Navigation – Plan du site
Articles

Du mur fixe au mur mobile

L’architecture de guerre après les guerres conventionnelles : le(s) mur(s) de séparation en Palestine
Martin Rass

Texte intégral

  • 1 « […] j’ai espoir que le tracé du mur de séparation devienne un tracé à travers les paysages de l’É (...)

« […] my hope is that the route of the separation barrier will become a landscape route in the state of Israel, a touristic route, crossing various kinds of landscapes1. »

1L’ouverture du Mur de Berlin, dont nous avons fêté le vingtième anniversaire, n’a pas fait disparaître les murs de séparation dans le monde, ni le symbole qu’ils représentent. Mais la disparition de ce mur témoigne peut-être de la fin d’une époque, de la disparition progressive des frontières fixes et d’un territoire politique bien défini sous une seule autorité localisée. On pourrait y voir aussi un retour à un état de fait plus ancien, avant l’invention des États-nations, voire à une situation d’avant l’existence d’une cartographie précise, qui pouvait indiquer sans équivoque les frontières entre les pays et aussi l’appartenance des habitants à un État.

2Cette hypothèse semble en parfaite contradiction avec les mesures sécuritaires renforcées un peu partout dans le monde, que l’on peut observer depuis au moins les attentats du 11 septembre, mais aussi avec la sémantique qui accompagne ces mesures (forteresse Europe, éloignement du territoire, reconduite à la frontière pour ne nommer que les termes les plus usités en France). Peut-on considérer ces mesures comme des batailles en retraite, des sursauts aussi pathétiques que finalement inutiles contre la pression migratoire et la mondialisation économique ?

  • 2 Voir Ece Ozlem Atikcan, « Citizenship or Denizenship : The Treatment of Third Country Nationals in (...)

3L’Union Européenne (UE), malgré ses avancées au pas de crabe, apporte tous les jours des éléments qui dissolvent toujours un peu plus les notions de territoire et d’autorité d’État, voire le concept du citoyen qui appartiendrait à un seul État. Ainsi compte-t-on en Europe à peu près 12-13 millions d’individus qui vivent en toute légalité sur des territoires dont ils ne dépendent pas politiquement2.

4Tous ces éléments et paradoxes, nous allons les retrouver dans le conflit israélo-palestinien, qui va nous servir d’exemple pour étayer la problématique qui sous-tend cette situation nouvelle (ou ancienne selon le point de vue qu’on adopte).

5Il sera donc question d’un mur ou d’une barrière d’un genre nouveau, qui par son évolution même illustre la contradiction qui vient d’être évoquée, à savoir le grand écart entre mesures sécuritaires et dissolution des frontières définies par des traités, ne serait-ce que dans la perspective d’un projet d’expansion et dans la volonté qu’affiche le gouvernement israélien de rendre à jamais impossible un État palestinien (souverain, indépendant et dans des frontières définies et reconnues par son puissant voisin et la communauté internationale).

6En termes de stratégies militaires actuelles et de maîtrise territoriale d’un territoire qui se dérobe, la situation en Palestine sert de laboratoire, observé de près par tous les stratèges militaires, en premier lieu américains.

MUR – tentative d’une définition

7Les murs, selon les dictionnaires, séparent, divisent, protègent, arrêtent et renvoient, servent autant à soutenir des édifices qu’à séparer de manière solide des terrains ou des territoires, et une fois érigés, s’avèrent pour le moins polyvalents : on les utilise pour les fusillades, les lamentations, les jeux…Toutes les expressions autour du mur reprennent l’aspect de dureté et/ou d’obstacle. On est « dos au mur », on « va dans le mur », on se heurte au mur, au mieux on « fait le mur », afin de le dépasser. Ces éléments sont valables pour toutes sortes de murs, donc autant pour feu le Mur de Berlin que pour celui qui est en train de s’ériger en Palestine. Ces deux derniers murs ont pour particularité de séparer des territoires politiques, de créer un état de fait qui serait moins évident sans le mur qui le sous-tend.

  • 3 « Antifaschistischer Schutzwall » (mur de protection antifasciste), comme il a été dénommé dans le (...)

8Le Mur de Berlin devait séparer des populations qui n’avaient rien d’antagoniste en dehors de leurs systèmes politiques, plus précisément il devait garantir la survie d’un État qui se vidait de sa population si on n’empêchait pas ses sujets de partir ailleurs. Le mur de Berlin, représentatif de toutes les fortifications entourant la RDA, faisait de cet État une prison en plein air. Du point de vue de l’État menacé, il devenait un mur de protection3. Si ce mur a pu atteindre pendant un temps l’objectif escompté, il s’est avéré imparfait à la longue, il a certes compliqué, freiné l’exode, mais n’a jamais réussi à l’arrêter complètement et encore moins à éteindre l’envie de partir, nourrie justement par les ondes de télévision qu’aucun mur ne saurait freiner. Pourtant, il a été assez puissant pour laisser une cicatrice, parfois une plaie ouverte, même après sa disparition physique.

