Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de conférences

Migration, Culture et Identité

Compte-rendu de la conférence du Professeur Iain Chambers (Université de Poitiers, 6 mai 2010)
Claire Sallaberry

Texte intégral

1Lors de la conférence donnée par Iain Chambers à l'Université de Poitiers le jeudi 6 mai 2010, ce professeur anglais à l'Université Orientale de Naples nous a présenté son intérêt pour la promotion d'un nouveau regard au sein des études postcoloniales.

2En prenant comme point de départ son livre Migrancy, Culture, Identity (1994), l'auteur souhaite continuer à développer les notions d'identité et de citoyenneté, et propose de les confronter au phénomène prédominant dans l'organisation actuelle du monde : la mondialisation.  

3Le point central de son étude réside dans la dénonciation de l'hégémonie culturelle imposée par les pays occidentaux face aux autres histoires, aux autres cultures. Il prend l'exemple du « récit de l'Atlantique » (d'un point de vue économique, culturel et politique) et insiste sur son rôle dans la formation du monde moderne. Avec le commerce des esclaves, les Occidentaux ont hérité d'un modèle de pensée, que I. Chambers décrit comme un « noyau central de l'héritage intellectuel et éthique de l'Occident ».

4En soulignant à quel point un certain nombre de violences (dont la traite des esclaves) commises à l'égard des cultures non occidentales ont été et sont toujours passées sous silence, I. Chambers insiste sur le caractère prépondérant de la conception du monde par les pays du Nord (Europe et Amérique du Nord). En choisissant les éléments qui composent l'Histoire de référence, les anciens colonisateurs perpétuent le schéma de domination en vigueur jusqu'au long et douloureux processus de décolonisation. Alors qu'auparavant les colons s'installaient physiquement sur des terres dites « vierges » (bien que peuplées d'autochtones), de nos jours, le pouvoir réside dans la capacité des plus puissants à imposer un certain regard avec l'aide précieuse des médias (dirigés, bien entendu, par les puissants) qui participent à la création d'un consensus sur l'information disponible.

5Du fait de ce consensus, cette Histoire devient donc formatée et empêche l'expression du point de vue des minorités. En effet, I. Chambers interprète l'espace mondial comme « ni unique, ni homogène », il existe plusieurs réalités désignées par l'auteur comme des « modernités ». Les diverses réalités présentes aux quatre coins du monde constituent tout autant de modernités. De ce fait, chaque voix devrait être représentée. Par conséquent, nous pouvons qualifier la perspective de l'auteur comme tendant à s'éloigner d'une vision considérée comme trop eurocentriste.

6Pour illustrer son propos, I. Chambers utilise la figure du migrant. Dans un espace de plus en plus mobile du fait de la mondialisation, les « frontières deviennent poreuses ». S'éloignant ainsi de la rigidité qui les caractérisait autrefois, le migrant est face à une nouvelle forme de flexibilité, où il va et vient presque à sa guise. Cette mobilité remet sans cesse en question les composantes de notre identité (celle des pays d'Europe et d'Amérique du Nord) car l'immigration apporte également des changements culturels. Ces interrogations se traduisent souvent par un peur grandissante de « l'autre », entraînant les cultures majoritaires à percevoir le « migrant comme une menace politique, culturelle et ontologique ». Cela dit, I. Chambers ne cantonne pas le migrant à être le simple représentant de la « modernité mobile », celui-ci incarne l'interrogation continuelle de « l'identité véritable du sujet politique d'aujourd'hui ». Puisqu'il nous invite à réfléchir et repenser notre identité, un sentiment de dangerosité du migrant a émergé au court du dernier siècle et a été en partie régénéré par « la guerre contre le terrorisme » lancée par les États-Unis après les attentats du 11 septembre 2001. Ces événements montrent bien l'incompréhension et la négation de l'altérité due à l'amalgame opéré par la majorité envers les cultures minoritaires.

7La guerre contre le terrorisme ou xénophobie contemporaine, comme l'appelle I. Chambers, se dirige donc vers les pays où la religion est l'Islam. Une différence s'instaure donc entre le descendant de l'Europe perçu comme « vrai citoyen » et l'être issu de l'immigration, considéré comme un citoyen « de seconde classe ». Nous noterons que ce citoyen de seconde classe est encore plus discriminé, de nos jours, s'il est musulman pratiquant.

