Navigation – Plan du site
Avant-propos

Le paradigme du Mur dans le monde contemporain : évolution et perspectives 1989-2009

Hélène YÈCHE

Entrées d’index

Mots-clés :

mur, frontière

Aires géographiques :

Allemagne, RDA, RFA, Europe, Slovénie, URSS, Irlande

Périodes :

depuis 1989

Thèmes :

territoire, identité
Haut de page

Texte intégral

1Il y a près de vingt ans, dans la nuit du 9 au 10 novembre 1989, disparaissait le mur de Berlin, symbole de la séparation de l’Europe en deux blocs antagonistes – d’un côté le camp soviétique, de l’autre le camp occidental. Le véritable tournant de ce que l’on a ensuite appelé la « révolution pacifique » eut cependant lieu un mois auparavant, le 9 octobre 1989, avec la première manifestation de masse qui réunit environ 70 000 personnes à Leipzig, RDA (ville plus tard honorée du titre de Heldenstadt der DDR (Ville des héros de la RDA) – Ch. Hein). Cette manifestation pacifique de la population est-allemande qui ne fut pas réprimée dans le sang par les forces de sécurité augurait déjà d’une issue positive que l’Histoire confirma par la suite.

2Vingt ans après la chute du Mur de Berlin et la disparition physique de ce que le monde occidental appela le « mur de la honte », on constate cependant qu’il existe encore des murs-frontières à la surface du globe comme dans les mentalités : le paradigme du Mur, en tant que représentation du monde et traduction spatiale d’un donné conflictuel, semble même connaître depuis cette date un regain d’intérêt, qui conduit des disciplines de plus en plus nombreuses et variées à en faire usage.

3Qu’il s’agisse du « mur dans les têtes » entre Ossis et Wessis qui n’a pas tardé à caractériser l’unification allemande (G. Badia, 1991) ou du « mur du déni du génocide des Arméniens » en Turquie dont le négationnisme officiel de l’État commence à se fissurer de l’intérieur (Le Monde, 24 avril 2010), du mur érigé par les États-Unis à la frontière mexicaine pour freiner l’immigration, du mur à la fois culturel et géographique qui sépare le 9-3 de Paris intra muros, ou encore de la fracture entre deux Europe, « spectre d’un nouveau Rideau de fer » (La Stampa, mars 2009), le paradigme du Mur est loin de s’être achevé au soir du 9 novembre 1989, y compris sur le sol allemand.

4Si la chute du Mur de Berlin appartient d’abord à l’histoire allemande, le « tournant » (die Wende) fut aussi, indéniablement, un événement capital au niveau de l’histoire européenne et internationale, qui marqua la fin des blocs par le démontage du Rideau de Fer, et initia, à terme, l’élargissement de l’UE. Ce fut un événement capital non seulement sur le plan politique et historique, mais aussi du point de vue économique, social et identitaire. Avec l’avènement de la mondialisation s’esquissait déjà la fin d’un monde stato-centré, la fin des bornes étatiques fixes tandis que « la fièvre mondiale de la démocratie et l’effondrement de l’empire soviétique » renforçaient le réseau postnational des diasporas et les formes de la transnation (Appadurai, 1996).

51989-2009 : après deux décennies cependant, murs et barrières délimitent encore d'importantes frontières dans le monde. On note même un « retour des murs » dans les pratiques nationales ou communautaires. Faut-il s’en étonner ? Depuis la Grande muraille de Chine, amorcée au IIIe siècle avant J.C. et le Limes romain, le « mur » représente une des constantes de la délimitation des frontières infra- et interétatiques – en Orient comme en Occident. Les événements de l’automne 1989 ont pu faire illusion. La fin de la guerre froide réussit un temps à marquer l'imaginaire collectif en prétendant que la notion même de frontière allait devenir illusoire, favorisant l'émergence de nouveaux ensembles transnationaux voire supranationaux. Or il n’en fut rien. Les fils barbelés, ces barrières concrètes de l’époque communiste, cédèrent bientôt la place à d’autres formes de « murs ».

