Navigation – Plan du site
I - Fixité et fluidité : espaces réels et imaginaires

Chansons et changements de l’environnement : une étude de cas de la région du Conamara

Ríonach Uí Ógáin

Résumé

Les chansons sont très souvent perçues comme expressions de l’identité culturelle. La musique, la langue, le style et le contexte en représentent quelques-uns des éléments de base. Les chanteurs et leurs chants conservent encore aujourd’hui une identité culturelle malgré la rapidité des communications et des échanges mondiaux. La langue et divers termes de référence permettent de situer une chanson dans une collectivité donnée. Dans le domaine linguistique, le dialecte, ainsi que d’autres particularités, jouent un rôle essentiel. Par exemple, les toponyms mentionnés dans des chansons contribuent également à situer celles-ci. Cet article se propose d’examiner le paysage décrit dans les chants irlandais à partir du répertoire d’un chanteur du XXe siècle provenant de l’ouest de l’Irlande. Pádraigín Mhacaí Mac Con Iomaire était d’abord et avant tout un conteur, mais il a aussi contribué, par un certain nombre de chansons, au catalogue des collectionneurs de chansons traditionnelles, surtout dans les années 1940. Les collectionneurs ont collaboré avec l’ancienne Irish Folklore Commission (1935-1970), maintenant connue sous le nom de « National Folklore Collection at University College Dublin ». Le présent article analysera les paysages, les noms de lieux et le sens de l’identité présents dans ses chansons. Certaines d’entre elles comportent des éléments universels alors que d’autres comportent ce qu’on pourrait décrire comme des éléments plus « locaux » ou « étroitement définis ». Ces différents niveaux seront commentés, analysés et comparés. Ainsi, notre exploration du répertoire de chansons de Pádraig Mhacaí a pour objet de révéler en partie la « mémoire sonore qui reste à déchiffrer », selon l’expression de Walter Benjamin.

Haut de page

Texte intégral

L’Identité

1Chacun de nous possède un sens de son identité locale, mais celle-ci se manifeste de différentes façons et à divers degrés, selon les circonstances et les situations. Nous pouvons observer, par exemple, comment le sens d’une identité locale peut parfois être plus important que l’identité nationale et jouer un rôle plus significatif. Prenons l’exemple des vingt-sept familles gaélophones qui ont quitté leur Conamara natal sur la côte ouest de l’Irlande en 1935 pour s’installer dans la région nouvellement établie de Ráth Cairn à l’intérieur des terres dans le comté de Meath. Il est permis de croire que ces familles et leurs descendants se considèrent toujours comme étant d’abord et avant tout du Conamara, plutôt que du comté de Meath. Leur principale identité se définit donc comme étant du Conamara plutôt qu’Irlandais. Être originaire du Conamara dans les années 1930 évoquait de nombreuses associations, dont surtout la langue gaélique irlandaise mais aussi le mode de vie rural de petites communautés de pêcheurs et d’agriculteurs. Les dialectes de l’irlandais parlé possèdent bien entendu de nombreuses variations et particularités régionales et le caractère distinctif de l’irlandais du district de Carna constitue un tel dialecte. Le village de Carna est situé à 50 miles (80 km) à l’ouest de Galway sur la côte atlantique. Bien que le présent exposé n’ait pas pour objet d’étudier le dialecte irlandais du district de Carna, ce dernier présente certaines particularités qui font qu’une personne originaire de Carna est instantanément reconnue ou située comme telle par les communautés voisines.

  • 1 Pour une étude de ce dialecte voir Ó Curnáin, B. The Irish of Iorras Aithneach County Galway, Dubli (...)
  • 2 Le townland est la plus petite division administrative du territoire en Irlande ;

2L’irlandais de cette région a souvent tendance à étirer les voyelles1. Il possède également une caractéristique linguistique, importante dans les chants de la région, consistant en une forte nasalisation de nombreux sons. La nasalisation est une caractéristique bien connue de la chanson traditionnelle en Irlande et son usage dans la langue parlée de Carna la rend encore plus évidente dans le style de chant local. Bien sûr, la plupart des dialectes régionaux possèdent leur vocabulaire particulier, qui se manifeste dans la composition des chansons locales. Mais je m’intéresserai en priorité à Pádraig Mac Con Iomaire, mieux connu sous le nom de « Pádraigín Mhacaí » du townland2 de An Coillín, immédiatement à l’ouest de Carna, qui vécut de 1869 à 1962.

