Navigation – Plan du site

Le multiculturalisme comme aberration mortifère : « l’ethno-nationalisme blanc » du British National Party

Pascale Sempéré

Résumés

Le British National Party est un parti politique britannique d’extrême droite qui a entrepris depuis quelques années de sortir de la marginalité. Si la stratégie électoraliste qu’il a mise en place depuis la fin des années 1990 ne lui vaut qu’une très légère progression dans les urnes, cette progression est bien présente, et elle témoigne sans aucun doute d’une bien plus large banalisation de ses idées. Au-delà de l’édulcoration tactique menée par sa propagande, le British National Party est pourtant resté le même, tant dans ses soubassements idéologiques que dans ses buts politiques. Cette permanence est visible au cœur même de son discours sur la question raciale et elle motive son rejet sans appel du multiculturalisme au nom de « l’ethnonationalisme blanc ». C’est le but de cet article que de la mettre en évidence, ainsi que d’en souligner les modalités propagandistes et les prolongements programmatiques. L’étude est synchronique et s’appuie sur la vitrine extérieure du parti, sa cyberpropagande.

Haut de page

Entrées d’index

Aires géographiques :

Royaume-Uni

Périodes :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Point de départ des accusations : le documentaire de la BBC diffusé le 15 juillet 2004, The Secret (...)

1Le British National Party a été créé en 1982 par John Tyndall, précédemment fondateur du National Front et fervent idéologue national socialiste. Nick Griffin lui a succédé en 1999 à la faveur d’élections internes. Lui-même ancien membre du NF (entre 1985 et 1989), Nick Griffin est un raciste et un antisémite convaincu, déjà condamné à trois reprises à des peines de prison pour négationnisme et incitation à la haine raciale. Jugé avec Mark Collett, un cadre du parti, pour des déclarations contre l’islam et les Musulmans, il a cependant été acquitté en novembre 20061.

  • 2 May 2002 local elections : 3 conseillers (nord), et en moyenne 20% des voix là où le BNP propose de (...)

2Depuis son arrivée au BNP en 1995, Griffin ambitionne de débarrasser le parti des stigmates du néo-nazisme et de le rendre « respectable » sur le modèle de certains de ses homologues d’extrême droite continentaux. Il s’agit au final de construire une machine à gagner les élections, et cette stratégie électoraliste impose d’édulcorer le fond et surtout la forme du discours officiel du parti. Reprenant les vieux thèmes populistes du « tous-pourris », de la loi et de l’ordre, de la bureaucratie tentaculaire et du nationalisme économique, le BNP exploite également les angoisses très actuelles liées à l’environnement. Il garde cependant surtout intact sa prédilection pour le rejet du multiculturalisme et de l’immigration. Ses campagnes électorales, notamment à l’occasion des dernières élections locales de 2006, ont toujours été largement axées sur le terrain contre les minorités ethniques installées ou nouvellement immigrées, accusées de bénéficier de toutes sortes de privilèges, notamment en matière de logement et prestations sociales. La tactique semble gagnante. Le BNP a connu une forte poussée lors des élections locales de mai 2006, et détient désormais 53 sièges de conseillers municipaux. Les résultats des élections ont par ailleurs montré au fil des ans une hausse constante du nombre de voix qu’il recueille2, quoique ce nombre se maintienne à des pourcentages faibles et ne se traduise pas par des représentants au niveau national ou européen.

3Cette percée n’est pourtant pas anodine : son ampleur, même extrêmement modérée, est indubitable, et elle n’est peut-être que le signe le plus visible du ralliement rampant d’une partie de l’électorat à tout ou partie du discours du BNP. Un sondage daté d’avril 2006 montrait que jusqu’à 55 % des personnes interrogées étaient favorables aux idées du BNP lorsqu’on les leur présentait sans leur coller d’étiquette politique, même si ce pourcentage chutait lorsqu’on leur apprenait qu’elles étaient défendues par le parti de Nick Griffin3 : sa réputation resterait pour l’heure le pire ennemi du BNP. Il n’en demeure pas moins qu’une semaine avant les élections locales de mai 2006, un autre sondage montrait que dans certaines régions de l’Angleterre, un électeur sur quatre avait sérieusement pensé à donner sa voix au BNP4.

  • 5 Dans « Act now or the BNP will create a society riven by fear and conflict » : « Today the BNP has (...)

4Au lendemain de ces élections, Trevor Philips, le président de la Commission pour l’Egalité Raciale (Commission for Racial Equality), tirait la sonnette d’alarme en ces termes : « Aujourd’hui, le BNP a décampé vers les banlieues, et il s’est progressivement débarrassé de l’odeur nauséabonde de paria politique qui lui collait à la peau »5. Phénomène transitoire ou signe des temps à venir ? Le BNP n’a que 53 sièges de conseiller sur plus de 20 000, et les partis extrémistes, qu’ils soient de droite ou de gauche, ne sont jamais parvenus à consolider leurs avancées électorales. Pourtant, sa relative montée en puissance est bien le signe d’un malaise. Vote de protestation, désillusion envers les partis politiques traditionnels ? Souffrances économiques et sociales, associées à des angoisses décadentielles dont les immigrés ne sont que les bouc-émissaires ? Tout cela sans aucun doute, mais signe aussi d’un malaise plus spécifique que reflètent d’ailleurs les débats actuels au sein du pays autour de l’identité nationale, la nature du multiculturalisme britannique, et la validité de ses modèles intégrateurs.

5Le BNP est, qu’on le veuille ou non, un acteur de ces débats. Comprendre en profondeur sa contestation radicale du multiculturalisme vaut pour soi, avant même de répondre à des motivations idéologiques. Sa propagande, puisqu’elle est l’instrument de sa quête de respectabilité autant que de pouvoir, est là pour dire autant que pour cacher. Il s’agira dans les pages qui vont suivre d’en décrypter les rouages et, partant, d’en démontrer la profonde duplicité tactique.

  • 6 « for those who want a better grasp of the principles of modern ethnic nationalism and the long-ter (...)

6Le support de l’étude est le contenu du site Internet du BNP. Outre les supports propagandistes ponctuels – manifestes à l’occasion d’élections, tracts, réunions – les CDs dits « éducatifs » et les multiples produits dérivés (t-shirts, autocollants et autres), le BNP publie deux magazines, Freedom et Identity, tous deux disponibles par abonnement. Nick Griffin définit Freedom comme destiné aux néophytes et Identity comme adressé à ceux qui veulent approfondir leur connaissance du « nationalisme ethnique moderne »6, nouvelle définition de l’idéologie du parti. Le site Internet est placé dans cette même catégorie, et cible donc les initiés. Par sa nature même, le support électronique présente l’avantage d’atteindre le maximum de lecteurs, avec de moins en moins de distinctions sociales et générationnelles cependant, au fur et à mesure que l’outil devient accessible au plus grand nombre. Il est aussi la vitrine extérieure du mouvement. Les écrits y manifestent à ce titre un degré certain d’autocensure par rapport aux magazines papier à usage interne : ils n’incluent par exemple aucune des caricatures racistes qu’affectionne pourtant la littérature du mouvement, mais leur intérêt réside dans le fait qu’ils dessinent justement une facette de l’image idéale sur laquelle le BNP souhaite construire son ascension. L’étude de cette image propagandiste adoptera une perspective synchronique (année 2006), en dépit de références ponctuelles à des positions antérieures du parti sur des points donnés.

7Ces détails étant posés, l’analyse s’attachera tout d’abord à la vision du même et de l’autre qui sous-tend la propagande anti-multiculturaliste du BNP.

I. Sous-bassements idéologiques exclusifs

  • 7 « A party of British nationalism », dans Constitution of the British National Party, 8th ed., Nov. (...)
  • 8 Voir l’implantation géographique du parti et la répartition de ses candidats aux diverses élections (...)
  • 9 « It believes that the indigenous peoples of the entire British isles, and their descendant oversea (...)

8Par son nom et sa propre présentation dans sa constitution interne, « un parti prônant le nationalisme britannique »7, le British National Party se pose naturellement d’emblée comme un mouvement politique qui subordonne toute politique à l’exaltation et la défense de la grandeur nationale. En ce sens, le BNP passe sous silence la multinationalité constitutive du Royaume-Uni : ce sont les frontières extérieures de l’entité britannique qui lui donnent les limites géopolitiques de son champ d’action. Quoique largement anglocentré sur le terrain8, le BNP s’adresse donc dans sa littérature à toutes les composantes nationales du pays, et même si sa volonté de rassemblement n’est vraisemblablement que l’avatar crypté de l’ancestral impérialisme anglais, c’est en tout cas la généalogie ethnique qui donne tout son sens et sa légitimité à cette entité que le parti entend défendre : « Il [le BNP] pense que les peuples indigènes de l’ensemble des Iles Britanniques, ainsi que leurs descendants à l’étranger, constituent une seule et même communauté de peuples fraternels », « le BNP défend la préservation du caractère ethnique et national du peuple britannique », et « le BNP représente les intérêts nationaux collectifs écologiques, politiques, raciaux, traditionnels [folkish], sociaux, culturels, religieux et économiques des communautés [folk communities] britanniques indigènes anglo-saxonnes, celtes et nordiques, ainsi que les intérêts de ceux que nous considérons comme des membres de la race européenne proches et ethniquement assimilés ou assimilables, qui résident également en Grande-Bretagne »9. Ces quelques déclarations extraites de la Constitution du parti délimitent les contours d’un nationalisme fermé qui pose la défense de groupes ethniques strictement définis, soit la nature même de l’ethnonationalisme.

  • 10 « We use the term indigenous to describe the people whose ancestors where the earliest settlers her (...)
  • 11 « a nation of immigrants » ou « a mongrel race », cité dans « Ethnic Cleansing Anglo-Saxon Style », (...)