6Il existe en effet aujourd’hui dans le monde contemporain diverses modalités d’enfermement et de séparation. On recense des murs-frontières à la surface du globe comme dans les mentalités : ce « paradigme du Mur » semble même représenter une donnée constante de l’histoire contemporaine des relations internationales. Souvent virtuels et de dimension métaphorique, mais également concrets dans leur dimension géographique et spatiale, les nouveaux murs sont entre Israël et la Palestine, entre le Mexique et les États-Unis ou ont pour nom : « mur dans les têtes » (Allemagne fédérale), « mur du déni » (Arménie), « mur du totalitarisme économique » (Europe), … Le documentaire de Chantal Akerman présenté dans le cadre du programme culturel de ces journées d’études sur le « Paradigme du Mur » – et qui porte un titre symptomatique : « De l’autre côté » (2003) – vient compléter ce panorama du paradigme du Mur dans le monde contemporain en présentant le cas du mur-frontière entre les États-Unis et le Mexique, dans une approche qui relève, à travers le genre du documentaire, à la fois de l’anthropologie du mur frontalier et de la sociologie des régions frontalières des murs.

7L’intitulé de ces journées invitait les chercheurs de différents horizons à interroger, à la faveur de l’anniversaire des vingt ans de la chute du Mur de Berlin, la notion paradigmatique de « mur » dans le monde contemporain. Afin de mieux cerner les multiples formes que revêt le paradigme du Mur dans nos sociétés contemporaines depuis 1989, nous avons sollicité une approche pluridisciplinaire et croisée. Les contributions présentées dans ce numéro émanent de domaines aussi variés que la psychologie, la géographie, l’histoire ou la littérature et la civilisation des différentes aires linguistiques et culturelles concernées. Elles répondent de manière riche et diversifiée à l’enjeu interdisciplinaire du questionnement lancé. Elles s’articulent selon plusieurs axes que nous avons tenté de regrouper en fonction de l’approche choisie, bien que les notions d’identité et de frontière se trouvent partout invoquées.

  • Le Mur sera d’abord analysé comme entité abstraite, en tant que métaphore de la séparation et facteur de légitimation. Un premier ensemble d’interventions se focalise ainsi autour de la fonction identitaire du Mur : le paradigme du mur renvoie à la construction d’identités, que ce soit l’identité interculturelle du sujet métissé, ou l’identité nationale dans le cas de la frontière entre les deux Allemagnes dont les stigmates perdurent dans les têtes.

  • Le Mur sera ensuite envisagé dans sa dimension physique et architecturale : à travers le cas des fresques murales irlandaises ou basques, on touche à la sémiologie des murs et là encore, la question de l’identité ressurgit, le support mural agissant en tant que facteur de mobilisation et création d’identité nationale. Mais au sein de cette géographie des murs, c’est la fonction sécuritaire du mur en tant qu’élément délimiteur d’espace(s) qui semble l’emporter, que ce soit en Irlande du Nord ou en Palestine.

  • Enfin, malgré la disparition du plus célèbre des murs à l’automne 1989, on constate une forme de « retour des murs » en relations internationales déjà opératoire au début du siècle au Tyrol et depuis 1915 dans le cas du génocide arménien en Turquie, mais également particulièrement sensible dans les pays de l’ancien bloc de l’Est depuis l’effondrement du communisme, avec le spectre d’un nouveau « rideau de fer », que ce soit en Russie ou en Slovénie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène YÈCHE, « Le paradigme du Mur dans le monde contemporain : évolution et perspectives 1989-2009 », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 20 juin 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/381

Haut de page

Auteur

Hélène YÈCHE

Maître de Conférences au Département d'Études Germaniques de la Faculté des Lettres et Langues de l'Université de Poitiers.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page