir comme la réalisation de l’idéal républicain, dans la mesure où, premièrement, il ne reproduit pas les fondements judéo-chrétiens. En raison de l’impératif reproductif de la cérémonie civile en France, celle-ci n’est pas considérée comme laïque puisque cet impératif est d’inspiration religieuse. Deuxièmement, il est applicable aux homosexuels et aux hétérosexuels. D’un autre côté, l’idéal républicain peut sembler avoir été renié, puisque Jacques Chirac se montrait favorable à une refonte du PaCS pour aider les Pacsés, plutôt que d’envisager une position française proche de la législation espagnole, ouvrant le mariage à tous sans exiger que le couple soit hétérosexuel. Pour ce qui en est du PaCS, ou du moins de la reconnaissance par l’État des relations de même sexe couverte par le PaCS en 1999, il a fallu presque dix ans avant son entrée en vigueur, après que, durant les différentes navettes parlementaires, il eut fait l’objet de désinformation et d’un discours homophobe à l’intérieur et à l’extérieur du Parlement. À titre d’exemple, selon l’Observatoire du PACS, « Lors de la dernière lecture du PACS au Sénat le 30 juin 1999, Emmanuel Hamel (RPR, Rhône) se lève et propose que le PACS soit rebaptisé « pratique de la contamination sidaïque7 ». L’immunité parlementaire serait-elle invoquée en cas d’infraction de la législation de 2004 si de tels propos étaient répétés ?

Bègles et compagnie : enjeux et réactions

6La médiatisation du mariage gay officié par le député-maire vert Noël Mamère en son fief de Bègles, le 5 juin 2004, illustre l’importance des enjeux. À travers les nombreuses réactions une homophobie latente se dessine. Un mois plus tôt, le 5 mai – jour même où le Garde des Sceaux, Dominique Perben, avait annoncé son opposition au projet de Mamère – l’Evêque d’Evry Mgr. Michel Dubost avait lui-même critiqué le soutien des Verts au mariage de Bègles en établissant le parallèle suivant : « Il est surprenant que les mêmes qui luttent contre les OGM au nom du respect de la nature disent avec le même élan que la nature n’a pas d’importance pour l’homme8 ». Quant au mariage, la médiatisation avant, pendant et après la cérémonie, ainsi que les commémorations de juin 2005, ont servi à révéler les représentations persistantes de l’homosexualité9. Les remarques suivantes, tirées de la presse lors des événements, nous donnent une indication de l’homophobie sous-jacente en toile de fond de la cérémonie. Au moment même où, dans la Mairie, Mamère, ému, annonce qu’il n’avait jamais été aussi fier d’être Maire de Bègles, dehors, on voyait et on entendait des slogans du genre : « Hier le PACS, aujourd’hui le mariage et l’adoption, demain l’inceste et la pédophilie10. » Ce téléscopage est, depuis longtemps, utilisé dans le discours homophobe. Notons, par exemple, cet extrait du livre de Christine Boutin, député UMP des Yvelines (ministre du Logement et de la Ville depuis 2007) sur le PaCS :

  • 11 Christine Boutin, Le ‘mariage’ des homosexuels? Cucs, Pic, PACS et autres projets législatifs, Pari (...)

L’âge de la majorité sexuelle étant de 15 ans en France, où placera-t-on la frontière, pour un enfant adopté, entre l’homosexualité et la pédophilie ? […] Comment protéger les adolescents, qui sont fragiles, contre l’influence d’hommes ou de femmes dont on sait que l’attirance pour les mineurs est fréquente ?11

7Cependant, moins d’un mois après la publication du Manifeste pour l’égalité des droits suscité par l’attaque contre Sébastien Nouchet (voir ci-dessous), certains maires et leurs adjoints se sont engagés à accueillir favorablement des demandes de mariage gay. Néanmoins, le 4 avril, Bertrand Delanoë, maire de Paris et lui-même homosexuel, se déclara opposé à de telles manœuvres unilatérales en ces termes : « Oui à un débat pour savoir si la loi doit être changée au Parlement, mais en attendant, on ne va pas régler le problème en organisant trois mariages gay médiatisés.12 » Dix-huit jours plus tard, Noël Mamère annonça son intention de procéder au mariage de deux hommes à Bègles. Ses adversaires politiques critiquèrent cette démarche et demandèrent même sa démission.

