Navigation – Plan du site
Articles

La notion de Mur en Slovénie : de la Yougoslavie à la limite Schengen

Laurent HASSID

Résumés

L’article présente les différentes représentations des frontières slovènes depuis la fin des années 1980, avant la désintégration yougoslave, jusqu’à aujourd’hui. Le tracé des différentes dyades est d’abord étudié, notamment celle avec la Croatie qui n’existait pas du temps de la Yougoslavie et qui fait l’objet de litiges entre les deux États. La question de la frontière maritime dans la baie de Piran est également abordée, car elle participe au débat sur les rivalités de pouvoirs quant à des territoires mal définis. Mais l’enjeu des frontières doit aussi être étudié dans le cadre de la représentation slovène de la question nationale (diffusion de la langue, questions migratoires, perception du territoire). Car si les frontières slovènes ont vu leurs fonctions évoluer entre Rideau de fer et espace Schengen, l’enjeu est d’appréhender la frontière-mur comme une conséquence de différences politiques et économiques majeures, mais aussi de l’acceptation de ceux qui vivent de l’autre côté de la « frontier », c'est-à-dire de la cohabitation entre les nations balkaniques.

Haut de page

Entrées d’index

Aires géographiques :

Europe, Slovénie

Périodes :

contemporaine
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans, Fronts et frontières (1991), Michel Foucher utilise ce terme pour définir un segment frontali (...)

1Au cours des vingt dernières années, les frontières de la Slovénie ont considérablement évolué : l’enveloppe frontalière a augmenté, après la proclamation de l’indépendance de la Croatie le 25 juin 1991, passant ainsi de trois à quatre États riverains (l’Italie à l’ouest, l’Autriche au nord, la Hongrie au nord-est et la Croatie au sud) tout comme les fonctions de ces dyades1- liées à la chute du communisme à l’Est (Hongrie).

2À la fin des années 1980, la Slovénie constitue l’une des six républiques de la Fédération yougoslave et est alors la seule à posséder une frontière avec des États dits occidentaux (le cas de la Grèce avec la Macédoine étant particulier). L’Italie est la principale porte d’ouverture vers l’Ouest en tant que membre d’une CEE qui n’avait pas la même influence qu’aujourd’hui dans la politique des États. L’Autriche, au niveau de vie élevé, était officiellement un État neutre après sa division entre les quatre principaux vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale (États-Unis, Union soviétique, Royaume-Uni, France). La Hongrie, membre du pacte de Varsovie est séparée de la Yougoslavie par le Rideau de Fer, véritable ligne de front entre l’Ouest et l’Est. La Croatie, en tant qu’entité politique de la Fédération yougoslave n’a pas de frontière officielle avec les autres républiques et la limite avec la Slovénie n’est qu’administrative au sein de la Fédération yougoslave.

3Après la fin du communisme et la désintégration yougoslave, la Slovénie devient indépendante en juin 1991 et la chute du communisme à l’Est aplanit les zones de front entre les États. Dans le même temps, le développement et l’élargissement de l’Union européenne ont modifié la fonction même de la frontière, la faisant passer d’une zone de front à une délimitation formelle entre deux États de l’Union. Ainsi les dyades avec l’Italie, l’Autriche et plus spectaculairement encore, la Hongrie se franchissent sans contrôle depuis l’élargissement de l’espace Schengen en décembre 2007. La zone de front s’est déplacée vers le sud avec la Croatie, un paradoxe pour une frontière qui n’existait pas au temps où les « frontières-murs » concernaient un grand nombre de dyades européennes. 

  • 2 On peut notamment comparer le terme « Frontier » utilisé au XIXe siècle pour stabiliser la frontièr (...)

4Le français n’utilise que le terme « frontière » pour évoquer les limites d’un État, là où l’anglais distingue le terme « border », mais aussi de manière plus suggérée, celui de « frontier ». L’idée de « Last frontier », terme américain, tend à représenter un territoire au-delà du nôtre, mais dont les limites restent extensibles ou imaginaires2.

  • 3 Les Slovènes des États limitrophes sont appelés zamejci  et ceux issus d’une immigration plus loint (...)

5À l’instar du français, la langue slovène n’utilise qu’un terme générique pour l’idée de frontière (meja), mais possède plusieurs termes pour désigner les Slovènes de l’étranger en fonction de leurs lieux d’immigration3. On désigne ainsi un territoire spécifique - celui inclus dans les frontières de l'État ou ayant fait l’objet de revendications (Carinthie, Trieste, Gorizia) avec des populations catégorisées. Le lexique utilisé est donc important car il participe à la représentation qu’ont les Slovènes d’eux-mêmes : est-on Slovène car on vit dans les limites de l'État ou aussi sur les territoires revendiqués ? Cette problématique se pose pour la plupart des peuples d’Europe centrale, orientale et balkanique et reste l’un des sujets essentiels dans le débat sur la question nationale.

