Navigation – Plan du site
Articles

Identité(s) et ethnicité(s) autour du Mur de Berlin : la question de l’unicité et du multiple chez Peter Schneider

Florentin Saha-Kamta

Texte intégral

  • 1 Je pense ainsi aux ouvrages suivants : Der Mauerspringer. Erzählung (1982), Deutsche Ängste. Sieben (...)
  • 2 Voir à ce sujet l’avant-propos de «Extreme Mittellage. Eine Reise durch das deutsche Nationalgefühl (...)

1Cet article se propose d’analyser les questions d’identité et d’ethnicité en Allemagne entre 1982 et 1994, perçues comme résultantes de multiples fonctions ambivalentes que le Mur de Berlin aura remplies. Il s’agit d’une approche littéraire basée sur les écrits de Peter Schneider, écrivain allemand de gauche dont la biographie intellectuelle entre 1982 et 1999 retrace en grande partie cette problématique1. Notre analyse est centrée sur « Der Mauerspringer » (Le sauteur de mur) car ce roman s’articule autour de la crise d’un État-nation allemand et ses pressenties implications sur la pensée et le comportement des individus appelés à vivre dans les deux systèmes. Il constitue surtout un projet de recherche dont les conclusions, en fonction de l’évolution de la scène politique en RFA et RDA d’un côté et du niveau du débat intellectuel de l’autre, seront révisées, ajustées, contestées et confirmées dans divers essais2. Ainsi, ce roman et les recueils d’essais que nous allons analyser représentent une sorte de débat graduel sur la nation.

Littérature et collectif national

  • 3 B. Anderson, Die Erfindung der Nation: Zur Karriere eines folgenreichen Konzepts. Aus dem Engl. v. (...)
  • 4 « System kultureller Repräsentationen », cf. « Die Frage der kulturellen Identität », dans S. Hall, (...)
  • 5 Ibid, p. 201.

2Dans son étude sur l’essor de la nation, Benedict Anderson soulignait que les nations, bien que caractérisées par une certaine authenticité « objectivable » par la langue, l’histoire, la culture, se distinguent les unes des autres avant tout par la façon dont elles sont imaginées3. Loin d’être une simple entité politique, la nation est un « imaginaire collectif » dont la cohérence et la permanence sont assurées par des significations qu’il produit. C’est dans ce sens que Stuart Hall attribue à la nation le statut d’un « système de représentations culturelles »4. D’après Hall, qui insiste d’ailleurs sur le processus de production de sens, la vie de la nation dépend d’une culture nationale. Celle-ci cependant n’est qu’un « discours », une façon de construire les significations qui à leur tour influencent et organisent tant les actions que les visions des individus se définissant comme membres d’une communauté donnée5.

  • 6 Aleida Assmann parle à ce sujet d’une mémoire fonctionnelle (« Funktionsgedächtnis ») qu’elle oppos (...)

3Loin de prêcher une certaine homogénéité, une telle approche penche le regard sur l’actualisation permanente du passé par le biais des récits commémoratifs, sur les grilles de lecture partagées, en bref sur les systèmes de signification symbolique concourant à créer une cohérence et une continuité entre le passé, le présent et l’avenir. Ce sont ces trois aspects qui participent à la constitution d’une mémoire, entendue comme mise en ordre et agencement cohérents des faits dans le but de construire un espace et une trajectoire, une certaine vérité. Ceci suppose des balisages, la sélection, l’organisation d’une continuité6. Dans ce processus, la littérature joue un rôle très considérable.

  • 7 David Simo, « Littérature et nation. Une réflexion à partir des positions et de l’expérience de l’é (...)
  • 8 Il s’agit non seulement des textes primaires d’un auteur, mais aussi de tout ce que Michel Foucault (...)
  • 9 Simo, op. cit., p. 6.
  • 10 Id.
  • 11 Ibid., p. 5.

4Comme Simo l’a démontré, la littérature, en tant que « pourvoyeur de mythes et légendes », contribue à la constitution de la mémoire collective, à l’alimenter et à la façonner7. Ceci ne signifie aucunement que le roman, encore moins le discours littéraire8, s’alignent derrière le discours politique ou les pratiques sociales. Bien au contraire, écrit Simo, la littérature est aussi un « processus de désagrégation d’espaces et de discours existants, […] un processus de transformation » dont le rôle est de créer « un espace de discussion et de raisonnement qui échappent [sic !] au contrôle du discours officiel et se positionne même contre lui »9. Bien que « animé par des passions contradictoires », cet espace public que la littérature crée obéit à une « dynamique d’intégration »10 : en tant que « documentation de différentes tranches de l'état d'âme de la nation », la littérature met en scène son quotidien, « ses hantises, ses aspirations, ses langues, à tel ou tel moment de l'histoire11 ».

  • 12 Schneider s’insurge en fait contre ce qu’il appelle la „littérature bourgeoise“ (die bürgerliche Li (...)

5Comme nous allons voir, les écrits de Peter Schneider sur la question allemande n’échappent pas à une telle fonction assignée à la littérature. Non seulement son esthétique se situe entre l’art et la politique, mais aussi il conçoit l’écriture comme un moyen d’agitation et de libération12. S’il en est ainsi, il convient d’abord de situer ses écrits par rapport à la question allemande.

  • 13 Cf. H. Horn / S. Mampel (éds.), Die deutsche Frage aus der heutigen Sicht des Auslandes (Schriftrei (...)
  • 14 « unerträgliche Zumutung ». Cf. P. Schneider, « Die Intellektuellen als Grenzschützer », dans Vom E (...)
  • 15 Ibid.
  • 16 « Wenn die Wirklichkeit die Ideen verrät », dans Vom Ende der Gewißheit, op. cit. p. 13, 7-20.
  • 17 Voir à ce sujet par exemple l’avant-propos de H. Horn / S. Mampel (éds.), op. cit., p. 7-13.

6Jusqu’à la chute du Mur de Berlin, toute position sur l’identité allemande était rangée soit comme de gauche, de droite ou conservatrice. Toute protestation ouverte contre la division de Berlin était alors condamnée sous prétexte qu’il s’agissait de l’expansion d’idéologies chauvinistes, voire fascistes13. Selon Peter Schneider par contre, le Mur de Berlin fut une « impudence insupportable »14 car la division n’était pas une sanction infligée à l’Allemagne à cause de la guerre hitlérienne15, mais la résultante des intérêts antagonistes entre les blocs Est et Ouest16. Comme beaucoup d’observateurs le précisaient, il revenait aux Allemands eux-mêmes de s’interroger sur leur identité17. C’est dans ce sens que Schneider déclare:

  • 18 « Die Überlegung, die deutsche Geschichte sei länger als die zwölf Jahre Naziherrschaft und weise T (...)

7« L'idée selon laquelle l'histoire allemande est plus vieille que les douze ans de règne Nazi et regorge des traditions sur lesquelles un sentiment national, un patriotisme modeste puisse se fonder, n'est ni de gauche ni de droite. Elle est juste. »18

  • 19 P. Schneider, Der Mauerspringer. Erzählung. Berlin, Luchterhand, 1982. Nachgedruckt bei Rowohlt Tas (...)

8Évoquant ainsi deux discours extrémistes, Schneider fait allusion à la valeur symbolique que le Mur de Berlin aura incarnée tant en RFA qu’en RDA, laquelle constituerait un frein au sentiment d’appartenance au-delà de la double identité politique. Cette valeur symbolique est perçue comme résultat de certaines pratiques binaires régissant la politique de chaque État allemand à l’égard de l’autre. Pour mettre en exergue les implications de ces pratiques sur la pensée et le comportement des citoyens des deux côtés, Peter Schneider emploie la formule du « Mur dans les têtes » (« die Mauer im Kopf ») la première fois dans « Der Mauerspringer»19, un roman semi-fiction, semi-essai et semi-autobiographie. Par là, il rappelle que le défi de l’unité allemande réside moins dans la double identité politique que dans la façon dont la métaphore du mur s’est infiltrée dans les réflexes, le comportement et la pensée des Allemands des deux côtés.