IMAGE 1 : « Ich bin ein Berliner », photo du mur de séparation, près de Bethlehem

IMAGE 1 : « Ich bin ein Berliner », photo du mur de séparation, près de Bethlehem

Source (vérifié le 06/07/2010) : http://farm3.static.flickr.com/​2011/​2191873611_5a8983bcc7_b.jpg

  • 4 Voir Mitchell Bard, « Israel’s Security Fence » (Updated July 9, 2009), http://www.jewishvirtuallib (...)
  • 5 Une clôture, un grillage, une palissade etc. accompagné de son objectif (sécurité, anti-terroriste, (...)
  • 6 Jusque-là surtout extensible, car les gouvernements israéliens successifs n’ont jamais voulu fixé d (...)
  • 7 Décision du 09/07/2010.

9Le mur en Palestine a beaucoup de choses en commun avec celui dont on vient de parler. On retrouve une sémantique parallèle, avec son vocabulaire changeant et incertain selon le côté où on se place. Du côté israélien, c’est une simple barrière de séparation ou une mesure de sécurité temporaire4, le plus souvent appelée « Hafrada5 », termes qui insistent sur le côté provisoire et réversible6, du côté palestinien, c’est un « mur de ségrégation raciale ». La cour internationale de justice a essayé de clarifier les choses en constatant que c’était un « mur » et que toute autre appellation ne tenait pas compte de la réalité physique de l’édifice7.

IMAGE 2 : Outpost Migron

IMAGE 2 : Outpost Migron

Source (vérifié le 06/07/2010) : http://img381.imageshack.us/​i/​migronoutpostlq0.jpg/​

10Le flottement dans les appellations israéliennes rend bien compte de la complexité de sa conception et de son évolution dans le temps. Sans parler de son inadéquation aux problèmes qu’il est censé résoudre, on trouve sur le site du gouvernement le reflet des difficultés pour faire coller les termes employés à l’évolution de la politique de colonisation.

11Pour garder toutes les options ouvertes, certaines colonies peuvent se trouver à l’intérieur du mur, mais à l’extérieur de son tracé changeant, ou l’inverse. C’est aussi la raison pour laquelle le tracé du mur occupe autant le gouvernement israélien que la cour de justice du pays, qui doit faire face aux revendications des riverains.

  • 8 Il se trouve sur Israel Diplomatic Network sous le titre « The Right to Live » - disponible en angl (...)

12Dans un film, s’adressant à un public international8, le gouvernement essaie de mettre de l’ordre dans les contradictions occurrentes, un seul argument : la lutte contre le terrorisme et le bilan (une baisse des attaques terroristes attribuée à la présence de cette séparation). On annonce même la fin de cette séparation : dès qu’il n’y a plus d’attaques terroristes.

  • 9 Voir Eyal Weizman, op.cit., introduction.

13Pourtant, si on veut vraiment comprendre la décision israélienne d’ériger cette frontière physique, il faut la mettre dans le contexte historique de l’État et remonter dans le temps. Ce mur comme toute autre fortification, mais aussi plus largement comme toute colonisation présuppose une « architecture d’occupation », censée être souple et servant entièrement à l’expansion et à l’encadrement de celle-ci.9

Entre défense dure et défense souple – aller-retour

  • 10 La Ligne Maginot, la Ligne Siegfried, le Mur de l’Atlantique, pour ne citer que les plus proches de (...)
  • 11 On pensait qu’au mieux l’armée égyptienne mettait une demi-journée à franchir cette ligne, laissant (...)

14Le « mur de protection » n’est pas sans rappeler une autre fortification de l’histoire israélienne, la ligne Bar-Lev, nommée d’après le général qui l’a inspirée et fait construire. Elle a été planifiée après la guerre des sept jours afin de sécuriser la frontière avec l’Égypte, étant donné que l’armée israélienne occupait désormais la péninsule du Sinaï. Longeant le canal de Suez, la ligne Bar-Lev devait décourager toute velléité égyptienne d’envahir le Sinaï et Israël ensuite. Dans la tradition des grandes fortifications10, elle se devait être imprenable et plusieurs observateurs internationaux la jugeaient ainsi. Par ailleurs, l’armée israélienne bénéficiait depuis la guerre de 1967 d’une réputation d’invincibilité. Des voix critiques internes, parmi elles, Ariel Sharon, signalaient que l’effectif était trop faible pour une ligne de défense et trop important pour une simple ligne d’observation ; il prônait d’ailleurs une ligne de défense souple, plus adaptée aux équipements israéliens et à son avis plus efficace en situation d’attaque. Il est vrai que cette fortification se fiait entièrement à son caractère d’obstacle imprenable et à ses moyens de défense automatique, pouvant se passer d’une infrastructure humaine importante.11

15La guerre du Kippour devait démontrer les faiblesses de cette fortification. Avec des moyens presque artisanaux (qui rappellent les tunnels d’aujourd’hui), l’armée égyptienne réussit à percer à plusieurs endroits la fortification et à entrer avec ses blindés dans le Sinaï. Ce n’est que grâce à la stratégie de Sharon que l’armée israélienne a pu retourner la situation, bien que le renfort massif américain et les démarches de l’ONU pour obtenir un cessez-le-feu aient contribué à un retour aux tables de négociation.