De la frontière-mur à l’ouverture de l’espace Schengen : les dyades avec l’Italie, l’Autriche et la Hongrie

6Selon Foucher, les frontières peuvent se définir comme des zones de front ou des zones ouvertes. Elles ont rarement la même fonction sur l’ensemble de la dyade, notamment à cause de critères de géographie physique et humaine. Ainsi, les dyades avec l’Italie et l’Autriche présentent des caractéristiques symétriques.

  • 4 Le géographe Matjaz KLEMENCIC a publié une carte montrant toutes les modifications de la frontière, (...)

7La dyade entre la Slovénie et l’Italie, longue de 232 km a été très souvent modifiée au cours du XXe siècle4: sa partie septentrionale est en milieu alpin avec une ligne de crêtes dépassant les 2000 mètres d’altitude, rendant peu aisé le franchissement de cols comme  le Prédil. Le principal axe relie la ville italienne de Tarvisio au village slovène de Rateče, à l’entrée d’une vallée plus large. Dans la partie centrale, le relief est moins escarpé et les centres urbains plus importants, à l’image du doublet-frontalier de Gorizia/Nova Gorica. Créée en 1947 par le régime titiste pour protester contre la position des Occidentaux sur la question de Trieste, Nova Gorica était appelée à devenir une ville modèle de Yougoslavie. Elle a été construite adossée à la frontière italienne et tracée selon un plan composé de larges avenues et de barres d’immeubles. Au sud de la frontière, le relief karstique, composé de roches calcaires friables, donne au paysage une forme accidentée, symbolisé par Trieste au plan particulièrement sinueux.

  • 5 CAKLOVIC Jos, Drzava Srba, Hrvata i Slovenaca, 1/ 1 000 000ème, éditions Jos Caklovic, 1918-20, Zag (...)

8La dyade italo-slovène compte des minorités de part et d’autre de la frontière : en Istrie, dans les trois communes littorales slovènes (Koper, Izola, Piran), vivent encore près de 3000 Italiens  qui ont survécu aux expropriations des années 1950 lorsque le régime communiste yougoslave les a chassés. Dans la province italienne du Frioul Vénétie-Julienne, la minorité slovène compterait environ 15 000 personnes. La carte du Croate Jos Caklovic5, sans doute publiée en 1919-20, représente le Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes et porte l’inscription en langue croate Occupation italienne de nos territoires sur la vallée de la Soča (Isonzo en italien, la façade occidentale de l’Istrie et l’intégralité du golfe de Trieste). Les noms des villes sont en croate (Gorica, Trst pour Trieste) – la traduction est identique en slovène – au contraire des autres grandes villes étrangères (Budapest, Graz).

9La dyade entre la Slovénie et l’Autriche, longue de 330 km se caractérise également par deux parties bien distinctes : à l’ouest, la ligne de crêtes des Karawanke, véritable muraille, délimite la Carinthie de la Carniole ; à l’est, le relief est beaucoup moins accentué et sépare la région de la Styrie entre sa partie autrichienne (autour de la ville de Graz) et sa partie slovène (Maribor). Les Karawanke sont parfois présentés comme la frontière naturelle entre les aires germanique et slave. Le paysage est particulièrement spectaculaire puisque la pente, très abrupte et la large vallée où se situent les centres urbains de Villach et de Klagenfurt accentue l’idée de barrière naturelle. La notion de frontière naturelle est évidemment contestable puisque cela suppose une décision empirique acceptée par les deux parties, ce qui n’est pas le cas : la Carinthie a été rattachée à la république autrichienne en 1920 à l’issue d’un plébiscite mal accepté par le nouveau Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes. De plus, une analyse topographique du sud de la Carinthie montre que bien d’autres éléments du relief ou hydrographique seraient susceptibles de déterminer une frontière dite « naturelle », pour peu que les représentations géopolitiques le permettent.

10Sur la partie orientale, la frontière divise la Styrie, territoire davantage germanisé, à l’image de la deuxième ville slovène, Maribor, située à seulement 15km au sud.