  • 13 Thomas Doustaly, Yannick Barbe et al. « Chirac Jospin: duel pour le vote homo », Têtu, 66 (Avril 20 (...)
  • 14 Lors d’un entretien avec Le Midi Libre, le 29 avril 2004, il avait déclaré : « Le mariage, c’est un (...)

8Un maire peut s’exprimer en faveur d’une telle mesure, mais qu’en est-il pour le chef de l’Etat ? Le Président Chirac lui-même avait déclaré, lors d’un entretien en février 2002 accordé à la revue LGBT Têtu, « Je n’ai jamais combattu le PACS. À l’époque, certains me sollicitèrent pour que je m’engage contre le texte, mais ils essuyèrent de ma part un refus13 ». Par contre, le 29 avril 2004, Monsieur Chirac se déclara opposé au mariage entre deux personnes du même sexe – le jour même où Dominique Perben annonçait que le Président et le premier ministre lui avaient demandé d’entamer une révision du PaCS. Jean-Marc Roubaud, Député-Maire de Villeneuve-lès-Avignon, proposa, quant à lui, une loi stipulant sans équivoque que le mariage était exclusivement hétérosexuel14. Les mois suivants, des propositions en faveur du mariage traditionnel ou un amendement constitutionnel permettant l’égalité entre hétérosexuels et homosexuels. Le 6 mai, Le Premier ministre Raffarin (UMP) avait dit qu’il penchait plutôt vers une refonte du PaCS, préférant « un PaCS qui marche qu’un mariage qui serait détourné de sa vocation » s’il était accessible aux LGBT. Lionel Jospin (PS) se déclara également opposé au mariage gay lors d’un entretien au Journal du dimanche le 16 mai 2004, mais se prononcera en sa faveur après le congrès du PS de 2006.

9L’ancien premier ministre peut se permettre de changer d’avis, mais la levée de boucliers contre le projet n’a pas réussi à réfréner l’enthousiasme de certains maires : le 19 mai 2004, Noël Caru, maire de Caudebec-lès-Elbeuf, annonça son intention de célébrer un mariage gay. Cependant un collègue de travail CFDTiste d’un des futurs époux avait attaqué celui-ci, l’accusant de médiatiser son mariage et, ainsi, de nuire au syndicat. Une telle réaction ne peut être vue que comme une manifestation d’homophobie latente individuelle puisque le syndicat se prononce clairement contre la discrimination. Le 24 juillet, le mariage « symbolique » fut célébré par Caru, même si aucun document officiel, comme le registre d’état-civil, n’ait été paraphé. Les « mariés » quittèrent la mairie munis d’un simple document non-officiel signé par des témoins.

10Que l’homophobie soit exprimée par des slogans, comme à Bègles, ou d’opinions individuelles, contraires aux politiques de telle ou telle organisation (syndicale ou autre), que peuvent faire les victimes ? Bien avant l’existence de la Halde (Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité), l’organisation SOS-Homophobie a servi de point d’écoute, d’information et de soutien pour les LGBT. Nous passons alors à un bref rapport sur ses activités.

La lutte contre les discriminations : SOS Homophobie

  • 15 Proposition d’un nouveau paragraphe de la ‘Déclaration universelle des droits de l’homme’, SOS Homo (...)

Toute personne a le droit fondamental de pouvoir choisir librement son mode de vie, ses amitiés, ses amours et sa sexualité. Nul ne sera l’objet de discriminations en fonction de sa vie privée, publique ou professionnelle, ni d’atteintes à sa dignité et à son intégrité physique ou morale. Toute personne a le droit à la protection de la loi contre de telles discriminations ou atteintes15.

11Association régie par la loi de 1901, SOS Homophobie fut fondée le 11 avril 1994 avec pour but exprès de rapporter et dénoncer les actes homo- lesbo- bi- et transphobes en France. Cette association vise également à représenter et défendre les intérêts des LGBT français de la même manière que SOS Racisme cherche à le faire pour les Français issus de familles immigrées. Son Rapport annuel sur l’homophobie est une source d’information précieuse qui permet de suivre le développement de l’homophobie en France, en scrutant la situation et en utilisant un éventail de données – survol des événements politiques et sociaux, témoignages, statistiques – qui aident à la compréhension du phénomène. Loin de décroître, les statistiques indiquent une montée des actes homophobes, indiquant que la législation ne semble pas contribuer à une tolérance accrue de la part de la population.

