Navigation – Plan du site
Articles

Le mur intrapsychique chez le sujet métissé

Sonia Gérard

Résumés

Dans le contexte d’un couple culturellement mixte, la formation du couple implique un traitement des frontières interculturelles. De même que la naissance des enfants induisant une possible activation du processus du métissage, agit sur ces murs interculturels. Ainsi le paradigme du mur a une réelle fonction heuristique en ce qu’il permet de modéliser divers phénomènes psychiques par la constitution de représentations faisant intervenir la vision et le toucher. Nous nous sommes appuyés sur les fonctions du mur de Berlin pour comprendre notamment les phénomènes de clivage et sa résolution.

Haut de page

Entrées d’index

Aires géographiques :

Allemagne, RDA, RFA, Europe

Périodes :

contemporaine
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Tobie NATHAN, 1993, « À qui appartiennent les métis ? » in Nouvelle Revue d’Ethnopsychiatrie, Paris (...)
  • 2 Alfred L. KROEBER, 1963, Culture Patterns and Processes, New-York et Londres, First Harbinger Books
  • 3 François LAPLANTINE, Alexis NOUSS, 1997, Le métissage, Paris, Flammarion, « Non pas l’un ou l’autre (...)
  • 4 Serge GRUZINSKI, 1999, La pensée métisse, Paris, Fayard.

1L’enfant issu d’un couple mixte se construit dans un contexte où les parents appartiennent à deux ensembles culturels. Ceux-ci peuvent se différencier sur les plans religieux, linguistique, phénotypique, etc. Aussi l’une des questions qui fait actuellement débat dans la communauté scientifique est de comprendre comment ce sujet va réussir à combiner au sein d’un agencement fonctionnel, ses éléments parentaux divergents. Selon les partisans de la non « métissabilité » des cultures tels que Tobie Nathan1, le métis est contraint de réaliser le choix, souvent imposé du dehors par les pressions familiales, d’appartenir à l’un des deux systèmes culturels. En revanche, pour ceux qui envisagent la possibilité de mélanges entre les cultures tel que Kroeber2 ou François Laplantine3, le sujet métissé se construirait à partir de combinatoires d’éléments appartenant aux deux systèmes culturels. Malgré leurs divergences de fond quand au mode de « fabrication » du métis, ces deux hypothèses se basent sur le même postulat : le métis se développe dans un environnement familial culturellement duel. La variété des origines parentales y produit des visions du monde divergentes, complémentaires ou incompatibles. Et celles-ci se trouvent habituellement séparées par des frontières géopolitiques. Ce postulat, construit à partir du concept flou de culture (voir Gruzinski4), tend à définir des réalités culturelles circonscrites par des catégories hermétiques, résistant à toute influence. Comme si un mur symbolique séparait chaque aire culturelle de l’autre, dessinant une frontière protectrice et infranchissable, que la formation du couple mixte vient en quelque sorte dissoudre. Plus tard, avec la naissance des enfants intervient le processus du métissage. Il rend alors visible la possibilité de mélanges, induisant l’altération des murs frontières. Aussi, quels sont les types de traitements opérés sur ces murs interculturels ? Par ailleurs, lors de tensions intrafamiliales, amplifiées par les communautés d’appartenance, l’enfant se retrouve investi d’une fonction de rétablissement des frontières interculturelles. Cette fonction le conduit souvent à intégrer ce mur sous la forme d’un clivage intrapsychique entre les mondes parentaux. Pour mieux comprendre ces phénomènes de partition interculturelle et de clivage, nous avons recouru à un objet situé dans le réel. Le paradigme du mur présente donc un intérêt heuristique dans la modélisation d’évènements psychiques à partir d’une métaphore architecturale. Celle-ci fournit une visualisation des phénomènes en trois dimensions, où la réalité psychique est appréhendée par sa transposition concrète et non plus seulement théorique et virtuelle. Pour exploiter cette métaphore, nous avons choisi le mur qui sépara Berlin entre 1961 et 1989. Après avoir évoqué le contexte politique de l’émergence du mur berlinois, nous en saisirons les fonctions qui nous aiderons à explorer certains aspects de la problématique du métissage. Nous nous appuierons également sur des données cliniques issues d’études de cas afin d’exemplifier notre propos. Ces études ont été réalisées à partir d’entretiens cliniques, enregistrés et retranscrits, entre 2007 et 2008, avec des sujets dont l’un des parents était français et l’autre étranger. Enfin, nous conclurons sur l’intérêt et les limites de l’emploi d’une métaphore architecturale pour la compréhension de phénomènes psychiques.

Le mur de Berlin, producteur d’altérité

  • 5 Le bloc occidental était constitué des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France, qui condu (...)

