Navigation – Plan du site

My Son The Fanatic, de Hanif Kureishi, ou l’intégration à rebours

Jean-Paul Révauger

Résumés

Utiliser un film, ou toute création culturelle, pour comprendre le social pose un certain nombre de problèmes méthodologiques. Un film n’est pas un « reflet ». Une création, même si elle se place sous le sceau du réalisme, a un rapport très fort mais indirect avec le contexte historique de sa genèse. Elle est le produit de la rencontre d’un contexte, d’un créateur doté d’une idéologie, d’un « habitus », d’un corpus de valeurs, des modes et techniques en vigueur dans le champ de la création au moment de celle-ci et, comme le rappelle Bourdieu, de la stratégie du créateur par rapport à ses collègues/concurrents. Enfin, sans ajouter une note discordante supplémentaire aux théories de la réception, l’œuvre sera perçue de façon différente selon les publics. My Son the Fanatic sera donc perçu comme une œuvre satanique par les fondamentalistes musulmans, mais sans doute aussi chrétiens, comme une bluette charmante par les midinettes au grand cœur qui semblent être le public visé par la présentation publicitaire du film, comme une démonstration de la justesse de leurs thèses par les partisans de l’intégration, mais aussi par les émules de Huntington pour qui le choc des civilisations est inéluctable, enfin comme une manifestation irresponsable d’ « islamophobie » par les nostalgiques des politiques multiculturalistes d’antan. Les aficionados de Hanif Kureishi, auteur de la nouvelle sur laquelle le film est fondé, et scénariste du film lui-même, y retrouveront le plaidoyer pour la liberté individuelle et, en particulier, la liberté sexuelle qu’ils attendent, mais seront un peu surpris par les côtés didactiques, pour employer cet adjectif dans une acception qui déplait aux didacticiens, c'est-à-dire une volonté de démonstration un peu insistante.

Haut de page

Entrées d’index

Aires géographiques :

Royaume-Uni

Périodes :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Bourdieu Pierre, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire. Paris, Seuil, 1992. (...)
  • 2 Sur les théories de la réception, voir Jauss Hans Robert, Pour une esthétique de la réception. Pari (...)
  • 3 Voir Huntington Samuel P, The Clash of Civilizations. New York, Touchstone, 1997.

1Utiliser un film, ou toute création culturelle, pour comprendre le social pose un certain nombre de problèmes méthodologiques. Un film n’est pas un « reflet ». Une création, même si elle se place sous le sceau du réalisme, a un rapport très fort mais indirect avec le contexte historique de sa genèse. Elle est le produit de la rencontre d’un contexte, d’un créateur doté d’une idéologie, d’un « habitus », d’un corpus de valeurs, des modes et techniques en vigueur dans le champ de la création au moment de celle-ci et, comme le rappelle Bourdieu1, de la stratégie du créateur par rapport à ses collègues/concurrents. Enfin, sans ajouter une note discordante supplémentaire aux théories de la réception, l’œuvre sera perçue de façon différente selon les publics2. My Son the Fanatic sera donc perçu comme une œuvre satanique par les fondamentalistes musulmans, mais sans doute aussi chrétiens, comme une bluette charmante par les midinettes au grand cœur qui semblent être le public visé par la présentation publicitaire du film, comme une démonstration de la justesse de leurs thèses par les partisans de l’intégration, mais aussi par les émules de Huntington pour qui le choc des civilisations est inéluctable3, enfin comme une manifestation irresponsable d’ « islamophobie » par les nostalgiques des politiques multiculturalistes d’antan. Les aficionados de Hanif Kureishi, auteur de la nouvelle sur laquelle le film est fondé, et scénariste du film lui-même, y retrouveront le plaidoyer pour la liberté individuelle et, en particulier, la liberté sexuelle qu’ils attendent, mais seront un peu surpris par les côtés didactiques, pour employer cet adjectif dans une acception qui déplait aux didacticiens, c'est-à-dire une volonté de démonstration un peu insistante.