11La dyade entre l’Italie et la Hongrie est la plus courte avec 102 km. Elle représentait la véritable frontière hermétique du temps du communisme, mais son éloignement de la capitale et des principales zones d’activités économiques et voies de communication en ont fait un espace marginalisé. Du temps de la Yougoslavie, les échanges avec la Hongrie s’effectuait principalement par la Croatie ou la Serbie, notamment parce que la longueur de la dyade est plus courte, mais aussi parce que les territoires frontaliers sont peu urbanisés : du côté slovène, la région du Prekmurje (littéralement au-delà de la Mur) ne compte pas plus de 80 000 habitants et la ville principale Murska Sobota pas plus de 15 000. Le même constat est valable du côté hongrois, alors que face aux territoires croate et serbe des villes comme Pecs ou Szeged étaient des carrefours de communications qui se prolongeaient vers les autres ex-républiques yougoslaves. Ce n’est qu’en 2001 qu’une voie de chemin de fer fut inaugurée entre la Slovénie et la Hongrie avec l’aménagement de la gare frontalière de Hodoš.

De la limite formelle à la frontière Schengen de l’Union européenne : la nouvelle frontière avec la Croatie

12Du temps de la Yougoslavie, la Slovénie ne possédait une frontière qu’avec une seule ex-république de la Fédération, la Croatie. Longue de 650 km, la dyade slovéno-croate présente le paradoxe de faire partie des frontières étatiques les plus récentes depuis les indépendances de 1991, mais en même temps, de constituer l’une des limites les plus anciennes en Europe. Conformément aux conclusions de la commission dirigée par Robert Badinter, les limites entre anciennes républiques yougoslaves devaient se transformer en frontières étatiques.

13Cette frontière se caractérise également par deux parties : la partie orientale aux contours acceptée par les deux États ; la partie istrienne, délimitée récemment avec l’Italie et la Croatie où se côtoient différents peuples (Italiens, Slovènes, Croates). La partie orientale de la dyade sépare les deux entités depuis le milieu du XIIIe siècle, après l’intégration de la Carniole et de la Styrie par les Habsbourg. Cette limite a perduré depuis sous différentes formes : frontière entre l’Autriche et la Hongrie sous la Double monarchie, limite administrative entre la Dravska Banovina et la Savska Banovina entre 1929 et 1941 lors de la période de la dictature royale yougoslave, puis entre les républiques slovène et croate de la Fédération.

  • 6 La limite entre Slovénie et Croatie est presque la même que celle qui a prévalu après la cession de (...)
  • 7 Il reste environ 3000 Italiens en Istrie slovène et 70 000 en Istrie croate.

14La partie occidentale de la frontière, notamment en Istrie, a été, elle, au contraire très mouvante. La république de Venise a occupé le littoral jusqu’à sa chute en 1797, puis l’Autriche jusqu’en 1918. L’Italie a conquis l’Istrie à la fondation du nouvel État yougoslave et il faut attendre le règlement de la question de Trieste en 1954 pour stabiliser la frontière et délimiter les républiques de Slovénie et de Croatie. Le TLT (Territoire Libre de Trieste) a été mis en place sous l’égide des Nations-Unies entre 1948 et 1954 et a divisé la zone en litige entre une zone A regroupant Trieste et ses environs et une zone B, découpée en deux parties, slovène et croate6. À la restitution de la zone B à la Yougoslavie en 1954, les limites de la Slovénie avec l’Italie et la Croatie ont été confirmées. La composition ethnique de la population a grandement changé après l’expulsion de la majorité des 350 000 Italiens vivant en Istrie7.

  • 8 Dictionnaire de géopolitique, 1993, p. 651.

15La frontière entre ces deux États récents ne fait pas l’objet d’un litige particulier, élément remarquable si l’on tient compte des enjeux territoriaux dans les Balkans. La raison principale est surtout liée à une répartition ethnique homogène et au fait que Slovènes et Croates revendiquent d’autres territoires aux marges de leurs États (respectivement la Carinthie et une partie de la Vénétie Julienne et l’Herzégovine). D’après Yves Lacoste8, la plupart des frontières entre les États résultent de leurs rapports de forces militaires à un certain moment de l’histoire et la rivalité territoriale d’un État peut se trouver « gelée » sous l’influence d'États plus puissants. Il est important de noter qu’en dépit d’une délimitation opérée par l’Autriche, la partie orientale de la frontière est la plus stable et n’a pas été remise en cause. 

16En revanche, au moment où les deux États ont recouvré leur indépendance, sont nées des revendications territoriales, non pas de la frontière terrestre décidées par d’autres puissances (Autriche à l’est, Yougoslavie à l’ouest) mais sur la frontière maritime, qui n’avait jamais été formellement délimitée.