8Un paradoxe apparaît ici puisque la construction même du monde occidental repose sur l'immigration. Selon Iain Chambers, alors qu'aujourd'hui les Occidentaux nient l'accès à certains droits fondamentaux aux migrants qui, hier, ont peuplé l'Occident (pour la plupart des esclaves), nous participons à pérenniser une « précarité du migrant », dorénavant libre, qui nous dessert plus qu'elle ne nous est utile.

9Cette violente négation de l'altérité conduit à deux besoins. D'une part, pour mieux comprendre la situation du migrant, nous, Européens, sommes confrontés au réel besoin d'analyser la façon dont nous appliquons notre justice et à qui elle s'applique. Nous nous rendons ainsi compte que la loi est donc différente selon nos origines. Ce que I. Chambers nous explique, c'est que dans le même temps, cette loi garantit notre « appartenance », mais confère au migrant une qualité d'existence qu'il qualifie de « dénuée » (de justice, d'accès à la citoyenneté).

10Dans un second temps, à cause de la mondialisation et de l'essor des échanges entre pays, il est primordial d'accepter que nous sommes tous sujets au métissage. Les cultures (tout comme les langues qui en sont des composantes) évoluent en s'inspirant de « l'autre » que paradoxalement, nous semblons rejeter.

11En raison de ce métissage et de cette altération de notre culture, Iain Chambers souhaite par conséquent nous orienter vers une réévaluation de la modernité à travers d'autres sources.

12En donnant la parole aux oubliés, il désire privilégier les visions non eurocentristes, par le biais « des récits d'exclus ». Cette approche permettrait de s'éloigner de la vision universaliste qui a été imposé par l'Occident depuis cinq siècles, et légitimerait d'autres perspectives, moins hégémoniques. Ici, l'exemple d'Haïti et de sa révolution en 1791 est tout à fait pertinent. En demandant à Paris d'en finir avec la colonisation, les « Jacobins Noirs » ont utilisé la même rhétorique que celle des partisans de la Révolution Française de 1789. Cet exemple démontre à quel point nous, Européens, pouvions nous battre au XVIIIe siècle pour l'obtention d'une démocratie jugée légitime, et en parallèle, dénier cette même démocratie aux Haïtiens en réprimant avec violence les mouvements indépendantistes.

13En prônant une approche nouvelle dans les études postcoloniales, I. Chambers revendique la vivacité de la présence contemporaine des restes du colonialisme. Il perçoit l'identité, la culture, la modernité et la citoyenneté, au sein d'un espace national, comme des paramètres qui « modifient et façonnent les horizons politiques et culturels. »

14De plus, avec une mobilité de plus en plus accrue, le phénomène de mondialisation facilite les échanges, diminue les barrières frontalières mais ne semble pas pour autant atténuer les revendications identitaires. La recrudescence de mouvements nationalistes est un symptôme de l'ouverture vers les autres qui apparaît comme effrayante (gardons en mémoire les élections présidentielles de 2002 en France). Cependant, la pertinence de ces revendications est remise en question par le contexte mondial. De nos jours, quelle que soit son origine, le citoyen tend à sortir de son cercle purement national. L'État nation a perdu de sa splendeur au profit d'alliances de pays présents au sein d'une même région (ALENA, MERCOSUR, Europe etc...).

15Nous percevons donc une certaine forme d'évolution : tout d'abord, nous nous définissons comme appartenant à une nation, puis à une région du monde grâce à des accords économiques, politiques ou militaires. Il serait donc intéressant de continuer le travail de Iain Chambers, et d'analyser les raisons pour lesquelles un citoyen éprouve tant de mal à se définir aujourd'hui comme citoyen du monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Sallaberry, « Migration, Culture et Identité », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 20 juin 2010, consulté le 23 mars 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/458

Haut de page

Auteur

Claire Sallaberry

Etudiante M1, Master Civilisation des pays anglophones

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page