Navigation – Plan du site
Articles

Murs de sécurité et politique de maintien de l'ordre à Belfast

Florine Ballif

Résumés

Cet article retrace l'évolution de la construction des murs de sécurité (peacelines) à Belfast. Il vise à comprendre cette évolution en parallèle aux changements des politiques de maintien de l'ordre et de la situation de sécurité. A une gestion militaire et policière du conflit succède une politisation de la question et l'implication de la société civile à partir des années 1990.

Haut de page

Entrées d’index

Aires géographiques :

Irlande du Nord

Périodes :

1969 à 2009
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Michel Foucher, L'obsession des frontières, Paris; Perrin, 2007, Wendy Brown, Murs. Les murs de sép (...)
  • 2 Evelyne Ritaine, « La barrière et le checkpoint : mise en politique de l’asymétrie », Cultures et C (...)
  • 3 Ayse Ceyhan, « Technologie et sécurité : une gouvernance libérale dans un contexte d’incertitude», (...)

1Depuis la chute du mur de Berlin en 1989, on assiste à une multiplication des murs entre les États et dans les villes, parallèlement à des processus d’ouverture des frontières et des espaces1. Cette similitude apparente qu’on désigne par le paradigme de « Mur », recouvre des réalités différentes et des artefacts multiples de fermeture des frontières internationales et des espaces urbains. Les intentions et les discours sont protéiformes, les enjeux économiques, sociaux et politiques fonction des contextes locaux. Au-delà des différences, un point commun : même dans les cas de recours à des technologies avancées, par exemple en Israël, le mur apparaît comme un artefact archaïque pour le contrôle de l’espace2. En regard, les technologies de contrôle des flux (biométrie, etc.) sont de plus en plus sophistiquées3. Il semble alors que le paradigme de la sécurité s’érige en réponse face aux incertitudes contemporaines et le mur en instrument de gestion des risques migratoires ou terroristes, construits comme tels. Le mur, par les représentations qu’il engendre, permet une lecture du monde simplifiée, avec un dedans/dehors, sûr/dangereux, eux/nous. La construction de murs apparaît comme un phénomène globalisé et semble une réponse identique dans des contextes radicalement opposés. Il s’agit alors de s’interroger sur les différents acteurs et leurs représentations, les raisons et les intentions qui aboutissent à la construction de murs.

  • 4 C'est la désignation la plus courante des deux communautés, mais le conflit est d'abord politique e (...)
  • 5 Sur ce thème, voir l'article de Pascal Pragnère dans ce même numéro.
  • 6 J'ai discuté ailleurs la pérennisation des structures lors de leur intégration dans des opérations (...)

2Belfast est un cas de figure très spécifique mais qui soulève des questions d’ordre général. De plus, la construction de murs de sécurité se déroulant de 1969 à aujourd'hui, il est possible de saisir les changements de signification alors que les murs restent. Les murs sont construits entre les quartiers catholiques et protestants4, le plus souvent dans ceux abritant la classe ouvrière, qui ont connu des affrontements intercommunautaires. Ils ne matérialisent pas une frontière internationale, même si des revendications concurrentes de souveraineté nationale (Royaume-Uni/ Irlande) forment l'horizon des représentations politiques des populations concernées5. Ils ne divisent pas la ville en entités hermétiquement séparées, mais constituent des franchissements plus ou moins imperméables, ce qui interroge sur leurs raisons d'être et leurs finalités. Un ensemble discontinu de murs et de portails, fermés en fonction des tensions et nécessités du maintien de l'ordre, cloisonne partiellement des secteurs de la ville. Leur forme a évolué au fil du temps pour prendre un aspect plus amène, mais de manière disparate6.

  • 7 Pour une analyse du contexte, voir Peter Shirlow, Brendan Murtagh, Belfast, Segregation, Violence a (...)

3La situation d'ordre public et de maintien de l'ordre a changé durant les quarante dernières années, mais les autorités ont apparemment donné une réponse identique, la construction de murs, aux diverses manifestations violentes du conflit. Et les murs ne sont pas démolis. Comment ce même artefact peut-être construit (dans tous les sens du terme) comme réponse unifiée et qui se pose comme univoque ? Cet article vise à montrer les logiques d’acteurs qui ont présidé à la construction et la pérennisation des murs de sécurité à Belfast7. L'hypothèse principale est que la construction de murs accompagne les transformations de l’État dans la définition du monopole de la violence légitime et les évolutions de sa relation aux citoyens.

4On peut identifier trois périodes de construction des murs. La période des débuts, où l’édification de murs apparaît comme une garantie de protection en substitution aux barricades érigées par les civils et s’insère dans le quadrillage militaire de la ville, puis dans les années 1970 et 1980 comme dispositif de police ordinaire dans un contexte de violence et d'attentats; la seconde période, les années 1990, où le mur devient un instrument de gestion des tensions, mis en place par la police en concertation avec les riverains, dans un contexte de transformation du conflit vers des émeutes et assassinats localisés et de moins forte ampleur; la troisième période, après 1998, dans laquelle la politisation de telles mesures de sécurité renvoie à la normalisation et à la réforme des institutions et la constitution d'arènes politiques locales, qui renvoient à une dimension plus vaste dans un contexte de règlement du conflit.