  • 4 Faure Sébastien, L’imposture religieuse, Paris, 1923. Un des maîtres de l’anarchisme français.
  • 5 Todd Emmanuel, Le Destin des immigrés, Paris, Seuil, 1994, La diversité du monde, Paris, Seuil, 199 (...)
  • 6 Worcester Kent, C.L.R. James, A Political Biography. New York, State University of New York Press, (...)
  • 7 Voir Kureishi Hanif, The Buddha of Suburbia, Londres, Faber & Faber, 1990. Voir aussi Intimacy, Lon (...)

2 Le problème n’est donc pas de savoir si Hanif Kureishi  « dit la vérité », mais comment il dépeint ce qu’il ressent comme la montée du fanatisme islamiste et la persistance de l’« imposture religieuse », comme disait Sébastien Faure4 à propos d’une autre religion, dans les populations d’origine pakistanaise vivant au Royaume-Uni. Sa problématique est au cœur de la nôtre, car il dénonce sans relâche les barrières à ce que l’on peut appeler, en gros, l’intégration, qu’elles viennent de la société d’accueil ou des nouveaux arrivants et de leurs enfants. Hanif Kureishi est en effet une des icônes du Royaume-Uni post-colonial et post sixties depuis la fin des années 1970. Le fait que son individualisme de principe, et cet attachement à la liberté, qui sont au cœur de l’identité britannique si on en croit Emmanuel Todd5, s’expriment souvent dans l’œuvre de Kuresihi à travers la sexualité ne change rien à la signification politique de sa position. De même que Conrad et Ishiguro écrivent un anglais plus pur encore que celui de bien des britanniques, et que C. L. R. James connaissait mieux le cricket que la plupart des journalistes de sa génération6, Kureishi représente une version idéale, un prototype, de l’idéologie libérale-libertaire radicale issue des années 70 au Royaume-Uni. On peut d’ailleurs toucher du doigt l’ambiguïté du terme «  multiculturalisme », dans la mesure où il est lui-même issu de l’immigration et fasciné par le rapport entre les populations issues de celle-ci et la société britannique … tout en ayant largement rejeté les traditions culturelles, religieuses et politiques du sous-continent indien. Il manifeste le plus joyeux cynisme et le plus grand dégoût pour la tradition, mais aussi pour le poids de la famille. Kureishi, présenté souvent par les critiques comme un des fleurons du Royaume-Uni multiculturel est donc, idéologiquement, un adversaire du multiculturalisme7. Son parti pris d’irrespect est à contrecourant de l’obligation de respecter la totalité des coutumes et croyances des populations d’origine immigrée qui est au principe du multiculturalisme.

3 My Son the Fanatic déstabilise le spectateur, en ce sens que, contrairement au canon et au « sens commun », c’est l’immigré de la première génération qui est un chaud partisan de l’hybridité, y compris dans ses aspects affectifs et sexuels, et le fils, enfant choyé et bon élève, qui embrasse le fanatisme islamique et la tradition. Pavez, chauffeur de taxi quinquagénaire, travaille nuit et jour pour nourrir la famille, qui vit dans une maison située dans un quartier modeste, mais correspondant aux standards britanniques en matière de confort et de respectabilité, et fournir à son épouse des subsides qu’elle envoie à ses proches au Pakistan. Les soucis d’argent sont un thème récurrent. Au début du film, le fils, Farid, est sur le point d’épouser une jeune britannique charmante, employée de banque au sourire niais, dont le père est commissaire de police. Les premières scènes sont consacrées au contact entre les deux familles, et à l’échec de l’hybridité. Les réticences du policier sont évidentes, et le pauvre Pavez se couvre de ridicule, multipliant les fautes de gout. A la suite de cet échec, Farid glisse peu à peu dans l’intégrisme, se débarrasse de son tourne disques, vend sa guitare, transforme sa chambre en lieu d’endoctrinement, et demande à son père d’héberger un dignitaire religieux pakistanais, venu porter la bonne parole. La tension monte car le père, déçu par son milieu familial, noue simultanément une relation amoureuse avec une de ces fidèles clientes de la nuit, une jeune et jolie prostituée, personnage fort et positif. La catharsis se produit lorsque les intégristes, au premier rang desquels Farid, agressent physiquement les prostituées. Pavez, présent sur les lieux par hasard, trouve son fils en train de participer au lynchage, le ramène à la maison par les oreilles, et lui flanque une raclée, retrouvant fort à propos les réflexes de l’autorité paternelle traditionnelle. Le conflit devient donc ouvert entre le fils et le père qui expulse les islamistes de sa maison. Pavez doit ensuite gérer au mieux ses relations avec son épouse, informée de la situation, sa maîtresse Bettina/Sandra, et son fils. L’option choisie par le réalisateur pour laisser le spectateur sur un sentiment de satisfaction ou de frustration importe peu pour notre propos.