  • 16 Comparaison entre chiffres des Rapport…2003 et Rapport...2004 pour la periode 1997-2003 et chiffres (...)

12On observe une augmentation de plus de 160 % des appels téléphoniques pendant la période 1997-2004. Même si ces statistiques ne sont pas confirmées de manière extérieure et que l’augmentation pourrait aussi s’expliquer par une relative prise de confiance de la part de ceux qui dénoncent les agressions, le simple fait de l’augmentation reste préoccupant, surtout si l’on décortique certains détails : là où 10 % des appels masculins de 2002 concernaient des agressions physiques, ce chiffre a augmenté de 30 % pour constituer 13 % des appels en 2004. On notera également que deux tiers des femmes qui avaient téléphoné à SOS-Homophobie en 2002 (60 sur 93) s’étaient plaintes d’une agression physique16.

  • 17 Chiffres du résumé du Rapport…2005, http://www.sos-homophobie.org.

13Des agressions notoires avaient eu lieu avant la loi du 30 décembre 2004. À Paris, lors de la Nuit blanche de Paris du 5 au 6 octobre 2002, son maire, Bertrand Delanoë, fut poignardé à l’Hôtel de Ville par un homme qui avait ensuite déclaré qu’il n’aimait pas « les hommes politiques et en particulier les homosexuels »17. Le lendemain, le Parti communiste français publia un communiqué de presse réclamant,

  • 18 Rapport…2003, p. 37.

L’adoption d’une loi liant un véritable dispositif, articulé à tous les niveaux de vie sociale, de prévention aux discriminations. Et, comme pour la loi Gayssot contre le racisme, la répression de la haine et l’incitation à la haine étendue à l’homophobie et à la lesbophobie comme au sexisme18.

  • 19 Rapport…2004, et Rapport…2003, p.37.

14Le 1er août 2003 Jean-Pierre Humblot, 63 ans, membre bien connu de la communauté LGBT de Nancy, faisait l’objet d’une agression et meurt noyé dans le Canal du de la Marne au Rhin, près d’un lieu de drague gay connu. Huit jeunes hommes furent écroués, accusés de son meurtre. Cette agression, en ce lieu, faisait suite à de nombreuses autres. Le 16 janvier 2004, Sébastien Nouchet, alors âgé de trente-trois ans, était brûlé vif du fait de son homosexualité à Nœux-les-Mines, après avoir été aspergé d’essence dans le jardin de son pavillon19. Dès lors se firent jour de nombreuses demandes pour une protection légale contre les actes homophobes, tandis que le 16 mars 2004 voyait la naissance du « Collectif pour l’égalité des droits » suite à la publication par le philosophe Didier Eribon et le juriste Daniel Borillo de leur Manifeste pour l’égalité des droits. Pour les auteurs de ce manifeste, lutter contre l’homophobie, c’était lutter pour l’égalité entre hétéro- et homosexuels.

15Nous avons déjà vu que Noël Mamère s’était engagé à célébrer un mariage gay malgré la violence verbale engendrée par sa décision ; cette violence serait-elle tolérée voire permise après la loi contre la discrimination de 2004 ? La législation elle-même suscita des critiques. Le 10 juin 2004 la Fédération Nationale de la Presse Française (FNPF) et d’autres responsables de rédaction avaient exprimé leur scepticisme devant les propositions vis-à-vis du discours homophobe, suggérant qu’elles pourraient déboucher sur de l’autocensure de la part des journalistes. Dans leur lettre ouverte aux députés, le SPMI (Syndicat de la Presse Magazine et d’Information) et le SPMO (Syndicat de la Presse Magazine d’Opinion) n’hésitèrent pas à affirmer que « les dispositions relatives à la lutte contre le racisme [...] se justifient au regard de leur objectif de cohésion nationale’, tandis que ‘la protection des femmes et des minorités sexuelles, qui relève des droits personnels, est d’une tout autre nature ».

  • 20 Il a été également dit qu’il s’agissait peut-être d’une tentative de suicide de la part de quelqu’u (...)
  • 21 Rapport…2004, pp. 14-15.
  • 22 Ibid., p. 1.