Les premières peacelines, réponse d'urgence aux désordres civils

  • 8 Terme désignant la quasi-guerre civile en Irlande du Nord entre 1969 et 1998, date de la signature (...)
  • 9 Des peacelines ont été construites dans d'autres villes d'Irlande du Nord, d'abord à Derry(Londonde (...)

5Belfast connaît des émeutes interconfessionnelles récurrentes au 19e siècle et au début du 20e siècle. La constitution de l'État d'Irlande du Nord en 1921 circonscrit le problème irlandais au Nord mais ne le résout pas, en raison de la domination de la majorité protestante sur les institutions et la vie économique, qui entretient le ressentiment de la communauté catholique. Au mois d’août 1969, les émeutes sont d’une intensité extrême dans tout le pays, mais surtout à Belfast, et marquent le début de la période des Troubles8. La première peaceline est construite à Belfast sur le modèle militaire, dans un contexte de déploiement d'urgence des forces armées pour s'interposer entre les belligérants. Mais ce qui devait être une mesure temporaire se pérennise, et la construction de peacelines devient une procédure ordinaire appliquée par la police, pour constituer une politique implicite de maintien de l’ordre9.

De l'interposition au quadrillage militaire

  • 10 Pour une description détaillée des émeutes, voir le rapport Cameron, 1969 et le rapport Scarman, 19 (...)
  • 11 Barriers to come down tomorrow, Belfast Telegraph, 10 septembre 1969.

6En août 196910, la police est impuissante à empêcher les batailles rangées impliquant des centaines d’émeutiers, entraînant le pillage et l’incendie des habitations et la destruction des commerces, surtout aux abords des limites des quartiers confessionnels. L'intervention de l'armée à Belfast rétablit le calme. Des soldats sont postés le long d’une ligne de démarcation intermittente faite de chevaux de frise et de barbelés, correspondant aux zones d’affrontement situées à l’ouest de la ville. Malgré cela, les barricades érigées par les civils entre quartiers catholiques et protestants ne sont pas démantelées. Elles ont une signification dissemblable pour les deux communautés : pour les protestants, elles ont une fonction défensive, et ils ne s'opposent pas à leur démantèlement, mais pour les catholiques elles symbolisent aussi la résistance à un ordre socio-politique injuste. Le démantèlement des barricades est négocié entre les autorités et le Comité Central de Défense Citoyenne (représentant les comités de défense créés dans les quartiers catholiques), en échange d’une barrière de sécurité. Son tracé est déterminé par le conseil municipal et correspond à la ligne des affrontements les plus violents. Le 9 septembre 1969, le Premier ministre d’Irlande du Nord annonce à la télévision qu’une peaceline sera érigée et les barricades démantelées. Le 10 septembre, elle est mise en place par l’armée et le 14 septembre, un mur en béton est achevé, s’ajoutant aux les installations de tôles en acier et de barbelés. Des patrouilles et des contrôles aux checkpoints complètent ce dispositif. Des tractations avec les habitants rue par rue aboutissent au démantèlement des barricades. D'après le Commandant des Forces armées (General Commanding Officer) la peaceline est une mesure « très temporaire » dont la durée ne sera pas supérieure à 6 mois11.

  • 12 Entre 1969 et 1973, entre 30 et 60 000 personnes ont fui leur quartier, poussées par la peur ou l’i (...)

7Mais les mouvements de population de grande ampleur et le retranchement territorial des communautés catholiques et protestantes au sein de l’espace urbain provoquent la multiplication des zones de conflits12. Une guérilla urbaine, plus dispersée, s’initie alors que la tension nait dès la fin de l’année 1969 entre la population catholique et l’armée, accueillie au départ en libérateur face aux protestants. Il ne s’agit plus de négocier avec les habitants pour le démantèlement des barricades: les peacelines entrent dans un dispositif de lutte anti-insurrection, destiné à maintenir les populations à distance et à éviter les affrontements avec les forces de l’ordre, en bouclant les quartiers. En juin 1970, de nouveaux désordres, provoquant des décès par balles, suscitent la création de peacelines dans deux autres quartiers de Belfast, Ardoyne et Short Strand. Accompagnant ces mesures, un couvre-feu de trois jours est décrété sur le principal quartier catholique de Belfast-Ouest, les Falls, et des fouilles systématiques sont menées. La détention sans procès (internment), disposition contenue dans la loi (Special Power Act) de 1922 toujours en vigueur alors, est appliquée pour conduire une opération d’arrestations massives en août 1971. En conséquence, les quartiers catholiques s’organisent hors du cadre légal, mènent une campagne de désobéissance civile (grève des loyers sociaux, grève des impôts) instituent un système de transports collectif parallèle (black taxis) et de clubs fermés qui remplacent les débits de boisson. L’IRA (Armée Républicaine Irlandaise) se constitue comme armée secrète qui administre une police des quartiers et une justice expéditive.