  • 3 Liam Mac Coisdeala était employé par l’Irish Folklore Commission comme collectionneur à pleins temp (...)
  • 4 L’histoire de l’Irish Folklore Commission est le sujet du livre Briody, M. The Irish Folklore Commi (...)
  • 5 L’Oireachtas a lieu chaque année et on le considère comme l’événement le plus important de la langu (...)

3Pádraig était un pêcheur et un agriculteur. Il épousa en 1901 Máirín Pháidín Choilm Nic Con Iomaire, originaire de l’île voisine de Fínis, et ils eurent huit enfants : Mollie, Bairbre, Ciarán, Bridie, Marcas, Winnie, Annie et Catherine. Máirín Pháidín mourut en 1968 à l’âge de 96 ans. Pádraig était un conteur de renom et le collectionneur de folklore Liam Mac Coisdeala3 recueillit un grand nombre de récits auprès de lui alors qu’il travaillait pour la Irish Folklore Commission4. Dans les années 1940, Pádraig obtint le premier prix du concours annuel de contes de l’Oireachtas5, ou festival de la culture irlandaise, à Dublin. Pádraig était tenu en haute estime en tant que conteur aussi bien dans sa communauté immédiate que dans le monde académique du folklore et sur la scène culturelle nationale, comme le démontrent sa participation et son succès aux concours Oireachtas.

  • 6 National Folklore Collection, University College Dublin, manuscrit numéro et page: 156:110 (désorma (...)

4J’aimerais retracer en partie l’histoire du recueil des pièces obtenues auprès de Pádraig. Il semble que la première personne à avoir recueilli du matériel de Pádraig fut sa fille Annie, âgée de quatorze ans au 23 avril 1931. Annie rédigea dix-sept contes et prières totalisant cent soixante pages manuscrites qui font maintenant partie de la collection de la National Folklore Collection at University College Dublin. La même année, un jeune parent de Pádraig, Tomás Mac Con Iomaire, dont on affirme qu’il n’était âgé que de dix ans, rédigea douze textes totalisant cent soixante pages de plus. Ces recueils furent assemblés sous la direction de l’instituteur local, Liam Mac Coisdeala. À cette époque, Liam contribuait activement à recueillir du matériel pour l’Institute of Irish Folklore, le précurseur de l’Irish Folklore Commission crée en 1935. Sous la direction de Séamus Ó Duilearga, l’Institut avait entre autres pour rôle d’entreprendre la collecte des traditions orales d’Irlande. Plusieurs instituteurs prirent part à ce travail de collecte. La demeure de Pádraig à An Coillín, dans le district de Carna, devint au fil des ans un centre pour la collecte et les collectionneurs. Séamus Ó Duilearga et Liam Mac Coisdeala furent de ceux qui séjournèrent dans la demeure de Pádraig. Parmi les personnes connues dans le monde du folklore et de l’étude de la langue irlandaise qui eurent des liens avec cette résidence on compte Domhnall Ó Cearbhaill et Seán Mac Giollarnáth. L’ouvrage Annála Beaga ó Iorras Aithneach, (« Brèves annales de Iorras Aithneach »), fut publié au cours de l’année 1941. Iorras Aithneach est un nom de lieu désignant l’ensemble du district où vivait Pádraig. L’ouvrage contenait un nombre considérable de chansons et de contes recueillis par Mac Giollarnáth auprès de Pádraig. Il comptait vingt-quatre textes au total et environ quarante cinq pages imprimées. Entre-temps, l’Institute of Irish Folklore avait été remplacé par l’Irish Folklore Commission et Liam Mac Coisdeala fut nommé au poste de collectionneur de folklore à temps plein, qu’il occupa pendant quatre ans bien qu’il ait continué à recueillir du folklore pendant plusieurs années par la suite. Son poste de collectionneur à temps plein lui permit de passer beaucoup de temps avec Pádraig et d’autres conteurs avec qui il avait noué des relations avant 1935. Entre 1935 et 1947, Mac Coisdeala transcrivit plus de mille sept cents pages du matériel de Pádraig. Elles comprennent de longues histoires épiques et d’autres contes de la tradition orale irlandaise. Mais elles consistent surtout en traditions à saveur locale contenant des informations sur les puits sacrés, les récits hagiographiques, ainsi que sur les connaissances reliées aux fées, à l’histoire et aux poètes. La majeure partie de la collection provenant de Pádraig est liée au townland où lui-même, son père et son grand-père étaient nés et avaient passé leur vie. Liam recueillit toutes sortes de textes auprès de Pádraig et en fait, si l’on voulait donner un exemple d’un type de porteur de la tradition qui contribua à une grande variété de matériel, ce serait sans aucun doute Pádraig Mac Con Iomaire. Des remarques telles que le commentaire d’Ó Duilearga accompagnant un conte sur le héros classique irlandais de l’Ulster, Cúchulainn, recueilli en 1935, dans lequel le directeur de la Commission observait qu’il s’agissait d’une version excellente6 témoignent de la réputation de conteur de grand talent de Pádraig. La publication de certains de ses contes dans Béaloideas, la revue de la Folklore of Ireland Society, est une autre indication de l’importance de Pádraig en tant que conteur. Mac Coisdeala recueillit également les paroles de quinze de ses chansons.