I. Le racisme existant réellement

  • 8 Kureishi Hanif, Collected screenplays, London, Faber, 2002, p.319.
  • 9 Home Office (special report by LSE academics), Assessing the Impact of the Stephen Lawrence Inquiry(...)

4 Le refus de l’hybridité est donc une attitude très présente, et d’abord dans la société d’accueil. Le Superintendent/ commissaire, qui parle un Queen’s English impeccable, laisse transparaître, par son jeu corporel, le dégoût physique que lui inspirent Pavez et sa famille, en particulier lorsque celui-ci propose d’amener de la nourriture pakistanaise au commissariat central. Pavez est agressé, un soir, dans une boîte, par le comique de service, qui s’exclame « I can smell shit here » en faisant braquer le projecteur sur lui. La scène se termine par une rixe, lorsque Bettina prend le parti de Pavez, et c’est le client de Bettina, un sympathique businessman allemand en goguette et en rupture de famille qui a le mot de la fin : « and this is the celebrated Northern culture ? »8. Le racisme, y compris avec ses dérapages violents, est donc assumé par ces Britanniques du Nord, et nul sentimentalisme n’accompagne l’évocation de la culture des milieux populaires anglais. La vulgarité règne, et l’argent est roi. On méditera sur l’ironie d’une situation dans laquelle un Allemand dénonce le racisme des Anglais. Toutefois, le racisme de la société ambiante ne saurait justifier, ou conduire mécaniquement, à la montée du fanatisme communautariste. Le racisme et les discriminations sont intégrées par Pavez, font partie des contraintes de la vie dans la société britannique, et sont combattues … par Bettina, qui lance un verre à un des spectateurs qui s’en prennent à Pavez, et par son client allemand qui, naïvement, mais plein de bonnes intentions, voudrait prévenir la police, dont les responsables étaient en fait assis à la table voisine et n’ont rien fait. On est assez proche du « racisme institutionnel » dénoncé à l’occasion de l’affaire Lawrence9.

II. L’hybridité

5 Par opposition à cette peinture sans surprise de la « Northern culture », le personnage de Pavez symbolise précisément l’hybridité rejetée par la jeune génération. Il est tout d’abord hybride au plan économique. Il gagne sa vie dans la nouvelle économie des services, en tant que chauffeur de taxi, mais aussi, à l’occasion, dans le domaine des « personal services/ services à la personne », en servant d’intermédiaire entre clients et vaillantes « travailleuses du sexe ». Il est intégré dans la vie, y compris dans l’économie informelle, paye ses traites, se soucie de ses dettes, possède un logement correct. Il a parfaitement absorbé l’éthique du travail, essentielle à la construction de l’identité et sans laquelle toute respectabilité serait impossible, et il est soucieux de l’ascension de son fils, en tant que comptable ou, ambition hors de portée et rapidement déçue, policier. Il est, en revanche, un homme du Tiers-Monde de par ses tenues fripées et son taxi brinquebalant, il parle un anglais qui lui vaudrait une mauvaise note à l’agrégation et, s’il reste un Paki, c’est pour l’essentiel à cause du regard que jettent sur lui les britanniques. Son intimité, avant son aventure avec Bettina, est, en revanche, sans aucun doute, celle d’un immigré. C’est évidemment la question essentielle.

  • 10 Un féminisme égalitaire, axé sur l’implication des femmes dans le monde du travail et les inégalité (...)
  • 11 Todd Emmanuel, Le destin des immigrés.
  • 12 Cleaver Eldridge, Soul On Ice. Panther Books 1970, p.143, “White Woman, Black Man”.