  • 13 Tirs de l’armée sur des manifestants lors du Bloody Sunday, le 31 janvier 1972, et début de la camp (...)

8Pour les autorités, l’enjeu est alors de regagner le contrôle du territoire. D’autant que le 31 mars 1972, l’exécutif local (Stormont) a été suspendu puis aboli au profit d’une administration directe par le gouvernement de Londres et que l’opposition entre le pouvoir et une partie de la population se durcit13. Une opération militaire de grande ampleur, l'opération Motorman, met fin aux barricades le 31 juillet 1972. Afin de rétablir son autorité sur le territoire l’armée utilise ses capacités à délimiter les frontières. Les peacelines font partie d’un ensemble plus vaste de quadrillage de l’espace, comprenant les infrastructures policières et militaires et les barrières du centre-ville, qui s’inscrivent durablement dans le paysage urbain. En effet, les postes de police et les bases militaires dans la ville prennent des allures de forteresse. Un « ring of steel » enserre le centre ville où se situent commerces et bureaux, interdisant l’accès aux véhicules, filtrant les piétons, renforcé par un couvre-feu à partir de 18 heures.

9Ainsi les peacelines sont conçues en 1969 comme une mesure d’urgence après les insurrections, mais leur multiplication dans les quelques années qui suivent est le signe qu’elles deviennent un instrument de contrôle spatial durable. Elles font désormais partie d’un ensemble de moyens de contrôle territorial de l’armée et la police, qui tentent de regagner ou du moins de contenir les quartiers qui échappent à leur autorité. Cette tentative de contrôle spatial des déplacements s'accompagne de procédures dérogatoires au droit commun.

La pérennisation du dispositif par la police

  • 14 Le Special Power Act est abrogé en 1972, mais remplacé par la Northern Ireland Emergency Provision (...)

10Bien que pensées comme provisoires, les premières peacelines ont été consolidées et étendues à maintes reprises. C'est un reflet de la situation en Irlande du Nord, où les lois d’exception perdurent14 accordant des pouvoirs discrétionnaires à l’armée et la police en matière de fouilles et d’arrestation notamment. La prééminence de l’armée dans les faits malgré un équilibre institutionnel apparent dure jusqu’en 1976, moment du rétablissement de la primauté de la police dans les opérations de maintien de l’ordre. La normalisation signifie également un statu quo pour les peacelines qui passent aux mains des autorités civiles.

11La violence intercommunautaire change de forme dans les années 1980. Les émeutes sont moins violentes et plus sporadiques, liées à des événements politiques: grève la faim des militants de l’IRA en 1982-83, opposition des protestants au traité anglo-irlandais signé en novembre 1985. Dans ce contexte, les assassinats confessionnels sont plus nombreux. Les émeutes intègrent une dimension nouvelle, celle de la délinquance juvénile. Les barricades restent une composante de l’opposition populaire lors d’émeutes ou en réaction à des assassinats. La police, tout en dégageant les barricades pour maintenir le monopole du contrôle de l’espace urbain et l’accessibilité des routes, construit de nouveaux murs pour préserver l’ordre public. Ceux-ci s’ajoutent aux peacelines existantes qui sont maintenues. Le cloisonnement de l’espace se renforce. En 1991, il y a 15 peacelines. Les murs sont érigés suite à des violences localisées. Si la plupart d’entre eux consolident des structures provisoires antérieures, il existe aussi de nouveaux murs. Les peacelines ne représentent plus, comme à l’origine, une garantie de protection pour inciter la population au démantèlement des barricades, mais une mesure d’ordre public face à une situation incontrôlable. Elles deviennent un instrument ordinaire dans la gestion policière, une réponse plus ou moins systématique aux émeutes violentes, même s’il n’y a pas de mur sur chaque lieu de désordre.

Un dispositif résultant de l’arbitrage de la police

12Dans les années 1990, la violence intercommunautaire persiste, malgré le cessez-le-feu des milices paramilitaires déclaré en 1994. Dans une ville où les espaces sont cloisonnés par les peacelines, les barricades deviennent de moins en moins fréquentes. Les jets de pierres et de cocktails Molotov deviennent, à leur place, le symbole de la contestation envers les forces de l’ordre et de la confrontation entre les communautés. La police considère toujours que construire des peacelines est une réponse appropriée, à l’aune de considérations de sécurité qui priment dans l’analyse. Mais son attitude change. Sans obligation formelle de consultation, la police est plus attentive aux préoccupations de la population. La « demande de sécurité » des communautés locales est croissante, exprimée par les élus et les associations.