2L’érection du mur de Berlin intervient dans un contexte d’après-guerre. À la capitulation de l’Allemagne en 1945, les accords de Yalta décident de son découpage en quatre zones, dont trois reviennent au bloc occidental5, et une à l’ex- URSS. Des désaccords entre Occidentaux et Soviétiques signent le début de la guerre froide. S’ensuit une forte émigration d’Allemands vers la zone Ouest, mettant en péril la frêle économie de l’Allemagne de l’Est. C’est dans ce contexte d’inquiétude et d’antagonismes entre les deux blocs culturels gestionnaires de la nouvelle Allemagne, que la RDA décide d’ériger en 1961 un mur en pleine capitale. En limitant le flux des berlinois, le mur a entraîné la dislocation de familles situées de part et d’autre. Il ne sera détruit qu’après le 9 novembre 1989, à la réunification de l’Allemagne.

3Erigé dans un contexte de divergences politiques entre gouverneurs alliés, le mur a imposé une scission architecturale dans l’ensemble cohésif de la ville. Il a donné naissance à deux nouveaux espaces. Ces derniers, cependant, ne répondaient pas à une division entre Berlinois, mais entre les nouveaux gouverneurs de l’Allemagne. De fait, la construction du mur a induit artificiellement une différence de nature entre les deux Berlin. Il a produit de l’altérité, légitimant sa fonction de préservation des différences à partir de leur séparation. Jankelevitch a décrit ce processus à propos du pur et de l’impur :

  • 6 Vladimir JANKELEVITCH, 1960, Le pur et l’impur, Flammarion, Paris, p. 103.

« En principe, et dans le cas du mélange le plus simple, qui est le mélange à deux, la séparation devrait faire d’une pierre deux coups, c’est-à-dire du même coup, purifier les deux substances… »6.

4Ici, c’est donc l’irruption du mur qui a modifié le sens des choses : il a créé l’illusion d’une spécificité intrinsèque aux deux parties dont la pureté devait être préservée.

  • 7 Serge GRUZINSKI, 1999, op.cit. : « … il faut commencer par se méfier du terme « culture » (…) il en (...)

5Serge Gruzinski a rappelé dans La pensée métisse7, que le fait de catégoriser des ensembles culturels suffisait à les construire hétérogènes. Pour suivre son idée, en instituant les concepts de « Berlin Est » et « Berlin Ouest », le mur est venu confirmer l’idée d’une hétérogénéité radicale entre les deux Berlin. En faisant surgir de l’altérité, le mur a créé de la différence culturelle, politique, sociétale, etc. Cette différence a généré au sein des espaces de nouvelles fonctions et à leur suite de nouvelles notions, dans un système de boucles rétroactives. Dans l’Allemagne d’après-guerre, c’est bien le mur qui a créé deux Berlin et leur différence de nature et non l’inverse, disséminant les familles de part et d’autre d’un interdit.

Lorsque le mur interculturel incite à l’homogénéité

  • 8 Jean-Luc BONNIOL, 2001 : « C’est d’abord la découverte du corps de l’Autre qui a donné lieu à deux (...)
  • 9 Denis GAGNON, professeur agrégé d’anthropologie au Collège universitaire de Saint-Boniface, est dir (...)

6Dans le contexte d’un couple mixte, ce sont les frontières catégorielles, censées différencier le groupe culturel de chaque parent, qui constituent des murs plus ou moins poreux. Sans entrer dans le débat sur la notion de culture, on constate que l’utilisation de catégories culturelles - telles que par exemple : « les Français », « les Espagnols », « les Maghrébins » - renforce la différenciation créatrice d’altérités. Elle met en exergue les divergences plutôt que les similitudes. Ces murs frontières s’investissent de significations conceptuelles, linguistiques, comportementales, vestimentaires, culinaires, etc. Ils impliquent des visions distinctes du monde. Ils séparent, protègent et leurs fonctions sont souvent surinvesties par les familles proches et les communautés d’appartenance, préoccupées par la conservation de leurs singularités et l’évitement de tout mélange. Or, ce sont bien souvent ces différences évoluant derrière les murs, qui deviennent objet de séduction pour chacun des membres du couple mixte. En effet, non seulement la distance phénotypique avec l’Autre est source d’attrait (voir Jean-Luc Bonniol8), mais également la possibilité d’une transgression des interdits groupaux gouvernant les lois du mariage. Dans la rencontre, le couple mixte assouplit les frontières interculturelles afin de les faire disparaître. Au Canada, la disparition des frontières culturelles au cours des différentes périodes de métissage depuis le XVIIe siècle a ainsi conduit à la création de nouvelles entités culturelles métisses (voir Denis Gagnon9 pour une étude approfondie).