6 Hanif Kureishi, en digne représentant de sa génération, considère que « The Personal Is Political », selon le principe féministe des années 1970. L’intimité, dans cette logique, était en effet le centre à partir duquel se constituait l’identité sociale. On peut rappeler les débats homériques sur l’importance relative des facteurs socio économiques d’une part et, d’autre part, des facteurs personnels, que les diverses techniques et chapelles psychanalytiques se flattaient de pouvoir repérer et interpréter ou, du moins, sur lesquels elles glosaient. Ceci est d’autant plus significatif que, globalement, la France est restée persuadée de la primauté des facteurs socio-économiques, contrairement aux États-Unis et au Royaume-Uni10. Ce débat recoupe partiellement celui qui est essentiel dans le champ de la gestion des populations d’origine immigrée, et qui concerne la délimitation de la sphère publique et de la sphère privée. La logique de l’intégration à la française et d’une stricte délimitation des sphères publiques et privées est difficile à combiner avec les constatations de ces faux naïfs professionnels, les anthropologues. Pour ces derniers, les rapports hommes/femmes, qui font partie de la sphère privée, sont au cœur de la question de l’intégration, qui concerne la sphère publique, et l’exogamie reste la meilleure mesure du degré d’intégration d’une population immigrée.11 Il va de soi que la question des rapports entre hommes et femmes de phénotype différent est, si l’on peut dire, au cœur à la fois de la littérature raciste et de celle qui, depuis les années 1960, émane des mouvements noirs radicaux. Eldridge Cleaver a écrit en son temps des pages magistrales sur le sujet.12

  • 13 Pour une illustration de cette démarche, Vaneigem Raoul, Nous qui désirons sans fin. Paris, Le Cher (...)

7 Pavez n’est pas un être désirant galopant furieusement après sa libido, même s’il fait de son mieux13. C’est un être social, et son hybridité va bien au-delà de la liaison scandaleuse, entre un Pakistanais quinquagénaire dûment marié et père de famille, et une prostituée qui a vingt ans de moins que lui et qui assume parfaitement, sans illusions et sans forfanterie un métier qu’elle exerce avec zèle et aménité. La recherche du scandaleux est typiquement kureishienne et ne doit pas être placée au centre de notre problématique ici. Au facteur ethnique s’ajoutent la différence d’âge et l’absence de stigmatisation d’un comportement sexuel en décalage avec la bienséance. Sur le plan culturel, on est à fronts renversés dans la mesure où Bettina a un niveau culturel relativement élevé, en dépit de son accent régional, car elle a envisagé d’embrasser l’enseignement. Bettina consomme même une poudre blanche suspecte, sans que ceci affecte ses compétences professionnelles et son self control : dans un pays aussi prohibitionniste que le Royaume-Uni, ceci est assez provocateur. Tous ces comportements scandaleux sont en fait secondaires.

  • 14 p. 382.

8 Plus encore que le désir d’exogamie, ou l’absence de retenue qui pourrait être induite par la différence, c’est le désir de Pavez de se comporter en individu libre et indépendant, et non en élément d’une communauté familiale qui le dépasse, qui est le plus significatif. Il est, comme le disent les annonces, marié mais libre, expression d’ailleurs assez curieuse, car la copule restrictive « mais » en dit long sur certaines conceptions du mariage. Il est donc en décalage complet avec la norme en vigueur parmi les populations pakistanaises du Royaume-Uni, pour lesquelles les liens familiaux priment sur tout, et pour qui les responsabilités des individus sur terre dépendent avant tout de leur rôle dans la famille. Pavez, qui, en bon exogame, a souhaité que son fils entre dans une famille anglaise, assume à la fois ses responsabilités à l’égard de sa légitime, et de son fils, qu’il tente de remettre sur les rails du bon sens, et son identité de chauffeur préféré des péripatéticiennes, et d’amant de Sandra/Bettina. En rupture avec la conception familiale « maximaliste » pakistanaise, Pavez est-il plus proche de la famille britannique ? Sans nul doute. Sans même évoquer la thématique de la crise de la famille au Royaume-Uni, très étudiée depuis quarante ans, et de la montée du taux de divorce, il est clair que la liberté individuelle, l’autonomie de chaque membre de la famille britannique est bien plus grande que celle de la famille allemande ou française et, a fortiori, pakistanaise. Ceci est vrai des relations parents enfants, beaucoup plus distantes et libérales, mais aussi des relations de couple, où l’autonomie des femmes s’est construite – pour des raisons qui constituent un excellent sujet de recherche en civilisation – bien avant que cela ne soit le cas dans le reste de l’Europe. Il ne s’agit pas de dire que le comportement de Pavez est conforme à la norme statistique, et que l’Anglais moyen a une maîtresse aussi jolie que Rachel Griffiths. L’idée, martelée par Todd, que la liberté individuelle, et non la famille, est la valeur cardinale de la société britannique, est corroborée dans le champ politique, dans le domaine social et, évidemment, dans celui de la politique sociale. « I have done nothing wrong. I know I haven’t, » dit Pavez, ce à quoi sa femme répond : « Oh yes, one unforgivable thing. Put self before family ». Ce qui entraîne la réplique « Oh God yes. The first time ! But not the last »14.