16Cependant, les journaux ne manquèrent pas de relater des faits d’homophobie. Le 11 mars 2004, selon Le Parisien, un homme de 19 ans était agressé par une bande de jeunes à Villetaneuse, en Seine-Saint-Denis, après un rendez-vous fixé par internet. On retrouva cet homme nu et blessé. Sept personnes (y compris trois mineurs) étaient arrêtées. Le 27 mai 2004, trois femmes et deux hommes étaient interpellés soupçonnés d’une attaque homophobe sur un homme dans un lieu de drague homosexuelle à Marmande, dans le Lot-et-Garonne. Non seulement les attaques continuaient, mais elles s’accompagnaient aussi d’un discours homophobe : « des gens comme vous, on n’en a pas assez exterminé ! » adressé à une lesbienne agressée20 ; « lopette » et « pédale »21 à l’encontre de la victime d’une agression avec vol. En 2003, 46 % des agressions se produisaient dans un lieu public22. On notera que les réactions policières ne semblaient n’être ni chaleureuses, ni même neutres :

  • 23 Ibid.

Julien […] agressé […] s’est rendu à la gendarmerie afin de porter plainte. Quelle ne fut pas sa surprise de s’y voir reproché de se trouver dans cet endroit-là… Après diverses insinuations, les gendarmes l’ont traité de menteur puis lui ont fait des menaces. Julien a quitté immédiatement les lieux, renonçant à déposer23.

  • 24 La lettre de Têtu.com du 22 juillet 2005.
  • 25 La lettre de Têtu.com du 24 août 2005.

17La situation semble alors ne pas avoir changé après la nouvelle législation. Á la mi-juillet 2005 il y a eu des attaques homophobes sur l’aire autoroutière de Bonpas près d’Avignon où des personnes furent agressés et des véhicules endommagées par quatre jeunes qui proféraient injures et menaces (les paroles exactes auraient été « Sales pédés on va vous tuer ! »)24. En août de la même année, dans un lieu fréquenté par les homosexuels près du stade de la Beaujoire à Nantes, cinq hommes, dont deux mineurs, avaient attaqué des passants en blessant deux d’entre eux. De nouveaux des voitures furent endommagées. Les responsables ont avoué que leur motivation avait été l’homosexualité de leurs victimes25.

  • 26 À titre d’exemple, voire ‘Psychologists examine the motives of perpetrators and the origins of homo (...)

18L’homosexualité semble donc être le facteur déclenchant pour des agressions irrationnelles et souvent violentes, motivées par les pratiques sexuelles réelles ou présumées des victimes. Le passage du discours à l’acte mérite un travail plus approfondi qui n’entre pas dans le cadre du présent article. Il convient néanmoins de constater ici qu’il existe maintes théories sur les motivations des agresseurs : homosexualité refoulée, désir d’imposer des normes morales, lutte contre l’oisiveté et l’ennui, affirmation aux yeux des autres de leur hétérosexualité26. La France n’est pas le seul pays concerné : on observe des événements similaires à travers et au-delà de l’Europe. Quelle qu’en soit la motivation, nous pouvons noter que maints États s’efforcent de mettre en œuvre des politiques égalitaires visant à éliminer le caractère marginal de groupes tels que les LGBT et de leur permettre de se sentir pleinement intégrés dans la société civile. Il suffit de citer en exemple le mariage gay en Espagne ou au Canada et le « Civil Partnership » ou la protection contre la discrimination au Royaume-Uni, pour le constater.

19Ces paroles d’un parlementaire d’extrême droite contrastent nettement avec l’ouverture d’esprit qui devrait ressortir de la législation votée par ce même parlement et dont l’Article premier paraît en exergue de cet état des lieux. Qu’il s’agit alors de paroles homophobes de la part de parlementaires ou de « cassage de pédé » par un simple citoyen – parfois accompagné d’un pareil discours – nous observons que l’entrée en vigueur de la nouvelle législation, bien qu’offrant sur papier une meilleure protection pour les LGBT, semble, en réalité, ne pas la garantir. Malgré l’entrée en vigueur et du PACS et de la nouvelle législation, les événements cités et les opinions exprimées ci-dessus démontrent clairement en effet que non seulement le discours homophobe persiste, mais que l’accroissement du nombre d’actes homophobes, lesbophobes et transphobes au fil des années reste problématique voire préoccupant. Plus qu’une évolution législative, il faut alors une évolution des mentalités. Comme le résume – de manière succincte – le Rapport sur l’homophobie 2007 qui se propose d’aller plus loin :