13On peut identifier deux phases de construction de murs dans cette période, en réponse aux désordres. Au début des années 1990, des habitants se mobilisent pour des murs, qu’ils considèrent comme une protection contre les meurtres confessionnels. Les peacelines sont décidées par la police si l’insécurité des personnes est maximale, qualifiée comme telle en cas d’assassinat. Après la trêve des milices de 1994, le conflit diminue en intensité mais ne cesse pas. La violence paramilitaire se transforme ; les attaques envers l’autre communauté sont moins fréquentes, alors que les représailles internes et les luttes entre milices pour le contrôle des quartiers s’intensifient. La violence intercommunautaire change également, prenant le plus souvent la forme d’émeutes sporadiques sur les limites des quartiers. Elles sont de deux types : « émeutes récréatives » impliquant les jeunes ou émeutes déclenchées par les défilés, souvent attisées par les paramilitaires. Au cours de cette période, la police décide la construction de murs pour protéger les habitants contre le déchaînement des violences quand celles-ci sont jugées trop intenses.

Le pouvoir prépondérant de la police

  • 15 Entretien avec le responsable de la Security policy and operation division, NIO, 28 avril 1999.

14Les responsabilités opérationnelles pour la construction des peacelines sont partagées entre la police, la Royal Ulster Constabulary (RUC) et le Ministère de l'Intérieur nord-irlandais, le Northern Ireland Office (NIO). La police émet des recommandations pour la construction des peacelines, tandis que le NIO est responsable du financement, de l’installation et de la maintenance. Au sein du NIO, le processus relève de la Division des politiques et des opérations de sécurité (Security policy and operation division), petite équipe proche du Secrétaire d’État à l'Irlande du Nord puisque son responsable n’a qu’un supérieur hiérarchique direct avant le Secrétaire d’État. Il doit référer directement au Secrétaire d’État pour la construction des peacelines. Son rôle principal concerne les questions de « sécurité matérielle » (physical security) : « Je suis responsable des peacelines et aussi des barrières de sécurité du centre ville. Je dois m’assurer qu’elles sont sûres et efficaces. Des experts techniques conseillent le type de structure en fonction de la nature du terrain. Je dois organiser leur construction, leur maintenance et leur enlèvement si c’est approprié »15. Toutefois, il n’est pas question de supprimer les barrières.

  • 16 Entretien avec le Civil Representative de Belfast-Ouest, 25 juin 1999.
  • 17 Idem.

15La Security policy and operation division est assistée par des « hommes de terrain » ; les civil representative officers, officiers de liaison du NIO chargés du renseignement général, au nombre de trois pour Belfast. Ils font le lien entre le NIO, les communautés locales et les forces de l’ordre. Ils ont des contacts « avec toutes les parties, c’est-à-dire avec les responsables des associations de quartier, les travailleurs sociaux, les représentants locaux des partis politiques, les conseillers municipaux et aussi les paramilitaires »16. Ils ont essentiellement une activité de relations publiques et d’information, axée principalement sur la construction et la maintenance des peacelines. « Les peacelines représentent 50 % du travail durant la période tendue de l’année, et 20 % le reste du temps »17.

  • 18 Le Chief Constable est le chef de la police d’Irlande du Nord.

16Cependant, le pouvoir décisionnel du NIO dépend au final de l’expertise de la police, qui fonde ses évaluations sur des statistiques. Le nombre de plaintes n’est pas toujours un indicateur pertinent, en raison du faible taux de report des catholiques, méfiants envers la police. Les chiffres des interventions policières sont aussi pris en compte. Ainsi, la police a tendance à évaluer la nécessité d’un mur en fonction du nombre d’hommes mobilisés pour le maintien de l’ordre. Le dispositif matériel est ainsi considéré comme un substitut à la présence policière. Si une peaceline est jugée nécessaire, l’inspecteur de police du commissariat de quartier fait parvenir une recommandation au commissaire divisionnaire (Divisional Commander), puis aux autorités hiérarchiques de la police jusqu’au Chief Constable18 et enfin au NIO. En général, le NIO suit ces recommandations, même s’il est juridiquement possible de les ignorer. D'après le chef de la Security policy and operation division, « si la police recommande un dispositif matériel, elle nous écrit. Nous examinons le cas, et si nous estimons que c’est approprié, nous ne sommes pas enclins à refuser. Puis nous organisons la mise en place et le financement ».

  • 19 Entretien avec le Civil Representative de Belfast-Nord, 17 février 2000.

17La Security policy and operation division semble accorder plus de poids aux recommandations de la police qu’à l’avis de ses agents de liaison. « La police a le dernier mot. Si elle le recommande, la police obtient la construction du mur. Si les agents de liaison disent non, et la police dit oui, le NIO demande plus d’arguments à la police, mais accepte »19. Les agents de liaison ne sont pas satisfaits de cette option sécuritaire et sont moins favorables aux murs que la RUC. Ils doutent de l’efficacité de la logique policière de réduire les patrouilles et d’économiser des effectifs, car ils constatent que la violence se déplace.

Le rôle émergent de la société civile

  • 20 Entretien avec un Inspecteur en chef, Commissaire divisionnaire adjoint pour Belfast-Nord, RUC Tenn (...)