17La question de la baie de Piran est présentée par les deux parties comme une importante opportunité géopolitique : les Slovènes revendiquent un tracé de la frontière maritime dans le prolongement de la rivière Dragonja, ce qui permettrait un accès direct aux eaux internationales ; les Croates réclament le partage équitable de la baie, ce qui leur donnerait un accès direct aux eaux territoriales italiennes et au port de Trieste. Pourtant la baie de Piran ne présente pas d’enjeux économiques particuliers : pour la Slovénie, le trafic portuaire est dirigé vers Koper plus au nord et les ports croates les plus importants se trouvent beaucoup plus au sud. Il s’agit avant tout d’un problème de rivalités de pouvoir dans un contexte politique où la Slovénie, en tant que membre de l’UE, se trouve en position de force. Ainsi, depuis 1991, les exigences slovènes pour l’accès à la haute mer et l’obtention d’un nouveau tracé frontalier, sur une zone couvrant 1% de la frontière slovéno-croate, enveniment les relations bilatérales entre les deux pays.

18À la bibliothèque nationale de Ljubljana, le département cartographique ne possède pas de carte précise de la baie, preuve qu’avant l’indépendance la limite maritime entre les deux républiques ne se posait pas. La carte la plus ancienne est française et date de 1806 : elle a été dressée par le Secrétariat d'État au Département de la Marine et des Colonies. En 1911, la General Karte vom Küstenland de Lechner désigne la baie de Piran en une seule entité s’étendant de Muggia au sud de Trieste à Savudrija aux confins septentrionaux de la Croatie. En 1921, le territoire appartient à l’Italie mussolinienne et une carte slovène mentionne deux appellations, Piranski zaliv et Sičjolski zaliv. En 1936, une représentation serbe inclut la péninsule istrienne dans sa représentation du royaume yougoslave. La baie est alors appelée zaliv Sičole, qui semble mélanger le nom slovène (Šečovlje) au nom italien (Sicciole). En 1953, alors que la baie est incluse dans le Territoire Libre de Trieste, une carte du district de Koper rattache la baie à la ville slovène. La partie B du TLT était divisée entre deux districts (Koper et Buje) et leur limite a également servi à délimiter la frontière entre les deux républiques. En 1956, c'est-à-dire désormais en territoire yougoslave, une carte de l’armée fédérale mentionne uvala Šečovlje. La même année, une carte publiée à Zagreb divise la baie entre uvala Portorož et uvala Šečovlje attestant ainsi la volonté de la Croatie d’occuper le terrain. Depuis l’indépendance, certaines cartes à destination du grand public ont cherché à délimiter la baie : par exemple, la représentation de l’Istrie de Freytag-Berndt de 1997 mentionne Piranski zaljev (zaljev, baie en croate, zaliv en slovène) et Koprski zaliv (pour la baie de Koper, elle complètement en Slovénie). La carte croate Republika Hrvatska-Istra reprend logiquement le tracé de la frontière maritime avec un tracé partagé de la baie. Le trait est particulièrement marqué et la délimitation terrestre est erronée à l’avantage de la Croatie, ce qui augmente encore la surface revendiquée dans la baie.

19Aux indépendances de 1991, la Slovénie demandait donc le partage de la baie de Piran dans le prolongement du cours de la rivière Dragonja, ce qui lui donnait l’essentiel du contrôle. La Croatie revendiquait le partage égal de la baie, estimant qu’elle n’avait jamais été délimitée. D’une certaine manière, la Slovénie s’est appropriée la baie sans base juridique légale, mais utilise des arguments géographiques : elle possède une grande partie de la surface terrestre du pourtour de la baie et ne peut diviser sa baie de manière égale. La Croatie estime de son côté que la partie de son littoral doit bénéficier des eaux territoriales adéquates, ce qui est incompatible avec le tracé slovène de la baie. En 1997, un accord de coopération et de circulation transfrontalière est signé que le parlement slovène a ratifié en 2001, les anciens Premiers ministre Janez Drnovšek et Ivica Račan étant parvenus à un accord. En revanche,  le Parlement croate ne le ratifia pas. Mais Ljubljana, elle, considère l’accord valide et tient à sa mise en œuvre. La situation s’est alors détériorée progressivement.