  • 10 Toshiaki KOSAKAI, 2007 (2000), L’étranger, l’identité. Essai sur l’intégration culturelle, Paris, P (...)

7Par des stratégies variées, le couple mixte recherche les similitudes et les lieux d’un rapprochement avec l’autre pour lui permettre de s’installer dans une économie viable. À partir de l’exemple nippon, Toshiaki Kosakai10 a décrit le processus par lequel les japonais intégraient des objets étrangers : ces objets sont traités, métabolisés et transformés en une représentation familière. On peut ainsi penser que les couples mixtes se construisent de leur partenaire étranger une représentation familière. Celle-ci les conduit à traiter l’énigme du métissage qui pourrait se poser en termes de : Comment faire du même à partir de l’autre ? Autrement dit, comment dissoudre le mur qui sépare nos deux altérités afin de n’en faire plus qu’une ? Chaque membre organise, dans la constitution de son couple mixte, des réponses formant leur propre modèle de fonctionnement familial. L’élaboration de ces modèles signe donc la marginalisation et parfois la dissolution des murs interculturels qui perdent toute signification.

La résurgence des frontières interculturelles avec la naissance du métis

  • 11 Marie-Claire TICO évoque ces nouveaux questionnements qui émergent avec la naissance des enfants : (...)

8Avec la naissance des enfants s’actualise le mélange biologique. Il réinterroge au sein des familles et des communautés d’appartenance la notion de noyau culturel. De nouvelles questions émergent sur la transmission et l’identité, contribuant à renforcer les hétérogénéités11. Chacun, dans sa tentative pour créer de l’identique à soi, s’inquiète sur ce qu’il pourra transmettre à son enfant, de quoi il sera porteur plus tard. C’est donc le métissage qui, par un décloisonnement des identités culturelles parentales, les dissout et peut générer de l’inquiétude. Il questionne chacun dans la possibilité de se retrouver, et de se reconnaître dans son propre enfant. Cette inquiétude renforce le rassemblement identitaire et donc la réactivation des frontières interculturelles différenciatrices, dans tous les domaines d’inscription du sujet : sa culture, ses appartenances sociale, professionnelle, religieuse, etc.

9Les communautés d’appartenance stimulent aussi la résurgence de ces frontières, notamment lorsque les membres du couple n’ont pas élaboré les raisons qui leur avaient fait choisir un partenaire exogame. Des tensions s’installent et réactivent les antagonismes producteurs de conflits. Les murs ressurgissent alors dans l’objectif d’isoler et de protéger chaque membre contre l’altérité de l’autre. Il s’agit d’un repli identitaire, prônant la ressemblance face au risque de mélange avec une altérité inquiétante et incomprise.

10En comparant ces deux types de murs, architectural et symbolique, on constate qu’ils sont sous-tendus par un mouvement similaire de différenciation. Le mur de Berlin a servi à distinguer deux Berlin en créant de la différence. De même que le couple mixte, dans son inquiétude liée au métissage et à la dissolution des identités culturelles, stimule la réinstallation des murs frontières. Ces derniers se retrouvent investis des mêmes fonctions que celles du mur de Berlin, c’est-à-dire recréer de l’altérité en renforçant la différenciation. Et, très souvent, c’est aux enfants du couple mixte qu’est confiée cette fonction de rétablissement de la partition interculturelle. Chaque communauté tente de ramener l’enfant dans son propre camp par une pression identificatoire. Aussi, l’enfant devient lui-même une sorte de front afin de résister à l’intrusion culturelle du parent appartenant au groupe culturel antagoniste. De plus, il est amené lors de son développement à intégrer des représentations parentales dissonantes et contradictoires. En effet, l’enfant continue de se construire avec les influences culturelles de chaque parent. Elles produisent alors conflits internes et tiraillements, le conduisant à rechercher des aménagements tolérables, notamment en opérant un clivage des représentations parentales : les représentations du père et de la mère sont séparées par un mur frontière, dont les possibilités de passage sont déterminées par l’entente du couple. Aussi, lorsque plus aucune compréhension n’est possible entre chaque parent, l’enfant aura d’autant plus de difficultés à passer d’une représentation à l’autre, que les transitions et les liens seront rompus. Il est donc impératif pour l’enfant de trouver des moyens de franchir ces clivages afin de se construire un Moi harmonieux.

Lorsque le mur crée ses propres moyens de franchissement

11L’utilisation de la métaphore architecturale nous éclaire ici dans la compréhension des modalités utilisées par le sujet métissé pour surmonter le clivage et rétablir le passage interculturel, voire résoudre contradictions et conflits.