  • 12 Mode de défense que l’on retrouve aussi dans le football - la différence entre « marquer l’adversai (...)

16Quoiqu’il en soit, le dispositif mis en place par Sharon, organisé en petites unités semi-autonomes dans la profondeur de l’espace12, a mené à une réflexion approfondie sur la gestion de l’espace dans l’armée israélienne et fini par la création de l’OTRI (Operational Theory Research Institute). Les recherches militaires de cet institut, composé de généraux retraités et de jeunes doctorants en philosophie et sciences politiques, ont guidé, voire déterminé, les choix stratégiques de l’armée israélienne pendant dix ans (1996-2006). Il n’est pas inutile non plus de rappeler qu’avant la guerre de Kippour, mais encore plus après, Ariel Sharon a été l’architecte de la colonisation en Cisjordanie. Dès le début, les implantations israéliennes en Cisjordanie suivaient en parallèle une visée militaire : contrôler l’espace dans son étendue par le haut et par le bas. Grâce aux recherches de l’OTRI, cette visée double a pu être systématisée et perfectionnée.

  • 13 C’est à peu près ce que, lors d’une visite, Sharon répondit aux colons, lorsqu’il était question d’ (...)

17Ce qui dans un premier temps peut paraître comme une implantation sauvage, ne l’est plus du tout lorsque l’on considère de près son évolution : prenons l’exemple d’Antenna Hill – les colons ont d’abord réclamé un sommet pour l’installation d’une antenne radio (dans le but d’améliorer la communication entre les colonies voisines et le pays), puis il faut pour des raisons de sécurité un poste de contrôle et on y installe un premier baraquement, l’occupant demande le regroupement familial pour être plus à l’aise, et petit à petit apparaît une nouvelle colonie.13

IMAGE 3 : Tracé du mur, revu en 2006

IMAGE 3 : Tracé du mur, revu en 2006

Source (vérifié le 06/07/2010) : http://www.jewishvirtuallibrary.org/​jsource/​images/​maps/​fence10.jpg

  • 14 Il le dit dans un autre contexte, après la déroute dans la guerre du Liban en 2006, où l’armée isra (...)

18C’était donc en quelque sorte la leçon de la guerre de Kippour, que d’organiser l’espace en profondeur. Ce processus a été en quelque sorte imposé par le fait que l’armée israélienne n’affrontait plus des armées régulières, malgré une résistance forte vantant la supériorité militaire israélienne, comme le dit Schimon Naveh14, un des fondateurs de l’OTRI. Le mythe de la supériorité fut sérieusement ébranlé par les attentats-suicides et surtout par l’intifada qui pour la première fois l’opposait à des groupes d’adolescents, jetant des pierres.

  • 15 « Small wars are operations undertaken under executive authority, wherein military force is combine (...)

19Malgré toutes les hésitations du commandement militaire, son adhésion majoritaire à un fonctionnement pyramidal, l’OTRI a donc pu introduire ce mélange entre stratégies militaires et théories poststructuralistes au sein de l’armée israélienne et convaincre une partie du commandement de changer de cap. L’urgence de s’adapter à une guerre de guérilla urbaine, militaire et politique ou à ce que les renseignements américains appellent depuis longtemps les « Small wars »15 a du reste aussi entrainé l’adhésion de généraux plutôt réticents à changer de stratégie.

  • 16 Gilles Deleuze, Félix Guattari, Mille Plateaux, Paris, 1980, p. 436-37.

20« […] comparer la machine de guerre et l’appareil d’État suivant la théorie des jeux. Soit les Échecs et le Go. […] Les échecs sont bien une guerre, mais une guerre institutionnalisée, réglée, codée, avec un front, des arrières, des batailles. Mais une guerre sans ligne de combat, sans affrontements, sans arrières, à la limite sans bataille, c’est le propre du go : pure stratégie, tandis que les échecs sont une sémiologie. Enfin, ce n’est pas du tout le même espace : dans le cas des échecs, il s’agît de se distribuer un espace fermé, donc aller d’un point à un autre, d’occuper un maximum de place avec un minimum de pièces. Dans le go il s’agît de se distribuer dans l’espace ouvert, de tenir l’espace de garder la possibilité de surgir en n’importe quel point : le mouvement ne va plus d’un point à un autre, mais devient perpétuel, sans but ni destination, sans départ, ni arrivée. Espace ‘lisse’ du go contre espace ‘strié’ des échecs. »16

  • 17 Eyal Weizman, op.cit., p. 296. L’auteur donne un exemple de liste de lecture de l’OTRI, où figurent (...)
  • 18 Même si souvent le premier réflexe est de soupçonner tous les civils d’être des combattants et de r (...)
  • 19 Extrait sur Youtube du film documentaire Moving trough Walls, de Nadav Harel et d’Eyal Weizman. htt (...)
  • 20 Pour mesurer le changement de stratégie, il est utile de mentionner qu’avant cette période, l’armée (...)
  • 21 Les ONG, dans leur souci d’améliorer l’habitat et en introduisant un bâti normé, se trouvent involo (...)