20Derrière l’enjeu de la délimitation maritime entre les deux États et qui semble davantage obéir à des questions de politique intérieure, se cache celui de l’acceptation de nouveaux territoires balkaniques dans l’UE par d’autres États issus de l’ex-Yougoslavie. L’adhésion annoncée de la Croatie pourrait ainsi reposer la question de l’admission d’autres ex-républiques yougoslaves dans l’UE comme la Bosnie-Herzégovine, occupée de fait par Zagreb, la Serbie, principal rival dans les Balkans, et le Monténégro avec lequel le pays nourrit un autre litige sur sa frontière maritime. Pour la Slovénie aujourd’hui, comme pour la Croatie demain, l’adhésion à l’UE est une reconnaissance de l’État, mais aussi de la nation : or dans les Balkans, la question nationale se construit souvent contre le peuple voisin, d’où l’importance de la thématique de la frontière. De plus, face à une Serbie qui a été accusée de vouloir dominer la politique de la Fédération yougoslave, les difficultés posées par Ljubljana à d’autres ex-républiques yougoslaves cherchent à démontrer que la Slovénie fait partie de l’Europe développée et alpine, au contraire des autres, reléguées au rang d’ex-république balkanique. Cette représentation orgueilleuse de la position slovène, souvent entendue directement ou indirectement en Slovénie en confirme une autre qui avait cours au moment de l’introduction de l’euro en janvier 2007, lorsque la population attendait avec fierté de pouvoir payer avec la même monnaie que les Autrichiens ou les Italiens, les anciens colonisateurs. Il est d’ailleurs à noter que si, comme dans les autres pays de l’UE, les prix ont abusivement augmenté depuis, les Slovènes ne se plaignent pas de l’euro, comme l’illustre le sentiment pro-européen slovène, clairement affiché lors des résultats du référendum de mars 2003 ou par l’adoption de l’euro voulu par l’ensemble de la classe politique -extrême droite incluse- .

Les frontières-murs dans les représentations de la nation slovène

21En Slovénie, comme dans les autres États d’Europe centrale et orientale, le sentiment d’appartenir à la nation est davantage lié à la déclaration ethnique, c'est-à-dire à la nationalité, qu’au lien avec l'État, ou la citoyenneté. Comme dans d’autres États d’Europe centrale et orientale, la Slovénie est un État-nation où la représentation de la déclaration ethnique est déterminante et il est utile de s’interroger sur les interactions entre le territoire et les populations. Si la Slovénie n’est pas connue pour des enjeux ethniques sensibles, le taux de déclaration ethnique des non Slovènes augmente régulièrement, alimentant un discours de rejet des populations allogènes par une partie de la population.

22Le dernier recensement de la population organisé en Slovénie en avril 2002 a estimé que 83% de la population s’est déclarée de nationalité slovène contre 88% en 1991 et 92% en 1981. Lorsque les résultats ont été publiés en 2003, il a été impossible de déterminer le taux des différents nationalités, d’abord parce que l’Office national des Statistiques ne communiquait pas ces données, mais aussi parce qu’une loi votée après 1991 interdisait de donner des statistiques ethniques pour des effectifs de population de moins de 10 individus. Comme la Slovénie était divisée en 192 communes en 2003 (210 à présent) et que l’on dénombre une quinzaine de nationalités potentielles, de nombreuses réponses n’ont pas été prises en compte dans l’exploitation des statistiques. C’est pourquoi officiellement, seuls 10% des 17% de non Slovènes ont été comptabilisés, et sont presque tous issus d’une autre ex-république yougoslave.

23Au cours de ces dernières années, plusieurs affaires impliquant des ressortissants des ex-républiques yougoslaves ont secoué la société slovène. La plus connue, est celle dite des « effacés » où plus de 25 000 personnes (1,25% de la population totale) ont été secrètement et illégalement effacées des registres nationaux à partir de février 1992. Curieusement, l’affaire n’a été massivement connue par les Slovènes qu’à partir d’une décision de la Cour constitutionnelle d’avril 2003 qui exigeait du gouvernement de centre-gauche dirigé par Anton Rop de régulariser la situation de toutes ces personnes. La droite slovène s’employa alors à dépeindre les effacés comme des soldats de l’armée fédérale yougoslave qui avait combattu contre les forces territoriales slovènes en juin 1991 ou comme des immigrés venus profiter des richesses du pays.

  • 9 La communication du ministère de l’Intérieur a favorablement évolué depuis l’arrivée de Katarina Kr (...)

24Face à une opinion publique majoritairement hostile aux effacés ; l’opposition fit des effacés un sujet central de la campagne des élections législatives d’octobre 2004, parvenant même au pouvoir à l’issue d’un scrutin pour la première fois depuis l’indépendance. Cette affaire a connu des évolutions positives depuis janvier 2009 avec la volonté de la nouvelle ministre de l’Intérieur, Katarina Kresal, de trouver une solution acceptable9.