  • 12 Hermann WALDENBURG, 1990, Berlin. Art libre sur le mur, Éditions Herscher, Berlin : « La surface de (...)

12Avec le mur de Berlin, on est en présence d’un appareil architectural qui empêche toute influence réciproque entre les deux parties de la ville. Or son érection institue un paradoxe. Elle rend obligatoire le rapprochement et la jointure des deux espaces que le mur veut précisément distinguer. Par le surinvestissement d’un contact prohibé, qu’il était censé éviter, le mur a induit une inversion de sa fonction : il a renforcé la nécessité de la rencontre. D’une part, en se constituant en un symbole ostentatoire – le mur de Berlin s’étendait sur 166 km de long et 4,5 m de haut. D’autre part, en devenant le lieu d’une jointure obligée, stimulant chez les Berlinois la recherche de moyens symboliques pour le franchir et rétablir la rencontre. Le mur contenait ainsi les moyens de son propre franchissement, par un renversement subversif de ses fonctions : les murs cloisons et séparateurs devinrent cimaises – un support au déploiement de la créativité artistique exprimée du côté occidental. Dans son ouvrage Art libre sur le mur, Hermann Waldenburg12 en a photographié de nombreux pans. Le mur n’a donc eu qu’une fonction d’évitement partiel et temporel. Il a constitué un moyen symptomatique et local, par ailleurs peu coûteux, mais non résolutif du problème sous-jacent, à savoir le risque de mélange contenu dans la rencontre. Une autre modalité de franchissement du mur fut apportée lors de la réunification de l’Allemagne, qui conduisit à sa destruction.

13Le modèle du mur de Berlin nous suggère deux modes de résolution du clivage

  1. Une résolution dans le réel par la suppression des fonctions du mur : il est alors traité comme un obstacle à éliminer. Un travail préalable sur les éléments hétérogènes, par leur mélange ou l’éradication de l’élément étranger, l’a rendu superflu. Ici le mur disparaît.

  2. Une résolution symbolique qui s’appuie sur les fonctions du mur : le mur est alors sublimé, par un processus qui transforme et métamorphose l’obstacle en un objet artistique valorisé. Ici le mur est maintenu, mais ses fonctions sont détournées.

14Dans la problématique du sujet métissé, l’une des difficultés majeures vient de ce qu’il subit une forte pression identificatoire des deux clans culturels. Chaque communauté essaye de s’approprier l’enfant, conduisant à la création d’une situation conflictuelle et intolérable. En dehors d’un climat conflictuel, les contradictions intrafamiliales amènent souvent le sujet métissé à vouloir se positionner par rapport à ses origines afin de pouvoir se construire lui-même. Il se retrouve alors confronté aux apories issues de la rencontre entre les cultures parentales. Un des moyens pour résoudre ces apories consiste à faire passer le conflit du dehors au-dedans. Celui-ci se retrouve alors intégré dans l’économie psychique du sujet sous la forme d’un clivage interne inconscient entre les représentations du monde du père et de la mère. La confrontation se retrouve inhibée dans un objectif vital : éviter l’émergence de conflits issus de la rencontre entre deux objets culturels appréhendés, contradictoires et antagonistes. Ce clivage psychique défensif reproduit une sorte de partition à l’image de celle que les parents ont instaurée entre eux, installant un mur séparant de nouveau les cultures incompatibles. On retrouve dans cette solution inventive le même processus de détournement identifié dans la résolution symbolique du mur de Berlin : alors que pour le mur de Berlin il s’agissait d’en détourner les fonctions, chez le sujet métissé il s’agit de se détourner du conflit, en évitant le traitement de la contradiction. Il y a déconstruction du conflit entre les représentations antagonistes du père et de la mère, lors de son passage dans le psychisme du sujet métissé : c’est en effet le clivage des représentations qui désamorce le conflit.

15Un autre moyen consiste à traiter l’aporie en acceptant la confrontation des éléments contradictoires : le sujet oppose les éléments culturels parentaux. Ce qui l’amène à la dissolution du mur. Dans ce cas, le métissage peut soit rester une solution désirable, ou bien au contraire ne plus être envisagé, notamment par le rejet d’une orientation culturelle. Comme à Berlin, le traitement du mur s’effectue dans le réel, conduisant à sa destruction. Nous allons illustrer ces deux situations par deux vignettes cliniques.