9Pourtant, au-delà d’une unité nationale axiomatique, s’agit-il de défendre un peuple singulier ou des peuples pluriels ? Comme les phrases juste citées le laissent entendre, le discours du BNP témoigne de va-et-vient constants entre la reconnaissance du multiple et l’affirmation de l’unique sur le plan ethnique. La définition de la population de souche prend ainsi en compte les vagues successives d’immigration d’Europe continentale, venues grossir les rangs « des premiers colons établis en Grande-Bretagne après la dernière époque glaciaire »10, mais elle nie formellement l’idée que la Grande-Bretagne est par essence « une nation d’immigrants » ou « une race bâtarde »11, ce qui légitimerait bien évidemment le point de vue des tenants du multiculturalisme.

  • 12 « Causacian race », « European race », dans Constitution of the British National Party, 8th ed., No (...)
  • 13 Il s’agit, scrupuleusement définis, de : « the Anglo-Saxon Folk Community ; the Celtic Scottish Fol (...)

10La tension entre l’un et le multiple se trouve en fait résolue via l’affirmation de l’appartenance à une même race, que ce soit la « race caucasienne » synonyme de la « race européenne »12, ou, sous une forme non euphémisée, la « race blanche ». Dans le premier cas, les différents groupes ethniques, dits « indigènes », présents au Royaume-Uni sont racisés, et considérés comme les sous-catégories d’une « race » matricielle commune. Dix groupes sont ainsi répertoriés, et déclarés remplir les conditions d’adhésion au BNP, en leur qualité de seuls résidents légitimes13. En vue de justifier son utilisation raciale du terme « ethnique », le parti détourne dans sa Constitution les conclusions du procès Mandla VS Dowell Lee, qui a conduit la Chambre des Lords à préciser, donc à légitimer, la notion d’origine ethnique. Mais alors que la définition des Lords insiste davantage sur les coutumes, croyances et traditions que sur l’appartenance à une branche biologique commune, dans la typologie des peuples britanniques indigènes que dresse le BNP, ce sont au contraire les liens généalogiques, et donc la définition biologique, qui priment, qui essentialisent de facto les limites de la communauté nationale-ethnique, et qui l’unifient en profondeur au-delà de sa diversité interne.

11Jusque dans les tréfonds du message propagandiste, c’est par conséquent l’image d’une entité par essence exclusive qui s’impose. Toutes les réalités humaines sont passées au filtre du paradigme racial. Le BNP reprend d’ailleurs à son compte la célèbre déclaration de Disraeli : « Tout est affaire de race ; il n’y a pas d’autre vérité »14. Le primat de la race est posé tel un axiome, dans un ensemble qui use et abuse de la rhétorique de l’évidence, comme lorsque, par exemple, Nick Griffin affirme : « L’humanité est divisée en races, et ces races, tout en partageant de nombreuses caractéristiques communes de l’humanité, différent naturellement sur bien des points au-delà de la simple couleur de peau. […] C’est un fait. »15

  • 16 Par exemple : « maintaining our unique cultural and ethnic identity », dans General Election Manife (...)
  • 17 « The BNP exists to secure a future for the indigenous peoples of these islands in the North Atlant (...)
  • 18 « We must secure the existence of our people and a future for white children », mot d’ordre lui-mêm (...)
  • 19 « My politics have not changed », http://www.stopthebnp.org.uk.

12Pourtant, la couleur de la peau s’avère primordiale. Le socle idéologique raciste du BNP conduit naturellement à l’idée qu’être britannique, c’est d’abord et avant tout être blanc. Certes, de façon récurrente, le BNP définit sa mission comme une entreprise de « maintien » ou de « préservation » d’une identité, d’un héritage, d’une culture16, mais il affirme également sa raison d’être en ces termes : « Le BNP existe afin d’assurer un avenir aux peuples indigènes de ces îles de l’Atlantique Nord qui sont notre patrie [homeland] depuis des millénaires »17. Il s’agit là d’une paraphrase des quatorze mots chers aux nationalistes blancs et autres tenants de la Fierté Blanche [White Pride] : « Nous devons assurer l’existence de notre peuple et un avenir aux enfants blancs »18. Lors d’une réunion privée néo-nazie aux USA en 2001, Nick Griffin aurait d’ailleurs admis, montrant sa peau blanche : « Mes idées politiques n’ont pas changé »19. Tout le discours anti-multiculturaliste du BNP renvoie d’ailleurs à cette assimilation du même à la blancheur, de façon directe ou de façon induite, par référence à l’Autre, son contraire « non-blanc » ou « anti-blanc », et en citant toujours 1948, date de la première vague d’immigration jamaïcaine, comme le début de la chute vers les abîmes de l’indifférenciation.

13L’ethnonationalisme blanc ainsi défini sous-tend des mises en égalisation en chaînes qui, chacune, contribuent à la densité de la définition identitaire de la nation : la race, la culture, le peuple, le sang, le sol, la nationalité s’entrelacent ainsi en un tout insécable. On ne trouve pas dans la cyberpropagande du BNP de théorie raciale au sens strict. Cette absence de théorisation est d’ailleurs bien dans la tradition britannique. La race, vérité d’évidence, apparaît plutôt comme un concept constamment surdéterminé. Elle renvoie à l’idée de patrimoine génétique et constitue en même temps une métaphore essentialisante de la culture, tandis que la culture s’impose comme l’objectivation de l’identité raciale. Les termes « multiculturalisme » et « multiracialisme » sont d’ailleurs utilisés indifféremment.

14Le lien génétique entre la race, donc la nature, d’une part, et la culture, d’autre part, est posé sous la forme de leurs apports circulaires. Fidèle en cela au lamarckisme du fascisme britannique historique, et même s’il se réfère également au darwinisme par endroits, le BNP pose que les caractéristiques culturelles, émanations de la race, viennent enrichir au fil des générations les traits spécifiques de cette dernière. Il en est ainsi, par exemple, de la défense de la démocratie, naturalisée en propension racialement déterminée, malgré les précautions rhétoriques : « Nous croyons qu’il est plus que probable que la tendance historiquement établie (et nous ne prétendons pas qu’il s’agisse d’autre chose) des peuples de l’Europe Occidentale en général, et de ces îles en particulier, à créer et maintenir des structures sociales et politiques qui prennent en compte la liberté individuelle, l’égalité devant la loi, la propriété privée et la participation populaire aux prises de décisions est dans une certaine mesure génétiquement déterminée. De telles tendances modèleraient naturellement notre culture autour de ces institutions, et tendraient à être en retour modelées par cette culture. »20 Les traits culturels sont transmissibles au sein de leur seule race matricielle : ils ne sont pas adoptables, ce qui déconsidère de fait toute idée d’intégration21.

15Dans la continuité de cette perspective, il existe pour le BNP un rapport de consubstantialité entre le sang et le sol : « La terre et le peuple ne font qu’un »22. D’une terre émane un peuple, et ledit peuple est seul fondé à revendiquer des droits sur cette terre modelée par les générations de ses ascendants. Les ancêtres sont d’ailleurs naturellement au cœur de la construction d’un mythe identitaire. C’est le cas avec Project Iona [Islands of the North Atlantic], une page du site du BNP consacrée à l’histoire des Iles Britanniques, leurs peuples et lieux historiques ainsi que leurs mythes et légendes, celtes ou nordiques. Mais la démarche est également clairement visible dans la nature des produits dérivés vendus dans la cyber-boutique du parti : les objets arborant des motifs celtes côtoient des posters de dieux Viking représentés dans le plus pur style romantique exalté. Tout ceci vise à transformer le folklore culturel en culture normative, donc exclusive23.

  • 24 A propos du statut de citoyen britannique : « Ce statut vient du sang, il n’est pas décrété par l’e (...)
  • 25 « The most important first consequence of our acceptance of innate human differences is our recogni (...)

16Le corrélat de tous ces développements tient en quelques mots : la nationalité est avant tout affaire d’appartenance ethnique. Etre britannique, ce n’est pas avoir un passeport britannique, c’est avoir du sang britannique qui coule dans ses veines, comme indice métonymique de la seule race légitime sur le sol de la nation24. L’identité civique n’est pas l’identité ethnique : la première est artificielle, la seconde et seule véritable est immanente25.

17La pensée essentialiste manifeste dans cette racialisation exclusive du même est le point d’ancrage d’un double mouvement paradoxal du discours propagandiste, vers le racisme inégalitaire et hiérarchisant d’une part, et vers la dénégation de racisme d’autre part.

18Le terreau idéologique d’un discours fournit naturellement les clefs de sa genèse. Celui du BNP est clairement affirmé : hostile a priori à toute forme d’universalisme, il est pétri d’anti-humanisme. Mais s’il nie le principe d’humanité commune26 et enferme les individus dans le destin de leur programmation raciale, il se distingue également par un anti-égalitarisme appuyé.

19L’idée d’égalité entre les hommes est qualifiée d’ « idée fantaisiste »27, qui relève de « mythes irrationnels »28. Dans une surdétermination du dénigrement, « l’égalitarisme idéologique » (l’idéologie étant toujours la pensée de l’adversaire) est qualifié « d’irrationalisme marxiste »29 (le marxisme étant toujours un adjectif péjorant dans le contexte idéologique d’énonciation). L’idée d’égalité est fille de l’aveuglement, de l’extrémisme et du dogmatisme30, antithèses du pragmatisme et du réalisme dont ferait preuve le BNP, ces dernières attitudes étant quant à elles érigées en étalons de la vérité. Le parti martèle le plus souvent le rejet du principe d’égalité comme une vérité axiologique, en s’appuyant résolument sur la rhétorique du sens commun, mais il tente aussi à l’occasion de démontrer la justesse de ses vues par le biais d’amalgames ou de contractions logiques. Il a alors essentiellement recours à deux tactiques. Soit il se base sur des différences de genre (homme/femme) et de nature (différences génétiques entre membres de différentes populations : couleur de peau, susceptibilité démontrée à différentes maladies,…) pour inférer subrepticement l’idée d’inégalité et finalement nier le principe universel d’égalité en droit de tout être humain, soit il s’appuie sur les failles de la politique d’intégration basée sur le principe d’égalité pour démontrer l’inanité même dudit principe, ce qui revient à condamner l’universel au titre des lacunes du particulier31.