25D’autres affaires concernant des groupes ciblés de la population ont également agité la société slovène. Ainsi, le projet de construction d’une mosquée à Ljubljana existe depuis le début des années 1970, mais a été plus sérieusement évoqué depuis le début de la décennie. Bien que près de 3% de la population du pays soit musulman, la Slovénie est l’un des rares États européens sans mosquée. De nombreux débats ont été organisés pour choisir son emplacement, et de nombreuses prises de position des politiques ont fait un lien entre l’Islam et le terrorisme. De même, en octobre 2006, la population d’un village à une trentaine de kilomètres au sud-est de Ljubljana, Ambrus, se révolta contre une famille Rom, l’accusant à tort d’une tentative d’homicide. Toutes ces affaires ont tour à tour stigmatisé différents groupes ethniques ou religieux (du reste de l’ex-Yougoslavie, en particulier les Serbes, les Bosniaques et les Albanais), les Musulmans et les Roms. À cela s’ajoute, la rivalité avec la Croatie, largement visible dans les litiges du règlement frontalier, notamment dans celui de la baie de Piran.

26Dans le même temps, l’intégration réussie de la Slovénie dans l’Union européenne et ses composantes (Schengen, euro, présidence européenne) a déplacé la « frontière-mur » au sud, entre un territoire slovène développé et complètement intégré aux États les plus avancés du continent et des territoires balkaniques instables et qui se trouvent toujours dans un système politique guère plus avancé qu’à la fin des conflits des années 1990. C’est sans doute d’ailleurs de cette manière qu’il convient de comprendre les discours nationalistes slovènes à l’encontre des ressortissants issus des autres ex-républiques yougoslaves : s’il est manifeste qu’une minorité de la population s’oppose à « l’étranger » en général, il ne s’agit pas tant pour les autres de xénophobie que de la volonté de différencier de manière abusive la Slovénie des territoires balkaniques. En ce sens, le terme frontière ne désigne pas ici seulement une séparation plus ou moins affirmée car les Slovènes et les Croates gardent des liens étroits (Zagreb n’est qu’à 20km de la Slovénie), mais un concept plus large dont l’idée pourrait se traduire par le terme anglais, frontier, c'est-à-dire ce qui est de « l’autre côté » et qui marque bien sûr la limite territoriale, linguistique et ethnique, mais stigmatise surtout le retard économique, politique et en matière de droits de l’Homme.

  • 10 Cf Laurent HASSID, Les enjeux de la présidence slovène de l’Union européenne (p.77-79), le Courrier (...)
  • 11 Un scandale a éclaté en Slovénie en février 2008, lorsque le quotidien Dnevnik a retranscrit des co (...)

27Il s’agit donc de représentations éminemment géographiques puisque l’une des priorités des autorités slovènes depuis 1991 a été de présenter le pays comme un territoire alpin et non balkanique. Le choix de la couleur verte pour les logos touristiques, le maillot des équipes nationales sportives était là pour rappeler la primauté de la nature, excellemment symbolisé par le lac de Bled…dans les Alpes. Ces représentations géographiques, qui sont utilisées pour différencier la Slovénie des autres peuples balkaniques, sont également avancées pour attester de la complexité de la nation slovène et notamment de ses différentes régions. Preuve de cet opportunisme de la représentation géographique, les autorités slovènes se sont présentées comme des interlocuteurs privilégiés au premier semestre 2008 lorsque le pays a occupé la présidence européenne10 et joué un rôle certain dans l’indépendance du Kosovo, sous la pression directe des États-Unis11.

28Ces représentations différentes tendent aussi à montrer la complexité du débat national en Slovénie. Vue de l’extérieur, elle apparaît – au contraire des autres États balkaniques – comme une nation homogène. Or, les Slovènes distinguent nettement les différentes régions de leur petit État. La Carniole, avec pour centre Ljubljana, est découpée en trois entités (Haute-Carniole, Moyenne-Carniole et Basse-Carniole) ; la Styrie, autour de Maribor, le Prekmurje à l’est, l’Istrie à l’ouest, la Carinthie au nord autour de la ville de Dravograd.

29Une partie importante de la population s’identifie à une région, qui fait l’objet de représentations spécifiques.

30Les deux principales régions rivales sont la Carniole et la Styrie, car si elles faisaient toutes deux parties de l’Autriche avant 1918, l’influence germanique plus marquée en Styrie, notamment dans l’emploi plus répandu de l’allemand, a créé une coupure culturelle durable. Les discours rivaux entre Ljubljana et Maribor sont fréquents et se retrouvent dans les élites de la société.

31Mais chaque région possède ses propres représentations : les habitants du Prekmurje, région peu peuplée, sont perçus comme calmes et pondérés avec un penchant pour le vin ; en revanche ceux d’Istrie, du fait de leur histoire, sont assimilés à des Italiens, c'est-à-dire à des gens en qui on ne peut avoir confiance. Un proverbe slovène restitué par le géographe Matjaž Klemenčič dit « qu’il vaut mieux tuer un habitant du karst qu’une vipère » (cet animal étant très répandu dans le relief karstique). À cela s’ajoute la réputation pingre des habitants du Gorenjska ou le goût prononcé pour l’alcool de ceux du Dolenjska où se trouvent de nombreuses vignes.