Vignette n° 1 : Claudine

16Je rencontre Claudine en service de psychiatrie pour un sevrage alcoolique. Son père algérien et sa mère française ont été contraints de se marier lorsque la grand-mère maternelle a découvert la grossesse de sa fille. Trois enfants naîtront, dont Claudine. Elle évoque son enfance difficile sur fond de conflits familiaux permanents avec violences verbales et physiques ; suivra une période de prostitution et de prison. Elle décrit une mère libérée, serveuse dans les bars de nuit et un père ouvrier, dont elle refuse l’autorité ainsi que le monde dont il est issu. Ce monde est réinterprété par les discours haineux de sa grand-mère et de sa mère. Au divorce, Claudine refuse de suivre son père en Algérie, avançant la crainte de ne pouvoir en repartir. Depuis dix ans, elle mène une vie de couple, égrenée de périodes d’éthylisme où elle s’abandonne dans la rue. Elle y retrouve quelques SDF, souvent de nationalités diverses, dont certains du Maghreb. Elle s’alcoolise pendant plusieurs jours, se fait voler argent et papier, avant de retourner chez elle.

17Le contexte familial a ici favorisé l’installation et le maintien de murs interculturels solides. En effet, le couple parental s’est formé à la suite d’une sanction grand-maternelle et non par un désir réciproque. Celle-ci a favorisé le développement sous-jacent d’un contexte hautement conflictuel. L’érection de frontières massives destinées à la protection de l’identité culturelle de chacun des parents, et à la construction des enfants selon le modèle occidental dominant, a mis en échec le processus de métissage. Ce qui n’a pas empêché contradictions et paradoxes d’émerger, réactivés et amplifiés à la naissance des enfants. La question du métissage s’est donc posée à Claudine en termes de : Comment se construire une identité fonctionnelle, lorsque les appartenances culturelles parentales sont rendues incompatibles ? Autrement dit, comment penser chacune des appartenances qui s’imposent déformées par la haine parentale, et comment passer de l’une à l’autre, puisque leur mélange est impensable ?

18Dans l’histoire de Claudine, on constate qu’elle a su s’aménager des passages artificiels. L’usage de substances psychotropes lui permet de migrer d’un monde à un autre : du monde occidental représenté par son petit ami, à celui de la rue, a-culturel où elle rencontre notamment des Maghrébins. Comme si elle passait d’un édifice à un autre, en franchissant les portes, mais où le seuil de chaque porte donnerait sur le vide, puisque aucun pont n’a pu être construit. Il faut imaginer deux édifices séparés par un vide, représentant l’absence de lien sémantique, c’est-à-dire une élaboration qui, à défaut de construire un espace commun, permettrait de passer de l’un à l’autre. Ce vide conceptuel rend le passage d’autant plus brutal que les cultures sont construites éloignées, antagonistes et incompatibles. Aussi, afin de supporter la brutalité anxiogène du passage, Claudine a recouru à une réponse psychopathologique : l’alcool lui permet de s’organiser une préparation, un aménagement psychique pour traverser le mur séparant ces deux mondes. Il met à distance et évite ainsi l’émergence de conflits entre deux exigences contradictoires.

19À l’image du contournement virtuel du Mur de Berlin, Claudine est parvenue à se libérer de la contradiction culturelle. Elle est passée d’un monde à l’autre, par une réponse psychopathologique. Ici la métaphore architecturale, par la puissance concrète, quasi tactile du mur et de la dureté de ses matériaux, nous permet d’accéder à des représentations sensibles des relations parentales : on pourrait presque toucher et voir le cloisonnement des identités culturelles, leur enfermement dans un repli protectionniste et la construction de l’autre comme un ennemi, abolissant toute possibilité de rencontre. Ce type de représentation nous permet également de mesurer la puissance des moyens utilisés par Claudine pour passer d’un côté de l’autre du mur, tout en s’évitant l’écueil du conflit culturel insoluble. Seul un comportement psychopathologique ici en permet le franchissement et inhibe l’irruption anxiogène de la pensée. Cette forme de défense n’est pas sans danger, et le risque vital encouru par Claudine à chaque voyage éthylique rappelle celui que prenaient les fugitifs pour traverser Berlin.

Vignette n° 2 : Virginie

20Je croise Virginie en CMP (Centre médico-psychologique) en 2007. Agée d’une quarantaine d’années, elle vient consulter pour des difficultés d’orientation professionnelle. Son père vietnamien a épousé sa mère, française de confession juive. Elle est l’aînée d’une fratrie de deux sœurs et un frère. Virginie décrit une enfance heureuse, où ses parents n’ont eu de cesse de valoriser un métissage encensé en ces termes :

« Banane : jaune dehors et blanc dedans …C’est super le métissage, ma mère disait, vous avez le meilleur des deux cultures, c’est encore plus riche ! … A l’école on se faisait traiter de Chin toc. Mon père nous disait, les noirs sont trop cuits, les blancs pas assez, et les asiatiques dorés à point. »