La Collecte de Chansons Traditionnelles

  • 7 Pendant ses années avec l’Irish Folklore Commission, Séamus Ennis écrivit son nom en gaélique (Séam (...)
  • 8 Le journal de voyage de Séamus Ennis fut édité par Ríonach uí Ógáin, et le livre qui en résulta a p (...)

5À ce stade, il pourrait être utile d’apporter quelques éléments sur la collecte de chansons et la Folklore Commission. Pendant les années qui suivirent sa création, le travail de collecte de la Commission mettait surtout l’accent sur les longues histoires en langue irlandaise, que l’on considérait en danger de disparition. Une partie du matériel recueilli reflète cependant les champs d’intérêt et/ou de connaissances particuliers des collectionneurs. Même si on reconnaissait que la musique et les chansons exigeaient des compétences particulières, ce n’est qu’en 1940 que la Commission désigna un collectionneur de musique et de chansons à temps plein : Liam de Noraidh. De Noraidh quitta la Commission en 1942 et fut remplacé par Séamus Ennis, qui fut en poste de 1942 à 19477. Le district de Carna occupe une place importante dans l’histoire de l’Irish Folklore Commission et était considéré comme un district aux histoires et aux contes d’une richesse exceptionnelle. Ó Duilearga estimait que ce district offrirait également une abondance de musique et de chansons. Peu après sa nomination, Ennis, âgé de vingt trois ans seulement, visita la demeure de Pádraig à An Coillín en 1942 et logea avec Mac Coisdeala pendant quelques semaines. Étant donné que Mac Coisdeala était le collectionneur irlandais le plus chevronné de l’époque, il est permis de supposer qu’il fut en mesure de conseiller et de guider le jeune Ennis. Ce dernier mentionne à plusieurs reprises les séjours qu’il effectua à la résidence de Mac Con Iomaire en novembre et décembre 1942 et en mai 1943. Ennis tenait un journal de ses activités quotidiennes8. Voici quelques-unes de ses remarques offrant une description de sa vie de collectionneur et qui nous permettent de comprendre l’ambiance qui régnait dans la demeure de Pádraig à cette époque. Le 2 décembre 1942, Ennis écrivait : « Il faisait mauvais temps ce soir. Nous avons tous écouté Pádraig parler avec Liam pendant la soirée ». Et le 9 décembre 1942, il observait : « Liam Mac Coisdeala est arrivé par l’autocar ce soir. Il était complètement trempé. Il était impossible de travailler. Des visiteurs sont arrivés et Pádraig les a divertis avec des histoires ».