21En considérant cet extrait des Mille Plateaux, on voit aisément ce qui a pu intéresser les stratèges de l’OTRI dans la théorie poststructuraliste, sans pour autant accuser la théorie de militarisme. La réflexion poststructuraliste a simplement été la boîte d’outils pour comprendre la guérilla. Si l’armée israélienne voulait augmenter son efficacité, il fallait trouver une réponse à la fois militaire et politique aux groupes de caillasseurs et aussi une autre aux cellules palestiniennes, qui agissaient sans commando central, et réussit ainsi à surprendre son adversaire trop lent et dépendant de sa hiérarchie rigide. Tout d’un coup, « essaimer », « rhizomer », « co-évolution » devenaient entre d’autres termes empruntés aux poststructuralistes17 les maitre mots. Comme un civil palestinien pouvait se transformer d’une seconde à une autre en combattant et vice versa, l’armée devait s’y adapter de façon appropriée et rapide.18 Les militaires mettaient en place des actions-surprises, ce à quoi l’adversaire ne s’attendait pas. Un des exemples les plus spectaculaires, c’est le « Moving trough walls », qui, dans le film documentaire de Nadav Harel et d’Eyal Weizman, consacré au sujet, donne lieu à une interview enthousiaste avec Aviv Kokhavi.19 Cette stratégie tient compte du fait qu’il faut réinterpréter l’espace d’une manière différente si on veut surprendre l’adversaire. Passer par une allée, des portes d’entrées, c’est ce à quoi l’adversaire s’attend, à savoir qu’on investit l’espace urbain de façon prévisible et facile à parier. Lors de son attaque ou plutôt invasion du Camp de Balata en 2002, l’armée italienne a testé pour la première fois le procédé de « passer à travers les murs ».20 L’idée est simple et sophistiquée à la fois, comme dans un guet-apens, on prend l’adversaire de derrière, évidemment sans se soucier par quel lieu on passe. Ils peuvent traverser les murs, mais ne savent pas si derrière le mur percé ils vont par exemple atterrir dans une chambre d’enfant. Leur premier souci est de surprendre l’adversaire, ou ceux qui barricadent les entrées, surveillent les allées, font office de snipers. Une fois le camp de Balata investi de cette façon, les combattants palestiniens neutralisés, l’armée laisse la place aux bulldozers, qui traversent le camp de long en large pour le soumettre à des mesures hausmanniennes.21 Après cette intervention double, le territoire est quadrillé et sécurisé, l’armée n’a plus besoin de « passer à travers les murs », l’utilité tout autant que l’effet de surprise ayant disparu.

IMAGE 4 : L’archipel de la Cisjordanie

IMAGE 4 : L’archipel de la Cisjordanie

Source (vérifié le 06/07/2010) : http://coeos.files.wordpress.com/​2009/​07/​palestineorientale-big2.jpg

22Cet « essaimage », afin de morceler et de fragmenter l’espace de la résistance trouve son pendant dans la politique de colonisation : le choix stratégique des implantations, mentionné plus haut, leur mise en relation spatiale, l’impact recherché sur les aires encore contrôlées par les Palestiniens. Cette situation intenable pour un « État indépendant » se reflète dans cet « archipel » imaginé par un illustrateur, qui, dans une « mer israélienne » a placé les « îlots palestiniens ». Toute voie de communication importante est ainsi sous contrôle israélien, la Cisjordanie se retrouve découpée et morcelée par des barrières, checkpoints, tunnels, ponts, enclaves, no-go areas. En considérant cet état de fait, on se demande bien pourquoi Israël a besoin d’un mur de séparation, même on pourrait voir dans cet édifice un retour à l’époque de Bar-Lev. Il est frappant d’observer un même « revirement » des stratégies militaires, malgré les critiques après le désastre de la guerre contre le Hezbollah.

Le mur de séparation à l’épreuve

  • 22 L’attitude des États arabes envers les Palestiniens reste ambiguë, par exemple les tunnels pour pas (...)

23Il est peut-être nécessaire de rappeler que le « renouveau poststructuraliste » ne s’est jamais fait de façon complète et irrémédiable. Il a fallu abandonner des fortifications du genre Bar-Lev, cela s’imposait par leur inadéquation et fut accéléré par le fait que l’armée israélienne devait de plus en plus faire face à des adversaires inattendus, les États ennemis abandonnant d’envoyer leur armée régulière contre Israël, mais laissant le champ libre à une guérilla, parfois tolérée, parfois soutenue22, car utile pour exercer de la pression sur cet État, ressenti comme un corps étranger dans la région.