20En tout état de cause, de telles positions rendent valides hiérarchisation et discrimination raciales. De nombreux ouvrages en vente sur le site de la librairie du BNP témoignent d’ailleurs du soutien du parti aux recherches en sociologie, biologie et anthropologie qui entérinent le principe du racisme différentialiste hiérarchisant32. Parmi ces livres, on trouve l’ouvrage connu de Robert Hernstein et Charles Murray, The Bell Curve (1994), ou celui de Henry Garrett, IQ and Racial Differences (1980). Quand le racisme fait appel à la science, caution par excellence dans l’univers culturel qui est le nôtre, il vise à fonder la légitimité du préjugé en accréditant l’idée qu’il existe des différences ontologiques entre êtres humains, et que ces dernières génèrent des hiérarchies entre leurs races d’appartenance. Des contributions de propagandistes, celles de « Doc » notamment, ont recours aux arguments du racisme scientifique33 mis en avant par J. Philippe Rushton, Arthur R. Jensen ou encore Richard Lynn.

  • 34 « the Human Genome Project spin »/« Le mensonge du Projet sur le Génome Humain » ; « The HGP shows (...)
  • 35 Voir http://www.bnp.org.uk/articles/time_out.htm.
  • 36 Citation d’un journaliste de The Guardian, dont l’opinion est contestée par Nick Griffin : « This i (...)

21Si certaines études en psychologie cognitive, sociologie ou autres sciences humaines sont les alliées bienveillantes ou passives du BNP, il n’en est pas de même des recherches en génétique qui sont pourtant mises au service de l’idéologie différentialiste raciste du parti, en toute logique lorsque l’on sait que le recours au paradigme génétique fait partie intégrante de l’arsenal du scientisme raciste depuis plus d’un siècle. Il permet en effet l’essentialisation des différences entre individus via l’idée de programmation génétique, pourtant fausse et dangereuse s’il en est. A rebours des postulats et résultats du Projet sur le Génome Humain, pour lequel l’idée de races humaines n’est pas pertinente34, Nick Griffin affirme ainsi, analogie à l’appui, que le faible nombre de différences génétiques entre les différents groupes de populations humaines ne transforment pas pour autant ces dernières en membres d’une même race : il en est à son avis des hommes comme des chiens35. Il s’insurge également contre l’idée que le nombre total de gènes humains, finalement moins élevé que prévu, puisse impliquer le fait que les hommes ne soient pas prisonniers de leurs gènes, et que, en d’autres termes, la nature ne l’emporte pas sur la culture36.

  • 37 Guillebaud, Jean-Claude, Le principe d’humanité, éd. du Seuil, coll. Points, 2001, p. 296.

22Dans la plupart des cas cependant, il n’y a pas contestation mais utilisation biaisée des recherches en génétique humaine, et plus particulièrement encore des études en génétique des populations. Au fil de pseudo-démonstrations qu’il serait fastidieux de détailler ici, cela permet ainsi au BNP d’affirmer qu’il existe par exemple des gènes de l’intelligence, que la taille du cerveau conditionne le degré d’intelligence (vieille antienne s’il en est), et que cette taille génétiquement déterminée varie en fonction de l’appartenance raciale. Ce « réductionnisme génétique »37, pour reprendre l’expression de Jean-Claude Guillebaud, conditionne nécessairement le degré de réussite sociale : en d’autres termes, il y a de « bons » et de « mauvais » génotypes, qui impliquent des rapports de supériorité/infériorité, et qui rendent incidemment caduque toute politique sociale, en particulier la discrimination positive à l’égard des minorités ethniques.

23Essentialisme et inégalitarisme racistes sont des conceptions frappées d’opprobre, et leur apologie tombe sous le coup de la loi. Elles ne peuvent donc s’affirmer qu’au sein d’un jeu de voilement-dévoilement, dans un but évident de respectabilité et de déculpabilisation des militants potentiels ou déclarés. Après l’affirmation du racisme, certes euphémisée, certes déjà sous-tendue de part en part par des efforts de légitimation « rationnelle », le second pan du discours propagandiste du BNP réside par conséquent dans une quête de respectabilité qui, sous des formes plus ou moins directes, appelle une dénégation du racisme. Les stratégies du BNP sont en ce domaine multiples, et servent de points d’appuis majeurs à son argumentation contre le multiculturalisme.

24Une stratégie de dénégation par la bande, marginale mais bien présente, consiste à vider le racisme de ses connotations négatives. Dans cette logique, la préférence pour l’en-groupe est ainsi moralement justifiée38 pour la simple raison qu’elle est une « tendance humaine innée », suivant le postulat que la nature doit toujours l’emporter sur la culture. Au fil de démonstrations captieuses, le préjugé raciste est naturalisé et érigé au rang de norme relationnelle fondée en raison, et le « racisme » peut ainsi être invoqué sans honte, puisqu’il « fait partie de la nature humaine39 ». Etre contre la préférence nationale, c’est a contrario être dans l’erreur, puisque cela revient à prôner « un système de valeurs qui est absolument contraire à la nature, tant du point de vue de ses origines instinctives que de son socle idéologique40 » ; l’intégration entre différentes communautés ethniques est de la même manière invalidée car relevant d’une démarche « fondamentalement étrangère à la nature humaine41 ». On pourrait multiplier les exemples à l’envi : il reste qu’une fois encore, l’évidence et le sens commun deviennent frauduleusement preuves du bien et du vrai et que la répétition fait valeur de démonstration.

25La propagande du BNP est bien loin cependant de manifester une utilisation décomplexée du terme « racisme » et de ses dérivés, et marque le plus souvent son refus de l’étiquette stigmatisante par sa mise entre guillemets. Signe de la diversité des voix qui s’expriment, signe surtout des enjeux, l’incohérence n’est pourtant qu’apparente42, puisque le BNP ne nie son racisme que pour mieux le réaffirmer au nom d’un pragmatisme qui l’entérinerait comme un fait naturel : « Nous ne sommes pas ‘racistes’, mais réalistes »43, ou encore : « [nous sommes des] réalistes raciaux »44 qui militons pour une « ethnorealpolitik »45, toutes définitions euphémisées de soi qui rejoignent celles d’ethnonationaliste.

26Autre stratégie, les accusations spéculaires. Elles constituent une tactique de dénigrement de l’adversaire en même temps que de blanchiment de l’image de soi commune en propagande. Le BNP y a recours de façon intensive dans le but de retourner les accusations de racisme dont il fait l’objet, renvoyant l’opprobre sur ses opposants. Il en va ainsi des présumées persécutions contre les membres du BNP, Griffin en tête, qualifiées de « crime de haine raciale »46. La CRE, composée d’« une bande de racistes anti-Blancs adorateurs de Lénine »47, est quant à elle déclarée coupable de « discrimination contre les Blancs »48. Ce ne sont là que des exemples parmi beaucoup d’autres. La propagande du BNP cherche à accréditer l’idée que le racisme, comme l’intolérance, est du côté de l’adversaire. La tolérance est ainsi stigmatisée comme un avatar du politiquement correct, lui-même ravalé au rang de conditionnement de masse qui va à l’encontre des libertés de pensée et d’expression, tandis que le racisme se trouve au contraire sublimé en courage de bouleverser les idées reçues49.

  • 50 « the basic human rights : the right to preserve their own territory, traditions and ethnic id » , (...)

27Dans cette entreprise de retournement sémantique, la phraséologie universaliste et humaniste de l’adversaire est elle aussi utilisée dans un but de légitimation, mais dans une totale implosion des principes qu’elle renferme. Ainsi, « les droits fondamentaux de tous les êtres humains consistent à pouvoir préserver leurs territoire, traditions et identité ethnique. […] Nous croyons, en un mot, que la discrimination fait partie des droits de l’homme »50.

28Le BNP cherche également à se démarquer des mouvements néo-nazis qui se revendiquent racistes. Il s’insurge ainsi contre le « réflexe pavlovien d’hostilité à tout ce qui n’est pas blanc »51, « le racisme grossier de groupuscules tels que le National Front », ou encore il dénigre le même National Front comme étant « une bande de bons à rien néo-fascistes » ou de « skinheads crétins »52, qui « beuglent à tous vents qu’ils font partie d’une ‘race supérieure’«53. A travers la condamnation du National Front, le BNP marque également son refus d’adhérer à l’idée de complot juif international, « une absurdité »54. Dans une paraphrase d’August Bebel, l’antisémitisme est critiqué comme étant « le nationalisme des fous »55, une bouc-émissairisation facile et trompeuse qui éloigne de la lutte nationaliste. Il s’agit là pour le BNP de prendre – officiellement – ses distances par rapport à son passé antisémite et de poser clairement le fait que sa « politique à l’égard des Juifs » a été « réformée »56. Tous n’est là qu’affaire de stratégie rhétorique : fondamentalement, il n’est jamais question pour le BNP de condamner racisme et antisémitisme en soi, mais de substituer aux passions haineuses et politiquement contre-productives un « réalisme racial » fondé sur des raisonnements déculpabilisants57.

29C’est cependant dans sa définition de soi comme anti-raciste différentialiste que le BNP exprime le plus directement sa quête d’innocence. L’influence des thèses de la Nouvelle Droite française, et notamment des écrits d’Alain de Benoist58, est transparente et clairement revendiquée d’ailleurs sous forme de liens hypertextes59. L’argumentation déployée par ces thèses est complexe et serrée, mais repose toute entière sur le rejet de l’homogénéisation et de la globalisation, maux en soi et sources de pathologies identitaires. Elle leur oppose la nécessité pour les groupes humains d’affirmer des identités « fortes et claires » pour une coexistence respectueuse et pacifiée, et pose, pour ce faire, comme droit axiomatique, le « droit à la différence ». Elle réussit de cette manière le tour de force de substituer le paradigme différentialiste au paradigme inégalitaire raciste, pour dessiner un projet politique tout entier informé par la peur du mélange60, nouvelle métamorphose d’un racisme qui avancerait masqué.

