Navigation – Plan du site

Compte-rendu de colloque "AFRIQUE 50 ans d’indépendance"

Compte-rendu rédigé en novembre 2010 par Cheikh N’Guirane, étudiant en M2 Cultures étrangères, Université de Poitiers
Cheikh N’Guirane

Texte intégral

1Le 29 Octobre 2010, la Marie de Paris a abrité un colloque sur les 50 ans d’indépendances de l’Afrique. Ce colloque a été organisé par l’Agence Française de Développement (AFD) en collaboration avec la Revue Afrique Contemporaine et la Revue Internationale de politique de développement de l’Institut de Hautes Études internationales et du développement basée à Genève

2Ce colloque était divisé en trois sessions qui portaient essentiellement sur :

3-les parcours de l’Afrique depuis les indépendances

4-la coopération au développement : les anciennes puissances coloniales et les nouveaux venus

5-les perspectives d’avenir de l’Afrique

6Lors de la première session du colloque, des spécialistes de L’Afrique ont intervenu sur les questions relatives à la situation de l’Afrique après 50 ans d’indépendances. Leurs interventions portaient généralement sur l’évolution économique, politique et sociale du continent Africain. La question des relations bilatérales et multilatérales a été au cœur du débat.

  • 1 Professeur à l’Institut de hautes études internationales et du développement, Genève.

7Sur le plan économique, Gareth Austin1, dont le sujet intitulé « African post-colonial economic development in historical perspective » a dressé un bilan de l’Afrique qu’il juge mitigé. Notoirement, selon Gareth Austin «la production par habitant a en moyenne augmenté lentement et de façon hésitante depuis 1960 ». Certes, souligne t-il, il ya eu des évolutions économiques importants, des variations dans l’espace, dans la politique et la performance mais il est moins spectaculaire dans les anciennes colonies Françaises comparées aux colonies Anglaises.

  • 2 Philippe Hugon est professeur émérite d’économie à l’Université de Paris X- Nanterre et directeur d (...)

8L’économiste, Philipe Hugon2, souligne que depuis, l’indépendance, la place de l’Afrique dans la division internationale du travail a peu changé. Toutefois, il a souligné qu’il y eu une inversion dans les termes de l’échange avec l’avènement de la mondialisation et l’émergence des nouveaux pouvoirs. Ainsi, ce changement apparu en ce tournant du 21e siècle a favorisé la croissance en Afrique et un appétit croissant des pays émergents pour l’exploitation des ressources minières, du pétrole et des terres arables Africaines. L’Afrique est désormais convoitée par ses ressources par les puissances émergentes et aussi par les puissances industrielles, conclut-il.

9Sur le plan politique, le spécialiste François Gaulme de l’Institut Catholique de Paris I a axé son intervention sur la démocratie en Afrique et l’immixtion des religieux dans les affaires politiques de certains pays Africains. Son analyse révèle que l’Afrique est un contient éminemment religieux et fait penser à l’Europe du XIVe siècle. L’effervescence des religions, cependant, influent sur les décisions politiques en d’autres termes sur la démocratie.

  • 3 Moustapha Diop est docteur en sociologue et enseignant-chercheur à l’Université de Paris I Panthéon (...)

10Le sociologue Moustapha Diop3 quant à lui, a analysé la situation politique de l’Afrique à travers le sujet « 50 ans d’indépendances et de dépendances des pays Africains ». Après avoir brièvement rappelé l’histoire coloniale à travers le ‘non’ de la Guinée à De Gaulle (référendum de 1958), a fait remarqué que le bilan de l’Afrique après cinquante ans d’indépendances est toujours marqué par une dépendance des élites Africains aux anciennes puissances coloniales. Ces puissances selon lui ont une influence significative sur le contient Africain. Il prône par contre, avec un ton afro-centrique, une politique de coopération à long terme et une sécurisation des droits fonciers en Afrique.

11La deuxième session du colloque a porté essentiellement sur la coopération des pays Africains avec les anciennes puissances coloniales et les nouveaux venus dont la Chine, le Japon, l’Inde, les USA, la Suisse et le Brésil. Cette partie a été la plus animé du colloque d’autant plus que beaucoup de questions ont émané du public. Le débat portait particulièrement sur le ‘boom chinois’ en Afrique et l’émergence de la Suisse, qui soit dit en passant, est un pays sans passé colonial.

  • 4 Marc Perrenoud est historien au Département fédéral des affaires étrangères suisse.

12Ces nouveaux venus selon les spécialistes, Marc Perrenoud4 et Jean Raphael Chaponnière représentent des menaces à la coopération anglaise et française en Afrique. C’est ainsi que Chaponnière, économiste à l’agence Française de Développement a parlé de ‘basculement de l’Afrique vers l’Asie pacifique’. Il poursuit que les relations entre la Chine et l’Afrique sont officiellement fondées sur le principe « gagnant-gagnant » telle que définie par les Chinois. Chaponnière a révélé en plus que la coopération chinoise en Afrique montre une face caché qu’il convient de distinguer. Car il y a les Chinois associés à l’aide officielle du gouvernement Chinois à l’Afrique, ceux qui travaillent pour les entreprises publiques et ceux qui ont migré grâce à la diaspora et travaille dans le secteur privé. Quant à Perround il a presque consacré son analyse sur la Suisse en tant que nouveau venu sur le continent Africain. L’émergence de la Suisse qu’il considère comme un pays neutre témoigne que l’Afrique diversifie une coopération d’intérêts purement économique.