  • 12 Slovenije atlas, carte de Tine Logar et Jakob Rigler, Institut de géographie de Ljubljana.
  • 13 Slovenski lingvistični atlas, de Metka Furlan, Institut des dialectes slovènes.

32Pour ludiques que peuvent apparaître ces représentations, elles participent néanmoins à une véritable définition de l’idée de nation en Slovénie. Pour preuve, ce découpage régional est largement repris dans la définition des limites des nombreux dialectes slovènes. Chaque atlas slovène publie systématiquement une carte des dialectes du pays avec des découpages et des appellations qui diffèrent parfois en fonction des ouvrages. Dans l’atlas de Slovénie, édité par l’Institut de Géographie de Ljubljana, pas moins de 7 groupes dialectaux ont été cartographiés qui se décomposent en 37 dialectes et 12 parlers12. En somme, la Slovénie aurait un plus grand nombre de dialectes que la Russie. Les limites sont tracées de manière très précises, suggérant ainsi le caractère évident de leurs tracés. La représentation des différents groupes dialectaux à l’aide de couleurs aussi différentes que le bleu, le vert, le rose, le jaune, l’orange ou le marron participe au morcellement du territoire et répand l’idée d’une complexité linguistique, qui sur le terrain ne se manifeste que par des accentuations ou des mots isolés différents de la langue slovène standard. Mais dans les discours de nombreux Slovènes, l’idée d’un morcellement linguistique en dialectes est très répandue et des dictionnaires sont même publiés. Par exemple, il en existe un pour le seul village de Beltinci dans le Prekmurje (Slovar beltinskega prekmurskega govora de Franc Novak, le dictionnaire du dialecte du Prekmurje de Beltinci), par ailleurs majoritairement peuplé de Hongrois. En Istrie slovène, le dictionnaire du parler du village de Sv. Antoni pri Kopru a été publié en 1995 par un éditeur de Trieste. Dans l’Atlas linguistique slovène, on trouve des cartes sur les 15 prononciations différentes mot « neige » (sneg) ou les 26 traductions du mot « forêt » (gozd)13.

  • 14 Zemljavid Slovenske dežele in pokrajin (carte des pays et des régions slovènes), 1853, 1/576000ème.

33Mais le phénomène le plus marquant des dialectes slovènes et de leurs représentations géographiques est la mention de dialectes slovènes sur des territoires autrichien, italien ou hongrois, laissant ainsi supposer que la langue dominante y serait un dialecte slovène. Ces territoires, qui sont considérés par les Slovènes comme faisant partie de leur espace national (Carinthie autrichienne, Gorizia et Trieste) sont rangés dans le même groupe dialectal que les territoires de la Carinthie slovène ou de l’Istrie. Pour comprendre le sens de ces limites, il faut rappeler l’œuvre de l’historien Peter Kozler, qui en 1853 publia la première carte de Slovénie en slovène14. On peut y voir une ligne bleue entourant l’espace linguistique slovène, qui englobe les mêmes territoires que les dialectes slovènes. La carte de Kozler, presque utilisée comme un symbole national tant on peut la trouver dans les lieux publics (restaurants, administration) ou privés, semble légitimer aux yeux des Slovènes la carte des dialectes.

34La mise en avant de la complexité de la nation slovène a des conséquences politiques très concrètes. En tant qu'État indépendant, la Slovénie a mis en place une réforme de régionalisation, avalisant par référendum en juin 2008 le découpage du pays en 13 régions ! De nombreux débats animés ont eu lieu sur les limites de chacune d’entre elles. Le gouvernement Janša (droite) qui a mis en place la réforme a voulu mettre en valeur les particularismes des régions slovènes et jaugé l’état de l’opinion trois mois avant les élections législatives de septembre 2008. Le taux de participation a été historiquement bas (à peine 11%), mais la réforme a été adoptée.