  • 20 « Wie werden sich die Bürger der beiden deutschen Staaten verstehen, da nun der Dialog durch keine (...)
  • 21 Ibid., p. 10.

9Au soir du 9 novembre 1989, alors que les deux frères et sœurs s’embrassent et jubilent sur ce qui fut en même temps la raison d’être des deux États (RFA et RDA) et la « zone de la mort » (Todesstreife), Schneider, bien que saluant ce moment historique, doute de ce que les deux jumeaux parviennent à « vivre sans ennemi »20. En même temps, il se demande comment ceux des « étrangers non-allemands », installés en RFA depuis des décennies, vivent ce moment d'euphorie semblable à ce qu'il décrivait déjà dans « Der Mauerspringer »21. Comment alors comprendre un tel doute, un tel questionnement ?

10Pour répondre à cette question, nous allons étudier comment la question allemande est traitée dans les écrits de Peter Schneider dans les années 1980 et à l’aube de la réunification. Il s’agira de jeter un regard sur les pratiques liées à l’articulation de l’identité et de l’ethnicité, c’est-à-dire au processus de création d’une certaine cohérence et permanence à l’intérieur d’un groupe précis à partir d’une langue et d’une histoire dites communes. De l’autre côté, nous jetons un regard sur les perspectives que la littérature peut développer face à des crises, fussent-elles politique, individuelle ou sociale : d’un côté, 1982, la crise d’un État-nation allemand, et de l’autre, après 1989, les problèmes relatifs aux « ethnicités » concurrentes dont l’ethnicité de la grande nation et celle des « minorités ».

Lire/écrire la double identité

  • 22 « Nur die Mauer hält noch die Illusion aufrecht, die Mauer sei das einzige, was die Deutschen trenn (...)
  • 23 Cf. B. Rowe, « Die deutsche Frage aus der Sicht Großbritanniens », dans H. Horn/ S. Mampel (éds.), (...)

11En janvier 1989, Peter Schneider soutient que seul le mur (en béton) « entretient encore l’illusion que les Allemands ne sont séparés que par le mur22 ». Selon lui, les deux États allemands ne sont que des hommes de main de deux continents politiques, économiques et surtout idéologiques diamétralement opposés l’un à l’autre. Ainsi, tout débat sur l’identité allemande doit avant tout rejeter les discours officiels de l’Ouest selon lesquels la division de l’Allemagne est l’œuvre de la RDA dont la politique de dénazification ferait des Allemands de l’Est des robots de Moscou23. Il souligne à son tour que chacun des deux États se sert du mur pour se démarquer de l’autre, pour s’arroger le droit exclusif de représenter la « meilleure Allemagne ». C’est effectivement autour de cette fonction politique du Mur de Berlin qu’est construit « Der Mauerspringer ».

  • 24 « die siamesische Stadt », Der Mauerspringer, op. cit., p. 7.
  • 25 « Dies war die Schattenstadt, die Nachgeburt, die Notausgabe von Westberlin. » Ibid., p. 14.
  • 26 Voir par exemple, « Vom richtigen Umgang mit dem Bösen », dans Deutsche Ängste, p. 108, 82-121.

12Présentant Berlin comme la « ville siamoise24 », la « ville ombre, l’arrière-faix, la version de secours de Berlin-Ouest25 », P. Schneider cherche à saisir l’antagonisme extérieur incarné par les deux États afin de se pencher sur les pratiques de signification culturelle concourant à produire des modes de pensée et d’agir dits « socialiste » et « capitaliste ». Comme nous allons voir, ces pratiques, de par leur pouvoir symbolique centré sur la production d’une cohérence et d’une continuité entre le passé, le présent et l’avenir, vont, en tant que véhicules d’identification, participer à la fracturation d’une identité « culturelle » allemande. Ici, la télévision et les journaux qui se dégagent des écrits de P. Schneider comme des acteurs principaux de cette fracturation vont nous intéresser. Cependant, ces médias ne sont pas lus comme une sorte d’authentification du récit que Schneider présente à l’aide de son narrateur, il s’agit plutôt d’une stratégie propre à l’auteur, du montage, qui lui permet de documenter les états de conscience, les visions, les discours, etc.26.

  • 27 Cité d’après Wolfgang Beutin et al, Deutsche Literaturgeschichte, op. cit., p. 535.
  • 28 « Auf den Gedanken, dass die Mauer inzwischen auch eine Kulturgrenze markiert, kam ich zum ersten M (...)

13Dans un article publié en 1987, Schneider, tout en se référant aux récits commémoratifs relatifs au 13 août, date à laquelle le Mur de Berlin fut complètement érigée (1961), explique comment le mur s’est transformé en une frontière culturelle (Kulturgrenze). Tandis que la RDA célèbre ce que Alexander Abusch, alors ministre de la culture, qualifiait de « culture d’une nation socialiste allemande » (‘sozialistische deutsche Nationalkultur’)27, la RFA rend hommage à ceux des citoyens qui ont été tués au pied du mur28. Ce qui apparaît ici comme deux lignes politiques (la lutte contre le fascisme en RDA et le deuil national en RFA) se profile dans les écrits de Schneider comme point de désagrégation d’une identité culturelle, comme deux façons de lire les faits et de construire la mémoire collective.

  • 29 Cf. Der Mauerspringer, p. 27-28, 65; voir aussi, « Berliner Geschichten », op. cit., p. 10-12.

14Si la télévision de l’Ouest présente par exemple des milices cherchant à déstabiliser le gouvernement d’un pays quelconque, elle diffuse à côté des images de soldats et chars russes. Les milices sont bien évidemment perçues comme des anarchistes soutenus par l’Est communiste et dont le rôle serait de déstabiliser les structures démocratiques garant de la sécurité des personnes et des biens. La télévision de la RDA à son tour présentera à ce sujet une offensive militaire menée par le gouvernement du pays concerné pour combattre les prolétaires. La télévision de la RDA, tout en diffusant les images de l’armée américaine, souligne ainsi que cette oppression des travailleurs a pour cause des poussées capitalistes fondées sur la recherche du profit29. Le fait de ne faire allusion à l’autre système que dans un sens négatif est un jeu identitaire qui vise à embellir l’image de soi, à produire l’empathie pour soi et l’antipathie pour l’autre, à convaincre les consommateurs des bienfaits du communisme ou de la démocratie selon le cas.

15Il en va de même pour « les sauteurs de mur » et tous ceux qui abandonnent la RDA pour la RFA. Pour les médias de l’Ouest, toute personne qui franchit la « zone de la mort » est un « anticommuniste » qui exprime par son acte héroïque sa conversion au système capitaliste, c.à.d. son aspiration à une vie meilleure, faite de liberté et d’aisance matérielle. Du côté de l’Est par contre, cet acte est perçu comme trahison vis-à-vis de la « nation » et passible de lourdes peines.

  • 30 Voir par exemple la réception du roman dans les journaux: Ulrich Greiner, « Berlin: Der übliche Wah (...)
  • 31 Birgit Frech parle è ce sujet d’un changement de direction, cf. « Richtungsumkehr. Peter Schneider  (...)
  • 32 « Im übrigen ermüdete er seine Vernehmer, die von ihm wissen wollten, warum er nicht einen Grenzübe (...)