18Dans le contexte de conflits latents des années 1990, les peacelines sont moins des mesures réactives de la police que des instruments destinés à maintenir un niveau acceptable de violence et à assurer que les opérations de maintien de l’ordre ne pèsent pas outre mesure sur l’activité policière. Les critères objectifs appliqués, la gravité des incidents et leur fréquence, ont tendance à façonner une réponse sécuritaire et une issue a priori favorable à la construction de murs de sécurité supplémentaires. Des murs sont construits quand la police estime la violence incontrôlable et déborde les limites du cadre temporel acceptable. Les riverains sont associés aux décisions, notamment sur le tracé, pour minimiser les contestations et faciliter la mise en place des structures. La police peut renoncer à construire un mur si les leaders locaux parviennent à réduire les tensions. Selon un inspecteur de la RUC : « Il y a quelques années, la police s’interposait entre les communautés. Maintenant, nous sommes plus sophistiqués. Nous nous tournons vers les leaders communautaires pour arrêter les affrontements. Nous espérons qu’ils ont suffisamment de contacts entre eux pour mettre un terme aux combats »20. Ainsi l’action unilatérale de la police dans le maintien de l’ordre se transforme pour inclure une médiation entre les protagonistes du conflit.

19Son objectif est de prévenir les oppositions locales. Pourtant, si les souhaits de la population justifient les décisions des autorités, ils sont souvent contradictoires. La peaceline est rarement l’objet de consensus, elle est sujette à polémique et conflit. Les deux communautés sont souvent en désaccord pour la construction d’un mur ; si l’une d’elle le souhaite, l’autre s’y oppose. La sécurité se construit comme un enjeu politique micro-local, au sein duquel la mobilisation des habitants est institutionnalisée par des associations de riverains (residents associations) et soutenue par les élus. Cette nouvelle forme de mobilisation associative basée sur le voisinage se développe après le milieu des années 1990. La police arbitre entre les diverses pressions exprimées par la population, relayées par les associations ou les élus, et les pressions exercées indirectement par les milices paramilitaires.

La politisation du processus après 1998

20Le processus de paix et les transformations de la violence modifient la perception du « problème de sécurité ». L'état d’exception accordait des prérogatives étendues aux forces de l'ordre. Dans le contexte de normalisation et de formation d’un gouvernement local à partir de 1999, les mesures d’urgence sont assouplies et les compétences restituées à la sphère politique. Les pouvoirs exceptionnels de la police sont limités au profit de procédures relevant de l’administration générale. Les opérations de maintien de l’ordre, et en particulier la construction des peacelines, s’inscrivent de manière accentuée dans la politique de sécurité, relevant de la responsabilité du Secrétaire d’État à l’Irlande du Nord et de son Ministre de la Sécurité. La population civile manifeste également une volonté de contrôle accrue. Ainsi, le processus de politisation de la décision de construire des peacelines est double. Non seulement le pouvoir discrétionnaire de la police est soumis de manière renforcée au contrôle politique, mais il devient aussi l’objet de débat public qui s’inscrit dans des arènes plus vastes que l'échelle du quartier.

Le renforcement des prérogatives de l’exécutif

  • 21 La loi ne mentionne pas les peacelines mais parle de « structures défensives » (structures in a sta (...)
  • 22 Entretien avec le responsable de la Security policy and operation division, NIO, 28 avril 1999.

21Le renforcement du contrôle politique est entériné par l’évolution législative qui soumet, à partir de 2000 (Terrorism Act), la construction de « structures défensives »21 à une autorisation expresse du Secrétaire d’État, alors qu’auparavant les textes donnaient à la police et à l’armée une habilitation générale. Toutefois, si les textes législatifs renforcent les prérogatives du Secrétaire d’État, en raison du partage des dispositions opérationnelles la police conserve l’essentiel du pouvoir d’initiative et un rôle prépondérant sur le terrain. Elle évalue la gravité des atteintes à l’ordre public, aux personnes et aux biens et émet des recommandations pour la construction des peacelines. Mais ce qui change, c’est qu’auparavant, son avis, pourtant non contraignant juridiquement, était généralement suivi par le NIO. Les décisions du NIO en la matière étaient un « enregistrement » des stratégies policières, même si l’évolution se faisait déjà dans le sens d’une plus grande autonomie du NIO. Après 1998, le NIO exerce véritablement son pouvoir de décision politique, même si l’avis de la police reste un élément essentiel. Il se montre de plus en plus exigeant envers les motivations de la police. Pour le responsable de la Security policy and operation division, après 1998 les murs « ne correspondent pas à la politique du gouvernement. Il faut des arguments solides pour qu’un mur soit construit »22. Cela s’inscrit dans le contexte de réduction générale des mesures de sécurité, qui comprend le démantèlement des installations militaires, le retrait progressif de l’armée et la réforme de la police.

  • 23 NIO, Security policy and operation division, note interne, 1998.