35La frontière plus hermétique que la Slovénie yougoslave a possédé avec l’Italie, l’Autriche et encore plus avec la Hongrie s’est déplacée vers celle avec la Croatie. Vu de l’extérieur, il est évident que la frontière entre les deux anciennes républiques yougoslaves soit perçue comme une zone de front, puisqu’il s’agit aussi d’une des limites de la zone Schengen. Mais, l’aspect le plus spectaculaire de la césure entre la Slovénie et le reste des Balkans n’est pas tant déterminé par une limite administrative, dont le statut est appelé à évoluer rapidement avec l’adhésion croate à l’UE, mais plutôt par la différence politique, économique et sociale toujours plus accentuée. Autrefois intégrés dans le même État – en dépit de niveaux de développement différents, la Slovénie et les territoires balkaniques semblent bien plus éloignés que nous l’indique l’histoire récente ou la géographie. Ainsi, plusieurs citoyens d'États balkaniques ont besoin d’un visa pour entrer en territoire slovène, et les Serbes n’en sont exempts que depuis le 19 décembre 2009.

36La spectaculaire évolution des frontières slovènes démontre que l’appartenance d’un membre à l’Union européenne diminue l’idée de séparation entre ses États, mais pas entre entités nationales. La notion de séparation est en revanche accentuée aux frontières de l’espace Schengen, où il ne s’agit plus de délimiter un espace étatique ou national, mais un ensemble d'États-nations ayant décidé d’un commun accord à constituer un vaste territoire de libre-échange et de libre circulation des biens et des personnes. La notion de frontière-mur est appelée à disparaître sur le plan administratif avec l’intégration des États balkaniques et l’extension à prévoir de l’espace Schengen, mais le vrai enjeu de l’ouverture frontalière est la capacité pour la Slovénie comme pour les autres ex-républiques yougoslaves à redéfinir le rapport avec la nation.

Haut de page

Notes

1 Dans, Fronts et frontières (1991), Michel Foucher utilise ce terme pour définir un segment frontalier.

2 On peut notamment comparer le terme « Frontier » utilisé au XIXe siècle pour stabiliser la frontière entre les États-Unis et le Mexique et l’expression « The Border » définissant depuis une dizaine d’années cette même frontière politiquement non en litige, mais aux enjeux migratoires essentiels.

3 Les Slovènes des États limitrophes sont appelés zamejci  et ceux issus d’une immigration plus lointaine (États-Unis, Argentine, Australie), les izseljenci.

4 Le géographe Matjaz KLEMENCIC a publié une carte montrant toutes les modifications de la frontière, mais aussi les différents projets de tracé, dans The Role of the Border Region of the Northern Adriatic in Italy (p.280), Annales n°10, 1997

5 CAKLOVIC Jos, Drzava Srba, Hrvata i Slovenaca, 1/ 1 000 000ème, éditions Jos Caklovic, 1918-20, Zagreb

6 La limite entre Slovénie et Croatie est presque la même que celle qui a prévalu après la cession de la zone B à la Yougoslavie en 1954 : néanmoins, la presqu’île de Savudrija au sud de la baie de Piran, était alors un territoire appartenant à la Slovénie, ce qui a en partie justifié les revendications de Ljubljana sur le contrôle de la baie de Piran.

7 Il reste environ 3000 Italiens en Istrie slovène et 70 000 en Istrie croate.

8 Dictionnaire de géopolitique, 1993, p. 651.

9 La communication du ministère de l’Intérieur a favorablement évolué depuis l’arrivée de Katarina Kresal en novembre 2008 : des données statistiques plus précises sont publiées sur le site ; le 20 janvier 2009, le nombre d’effacés a été réévalué à 23 747 personnes contre 18 305 jusqu’alors.

10 Cf Laurent HASSID, Les enjeux de la présidence slovène de l’Union européenne (p.77-79), le Courrier des Pays de l’Est  n°1064, novembre-décembre 2007.

11 Un scandale a éclaté en Slovénie en février 2008, lorsque le quotidien Dnevnik a retranscrit des conversations téléphoniques entre le ministre des Affaires étrangères, Dimitrij Rupel et un haut représentant américain qui dirigeait véritablement la diplomatie slovène sur l’indépendance du Kosovo, proclamée le 17 février 2008.

12 Slovenije atlas, carte de Tine Logar et Jakob Rigler, Institut de géographie de Ljubljana.

13 Slovenski lingvistični atlas, de Metka Furlan, Institut des dialectes slovènes.

14 Zemljavid Slovenske dežele in pokrajin (carte des pays et des régions slovènes), 1853, 1/576000ème.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent HASSID, « La notion de Mur en Slovénie : de la Yougoslavie à la limite Schengen », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 20 juin 2010, consulté le 29 avril 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/452 ; DOI : 10.4000/mimmoc.452

Haut de page

Auteur

Laurent HASSID

Chercheur associé en géographie au Laboratoire de recherches EEE (Europe, Européanité, Européanisation) à l’université Bordeaux 3, Docteur de l’Institut français de géopolitique de l’université Paris 8 (Nation et État en Slovénie : la question de la citoyenneté).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page