30Le BNP ne cesse de reprendre à son compte la rhétorique différentialiste crypto-raciste, affirmant par exemple que la protection de la diversité humaine n’est « pas une question de supériorité et d’infériorité »61, mais un bien en soi, résumé à l’occasion par une analogie biologisante : « Le principe selon lequel la bio-diversité est une chose naturellement bonne [..] s’applique également aux cultures humaines et aux populations »62. Il suffit de mettre en parallèle l’accent récurrent sur l’égalité des cultures à défendre63 avec le discours profondément anti-égalitariste du BNP64 pour comprendre, par ailleurs, toute la duplicité propagandiste que renferme ce discours. En outre, l’analogie citée n’est pas anodine. Alors que le néo-racisme différentialiste délaisse généralement la notion de race, historiquement stigmatisée, pour essentialiser la seule culture, le BNP cherche à jouer sur tous les tableaux si l’on peut dire, habillant sa philosophie du sang et du sol des oripeaux du différentialisme65. La démarche est tout particulièrement évidente quand, sous la plume de l’un de ses propagandistes, et sur fond de critique de l’immigration polonaise, le BNP précise sa conception de la défense de la race blanche et la recentre sur la préservation de « sa diversité génétique interne » générée par des adaptations au milieu. En d’autres termes, quand la politique déclare que la Grande-Bretagne ne peut accueillir tous les Blancs de la terre, l’idéologie la légitime en brandissant l’étendard des micro-particularismes raciaux, en parfaite congruence avec son appellation ethnonationaliste revendiquée.

31Le mélange paradoxal de racisme inégalitaire et différentialiste n’empêche pas la convergence des conclusions. Il la surdétermine bien au contraire. Le maintien de la diversité, euphémisme pour le séparatisme, apparaît alors comme un impératif catégorique de l’action politique. Son corrélat évident est la mixophobie, un rejet absolu de l’hybridation, du multi-culturalisme/-racialisme et de sa cause, l’immigration.

II. L’expression propagandiste du rejet du multiculturalisme

  • 66 Même si on trouve également un différentialisme infra-étatique (voir Taguieff, Pierre-André, op. ci (...)

32Si on pose comme vérité axiomatique une unité raciale, ethnique, culturelle normative66, pureté originelle à retrouver ou préserver, tout ce qui s’oppose à cette norme est mauvais et doit par conséquent être éradiqué. Le rejet du multiculturalisme s’exprime à travers différentes modalités, des mots, des analyses et des figures incarnées, qui sont autant de variations sur le thème du mal.

33Les mots du mal sont déclinés sur le mode de la répétition, dans le registre polémique de la scandalisation, ou ce qui est dit devient vérité d’évidence. De multiples métaphores négatives, stigmatisantes ou anxiogènes constituent en outre de véritables leitmotivs. La sanction morale est récurrente : le rejet du multiple est une « question de respect de soi »67. Le « métissage » est déclaré « fondamentalement mauvais »68. « Par essence contraire aux lois de la nature et destructeur »69, « répugnant et odieux », il relève, comme l’homosexualité, de la déviance sexuelle70. Ni « moral » ni « normal »71, il est du côté de l’Impur. La promotion du multiculturalisme, quant à elle, « flirte avec la perversion » et « va à l’encontre de toutes les lois de la nature et de toutes les lois du bon sens »72.

34L’évocation péjorative polémique fait, naturellement, elle aussi partie de l’arsenal. Le multiculturalisme, c’est l’anomie sur fond tout à la fois d’animalité et de matérialisme triomphant, avec une société qui n’est plus qu’« une fourmilière de consommateurs couleur café au lait, coupés de leurs racines »73. Thèmes populistes par excellence, les accusations de mensonge et de trahison des élites sont aussi présentes dans la dénonciation des « bobards », de la « propagande » et des « foutaises multiraciales » du gouvernement74. « L’imaginaire catastrophal »75 est également mis à contribution, dans une évocation de la mort et de ses figures. Le multiculturalisme est une « dystopie »76 qui mène au « néant »77 ; il fournit « la recette d’un désastre »78, d’une « tragédie humaine »79, où la folie précède la chute80. La comparaison avec la Bosnie, le Rouanda, l’Indonésie ou l’Irlande du Nord alimente une eschatologie où le multiple ne peut que se désintégrer dans le sang81, la « haine et le meurtre de masse »82.

  • 83 Elle définit le génocide comme l’intention de détruire, complètement ou en partie, un groupe religi (...)
  • 84 « increasingly anti-human and even genocidal in practice », dans http://www.bnp.org.uk/candidates20 (...)
  • 85 Le métissage : « a form of genocide », dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm, « geno (...)
  • 86 « the ‘structural genocide’ of the indigenous white British communities via the creation of the mul (...)
  • 87 « Make no mistake, this is the start of the Endgame, and the aim of the game is the extinction of t (...)
  • 88 « an invisible but deadly poison », http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.
  • 89 « ideology of self-destruction » ; « this path of self-annihilation »/« ce chemin qui nous mène ver (...)
  • 90 « a natural and laudable survival mechanism »/« un réflexe de survie louable autant que naturel », (...)

35Le terme « génocide » lui-même, avec sa forte charge polémique et émotionnelle, est d’ailleurs très souvent utilisé. Prenant appui sur la définition du génocide donnée dans la convention de l’ONU83, le BNP soutient que le multiculturalisme vise la destruction de la race blanche et du monde occidental. Le multiculturalisme est « de plus en plus anti-humain et même génocide dans les faits »84, le métissage comme l’intégration sont des génocides85, « les communautés britanniques blanches de souche sont soumises depuis cinquante ans à un génocide structurel »86, etc. Le ton est pour le moins alarmiste : « Ne vous méprenez pas, la dernière manche vient de commencer, et le but du jeu, c’est l’extinction de l’Homme Blanc »87. Parce que le métissage et la perte consécutive des racines constituent « un poison invisible mais mortel »88, le multiculturalisme est une « idéologie de l’autodestruction »89, sans qu’il soit possible de faire la part entre le sens propre et le sens métaphorique. Dans une parfaite fusion du culturel essentialisé et de la race biologique, ce qui est en jeu dans le combat politique transcendé en lutte métapolitique, ce n’est rien d’autre que la survie90.

  • 91 Par exemple : « the multiracial experiment », dans http://www.bnp.org.uk/columnists/docdiary2.php?d (...)
  • 92 « a gigantic genetic modification scheme which will turn us into a minority in our home land », dan (...)
  • 93 http://www.bnp.org.uk/articles/judeo_obsession.htm Cet article se veut une critique de l’antisémiti (...)
  • 94 Par exemple : « the real conspiracy : world government » : sous-titre employé par John Bean dans ht (...)

36L’exaltation de la grandeur de la lutte s’accompagne du dénigrement du multiculturalisme à travers des analyses interprétatives qui réduisent ses partisans à n’être que des comploteurs, des apprentis sorciers ou des malades mentaux. Le multiculturalisme est ainsi souvent décrié comme une « expérience »91 d’ « ingénierie génétique » perverse menée par les élites92. Ces élites sont alternativement britanniques, membres d’une gauche stigmatisée dans le contexte d’énonciation comme nécessairement imperméable à tout sentiment national, soit internationales, rattachées au capitalisme mondial et à toutes les organisations qui en émanent93. Dans la phraséologie du BNP, l’internationalisme matérialiste a remplacé la traditionnelle main cachée de la juiverie mondiale94, mais les puissances de l’ombre sont toujours là, d’autant plus menaçantes sans doute qu’elles sont désincarnées, et le complot, même suggéré, reste un thème de propagande porteur.

37Le multiculturalisme peut également être analysé dans certains articles comme marque d’une psychopathologie. Le BNP reprend alors le thème connu du « masochisme sociétal », du « sanglot de l’homme blanc » qui veut racheter la faute de l’esclavage et de l’impérialisme en favorisant un colonialisme à rebours jusqu’à la submersion sacrificielle de ses propres communauté et culture : « On appelle cela le multiculturalisme et la tolérance, mais c’est en vérité notre pénitence »95. L’analyse est réductrice, mais elle instrumentalise au profit de thèses hostiles au métissage ce qui constitue selon certains une facette de l’état d’esprit occidental, et peut-être plus précisément européen96. Dans la même veine psychologisante, les occidentaux souffriraient d’une névrose97, un complexe de culpabilité né des dictats égalitaristes qui les poussent à refouler la conscience de leur supériorité et à accepter sans mot dire le multiculturalisme. L’anti-raciste sublimerait quant à lui sa haine de soi en amour pathologique de l’autre98.

38La stigmatisation du multiculturalisme se trouve enfin parachevée par une peinture des dangers qu’il génère. Les thèmes abordés correspondent aux attendus d’un discours ultra nationaliste raciste, et l’insécurité prend au cœur de ce corpus une place de première importance, pour des raisons contextuelles évidentes. Dans un pays traumatisé par les attentats du 7 juillet 2005 perpétrés par des Britanniques issus de l’immigration, le BNP ne se prive pas d’instrumentaliser la peur du terrorisme pour défendre ses thèses anti-multiculturalistes. En bonne place dans le partage des responsabilités se trouvent ainsi « les hommes politiques qui ont donné le jour à cette ‘expérience’ multiraciale ratée »99.