6Ennis recueillit trente cinq pièces auprès de Pádraig en novembre et décembre 1942. Vingt-huit d’entre elles étaient des chansons et d’autres étaient consacrées à ses connaissances sur les poètes et les chansons. Nous possédons des versions de sept chansons recueillies par Ennis et Mac Coisdeala auprès de Pádraig. En plus des chansons et des connaissances s’y rattachant, Ennis transcrivit la notation musicale de deux des chansons. Sur la partition de deux chansons, « An Buachaillín Aerach » (Le jeune homme désinvolte) et « An Ghlas-Bheainín Uasal » (La noble, jolie petite dame), Ennis nota que la voix de Pádraig n’était pas particulièrement mélodieuse. Cela était probablement dû en grande partie à son âge avancé. Cela pourrait aussi indiquer qu’Ennis considérait Pádraig davantage comme un conteur que comme un chanteur. À ce jour, aucun enregistrement des chansons de Pádraig n’a été découvert. Il y a lieu de noter cependant que plusieurs personnes ont enregistré des récits racontés par Pádraig sur édiphone et sur disque acétate entre 1936 et 1955. Pádraig se produisit également sur les ondes de la radio nationale. On pourrait s’attendre à ce que Mac Coisdeala ait recueilli moins de chansons de Pádraig qu’Ennis. C’est effectivement le cas, surtout parce qu’Ennis était un collectionneur de musique et de chansons à temps plein, maisaussi parce que Mac Coisdeala se concentrait sur d’autres aspects de l’œuvre de Pádraig. D’une certaine façon, les chansons constituent un aspect secondaire du travail de collecte de MacCoisdeala. L’intérêt de Liam pour les chansons et les connaissances qui les entourent est toutefois évident et il recueillit les paroles de plus de cent chansons dans la baronnie de Baile na hInse, dans l’ouest du comté de Galway pendant qu’il était en poste à la Commission. Aucune chanson entièrement en anglais ne fut recueillie auprès de Pádraig mais nous ignorons si Mac Coisdeala ou Ennis tentèrent d’en recueillir. Les connaissances ou le contexte entourant une chanson constituent un aspect important de la collecte de chansons. Mac Coisdeala et Ennis documentèrent tous deux la tradition entourant les chansons et les commentaires des poètes avec ou sans les paroles de chansons.

7Bien que je n’aie nullement l’intention de comparer les mérites de Mac Coisdeala et d’Ennis en tant que collectionneurs, il serait impossible de ne pas remarquer certaines caractéristiques qui leur sont propres et de constater des différences. Il serait juste de reconnaître que le fait que Mac Coisdeala était un ancien instituteur, ainsi que sa familiarité avec la région et sa langue ou dialecte, sont évidents dans ses transcriptions. Bien que Mac Coisdeala n’utilisât pas l’alphabet phonétique international, il reproduisait le dialecte avec beaucoup de précision. Cependant, une certaine subjectivité transparaît dans le travail de transcription des deux collectionneurs. Il se peut, par exemple, que certains collectionneurs, lecteurs ou auditeurs relèvent des formes archaïques qui n’ont pas été remarquées par d’autres collectionneurs.

Les chansons et les toponyms

8Comment les chansons sont-elles l’expression d’identités différentes, à l’échelle individuelle, locale et nationale ? Comment deviennent-elles associées à une région donnée, surtout lorsqu’elles ne portent pas nécessairement sur cette région ? Par exemple, une chanson peut ne contenir aucune référence à un nom de lieu ou à un nom propre associé au district dans lequel elle est chantée et recueillie. Certaines chansons peuvent être connues ailleurs sous un nom différent et d’autres chansons peuvent être connues uniquement dans le Conamara. La joyeuse chanson « Whiskey o rowlaway rowlaway » recueillie par Ennis à l’île de Fínis, ainsi qu’auprès de Pádraig Mac Con Iomaire, est un exemple du second type de chanson. Ceci est corroboré par la note suivante, qu’Ennis fit dans son journal le 18 août 1943 alors qu’il recueillait du matériel dans le comté de Donegal. Il nota:

On m’a demandé de chanter et j’ai chanté « Fill, Fill a Rúin, Ó » (Reviens, reviens, oh, ma chérie) (Spidéal). Elle a fait un tabac et j’ai chanté « Whiskey o Rowlaway, Rowlaway » (Fínis) et cela aussi a fait un tabac. ……Cela en dit long sur les chansons de Conamara. De retour à la maison à quatre heures du matin.

9Nous pouvons donc maintenant nous tourner vers les chansons de Pádraig et voir comment elles se situent dans le contexte dans lequel elles ont été recueillies. Comme il serait impossible d’examiner en détail toutes ses chansons, j’en ai choisi quelques unes qui illustrent de différentes manières comment les chansons reflètent certains aspects de la communauté d’où elles proviennent.

10Pour débuter avec le répertoire de chansons, le catalogue de Pádraig appartient en majeure partie à la catégorie de chants d’amour lyriques, encore dominante dans la tradition des chants en langue irlandaise. Ces derniers sont l’expression directe d’une émotion intense et, en tant que genre, ne sont pas passés à la tradition des chants de langue anglaise d’Irlande. Outre la langue et les caractéristiques dialectales, ces chansons se distinguent par les noms propres utilisés, en d’autres termes, les noms de personnes et de lieux.