21À l’adolescence, cependant, son père repart pour le Vietnam. Il y rencontre une vietnamienne avec laquelle il se met en couple et passe plusieurs mois de l’année. Suite à l’un de ses retours en France, son épouse tombe enceinte. Malgré cette grossesse tardive, la mère de Virginie décide de conserver l’enfant dans l’espoir de maintenir son mariage. Depuis cette période, Virginie refuse tout contact avec son père :

« Mon père je l’ai évacué ! … Je ne lui parle plus. C’est rayé ! ... Pour moi je n’ai qu’une culture ! La culture de mon père, les Asiatiques sont des obséquieux ! »

22Virginie s’est constituée le dépositaire de la mémoire familiale, se construisant au sein de la famille une place de choix mais générant des tensions avec ses frère et sœurs. Sans enfant, ni petit ami, aujourd’hui, elle s’interroge sur son avenir, et envisage de passer un concours qui réorienterait sa vie professionnelle.

23Dans l’histoire de Virginie, les murs interculturels ont fait l’objet d’une première élaboration sur le modèle des parents : leur valorisation du métissage a induit la dissolution des murs culturels, permettant à la famille de se construire à l’intérieur d’un nouveau territoire mixte. Cependant, l’on constate aussi que Virginie s’est saisie de l’histoire parentale et continue de l’élaborer dans un processus qui la transforme elle-même : elle s’engage dans une réorientation professionnelle. Elle a également décidé de rompre les liens avec un père qui a, en quelque sorte, remis en cause le modèle de fonctionnement familial. C’est en réponse à cette remise en cause, qu’elle décide consciemment de résoudre les contradictions en s’amputant de ses origines paternelles. Aussi, par le rejet de ses appartenances vietnamiennes, elle abolit les contradictions et les dynamiques de confrontation, conduisant à l’inutilité d’un mur interculturel : ce dernier se dissout alors par l’absence de fonction. Virginie réalise ce tour de force avec la pleine conscience de ses choix. Il induit cependant pour elle une grande dépense énergétique, afin de s’assurer la pérennité d’un édifice devant la protéger de toute intrusion culturelle paternelle. Centrée sur le maintien de son appareil défensif, elle se retrouve épuisée et sans force pour la construction de ses projets propres. Ainsi pour résumer, la période de métissage durant l’enfance de Virginie, et ce jusqu’au départ du père, dissout les murs interculturels par la recherche d’un consensus métissant. Ensuite, intervient la rupture des liens avec le père qui induit la réactivation des murs séparateurs, signant la résurgence d’antagonismes culturels. Les murs interculturels deviennent cependant inutiles, dès lors que Virginie décide de rejeter ses appartenances vietnamiennes : elle ne s’identifie plus que par ses seules appartenances françaises, et évacue ainsi, en apparence, tout conflit.

24Avec l’histoire de Virginie nous constatons la flexibilité et la plasticité de ces murs psychiques conscients et inconscients. Ils sont érigés en fonction de l’évolution de l’histoire familiale et des compétences propres au sujet : compétences élaboratives essentiellement afin de repousser l’actualisation du mur dans la réalité.

Conclusions

25Le paradigme du mur constitue une métaphore intéressante, permettant en psychologie la modélisation de mécanismes psychologiques et étiopathogéniques simples. Il contient cependant une certaine complexité issue de la dualité de ses fonctions de contenant et d’obstacle. En effet, le mur non seulement protège mais enferme aussi, ce qui nous permet de nous représenter les fonctions de certains mécanismes psychologiques. Parmi ces derniers :

  • 13 Jean BERGERET, 1996 (1974), La personnalité normale et pathologique, Paris, Dunod : « Il s’agit ici (...)

1. Le mur séparateur : il rend compte du clivage des objets comme par exemple dans le fonctionnement de l’entité psychopathologique « état-limite ». Bergeret13 a décrit ce clivage entre bons et mauvais objets. Ce clivage peut également intervenir au niveau du Moi : le mur rend alors compte de la segmentation opérée par le psychisme sur le Moi. Ce dernier est fragmenté en plusieurs entités indépendantes, comme chez le psychotique, où un fonctionnement en lien avec la réalité côtoie un autre, mais séparé de lui, qui la dénie avec la construction délirante d’une néo-réalité.

2. Le mur « enceinte » : il peut rendre compte du mécanisme d’enkystement d’un délire par exemple, chez un sujet psychotique : ce dernier fonctionne avec un îlot délirant, isolé des autres sphères relationnelles. Plus généralement, il permet de se représenter les fonctions de contenance et d’étayage.