III. Le refus

  • 15 p. 381.

9 Le refus de l’hybridité de la part des pakistanais eux mêmes prend à contre-pied la démarche de Pavez. Minoo, l’épouse, est un personnage qui est traité de façon beaucoup plus complexe à la fin du film qu’au début, en ce sens qu’elle révèle, dans son malheur, une grande dignité et une capacité à composer et à se projeter dans l’avenir insoupçonnées au commencement. Néanmoins, sa hantise est de perdre la chaude protection du cocon familial. Elle est donc restée obstinément dans le cadre anthropologique de ses origines. Quand son fils quitte le foyer, la seule chose qui l’inquiète n’est pas sa dérive vers le fanatisme islamique, mais son propre avenir, et la crainte de se retrouver seule : « I will be here alone, like the English women, waiting to die »15. Cette phrase assassine est destinée d’une part à situer cette femme sur l’axe individualisme/communauté familiale, mais aussi à suggérer au spectateur que la société britannique n’a pas trouvé la pierre philosophale en matière de relations familiales, et que le sort des femmes âgées et seules au Royaume-Uni n’est pas particulièrement enviable.

10 Néanmoins, Minoo peut être considérée comme un condensé des traits les plus négatifs prêtés à l’épouse légitime restée dans la logique traditionnelle. Physiquement grassouillette et molle, elle est en décalage par rapport aux canons esthétiques occidentaux, mais surtout, elle n’a aucune indépendance de jugement, et semble n’avoir aucune personnalité, acceptant les directives de son mari, puis de son fils. Elle ne travaille évidemment pas. Obsédée par l’argent que gagne son mari, elle semble passer son temps à envoyer des subsides à sa famille au Pakistan, ce qui suggère des loyautés familiales très fortes, mais aussi un jeu complexe à l’égard de son mari. Elle s’habille de façon soignée mais traditionnelle, et accepte de bonne grâce de porter le voile et de disparaître de la vue des hommes lorsque les parasites islamiques invités par son fils envahissent la maison. Elle ne comprend pas que cela puisse choquer son mari, ce qui dénote bien que son univers est ailleurs qu’en Angleterre. Enfin, elle ne veut pas entendre parler de sexe, et passe son temps à empêcher Pavez de boire tranquillement son Glenmorangie.