16Parmi les cinq sauteurs de mur du roman qui, contrairement à un autre groupe de personnages dont nous allons parler dans la partie suivante, pourraient être qualifiés d’anarchistes30, un certain Kabe suscite particulièrement l’attention du lecteur : il franchit à la surprise générale quinze fois le mur de l’Ouest vers l’Est31. Il explique à la police qui lui en fait procès qu’il voulait juste voir ce qui se trouvait de l’autre côté et que le seul droit chemin est celui par le mur. Au bout de trois mois de séjour en psychiatrie, il est remis entre les mains de la « Représentation Permanente » de la RFA car le diagnostic du médecin n’a révélé qu’un besoin maladif de triompher du mur32.

  • 33 Id.
  • 34 « Nach vierzig Jahren hat die Teilung Deutschlands nicht nur zwei deutsche Staaten, sondern auch zw (...)

17Les journaux de l’Est se saisissent de l’histoire pour défendre et le Mur et le système communiste. Kabe est alors présenté comme « provocateur de la frontière » et « chômeur désespéré ». Ceux de l’Ouest voient en lui un espion de l’Est. Pour ses sauts sur le mur, il aurait reçu de l’argent des services secrets de la RDA pour enfin prévenir les Allemands de l’Est du chômage qui sévirait à l’Ouest33. Suivant la même logique que la télévision, les journaux font usage des clichés pour non seulement construire l’autre (système) comme l’opposé, la négation de soi, mais aussi renier toute remise en cause de soi. Pour cette raison, P. Schneider formule la thèse selon laquelle il ne s’agit plus seulement de deux États nés des cendres de la division, mais surtout de « deux cultures vivantes34 ».

  • 35 Ibid., p. 10.
  • 36 Cf. Der Mauerspringer, p. 56, 66.

18Soucieux de produire respectivement de bons démocrates et de bons communistes, chaque système, à travers ses médias, s’est alors érigé en un « méta système » qui jure par le fait qu’il est en mesure d’apporter des solutions aux contradictions de l’autre35. Tandis que la RDA défend son mariage avec Moscou, l’équité, la solidarité, les mouvements de libération de par le monde et la liquidation du passé36, la RFA jure par la démocratie et son efficience économique.

  • 37 Cf. MSZ, « Peter Schneider. Der Mauerspringer. Erzählung. Ein nationales Sprachdenkmal aus der Fron (...)
  • 38 Cora Stephan, « Träume vom vorstellungslosen Wahrnehmen. Peter Schneiders Essays und sein Mauerspri (...)

19Il en ressort que l’esthétique de Peter Schneider portant sur la question allemande est avant tout une sorte de documentation de la façon dont le contrat social entre l’État, ses appareils idéologiques à l’instar des médias et les aspirations de la nation est négocié. À son apparition, « Der Mauerspringer » est entre autre perçu comme l’éveil d’un sentiment national au-delà des deux États37 respectivement comme une mise en scène de l’impossibilité de penser l’identité allemande d’après-guerre sans se heurter aux murs internes, aux murs intrapsychiques (Innenmauern)38. En effet, ce roman n’est pas seulement la critique des politiques identitaires menées par les deux États. Le texte pose aussi la question du conformisme entre individu et discours dominant et esquisse quelques perspectives susceptibles d’enrichir au moins le débat intellectuel par rapport à la constitution d’une identité commune.

Littérature, identité(s) et ethnicité(s)

  • 39 « Die Mauer im Kopf einzureißen wird länger dauern, als irgendein Abrissunternehmen für die sichtba (...)

20Le roman « Der Mauerspringer » est articulé autour de la thèse selon laquelle le mur en béton est devenu un mur dans les têtes dont la destruction prendra plus de temps que celle du mur réel39. Pour cerner la pertinence d’une telle thèse et ses implications sur la construction d’une identité allemande commune, nous allons étudier les variations de l’ethnicité et de l’identité chez Peter Schneider que nous appellerons la question de l’unicité et du multiple.

21Hormis les sauteurs de mur, Peter Schneider construit son roman autour de trois groupes de personnages principaux : un ressortissant de la RFA dont le narrateur, un de la RDA nommé Pommerer, deux émigrés de la RDA en RFA nommés Robert et Lena. Les trois premiers sont des écrivains. De plus, chacun de ces groupes embrasse une problématique bien déterminée dont les identités « socialiste », « capitaliste » et un troisième type incorporé par les émigrés. L’analyse va s’effectuer en deux temps : d’abord l’opposition Est/Ouest et ensuite la question des émigrés.

  • 40 Ibid., p. 109, 110.
  • 41 Schneider parle précisément de « Verführbarkeit des Denkens » qu’il définit comme « die schrittweis (...)

22Tout comme les deux États se définissent l’un par opposition à l’autre, les personnages représentant les identités de la RDA et de la RFA, précisément le narrateur et Pommerer, font usage des possessifs « nous/vous » pour non seulement désigner chacun des deux États40, mais surtout pour révéler un mythe d’appartenance qui traduit combien les mécanismes de pouvoir résultant de l’antagonisme extérieur des deux systèmes ont « séduit la pensée41 ».

  • 42 Der Mauerspringer, p. 108.
  • 43 « Wo hört ein Staat auf und fängt ein Ich an », ibid., p.116. Le narrateur se réfère en grande part (...)
  • 44 Cf. « Plädoyer für eine Kultur des Zweifelns », op. cit., p. 15. Pour une critique plus détaillée a (...)

23Nombreux sont ceux des citoyens de l’Est, au premier plan les intellectuels, qui ont choisi délibérément la RDA après la guerre, parce qu’ils ne s’imaginaient pas vivre dans une RFA dirigée par les anciens fonctionnaires nazis. Puisque le socialisme n’avait pu faire ses preuves, toute apologie de la RDA comme « meilleure moitié » n’était plus que synonyme de la déploration d’un idéal perdu42. S’il est incontestable que les citoyens de la RDA et surtout les intellectuels vivaient dans une dictature qui exigeait d’eux un certain conformisme, le narrateur de Schneider ne cesse cependant, au regard de la perte d’autonomie à l’Est, d’interroger le rapport entre individu et État, à savoir comment l’individu se démarque de l’État43, comment l’intellectuel dans le socialisme se démarque de l’intellectuel socialiste. Bien que conscient de ce qu’il analyse cette « séduction de la pensée » par les discours dominants en tant qu’intellectuel ouest-allemand de gauche, Peter Schneider s’attaque malgré tout à l’intelligentsia de la RDA à qui il reproche le manque de cette « méfiance essentielle des années 68 » (Urmißtrauen der 68er) envers toute certitude, envers un monde préconçu par des idéologies politiques et impérialistes44.

  • 45 « …der Zwang zum Vergleich verstellt den Blick auf die eigene wie auf die fremde Gesellschaft. Jede (...)
  • 46 Défendant pourquoi sa propre lecture de la réalité allemande varie en fonction de l’évolution socio (...)

24Plus sévère est la critique adressée aux personnages de l’Ouest. Lors des rencontres occasionnelles avec ceux de l’autre côté (drüben), le principe de dialogue qui consiste entre autres à écouter l’autre perd toute valeur. Les discussions obéissent à une logique d’ « auto-thérapie » : toute observation faite dans l’un des systèmes est directement remplacée par une correspondance dans l’autre45. Ce souci de comparer empêche tout regard critique tant sur soi que sur l’autre. L’observateur reste alors prisonnier des ses idées préconçues et obéit à la même logique que les médias. Par le biais du Mur, écrit Schneider quelques années après la chute du Mur, le capitalisme a fait des intellectuels ouest-allemands des idéologues qui, même après le séisme de 1989, ne seront pas en mesure de reconnaître leurs fautes de raisonnement46.