39Après les attentats de 2001 aux États-Unis, puis ceux de 2005 à Londres, la propagande anti-musulmane est devenue une pièce maîtresse de l’opposition du BNP à l’immigration et au multiculturalisme, l’argumentation reprenant à son compte l’idée de choc des civilisations, chrétienté contre islam. C’est par conséquent essentiellement la religion qui sert, depuis lors, de base à des processus de racialisation générique extrêmement manichéens100. L’islam est la violence et le Mal, « une religion fondamentalement extrémiste »101 et « intrinsèquement hostile »102, ce que confirme de façon fort biaisée la lecture hors contexte historique de certains passages du Coran particulièrement empreints de violence. Le livre saint est ainsi accusé d’être « non pas un livre de paix mais un manuel pour conquérir le pays des autres »103. La propagande pratique l’amalgame réducteur pour activer le levier de la peur et transformer tous les Musulmans en islamistes démoniaques assoiffés de mort104. À l’occasion de l’anniversaire des attentats de juillet et des nouvelles alertes au terrorisme, Nick Griffin annonça en 2006 l’Apocalypse dans les banlieues105, considérant que tous les jeunes Musulmans étaient des « bombes à retardement » dans un pays par ailleurs miné par les « tensions religieuses, raciales et communautaires »106. Face à l’ « incompatibilité fondamentale »107 ainsi décrétée entre l’Occident et l’islam, la seule solution est la séparation stricte : « Nous devons quitter l’Orient, et l’islam doit quitter l’Occident »108. En d’autres termes, pas d’engagement en Irak, par principe109 et parce que cela attise les tensions communautaires en Grande-Bretagne, mais pas non plus de Musulmans sur le sol britannique.

  • 110 « It is an inescapable statistical fact that immigration into Britain increases the crime rate », d (...)

40Si l’instrumentalisation de l’actualité transforme le Musulman en symbole de la criminalité immigrée, la rhétorique sécuritaire du BNP s’attaque également aux membres des autres minorités ethniques. Fondamentalement, cette rhétorique ne s’embarrasse pas de distinctions entre ceux nés sur son territoire et les autres, ceux qui ont la nationalité britannique et ceux qui ne l’ont pas, pas plus qu’elle ne fait de différences entre les immigrés clandestins et légaux, les faux ou vrais demandeurs d’asile : elle joue classiquement sur la contamination des accusations d’un groupe à l’autre, dans un processus de criminalisation générique des populations allogènes. Au mépris de toute analyse des facteurs structurels et contextuels, économiques, sociaux et culturels notamment, le BNP assène sur le ton de l’évidence : « C’est un fait statistique indéniable que l’immigration en Grande-Bretagne augmente le taux de délinquance »110. La référence aux chiffres vaut légitimation.

  • 111 « Figures for unemployment, welfare dependency, educational failure, and other social pathologies t (...)

41En sus de la violence, l’immigration est également accusée d’être en soi porteuse de « pathologies sociales », « chômage, échec scolaire, culture de la dépendance aux aides sociales »111. C’est ainsi que, dans un gigantesque amalgame des causes, des effets et des registres, et dans une reproduction parfaite des préjugés racistes les plus courants, se dresse en filigrane l’image du vers dans un fruit sain, celle de minorités ethniques par essence fainéantes, assistées, profiteuses et violentes dans une société autrement pure de tous ces maux.

42Outre ces dangers d’ordre sécuritaire et social, le BNP brandit l’épouvantail de la submersion démographique, avec ses conséquences tout à la fois génétiques et culturelles : « Notre identité culturelle et ethnique ancestrale est en passe d’être noyée dans un océan de couleurs »112. L’islam incarne plus particulièrement ce danger, avec l’accent mis sur les thèmes de l’« islamisation » ou de la « dhimmification »113. L’expression polémique « nettoyage ethnique » est parfois utilisée pour signifier l’ampleur de la menace114, mais ce sont surtout les chiffres qui sont mis en avant : si rien n’est fait, « dans soixante ans »115 ou « cinquante ans » ou « cinq générations »116 suivant les textes, « les Britanniques de souche [constitueront] une minorité ethnique »117 dans leur propre pays.

43Le multiculturalisme est également présenté comme un danger dans une perspective écologiste. Avec désormais soixante millions d’habitants, « la Grande-Bretagne est pleine à craquer »118. Si la tendance à la hausse n’est pas enrayée, la surpopulation menace, et la production de nourriture ainsi que la construction d’infrastructures pour tous aura tôt fait de transformer le pays en « un désert goudronné »119. Le BNP apporte une réponse très personnelle à un débat par ailleurs bien présent au Royaume-Uni : persister dans l’accueil d’immigrés s’avère proprement suicidaire, et une première solution pour préserver l’avenir de l’équilibre écologique national consiste à renvoyer les minorités ethniques chez elles120.

44La défense de la démocratie est un autre thème propagandiste récurrent, parcouru d’accusations spéculaires polémiques. Ainsi, en s’imposant la défense du multiculturalisme, l’État se voit amené à bâillonner les voix dissidentes, le BNP en l’occurrence : « Sa puissance se fonde sur la répression »121. La Grande-Bretagne est devenue un pays totalitaire122, où règne « une réalité fasciste et étrangère »123 à sa nature, qualifiée de marxiste à l’occasion124. Le politiquement correct, expression du respect pour la différence, devient sous la plume des propagandistes du parti l’emblème paroxystique de la censure imposée, exprimée dans un retournement polémique comme étant « la normalisation politique de la haine raciale envers les Blancs »125. La discrimination positive est accusée quant à elle de rétrograder les Britanniques de souche au rang de citoyens de seconde zone, lésés dans l’expression de leur culture et de leur droits126 (le droit au logement tout particulièrement), tandis que la CRE fait l’objet de critiques cinglantes, vilipendée comme étant « complètement anti-britannique et hostile aux intérêts de la majorité »127.

45Dans cet ensemble de dénonciations, l’argument de la concurrence économique n’occupe pas une place centrale. Nick Griffin, souhaitant concentrer sa cyberpropagande sur les fondements idéologiques, raciaux, culturels et biologiques de ses positions, et voulant surtout se démarquer de la droite conservatrice128, affirme, qui plus est, que la concurrence économique ne constitue pas une raison primordiale de rejeter l’immigration129. L’argument économique apparaît cependant à travers l’opposition aux programmes de discrimination positive130. Il cible par ailleurs tout particulièrement les immigrés venus des nouveaux pays européens131. Le BNP a lui aussi son problème de plombier polonais… et bientôt roumain et bulgare, avertit-il132. Main d’œuvre de moins bonne qualité133 et concurrence salariale, poids sur les infrastructures et les services, surpopulation accrue dans le sud-est du pays : l’analyse de l’impact des nouveaux venus est résolument catastrophiste, et a beau jeu de s’appuyer sur les critiques que suscite dans le pays la politique migratoire européenne du gouvernement travailliste.

III. La transcription programmatique

46À cette chronique de mort annoncée qui n’est qu’un long discours propitiatoire, le BNP oppose un projet de régénération, radical dans ses stratégies comme dans ses objectifs. Il vise à éradiquer les causes désignées du mal pour restaurer l’intégrité de la nation134, via un processus de réingénierie raciale eugénique : « Notre but premier est de créer une communauté organique nationale »135, « un authentique État-nation »136, qui impose la fin du multiculturalisme. Dans un retournement de signifiant dont il est coutumier, le BNP peut alors exprimer sa politique en ces termes : il s’agit pour lui de « développer un modèle de ‘multiculturalisme’ qui combine la coexistence pacifique et le maintien de la séparation culturelle et biologique »137.

47Le radicalisme que cette politique implique invalide d’emblée tout aménagement du modèle multiculturel : pluraliste ou particulariste, le multiculturalisme ne fonctionne pas parce qu’il n’est, par essence, pas viable138. Dans un tel contexte, les débats autour de la nature et des modalités de son multiculturalisme qui agitent la société britannique, rendus plus vifs encore après les attentats de 2005, sont attribués à un entêtement extrémiste et aveugle139. Ces débats qui ont lieu au sein d’un espace démocratique dynamique, soucieux de s’adapter pour mieux assurer la continuité de ses valeurs, avancent sur un terrain miné. Le BNP ne se prive d’ailleurs pas de les récupérer, les interprétant autant de preuves de la justesse de ses propres vues140. Pour lui, l’accent nouveau mis par le Parti travailliste sur l’interculturalité et la cohésion nationale n’est en ce sens que le refus d’aller jusqu’au bout du constat d’échec : une simple substitution sémantique, interculturalisme pour multiculturalisme141, « le modèle de la nouvelle utopie couleur café au lait »142, « le dernier en date des projets d’ingénierie sociale et génétique du Nouveau Parti travailliste »143.

  • 144 Voir « This ever-declining band of ‘hard-liners’ have spent the last three years calling us ‘sell-o (...)
  • 145 « We will replace promotion with rejection, but we cannot introduce persecution », dans http://www. (...)
  • 146 « one cannot ask for the moon » ; « there would still be some [long-term guests], but on such a sma (...)

48La volonté de séparatisme strict étant clairement affirmée, reste à la mettre en œuvre. Le souci de respectabilité impose un vernis de modération, et celui de crédibilité, un vernis de pragmatisme, façon là encore de se démarquer des propositions et du style du National Front144. Le processus de séparation se fera ainsi sans violence : « Nous remplacerons la promotion [du multiculturalisme et, en l’occurrence, de l’exogamie] par le rejet, mais nous ne pouvons introduire la persécution »145. Il n’y a pas par ailleurs de panacée absolue à l’impact de décennies de multiculturalisme : au terme de la mise en place des mesures envisagées, la population britannique ne sera pas totalement blanche, mais, selon les termes mêmes de Nick Griffin : « Il ne faut pas demander la lune », et le reliquat ethnique allogène aura « peu d’impact en termes génétiques et culturels »146. Façon là encore de faire preuve de « réalisme racial ».