11 Farid, qui se métamorphose en intégriste sous nos yeux, commence par bâtir un univers autour de quelques éléments symboliques et esthétiques. La musique est honnie, qu’il s’agisse des rythmes de sa propre génération, qu’il semble avoir pourtant aimés et pratiqués à grands frais, ou de celle de son père, qui écoute, sur un méchant pick-up, des disques de jazz, en particulier ceux de Louis Armstrong. Le jazz est décidément associé à l’idée de décadence par des milieux bien divers. L’affrontement entre les deux personnages se joue en partie autour du volume de l’appareil, de la nécessité  du silence dans la maison. La nourriture, pourtant variée, que Pavez offre à son fils dans un bon restaurant pakistanais, ne provoque que dégoût, et l’alcool est satanique. Toute manifestation de fantaisie et d’individualisme est bannie, et le vêtement est uniforme. Les adeptes portent vêtements amples et bonnet en coton de couleur claire. L’individu n’existe pas, il disparaît derrière la communauté des croyants. Lorsque Farid quitte le domicile de ses parents, il porte de lourds paquets : vite entouré de ses coreligionnaires, il est soulagé de son fardeau, et la charge est partagée. On est bien en présence d’une logique collective. Sur le plan économique, Farid abandonne la comptabilité, au motif qu’elle est « capitaliste », et fait preuve de la plus grande désinvolture. Ses amis utilisent sans compter le téléphone de son père, et devant les reproches de celui-ci, Farid exprime le peu de cas qu’il fait de l’équilibre des comptes par rapport à l’intérêt de la cause. L’entreprise islamiste semble donc en décalage par rapport aux réalités économiques britanniques. Toutefois, le saint homme importé du Pakistan, et logé gratuitement par Pavez, a un sens aigu de son intérêt personnel, et apparaît comme un tartuffe. Tout en dénonçant la corruption supposée de la société britannique, il intrigue auprès de Pavez pour que ce dernier l’aide à obtenir l’aval des autorités afin d’immigrer, avec sa famille, dans le Royaume-Uni honni.

  • 16 p. 313.
  • 17 p. 313

12 Farid repousse bien sûr l’exogamie, mais pas pour des raisons biologiques, contrairement à la famille du policier anglais, dont le dégoût semblait physique. Il a d’ailleurs eu une liaison charnelle avec la fille, jusqu’à l’échec de la stratégie matrimoniale de son père et son adhésion à l’islam radical. Il souhaite un mariage arrangé avec « a suitable girl », estimant que « in the end, our cultures, they cannot be mixed », et qu’on ne peut mélanger « keema and strawberries »16. Deux thématiques sont évidentes : d’une part l’effacement des logiques individuelles derrière le groupe. Ni l’amour ni l’attraction physique ne comptent, ce sont des gens de confiance qui vont arranger le mariage entre des individus qui ne se connaissent pas. D’autre part, l’hybridité, voilà l’ennemi. La position est strictement hostile aux problématiques du métissage, de l’interculturalité, comme évidemment de l’intégration. Toute évolution est impossible, et le retour au pays est le seul horizon, déclaration qui n’est pas forcément le reflet de la mentalité fondamentaliste ordinaire au Royaume-Uni, mais plutôt une extrapolation que l’auteur met dans la bouche de Farid, et qui est peut être un vœu pieux de Kureishi : si seulement les fondamentalistes pouvaient repartir ! » Les valeurs revendiquées sont « belief, purity, belonging to the past »17 , ce qui peut se traduire par «  naïveté et démission de la raison, peur du sexe et de la rencontre culturelle, refus de faire face aux réalités contemporaines ».

  • 18 p. 379.
  • 19 Voir en particulier la préface rédigée par Sartre Jean-Paul pour Les Damnés de la terre. La violenc (...)

13 Enfin, la question de la violence se pose avec une acuité particulière. La nouvelle a été publiée en 1997, soit trois ans seulement avant le 11 septembre et l’offensive terroriste. La violence touche les prostituées, et elle est clairement provoquée par le prêcheur pakistanais hébergé sur les instances de Farid. Une jeune prostituée est agressée dans la lande, et la maison où ces dames se retrouvent est assiégée et incendiée par une foule vociférante, qui agresse physiquement plusieurs femmes, une junkie pitoyable et à moitié folle, et la jolie Bettina. Sont mises en exergue l’excitation irrationnelle des manifestants, de toute évidence prêts à tout, et l’absence de normes et de règles dans le débordement, d’autant plus dangereux qu’il est sans limite. Le fait que des femmes, isolées ou presque, soient physiquement agressées par des hommes « en réunion », comme le dit la loi, est considéré comme inacceptable par Pavez, qui a intégré les normes internationales en la matière, mais pas par les islamistes, qui n’ont d’autre loi que celle de leur dirigeant. « There is nothing of God in spitting at a woman’s face », s’écrit le père lorsqu’il ramène Farid à la maison18. Ce sont bien deux systèmes qui s’affrontent, inéluctablement, comme dirait Huntington. Précisément, pour Farid, molester les femmes est un devoir sacré, comme le meurtre de civils le sera, de New York à Londres, quelques mois plus tard. Il n’y a pas de discours laborieux justifiant la violence et la violation des droits de l’homme, contrairement à ce que l’on a pu trouver sous la plume de Franz Fanon ou de certains chefs militaires français dans le contexte de la guerre d’Algérie, mais une simple pratique19. Il n’y a ni lois de la guerre, ni droits de l’homme, ni règles, mais l’affirmation d’une croyance aveugle et d’une agressivité sans bornes. Si on en croit Kureishi, nous sommes bien entrés dans une nouvelle logique.