  • 47 Hormis la conception de la littérature chez P. Schneider des années 70, je me réfère ici surtout au (...)

25Puisque Schneider conçoit la littérature, comme nous l’avons déjà souligné, comme un moyen d’agitation et de libération, il ne se limite pas seulement à décrire la crise d’une identité nationale ainsi que le conformisme qui en résulte. Son esthétique souscrit à une conception de la littérature qui, tout en se positionnant contre les discours idéologiques dominants, crée sa propre réalité pour transcender les dichotomies régissant le monde préalable47.

26Face à la double bipolarisation (double identité politique et « culturelle »), laquelle aura produit deux formes de pensée incarnées par le narrateur et Pommerer, Peter Schneider a recours à l’identité ethnoculturelle pour définir une identité commune au-delà des deux États. Pour se démarquer des oppositions « nous » et « vous », le narrateur procède à une remise en cause de l’identité politique :

  • 48 « Falls mein Vaterland existiert, so ist es kein Staat, und der Staat, dessen Bürger ich bin, ist k (...)

27« S’il existe pour moi une patrie, elle ne s’aurait être un État ; et l’État dont je suis citoyen ne saurait être ma patrie. »48

  • 49 « Solange ich von einem Land namens Deutschland spreche, spreche ich weder von der DDR noch von der (...)
  • 50 « Das Wort deutsch bezeichnete ja ursprünglich weder ein Volk noch einen Staat, sondern bedeutete ‚ (...)

28Ceci revient à rejeter les structures idéologiques portant les noms RDA et RFA pour se reconnaître dans un territoire dont les seuls points de repères restent la langue et la longue histoire communes49. Ici, la langue (deutsch) est associée à un concept de « Volk » pour désigner diverses communautés linguistiques qui ont utilisé l’allemand comme langue commune pour s’imposer contre l’influence du latin. Une telle communauté a vu naître et chuter divers empires allemands tels que le Saint-Empire Romain Germanique et le IIIème Empire. C’est ainsi que le narrateur dissocie le mot « deutsch » d’une réalité politique et le maintient juste comme qualificatif pour la langue50. Ce retour à une langue commune qu’il situe dans un passé lointain est le résultat de l’expérience faite à l’intérieur d’une structure étatique qui ne remplit plus ses fonctions d’État-nation. Ainsi va-t-il en conclure :

  • 51 Ibid., p. 118.

29« Und wie vor 1000 Jahren kann der Versuch, eine gemeinsame deutsche Sprache zu sprechen, nur mit einer Weigerung anfangen: mit der Weigerung, das Kirchenlatein aus Ost und West nachzuplappern. »51

30[« Et comme il y a 1000 ans, la tentative de parler une langue allemande commune ne peut commencer que par un refus : celui de reprendre comme un perroquet le latin chrétien de l’Est et de l’Ouest. »]

  • 52 « Dieser Begriff [ethnicité, S. K.] erkennt den Stellenwert von Geschichte, Sprache und Kultur für (...)
  • 53 Hall, qui soutient que toute politique identitaire s’appuie sur l’ethnicité, insiste sur la restruc (...)
  • 54 Hall, id.
  • 55 Hall, « Alte und neue Identitäten, alte und neue Ethnizitäten », dans Rassismus und kulturelle Iden (...)

31Il s’agit en fait de la redécouverte de l’ethnicité dont la pertinence, comme Stuart Hall l’a démontré, réside dans le fait que l’individu ne peut se positionner dans l’espace et le temps qu’à partir d’une certaine expérience, qu’à l’aide de la langue et de l’histoire52. Certes, ces trois repères ne déterminent pas entièrement l’individu, mais ils influencent sa façon d’être au monde53. Puisque langue et histoire communes ont par le passé livré la substance à des folies raciales et diverses pratiques discriminatoires à l’égard des « minorités », ce concept d’ethnicité, s’il veut se débarrasser de tout soupçon, doit à tout moment être redéfini : il est productif, explique Hall, quand il est conjoncturel, voire quand il sert juste de point d’ancrage54. Généralement, ajoute-il, l’acte de redécouverte de l’ethnicité – que nous pouvons, sur un plan discursif, appeler acte d’appropriation d’un certain passé et d’une certaine langue par rapport au langage prôné par les deux États – est perçu comme réaction à une certaine crise (identitaire) qui secoue l’individu ou le groupe55. Chez P. Schneider, il s’agit alors d’une offensive menée contre les pratiques identitaires des deux États.

  • 56 Une telle approche sympathise avec l‘idée d’une communauté de personnes louées à la même enseigne q (...)

32Ainsi, le fait de dissocier le concept « deutsch » des structures politiques existantes pour le connecter à une langue et une histoire communes est une stratégie qui permet à Peter Schneider de résoudre un problème actuel : la crise d’un État-nation. Il s’agit ici d’une pratique de « ré-articulation » : si les « demi-peuples » (Halbvölker) représentés par les deux États se servent de leur « latin chrétien » respectif pour se démarquer les uns des autres, ils peuvent aussi rejeter l’identité politique et se définir comme peuple dont l’histoire et la langue communes sont d’une durée plus longue que les deux États56. Une telle solution n’est bien évidemment valable que par rapport au problème de la double identité politique.

33Qu’en est-il alors des deux « cultures vivantes » déjà mentionnés et des différentes identités qui en découlent ? Qu’en est-il du troisième groupe de personnages représentés par Robert et Lena ?

  • 57 « Da die Erkundung nach seinen Eindrücken im Westen meist mit der Hoffnung auf ein Bekenntnis zur w (...)

34En guise de rappel, le narrateur et Pommerer sont présentés comme respectivement porteurs des identités de la RFA et de la RDA. Par le personnage de Robert, Schneider esquisse la problématique d’une identité « non-socialiste » et « non-capitaliste ». L’émigration de ce dernier en RFA n’est aucunement synonyme d’une conversion au capitalisme. L’échec du socialisme à l’Est et le manque de la liberté d’expression obligent Robert à tourner le dos à la RDA. Puisqu’il est perçu en RFA comme un antisocialiste, il opte pour une vie dans le no man’s land57.

  • 58 Ibid., p. 73-74.

35Cette vie à la frontière est une zone d’intersection. À l’instar des grandes marques de voiture, Robert affiche un penchant pour les produits de luxe constituant le socle de la société capitaliste. Cependant, il reste indécis quand il faut faire un choix58. D’autre part, il a certes tourné le dos au système socialiste, certains aspects de la « culture socialiste » semblent cependant être gravés dans sa biographie. Après avoir goûté de multiples boissons que l’Ouest offre, Robert déclare ne pouvoir supporter que la vodka :

  • 59 « Mein Gott ja, ich weiß, was du wieder denkst! Es hat nichts mit Nostalgie zu tun! Wodka ist einfa (...)

36« Mon Dieu oui, je sais ce que tu penses déjà. Cela n’a rien à voir avec la nostalgie. La vodka est tout simplement en somme la meilleure boisson. »59

  • 60 « Der Westen war ihr ein Knäuel von Widersprüchen, Halbwahrheiten, leeren Versprechungen, ein ander (...)
  • 61 Voir à ce sujet, ibid., p. 88-94.

37Si Robert semble gérer les conflits entre les cultures capitaliste et socialiste dans une zone neutre, Schneider fait carrément échouer une autre émigrée de l’Est en RFA. Lena, une jeune fille qui s’est installée en RFA juste après que le Mur fut entièrement érigé, va quelques années plus tard retourner en RDA parce qu’elle s’est sentie sans cesse rejetée par les modes de vie et de pensée capitalistes. Pour elle, la RFA est une « pelote de contradictions, de demi-vérités, de promesses fallacieuses »60, bref un monde de corrompus, dépourvu des valeurs éthiques fondamentales telles que la solidarité, l’honnêteté61. Quelle fonction remplit alors ce troisième type de personnages ?