22Depuis le milieu des années 1990, le Northern Ireland Office (NIO) est engagé dans le processus de paix. Il justifie les peacelines par des impératifs de sécurité, mais par la demande de la population. Le responsable de la Security policy and operation division souligne que toutes les peacelines récentes ont été construites à la demande des communautés. « Celles-ci réclament protection », affirme-t-il. Il s’agit de légitimer son action et de ne pas apparaître comme forçant la séparation. L’aide-mémoire élaboré pour répondre aux questions de la presse ou aux chercheurs résume la position officielle du NIO envers les peacelines en 1998 : « Une peaceline est un élément de sécurité qui existe comme une aide au maintien de l’ordre et pour prévenir les attaques terroristes. Une peaceline est construite comme réponse et comme moyen de minimiser le conflit interconfessionnel entre les communautés contiguës. Une peaceline n’est pas imposée par le gouvernement ou les forces de l’ordre pour renforcer les divisions confessionnelles ou pour maintenir une séparation tribale. Mais elle est construite en raison de pressions exercées sur la RUC, par des sections d’une communauté locale qui demandent protection contre les menaces d’attaques de l’autre communauté »23.

La constitution d’arènes politiques locales

23Le processus se politise également dans la mesure où la société civile intervient par le biais de la mobilisation des associations locales et des élus municipaux, pour constituer la construction de murs en objet de débat public. La décision relève d’une prérogative des autorités dans la politique de maintien de l’ordre, mais se publicise en raison de la constitution d'une arène locale incluant les acteurs porteur d'un intérêt dans le conflit circonstancié: associations de résidents, de parents d'élèves, élus, paramilitaires. Ainsi, les décisions de construire des peacelines prises par les autorités tentent d'apaiser des tensions complexes qui impliquent des enjeux micro-locaux mais aussi des enjeux d’équilibre de pouvoir entre les deux communautés. La construction de peacelines est le symptôme d’un processus politique encore incapable de prendre en charge toutes les revendications au niveau institutionnel général et de garantir la paix civile.

  • 24 Il s'agit principalement des défilés de l'Ordre d'Orange (protestant) qui exaspèrent les catholique (...)

24Après 1998, les conflits micro-territoriaux se durcissent. Ils sont focalisés sur de multiples enjeux micro-locaux dépendant de la question plus large de l’accessibilité et du contrôle des quartiers. Les usages quotidiens, comme l’accès aux commerces de proximité et aux équipements scolaires, ou des signes d'appropriation symbolique tels que l’implantation de drapeaux britanniques ou irlandais et les défilés24 cristallisent les oppositions et peuvent déclencher de violentes émeutes. Le changement de stratégie des milices joue un rôle considérable dans cette nouvelle situation. Le contrôle des milices sur les quartiers devient un enjeu crucial alors que leur influence diminue globalement et que le soutien de la population s’amenuise. Les luttes internes entre les milices s’intensifient. De plus, une partie importante du combat entre les milices ne respectant pas les cessez-le-feu de 1994 alimente la lutte intercommunautaire qui se déroule sur les espaces contestés.

  • 25 D'après le site internet de Belfast Interface Project, une association qui met à disposition du pub (...)

25Deux conflits majeurs, à Ardoyne autour de l’école d’Holy Cross et dans le quartier du Short Strand en 2001-2002 aboutissent à la construction de murs. L’élément essentiel est la configuration du conflit, qui prend appui sur le territoire local et des questions d’accessibilité du quartier mais qui construit le débat dans la problématique plus large du contrôle des ressources et du pouvoir respectif des deux communautés, sous-tendue par les changements démographiques. La médiation politique dans les conflits est intense et le rôle de l’exécutif primordial, par l’intervention du Ministre de la sécurité puis du tandem Premier ministre et Vice Premier ministre lors de leur réinstallation après la crise politique de 2001. Les associations de riverains, créées pour l’occasion dans chacun des cas, construisent des arènes publiques dans lesquelles s’insèrent les protestations, qui dépassent le cadre micro-local, de par l’intensité de la violence mais également par les arguments avancés. La question territoriale et du droit à se maintenir dans le quartier recoupe la question de l’équilibre des pouvoirs dans les nouvelles institutions exécutives et législative et des frustrations socioéconomiques des communautés ouvrières se sentant écartées des bénéfices de la croissance liées au processus de paix. Les crispations se fondent sur les réajustements démographiques et du relatif déclin des protestants dans les quartiers de la ville centre; en regard du relatif rattrapage socio-économique des catholiques. Ces conflits territoriaux deviennent des lignes de front instrumentalisées par les milices paramilitaires. Dans les deux cas, au bout de plusieurs mois de conflit violent en parallèle à des négociations avec les riverains et les paramilitaires, le Ministre de la sécurité accorde la construction de murs de sécurité supplémentaires. En 2008, il y aurait 41 peacelines à Belfast25.

  • 26 Entretien avec le chargé de mission, Intercomm, 24 février 2000.
  • 27 Entretien avec un travailleur social, North Belfast Community Development Centre, 8 mars 2000.
  • 28 « Residents back sad symbols of division », Belfast Telegraph, 6 janvier 1995 ; « A cruel fact of l (...)
  • 29 Entretien avec un travailleur social, North Belfast Community Development Centre, 8 mars 2000.
  • 30 Commanditée par US-Ireland Alliance, disponible sur leur site: http://www.us-irelandalliance.org/wm (...)
  • 31 Sur un échantillon de 1037 personnes.