[…] les mentalités n’évoluent pas au même rythme que les lois. […]

Tout le monde s’accorde à dire que l’homosexualité semble globalement mieux admise par l’ensemble des Français-es. Mais ce retour d’une homophobie haineuse et violente interroge. Aujourd’hui, la mise en place d’une politique de prévention à l’école est plus qu’urgente. […]

20Souhaitons que le nouveau gouvernement ne considère pas la lutte contre l’homophobie comme un seul projet éthique, mais comme une réelle mesure sanitaire et sociale.27

Haut de page

Bibliographie

Borillo, Daniel, Fassin, Eric, Au-delà du PACS : l’expertise familiale à l’épreuve de l’homosexualité, Paris, PUF, 2001.

Boutin, Christine, Le ‘mariage’ des homosexuels ? Cucs, Pic, PACS et autres projets législatifs, Paris, Critérion, 1998.

Cruikshank, Margaret, The Gay and Lesbian Liberation Movement, New York, Routledge, 1998.

Devoucoux du Buysson, François, Les khmers roses : essai sur l’idéologie homosexuelle, Paris, Editions Blanche, 2003

Eribon, Didier (dir.), Les études gays et lesbiennes, Paris, Supplémentaires (Éditions du Centre Georges Pompidou), 1998.

Fortin, Jacques, L’homosexualité, l’adieu aux normes, Paris, Textuel, 2000.

Gross, Martine, L’Homoparentalité, Paris, PUF, 2003.

Le Bitoux, Jean, « Le mouvement homosexuel français : politique ou socioculturel ? » Politique 5 (juillet-septembre 1997).

Martel, Frédéric, Le rose et le noir : histoire des homosexuels en France depuis 1968, Paris, Seuil, 1996.

Mecary, Caroline, De La Pradelle Géraud, Les droits des homosexuel/les, Paris, PUF, 1998.

Pillebout, Jean-François, Le PACS. Paris, Litec, 2000.

Prokhoris, Sabine, « L’adoration des majuscules », Borillo et Fassin, pp. 145-159.

Réflexions sur la question gay, Paris, Fayard, 1999.

Richard,s David A. J., « Theoretical Perspectives », Wintermute et Andemas, pp. 25-29.

Weeks, Jeffrey, (1983) Coming Out: Homosexual Politics in Britain from the 19th Century to the Present, London, Quartet Books, 1983.

Wharton, Steve, « From margin to mainstream? Establishing a community of gay citizens », Cole A., Raymond G., (dir), Redefining the Republic, Manchester, Manchester University Press, 2006.

Wharton, Steve, « Progress, what progress? Lesbian and Gay Liberation under the Fifth Republic », Allison M., Heathcote O. (dir), Forty years of the fifth French Republic: Actions, Dialogues, Discourses, Bern, Peter Lang, 1999.

Wharton, Steve, « Financial (self)-identification: the pink economy in France », Perry S., Cross M. (dir), Voices of France, London, Pinter, 1997.

Wharton, Steve, « Desperation and désespoir: gay activism in Britain and France », Windebank J., Günther R. (dir), Violence and protest in the politics and society of modern France, Lampeter, Edwin Mellen, 1995.

Wintermute, Robert, Andenas, Mads, (dir.) The Legal Recognition of Same-Sex Relationships, Oxford, Hart, 2000.

Haut de page

Notes

1 Voir aussi Wharton, S « Progress, what progress? Lesbian and Gay Liberation under the Fifth Republic », Maggie Allison, Owen Heathcote (dir), Forty years of the fifth French Republic: Actions, Dialogues, Discourses, Bern, Peter Lang, 1999.