  • 62 Analysant les rapports entre la Grande Bretagne et ses « minorités », S. Hall parle dans ce sens d’ (...)

38Si l’histoire et la langue communes peuvent servir de forces de résistance aux politiques des deux États et constituer des paramètres d’autodéfinition (en tant qu’un peuple aux traditions plus longues que le règne nazi et les deux États qui en sont découlés), ces repères devront cesser d’être déterminants au moment où le mur en béton va chuter. Autrement dit, une identité allemande basée uniquement sur un seul modèle obéit à un principe d’unicité fondé sur l’imagination d’une langue commune, de la même histoire, voire même de la même culture malgré les quarante ans de vie séparée dans deux systèmes et « cultures » diamétralement opposés. Ceci reviendrait à ignorer les expériences faites par les différents groupes pendant les années de séparation, lesquelles expériences sont inscrites dans les biographies des individus. Une telle identité commune, basée sur ce que nous pouvons appeler l’ethnicité de la grande nation, refuse de tenir compte des interruptions qui se sont opérées à l’intérieur du groupe et ont produit des expériences, des modes de vie et de pensée non identiques pour les « deux élèves », bref l’ethnicité de ses membres. Puisque cette identité a recours à une langue et histoire qu’elle suppose être communes, elle utilise le principe du même et de l’identique pour marginaliser le multiple, pour oblitérer les contradictions (résultant par exemple des expériences faites dans le socialisme) afin d’imposer la permanence62.

  • 63 Cette perspective qui apparaît dans les écrits de Schneider de 1982 jusqu’au soir du 9 novembre com (...)
  • 64 Par rapport à la formule du mur dans les têtes, Schneider écrit : « Dabei ging ich von der These au (...)
  • 65 Günter Grass par exemple plaidait pour une identité nationale rationnelle (vernunftsbestimmtes Nati (...)

39« Der Mauerspringer » est alors articulé autour de l’idée selon laquelle construire une identité commune consisterait à créer une réalité commune tenant compte de ce que les deux groupes, bien que parlant la même langue, ont été « dressés » dans deux systèmes idéologiques différents63. Ceci revient à dire que certaines empreintes culturelles vont, même après la chute du système politique et économique communiste, continuer à déterminer la pensée et le comportement des ressortissants de la RDA64. Tenant alors compte de ces faits, Schneider, à l’instar d’autres intellectuels comme Günter Grass65, plaidera jusqu’au soir du 9 novembre pour une confédération des deux États.

  • 66 « Nach kurzer Zeit würde das Gespräch über die Motive zum Springen ins Stocken geraten. » Cf. Der M (...)

40Cette confédération, il l’anticipait déjà dans « Der Mauerspringer » par la rencontre de deux groupes de sauteurs sur le mur, Kabe venant de l’Ouest et trois jeunes fanatiques de western venant de l’Est. Cette rencontre traduit à deux niveaux une façon de transcender tant le mur en béton que le « mur dans les têtes ». Les groupes de sauteurs s’embrassent sur le mur afin de ne pas tomber d’un quelconque côté qui serait indésirable pour l’un ou l’autre groupe. Après une courte conversation relative aux motifs de leur « sport commun », ils se rendent compte qu’ils n’ont plus rien à se dire66.

  • 67 « Erst wenn die beiden Gesprächspartner [il s’agit des entretiens entre ressortissants de l’Est et (...)
  • 68 Cf. « Gibt es zwei deutsche Kulturen? », op. cit., p. 136.
  • 69 « Die These von der grundsätzlichen Überlegenheit des einen Lebensmodells über das andere müßte auf (...)

41Transcendant la rupture dite inconciliable – le binarisme que nous avons décrit plus haut – le mur symbolise ici, sur un plan purement esthétique, le « seuil », le commencement d’un processus de rapprochement. Le deuxième sens du mur, qui revêt une dimension sociologique, découle du premier : puisque le mur remplit une fonction ambivalente, une cohabitation réussie entre les deux groupes n’est possible que par le biais d’un « dialogue » portant sur le mur. Pour ce, les deux « demi-peuples » devraient se raconter les expériences vécues pendant les décennies de séparation67. Il s’agit d’un dialogue focalisé non sur ce qui est commun, mais plutôt sur ce qui désunit, sur ce que les uns ont fait ou vécu en l’absence des autres68. Un tel dialogue ne peut réussir, écrit Schneider quelques mois avant la chute du mur, que si l’efficience économique n’est pas un critère déterminant69.

  • 70 Cf. « Wenn die Wirklichkeit die Ideen verrat », op. cit., p. 18.
  • 71 Je fais ainsi allusion aux textes rédigés entre 1989 et 1990 et publiés dans Extreme Mittellage (19 (...)

42Au lendemain de la chute du Mur, les mouvements massifs de l’Est vers l’Ouest et surtout le vote de 1990 pour la réunification poussent Peter Schneider à remettre en question les positions qu’il avait jusque-là adoptées au sujet de la double identité d’une part et l’utopie de la création d’une réalité commune d’autre part. Même si la RFA a refoulé les crimes nazis, elle aurait fait preuve d’un système ouvert au doute et à la critique et serait ainsi plus propice au développement et à l’épanouissement70. Ceci revient à dire que la RFA est un système de liberté contrairement au système socialiste qui se cantonnait sur un certain nombre de mythes pour opprimer les libertés et les initiatives individuelles. Bien que fondée sur l’évolution sociale, cette sympathie que Schneider affiche à l’égard du système capitaliste ne sera que de courte durée. Après 1989, les ressentiments entre différents groupes à l’intérieur d’une Allemagne réunie seront pour Schneider une raison de plus de reprendre la plume pour présenter « l’Allemagne dans tous ses états71 », c.à.d. les difficultés que celle-ci aura à accepter son caractère « multiculturel ».

43En somme, la lecture de la question allemande varie chez Peter Schneider entre plaidoyer pour un État-nation, refus de l’unité et mise en garde contre toute forme de domination, voire même sympathie avec les « autres » de la grande nation unie, c’est-à-dire les ressortissants de la RDA dont l’ « identité socialiste » sera absorbée par le modèle capitaliste. Ces différentes positions retracent l’évolution graduelle d’un écrivain pour qui la littérature, bien entendue comme débat intellectuel sur les états d’âme de la nation, ne saurait se dissocier des pratiques politiques et sociales.

  • 72 « Ein heutiger, geschichtsbewußter Traum von Europa kommt also eher einem Erwachen gleich als einem (...)
  • 73 « ein europäischer Deutscher und ein deutscher Kosmopolit », cf. P. M. Lützeler, « Europa, Nation, (...)

44Comme projet national, « Der Mauerspringer » constitue l’esquisse d’une identité commune susceptible d’abriter les identités nées des deux systèmes, lesquelles identités ne sont que le reflet des pratiques de signification culturelle auxquelles les différents groupes auraient été soumis. Ces pratiques ont, de par leur pouvoir symbolique, produit une certaine différence entre les différents groupes vivant dans la grande nation, laquelle différence est en mesure de créer des tensions entre l’identité du groupe dit minoritaire et celle de la grande nation. Une identité commune qui ne se veut pas impérialiste devrait partir des quarante années de séparation afin de créer une réalité appropriée tant pour la société majoritaire (les citoyens de la RFA) que pour « ses » minorités (ceux de la RDA). Schneider prône ainsi une révision qui, précise-t-il par rapport à son rêve de l’Europe, reste certes une utopie, mais ne lit plus l’histoire comme celle des héros, et part précisément des dommages orchestrés par les « folies impérialistes » pour propager la pensée à rebours, « le doute et le doute de soi »72. Peter Schneider se positionne alors comme un « penseur-frontalier » qui part des questions allemandes pour réfléchir sur les relations entre « nous » et « vous », entre les groupes majoritaires et minoritaires. C’est dans ce sens que Paul M. Lützeler le qualifiait d’ « allemand européen et [de] cosmopolite allemand73 ».