11La chanson « An Ghlas Bheainín Uasal » est un chant d’amour lyrique. Elle raconte l’histoire d’un jeune homme aventureux qui se lie d’amitié avec une jeune femme. Il s’enrôle dans l’armée britannique, qui l’envoie aux Indes orientales. Mais la chanson dit que la femme n’est pas troublée par son départ. Je n’ai jamais entendu cette chanson ailleurs qu’à Iorras Aithneach, dans les environs du district de Carna, bien qu’on en trouve des variantes dans d’autres endroits du Conamara, intitulées « Nóirín mo Mhian » (Nóirín, mon désir) ou parfois « Tá mo theachsa ar an ardán » (Ma maison est sur la colline). La version de Pádraig a été recueillie par Séamus Ennis.

12« Mná Deasa Locha Riach », également connue en anglais sous le nom de « The Loughrea lasses » (« les filles de Loughrea ») est une autre chanson d’amour. Cette chanson, qu’Ennis a recueillie auprès de Pádraig, vante les mérites des femmes de la ville de Loughrea dans l’est de Galway. Deux femmes sont promises en mariage au même homme. L’île d’Irlande se divise en quatre provinces. Selon la chanson, une des femmes habite la province de Connacht et l’autre, la province de Leinster. L’homme en question est retardé dans sa visite à Connacht et déclare que c’est le Shannon, fleuve séparant les deux provinces, qui l’a empêché de venir en Connacht. Quand il traverse enfin le fleuve, la femme est morte. Lorsqu’il arrive en Connacht et apprend sa mort, il refuse qu’on mentionne qu’il fut son fiancé. La chanson est une version macaronique ou bilingue d’une chanson qui est aussi chantée uniquement en irlandais. C’est un des rares exemples de matériel de langue anglaise recueilli auprès de Pádraig. Cette chanson est très populaire dans le Conamara et est souvent interprétée sur un ton gai malgré son contenu. La mention de noms de lieux tels que Port Omna et Baile Locha Rian, qui est la variante dans le Conamara de Baile Locha Riach, et du port de Galway donne à la chanson une saveur particulière de Galway, alors que la rivière Suir et les villes de Lisburn, Limerick et Dublin la situent dans le contexte plus large de l’Irlande.

13La chanson « An Caoirín Glas » (Le mouton noir), raconte l’histoire d’un homme auquel sa mère reprochait sans cesse son comportement irréfléchi et sa vie dissipée. Le titre est une métaphore comparant le jeune homme à un mouton sur lequel la laine pousse blanche ou noire en différentes parties du corps. Outre la langue et le dialecte, on peut situer la chanson dans le comté de Galway grâce aux vers qui indiquent qu’il obtiendrait un baiser de nombreuses belles jeunes filles entre la ville de Galway et Barr na nEang, dont Pádraig a expliqué à Séamus Ennis qu’il s’agissait d’un townland situé à une douzaine de kilomètres de Clifden.

14« Tuaimín na Gruaige Báine » (Tuaimin aux cheveux blonds) est également connue sous le nom de « Tony na Gruaige Báine ». Un jeune homme, Tuaimín, ou Tony, est fiancé à une jeune femme mais se conduit mal et est emprisonné. Elle est déjà mariée à un autre homme lorsqu’il est relâché. Cette chanson, qu’Ennis recueillit de Pádraig, fut composée pour critiquer Tuaimín d’avoir perdu sa fiancée.

15Son auteur, dit-on, est originaire du comté de Mayo, juste au nord du comté de Galway. La femme en question épousa semble-t-il un homme dont le nom de famille est Ó Cnáimhsí, un nom qui n’est pas habituellement associé à la région du Conamara. On dit que la femme avait éconduit d’autres soupirants venant d’aussi loin que Kinsale et beaucoup de ces noms sont associés à Munster. Cependant, le nom de la jeune fille, Bríd Ní Nia, est fréquent dans l’ouest du comté de Galway, ce qui donne à la chanson une dimension plus locale reliée à Pádraigín Mhacaí. Il serait intéressant d’étudier plus à fond comment les chanteurs introduisent dans leurs chansons des noms propres et de lieux reliés à leur district d’origine.