24Pourtant, les résistances au sein du commandement de l’armée israélienne ont persisté contre une réorganisation hétérarchique des unités de combat, afin d’être plus souples dans les réponses à apporter à la guerre de guérilla. Selon la conjoncture, les partisans d’une gestion traditionnelle du commandement, à savoir pyramidale avec toutes ses lenteurs et sa prévisibilité pour l’adversaire, prennent le dessus, comme si elle était appelée par une population profondément désorientée par les gouvernements hésitant entre démonstrations de force et aveu de vulnérabilité face aux lanceurs de pierre, de roquettes et attentats suicide.

25Ce paradoxe a peut-être trouvé sa parfaite illustration dans le mur de séparation, qui, loin d’une réédition de la ligne Bar-Lev, se situe, s’il n’y avait pas la situation de conflit armé, à l’échelle d’un litige entre riverains, où les uns (Palestiniens) sont constamment soumis à l’arbitraire des autres (Israéliens).

26Ainsi, les concepteurs de cette barrière sont multiples : colons (riverains), la Haute Cour de justice israélienne, mais aussi la Cour de Justice internationale, les ONG, des Palestiniens (riverains), des militaires israéliens, le gouvernement israélien, les diplomaties étrangères, des lobbies (par ex. agences immobilières, BTP, etc.). Il n’y a pas une journée qui passe sans que des colons déposent une demande de sécurisation d’une route, d’intégration d’un « outpost », d’une déviation du tracé, ou de construction d’une voie de communication plus rapide avec l’arrière-pays. Lorsqu’il y a annonce du gouvernement de constructions de 1600 logements à Jérusalem-Est sur des territoires occupés (survenu en mars 2010) ou ce que Weizman appelle la « pétrification » de Jérusalem, des normes dans la construction de bâtiments, exigeant de la pierre de taille et rendant ainsi impossible à la majorité des Palestiniens d’y satisfaire et d’accéder à la propriété, on peut supposer que les divers lobbies du bâtiment participent de près ou de loin à ces décisions. L’idéologie de l’État hébreu « un et indivisible » est un emballage, qui sanctionne à la fois des intérêts économiques et des intérêts politiques.

27Force est de constater que de cette multitude d’intérêts divergents résulte un tracé du mur de protection, révisé en permanence, des projets confirmés et infirmés, des démantèlements et des réimplantations de colonies, des modifications multiples, des rajouts et des destructions de ponts, de tunnels, de bâtiments, etc.

28Du coup, la « ligne verte » issue de négociations internationales est devenue inexistante. La contestation n’intervient plus sur le projet du mur en soi, mais uniquement sur son tracé, le mur lui-même se trouve légitimé par une argumentation double : n’étant pas une frontière, il n’est pas tenu à respecter la « ligne verte », étant une protection contre le terrorisme, il doit s’adapter, changer, être modifié selon les exigences du moment.

  • 23 Voir le no man’s land » en RDA.
  • 24 Eyal Weizman, op.cit., p.182.

29Ce projet de plus en plus complexe est en plus porté par une obsession de la séparation, s’il ne la renforce pas par son existence : diviser l’espace en deux territoires qui ne se rencontrent jamais, le pays du haut, de belles colonies en hauteur des montagnes, reliées entre elles par de belles routes à l’usage exclusif des habitants et protégées par des ponts, tunnels et murs (sécurisés par des zones « stériles »23) et puis le pays du bas, surpeuplé, dans les vallées entrecoupées par des murs, des check-points et des no-go-areas, forçant les habitants à l’improvisation permanente de leur vie quotidienne.24

IMAGE 5 : Projection d’un tracé du mur, tenant compte de exigences du terrain

IMAGE 5 : Projection d’un tracé du mur, tenant compte de exigences du terrain

Eyal Weizman, 2007, p. 180-181

30Mais on entrevoit aussi les limites de cette solution malgré tout le mal que se donnent les Israéliens pour perfectionner les installations (barrières, liaisons, tunnels, ponts, points d’observation, de contrôle et de passage) et réparer au jour le jour les failles du dispositif. Il est aisé de contrecarrer ce dispositif sophistiqué, comme le (dé)montrent les intifadas consécutifs (creuser des tunnels et envoyer des roquettes, somme toute des moyens artisanaux afin de subvertir la domination verticale et horizontale de l’armée israélienne.