  • 5 Project Manager, European Integration Studies -Development Cooperation Studies Institute for Nether (...)

13Sur ce même point de la coopération, Marc Dierikx5 a parlé des débuts de la coopération néerlandaise en Afrique. A travers son intervention, on a retenu que les Pays Bas ont commencé à jouer un rôle actif au sein de la communauté des pays donneurs. Le succès de sa politique de coopération se justifie par le fait que le gouvernement néerlandais associe la société civile, les organisations non-gouvernementales, les instituts de recherches et les universités. La perspective de son analyse est de savoir si la coopération asiatique et néerlandaise engendre une rivalité ou une complémentarité face à la coopération française et anglaise qui sont historiquement lié à l’Afrique.

14François Pacquement, chargé de mission à l’Agence Française de Développement, a montré à travers une étude comparative les similitudes et les différences de la coopération anglaise et française en Afrique. S’agissant des contrastes, Pacquement fait remarquer qu’il faut interroger l’histoire coloniale. Selon lui les contrastes sont faites en référence à la stratégie britannique qui considérait les chefs Africains comme des intermédiaires, », indirect rule » et la doctrine française de l’assimilation d’une petite minorité d’Africains dans l’administration coloniale, « direct rule ». Cet épisode se poursuit toujours selon lui. Car, dit-il, l’aide britannique qui passait par le Commonwealth a changé avec l’arrivé de la politique du New Labour avec Tony Blair qui a mi sur place une commission pour l’Afrique pour renforcer sa politique étrangère avec ses anciennes colonies. A l’opposé, la politique de la France vis-à-vis de l’Afrique, hormis ses préoccupations humanitaires et géopolitiques, montre d’autres facteurs comme les réseaux « Françafrique » et le clientélisme qui conduit souvent au financement de parties politiques Africains. Ainsi selon l’étude de l’économiste Philippe Hugon qui a encore intervenu dans cette deuxième session du colloque, « la politique française en Afrique est à la défensive face à la hantise d’une anglophonie dominante et fait l’objet de vives critiques de la part de l’opinion publique et de certains pouvoirs Africains ».

15La dernière session du colloque a été consacrée aux perspectives d’avenir de l’Afrique après cinquante ans d’indépendances. Elle a réunie autour d’une table ronde les responsables suivantes :

  • Pierre Jacquet, économiste principal et directeur de la Stratégie à l’AFD

  • Jean-François Bayart, politiste, spécialiste de politique comparée au CERI

  • Akuavi Marie-Elise Christiana Gbedo, ancienne Ministre du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme de la République du Bénin.

16Leurs interventions ont porté sur la question ‘quels scénaris pour l’Afrique’ ? Les diverses analyses en l’occurrence ceux de Jean François Bayart et de Pierre Pacquet ont d’abord souligné le fait que l’Afrique est devenu un continent très courtisée ; elle reçoit des vagues d’ONG. Ceci étant, l’Afrique a un défi formidable à relever qui passe forcément par la révision de sa politique de coopération et surtout le changement de modèle politique.

17Quant à Mme la Ministre, qui a adopté un point de vue afro-centrique, l’Afrique doit faire appel au panafricanisme tel que prôné par Kwamé Nkrumah pour relever le défi. Elle ajoute qu’une organisation régionale Africaine serait un cadre idéal pour définir ensemble les politiques africaines de coopération mais aussi encourager l’interdépendance face à l’Europe, l’Amérique et l’Asie.

18Dov Zerah, le dernier intervenant, a mis l’accent sur le volet de l’éducation et la santé. Dans son intervention on ne l’a pas senti dresser des perspectives d’avenir pour l’Afrique. Il a plutôt défendu les réalisations de l’Agence Française de Développent en Afrique suites aux critiques d’une intervenante française qui a travaillé vingt cinq ans dans le secteur de la santé en Afrique. En en croire Zerah, le travail abattu par l’AFD sur le terrain Africain est incontestable et que les résultats sont là pour le prouver.

19Le colloque s’est clôturé par les remerciements du Maire de Paris qui a réitéré sa collaboration avec l’Agence Française de développement et a vivement félicité les organisateurs et participants.

Haut de page

Notes

1 Professeur à l’Institut de hautes études internationales et du développement, Genève.

2 Philippe Hugon est professeur émérite d’économie à l’Université de Paris X- Nanterre et directeur de recherche à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS).

3 Moustapha Diop est docteur en sociologue et enseignant-chercheur à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne.

4 Marc Perrenoud est historien au Département fédéral des affaires étrangères suisse.

5 Project Manager, European Integration Studies -Development Cooperation Studies Institute for Netherlands History.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cheikh N’Guirane, « Compte-rendu de colloque "AFRIQUE 50 ans d’indépendance" », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], Année 2011, mis en ligne le 14 septembre 2012, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/649

Haut de page

Auteur

Cheikh N’Guirane

Articles du même auteur

  • Présentation [Texte intégral]
    Compte-rendu de la journée d’étude "Le parti Libéral au Royaume-Uni hier et aujourd’hui"
    Paru dans Les Cahiers du MIMMOC, 7 | 2011
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page