16« Taimín Bán ó Luaithre » est une chanson historique qui illustre comment une chanson qui était probablement originaire de Munster peut être resituée dans le district de Iorras Aithneach. Taimín était un musicien ainsi qu’un Fenian (partisan de la cause nationaliste irlandaise opposée au régime britannique, surtout au XIXe siècle). Il fut arrêté, emprisonné et pendu à Galway. Il était fils unique. On dit qu’il est l’auteur de la chanson. Celle-ci fut recueillie auprès de Pádraig à la fois par Séamus Ennis, et par Liam Mac Coisdeala. Bien qu’il ne soit pas ici dans mon intention de comparer les deux versions, il vaut peut-être la peine de souligner que les deux textes sont plus ou moins identiques. À Munster, la chanson « Priosún Chluain Meala » (La prison de Clonmel) peut être considérée comme une version parallèle à cette chanson, alors que le prisonnier décrit l’étroite corde de chanvre qui remplacera sa cravate et demande que la nouvelle de sa mort soit annoncée à sa famille. Dans nos versions, cependant, la prison en question se trouve dans la ville de Galway et comme Taimín Bán fait ses adieux le jour de la fête de Saint Cáilín, (qu’on vénère encore aujourd’hui, dans les environs de chez Mac Con Iomaire, et dont la fête est célébrée chaque année le 13 novembre), la chanson fait véritablement partie du répertoire de Carna.

17« An Bádóir Spairtí » est une chanson d’amour qui raconte l’histoire d’un propriétaire de bateau qui transportait des cargaisons de tourbe et de varech de Conamara à Galway, Kinvara et Aran. Il s’agit d’une complainte sur un mariage malheureux. Le mot spáirteach signifie généralement « vieille tourbe sans aucune valeur » et l’expression bádóir spairtí est utilisée dans le Conamara comme surnom pour désigner un propriétaire de bateau qui transporte de la tourbe. La chanson fait référence à l’utilisation du púcán, une embarcation traditionnelle qu’on trouvait surtout au large des côtes de l’ouest de Galway. L’épouse de l’homme se plaint que son mari aime trop les femmes de Munster, dans la province du sud, et qu’il fait des visites trop fréquentes dans le comté de Clare. Ceci souligne les divisions provinciales et pourrait sous-entendre qu’il aurait dû rester plus près de sa maison à Connacht. On dit que cette chanson particulière a été composée dans le townland d’An Aird Mhóír, à environ six kilomètres de la demeure de Pádraig mac Con Iomaire. Ennis l’a recueillie auprès de Pádraig.

18« Bródach Uí Ghaora » est une chanson recueillie par Ennis et généralement associée aux enfants. Le mot Bródach est un terme affectueux utilisé pour désigner un enfant et qui pourrait se traduire par « chéri » en français. Ennis écrivit que selon Pádraig, la mère de l’enfant croyait qu’elle allait mourir. La chanson est fermement enracinée dans le district de Carna, car le nom de lieu, Caladh Mhaínse, est à proximité de la demeure de Pádraig et le nom de « Máirtín Ó Gaora », répété tout au long de la chanson, est généralement associé à cette localité. Ces deux caractéristiques se présentent dans une série de couplets joyeux contrastant avec le contenu de la chanson.

19« Bóithrí Ros an Mhil » (Les chemins Ros an Mhíl) est une chanson d’amour qui, dans cette version, raconte l’histoire d’une jeune femme forcée par sa mère à épouser un vieil homme, à son regret. Dans la version recueillie par Ennis auprès de Pádraig, la jeune femme décrit le travail qu’un homme plus jeune pourrait accomplir à la ferme, tel que faire la récolte des pommes de terre en plus de celle du blé et de l’orge. Un homme plus jeune pourrait également l’amener prendre un verre. Autrefois, forcer une jeune femme à épouser un homme beaucoup plus âgé était une pratique courante pour des raisons économiques qui n’étaient pas uniques à l’Irlande. La description du travail et de l’occupation donne à la chanson une saveur particulièrement irlandaise. Le titre la situe toutefois dans le paysage du Conamara et le commentaire qu’on trouve beaucoup de belles filles entre Carna et Tír an Fhia prouve on ne peut plus clairement qu’il s’agit de la région de Iorras Aithneach.