31Autant la stratégie première israélienne, qui consistait à maîtriser la profondeur de l’espace par des moyens mobiles et autonomes, a pu créer la surprise et pu réussir dans la guerre de Kippour et puis dans le démantèlement et l’affaiblissement des camps de Balata et de Jénine, autant le mur de séparation et tout ce qui y est associé semble beaucoup moins efficace, même dans son objectif premier, à savoir, protéger les Israéliens des attentats ou des attaques palestiniennes. Même une intervention musclée telle que « Plomb durci » pendant l’hiver 2008-09 n’a pas pu mettre fin au tir de roquettes et d’obus sur le territoire israélien, notamment la ville frontalière de Sderat. Le blocus de Gaza, décidé en 2007 pour affaiblir le Hamas, est également un échec inavoué.

  • 25 Interview with BG (Ret.) Shimon Naveh, 1 November 2007, by Matt Matthews, historian, Combat Studies (...)

32Vu de l’extérieur, on a donc l’impression qu’Israël, après l’abandon des stratégies prônées par l’OTRI, cherche désespérément et surtout avec des moyens militaires traditionnels (bombardements, blocus, répression) à régler le conflit avec ses voisins. C’est Schimon Naveh, dans une interview de 200725, qui pointe les défauts dans la deuxième guerre du Liban. D'une part, l’armée israélienne aurait agi exactement comme son adversaire, le Hezbollah, l’attendait de lui et de l’autre, elle a négligé le lien entre la branche militaire et politique du Hezbollah. Du coup, l’armée ne pouvait pas gagner militairement, ni couper le lien entre le terrain politique et militaire. Le résultat avait été un renforcement du Hezbollah, voire une résurrection de sa branche militaire, qui avait perdu sa raison d’être après le retrait des Israéliens du Golan et le départ de l’armée syrienne. Grâce aux mauvais choix stratégiques israéliens (selon Naveh), le Hezbollah est sorti gagnant de cette campagne et a prouvé que le Liban avait besoin de lui pour défendre son indépendance.

Épilogue

IMAGE 6 : Photo et portrait de Mahmoud Darvich par Ernest Pignon-Ernest

IMAGE 6 : Photo et portrait de Mahmoud Darvich par Ernest Pignon-Ernest

Site officiel (vérifié le 06/07/2010) : www.pignon-ernest.com

  • 26 En somme l’édifice le plus cher jamais construit par les Israéliens, chaque kilomètre coûte environ (...)

33Il est néanmoins intéressant d’observer l’évolution du mur et son influence sur la notion de territoire. « Rendre les choses élastiques » fut le mot d’ordre d’Ariel Sharon, et même si le dispositif du mur de séparation a hérité en partie des vielles fortifications, il a aussi introduit une nouvelle façon de concevoir des solutions provisoires dans le dur, bien qu’avec une constante augmentation du coût à supporter.26 Dans cette configuration, le « mur » a apparemment encore une longue vie devant soi.

  • 27 Mahmoud Darvich, Le lanceur de dés et autres poèmes, Arles, 2010, p. 9.

34Il reste à rappeler qu’un mur ne se présente jamais de la même façon selon de quel côté on se trouve. Pour le dire avec Mahmoud Darwich, poète du peuple palestinien, de sa souffrance et de ses espoirs : « Ici, entre les débris des choses et le rien, nous vivons dans les faubourgs de l’éternité. »27

Haut de page

Bibliographie

International Court of Justice: « Legal Consequences of the Construction of a Wall in the Occupied Palestinian Territory », 9/07/2004
http://www.icj-cij.org/docket/index.php?pr=71&p1=3&p2=1&case=131&p3=6 (vérifié le 06/07/2010).

Interview with BG (Ret.) Shimon Naveh, 1 November 2007, by Matt Matthews, historian, Combat Studies Institute, Fort Leavenworth, Kansas
http://smallwarsjournal.com/documents/mattmatthews.pdf (vérifié le 06/07/2010).

Israel Diplomatic Network, « The fence that make the différence »
http://securityfence.mfa.gov.il/mfm/web/main/missionhome.asp?MissionID=45187 (vérifié le 06/07/2010).

Moving through walls, film documentaire de Nadav Harel et d’Eyal Weizman, 2002.
http://www.nh-film.com/UW/mtw-prop.pdf (vérifié le 06/07/2010).

Peace Now, mouvement israélien pour la paix en Palestine
http://www.peacenow.org.il/site/en/homepage.asp?pi=25
et le site français : http://www.lapaixmaintenant.org/.

Haut de page

Notes

1 « […] j’ai espoir que le tracé du mur de séparation devienne un tracé à travers les paysages de l’État d’Israël, telle une route touristique, traversant des paysages variés. » L’association des paysagistes israéliens, cité d’après Eyal Weizman, Hollow Land : Israel's Architecture of Occupation, Verso, 2007, p. 169.

2 Voir Ece Ozlem Atikcan, « Citizenship or Denizenship : The Treatment of Third Country Nationals in the European Union », SEI Working Paper N° 85, 2006, p. 5. http://www.sussex.ac.uk/sei/documents/working_paper-citizenship_or_denizenship.pdf (page consultée le 06/07/2010).