26Les peacelines sont pour la population autant un moyen de diminuer le potentiel de violence qu’une manière de stabiliser les enjeux territoriaux. Selon un chargé de mission dans une association de développement local de Belfast-Nord, les peacelines sont érigées pour prévenir les mouvements de population, et plus précisément le transfert des catholiques vers les zones protestantes qui se vident26. Pour un travailleur social de Belfast-Nord, les murs sont construits pour rassurer les protestants devant le déclin de leurs quartiers. D’après lui, il y a une croyance commune forte que le mur sécurise le quartier et garantit l’existence de la communauté27. Les peacelines figent en effet les frontières territoriales, empêchant ou du moins retardant les effets des pressions démographiques. Mais cela entraîne aussi une radicalisation des conflits. Et les habitants ne souhaitent pas la démolition des murs28. Ils y voient la protection nécessaire et pensent qu’ils ont sauvé des vies. « Les murs ne procurent pas une forte protection, mais ils resteront»29. Une enquête de janvier 200830 montre que si au total 81% des personnes interrogées31 (vivant à proximité d'une peaceline) souhaitent leur démolition, 60% ne le veulent pas immédiatement, mais quand la situation sera « sûre ». La majorité des enquêtés ne fait pas confiance à la police pour assurer leur sécurité en l'absence de mur.

Conclusion

27Les murs de sécurité sont toujours d'actualité même si le contexte socio-politique et les formes de la violence ont changé. La construction de murs reste un instrument de maintien de l’ordre privilégié par la police lorsque les troubles à l’ordre public sont au-delà de sa capacité de contrôle. Une peaceline est réalisée si la pression exercée sur les forces de police est trop importante. La police arbitre pour ou contre la construction des murs en fonction des deux impératifs principaux de sa mission, pourtant contradictoires, la sécurité et l’accessibilité de l’espace. Les murs se présentent comme une solution routinière, destiné à séparer des belligérants, à garantir la sécurité des personnes et des biens immobiliers. Cependant cet instrument de gestion de la violence entérine une vision territoriale de l’ordre public, et renforce une lecture spatialisée d’un conflit social et politique.

28Le processus s'est politisé, car les textes législatifs et les pratiques administratives accordent un plus grand contrôle au pouvoir politique. La question des peacelines s’inscrit dans un débat qui mobilise la société civile au sein de l’espace politique et social local. La construction de murs devient l’enjeu d’un conflit, mobilisant les associations de riverains et les élus locaux, médiatisé par la presse et arbitré par la police et les pouvoirs politiques. Le mur apparait comme le résultat de la recherche d’équilibre entre des tensions sociales qui s’expriment dans la violence, à partir d'une configuration spécifique de médiation entre les civils, la police et l’autorité publique. D'une structure imposée au départ par les militaires, visant à un contrôle territorial, on arrive pour les dernières structures mises en place, à un processus négocié entre les autorités et les habitants, plus ou moins organisés, et marqué par les transformations des modes de contrôle politique et social.

Haut de page

Bibliographie

Brown, Wendy, Murs. Les murs de séparation et le déclin de la souveraineté étatique. Paris, Les Prairies ordinaires, 2009.

Ceyhan, Ayse, « Technologie et sécurité : une gouvernance libérale dans un contexte d’incertitude», Cultures & Conflits, n° 64, 2006, p. 11-32.

Darby, John, Morris, Geoffrey, “Intimidation in housing”, Community Forum (Northern Ireland Community Relations Commission, Belfast), n° 2, 1973.

Foucher, Michel, L'obsession des frontières, Paris; Perrin, 2007.

Government of Northern Ireland, Disturbances in Northern Ireland. Report of the commission appointed by the governor of Northern Ireland. (Cmd. 532). Belfast : Her Majesty Stationery Office, Sept. 1969 [Rapport Cameron].

Government of Northern Ireland, Violence and civil disturbances in Northern Ireland in 1969. Report of Tribunal of Inquiry. (Cmd. 566). Belfast : HMSO, avr. 1972, 2 vol. [Rapport Scarman].

Razac, Olivier, Histoire politique du barbelé, Paris, Flammarion, 2009.

Ritaine, Evelyne, « La barrière et le checkpoint : mise en politique de l’asymétrie », Cultures et Conflits, « Frontières, marquages et disputes », 73, 2009, p. 15-34.

Shirlow, Peter, Murtagh, Brendan, Belfast, Segregation, Violence and the City, Londres, Pluto Press, 2006.

Haut de page

Notes

1 Michel Foucher, L'obsession des frontières, Paris; Perrin, 2007, Wendy Brown, Murs. Les murs de séparation et le déclin de la souveraineté étatique, Paris, Les Prairies ordinaires, 2009.

2 Evelyne Ritaine, « La barrière et le checkpoint : mise en politique de l’asymétrie », Cultures et Conflits, « Frontières, marquages et disputes », 73, 2009, p. 15-34.