49Le programme visant à « abolir le multiculturalisme pour préserver la Grande-Bretagne » est essentiellement détaillé dans le Manifeste écrit à l’occasion des élections législatives de 2005, ainsi que sur la page « Our Stance » du site du parti. Ces documents de travail prévoient d’abord l’arrêt de l’immigration. Tous les candidats à l’immigration et demandeurs d’asile seront immédiatement refoulés. Les contrôles aux frontières devront être intensifiés, sous l’égide d’un Ministère pour la sécurité des frontières nationales [Ministry for National Border Security]. Parallèlement à ces mesures se mettra en place une politique d’aide au retour volontaire des minorités « vers leur pays d’origine ethnique »147, avec à la clé un budget important alloué aux pays du tiers monde voyant ainsi refluer leur population émigrée. L’idée de volontariat mise en avant par la propagande officielle du parti depuis quelques années tranche avec ses positions antérieures, et cache, semble-t-il, le maintien d’une préférence officieuse pour le rapatriement forcé148.

50En tout état de cause, le sort réservé à ceux qui souhaiteront rester n’a de toute façon rien d’enviable. S’ils ne se rendent coupables d’aucun délit, ils détiendront un passeport britannique, seront protégés par la loi, mais resteront des « invités permanents »149, citoyens de seconde zone par rapport à la population indigène et, à ce titre, dotés de moins de droits civiques et jamais prioritaires pour les logements, les écoles, les aides sociales et, bien sûr, le travail. Les minorités devront, de préférence, fréquenter leurs propres écoles150, et posséder leurs propres institutions, ce qui, dans un respect calculé des différences, leur permettra de préserver leur héritage culturel et linguistique propre. Tous les programmes de discrimination positive devront cesser, de même que tous ceux qui sensibilisent à la tolérance à l’école, dans les media et dans la fonction publique. L’État supprimera ses subsides à toutes les organisations, manifestations et centres promouvant la culture et les intérêts des minorités ethniques. Dans le même temps, les lois contre la discrimination raciale seront abolies. Les Britanniques endoctrinés depuis des années par les idéologues du multiculturalisme seront rééduqués151, et leur éducation devra « favoriser le sentiment d’appartenance et de fierté nationale », en même temps qu’elle dissuadera du métissage.

51Voilà, énoncés avec une rationalité méthodique, les piliers de la stratégie du BNP. Il n’est à l’évidence point signe ici de quelque « respectabilité » que ce soit. L’ « ethnonationalisme blanc » du parti dessine le projet d’une société mono-culturelle sans intégration ni assimilation, où l’impératif de la pureté raciale imposera au contraire l’apartheid, l’exclusion et le déni des principes démocratiques et humanistes. Certes, l’idéal de pureté – culturelle et biologique – ne constitue pas l’horizon absolu de ce qui serait une idéologie et une politique mono-obsessionnelle, mais, entrelacé à la majorité des thèmes de propagande, il fait système, et tient de façon directe une place essentielle.

52La crispation identitaire dont témoigne le projet du BNP en reflète bien d’autres de part le monde, tant sont vifs les questionnements sur l’identité et les modalités du vivre ensemble à l’ère de la globalisation généralisée. Si les réponses simplistes peuvent être fascinantes, elles sont en l’occurrence à la fois moralement intenables et politiquement aberrantes, et les contrer, c’est aussi pouvoir explorer sans angélisme de nouvelles voies vers un multiculturalisme pacifié. La nouvelle Commission Gouvernementale sur l’Intégration et la Cohésion saura peut-être répondre, avec d’autres, à l’appel que Trevor Phillips lançait au mois de mai 2006 : « Agissons aujourd’hui ou le BNP créera une société déchirée par la peur et les conflits. » Si le Président de la CRE faisait là, par provocation, beaucoup d’honneur au BNP, il n’en demeure pas moins que la pertinence de son exhortation doit s’imposer à tous.

Haut de page

Bibliographie

Copsey, Nigel, Contemporary British Fascism: the BNP and the Quest for Legitimacy, Basingbroke, Palgrave Macmillan, 2004.

Changing course or changing clothes? Reflections on the ideological evolution of the British National Party 1999-2006, in Patterns of Prejudice, Sage Publications, March 2007, vol. 41, issue 1, pp. 61-82.

Griffin, Roger, The Nature of Fascism, Londres, Routledge, 1994.

Guillebaud, Jean-Claude, Le principe d’humanité, Paris, éd. du Seuil, coll. Points, 2001.

Renton, David, Examining the Success of the BNP, 1999-2003, Race and Class, Institute of Race Relations, 2003, vol. 45, part 2, pp. 75-85.

“A Day to Make History”, The 2004 Elections and the BNP, Patterns of Prejudice, Sage Publications, 2005, vol. 39, issue 1, pp. 25-45.

Searchlight Magazine et son site www.stopthebnp.com.

Sykes, Alan, The Radical Right in Britain, Basingbroke, Palgrave Macmillan, 2005.

Taguieff, Pierre-André, La force du préjugé, essai sur le racisme et ses doubles, Paris, La Découverte, 1988.

Haut de page

Notes

1 Point de départ des accusations : le documentaire de la BBC diffusé le 15 juillet 2004, The Secret Agent. Mais certaines des déclarations rendues publiques par ce film sont également présentes sur le site Internet du BNP.

2 May 2002 local elections : 3 conseillers (nord), et en moyenne 20% des voix là où le BNP propose des candidats ; élections législatives : de presque 0% des voix en 1983 et 1987, le BNP passe en augmentation continue à 0,1% en 1992 avec 13 candidats et 7 631 voix, 0,1% en 1997 avec 56 candidats et 35832 voix, 0.19% en 2001 avec 33 candidats et 47 129 voix, et 0,7% en 2005 avec 119 candidats et 192 746 voix. Cela revient à une augmentation des voix recueillies de 0,5% par rapport à 2001 avec, il est vrai, presque quatre fois plus de candidats. Le BNP a par ailleurs récolté 7% des voix lors de l’élection du maire de Londres en 2005, et 4,9% lors des élections européennes en 2004 (pas d’élus, et une forte concurrence de UKIP).

3 Voir http://yougov.com/archives/pdf/omi06101069_1.pdf.

4 Consulter en ligne.

5 Dans « Act now or the BNP will create a society riven by fear and conflict » : « Today the BNP has decamped to the suburbs, and steadily it has scrubbed away the stench of the political pariah », The Observer, 7 May 2006.

6 « for those who want a better grasp of the principles of modern ethnic nationalism and the long-term aims of the BNP », dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm.

7 « A party of British nationalism », dans Constitution of the British National Party, 8th ed., Nov. 2004.

8 Voir l’implantation géographique du parti et la répartition de ses candidats aux diverses élections, très majoritairement sur le territoire anglais. Le BNP se veut rassembleur au point même de souhaiter le rattachement de la République d’Irlande au Royaume-Uni. Voir cependant note 65.

9 « It believes that the indigenous peoples of the entire British isles, and their descendant overseas, form a single brotherhood of peoples » ; « The BNP stands for the preservation of the national and ethnic character of the British people », ou « The BNP represents the collective National Environmental, Political, Racial, Folkish, Social, Cultural, Religious and Economic interests of the indigenous Anglo-Saxon, Celtic and Norse folk communities of Britain and those we regard as closely related and ethnically assimilated or assimilable members of the European race also resident in Britain », dans Constitution of the British National Party, 8th ed., Nov. 2004.

10 « We use the term indigenous to describe the people whose ancestors where the earliest settlers here after the last Great Ice Age and which have been complemented by the historic migrations from mainland Europe », dans http://www.bnp.org.uk/mission.htm.

11 « a nation of immigrants » ou « a mongrel race », cité dans « Ethnic Cleansing Anglo-Saxon Style », 21-07-06, dans http://www.bnp.org.uk/columnists/docdiary2.php?docId=114.

12 « Causacian race », « European race », dans Constitution of the British National Party, 8th ed., Nov. 2004.

13 Il s’agit, scrupuleusement définis, de : « the Anglo-Saxon Folk Community ; the Celtic Scottish Folk Community, The Scots-Northern Irish Folk Community, the Celtic Welsh Folk Community, the Celtic Irish Folk Community, the Celtic Cornish Folk Community, the Anglo-Saxon-Celtic Folk Community, the Celtic-Norse Folk Community, the Anglo-Saxon-Norse Folk Community, the Anglo-Saxon-Indigenous European Folk Community, members of these ethnic groups who reside either within or outside Europe but ethnically derive from them », dans Constitution of the British National Party, 8th ed., Nov. 2004.

14 « All is race, there is no other truth », dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm.

15 « Mankind is divided into races, and those races, while sharing many common features of humanity, are innately different in many ways beyond mere colour. […] This is a fact. » dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm.

16 Par exemple : « maintaining our unique cultural and ethnic identity », dans General Election Manifesto 2005, disponible via http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

17 « The BNP exists to secure a future for the indigenous peoples of these islands in the North Atlantic which have been our homeland for millenia », dans http://www.bnp.org.uk/mission.htm.

18 « We must secure the existence of our people and a future for white children », mot d’ordre lui-même inspiré de Adolf Hitler, dans Mein Kampf , volume I, chapitre 8. « What we must fight for is to safeguard the existence and reproduction of our race and our people, the sustenance of our children and the purity of our blood, the freedom and independence of the fatherland, so that our people may mature for the fulfillment of the mission allotted to it by the creator of the universe ».

19 « My politics have not changed », http://www.stopthebnp.org.uk.

20 « We believe that it is far more likely than not that the historically established tendency (and we do not claim that it is any more than that) of the peoples of Western Europe in general –and of these islands in particular- to create and sustain social and political structures in which individual freedom, equality before the law, private property and popular participation in decision-making, is to some extent at least genetically pre-determined. Such tendencies would, naturally, both shape our culture around such institutions, and in turn tend to be reinforced by that culture. » Dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

21 Voir http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm, p.17 et p.22, par exemple.

22 « The land and the people are one », dans http://www.bnp.org.uk/columnists/brimstone2.php?leeId=67.