Conclusion

14My Son The Fanatic est une œuvre paradoxale. La société britannique y est dépeinte non seulement sans complaisance, mais même avec naturalisme, en ce sens que des phénomènes d’ampleur réelle, mais maîtrisés, comme la drogue ou la prostitution sont omniprésents dans le film. Curieusement, un auteur habitué à jeter un regard ironique sur la société britannique, et à mettre en question les valeurs traditionnelles du Royaume-Uni, au moins autant que celles des cultures issues de l’immigration, se retrouve en position de défendre ce qui constitue le noyau dur de l’identité britannique, la liberté de l’individu. C’est au nom de la liberté que les relents victoriens étaient jadis combattus par Kureishi, et c’est au nom de la liberté encore que l’intégrisme musulman est rejeté. La tradition, la référence au passé, qui, dans la pensée conservatrice britannique, pèsent d’un poids très lourd, et ont même jadis amené les gestionnaires conservateurs, voire les institutions, à respecter, soutenir, voire promouvoir les logiques traditionnelles au sein de l’Empire ou des populations qui en étaient originaires, ne sont pas une référence positive, bien au contraire. La problématique du respect, qui occupe une place de premier plan dans le discours nationaliste de certains courants issus de l’immigration et, en France, de groupes issus des DOM-TOM, est donc absente. Il n’y a aucune raison, a priori, de respecter une coutume au seul motif qu’elle est ancienne, ou populaire au sein d’une communauté. On se situe bien dans un cadre de pensée libéral, dans ce courant qui a fait interdire la crémation des veuves en Inde, non sans mal, après 1840, au mépris des traditions. Pour les institutions britanniques, la tentation de se couler dans les pratiques anciennes, d’entrer dans les logiques traditionnelles, de donner force de loi à des pratiques communautaires indépendamment de leur compatibilité avec les règles démocratiques est forte. Il suffit de se remémorer le débat des années 1970 sur les tests de virginité des jeunes femmes pakistanaises, venues de leur pays dans le cadre de mariages arrangés par les familles, et dont les autorités policières britanniques vérifiaient à Heathrow qu’elles satisfaisaient aux exigences de la tradition, au mépris des droits de l’homme et de la dignité des individus. Les autorités se faisaient alors les auxiliaires et les complices de la tradition la plus incompatible avec la démocratie. Dans My Son the Fanatic, c’est un auteur issu de l’immigration qui met lui-même en cause le mariage arrangé, replacé dans son contexte, à savoir la négation de l’individu. Les valeurs libérales, ici, sont celles du métissage, de l’entre-deux, du compromis, situation difficile génératrice d’anxiété, mais synonyme de liberté. Le refus de l’hybridité, au contraire, semble être le fait de courants régressifs, puissants à la fois dans la société d’accueil et chez certains individus issus de l’immigration. La très complexe problématique de l’hybridité, de l’intégration et du multiculturalisme est donc réduite par ces courants à des oppositions manichéennes et à des simplifications, qui ont davantage à voir avec les logiques de guerre qu’avec le débat politique.

Haut de page

Bibliographie

Aussaresse Paul, Services spéciaux. Algérie 1955-1957. Paris, Perrin, 2001.

Bourdieu Pierre, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire. Paris, Seuil, 1992.

Cleaver Eldridge, Soul On Ice. Panther Books 1970.

Fanon Franz, Les Damnés de la terre 1961. Paris, Maspero, 1965.

Faure Sébastien, L’imposture religieuse, Paris, 1923.