3 Ayse Ceyhan, « Technologie et sécurité : une gouvernance libérale dans un contexte d’incertitude», Cultures & Conflits, n° 64, 2006, p. 11-32, Olivier Razac, Histoire politique du barbelé, Paris, Flammarion, 2009.

4 C'est la désignation la plus courante des deux communautés, mais le conflit est d'abord politique et social, le religieux étant un aspect symboliquement très fort.

5 Sur ce thème, voir l'article de Pascal Pragnère dans ce même numéro.

6 J'ai discuté ailleurs la pérennisation des structures lors de leur intégration dans des opérations de rénovation urbaine, voir Florine Ballif, « Les traces de la guerre civile : la pérennisation des peacelines à Belfast », in Colette Vallat, Pérennité urbaine, ou la ville par delà ses métamorphoses, Vol. I : Traces, L’Harmattan, 2009, p. 49-58.

7 Pour une analyse du contexte, voir Peter Shirlow, Brendan Murtagh, Belfast, Segregation, Violence and the City, Londres, Pluto Press, 2006.

8 Terme désignant la quasi-guerre civile en Irlande du Nord entre 1969 et 1998, date de la signature des accords de paix.

9 Des peacelines ont été construites dans d'autres villes d'Irlande du Nord, d'abord à Derry(Londonderry), 2e ville de l'État, puis dans des petites villes, comme à Portadown à la fin des années 1990.

10 Pour une description détaillée des émeutes, voir le rapport Cameron, 1969 et le rapport Scarman, 1972.

11 Barriers to come down tomorrow, Belfast Telegraph, 10 septembre 1969.

12 Entre 1969 et 1973, entre 30 et 60 000 personnes ont fui leur quartier, poussées par la peur ou l’intimidation, ce qui représente entre 5 et 10% de la population de l’agglomération. Cf. Darby et Morris, 1973, p. 9.

13 Tirs de l’armée sur des manifestants lors du Bloody Sunday, le 31 janvier 1972, et début de la campagne d’attentats de l’IRA lors de l'attentat du Bloody Friday, le 21 juillet 1972, au centre-ville de Belfast.

14 Le Special Power Act est abrogé en 1972, mais remplacé par la Northern Ireland Emergency Provision Act.

15 Entretien avec le responsable de la Security policy and operation division, NIO, 28 avril 1999.

16 Entretien avec le Civil Representative de Belfast-Ouest, 25 juin 1999.

17 Idem.

18 Le Chief Constable est le chef de la police d’Irlande du Nord.

19 Entretien avec le Civil Representative de Belfast-Nord, 17 février 2000.

20 Entretien avec un Inspecteur en chef, Commissaire divisionnaire adjoint pour Belfast-Nord, RUC Tennent Street, 13 mars 2000.

21 La loi ne mentionne pas les peacelines mais parle de « structures défensives » (structures in a state of defence), Terrorism Act, 2000, art.91.

22 Entretien avec le responsable de la Security policy and operation division, NIO, 28 avril 1999.

23 NIO, Security policy and operation division, note interne, 1998.

24 Il s'agit principalement des défilés de l'Ordre d'Orange (protestant) qui exaspèrent les catholiques, mais de multiples autres organisations protestantes défilent, mais aussi, dans des proportions bien moindres, des organisations catholiques. Sur les défilés orangistes, voir l'article de Renée Tosser dans ce même numéro.

25 D'après le site internet de Belfast Interface Project, une association qui met à disposition du public les chiffres du gouvernement sur cette question: http://www.belfastinterfaceproject.org, consulté le 5 septembre 2008.

26 Entretien avec le chargé de mission, Intercomm, 24 février 2000.

27 Entretien avec un travailleur social, North Belfast Community Development Centre, 8 mars 2000.

28 « Residents back sad symbols of division », Belfast Telegraph, 6 janvier 1995 ; « A cruel fact of life that has saved countless lives », Irish News, 2 mars 1999.

29 Entretien avec un travailleur social, North Belfast Community Development Centre, 8 mars 2000.

30 Commanditée par US-Ireland Alliance, disponible sur leur site: http://www.us-irelandalliance.org/wmspage.cfm?parm1=779 [consulté le 10 novembre2009.]

31 Sur un échantillon de 1037 personnes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florine Ballif, « Murs de sécurité et politique de maintien de l'ordre à Belfast », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 20 juin 2010, consulté le 26 mai 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/422 ; DOI : 10.4000/mimmoc.422

Haut de page

Auteur

Florine Ballif

Florine Ballif est maître de conférences à l’Institut d’Urbanisme de Paris. Ses thèmes de recherche concernent les politiques de sécurité et la fermeture des territoires. Elle a publié récemment : « Les peacelines de Belfast, entre maintien de l’ordre et gestion urbaine », Culture et Conflits n°73, printemps 2009 et avec Stéphane Rosière, « Le défi des 'teichopolitiques'. Analyser la fermeture contemporaine des territoires », Espace Géographique, vol. 38, 3/2009.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page