  • 14 Anna FREUD, 1990 (1949), Le moi et les mécanismes de défense, Paris, PUF.

3. Le mur défensif et protecteur : dans le cadre de son fonctionnement psychique, tout sujet est amené dans la relation aux autres ou avec soi-même, à subir des perturbations pouvant constituer un risque pour son propre équilibre. Aussi, afin d’éviter ou de résoudre ces perturbations, il met en place différents mécanismes défensifs, dont certains tels que le déni ou le refoulement, constituent, de façon imagée, de véritables murs défensifs et protecteurs. Ils opèrent en installant une rupture dans le fonctionnement du sujet, qui doit se défendre contre « les représentants de la pulsion et contre les affects » selon Anna Freud14.

26On constate donc que le principal avantage, dans l’utilisation de la métaphore du mur, provient de ce qu’elle permet la construction de représentations « sensibles », étayées sur les sens de la vision et du toucher. Cette représentation en trois dimensions constitue également son point faible quant à la compréhension des phénomènes psychiques. En effet, la réinterprétation des mécanismes par le truchement d’un objet accessible et tactile pourrait induire à tort leur absence de complexité. Les mécanismes psychologiques nécessitent des modèles qui permettent un certain niveau de complexité notamment par la possibilité d’y intégrer des phénomènes contradictoires, rétroactifs, temporellement discontinus. Par ailleurs, le mur, et la représentation symbolique de ses matériaux, tels que la brique ou le ciment, induisent des significations additionnelles avec par exemple les notions de porosité, de solidité, d’hermétisme, de possibilité de franchissement. Le risque majeur est donc de convier des logiques qui peuvent ne pas être pertinentes à l’explication des phénomènes en question alors qu’elles en permettent la visualisation. Or, il n’est pas toujours nécessaire de voir ou de toucher pour comprendre.

Haut de page

Bibliographie

BERGERET Jean, 1996 (1974), La personnalité normale et pathologique, Paris, Dunod.

BONNIOL Jean-Luc, 2001, Paradoxes du Métissage, Paris, Éditions du CTHS.

FREUD Anna, 1990 (1949), Le moi et les mécanismes de défense, Paris, Puf.

GAGNON Denis, 2006, La nation métisse, les autres Métis et le métissage. Les paradoxes de la contingence identitaire, in Anthropologie et sociétés, 30-1.

GRUZINSKI Serge, 1999, La pensée métisse, Paris, Fayard.

JANKELEVITCH Vladimir, 1960, Le pur et l’impur, Flammarion, Paris.

KOSAKAI Toshiaki, 2007 (2000), L’étranger, l’identité. Essai sur l’intégration culturelle, Paris, Petite Bibliothèque Payot.

KROEBER, Alfred L., 1963, Culture Patterns and Processes, New-York et Londres, First Harbinger Books.

LAPLANTINE François, NOUSS Alexis, 1997, Le métissage, Paris, Flammarion.

NATHAN Tobie, 1993, À qui appartiennent les métis ?, in Nouvelle Revue d’Ethnopsychiatrie, Paris, La pensée Sauvage Éditions.

TICO, Marie-Claire., 1998, Les couples mixtes : transgresser et transmettre in Revue Dialogue. Ces couples qu’on appelle « mixtes », Ramonville Saint Agne, Editions Erès.

WALDENBURG Hermann, 1990, Berlin. Art libre sur le mur, Éditions Herscher, Berlin.

Haut de page

Notes

1 Tobie NATHAN, 1993, « À qui appartiennent les métis ? » in Nouvelle Revue d’Ethnopsychiatrie, Paris, La pensée Sauvage Éditions, 21 : « Les métis n’ont que le choix d’être d’un côté ou de l’autre, d’appartenir au groupe du père ou de la mère. » p. 13-21.

2 Alfred L. KROEBER, 1963, Culture Patterns and Processes, New-York et Londres, First Harbinger Books.

3 François LAPLANTINE, Alexis NOUSS, 1997, Le métissage, Paris, Flammarion, « Non pas l’un ou l’autre (l’Arabité ou l’appartenance à la France seulement) mais l’un et l’autre » p. 79.

4 Serge GRUZINSKI, 1999, La pensée métisse, Paris, Fayard.

5 Le bloc occidental était constitué des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France, qui conduisit à la création de la République Fédérale d’Allemagne, alors que le bloc soviétique conduisit à la création de la République Démocratique Allemande.

6 Vladimir JANKELEVITCH, 1960, Le pur et l’impur, Flammarion, Paris, p. 103.

7 Serge GRUZINSKI, 1999, op.cit. : « … il faut commencer par se méfier du terme « culture » (…) il entretient la croyance – avouée, inconsciente ou secrète – qu’il existerait un « ensemble complexe », une totalité cohérente, stable, aux contours tangibles, capables de conditionner les comportements. » p. 45.