23 De façon paradoxale et complexe, l’utilisation d’une telle mythologie nordique renvoie également à l’ancrage nazi (donc étranger) du BNP.

24 A propos du statut de citoyen britannique : « Ce statut vient du sang, il n’est pas décrété par l’encre de l’imprimeur »/» Such status springs from blood and not from [the] printer’s ink », dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm.

25 « The most important first consequence of our acceptance of innate human differences is our recognition that nationality, while it is influenced by many factors –including shared loyalties, common history, religious heritage and personal identification – is first and foremost decided by ethnicity », dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm.

26 Voir http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

27 « the fantasy of human equality », dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm.

28 « irrational myths », dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

29 « ideological egalitarianism », « Marxist irrationalism », l’idéologie renvoyant toujours à la pensée de l’adversaire, tandis que « marxiste » est toujours un adjectif péjorant dans le contexte d’énonciation. Dans http://www.bnp.org.uk/columnists/brimstone2.php?leeId=77.

30 « egalitarian dogma »/« dogme égalitariste », dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

31 Voir http://www.bnp.org.uk/columnists/joepr2.php?joeId=15.

32 Même si ces recherches peuvent ne procéder que d’un (et/ou n’aboutir qu’à un) essentialisme culturel, et non pas d’un essentialisme racial stricto sensu.

33 Voir, par exemple, dans http://www.bnp.org.uk/columnists/docdiary2.php?docI=123, référence à l’article de J. Philippe Rushton et Arthur R. Jensen, « Thirty years of research on race differences in cognitive ability », dans Psychology, Public Policy and Law, 2005, vol.11, n°2, pp. 235-294 (http://www.udel.edu/educ/gottfredson). Les deux auteurs de l’article sont parmi les chercheurs les plus souvent attaqués pour racisme scientifique. Voir aussi, cité par Nick Griffin, les études de Richard Lynn, autre tenant du racisme scientifique (IQ and the Wealth of Nations), dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm.

34 « the Human Genome Project spin »/« Le mensonge du Projet sur le Génome Humain » ; « The HGP shows there is no genetic ways to tell races apart. For scientific purposes, race simply does not exist »/« Le PGH démontre qu’il n’y a aucun moyen génétique de distinguer les races entre elles. Pour la science, la notion de race n’existe tout simplement pas », opinion critiquée dans http://www.bnp.org.uk/articles/time_out.htm. Voir également sur l’instrumentalisation des découvertes en génétique, les articles de John Bean, le rédacteur en chef de Identity, et notamment http://www.bnp.org.uk/columnists/notebook2.php?jbId=23.

35 Voir http://www.bnp.org.uk/articles/time_out.htm.

36 Citation d’un journaliste de The Guardian, dont l’opinion est contestée par Nick Griffin : « This is a far lower total than expected, and dramatically undermines claims that human beings are prisoners of their genes »/« C’est un total beaucoup moins élevé que prévu, et qui sape grandement les thèses selon lesquelles les êtres humains sont prisonniers de leurs gènes », dans http://chairmanscolumn.blogspot.com/ 29-06-06.

37 Guillebaud, Jean-Claude, Le principe d’humanité, éd. du Seuil, coll. Points, 2001, p. 296.

38 « an innate human tendency ». Voir la « démonstration » dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

39 « Racism is part of human nature », dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

40 « a belief system which [..] is completely unnatural in both its instinctive origin and in its ideological base » (ce système de valeurs incluant l’idée d’égalité, d’humanité commune), dans

http://www.bnp.org.uk/columnists/catgrams2.php?noelleId=41.

41 « fundamentally alien to human nature », dans http://www.bnp.org.uk/news_detail.php?newsId=1106.

42 « This is not a matter of ‘racism’, it’s simply a fact of human nature », dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm.

43 « We are not ‘racists’, but realists » , dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

44 « racial realists », dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm.

45 Dans http://www.bnp.org.uk/articles/judeo_obsession.htm.

46 « race hate crimes », dans http://chairmanscolumn.blogspot.com/ 18-07-06.

47 « a bunch of Lenin-worshipping anti-white racists », dans http://chairmanscolumn.blogspot.com/ 10-05-06.

48 « anti-white discrimination », dans http://chairmanscolumn.blogspot.com/ 10-05-06.

49 Voir par exemple dans http://www.bnp.org.uk/columnists/catgrams2.php?noelleId=30.

50 « the basic human rights : the right to preserve their own territory, traditions and ethnic id » , « we believe, in a nutshell, in the human right to discriminate », dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm.

51 « Pavlovian reflex against all non-whites », dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm

52 « skinhead morons », « a collection of dead beat neo-fascists », dans

http://www.bnp.org.uk/articles/judeo_obsession.htm.

53 « brawl about being part of a mythical ‘master Race’ », dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm

54 « nonsense », dans http://www.bnp.org.uk/articles/judeo_obsession.htm.

55 « nationalism of fools », dans http://www.bnp.org.uk/columnists/brimstone2.php?leeId=73, voir également développements dans http://www.bnp.org.uk/articles/judeo_obsession.htm.

56 « our reformed Jewish policy », dans http://www.bnp.org.uk/articles/judeo_obsession.htm.

57 Voir les explications du rejet du racisme et de l’antisémitisme dans http://www.bnp.org.uk/articles/judeo_obsession.htm et dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

58 Eux-mêmes directement inspirés des recherches américaines en sociobiologie.

59 Dans http://www.bnp.org.uk/columnists/brimstone2.php?leeId=67, lien hypertexte vers The Manifesto of the New Right.

60 Voir Taguieff, Pierre-André, La force du préjugé, Essai sur le racisme et ses doubles, éd. la Découverte, 1988.

61 « We believe not just that our people are different from others, but that such genuine diversity is worth preserving. It is not a matter of superiority or inferiority » , dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm.

62 « The principle that bio-diversity is an innate good […] also applies to human cultures and populations » , dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

63 Voir par exemple http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm.

64 Voir par exemple la dénonciation de « a quasi Marxist ideology of the equality of all cultures » , dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

65 Voir la démonstration de Brimstone dans http://www.bnp.org.uk/columnists/brimstone2.php?leeId=67.

66 Même si on trouve également un différentialisme infra-étatique (voir Taguieff, Pierre-André, op. cit., p.15), soit le refus d’un monoculturalisme homogénéisant destructeur des identités nationales indigènes, dans http://www.bnp.org.uk/mission.htm.

67 « a matter of self respect », dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm.

68 « miscegenation [is] fundamentally a bad thing » dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm.

69 « The essentially unnatural and destructive nature of miscegenation », dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm.

70 « distatesful and abhorrent », dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm.

71 http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm.

72 « it’s sick, it’s unnatural », « it goes against every law of nature and against every law of sanity », « these multicultural ideologies […] border on the perverse, the twisted and the diseased », …etc., dans http://www.bnp.org.uk/columnists/catgrams2.php?noelleId=41.

73 « an antheap of rootless coffee-coloured consumerism » , dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

74 « the multiracialist spin », « the multiracial propaganda » , « absurd and over-the-top multiracialist hogwash », dans http://www.bnp.org.uk/articles/time_out.htm.

75 Taguieff, Pierre-André, op. cit., p.15.

76 « the multicultural dystopia », dans http://www.bnp.org.uk/columnists/brimstone2.php?leeId=78.

77 « nothingness », voir http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

78 « a recipe for disaster », « a disaster », dans http://www.bnp.org.uk/columnists/brimstone2.php?leeId=78 ; « the multi-cult shambles », dans, par exemple, http://chairmanscolumn.blogspot.com/ n.d.

79 « a human tragedy », dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm

80 « British society is insane and is on course for a fall », « this crazy society », dans http://www.bnp.org.uk/columnists/joepr2.php?joeI=15.

81 « the bloody demise of multiculturalism », dans http://www.bnp.org.uk/columnists/chairman2.php?ngId=24.

82 « breaking down into hatred and mass murder », dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm ; voir également dans http://chairmanscolumn.blogspot.com/ 15-05-06 : « […] the historical inevitability of their precious multiracial experiment ending in much the same way as the one imposed on the South Slavs by the Hapsburgs and Joseph Tito »/« [Il est] dans la logique de l’histoire que leur précieuse expérience multiculturelle prenne fin de la même manière que celle que les Habsbourgs et Joseph Tito ont imposée aux Slaves du Sud », et dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm : « the collapse of social cohesion leading to mayhem, mass-murder and genocide »/« l’effondrement de la cohésion sociale menant au chaos, au meurtre de masse et au genocide ».

83 Elle définit le génocide comme l’intention de détruire, complètement ou en partie, un groupe religieux, racial, ethnique ou national. « This intent to destroy the White Race, the nations and culture of the West and Western civilisation itself is the Golden thread that runs throughout the twentieth century history of the political left »/« la volonté de détruire la race blanche, les nations et la culture de l’Occident ainsi que la civilisation occidentale elle-même est visible en filigrane dans l’histoire de la gauche tout au long du vingtième siècle » dans http://www.bnp.org.uk/columnists/brimstone2.php?leeId=78.

84 « increasingly anti-human and even genocidal in practice », dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

85 Le métissage : « a form of genocide », dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm, « genocide through integration », dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

86 « the ‘structural genocide’ of the indigenous white British communities via the creation of the multicultural British State over the last fifty years », dans http://www.bnp.org.uk/columnists/brimstone2.php?leeId=78.

87 « Make no mistake, this is the start of the Endgame, and the aim of the game is the extinction of the White Man », dans http://www.bnp.org.uk/articles/time_out.htm.

88 « an invisible but deadly poison », http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

89 « ideology of self-destruction » ; « this path of self-annihilation »/« ce chemin qui nous mène vers l’auto-annihilation », dans http://www.bnp.org.uk/columnists/catgrams2.php?noelleId=41.