20La dernière chanson que je mentionnerai est intitulée « An Raicín Álainn », que l’on peut traduire, littéralement, par « Le magnifique petit peigne ». Un jeune homme offre un petit peigne à sa bien-aimée, selon la coutume de l’époque. Elle l’appelle le magnifique petit peigne. Elle se doute qu’il est sur le point d’en épouser une autre et qu’il veut reprendre le peigne. Elle compose un couplet et la chanson prend la forme d’une conversation entre les deux. L’utilisation du mot raca pour un peigne à cheveux est particulièrement associée à la région du Conamara où le diminutif –ín est souvent utilisé pour rendre un objet ou une personne plus attrayant. En fait, tout à fait par hasard, cinq des titres de chansons que je viens d’évoquer, contiennent cette forme diminutive. Le nom de famille Búrc from Bun Dorcha est mentionné dans la chanson comme étant celui de la jeune fille qu’il va épouser et c’est un nom que l’on retrouve souvent dans le district de Carna au Conamara, bien que le nom de lieu soit plutôt associé à Mayo. Dans la dernière ligne de la chanson, la jeune fille regrette de ne pas être mariée au jeune homme et donne son nom comme étant Nóra Mhurcha Ní Laidhe. Le nom de famille Ó Laidhe se retrouve particulièrement à Iorras Aithneach et le prénom du père de la jeune fille, Murcha, est également associé à cette région et à ce nom de famille. Deux versions de cette chanson ont été recueillies par Liam Mac Coisdeala auprès de Pádraig, une en 1936 et la seconde en janvier 1946.

21Pádraig Mac Con Iomaire n’était pas connu en tant que chanteur. Il était connu en tant que conteur de réputation nationale, une identité soulignée par sa participation à un événement national, le Oireachtas. Nous avons donc la chance que Liam Mac Coisdeala et Séamus Ennis l’aient rencontré et recueilli au moins une partie de ses chansons et des connaissances qui s’y rattachent. Bien qu’il fût d’abord et avant tout conteur, son répertoire de chansons fait partie intégrante de la documentation sur la culture orale de Pádraig. Nous ignorons dans quelle mesure Pádraig était activement engagé dans la chanson traditionnelle. Nous savons cependant que les gens se rassemblaient chez lui pour écouter et raconter des histoires et pour chanter des chansons. La musique faisait aussi partie de ces rencontres sociales.

Les mémoires culturelles

22De nombreux facteurs influencent le répertoire de chansons traditionnelles d’un chanteur. Les chansons spécifiques qui sont transmises, qui survivent, qui sont composées ou qui sont perdues connaissent ce destin pour plusieurs raisons. Les chansons qui survivent dans un endroit le doivent peut-être en partie à l’influence d’un chanteur particulier, souvent originaire de l’endroit en question. Dans le cas de Pádraig, certains chanteurs de la région peuvent avoir joué un rôle dans la préservation d’une culture de chansons dynamique, favorisant l’émergence d’une nouvelle génération de chanteurs. Cette interdépendance entre une chanson ou des chansons données et les chanteurs locaux contribue à créer une association qui n’existait pas auparavant entre un lieu et une chanson.

23Les chansons et leurs différentes versions ont tendance à ne pas changer autant que les contes d’une version à l’autre. Les chansons semblent en général fluctuer dans une moindre mesure. Les chansons suivent à la fois la musique et le rythme métrique du texte. Les gens se disputent sur les paroles de chansons et sur ce qu’ils estiment être la version authentique, mais n’ont pas ce genre de discussion au sujet des contes et des récits. De nombreuses heures sont consacrées, même aujourd’hui, à discuter de l’usage des phrases et des mots dans les chansons. Les versions des chansons de Pádraig ressemblent de près aux versions d’autres chanteurs mais l’intérêt qu’il leur porte, et ses connaissances approfondies de leur contexte, sont évidents lorsqu’on examine les sources manuscrites.

24Nous avons examiné quelques chansons dans la langue irlandaise de Carna recueillies auprès de Pádraig mais qui possèdent relativement peu d’autres caractéristiques les associant directement au paysage de Carna. Et nous avons également examiné certaines chansons qui sont plus fermement enracinées dans le paysage d’an Coillín par les noms de lieux et les noms propres. Il est important de garder à l’esprit qu’il est fort possible que Pádraig connaissait d’autres chansons qui ne furent jamais recueillies. Nous n’avons évoqué qu’un nombre relativement restreint de chansons irlandaises et j’ai considéré exclusivement les paroles et non la musique. Il faut se rappeler que la musique fait bien sûr partie intégrante de la chanson et que le Conamara présente un style de musique et d’interprétation des chansons qui lui est particulier.