2 Loi 2004-2486 du 30 décembre 2004 portant création de la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité.

3 Voir aussi Wharton,1999, op.cit.

4 Jacques Chirac, discours prononcé à Troyes le 14 octobre 2002, http://www.senat.fr/dossierleg/pjl04-009.html .

5 Voir, à titre d’exemple, Steve Wharton, « Progress, what progress ?… » et du même auteur, « From margin to mainstream? Establishing a community of gay citizens », Alistair Cole, Gino Raymond, (dir), Redefining the Republic. Manchester, Manchester University Press, 2006.

6 Voir Jean Le Bitoux, « Le mouvement homosexuel français: politique ou socioculturel?  » Politique, 5, (juillet-septembre 1997), et Didier Eribon D (dir.), Les études gays et lesbiennes, Paris, Supplémentaires (Éditions du Centre Georges Pompidou), 1998.

7 http://www.prochoix.org/ .

8 www.sos-homophobie.org.

9 Voir aussi Steve Wharton, 2006.

10 Cité par Têtu en ligne, http://sd407.sivit.org/tetu.com/index.

11 Christine Boutin, Le ‘mariage’ des homosexuels? Cucs, Pic, PACS et autres projets législatifs, Paris, Critérion, 1998, pp. 95-96. Ces remarques avaient été précédées d’une référence au cas Dutroux en Belgique.

12 Cité par Têtu en ligne, http://sd407.sivit.org/tetu.com/index.

13 Thomas Doustaly, Yannick Barbe et al. « Chirac Jospin: duel pour le vote homo », Têtu, 66 (Avril 2002), p. 59.

14 Lors d’un entretien avec Le Midi Libre, le 29 avril 2004, il avait déclaré : « Le mariage, c’est une chose. Le PACS en est une autre. Le PACS existe pour les couples homosexuels et les couples hétérosexuels qui ne souhaitent pas contracter dans le cadre du mariage. On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Le mariage est une valeur forte dans notre société. Il ne faut pas la galvauder. » La chronologie de l’ensemble de cette épisode est répertoriée sur le site web de Tetu, « L’épopée du mariage de Bègles » Voir en ligne .

15 Proposition d’un nouveau paragraphe de la ‘Déclaration universelle des droits de l’homme’, SOS Homophobie, Rapport sur l’homophobie, Paris, C/O CGL, 2003, p. 14.

16 Comparaison entre chiffres des Rapport…2003 et Rapport...2004 pour la periode 1997-2003 et chiffres web de 2004.

17 Chiffres du résumé du Rapport…2005, http://www.sos-homophobie.org.

18 Rapport…2003, p. 37.

19 Rapport…2004, et Rapport…2003, p.37.

20 Il a été également dit qu’il s’agissait peut-être d’une tentative de suicide de la part de quelqu’un qui avait déjà tenté de mettre fin à ses jours à plusieurs reprises.

21 Rapport…2004, pp. 14-15.

22 Ibid., p. 1.

23 Ibid.

24 La lettre de Têtu.com du 22 juillet 2005.

25 La lettre de Têtu.com du 24 août 2005.

26 À titre d’exemple, voire ‘Psychologists examine the motives of perpetrators and the origins of homophobia’ : http://www.skeptictank.org/hs/aggay1.html.

27 Rapport…2007, consulté en ligne : http://www.sos-homophobie.org .

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Steve Wharton, « « Mais la loi ne fait pas tout » : l’homophobie dans la société française contemporaine depuis 2004 », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 20 novembre 2007, consulté le 23 mars 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/313 ; DOI : 10.4000/mimmoc.313

Haut de page

Auteur

Steve Wharton

Steve Wharton est Lecturer à l’université de Bath, il a été Président de l’Association of University Teachers au Royaume-Uni de 2003 à 2006. À ce titre il a publié “Recherche et enseignement supérieur au Royaume-Uni » VRS - La Vie de la recherche scientifique. 366. pp. 40-42. Paris : SNCS-FSU, 2006. Auteur d’un livre intitulé Screening Reality : French Documentary under German Occupation, Bern : Peter Lang, 2006 ; il a également contribué des articles sur l’homosexualité en France : « Bars to understanding ? The ’gay bar’ in "Coming Out", "Les Nuits fauves" and "Beautiful Thing" » Griffiths R. (dir.) Queer Cinema in Europe, 2007; « From margin to mainstream? Establishing a community of gay citizens » dans Cole A. (dir.) Redefining the French Republic. Manchester : Manchester University Press, 2006.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page