90 « a natural and laudable survival mechanism »/« un réflexe de survie louable autant que naturel », dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm ; ou encore, par exemple : « our collective survival as a unique people »/« notre survie collective en tant que peuple unique », dans http://www.bnp.org.uk/news_detail.php?newsId=1106.

91 Par exemple : « the multiracial experiment », dans http://www.bnp.org.uk/columnists/docdiary2.php?docId=120

92 « a gigantic genetic modification scheme which will turn us into a minority in our home land », dans http://chairmanscolumn.blogspot.com/ n.d.

93 http://www.bnp.org.uk/articles/judeo_obsession.htm Cet article se veut une critique de l’antisémitisme.

94 Par exemple : « the real conspiracy : world government » : sous-titre employé par John Bean dans http://www.bnp.org.uk/articles/judeo_obsession.htm.

95  « societal masochism », « we are paying penance by giving our lands and support to the very races that we once ruled. […] It’s called multiculturalism and tolerance, but it is indeed, our penance », dans http://www.bnp.org.uk/columnists/catgrams2.php?noelleId=41.

96 Voir notamment Bruckner, Pascal, La Tyrannie de la pénitence, Essai sur le masochisme occidental, Grasset, 2006.

97 Voir http://www.bnp.org.uk/columnists/joepr2.php?joeI=15.

98 Voir le détail des développements dans http://www.bnp.org.uk/columnists/brimstone2.php?leeId=75 , ainsi que dans la rubrique de Catgrams, notamment l’extrait de sa nouvelle publiée en feuilleton, http://www.bnp.org.uk/columnists/catgrams2.php?noelleId=41.

99 « the politicians who created the failed multiracial experiment », dans http://www.bnp.org.uk/columnists/chairman2.php?ngId=23.

100 Ce que vise à punir une nouvelle loi venant renforcer des dispositions antérieures, The Racial and Religious Hatred Act, 2006.

101 « the fundamentally extreme nature of their religion », dans http://chairmanscolumn.blogspot.com/ 23-08-06.

102 « intrinsically hostile as a religion », dans http://www.bnp.org.uk/articles/judeo_obsession.htm.

103 « not a book of peace but a handbook for conquering other peoples’ countries », dans http://www.bnp.org.uk/columnists/chairman2.php?ngId=22.

104 A propos de la mouvance chiite : « the world’s Number One Death Cult »/« la plus grande secte au monde à vénérer la mort », « Shia Muslims, even more than their Sunni counterparts, want to die »/« Les Musulmans chiites, plus encore que leurs homologues sunnites, veulent mourir », dans http://chairmanscolumn.blogspot.com/ 23-08-06 ; « The stark truth is that aspects of the religion they follow ARE wicked and vicious »/« La vérité pure et simple, c’est que certains aspects de leur religion sont pervers et malfaisants », dans http://www.bnp.org.uk/columnists/chairman2.php?ngId=21.

105 http://www.bnp.org.uk/columnists/chairman2.php?ngId=24.

106 « time bombs », dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm, voir également : « Britain is now one huge unexploded bomb of racial, religious and communal tension », dans http://www.bnp.org.uk/columnists/chairman2.php?ngId=23.

107 « the fundamental incompatibility between Islam and our Western values », dans http://chairmanscolumn.blogspot.com/ 15-05-06.

108 « We must leave the East, and Islam must leave the West », dans http://www.bnp.org.uk/columnists/chairman2.php?ngId=24.

109 Voir un slogan du parti : « Britain’s interests first ! »/« Les intérêts britanniques d’abord! ».

110 « It is an inescapable statistical fact that immigration into Britain increases the crime rate », dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

111 « Figures for unemployment, welfare dependency, educational failure, and other social pathologies tell a similar story for most [concession accessoire] other foreign ethnic groups. There is simply no escaping the fact that choosing to admit such persons into the country in significant numbers means choosing to become a poorer, more violent, more dependent and worse-educated society »/« les chiffres du chômage, la dépendance aux aides sociales, l’échec scolaire et d’autres pathologies sociales disent la même chose de la plupart des autres groupes ethniques d’origine étrangère. On ne peut tout simplement pas éluder le fait que choisir de laisser entrer ces individus dans le pays en nombres non négligeables revient à faire le choix d’une société plus pauvre, plus violente, plus dépendante et d’un plus faible niveau scolaire », dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

112 « our ancient cultural and ethnic identities are being submerged in a sea of colour », dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

113 Voir http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm. Un « dhimmi » est un non musulman qui a la permission de vivre et de travailler dans un pays soumis aux lois musulmanes.

114 « ethnic cleansing », dans http://www.bnp.org.uk/columnists/docdiary2.php?docId=114 et http://www.bnp.org.uk/news_detail.php?newsId=1082.

115 Voir http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

116 Voir http://www.bnp.org.uk/columnists/docdiary2.php?docId=114.

117 « Native British people : ethnic minority within 60 years », dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

118 « Britain is full up », dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

119 « By 2050, Britain will have a population of 90 million people, reducing our country to a tarmac desert », dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

120 voir « Our key environment policies, point 1 », dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

121 « … depends upon repression for its power », dans http://www.bnp.org.uk/articles/new_marxism.htm.

122 « totalitarian Britain », dans http://www.bnp.org.uk/columnists/joepr2.php?joeI=15.

123 « a fascistic and alien reality », dans http://www.bnp.org.uk/columnists/brimstone2.php?leeId=73.

124 Les partisans du multiculturalisme sont accusés de vouloir redistribuer toutes les richesses du pays aux « nouveaux Britanniques », en dépouillant les Britanniques de souche. Voir http://www.bnp.org.uk/articles/new_marxism.htm.

125 « the political normalisation of racial hatred against whites », dans

http://www.bnp.org.uk/columnists/brimstone2.php?leeId=78.

126 « … has made Britons second-class citizens », dans http://chairmanscolumn.blogspot.com/ 15-05-06.

127 « the thoroughly anti-British, anti-majority Commission for Racial Equality », dans http://www.bnp.org.uk/news_detail.php?newsId=1106.

128 Voir, par exemple, outre bien sûr les déclarations d’hommes politiques conservateurs, les thèses défendues en la matière par le groupe de réflexion Centre for Political Studies.

129 http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm.

130 Voir « More Government Race Tyranny », article dans http://www.bnp.org.uk/columnists/docdiary2.php?docId=120.

131 Exemple de la situation sur l’Isle de Man : « a flood of cheap East European workers undercutting wages »/« un déluge de travailleurs est-européens bon marché qui travaillent pour de bas salaires », dans http://chairmanscolumn.blogspot.com/ 29-06-06.

132 Voir dans http://www.bnp.org.uk/columnists/docdiary2.php?docId=120.

133 http://chairmanscolumn.blogspot.com/ 23-08-2006.

134 Voir http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm et http://www.bnp.org.uk/mission.htm.

135 « our primary goal is to create an organic nationalist community »,

dans http://www.bnp.org.uk/columnists/brimstone2.php?leeId=73.

136 « a genuine nation state », dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

137 « develop a model of ‘multiculturalism’ which combines peaceful coexistence with the maintenance of cultural and biological separation » dans http://www.bnp.org.uk/candidates2005/manifesto/manfint.htm.

138 « the unworkability of multiculturalism » dans http://www.bnp.org.uk/news_detail.php?newsId=1106.

139 Voir par exemple dans http://chairmanscolumn.blogspot.com/ 15-06-06.

140 Voir « BNP proven right », dans http://chairmanscolumn.blogspot.com/ 15-06-06, ou http://www.bnp.org.uk/columnists/joepr2.php?joeId=19.

141 Voir http://www.bnp.org.uk/columnists/joepr2.php?joeId=19.

142 « a blueprint for the new coffee-coloured utopia », danshttp://www.bnp.org.uk/news_detail.php?newsId=1106.

143 « The latest New Labour social and genetic engineering project », danshttp://www.bnp.org.uk/news_detail.php?newsId=1106.

144 Voir « This ever-declining band of ‘hard-liners’ have spent the last three years calling us ‘sell-outs’ and parading their tough policies and their tough boots »/«Cette bande de ‘purs et durs’ qui n’en finit pas d’agoniser a passé ces trois dernières années à nous traiter de ‘vendus’, à faire étalage de leur politique sans concession et à parader en Rangers », dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm.

145 « We will replace promotion with rejection, but we cannot introduce persecution », dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm.

146 « one cannot ask for the moon » ; « there would still be some [long-term guests], but on such a small scale that, in genetic as well as in cultural terms, it would be irrelevant », dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm.

147 « return to their lands of ethnic origin », dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm, ou http://www.bnp.org.uk/policies/policies.htm avec paiement par exemple des pensions de retraite au prorata des années de travail passées en Grande-Bretagne,dans http://www.bnp.org.uk/columnists/joepr2.php?joeId=19.

148 Voir http://www.stopthebnp.org.uk.

149 « permanent guests », dans http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm.

150 Le BNP est d’ailleurs favorable aux Trust Schools qui pourraient, selon lui, facilement devenir des écoles ethniques. Le CRE est contre, pour les mêmes raisons. Créées en 2006, ces écoles représentent pour les parents la possibilité de fonder des établissements avec le soutien financier d’entreprises ou de communautés religieuses par exemple, doublé d’une aide conséquente de l’État.

151 Voir http://www.bnp.org.uk/articles/race_reality.htm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Sempéré, « Le multiculturalisme comme aberration mortifère : « l’ethno-nationalisme blanc » du British National Party », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 20 novembre 2007, consulté le 29 avril 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/351 ; DOI : 10.4000/mimmoc.351

Haut de page

Auteur

Pascale Sempéré

Pascale Sempéré est Maître de Conférences à l’Université Toulouse II le Mirail. Elle a consacré sa thèse à l’étude de l’antisémitisme dans la littérature de la British Union of Fascists dans les années 30 et poursuit actuellement ses recherches sur les mouvements d’extrême droite contemporains au Royaume-Uni.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page