8 Jean-Luc BONNIOL, 2001 : « C’est d’abord la découverte du corps de l’Autre qui a donné lieu à deux consciences simultanées, celle de la diversité humaine et celle de l’attraction entre les hommes, quelles que soient les différences. On s’aperçoit en effet que le désir ne connaît pas de limitations liées aux apparences physiques, que des relations sexuelles peuvent s’établir avec ces hommes et ces femmes dont on découvre l’existence, et que de ces rapports peuvent naître des fruits [...] derrière le mot (métissage), c’est toujours l’étreinte des « races », et des corps qui se profile. » p. 8-9.

9 Denis GAGNON, professeur agrégé d’anthropologie au Collège universitaire de Saint-Boniface, est directeur de la Chaire de recherche du Canada sur l’identité métisse. Il a notamment publié en 2006 « La nation métisse, les autres Métis et le métissage. Les paradoxes de la contingence identitaire », in Anthropologie et sociétés, 30-1, p. 180-186.

10 Toshiaki KOSAKAI, 2007 (2000), L’étranger, l’identité. Essai sur l’intégration culturelle, Paris, Petite Bibliothèque Payot. « L’objet nouveau et étrange est incorporé après une métamorphose eu égard à la vision dominante de la culture d’accueil. Cette transformation de l’objet exogène en une représentation familière se produit fort différemment, même à l’intérieur d’une société, en fonction de la place que chaque groupe social occupe dans l’univers réel ou imaginaire. » p. 130.

11 Marie-Claire TICO évoque ces nouveaux questionnements qui émergent avec la naissance des enfants : « Si l’enfant assure la transmission d’un idéal parental, l’enfant du couple mixte ne risque-t-il pas de mettre en danger l’appartenance de chacun de ses parents à sa communauté ? ». TICO, M-C., 1998, « Les couples mixtes : transgresser et transmettre » in Revue Dialogue. Ces couples qu’on appelle « mixtes », Ramonville Saint Agne, Éditions Erès, p. 82.

12 Hermann WALDENBURG, 1990, Berlin. Art libre sur le mur, Éditions Herscher, Berlin : « La surface de béton était badigeonnée et attaquée par les pinceaux et les brosses ; à main levée ou à l’aide de bandes adhésives qui permettent de tracer des contours très précis (…)… Des pochoirs préfabriqués en papier, en carton ou en toile, servaient à reproduire à de multiples exemplaires des inscriptions ou des dessins. L’art du pochoir, déjà ancien, parvenait ici à une nouvelle éclosion, par le bombage, le pinceau ou le rouleau. Marqueurs, craies, crayons, bâtons de rouge à lèvres, tout était possible, mais il était difficile de gratter ou d’égratigner à cause de la résistance du matériau. On trouvait des formes de peinture illusionniste, des papiers collés, des papiers peints, des affiches et du copy-art ; par endroits des mosaïques, des installations d’objets et de matériaux. Le mur était un musée temporaire. » p. 14.

13 Jean BERGERET, 1996 (1974), La personnalité normale et pathologique, Paris, Dunod : « Il s’agit ici d’un clivage des représentations objectales, d’un simple dédoublement des imagos, destinés à lutter contre l’angoisse de perte d’objet (…) Le Moi « se déforme ». Il va fonctionner en distinguant deux secteurs dans le monde extérieur : un secteur adaptatif où le Moi joue librement sur le plan relationnel et un secteur anaclitique où le Moi se limite à des relations organisées selon la dialectique dépendance-maîtrise. Sans avoir à opérer de déni de la réalité, dans ce dernier secteur, le Moi va cependant distinguer, à propos du même objet, tantôt une imago positive et rassurante, tantôt une imago négative et terrifiante sans possibilité de concilier à la fois les deux imagos contradictoires. Nous nous trouvons donc placés très près de la conception kleinienne du « bon » et du « mauvais » objet… » p. 151-152.

14 Anna FREUD, 1990 (1949), Le moi et les mécanismes de défense, Paris, PUF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sonia Gérard, « Le mur intrapsychique chez le sujet métissé », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 20 juin 2010, consulté le 30 avril 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/399 ; DOI : 10.4000/mimmoc.399

Haut de page

Auteur

Sonia Gérard

Psychologue clinicienne à l’hôpital de Cannes, en Département de psychiatrie. Doctorante en psychologie sociale à Lyon. Thèmes de recherche : la construction psychique du sujet métis, altérité, mixité, conflictualisation.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page