Haut de page

Notes

1 Je pense ainsi aux ouvrages suivants : Der Mauerspringer. Erzählung (1982), Deutsche Ängste. Sieben Essays (1988), Extreme Mittellage. Eine Reise durch das deutsche Nationalgefühl (1990), Paarungen. Roman (1994), Vom Ende der Gewißtheit (1994), Eduards Heimkehr. Roman (1999).

2 Voir à ce sujet l’avant-propos de «Extreme Mittellage. Eine Reise durch das deutsche Nationalgefühl, Hamburg, Rowohlt, 1990, p. 7, 7-9.

3 B. Anderson, Die Erfindung der Nation: Zur Karriere eines folgenreichen Konzepts. Aus dem Engl. v. C. Münz und B. Burkard und mit einem Nachwort von C. Münz, Frankfurt am Main, Campus-Verlag, 1996, p. 16.

4 « System kultureller Repräsentationen », cf. « Die Frage der kulturellen Identität », dans S. Hall, Rassismus und kulturelle Identität. Ausgewählte Schriften 2. Hrsg. und übersetzt von U. Mehlem et al., Hamburg, Argument, 1994, p. 200, 180-222 (pour remarque, voir original).

5 Ibid, p. 201.

6 Aleida Assmann parle à ce sujet d’une mémoire fonctionnelle (« Funktionsgedächtnis ») qu’elle oppose à une mémoire passive (« Speichergedächtnis »). Cf. A. Assmann, Erinnerungsräume. Formen und Wandlungen des kulturellen Gedächtnisses, München, Beck, 1999, p. 137.

7 David Simo, « Littérature et nation. Une réflexion à partir des positions et de l’expérience de l’écrivain Kafka », dans Trans. Internet-Zeitschrift für Kulturwissenschaften, Nr. 11/ décembre 2001, p. 3 (au total 11 pages). Les propos de Simo à ce sujet nous rapprochent de ce que B. Anderson signifiait quand il associait l’essor de la nation à celui de la littérature (il parle précisément du roman et des journaux, cf. Anderson, op. cit., p. 37).

8 Il s’agit non seulement des textes primaires d’un auteur, mais aussi de tout ce que Michel Foucault appelle « commentaire » autour d’un texte littéraire, cf. Die Ordnung des Diskurses. Aus dem Frz. von Walter Seitter. Mit einem Essay von R. Konersmann, Frankfurt am Main, Fischer Taschenbuch Verlag, 1991, p. 18.

9 Simo, op. cit., p. 6.

10 Id.

11 Ibid., p. 5.

12 Schneider s’insurge en fait contre ce qu’il appelle la „littérature bourgeoise“ (die bürgerliche Literatur) qui certes décrit les misères des masses, mais contribuerait plutôt à leur soumission aux discours dominants. Il plaide pour une littérature qui présente une situation de domination précise ainsi que les causes et les stratégies de libération : « …die Literatur, die den Massen ihr Elend nur zeigt, um sie daran zu gewöhnen, diese Literatur ist tot und muss zu Grabe getragen werden. Wenn immer einer seine Unterdrückung schildert, dann soll er sie in ihrer Verwechselbarkeit zeigen, soll ihre Ursachen zeigen und die Strategie der Befreiung. » Cf. « Rede an die deutschen Leser und ihre Schriftsteller », dans Ansprachen. Reden, Notizen, Gedichte, Berlin, Verlag Klaus Wagenbach, 1970, p. 36f, 29-38. Il convient de noter que Schneider reste fidèle à une telle conception de la littérature en tant que moyen d’agitation et de propagande, cf. Wolfgang Beutin et al, Deutsche Literaturgeschichte. Von den Anfängen bis zur Gegenwart. 6., verbesserte und erweiterte Auflage mit 524 Abbildungen, Stuttgart/Weimar, Metzler, 2001, p. 633.

13 Cf. H. Horn / S. Mampel (éds.), Die deutsche Frage aus der heutigen Sicht des Auslandes (Schriftreihe der Gesellschaft für Deutschlandsforschung 19), Berlin, Dunker & Humblot, 1987, p. 28. Par rapport aux trois discours mentionnés, cf. N. Räthzel, Gegenbilder. Nationale Identitäten durch die Konstruktion der Anderen, Opladen, Leske & Budrich, 1997, p. 137-154.

14 « unerträgliche Zumutung ». Cf. P. Schneider, « Die Intellektuellen als Grenzschützer », dans Vom Ende der Gewißheit, Berlin, Rowohlt, 1994, p. 15, 97-120. Les traductions de cet article sont del’auteur, Saha Kamta.

15 Ibid.

16 « Wenn die Wirklichkeit die Ideen verrät », dans Vom Ende der Gewißheit, op. cit. p. 13, 7-20.

17 Voir à ce sujet par exemple l’avant-propos de H. Horn / S. Mampel (éds.), op. cit., p. 7-13.

18 « Die Überlegung, die deutsche Geschichte sei länger als die zwölf Jahre Naziherrschaft und weise Traditionen auf, auf die sich ein Nationalbewußtsein, Pardon, ein bescheidener Patriotismus gründen könne, ist weder rechts noch links – sie trifft zu. » Cf. « Die Intellektuellen als Grenzschützer“ », op. cit., p. 119.

19 P. Schneider, Der Mauerspringer. Erzählung. Berlin, Luchterhand, 1982. Nachgedruckt bei Rowohlt Taschenbuch Verlag, Hamburg, Rowohlt, 1995. Toutes les références de cet article renvoient à cette édition de 1995.

20 « Wie werden sich die Bürger der beiden deutschen Staaten verstehen, da nun der Dialog durch keine Mauer mehr verkrampft wird? […] Vor allem stellt ein Leben ohne Mauer diese Frage: Können wir ohne Feind leben? » Cf. « Der 9. November 1989, aus 10000 km Entfernung betrachtet », dans Extreme Mittellage. op. cit., p. 12.

21 Ibid., p. 10.

22 « Nur die Mauer hält noch die Illusion aufrecht, die Mauer sei das einzige, was die Deutschen trennt.“ Cf „Was wäre, wenn die Mauer fällt », dans Extreme Mittellage, op. cit., p. 174, 157-176.

23 Cf. B. Rowe, « Die deutsche Frage aus der Sicht Großbritanniens », dans H. Horn/ S. Mampel (éds.), op. cit., p. 51-68. Voir aussi Hélène Yéche, « Territoire(s) et Identité(s) en RFA et RDA : approche sémantique d’une réalité historique », dans Cahiers du Mimmoc, Numéro 3 - Juillet 2007. Il s’agit surtout du chapitre intitulé « Le refus de la déconstruction à l’Ouest ».

24 « die siamesische Stadt », Der Mauerspringer, op. cit., p. 7.

25 « Dies war die Schattenstadt, die Nachgeburt, die Notausgabe von Westberlin. » Ibid., p. 14.