3 « Antifaschistischer Schutzwall » (mur de protection antifasciste), comme il a été dénommé dans le jargon officiel  (voir sur ce point l’article de Sybille Goepper).

4 Voir Mitchell Bard, « Israel’s Security Fence » (Updated July 9, 2009), http://www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/Peace/fence.html (page consultée le 06/07/2010). Voir aussi Eyal Weizman, Hollow Land : Israel's Architecture of Occupation, op.cit., ainsi que les sources officielles du gouvernement israélien.

5 Une clôture, un grillage, une palissade etc. accompagné de son objectif (sécurité, anti-terroriste, etc.)

6 Jusque-là surtout extensible, car les gouvernements israéliens successifs n’ont jamais voulu fixé définitivement la limite de leur territoire.

7 Décision du 09/07/2010.

8 Il se trouve sur Israel Diplomatic Network sous le titre « The Right to Live » - disponible en anglais, français, allemand, russe, espagnol et arabe.

9 Voir Eyal Weizman, op.cit., introduction.

10 La Ligne Maginot, la Ligne Siegfried, le Mur de l’Atlantique, pour ne citer que les plus proches de nous.

11 On pensait qu’au mieux l’armée égyptienne mettait une demi-journée à franchir cette ligne, laissant suffisamment de temps à la défense israélienne pour s’organiser. Des tuyaux prévus pour pomper du pétrole dans le canal et être enflammé devaient rajouter une deuxième ligne en amont de la fortification de sable.

12 Mode de défense que l’on retrouve aussi dans le football - la différence entre « marquer l’adversaire direct » (Manndeckung) et « marquer l’espace en profondeur » (Raumdeckung)

13 C’est à peu près ce que, lors d’une visite, Sharon répondit aux colons, lorsqu’il était question d’occuper un sommet stratégique à l’intérieur de la Cisjordanie : « During Sharon's term as infrastructure minister, residents of the Talmonim-Dolev bloc invited him to tour the area. Sharon brought then deputy housing minister Meir Porush along, with an entourage of officials. Next to the reservoir at Talmonim, Sharon turned to a legal adviser, Ahaz Ben-Ari, and pointed to a bald hill to the east. « That is a strategic point of the first order. It should be held. We will build a reservoir first. » Mekorot officials among the entourage tried to explain that the hill was too high and water pressure would be a problem. But Sharon was insistent. « I trust you. Solve the problem. » Then explained half-humorously to the settlers, « You'll put a guard at the reservoir. The guard is sure to get lonely. He'll get married and have a family. The kids need company. Other families will come. There will be a prayer quorum, and a prayer quorum needs a synagogue. Women need a ritual bath. Kids need kindergartens and parks. That's how we'll turn the Harasha into a settlement. Cf. Nadav Shragai, « ‘Connecting outposts’ built between settlement blocs to create Jewish territorial contiguity », in : Haaretz, 06/09/2004, http://www.haaretz.com/print-edition/news/connecting-outposts-built-between-settlement-blocs-to-create-jewish-territorial-contiguity-1.133927 (page consultée le 06/07/2010).

14 Il le dit dans un autre contexte, après la déroute dans la guerre du Liban en 2006, où l’armée israélienne était revenue à une gestion classique, prévisible, donc inefficace contre un adversaire (qui n’est pas seulement implémenté militairement, mais aussi politiquement). Au lieu d’isoler son adversaire, l’armée israélienne a renforcé ses liens avec la population, et s’est fait de nouveaux ennemis (populations, médias, opinion publique) en détruisant inutilement des infrastructures vitales. Quand on regarde la gestion de la flottille voulant forcer le blocus de Gaza, on constate les mêmes « négligences » d’une gestion purement militaire d’un conflit étroitement suivi des médias avec lesquels doivent composer les protagonistes. L’armée israélienne n’a fait que courir après le train.

15 « Small wars are operations undertaken under executive authority, wherein military force is combined with diplomatic pressure in the internal or external affairs of another state whose government is unstable, inadequate, or unsatisfactory for the preservation of life and of such interests as are determined by the foreign policy of our Nation. »

In : Small Wars Manual, US Marine Corps, 1940, p. 23. http://www.nh-film.com/UW/mtw-prop.pdf (page consultée le 06/07/2010).

16 Gilles Deleuze, Félix Guattari, Mille Plateaux, Paris, 1980, p. 436-37.

17 Eyal Weizman, op.cit., p. 296. L’auteur donne un exemple de liste de lecture de l’OTRI, où figurent Deleuze, Guattari, Bateson, Geertz, Lyotard, Marshall McLuhan, Pask, Prigogine, Tschumi, Virilio, pour ne nommer que les auteurs les plus connus et généralement peu suspectés de pouvoir alimenter des stratégies militaires.