25En conclusion, j’aimerais insister sur l’attitude de l’Irish Folklore Commission envers les chansons et la collecte de chansons et poser la question suivante : quelle place occupait la chanson dans la vision qu’avait Ó Duilearga de la tradition irlandaise ? Je crois qu’il a fort bien pu sous-estimer son importance. La plupart des collectionneurs qui ont travaillé pour la Commission semblent avoir tenu pour acquis que, d’une certaine façon, les chansons et formes apparentées occupaient une place secondaire par rapport aux contes. La priorité que la Commission accordait à la collecte de longs contes s’explique peut-être en partie par un manque de compréhension non seulement du dynamisme de la tradition des chansons mais aussi du dynamisme de la tradition de composition des chansons. Il ne fait aucun doute que beaucoup de chansons ont disparu. Ó Duilearga avait certainement une idée assez précise de l’abondance de chansons qui attendait le jeune Séamus Ennis lorsqu’il l’envoya dans l’ouest de l’Irlande en lui disant : s’il y a des contes à Carna, il doit y avoir aussi des chansons !

26En conclusion, beaucoup de chansons contiennent à la fois des éléments locaux et universels, et contribuent ainsi à leur manière à la création d’une identité locale et universelle.

Haut de page

Bibliographie

Briody M., The Irish Folklore Commission 1935-1970 : History, ideology, methodology, Helsinki, Finnish Literature Society, 2007.

Uí Ógáin R., Going to the Well for Water : The Séamus Ennis Field Diary 1942-1946, Cork, Cork University Press, 2009.

Uí Ógáin R., Mise an Fear Ceoil: Séamus Ennis Dialann Taistil 1942-1946, Cló Iar-Chonnachta, 2007.

Ní Fhlathartaigh R., Clár Amhrán Bhaile na hInse, Dublin, An Clóchomhar Teoranta, 1972.

Mac Giollarnáth S., Annála Beaga ó Iorrus Aithneach, Dublin, Oifig an tSolathair, 1941.

Ó Curnáin, B. The Irish of Iorras Aithneach County Galway, Dublin, Dublin Institute for Advanced Studies, 2007.

Ó Coisdealbha, L. « Im Bhailitheoir Béaloideasa’ », Béaloideas 16, Dublin, The Folklore of Ireland Society, 1946, p. 141-171.

Shields H., Narrative Singing in Ireland, Dublin, Irish Academic Press, 1993.

Haut de page

Notes

1 Pour une étude de ce dialecte voir Ó Curnáin, B. The Irish of Iorras Aithneach County Galway, Dublin, Dublin Institute for Advanced Studies, 2007.

2 Le townland est la plus petite division administrative du territoire en Irlande ;

3 Liam Mac Coisdeala était employé par l’Irish Folklore Commission comme collectionneur à pleins temps de musique et de chansons, du 1 août 1935 au 31 août 1939. Il a collecté dans le sud du Conamara, et en Iorras dans le comté Mayo. On trouvera une description de son travail pour la Commission dans Ó Coisdealbha, L. « Im Bhailitheoir Béaloideasa » Béaloideas 16, Dublin, The Folklore of Ireland Society, 1946, 141-71.

4 L’histoire de l’Irish Folklore Commission est le sujet du livre Briody, M. The Irish Folklore Commission 1935-1970; History, ideology, methodology, Helsinki, Finnish Literature Society, 2007.

5 L’Oireachtas a lieu chaque année et on le considère comme l’événement le plus important de la langue et de la culture irlandaise.

6 National Folklore Collection, University College Dublin, manuscrit numéro et page: 156:110 (désormais NFC).

7 Pendant ses années avec l’Irish Folklore Commission, Séamus Ennis écrivit son nom en gaélique (Séamus Mac Aonghusa). Aujourd’hui, pourtant, il est mieux connu comme Séamus Ennis, la forme anglicisée de son nom.

8 Le journal de voyage de Séamus Ennis fut édité par Ríonach uí Ógáin, et le livre qui en résulta a pour titre Mise an Fear Ceoil: Séamus Ennis Dialann Taistil 1942-1946, Cló Iar-Chonnachta, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ríonach Uí Ógáin, « Chansons et changements de l’environnement : une étude de cas de la région du Conamara », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 16 novembre 2010, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/525 ; DOI : 10.4000/mimmoc.525

Haut de page

Auteur

Ríonach Uí Ógáin

Professeur des Universités, National Folklore Collection, University College Dublin

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page