26 Voir par exemple, « Vom richtigen Umgang mit dem Bösen », dans Deutsche Ängste, p. 108, 82-121.

27 Cité d’après Wolfgang Beutin et al, Deutsche Literaturgeschichte, op. cit., p. 535.

28 « Auf den Gedanken, dass die Mauer inzwischen auch eine Kulturgrenze markiert, kam ich zum ersten Mal beim 20. Jahrestag ihres Geburtstages. […] im DDR-Fernsehen begrüßten die Angehörigen der Betriebskampfgruppen den Bau des antifaschistischen Schutzwalls […]. Im Westprogramm legte eine von der CDU geführte Jugendorganisation, schwarze Trauerfahnen schwenkend und zu keiner Träne fähig, Kränze für die Opfer des Mauerbaus nieder. Ein Druck auf den Knopf – und im Osten wurden, nur wenige Meter entfernt, Blumen auf die Gräber von DDR-Grenzern gelegt, die in ‚Wahrnehmung ihrer verantwortungsvollen Arbeit gefallen waren‘. » Cf. « Berliner Geschichten », dans Deutsche Ängste. Sieben Essays, Darmstadt, Luchterhand, 1988, p. 14, 6-18.

29 Cf. Der Mauerspringer, p. 27-28, 65; voir aussi, « Berliner Geschichten », op. cit., p. 10-12.

30 Voir par exemple la réception du roman dans les journaux: Ulrich Greiner, « Berlin: Der übliche Wahnwitz », dans Die Zeit. 30. April 1982, p. 45; Werner Herzog, « Absurde Anfälle der Ordnung », dans Der Spiegel, 22/1982, p. 210.

31 Birgit Frech parle è ce sujet d’un changement de direction, cf. « Richtungsumkehr. Peter Schneider : Der Mauerspringer (1982) », dans B. Frech, Die Berliner Mauer in der Literatur. Eine Untersuchung ausgewählter Prosawerke seit 1961, Pfundstadt bei Darmstadt, Ed. Ergon, 1992, p. 120-129.

32 « Im übrigen ermüdete er seine Vernehmer, die von ihm wissen wollten, warum er nicht einen Grenzübergang benutzt habe, mit der wiederholten Erklärung, er wohne genau gegenüber, und der Weg über die Mauer sei der einzig gerade […] Sie brachten ihn in die psychiatrische Klinik Buch. Aber auch dort konnten die Ärzte an Kabe nichts außer einem krankhaften Bedürfnis zur Überwindung der Mauer entdecken. » Ibid, p. 31.

33 Id.

34 « Nach vierzig Jahren hat die Teilung Deutschlands nicht nur zwei deutsche Staaten, sondern auch zwei Lebenskulturen hervorgebracht. » Cf. « Berliner Geschichten », op. cit., p.14.

35 Ibid., p. 10.

36 Cf. Der Mauerspringer, p. 56, 66.

37 Cf. MSZ, « Peter Schneider. Der Mauerspringer. Erzählung. Ein nationales Sprachdenkmal aus der Frontstadt », dans MSZ 1983, Ausgabe 1, Stichwörter: kultur/zeitgeist >> Literatur, cf. http://www.gegenstandpunkt.com/msz/html/83/83_1/schneid.htm ( page consultée le 15 mai 2010).

38 Cora Stephan, « Träume vom vorstellungslosen Wahrnehmen. Peter Schneiders Essays und sein Mauerspringer », dans Frankfurter Rundschau, 8. Mai 1982, p. IV.

39 « Die Mauer im Kopf einzureißen wird länger dauern, als irgendein Abrissunternehmen für die sichtbare Mauer braucht. » Cf. Der Mauerspringer, op. cit., p. 110.

40 Ibid., p. 109, 110.

41 Schneider parle précisément de « Verführbarkeit des Denkens » qu’il définit comme « die schrittweise, meist unbewußt vollzogene Anpassung des Denkens an die Machtverhältnisse. » Cf. « Plädoyer für eine Kultur des Zweifels », dans Hans Christoph Buch (éd.), Ein Traum von Europa. Literaturmagazin 22, Sonderband, Hamburg, Rowohlt, 1988, p. 15, 13-24.

42 Der Mauerspringer, p. 108.

43 « Wo hört ein Staat auf und fängt ein Ich an », ibid., p.116. Le narrateur se réfère en grande partie aux discussions qu’il mène avec son ami Pommerer qui déplore certes le manque de liberté, soutient en même temps les idéaux de la RDA tels que cités plus haut, ibid., p. 108-109.

44 Cf. « Plädoyer für eine Kultur des Zweifelns », op. cit., p. 15. Pour une critique plus détaillée adressée à l’intelligentsia de la DDR, voir « Man kann sogar ein Erdbeben verpassen », dans Extreme Mittellage, op. cit., p. 54-78.

45 « …der Zwang zum Vergleich verstellt den Blick auf die eigene wie auf die fremde Gesellschaft. Jede Beobachtung wird durch die sofort einsetzende Fahndung nach einer Entsprechung jenseits der Mauer außer Kraft gesetzt, noch bevor sie gemacht ist. » Cf. Der Mauerspringer, op. cit., p. 63.

46 Défendant pourquoi sa propre lecture de la réalité allemande varie en fonction de l’évolution sociopolitique, Schneider écrit entre autres : « In den zahlreichen Talkshows und öffentlichen Diskussionsveranstaltungen, die der Einheit folgten, wurde noch eine andere Schwäche [neben der Korrumpierbarkeit von Intellektuellen] sichtbar. Ich meine den seltsamen Mut zur Wiederholung längst erschütterter Überzeugungen, das resolute Festhalten jener Art von Macht, die Thomas Schmidt als ‚Deutungsmonopol‘ bezeichnet hat. Die tektonische Erschütterung von 1989 hat keineswegs jenes Innehalten ausgelöst, das nach einem Geschichtsbruch dieser Größenordnung zu erwarten wäre. » Cf. « Wenn die Wirklichkeit die Ideen verrat », op.cit., p. 10.

47 Hormis la conception de la littérature chez P. Schneider des années 70, je me réfère ici surtout aux positions prises par l’auteur à l’égard d’une réception très controversée de son roman « Vati » (1987). Distinguant la fiction du documentaire, Schneider écrit : « Die fiktionalisierende Darstellung unterscheidet sich von der dokumentarischen vor allem dadurch, daß sie die Vergangenheitsform in die Möglichkeitsform übersetzt. Sie sagt nicht: so ist es gewesen, sondern allenfalls: so könnte es gewesen sein. Sie läßt dem Publikum folglich immer die Ausflucht offen. » Cf. « Vom richtigen Umgang mit dem Bösen », op. cit., p. 91.

48 « Falls mein Vaterland existiert, so ist es kein Staat, und der Staat, dessen Bürger ich bin, ist kein Vaterland. » Cf. Der Mauerspringer, p. 116-117.

49 « Solange ich von einem Land namens Deutschland spreche, spreche ich weder von der DDR noch von der BRD, sondern von einem Land, das nur in meiner Erinnerung oder Vorstellung existiert. Gefragt, wo es liegt, wüßte ich keinen anderen Aufenthaltsort zu nennen als seine Geschichte und die Sprache, die ich spreche. » Ibid., p. 117.

50 « Das Wort deutsch bezeichnete ja ursprünglich weder ein Volk noch einen Staat, sondern bedeutete ‚Volk‘, volksmäßig als Bezeichnung der gemeinsamen Sprache verschiedener Stämme, die die gesprochene Sprache gegen die lateinische Urkunden- und Kirchensprache durchzusetzen begannen. » Id.

51 Ibid., p. 118.

52 « Dieser Begriff [ethnicité, S. K.] erkennt den Stellenwert von Geschichte, Sprache und Kultur für die Konstruktion von Subjektivität und Identität an, sowie die Tatsache, daß jeder Diskurs platziert, positioniert und situativ ist und jedes Wissen in einem Kontext steht. » Cf. S. Hall, « Neue Ethnizitäten », dans Rassismus und kulturelle Identität, op. cit., p. 21-22, 15-25.