18 Même si souvent le premier réflexe est de soupçonner tous les civils d’être des combattants et de rendre ainsi la vie invivable à la population civile. La doctrine de l’OTRI consiste justement à arriver à une attitude et un comportement plus nuancé. Par la suite il faut voir en quoi cette théorie influe réellement sur le pratique du terrain. Schimon Naveh, après avoir été licencié par le général Halutz, responsable de la déroute israélienne dans la deuxième guerre du Liban, se plaint de l’incompréhension au sein de l’armée, qui a limité, et le fait toujours, l’impact des stratégie développées par l’OTRI, au point de rester maculature, un bel emballage. Ce même général a signé la nouvelle doctrine militaire israélienne en avril 2006, sans y comprendre grand-chose, toujours selon Naveh, et aussi au vu de la stratégie adoptée en été contre le Hezbollah.

19 Extrait sur Youtube du film documentaire Moving trough Walls, de Nadav Harel et d’Eyal Weizman. http://www.youtube.com/watch?v=vXfV9iWYkDI (page consultée le 06/07/2010).

20 Pour mesurer le changement de stratégie, il est utile de mentionner qu’avant cette période, l’armée israélienne ne pénétrait pas dans les camps palestiniens. Lors du massacre de Sabra et Chatila en 1982, l’armée israélienne s’est contenté d’encercler le camp et a laissé faire les milices chrétiennes à l’intérieur.

21 Les ONG, dans leur souci d’améliorer l’habitat et en introduisant un bâti normé, se trouvent involontairement alliés des mesures militaires, censées faciliter le contrôle et la surveillance des agissements dans les camps et le cas échéant l’intervention policière et militaire.

22 L’attitude des États arabes envers les Palestiniens reste ambiguë, par exemple les tunnels pour passer la contrebande dans la bande de Gaza sont tantôt tolérés par les autorités égyptiennes, tantôt fermés ou réduits. Les aides aux Palestiniens semblent être guidées par leur utilité politique et moins par la volonté de construire un État vivable. Ainsi la politique israélienne se trouve par moment complétée ou prolongée par les États voisins (la Syrie, le Liban, la Jordanie, l’Égypte).

23 Voir le no man’s land » en RDA.

24 Eyal Weizman, op.cit., p.182.

25 Interview with BG (Ret.) Shimon Naveh, 1 November 2007, by Matt Matthews, historian, Combat Studies Institute, Fort Leavenworth, Kansas. http://smallwarsjournal.com/documents/mattmatthews.pdf (page consultée le 06/07/2010).

26 En somme l’édifice le plus cher jamais construit par les Israéliens, chaque kilomètre coûte environ 2 millions de dollars, l’ensemble d’après les dernières estimations : 2,1 billions de dollars – in : Mitchell Bard, Israel’s Security Fence (Updated July 9, 2009) : http://www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/Peace/fence.html (page consultée le 06/07/2010).

27 Mahmoud Darvich, Le lanceur de dés et autres poèmes, Arles, 2010, p. 9.

Haut de page

Table des illustrations

Titre IMAGE 1 : « Ich bin ein Berliner », photo du mur de séparation, près de Bethlehem
Crédits Source (vérifié le 06/07/2010) : http://farm3.static.flickr.com/​2011/​2191873611_5a8983bcc7_b.jpg
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/429/img-1.png
Fichier image/png, 133k
Titre IMAGE 2 : Outpost Migron
Crédits Source (vérifié le 06/07/2010) : http://img381.imageshack.us/​i/​migronoutpostlq0.jpg/​
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/429/img-2.png
Fichier image/png, 223k
Titre IMAGE 3 : Tracé du mur, revu en 2006
Crédits Source (vérifié le 06/07/2010) : http://www.jewishvirtuallibrary.org/​jsource/​images/​maps/​fence10.jpg
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/429/img-3.png
Fichier image/png, 164k
Titre IMAGE 4 : L’archipel de la Cisjordanie
Crédits Source (vérifié le 06/07/2010) : http://coeos.files.wordpress.com/​2009/​07/​palestineorientale-big2.jpg
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/429/img-4.png
Fichier image/png, 112k
Titre IMAGE 5 : Projection d’un tracé du mur, tenant compte de exigences du terrain
Crédits Eyal Weizman, 2007, p. 180-181
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/429/img-5.png
Fichier image/png, 169k
Titre IMAGE 6 : Photo et portrait de Mahmoud Darvich par Ernest Pignon-Ernest
Crédits Site officiel (vérifié le 06/07/2010) : www.pignon-ernest.com
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/429/img-6.png
Fichier image/png, 184k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Rass, « Du mur fixe au mur mobile », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 10 novembre 2010, consulté le 24 mars 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/429 ; DOI : 10.4000/mimmoc.429

Haut de page

Auteur

Martin Rass

MCF, Université de Poitiers. Domaine de recherche : médias de communication, analyse de discours et de réception. Thèse : Résistance des médias — une analyse discursive de la presse hugenbergienne suivi de « Propaganda im Zeitalter der Massenmedien »

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page