Home Office (special report by LSE academics), Assessing the Impact of the Stephen Lawrence Inquiry. London, Home Office, 2004.

Huntington Samuel P, The Clash of Civilizations. New York, Touchstone, 1997.

Iser Wolfgang, Prospecting : from Reader Response to Literary Anthropology. Baltimore, John Hopkins Univerfsity Press, 1989.

Jauss Hans Robert, Pour une esthétique de la réception. Paris, Gallimard, 1978.

Kureishi Hanif, Collected screenplays, London, Faber, 2002.

------ Intimacy, Londres, Faber & Faber, 1998.

------ The Buddha of Suburbia, Londres, Faber & Faber, 1990.

Todd Emmanuel, Le Destin des immigrés, Paris, Seuil, 1994, La diversité du monde, Paris, Seuil, 1999.

Vaneigem Raoul, Nous qui désirons sans fin. Paris, Le Cherche Midi, 1996.

Worcester Kent, C.L.R. James, A Political Biography. New York, State University of New York Press, 1996.

Haut de page

Notes

1 Bourdieu Pierre, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire. Paris, Seuil, 1992. Les stratégies d’écriture analysées comme des stratégies de conquête du pouvoir.

2 Sur les théories de la réception, voir Jauss Hans Robert, Pour une esthétique de la réception. Paris, Gallimard, 1978, et Iser Wolfgang, Prospecting : from Reader Response to Literary Anthropology. Baltimore, John Hopkins Univerfsity Press, 1989.

3 Voir Huntington Samuel P, The Clash of Civilizations. New York, Touchstone, 1997.

4 Faure Sébastien, L’imposture religieuse, Paris, 1923. Un des maîtres de l’anarchisme français.

5 Todd Emmanuel, Le Destin des immigrés, Paris, Seuil, 1994, La diversité du monde, Paris, Seuil, 1999.

6 Worcester Kent, C.L.R. James, A Political Biography. New York, State University of New York Press, 1996.

7 Voir Kureishi Hanif, The Buddha of Suburbia, Londres, Faber & Faber, 1990. Voir aussi Intimacy, Londres, Faber & Faber, 1998.

8 Kureishi Hanif, Collected screenplays, London, Faber, 2002, p.319.

9 Home Office (special report by LSE academics), Assessing the Impact of the Stephen Lawrence Inquiry. London, Home Office, 2004.

10 Un féminisme égalitaire, axé sur l’implication des femmes dans le monde du travail et les inégalités qu’il connaît, ainsi que sur la citoyenneté, a prévalu en France, alors que les démarches identitaires et psychanalytiques ont dominé rapidement au Royaume-Uni à partir du milieu des années 1970.

11 Todd Emmanuel, Le destin des immigrés.

12 Cleaver Eldridge, Soul On Ice. Panther Books 1970, p.143, “White Woman, Black Man”.

13 Pour une illustration de cette démarche, Vaneigem Raoul, Nous qui désirons sans fin. Paris, Le Cherche Midi, 1996.

14 p. 382.

15 p. 381.

16 p. 313.

17 p. 313

18 p. 379.

19 Voir en particulier la préface rédigée par Sartre Jean-Paul pour Les Damnés de la terre. La violence est nécessaire au colonisé pour reconquérir sa dignité d’homme, elle est donc légitime, même quand elle s’exerce contre des populations civiles (blanches) et par la forme du terrorisme. Fanon Franz, Les Damnés de la terre 1961. Paris, Maspero, 1965 ; Aussaresse Paul, Services spéciaux. Algérie 1955-1957. Paris, Perrin, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Révauger, « My Son The Fanatic, de Hanif Kureishi, ou l’intégration à rebours », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 20 novembre 2007, consulté le 29 mars 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/322 ; DOI : 10.4000/mimmoc.322

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Révauger

Jean-Paul Revauger est Professeur à l’université de Bordeaux III. Auteur de plusieurs ouvrages, il a dirigé « La Grande-Bretagne entre modèle américain et social-libéralisme » Observatoire de la Société britannique, 1, 2006 et contribué à Redefining the French Republic de Gino G. Raymond, Alistair Cole, Manchester University Press, 2006.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page