53 Hall, qui soutient que toute politique identitaire s’appuie sur l’ethnicité, insiste sur la restructuration permanente du concept et se démarque implicitement du déterminisme entre idéologie et individu que Althusser décrit avec les métaphores d’ « interpellation » et de « reconnaissance », voir « Idéologie et appareils idéologiques d’État. (Note pour une recherche) », dans Louis Althusser, Positions (1964-1975), Paris, Editions sociales, 1975, voir surtout p. 110-121, 67-125.

54 Hall, id.

55 Hall, « Alte und neue Identitäten, alte und neue Ethnizitäten », dans Rassismus und kulturelle Identität, op. cit., p. 78, 66-88.

56 Une telle approche sympathise avec l‘idée d’une communauté de personnes louées à la même enseigne que Otto Bauer appelle « Schicksalsgmeinschaft ». Cité d’après Peter Alter (éd.), Nationalismus. Dokumente zur Geschichte und Gegenwart eines Phänomens, München, Piper, 1994, p. 22.

57 « Da die Erkundung nach seinen Eindrücken im Westen meist mit der Hoffnung auf ein Bekenntnis zur westlichen Lebensform verknüpft war, zog er es vor, sich einen Ort im Niemandsland zwischen den Grenzen zu suchen. » Cf. Der Mauerspringer, p. 21.

58 Ibid., p. 73-74.

59 « Mein Gott ja, ich weiß, was du wieder denkst! Es hat nichts mit Nostalgie zu tun! Wodka ist einfach, alles in allem, das beste Getränk. » Ibid., p. 30.

60 « Der Westen war ihr ein Knäuel von Widersprüchen, Halbwahrheiten, leeren Versprechungen, ein anderer Erdteil, nur von Oberflächenhitze erwärmt, darunter ewiges Eis. » Ibid., p. 90.

61 Voir à ce sujet, ibid., p. 88-94.

62 Analysant les rapports entre la Grande Bretagne et ses « minorités », S. Hall parle dans ce sens d’une ethnicité dévastatrice qui ne peut survivre qu’en marginalisant, expropriant, repoussant ou oubliant d’autres ethnicités : « Doch diese Erkenntnis schließt ein, daß eine solche Ethnizität nicht, wie es das Englischsein war, dazu verdammt ist, nur durch Marginalisierung, Enteignung, Verdrängung und das Vergessen anderer Ethnizitäten zu überleben. » Cf. « Neue Ethnizitäten », op. cit., p. 23.

63 Cette perspective qui apparaît dans les écrits de Schneider de 1982 jusqu’au soir du 9 novembre comme spéculation va aux lendemains de l’unification s’avérer comme un fait. Voir par exemple les études à portée psychologique de Wilhelm Salber, entre autre « Wiedervereinigung – eine vertagte deutsche Verwandlung », dans Otto Dann (éd.), Die deutsche Nation. Geschichte – Probleme – Perspektiven (Kölner Beiträge zur Nationalforschung), Vierow bei Greifswald, SH-Verlag, 1994, p. 135- 146; voir aussi Wolgang Thierse, « Perspektiven der deutschen Vereinigung », dans Otto Dann, op. cit., p. 147-151; voir aussi Jena Simon et al (éds.), Das Buch der Unterschiede. Warum die Einheit keine ist, Berlin, Aufbau Verlag, 2000. Schneider même reconstruit l’état d’âme des citoyens de la RDA à partir des débats publics ayant suivi les évènements de 1989/1990 dans « Gibt es zwei deutsche Kulturen », op. cit. Ici, il s’agit en fait de la confirmation des positions adoptées par le passé, voir par exemple l’article suivant, rédigé quelques mois avant la chute du mur : « Was wäre, wenn die Mauer fällt », op. cit., p. 174-176.

64 Par rapport à la formule du mur dans les têtes, Schneider écrit : « Dabei ging ich von der These aus, dass gewisse kulturelle Prägungen stabiler sein werden als das politische und ökonomische System des Kommunismus. » Cf. „Vorrede“ de Extreme Mittellage, op.cit., p. 7, 7-8.

65 Günter Grass par exemple plaidait pour une identité nationale rationnelle (vernunftsbestimmtes Nationalbewusstsein), c’est-à-dire qui part effectivement des différentes expériences faites dans des systèmes différents pour renoncer à l’unification au profit d’une confédération. Cité d’après Siegfried Mews, « Günter Grass und das Problem der deutschen Nation », dans Claudia Mayer-Iswandy (éd.), Zwischen Traum und Trauma – Die Nation. Transatlantische Perspektiven zur Geschichte eines Problems, Tübingen, Stauffenburg-Verlag, 1994, p. 118, 111-127.

66 « Nach kurzer Zeit würde das Gespräch über die Motive zum Springen ins Stocken geraten. » Cf. Der Mauerspringer, p. 54.

67 « Erst wenn die beiden Gesprächspartner [il s’agit des entretiens entre ressortissants de l’Est et de l’Ouest] die Lektionen aufgesagt haben, die sich hinter dem Kürzel [wir/ihr] versteckt, kann ein Gespräch beginnen über ein Leben, das für jeden noch hinter der Mauer liegt. » Ibid., p. 110.

68 Cf. « Gibt es zwei deutsche Kulturen? », op. cit., p. 136.

69 « Die These von der grundsätzlichen Überlegenheit des einen Lebensmodells über das andere müßte aufgegeben werden. Diese These wäre zu ersetzen durch zahlreiche Einzelunternehmungen über die Leistungsfähigkeit der beiden Systeme in spezifischen Sektoren der Gesellschaft. Das Kriterium der wirtschaftlichen Effizienz dürfte dabei keine Ausschließlichkeit beanspruchen. » Cf. „Was wäre, wenn die Mauer fällt“, op. cit., p. 174-175.

70 Cf. « Wenn die Wirklichkeit die Ideen verrat », op. cit., p. 18.

71 Je fais ainsi allusion aux textes rédigés entre 1989 et 1990 et publiés dans Extreme Mittellage (1990), ainsi qu’au recueil d’essais intitulé Vom Ende der Gewißheit (1994). A ces deux textes, il faut encore ajouter les romans Paarungen (1994) et Eduards Heimkehr (1999).

72 « Ein heutiger, geschichtsbewußter Traum von Europa kommt also eher einem Erwachen gleich als einem Traum. Er verspricht nicht den Rausch, sondern Entzug und Entwöhnung. Er folgt nicht den Gesetzen eines heroischen Aufbruchs, sondern den Zweifeln und Selbstzweifeln dessen, der aus Schaden nicht unbedingt weise, aber vorsichtig und des Zuhörens fähig geworden ist. » Cf. « Plädoyer für eine Kultur des Zweifelns », op. cit., p. 14f.

73 « ein europäischer Deutscher und ein deutscher Kosmopolit », cf. P. M. Lützeler, « Europa, Nation, Dritte Welt: Peter Schneiders kosmopolitische Essays », dans P. M. Lützeler, Europäische Identität und Multikultur. Fallstudien zur deutschsprachigen Literatur seit der Romantik, Tübingen, Stauffenburg, 1997, p. 161, 159-176.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florentin Saha-Kamta, « Identité(s) et ethnicité(s) autour du Mur de Berlin : la question de l’unicité et du multiple chez Peter Schneider », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 20 juin 2010, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/389 ; DOI : 10.4000/mimmoc.389

Haut de page

Auteur

Florentin Saha-Kamta

Doctorant à l’université de Paderborn, Allemagne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page